Navigation – Plan du site
Un roi en quête d’auteurité - Corinne Mencé-Caster

Introduction générale

Texte intégral

1Les recherches contemporaines, d’essence structuraliste, dissimulent mal, au travers des déclarations fracassantes sur la « mort de l’auteur » ou des détours terminologiques savamment orchestrés, la nostalgie qui les anime : celle de la question du sujet.

  • 1  Jacques LACAN in : Michel FOUCAULT, Qu’est-ce qu’un auteur ?, Dits et écrits (1954-1975)(1994),(...)

2La déconstruction d’un tel sujet, menée à bien de Freud à Derrida, en passant par Barthes ou Foucault, a remis en cause l’existence, moins du sujet lui-même que de son absoluité. Jacques Lacan1 reconnaît ainsi qu’il s’agit, non pas de nier le sujet mais de manifester sa dépendance en le pensant dans sa relativité. Dans cette perspective, le sujet littéraire se trouve, lui aussi, amputé de sa toute-puissance, et son rapport à l’individu – dont il ne devient rien moins qu’une variable, un possible –, se voit alors modifié.

  • 2  Il nous paraît très important d’indiquer que nous donnons ici au mot « œuvre » son sens commun de (...)

3C’est donc à la faveur de ce réexamen des rapports entre « individu » et « sujet » que prend place, dans la critique contemporaine, la réflexion sur l’auteur, laquelle cherche à poser en termes fonctionnels, et non plus seulement anthropologiques, la définition d’une « entité » qui apparaît désormais plus « générique » que « spécifique ». On en vient ainsi à reconnaître que « la mort de l’auteur » n’a d’autre sens que la mort d’une certaine conception de l’auteur, et notamment de ses fondements anthropologico-historiques, laquelle mort se trouve corrélée à la naissance d’un lecteur critique, co-auteur du « sens », et donc de l’œuvre2. Est ainsi appelé le réexamen de ce concept, à partir d’une perspective qui tienne compte tout autant de l’individuation de l’œuvre que de l’individualité de son producteur.

4Comment résister alors à l’envie de mettre en relation cette provocante déclaration de la « mort de l’auteur », avec la proclamation, chère à de nombreux médiévistes, de « l’absence de l’auteur » ?

  • 3  Il nous paraît important de préciser que nous empruntons le terme « auteurité » à Michel ZIMMERMAN (...)

5Point de départ de ce travail de recherche sur la problématique de l’auteurité3, à définir comme un mode de rapport à l’écriture, enraciné dans la « créativité », ce rapprochement curieux mais attendu entre deux univers apparemment irréductibles l’un à l’autre, a pourtant un même point d’ancrage : une interrogation sur la validité d’un concept – celui d’auteur – ayant valeur d’évidence. Que l’on proclame la « mort » ou « l’absence » de l’auteur, on pose inévitablement la question de la pertinence d’une définition fondée en priorité sur le rapport de « propriété » entre une instance biographico-historique et un texte, entre un individu et une œuvre.

6Il nous a ainsi paru utile d’entamer une réflexion sur les conditions de possibilité d’une approche pertinente de l’auteurité dans le discours historiographique alphonsin. Le corpus choisi – l’Histoire d’Espagne d’Alphonse X – l’a été en raison de son positionnement frontalier (et donc ambigu), entre une historiographie en langue latine et une historiographie en langue vernaculaire, où un monarque, menacé dans sa souveraineté, s’assume tout à la fois comme roi, comme sujet du roi, comme historiographe et comme artisan langagier.

  • 4  Michel FOUCAULT, Qu’est-ce qu’un auteur ?…, p. 826 : « [l]a fonction-auteur est donc caractéristiq (...)

7Il nous a semblé que dans ce jeu de rôles où un sujet royal s’invente une autorité d’historiographe dans une langue frappée elle-même d’illégitimité, se jouait tout à la fois le rapport à l’autorité de la tradition, à l’écriture, au mode d’être « historiographe » au XIIIe siècle, et que, ce faisant, émergeait une instance auctoriale « originale », porteuse de « fonctions-auteur »4 nouvelles.

  • 5  Georges MARTIN, « Le pouvoir historiographique (l’historien, le roi, le royaume. Le tournant alpho (...)
  • 6  Nous empruntons l’expression « forme-auteur » à M. FOUCAULT, Qu’est-ce qu’un auteur ?, p. 829 : « (...)

8C’est sans doute que le milieu du XIIIe siècle, en Castille, marque un tournant pour l’historiographie royale. L’écriture en « roman », l’« accaparement de l’autorité d’écriture 5 » par le roi Alphonse X signalent un point de rupture, favorable à une évolution des « formes-auteur »6 traditionnelles. Ces mutations, favorables à la constitution d’une nouvelle instance auctoriale, dont le point d’ancrage est l’individu empirique Alphonse X, perçu comme « sujet » historiographe non conventionnel mais ancré cependant dans la tradition historiographique, obligent à interroger un concept aussi problématique que celui d’auctoritas, afin de voir quelle assise effective il permet, dans un tel contexte, de donner à celui d’auteurité. À cet égard, le récent colloque qui s’est tenu autour de la problématique de l’« auctor » et de l’« auctoritas » ne pouvait que baliser efficacement le terrain.

9La théorie foucaldienne de la fonction-auteur, telle qu’elle est définie dans la célèbre conférence « Qu’est-ce qu’un auteur ? » nous servira de point de départ, car l’appréciation de l’auteurité comme extérieure, ne serait-ce qu’en partie, à l’individu empirique permet précisément de jeter, entre les positions des structuralistes et les allégations des médiévistes, un certain nombre de passerelles.

10Il en découle une approche de l’auteur qui se fonde moins sur une problématique de l’attribution que sur une problématique de l’individuation logique (de l’œuvre), fondée elle-même sur une conception du texte comme non-clôture, comme somme inachevée de variantes actualisées ou en gestation, qui réalisent un parcours intertextuel.

11Lorsque, à propos du roman médiéval, Roger Dragonetti écrit :

  • 7  Roger DRAGONETTI, Le mirage des sources. L’art du faux dans le roman médiéval, Paris : Seuil, 1987 (...)

[l]’écrivain n’est donc jamais le maître de l’instance d’énonciation, ni même des énoncés du discours qu’il remet en mouvement […] » et qu’il en vient à affirmer que « [l]e texte se donne à lire dans une écriture sans auteur7

révèle-t-il un positionnement tellement différent de celui d’un Barthes dans sa définition de l’intertexte comme étant :

  • 8  Roland BARTHES, « Texte (théorie du) », Encyclopaedia Universalis, 1995, p. 370-374, p. 372.

[…] tout le langage antérieur et contemporain qui vient au texte, non selon la voie d’une filiation repérable, d’une imitation volontaire, mais selon celle d’une dissémination –image qui assure au texte le statut non d’une reproduction, mais d’une productivité8?

12Selon ces approches, le texte, appréhendé dans une dynamique de l’écriture et de la récriture faisant du patrimoine « intertextuel » commun, le seul vrai référent, brouille le rapport à l’instance empirique de « production » qui s’efface pour laisser parler ce que ces théoriciens dénomment la « productivité » jamais démentie du texte.

13Paul Zumthor adopte un positionnement voisin puisqu’il fait de la Tradition l’unique référent. Pour ce faire, il manifeste d’abord l’incertitude liée au nom et au statut du scripteur médiéval :

  • 9  P. ZUMTHOR, Essai de poétique…, p. 64. On peut ajouter à titre complémentaire les extraits suivant (...)

Jusque dans le cours du XIVe siècle un très grand nombre de textes restent […] anonymes. Lors même qu’un nom, par « signature » ou par la tradition des copistes, y est attaché, il s’agit le plus souvent de prénoms si fréquents dans l’onomastique, Pierre, Raoul, Guillaume, que l’on ne peut en tirer grand-chose. […] [L]es cas douteux abondent. Encore arrive-t-il qu’on distingue mal entre auteur, récitant et copiste, comme dans le cas de Turold qui signa le manuscrit d’Oxford de la Chanson de Roland9.

  • 10  Ibid., p. 69 : « Le texte exprime-t-il quelque chose de l’individu-auteur, ou ne contient-il que d (...)

14Il laisse ensuite entendre que la figure de l’auteur se donne le plus souvent comme absente du texte10. Cette absence est, en fait, à interpréter comme absence dans l’œuvre de toute référence à la réalité empirique (dont l’individu fait partie), ainsi que l’écrit Zumthor :

  • 11  P. ZUMTHOR, ibid., p. 170.

[C]es obscurités ne sont pas l’effet de la seule épaisseur des siècles qui nous séparent des hommes ainsi dissimulés : elles tiennent aussi à quelque caractère spécifique des textes, à une décentration du langage dans la pratique qui les produisit. Prenant l’exemple du Roman de la rose, il déclare alors : « tout est vu, connu, de l’intérieur de cet Amant sans figure, intégré au texte au point que s’abolit toute référence à autre chose que la tradition qu’actualise celui-ci11.

15Ainsi, à l’horizon du texte, se trouve projetée la Tradition, laquelle se présenterait dès lors comme le véritable sujet. Dans ces conditions, l’auteur ne saurait être saisi comme créateur individuel, puisqu’il ne serait qu’un des supports variables, objectivé par une Tradition, apport invariable qui l’absorberait en quelque sorte dans un jeu de renvois infinis.

  • 12  Jean-Pierre VERNANT, « L’individu dans la cité », in : Sur l’individu, Paris : Seuil, 1987, p. 35- (...)

16Il apparaît que les productions textuelles du Moyen Âge, de par ces réticences bien connues quant au statut délicat du sujet et de l’individu, soient plus réceptives que tout autre, à une approche de « l’auteur » qui ne soit pas seulement psychologique ou biographique, encore que Jean-Pierre Vernant12, en faisant remonter la naissance de la personne et la prise de conscience de l’intériorité chez les saints hommes autour des IIIe et IVe siècles, invite à une position plus nuancée.

17L’un des travers de la pensée traditionnelle de l’auteur, dénoncé par les épigones de Bakhtine et Kristeva, est précisément son assimilation ipso facto à l’individu, lequel est dans le même temps confondu avec le sujet.

  • 13  Henri MESCHONNIC, Politique du rythme, politique du sujet, Paris : Verdier, 1995, p. 205.

18Dans sa célèbre conférence, Michel Foucault se propose de renverser la démarche habituelle qui fait de l’individu le point d’origine de l’auteurité pour lui substituer une réflexion sur les conditions d’émergence d’un sujet qui, s’inventant dans et par le processus d’ordonnancement discursif, réinvente du même coup l’individu, et possiblement la structure de la « forme-auteur » qu’il a travaillée. À la suprématie d’un « je », perçu comme tout-puissant, Foucault préfère envisager une « pluralité d’ego » dont la dispersion témoigne de la menace que l’inventivité inhérente à l’écriture fait peser sur l’unité de l’individu. Comme le dit si bien Henri Meschonnic, « il y a à faire la différence entre individu et sujet, on ne peut pas nier qu’ils partagent des choses, qu’il n’y a pas de sujet sans individu, même s’il peut y avoir un individu sans que tous les sujets soient là »13.

19Le sujet ne saurait donc être qu’un des possibles de l’individu, le discours représentant, par ailleurs, une des modalités par lesquelles l’individu peut être appelé à se constituer en un sujet différent. En conséquence, lorsqu’on confond individu et sujet, on élude la dimension inventive du discours, laquelle n’est autre que la capacité de l’individu à devenir un certain sujet en vertu du pouvoir reconnu à l’écriture de produire des espaces autres où se dessinent de nouveaux rapports à soi, aux institutions, à la société. Mais, étant aussi un lieu de coercition, régi par des lois génériques et formelles, le discours est à saisir également comme un espace contraignant où le sujet doit assumer sa propre impuissance.

  • 14  Ibid, p. 199.

20On retrouve ainsi l’ambiguïté constitutive du mot « sujet » : alors que l’étymon subjectum renvoie à ce qui est soumis, subordonné à un autre (le sujet du roi par exemple ou l’« effet-sujet » de Lacan), le sujet est aussi à saisir comme « agent » (cas du sujet cartésien). Le sujet est donc tout à la fois celui qui agit et celui qui est agi, ou selon Meschonnic « le théâtre, la fable, et l’acteur d’une action qu’il domine et ne domine pas, et qui le domine […] »14.

21Penser l’auteur autrement que comme individualité créatrice dont le lieu d’ancrage est le réel empirique, revient alors à le penser comme sujet dominant et dominé, sujet divisé inscrit dans une dynamique de reproduction et d’invention dont le discours est le lieu propre.

  • 15  M. FOUCAULT, Qu’est-ce qu’un… ?..., p. 829-830.

22Procédant à l’historique des critères de définition usuels de l’auteur, Michel Foucault relève quatre traits définitoires pertinents pour la critique moderne, lesquels, précise-t-il, ne se distinguent guère des modalités de définition de l’authenticité selon saint Jérôme : l’auteur comme « certain niveau constant de valeur », comme « champ de cohérence conceptuelle », comme « unité stylistique » et enfin, comme « moment historique défini et point de rencontre d’un certain nombre d’événements »15. Il conclut alors que :

  • 16  Ibid., p. 832.

[la fonction-auteur] n’est pas définie par l’attribution spontanée d’un discours à son producteur, mais par une série d’opérations spécifiques et complexes ; elle ne renvoie pas purement et simplement à un individu réel, elle peut donner lieu simultanément à plusieurs ego, à plusieurs positions-sujets que des classes différentes d’individus peuvent venir occuper16.

  • 17  Nous empruntons cette expression très suggestive à Niels BUCH-JEPSEN qui la tient lui-même de R. B (...)

23Dans la perspective de Foucault, l’auteur, loin d’être seulement un moment de l’origine du texte, est aussi une construction rationnelle de l’interaction interprétative d’un lecteur avec un texte. En ce sens, il constitue une référence de l’aval et doit être aussi rapporté au temps de la lecture. Ainsi, « l’auteur-en-chair-et-en-os »17, le sujet référentiel en quelque sorte, n’est pas l’unique sujet du sens, puisque précisément ce sens qui lui échappe partiellement, lui donne à se découvrir autre. L’instance textuelle construite par le lecteur se substitue alors au moins en partie à l’individu réel. Pour autant, un lien se maintient entre l’instance empirique et cette instance interne par le truchement de la reconstruction de cette dernière comme « pluralité d’ego » dont il est souhaitable de tenter le repérage et l’identification.

24L’intérêt d’une telle approche pour un corpus tel que le nôtre est indéniable car elle permet de toute évidence de mieux comprendre comment et pourquoi un monarque lettré a pu croire au pouvoir de ré-invention du discours au point de faire de celui-ci une véritable cellule dialogique de (ré)-conciliation avec ses sujets. C’est, en effet, sans doute parce que l’individu empirique Alphonse X avait conscience de cette capacité de négociation du « soi » offerte par le discours qu’il prit le parti de lui confier cette mission de négociation avec les autres. Une analyse du parcours de constitution de la figure royale virtuelle, dans l’entier de la production discursive alphonsine, permettrait d’en suggérer les permanences et les écarts, et de les interpréter comme remise en cause incessante d’un tumultueux rapport à « soi » et aux « autres ».

  • 18  Voir Umberto ECO, Lector in fabula (1979),M. BOUHAZER (trad.), Paris : Grasset, 1985.

25Il faudrait, pour cela, être à même de déceler les lieux discursifs d’affleurement privilégiés de ces divers « ego » et d’en effectuer le tracé conduisant alors à l’esquisse d’une hypothèse d’« Auteur Modèle »18 (ou Virtuel), comme « intenté du texte », plutôt que comme stratégie parfaitement contrôlée par un « sujet-moi » plein.

26Mais si cet « Auteur Modèle », produit par le discours, nous intéresse, c’est aussi parce que sa configuration discursive engage un pari non seulement sur la construction d’un sujet royal, mais aussi sur celle d’une nouvelle « forme-auteur » historiographique.

  • 19 Arnaud BERNADET, « L’historicité de l’auteur : une catégorie problématique », in : Une histoire de (...)
  • 20  Il faut entendre ici par « œuvre », une « forme-sens » constituant sans doute une version parmi d’ (...)

27En présentant la « fonction-auteur » comme une spécification de la fonction-sujet, Foucault prône une approche dynamique de l’instance auctoriale comme « instance en devenir qui dépend du devenir du sujet »19, lequel sujet présuppose toujours l’individu. C’est là tout l’intérêt d’articuler ensemble les trois notions : individu, sujet, auteur. L’individu qui entreprend de produire un discours (historiographique par exemple) crée une certaine figure de « sujet historiographe », laquelle conforte ou déplace la figure validée de « l’auteur historiographique » telle qu’elle se construit à une époque donnée. C’est l’œuvre20 dans sa singularité ou son caractère conventionnel qui fonde ou non de nouvelles règles de construction de la « forme-auteur », au sein d’un champ discursif particulier.

28Une remarque cependant :

  • 21  Nous conservons ce terme « latin » qui n’a guère été traduit, même si le terme « aucteur » semble (...)

29Nous sommes parfaitement consciente des nombreuses réserves formulées à l’encontre de l’approche fonctionnaliste, en raison notamment du discrédit qu’elle semble faire peser sur les concepts d’intention de l’auteur, de sujet créateur, etc. Qu’il soit bien clair que la démarche qui nous guide ici est tout autre, dans la mesure où elle considère précisément la fonction-auteur comme la meilleure hypothèse heuristique permettant de penser le sujet qu’est l’auteur, au lieu de servir à établir l’évidence de son absence. En effet, tant qu’on s’obstine à concevoir « l’auteur » uniquement comme l’individu posé à l’extérieur de l’œuvre, on valorise d’emblée l’individualité (comme spécificité), là où il conviendrait d’interroger d’abord la généricité. De fait, quand c’est celle-ci qui se présente, on en vient à clamer l’absence de l’auteur. Avec l’hypothèse de la fonction-auteur, la démarche se trouve inversée puisque c’est à partir du rapport (conventionnel ou original) qu’un individu instaure à une « forme-auteur » existante qu’on en arrive en fin de parcours à le caractériser comme « sujet ». En conséquence, l’intérêt d’une telle approche réside surtout dans sa puissance critique et l’on verra qu’elle nous coduira à questionner, sur le fond et sur la forme, un certain nombre de concepts qui tiennent jusqu’alors lieu d’« évidences », et ce, en privilégiant essentiellement leur rationalité fonctionnelle. Ainsi pour déterminer ce qui est au fondement de la « fonction-auteur », au Moyen Âge, dans le discours historique, il nous reviendra de « sérier » précisément ce qui la rapproche et la distingue des diverses autres fonctions que la critique définit traditionnellement à partir des termes « scribe », « compilateur », « commentateur », « auctor21 », comme si ces termes allaient de soi. Ce faisant, nous serons amenée à définir le « contenu » qui est affecté à ces fonctions, c’est-à-dire à nous interroger sur ce qui fait qu’un individu ait pu être appelé « scribe », « compilateur » ou « auctor » alors même que la définition de ces fonctions, en termes notamment de délimitation, pose problème. On l’aura compris : il nous intéressera moins ici de catégoriser des individus que de définir des formes d’intelligibilité de l’inventivité de l’écriture médiévale.

30Seulement comment penser cette inventivité dans une culture où le primat reconnu à la Tradition semble d’emblée l’invalider ?

  • 22  Par « fonction récitative », nous entendons une fonction de citation, de répétition du discours d’ (...)

31Il y a, en effet, une sorte de contradiction à reconnaître les scripteurs – autres que les auctores – comme de simples media de la tradition-transmission (tradere) et à postuler dans le même temps une évolution des « formes-auteur ». Cette contradiction, somme toute apparente, est vite levée lorsqu’on oppose l’écriture comme imaginaire à l’écriture comme résultat. Le postulat d’une écriture de la reproduction domine l’écriture comme « praxis », mais pas comme « résultat ». Il en résulte une « créativité » toujours agissante, qui constitue dès lors le versant le plus opératoire de notre réflexion car elle nous permet d’articuler la réécriture, qu’elle institue comme paradigme, à une « fonction-auteur » créatrice, ou plutôt re-créatrice, elle-même partiellement indexée à une fonction récitative22.

32Il nous a semblé ainsi utile, d’un point de vue heuristique, de postuler, pour le Moyen Âge, l’existence de deux fonctions parallèles : la « fonction-auctor » (qui jouerait au Moyen Âge le rôle dévolu à la « fonction-auteur » dans les discours littéraires « contemporains ») et la « fonction-auteur » (à redéfinir pour l’adapter aux spécificités du Moyen Âge).

33Notre idée est que cette « fonction-auteur » (au sens où Foucault l’entend) est en gestation au Moyen Âge, mais qu’elle reste prisonnière en quelque sorte de la « fonction-auctor », quoique d’autres fonctions apparemment distinctes, telles la « fonction-compilateur », lui fournissent les moyens de sa libération. Ainsi indexée à une poétique de la paraphrase, à comprendre comme poétique de la reformulation, cette « fonction-auteur » (qui est et n’est pas la fonction-compilateur) ne peut s’analyser indépendamment des « fonction-lecteur » et « fonction-traducteur-(ré)-énonciateur » auxquelles elle se doit, au vu notamment de notre corpus, d’être référée.

  • 23  M. ZIMMERMANN, Auctor et Auctoritas…,p. 11 : « L’écriture continuée.- Nous devrons nous intéresser (...)

34En effet, le statut même de l’écriture médiévale comme écriture collective et continuée23 articule très vigoureusement la problématique de « l’écriture » à celle de la lecture, tout « scripteur » devant d’abord être vu comme « lecteur » du texte qu’il se propose de continuer d’écrire en le récrivant. Ainsi, la réécriture fait sans cesse du lecteur le « co-auteur » d’un texte qui s’ouvre ainsi constamment à la multiplicité des significations qui enrichissent, contredisent, amplifient le possible sens originel. Au « sens » de la première réception, s’adjoignent les « significations » des réceptions suivantes où l’œuvre est comprise en fonction, non plus de son propre contexte de réception, mais en référence au contexte du « lecteur ». D’où la prégnance de la réécriture. On retrouve donc bien cette idée, chère à Foucault et aux tenants du post-structuralisme, d’une instance auctoriale à penser, non comme seule origine du texte mais aussi comme hypothèe de lecture. Seulement la praxis de la réécriture qui fonde le rapport du scripteur médiévale à l’écriture fait de c tte interprétation interactive d’un lecteur avec un texte moins une hypothèse qu’une « thèse » que ce scripteur cherche à valider en la construisant dans et par cette écriture de la continuité, qui devient ainsi celle de la discontinuité, écriture de l’entre-deux en quelque sorte.

35Comment définir l’auteurité, à partir du modèle de (voire sans doute malgré) l’auctoritas, dans un texte qui, à l’instar de l’Histoire d’Espagne, se présente comme « compilation », c’est-à-dire comme remise en mouvement des énoncés par une « main » qui n’est pas première, et, qui comme tel, pose le problème de l’exercice de la fonction « créatrice », ou à tout le moins, recréatrice, liée à l’imaginaire de cette fonction ?

36La « fonction-compilateur » parvient-elle, dans le contexte propre à l’Espagne du XIIIe siècle, à postuler de nouvelles règles de construction de la « forme-auteur » historiographique ? Quels en sont alors les mécanismes principaux ? Quel auteur historiographique en résulte-t-il ?

37Dans quelle mesure ces nouvelles fonctions renvoient-elles alors à des « positions-sujets » permettant d’identifier un « ego » royal, sur la base d’une hypothèse d’Auteur Modèle ?

Haut de page

Notes

1  Jacques LACAN in : Michel FOUCAULT, Qu’est-ce qu’un auteur ?, Dits et écrits (1954-1975)(1994), 2 t., Paris : Gallimard, 2001, 1, p. 848 : « Deuxièmement, je voudrais faire remarquer que, structuralisme ou pas, il me semble qu’il n’est nulle part question, dans le champ vaguement déterminé par cette étiquette, de la négation du sujet. Il s’agit de la dépendance du sujet, ce qui est extrêmement différent ; et tout particulièrement, au niveau du retour à Freud, de la dépendance du sujet par rapport à quelque chose de vraiment élémentaire, et que nous avons tenté d’isoler sous le terme de ‘signifiant’ ».

2  Il nous paraît très important d’indiquer que nous donnons ici au mot « œuvre » son sens commun de « texte », sans prendre part à la redéfinition qu’en propose Roland BARTHES lorsqu’il l’oppose au texte : cf. Roland BARTHES, « De l’œuvre au texte », in : Le bruissement de la langue, Paris : Seuil, 1984, p. 71-80. En revanche, lorsque nous parlerons d’« œuvre médiévale », nous ferons nôtre la définition qu’en propose Paul ZUMTHOR, Essai de poétique médiévale, Paris : Seuil, 1972, p. 73 : « Le terme d’« œuvre » ne peut donc être pris tout à fait dans le sens où nous l’entendons aujourd’hui. Il recouvre une réalité indiscutable : l’unité complexe mais aisément reconnaissable, que constitue la collectivité des versions en manifestant la matérialité ; la synthèse des signes employés par les « auteurs » successifs (chanteurs, récitants, copistes) et de la littéralité des textes. La forme-sens ainsi engendrée se trouve sans cesse remise en question ». Pour d’éventuels rapprochements entre les deux définitions du mot « œuvre » au Moyen Âge, cf. n. 9.

3  Il nous paraît important de préciser que nous empruntons le terme « auteurité » à Michel ZIMMERMAN (dir.), Auctor et auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, Actes du colloque de Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), Paris : École des Chartes, 2001, p. 9 : « Depuis une ou deux décennies, on assiste à un véritable renversement de perspective. Historiens, hagiographes, diplomatistes, littéraires, iconographes s’intéressent à l’écriture médiévale. Leur démarche s’enracine dans une analyse nouvelle des concepts d’auteur/auteurité et de création et de leur adaptation à la réalité médiévale. Ainsi s’élabore une science des œuvres propre à l’époque médiévale, qui amène à reconsidérer certaines réalités longtemps négligées ou dévalorisées […] ».

4  Michel FOUCAULT, Qu’est-ce qu’un auteur ?…, p. 826 : « [l]a fonction-auteur est donc caractéristique du mode d’existence, de circulation et de fonctionnement de certains discours à l’intérieur d’une société ». Puis, p. 831 : « la fonction-auteur est liée au système juridique et institutionnel qui enserre, détermine, articule l’univers des discours ; elle ne s’exerce pas uniformément et de la même façon sur tous les discours, à toutes les époques et dans toutes les formes de civilisation ; elle n’est pas définie par l’attribution spontanée d’un discours à son producteur mais par une série d’opérations spécifiques et complexes ; elle ne renvoie pas purement et simplement à un individu réel, elle peut donner lieu simultanément à plusieurs ego, à plusieurs positions-sujets que des classes différentes d’individus peuvent venir occuper ».

5  Georges MARTIN, « Le pouvoir historiographique (l’historien, le roi, le royaume. Le tournant alphonsin) », Histoires de l’Espagne médiévale, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, Paris : Klincksieck, 11, 1997, p. 123-136. En particulier, p. 133-134.

6  Nous empruntons l’expression « forme-auteur » à M. FOUCAULT, Qu’est-ce qu’un auteur ?, p. 829 : « Il me paraît, par exemple, que la manière dont la critique littéraire a, pendant longtemps, défini l’auteur –ou plutôt construit la forme-auteur […] ». Cette expression, qui fonctionne comme variante combinatoire de celle « fonction-auteur » semble être requise quand il s’agit d’appréhender la « fonction-auteur » comme « forme » construite à partir d’un certain nombre de règles. Auparavant, il avait pris soin d’expliquer en quoi consistent ces opérations : « Toutes ces opérations varient selon les époques et les types de discours. On ne construit pas un « auteur philosophique » comme un « poète » ; et on ne construisait pas l’auteur d’une œuvre romanesque au XVIIIe siècle comme de nos jours ».

7  Roger DRAGONETTI, Le mirage des sources. L’art du faux dans le roman médiéval, Paris : Seuil, 1987, p. 42.

8  Roland BARTHES, « Texte (théorie du) », Encyclopaedia Universalis, 1995, p. 370-374, p. 372.

9  P. ZUMTHOR, Essai de poétique…, p. 64. On peut ajouter à titre complémentaire les extraits suivants tirés de : P. ZUMTHOR, Langue, texte, énigme, Paris : Seuil, 1975, p. 166 : « Quelles que soient en effet les circonstances qui ont prévalu dans la transmission des diverses parties de l’ensemble littéraire médiéval, celui-ci apparaît à nos yeux comme une poésie presque totalement ‘objectivée’: je veux dire, dont le sujet nous échappe ». Il n’est pas inutile toutefois de comparer cette présentation avec celle de R. BARTHES, « De l’œuvre au texte », in : Le bruissement de la langue…, p. 77 : « [L]e Texte peut se lire sans la garantie de son père ; la restitution de l’intertexte abolit paradoxalement l’héritage. Ce n’est pas que l’Auteur ne puisse ‘revenir’dans le Texte, dans son texte ; mais c’est alors, si l’on peut dire, à titre d’invité ; […] sa vie n’est plus l’origine de ses fables, mais une fable concurrente à son œuvre […] du même coup la sincérité de l’énonciation, véritable ‘croix’ de la morale littéraire, devient un faux problème : le je qui écrit le texte n’est jamais, lui aussi, qu’un je de papier ».

10  Ibid., p. 69 : « Le texte exprime-t-il quelque chose de l’individu-auteur, ou ne contient-il que des essences ? […] Pourtant, ce texte est dit par Quelqu’un […]. L’auteur a disparu : reste le sujet de l’énonciation, une instance locutrice intégrée au texte et indissociable de son fonctionnement : ‘ça’ parle ».

11  P. ZUMTHOR, ibid., p. 170.

12  Jean-Pierre VERNANT, « L’individu dans la cité », in : Sur l’individu, Paris : Seuil, 1987, p. 35-37.

13  Henri MESCHONNIC, Politique du rythme, politique du sujet, Paris : Verdier, 1995, p. 205.

14  Ibid, p. 199.

15  M. FOUCAULT, Qu’est-ce qu’un… ?..., p. 829-830.

16  Ibid., p. 832.

17  Nous empruntons cette expression très suggestive à Niels BUCH-JEPSEN qui la tient lui-même de R. BARTHES : « Le nom propre et le propre auteur », Une histoire de la « fonction-auteur » est-elle possible ?, Actes ducolloque de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud,Saint-Étienne : Université de Saint-Étienne, 2001, p. 52.

18  Voir Umberto ECO, Lector in fabula (1979),M. BOUHAZER (trad.), Paris : Grasset, 1985.

19 Arnaud BERNADET, « L’historicité de l’auteur : une catégorie problématique », in : Une histoire de la « fonction-auteur… ? , p. 17.

20  Il faut entendre ici par « œuvre », une « forme-sens » constituant sans doute une version parmi d’autres disponibles, mais que nous choisissons cependant de dénommer « œuvre » pour manifester qu’elle est malgré tout analysable comme « tout-organique ».

21  Nous conservons ce terme « latin » qui n’a guère été traduit, même si le terme « aucteur » semble être disponible dans la terminologie critique française. Voir Fabienne POMEL, « La fonction-auteur » dans le Roman de la Rose de Jean de Meun : double jeu de la consécration et de l’esquive », in : Une histoire de la « fonction-auteur »…, p. 90-106.

22  Par « fonction récitative », nous entendons une fonction de citation, de répétition du discours d’un auctor, fonction généralement dévolue à l’actor.

23  M. ZIMMERMANN, Auctor et Auctoritas…,p. 11 : « L’écriture continuée.- Nous devrons nous intéresser à la genèse de l’œuvre médiévale, œuvre continue et collective que l’on a pu qualifier d’œuvre à plusieurs mains ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Introduction générale », in Un roi en quête d’auteurité, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 2), 2011, [En ligne], Mis en ligne le 06 décembre 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/266

Haut de page