Navigation – Plan du site
Gonzalo de Berceo - Sacrement et Apocalypse - France Autesserre et Monique de Lope-Rivière

Le sacrifice de la messe

Texte intégral

1Au nom du Roi qui règne par nature
Qui est fin et principe de toute créature,
Si me voulait guider sa très sainte mesure
En son honneur de gré ferais une écriture.

2De l’Ancien Testament je veux d’abord parler,
Comment ils sacrifiaient, quel autel ils avaient ;
Puis revenir au Nouveau, et d’un pas assuré
Les accorder ensemble, les faire se saluer.

3Lorsque primait la loi par Moïse gagnée
Écrite et notée du doigt même de Dieu,
Sur un autel de terre, non de pierre taillée,
Faisait ses sacrifices la nation des Hébreux.

4Lorsque pour les princes qui au peuple commandaient
Ils voulaient sacrifier, un taureau sacrifiaient ;
Et pour le menu peuple des boucs ils égorgeaient,
Un bélier pour l’évêque et ceux qui officiaient.

5Les boucs, ils les traitaient d’un acte différent :
En menaient deux au temple, selon le commandement ;
Ils en égorgeaient un pour faire leur sacrement,
Et ils envoyaient l’autre à la montagne, au vent !

6La maison que les prêtres se devaient de garder,
Et où d’ordinaire ce bétail sacrifiaient,
Un voile la partageait, qui était toujours tiré,
Entre la grande chambre et l’autel consacré.

7La chambre avant le voile, leur chœur ils y tenaient ;
Ils offraient là le bouc, le taureau, le bélier,
Tourterelles et palombes, des pains, argent et or,
Mais derrière le voile gisait autre trésor.

8Dans la première chambre était un chandelier ;
D’or pur il était fait, non d’une autre matière ;
Sept branches il avait, – calice n’y manquait –,
Six disposées en pente, au milieu la dernière ;

9Il y avait une table en cuivre, bien ouvragée,
Et dessus douze pains de farine blutée ;
Personne n’en mangeait une seule bouchée
Sinon les sacerdotes et les gens ordonnés.

10Au delà d’une semaine ces pains ne devaient rester ;
Au début de la suivante d’autres les remplaçaient ;
Les prêtres, ces pains-là, pour saints ils les tenaient ;
La semaine écoulée, sitôt les déplaçaient.

11Dans la seconde chambre, par le voile cachée,
Étaient grandes reliques, c’est bien là chose vraie !
Une arche précïeuse, de précieuse nature ;
Dedans riches reliques, de précieuse facture.

12L’arche était tout entière d’or fin bien recouverte,
D’or fort bien ciselé par une main bien experte ;
Dessus, une tablette : elle n’était pas ouverte ;
Tablette merveilleuse, d’ornements point déserte.

13Étaient sur la tablette des anges en statuettes ;
Ils couvraient toute l’arche, les ailes déployées ;
Ils étaient deux, pas plus, étaient bien disposés ;
L’un vers l’autre ils avaient le visage tourné.

14C’était un reliquaire, l’arche que j’ai nommée ;
De très saintes reliques fort bien garnie était :
Elle contenait les tables où la loi fut donnée,
Le bâton d’Aaron, chose très renommée.

  • 1 « Cebada », au sens premier, est l’aliment, mais ce mot signifie aussi l’orge. Première céréale à a (...)

15Un chaudron d’or, non de terre, ciselé,
Plein de la sainte manne par le Ciel envoyée,
Celle que Dieu aux Juifs pour aliment1 donnait ;
Dans cette sainte arche elle était conservée.

16Dans cette sainte chambre derrière le voilage,
Personne n’entrait, par porte ni par passage,
Si ce n’était l’évêque, une seule fois l’an,
Avec du sang de veau, sinon à son grand dam.

17De ces deux sanctuaires dont nous avons parlé
L’un se nommait « sancta », c’est le nom usité ;
Et « sancta sanctorum » le recoin retiré
Derrière le rideau entre les deux tiré.

18Toutes ces offrandes, les oiseaux, le cheptel,
Tiennent leur signifiance d’obscurs commandements ;
Tous en Jésus Christ trouvèrent achèvement,
Lui qui offrit sa chair pour nos péchés mortels.

19Le bouc que sacrifiait la gent sacerdotale
Le signifïait, Lui, c’était sa chair mortelle ;
Celui qui restait vif et n’avait point de mal,
Sa nature divine, sa racine spirituelle.

20L’innocent agnelet, qui ne fait aucun mal,
Représentait le Christ, car Celui-ci fut tel ;
Le taurillon qui frappe assène un coup mortel :
Tant fit le Christ, détruisant le prince infernal.

21La colombe signifie sa simplicité,
La tourterelle est signe de sa chasteté ;
Les pains figuraient qu’Il était la vérité,
Carrière, paix et vie, en pain de charité.

22Tous les sacrifices, ceux de la loi première,
Signifiaient tous l’Hostie véritable et sincère ;
Celle-ci fut Jésus-Christ, qui ouvrit la carrière
Par qui nous accèderons au siège suprême.

23Notre sacerdote, quand il chante la messe
Et fait le sacrifice sur la table sacrée,
L’hostie qu’il rompt alors tout cela nous rappelle :
Tout s’accomplit ici, le silence se fait.

24Il en va des sacrifices comme des prophéties,
De ce que dit Daniel, ce que dit Jérémie,
Ce que dit Habacuc, ce que dit Isaïe,
Tout cela se renferme dans la croix du Messie.

25Quand advint le Messie tout cela fut arrêté ;
Les prophètes se turent, le voile fut retiré,
Les boucs et les bestiaux furent alors en paix.
Ce fut Lui qui mit fin à tout ce qui était passé.

26Tous ceux qui étaient passés, après lui soupirèrent ;
Tous les sacrifices, c’est Lui qu’ils annoncèrent.
Et lorsqu’Il apparut, tous leur terme trouvèrent :
Dès qu’Il eut dit « fïat », se montrer ils n’osèrent !

  • 2 Cette image frappante du Christ en prêtre qui s’immole se présente à la strophe 27 = 3 x 9, proposa (...)

27Le Prêtre légitime qui point ne se fourvoie,
Le Fils de très haut Roi et de très haute Reine,
Vint du plus haut des Cieux à notre lumière blême ;
Il sacrifia son corps, le voile déchira2.

28Dès que le Christ souffrit la Passion annoncée
Il accomplit les sacrifices de la loi passée.
Leva la loi nouvelle, la vieille, il la fit taire.
La vieille sous la nouvelle gît désormais voilée.

29Quand Il revint au Ciel, d’où Il était venu,
Il laissa ses apôtres, assemblée accomplie ;
Ils fondèrent des églises, où Dieu serait servi,
En hommes de perfection, de sens parfait pourvus ;

30Ordonnèrent des évêques, d’autres prêtres mineurs
Pour servir les autels, absoudre les pécheurs,
Pour prier les matines avant les premières lueurs,
Pour chanter sur les morts obsèques et clameurs.

31Et ces vêtements purs que vêtent les prélats,
De même que ceux que vêtent les prêtres ordonnés,
Représentent ceux-là portés sous l’ancienne loi,
La chair de Jésus-Christ pure de tout péché.

32Quand ainsi le saint prêtre apparaît revêtu,
Quand il quitte le sanctuaire, sortant du lieu occulte,
Le Christ il signifie, qui ne fut entendu,
Car autrement le traître ne l’aurait pas vendu.

33Quand il bat sa poitrine, se proclame coupable,
Lors il tue les oiseaux, égorge bêtes d’étable.
Quand il fait pénitence, comme il lui est ordonné,
C’est dans le sancta sanctorum, rideau tiré

34L’office qu’ensuite entonnent les chantres dans le chœur
Manifeste les soupirs, les gloria, les honneurs,
Les kyrie, les prières et les grandes clameurs
Que faisaient pour le Christ les antiques seigneurs.

  • 3 En intercalant ici la strophe 38 du manuscrit, nous suivons l’édition de P. CÁTEDRA, qui rétablit a (...)

35Le Gloria in excelsis que le prêtre entonne,
Quand il chante la messe, dès le commencement,
Exprime, quant à lui, l’hymne et la gloire que donne
À ceux qui l’ont vécu le saint avènement3.

36Quand il dit Oremus, notre très saint vicaire,
Il remémore alors l’encensoir noble et clair
Avec lequel il encensait tout le sanctuaire
D’une fumée plus douce qu’un doux électuaire.

37Nous avons par écrit, et c’est chose avérée,
Que la bonne oraison encens est appelée.
C’est David qui l’affirme par sa bouche honorée,
Lui qui au Philistin male pierre a lancé.

38Lorsque le prêtre lit cette sainte leçon,
Pour les morts, les vivants, il fait son oraison.
Tous doivent dans leur cœur prier à l’unisson
Que Dieu l’entende, lui et son imploration.

39Lorsqu’on chante la messe sur l’autel consacré,
Que ce soit les lectures ou bien les gestes faits,
Tout en revient au Christ, pour qui veut y penser,
Car en mémoire de Lui, Il a tout ordonné.

40Ensuite on lit l’épître, quand s’achève la prière.
On la lit à voix haute, qu’elle soit bien entendue.
Le peuple se rassoit, le temps qu’elle soit lue,
Jusqu’à ce que le diacre bénédiction requière.

41Toute cette lecture, saint et noble sermon,
Est là pour signifier la prédicatïon
Que faisaient les apôtres dans les tous premiers temps,
Quand le Christ les manda semer bénédiction.

42Sitôt que le lecteur a terminé l’épître,
Le chœur lui fait réponse aussitôt, tout de suite.
Le répons dit ainsi : « Tu es un bon messager ;
À suivre ton conseil je suis bien disposé. »

43L’Alléluia est sujet et mot d’allégresse,
Un hymne qui dans l’âme met beaucoup de plaisir.
Tous les clercs le prononcent en ce lieu de la messe
Parce que l’épître dit paroles de courtoisie.

44Puis la Prose rend grâce à Dieu notre Seigneur,
Au doux Fils de Marie, du monde le Sauveur.
Par Lui nous sommes saufs, libres de la douleur
Qu’Adam et son épouse lèguent à leurs successeurs.

45En chantant le répons, l’alléluia, la prose,
Arrive l’Évangile, doux propos savoureux,
Ce que le Christ a dit, le Fils de la Glorieuse,
Qui nous a tous sauvés par son sang précïeux.

46Le peuple se lève alors, chacun là où il est ;
Ils découvrent leur chef afin de mieux écouter.
Leur pouce d’une croix au front vient les signer,
Sur leur bouche, leur poitrine, car trois il faut compter.

47Tout chrétien est tenu de faire tous ces signes
Et, pendant qu’il les fait, de dire ces paroles-ci :
« Jésus nazaréen, qui as pouvoir, valeur,
Ô Toi, le Roi des Juifs, sauve tes serviteurs ! »

48Ceux qui ne le comprennent doivent bien demander
Pourquoi le prêtre change si vite de côté.
Il va à droite, à gauche, devant l’autel sacré ;
Là où il s’est tenu, il doit y retourner…

49Il signifie les Juifs, ce côté droit,
Où à son premier aller le prêtre se dirige :
C’est eux qui avaient la loi qu’ils avaient mal comprise ;
Pour ce étaient à droite, non pour leur bonne voie.

  • 4 Dans le texte latin où l’on s’accorde à voir la source de Berceo, la gauche représente les Païens, (...)

50Il signifie les Maures4 le senestre côté
Car Dieu ne leur avait loi ni signe envoyé.
Et aux disciples donc donna règle spéciale
De ne pas s’approcher de semblable hospital.

51Quand ceux de droite ne voulurent l’accueillir,
S’en fut vers ceux de gauche, les fit se convertir.
L’évangile entendirent, qu’ils ne soulaient ouïr
Et gagnèrent toute la messe, jusqu’à l’eucharistie.

  • 5 Les Juifs sont nés d’une première alliance et ne sont pas les descendants directs de la nouvelle lo (...)

52La natïon des Juifs, en si male heure nés,
Rejetèrent le Christ, pour leurs vilains péchés.
Les Maures le reçurent, ils furent fortunés :
Ceux-ci deviennent ses fils, fillâtres leurs aînés5.

  • 6 En s’inscrivant dans la gestuelle de la messe (déplacement du prêtre devant l’autel), la perspectiv (...)

53Qu’il s’en revienne à droite pour la messe achever
Montre que, quand le monde sera aux temps derniers6,
Les Juifs comprendront bien toute leur fausseté,
Ils croiront en le Christ qui est venu les sauver.

54L’Évangile, sainte parole, une fois dit,
Tous les hommes se signent ; et tous autant qu’ils sont
Ils élèvent les mains, sur Dieu bénédiction :
Qu’en tous lieux, en tous temps, toujours Il soit béni !

55Ils font après cela ce que veut convenance :
Chantent un chant exquis exprimant la croyance,
Comme pour dire : « Nous entendons, Christ, ta sentence,
Nous avons foi en elle, sans nulle défaillance. »

  • 7 « Sans nul doute ».

56C’est là, sine dubio7, chose bien ordonnée :
Premièrement d’entendre la leçon consacrée,
Et montrer par sa bouche que c’est foi consommée.
Enfin accomplir l’acte et l’offrande apporter.

57Lorsqu’était en vigueur la loi des temps premiers,
Quand ils sacrifïaient, ils n’offraient point monnaie,
Mais bouc ou bélier ou taureau ou oiseau ;
Puis tout fut réuni, tout cela en un agneau.

58Le Christ fut cet agneau, le fils de telle Agnelle
Que ni après ni avant elle n’eut sa pareille.
C’est Lui qui est venu clore, sceller la loi première,
Et, seule sûre et vraie, ordonner la nouvelle.

59Tandis que l’offertoire par les clercs est chanté,
Le prêtre, revêtu des vêtements sacrés,
Les dons recommandés les offre sur l’autel,
Le calice et l’hostie qui remplacent le cheptel.

60Et que nul n’aille croire qu’il le fait sans raison
Lorsqu’il verse de l’eau alors dans l’oblation,
Car ce mélange porte grande signification :
Qui n’en use pas ainsi mal agit, ce n’est pas bon !

61Le vin est sénéfiance de Dieu notre Seigneur,
L’eau, elle, signifie le peuple des pécheurs.
Et comme ces deux choses s’unissent en un seul goût,
Ainsi l’homme s’unit à Dieu en bon amour !

62Qui ne veut mélanger l’eau avecques le vin
Sépare de Dieu l’homme, reste pauvre, mesquin ;
Il fait très grand péché, déplaît au Roi divin
Qui, pour nous les pécheurs, en la Glorieuse vint.

  • 8 Comme le texte source, Berceo ne donne que deux raisons au mélange du vin et de l’eau dans le calic (...)

63De plus, quand Il était en croix écartelé,
Du sang coula, et de l’eau, de son droit côté ;
Qui les séparerait ferait un grand méfait
Et le Christ ne serait de ce fait satisfait8.

64Quand Abraham, aïeul d’honorable mémoire,
Rentrait de la bataille en ayant la victoire,
Melchisédech offrait, comme le dit l’histoire,
Du pain et du vin : cela plut au Roi de Gloire.

65Offrir du pain et du vin dessus l’autel sacré
Est offrande authentique, de meilleure il n’en est !
Quand avec ses disciples le Christ voulut dîner
Du pain et du vin seuls Il les fit communier.

66Celui qui pose l’hostie en vue de sacrifier,
Sur le côté gauche se doit de la placer ;
À droite le calice, pour mieux remémorer
Que de ce droit côté la bonne source a coulé.

67Le calice une fois offert et l’hostie déposée,
Comme il est de coutume l’assemblée va offrir
Chacun ce qu’il voudra, pain d’église, oublies,
Ou chandelle de cire, offrande très honorée.

68Au temps où Salomon fit consacrer le temple
Vinrent de grandes foules la fête célébrer :
Firent grandes offrandes, on ne saurait les compter…
D’offrir devant l’autel, c’est là qu’on prit l’exemple.

69Le prêtre revêtu du vêtement sacré
Se tourne vers l’autel et prie, la voix baissée ;
De ce qu’il dit, le peuple ne peut rien écouter :
Il est là à attendre qu’il se soit retourné.

  • 9 La portée didactique de l’œuvre se laisse bien entendre dans cette strophe.

70Quelle est la sénéfiance, je voudrais vous le dire :
C’est raison nécessaire et il vous faut l’ouïr,
Pour que sachiez répondre si on vous questionnait ;
À beaucoup de bons prêtres vous en remontreriez9.

71Le jeudi de la Cène, après la collation,
Le faux traître s’en fut ourdir sa trahison.
Et le Christ s’écarta un peu de ses compagnons,
À un jet de pierre alla faire son oraison.

72Il fit son oraison jusqu’au bout, droitement,
Revint à ses amis, les trouva endormis ;
Leur avait dit de veiller, de rester vigilants,
Que de mauvaise tentation ils ne soient pris.

73Trois fois Il fut prier, pour la loi accomplir,
Car la loi ordonnait de sacrifier trois bêtes :
Un taureau, un bouc, un agneau qui ne tient tête ;
La triple prière, c’est cela qu’elle veut dire !

74Le bon Seigneur pria, aucun mal dans le cœur,
Pour Lui et pour son peuple et aussi les seigneurs.
Pour tous Il a voulu s’acquitter de l’impôt :
Car c’est bien de ce fleuve que naissent les ruisseaux.

75Revint à ses disciples d’inquiétude saisis.
Il les réconforta, dit : « Dormez, ayez repos,
Car l’heure approche où la dure compagnie
Sur grande démesure fera un grand opprobre. »

76L’oraison que murmure en silence le prêtre
Signifie celle-là que fit notre grand Maître.
Il ôta le bélier, le bouc, le taurillon :
De toute la vieille loi ferma le portillon.

77Quand il dit « per omnia », d’une voix élevée,
Il représente le Christ au moment où Il revint,
Lorsque Saint Pierre dormait, le repas achevé,
Et Judas pétrissait pâte au mauvais levain.

78Elle veut dire autre chose, cette voix palatine :
L’évêque qui sortait, de derrière la courtine
Qui coupait la maison, le son de la farine
Et répandait partout le sang pour médecine.

79Il les bénit bien, car il porte bonne consigne ;
Il dit « Dominus vobiscum », que cela vous agrée.
Puis il dit : « Sursum corda », pour qu’on lui fasse signe,
En lui donnant réponse, qu’il ne s’est pas trompé.

80Le chœur ainsi réplique : « Ceci nous répondons :
Nos cœurs là où tu dis, vers là nous les tournons ! »
Il dit : « Rendons grâce à Dieu en qui nous croyons ».
Le chœur répond : « Inconvénient nous n’y voyons ».

81Alors le prêtre demande à la cour du ciel,
Aux anges et archanges, au Christ, qui est plus grand,
De pouvoir joindre aux leurs nos chants semblablement,
Des chants tels qu’ils soient plaisants au Roi éternel.

82Ils chantent les Sanctus en signe d’allégresse
Ce que chantent les anges à la face de Dieu sans cesse.
Ces louanges nous les tenons du noble Isaïe
Qui a fait un bon livre avec sa prophétie.

83Toute cette légende, si bon goût lui trouvez,
Faites-en votre repas, attendez le goûter,
Car nous allons entrer dans un sujet solide
Où il nous va falloir très bien tenir la bride.

84Il en arrive au cœur, le prêtre maintenant.
Les jours vont augmentant, le soleil réchauffant.
Plus je le considère, plus me prend l’épouvante :
Que Dieu nous mène au port, qu’il soit de notre bord.

85Plus haut, rappelez-vous, vous avez entendu
Comment, quand il voulait entrer au lieu reclus,
L’évêque de cette loi était alors vêtu,
Une fois dans l’année, et au jour convenu.

86Quand ils devaient célébrer cet anniversaire,
Il chargeait de braises vives le noble encensoir,
Y mettait tant d’encens moulu dans l’égrugeoir
Que la fumée en remplissait tout le sanctuaire.

87Le sang des bêtes qu’il avait dehors tuées,
Le prenait avec lui quand il y pénétrait.
L’arche et le candélabre et tout ce qui s’y trouvait,
D’un goupillon fait d’herbes, tout il en aspergeait.

88Telle était la fumée qui du vase sortait
Qu’apercevoir le prêtre personne ne le pouvait.
Il faisait son office comme la loi le disait
Puis il sortait du voile, « Pax vobis » leur offrait.

89Cette première chambre, qui était extérieure,
Signifie l’Église, celle de la gent chrétienne.
L’autre petit recoin, cellule plus lointaine,
Il signifie le ciel, la partie supérieure.

90Le prêtre revêtu de son précieux habit
Signifie le Christ, le Fils de la Glorieuse,
Car de chair pure et claire sans tache se vêtit,
C’est Saint Paul qui le dit, paroles point menteuses.

91L’évêque qui devait remplir ce magistère
Ne devait, sans le sang, dans cet espace entrer.
Avec du sang toujours devait y pénétrer ;
Au dedans, au dehors, c’est ce qu’il devait faire.

  • 10 Crucifixion et Ascension sont associées ici ; l’Ascension marque le temps à partir duquel la présen (...)

92Comme faisait l’évêque, de tous le supérieur,
Ainsi le fit le Christ, qui est notre Sauveur.
Il mourut une fois pour nous le bon Seigneur
Et retourna aux cieux dans la fête et l’honneur10.

93Dans l’ancïenne loi, qui a jadis existé,
Non plus qu’en l’actuelle, où sont tous les baptisés,
Aucune rédemption sans le sang ne se pouvait,
Non plus que maintenant, tout bien considéré !

94Car enfin de nos jours, il nous est commandé
Que, pour chanter la messe, le prêtre ordonné
Se souvienne du sang qui coula du côté
De Celui qui mourut en croix pour nos péchés.

95Dans la nouvelle loi, cette foi nous avons,
Parce que son sang sacré chaque jour nous buvons.
Qui n’en boit pas – c’est écrit, nous le lisons –
Ne peut être sauvé, c’est ce que nous croyons.

96Parlons du mystère que nous avons abordé.
Le récit est complexe, nous l’avons retardé !
Si Dieu ne nous soutient, en tel lieu nous entrons
Que des pieds et des mains grand besoin nous aurons !

97Au premier chapitre, notre prêtre officiant
Avecques la main droite fait trois bénédictions.
Ces trois gestes signifient de cet ancien temps
Le bouc et le bélier, le fougueux taurillon.

98Rédemption de péchés sans le sang jamais ne vint.
Le sang lave les âmes du mal de tout venin.
Pour entrer dans les cieux, le sang fait le chemin :
Là où le sang n’appelle, Belzébuth n’est pas loin !

  • 11 Ce Christ en croix, avec son sang rédempteur, se dresse au tiers de l’œuvre, c’est-à-dire à la stro (...)

99La figure du Christ, devant nous nous l’avons ;
Comme Il fut sur la croix, de nos yeux le voyons.
Nous, oublier son sang, jamais ne le devons,
Car si nous l’oublions, grand dam nous nous ferons11.

100Quand il trace les croix avec sa main sacrée
Sur le vin du calice ou aussi sur l’hostie,
Pour l’Église, que Dieu a rachetée, il prie,
Pour que de l’ennemi elle ne soit malmenée.

101Il récite pour le pape la prière bien connue,
Et aussi pour l’évêque, sans le roi oublier,
Pour lui-même et le peuple, ceux qui sont rédemptés,
Que Dieu les garde tous, qu’ils ne soient pas déchus.

102Il prie pour l’Église, pour que Dieu la soutienne,
Loin de toute querelle, qu’en paix Il la maintienne,
Que dans son saint amour elle soit enflammée,
Et qu’Il soit satisfait de tout ce qu’elle a fait.

103Au chapitre suivant, le prêtre ordonné
Prie pour ses amis dont il est l’obligé,
Pour ceux qui sont présents, qui sont à ses côtés,
Et qui croient en le Christ qui fut crucifïé.

104Il prie pour ceux qui offrent sur l’autel leur offrande,
Pour qui sort de la messe, nul mal n’aille le prendre ;
Pour celui qui à l’Eglise apporte quelque rente…
Que Dieu leur vienne en aide et du mal les défende.

105Il prie pour les malades et pour les estropiés
Qui sont soit en péril soit privés de santé
Et pour tous les pécheurs gisant dans le péché,
Que Dieu leur vienne en aide, qu’ils ne restent entravés.

106Tout ce que demandait la loi, le sang versé,
Le Christ l’a demandé, c’est chose que l’on sait.
Le prêtre fait ainsi, qui par là rien n’oublie ;
Dans l’ancienne loi, la nouvelle mieux s’accomplit.

107Le troisième chapitre, nous devons l’entreprendre !
La matière en est bonne, elle est bonne à comprendre.
Et si vous patientez, pour que bien être ayez,
Vous entendrez des mots dont plaisir vous aurez.

108Dans la loi ancienne, quand l’évêque naturel
Voulait célébrer un office pontifical,
Si du Sancta Sanctorum il passait le portail,
Il y faisait entrer un très riche attirail.

109Mettait sur ses habits, qui sont pontificaux
Les noms de tous les pères, prophètes principaux,
Les noms justes et droits qui sont patriarcaux :
Il entrait tout orné de parements très hauts !

  • 12 Le pallium est un ornement liturgique catholique dont le port, sur la chasuble, est réservé au pape (...)
  • 13 Le « voile huméral » est un ornement liturgique.

110Sur un noble pallium12 il les portait écrits,
Que revêtait l’évêque par dessus ses habits,
La moitié par devant, là où est le pectoral,
Le reste sur les épaules, sur ce qui est l’huméral13.

111Il portait autre chose, l’épiscopal vicaire,
Quand il voulait entrer dans le grand sanctuaire ;
Il tenait en sa main le très noble encensoir
Qui était toujours posé tout en haut de l’armoire.

112Il y mettait des braises, ardentes et menues
Et de grandes poignées d’encens très fin moulu ;
Forte fumée en sortait, en nuages si épais
Qu’on ne voyait l’évêque ni ses habits sacrés !

113Prenait aussi le sang des bêtes immolées
Qui dans la grande salle gisaient égorgées.
Il en versait partout, comme c’était ordonné :
De son geste le Créateur était satisfait.

114Nos prêtres à nous, de l’autel les ministres,
Lorsqu’ils commencent, eux, à lire ce chapitre
Renouvellent cela, par leur faire et leur dire,
Ce qui en ce temps-là constituait le sacrifice.

115Les noms de tous ces pères des époques passées,
Il les portait sur lui, sur son pallium collés ;
En mémoire de quoi les prêtres ordonnés
Lisent ceux des apôtres, des martyrs couronnés.

116C’est pour cette raison qu’ils nomment ces hommes saints,
Pour rappeler les actes de ces temps ancïens,
Et pour que nous, nous les ayons dans notre cœur,
Et que nous suivions bien leurs manières et leurs mœurs.

117Le sang du bouc, comme du taurillon,
Celui que versait l’évêque en l’ancienne saison,
Préfigurait le sang de notre rédemption,
Celui que versa le Christ au cours de sa passion.

  • 14 L’accent est mis sur l’engagement personnel du prêtre, garant partiel de l’efficacité spirituelle d (...)

118Et qui chante la messe, s’il veut le faire bien,
De ce sang doit avoir au fond du cœur mémoire14 ;
Il nous aidera mieux, si bien il s’en souvient,
Que ne le faisait l’autre, c’est cela qu’il faut croire !

  • 15 Chargé des offices de la semaine.

119Les braises bien ardentes de l’encensoir sacré
Qu’apportait dans la salle ce saint ouvrier
Représentaient le feu et le zèle plénier
Que doit toujours porter le prêtre semainier15.

120Ce qui, de l’encens en poudre, si fort brûlait
Que la fumée jamais ne laissait voir le prêtre,
Montre que la messe est office si parfait
Que nul homme sur terre ne peut le connaître.

121Car ils auraient eu beau l’évêque apercevoir,
Jamais nul n’aurait pu ni savoir ni entendre.
La vertu de la messe, tout ce qu’elle peut valoir,
Dieu n’a pas à l’homme donné de le comprendre.

122Bouc ni bélier, ni le bœuf qui vaut grande somme,
Colombes, tourterelles, il n’y a rien de tel
Qui puisse dépasser ce mystère spirituel
Non plus qu’au blé n’équivaudrait le chaume.

123Quand le ministre d’antan, qui pour Dieu officiait,
Sortait de cette loge où l’arche était placée,
Il allait voir le peuple qui à l’extérieur priait,
Et l’aspergeait de sang comme la loi l’ordonnait.

124Tout le mystère inclus dans cette procession,
Le Christ l’a accompli, tout, avant la passion.
Il laissa les disciples, s’en fut faire oraison :
Ils ne purent le voir dans cette situation.

125Puis Il revint vers eux, leur demanda de prier ;
Ils le virent de leurs yeux, l’entendirent parler ;
C’est ce que le sang ancien voulait signifier,
Celui que la loi sur les gens faisait verser.

  • 16 Évangile de Jean, 16,17 : « Il y aura un peu de temps ».
  • 17 « Et encore un peu de temps ».

126C’est pourquoi Il a dit, si vous voulez le savoir,
« Modicus tempus erit 16où vous ne me verrez ;
Iterum adhuc modicum17 où vous pourrez me voir » :
Ce sera vérité, l’expérience en ferez !

127Au quatrième chapitre, comme le dit l’histoire,
Le vicaire du Christ de cela fait mémoire :
Avec les bras ouverts, il prie le Roi de Gloire,
Pour que tout ce service soit libre de toute tare !

128L’hostie qu’offre le prêtre solitaire,
Toute son assemblée en a part solidaire.
Il fait pour tous l’offrande au Roi de vérité
Car ainsi fit le Christ, juge de probité.

129Lorsque le Christ offrit sa chair si précïeuse
Qu’Il mourut pour nous tous, fit chose si cruelle
– Ce ne fut qu’une hostie –, elle fut à ce point belle
Qu’elle nous délivra tous de prison dangereuse.

130Ainsi, ce petit rien dont le prêtre fait l’offrande
Sauve beaucoup de gens, apporte grand soutien ;
De la vertu du Christ ceci est la provende,
Non pas venue du prêtre, qui ne le mérite point.

131Le prêtre est le vicaire du Seigneur spirituel,
Et l’hostie qu’il consacre est toute universelle…
La parole qu’il dit est parole plurielle,
Car il l’offre pour tous, ainsi à tous sert-elle !

  • 18 Il s’agit de la « familia » monastique, dont l’abbé est mentionné comme étant le célébrant de la me (...)

132La lecture qu’il fait le lui annonce au début :
C’est toute la famille18 qui offre cette oublie.
Aux morts et aux vivants elle sert, quoique menue :
La semence est chiche, la récolte est nourrie !

133Il prie Dieu pour nous tous, pour que dans sa pitié
Il ordonne nos jours en paix de charité
Et qu’Il garde nos âmes de cette obscurité
Où jamais n’entrera aucun point de clarté.

134Cette prière qu’il fait – prière si appuyée –,
Pour que les gens de Dieu ne soient abandonnés
Rappelle le mystère de ces époques passées
Où il offrait le sang du bétail sacrifié.

135Nous vous l’avons bien dit, pas seulement une fois
Mais c’est bien la troisième, comme moi je le crois,
Comment suivait l’évêque de cette loi première
Une fois dans l’année cette sainte carrière.

136Je ne vous dirai rien de ce qu’il faisait dedans :
À ce qu’il faisait dehors j’irai directement,
Car sinon le chemin nous semblerait trop long,
Nous nous en lasserions, notre solde perdrions.

137Quand l’évêque en avait fini à l’intérieur,
Avec tous ses apprêts, comme il y était entré
Il sortait, tout orné, vers les gens extérieurs,
Leur lisait de bonnes choses, était bien écouté.

138Disait : « Aspergesme », ô remarquable fait !
Sur tous les présents il versait le sang sacré.
Ensuite, très loin de cette auberge il s’éloignait
Et il n’y reviendrait pas avant la vesprée.

139Il se retirait loin, en un lieu écarté,
Ne revenait au peuple qu’une fois le soleil couché.
Là-bas il était seul, comme un excommunié…
L’interdit était fort, il ne l’aurait bravé !

140Dans le corps du canon, à la cinquième leçon,
De cette retraite nous faisons mentïon,
En priant le Christ de donner sa bénédiction
À cette famille ainsi qu’à son oblation.

  • 19 Ce « livre de vie » apparaît dans l’Apocalypse, constamment présente dans ce texte sur le sacrifice (...)
  • 20 « Mieux ».

141Il prie pour la famille par le Christ appelée,
Que du livre de vie19 elle ne soit bannie ;
Et il prie par le vin, et il prie par l’hostie,
Qu’en melius20 Il les change par sa vertu sacrée.

142Que le pain devienne chair, cette chair où Il mourut ;
Que le vin devienne sang, celui qui nous rachète,
Et nature angélique, celle qui est née charnelle,
Que nous allions au ciel, d’où Lucifer déchût.

  • 21 Ce cœur de la mission du célébrant est bien sûr la transsubstantiation, qui s’opère par son canal ( (...)

143Vous, seigneurs et amis, vases du Créateur,
Vous qui buvez le sang du véritable Sauveur,
Soyez ici dévots, tempérez votre ardeur,
Car nous voici au cœur de notre vrai labeur21.

144Pour concerter la chose et mieux la compiler,
Nous devons en arrière la raison en chercher,
Car il nous faut la racine bien dégager
Puis sur la fondation notre œuvre appuyer.

145Si Dieu m’aidait à accomplir ma volonté,
C’est de l’agneau pascal que je voudrais vous dire.
Il ne faut l’oublier, il ne faut le cacher,
Car il est la figure de cet autre à venir.

146Dieu avait ordonné, dans cette loi première,
Aux enfants d’Israël, cette tribu ancienne,
De tuer un agneau mâle et non point une agnelle
Quand ils célèbreraient leur grande pâque annuelle.

147C’est en Égypte que d’abord cela fut institué,
Quand sous le joug Pharaon ce peuple opprimait,
Que l’ange lui infligeait le châtiment cruel
Et qu’il tuait les hommes comme on fait du cheptel.

148Moïse, qui était messager, ordonna
Qu’à la pleine lune, au temps du premier mois,
Dans chacune des maisons un agneau on tuât
Et, dans un pot fermé, que le sang on gardât,

149Qu’ils célèbrent leur pâque, les enfants d’Israël,
Qu’ils le mangent grillé, non pas bouilli, l’agneau,
Que de son sang ils tracent un tau au pinceau :
Il ne franchirait pas la porte, l’ange cruel.

150La porte qui n’avait pas été de sang marquée
N’offrait pas de salut à cette maisonnée ;
L’aîné, le premier qui avait été engendré,
L’ange le pourfendait sitôt de son épée.

151Le tau est un bâton, selon tout son aspect,
Ce serait une croix s’il avait un sommet.
Le tau sauva ces gens-là, bien qu’il fût tronqué :
Nous, par la croix, nous obtenons la vie, la vraie !

152Du sang sauva ceux-là de la mort temporelle ;
Nous, par le sang, gagnons la vie spirituelle ;
Par le sang d’un agneau le mal finit son cours :
Ce signe, aujourd’hui, nous est d’un grand secours.

  • 22 Il s’agit de David.

153Jésus fut cet agneau, c’est bien ce qu’il paraît !
Jean Baptiste du doigt le désigna ainsi.
C’est par son sang précieux que se fit cet acquêt
Et le roi cithariste22 l’avait aussi compris.

154Ce second agneau naquit de meilleure Brebis,
De bien meilleure chair, de toison plus jolie ;
Les deux avaient un sang de même couleur vermeille,
Mais la vertu n’en fut ni égale ni pareille !

155Car la chair du premier fut sur le feu grillée
Mais la chair du second, en croix martyrisée.
Par le premier des sangs l’Égypte fut domptée,
L’autre à l’enfer donna une fatale rossée.

156La vertu de ce sang qui advint en dernier
Sanctifia, c’est ainsi, le sang qui fut premier.
Celui-ci fut seigneur, l’autre fut son portier ;
Celui-là fut le chaume et celui-ci le blé.

157Il m’est d’avis, seigneurs, si à tous vous agrée,
De laisser le vieil agneau reposer en paix !
Allons vers le nouveau, en qui notre joie est,
Car tout notre profit en lui est renfermé.

158C’est cet agneau qui fut le Fils du Roi du ciel
Et en toutes manières de son Père l’égal ;
Il est venu au monde dans un être charnel
Pour secourir les hommes qui étaient dans le mal.

  • 23 Le loup plutôt que le serpent…

159Cet agneau innocent dans sa simplicité
Brava le méchant loup23, tout plein de fausseté,
Celui qui jeta Ève en grande captivité,
Et fit tomber Caïn en forte inimitié.

  • 24 L’évocation de la communion (s. 160) précède celle de la consécration et de la transsubstantiation, (...)

160Au jour précieux de Pâques, pour nous fête majeure,
Jour de la résurrection de notre Sauveur,
De sa chair nous mangeons, qui de pain a saveur,
Et son sang nous buvons, merci au Créateur !24

161Le pain que sur l’autel vient consacrer l’abbé
En sa chair il se change, voilà la vérité.
Le vin se change en sang, salut de chrétienté,
Son goût ne correspond à sa propriété !

  • 25 Dans cet écart fondamental entre l’apparence et la vérité s’exprime le « mystère de l’Eucharistie »

162Du pain et du vin c’est bien là la saveur,
Mais ce n’est pain ni vin, c’est chose bien meilleure
Car c’est le corps du Christ qui est notre Sauveur25.
Celui qui n’y croirait serait en grande erreur !

163Au sixième chapitre, qu’il nous faut commencer,
Par « Qui pridie » le prêtre commence sa prière.
Des saintes paroles ces mots sont liminaires,
Elles qui en corps du Christ font le pain se changer.

164Lorsque le sacerdote à cet endroit parvient
Ce qui est devant lui il saisit à deux mains.
Il prononce ces mots, que par cœur il retient,
Fait une croix de la droite : c’est ce qui lui convient.

165Une fois les paroles lues, la croix tracée,
Aussitôt la nature en tout autre est changée.
Le vin transmué en sang, en chair l’oublie transmuée :
La famille les adore, à terre prosternée.

166Cette immense vertu, noble bénédiction,
Est une chose que Dieu pose sur l’oblation,
Si bien que les Chrétiens en aient consolation
Et que de leurs péchés obtiennent rémission.

167Il n’est homme ni ange, ni autre créature
– Hormis Dieu, qui le fait dans sa grande mesure –,
Qui ait pu comprendre ce bon événement :
C’est un fait de sa grâce, il n’en est autrement.

168Notre Seigneur le Christ, à la fin du dîner,
Distribua cette pitance à sa douce mesnie.
Manda que cette chose ne tombât en oubli
Mais qu’en mémoire de Lui elle fût renouvelée.

  • 26 Le célébrant « imite » la Passion et joint sa propre immolation au sacrifice du Christ. On a vu plu (...)

169Quand le vicaire du Christ, celui qui la messe chante,
Le Corpus Domini élève au-dessus de lui,
Si la passion du Christ en son cœur ne s’implante,
Les paroles qu’il dit par là-même il trahit26.

170La mort qu’Il prit pour nous toujours doit rappeler
Mais plus encore ici, à ce moment précis.
Car nous devons le faire comme Il l’a ordonné
Sinon très gravement nous pécherions ici.

171Ce que j’ai dit du pain, je le redis du vin :
Tout est Corpus Domini, tout suit même chemin !
Tout cela est salut pour l’homme si mesquin
Qui dans ce siècle n’est qu’un hôte, un pèlerin.

  • 27 Trois fois est mentionné le « Corpus Domini » pour une évocation trinitaire de l’Eucharistie.

172Et du Corpus Domini 27 je dis encore ceci :
Le pain dont on le fait doit être pain de blé.
Aucun autre mélange il ne le veut pour lui.
Je crois très fort ceci et viens en témoigner.

173Car si quelque autre graine y est entremêlée
Le mélange demeure un pain tel qu’il était.
Seul le blé se transforme en véritable chair,
Celle qui met les âmes dans la bonne carrière.

  • 28 Le texte vise ici à la correction de pratiques non conformes. Il montre la responsabilité du prêtre (...)

174À l’hostie maintenant je voudrais revenir
Et toutes les dimensions qui s’y trouvent vous dire.
Six conditions devons chez elle respecter ;
Si l’une d’elles fait défaut, alors il faut changer !28

175La première condition que nous devons inclure,
Qu’elle ne soit d’autre grain si ce n’est de blé pur,
De couleur blanche, fine, de rotonde figure,
Sans sel et sans levain, portant sainte écriture.

176Quand la consécration est faite et terminée
Le vicaire du Christ se tient bras écartés,
Bien largement ouverts, le visage mouillé
Car se souvient du Christ, combien martyrisé !

177Quand il se tient ainsi, les bras bien étirés,
Il signifie les anges aux ailes déployées,
Ceux qui recouvraient l’arche : je vous l’ai raconté
Mais mon cœur me dit que les avez oubliés…

178Cette figure, en plus, offre une autre condition :
Elle montre que le Christ prit ainsi sa passion ;
Ainsi fut crucifié, pour notre rédemption,
Quand lui porta le coup Longin le Centurion.

  • 29 Nous suivons la traduction qu’avait donnée Eugène KOHLER de cette même expression, in : Poema de Mi (...)

179Le prêtre béni, de telle sorte se tenant,
Les bras bien étendus, vers la croix regardant,
Se souvenant du Christ et de ses yeux pleurant29,
Pense à trois conditions, j’irai vous les contant.

180Il a trois choses en tête, chacune est principale :
Comment mourut le Christ, voici bien la première ;
Comment Il ressuscita, qui est son égale ;
Comment Il monta au ciel, la troisième et dernière.

181Et nous, si nous voulons droitement avancer,
Ce que nous prononçons nous devons l’effectuer.
Car dire de la langue sans œuvrer de nos mains,
C’est une fleur sans fruit, et c’est promettre en vain.

182La mort du Christ, vraiment nous la louons
Quand nous-mêmes en nous-mêmes le mal nous mortifions.
Et sa résurrection, assez ne l’adorons
Si en de bonnes œuvres nous ne nous activons.

183Si avec le Christ voulons nous envoler au Ciel,
Les ailes des vertus pourront nous élever.
Si nous ne sommes égaux dans nos dits et nos faits,
Nous ne serons pas vrais vicaires de l’autel.

184Ayant dit ces paroles que je vous ai exposées,
Le vicaire du Christ, avec ses mains sacrées,
Sur le sacrifice fait trois signes de croix
En disant ces trois mots, qui tous trois sont de poids.

185Il lui dit : « Hostie pure, sainte, immaculée ».
Car Jésus-Christ fut tel, rien ne lui en a manqué :
Pur Il fut, sans péché, saint, c’est chose prouvée ;
Ni tâche ni souillure ne fut en Lui trouvée.

186La nature première est toute modifiée,
Ce n’est plus pain ni vin, rien de ce qui a été.
Tout est le corps du Christ, et tout est déifié,
Tout est Christ, une fois la bénédiction donnée.

  • 30 Le linge qui accueille l’hostie sur l’autel.

187Dès qu’il fait les trois croix, qui sont toutes générales,
Il en fait deux autres, et celles-là sont spéciales.
L’une est faite sur le pain et sur le corporal30,
L’autre est faite sur le vin, sorti du raisin noir.

188Ici nous apparaît une nouvelle question,
Sujet très nécessaire, plein de bénédiction :
Puisqu’elle est consacrée, toute cette oblation,
Pourquoi le prêtre fait-il une autre consécration ?

  • 31 La répétition à la rime est dans le texte.

189Nous savons que l’hostie est déjà consacrée,
De même que le vin, il ne lui a rien manqué.
Pourquoi signer encore ce qui est consacré ?31
Il semble que ce soit chose peu justifiée…

190Une telle question est bonne à regarder :
La raison en est juste, nous devons la chercher.
Qui ordonnança la messe sut très bien y penser :
Le Roi qui le guidait l’empêcha de se tromper !

191Les signes de la messe que fait ce bon chrétien,
Le vicaire du Christ, avec sa droite main,
N’ont pas qu’une raison – cela, j’en suis certain –
Car deux nobles épis sortent bien de ce grain.

192Les premiers signes œuvrent à la consécration,
Consacrent l’hostie, donnant la bénédiction ;
Les autres représentent le cours de la passion,
Ce qu’a souffert le Christ pour notre rédemption.

  • 32 Un symbolisme sacré, porté par une inversion, s’instaure dans ce geste et cette explication : les p (...)

193Amis, ces croix, si la somme en faisons,
Nous trouvons qu’elles sont cinq, notre souvenir est bon.
Les traçant sur l’hostie en rien nous n’excédons :
Ce sont les plaies du Christ qu’ainsi nous rappelons32.

194Cinq ont été les plaies, on ne peut en douter,
Quatre celles des clous, la cinquième de la lance ;
De ces cinq plaies les croix nous donnent remembrance ;
Longin lui en fit une offerte par pitié.

  • 33 Pour les Pères de l’Église, Abel préfigure le Christ. La comparaison entre les deux sacrifices au r (...)

195Au chapitre suivant, le prêtre ordonné
Prie notre Créateur, Roi bon et tout-puissant,
Que de ce sacrifice Il soit aussi content
Que de celui d’Abel, le bon assassiné33.

196Il prie pour qu’il lui plaise autant de cette hostie
Que de celle que Saint Melchissédec lui offrit
Ou de celle qu’Abraham lui avait présentée
Quand il voulait son fils tuer de son épée.

197Ces trois patriarches que nous avons nommés
Furent hommes dévots, du Créateur aimés.
Les actes qu’ils ont faits dans un livre sont écrits :
Car, serviteurs de Dieu, ils en furent chéris.

  • 34 À la strophe 198, nous sommes aux deux tiers précisément de l’œuvre ; Abel y est en miroir avec le (...)

198D’Abel34 nous savons bien ce qui lui est arrivé,
Comment fut accueilli le don venu de lui :
Dieu lui en sut fort gré, qui l’avait bien compris ;
Avec Dieu est son âme, car il l’a mérité.

199Car déjà tout enfant il aimait le Créateur
Et il savait comment être son serviteur.
Mais son frère Caïn, qui était son aîné,
Le tua par jalousie, en traître qu’il était.

200Quant à Melchissédec, ce fut au temps ancien,
Du temps où Abraham était un père vrai.
Il n’offrit point à Dieu de bouc ni de bélier
Mais ne fit sacrifice que de pain et de vin.

201Le saint sacrifice de cet homme si honnête
Avec celui du Christ offre une relation :
L’un fut la fondation, celui-ci fut le faîte :
David en a parlé dans sa prédication.

  • 35 Les strophes 200, 201 et 202 répètent le mot « sacrifice », par trois fois donc.

202Ce que fit Abraham, ce fut un très haut fait ;
Sinon celui du Christ il n’est d’équivalent.
Il mena son jeune fils sur un très haut sommet
Pour en faire sacrifice35 : cela fut étonnant !

203Il avait entassé déjà un grand bûcher
Pour y brûler son fils et le feu était prêt,
Le couteau empoigné, de son étui tiré,
Mais Dieu lui dit : « Il suffit, tu m’as satisfait ».

204Ces trois patriarches, ces trois hommes parfaits,
Qui menaient sainte vie, dont on sait les hauts faits,
Se trouvent de plein droit dans la messe nommés
Car dans l’amour de Dieu ils furent très zélés.

  • 36 La répétition est dans le texte.

205Au dixième chapitre, le prêtre ordonné
À qui la célébration a été confïée
Incline la tête devant le corps sacré
Il prie en son silence comme il est ordonné36.

  • 37 Le prêtre pardonne ceux qui l’ont offensé comme le Christ en croix demande pardon pour ceux « qui n (...)

206Il fait de ses deux bras une croix sur sa poitrine :
Qu’il oublie tout ressentiment, c’est là le signe ;
Il pardonne mots méchants et mauvaises actions,
Car s’abstiendra d’en demander réparation37.

  • 38 L’autel spirituel, celui que montre aux cieux l’Apocalypse de Jean : « l'autel d'or qui est devant (...)

207Il prie du fond du cœur le Père de vérité
D’envoyer son ange, qui est son messager,
Porter ce sacrifice sur l’autel de vérité38
Devant sa présence, qu’Il en soit satisfait.

208Ensuite il baise l’autel, lorsqu’il a bien prié.
Il décroise les bras, se dresse manches relevées,
Il signe l’hostie et le calice sacré,
Puis se signe lui-même, comme il est ordonné.

209Le baiser sur l’autel signifie le baiser
Qu’a donné à Jésus Judas le misérable.
Il n’est d’autre homme au monde qui fît folie semblable ;
Il crut y prendre l’autre, le mal l’a emporté.

  • 39 La pendaison et l’éventration de Judas correspondent au récit de Matthieu, 27, 5 et à celui des Act (...)

210Ce traître mécréant fit un nœud bien mal fait,
À prendre son salaire le diable l’a aidé.
Se pendit à un arbre, et il fut éventré39.
Il n’aurait rien perdu s’il n’était jamais né !

211Les trois signes, les croix que ce saint homme fait,
Ces croix ont signifiance de la triple oraison,
Celle que fit le Christ juste avant sa passion,
Quand Il se retira loin de sa maisonnée.

212Il signe d’abord l’hostie, et c’est la première fois ;
Puis le calice, et le troisième signe fait sur soi ;
Ensuite étend les bras, poursuivant sur sa voie,
Lisant légende sainte et vraie ainsi qu’il doit.

  • 40 Comme nous l’avons déjà noté, le célébrant est par deux fois désigné comme « l’abbé », ce qui situe (...)

213Si, ainsi qu’il le fait, l’abbé40 croise les bras
Quand il s’incline alors devant la Majesté,
Il est bon de savoir quel en est le secret,
Si cela a du sens, si cela n’en a pas.

214La question en est bonne, posée bien justement,
Dieu veuille que bonne réponse lui donnions,
Car l’homme a en son cœur très grand contentement
Lorsqu’on répond avec justesse à sa question.

215Des Juifs elle est le signe, la main du droit côté,
Car ils ont observé la loi sans omission.
Ceux-là offraient à Dieu sacrifices et dons
Et la terre d’Égypte pour eux fut malmenée

216Il les nommait ses fils, le Christ notre Sauveur ;
Il cherchait ce troupeau, comme loyal pasteur.
Il leur a fait grâce, merci et grand honneur,
N’eut en retour que ruades et le pire malheur.

217Par la senestre main, qui est si malhabile
Nous est signifïée la gent du paganisme,
Car elle se fourvoyait, cette folle mesnie,
Adorant les idoles et les autres bétyles.

218Lorsque Jésus-Christ, notre pasteur naturel,
Vint délivrer le monde de l’oppression mortelle,
Son troupeau refusa de manger de son sel
Et, tout autant qu’il put, il lui chercha querelle.

219La gent du paganisme, elle, lui obéit,
Vint à Lui bonnement et avec bon esprit.
Si senestre elle fut par son grand manquement,
Elle finit à droite du Roi omnipotent.

220Et les Juifs qui étaient la droite du Créateur
Parce qu’ils avaient sa loi, de Lui étant aimés,
N’ont pas voulu le croire et le pire ils ont fait :
Ils tombèrent à gauche, dans leur très grande erreur.

221Ceux qui étaient pour fils de la dextre tenus,
La roue ayant tourné, fillâtres sont devenus.
Ceux qui étaient fillâtres, qui étaient fourvoyés,
Ceux-ci passèrent à droite, comme fils adoptés.

222C’est ce que signifient les bras entrecroisés :
Que les fils ont chuté, les fillâtres sont montés.
Ceux qui étaient dedans, dehors furent jetés,
Ceux qui dehors étaient, dedans furent guidés.

223Au chapitre suivant, le thème est différent :
Celui qui chante la messe émet une demande :
Il prie le Roi de Gloire, tout son cœur y mettant,
Pour les âmes fidèles que nous regrettons tant.

224Il prie le Roi de Gloire de toute sa volonté
Pour les âmes fidèles qui gisent en pauvreté,
Qu’Il fasse à leur égard un geste de pitié,
Qu’Il les transporte dans son royaume de clarté.

  • 41 On trouve ici un écho du « refrigerium », antérieur au concept de purgatoire, où les âmes des juste (...)

225Il prie Dieu, le prêtre qui célèbre l’office,
Qu’Il les tire de leur peine, de si grave tourment,
Qu’un lieu de paix leur donne, de rafraichissement41,
Où reposent les croyants du saint Évangile.

226Lorsque l’abbé aborde ce chapitre-ci,
Il doit son intention placer sur ses amis,
Que Dieu les tire de leur peine par sa pitié,
Et les admette dans la Gloire de sa clarté.

  • 42 Berceo insiste sur la perfection du nombre 12, où 3 multiplie 4, conjoignant symboliquement le ciel (...)

227Au chapitre suivant, qui est enfin le dernier,
– Car ils sont douze en tout, c’est un compte parfait42 –,
Devant le crucifix il se place de face
Et il bat sa poitrine comme dure surface.

228Quand Il était en croix, notre très saint Sauveur,
Des femmes qui passaient plaignaient fort le Seigneur,
Se frappaient la poitrine dans leur grande douleur,
Parce que mourrait le juste, vivait le délateur.

229C’est ce que représente notre célébrant
Quand il bat sa poitrine de sa dextre main,
Qu’il gémit à cœur fendre, soupire vivement,
Témoignant de sa faute au Père souverain.

230Ensuite il prie et supplie le Père céleste
Pour lui-même et les hommes du peuple terrestre
Qui ont foi en sa grâce, non en autre richesse,
Qu’Il leur fasse une place dans sa cour spirituelle.

231Qu’Il leur fasse une place dans la société
De tous les saints Apôtres, en sa grande pitié,
Avec les saints Martyrs de si ferme volonté
Qui ont subi passion et mort pour la vérité.

232Pour ouvrir la carrière vers cette communauté,
Il cite de nobles saints de grande autorité,
Apôtres et martyrs de cette société
Qui servirent le Christ de toute leur volonté.

233Si voulions nous rappeler les paroles énoncées,
Les mots passés, propos en arrière laissés,
Nous comprendrons alors, pour en être satisfaits,
Pourquoi en deux endroits ces saints sont mentionnés.

234Nous entendons plus haut, mes seigneurs et amis,
Que cet évêque suprême du temps jadis,
Lorsqu’il se revêtait de ses très saints habits,
Portait sur son pallium de tels témoins écrits.

  • 43 Berceo dit « missacantano » pour ce prêtre de la religion judaïque, littéralement « celui qui chant (...)

235Devant et derrière, sur le dit vêtement,
Les noms des pères qui ont vécu au temps d’avant
Sur lui il les portait, le prêtre célébrant43 ;
Le moindre écolier pouvait les lire facilement…

  • 44 La temporalité du rituel imite la spatialité du vêtement sacré, le pallium du grand prêtre.

236Donc nos prêtres actuels, des autels les servants,
Lorsqu’ils récitent le canon entre leurs dents,
Mentionnent les saints, pour cela, en deux moments,
Les uns venant devant, les autres les suivant44.

237Ceux qu’ils portaient devant, c’est ce que montrent les premiers,
Ceux qui étaient dans le dos, c’est ce que montrent les derniers.
Les anciens, les nouveaux furent bien droituriers,
Dans leurs faits et leurs dires furent justes et vrais.

238Ne seraient dans la messe chaque jour mentionnés
S’ils n’étaient pas de Dieu, de tout son cœur, aimés ;
Mais eux, ils l’ont aimé et de Lui furent loués
Et dans la sainte messe en témoins sont appelés.

239Une fois qu’il a prié des saints la litanie,
Sur le sang très saint ainsi que sur l’hostie
Fait trois signes de croix avec sa main sacrée
En prononçant trois mots pleins de riche secret.

240Ayant fait ces trois croix, celui qui dit la messe
Ôte le corporal dessus le saint calice.
Il fait trois autres croix en élevant le pain
Et deux sur les côtés, car il n’en faut pas moins.

  • 45 Berceo se met en parallèle avec David, étant animé d’un même « désir » de montrer les vérités divin (...)

241Il nous faut regarder de près ce saint mystère ;
Certes, à bien le scruter, nous passerons misère,
Mais celui qui a guidé dans ses psaumes David
Nous donnera conseil pour suivre ce désir45.

242Les évangiles le disent – et ils sont de confiance –,
Le vendredi où le Christ voulut sa passion,
Par la langue de Juifs voués à la perdition
Trois fois fut demandé qu’Il fût à la potence.

243Par trois fois ils crièrent qu’on le crucifiât ;
Il avait de la verve, qu’on ne s’y arrêtât pas ;
Tant aux dires qu’aux faits, qu’on n’en démordît pas :
César serait fâché si on ne l’achevait pas.

244Les trois croix que forme le prêtre ordonné
Sur la sainte hostie et sur le vin sacré
Représentent les souhaits du peuple déchaîné
Qui nuire lui voulait de toute sa volonté.

  • 46 Au sens étymologique de « res gestae », choses réalisées jusqu’au bout, donc fait important. Cf. Pe (...)

245Les trois croix qui les suivent rappellent une autre geste46 :
Les trois heures écoulées de la tierce à la sexte,
Où sur la croix fut mise cette personne honnête
Et où hommes et anges célèbrent belle fête.

246Les deux dernières croix que le prêtre a tracées
Sur le bord du calice avec l’hostie sacrée
Représentent le sang et l’eau purifïée
Qui sortirent du Christ par la lance frappé.

247Celui qui dit la messe, ce discours achevé,
S’adresse à son peuple d’une voix bien haussée
Et le chœur lui réplique, point de contradiction :
Tous répondent « Amen » avec satisfaction.

248Puis il les admoneste : qu’ils commencent à prier,
Que l’ennemi mauvais ne puisse les tenter,
Qu’ils disent le Pater Noster, et au Père éternel
Demandent bonne fin, et bonne place au ciel.

249Lorsqu’il hausse la voix, le prêtre en ses habits,
Qu’il éveille le peuple qui s’était assoupi,
Il signifie les femmes – tel est bien mon avis –
Qui allaient chercher le Christ là où on l’avait mis.

250Le saint Pater Noster est prière divine ;
Des vivants et des morts est sainte médecine.
Aussi ne faut-il pas que la hâte nous anime,
Car sous ce grain se tient profitable farine.

251Quand nous devons prier, dans cette vie de peine,
Ne serait-ce que pour l’autre qui de tous biens est pleine,
Il en est de ces paroles comme du sac cousu
Qui de bonne farine est farci tant et plus.

252À Jésus-Christ s’adressa sa bonne mesnie
– Saint Pierre et tous les autres, sélecte compagnie – :
« Seigneur, notre saint Père, qui en rien ne te fourvoies,
Dis-nous comment prier d’une prière de choix ».

  • 47 Trois fois est mentionné en latin le titre de cette prière, s. 248, 250 et 253.

253Le Seigneur glorïeux, ce maître si parfait,
Vit qu’ils avaient raison et leur en sut fort gré.
Leur montra le Pater Noster47, ce sermon abrégé,
De sa très sainte bouche composé et dicté.

254Toutes les oraisons, courtes ou étendues,
Les grecques et les latines, sont ici contenues.
Les mots sont peu nombreux, mais de sens bien chargés ;
Sage a été le Maître qui a voulu les dicter !

255Sept choses nous demandons dans cette prière :
Trois qui durent à jamais, ce sont les trois premières ;
Les quatre dernières ont une autre raison :
En même temps que le monde, elles, elles finiront.

256La première bénit le Père spirituel ;
Son saint nom est durable et il n’est pas mortel.
La deuxième demande le règne des cieux
Qui durera toujours, en signe précïeux.

257En troisième lieu la demande que nous faisons
Est que sa volonté, pleine de bénédiction,
Comme elle est dans le ciel, où n’entre aucun larron,
Ainsi soit sur la terre, qu’il y ait cet unisson.

258Ces trois premières demandes que nous venons de lire,
Dans ce monde jamais ne seront exaucées.
Mais, dans l’autre, elles seront toutes les trois comblées
Là où bruits de discorde jamais ne s’entendirent.

259La quatrième requête qu’à Dieu nous adressons,
C’est la vie de nos corps, sans laquelle ne vivons ;
Tout ce que nous mangeons est le pain en question :
Quand nous parlons du pain, tout le reste y mettons.

260À la cinquième phrase faisons bien attention,
Sinon nous pourrions là durement nous tromper !
Si de Dieu nous voulons gagner un bon pardon,
Nous devons, nous, d’abord, aux autres pardonner.

261C’est ce que nous disons à Dieu quand nous clamons :
« Seigneur, pardonne-nous comme nous pardonnons ».
Nous, bêtes et misérables, en vain nous efforçons
Si nous, sans pardonner, lui demandons pardon.

262Si nous, sans pardonner, pardon lui demandons,
Grave erreur nous faisons et nous nous maudissons.
Ennemis à nous mêmes, contre nous nous allons,
Nous tombons dans la fosse que nous mêmes ouvrons.

263Si nous voulons gagner le pardon des péchés,
Pardonnons en premier et soyons confessés ;
Alors pouvons aller, certains et assurés :
Du mal que nous fîmes Il nous verra déchargés.

264Quand la sixième demande nous lui adressons
Avec tout notre cœur le prier nous devons,
Qu’Il ne nous laisse pas tomber en tentation,
Celle qui à l’attelage fait perdre le caveçon.

265Il reste une autre phrase, ce sera la dernière,
Qui renferme les autres comme fait un bon gardien ;
Elle tient en peu de mots, saints en grande manière :
C’est un petit épi, qui est bien plein de grains.

  • 48 Douze strophes, de s. 255 à s. 266, glosent le Pater Noster.

266Car enfin nous prions notre Père céleste
Que par sa sainte grâce Il nous délivre du mal,
De l’ennemi mortel et du feu infernal
Qui ne cesse de brûler dans aucune tempête48.

267Quand le Pater Noster est entier achevé,
Le vicaire du Christ, le prêtre ordonné,
Prononce entre ses lèvres « Amen », bonne bouchée,
Qu’Il nous délivre du mal, nous donne bien redoublé.

  • 49 Comme on l’a lu, son visage s’est baigné de larmes en évoquant la Passion.

268Ensuite le vicaire, la personne ordonnée,
Découvre la patène qui était enveloppée ;
Prononce entre ses lèvres « Amen », la voix changée,
Se signe de la patène devant son front lavé49.

269Il prie Dieu pour lui-même, aussi bien pour ses ouailles,
Qu’Il veuille les absoudre de leurs péchés, sans faille,
Aussi bien du présent que de ceux du passé,
Que de ceux à venir nous ne soyons tentés.

  • 50 Pedro Cátedra observe que ce « dictado », ce traité, est le texte latin que suit Berceo pour dévelo (...)

270Le calice où se trouve le vin consacré
Signifie le sépulcre où le Christ fut placé.
La patène qui maintient le calice bouché
Signifie la pierre, c’est ce que dit le traité50.

  • 51 Les Évangiles divergent sur le nombre et l’identité des femmes venues au tombeau.

271Lorsque les trois Marie, ou les deux seulement51,
Pour embaumer le Christ venaient au monument,
Pensaient qu’elles ne pourraient pas soulever la pierre :
Elles en avaient grand dol, et grande était leur peine.

272Tout en parlant ainsi, elles étaient oppressées,
Tellement le deuil du Christ les avait consumées.
Au monument encore elles n’étaient arrivées
Qu’elles virent tout l’aspect du sépulcre changé.

273Elles virent de la tombe la pierre retirée,
Le sépulcre ouvert et le linceul plié.
Elles crurent que les Juifs, en traitresse assemblée,
Avaient la chair du Christ enlevée et volée.

274Quand le prêtre du Christ qui le service mène
En est à cet office et baise la patène,
Cet acte représente la douleur et la peine
Que pour le Christ sentait la sainte Madeleine.

275Ensuite ce saint clerc, lui qui la messe dit,
Poussant de grands soupirs prend la très sainte hostie ;
Après l’élévation, la fragmente deux fois :
Quand il la rompt ainsi, il la morcelle en trois.

  • 52 Ce milan est le Malin. Parmi les oiseaux de proie qui donnaient semblance au diable, le milan a l’a (...)

276Le morceau que le célébrant alors soutient
Dans sa main droite, pour signer le calice,
Il est pour les vivants, pour le peuple chrétien :
Que Dieu sauve leurs âmes du milan plein de vice52.

277Il lui en reste deux, dont l’un est la mémoire
Des âmes purifiées que Dieu tient en sa gloire ;
Le troisième fragment, comme le dit l’histoire,
Prie pour celles qui souffrent sous la loi purgatoire.

278Lorsque notre saint prêtre effectue ce labeur,
Qu’il rompt ainsi l’hostie, le corps du Créateur,
La Cène il représente de notre Saint Sauveur
Qui, ayant rompu le pain, le donnait alentour.

279Elle a un autre sens, encore, cette brisure,
Car dans la loi ancienne elle a une figure :
Quand on offrait jadis fleur de farine pure,
On en faisait des tas d’une petite mesure.

280Puis on chante les Agnus d’une voix bien modulée,
On les chante et rechante une troisième fois.
Il y a une raison, et c’est de bon aloi,
Car l’Église ne ferait chose désordonnée.

281Nous, hommes de ce monde, péchons de trois façons :
En pensée, en parole et aussi en action.
Ainsi, l’Agneau de Dieu, par trois fois le prions
De nous garder du coup où nos âmes perdons.

  • 53 Le texte peut sembler inutilement répétitif : dans une visée didactique, une telle répétition n’aur (...)

282Pour cela, les Agnus, par trois fois les chantons,
Parce que de trois façons fautes accumulons53.
Faisons à Jésus Christ prières redoublées
Pour que nos vanités ne nous soient pas comptées !

  • 54 Caritas : l’amour humain en ce qu’il a de plus proche de Dieu.

283Ensuite le ministre qui sert devant l’autel
Prend l’osculum pascis, signe de charité54.
Et alors communie toute cette société,
Le chœur chante les Laudes grandement solennelles.

284De cette communion, de cette paix générale
– Et que tous communient –, naît un bien, non un mal.
Pourquoi cela se fait-il ? La réponse naturelle
Plaira à tous, car c’est un bien universel.

285Au temps premier, ainsi que nous l’entendons dire,
Ceux qui allaient à l’église pour la messe ouïr
Devaient tous recevoir en eux le corps du Christ :
Et cela, chaque jour ils devaient l’accomplir.

286Les hommes de bon sens durent alors penser
Qu’il y avait grand péril à chaque jour communier
Car l’homme ne peut pas toujours être en pureté,
Et d’une autre façon ils durent en disposer.

287Posèrent qu’aux dimanches, jours de solennité,
Tout le monde communiât, en étant confessé :
On pouvait ce jour-là venir comme il fallait ;
De cette chose-là tous furent satisfaits.

  • 55 Berceo évoque un âge d’or spirituel suivi d’une dégradation, suivant en cela l’explication que donn (...)

288Cet excellent usage longtemps fut respecté,
Car les gens étaient bons, crainte de Dieu avaient55.
Mais petit à petit tout changea, se perdit ;
Qu’à Pâques on communiât fut alors établi.

  • 56 La répétition de « communier », à la rime, est dans le texte.

289Fut alors établi qu’au lieu de communier
Ils vinssent chaque jour, tous, pour prendre la paix.
Et comme ils ne pouvaient chaque dimanche communier56,
Ce fut du pain béni qui, à la place, fut donné.

290Qui veut prendre la paix ou pain de bénédiction
Doit venir dévotement en grande dévotion,
Au dedans de son cœur n’avoir détestation,
Pas plus que s’il voulait recevoir la communion.

291Qui va prendre la paix ou bien le pain béni
De tout péché mortel soit être libéré,
Et qu’il tienne son cœur à la communion prêt,
Sinon, dedans l’enfer, il poussera grands cris !

  • 57 L’hostie, le Corpus Christi.

292Une fois la paix reçue et le Corps57 consommé,
Vers le peuple se tourne le prêtre en ses habits,
Dit : « Dieu soit avec vous, mon peuple bienaimé,
Prions ensemble Dieu, notre Seigneur accompli ».

293Il dit cela lorsqu’il veut la messe terminer.
Il se retourne et il les invite à prier.
En cela c’est le Christ qu’il veut signifïer,
Ce qu’Il fit quand aux cieux Il voulut retourner.

  • 58 Moment de repos et de consolation, même si les disciples sont réprimandés… Cf. l’Évangile de Marc, (...)

294Mangea avec ses disciples, et ce fut bon soulas58 ;
Leur grande dureté assez leur reprocha.
À toute créature leur fit prêcher la paix
Car tout le bien du monde s’y trouve renfermé.

  • 59 Le sujet est le prêtre, non plus le Christ, sujet de la strophe précédente.

295Il59 leur donne licence d’aller chacun chez soi,
Il leur dit que l’hostie qui fut sacrifïée
Entre les mains des anges est à Dieu envoyée.
Tous répondent « Deo Gratias », à haute voix.

  • 60 Le Deo Gratias qui clôt la messe est repris pour clore le poème, si bien que cette coïncidence en l (...)

296Grâces au Créateur qui a voulu nous guider60,
Lui qui guide les pèlerins qui outremer vont passer.
Le poème est fini, en bonne place posé ;
Longues furent nos peines, allons nous reposer.

  • 61 Le Pater Noster est donc en tout mentionné cinq fois, d’abord trois fois comme nous l’avons dit à l (...)

297Mes seigneurs et amis, vous tous qui êtes ici,
Je vous demande une grâce, par la loi qui vous lie :
Dire un Pater Noster61 chacun à mon profit :
Pour moi ferez beaucoup et vous n’y perdrez mie.

Haut de page

Notes

1 « Cebada », au sens premier, est l’aliment, mais ce mot signifie aussi l’orge. Première céréale à avoir été cultivée, ses épis portent de longues barbes, et ajoutent une image solaire à la manne céleste.

2 Cette image frappante du Christ en prêtre qui s’immole se présente à la strophe 27 = 3 x 9, proposant comme une synthèse du projet d’écriture (le sacrifice de la messe, où le prêtre célèbre le sacrifice), un condensé du 3 x 99 qui forme le tout de l’œuvre, soit 297 strophes (cf. notre introduction).

3 En intercalant ici la strophe 38 du manuscrit, nous suivons l’édition de P. CÁTEDRA, qui rétablit ainsi l’évocation du Gloria dans l’ordre liturgique (Obra completa de Gonzalo de Berceo, coordinado por Isabel URÍA, Madrid : Espasa-Calpe, 1992.

4 Dans le texte latin où l’on s’accorde à voir la source de Berceo, la gauche représente les Païens, au nombre desquels s’inscrit un « nous » extérieur à la révélation monothéiste, à l’opposé des Juifs : « Et propter hoc gratia Dei transiit ad sinistram, idest ad paganos, unde nos sumus omnes qui tunc eramus in sinistra parte ». Ici, les Païens, ou Gentils, sont désignés comme les Maures. Est-ce le poids de la trilogie hispanique « Juifs, Maures et Chrétiens » qui attribue ce rôle aux Maures ?

5 Les Juifs sont nés d’une première alliance et ne sont pas les descendants directs de la nouvelle loi.

6 En s’inscrivant dans la gestuelle de la messe (déplacement du prêtre devant l’autel), la perspective eschatologique débouche sur la conversion salvatrice des Juifs, comme le prévoit l’Apocalypse.

7 « Sans nul doute ».

8 Comme le texte source, Berceo ne donne que deux raisons au mélange du vin et de l’eau dans le calice, alors que la tradition théologique ajoute que Jésus les aurait mélangés comme le voulait la coutume juive, lors de la Cène.

9 La portée didactique de l’œuvre se laisse bien entendre dans cette strophe.

10 Crucifixion et Ascension sont associées ici ; l’Ascension marque le temps à partir duquel la présence du Christ sur terre n’est plus que dans le sacrement de l’Eucharistie. La liturgie romaine aussi bien que wisigothique la commémorait en même temps que la Résurrection. Les trois sont évoquées à la strophe 180.

11 Ce Christ en croix, avec son sang rédempteur, se dresse au tiers de l’œuvre, c’est-à-dire à la strophe 99, dont le nombre est celui des noms de Dieu. Le rappel (la mémoire) est salvateur.

12 Le pallium est un ornement liturgique catholique dont le port, sur la chasuble, est réservé au pape, aux primats, à certains archevêques et à quelques rares évêques, pendant la célébration de la messe.

13 Le « voile huméral » est un ornement liturgique.

14 L’accent est mis sur l’engagement personnel du prêtre, garant partiel de l’efficacité spirituelle de son office ; on retrouve cet appel à la personne aux strophes 119 et 143, même si c’est par la vertu divine que le mystère de l’Eucharistie s’accomplit (s. 130).

15 Chargé des offices de la semaine.

16 Évangile de Jean, 16,17 : « Il y aura un peu de temps ».

17 « Et encore un peu de temps ».

18 Il s’agit de la « familia » monastique, dont l’abbé est mentionné comme étant le célébrant de la messe, aux strophes 161 et 213.

19 Ce « livre de vie » apparaît dans l’Apocalypse, constamment présente dans ce texte sur le sacrifice de la messe, ouvrant les perspectives eschatologiques de l’Eucharistie : « Je n'effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges ». Cf. « L’Eucharistie, sacrement de l’espérance ecclésiale », J.M.R. TILLARD, P.O., in : Nouvelle revue théologique, 83/6, 1961, p. 561-592.

20 « Mieux ».

21 Ce cœur de la mission du célébrant est bien sûr la transsubstantiation, qui s’opère par son canal (« vases du Créateur », parce qu’en ingérant le vin changé en sang, ils deviennent eux-mêmes des calices). Berceo s’adresse à ceux qui servent la messe, et dont il fait partie. La sanctification du prêtre dans la consécration exige foi et tempérance.

22 Il s’agit de David.

23 Le loup plutôt que le serpent…

24 L’évocation de la communion (s. 160) précède celle de la consécration et de la transsubstantiation, qui occupera les strophes suivantes. Ce n’est pas l’ordre chronologique qui prévaut, mais celui de l’exposition…

25 Dans cet écart fondamental entre l’apparence et la vérité s’exprime le « mystère de l’Eucharistie ».

26 Le célébrant « imite » la Passion et joint sa propre immolation au sacrifice du Christ. On a vu plus haut, à la strophe 27, l’image du Christ à la fois prêtre et victime sacrificielle. Les larmes sont le signe de cette passion pastorale (cf. infra strophe 176), et elles sont prescrites. Cf. Piroska NAGY et Alain BOUREAU, Le don des larmes au Moyen Âge : un instrument spirituel en quête d’institution (Ve-XIIe s.), Albin Michel, 2014 et Maurice TESTARD, « Mission pastorale et Passion », Revue des Études Augustiniennes, 40, 1994, p. 453-471.

27 Trois fois est mentionné le « Corpus Domini » pour une évocation trinitaire de l’Eucharistie.

28 Le texte vise ici à la correction de pratiques non conformes. Il montre la responsabilité du prêtre dans la bonne réalisation du sacrement.

29 Nous suivons la traduction qu’avait donnée Eugène KOHLER de cette même expression, in : Poema de Mio Cid, Le poème de mon Cid, Paris : Klincksiek, 1955.

30 Le linge qui accueille l’hostie sur l’autel.

31 La répétition à la rime est dans le texte.

32 Un symbolisme sacré, porté par une inversion, s’instaure dans ce geste et cette explication : les plaies marquent le corps sacrifié du Christ en croix, les croix, par leur nombre, tracent les plaies sur l’hostie, corps sacrifié du Christ sur l’autel.

33 Pour les Pères de l’Église, Abel préfigure le Christ. La comparaison entre les deux sacrifices au regard de l’acceptation divine fait se confondre le sacrifice offert par Abel (un agneau) et la mort même d’Abel, « le bon assassiné ».

34 À la strophe 198, nous sommes aux deux tiers précisément de l’œuvre ; Abel y est en miroir avec le Christ en croix représenté à la strophe 99 (premiers tiers), ce qui correspond avec l’interprétation typologique qui fait de lui la première préfiguration christique de l’Ancien Testament.

35 Les strophes 200, 201 et 202 répètent le mot « sacrifice », par trois fois donc.

36 La répétition est dans le texte.

37 Le prêtre pardonne ceux qui l’ont offensé comme le Christ en croix demande pardon pour ceux « qui ne savent pas ce qu’ils font ». Ici se poursuit l’assimilation du célébrant au Christ.

38 L’autel spirituel, celui que montre aux cieux l’Apocalypse de Jean : « l'autel d'or qui est devant le trône ». La répétition de « vérité » est dans le texte.

39 La pendaison et l’éventration de Judas correspondent au récit de Matthieu, 27, 5 et à celui des Actes, 10.

40 Comme nous l’avons déjà noté, le célébrant est par deux fois désigné comme « l’abbé », ce qui situe une messe conventuelle.

41 On trouve ici un écho du « refrigerium », antérieur au concept de purgatoire, où les âmes des justes attendent dans le sommeil et sans tourment la première résurrection, thème de l’eschatologie ancienne, millénariste en particulier ; cf. Matthieu SMYTH, La liturgie oubliée : la prière eucharistique en Gaule antique et dans l’Occident non romain, éd. Du Cerf, 2003, p. 484. Selon Jacques Le Goff, le concept de purgatoire se définit vers 1170 (Jacques LE GOFF, La naissance du purgatoire, Paris : Gallimard, 1981).

42 Berceo insiste sur la perfection du nombre 12, où 3 multiplie 4, conjoignant symboliquement le ciel et la terre.

43 Berceo dit « missacantano » pour ce prêtre de la religion judaïque, littéralement « celui qui chante la messe » : l’anachronisme est-il dû à la force de conjonction des lois ancienne et nouvelle dans l’esprit de Berceo ou est-ce un effet de lexicalisation qui fait perdre de vue l’étymologie de ce mot ?

44 La temporalité du rituel imite la spatialité du vêtement sacré, le pallium du grand prêtre.

45 Berceo se met en parallèle avec David, étant animé d’un même « désir » de montrer les vérités divines. L’écriture traduit le « desiderium supernum » de l’âme qui aspire à Dieu.

46 Au sens étymologique de « res gestae », choses réalisées jusqu’au bout, donc fait important. Cf. Pedro CÁTEDRA, note 245(a).

47 Trois fois est mentionné en latin le titre de cette prière, s. 248, 250 et 253.

48 Douze strophes, de s. 255 à s. 266, glosent le Pater Noster.

49 Comme on l’a lu, son visage s’est baigné de larmes en évoquant la Passion.

50 Pedro Cátedra observe que ce « dictado », ce traité, est le texte latin que suit Berceo pour développer son poème, éd. cit, note 270 (d).

51 Les Évangiles divergent sur le nombre et l’identité des femmes venues au tombeau.

52 Ce milan est le Malin. Parmi les oiseaux de proie qui donnaient semblance au diable, le milan a l’avantage de connoter celui-ci par métathèse : en espagnol, « milano » et « maligno ».

53 Le texte peut sembler inutilement répétitif : dans une visée didactique, une telle répétition n’aurait pas de sens, car celui-ci est clair. Par contre, elle permet d’affecter trois strophes à ces trois Agnus. Derrière l’apparente lourdeur, se tient la vérité du nombre.

54 Caritas : l’amour humain en ce qu’il a de plus proche de Dieu.

55 Berceo évoque un âge d’or spirituel suivi d’une dégradation, suivant en cela l’explication que donne Thomas d’Aquin : « Pour l’Église primitive à ses débuts, quand la ferveur chrétienne était intense, les fidèles devaient communier tous les jours […]. La ferveur de la foi s’étant ensuite amoindrie, le Pape Fabien autorisa un minimum de trois communions par an, à Pâques, à la Pentecôte et à Noël. Le Pape Sôter rajouta également la Cène du Seigneur. Par la suite, face à la multiplication des comportements d’iniquité et de manque de charité, Innocent III décida que les fidèles devaient communier au moins une fois par an, à Pâques. D’autres documents conseillent toutefois la communion tous les dimanches. » Thomas d’Aquin, Somme Théologique, III, q. 80, a. 10, ad. 5.

56 La répétition de « communier », à la rime, est dans le texte.

57 L’hostie, le Corpus Christi.

58 Moment de repos et de consolation, même si les disciples sont réprimandés… Cf. l’Évangile de Marc, 16, 4.

59 Le sujet est le prêtre, non plus le Christ, sujet de la strophe précédente.

60 Le Deo Gratias qui clôt la messe est repris pour clore le poème, si bien que cette coïncidence en lieu et temps sacralise le texte. L’écriture, guidée par le Créateur, est mise en parallèle avec le pèlerinage en Terre Sainte, qui mène jusqu’au tombeau du Christ. Elle apparaît comme un chemin qui comporte des souffrances et dont la visée est eschatologique.

61 Le Pater Noster est donc en tout mentionné cinq fois, d’abord trois fois comme nous l’avons dit à la note 46, puis à la strophe 267 et ici même : le cinq – Berceo l’a longuement développé –, renvoie aux cinq plaies du Christ. Si bien que cette prière, par la vertu du nombre, se projette sur l’évocation douloureuse de la Crucifixion. Et cela s’accomplit à la strophe 297, la dernière du poème, soit 3 x 99, exaltation suprême du divin. Les nombreuses redites, les retours, les répétitions qui semblent alourdir le discours, dans ce Sacrifice de la messe, conduisent à cette fin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

France Autesserre et Monique de Lope-Rivière, « Le sacrifice de la messe », in Gonzalo de Berceo - Sacrement et Apocalypse, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 4), 2017, [En ligne], Mis en ligne le 12 juin 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/1114

Haut de page