Navigation – Plan du site
Un roi en quête d’auteurité - Corinne Mencé-Caster
Première partie. Problématiques

Introduction

Texte intégral

1Refusant toute fausse évidence, nous chercherons à examiner les conditions de possibilité d’une pensée de l’auteurité (à partir du postulat de la « fonction-auctor ») dans le contexte de la culture médiévale. Il nous appartiendra de dégager les concepts opératoires à partir desquels le concept d’auteurité prend sens ets’élabore. Parmi eux, celui d’auctoritas acquiert une importance particulière puisqu’il est précisément ce qui tout à la fois le fonde et le limite.

  • 1  Antoine COMPAGNON, La seconde main, Paris : Seuil, 1979, p. 218 : « L’auctoritas est une phrase d’ (...)
  • 2  Ibid., p. 219.
  • 3  Ibid.
  • 4  Ibid., p. 218.

2L’auctoritas1 renvoie à l’autorité énonciative maximale dont un texte peut bénéficier. Elle délimite un ensemble de discours « autorisés » attribués à un sujet écrivant, désigné par le terme d’auctor. L’auctor, accessible au travers d’un nom, est le scripteur qui fait autorité et qui, produisant un énoncé attesté, et donc, porteur de vérité, participe au grand dessein de Dieu, auctor suprême. L’auctor (encore appelé « auctor authenticus »2), comme le souligne Antoine Compagnon « s’agrège à la tradition »3 et n’existe finalement que par cette tradition qui le subsume, en devenant sa véritable identité. Il n’empêche que « [t]oute la puissance de l’auctoritas tient à son éponyme »4 et que la force de cette énonciation, référée à un sujet reconnu, contraint toutes les autres énonciations à n’exister que dans la latence de celle-ci. Or, ces énonciations, diverses, flottantes, jugées sans doute insignifiantes, produites par des sujets anonymes identifiés comme « actor », « scholasticus doctor », voire « autor », sont le creuset d’une pensée de l’auteur, si l’on en revient à l’origine démiurgique du terme. C’est en effet, dans l’entre-deux de la tradition et de l’innovation que s’est généré un espace favorable à l’émergence d’une « fonction-auteur » telle que la définit Michel Foucault, laquelle, comme on le verra, reste liée aux notions de « créativité », « originalité », « rénovation », etc. Dans ces conditions, ladiscrimination « auctor » / « auteur », loin d’être anodine, signale une hiérarchie des textes et des scripteurs, qui ne peut être comprise que si elle se trouve rapportée à l’idéologie de la signifiance au Moyen Âge. C’est, à partir d’une conception verticale de la relation entre Dieu et les hommes, entre le langage et les choses, que se dessinent très clairement les fondements d’une telle culture.

3Le roi comme figure médiatrice y occupe une place à part. C’est pourquoi l’œuvre « encyclopédique » d’un monarque comme Alphonse X, soucieux de fonder en droit la souveraineté royale en la libérant de toute sujétion à l’égard du pouvoir de l’Église et de la Noblesse, ne pouvait que retenir notre attention.

  • 5  Nous empruntons cette expression à G. MARTIN, « L’hiatus référentiel (une sémiotique fondamentale (...)

4Comment, en effet, à partir des rôles énonciatifs disponibles dans l’« imaginaire sémiotique »5 médiéval, caractériser la posture énonciative d’un roi qui eut pour ambition de rassembler et d’ordonner l’entier du « savoir » de son temps comme il entendait contrôler l’ensemble de ses sujets ?

5Compilateur acharné, Alphonse X, si l’on en croit l’« imaginaire sémiotique » que nous nous attacherons à décrire, « écrit majoritairement les mots des autres », et donc n’est pas à proprement parler « auctor ». Chercheur infatigable de « savoir », législateur, traducteur, roi, il s’affiche cependant dans une position en surplomb qui cadre mieux avec la posture énonciative d’auctor qu’avec les diverses autres que le Moyen Âge s’est efforcé de répertorier et de « verrouiller ».

6Cette ambiguïté de statut dont la production alphonsine dans son ensemble porte la trace, suffit à expliquer le soin que nous avons pris à la replacer dans le contexte culturel de l’Occident du XIIIe siècle. Seule, en effet, une approche « élargie » de l’œuvre alphonsine est en mesure de témoigner de son positionnement original à l’intérieur d’un champ dont elle contribue à remodeler de façon significative la structuration.

7Il nous a donc paru important d’articuler notre réflexion à une interrogation sur la problématique des postures énonciatives possibles du scripteur médiéval. Nous croyons en effet que seul un examen attentif des contraintes sémiotiques qui pèsent sur ce scripteur peut éclairer les conditions d’émergence d’une auteurité telle que celle dont l’œuvre alphonsine, par ses ambitions totalisantes (ou totalitaires), et donc émancipatrices, témoigne. Une auteurité qui s’est d’abord affirmée en tant que conscience critique à l’égard des auctores, avant que de revendiquer un territoire propre : celui d’un système « épistémologique » où autorités morale et énonciative (auctoritas), politique (« dominium » ou « imperium »), cognitive (« sapientia ») étaient de toute évidence appelées à fusionner.

8L’hypothèse heuristique d’une « fonction-auctor » se justifie alors pleinement quand elle se trouve rapportée à un univers sémiotique où l’auteurité était privée de tout statut propre, alors même qu’elle ne cessa jamais de « grignoter » en creux l’espace dévolu à l’auctoritas.

9Penser la fonction-auctor revient de fait à engager une réflexion sur la généalogie de l’auteurité ou fonction-auteur, comme étape finale d’un processus d’humanisation du sens et de l’écriture, dont la reconnaissance de l’auctoritas humaine avait été le premier jalon.

10C’est en ce sens que la production alphonsine nous apparaît comme un lieu originaire possible de l’auteurité, mais entendons-nous bien, d’une auteurité comme non-lieu sémiotique, à cheval entre une auctoritas toute-puissante et un statut d’actor qui s’assortit mal de l’arrogance politique et énonciative d’un monarque lettré.

11Nous chercherons à manifester l’intérêt qu’il y aurait à mettre en perspective l’œuvre alphonsine à partir de cette problématique de l’auteurité, par la mise en évidence d’un certain nombre de contradictions ; ainsi, l’entre-deux a(u)ctorial dans lequel se meut Alphonse, pris entre les exigences de son ambitieux programme politique et les contraintes propres à l’« imaginaire sémiotique » médiéval.

Haut de page

Notes

1  Antoine COMPAGNON, La seconde main, Paris : Seuil, 1979, p. 218 : « L’auctoritas est une phrase d’un discours théologal répétée dans un autre discours théologal. Ainsi définie, la liaison qu’elle établit dans la chaîne patristique semble de type symbolique ; elle relierait exclusivement deux textes T1et T2. Le mot, par son histoire, trahit cependant qu’il en est autrement. L’auctoritas est une citation nécessairement référée à un auteur ; sans cela sa valeur est nulle ».

2  Ibid., p. 219.

3  Ibid.

4  Ibid., p. 218.

5  Nous empruntons cette expression à G. MARTIN, « L’hiatus référentiel (une sémiotique fondamentale de la signification historique au Moyen Âge), Histoires de l’Espagne …, p. 43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Introduction », in Un roi en quête d’auteurité, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 2), 2011, [En ligne], Mis en ligne le 06 décembre 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/267

Haut de page