Navigation – Plan du site
Présentation

Introduction

Texte intégral

  • 1 Les études consacrées au texte dans son ensemble sont en effet peu nombreuses. La plupart portent s (...)
  • 2 Il existe une édition partielle de l’œuvre, limitée aux règnes de Ferdinand Ier (1035-1065), de San (...)
  • 3 Sur ce point, voir la troisième partie de l’introduction.
  • 4 En regard des autres traditions manuscrites des chroniques générales castillanes de cette période, (...)
  • 5 Cf. R. LORENZO (éd.), La traducción gallega…, 1, p. XLVI. Voir aussi Luís Filipe LINDLEY CINTRA (éd (...)
  • 6 Vid. L. F. LINDLEY CINTRA, op. cit., p. CCXLV-CCLI. Notons aussi que la Chronique de Castille fut u (...)
  • 7 Là-dessus, voir notamment Samuel G. ARMISTEAD, « La ‘Crónica de Castilla’ y las ‘Mocedades de Rodri (...)

1Peu étudiée1 et jusqu’à ce jour inédite, du moins, dans sa totalité2, la Chronique de Castille connut pourtant un succès et une postérité considérables. Les dix-neuf manuscrits que l’on conserve encore aujourd’hui, datés, pour la plupart, du XVe siècle3, témoignent de l’intérêt que l’œuvre suscita auprès d’un large public4. Composée sous le règne de Ferdinand IV (1295-1312), elle fut presque aussitôt traduite en galicien5 et choisie, notamment, par le comte portugais Pierre de Barcelos comme principale source du Livre des lignages (1343) et de la Chronique de 13446. De même fut-elle une référence privilégiée pour les historiographes castillans, qui se firent l’écho d’un modèle qui allait se perpétuer jusqu’au début du XVIe siècle7.

  • 8 Notons, cependant, que l’intégration de récits d’origine poétique ou légendaire n’est pas une parti (...)
  • 9 Vid. D. CATALÁN, La Estoria de España de Alfonso X..., p. 146-156.

2Un tel engouement et un tel destin s’expliquent sans doute par l’accueil sans précédent qui fut réservé, dans le texte, au récit des exploits de celui qui fut et demeure le seul héros de la Castille : Rodrigue Diaz de Vivar, dit le Cid. On y découvre le jeune Rodrigue auprès du roi Ferdinand Ier, on suit sa prodigieuse ascension sous les règnes de Sanche II et d’Alphonse VI, et l’on assiste à sa mort et aux miracles qui entourent son corps, exposé pendant dix ans au monastère de Saint-Pierre de Cardeña. Inspirée en grande partie de deux chansons – la Chanson de Rodrigue et la Chanson de mon Cid – cette matière narrative constitue donc l’un des principaux attraits de l’œuvre, qui marque ainsi un tournant dans la production historiographique de cette période8. En effet, bien qu’elle suive le fil de la tradition historiographique alphonsine, la Chronique de Castille s’en distingue en prenant les traits d’un récit romanesque9 où se déploie, dans toute son ampleur, une idéologie profondément chevaleresque. Cela pourrait sembler paradoxal compte tenu du type de texte auquel on a affaire. Il faut y voir l’influence d’un contexte où la royauté, portée au pouvoir par des groupes sociaux en pleine ascension, dut composer avec les nouvelles puissances qui l’entouraient. Dès lors, la chronique ne s’adressa plus uniquement au futur prince ; elle fut aussi destinée aux élites. Pour mieux comprendre les enjeux de la Chronique de Castille, revenons donc sur ses origines et identifions avec précision les voix et les aspirations de ceux dont elle porte l’empreinte.

1. Tradition historiographique

1.1. L’héritage féminin

  • 10 Tels sont les termes que Georges Martin avait employés lors d’un colloque consacré au pouvoir des f (...)
  • 11 Pour une définition de la chronique générale et de ce qui la distingue de la chronique royale, on p (...)

3Si les passages retraçant la geste du Cid et de ses compagnons d’armes occupent une grande part du récit au point d’en occulter parfois ceux qui rapportent les exploits de la royauté, ils ne constituent néanmoins qu’une partie de l’armature de la Chronique. Héritière d’une tradition qui s’était imposée en Castille au XIIIe siècle, la Chronique de Castille est « un véritable feuilleté »10, un assemblage de textes destinés à rendre compte, à travers des supports de natures diverses, imbriqués les uns dans les autres, de l’ensemble des événements qui se produisirent sous le règne de monarques successifs. Aussi appartient-elle à la catégorie des « chroniques générales »11 qui connurent un essor considérable grâce, notamment, à l’initiative d’une femme : la reine Bérengère, fille d’Alphonse VIII et mère de Ferdinand III.

  • 12 L’expression est de Georges Martin, qui retrace avec précision les conditions dans lesquelles fut c (...)
  • 13 La Chronica regum Castellae aurait été composée en deux étapes. Une première partie aurait été écri (...)
  • 14 Sur cette œuvre, on pourra consulter les actes du colloque « Chronica Regum Castellae » qui s’est t (...)
  • 15 Sur la composition du De rebus Hispaniae et sa signification, voir G. MARTIN, Les juges de Castille (...)
  • 16 Vid. Peter LINEHAN, « Don Rodrigo and the government of the kingdom », Cahiers de linguistique et d (...)
  • 17 C’est ce que démontre Georges MARTIN dans « Régner sans régner. Bérengère de Castille (1214-1246) a (...)
  • 18 Le De rebus Hispaniae et le Chronicon mundi sont les premières sources citées dans le prologue de l (...)

4En effet, si l’on considère l’Histoire d’Espagne, composée dans les ateliers du roi Alphonse X le Sage vers 1270, comme la première chronique générale en langue vulgaire, il ne faut pas pour autant délaisser le rôle que joua Bérengère dans la promotion de ce type de récit. Désireuse de célébrer une stabilité politique fraîchement acquise et de préserver l’union des royaumes de Castille et de León à la tête desquels elle avait placé son fils au prix de nombreuses luttes avec la haute noblesse castillane et de tractations avec les filles du roi Alphonse IX de León, Bérengère entreprit de reconstituer l’histoire de l’Espagne depuis la Création jusqu’au règne de son fils, Ferdinand III. Ainsi commanda-t-elle à Luc, diacre du monastère augustin de Saint-Isidore de León et futur évêque de Túy, une œuvre qui allait inaugurer « le plus grand mouvement historiographique du Moyen Âge espagnol »12 : le Chronicon mundi, dont la rédaction fut achevée en 1236. À la même période, une autre chronique, dont ni le propos ni le promoteur n’étaient déclarés, vit le jour : la Chronica regum Castellae13, composée par Jean de Soria, chancelier de Ferdinand III et évêque d’Osma. Elle était certes bien différente et n’eut pas autant de portée que la première, mais elle montrait combien l’historiographie prenait une place chaque fois plus importante dans le programme d’affirmation du pouvoir royal. Après un résumé de l’histoire de la Castille depuis la mort du comte Ferrand Gonzalez jusqu’à la fin du règne de Sanche III, le propos était centré sur les règnes d’Alphonse VIII et surtout, de Ferdinand III, roi touché par l’Esprit saint et placé, de fait, au-dessus des pouvoirs sociaux14. Quelque temps plus tard, dans les années 1243-1246, l’archevêque de Tolède, Rodrigue Jiménez de Rada, composait le De rebus Hispaniae à la demande du roi Ferdinand III, si l’on en croit le prologue de l’œuvre15. Néanmoins, le Tolédan, dont la charge de chancelier de Castille avait été transférée à Jean d’Osma dans les années 1230-1231, ne semblait plus jouir, en cette période, des faveurs du roi16. C’est ce qui explique sans doute le rôle politique d’importance qu’il accorda, dans la dernière partie de son récit, à Bérengère, allant jusqu’à signifier qu’elle avait régné sous le couvert de son fils17. Ainsi s’affirmait, dans l’historiographie du milieu du XIIIe siècle, la présence de celle qui en avait été la première instigatrice. Fondé en grande partie sur le Chronicon, dont il reprenait la trame épisodique, mais s’inspirant aussi, vraisemblablement, de la Chronica regum Castellae, le De rebus Hispaniae allait d’ailleurs connaître une belle fortune. Avec le Chronicon mundi, il fut en effet l’une des principales sources latines qu’utilisèrent les auteurs de l’Histoire d’Espagne18, dont la Chronique de Castille est précisément l’héritière en droite ligne.

1.2. L’héritage alphonsin

  • 19 Voir I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las Estorias de Alfonso el Sabio, Madrid : Istmo, 1992, en particulier c (...)

5Afin de servir ses prétentions impériales, le roi Alphonse X (1252-1254) conçut un vaste programme politico-culturel destiné à placer la royauté castillane non seulement au centre de la société espagnole mais aussi au centre du monde. Dans ce projet, l’historiographie occupa une place prépondérante. Deux textes prirent forme simultanément dans les ateliers alphonsins à partir de 1270 : une histoire universelle, la Grande et générale histoire, et une histoire nationale, l’Histoire d’Espagne. Leur composition fut régie par un principe fondamental : situer les événements relativement aux années de règne des seigneurs ou monarques successifs depuis la Création jusqu’à Alphonse X19. Néanmoins, l’entreprise, fort ambitieuse, ne put être menée à son terme. La rédaction de la première œuvre s’interrompit avant le récit de la naissance de Jésus. Quant à l’Histoire d’Espagne, elle n’alla vraisemblablement pas au-delà du récit de la prise de Cordoue par Ferdinand III mais elle fut suivie de plusieurs versions. C’est là que notre chronique prend place.

  • 20 C’est ainsi que Diego Catalán désigne cette version de l’Histoire d’Espagne, qui couvre les règnes (...)
  • 21 Nous verrons plus loin que la Chronique de Castille s’achève avant la fin du règne de Ferdinand III (...)
  • 22 Cf. D. CATALÁN, De Alfonso..., p. 174-175.
  • 23 La confrontation des différentes versions de l’Histoire d’Espagne pour cette section semble en effe (...)
  • 24  À partir du règne d’Alphonse VII, le récit que nous livrent les textes historiographiques issus de (...)

6La Chronique de Castille fut en effet composée principalement à partir de la Version alphonsine primitive de l’Histoire d’Espagne — ou Version concise20 —, réalisée dans les années 1270. Son récit, qui couvre les règnes des premiers rois castillans, de Ferdinand Ier (1035-1065) à Ferdinand III (1217/1230-1252)21, correspond à ce que l’on appelle communément la « Quatrième partie » de l’Histoire d’Espagne. Or, pour cette section, il n’existe pas de témoignage direct du texte primitif alphonsin puisque aucun des manuscrits contenant la Version concise n’outrepasse le règne de Bermude III (1028-1037)22. Au-delà, seule la confrontation des différents textes historiographiques composés indépendamment les uns des autres à partir de cette version primitive permet de la reconstituer. Elle permet aussi de montrer que la Version concise s’étendait, sous sa forme achevée23, au moins jusqu’à la fin du règne d’Urraque, mère d’Alphonse VII (1109-1157)24.

  • 25 Considérant l’emploi du qualificatif « critique » non pertinent, Marta Lacomba propose de l’appeler (...)
  • 26 La Chronique de vingt rois couvre les règnes de Fruela II à Ferdinand III, mais à partir de la fin (...)
  • 27 Il convient toutefois de l’appeler plutôt Version sancienne car il est désormais avéré que l’autre (...)
  • 28 La Version sancienne éditée par Ramón MENÉNDEZ PIDAL à partir du manuscrit E2 de la Bibliothèque de (...)
  • 29 Ms. 2628, Bibliothèque Universitaire de Salamanque, XVe siècle. Pour une description détaillée de c (...)

7Afin d’identifier la nouveauté dans la Chronique de Castille, il convient donc, dans un premier temps, de reconstituer la Version primitive de l’Histoire d’Espagne en confrontant le récit de la chronique à celui de deux autres textes issus de la tradition historiographique alphonsine : la Version critique de l’Histoire d’Espagne25 réalisée à la fin du règne d’Alphonse X, vers 1283, que l’on peut suivre notamment à travers le témoignage que nous livre la Chronique de vingt rois qui couvre les règnes de Fruela II (924-925) à Ferdinand II de León (1157-1188) 26, et la Version sancienne de l’Histoire d’Espagne, appelée encore Version rhétoriquement amplifiée27, élaborée en 1289 sous le règne de Sanche IV (1284-1295), fils d’Alphonse X, qui s’ouvre sur le règne de Ramire Ier (842-850) et s’achève sur celui de Ferdinand III28. Il convient aussi d’examiner le manuscrit F, de la Bibliothèque Universitaire de Salamanque, qui couvre les règnes de Ferdinand Ier à Ferdinand III et qui comporte une version du texte primordial complétée par des ajouts datant du règne de Sanche IV29.

  • 30 I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, « Estoria de España », p. 77. Voir aussi Juan BAUTISTA CRESPO, « Crónica de C (...)
  • 31 Sur la notion d’archétype, vid. Alberto BLECUA, Manual de crítica textual, Madrid : Castalia, 2001, (...)
  • 32 Voir par exemple J. BAUTISTA CRESPO, « Crónica de Castilla », p. 286 : « La base historiográfica ut (...)
  • 33 Voici d’ailleurs ce que conclut Inés Fernández-Ordóñez : « Los detalles de ese texto mixto, que fue (...)

8On a d’ailleurs posé que la Chronique de Castille et le manuscrit F étaient issus d’un texte mixte commun mêlant la Version concise et la Version sancienne de l’Histoire d’Espagne30. Les propos de ceux qui se sont penchés sur la question sont cependant quelque peu obscurs. Il semblerait, en effet, que cet archétype31 ne contenait pas les passages ajoutés de la Version sancienne, qui précisément la caractérisent32. L’existence et surtout la nature d’un tel texte restent donc à démontrer33, d’autant plus la Chronique de Castille et le manuscrit F présentent de nombreuses divergences.

  • 34 Sur la légende des juges de Castille telle qu’elle apparaît dans la Chronique de Castille, voir G. (...)
  • 35 Le récit du manuscrit F, généralement très proche de celui de la Version sancienne, présente, pour (...)
  • 36 Dans la Chronique de Castille, c’est Diègue et non Ferrand qui, pendant la bataille qui oppose le C (...)

9La plus flagrante est l’absence, dans le manuscrit F, de la version en prose de la Chanson de Rodrigue qui couvre non seulement une grande part du récit de la Chronique de Castille mais qui détermine, en outre, tout le sémantisme de l’œuvre. C’est là qu’apparaît une version de la légende des juges de Castille présentant Rodrigue comme le descendant du fils cadet de Laïn Calvo et lui attribuant un demi-frère bâtard34. Or, parmi les personnages nouveaux qui apparaissent au sein de la version en prose des Deuxième et Troisième Chants de la Chanson de mon Cid se distinguent les neveux du Cid issus de son frère bâtard : Ordoño, le puîné et Ferrand Alfonso, qui contribuent à lever le voile sur la lâcheté des infants de Carrión. Au regard du manuscrit F où l’on retrouve, à cet endroit du récit35, Ordoño et Ferrand Alfonso, la Chronique de Castille présente donc une version plus cohérente des faits. Elle montre en outre, à travers une série de remaniements qui lui sont propres, la supériorité d’Ordoño, le puîné, sur Diègue, l’aîné des infants de Carrión36.

  • 37 Cf. note 28.
  • 38 Cette hypothèse confirmerait ainsi, comme l’a suggéré Marta Lacomba, l’existence d’une matière narr (...)

10Au vu de ces éléments, il apparaît que le manuscrit F et la Chronique de Castille ne sont pas apparentés. De fait, leur comparaison ne permet pas de prouver l’existence d’un archétype commun si ce n’est la Version concise elle-même. On peut supposer, tout au plus, que les compilateurs du manuscrit F disposaient d’une version de l’histoire valencienne du Cid correspondant à l’interruption de la Version sancienne qui couvre les folios 198 à 257 du manuscrit E2 édité par Menéndez Pidal — appelée « lacune cidienne »37 — et destinée à être intégrée à la Chronique de Castille38.

  • 39 On relèvera ici ce qu’écrit Georges Martin au sujet de la Chronica regum Castellae : « Seul, aux en (...)

11En revanche, le changement de perspective qu’imposèrent les compilateurs au récit en le circonscrivant aux premiers rois de Castille et León n’est certainement pas anodin. Jusqu’alors, seuls deux textes présentaient un récit centré sur la Castille : la Chronica regum Castellae et le Poème de Ferrand Gonzalez39. Une telle focalisation témoigne des évolutions qui marquèrent le discours historiographique au tournant des XIIIe et XIVe siècles et révèle les grandes orientations d’un programme politique qui vit le jour sous le règne de Sanche IV et s’épanouit pleinement grâce à son épouse, Marie de Molina.

1.3. L’historiographie néo-alphonsine

12L’historiographie issue de la tradition alphonsine s’inscrit dans le prolongement de celle dont elle s’inspire à travers un objectif primordial : imposer les principes d’un ordre monarchique. Cependant, si le propos du roi Sage fut avant tout d’élaborer un discours susceptible de servir ses prétentions impériales en retraçant l’histoire de l’Espagne des origines jusqu’à son règne, celui de ses successeurs fut guidé par d’autres préoccupations.

  • 40 Sur cette malédiction, voir G. MARTIN, « Alphonse X maudit son fils », Atalaya, Revue française d'é (...)
  • 41 Dans les Sept parties, en particulier, dans la loi 2 du titre 15 de la Deuxième partie, Alphonse X (...)
  • 42 Cf. José Manuel NIETO SORIA, Sancho IV, 1284-1295, La Olmeda : Palencia, 1994, p. 28.
  • 43 À partir de 1280, les rapports entre Alphonse X et Sanche IV furent particulièrement tendus car les (...)
  • 44 G. MARTIN, « Alphonse X maudit son fils », p. 155-166.

13Sur Sanche, deuxième fils d’Alphonse X, pesait d’abord le poids de la malédiction que son père avait proférée contre lui à la fin de son règne40. La question de la succession au trône était à l’origine de cette imprécation. En 1275, Ferdinand de la Cerda, fils aîné d’Alphonse X et héritier présomptif de la couronne, trouvait brutalement la mort laissant derrière lui un fils, Alphonse, qui selon le code alphonsin, était destiné à succéder à son père41. Or, Sanche était parvenu à s’imposer comme successeur légitime en 1278, lors des cortes de Ségovie, restaurant ainsi la tradition successorale castillano-léonaise42. Mais voyant son père traiter avec le roi Philippe III de France des droits dynastiques d’Alphonse de la Cerda, et craignant que les siens ne fussent remis en cause, l’infant Sanche, soutenu par toutes les puissances du royaume, avait privé Alphonse, en 1282, de ses prérogatives royales43. Aussi le roi Sage, réfugié à Séville, avait-il produit trois documents où il déshéritait et maudissait son fils : l’acte d’une proclamation solennelle prononcée le 8 octobre 1282, son premier testament rédigé le 8 novembre de la même année, et enfin son second testament, écrit le 21 janvier 128444.

  • 45 J. M. NIETO SORIA, Sancho IV, p. 21-24.
  • 46 Ibid., p. 47-49. Sur les deux mariages de Sanche IV, voir Alejandro MARCOS POUS, « Los dos matrimon (...)
  • 47 Le 6 septembre 1301, le pape Boniface VIII envoya à Marie de Molina et à Ferdinand la bulle Sane pe (...)

14Une autre ombre planait sur Sanche et sa descendance : son mariage doublement illégitime avec Marie de Molina. En 1270, il avait été marié à Guillemette de Montcada, fille de Gaston VII, vicomte du Béarn et seigneur de Montcada et de Castellvell45, mais en juin 1282, en pleine rébellion, l’infant avait décidé d’épouser la cousine germaine de son père, Marie de Molina46. Ce mariage incestueux et illégitime avait été vivement condamné par le pape Martin IV dans une lettre adressée au couple le 13 janvier 1283. Il n’allait être reconnu par la papauté que le 6 septembre 1301 — sous le règne de Ferdinand IV, fils de Sanche — grâce à la persévérance et à l’habileté de la reine et régente Marie de Molina47.

15Sanche et son épouse durent donc lutter sans relâche pour affirmer la légitimité de leur pouvoir et de leur descendance. Il leur fallut, pour ce faire, élaborer un programme politico-culturel susceptible de servir les intérêts de la royauté et de préserver aussi ceux des hommes qui l’avaient soutenue. Dans ce projet, l’historiographie occupa une place de première importance, comme en témoigne la Version sancienne de l’Histoire d’Espagne.

La Version sancienne de l’Histoire d’Espagne

16Composée en 1289, probablement à Tolède, sous l’épiscopat de Gonzalve Pérez Gudiel, cette version ne se limite pas à présenter les faits à travers la seule amplification rhétorique ; elle témoigne du profond attachement de la royauté à l’archevêque et à sa ville, où Sanche IV et Marie de Molina avaient, du reste, posé les fondements de la légitimité de leur pouvoir. En effet, c’est à Tolède qu’ils célébrèrent leurs noces et se firent couronner, et c’est aussi là, en un panthéon royal qu’il avait fondé, que le roi souhaita être enterré. De fait, en parcourant la Version sancienne, on peut identifier sans peine, au sein des passages clés du récit, les manifestations du programme élaboré par la royauté autour de Tolède.

  • 48 Ce sont des éléments que nous avions relevés dans P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », (...)
  • 49 Sur les fondations pieuses de Sanche IV, voir Fernando GUTIÉRREZ BAÑOS, Las empresas artísticas de (...)

17Le récit de la conquête de la ville en est un bel exemple ; l’épisode y est plus développé que dans les autres versions de l’Histoire d’Espagne et l’on y retrouve des passages entiers tirés du De rebus Hispaniae48. De même, on sait que c’est à Tolède que Sanche fit transférer, en novembre 1289, les corps de Sanche III de Navarre, de Sanche II de Portugal ainsi que ceux de l’empereur Alphonse VII49. Aussi, au moment d’évoquer la mort d’Alphonse VII et le lieu où il est enterré, la Version sancienne se distingue-t-elle des autres versions de l’Histoire d’Espagne par quelques ajouts significatifs.

18Citons d’abord la variante et l’ajout relevés par Diego Catalán et qui montrent qu’au moment où le texte fut composé, le corps d’Alphonse VII ne reposait plus là où il avait été initialement placé mais en une sépulture édifiée par Sanche :

  • 50 Nous reprenons ici le passage tel qu’il est cité par Diego Catalán (cf. D ; CATALÁN, De Alfonso X.. (...)

Et despues desto, en el era de mill et CCC et XXVII annos, el muy noble rey don Sancho el seteno de los que ouieron este nonbre, fijo del rey don Alfonso, mudo al enperador et a los otros reyes que y yazien, et soterrolos entre el altar mayor de Sant Saluador et otro altar que mando fazer a onrra de Santa Cruz, et y yazen agora50.

  • 51 L’expression est de Mercedes Gaibros de Ballesteros (cf. M. GAIBROS DE BALLESTEROS, Historia del re (...)
  • 52 Si les sépulcres que le roi fit édifier furent nombreux, le plus important fut sans conteste celui (...)
  • 53 Comme le rappelle Carlos ALVAR dans « De Sancho VII a Sancho IV : Algunas consideraciones sobre el (...)
  • 54 Ces procédés ne sont pas nouveaux. Rappelons que dans le Septénaire, le roi Sage fondait sa légitim (...)

19Ce passage laisse entrevoir l’un des principaux traits du programme sancien : l’image d’un roi « extrêmement pieux »51 résolument tourné vers le spirituel y est exaltée à travers l’évocation de la fondation du panthéon royal de Tolède52. Cette note marginale permet aussi de relever les stratégies discursives auxquelles la royauté eut recours pour paraître pleinement légitime. En se présentant comme le septième roi portant ce prénom, Sanche s’inscrivait en effet dans une généalogie dynastique remontant aux origines de la Castille53. En outre, l’ordinal, identique à celui d’Alphonse, établissait entre les deux rois un lien direct, faisant de Sanche le digne descendant de l’empereur54. Dès lors, le récit de la mort d’Alphonse VII ne pouvait être qu’exemplaire.

  • 55 Là-dessus, voir P. ROCHWERT-ZUILI, « La représentation de la mort au tournant des XIIIe et XIVe siè (...)

20Alors que tous les textes — aussi bien les sources latines de l’Histoire d’Espagne que les autres versions historiographiques de cet épisode — rapportent seulement qu’Alphonse VII mourut sous un chêne, après avoir livré une ultime bataille contre les Almohades, on relève, dans la Version sancienne, une amplification qui permet au chroniqueur de prolonger la vie du roi afin de mettre en scène sa « bonne mort ». C’est ainsi que se distingue, dans le texte, le rôle de l’archevêque de Tolède prononçant un long discours où il fait l’éloge de la confession55, un archevêque dont on nous dit qu’il était très proche du roi :

  • 56 PCG, chap. 982 p. 662a l. 8-14.

En tod aquello, quando ell emperador aquello uio, espaciol ell dolor un poquiello. Estonces llego a el don Johan, arçobispo de Toledo et primas de las Espannas, que era y con ell et siempre con ell andaua, ca nunqua se partie dell nin en la frontera nin en la tierra; et con el primas llegaron obispos et frades que andauan y. Ell arçobispo, por conortarle, dixol assi [...]56.

  • 57 Si Sanche IV put compter, notamment, sur le soutien de l’Église pour s’emparer du pouvoir c’était p (...)

21Il ne fait aucun doute que les liens qui unissaient le roi Alphonse VII et l’archevêque de Tolède renvoient à ceux qu’avaient noués Sanche IV et Gonzalve Pérez Gudiel. La Version sancienne valorise ainsi l’image d’une royauté chrétienne s’appuyant sur l’Église, à la différence de celle qui la précéda57, et s’employant à créer une mémoire dynastique remontant à des ancêtres plus lointains, afin de conjurer et de dépasser la malédiction proférée par le père.

22Tel est en effet le propos d’un autre passage ajouté qui apparaît à la fin de l’épisode rapportant les conditions dans lesquelles Ferdinand III, grand-père de Sanche IV, hérita de la couronne léonaise :

  • 58 PCG, chap. 139 p. 723b l. 27-39. On retrouve cet ajout dans le manuscrit F, qui comporte toutefois (...)

[...] et de estonces, de alli adelante, fue este rrey don Fernando en vno llamado ygualmientre: «rey de Castiella e de Leon», los dos rregnos que el eredo lindamiente de padre et de madre; et commo se partieron despues del enperador estos dos rregnos en don Sancho rey de Castiella et en don Fernando rey de Leon, et andidieron partidos yaquantos annos, assi se ayuntaron de cabo agora desta vez en este rey don Ferrnando, e del aca andidieron sienpre ayuntados, et andan oy en dia con este nuestro sennor rey don Sancho el seteno, que los mantiene58.

23On remarquera qu’aucune référence explicite n’est faite ici au père de Sanche. En effet, le roi est clairement présenté comme l’héritier et le gardien des royaumes de Castille et León dont l’union, rompue à la mort d’Alphonse VII, fut retrouvée grâce au grand-père de Sanche. À travers l’actualisation du récit se dessine ainsi l’image d’une continuité dynastique sans faille.

24Les procédés que nous avons mis au jour révèlent donc certains aspects du programme politico-culturel qui vit le jour au sein de l’école de la cathédrale de Tolède et dont la principale vocation fut de permettre au roi Sanche d’affirmer sa légitimité ainsi que celle de sa descendance. Or, l’on retrouve précisément le même type de stratégie dans la Chronique de Castille, destinée à conforter le pouvoir du successeur de Sanche IV, son fils Ferdinand IV.

La Chronique de Castille

  • 59 Sur le règne de Ferdinand IV, voir César GONZÁLEZ MÍNGUEZ, Fernando IV de Castilla (1295-1312). La (...)
  • 60 Vid. R. DEL VALLE CURIESES, op. cit., p. 105-140 et en particulier, p. 105-112.

25Revenons d’abord aux faits. Les conditions dans lesquelles Ferdinand hérita de la couronne et commença à régner furent pour le moins mouvementées59. À la mort de son père, l’héritier, âgé de neuf ans, et sa mère, agissant en qualité de tutrice selon les dernières volontés de son époux, se trouvèrent en butte aux revendications du petit-fils d’Alphonse X, Alphonse de la Cerda, et du frère de Sanche IV, l’infant Jean, qui, avec l’appui d’une partie de la noblesse, tentèrent de s’emparer du pouvoir60. Comme nous l’avons vu, la légitimité du jeune roi était contestable à plus d’un titre et ce n’est qu’à l’aube du XIVe siècle que Ferdinand IV fut officiellement reconnu par le pape comme successeur légitime de Sanche IV.

  • 61 Nous avons décrit plus haut quelques-uns des procédés auxquels les auteurs de la Version sancienne (...)
  • 62 C’est ce dont témoignent, notamment, deux de ses manuscrits, les manuscrits R et D, dont la rédacti (...)

26Ainsi, de même que Sanche s’était attaché à inscrire la légitimité de sa fonction dans son nom61, Marie de Molina s’employa sans doute à fonder les droits dynastiques de son fils Ferdinand sur ceux de deux autres rois homonymes — Ferdinand Ier et Ferdinand III —, qui avaient réuni les royaumes de Castille et León. En effet, ce n’est pas un hasard si la Chronique de Castille s’achevait, à l’origine, non pas sur la mort de Ferdinand III mais précisément sur la mort d’Alphonse IX et la question de la succession léonaise62.

  • 63 Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, Fernando III el Santo, El rey que marcó el destino de España, Sevilla : Fu (...)
  • 64 Ibid., p. 109-112.
  • 65 Loc. cit., p. 110.
  • 66 C’est par exemple le cas dans un privilège daté du 28 mai 1217, où Alphonse IX cède la ville et le (...)
  • 67 Sur l’accord de Benavente, ibid., p. 120-124.
  • 68 Luis CHARLO BREA (éd.), Crónica latina de los reyes de Castilla, Cádiz : Servicio de publicaciones (...)

27Si le traité de Cabreros du 26 mars 1206 désignait Ferdinand, fils d’Alphonse IX de León et de Bérengère, comme héritier de la couronne63, le roi n’avait cessé d’afficher sa préférence pour ses filles Sancie et Douce, issues de son union avec Thérèse de Portugal64. Comme le prouve une bulle du pape Honoré III datée du 11 août 1217, Alphonse IX avait manifesté le souhait de faire d’elles ses héritières dès cette année-là65. Le nom des infantes figurait même parfois dans les documents royaux sans qu’y apparaisse celui de Ferdinand66. À la mort d’Alphonse IX il avait donc fallu régler la question épineuse de la succession. Bérengère et son fils avaient ainsi conclu un accord avec Thérèse et ses filles pour obtenir la couronne léonaise, l’accord de Benavente67. L’entreprise fut menée par Bérengère, comme en témoigne dans sa chronique le chancelier de Ferdinand III, Jean d’Osma, qui rapporte avec précision, en tant que témoin oculaire, les termes et les conditions de cet accord. Dans le passage en question, on voit les infantes déchirer les documents prouvant leurs droits de succession, des droits que le chroniqueur met toutefois en doute68.

  • 69 Le passage portant sur le succession léonaise est en effet tiré d’une traduction du De rebus, vrais (...)
  • 70 Ce fut en effet l’une des solutions proposées par une partie de la noblesse qui souhaitait que les (...)

28Or, à la différence des autres chroniqueurs qui, à partir d’une traduction du De rebus Hispaniae, retracent les conditions de l’accord de Benavente montrant Bérengère en habile négociatrice69, l’auteur de la Chronique de Castille n’y fait pas référence. Il ne mentionne pas les infantes Sancie et Douce mais l’infant Alphonse de Molina, frère de Ferdinand, que les Galiciens voulaient porter au pouvoir70 :

  • 71 CC, fol. 152r°b-152v°a.

Cuenta la estoria que en el octauo año que rregnó el rey don Fernando, sacó su hueste e fue para la frontera, e çercó a Jahén, que él avía grant sabor de tomar, e pússole sus yngenios en derredor, que tirauan munchas piedras. E estando allý teniendo çercada a Jahén, llególe mandado cómmo su padre era finado, el rey de León don Alfonso, e enbióle dezir su madre que veniese e non feziesse ende ál, e que fuesse contra el reyno de León, ca los gallegos querían alçar rrey a su hermano, el infante don Alfonso —e por verdat assý era, mas él non lo quisso ser. E tovo por bien de fazer lo que su madre enbiaua mandar. Estonçe fizo traer sus engeños a Martos, e vínose para Castilla e viose con su madre71.

29À travers la mention du père de Marie de Molina, on entrevoit le propos de la Chronique. En supprimant toute référence aux droits de succession des infantes Sancie et Douce et en évoquant le refus d’Alphonse de Molina d’accéder au trône de León, le chroniqueur revendique la pleine légitimité de Ferdinand III et par là même, celle de son homonyme Ferdinand IV. En suggérant qu’Alphonse de Molina aurait pu régner sur le royaume de León, il valorise en outre la lignée maternelle du jeune roi et légitime ainsi le rôle politique de Marie de Molina.

  • 72 R. DEL VALLE CURIESES, María de Molina, p. 109.
  • 73 Du reste, la composition de la Chanson de Rodrigue mise en prose au début de la Chronique et transc (...)

30L’interruption primitive de la Chronique au moment crucial de la succession léonaise était donc pleinement motivée. En établissant une continuité dynastique parfaite, le chroniqueur célébrait sans doute l’accession de Ferdinand IV au pouvoir. Face à Alphonse de la Cerda et à l’infant Jean qui s’étaient respectivement autoproclamés roi de Castille et roi de León72, le jeune roi apparaissait ainsi comme le meilleur garant de l’intégrité du royaume. Cela nous autoriserait à situer la composition de la Chronique de Castille autour des années 1300-1301, au moment où le roi, ayant récemment atteint sa majorité, était en passe d’être officiellement reconnu comme héritier légitime de la couronne73, une reconnaissance à laquelle sa mère, à l’instar de celle de Ferdinand III, avait du reste grandement contribué.

31Telle est donc la tradition dont se nourrit la Chronique de Castille et dont elle redessine les contours. Dédiée à l’histoire des premiers rois castillans, elle affirme, à travers sa dimension « castillaniste », l’identité et la légitimité de la lignée royale dont Ferdinand IV est issu. Ainsi se profile le dessein d’une femme s’employant à conforter la place de son fils sur le trône. Néanmoins, ce n’est plus l’alliance d’un moine et d’une reine ni même celle d’un roi et d’un archevêque que célèbre la Chronique de Castille, mais une coalition entre une régente et les membres d’un groupe désireux de parvenir au faîte de la hiérarchie des états.

2. De nouvelles voix et une nouvelle façon de concevoir l’histoire

2.1. Présences chevaleresques et urbaines : des hommes en quête d’un état

Fijosdalgo

  • 74 CC, fol. 2r°a-b.
  • 75 On a cité plus haut Ordoño et Ferrand Alfonso (cf. supra). Il convient d’ajouter à cette liste le n (...)

32De la généalogie cidienne, qui apparaît au sein de la légende des juges de Castille74, à la mort du personnage et à l’évocation de son destin posthume, les épisodes qui retracent le parcours du Cid et de ses compagnons décrivent une ascension. Pourtant, ces hommes ne semblaient pas prédestinés à un avenir glorieux. La Chronique souligne en effet, au début de son récit, l’ascendance cadette de Rodrigue — il est, nous dit-on, le fils du dernier né de Laïn Calvo — ainsi que l’origine bâtarde de ses neveux75.

  • 76 Voir, sur ce point, l’analyse que propose Georges Martin dans Les juges de Castille…, p. 552-561.
  • 77 Dans les fors de Biscaye, de Jaca, d’Aragon ainsi que dans les Lois de Toro, les enfants naturels é (...)
  • 78 Sur la formation de majorats en Castille au tournant des XIIIe et XIVe siècles, voir G. MARTIN, Les (...)

33Or, on sait qu’en Castille, au tournant des XIIIe et XIVe siècles, les bâtards et les puînés avait vu leur situation se dégrader considérablement76. Les enfants naturels avaient perdu leurs droits au profit des enfants légitimes77 et la transmission des biens par voie d’aînesse était devenue une pratique courante78.

34Aussi le chroniqueur s’inspire-t-il du modèle que lui procure la Chanson de Rodrigue en déployant une stratégie lexicale subtile. En désignant le Cid et ceux qui forment son entourage par la lexie fijosdalgo, employée le plus souvent pour qualifier les lexies cauallero et escudero79, il exalte la naissance des membres du groupe, en dépit des discriminations internes qui l’affectent, et regroupe ainsi ces hommes sous un critère commun : l’état naturel80. Au sein de ce dispositif sémiologique, la supériorité d’Ordoño, le cadet issu d’un bâtard, sur Diègue, l’aîné des fils du comte de Carrión, prend alors tout son sens : de la nature à l’état et du cadet à l’aîné, le chroniqueur opère une série de glissements qui reflètent les aspirations des laissés-pour-compte de l’aristocratie et leur laissent entrevoir une perspective d’ascension sociale.

  • 81 CC, fol. 30v°b.

35C’est par ailleurs le droit des fijosdalgo que Rodrigue revendique auprès du roi à deux reprises : au moment de son bannissement81 et pendant le siège de Rueda. Prenons le deuxième exemple :

  • 82 Ms. G : « contra sus fueros nin contra sus preuillejos nin contra sus buenos vsos ».
  • 83 CC, fol. 39v°b-40r°a.

E el Çid estonçe demandó que otorgase a los fijosdalgo que quando oviese alguno de salyr de la tierra, que ouiese treynta días de plazo, así commo ante avían nueue días, e que non pasase contra ningunt fijodalgo nin omne çibdadano syn ser oýdo commo deuía por derecho, nin pasase a las villas nin a los otros lugares contra sus preuillejos nin contra sus buenos vsos82, nin les echase pechos ningunos desaforados, sy non, que se le pudiesen alçar toda la tierra por esto fasta que ge lo emendase83.

36Dans ce passage s’expriment non seulement la voix d’une aristocratie qui fait valoir ses droits en dehors de toute considération d’ordre hiérarchique mais aussi celle des citadins qui rappellent au roi leurs privilèges.

  • 84 Marie-Claude GERBET, Les noblesses espagnoles au Moyen Âge. XIe-XVe siècle, Paris : Armand Colin, 1 (...)
  • 85 Pour un état de la question, on pourra aussi consulter G. MARTIN, Les juges de Castille..., p. 570- (...)
  • 86 M.-C. GERBET, Les noblesses espagnoles…, p. 55.
  • 87 Ibid., p. 88.
  • 88 Cf. César GONZÁLEZ MÍNGUEZ, Fernando IV de Castilla (1295-1312). La guerra civil..., p. 39 et id., (...)
  • 89 Id., Fernando IV de Castilla (1295-1312). La guerra civil..., p. 112-114 et id., Fernando IV, p. 83

37Cette dernière revendication n’a rien d’étonnant. La montée en puissance des hommes des villes — facilitée par la Reconquête et l’effort de repeuplement dont elle s’accompagna — remonte au XIIe siècle, moment où la chevalerie urbaine reçut nombre de privilèges et fut exemptée, notamment, du paiement des pechos (impôts royaux directs)84. Ces privilèges, qui pouvaient d’ailleurs s’étendre aux roturiers, furent entérinés et renforcés aux XIIIe et XIVe siècles85. Ainsi par exemple, en 1258, les cortes de Valladolid accordèrent formellement aux chevaliers vilains l’exemption de la plupart des impôts directs86. De même en 1293, un privilège royal assimila les chevaliers vilains aux gentilshommes87. En 1295, lors des cortes de Valladolid, il fut aussi décidé que les bons-hommes pourraient accéder aux plus hautes charges royales88. En 1301 à Burgos enfin, où la plupart des franchises furent confirmées, on interdit l’emprisonnement de ceux qui ne parvenaient pas à payer l’impôt royal89.

38Le discours du Cid est donc le reflet d’une assimilation et d’une promotion. En mettant sur le même plan les droits des gentilshommes et ceux des citadins, il illustre l’accession de ces derniers à un corps nobiliaire où les clivages hiérarchiques tendent à s’estomper. À travers Rodrigue s’expriment ainsi les ambitions d’une aristocratie moyenne ou notée de quelque infamie et celles des hommes des villes rêvant de prospérer.

  • 90 Voir sur ce point les conclusions de G. MARTIN dans Les juges de Castille..., p. 519-520.

39Toutefois, même si la déclaration du Cid résonne comme un avertissement, elle ne remet pas en cause l’autorité royale. Le personnage de Rodrigue dans la Chronique n’est pas l’homme arrogant et rebelle que l’on trouve dans la Chanson90. C’est un sujet exemplaire dont l’ascension se réalise non pas en marge du pouvoir royal mais à ses côtés. On remarquera d’ailleurs l’insistance du chroniqueur sur la loyauté indéfectible dont le Cid fait preuve envers tous ceux qu’il sert, une insistance qui semble rappeler ce que préconisait le code alphonsin dans la loi 2 du titre 18 de la Deuxième partie :

  • 91 Cf. Las siete partidas, éd. cit., II, XVIII, II, 2, p. 149. Le code alphonsin montre même la préémi (...)

Lealtad es cosa que enderesza los homes en todos sus fechos, porque fagan siempre todo lo mejor91.

40De fait, le Cid est ramené dans le cadre du gouvernement royal où le service porte non seulement à la vertu mais apparaît aussi comme la principale voie de promotion sociale. Or, dans ce processus, la valorisation de l’excellence chevaleresque joue un rôle essentiel ; elle conditionne l’action de ces hommes et détermine leur réussite.

Excellence chevaleresque et service

41Les passages rapportant les hauts faits d’armes de ces preux chevaliers émaillent le récit de la Chronique et contribuent à l’édification de ceux qui semblent en être les principaux destinataires. Les propos du chroniqueur au sein du récit de la bataille qui oppose le Cid aux rois maures Fariz et Galve sont, de ce point de vue, tout à fait significatifs :

  • 92 Ms. G : « omnes buenos ».
  • 93 CC, fol. 35v°a.

Mas conuiene que vos digamos quáles omnes92 fueron en esta batalla e en esta lid en que tanto bien sse fizo, commo auedes oýdo, pero que commoquier que ellos sson ý finados, non es derecho que mueran los nombres de los que bien fazen, ca non lo ternán por razón los que atienden a fazer bien o lo han fecho; ca si se callase, non serían tenudos los buenos de fazer bien93.

42La fonction de ce commentaire est double. Il montre, d’une part, que l’excellence permet d’accéder à la postérité. Il souligne, d’autre part, que les actes de ces chevaliers sont en parfaite adéquation avec les règles de comportement que la royauté entend imposer. En effet, l’historien se fait ici l’écho de ce que disait le législateur alphonsin dans la loi III du titre XXV de la Deuxième partie au sujet des hommes ayant trouvé la mort lors d’un combat mené au nom de Dieu et de leur seigneur :

  • 94 Las siete partidas, éd. cit., II, XXV, III, 2, p. 270.

Et los que asi rescibieren muerte, como quier que los cuerpos mueran, non tovieron por bien los antiguos que muriese el bien que ficieran, et por derecho á estos atales mas los deben llamar pasados que muertos : ca cierta cosa es que el que muere en servicio de Dios et por la fe, que pasa desta vida et va á paraiso : otrosi el que muere por defendimiento de su tierra ó por su señor natural face lealtad, et múdase de las cosas que se camian cada dia, et pasa á ganar nombradia firme para sí et para su linage por siempre94.

43À l’instar du législateur, le chroniqueur prône donc les vertus du service du seigneur, qui porte non seulement les chevaliers accomplissant leur devoir à œuvrer selon le bien, mais qui leur permet aussi de prospérer et d’étendre leur renommée.

  • 95 Vid. P ROCHWERT-ZUILI, « El buen cauallero : l’élaboration d’un modèle chevaleresque dans la Chroni (...)

44Aussi le modèle du « bon chevalier », qui s’étend à l’ensemble du récit95, pérennise-t-il les actes exemplaires du Cid et de ses hommes. Les combats successifs qui opposent le groupe des caualleros fijosdalgo à des représentants de la haute noblesse — le comte Martin Gonzalez, les comtes félons, le comte de Savoie, le comte de Barcelone ou encore les infants de Carrión — soulignent alors la supériorité du mérite sur la naissance. L’excellence chevaleresque apparaît ainsi comme le principal atout de cette noblesse de service désireuse d’atteindre les plus hautes strates de la hiérarchie sociale.

  • 96 Ibid., p. 91-93.

45L’épisode de l’épreuve imposée à Martin Pelaez, ce chevalier couard que le Cid change en bon chevalier, en est un parfait exemple96. On y découvre un univers profondément imprégné de l’idéologie chevaleresque où le mérite détermine, notamment, la place de chaque homme à table. Et l’on y trouve surtout une sentence qui clôt l’épisode, faisant de ce micro-récit, un véritable exemplum :

  • 97 Ms. G : « quien a buen árbol se arrima buena sombra le cobija, e quien a buen señor sirue buen gala (...)
  • 98 Ms. G : « ca el Çid lo sopo fazer buen cauallero, e el bien de cauallería commo faze el buen criado (...)

Et en este cauallero Martín Peláez sse cunplió el enxenplo que dizen que «quien a buen árbol sse allega, buena sonbra le cubre et buen gualardón alcança97», ca por el seruiçio que él fizo al Çid llegó a buen estado, onde fablan d’él commo vos ya deximos, ca el Çid lo sopo fazer buen cauallero98.

46Le sens de ce passage est on ne peut plus limpide. L’excellence y apparaît comme un véritable critère de valeur sociale et le service, comme le meilleur moyen de s’élever.

  • 99 CC, fol. 89v°b.
  • 100 Dans ce passage, nombreuses sont les références au service. On en retiendra une qui illustre bien l (...)

47C’est ce dont témoigne un autre développement de la Chronique où l’on nous rapporte que celui qui recueille les filles du Cid déshonorées par leurs maris n’est autre qu’un omne bueno labrador99 dont le service100, richement récompensé, lui vaut aussi de bien marier ses enfants :

  • 101 CC, fol. 91v°b.

[...] et fizieron muncho bien al omne bueno que las tenía en guarda, en guissa que fyncó muy bien pagado del seruiçio que avía fecho a las dueñas. Et las dueñas leuaron consigo dos fijas e dos fijos que el omne bueno avía, a quien casaron después muy bien et fizieron d’ellas muy rricas, ca los tenían en lugar de hermanos por el grant seruiçio que les avían ffecho en la grant cuyta en que eran101.

48L’appréciation et la postérité de ces chevaliers et bons-hommes dont le Cid porte les aspirations reposent donc sur le mérite et le service. C’est aussi ce que prouve ce dernier exemple où son invoquées les raisons pour lesquelles le roi d’Aragon demande la main d’une des filles de Rodrigue :

  • 102 CC, fol. 106v°b-107r°a.

[...] et catando quantos bienes auía en el Çid e los grandes [fechos] d’él, touo por bien que cassase su fijo con su fija, por que de tan noble omne fincase lynaje en Aragón102.

49L’excellence chevaleresque mène à la noblesse et s’étend à l’ensemble du lignage, dont elle devient un signe distinctif, voire un trait génétique. Rodrigue est ainsi appelé à une destinée glorieuse et à une postérité sans égal.

Une chevalerie chrétienne

  • 103 On pourra consulter sur ce point M. LACOMBA, « Le Cid et le roi dans l’historiographie castillane d (...)
  • 104 CC, fol. 110v°b : « E después mandó a todos sus cavalleros que le auían seruido después que saliera (...)
  • 105 Lorsqu’il décrit l’état de sa dépouille, le chroniqueur insiste à plusieurs reprises sur le fait qu (...)

50Au moment de sa mort, le personnage acquiert une dimension supérieure. Calquée sur le récit de la « bonne mort » de Ferdinand Ier, la mort de Rodrigue semble être le couronnement de sa trajectoire dans l’œuvre103. Chaque étape marquant le passage d’un roi pieux dans l’autre monde y est décrite avec précision : l’annonce de sa mort par saint Pierre qui lui apparaît en songe, la rédaction du testament où figurent d’ailleurs, parmi les bénéficiaires, ses compagnons de toujours, les chevaliers104, l’administration des derniers sacrements et enfin, la prière. Voilà le modèle d’une chevalerie chrétienne dont la piété est exaltée au même titre que celle de la royauté. Seule différence, mais elle est de taille : l’embaumement de son corps qui lui permettra de se conserver pendant dix ans sans se putréfier105. Le corps du Cid reste donc exposé aux yeux du monde tel le témoignage d’une récompense suprême pour un parcours exemplaire, un parcours placé, qui plus est, sous le signe de la protection divine.

  • 106 CC, fol. 4r°b-4v°a.
  • 107 CC, fol. 32r°b. À la différence de la Chanson du Cid qui cite Gabriel, dans la Chronique, l’ange n’ (...)
  • 108 CC, fol. 109r°b. Sur l’apparition de ces saints au Cid, voir M. LACOMBA, « Saints cidiens... ».

51En effet, la vie du héros est marquée par la manifestation de plusieurs messagers de Dieu. Tel est le cas de saint Lazare qui lui apparaît lors de son pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle et qui l’assure de la protection divine en lui annonçant ses futurs succès militaires106, de l’ange qui s’adresse à lui avant son départ en exil107, ou encore de saint Pierre qui lui annonce, au moment où Valence est assiégée par les Almoravides, sa mort prochaine et son dernier succès militaire, posthume celui-là, grâce à l’intervention de saint Jacques108.

  • 109 Là-dessus, voir P. ROCHWERT-ZUILI, « El buen cauallero... », p. 95-96.
  • 110 Nous reprenons ici les termes employés par Marta Lacomba (cf. M. LACOMBA, Au-delà du Cantar..., p.  (...)
  • 111 CC, fol. 108v°b.
  • 112 Voir CC, fol. 115r°a-115v°b. Sur les miracles entourant la mort du Cid, on pourra consulter Patrick (...)

52À travers Rodrigue, la Chronique de Castille restaure ainsi la mission religieuse de la chevalerie dans sa lutte contre l’infidèle109 et sa contribution à l’expansion du christianisme. C’est ce dont témoigne en particulier la conversion des hommes ayant côtoyé ou approché le Cid. Elle montre non seulement que le chevalier accomplit pleinement sa mission mais aussi qu’il fonde un véritable « lignage spirituel »110. En effet, au moment de son baptême, le gouverneur de Rodrigue à Valence ne reçoit-il pas le nom de Gil Diaz111 et le juif épouvanté par le mouvement de sa dépouille au moment où il veut toucher sa barbe112, n’est-il pas baptisé Diego Gil ?

53Même une fois son corps enseveli le souvenir du Cid continue d’infléchir les actions des hommes de sa lignée en les ramenant au spirituel. À preuve ce passage ajouté où le roi Sanche VI le Sage de Navarre, son arrière-petit-fils, renonce, sous l’incitation de l’abbé qui veille sur la dépouille de son ancêtre et qui brandit son enseigne, à emporter en Navarre le butin qu’il a accumulé au cours de ses campagnes en Castille. Écoutons la réponse que le roi fait à l’abbé :

  • 113 CC, fol. 116r°a.

Non sé quién vós sodes, mas [por] quanto avedes dicho e razonado, quiero dexar la presa, ca ay munchas buenas razones por qué: la primera es porque vengo de la su sangre, que só su visnieto, commo vós dezides; la segunda, por onrra del cuerpo que yaze aquí en este monesterio; la tercera, por reuerençia d’esta su seña que nunca fue vençida; la quarta razón es que quando d’estos debdos non oviésemos ningunos, déuola dexar, porque si él viuo fuese, non le osaría pasar tan cerca d’él, ca cierto só que lo non consentiría. E por ende, primeramente por lo de Dios e por honrra de mi visavuelo el Çid, mando que la dexen. E vós, abad, mandadla tomar, porque sopistes muy bien guisar para levarla de nós113.

54La postérité du Cid est sans pareil et sa grandeur est telle qu’elle rejaillit sur sa lignée. Derrière ce discours parfaitement structuré on entrevoit en outre le modèle royal, et en particulier celui des Sept parties. Ainsi le descendant de Rodrigue semble perpétuer, à travers le souvenir de son ancêtre, la parole royale qui s’était affirmée dans le code alphonsin.

55Élevé au rang des monarques, Rodrigue entre ainsi dans la légende et devient l’emblème de la Castille, la marque de son identité. Tel est le sens de ce passage où l’on nous dit que le roi Alphonse X avait fait édifier un nouveau tombeau pour le Cid et son épouse :

  • 114 Cf. CC fol. 115v°a-115v°b. Sur l’édification de ce nouveau tombeau que fit construire Alphonse X po (...)

E su fijo el rey don Alfonso, treslando el Çid de aquella bóveda, e púsolo en vn monumento muy noble que mandó fazer en Burgos, e a doña Ximena su mugier en otro, e púsolos a par del altar de Sant Pedro, a la man esquierda, contra onde dizen el Euangelio; e otrosý treslando estonçes el conde Garçi Fernández, que fue señor de Castilla, e púsolo cabo d’este mismo altar de la otra parte; e otrosý treslando al rey don Ramiro de León, e púsolo en medio del coro d’este mismo monesterio, e fízoles muncha onra. Et asý yazen oy dýa114.

  • 115 Il s’agit sans doute de Ramire II de León.

56La mention de ce panthéon où le roi Sage fit également transférer les corps de deux des premiers gouvernants de la Castille et de León, le comte castillan Garcie Fernandez et le roi Ramire de León115, révèle non seulement les aspirations de ceux que le Cid représente, mais aussi le sentiment « proto-nationaliste » qui se manifeste dans la Chronique. À travers l’histoire du Cid, héros castillan par excellence, c’est la mémoire de la Castille que le chroniqueur entend reconstituer et perpétuer.

57Ces phénomènes de valorisation mettent donc au jour l’émergence, dans l’entourage du roi, d’une aristocratie chevaleresque puissante qui s’impose par sa naissance, sa compétence mais aussi par sa dimension spirituelle, ce qui la distingue, cette fois, de celle qu’Alphonse X avait définie dans la Deuxième partie116. De ce groupe s’employant à redéfinir ses attributs et sa place dans la société, on peut déterminer sinon l’origine, du moins le lieu où s’illustre sa réussite.

La Terre de Campos

  • 117 Vid. G. MARTIN, Les juges... p. 467-470. Voir aussi id., Chansons de gestes..., p. 66-70.

58À l’instar de l’auteur de la Chanson de Rodrigue, qui situe nombre de ses épisodes dans la région de Palencia117, le chroniqueur fait de la Terre de Campos le théâtre où se jouent les intérêts du Cid et de ses hommes. Plusieurs références témoignent de cet ancrage géographique.

  • 118 CC, fol. 3r°a-3r°b. On pourra comparer la Chronique de Castille avec la Chanson de Rodrigue qui sit (...)
  • 119 Ibid. fol. 74v°b.
  • 120 Ibid., fol. 89r°b.
  • 121 Ibid., fol. 36v°a. On notera que cette référence n’apparaît pas dans la deuxième famille de manuscr (...)
  • 122 Ibid., fol. 90v°a.

59C’est à Palencia que le roi Alphonse VI annonce à Rodrigue que Chimène souhaite l’épouser118, c’est là qu’Alvare Fañez et Martin Antolinez retrouvent le roi pour lui offrir le présent que le Cid lui envoie afin d’obtenir sa grâce119, et c’est aussi là que les hommes du Cid informent le roi de l’affront commis par les infants de Carrión envers leurs femmes120. De même, la ville de Valladolid est le lieu où se déroule la première ambassade d’Alvare Fañez auprès du roi121 et celui où les hommes du Cid rencontrent Alphonse VI pour lui demander de convoquer les cortes122.

60Ces indications, dont on ne trouve nulle trace dans les sources épiques de la Chronique123, semblent donc marquer l’attachement du chroniqueur à la Terre de Campos. Or, la démonstration ne s’arrête pas là. La plupart des nouveaux personnages que l’on rencontre dans le texte sont originaires de cette région.

61Parmi les juges chargés de présider les cortes de Tolède, au cours desquelles le Cid, déshonoré par les infants de Carrión, demande justice au roi Alphonse VI, figurent par exemple quelques membres de ces familles appartenant à une noblesse ancienne mais plutôt secondaire au regard des grands lignages tels que les Lara et les Castro : les Osorio, les Villalobos et les Girón, issus précisément de la Terre de Campos124.

  • 125 S. de MOXÓ, « De la nobleza vieja a la nobleza nueva... », p. 103.
  • 126 Sur ce sujet, les principales références restent S. DE MOXÓ, « De la nobleza vieja a la nobleza nue (...)

62La mention de ces lignages n’est pas dénuée d’importance. On pourrait en effet évoquer le cas des Villalobos dont les représentants figurant parmi les signataires des actes de Ferdinand IV étaient, semble-t-il, tous des cadets125. Il s’agissait en outre de familles avec lesquelles la chevalerie municipale ambitionnait de s’allier. Certains lignages de l’aristocratie chevaleresque allaient d’ailleurs y parvenir et former, dans le dernier tiers du XIVe siècle, plusieurs maisons de ce que l’on appelle communément la « nouvelle noblesse » trastamariste126. L’évocation des représentants de ces familles occupant à la cour une charge d’importance servait donc les prétentions d’une noblesse de « second rang » ainsi que celles des hommes de moindre condition en quête d’un état.

63Mais ce ne sont pas là les seuls ajouts que présente la Chronique. On y trouve en effet plusieurs autres personnages originaires de la Terre de Campos. C’est le cas par exemple du chevalier qui lutte pour le maintien de l’office mozarabe au cours du duel orchestré par Alphonse VI et destiné à déterminer le changement de liturgie à Tolède. Seule la Chronique de Castille évoque son nom et précise son origine :

  • 127 CC, fol. 44v°b. Ce passage, inspiré du De rebus Hispaniae, comporte deux ajouts : la référence à la (...)

Mas agora dexa la estoria de fablar d’esto por contar quál fue el cauallero que lydió por el offiçio toledano e vençió, ca non deuen ser oluidados los que bien fazen. E por ende queremos que lo sepades: el cauallero fue de Matança, que es çerca del rrío de Pisuerga, sobre la villa de Torquemada, et aùn oy día es ý ssu lynaje, e avía nonbre Johan Rruyz127.

  • 128 CC, fol. 93r°b-93v°a.

64De même, dans l’entourage d’Alphonse VI apparaît un homme appelé Benito Pérez occupant la charge de repostero mayor128.

  • 129 Jesús CORIA et Santiago FRANCIA (éd.), Reinado de Fernando IV (1295-1312), Colección de documentos (...)
  • 130 Loc. cit. : « Domingo Pelaez fide don Pelayo » ; « Domingo Pelaez fide donna Sancha ».
  • 131 Loc. cit. : « Pero Sanchez peligero, Martin Fernandez de Mont alegre ».
  • 132 Le premier est chargé, avec Martin Pelaez, d’escorter les filles du Cid et leurs maris jusqu’à Carr (...)

65Or, la documentation du règne de Ferdinand IV nous apporte de précieux indices sur ces nouveaux personnages. On constate que plusieurs d’entre eux trouvent leur origine au sein du conseil municipal de Palencia. Dans un acte daté du 24 décembre 1300 où l’évêque de Palencia accorde son pardon à cent bons-hommes du conseil municipal de la ville à la demande de la reine Marie de Molina, on retrouve un certain cordonnier nommé Benito Pérez129. On remarque aussi, dans cette charte, la mention de deux hommes portant le patronyme Pelaez130 qui auraient peut-être pu inspirer au chroniqueur le nom du chevalier couard. De même sont mentionnés, l’un à la suite de l’autre, deux hommes appelés Pero Sanchez et Martin Fernandez131. Dans la Chronique ce sont précisément les noms des deux chevaliers qui sont témoins du déshonneur des filles du Cid à Corpes et qui accompagnent le Cid aux cortes de Tolède132.

  • 133 Le service du roi et l’occupation de charges d’importance permirent en effet aux hommes des villes (...)

66À travers l’évocation de ces personnages ainsi que de ceux qui occupent à la cour une haute charge, la Chronique de Castille représente donc non seulement l’ascension des hommes des villes en Terre de Campos mais aussi les principes d’un pacte qui consacre le renouvellement du corps nobiliaire dans l’entourage royal133. Cela nous ramène à nouveau au contexte de composition de l’œuvre.

  • 134 Sur l’alliance conclue entre Marie de Molina et Alphonse Martinez et l’aide que lui apporta ce dern (...)
  • 135 Cf. F. SIMÓN Y NIETO, op. cit., p. 25-27.
  • 136 C. GONZÁLEZ MÍNGUEZ, Fernando IV de Castilla (1295-1312). La guerra civil..., p. 33-40 et en partic (...)
  • 137 Ibid. , p. 82-86 et en particulier, p. 84.

67Dans les années 1296-1300, Marie de Molina avait trouvé en Terre de Campos un soutien précieux auprès de la chevalerie urbaine et de la bourgeoisie. Tout s’était joué autour de Palencia où la régente avait pu conserver la ville, convoitée par Alphonse de la Cerda et ses partisans, grâce à l’appui d’un groupe de chevaliers et de bons-hommes menés par Alphonse Martinez134. Si Marie de Molina et son fils avaient pu compter sur ces hommes c’était précisément parce qu’en négociant avec eux, ils leur avaient concédé un certain nombre de privilèges135. C’était à Valladolid, pendant les cortes de 1295, que le roi avait été officiellement reconnu comme héritier de la couronne136. En 1299, c’était aussi là que l’on avait décidé de multiplier le nombre d’alcades et de notaires auprès du roi137, des charges qui avaient été attribuées aux membres de la chevalerie et aux bons-hommes des villes.

68Alphonse Martinez138, qui portait en 1300 le titre d’alcade du roi139 et qui devait tout à la régente et à son fils, comptait parmi ces hommes. Or, son destin, qui allait d’ailleurs être apparenté à celui du Cid dans un faux testament daté selon Georges Martin du début du XVe siècle140, révèle l’attachement de la chevalerie municipale à l’imaginaire cidien et notamment, aux Enfances du Cid dont la présence culturelle à Palencia ne fait aucun doute. Tout porte donc à croire que les auteurs de la Chronique de Castille entretenaient aussi des liens étroits avec le concejo de Palencia, ou du moins, qu’ils en connaissaient les principaux représentants et qu’ils étaient au fait de ce qui s’était joué en Terre de Campos au tournant des XIIIe et XIVe siècles.

69Quoi qu’il en soit, cette région, où la reine avait coutume de séjourner, était le lieu privilégié de la rencontre entre la royauté et les hommes des villes, celui où ils avaient scellé leur alliance. C’est ce qui explique aussi sans doute l’importance accordée, dans le récit, à un autre acteur : les femmes de pouvoir.

2.2. Présences et voix féminines : l’ombre de Marie de Molina

70Si l’historiographie alphonsine nous livre nombre d’exemples de femmes ayant joué un rôle politique d’importance auprès des rois, notamment en tant que conseillères, la Chronique de Castille présente cependant la version la plus aboutie de ce modèle141.

71De Sancie, femme de Ferdinand Ier, à Bérengère, mère de Ferdinand III, le chroniqueur décrit en effet une « lignée »142 symbolique de femmes exemplaires toutes dotées d’une qualité essentielle, le bon entendement (buen entendimiento), qui justifie pleinement leur action. Cette dernière s’exerce en deux domaines : le conseil et la médiation entre le temporel et le spirituel. Aussi nous rappelle-t-on que c’était sur les conseils de Sancie que Ferdinand Ier avait fait édifier le panthéon de León. De même nous dit-on qu’Aliénor, épouse d’Alphonse VIII, avait été à l’origine de la construction du monastère de las Huelgas Reales de Burgos. Ces informations, issues de l’historiographie alphonsine, ne sont certes pas nouvelles, mais elles prennent place au sein d’une série qui permet au chroniqueur de souligner l’action exemplaire de ces femmes et de l’amplifier.

72Certains personnages féminins acquièrent ainsi, dans le texte, un rôle d’importance. C’est le cas de Chimène qui veille au salut de l’âme du Cid et à la perpétuation de sa mémoire, de doña Sol, qui éduque son neveu Garsias Ramirez puis le conseille tout au long de son règne, ou encore de Bérengère dont seule la Chronique de Castille nous montre qu’elle avait fait enterrer dignement son pire ennemi, le comte Alvare Nuñez de Lara, en faisant recouvrir son cercueil d’un drap d’or. Et que dire de la principale conseillère d’Alphonse VI, l’infante Urraque, dont la parole s’affirme lors des réunions du conseil municipal de Zamora143 ?

  • 144 Là-dessus, vid. R. DEL VALLE CURIESES, María de Molina, p. 30-31.
  • 145 Loc. cit., p. 31. Voir aussi Alonso FERNÁNDEZ DE MADRID, Silva palentina, éd. RAMOS VIELVA et R. RE (...)
  • 146 C’était le fils de sa demi-sœur Urraque Alfonso (cf. R. DEL VALLE CURIESES, María de Molina, p. 125 (...)
  • 147 R. DEL VALLE CURIESES, op. cit., p. 251-253.

73Derrière ces femmes, il ne fait aucun doute que se profile l’ombre de Marie de Molina. Or, la régente était elle-même originaire de la Terre de Campos. Sa mère, doña Mayor, était issue d’une puissante famille — les Téllez de Meneses —, qui s’était établie dans la région au début du Xe siècle144. Parmi les ancêtres de Marie de Molina figurait notamment don Tello Téllez de Meneses (1170-1246) qui avait été évêque de Palencia et qui y avait fondé la première université de la péninsule145. Au moment de la composition de la Chronique de Castille, le siège épiscopal de Palencia était occupé par un autre parent de la régente, son neveu don Alvare Carrillo146. En outre, Marie de Molina demeurait régulièrement dans son palais de Valladolid auprès duquel elle avait ordonné, dès 1282, avec l’accord de l’évêque de Palencia, la construction du monastère de las Huelgas, destiné à accueillir la communauté d’abbesses cisterciennes dont le couvent avait brûlé, mais aussi à devenir un panthéon royal à l’image de celui de Burgos147. C’est du moins ce que semblent nous indiquer les propos de la reine dans son second testament, rédigé le 29 juin 1321 :

  • 148 Manuel LARRIBA BACIERO, El testamento de María de Molina, Signo, Revista de historia de la cultura (...)

E porque el rey don Ferrando, mio fijo que Dios perdone, veyendo que este monesterio que yo fago era obra de piedat e que era mucho a serviçio de Dios e a pro e a salut de las almas del rey don Sancho su padre e de aquellos ende nos venimos e a salvaçión de las nuestras almas e de aquellos que de nos vernán. E porque él oviese parte en los bienes que se y fiçiesen, tomó por bien de me dar por heredat para este monesterio cada año çinquanta mill maravedís de renta148.

  • 149 On notera d’ailleurs que dans son premier testament, rédigé au début de l’année 1308, la reine avai (...)
  • 150 Ibid., p. 146. Voir aussi Antonio PALOMEQUE TORRES, « Aportación a la figura del arzobispo de Toled (...)

74Mais cela signifie-t-il pour autant que l’école cathédrale de Tolède n’était plus, au tournant des XIIIe et XIVe siècles, le centre de production privilégié de la royauté ? Rien n’est moins sûr149, d’autant plus le successeur de Gonzalve Pérez Gudiel, son neveu Gonzalve Diaz Palomeque, était aussi très proche de la royauté. Il avait contribué à son affirmation et à sa légitimation en intervenant avec succès auprès de Boniface VIII pour l’obtention de la dispense papale150.

75Du reste, un nouvel indice présent dans le texte pourrait bien nous indiquer que la Chronique de Castille aurait été composée à Tolède ou non loin de là. Il s’agit d’un ajout qui apparaît au sein du passage où le roi Alphonse IX de León s’introduit dans le royaume de Castille dont son fils Ferdinand III vient d’hériter :

  • 151 CC, fol. 145v°b. Dans la Version sancienne, la situation géographique de Laguna n’est pas précisée  (...)

Estonçe el rey de León fue possar ribera de Pisuerga, e dessý fuese para Laguna, [que es aquende Valladolit vna legua]151.

  • 152 Il s’agit de Laguna de Duero, située à environ 7 km au sud de Valladolid.
  • 153 Voir notamment D. CATALÁN, La Estoria de España..., p. 12-13, et en particulier, n. 6 p. 13. Sur Fe (...)

76La précision apportée à la situation géographique de Laguna152 nous montre que le chroniqueur semble fort bien connaître la Terre de Campos, mais elle situe la composition de la Chronique au sud de cette région. Cet élément, confronté au modèle que nous propose le texte, nous révèle donc, sinon le choix d’un nouveau lieu de composition de l’œuvre historiographique, du moins l’émergence, au sein du récit, de la voix des auteurs dont les ambitions, tournées vers la Terre de Campos, s’expriment de façon claire et autonome. Or, c’est aussi là que la régente semble vouloir inscrire la légitimité de son action et celle de sa descendance. Pendant la minorité de son petit-fils, elle y formera d’ailleurs celui qui deviendra grand notaire du roi et composera la Chronique de trois rois et la Chronique d’Alphonse XI, Ferrand Sanchez de Valladolid153.

  • 154 Les informations que nous apportons sur ces familles tolédanes sont principalement issues de G. MAR (...)

77S’il est difficile de déterminer l’identité de celui ou de ceux qui composèrent la Chronique, on peut néanmoins distinguer le profil de deux familles de la chevalerie tolédane : les Garcia de Tolède et les Gomez154.

  • 155 J. CORIA et S. FRANCIA (éd.), Reinado de Fernando IV...., doc. n° 24, p. 163.

78Certains membres du premier lignage firent en effet carrière en Terre de Campos et d’autres furent témoins de la promotion de leurs pairs dans cette région. Gomez Garcia fut abbé de Valladolid et conseiller de Sanche IV. Son frère Jean fut grand alguacil de Tolède et grand huissier de Castille. Il reçut aussi de Sanche des concessions dans la région de Talavera. Diègue, le fils de Jean, fut l’un des familiers du roi Ferdinand IV. Il occupa d’importantes charges administratives et militaires — il fut notamment grand chancelier du sceau du secret et grand amiral de la mer. En juillet 1302, il confirma les privilèges et franchises que Sanche IV et son fils avaient accordés au conseil municipal de Palencia155.

  • 156 Cf. Francisco J. HERNÁNDEZ, Los cartularios de Toledo. Catálogo documental, Madrid : Fundación Ramó (...)

79Le principal représentant du second lignage, Ferrand Gomez, commença sa carrière en 1295. Il fut d’abord grand notaire du royaume de Tolède, puis chancelier et grand chambellan de Ferdinand IV. Son frère, Gutierre Gomez, succéda à Gonzalve Diaz Palomeque et fut nommé archevêque de Tolède en 1311. Comme le prouvent deux chartes datées du 27 et du 28 septembre 1300, il faisait partie du chapitre de Tolède au moment de la composition de la Chronique de Castille156.

  • 157 Comme le souligne Georges Martin, les Garcia de Tolède finirent par s’allier aux Manuel et aux Manr (...)
  • 158 Loc. cit.

80Si ces deux familles n’eurent pas le même destin157, elles avaient néanmoins les mêmes ambitions et des intérêts communs, comme en témoignent les liens matrimoniaux qui unirent certains des descendants de Diègue Garcia à ceux de Ferrand Gomez158.

81Par conséquent, il semble qu’au tournant des XIIIe et XIVe siècles se trouvaient à Tolède — sans doute au sein du chapitre — des hommes susceptibles de concevoir et de promouvoir le modèle de l’alliance que la régente avait conclue avec les hommes des villes en Terre de Campos.

82Nous ne pouvons, en l’état actuel de nos recherches, aller plus loin. C’est en tout cas parmi ces hommes, dont le parcours s’apparente à celui des Gomez ou des Garcia de Tolède, que l’on trouvera celui ou ceux qui composèrent la Chronique.

83Issue de la rencontre entre une régente et des chevaliers et des bons-hommes des villes, la Chronique de Castille présente donc les signes d’une étroite collaboration. Destinée à conforter d’une part, la place que ces hommes avaient acquise auprès de la royauté et au sein du royaume, elle célèbre d’autre part, l’œuvre d’une reine-mère s’employant à légitimer et affermir le pouvoir de son fils. Aussi représente-t-elle, à travers l’histoire des premiers rois de Castille, une « lignée » de femmes exemplaires ayant contribué au couronnement de leur fils, leur frère ou leur neveu, et les ayant soutenu dans l’exercice du pouvoir. Cette dimension lignagère, qui s’impose clairement dans l’œuvre, est l’un des principaux éléments de la propagande molinienne, comme l’avait parfaitement saisi Ferrand Sanchez de Valladolid lorsqu’il plaçait dans la bouche de son héroïne — la régente Marie de Molina — les propos suivants, adressés à l’infant Henri qui souhaitait la marier :

  • 159 Cayetano ROSELL (éd.), Crónicas de los reyes de Castilla, 3 t., 1, Madrid : Biblioteca de autores e (...)

É la noble Reina le respondió que se maravillaba mucho del commo le fabló él en aquella manera con ella aviendo el debdo que él avie con ella, é que non avie porque le dar ejemplo de las reinas que facien mal, ca non tomaria ella ejemplo si non de las que ficieron bien, que fueron muchas, señaladamente del su linage, é que fincaron con sus fijos pequeños, é que las ayudára Dios159.

84Ainsi, à l’instar de sa grand-mère Bérengère qui, installée près de Saint-Isidore de León, commanda une chronique à un moine léonais, Marie de Molina, profondément attachée à la Terre de Campos dont elle était originaire, confia sans doute la composition de la Chronique de Castille à un clerc issu d’une famille de la chevalerie urbaine afin qu’il célébrât, notamment, l’union fructueuse de la royauté et des hommes des villes en Terre de Campos.

85Première œuvre où l’on perçoit véritablement la présence et l’influence de la régente, la Chronique de Castille porte donc en elle les trois principaux traits de l’idéologie molinienne : la castillanité, destinée à fonder l’identité linguistique et lignagère de la royauté, l’affirmation de la dimension spirituelle de la royauté — un domaine qui semble réservé tout particulièrement aux femmes — et enfin, l’union idéale de la royauté et de la chevalerie — dont les attributs sont redéfinis — à travers la valorisation du service.

86Du partenariat entre la reine et la chevalerie urbaine naît une nouvelle façon de concevoir et d’écrire l’histoire où s’impose désormais l’image d’une monarchie « aristocratique » ou « chevaleresque ».

2.3. De la chronique générale à la chronique particulière : vers de nouvelles formes narratives

Le chroniqueur et ses sources

87Jusqu’au début du récit du règne d’Alphonse VII, la principale source historiographique de la Chronique de Castille est, on l’a vu, la Version concise de l’Histoire d’Espagne, dont elle suit la trame. Elle hérite ainsi d’une série de sources diverses — annales, chroniques chrétiennes et arabes, textes épiques et légendaires — que les compilateurs alphonsins avaient savamment imbriquées les unes dans les autres.

  • 160 CC, fol. 82r° et 84v°.

88Le chroniqueur poursuit donc, en les accentuant, les techniques compilatoires de ses prédécesseurs et recueille de nouvelles sources, notamment historiographiques et juridiques, qui lui permettent d’étoffer son récit. C’est le cas des épisodes consacrés à Al-Andalus, où il a recours à l’information que lui fournit la Grande histoire des rois d’Afrique, composée par un certain Gilberto, qu’il cite à deux reprises160. Plusieurs passages témoignent également d’une connaissance assez précise du code alphonsin, dont les réminiscences parsèment le récit, ce qui laisse à penser que le chroniqueur aurait pu disposer d’une version des Sept parties, dont l’état resterait à définir.

  • 161 M. LACOMBA, Au-delà du Cantar..., p. 85-87.

89Il semblerait, de même, qu’il aurait pu avoir accès à des documents issus de la chancellerie royale alphonsine. C’est en tout cas ce qu’a posé Marta Lacomba à travers la comparaison de deux épisodes : celui de l’ambassade du messager du sultan de Perse auprès du Cid, que l’on trouve dans la Chronique de Castille, et le récit de l’ambassade du roi d’Égypte à Séville, qui apparaît dans la Chronique d’Alphonse X, où la présence de motifs identiques ne semble pas être le fruit d’une contamination directe entre les textes161.

90Par ailleurs, le chroniqueur se livre à une sélection méticuleuse de l’information en retenant les éléments issus des sources majeures de l’Histoire d’Espagne qui lui paraissent les plus pertinents. Certains passages semblent témoigner, notamment, de l’intérêt qu’il porte au Chronicon mundi. L’exemple le plus significatif est l’apparition, au sein du récit du règne d’Alphonse VI, d’un détail qui renvoie précisément aux femmes. Ainsi, l’auteur de la Chronique nous rapporte que le roi avait marié sa sœur Elvire au comte Garcia de Cabra162, ce qui lui permet de valoriser et de distinguer l’action de l’infante Urraque auprès de son frère163.

  • 164 La Version sancienne présente en effet une lacune à partir du chapitre 896 de la Première chronique (...)
  • 165 Vid. P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 310-334.
  • 166 Sur la nature de ces sources et son exploitation, on pourra aussi consulter l’article de Marta LACO (...)

91Toutefois, la Chronique s’écarte du modèle alphonsin par l’accueil qu’elle réserve à la geste cidienne, qui occupe plus de la moitié du récit. Mêlés aux épisodes rapportant les exploits de Ferdinand Ier, les passages retraçant les jeunes années du Cid sont inspirés de la Chanson de Rodrigue. De même peut-on suivre, au sein du récit du règne d’Alphonse VI, l’ensemble des épisodes de la Chanson de mon Cid dans une version profondément remaniée, notamment en ce qui concerne le Deuxième et surtout le Troisième Chant. Ces remaniements ont d’ailleurs conduit Diego Catalán à affirmer que les historiographes néo-alphonsins avaient utilisé, à partir de l’épisode de la conquête de Valence, une refonte tardive de la Chanson de mon Cid164, mais l’analyse des procédés de transfert de la geste à l’historiographie nous a permis de montrer que l’ensemble de la variation était l’œuvre du chroniqueur165. Ainsi, la Chronique de Castille repousse les limites de l’amplification et de la création à travers l’exploitation d’une série de sources jusqu’alors utilisées dans une moindre mesure par les historiographes castillans166.

  • 167 À cette matière cidienne fondée sur la Chanson de Rodrigue et la Chanson de mon Cid s’ajoutent, bie (...)
  • 168 Sur la *Légende de Cardeña, on pourra consulter : Peter E. RUSSELL, « San Pedro de Cardeña and the (...)

92À la geste cidienne inspirée principalement de ces deux chansons167, s’ajoute également une matière légendaire sans doute vouée à servir les intérêts du monastère de Saint-Pierre de Cardeña, la *Légende de Cardeña168, dont l’existence et la nature demeurent obscures à ce jour. Elle rapporte les dernières années de la vie du Cid, sa mort et les événements qui se produisirent au cours des années où son corps fut exposé dans l’église. Là encore, on constate que le chroniqueur s’est livré à un savant travail de compilation en combinant plusieurs types de matériaux. C’est ce dont témoigne, par exemple, l’épisode de l’ambassade du messager du sultan de perse dont nous avons parlé plus haut.

93L’origine des informations que recueille la Chronique est donc multiple mais l’ensemble n’en est pas moins cohérent. Tous les choix et les aménagements opérés par le chroniqueur obéissent en effet à un objectif primordial : créer un récit destiné à légitimer et renforcer le pouvoir royal mais aussi à rallier l’aristocratie chevaleresque.

94Telle est la vocation de ces micro-récits que la Chronique de Castille accueille en son sein, comme ceux qui rapportent la métamorphose de Martin Pelaez ou le changement de décision de Sanche VI de Navarre, dont on méconnaît l’origine et qui pourraient bien être l’œuvre du chroniqueur lui-même.

  • 169 Cf. I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, « Estoria de España », p. 77.

95Quant à la partie du récit qui couvre les règnes d’Alphonse VII à Alphonse IX de León, elle semble s’appuyer presque exclusivement sur le De rebus169. Néanmoins, même s’ils apparaissent ici dans une moindre mesure, les passages relevant de la pure création historiographique sont encore manifestes. On en voudra pour preuve l’évocation du drap d’or avec lequel Bérengère fait recouvrir le cercueil de son pire ennemi ou la description des conditions dans lesquelles Ferdinand III hérite de la couronne léonaise.

  • 170 Diego Catalán parle, à ce sujet, de « désintégration des méthodes historiographiques alphonsines » (...)

96Des trois opérations qui régissent la composition de la Chronique de Castille — compilation, invention, harmonisation — c’est sans conteste la deuxième qui retient toute l’attention du chroniqueur. L’intégration de cette matière plus « littéraire », qui fait l’objet d’un traitement particulier dans la Chronique, donne lieu à un véritable travail de réécriture et de création170.

Caractéristiques narratives et discursives de la Chronique de Castille

  • 171 Voir par exemple CC, fol. 66r°b et 78r°b.
  • 172 Certains chapitres semblent correspondre à des paragraphes.
  • 173 CC, fol. 31v°b.
  • 174 Vid. P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 219-220.
  • 175 CC, fol. 31v°b.
  • 176 CC, fol. 90r°b.
  • 177 L’épisode est décrit et analysé avec précision par Marta LACOMBA dans « Enjeux discursifs de l’hist (...)

97Dans la Chronique de Castille, la segmentation du récit est plus appuyée que dans les autres versions de l’Histoire d’Espagne et l’emploi de l’expression « Cuenta la estoria » en début de chapitre, à laquelle se substitue en quelques occasions l’expression « Diz el cuento »171, est récurrent. Répartie selon de nouveaux critères172, la matière, parfaitement assimilée, est ainsi soumise à de nombreuses variations. Certaines relèvent de la substitution — c’est le cas, par exemple, de la vieille femme s’adressant au Cid au moment de son bannissement, qui remplace la petite Burgalaise de neuf ans173 — ou de l’amplification, comme en témoigne l’augmentation systématique des gains de la mesnie cidienne174. D’autres sont entièrement le fruit de l’imagination du chroniqueur qui insère des éléments romanesques dans son récit. C’est le cas de l’évocation de ces oies auxquelles le Cid et ses hommes ajustent leurs pas en quittant Burgos175 ou du sang avec lequel les filles déshonorées du Cid écrivent une lettre à leur père176. De même, l’auteur de la Chronique n’hésite pas à user de procédés généralement utilisés jusque-là dans le récit épique, comme on peut le voir dans un passage mettant en scène le roi Alphonse VI et le roi de Tolède. Alors que l’on s’attend à ce que le roi chrétien renouvelle son engagement envers le roi maure lors du festin qu’ils partagent, le chroniqueur introduit une rupture en décrivant l’irruption des soldats d’Alphonse dans la tente et maintient le suspense jusqu’à la fin de l’épisode où Alphonse, qui n’est désormais plus en position de soumission, scelle une nouvelle alliance avec le roi Alimaymon177.

  • 178 Cf. P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 311-313.
  • 179 C’est le terme employé par Marta LACOMBA dans « Enjeux discursifs... », p. 236.
  • 180 CC, fol. 2v°a.
  • 181 CC, fol. 106r°a-106v°a. Sur cet épisode, vid. M. LACOMBA dans « Enjeux discursifs... », p. 235-237.
  • 182 CC, fol. 118r°a-118r°b.

98Le discours se pare aussi d’éléments nouveaux. À l’instar de la voix du jongleur qui se manifeste dans le poème épique à travers l’invocation et l’emphase, la voix du narrateur fait irruption dans le récit pour y apporter des précisions ou pour susciter la participation et l’adhésion de ses destinataires, notamment dans les passages correspondant au Deuxième et au Troisième Chant de la Chanson de mon Cid178. De même, le discours direct est plus développé et les dialogues, plus nombreux. Ces derniers apportent non seulement de la vivacité au récit mais lui confèrent aussi un caractère polyphonique179 qui révèle l’importance que la Chronique accorde à la parole sous toutes ses formes. Or, cette parole porte les aspirations des destinateurs — et des destinataires — du récit, comme en témoigne le dialogue où le Cid montre à son parrain que le malheureux poulain qu’il a choisi deviendra une merveilleuse monture180 ou celui qui met en scène l’ambassadeur du sultan de Perse et le percepteur valencien des impôts du Cid commentant le pouvoir d’épouvante du chevalier181. La parole royale s’affirme, elle aussi, à travers des passages au discours direct, comme celui où l’on découvre, créée de toutes pièces, la confession publique que prononce le roi Alphonse VI avant de mourir182.

  • 183 Nous reprenons ici le terme employé par Marta Lacomba dans Au-delà du Cantar..., p. 121 et suivante (...)
  • 184 Sur la biographie chevaleresque, voir Élisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque. Typologie d’u (...)
  • 185 Notons ici que Fernando Gómez Redondo écrit : « [...] la crónica real es una lógica continuación de (...)

99La Chronique de Castille s’imprègne donc d’une matière narrative d’origine épique et légendaire qui contamine le récit au point d’en modifier la nature. Elle explore ainsi de nouveaux modes d’expression plus adaptés au public qu’elle entend « persuader »183. En retraçant la vie du Cid elle se distingue notamment des œuvres qui l’ont précédée en prenant partiellement, si l’on peut dire, la forme d’une biographie chevaleresque184. Plus romanesque et davantage centrée sur ses destinataires, elle inaugure en Castille une nouvelle forme de récit historiographique et constitue sans doute un maillon essentiel dans le processus de formation de la chronique royale185.

La Chronique de Castille et la Chronique particulière de saint Ferdinand

  • 186 Ibid., 2, p. 1242. On pourra consulter aussi Luis FERNÁNDEZ GALLARDO, « La Crónica particular de sa (...)

100Comme l’indique une note contenue dans l’un des manuscrits qui la conservent — le manuscrit D — la Chronique particulière de saint Ferdinand aurait été composée au cours des dernières années de règne de Ferdinand IV186. Conçue comme la continuation de l’Histoire d’Espagne mais consacrée au règne d’un seul monarque, elle constitue un premier état de ce que sera, au milieu du XIVe siècle, la chronique royale. Or, les coïncidences entre la Chronique particulière et la Chronique de Castille sont nombreuses.

  • 187 Cf. L. FERNÁNDEZ GALLARDO, art. cit., p. 247-248.
  • 188 CC, fol. 159v°a-159v°b. On pourrait citer aussi l’épisode où Lorenzo Suarez souligne l’excellence d (...)

101Destinée à exalter la figure du conquérant de l’Andalousie ayant en outre réuni définitivement les royaumes de Castille et de León et à valoriser l’œuvre déterminante de sa mère187, la Chronique particulière présente aussi plusieurs épisodes retraçant la geste de vaillants chevaliers. Parmi eux se distinguent Lorenzo Suarez et surtout Diègue — ou Garci — Pérez de Vargas, surnommé Machuca, dont le texte valorise les hauts faits d’arme ainsi que la parole exemplaire. En effet, dans le droit fil de la Chronique de Castille, la Chronique particulière multiplie les passages au discours direct ainsi que les dialogues où s’illustrent, notamment, les propos de l’aristocratie chevaleresque. L’exemple le plus significatif est sans doute le récit de la défense de la forteresse de Martos où l’on voit Machuca inciter ses compagnons, les caualleros fijosdalgo, à prendre part au combat. Dans son discours, il met tout particulièrement l’accent sur son devoir envers le roi mais aussi envers la femme de son seigneur Alvare Pérez, qui se trouve dans le château188.

  • 189 On remarquera d’ailleurs que dans l’acte de repentance publique du conseil municipal de Palencia da (...)

102Voués à valoriser la présence de l’aristocratie chevaleresque dans l’entourage du roi, les passages dédiés à ces personnages sont à l’image de ceux que la Chronique de Castille avait introduits au sein de son récit189. De même, la représentation de la reine Bérengère paraît s’inspirer du modèle de femme de pouvoir qui s’était imposé dans la Chronique de Castille. Prenons, à titre d’exemple, l’éloge funèbre de la reine :

  • 190 Passage plus développé dans le manuscrit G : « La nonbrada de los sus bienes e de las sus buenas ob (...)
  • 191 Ms. G : « cuya sierua e amiga verdadera ella era »
  • 192 CC, fol. 166v°b.

E non era marauilla de aver ende grand pessar, que nunca rey en su tiempo otra tal perdió e que tan conplida fuesse a todos los sus fechos; que ésta era espejo de Castilla e de León e de toda España, por cuyo consejo e por cuyo sesso se guiauan muchos reynos. Et grand aventura e grant mejoría ovo de quantas en el su tiempo otras regno tovieron. E llorada fue por Castilla de conçejos e de todas las gentes de todas las leys; et muy llorada fue de cavalleros pobres a quien ella mucho bien fazía. Ésta era toda conplida sierua e amiga de Dios. La nonbradía de las sus buenas obras e de las nobleças d’esta reyna fue esparçida por todo el mundo190; ca ésta fue exienplo de toda bondat, a la qual aya Dios merçed e piedat, cuya sierua ella era191, e la faga heredera en el su reyno con los sus fieles; amén192.

  • 193 Vid. RODERICI XIMENII DE RADA, De rebus Hispaniae, VIIII, XVII, XVII, p. 300, l. 35-54.
  • 194 Voir note 142.

103Si nombre d’éléments semblent hérités de l’éloge de la reine qui figurait dans le De rebus Hispaniae193, on remarque cependant, dans ce passage, l’emploi de l’expression « ser espejo de » qui était déjà apparue dans la Chronique de Castille pour qualifier Sancie et Bérengère194. En outre, le chroniqueur met l’accent sur l’œuvre pieuse de Bérengère ainsi que sur le désespoir de ceux auxquels la chronique accorde une place importante : des chevaliers pauvres, certes, mais des chevaliers.

  • 195 Dans sa somme consacrée à l’histoire de la prose, F. Gómez Redondo met l’accent sur la continuité e (...)

104Et que dire du caractère hagiographique de l’œuvre qui se déploie en particulier à travers le récit de la mort du roi et son éloge funèbre ? L’image de ce roi très pieux appelé à être sanctifié n’est-elle pas l’aboutissement d’un processus de valorisation qui s’était accentué dans la Chronique de Castille ? De telles similitudes montrent que la Chronique particulière aurait pu être conçue à l’image de la Chronique de Castille dont elle constitua d’ailleurs la suite195, comme en témoignent, notamment, les manuscrits Esp. 12 et X-I-11 choisis pour cette édition, ainsi que de nombreux autres manuscrits de la tradition (cf. infra).

105Il convient donc de reconsidérer la place de la Chronique de Castille au sein du programme politico-culturel molinien. En effet, l’entrée du romanesque dans l’histoire, dont la principale vocation fut de susciter l’intérêt et l’adhésion de ces hommes en pleine ascension à la fin du XIIIe siècle, permit aussi d’ouvrir la voie à d’autres formes d’expression susceptibles de traduire l’union idéale – ou la fusion – entre royauté et chevalerie. La Chronique particulière, qui préfigure ce que sera la chronique royale, en est une illustration remarquable, mais on pourrait aussi envisager l’influence que put jouer la Chronique de Castille dans la composition du premier roman de chevalerie de la péninsule, le Livre du chevalier Zifar.

La Chronique de Castille et le Livre du chevalier Zifar

  • 196 Vid. Joaquín GONZÁLEZ MUELA (éd.), Libro del caballero Zifar, Madrid : Clásicos Castalia, 1990, p.  (...)

106Comment ne pas voir, en effet, dans le parcours ascensionnel du héros et de ses fils, notamment le puîné, Roboan, le modèle présenté dans la Chronique de Castille à travers le Cid et ses compagnons ? De même, l’image d’une chevalerie chrétienne n’est-elle pas aussi présente dans la Chronique ? Et que dire de ce ribaud qui devient plus tard chevalier lorsqu’il prononce, après avoir échappé à la potence grâce à Zifar, le proverbe « quien a buen árbol se allega, buena sonbra le cubre »196 que l’on trouve précisément dans l’épisode de Martin Pelaez ? Enfin, l’épouse de Zifar, qui conseille justement son époux et fait construire un monastère et un hôpital, et dont les deux fils seront appelés à régner n’est-elle pas décrite à l’image de ces femmes que l’on trouve dans la Chronique ?

  • 197 Vid. F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa..., 2, p. 1457-1459.
  • 198 C. ROSELL (éd.), Crónica de Alfonso XI, éd. cit., p. 198a.

107Si, en l’état actuel de nos recherches et compte tenu de la complexité du Zifar, composé sans doute en plusieurs étapes197, ces coïncidences ne nous permettent pas d’affirmer que ces textes eurent quelque influence directe l’un sur l’autre, elles sont pour le moins troublantes. Une comparaison minutieuse des deux œuvres mériterait donc d’être menée. Quoi qu’il en soit, ces quelques éléments témoignent de l’élaboration d’un projet de grande ampleur destiné à affirmer la légitimité et à fonder l’identité de la dynastie royale à travers de nouvelles formes narratives, plus à même de porter la parole de cette monarchie « chevalesque ». D’ailleurs, Ferrand Sanchez de Valladolid n’écrivait-il pas au sujet d’Alphonse XI, dans la chronique qui lui est consacrée : « la palabra dél era bien castellana, et non dubdaba en lo que avia de decir »198 ? Or, il nous semble que la Chronique de Castille porte les premiers traits de cette quête d’une identité castillane.

  • 199 En 1992, Diego Catalán écrivait déjà : « La incorporación a la ‘Crónica General de España’ de los t (...)

108L’importance de la Chronique dans le paysage littéraire de la Castille ne laissera sans doute pas de surprendre199. Il s’avérait donc indispensable d’en faciliter la lecture et d’offrir aux chercheurs et à tous ceux qui souhaiteraient la découvrir une édition, certes limitée, mais permettant de mesurer l’intérêt et la richesse d’un texte dont, assurément, de nombreux aspects restent encore à explorer.

3. L’édition

3.1. La tradition manuscrite

  • 200 C’est notamment ce que nous avions démontré dans P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p (...)
  • 201 Cet état de la question repose sur l’observation des variantes que nous avions réalisée dans P. ROC (...)

109Décrire la tradition manuscrite de la Chronique de Castille n’est pas chose aisée d’autant plus qu’aux phénomènes de variation habituels et inhérents à la copie s’ajoutent des fluctuations liées à la grande liberté avec laquelle les chroniqueurs traitent la matière narrative. Ainsi par exemple, la segmentation du récit, qui varie d’un manuscrit à l’autre, s’accompagne d’écarts importants dans la formulation des titres de chapitres200. Néanmoins, cette édition ayant été réalisée à partir de deux manuscrits, notre propos n’est pas de présenter ici un examen minutieux des liens qui unissent tous les manuscrits de la tradition entre eux mais plutôt un état de la question201 destiné à situer les manuscrits que nous éditons au sein de cette tradition.

110La tradition manuscrite de la Chronique de Castille se compose de deux grandes familles.

  • 202 Nous reprenons ici le terme employé, notamment, par J. Bautista Crespo (ibid., p. 290).
  • 203 On reviendra plus loin sur la datation de ces manuscrits.

111La première, qui compte une dizaine de manuscrits, est considérée comme la plus fiable. Assez « conservatrice »202, elle semble se montrer plus fidèle que la deuxième aux sources qu’elle utilise. Parmi les manuscrits qui la composent, figurent ceux qui ont servi de base à cette édition : le manuscrit Esp. 12 (P) de la Bibliothèque Nationale de France et le manuscrit X-I-11 (G) de la Bibliothèque de l’Escurial, composés tous deux au XVe siècle203. À ces deux manuscrits s’ajoutent les suivants :

    • 204 Il s’agit du manuscrit utilisé par Juan Velorado pour l’édition de la Crónica del famoso cauallero (...)

    B : ms. Esp. 326, XVe siècle, Bibliothèque Nationale de France204

  • M : ms. 321, XVe siècle, Bibliothèque Menéndez Pelayo (Santander)

  • Q : ms. II-1877, XVe siècle, Bibliothèque Royale (Madrid)

  • V : ms. 8539, XVe siècle, Bibliothèque Nationale d’Espagne

  • Y : ms. Lat. 4798, XVe siècle, Bibliothèque Apostolique du Vatican

  • Z : ms. 16-99, XVe siècle, Bibliothèque Francisco Zabálburu (Madrid)

ainsi que trois manuscrits présentant une texte mixte mêlant la Chronique de Castille et la Chronique ocampienne :

  • Ch : ms. 830, XVe siècle, Bibliothèque Nationale d’Espagne

  • E (copie de Ch) : ms. II-758, XVIIe siècle, Bibliothèque Royale (Madrid)

  • Ph : ms. 1396, XVe siècle, Bibliothèque Nationale d’Espagne

  • 205 Cf. J. BAUTISTA CRESPO, « Crónica de Castilla », p. 290.

112La deuxième famille se distingue par une tendance marquée à l’abréviation et une plus grande innovation205. Moins uniforme, elle est composée de manuscrits qui présentent des versions singulières. Le plus ancien représentant de cette famille est le manuscrit A2 contenant la version galaïco-portugaise de la Chronique :

    • 206 La version galaïco-portugaise est éditée par R. LORENZO (éd.), La traducción gallega..., p. 307-794

    A2 : ms. 8817, XIVe siècle, Bibliothèque Nationale d’Espagne206

L’un des manuscrits présente une version où se mêlent des passages de la deuxième et de la première famille :

  • T : ms. 7403, XVe-XVIe siècle, Bibliothèque Nationale d’Espagne

Un autre est écrit en navarro-aragonais :

  • D : ms. 220, XVe siècle, Bibliothèque Nationale de France

Puis viennent les manuscrits suivants :

  • J : ms. 1347, XVe siècle, Bibliothèque Nationale d’Espagne

  • N : ms. 10210, XVe siècle, Bibliothèque Nationale d’Espagne

  • U : Eg. 288, XVe siècle, Bibliothèque du British Museum de Londres

  • R : ms. 2303, XVe siècle, Bibliothèque Universitaire de Salamanque

  • S : ms. 1810, XVe siècle, Bibliothèque Nationale d’Espagne.

113Si cette deuxième famille présente quelques singularités, elle ne semble pas, néanmoins, imprimer une orientation sémantique fort différente au récit. C’est du moins ce que l’on peut constater à travers l’examen des variantes apparaissant au sein des passages qui retracent la vie du Cid207. Toutefois, une telle observation ne suffit pas à justifier les choix qui sont à l’origine de ce travail et l’on conviendra que cette édition ne saurait être qualifiée de « critique ».

3.2. Les manuscrits Esp. 12 et X-I-11

  • 208 Las siete partidas, éd. cit., prologue, 1, p. 3.

« … fecimos ende este libro por que nos ayudemos dél
et los otros que despues de nos veniesen
… »208

  • 209 Cf. note 1 de l’Introduction.

114Cette édition, réalisée à partir d’un manuscrit issu d’une tradition qui n’en compte pas moins de dix-neuf, est née avant tout du désir et de la nécessité de faire connaître un texte jusque-là inédit, du moins dans son intégralité209.

115Le manuscrit Esp. 12 (P) n’est pas le plus ancien de la tradition, ni sans doute celui qui serait privilégié dans le cadre d’une édition critique, mais il s’agit tout de même de l’un des meilleurs représentants de la première famille.

  • 210 Le manuscrit M, illisible à certains endroits, s’ouvre sur la partition du royaume à la mort de Fer (...)

116À l’exception du manuscrit X-I-11 (G), dont nous parlerons plus loin, c’est d’abord l’un des moins lacunaires210. Sur les 201 folios qui le composent seuls deux sont manquants — les folios 140 et 141.

  • 211 Le z en forme de 5 est celui que l’on rencontre le plus souvent.
  • 212 C’est le cas par exemple des groupes consonantiques ct et st.
  • 213 Sur l’écriture gothique, son apparition, ses caractéristiques et son évolution, on pourra consulter (...)
  • 214 Voir Agustín MILLARES CARLO, Tratado de paleografía española, 3 vol., Madrid : Espasa-Calpe, 1983, (...)

117L’écriture, régulière et constante, est clairement identifiable. L’arrondi de ses profils, le recours systématique aux abréviations, l’usage du a fermé, du d oncial, du s long au début et à l’intérieur d’un mot, du s à double courbe en fin de mot, des deux formes de z211 ou encore, les ligatures de certaines lettres212 permettent d’affirmer qu’il s’agit d’une gothique213 ronde castillane214.

  • 215 Cf. Rafael LAPESA, Historia de la lengua española, Madrid : Gredos, 9e éd., 1988, p. 257-258.
  • 216 Ibid., p. 272-273.
  • 217 Loc. cit.

118On relève, en outre, certains éléments tels que l’absence ou la faible fréquence de l’apocope du e en fin de mot215, l’alternance des graphies t et d en fin de mot216 (piedat / piedad) ou encore l’emploi du f au lieu du h en position initiale217, qui nous indiquent que le manuscrit aurait été composé au début du XVe siècle.

119Ses dimensions sont de 385 x 265 mm et le support utilisé est du papier.

  • 218 Les lettrines, assez imposantes, occupent cinq lignes en moyenne dans le manuscrit Esp. 12.

120Le texte est réparti sur deux colonnes. Toutefois, la présentation de la transcription du manuscrit Esp. 12 en deux colonnes dans le fichier PDF relève d’un choix purement esthétique. En effet, en dehors de la segmentation du récit en chapitres s’ouvrant sur une lettrine218 il n’y a aucune coïncidence entre la disposition graphique de notre transcription et celle du texte manuscrit.

  • 219 On y trouve une lettre datée du 23 juin 1831 signée par un certain A. Nuñez de Carvallo, qui décrit (...)

121Les six premiers folios du manuscrit Esp. 12, numérotés de a à f, ont été laissés en blanc219. Vient ensuite la Chronique de Castille qui occupe les folios 1 à 187, ou, si l’on tient compte du premier état de composition de l’œuvre, les fol. 1 à 152v°a, puisque les folios suivants contiennent une version de la Chronique particulière de saint Ferdinand. Aux fol. 188r°-201v°, on trouve, enfin, la Chanson de Rodrigue.

122On relève la présence de plusieurs mains dans le manuscrit. Trois d’entre elles sont clairement identifiables.

123La première occupe les folios 1r° à 30v°. Les dernières lignes de la colonne b du folio 30v° ont été laissées en blanc. Elle se distingue, notamment, par l’emploi quasi systématique du n devant b et p. Le pronom enclitique est régulièrement apocopé et l’adverbe mucho n’est surmonté d’aucun signe.

  • 220 Voir par exemple CC, fol. 32r°a et b, 55r°a et b, 76r°b.

124La deuxième main couvre les folios 31r° à 104r° (le folio 104v°a aussi été laissé en blanc). Dans cette partie du manuscrit, on trouve souvent n devant b et p mais aussi m, en quelques occasions. L’adverbe mucho est surmonté d’un signe d’abréviation placé généralement au-dessus du u et l’on rencontre, à plusieurs reprises, la forme entière muncho220. En outre, à la différence du premier copiste qui trace une cédille en forme d’angle droit, le deuxième copiste utilise un signe qui s’apparente à une petite virgule.

125La dernière main du manuscrit est celle qui transcrit une partie de la Chronique ainsi que la Chanson. En effet, comme on peut le voir sur la reproduction des folios 187v°-188r° (cf. infra), les coïncidences entre la fin de la Chronique et le début de la Chanson sont nombreuses. L’usage des consonnes doubles et en particulier du double r long et du s long aussi bien à l’intérieur d’un mot qu’à l’initiale, l’alternance entre m et n devant b et p, le recours aux mêmes signes d’abréviation, ou encore, l’emploi fréquent de la forme apocopée grant sont autant d’éléments qui nous permettent d’affirmer qu’il s’agit de la même main.

126À partir du folio 105r°, quelques fluctuations pourraient témoigner de l’intervention ou de la collaboration de plusieurs copistes. Néanmoins, à la différence des cas précédents où la transition entre chaque main apparaît clairement, il s’avère parfois plus difficile de les distinguer.

127L’écriture est beaucoup moins « assurée » et se distingue des autres par l’emploi quasi systématique du z en forme de 3, notamment jusqu’au folio 116. On trouve aussi de nombreuses répétitions. Les signes d’abréviation et les cédilles, dont l’emploi est d’ailleurs beaucoup moins fréquent, sont souvent oubliés. L’adverbe mucho est parfois surmonté d’un trait fin au-dessus de la palatale ch qui ne correspond pas, dans ce cas, à un signe d’abréviation. L’emploi du n devant b et p est prédominant. Alors que l’on trouvait chez le copiste précédent (deuxième copiste) la forme grant, elle n’apparaît plus dans cette section où l’on rencontre les formes grand et surtout grande devant le substantif. La forme grant ne réapparaît, d’ailleurs, qu’au folio 129r°.

  • 221 La plupart de ces formes ont été conservées. Au sein de la section correspondant à la deuxième main (...)

128Du folio 105 au folio 134, on rencontre aussi, en plusieurs occasions, des formes telles que ano, dona, ou pequeno, ainsi que des terminaisons verbales en -auam, -íam, ou -asem221 qui pourraient être la marque de l’origine portugaise de l’un des copistes.

  • 222 Cf. CC, fol. 147v°b.

129À partir du folio 116, le z en forme de 3 n’est pratiquement plus employé. L’écriture semble plus affirmée mais elle est plus petite et plus serrée. L’adverbe mucho est généralement écrit avec un trait au-dessus du u ou du c. Au-delà de la lacune (fol. 140-141), apparaissent les principales caractéristiques de la dernière main qui coïncide en de nombreux points avec la deuxième main. On rencontre, notamment, l’adverbe muncho écrit en toutes lettres222.

130Au vu de ces éléments, il semblerait donc que le manuscrit Esp. 12 compte au moins quatre mains.

Ms. Esp. 12, fol. 187v°-188r°, Bibliothèque nationale de France

Ms. Esp. 12, fol. 187v°-188r°, Bibliothèque nationale de France

131Afin de combler la lacune présente dans le manuscrit P et de corriger ou de préciser certaines informations, on a eu recours au manuscrit X-I-11 (G), de la Bibliothèque de l’Escurial, qui présente un texte rarement lacunaire. En effet, seule une déchirure partielle de l’un de ses folios — le folio 201 — en empêche la lecture.

132Ses dimensions sont de 366 x 260 mm. Le support est en papier et le texte est écrit sur deux colonnes. Il compte 274 folios.

  • 223 Du fol. 1v° au fol. 29v°, le manuscrit comporte une table des matières suivie, du fol. 30r° au fol. (...)

133Tout comme le manuscrit P, il prolonge le récit primordial de la Chronique de Castille jusqu’à la fin du règne de Ferdinand III. La Chronique peut être observée du folio 131r° au folio 250r°b où l’on trouve d’ailleurs une coupure par rapport au manuscrit P puisque c’est sur un nouveau chapitre que s’ouvre le récit du règne de Ferdinand III fondé sur la Chronique particulière, qui occupe les folios 250v°-274v°223.

134Le passage correspondant à la Chronique de Castille ne comporte qu’une seule main dont l’écriture, une gothique ronde présentant sensiblement les mêmes caractéristiques que celles du manuscrit P, permet aussi d’affirmer que le manuscrit G fut composé au XVe siècle.

135L’usage du a fermé et du z en forme de 5 y est généralisé. L’adverbe mucho est surmonté d’un signe d’abréviation au-dessus du u. On trouve généralement un n devant b et p et l’emploi de la forme apocopée grant est systématique.

136Comme il a été indiqué précédemment, le manuscrit G a permis de combler les lacunes et de corriger ou d’éclaircir certains points. Sont signalés et développés en note :

  • - les variantes morphologiques affectant le sens du mot ou de la phrase (variantes toponymiques et onomastiques importantes, passage du singulier au pluriel et inversement...) ;

  • - les cas de substitution, uniquement lorsque le sens du texte s’en trouve considérablement modifié. Ainsi, des variantes telles que lid / batalla ou chico / pequeño n’ont pas été indiquées ;

  • - les variantes syntaxiques (abréviation, amplification) ;

  • - les corrections (lorsque le manuscrit P présentait des lacunes ou une version obscure ou fautive des faits).

137Les variantes indiquées en note renvoient au point d’insertion où elles apparaissent. Elles portent aussi bien sur le mot que sur le segment précédant l’appel de note.

138On trouvera les abréviations suivantes :

  • - add. : ajout.

  • Dans ce cas, le passage ajouté et transcrit en note figure après l’appel de note.

  • - lac. : lacune

  • - om. : abréviation ou suppression.

  • Le passage qui n’apparaît pas dans le manuscrit G est alors noté entre crochets.

139Pour la transcription du manuscrit G, les mêmes normes que celles qui sont décrites ci-dessous pour le manuscrit Esp. 12 ont été appliquées.

3.3. Normes de transcription

  • 224 Là-dessus, voir par exemple Pedro SÁNCHEZ-PRIETO BORJA, Cómo editar los textos medievales. Criterio (...)

140Même si l’édition d’un nombre limité de manuscrits simplifie considérablement la tâche de l’éditeur, celui-ci ne s’en trouve pas moins confronté à des choix. La plupart ont été principalement guidés par un critère : la lisibilité. Dans cette perspective, nous avons donc pris le parti de « moderniser » le texte en adoptant, notamment, les normes de ponctuation et d’accentuation actuelles. Du reste, la « modernisation » n’est-elle pas inhérente à la pratique éditoriale ?224

  • 225 Vid. Corinne MENCÉ-CASTER, « L’édition de textes médiévaux espagnols : quels critères pour quels le (...)

141Il faut néanmoins reconnaître que le principe de lisibilité restreint le champ d’étude du texte édité225. Aussi pourra-t-on regretter l’absence, au sein de la transcription, de graphes « imitatifs », ou encore de certains signes propres à chacune de nos interventions. Les linguistes ne trouveront certainement pas là un outil répondant aux exigences de leur discipline, mais il est vrai qu’ils travaillent de plus en plus sur les manuscrits eux-mêmes.

142La présence, dans le manuscrit Esp. 12, de plusieurs mains successives, nous a conduite à rechercher aussi la cohérence et l’homogénéité, tout en essayant de rester fidèle au texte manuscrit. De fait, certaines des solutions adoptées, en particulier pour la résolution des abréviations, dépendent de la fréquence des formes rencontrées. Cette édition s’efforce donc de suivre et de concilier deux principes : la lisibilité du texte et le respect des particularités du manuscrit.

Graphies

143La plupart des variantes graphiques dites allographes ont été délaissées. On ne trouvera dans le texte qu’un seul i, un seul s ou un seul r. En revanche, les consonnes doubles ont été maintenues dans tous les cas, aussi bien à l’initiale qu’à l’intérieur d’un mot. De même, tous les groupes savants ont été conservés (baptizar, propheta, quando, regno, riebpto, sancto...).

  • 226 L’adverbe aún (= encore) écrit avec un v a été transcrit de la façon suivante : aùn.
  • 227 Sur cette distinction et l’évolution du i haut en jota, on pourra consulter María Carmen FERNÁNDEZ (...)

144L’alternance u/v/b a été respectée226. Par contre, l’alternance i/j/y a donné lieu a quelques « aménagements ». L’analyse montre en effet que si les deux premiers copistes emploient presque systématiquement le i court et le i long pour la voyelle et le i haut pour la consonne227, les autres écrivent par exemple ojo ou fijo avec un i court. Nous avons donc choisi de généraliser l’emploi du i pour la voyelle et du j pour la consonne, ce qui permet aussi de lire le texte plus aisément.

145L’usage du ç est maintenu devant les voyelles e et i. L’alternance l/ll a été respectée (luvia / lluvia, levar / llevar). En cas d’absence de la cédille devant a, o et u, cette dernière est rétablie sans que cela soit indiqué.

146Enfin, le signe tironien (τ) a été transcrit e.

Ponctuation, majuscules et accentuation

  • 228 On notera, cependant, que le pied-de-mouche se trouve toujours placé devant une conjonction et qu’i (...)

147La ponctuation et l’usage des majuscules obéissent aux règles d’aujourd’hui. Aussi avons-nous supprimé les pied-de-mouche ¶, suivis généralement de majuscules qui ne correspondaient pas aux critères adoptés228. Les mots ont été également accentués selon les normes actuelles. Nous utilisons un accent diacritique pour distinguer certaines formes entre elles : ainsi, les formes accentuées nós et vós (= nosotros, vosotros) se distinguent des formes atones nos et vos (= nos, os), les formes verbales á (= ha), dó (= doy), (soy) de la préposition a, de l’adverbe de lieu do (= donde) et de la préposition so, et le pronom ál (= otro) de la contraction prépositive al. L’adverbe de lieu ý (= ahí) est également écrit avec un accent.

  • 229 Sur les formes en ía/ié, on pourra consulter Maurice MOLHO, « Verbe et personne en espagnol », Cahi (...)

148Toutefois, nous avons conservé certaines spécificités de l’accentuation médiévale, comme la lecture diphtonguée des terminaisons de l’imparfait de l’indicatif et du conditionnel (-)229, ou de l’adjectif possessif mio devant Çid, atone en position proclitique.

Union et séparation des formes et usage de l’apostrophe et du point

149Pour l’union et la séparation des formes, ce sont aussi les normes actuelles qui ont été appliquées. C’est le cas, par exemple, de la soudure du pronom personnel complément en position enclitique, de l’union du suffixe –mente avec l’adjectif, ou encore de l’union de l’adverbe avec le substantif (bien andança > bienandança) ou avec le verbe (mal traer > maltraer).

150La séparation ou l’union des formes sert aussi à distinguer les mots entre eux selon leur fonction dans la phrase : la conjonction finale por que se distingue ainsi de la conjonction causale porque, de même que la conjonction restrictive sinon se distingue de la conjonction de subordination si suivie de la négation non (si non) qui introduit une hypothèse négative.

151L’apostrophe sert à indiquer les cas d’élision et de contraction : los montes doca > los montes d’Oca, della > d’ella.

152Le pronom personnel complément le apocopé et soudé au mot antérieur, est séparé de celui-ci par un point : quel > que.l’ (= que le).

Abréviations

  • 230 C’est un phénomène que l’on rencontre, dans le manuscrit Esp. 12, surtout à partir du fol. 105r° (c (...)
  • 231 Nous avons toutefois conservé quelques formes particulières telles que dona ou Ordónez.

153Les résolutions d’abréviations ne sont pas signalées. Les formes savantes abrégées n’ont pas été modernisées. On trouvera par exemple jhu xpo transcrit Jhesu Christo, ou encore xpianos transcrit christianos. L’abréviation ñ, qui correspond à la géminée nn, est transcrite ñ. Lorsque aucun signe d’abréviation n’apparaît au-dessus du n230, ce dernier est généralement transcrit ñ231 et l’on trouve en note : « Absence de signe d’abréviation sur le n ».

154Si plusieurs formes sont en concurrence, c’est la plus fréquente qui est adoptée. L’abréviation est alors résolue sur le modèle de la forme entière lorsqu’elle apparaît dans le manuscrit. Ainsi, oms est transcrit omnes, la forme omne non abrégée étant celle que l’on rencontre le plus souvent dans le manuscrit.

155Devant les consonnes b et p, le signe d’abréviation est transcrit n (nobre > nonbre ; tiepo > tienpo). En effet, l’usage du n devant b et p est presque systématique chez le premier copiste et très fréquent chez les autres, même si l’on observe des cas d’alternance ainsi que l’emploi du m devant b dans des formes telles que embiar ou combusco (deuxième copiste).

Corrections, développements et ajouts

156Les lacunes, comme l’absence de lettres ou même de mots, sont comblées au moyen de chevrons <  >. Les chevrons permettent également de développer les cas, peu nombreux, d’haplographie, de façon à clarifier le sens du texte : E vençiólo <a> Abén Aly e matólo.

157Les ajouts du copiste dans l’interligne et dans la marge sont notés entre crochets [  ].

158Le changement de folio est indiqué en exposant : Et su madre le prometió de lo fazer 3v°a anssí ; fizieron de bu-7r°a enos fechos et grandes.

  • 232 Généralement, les passages corrigés et supprimés par le copiste sont barrés, soulignés par des poin (...)

159Les répétitions d’un mot ou d’une proposition sont supprimées lorsqu’elles ont été corrigées par le copiste lui-même232 ou lorsqu’elles ont été jugées fautives au regard de la version présentée par le manuscrit G.

160Le mot (sic) désigne une forme fautive ou une lacune dans le manuscrit.

  • 233 Nombre d’entre eux sont calqués sur ceux de l’édition de Menéndez Pidal (Primera crónica general) a (...)

161Afin que le lecteur puisse avoir des points de repère dans le texte, des en-têtes — en espagnol — ont été ajoutés233 à la version PDF de l’ouvrage.

162Dans la version HTML, le texte de la Chronique de Castille a été découpé en 11 parties — numérotées en chiffres romains — qui correspondent aux règnes successifs des monarques de Castille et León. Au sein de chaque partie, les chapitres — dont nous avons repris les premiers mots puisqu’ils ne comportent pas de titres dans le manuscrit Esp 12 — ont été numérotés en chiffres arabes. Les notes de l’édition sont numérotées en continu au sein de chacune des 11 parties alors qu’elles sont numérotées par page dans la version PDF.

Haut de page

Notes

1 Les études consacrées au texte dans son ensemble sont en effet peu nombreuses. La plupart portent sur les traits romanesques de l’œuvre et sur la matière cidienne, qui occupe une part importante du récit. Toutes s’accordent néanmoins sur un point : l’émergence, au sein du discours historiographique, d’une idéologie profondément aristocratique. Parmi les travaux les plus importants, on citera Diego CATALÁN, « Poesía y novela en la historiografía castellana de los siglos XIII y XIV », in : D. CATALÁN, La Estoria de España de Alfonso X. Creación y evolución, Madrid : Seminario Menéndez Pidal y Universidad Autónoma de Madrid, 1992, p. 139-156 ; id., « Monarquía aristocrática y manipulación de las fuentes : Rodrigo en la Crónica de Castilla. El fin del modelo historiográfico alfonsí », in : Georges MARTIN (éd.), La historia alfonsí : el modelo y sus destinos (siglos XIII-XIV), Madrid : Casa de Velázquez, 2000, p. 75-94 ; Samuel G. ARMISTEAD, « La ‘Crónica de Castilla’ y las ‘Mocedades de Rodrigo’ », in : Inés FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ (coord.), Alfonso X el Sabio y las crónicas de España, Valladolid : Universidad de Valladolid, 2000, p. 159-172. Fernando Gómez Redondo qui, dans sa somme consacrée à la prose castillane médiévale s’intéresse pourtant de près à la signification des œuvres produites sous le règne de Sanche IV et celui de ses successeurs, ne fait qu’une brève présentation de la Chronique de Castille (cf. F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval castellana, 4 t., Madrid : Cátedra, 1999, 2, p. 1230-1231).

2 Il existe une édition partielle de l’œuvre, limitée aux règnes de Ferdinand Ier (1035-1065), de Sanche II (1065-1072) et d’Alphonse VI (1072-1109), où l’on peut suivre la geste du Cid : Juan VELORADO, Crónica del famoso cauallero Cid Ruy Diez Campeador, Burgos, 1512, (cf. fac-similé d’Archer M. HUNTINGTON, New York : De Vinne Press, 1903). Selon Diego Catalán, cette édition aurait été réalisée à partir d’un manuscrit appartenant à la première famille de la tradition manuscrite de la Chronique de Castille, le manuscrit Esp. 326 (ms. B) de la Bibliothèque Nationale de France (D. CATALÁN, De Alfonso X al conde de Barcelos. Cuatro estudios sobre el nacimiento de la historiografía romance en Castilla y Portugal, Madrid : Gredos, 1962, p. 326-328). On peut également consulter l’édition de V. A. HUBER (éd.), Chronica del famoso cavallero Cid Ruy Diez Campeador, Marburg, 1844, réalisée à partir de l’édition de Burgos de 1593 de l’œuvre de Velorado (D. CATALÁN, De Alfonso X…, note 21 p. 328). La seule édition complète de la Chronique de Castille dont on disposait jusqu’ici était celle de sa traduction galicienne : Ramón LORENZO (éd.), La traducción gallega de la « Crónica general » y de la « Crónica de Castilla », Edición crítica anotada, con introducción, índice onomástico y glosario, 2 t., Orense : Instituto de estudios orensianos « Padre Feijóo », 1975.

3 Sur ce point, voir la troisième partie de l’introduction.

4 En regard des autres traditions manuscrites des chroniques générales castillanes de cette période, et notamment de celle de la célèbre Histoire d’Espagne, composée dans les ateliers alphonsins en 1270, la tradition de la Chronique de Castille compte en effet un nombre plus important de manuscrits (vid. D. CATALÁN, De Alfonso X…, p. 440-447).

5 Cf. R. LORENZO (éd.), La traducción gallega…, 1, p. XLVI. Voir aussi Luís Filipe LINDLEY CINTRA (éd.), Crónica geral de Espanha de 1344 (Edição crítica do texto português por...), 3 t., Lisboa : Academia Portuguesa da História, 1951-1961, 1, 1951, p. CCXXXI et CCCXXIX ; D. CATALÁN, De Alfonso X..., p. 354.

6 Vid. L. F. LINDLEY CINTRA, op. cit., p. CCXLV-CCLI. Notons aussi que la Chronique de Castille fut utilisée par don Juan Manuel pour la composition de la Chronique abrégée (1320-1325).

7 Là-dessus, voir notamment Samuel G. ARMISTEAD, « La ‘Crónica de Castilla’ y las ‘Mocedades de Rodrigo’ », note 4 p. 160. Parmi les œuvres sur lesquelles la Chronique de Castille eut quelque influence, l’auteur cite l’Atalaya de las Crónicas d’Alfonso Martinez de Toledo (1443), la Refundición toledana de la Crónica de 1344 (≈1460), le Compendio historial de las Crónicas de España de Diego Rodriguez de Almela (1476-1478), la Crónica abreviada de España de Mosén Diego de Valera (avant 1481), la Suma breve de todos los reyes que ha avido en León y en Castilla (1497) et le Novenario estorial de Diego Fernandez de Mendoza (1501). On pourrait ajouter à cette liste la Suma de Reyes du grand dépensier de la reine Aliénor d’Aragon dont la version primitive fut rédigée dans les années 1402-1405 (cf. Jean-Pierre JARDIN, La Suma de Reyes du grand dépensier de la reine Aliénor d’Aragon, première femme de Jean Ier de Castille, ENS, 2006).

8 Notons, cependant, que l’intégration de récits d’origine poétique ou légendaire n’est pas une particularité de la Chronique de Castille ni des chroniques castillanes antérieures. Elle est héritée des sources latines de l’historiographie alphonsine, notamment, du Chronicon mundi composé par Luc de Túy en 1236 et du De rebus Hispaniae composé par Rodrigue Jiménez de Rada dans les années 1243-1246. Sur ce point, voir Inés FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, « El tema épico-legendario de Carlos Mainete y la transformación de la historiografía medieval entre los siglos XIII y XIV », in : L’histoire et les nouveaux publics dans l’Europe médiévale (XIIIème-XVème siècles), Actes du colloque organisé par la Fondation Européenne de la Science à la Casa de Velázquez, Madrid, 23-24 avril 1993, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 89-112, p. 89 : « La mención de relatos o versiones de hechos históricos de procedencia poética o legendaria no había sido invención de los historiadores que trabajaron para el rey Sabio, sino herencia de las fuentes latinas que éstos emplearon como eje fundamental ».

9 Vid. D. CATALÁN, La Estoria de España de Alfonso X..., p. 146-156.

10 Tels sont les termes que Georges Martin avait employés lors d’un colloque consacré au pouvoir des femmes en Castille au Moyen Âge qui s’était tenu à la Casa de Velázquez en janvier 2005 (cf. e-Spania, Revue électronique d’études hispaniques médiévales, 1, juin 2006, ). Il nous rappelait ainsi qu’en dépit de sa grande cohérence interne, le récit de la Chronique reposait sur une série de substrats textuels qu’il fallait impérativement prendre en compte si l’on voulait identifier ce qui relevait de l’innovation.

11 Pour une définition de la chronique générale et de ce qui la distingue de la chronique royale, on pourra consulter Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval, 1, 1998, p. 964-965.

12 L’expression est de Georges Martin, qui retrace avec précision les conditions dans lesquelles fut composé le Chronicon et qui décrit le propos de son auteur dans G. MARTIN, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, Paris : Klincksieck, vol. 6, 1992, p. 201-211, en particulier, p. 204.

13 La Chronica regum Castellae aurait été composée en deux étapes. Une première partie aurait été écrite dans les années 1222-1224 et le reste aurait été composé au plus tard en mai 1239 (cf. Julio GONZÁLEZ, Reinado y diplomas de Fernando III, 3 t. (1980, 1983, 1986), Córdoba : Publicaciones del Monte de Piedad y Caja de Ahorros de Córdoba, 1, p. 38-39).

14 Sur cette œuvre, on pourra consulter les actes du colloque « Chronica Regum Castellae » qui s’est tenu à la Sorbonne en juin 2006, parus dans la revue électronique e-Spania, 2, décembre 2006.

15 Sur la composition du De rebus Hispaniae et sa signification, voir G. MARTIN, Les juges de Castille..., p. 251-270 ; id., « Noblesse et royauté dans le De rebus Hispaniae (livres 4 à 9) », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, Lyon : ENS éditions, 26, 2003, p. 101-121.

16 Vid. Peter LINEHAN, « Don Rodrigo and the government of the kingdom », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, Lyon : ENS éditions, 26, 2003, p. 87-99. Voir aussi id., « Juan de Soria: the Chancellor as Chronicler », e-Spania, 2, décembre 2006, en particulier paragraphes 9-13.

17 C’est ce que démontre Georges MARTIN dans « Régner sans régner. Bérengère de Castille (1214-1246) au miroir de l’historiographie de son temps », e-Spania, 1, juin 2006, notamment aux paragraphes 27-32.

18 Le De rebus Hispaniae et le Chronicon mundi sont les premières sources citées dans le prologue de l’Histoire d’Espagne : « [...] mandamos ayuntar quantos libros pudimos auer de istorias en que alguna cosa contassen de los fechos dEspanna, et tomamos de la cronica dell Arçobispo don Rodrigo que fizo por mandado del rey don Ffernando nuestro padre, et de la de Maestre Luchas, Obispo de Tuy [...] » (cf. Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Primera crónica general, 2 t., Madrid : Gredos, 1977, 1, p. 4, l. 26-31 — dorénavant noté PCG).

19 Voir I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las Estorias de Alfonso el Sabio, Madrid : Istmo, 1992, en particulier chapitre I (El « imperium », base de la organización de la historia alfonsí), p. 19-45.

20 C’est ainsi que Diego Catalán désigne cette version de l’Histoire d’Espagne, qui couvre les règnes de Ramire Ier à Bermude III. Là-dessus, voir notamment les conclusions auxquelles il parvient dans D. CATALÁN, De Alfonso X..., p. 201-203.

21 Nous verrons plus loin que la Chronique de Castille s’achève avant la fin du règne de Ferdinand III, plus précisément à la mort de son père, Alphonse IX de León.

22 Cf. D. CATALÁN, De Alfonso..., p. 174-175.

23 La confrontation des différentes versions de l’Histoire d’Espagne pour cette section semble en effet prouver l’existence, non pas d’un « brouillon compilatoire » (terme employé par Ramón Menéndez Pidal) ou de plusieurs « cahiers » (cf. D. CATALÁN, La Estoria de España..., n. 12, p. 47) mais d’un texte primitif achevé, au moins jusqu’au début du règne d’Alphonse VII. L’étude des procédés d’intégration de la matière cidienne dans l’historiographie alphonsine et néo-alphonsine prouve en effet l’existence d’un tel texte comme nous l’avons montré dans P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire. La geste cidienne dans l’historiographie alphonsine et néo-alphonsine (XIIIe-XIVe siècles) », thèse de doctorat soutenue le 16 janvier 1998 à l’Université Paris 13 et comme l’a confirmé Marta LACOMBA (cf. M. LACOMBA

LACOMBA Marta

, Au-delà du Cantar de mio Cid. Les épigones de la geste cidienne à la fin du XIIIe siècle, Madrid : Casa de Velázquez, 2009).

24  À partir du règne d’Alphonse VII, le récit que nous livrent les textes historiographiques issus de la tradition alphonsine est presque essentiellement fondé sur une traduction du De rebus Hispaniae (cf. D. CATALÁN, La Estoria de España... , p. 53 : « No hay para mí duda. La Primera crónica no halló en la cámara regia castellana un texto plenamente elaborado de la Estoria de España desde el reinado de Alfonso VII en adelante, y se contentó con aprovechar un mero cuaderno de trabajo alfonsí, en que sólo se había comenzado la tarea de incorporar a la versión del Toledano la información del Tudense y otras fuentes secundarias de carácter narrativo »). Voir aussi I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, « Estoria de España », in : Carlos ÁLVAR et José Manuel LUCÍA MEGÍAS (éd.), Diccionario filológico de literatura medieval española. Textos y transmisión, Madrid : Castalia, 2002, p. 54-80, en particulier, p. 77. La complexité de la « Quatrième partie » de l’Histoire d’Espagne est telle qu’il conviendrait de reconstituer le texte primitif à partir de la confrontation de ses différentes versions. Ce travail, certes ardu, permettrait néanmoins d’identifier plus aisément et avec davantage de précision les particularités de chaque version.

25 Considérant l’emploi du qualificatif « critique » non pertinent, Marta Lacomba propose de l’appeler plutôt Version de 1283 (cf. M. LACOMBA, Au-delà du Cantar..., p. 32-34).

26 La Chronique de vingt rois couvre les règnes de Fruela II à Ferdinand III, mais à partir de la fin du règne de Ferdinand II de León, elle suit, en le copiant, le texte de la Chronique de Castille (vid. D. CATALÁN, De Alfonso..., p. 346). Inés Fernández-Ordóñez a réalisé une étude complète de la Version critique et édité le manuscrit le plus représentatif de la tradition, le manuscrit 40 (Ss) de la Bibliothèque de la Caisse d’épargne de Salamanque, en se limitant toutefois aux règnes de Pélage (722-737) à Ordoño II (914-924). Dans cet ouvrage, elle montre notamment l’étroite parenté entre la Chronique de vingt rois et la Version critique de l’Histoire d’Espagne (cf. I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Versión critica de la Estoria de España. Estudio y edición desde Pelayo hasta Ordoño II, Madrid : Fundación Ramón Menéndez Pidal/Universidad autónoma de Madrid, 1993, p. 65-257). Mariano De la Campa a édité, quant à lui, la section correspondant à la Chronique de vingt rois (cf. M. DE LA CAMPA, La Estoria de España de Alfonso X. Estudio y edición de la Versión crítica desde Fruela II hasta la muerte de Fernando II, Universidad de Málaga : Analecta Malacitana, anejo LXXV, 2009. On dispose aussi d’une édition réalisée à partir manuscrit X-I-6 de la Bibliothèque de l’Escurial : Crónica de veinte reyes, Burgos : Excelentísimo Ayuntamiento de Burgos, 1991.

27 Il convient toutefois de l’appeler plutôt Version sancienne car il est désormais avéré que l’autre désignation ne rend pas compte du sens des remaniements que l’on y trouve. Sur ce point, on pourra consulter notamment G. MARTIN, « L’escarboucle de Saint-Denis, le roi de France et l’empereur des Espagnes », in : Claude GAUVARD (dir.), Saint-Denis et la royauté. En l’honneur de Bernard Guenée, Paris : Publications de la Sorbonne, 1999, p. 439-462.

28 La Version sancienne éditée par Ramón MENÉNDEZ PIDAL à partir du manuscrit E2 de la Bibliothèque de l’Escurial, couvre les règnes de Ramire Ier (842-850) à Ferdinand III mais elle comporte du fol. 198v° — à partir de l’épisode du siège d’Aledo — au fol. 257r° — qui s’ouvre sur un chapitre rapportant les événements qui se produisirent lors de la 42e année de règne d’Alphonse VI (après que le corps du Cid fut enseveli) — une lacune au sein du récit du règne d’Alphonse VI — appelée « lacune cidienne ». Les passages de la Version sancienne correspondant à la « Quatrième partie » de l’Histoire d’Espagne, peuvent donc être observés du chapitre 802 au chapitre 896, puis du chapitre 963 au chapitre 1035 de l’édition de Menéndez Pidal (cf. D. CATALÁN, De Alfonso X..., p. 50-63 ; 70-76).

29 Ms. 2628, Bibliothèque Universitaire de Salamanque, XVe siècle. Pour une description détaillée de ce manuscrit, voir notamment D. CATALÁN, De Alfonso..., p. 83-85 et I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, « Estoria de España », p. 63-64. Sur le manuscrit F et sa place au sein de la tradition manuscrite, on pourra également consulter la thèse de Joaquín RUBIO TOVAR, El manuscrito F de la Estoria de España de Alfonso X y su relación con otras crónicas medievales, 2 vol., Madrid : UNED, 1989. Toutefois, la thèse de J. Rubio Tovar ne porte essentiellement sur une partie du récit (de Ferdinand Ier à Alphonse VI et en particulier à la « lacune cidienne »). Ses conclusions (cf. t. 1 p. 373-381) ne sont donc valables que pour cette section.

30 I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, « Estoria de España », p. 77. Voir aussi Juan BAUTISTA CRESPO, « Crónica de Castilla », in : C. ALVAR et J. M. LUCÍA MEJÍAS (éd.), Diccionario filológico..., p. 285-292, p. 286.

31 Sur la notion d’archétype, vid. Alberto BLECUA, Manual de crítica textual, Madrid : Castalia, 2001, p. 60-71.

32 Voir par exemple J. BAUTISTA CRESPO, « Crónica de Castilla », p. 286 : « La base historiográfica utilizada por ella es claramente un hermano del manuscrito F, en ocasiones mejor, por lo que podemos asegurar que no deriva de él. El prototipo común a ambos sería un texto emparentado con la Crónica amplificada de 1289, aunque sin la amplificación retórica de ésta. No derivaría, por lo tanto, de él, sino de un manuscrito anterior, de ahí que en ocasiones sea mejor y en otras peor que el códice escurialense. No obstante lo anterior, en alguna ocasión toda esta familia (formada por F y la Crónica de Castilla entre otros textos) muestra estar copiando directamente la Crónica amplificada. El prototipo del que derivaría la Crónica de Castilla, sería, por lo tanto, una crónica mixta realizada teniendo a la vista un texto directamente derivado del borrador compilatorio de la Versión primitiva de la Estoria de España (tal vez el propio borrador o, incluso, los cuadernos de trabajo alfonsíes) y la Crónica amplificada de 1289 [...] Lo que sí es seguro es que ese prototipo proviene de la Versión primitiva, y no de la Versión crítica ».

33 Voici d’ailleurs ce que conclut Inés Fernández-Ordóñez : « Los detalles de ese texto mixto, que fue muy refundido por la Crónica de Castilla, están aún pendientes de estudio » (I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, « Estoria de España », p. 77).

34 Sur la légende des juges de Castille telle qu’elle apparaît dans la Chronique de Castille, voir G. MARTIN, Les juges de Castille... p. 435-438.

35 Le récit du manuscrit F, généralement très proche de celui de la Version sancienne, présente, pour les passages correspondant au Deuxième et au Troisième Chant de la Chanson de mon Cid, de nombreuses similitudes avec celui que nous livre la version du milieu du XIVe siècle de l’Histoire d’Espagne, que l’on peut suivre dans l’édition de la Première chronique générale réalisée par Ramón Menéndez Pidal. Cette dernière fut en effet élaborée à partir d’un texte composite, mêlant plusieurs versions de l’Histoire d’Espagne, l’une, composée sous le règne d’Alphonse X, l’autre, sous celui de Sanche IV et toute deux réunies, moyennant quelques remaniements et développements, sous le règne d’Alphonse XI (1312-1350). Là-dessus, vid. D. CATALÁN, De Alfonso X...., p. 19-203.

36 Dans la Chronique de Castille, c’est Diègue et non Ferrand qui, pendant la bataille qui oppose le Cid au roi Bukar, fait preuve de lâcheté en s’enfuyant devant le Maure qui l’attaque, un acte que dissimule Ordoño. De même, c’est Diègue et non son frère qui, terrorisé par le lion sorti de sa cage, se cache sous la chaire du Cid. Des faits que ne manque pas de rapporter Ordoño dans le long discours qu’il prononce pendant les cortes de Tolède. On pourra suivre les différentes étapes de la démonstration dans P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire… », notamment p. 90-91 et 323-334. Sur le rôle d’Ordoño et de Ferrand Alfonso, voir aussi id., « La construction d’une mémoire familiale mythique : le Cid et les lignages ascendants de la noblesse castillane dans la Chronique de Castille », in : Michel BERTRAND (éd.), Pouvoirs des familles. Familles de pouvoir (actes du colloque des 5-7 octobre 2000 organisé à l’initiative de l’Unité Mixte de Recherche France Méridionale et Espagne — FRAMESPA), Toulouse : Université de Toulouse le Mirail, collection « Méridiennes », 2005, p. 331-342, p. 333-337.

37 Cf. note 28.

38 Cette hypothèse confirmerait ainsi, comme l’a suggéré Marta Lacomba, l’existence d’une matière narrative nouvelle (vid. M. LACOMBA, Au-delà du Cantar..., p. 74-76, et en particulier p. 75) dont l’élaboration aurait commencé avant 1289 et qui aurait prit sa forme définitive dans la Chronique de Castille.

39 On relèvera ici ce qu’écrit Georges Martin au sujet de la Chronica regum Castellae : « Seul, aux environs de 1260, le Poème de Ferrand Gonzalez, adoptera en substance cette focalisation de l’histoire, quoiqu’en limitant la perspective aux tout premiers temps d’une fondation. Au sein de l’historiographie royale castillano-léonaise, nous ne retrouverons ce phénomène qu’au tournant des XIIIe et XIVe siècles, dans la Chronique de Castille » (G. MARTIN, « La contribution de Jean d’Osma à la pensée politique castillane sous le règne de Ferdinand III », e-Spania, 2, décembre 2006, paragraphe 4).

40 Sur cette malédiction, voir G. MARTIN, « Alphonse X maudit son fils », Atalaya, Revue française d'études médiévales hispaniques, 5 (1994), p. 151-178.

41 Dans les Sept parties, en particulier, dans la loi 2 du titre 15 de la Deuxième partie, Alphonse X avait instauré le droit de représentation, qui faisait du fils de Ferdinand, l’héritier légitime de la couronne : « et aun mandaron que si el fijo mayor moriesse ante que heredase, si dexase fijo ó fija, que hobiese de su muger legítima, que aquel ó aquella lo hobiese, et non otro ninguno » (ALFONSO X, Las siete partidas del rey don Alfonso el Sabio, cotejadas con varios códices antiguos, 3 t., Madrid : Real Academia de la Historia, 1807, 2, p. 133).

42 Cf. José Manuel NIETO SORIA, Sancho IV, 1284-1295, La Olmeda : Palencia, 1994, p. 28.

43 À partir de 1280, les rapports entre Alphonse X et Sanche IV furent particulièrement tendus car les relations diplomatiques entre le roi castillan et le roi de France étaient susceptibles de raviver les droits dynastiques des infants de la Cerda. Sur ce point, on pourra consulter Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, Alfonso X el Sabio, Barcelona : Ariel, 2004, p. 337-347 ; J. M. NIETO SORIA, Sancho IV, p. 41-43 ou encore Joseph F. O’CALLAGHAN, El rey Sabio. El reinado de Alfonso X de Castilla, Sevilla : Universidad de Sevilla, 1996, p. 302-311.

44 G. MARTIN, « Alphonse X maudit son fils », p. 155-166.

45 J. M. NIETO SORIA, Sancho IV, p. 21-24.

46 Ibid., p. 47-49. Sur les deux mariages de Sanche IV, voir Alejandro MARCOS POUS, « Los dos matrimonios de Sancho IV de Castilla », Cuadernos de trabajos de la Escuela española de Historia y Arqueología en Roma, 8, 1956, p. 1-108.

47 Le 6 septembre 1301, le pape Boniface VIII envoya à Marie de Molina et à Ferdinand la bulle Sane petitio tua, qui reconnaissait la légitimité des descendants de Sanche et de Marie de Molina (sur ce point, on pourra consulter Rafael DEL VALLE CURIESES, María de Molina, Madrid : Alderabán, 2000, p. 143-146. Voir aussi Mercedes GAIBROS DE BALLESTEROS, María de Molina, tres veces reina, Madrid : Espasa-Calpe, 1967, p. 125-126).

48 Ce sont des éléments que nous avions relevés dans P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 272-274.

49 Sur les fondations pieuses de Sanche IV, voir Fernando GUTIÉRREZ BAÑOS, Las empresas artísticas de Sancho IV el Bravo, Madrid : Junta de Castilla y León, 1997, p. 143-199, en particulier p. 165 : « La traslación de los restos de Alfonso VII, Sancho III y Sancho II de Portugal desde la capilla del Espíritu Santo que, presidida por Sancho IV, tuvo lugar el 21 de noviembre de 1289 fue la culminación del proceso iniciado cuando por un privilegio rodado dado en Soria a 14 de febrero de 1285 el rey Bravo dispuso ser enterrado en la catedral de Toledo revocando cualquier otra disposición que anteriormente hubiese realizado al respecto, especialmente la referente a su enterramiento en el monasterio de San Francisco de Toledo ».

50 Nous reprenons ici le passage tel qu’il est cité par Diego Catalán (cf. D ; CATALÁN, De Alfonso X..., p. 74, n. 9).

51 L’expression est de Mercedes Gaibros de Ballesteros (cf. M. GAIBROS DE BALLESTEROS, Historia del reinado de Sancho IV, 3 t., 1922-1928, 1, p. 24).

52 Si les sépulcres que le roi fit édifier furent nombreux, le plus important fut sans conteste celui de Tolède, destiné à devenir le centre cérémonial de la royauté castillane. Cf. F. GUTIÉRREZ BAÑOS, op. cit., p. 187 : « La fundación de la capilla de la Santa Cruz supuso la culminación de toda una serie de actuaciones del rey Bravo encaminadas a hacer de Toledo y, más concretamente de su catedral, el centro ceremonial de la monarquía castellana ».

53 Comme le rappelle Carlos ALVAR dans « De Sancho VII a Sancho IV : Algunas consideraciones sobre el Libro del tesoro de Brunetto Latini », Voz y letra, Revista de filología, 2(2), 1991, p. 147-153, Sanche III le Grand de Navarre légua le comté de Castille à son fils Ferdinand Ier, qui obtint aussi le royaume de León où avait également régné un roi appelé Sanche (cf. p. 152 et en particulier note 29 : « La serie de Sanchos sería la siguiente : Sancho I Garcés, de Navarra (905-926) ; Sancho II Abarca, de Navarra (970-994) ; Sancho III el Mayor, de Navarra (1004-1035). Sancho I el Craso, de León (956-966). Sancho II de Castilla (1065-1072) ; Sancho III de Castilla (1157-1158) y Sancho IV de Castilla (1284-1295) ».

54 Ces procédés ne sont pas nouveaux. Rappelons que dans le Septénaire, le roi Sage fondait sa légitimité sur les lettres qui composaient son prénom et qui précisément, étaient au nombre de 7, chiffre de la perfection qui le liait directement à la divinité. Voir G. MARTIN, « Alphonse X ou la science politique (Septénaire, 1-11) », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 18-19, 1994, p. 79-100, p. 94-97.

55 Là-dessus, voir P. ROCHWERT-ZUILI, « La représentation de la mort au tournant des XIIIe et XIVe siècles : le témoignage de l’historiographie castillane », article à paraître dans la revue Pecia, 19.

56 PCG, chap. 982 p. 662a l. 8-14.

57 Si Sanche IV put compter, notamment, sur le soutien de l’Église pour s’emparer du pouvoir c’était précisément parce qu’elle s’était éloignée de son père. Tout au long de son règne, Alphonse X s’était en effet attaché à la contrôler et à limiter et remettre en cause les privilèges ecclésiastiques (cf. J. F. O’CALLAGHAN, El rey Sabio..., p. 74-94). Cependant, une fois parvenu au pouvoir, Sanche ne mena pas une politique ecclésiastique fort différente de celle de son père. Ainsi par exemple, les rentes ecclésiastiques — sur lesquelles furent encore prélevées les tercias reales ou les décimas — continuèrent de représenter une source de revenus importante pour la royauté (cf. J. M. NIETO SORIA, Sancho IV, p. 214-222).

58 PCG, chap. 139 p. 723b l. 27-39. On retrouve cet ajout dans le manuscrit F, qui comporte toutefois deux variantes importantes, situées à la fin de la citation. Ms. F : fol. 217r°a : « este nuestro rey don Sancho el sesto, que lo mantenía ». L’emploi de l’imparfait est intéressant. Il permettrait en effet de situer la composition du texte conservé dans le manuscrit F après 1295.

59 Sur le règne de Ferdinand IV, voir César GONZÁLEZ MÍNGUEZ, Fernando IV de Castilla (1295-1312). La guerra civil y el predominio de la nobleza, Vitoria : Colegio universitario de Álava, 1976 et id., Fernando IV (1295-1312), Palencia : Diputación/La Olmeda, 1995.

60 Vid. R. DEL VALLE CURIESES, op. cit., p. 105-140 et en particulier, p. 105-112.

61 Nous avons décrit plus haut quelques-uns des procédés auxquels les auteurs de la Version sancienne eurent recours pour affirmer la légitimité de Sanche tout en valorisant la dimension spirituelle de la royauté. On pourra également consulter sur ce point le très bel article de Charles GARCIA, « Et le roi découvrit la Vierge. La rencontre de Sanche IV avec Marie », in : Jeanne RAIMOND (coord.), Figures de Marie, Sociocriticism : Montpellier, vol XIX2/XX1, 2004, vol. XIX2, p. 17-52, notamment, p. 28-29.

62 C’est ce dont témoignent, notamment, deux de ses manuscrits, les manuscrits R et D, dont la rédaction s’interrompt à cet endroit (cf. D. CATALÁN, De Alfonso X..., p. 345).

63 Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, Fernando III el Santo, El rey que marcó el destino de España, Sevilla : Fundación José Manuel Lara, 2006, p. 36.

64 Ibid., p. 109-112.

65 Loc. cit., p. 110.

66 C’est par exemple le cas dans un privilège daté du 28 mai 1217, où Alphonse IX cède la ville et le château d’Alcantara à l’ordre de Calatrava, cf., ibid., p. 40.

67 Sur l’accord de Benavente, ibid., p. 120-124.

68 Luis CHARLO BREA (éd.), Crónica latina de los reyes de Castilla, Cádiz : Servicio de publicaciones de la Universidad de Cádiz, 1984, p. 85 : « Cum autem rex noster moram protraheret in eadem ciuitate, nolens recedere priusquam turres haberet, regina Theresa uenit cum filiabus suis et fauctores ad Villalobos, et insinauit regine domine Berengarie, rogans ut dignaretur uenire Valenciam, et ipsam ueniret ad eam ad eamdem uillam, quod et factum est. Tractatum est igitur in eadem uilla per reginas de pace et concordia inter regem et sorores. Firmata est autem pax et concordia inter eos apud Beneuentum, presentibus in eadem uilla duabus reginis supradictis et rege et sororibus et archiepiscopis Toletano et Compostellano et baronibus multis et conciliis. Forma uero compositionis hec erat : quod rex assignauit duabus sororibus suis in locis certis XXX M morabetinorum anuatim quandiu uiuerent ipse percipiendorum, adiectis multis conditionibus que in cartis de hoc confectis continentur. Ipse uero sorores renunciauerunt iuri, si quod habebant in regno, et cartas paternas super successionem uel de donatione, sibi concessas, regni destruxerunt. Mandauerunt preterea castra seu munitiones, quascumque sui tenebant nomine ipsarum, restitui regi nostro, exceptis quibusdam castris, que debent tenere fideles quidam pro conseruatione compositionis ».

69 Le passage portant sur le succession léonaise est en effet tiré d’une traduction du De rebus, vraisemblablement réalisée sous le règne d’Alphonse X (cf. D. CATALÁN, De Alfonso X..., p. 73). Nous citons ici le texte transcrit par R. MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Primera crónica general, t. 2, issu néanmoins d’une version plus tardive, postérieure à 1320-1325 mais semblable à celle que nous livre la Chronique particulière de saint Ferdinand, composée au début du XIVe siècle (D. CATALÁN, De Alfonso X..., p. 80-86 et 91). Le texte précise d’abord qu’Alphonse IX avait décidé de transmettre le royaume à ses filles : « [...] et dixieron esos mandaderos al rey don Fernando quel rey don Alfonso, su padre, mandara el regno a sus fijas, las que feziera en donna Teresa. Onde la noble reyna donna Berenguella, su madre del rrey don Fernando con cuedado de madre, salio al rey don Fernando bien aca al camino por o vinie, por acuçiarle que fuese quanto mas podiese a reçibir el regno de ssu padre, ante que nasçiesse y por ventura algun estoruo » (PCG, chap. 1038, p. 722b l. 12-21). On voit ensuite Sancie et Douce essayer de se défendre et de récupérer le royaume : « [...] ca las sus hermanas del rey, donna Sancha et donna Alduença de las que dixiemos, fijas de donna Teresa, ya gisauan con sus conseieros commo rreuallasen el regno al rey, et se trabaiasen de guerrear et de defendergele » (PCG, chap ; 1038, p. 723a l. 12-17). Enfin, on nous montre Bérengère concluant l’accord de Benavente : « et guiso et libro con el rey don Fernando su fijo commo fincase el alli en Leon, et fuese ella a Valençia a la reyna donna Teresa et a las ynfantes su fijas que eran y, a ueerlas et fablar con ellas de paz e de abenençia entre ellas et el rey don Fernando ; et esta rrazon librose asi commo la noble reyna donna Berenguella quiso. Et desque amas las reynas donna Berenguella et donna Teresa fueron en vno en Ualençia en sus vistas, tanta fue la sabiduria de la noble reyna donna Berenguella, que ella sopo alli guisar con la reyna donna Teresa que las ynfantes donna Sancha et donna Alduença diesen de llano et en paz al rey don Fernando, su hermano mayor et heredero, todas quantas cosas ellas tenien del regno, et ellas que se touiessen por auondadas et pagadas de aquello que ella et el rey don Fernando les diesen, et sy ellas algun derecho auien en el regno, que se partiesen dello sinplemiente et sin toda contienda ; et la reyna donna Teresa et las ynfantes hermanas del rrey don Fernando acogieronse a esta pleytesia et a esta abenençia con el rey su hermano, et otorgaronla et firmaronla » (PCG, chap. 1039, p. 724a l. 6-30).

70 Ce fut en effet l’une des solutions proposées par une partie de la noblesse qui souhaitait que les royaumes de Castille et de León restent séparés (cf. M. GONZÁLEZ JIMÉNEZ, Fernando III el Santo..., p. 117). Notons aussi que la Chronique de Castille souligne le caractère perfide des infantes. On les voit notamment intervenir auprès de leur père, après la mort du roi Henri de Castille, pour empêcher le jeune Ferdinand, qui est alors aux côtés d’Alphonse IX, d’hériter de la couronne castillane : « E ellos, que querían caualgar para yrse con el ynfante, doña Aldonça e doña Sancha fuéronse para su padre e dixiéronle que non dexase yr al ynfante don Fernando a Castilla, ca muerto era el rey don Enrrique, «e agora tenedes tiempo de ser enperador » (Crónica de Castilla, manuscrit Esp 12, fol. 145r°b – dorénavant noté CC).

71 CC, fol. 152r°b-152v°a.

72 R. DEL VALLE CURIESES, María de Molina, p. 109.

73 Du reste, la composition de la Chanson de Rodrigue mise en prose au début de la Chronique et transcrite dans le manuscrit Esp. 12 de la Bibliothèque Nationale de France ne serait pas postérieure (cf. G. MARTIN, Chansons de geste espagnoles. Chanson de Mon Cid, Chanson de Rodrigue, Paris : Flammarion, 2005, p. 65).

74 CC, fol. 2r°a-b.

75 On a cité plus haut Ordoño et Ferrand Alfonso (cf. supra). Il convient d’ajouter à cette liste le nom de Martin Antolinez, qui figure également dans la généalogie cidienne.

76 Voir, sur ce point, l’analyse que propose Georges Martin dans Les juges de Castille…, p. 552-561.

77 Dans les fors de Biscaye, de Jaca, d’Aragon ainsi que dans les Lois de Toro, les enfants naturels étaient en effet assimilés aux autres enfants illégitimes. On notera aussi qu’en 1285, Sanche IV apporta une addition au for de Cuenca privant les enfants naturels de leur parité avec les enfants légitimes devant l’héritage. Ferdinand IV apporta plus tard la même rectification au for de Plasencia (cf. Enrique GACTO FERNÁNDEZ, La filiación no legítima en el derecho histórico español, Sevilla : Universidad (Anales de la Universidad Hispalense, serie Derecho, 5), 1969, p. 165, 179, 180 et 188).

78 Sur la formation de majorats en Castille au tournant des XIIIe et XIVe siècles, voir G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 561-565.

79 Vid. P. ROCHWERT-ZUILI, « La construction d’une mémoire familiale mythique... », p. 335. Pour une définition de la lexie fijodalgo, on pourra consulter G. MARTIN, Les juges de Castille..., p. 363-364.

80 Comme l’a démontré Georges Martin, la lexie fait l’objet de la même exploitation sémantique dans la Chanson de Rodrigue (ibid., p. 513-514).

81 CC, fol. 30v°b.

82 Ms. G : « contra sus fueros nin contra sus preuillejos nin contra sus buenos vsos ».

83 CC, fol. 39v°b-40r°a.

84 Marie-Claude GERBET, Les noblesses espagnoles au Moyen Âge. XIe-XVe siècle, Paris : Armand Colin, 1994, p. 53.

85 Pour un état de la question, on pourra aussi consulter G. MARTIN, Les juges de Castille..., p. 570-572.

86 M.-C. GERBET, Les noblesses espagnoles…, p. 55.

87 Ibid., p. 88.

88 Cf. César GONZÁLEZ MÍNGUEZ, Fernando IV de Castilla (1295-1312). La guerra civil..., p. 39 et id., Fernando IV, p. 28.

89 Id., Fernando IV de Castilla (1295-1312). La guerra civil..., p. 112-114 et id., Fernando IV, p. 83.

90 Voir sur ce point les conclusions de G. MARTIN dans Les juges de Castille..., p. 519-520.

91 Cf. Las siete partidas, éd. cit., II, XVIII, II, 2, p. 149. Le code alphonsin montre même la prééminence de la loyauté sur le lignage : « [...] ca lealtad es mas cara cosa que linage nin otra bondat que el home pueda haber » (ibid. II, XVIII, XV, 2, p. 163).

92 Ms. G : « omnes buenos ».

93 CC, fol. 35v°a.

94 Las siete partidas, éd. cit., II, XXV, III, 2, p. 270.

95 Vid. P ROCHWERT-ZUILI, « El buen cauallero : l’élaboration d’un modèle chevaleresque dans la Chronique de Castille », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 25, 2002, p. 86-97.

96 Ibid., p. 91-93.

97 Ms. G : « quien a buen árbol se arrima buena sombra le cobija, e quien a buen señor sirue buen galardón alcança ».

98 Ms. G : « ca el Çid lo sopo fazer buen cauallero, e el bien de cauallería commo faze el buen criador al cauallo ».

99 CC, fol. 89v°b.

100 Dans ce passage, nombreuses sont les références au service. On en retiendra une qui illustre bien les enjeux de l’épisode : « Et el omne bueno, quando lo oyó, pesóle muncho de su mal, pero que sse touo por de buenaventura porque les podría fazer seruiçio » (loc. cit.).

101 CC, fol. 91v°b.

102 CC, fol. 106v°b-107r°a.

103 On pourra consulter sur ce point M. LACOMBA, « Le Cid et le roi dans l’historiographie castillane de la fin du XIIIe siècle : la bonne mort royale au service de l’exaltation de la chevalerie », Cahiers d’études hispaniques médiévales, Lyon : ENS éditions, 29, 2006, p. 63-81, notamment p. 74-81. Voir aussi id., « Saints cidiens dans la Crónica de Castilla, la sainteté au service de la création romanesque », in : Amaia ARIZALETA, Françoise CAZAL, Luis GONZÁLEZ FERNÁNDEZ, Monique GUELL et Teresa RODRÍGUEZ, Pratiques hagiographiques dans l’Espagne du Moyen Âge et du siècle d’Or II, Toulouse : Université de Toulouse-Le Mirail, collections « Méridiennes », 2007, p. 337-351.

104 CC, fol. 110v°b : « E después mandó a todos sus cavalleros que le auían seruido después que saliera de la tierra muy grande auer muy conplidamente. E desý mandó a todos los otros caualleros que lo non auían tanto seruido a cada vno mill marauidís, e a tales ý ovo dos mill maravedís, e tres mill, e segund eram las personas. E otrosý mandó a los escuderos fijosdalgo a cada vno quinientos marauidís, e a tales ovo ý mill, e mill quinientos. E mandó que quando llegassem a Sant Pedro de Cardeña, que diesen de vestir a quatro mill pobles de estasforte, sayas e pellotes ». Comme on pourra le constater en comparant la Chronique avec la Version sancienne et le manuscrit F, il s’agit là d’un passage ajouté (cf. PCG chap. 954 p. 635b-636a, ms. F : fol. 140 r°a et b). On remarquera aussi que la Chronique de Castille fait référence aux œuvres pro anima du Cid, renforçant ainsi l’image de chevalier pieux qu’elle entend imposer.

105 Lorsqu’il décrit l’état de sa dépouille, le chroniqueur insiste à plusieurs reprises sur le fait que le Cid semble toujours vivant. Voici un exemple : « estaua todo el cuerpo tan derecho e tan ygual que semejaua que estaua biuo » (fol. 111v°a-111v°b). Voir aussi fol. 112v°b-113r°a ; 113r°b ; 113v°a; 114r°a.

106 CC, fol. 4r°b-4v°a.

107 CC, fol. 32r°b. À la différence de la Chanson du Cid qui cite Gabriel, dans la Chronique, l’ange n’est pas identifié.

108 CC, fol. 109r°b. Sur l’apparition de ces saints au Cid, voir M. LACOMBA, « Saints cidiens... ».

109 Là-dessus, voir P. ROCHWERT-ZUILI, « El buen cauallero... », p. 95-96.

110 Nous reprenons ici les termes employés par Marta Lacomba (cf. M. LACOMBA, Au-delà du Cantar..., p. 178).

111 CC, fol. 108v°b.

112 Voir CC, fol. 115r°a-115v°b. Sur les miracles entourant la mort du Cid, on pourra consulter Patrick HENRIET, « ¿Santo u hombre ilustre? En torno al ‘culto’ del Cid en Cardeña », in : Carlos ALVAR, Fernando GÓMEZ REDONDO et Georges MARTIN (éd.), El Cid : de la materia épica a las crónicas caballerescas..., p. 99-120.

113 CC, fol. 116r°a.

114 Cf. CC fol. 115v°a-115v°b. Sur l’édification de ce nouveau tombeau que fit construire Alphonse X pour le Cid à Saint-Pierre de Cardeña, voir Peter LINEHAN, History and the historians of Medieval Spain, New York : Oxford University Press, 1993, p. 460 : « Instead of removing the hero and his wife to a new church, in 1272 Alfonso X had provided them with new sepulchres in situ ». On remarquera qu’aucune référence n’est faite ici aux corps du comte castillan et du roi de León, ce qui laisse supposer qu’il s’agit d’un ajout du chroniqueur.

115 Il s’agit sans doute de Ramire II de León.

116 Cf. P. ROCHWERT-ZUILI, « El buen cauallero... », p. 95-96.

117 Vid. G. MARTIN, Les juges... p. 467-470. Voir aussi id., Chansons de gestes..., p. 66-70.

118 CC, fol. 3r°a-3r°b. On pourra comparer la Chronique de Castille avec la Chanson de Rodrigue qui situe l’entrevue à la cour de Zamora (autre ville située en Terre de Campos) v. 398-406.

119 Ibid. fol. 74v°b.

120 Ibid., fol. 89r°b.

121 Ibid., fol. 36v°a. On notera que cette référence n’apparaît pas dans la deuxième famille de manuscrits (cf. supra). À titre d’exemple, voici ce que dit le manuscrit R, fol. 48v° : « <C>uenta la estoria que llegó don Aluar Háñez al rey don Alfonso e presentól’ los çinquenta cauallos con las espadas a los arçones ».

122 Ibid., fol. 90v°a.

123 C’est ce que nous avions montré notamment dans P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 358-362.

124 CC, fol. 95r°a. Vid. P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 347-351. Sur ces lignages, on pourra consulter Salvador de MOXÓ, « De la nobleza vieja a la nobleza nueva. La transformación nobiliaria castellana en la baja Edad Media », Cuadernos de Historia (Anexos de la revista Hispania), 3, 1969, p. 1-210, p. 72-77, 101-105, 158-162.

125 S. de MOXÓ, « De la nobleza vieja a la nobleza nueva... », p. 103.

126 Sur ce sujet, les principales références restent S. DE MOXÓ, « De la nobleza vieja a la nobleza nueva... » ; Id., « El auge de la nobleza urbana de Castilla y su proyección en el ámbito administrativo y rural a comienzos de la Baja Edad Media (1270-1370), Boletín de la Real Academia de la Historia, 178 (3), 1981, p. 407-509 ; Id., « La elevación de ‘los letrados’ en la sociedad estamental del siglo XIV », in : XII semana de Estudios medievales de Estella, Pamplona : Diputación foral de Navarra et alii, 1976, p. 183-215.

127 CC, fol. 44v°b. Ce passage, inspiré du De rebus Hispaniae, comporte deux ajouts : la référence à la ville de Torquemada, située en Terre de Campos, et la mention du nom du chevalier (Vid. RODERICI XIMENII DE RADA, De rebus Hispaniae, Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), in : Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis, LXXII, Turnhout : Brepols, 1987, VI, XXV, p. 208, l. 40-41).

128 CC, fol. 93r°b-93v°a.

129 Jesús CORIA et Santiago FRANCIA (éd.), Reinado de Fernando IV (1295-1312), Colección de documentos para la historia de Palencia (III), Palencia : Aretusa ediciones, 1999, document n°20, p. 133-137, p. 134 : « Benito Perez çapatero ».

130 Loc. cit. : « Domingo Pelaez fide don Pelayo » ; « Domingo Pelaez fide donna Sancha ».

131 Loc. cit. : « Pero Sanchez peligero, Martin Fernandez de Mont alegre ».

132 Le premier est chargé, avec Martin Pelaez, d’escorter les filles du Cid et leurs maris jusqu’à Carrión (CC, fol. 87r°a). Le deuxième — dont la Chronique précise toutefois qu’il est originaire de Burgos — prononce un discours où il incite ses compagnons à aller demander justice au roi Alphonse VI (CC, fol. 89r°b). On les retrouve tous deux au sein de l’énumération des chevaliers qui accompagnent le Cid à Tolède (CC, fol. 92v°b).

133 Le service du roi et l’occupation de charges d’importance permirent en effet aux hommes des villes de s’élever et de former de puissants pôles de pouvoir, comme l’a fort bien montré S. de MOXÓ (cf. références citées dans la note 126). On pourra aussi consulter les travaux récents de José Antonio Jara Fuente qui portent sur Cuenca (voir en particulier J. A. JARA FUENTE, Concejo, poder y élites. La clase dominante de Cuenca en el siglo XV, Madrid : CSIC, 2001 et id., « Commo cunple a seruiçio de su rey e sennor natural e al procomún de la su tierra e de los vesinos e moradores de ella », e-Spania, 4, décembre 2007, paragraphes 10-31 et en particulier, paragraphe 18 : « Así pues, la relación servicial no está cargada de un simple componente formulario sino plena de significación político-material, y el servicio al rey se presenta como el fundamento teórico de un juicio práctico de legitimidad política, cargado, así mismo, de consecuencias tanto en el plano ideológico como en el material ».

134 Sur l’alliance conclue entre Marie de Molina et Alphonse Martinez et l’aide que lui apporta ce dernier, voir Georges MARTIN, Les juges de Castille…, p. 579-580 ; id., Chansons de geste espagnoles…, p. 70-72. On pourra également consulter Francisco SIMÓN Y NIETO, Una página del reinado de Fernando IV : Valladolid : Imprenta del Colegio Santiago, 1912, p. 19-20, 27, 49-51. Voir aussi C. GONZÁLEZ MÍNGUEZ, Fernando IV de Castilla (1295-1312). La guerra civil..., p. 47-48.

135 Cf. F. SIMÓN Y NIETO, op. cit., p. 25-27.

136 C. GONZÁLEZ MÍNGUEZ, Fernando IV de Castilla (1295-1312). La guerra civil..., p. 33-40 et en particulier, p. 33-35.

137 Ibid. , p. 82-86 et en particulier, p. 84.

138 Sur cet homme, voir Georges MARTIN, « Héros, gentilhommes et boutiquiers. Avatars sociaux, historiques et légendaires d’Alphonse Martinez (Palencia, XIIIe-XVe siècle) », in : Béatrice PÉREZ, Sonia V. ROSE et Jean-Pierre CLÉMENT (dir.), Des marchands entre deux mondes. Pratiques et représentations en Espagne et en Amérique (XVe-XVIIIe siècles), Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne (Ibérica, 19), 2007, p. 227-242.

139 Ibid., p. 231.

140 Ibid., notamment p. 237-240.

141 C’est ce que nous avons démontré dans Patricia ROCHWERT-ZUILI, « De Sancie à Bérengère : les femmes et le pouvoir dans l’historiographie alphonsine et néo-alphonsine (XIIIe-XIVe siècles) », e-Spania, 1, juin 2006 ; id., « Urraque, Elvire et Sancie. Le rôle et la place des infantes dans l’historiographie castillane (XIIIe-XIVe siècles) », e-Spania, 5, juin 2008.

142 C’est le terme que nous avons employé dans P. ROCHWERT-ZUILI, « De Sancie à Bérengère… », en soulignant que la première et la dernière des reines de la série étaient qualifiées au moyen de la même expression : « ser espejo de los reinos » / « ser espejo de Castilla y León » (cf. paragraphes 39-40), ce qui pouvait laisser supposer que le chroniqueur s’était employé à décrire une « lignée » symbolique de femmes exemplaires, toutes dotées des mêmes attributs.

143 Cf. P. ROCHWERT-ZUILI, « Urraque, Elvire et Sancie… », paragraphes 31-32.

144 Là-dessus, vid. R. DEL VALLE CURIESES, María de Molina, p. 30-31.

145 Loc. cit., p. 31. Voir aussi Alonso FERNÁNDEZ DE MADRID, Silva palentina, éd. RAMOS VIELVA et R. REVILLA VIELVA, 3 t., Palencia : Viuda de J. Alonso, 1932-1942, 1, p. 225-243.

146 C’était le fils de sa demi-sœur Urraque Alfonso (cf. R. DEL VALLE CURIESES, María de Molina, p. 125). Voir aussi A. FERNÁNDEZ DE MADRID, Silva palentina, 1, p. 314-323.

147 R. DEL VALLE CURIESES, op. cit., p. 251-253.

148 Manuel LARRIBA BACIERO, El testamento de María de Molina, Signo, Revista de historia de la cultura escrita, 2 (1995), Universidad de Alcalá de Henares, p. 201-211, p. 208.

149 On notera d’ailleurs que dans son premier testament, rédigé au début de l’année 1308, la reine avait formulé le souhait de reposer auprès de son époux, dans la chapelle de la Santa Cruz de Tolède, ce qui montre sans doute encore son attachement à cette ville (cf. M. GAIBROS DE BALLESTEROS, María de Molina, tres veces reina, Madrid : Espasa-Calpe, 1967, p. 169 et R. DEL VALLE CURIESES, María de Molina, p. 182).

150 Ibid., p. 146. Voir aussi Antonio PALOMEQUE TORRES, « Aportación a la figura del arzobispo de Toledo Don Gonzalo Diaz Palomeque en el contexto de su época », Homenaje a Don Claudio Sánchez Albornoz, Cuadernos de Historia, 3, 1985, p. 339-399, p. 358-359.

151 CC, fol. 145v°b. Dans la Version sancienne, la situation géographique de Laguna n’est pas précisée : « Empos esto, fue aun adelant por Castiella fasta que passo Pisuerga, et ueno a Laguna, et alli finco yaquantos dias » (PCG, chap. 1029 p. 714b l. 1-4). Il en est de même dans le manuscrit F (fol. 211r°a).

152 Il s’agit de Laguna de Duero, située à environ 7 km au sud de Valladolid.

153 Voir notamment D. CATALÁN, La Estoria de España..., p. 12-13, et en particulier, n. 6 p. 13. Sur Ferrand Sanchez de Valladolid, on pourra aussi consulter Salvador de MOXÓ, « El patrimonio dominical de un consejero de Alfonso XI. Los señoríos de Fernán Sánchez de Valladolid », Revista de la Universidad Complutense de Madrid, 22 (1973), p. 271-309 ; id., « El auge de la nobleza urbana de Castilla y su proyección en el ámbito administrativo y rural a comienzos de la Baja Edad Media », Boletín de la Real Academia de la Historia, 178 (1981), p. 432-442.

154 Les informations que nous apportons sur ces familles tolédanes sont principalement issues de G. MARTIN, Les juges..., p. 574-576.

155 J. CORIA et S. FRANCIA (éd.), Reinado de Fernando IV...., doc. n° 24, p. 163.

156 Cf. Francisco J. HERNÁNDEZ, Los cartularios de Toledo. Catálogo documental, Madrid : Fundación Ramón Areces, Monumenta Ecclesiae Toletanae Historica, 1985, doc. 509 et 510, p. 449-551. On notera que parmi les membres du chapitre figurent aussi un chanoine nommé Pierre Garcia, ainsi qu’un chantre nommé Alvare Garcia.

157 Comme le souligne Georges Martin, les Garcia de Tolède finirent par s’allier aux Manuel et aux Manrique alors que les Gomez eurent un destin moins glorieux et une influence qui ne s’étendit pas au-delà de la région de Tolède (cf. G. MARTIN, Les juges…, p. 575-576).

158 Loc. cit.

159 Cayetano ROSELL (éd.), Crónicas de los reyes de Castilla, 3 t., 1, Madrid : Biblioteca de autores españoles, 1875-1878, Crónica de Fernando IV, p. 103. Fernando Gómez Redondo a montré que la quête d’une identité lignagère se réalisant à travers les femmes était un élément qui avait été développé sous le règne de Sanche IV, notamment, dans le Chevalier au cygne (cf. F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa, 1, p. 1059-1080). Néanmoins, il nous semble que c’est dans la Chronique de Castille que cette quête se manifeste pour la première fois, à travers la représentation d’une « lignée » de reines et d’infantes exemplaires, castillanes qui plus est.

160 CC, fol. 82r° et 84v°.

161 M. LACOMBA, Au-delà du Cantar..., p. 85-87.

162 CC, fol. 42r°.

163 Voir sur ce point P. ROCHWERT-ZUILI, « Urraque, Elvire et Sancie... », paragraphes 11-13. On remarque aussi que le chroniqueur cite le Chronicon même lorsque l’information est relativement éloignée de celle que lui fournit la source latine. Ainsi nous indique-t-il que le roi de Tolède avait sommé Alphonse VI de quitter son royaume à trois reprises, au cours d’une partie d’échec (CC, fol. 26r°a : « E dize don Luchas de Tui que jugando con él al axedrés, que le enojó tanto jugando fasta tanto que le mandó tres vezes que se fuesse »). Or, ce développement semble plutôt relever de l’interprétation du récit du Chronicon : « Tantum ut sibi Maurorum auxilia preberet, quamuis callide, tamen instantissime, supplicabat. Barbarus autem illius inportunitate tedio affectus dixit ei : ‘Recede modo, quia de hac re alias licencius loquemur’ » (LUCAS TUDENSIS, Chronicon Mundi, Emma FALQUE (éd.), in : Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis, LXXIV, Turnhout : Brepols, 2003, IV, 66, p. 300, l. 27-30).

164 La Version sancienne présente en effet une lacune à partir du chapitre 896 de la Première chronique générale, comblée, pour l’épisode de la prise de Valence, par une source d’origine arabe, le Al-Bayan al-wad ih fi al-mulimm al-fad ih d’Ibn Alkama, suivi, selon Catalán, d’une version remaniée de la Chanson puis de la *Légende de Cardeña, qu’il intitule *Histoire du Cid (cf. D. CATALÁN, De Alfonso X..., p. 68).

165 Vid. P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 310-334.

166 Sur la nature de ces sources et son exploitation, on pourra aussi consulter l’article de Marta LACOMBA, « Enjeux discursifs de l’historiographie castillane à la fin du XIIIe siècle : aux limites de la chronique ? », in : Amaia ARIZALETA (éd.), Poétique de la chronique. L’écriture des textes historiographiques au Moyen Âge (péninsule ibérique et France), Toulouse : Université de Toulouse-Le Mirail, Collection « Méridiennes », 2008, p. 229-239, en particulier p. 235-238.

167 À cette matière cidienne fondée sur la Chanson de Rodrigue et la Chanson de mon Cid s’ajoutent, bien entendu, d’autres sources épiques, telles que la Chanson du roi Ferdinand, ou celle qui est consacrée au roi Sanche II, dont l’Histoire d’Espagne gardait déjà la trace mais dont on ne conserve aucun témoignage manuscrit.

168 Sur la *Légende de Cardeña, on pourra consulter : Peter E. RUSSELL, « San Pedro de Cardeña and the History of the Cid », Medium Aevum, 27 (1958), p. 57-79 ; Miguel BARCELÓ, « Sobre dos textos cidianos », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 32 (1967-1968), p. 15-25 ; María Eugenia LACARRA, « El Poema de Mio Cid y el monasterio de San Pedro de Cardeña », in : Homenaje a José María Lacarra, Zaragoza, 1977, 2, p. 79-94 ; Colin SMITH, « The diffusion of the Cid cult : a survey and a little-known document », Journal of medieval history, 6 (1980), p. 37-60 ; id, « Leyendas de Cardeña », Boletín de la Real Academia de la Historia, 179 (1982), p. 485-523.

169 Cf. I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, « Estoria de España », p. 77.

170 Diego Catalán parle, à ce sujet, de « désintégration des méthodes historiographiques alphonsines » (cf. D. CATALÁN, « Poesía y novela... », p. 144-146). Voir aussi p. 150-151. Sur cette particularité de la Chronique de Castille, on pourra également consulter Louis CHALON, L’histoire et l’épopée castillane du Moyen Âge. Le cycle du Cid, le cycle des comtes de Castille, Paris : Honoré Champion, 1976, notamment p. 255-256 et 275 ; David G. PATTISON, From legend to chronicle. The treatment of epic material in alphonsine historiography, Oxford, Medievum Aevum Monographs, New series, 13, 1983, p. 177.

171 Voir par exemple CC, fol. 66r°b et 78r°b.

172 Certains chapitres semblent correspondre à des paragraphes.

173 CC, fol. 31v°b.

174 Vid. P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 219-220.

175 CC, fol. 31v°b.

176 CC, fol. 90r°b.

177 L’épisode est décrit et analysé avec précision par Marta LACOMBA dans « Enjeux discursifs de l’historiographie castillane... », p. 237-238.

178 Cf. P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 311-313.

179 C’est le terme employé par Marta LACOMBA dans « Enjeux discursifs... », p. 236.

180 CC, fol. 2v°a.

181 CC, fol. 106r°a-106v°a. Sur cet épisode, vid. M. LACOMBA dans « Enjeux discursifs... », p. 235-237.

182 CC, fol. 118r°a-118r°b.

183 Nous reprenons ici le terme employé par Marta Lacomba dans Au-delà du Cantar..., p. 121 et suivantes.

184 Sur la biographie chevaleresque, voir Élisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe s.), Paris : Honoré Champion, 1994.

185 Notons ici que Fernando Gómez Redondo écrit : « [...] la crónica real es una lógica continuación de la crónica general » (cf. F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa..., 2, p. 1237).

186 Ibid., 2, p. 1242. On pourra consulter aussi Luis FERNÁNDEZ GALLARDO, « La Crónica particular de san Fernando : sobre los orígenes de la crónica real castellana, I. Aspectos formales », Cahiers d’études hispaniques médiévales, Lyon : ENS éditions, 32, 2009, p. 245-265.

187 Cf. L. FERNÁNDEZ GALLARDO, art. cit., p. 247-248.

188 CC, fol. 159v°a-159v°b. On pourrait citer aussi l’épisode où Lorenzo Suarez souligne l’excellence de Machuca (CC, fol. 170r°a-170v°a).

189 On remarquera d’ailleurs que dans l’acte de repentance publique du conseil municipal de Palencia daté du 24 décembre 1300 (cf. supra) on trouve un homme appelé Diègue Pérez : « Diego Perez sobrino de Iohan Fernandez », J. CORIA et S. FRANCIA (éd.), Reinado de Fernando IV (1295-1312), doc. n° 20, p. 134.

190 Passage plus développé dans le manuscrit G : « La nonbrada de los sus bienes e de las sus buenas obras e la nobleza d’esta reyna fue esparzida por todo el mundo ».

191 Ms. G : « cuya sierua e amiga verdadera ella era »

192 CC, fol. 166v°b.

193 Vid. RODERICI XIMENII DE RADA, De rebus Hispaniae, VIIII, XVII, XVII, p. 300, l. 35-54.

194 Voir note 142.

195 Dans sa somme consacrée à l’histoire de la prose, F. Gómez Redondo met l’accent sur la continuité entre la Version sancienne de l’Histoire d’Espagne et la Chronique particulière mais il dit en définitive peu de choses sur la Chronique de Castille (cf., F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa, 2, p. 1242-1243 : « [...] en buena medida, el modelo a seguir había sido ya fijado en la Versión amplificada de 1289, que recogía el espíritu, político y cultural, de Sancho IV »). Il convient donc de reconsidérer la place de la Chronique de Castille au sein du programme politico-culturel molinien. Elle eut, semble-t-il, une influence déterminante sur la composition de la Chronique particulière et a fortiori sur celle de la chronique royale.

196 Vid. Joaquín GONZÁLEZ MUELA (éd.), Libro del caballero Zifar, Madrid : Clásicos Castalia, 1990, p. 146.

197 Vid. F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa..., 2, p. 1457-1459.

198 C. ROSELL (éd.), Crónica de Alfonso XI, éd. cit., p. 198a.

199 En 1992, Diego Catalán écrivait déjà : « La incorporación a la ‘Crónica General de España’ de los temas novelescos de la épica tardía y la libre manipulación de las fuentes a que se acostumbraron los cronistas post-alfonsíes facilitaron el desarrollo de un arte nuevo de historiar, más rico en elementos retóricos y más dramático y vivo, cuya importancia para la formación de la prosa española no ha sido tenida en cuenta » (cf. D. CATALÁN, « Poesía y novela... », p. 156).

200 C’est notamment ce que nous avions démontré dans P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 75-76.

201 Cet état de la question repose sur l’observation des variantes que nous avions réalisée dans P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 75-90, sur les travaux de D. CATALÁN dans De Alfonso X..., p. 325-345, ainsi que sur ceux, plus récents, de Juan BAUTISTA CRESPO dans « Crónica de Castilla », p. 286-291.

202 Nous reprenons ici le terme employé, notamment, par J. Bautista Crespo (ibid., p. 290).

203 On reviendra plus loin sur la datation de ces manuscrits.

204 Il s’agit du manuscrit utilisé par Juan Velorado pour l’édition de la Crónica del famoso cauallero Cid Ruy Diez Campeador.

205 Cf. J. BAUTISTA CRESPO, « Crónica de Castilla », p. 290.

206 La version galaïco-portugaise est éditée par R. LORENZO (éd.), La traducción gallega..., p. 307-794.

207 Cf. P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... ». Voir aussi M. LACOMBA, Au-delà du Cantar...

208 Las siete partidas, éd. cit., prologue, 1, p. 3.

209 Cf. note 1 de l’Introduction.

210 Le manuscrit M, illisible à certains endroits, s’ouvre sur la partition du royaume à la mort de Ferdinand Ier puis présente une lacune jusqu’à la mort de Sanche II ; plusieurs folios du manuscrit Q (notamment les folios 12-13 et 33-34) ont été perdus ; le manuscrit V est très incomplet. On ne peut observer le texte qu’à partir du règne de Sanche II ; le manuscrit Y, qui présente parfois une version particulière des faits et abrège ou supprime certains épisodes, ne couvre que les règnes de Ferdinand Ier à Alphonse VI (cf. P. ROCHWERT-ZUILI, « Du poème à l’histoire... », p. 56, n. 139 et p. 75-80 ; J. BAUTISTA CRESPO, « Crónica de Castilla », p. 287-289).

211 Le z en forme de 5 est celui que l’on rencontre le plus souvent.

212 C’est le cas par exemple des groupes consonantiques ct et st.

213 Sur l’écriture gothique, son apparition, ses caractéristiques et son évolution, on pourra consulter, notamment, Claude MEDIAVILLA, Calligraphie, Paris : Imprimeries Nationales Éditions, 1993, p. 153-187, et en particulier p. 173-176 pour la gothique ronde ou rotunda.

214 Voir Agustín MILLARES CARLO, Tratado de paleografía española, 3 vol., Madrid : Espasa-Calpe, 1983, 1, p. 211-212.

215 Cf. Rafael LAPESA, Historia de la lengua española, Madrid : Gredos, 9e éd., 1988, p. 257-258.

216 Ibid., p. 272-273.

217 Loc. cit.

218 Les lettrines, assez imposantes, occupent cinq lignes en moyenne dans le manuscrit Esp. 12.

219 On y trouve une lettre datée du 23 juin 1831 signée par un certain A. Nuñez de Carvallo, qui décrit, en quelques lignes et non sans erreur, le contenu du manuscrit : « Manuscrit gothique du commencement du 15e siècle castillan. Chrónica de España : de lo comienço del reynado del rey don Fernando el Magno en el año de la encarnación de 1017 hasta la muerte del Santo rey don Fernando, padre del rey don Alfonso el Sabio, en el año 1252. Cette partie de la chronique d’Espagne est attribuée au roy de Castille Alphonse X dit le Savant ou du moins aux soins de son fils le roy don Sancho. Elle fut imprimée pour la première fois au commencement du XVIe sous le titre de Chrónica del famoso cauallero Cid Ruy Díaz Campeador en...gothique, et pour la deuxième fois, en Valladolid en 1604... dans la quatrième partie de la chronique d’Espagne, composée par le roy Alphonse X en castillan ou portugais ancien. Mais le texte original se trouve beaucoup défiguré dans ces deux publications malgré les assurances contraires des éditeurs. Tout ce qu’on lit dans ce manuscrit, dès le feuillet 181 jusqu’à la fin, manque dans ces deux ouvrages et, à ce que je pense, n’a jamais été imprimé ».

220 Voir par exemple CC, fol. 32r°a et b, 55r°a et b, 76r°b.

221 La plupart de ces formes ont été conservées. Au sein de la section correspondant à la deuxième main du manuscrit, on trouve aussi 6 verbes à l’imparfait terminés par –auam ou –íam (fol. 34v°b, 38v°b, 39r°b, 40r°a, 46v°a, 60v°a).

222 Cf. CC, fol. 147v°b.

223 Du fol. 1v° au fol. 29v°, le manuscrit comporte une table des matières suivie, du fol. 30r° au fol. 130v°, d’une transcription de l’Histoire d’Espagne qui présente, jusqu’à la 4e année du règne de Pélage, les variantes propres à la Version amendée de 1274 et qui permet de suivre, de la 5e année du règne de Pélage à la fin du règne de Bermude III, la Version primitive alphonsine (à l’exception du passage qui s’ouvre sur le règne de Ramire Ier et s’achève sur la première année de règne d’Alphonse III où le texte transcrit est une copie la Version sancienne). Cf. I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, « Estoria de España », p. 64.

224 Là-dessus, voir par exemple Pedro SÁNCHEZ-PRIETO BORJA, Cómo editar los textos medievales. Criterios para su presentación gráfica, Madrid : Arco Libros, 1998, p. 56-57.

225 Vid. Corinne MENCÉ-CASTER, « L’édition de textes médiévaux espagnols : quels critères pour quels lecteurs ? », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, Paris : Klincksieck, 22, 1998-1999, p. 17-31, et notamment, p. 18-20.

226 L’adverbe aún (= encore) écrit avec un v a été transcrit de la façon suivante : aùn.

227 Sur cette distinction et l’évolution du i haut en jota, on pourra consulter María Carmen FERNÁNDEZ LÓPEZ, « Una distinción fonética inadvertida en el sistema gráfico medieval », Actas del III Congreso Internacional de Historia de la Lengua Española, I, Madrid : Arco Libros, 1996, p. 113-123.

228 On notera, cependant, que le pied-de-mouche se trouve toujours placé devant une conjonction et qu’il correspond à une ponctuation forte.

229 Sur les formes en ía/ié, on pourra consulter Maurice MOLHO, « Verbe et personne en espagnol », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 5, 1980, p. 5-23.

230 C’est un phénomène que l’on rencontre, dans le manuscrit Esp. 12, surtout à partir du fol. 105r° (cf. supra).

231 Nous avons toutefois conservé quelques formes particulières telles que dona ou Ordónez.

232 Généralement, les passages corrigés et supprimés par le copiste sont barrés, soulignés par des pointillés ou placés entre parenthèses.

233 Nombre d’entre eux sont calqués sur ceux de l’édition de Menéndez Pidal (Primera crónica general) afin que l’on puisse comparer les textes plus facilement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ms. Esp. 12, fol. 187v°-188r°, Bibliothèque nationale de France
URL http://e-spanialivres.revues.org/docannexe/image/137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », in Crónica de Castilla, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 11 novembre 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/137

Haut de page