Skip to navigation – Site map

Gonzalo de Berceo - Sacrement et Apocalypse

Le sacrifice de la messe et Les signes qui apparaîtront avant le Jugement dernier - Traduction
By France Autesserre and Monique de Lope-Rivière

The Altar, The Temple, The Blood, The Lamb: the eschatological perspectives of the euscharitic sacrament deploy the ardent stamps of Joan’s Apocalypsis. Gonzalo de Berceo creates  two poems more spiritual than doctrinal, that are not as famous as his hagiographys or his marian work. Nevertheless, in front of the Milagros de Nuestra Señora, the redeeming presence of Christi in the sacrament and in the evocation of final days is strong enough. Mass ritual is a redeeming prayer for the monastical “family”. Miracles and sacraments both indicate the divine intervention in the terrestrial world. However, contrary to the miracles which show God’s power, often delegated to Mary or to the Saints, in the eucharistic sacrament He gives his own divinity fully and misteriously. Transubstantiation mysteriously accomplishes Christ’s advent to humanity when mass is being celebrated; the same revelation is brought by Joan’s initiatory vision (Αποκάλυψις Ιησού Χριστού, « Jesus Christ’s revelation ») which is the ultimate source of The Signs which will appear before the Judgement Day.

About the authors

  • Actuellement retraitée de l’Enseignement Supérieur, France Autesserre a enseigné l’espagnol, langue de communication et langue de spécialité juridique, à la Faculté de Droit et de Science Politique de l’Université Paul Cézanne, à tous les niveaux, depuis la licence jusqu’aux concours administratifs.
Elle a pris part à la vie scientifique de son université en traduisant les communications de professeurs hispanophones invités aux divers colloques. Certaines de ses traductions ont été publiées dans la Revue de la recherche Juridique et par les Presses Universitaires d’Aix-Marseille.
Rattachée à l’Université de Provence pour ses recherches portant sur l’œuvre poétique de Juan de Mena, elle a participé à des ouvrages collectifs publiés aux éditions Du Temps et a soutenu, sous la direction du professeur Monique De Lope, une thèse de Doctorat intitulée La rhétorique du labyrinthe dans le Laberinto de Fortunade Juan de Mena.
Membre du groupe de recherches « Pratiques d’écriture » du Centre Aixois d’Etudes Romanes, elle a publié dans la revue de ce centre un article consacré à la réécriture, en castillan, par Juan de Mena d’un texte-source, en latin, le De Imagine Mundi. Elle poursuit sa réflexion sur les représentations du monde dans la littérature médiévale espagnole.
Elle a co-traduit le Libro de Buen amor, édité par les Livres d’e-Spania.

    Actualmente jubilada de la Enseñanza Superior, France Autesserre impartió clases de español, lengua de comunicación y lengua jurídica, en la Facultad de Derecho y Ciencia Política de la Universidad Paul Cézanne, en todos los niveles docentes.
Participó en la vida científica de su universidad traduciendo las comunicaciones de profesores hispanohablantes invitados a los coloquios. Algunas de sus traducciones se publicaron en la Revue de la recherche Juridique y en las Prensas Universitarias de Aix-Marsella I.
Integrada en la Universidad de Provenza por sus investigaciones sobre la obra poética de Juan de Mena, participó en trabajos colectivos publicados por las ediciones « Du Temps » y presentó, bajo la dirección de la profesora Monique De Lope, una tesis de Doctorado titulada La rhétorique du labyrinthe dans le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena.
Miembro del grupo de investigaciones « Prácticas de escritura » del « Centre Aixois d’Etudes Romanes », publicó en la revista de este centro un artículo dedicado a la reescritura, en castellano, por Juan de Mena, del texto fuente, en latín, el De Imagine Mundi. Sigue trabajando sobre las representaciones del mundo en la literatura medieval española. Es co-traductora del Libro de Buen Amor, edición de los Livres d’e-Spania.
  • Actuellement retraitée de l’Enseignement Supérieur, elle a dirigé à l’Université d’Aix-Marseille, un des Ateliers de son laboratoire de recherche (EA 854) sur les discours et pratiques littéraires et sociaux. Elle a coordonné l’édition de trois numéros de la revue Cahiers d’Etudes Romanes, dont elle était co-directrice, publiée par le CAER.
Spécialiste de littérature espagnole médiévale, elle a fait paraître sa thèse Traditions populaires et textualité dans le Libro de buen amor aux éditions du C.E.R.S. à Montpellier en 1983. Elle est aussi l’auteur de deux numéros de Co-Textes, collection monographique du Centre d’Études et de Recherches Sociocritiques, Le savoir et ses représentations – Théâtre de Juan del Encina et Littérature et institutions dans le moyen âge espagnol, ainsi que d’une quarantaine d’articles sur la littérature médiévale, moderne et contemporaine. Son approche de la textualité lui a permis de porter un regard novateur sur de grands textes comme les Églogues de Garcilaso de la Vega, les Solitudes de Gongora et sur l’écriture narrative et poétique contemporaine (Juan Benet, Ignacio Aldecoa, Carlos Barral). Elle a co-traduit le Libro de Buen amor, édité par les Livres d’e-Spania.

    Monique De Lope-Rivière es catedrática de la Universidad de Provenza, en la que dirigió un Taller de su laboratorio (EA 854) sobre discursos y prácticas literarias y sociales. Editó  tres números de la revista  científica Cahiers d’Études Romanes publicada por el Centre Aixois d’Études Romanes, de la que fue co-directora.

Especialista de literatura española medieval, salió su tesis doctoral Traditions populaires et textualité dans le Libro de buen amor en las ediciones del C.E.R.S. (Montpellier) en 1983. Es autor de dos números de Co-Textes, colección monográfica del Centre d’Études et de Recherches Sociocritiques, Le savoir et ses représentations – Théâtre de Juan del Encina et Littérature et institutions dans le moyen âge espagnol. Publicó unos cuarenta artículos sobre literatura española medieval, moderna y contemporánea, y su trabajo sobre la textualidad le permitió aportes novedosos sobre grandes textos como las Églogas de Garcilaso de la Vega, las Soledades de Góngora, o sobre la narrativa y poesia contemporáneas (Juan Benet, Ignacio Aldecoa, Carlos Barral).Es co-traductora del Libro de Buen Amor, edición de los Livres d’e-Spania.