Navigation – Plan du site
Les clercs au palais - Amaia Arizaleta

Conclusion

Texte intégral

1Le raisonnement a été trop long ; la conclusion sera brève. L’objectif principal de cette étude n’était pas de proposer une périodisation de l’action des clercs au palais. Il sera bon cependant de rappeler ici quelques données. Dans la décennie de 1170, la chancellerie castillane commença à réitérer dans les chartes l’image d’un roi héroïque. La figure centrale de cette représentation était Alphonse VIII. L’activité des écrivains du roi s’accrut vers 1189-1190 : ils rédigèrent alors de nombreux documents, où ils donnèrent des formes diverses à la materia de Cuenca. La pièce centrale de cette étape est le Forum Conche, dont j’ai étudié le double prologue. La défaite d’Alarcos en 1195 marqua un temps mort dans cette entreprise de propagande, mais la machine scripturale fut bientôt remise en route. Entre 1206 et 1207, des textes importants semblent avoir vu le jour dans la chancellerie, ou bien dans des espaces proches de ce bureau du roi : le Poème de Benevívere, le traité de Cabreros, peut-être le Cantar de Mio Cid. Ces productions précèdent l’éclosion de 1212 et l’écriture des narrations épiques sur Las Navas de Tolosa. Enfin, à partir de 1217, les clercs du palais écrivirent des textes qui continuaient de véhiculer des images d’une monarchie conquérante, qui ne sauraient cependant être considérés comme des productions de la chancellerie : le Liber regum toletanus, les Anales toledanos primeros, le Libro de Alexandre, la Chronica regum Castellae.

2Ces textes et ces images sont très souvent en relation avec Alphonse VIII de Castille. Ce souverain exploita mieux que d’autres les possibilités de l’écrit, et s’entoura de clercs qui pouvaient l’aider dans son ambition d’apparaître comme le premier des rois de la péninsule Ibérique. L’action des lettrés de la chancellerie monta en puissance en même temps que ce monarque gagnait en pouvoir. Si nous en jugeons par les textes qui sont parvenus jusqu’à nous, Alphonse VIII était conscient de l’importance d’affirmer publiquement qu’il était supérieur aux autres souverains hispaniques. Il me semble que nous pourrions même envisager que ce roi ait cherché à organiser l’élaboration et la diffusion de cette propagande, qui visait les gens de la cour, mais aussi tous les sujets du royaume – c’est pourquoi les chartes apparaissent comme les lieux privilégiés de communication de cette représentation triomphante, au moins jusqu’en 1217. Après cette date, des hommes nouveaux réaménagèrent les modalités de construction textuelle et choisirent l’écriture de chroniques, d’histoires ou de poèmes pour raconter les exploits des rois castillans.

3Alphonse VIII réussit son pari : son petit-fils put profiter du bagage textuel et idéologique que son grand-père lui avait légué et qui était resté dans la mémoire du palais. Ferdinand III s’entoura également de lettrés, qui insufflèrent une vie nouvelle aux images de pouvoir que la chancellerie avait construites pour Alphonse tout au long de son règne. La représentation des faits victorieux des monarques se superposa à l’écriture des actes de leur gouvernement. Mais elle rendit possible, avant tout, la matérialisation des désirs des rois : Alphonse VIII aspirait à être reconnu comme le plus puissant des monarques, à marcher sur les traces de son grand père l’empereur. Ce rêve monarchique s’est cristallisé dans les chartes et dans d’autres textes émanés de la chancellerie, à défaut d’être devenu réalité.


  

4Je ne croyais pas, en commençant cette étude, pouvoir présenter semblable batterie de données. Les éléments que je viens d’énumérer ont la vertu d’être quantifiables ; ils sont bien évidemment sujets à discussion et devront être corrigés et complétés. Mais ils sont relativement concrets et mesurables. Mon ambition était autre, moins historique, plus littéraire. L’idée de départ pour cet ouvrage était très simple : les seuls clercs dont je pouvais être sûre qu’ils avaient écrit pour le monarque étaient les membres de la chancellerie. S’interroger sur l’écriture à la cour de Castille au tournant des XIIe et XIIIe siècles passait par conséquent par l’étude des textes des notaires et des scribes du roi. Les frontières entre les genres paraissaient étanches, mon ignorance de l’écrit diplomatique était totale ; le projet tenait de la gageure. Je tenais, toutefois, à réunir une série de textes, composés dans le premier quart du XIIIe siècle et structurés autour de la représentation des hauts-faits du monarque, et les comparer aux chartes rédigées à la chancellerie royale, depuis 1157. Ces textes, qui appartiennent aux genres historiographique, poétique, juridique ou épistolaire, semblaient en effet avoir hérité des techniques appliquées à l’écriture des documents issus de la chancellerie royale castillane dans le dernier quart du XIIe siècle. Il paraissait possible d’en dégager un certain nombre de thèmes et de schémas idéologiques en rapport avec la fonction monarchique, qui avaient pu servir la construction de l’état castillan. Cependant, je cherchais plus exactement à étudier un réseau textuel, qui paraissait avoir été tissé à partir d’une série d’images qui avaient rarement été mises en relation. Je voulais pénétrer la substance de ces textes, comprendre comment et pourquoi ils avaient été écrits. Il me fallait par conséquent analyser toutes ces productions textuelles. Au terme de cette étude, j’espère avoir démontré qu’elles partagent des caractéristiques communes, qui ne relèvent pas vraiment de l’intertextualité ; les chartes, par exemple, ne constituent pas l’hypotexte des chroniques. Cela est particulièrement frappant dans le cas de la CRC, composée pourtant par le chancelier Juan. Les liens entre ces textes semblent plutôt découler d’une ambition collective, chez les lettrés qui appartenaient à l’entourage du monarque. Ces clercs se seraient évertués à (re)créer une mythologie de la royauté. En effet, en Castille, entre 1157-1230, la figure du roi occupe majoritairement l’esprit et la lettre des textes.

5À la recherche donc de la charpente formelle et idéologique qui me permettrait de mieux comprendre les raisons de la composition d’œuvres qui font l’apologie de la conquête, j’ai trouvé d’autres éléments, liés à la représentation du monarque au tournant des XIIe et XIIIe siècles, qui venaient consolider mon hypothèse initiale. J’ai cru constater que, bien que ces textes eussent été écrits en latin, en romance ou encore en scripta, la différentiation apparente de ces formes de langue n’aurait nui en rien (ou presque) à la compréhension de cette matière monarchique commune. Ils auraient été à la portée de tous leurs auditeurs idéaux. Ceux qui écoutaient les chartes comprendraient sans problème les micro-récits diplomatiques, même si leur langue de communication était le roman. Le latin transparent des premières ressemblait beaucoup à la langue vulgaire. Alors que ceux qui abordaient le Libro de Alexandre auraient été confrontés à une langue littéraire, cultivée, presque aussi insaisissable, malgré son revêtement vernaculaire, que le latin orné du Poème de Benevívere. La diffusion et la réception des textes de mon corpus auraient eu lieu fondamentalement à la cour. Nous avons vu, toutefois, que les chartes étaient appelées à exister en dehors de l’entourage royal et à toucher un nombre de récepteurs probablement plus élevé que lorsque des textes comme la CRC ou le double prologue au Forum Conche étaient lus devant l’entourage du souverain. La représentation du monarque victorieux circulait en Castille au tournant des XIIe et XIIIe siècles, très vraisemblablement dans l’espace du roi, c’est-à-dire au palais. Nous aurions donc un continuum textuel, où le latin cohabitait avec la langue romane. Auditeurs et lecteurs de ces œuvres seraient habitués aux figures récurrentes du souverain triomphant. L’imaginaire social aurait été façonné par les écrits issus du rayon d’action du monarque. Ces textes auraient été exploités à des usages politiques, religieux, économiques. Pour ma part, j’ai uniquement voulu attirer l’attention sur leur matière monarchique, sur le fait que l’espace idéologique, culturel et littéraire est presque exclusivement occupé à cette période par les figures du roi, le plus souvent personnifié par Alphonse VIII de Castille. Sa cour et son palais étaient sans doute des ouvroirs de littérature, une littérature née, d’une certaine manière, des chartes. Le régime de littérarité se serait progressivement affiné au sein de sa chancellerie.

6La cour castillane, vers 1200, fut vraisemblablement un lieu de transmission. Transmission d’idées et aussi de formules – qui véhiculaient les idées. Il m’a semblé possible de suggérer que la pensée la plus en vogue à la fin du XIIe siècle circulait à la cour, dans les textes écrits par des lettrés qui paraissent en effet avoir adopté les doctrines chartraines. Quelques années plus tard, la science aristotélique rentra sans doute au palais, par le biais des connexions existantes entre les clercs de la cathédrale de Tolède et ceux de la chancellerie royale : les premiers, souvent identifiables aux seconds, auraient pu faire circuler à la cour les traductions tolédanes. Très souvent, ces textes contiennent une représentation privilégiée : celle d’Alexandre le Grand, qui y incarne aussi bien la science du trivium et du quadrivium que le savoir du gouvernement. Alexandre semble avoir été la lumière qui attirait les clercs, désireux de savoir, comme lui, et capables de construire des images et des formules qui comparaient leurs souverains triomphants au conquérant grec : Henri II Plantagenêt s’y reconnaissait, Alphonse VIII de Castille également. Le Libro de Alexandre trouve naturellement sa place dans ce contexte idéologique, culturel et scriptural.

7Ces textes constituent autant d’espaces de créativité. Nous avons vu comment les micro-récits diplomatiques sont construits à partir de prototypes épiques, comment ils proposent des variantes d’un thème primordial, celui de la mémoire du lignage royal. À partir de l’infime, le plus grand est atteint. Un seul exemple de cela : les micro-récits des chartes paraissent être le noyau de narrations plus complexes, comme les lettres de victoire postérieures à Las Navas de Tolosa. À partir de ce qui est insignifiant, on arrive au plus beau : le double prologue au Forum Conche. Les micro-récits, ainsi que la structure des documents de la chancellerie, s’y trouvent enchâssés. L’auteur de ce texte exceptionnel devait savoir que ses récepteurs avaient l’habitude d’écouter les chartes et connaissaient les figures de la victoire. Il devait être conscient de la pertinence de son œuvre dans l’espace du palais. Ce double prologue pourrait apparaître comme un objet isolé, si l’on comparait sa magnificence criarde à la petitesse apparente des chartes. Mais si nous le remplaçons dans le contexte, nous verrons que vingt, trente, cinquante années plus tard, d’autres écrivains le prirent très probablement pour modèle. Je pense au poète anonyme qui écrivit le Libro de Alexandre, à Rodrigo Jiménez de Rada et à son Historia de rebus Hispaniae. Ce double prologue serait un cas à part, si on oubliait de le mettre en rapport avec les textes que d’autres clercs de cour écrivaient à l’intention de leur souverain, en Angleterre.

8Les chartes et les chroniques avaient des buts bien précis : faire et dire la loi, administrer, servir d’exemple, raconter l’Histoire. La cour, c’était le centre du royaume, l’écrin du roi, l’organe politique de la monarchie. Héliotropes attirés par le roi, les clercs écrivaient pour lui, à la chancellerie et au palais. Peut-on parler de mécénat ? Il est difficile de savoir si les souverains avaient commandé l’écriture des images positives de la royauté que nous avons examinées dans ces pages, s’ils les avaient encouragées, ou bien s’ils les avaient simplement reçues en offrande. Le problème est posé : il faudrait mieux étudier la capacité et l’occasion des monarques d’intervenir dans le travail de leurs clercs, tenter de cerner plus précisément la formation intellectuelle des souverains, délimiter les circonstances de production des actes. Comme il a été dit plus haut, j’ai pour ma part l’impression qu’Alphonse VIII avait fortement incité ses clercs à se mettre au travail. Il avait récompensé certains de ces lettrés, tout comme Ferdinand III récompensa le plus actif et le plus visible de tous les clercs palatins que nous avons rencontrés, Juan Díaz. Cela suffit-il à affirmer le patronage royal ? Quoi qu’il en soit, il me semble que, par leur métier, ces écrivains servaient le roi, non le royaume : peut-être vaudrait-il mieux conclure au service individuel qu’à la fonction corporative. Une alliance traditionnelle semble avoir été resserrée à des moments précis de la vie de ces monarques.


9Les clercs palatins auraient pris leur envol au premier quart du XIIIe siècle, quittant la fonction strictement politique et se consacrant au littéraire. Dans les bordures des textes, dans le geste du scribe, il y eut une palpitation, une étincelle, le bonheur d’écrire. La fonction administrative, juridique, historiographique, se dota d’un petit plus, d’un élément aérien, trop peu quantifiable. Les croquis légers du XIIe siècle annonçent les tableaux structurés qu’on composa au palais au long du XIIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaia Arizaleta, « Conclusion », in Les clercs au palais, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 02 juin 2010, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/198

Haut de page