Navigation – Plan du site
Un roi en quête d’auteurité - Corinne Mencé-Caster
Première partie. Problématiques
Chapitre 3

Déplacements alphonsins

Vers l’auteurité

Texte intégral

1Dans le champ historiographique castillan du XIIIe siècle, déjà occupé par les œuvres de Luc de Tuy et de Rodrigue de Tolède, l’Histoire constitue un texte à part, une forme spécifique qui vient modifier la trame générique usuelle, en se donnant précisément pour un texte écrit par celui-là même à qui elle devrait être destinée. L’accaparement de l’« autorité d’écriture » par le roi signe, en effet, une rupture avec la tradition historiographique antérieure : ce n’est plus le monarque, le seul destinataire du récit, selon le principe du speculum principis, mais bien l’aristocratie laïque et religieuse qui se voit instituée en « récepteur » de l’histoire royale.

2Par ailleurs, le choix d’écriture en langue vernaculaire contribue fortement à renforcer la distorsion, en mettant en jeu ce qui pourrait sembler être une contradiction : la langue officielle de l’autorité – le latin – se voit délaissée par le détenteur symbolique de l’autorité institutionnelle – le roi – au profit du castillan.

3Ce double déplacement, loin d’être anecdotique, représente un indicateur de changement important. Il manifeste, en effet, un renouvellement des modalités de construction de la « forme-auteur » historiographique, dont le signe le plus patent est sans doute la re-structuration qu’il impose au champ de l’historiographie.

4Nous insisterons sur deux points : le déplacement générique et le déplacement linguistique.

Déplacement générique : le rôle de la sous-fonction collecteur

La sous-fonction collecteur comme fonction cardinale

5Dans quel type d’œuvre, Alphonse X entendait-il se situer lorsqu’il mit en chantier l’Histoire d’Espagne autour des années 1270 ? Revendique-t-il de façon explicite la soumission à des modèles ? Comment a-t-il nommé, considéré son ouvrage ?

6Un simple examen du prologue de l’Histoire suffit à révéler que les termes « cronica » et « istoria » semblent avoir tous deux la faveur d’Alphonse, même si, en réalité, le vocable « istoria » fonctionne comme terme générique, ainsi qu’en témoigne le syntagme « libros de estorias » :

  • 1  P.C.G., p. 4.

E por end Nos don Alfonso[…]mandamos ayuntar quantos libros de istorias en que alguna cosa contassen de los fechos dEspanna, et tomamos de la cronica dell Arçobispo don Rodrigo[…], et de la de Maestre Luchas, Obispo de Tuy, et de Paulo Orosio, et del Lucano, et de sant Esidro el primero, et de sant Alffonsso, et de sant Esidro el mancebo, et de Idacio Obispo de Gallizia[…]et de Dion que escribio la estoria de los godos, et de Pompeyo Trogo, et dotras estorias de Roma las que pudiemos auer que contassen algunas cosas del fecho dEspanna, et compusiemos este libro de todos los fechos que fallar se pudieron della, desdel tiempo de Noe fasta este nuestro1.

7Quand il est question pour Alphonse d’évoquer sa propre production, c’est, en revanche, le terme « libro » qui est requis. Faut-il voir, à travers ce choix lexémique, l’expression d’une stratégie d’évitement visant à contourner les termes « cronica » et « istoria » disponibles, parce que, précisément, ils s’avèrent impuissants à dénoter la nouvelle forme historiographique émergente ? La question ne saurait manquer d’être troublante, pour qui connaît les multiples références du Moyen Âge latin au symbolisme du livre : « livre de l’expérience », « livre de la nature » qu’évoque, par exemple, Alain de Lille au XIIe siècle. La prégnance de l’imaginaire spéculaire qui s’incarne dans l’écriture et la métaphore du livre et qui est manifestée dans les expressions « speculum » et « natura rerum » ou leurs équivalents, s’affirme largement au XIIIe siècle, siècle, on l’a dit, « encyclopédiste » par excellence. Le terme « speculum » utilisé systématiquement par Vincent de Beauvais et qui figure souvent dans les prologues des encyclopédies renvoie ainsi à l’encyclopédie comme miroir de la nature. Dans ces conditions, les « rédacteurs » expriment en toute conscience que leur écriture encyclopédique se fonde sur l’explicitation de la nature et/ou des propriétés des choses. Ils affirment de la sorte que l’encyclopédie est le miroir de toutes les connaissances humaines parce qu’elle rassemble en son sein l’entier du savoir disponible. Identifier son écriture comme portant sur les choses de la nature, c’est donc implicitement manifester ce qu’il conviendrait d’appeler un « esprit de somme ». C’est en ce sens que l’encyclopédie peut être vue comme livre du livre, « speculum libri ». N’est-ce pas ce qu’affirme, à quelques nuances près, Alphonse X lorsqu’il écrit : « compusiemos este libro de todos los fechos que fallar se pudieron della, desdel tiempo de Noe fasta este nuestro » ?

  • 2  À propos de la pratique des compilateurs alphonsins, G. MARTIN, Les juges…, p. 332, écrit : « Leur (...)

8Sur la base de ces divers éléments, il semblerait donc que l’emploi du vocable « libro » soit signifiant et qu’Alphonse X, à l’instar de Vincent de Beauvais, se situe dans une logique qui invalide la distinction « histoire universelle/ histoire locale » pour lui préférer un système fondé sur l’« imaginaire spéculaire » de l’encyclopédie2. Voyons ce qu’il en est plus précisément, à travers l’analyse des « déclarations d’intention » alphonsines au seuil de son œuvre, c’est-à-dire dans le prologue.

Le prologue

9Ce prologue, qui se présente de prime abord comme une « traduction » de celui de Rodrigue de Tolède, se détache de son « modèle » dès lors qu’il est question de présenter la figure qui a « commandité » et « réalisé » l’ouvrage.

10Il est manifeste qu’Alphonse X met, d’entrée de jeu, l’accent sur l’effort de documentation sans précédent qui fut accompli dans l’élaboration de la compilation que constitue l’Histoire d’Espagne :

  • 3  P.C.G., p. 4a.

Nos don Alfonsso, por la gracia de Dios rey de Castiella, de Toledo, de Leon, de Gallizia, de Seuilla, de Cordoua, de Murcia, de Jahen, et dell Algarue, ffijo del muy noble rey don Fernando et de la reyna donna Beatriz, mandamos ayuntar quantos libros pudimos auer de ystorias en que alguna cosa contassen de los fechos de Espanna […]3.

  • 4  G. MARTIN, « Alphonse X ou la science politique… », p. 85 : « Ce phénomène est plus affirmé encore (...)

11Il importe de souligner que cette valorisation de la sous-fonction collecteur est étroitement associée au statut « institutionnel » d’un « mandant » qui n’est autre que le roi lui-même. Ce dernier s’affirme tout à la fois comme « autorité de commande » (« mandamos ayuntar ») et de « réalisation »4 (on lit un peu plus loin « compusiemos este libro »).

12L’insistance sur le « statut » est avant tout un moyen pour le monarque de rappeler avec hauteur sa vocation énonciative naturelle. C’est, en effet, son autorité institutionnelle qui lui assure un accès facile et, surtout, inégalé jusque-là, à une documentation de type « encyclopédique ». On retrouve la figure déjà évoquée du roi, collecteur par nature d’un savoir qu’il est ensuite appelé à recevoir et à transmettre, avec, en plus, l’affirmation de cette position en surplomb, manifestée sans ambages dans les expressions à valeur absolue telles que « quantos libros », « todos los fechos que fallar se pudieron »…

13Il apparaît clairement alors qu’en se fondant sur une qualification d’ordre institutionnel, Alphonse vise, en réalité, à définir ceux qui sont pourvus d’une réelle légitimité énonciative. Soit donc tous ceux qui, à son instar, disposent de l’autorité institutionnelle.

14Il n’est pas anodin par ailleurs que le premier auteur cité soit Rodrigue Jiménez de Rada (« el Arçobispo don Rodrigo »), tenu pour un historien légitime, en ce que sa chronique fut « ratifiée » par un roi qui n’est autre que le propre père d’Alphonse.

15Il s’agit donc pour Alphonse X de produire une définition du discours historique légitime, en marquant solennellement le passage d’une ligne qui instaure une division fondamentale entre un avant et un après du discours (et donc du savoir) historique.

  • 5  Voir à ce propos Pierre BOURDIEU, Langage et pouvoir symbolique, Paris : Fayard, 1982, p. 175-186.
  • 6  Ibid., p. 179.

16Cette coupure pose une différence entre les discours qui disposent d’une autorité énonciative légitime et les autres. Elle consacre ainsi une différence entre l’historien comme « homme » et l’historien comme « institution ». De fait, Alphonse X procède, dans le prologue, à ce qui s’apparente à une cérémonie d’« investiture » du discours historique. La dimension symbolique des actes d’investiture a été abondamment commentée5. On peut souligner leur impact sur la représentation de l’objet « investi », « institué », qui se voit re-défini. En effet, instituer, c’est assigner une essence, une compétence6. En définissant l’autorité énonciative de l’historien comme institutionnelle, directement (la sienne propre) ou par délégation (par exemple, Rodrigue de Tolède qui l’assume pour Ferdinand III), Alphonse X ne dit pas « le discours historique est » mais « le discours historique doit être « institutionnalisé » pour être », de sorte qu’il ne puisse être possible d’en donner une meilleure définition. Tout se passe comme si, par cet acte d’investiture, il était demandé à ce discours d’être enfin à la hauteur de sa fonction « sociale » en devenant un véritable « instrument politique ». Il est certain que cette fonction atteint son point culminant quand c’est le roi lui-même qui assume l’autorité énonciative de façon immédiate.

  • 7  D. MAINGUENEAU, Le contexte de l’œuvre…, p. 77.
  • 8  G. MARTIN, Les juges…, p. 332 : « En s’instituant comme compilation, en se donnant à percevoir com (...)

17Sans disqualifier les autres discours historiques qui ont eu lieu avant (il déclare constituer son propre discours à partir d’eux), Alphonse X, « filtrant ainsi la population énonciative potentielle »7 qui pourrait se présenter après ou encore simultanément, définit le profil idéal de l’historien. Mais, ce faisant, il place du même coup sous la tutelle de son autorité toute-puissante l’ensemble des discours produits, revendiquant ainsi l’autorité de l’entier d’un champ8 dont il remanie la structuration.

18Comment le texte du prologue de l’Histoire témoigne-t-il de la déconstruction du champ, opérée par la démarche alphonsine ?

  • 9  Ibid. : « Du reste : pourquoi, vis-à-vis du De rebus, qui fait la base textuelle de l’Histoire pou (...)

19S’il a pu être établi que le texte de Rodrigue de Tolède représente la trame essentielle de l’Histoire d’Espagne9, trame sur laquelle vient se greffer le Chronicon, Alphonse X, dans son prologue, s’attache moins à établir le caractère direct de cette filiation que la parenté institutionnelle qui lie son Histoire au De rebus Hispaniae. Mais en dépit de ce « lien sacré », le De rebus, à l’instar des autres sources citées, est lui aussi soumis à une certaine disqualification : il est ainsi caractérisé par son incomplétude, puisqu’il lui est implicitement reproché de ne pas avoir pu (ou su) réunir la totalité du savoir disponible : « mandamos ayuntar quantos libros pudimos ayuntar de ystorias en que alguna cosa contassen de los fechos d’Espanna ».

20L’Histoire d’Espagne vient donc combler un manque, mais dans ce lieu liminaire du prologue, propice à l’inscription de topiques de tous genres, la liste des sources (déclarées) ne constitue pas un réel indice quant à la manière de circonscrire cette absence. Seule la formulation – « quantos libros/en que alguna cosa contassen » – qui invalide d’emblée la distinction histoire « locale »/histoire « universelle », pourrait éveiller quelque soupçon sur la nature exacte de la position qu’Alphonse X entend occuper dans le champ historiographique. Comment ne pas y voir, en effet, l’expression d’une transgression « générique », d’un refus de se soumettre aux « canons » qui régissent implicitement le champ ? En reconnaissant que les faits relatifs à l’Espagne sont disséminés un peu partout, Alphonse X ne signifie-t-il pas que l’articulation du champ historique autour des critères « universel /local » est non pertinente ? N’érige-t-il pas alors la sous-fonction collecteur en fonction cardinale ?

Le déplacement du « modèle isidorien »

  • 10 Il s’agit bien évidemment du Chronicon mundi de Luc de Tuy et du De rebus Hispaniae de Rodrigue de (...)
  • 11  Il est clair que nous évoquons ici les deux productions alphonsines : la Générale Histoire et l’Hi (...)
  • 12  Voir en particulier J.P. GENET (dir.), L’histoire et les nouveaux publics dans l’Europe médiévale (...)
  • 13  Voir J. Ángel SESMA MUNÕZ, « La creación de la memoria histórica, una selección interesada del pas (...)

21En effet, au XIIIe siècle, dans la péninsule Ibérique comme dans le reste de l’Europe, l’Histoire connaît un essor prodigieux : en Castille, si la première moitié du siècle est dominée par une historiographique en langue latine10, la seconde se caractérise au contraire par le développement d’une historiographie en langue vernaculaire11. Parfaitement mise en lumière par nombre d’historiens et sémiologues12, cette « explosion historiographique » correspond à l’affirmation des identités « nationales » qui cherchent à se constituer une mémoire collective13.

22Il nous appartient pour l’heure de montrer comment Alphonse X, dont la figure domine l’historiographie castillane de la seconde moitié du XIIIe siècle, sut tirer parti du modèle bipartite isidorien en voyant précisément dans l’histoire locale un moyen de manifester l’étroite articulation entre l’histoire de l’humanité, perçue comme progressive révélation de Dieu, et l’histoire d’un peuple particulier, partie prenante de cette aventure sacrée. L’idée en est simple, d’autant que nous l’avons déjà, au seuil de ce chapitre, évoquée. Pour mener à bien sa « geste », Dieu a besoin de « vicaires », qui sont des élus capables de l’aider dans la réalisation de ses plans divins. Ces figures exemplaires, placées généralement à la tête d’un peuple non moins prédestiné, ont donc un rôle particulier à jouer dans l’histoire du salut. On voit bien quels avantages Alphonse X, roi, pouvait attendre d’une telle articulation.

23Ainsi, tout en prétendant réaliser une histoire locale, Alphonse X, à la différence de ses « modèles » les plus directs – l’Historia Gothorum de saint Isidore et le De rebus de Rodrigue Jiménez de Rada −, qui font remonter l’origine de l’Espagne à celle du peuple goth, lui en assigne une, beaucoup plus ancienne, qui se confond en réalité avec celle du Monde, selon Augustin et par la suite, Grégoire le Grand. Avec Alphonse, l’histoire « locale », dans ses ambitions d’universalité, devient un moyen de déployer l’hispanité aux confins mêmes de l’univers. Inversement l’histoire universelle comme histoire sacrée ne peut qu’aboutir à ce peuple choisi (celui d’Espagne ou des Espagnes) à qui il a été confié, par la Reconquête, l’expulsion des Infidèles. De fait, c’est la problématique de la définition même des « Espagnols » et de « l’Espagne » qui est posée et résolue d’une certaine façon, et avec elle, celle de la légitimité du seigneur naturel depuis lequel cette histoire nous est contée.

24Ce qui caractérise la « prise de position » de l’Histoire d’Espagne dans le champ de l’historiographie, c’est la subversion intentionnelle du modèle isidorien, à partir d’un jeu savamment orchestré sur la porosité des frontières entre « histoire locale » et « histoire universelle ». C’est l’acception même du signifié du terme « local » qui se voit redéfinie. Inversant la tendance visant à contempler l’universel à travers le prisme du particulier, l’Histoire d’Espagne s’applique, au contraire, à ouvrir le local sur l’universel, en repoussant très loin l’origine des Espagnols.

25Le meilleur moyen pour y parvenir est de toute évidence de procéder à la reconstruction d’un passé prestigieux, qui s’enracine au plus profond des origines. Ces mythologies sont opératoires parce qu’elles exaltent une conviction, extrêmement forte au Moyen Âge : celle de l’absolue suprématie de l’ancienneté, et partant, de la légitimité de la chose transmise et de l’héritage. Un peuple (et partant, un souverain) était d’autant plus sûr de son assise, qu’il pouvait faire valoir l’ancienneté de son sol, de sa population et de son institution (la monarchie). Alphonse X établit ainsi la continuité d’une filiation qu’il fait remonter à l’origine même du monde, pour en exhiber la double légitimité : légitimité spirituelle puisqu’en tant que roi, il lui importe aussi de rappeler son statut de vicaire de Dieu sur terre, légitimité « politique » puisque sa généalogie prestigieuse le consacre comme fils de Jupiter et, par conséquent, comme « rex Romanorum ».

  • 14  Voir J. A. MARAVALl, El concepto de España en la Edad Media, Madrid : Centro de Estudios Constituc (...)

26De fait, l’Histoire met à mal la structuration « générique » du champ, non en revendiquant une nouvelle dénomination générique mais en déconstruisant un des deux types existants. Redéfinissant la catégorie du « local », elle lui assigne ainsi une essence autre que celle qu’avait postulée Isidore, Rodrigue de Tolède et bien d’autres14. En récusant la logique qui préside à la séparation du « local » et de l’« universel », elle s’attaque aux contenus plus qu’à la forme, ce qui a pour effet de la maintenir ancrée dans une tradition « générique » qu’elle contribue pourtant à bouleverser. Cette ambiguïté s’explique : Alphonse X est partagé entre la nécessité de s’inscrire dans une continuité (ce qui lui impose de rattacher sa production à un « genre » déjà bien connu, celui de l’histoire locale) et celle de porter l’Espagne aux confins du monde (ce qui le contraint à réinventer le mythe de l’origine des Espagnols, en faisant correspondre cette origine à celle de l’Humanité, comme dans les chroniques universelles).

27Il lui revient donc de tresser les fils de l’histoire d’Espagne telle qu’elle a été conçue jusque-là avec ceux de l’histoire universelle pour réaliser un ancrage originaire capable de l’ériger en héritier légitime de la potestas et de l’auctoritas. Ce qui revient à jouer des deux « formes-auteur » validées pour en construire une troisième qui se caractérise par son positionnement frontalier et son ambition totalisatrice.

L’atelier et le rituel historique : mise en place d’un système critique

28On voit comment les déterminations « génériques » ne sauraient être tenues pour un simple cadre contingent. Un « auteur » quel qu’il soit ne place pas son œuvre dans un genre. C’est le sens de l’œuvre qui le conduit au contraire à privilégier tel ou tel autre type d’investissement générique. L’investissement générique est donc indissociable du contenu des œuvres. C’est parce qu’Alphonse veut légitimer lenouvel ordre politique qu’il entend fonder, qu’il a besoin d’afficher une autorité sans faille enracinée dans une origine immémoriale dont il a su néanmoins retrouver la mémoire.

29Or, seule sa position institutionnelle lui permet d’accomplir un tel haut fait, en lui garantissant l’accès à un savoir total. L’ambition encyclopédique alphonsine, on l’a dit, ne prend sens que par rapport à cette problématique de la redéfinition de l’autorité « politique » comme autorité tentaculaire qui absorbe toutes les autres, et en particulier, l’autorité cognitive et énonciative. Désormais, le roi, c’est non seulement celui qui gouverne mais aussi (voire surtout) celui qui concentre en sa personne ces diverses formes d’autorité.

  • 15  Ces ateliers sont organisés autour d’une stricte répartition des tâches entre diverses équipes don (...)

30L’attention portée à l’autorité cognitive et qui renvoie, ainsi qu’on l’a vu, à la dimension métaphysique du savoir comme porte d’accès à la sagesse divine, suffit à expliquer que la sous-fonction collecteur se voie érigée en fonction cardinale. C’est, en effet, parce qu’il est en mesure de brasser, et surtout d’ordonner un vaste savoir (de nature encyclopédique) qu’Alphonse X peut se poser en « sage » et revendiquer, au même titre que les ministres de l’Église, l’autorité spirituelle, grâce à laquelle il est l’héritier direct et légitime de la potestas divine. Dans ces conditions, on comprend bien que l’émergence de la production énonciative alphonsine soit inséparable de l’existence d’ateliers royaux15.

31Ces ateliers qui pourraient être tenus pour un entourage contingent des énoncés historiques que sont l’Histoire et la Générale histoire, représentent en réalité une des composantes essentielles de leur rituel d’énonciation. L’atelier royal n’est pas, en effet, un simple lieu « technique », sorte de ruche où bourdonneraient des « exécutants » affairés par les travaux à accomplir. Il est partie prenante du positionnement esthétique du récit historique alphonsin. Le principe de la répartition des tâches, du fonctionnement en parallèle, et donc d’une spécialisation du travail permet le brassage d’un volume de données bibliographiques beaucoup plus important et favorise donc un exceptionnel effort documentaire. Surtout le fait de pouvoir disposer d’œuvres traduites dans leur entier, facilite le repérage des fragments qui énoncent des versions divergentes, et favorise une refonte en profondeur des différents textes-sources (glose, assemblage, révision). Le « borrador compilatorio » dont parle Diego Catalán illustre l’ampleur et la précision du travail qui pouvait être mené depuis la simple juxtaposition de « versions » concurrentes jusqu’à l’élaboration d’une « texture » d’une extrême cohérence, où l’historien donnait à voir sa version ou celle qui lui paraissait digne d’être retenue.

  • 16 Voir Georges MARTIN, « La compilation (cinq procédures…) », p. 118-121 (en particulier).

32L’atelier excitait donc la démarche critique de l’historien, car il plaçait constamment ce dernier, eu égard à l’étendue des sources qu’il lui offrait la possibilité de compulser, dans la situation du juge qui doit trancher entre des versions concurrentes (souvent aussi plausibles les unes que les autres). Grâce à cette expérience de la « varietas » ou « dissonantia », l’historien était en mesure de forger un véritable système critique, qui le conduisait non pas nécessairement à choisir la version des sources les plus autorisées mais celles des sources les plus conformes à son idéologie16. Il pouvait aussi « tresser » deux ou plusieurs versions pour donner naissance à la sienne propre. Ce travail critique était de toute évidence stimulé par la structure même du travail en équipes qui ne pouvait que favoriser l’échange, la concertation, la « disputatio » c’est-à-dire l’argumentation, et donc le raisonnement. Raturer sans cesse, revenir en arrière, recommencer jusqu’à rencontrer la syntaxe et la formule adéquates.

33Cette démarche critique est essentielle pour comprendre la manière particulière dont les compilateurs alphonsins ont investi le rituel historique. La prétention alphonsine consiste à « montrer » son propre discours historique surgissant du haut d’une « tour de contrôle », qui n’est autre que l’atelier royal, perçu comme lieu d’accumulation, de sélection et d’ordonnancement critique du savoir historique dominant. Cette « hyper-auctoritas », corrélative d’une conception encyclopédique de l’Histoire, elle-même reliée à la démarche hautement critique que nous évoquions, relève d’une prise de position dans le champ de l’historiographie castillane du XIIIe siècle. En disant qui elle est (et donc ce qu’elle n’est pas), l’historiographie alphonsine délimite sa propre place dans un espace générique qu’elle vise du même coup à réorganiser. Elle établit sa propre identité dans le champ en se démarquant précisément des autres discours qu’elle place sous son contrôle et son autorité toute-puissante.

34Il peut sembler curieux à cet égard qu’un texte qui se construit autour d’un tel questionnement et qui vise « l’institutionnalisation » du discours historique, délaisse la langue de l’institution, de l’auctoritas par excellence – le latin – pour lui préférer une langue vernaculaire. Ne faut-il pas y voir un moyen de faire coïncider ce que « dit » le texte (je fonde une nouvelle autorité) et ce qu’il fait dans son énonciation (je récuse un ordre ancien dont le symbole est le latin : je fonde un nouvel espace textuel dominé par le castillan) ?

Déplacement linguistique

35« Castellano derecho » : Imaginaire de langue et « reconstruction cognitive »

36Nous avons évoqué la manière de transgression que constitue le mode d’investissement « générique » en cherchant à établir que le compilateur ne se contente pas de placer son œuvre dans un « genre ». On considérera de même que la façon dont une œuvre gère la langue fait partie du sens de cette œuvre, et non pas d’un choix contingent, extérieur à la signification de l’œuvre elle-même.

  • 17  Voir Corinne MENCÉ, Fuero Juzgo (Manuscrit Z.III.6 de la Bibliothèque de San Lorenzo de El Escoria (...)

37Le choix du castillan comme langue « administrative » a déjà été abondamment commenté. La traduction du Liber iudiciorum, sous Ferdinand III, en représente en quelque sorte le point de départ. Le Fuero Juzgo, de son nom castillan, en vigueur au royaume de León ainsi qu’à Tolède, devait être ensuite concédé à des villes andalouses, parmi lesquelles Cordoue en 12417.

38Mais c’est véritablement durant le règne d’Alphonse X que le phénomène atteint sa réelle ampleur : l’entier de la production livresque issue des ateliers alphonsins est rédigée dans la langue vernaculaire qu’est le castillan.

  • 18  C’est l’argument qu’avance indirectement Julio VALDEÓN BARUQUE, Las raíces medievales de Castilla (...)

39Divers arguments ont été avancés pour expliquer le choix de cette langue d’écriture, qui signe concurremment l’abandon du latin : désir d’atteindre un lectorat plus large, volonté de fonder une autorité « civile » enracinée dans une langue autre que le latin – langue par excellence de l’autorité « religieuse », aptitude du castillan à répondre aux nouveaux besoins d’expression…18

40Si certains de ces arguments semblent ténus (ainsi par exemple la visée d’un lectorat plus ample, dans un contexte où le pourcentage de lecteurs potentiels étaient de toute évidence peu susceptible d’évoluer), d’autres paraissent plus recevables, tel par exemple le souci de fonder une nouvelle « auctoritas » à partir d’une langue qui, contrairement au latin, ne serait pas solidaire de l’auctoritas ancienne, liée à l’Église.

  • 19  P ; BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 60-89.

41Il nous paraît, pour notre part, extrêmement important d’envisager le problème du déplacement linguistique, tel qu’il est posé dans le contexte alphonsin, en relation avec ce que Pierre Bourdieu dénomme « l’économie des échanges linguistiques »19. La posture de ce sociologue est claire :

  • 20  Ibid., p. 60-61.

[…] il s’agit de montrer que s’il est légitime de traiter les rapports sociaux – et les rapports de domination eux-mêmes – comme des interactions symboliques, c’est-à-dire comme des rapports de communication impliquant la connaissance et la reconnaissance, on doit se garder d’oublier que les rapports de communication par excellence que sont les échanges linguistiques sont aussi des rapports de pouvoir symbolique où s’actualisent les rapports de force entre les locuteurs ou leurs groupes respectifs. Bref, il faut dépasser l’alternative ordinaire entre l’économisme et le culturalisme, pour tenter d’élaborer une économie des échanges symboliques20.

42Dans ces conditions, la décision alphonsine de faire du castillan la langue du nouvel ordre politique qu’il entend fonder, doit être analysée comme une « prise de position » en faveur de l’imposition d’une langue légitime. Diverses études attestent la concomitance de la genèse de la langue officielle et de la constitution de l’État moderne. Ce rapport de solidarité se conçoit aisément dès lors que la problématique de la « langue officielle » est abordée selon une optique constructiviste et non plus « naturaliste ». En devenant la langue « institutionnelle » de l’appareil politique alphonsin, le castillan bénéficie automatiquement de toute une série de conditions grâce auxquelles va se réaliser sa codification, par des scripteurs qui, placés sous le regard du roi, ont tout autorité et toute légitimité pour écrire, et inventer une écriture.

43Or, curieusement, alors qu’il faudrait insister sur la dimension symbolique de cette « légitimation » qui va de pair avec l’imposition d’un système de normes réglant les pratiques linguistiques et sociales, la tendance actuelle est de battre en brèche l’idée selon laquelle Alphonse X aurait œuvré à la « normation » de la langue castillane. Nous voudrions, dans les pages suivantes, montrer qu’il n’en a pas pu en être autrement.

  • 21  Antonio G. SOLALINDE, « Intervención de Alfonso X en sus obras », Revista de Filología Española, 2 (...)
  • 22  Juan Ramón LODARES, « Las razones del « castellano derecho » », Cahiers de linguistique hispanique (...)
  • 23  « Fue R. Menéndez Pidal quien imprimió un nuevo giro a la interpretación y subrayó la importancia (...)

44Pour ce faire, il convient dans un premier temps de revenir sur l’expression si controversée de « castellano derecho »21 ou « drecho ». Dans la synthèse qu’il opère quant à l’histoire des interprétations de l’adjectif « derecho », Juan Ramón Lodares22 oppose deux postures : l’une, « dialectologico-historique », incarnée en priorité par Ramón Menéndez Pidal, Rafael Lapesa et Rafael Cano Aguilar, en vertu de laquelle le terme « derecho » serait à comprendre comme indicateur de normalisation d’une langue de « synthèse » entre le castillan et les autres variétés dialectales proches23. Le credo de cette posture pourrait être constitué par l’affirmation suivante de Cano Aguilar :

  • 24  Rafael CANO AGUILAR, « La construcción del idioma en Alfonso X el Sabio », Philologia Hispalensis,(...)

[…]la acción lingüística de Alfonso X, en consonancia con lo enunciado en el pasaje del ‘castellano derecho’, parece haberse producido sobre la estructura de la frase, la claridad expresiva, la eliminación de repeticiones innecesarias o poco afortunadas de acuerdo con su gusto ; pero en esta « normalización » de elementos concretos que no eran estrictamente castellanos : muy lejos, estaba, pues, el Rey de cualquier actitud purista[…]24.

  • 25  Hans-Josef NIEDEREHE, Alfonso X el Sabio y la lingüística de su tiempo (trad. de Carlos Menches), (...)

45La seconde posture, dont Niederehe25 pourrait être tenu pour l’initiateur et Juan Ramón Lodares pour l’un des plus ardents défenseurs, considère que :

  • 26  J. R. LODARES, Las razones…, p. 316.

[…]la expresión « castellano derecho » podría estar refiriéndose a un asunto muy distinto del habitualmente considerado (sea dialectal, sea normativo, sea estilístico) pues cuadraría muy bien en el ámbito de ciertas tareas en las que se empeña un traductor medieval, quien posee una percepción idiomática y una escala de valores y prioridades frente a los hechos lingüísticos propias de su época. […]26.

De sorte qu’il est surtout question à travers la « “derechura” castellana » de :

  • 27  Ibid., p. 322.

[…]demostrar la capacidad del español como lengua recta y autorizada, tan útil para captar la naturaleza a través de las palabras, de adivinar la razón de nombres tan estrictamente como cualquier otra lengua sabia27.

  • 28  Ibid., p. 59.
  • 29  Ibid. On peut préciser que J. R. LODARES, ibid., p. 317 évoque la« preocupación casi exclusiva [de (...)

46De fait, la remise en cause de la théorie de la « normation » est liée à la corrélative promotion de ce qu’il conviendrait d’appeler la théorie de l’« intellection », telle qu’elle se trouve formulée par un Lodares. Cette théorie qui s’articule à une « philosophie intellectualiste »28 considère avant tout la langue comme un « objet d’intellection »29, même si dans le même temps elle reconnaît en Alphonse X, moins un grammairien qu’un homme politique.

  • 30  Ibid., p. 333 : « En los prólogos de los tratados astronómicos alfonsíes suele reiterarse una idea (...)
  • 31  J. R. LODARES, ibid., p. 334 : […] lo que se alaba y se fomenta en esa parte del prólogo [del libr (...)

47S’il est clair que, dans la perspective alphonsine, le savoir et le pouvoir ne sauraient être traités séparément – le savoir devenant « l’émanation même du pouvoir politique »30 –, il n’en reste pas moins que selon la théorie de l’intellection, l’intérêt alphonsin pour le langage est analysé essentiellement en relation avec l’axe du savoir31. En ce sens, il s’avère difficile de considérer, en un seul et même mouvement, le langage comme « objet d’intellection » et comme instrument d’action et de pouvoir.

48Pourtant, les deux réalités sont loin d’être incompatibles.

49C’est pourquoi, tout en souscrivant à l’interprétation que Lodares propose de l’expression « castellano derecho », il nous paraît difficile de ne pas interpréter dans le même temps ce désir ferme d’Alphonse de mettre en adéquation le castillan avec la réalité extra-verbale comme une volonté (consciente ou non) de « reconstruction cognitive », de « conversion de la vision du monde » de ses contemporains, corrélative d’un travail de normalisation des habitus linguistiques.

50Il nous semble précisément que l’idée selon laquelle une langue digne de ce nom doit être en mesure, à travers ses mots, de capter la « nature » des choses, appelle une problématisation de ce concept de « nature », qui est à appréhender dès lors comme construction de l’esprit. Car si, selon Alphonse, une langue est d’autant plus sage qu’elle sait expliquer le lien entre « nature » et « mot », elle l’est aussi quand elle est capable de manifester le rapport entre la « nature » et « l’ordre politique » qui s’exprime, non seulement à travers les choses mais aussi dans les mots. De fait, si les procédures définitoires et étymologiques constituent « une exposition verbale de pouvoirs », elles sont aussi à identifier comme des modes de ‘naturalisation’ du nouvel ordre socio-politique qui est en gestation, lesquels ont pour objet d’en masquer la dimension idéologique.

  • 32  J. R. LODARES, « El mundo en palabras (Sobre las motivaciones del escritorio alfonsí en la definic (...)
  • 33  Ibid., p. 114
  • 34  Ibid., p. 115.

51C’est parce que toute description (qu’elle soit étymologique ou autre) est en soi une prescription, un mode de montrer et de faire voir, qu’il ne saurait être question d’ignorer la dimension prescriptive inhérente à la mise en relation des mots et des choses. Le fait qu’Alphonse X « se contente » de reprendre à son compte un savoir étymologique hérité de la tradition32, ne doit pas masquer l’enjeu véritable d’une pratique qui vise, en réalité, à la « naturalisation » de l’ordre social, d’autant que ce savoir, transposé dans une langue vernaculaire, subit une décontextualisation. Il s’agit, par le recours à une rhétorique de la scientificité, de présenter comme naturel ce qui relève, au moins en partie, d’une (re)construction propre à un système. Un exemple significatif, tiré du Septénaire, nous est donné par Lodares, lorsqu’il évoque l’interprétation qu’Alphonse donne du signifié de son propre nom33, en relation avec celui de son père. De même l’origine étymologique qu’il attribue au nom « España »34, indépendamment de la tradition antique et isidorienne, témoigne d’une certaine pratique subversive de l’étymologie qui nous autorise à l’envisager comme procédure de « reconstruction cognitive ».

52L’étymologie, autant que la définition, est donc tout à la fois ce qui « installe » le castillan dans une tradition d’autorité, et ce qui permet à Alphonse X de faire reconnaître un nouveau discours d’autorité, avec son nouveau vocabulaire politique, ses termes d’adresse et de référence et la représentation du monde social qu’il véhicule et qui est liée aux intérêts de sa vision de la royauté.

53En ce sens, l’expression « castellano derecho » renvoie dans le même temps à la conformité entre « res » et « verba » et au processus de « ré-formation » mentale qu’implique cette mise en adéquation. Le rôle de la « traduction » vaut alors d’être souligné car la tâche première du traducteur est sans doute de permettre l’expression dans sa culture d’origine de ce qui, jusqu’alors, n’avait jamais été formulé.

Le rôle de la « traduction »35

  • 35  Nous reviendrons sur ce rôle de façon plus approfondie dans la deuxième partie de ce travail, en d (...)
  • 36  Voir Corinne MENCÉ-CASTER, « De la compilation et de la traduction comme stratégies scripturales d (...)
  • 37  Georges STEINER, Après Babel ; une poétique du dire et de la traduction (1975), Paris : Albin Mich (...)
  • 38  Jean PEETERS, La médiation de l’étranger (une sociolinguistique de la traduction), Artois : Presse (...)

54Nombre des théoriciens de l’approche socio-linguistique de la traduction ont souligné que le changement de langue (au sens matériel du terme) est corrélatif d’un changement de réalité interlocutive, d’une nouvelle actualisation socio-culturelle et historique. C’est dans cette perspective que la notion d’« original »36 est elle-même à problématiser car elle serait plus la somme des différents états interprétatifs d’un texte qu’un modèle invariable, puisqu’« il n’existe pas, dans le temps, de pivot immuable d’où la compréhension se révélerait stable et définitive »37. C’est parce que le lecteur du texte traduit ne pourra jamais le lire comme le ferait le lecteur de « l’original », depuis ses propres présupposés culturels, que le traducteur a un devoir de fidélité envers son lecteur. La traduction requiert donc que l’agent qui l’accomplit puisse se mettre à la place de l’Autre, ce qui suppose qu’elle « n’est pas seulement affaire de mots [mais] […] d’abord une définition de l’Autre social »38.

  • 39  José ORTEGA Y GASSET, « Miseria y esplendor de la traducción », Obras completas, 5, Madrid : Revis (...)

55José Ortega y Gasset évoque en ces termes la dynamique de l’échange interlocutif dans le cadre de la traduction : « o se trae el autor al lenguaje del lector, o se lleva el lector al lenguaje del autor »39. Et le langage de l’« auteur » de la traduction, ne joue-t-il aucun rôle ? Les choix de traduction qu’il opère ne constituent-ils pas un indice de la médiation de son langage propre ?

  • 40  J. PEETERS, ibid., p. 128.

56Si, comme l’affirme Jean Peeters, « traduire revient à […] affirmer, et justifier par là même une manière d’exister linguistiquement en tant qu’elle n’en est pas une autre »40, alors il convient de reconnaître que cette médiation existe, et que, sous son masque neutre et anhistorique, la traduction est toujours confrontation d’au moins deux histoires interlocutives, deux imaginaires linguistiques distincts, ceux du traducteur et du lecteur de la traduction. Fernando Lázaro Carreter, dans « Sobre el modus interpretandi alfonsí » révèle cet impact de l’imaginaire du traducteur en montrant comment Alphonse X se prononça en faveur d’une innovation lexicale extrêmement contrôlée :

  • 41  Fernando Lázaro CARRETER, « Sobre el ‘modus interpretandi’ alfonsí », Ibérida, 6, 1961, p. 98.

[…]la aceptación de vocablos cultos (helenismos y latinismos), si bien abundante en los casos de falta de equivalencia castellana, fue contrarrestada por una actitud casticista que sólo puede interpretarse como hostilidad a la innovación41.

57Selon la définition sociale qui est donnée de l’Autre, c’est-à-dire de l’interlocuteur, le traducteur va investir un certain sens dans le vocabulaire et ainsi mettre à jour sa propre perception de l’identité de cet interlocuteur. Dans cette perspective, l’« acharnement » étymologique et définitoire alphonsin peut se lire aussi comme un aveu de la personnalité d’un Autre, jugé a priori fort contestataire et qu’il faut convaincre par des arguments de type « naturaliste ».

58En ce sens, manifester l’adéquation des mots et des choses, c’est non seulement conférer une légitimité à la langue mais aussi aux options de « traduction » et de « définition » qui ont été choisies et qui, à la faveur de cette procédure de légitimation, sont présentées comme une nécessité naturelle . L’oblitération de cette dimension idéologique de la traduction par l’analyste a pour principale conséquence le rejet de l’idée de normation, alors qu’elle est connexe de celle d’intellection.

59Considérons avec José Perona l’exemple du titre XXXIII de la Septième Partie. Après avoir montré que ce titre XXXIII était une traduction de la Summa Azonis, glose de l’œuvre justinienne, Perona en vient à déduire que le titre XXXIII est un « dialogue entre [les] langues » latine et espagnole. Il conclut alors que :

  • 42  José PERONA, « De rerum et verborum significatione : el título XXXIII de la Séptima Partida y la S (...)

De ahí que en los comentarios o glosas, que cierta tradición llamó de forma incorrecta amplificatio, se introduzcan las cosas, la referencia a las realidades de España o las explicaciones didácticas, al servicio de unos receptores que debían ir acomodando su lengua y su visión del reino y la realeza a la teoría boloñesa del poder real42.

  • 43  J. PERONA, ibid., p. 175 : « Y dado que siempre [los traductores de las Partidas] traducen, en la (...)
  • 44  P. BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 187.

60Les nombreuses définitions qui émaillent le texte43, si elles visent à instaurer un rapport de conformité entre « verba » et « res », ont surtout pour objet de « produire et imposer des représentations (mentales, verbales, graphiques ou théâtrales) du monde social qui soient capables d’agir sur ce monde en agissant sur la représentation que s’en font les agents » 44, avec pour enjeu « la formation et la ré-formation des structures mentales ».

  • 45  Ibid., p. 63.

61Il faut donc voir dans cet emprunt d’un langage de la nature « que cosa es… », l’expression d’un projet définitionnel qui est à percevoir comme programme normatif « que cosa debe ser… ». Peu importe, en ce sens, que les définitions données ne soient pas « créées » ex nihilo par Alphonse, mais traduites depuis un autre texte, une autre langue, un autre contexte : en les adoptant (et éventuellement en les adaptant), Alphonse révèle qu’il adhère à leur contenu idéologico-sémantique, et surtout, qu’il les juge nécessaires à un fonctionnement optimal de son projet politique. Ainsi, le simple fait de proposer des définitions de vocables aussi courants que « muger », « varon », « ciudad », « familia », etc. témoigne bien chez Alphonse d’une conscience aiguë qu’il n’y a pas de mots « innocents », et que les « noms que l’on dit communs, travail, famille, mère, amour, reçoivent en réalité des significations différentes, voire antagonistes […] »45, qu’il faut réguler par un discours de la légitimité, capable d’en imposer une définition normative.

  • 46  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 213-229 ; p. 274-295 ; p. 353-383.
  • 47  Parler de « traduction intralinguale » revient à considérer que le medium commun qu’est censée êtr (...)
  • 48  Cf. Première Partie, Chapitre 2, « La double mise en scène d’un roi législateur et philosophe ».

62Il n’est donc pas inutile de rappeler que, lorsqu’on passe du latin au castillan, ce n’est pas seulement le « signifiant » qui change (Ex : le passage de « rex » à « rey ») mais aussi le « signifié » tout autant que le référent qui lui est associé. Georges Martin, dans l’étude qu’il a consacrée à la tradition textuelle de la légende des juges de Castille, a parfaitement montré comment les imaginaires de la royauté que reflètent les textes de la chaîne sont distants les uns des autres, voire antinomiques46. Si, entre les textes de Luc de Tuy et de Rodrigue de Tolède, écrits tous deux en latin, se joue un processus de traduction intralinguale47 au cours duquel les mots, incessamment rapportés à l’histoire interlocutive respective des deux compilateurs, sont toujours susceptibles de prendre deux sens antagonistes, entre leurs textes et celui d’Alphonse, ce processus se voit doublé d’un exercice de traduction interlinguale, avec tous les changements de paramètres interlocutifs qu’il suppose. Sous la plume d’Alphonse X, les vocables « rey », « ley »48 reçoivent, soit des acceptions nouvelles, soit des définitions explicites jusque-là informulées, qui sont en rapport avec l’idéal alphonsin de la royauté, de la noblesse, etc.

  • 49  Voir G. MARTIN, « Amour (une notion politique) », Histoires de l’Espagne…, p. 169-206.
  • 50  Ibid., p. 205.
  • 51  P. BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 63.

63Georges Martin nous en donne un exemple avec la notion d’« amour »49 comme « opérateur imaginaire de l’intégration politique qui a assimilé les régimes de dépendance aux relations de parenté »50. Précisément, la traduction – qu’elle soit intralinguale ou interlinguale –, en créant l’impression d’une équivalence de terme à terme, à partir du jeu de l’équation entre mots ou langues (il suffit de se référer à l’expression problématique de « traduction littérale ») masque cette dimension polysémique inhérente au langage. Il en découle que les divers interlocuteurs impliqués dans l’échange croient parler la même langue, entendons ici, le même langage, ce qui garantit une forme de consensus pratique entre des locuteurs généralement dotés d’intentions et d’intérêts différents, voire divergents. Or, le pari alphonsin consiste justement à déjouer l’illusion apparente de l’unité du langage ordinaire en se proposant de réaliser cette unité, par un appareillage définitionnel qui vise à assigner aux noms dits communs des significations qui vaillent pour l’ensemble des membres de la communauté. Autrement dit, renonçant à un langage neutralisé, il cherche à forger un langage politique monosémique, par lequel il espère créer un consensus qui ne repose plus sur « l’effet idéologique d’unification des opposés »51 consécutif à la pseudo-neutralité de la langue, mais sur une stricte régulation du « sens commun », en accord avec ses propres intentions et intérêts royaux. Craignant que ses (grands) sujets n’engagent dans le processus de restitution du sens la diversité de leurs instruments d’appropriation symbolique, Alphonse X cherche à « court-circuiter » la « polysémie inhérente à l’ubiquité sociale de la langue légitime », en lui opposant la monosémie propre au lieu social depuis lequel il parle.

64On voit tout l’intérêt que l’opération de « verrouillage sémantique » pouvait tirer de la mise en relation de la « nature » et du « langage », l’argument étymologique jouant le rôle de codificateur du système.

  • 52  É. BENVENISTE, Le vocabulaire des institutions…, p. 49.
  • 53  P. BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 65.

65Il n’est pas anodin, par ailleurs, que ce discours métalinguistique s’enracine dans un contexte juridique : Benveniste faisait justement remarquer que les mots qui, dans les langues indo-européennes, servent à dire le droit sont issus de la racine dire52. S’appuyant sur cette remarque, Bourdieu note que « le dire droit, formellement conforme, prétend par là même […] à dire le droit, c’est-à-dire le devoir être »53.

  • 54  J. PERONA, « De rerum et verborum… », p. 190.

66De fait, la codification dont il est question est moins « stylistique », « orthographique » (même si elle est en gestation aussi) que « sémantique », c’est-à-dire « mentale » et « idéologique ». La langue est ainsi perçue comme un outil méthodologique devant permettre d’assurer l’identification entre la pensée alphonsine et la production d’un « citoyen » nouveau. La construction idéelle du castillan comme langue réformatrice des structures mentales ne présuppose alors aucune pureté linguistique – pouvant conduire à une intolérance à l’égard des diverses variétés dialectales en présence –, puisque précisément le castillan n’est pas l’origine du processus mais son terme. Ainsi que le note très justement José Perona, « Desde la prosa alfonsí, « el lenguaje de Castilla » es, sensu strictu, una lengua. Antes era, si acaso, sólo una literatura »54. Le « castillan » se constitue au départ, en se définissant négativement par rapport aux grandes langues de civilisation que sont alors le latin, le grec et l’arabe, et non en relation d’opposition avec les variétés dialectales péninsulaires.

  • 55  Inés FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las estorias…. p. 23-24: « Tampoco admite estructuralmente la Estoria de E (...)

67Ce qui se joue dans un premier temps, c’est bien un conflit pour l’accaparement du pouvoir symbolique, entre une langue vernaculaire qu’il s’agit de « modeler » et des langues de prestige déjà constituées. Il est indéniable que, par la suite, du fait de la « population linguistique » potentielle pour un tel rôle, s’est engagée une compétition entre les langues vernaculaires disponibles. Le castillan occupait, de toute évidence, sur le plan stratégique, une place de choix : l’expansion du territoire castillan à la faveur de la Reconquête, l’unification des royaumes de Castille et de Léon, les projets impériaux du monarque Alphonse X qui prétend également au titre de seigneur naturel des Espagnes sont, au XIIIe siècle, au fondement d’une géographie des représentations où la Castille figure comme lieu cardinal de la symbolique du pouvoir « central »55.

68Si l’on en revient aux rituels d’institution, on pourrait dire qu’Alphonse X, par un acte politique délibéré, consacre le castillan comme langue en disant : le castillan est une langue, sous-entendu, une vraie langue. Et il cherche à le montrer en procédant à cette mise en adéquation entre « mots » et « choses », à travers laquelle se joue la crédibilité de cette langue vernaculaire comme idiome « plein ».

  • 56  Pierre BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 178.
  • 57  Ibid.
  • 58  Ibid., p. 176.

69Mais, par cet acte d’investiture au moyen duquel il fait « connaître et reconnaître, une différence »56, il consacre une séparation définitive entre le castillan et les autres langues vernaculaires, une différence qui ne peut se comprendre que si elle se trouve rapportée à l’efficacité symbolique des rites d’institution, c’est-à-dire au « pouvoir qui leur appartient d’agir sur le réel en agissant sur la représentation du réel »57. De par cette « cérémonie », le castillan se voit, aux yeux des divers récepteurs, « investi » d’une autorité qui le rapproche du latin et l’éloigne irrémédiablement des autres parlers vernaculaires. Le tour de force alphonsin que nous avons choisi d’aborder sous l’angle du « déplacement linguistique » consiste précisément en une « transgression des limites de l’ordre social et de l’ordre mental »58 qui tendaient à séparer les langues légitimes des langues qui ne l’étaient pas, et ce faisant, les pouvoirs légitimes de ceux qui ne l’étaient pas. Si, parmi les attributs dont Alphonse X veut doter le « castillan » se trouve justement cette capacité de mise en conformité des mots et des choses, c’est parce qu’une bonne part du prestige du latin reposait sur son identification comme langue de l’auctoritas, dépositaire de la vérité. En attribuant au castillan le même pouvoir de pénétration de l’essence des choses, Alphonse manifeste que la division opérée entre « langues non légitimes » et « langues légitimes » est infondée. Ce n’est pas le latin, comme réel de langue, qui domine le castillan, mais le latin, comme imaginaire de langue et de culture. En travaillant à enraciner le castillan dans un univers culturel et savant, Alphonse X révèle qu’il a bien compris que le véritable enjeu concerne les représentations du réel, et non le réel lui-même. Dans ces conditions, le déplacement linguistique du latin vers le castillan se trouve corrélé à un déplacement des imaginaires de l’autorité et de la puissance, d’un lieu originaire ancien (auctoritas) vers le lieu d’une nouvelle origine (auteurité). De fait, en énonçant dans la langue castillane comme s’il s’agissait d’une langue déjà autorisée, Alphonse X fait surgir à l’existence ce par quoi il énonce, c’est-à-dire une langue, et conséquemment, un nouvel imaginaire porteur de représentations du monde, elles aussi inédites. C’est parce que la représentation que l’on a d’un objet contribue à la réalité de cet objet, que les énoncés prédictifs ont le pouvoir de faire advenir ce qu’ils énoncent. En créant un nouveau modèle de représentation du castillan qui s’assimile à celui du latin, Alphonse X contribue à créer dans le même temps une nouvelle représentation de la Castille, de son seigneur naturel, de l’imaginaire socio-historique qui leur est associé. Autrement dit, il se fonde sur le pouvoir structurant des mots pour modifier le programme de perception de ses sujets et faire que ceux-ci, réalisent, par leur consentement à la ré-formation mentale qui est en jeu, son programme politique. L’exploitation des mots « españoles », « España », « señor natural », « amor »,… sur laquelle nous reviendrons plus avant, est particulièrement significative de cette puissance constructrice d’un verbe qui veut enchanter et séduire, en faisant voir et en faisant croire. Pierre Bourdieu notait à juste titre que :

  • 59  Ibid., p. 66.

On ne devrait jamais oublier que la langue, en raison de l’infinie capacité générative, mais aussi, originaire, au sens de Kant, que lui confère son pouvoir de produire à l’existence en produisant la représentation collectivement reconnue, et ainsi réalisée, de l’existence, est sans doute le support par excellence du rêve de pouvoir absolu59.

  • 60  Michel de CERTEAU, L’écriture de l’histoire, Paris : Gallimard, 1975, p. 13 : « D’une part, le pou (...)
  • 61  Ibid, p.210.

70Il est clair que le déplacement que signe, dans la tradition historiographique castillane, l’usage d’une langue vernaculaire, s’inscrit dans un programme qui vise à « convertir » des propriétés sociales (ou culturelles) en propriétés de nature et prétend imposer l’appréhension de l’ordre établi comme naturel. Lorsqu’il expose sa nouvelle définition de la « royauté », et concurremment, de la « noblesse », Alphonse X veut exprimer ce qui n’est rien moins qu’un rapport de force sous forme d’un rapport de sens60, et c’est ce déplacement qui lui rend l’explication étymologique si nécessaire. La prégnance de l’étymologie dans le programme politique d’Alphonse X témoigne de sa conscience aiguë de l’incapacité notoire des mots et de leur pouvoir de faire advenir un ordre nouveau s’ils ne sont pas prononcés dans un cadre qui garantit « la croyance dans [leur] légitimité et [dans celle] de celui qui les prononce, croyance qu’il n’appartient pas aux mots de produire »61.

71En ce sens, il ne suffit pas seulement à Alphonse X de disposer du pouvoir de fait, il veut aussi fonder ce pouvoir en droit afin de se prémunir contre toute concurrence, à l’intérieur du champ politique. C’est pourquoi il ne lui est sans doute pas indifférent d’accaparer aussi l’« autorité d’écriture ».

Déplacement de l’« autorité d’écriture »

  • 62  G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 128.
  • 63  Ibid.

72Lorsque Georges Martin évoque les « deux traits de sémiologie pragmatique »62 qui caractérisent ce qu’il dénomme le « tournant [historiographique] alphonsin », il désigne, en fait, « l’accaparement par le roi lui-même de l’autorité d’écriture » et « l’abandon du latin au bénéfice du castillan »63.

73Il convient sans doute de signaler d’emblée les enjeux qui se dissimulent derrière cette « prise » autoritaire d’écriture. En effet, si on a pu parler à juste titre, notamment au XIIIe siècle, du « pouvoir historiographique », c’est bien parce que, parmi les instruments de production symbolique, que sont les appareils idéologiques, l’historiographie « officielle », comme « récupération » et mode de mise en mémoire de tout un peuple, figure en bonne place.

  • 64  Voir G. MARTIN, ibid., p. 129-132.

74Produite jusqu’alors par un « corps de spécialistes » religieux (parmi lesquels on trouve Luc de Tuy et Rodrigue de Tolède par exemple), sous Alphonse X, la production du système symbolique de l’historiographie se voit confiée, dans l’espace de l’atelier royal, à un corps de producteurs spécialisés et laïcs, placé directement sous l’autorité et le regard du roi64. Si dans les deux types de configurations, la personne royale constitue l’« autorité de commande », dans le second cas uniquement, l’« autorité de commande » dévolue au roi s’assortit d’une mainmise sur l’« autorité de réalisation » et sur l’autorité d’« écriture » également.

Le « programme historiographique »

75Une première approche de la problématique de l’autorité d’écriture, dans l’historiographie pré-alphonsine, peut être menée en se fondant sur la question du « programme historiographique », dans le cadre de l’historiographie pré-alphonsine. Nous empruntons, en la transposant, cette expression à Robert Favreau qui, l’employant en rapport avec le domaine de l’art, parle de « programme iconographique » :

  • 65  Robert FAVREAU, « Commanditaire, auteur, artiste dans les inscriptions médiévales », Auctor et auc (...)

C’est aussi le problème de l’historien de l’art : qui commande l’œuvre, qui fournit le programme iconographique, qui le réalise ? On sait qu’il y a généralement commanditaire et artiste. La question fondamentale reste : qui fournit le programme iconographique ?65

76Dans l’historiographie pré-alphonsine, on admet généralement que le roi, commanditaire de l’œuvre historique, détient l’« autorité de commande ». Il n’est pas inintéressant de se demander jusqu’à quel point le commanditaire d’une chronique (par exemple Bérangère de Castille ou Ferdinand III) pouvait être considéré comme le « fournisseur » du « programme historiographique ». Lorsque Bérangère s’adresse à Luc de Tuy et qu’elle lui commande la réalisation d’une œuvre assemblant « les écrits des experts de l’histoire des rois espagnols depuis Isidore de Séville », s’arroge-t-elle une fonction autre que celle de commanditaire ?

  • 66  Cf. n. 77.

77S’il est certain que l’intérêt renouvelé des souverains envers l’historiographie est à corréler à la prise de conscience de « l’importance de l’histoire pour l’assise imaginaire de la royauté », doit-on considérer cette visée comme relevant du « programme » ? Il semble d’autant plus difficile de trancher qu’il paraît logique de tenir que le choix même du « maître d’œuvre » relevait déjà sans doute d’une certaine démarche de connivence idéologique. N’oublions pas, en effet, qu’au travers du texte historique, l’historien se devait d’offrir au monarque un « miroir » où celui-ci (tout autant que ses descendants) pouvait engager une réflexion critique sur le pouvoir, tout en se contemplant lui-même tel qu’il était en quelque sorte « réfracté » par le regard de l’historien. Le choix par le commanditaire d’un « homme d’Église » comme maître d’œuvre n’était donc pas innocent, puisqu’il lui garantissait tout à la fois l’inscription de son texte dans une tradition d’autorité66 et le respect d’un certain schéma « éthique ». Si l’on en croit les propos que rapporte Luc de Tuy, les consignes de Bérangère sont, à cet égard, fort claires, puisqu’elle lui demande explicitement, non seulement de rassembler les écrits des auctores, mais aussi de concevoir un speculum principis. Dans le cas de figure que nous venons de décrire, il semble bien que l’historien ait disposé de l’autorité de réalisation et de conceptualisation, ce qui tendrait à signifier que c’est lui qui « fournit le programme historiographique », si on entend par là la conception de l’œuvre, depuis les choix des textes jusqu’à leur mise en forme. Il n’est pas abusif, par exemple, de soutenir qu’un Luc de Tuy a travaillé dans une autonomie relative par rapport à son commanditaire. Le léonisme du Chronicon nous invite, en effet, à limiter fortement l’impact du commanditaire dans la conception du « programme » et à retenir comme vraisemblable l’hypothèse d’un accord tacite entre la souveraine et le chanoine, sorte de « contrat moral » qui définit implicitement un positionnement esthétique et idéologique. Si a priori c’est le commanditaire qui définit le « contenu » brut (Bérangère qui demande de réunir les écrits des experts), au « maître d’œuvre » semble avoir été laissé le soin d’élaborer le cadre conceptuel et idéologique, le commanditaire estimant sans doute ce cadre partagé, en raison de la connivence évoquée. Le fait que Luc de Tuy ait réussi à inscrire sa propre « couleur » idéologique dans le texte indique que c’est l’historien qui finit par imposer au commanditaire sa propre vision des choses, sa lecture personnelle des faits du passé, son style. De même, évoquant le traité historiquede Rodrigue de Tolède, Georges Martin fait remarquer :

  • 67  G. MARTIN, Les juges…, p. 260.

[…] l’on est, devant le De rebus, en présence d’une composition tout à fait originale où le positionnement, la focalisation, la liaison des faits et le discours qui les portent affiche d’un bout à l’autre une démarche personnelle67.

  • 68  Ibid., p. 259.
  • 69  Ibid., p. 260.
  • 70  Ibid.

78Il n’est donc pas exagéré de postuler qu’avec Rodrigue de Tolède, sans doute plus encore qu’avec Luc de Tuy, l’historiographie entre dans une dynamique de spécification de la « forme-auteur » validée par la tradition. Qu’il s’agisse du « caractère novateur de la pratique »68 de Rodrigue, de sa « liberté dans l’approche de l’écriture historique »69, d’une « élaboration où le contexere s’impose décidément au compilare »70, une chose est sûre : l’historiographe qu’est Rodrigue de Tolède ne se laisse dominer ni par ses sources, ni par un « imaginaire sémiotique » qui l’obligerait, on l’a vu, à penser sa pratique en termes de soumission, de reproduction passive et silencieuse.

79Qu’est-ce qui change réellement avec Alphonse X et qui légitime que l’on parle de « tournant alphonsin » ?

Alphonse X, roi-historiographe

80Faut-il le rappeler ? Un simple examen du prologue de l’Histoire suffit à manifester qu’Alphonse X, outre l’autorité de commande, revendique aussi l’autorité de réalisation et l’autorité d’écriture :

  • 71  P.C.G., « Prólogo », p. 4.

Nos don Alfonsso, por la gracia de Dios rey de Castiella, de Toledo, de Leon, […] compusiemos este libro de todos los fechos que fallar se pudieron della, desdel tiempo de Noe fasta este nuestro71.

  • 72  Pour ces questions, voir Deuxième Partie, Chapitre 2, « La question de l’identité du ‘sujet d’écri (...)

81Sans aborder pour l’instant la question de l’autorité d’écriture du point de vue des problèmes qu’elle pose sur le plan énonciatif72, nous voulons seulement l’appréhender dans la dimension symbolique qu’elle revêt, eu égard à l’épistèmè médiévale.

  • 73  Voir G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 128-132.
  • 74  G. MARTIN, « L’hiatus référentiel… », p. 54.
  • 75  Rappelons toutefois que l’ordre royal est aussi un ordre de langage.
  • 76  C’est ce qu’explique G. MARTIN, Les juges…,p. 333-334., dans une synthèse remarquable dont nous re (...)

82En « accaparant l’autorité d’écriture »73, Alphonse X double son statut de roi de celui d’historiographe. Du point de vue de l’imaginaire sémiotique, cette confusion des statuts est loin d’être anodine. Comme vicaire de Dieu sur terre, le roi qu’est Alphonse « le signifie » par « sa façon singulière d’illustrer l’ordre divin de la royauté par quoi l’histoire témoigne du Verbe »74. Comme historiographe, il est chargé de transcrire « l’actualité du Verbe dans le phénomène » auquel l’ordre royal qu’il incarne participe pleinement. C’est dire qu’il lui revient d’illustrer doublement l’« ordre divin de la royauté » : en tant que roi, dans l’ordre des événements eux-mêmes, en tant qu’historiographe, dans l’ordre du langage humain75. C’est précisément l’acception à donner au verbe « illustrer » qui fait problème quand le roi est l’historiographe, car « illustrer », c’est tout aussi bien « rendre plus clair » que « rendre illustre, célèbre ». De fait, si l’historiographe se laisse dominer par le roi qui habite en lui, il cherchera surtout à « rendre illustre » son ordre royal à lui. Par conséquent, il tendra, au lieu de transcrire l’actualité du Verbe dans le phénomène, à vouloir rendre compte de l’actualité de sa royauté dans le plan du Verbe, sachant qu’il signifie Dieu et que donc, l’histoire de sa royauté témoigne plus que tout autre de celle du Verbe. Nous renvoyons à l’analyse que nous avons menée de la lecture du temps chez Alphonse, car elle permet de bien saisir comment il va, en réalité, s’ériger en « foyer de convergence » de l’histoire antérieure de l’humanité, sorte de Messie annoncé par une série de figures (tel Jupiter par exemple) prestigieuses auxquelles le relie une longue chaîne généalogique76.

  • 77  G. MARTIN, « L’hiatus référentiel… », p. 49.
  • 78  Ibid., p. 53.

83Cette figure messianique du roi dont l’Histoire est appelée à transcrire la trajectoire permet d’établir un parallèle – certes prudent – entre l’Histoire et l’Écriture sainte, puisque que dans l’Histoire, comme dans la Bible, « est surmonté l’hiatus signe linguistique vs signe objectal »77, le roi jouant le rôle de « signe transitif »78. Il en découle que lorsque l’historien est roi, le récit historique qu’il propose est non seulement « continuatio de la Bible » mais déjà langage de Dieu lui-même, marqué au sceau de sa vérité, de par la « transparence » qu’il présente par rapport « au récit phénoménal de la vérité ».

  • 79  B. GUENÉE, Histoire et culture historique…, p. 134-135, pose en ces termes la problématique de la (...)
  • 80  Comme le précise I. FERNÁNDEZ-ORDOÑEZ, Las Estorias…, p. 19 : « La historia, tal como la concibe A (...)
  • 81  Id. : « Es la linna de sucesión en el imperium (o senorio, como lo llama Alfonso) el principio fun (...)
  • 82  Ibid., p. 34. 
  • 83  L. COULOUBARISTIS, Histoire de la philosophie…, p. 38.
  • 84  Ibid.
  • 85  Ibid., p. 40.
  • 86  G. MARTIN, « L’hiatus… », p. 54.

84On comprend mieux sans doute, lorsqu’on la rapporte au fondement de l’épistémè médiévale, pourquoi la caution d’un roi, d’un prêtre, c’est-à-dire de figures de la transitivité, était en mesure de conférer immédiatement une « autorité » presque sans faille à un récit historique79. On saisit mieux également pourquoi la confiscation du « pouvoir historiographique » par le roi constituait pour ce dernier un enjeu des plus importants puisqu’il était dès lors à même, par sa qualité de vicaire de Dieu, de « redresser le sens » du récit historique. La question du « redressement sémantique » est d’autant plus essentielle qu’elle nous situe au cœur même des modes de « restitution » du savoir historique par le roi-historiographe. En choisissant par exemple dans l’Histoire d’Espagne comme dans la Générale Histoire de structurer son récit sur la base des « sennorios naturales », Alphonse X prenait le parti de situer les événements non seulement selon un ordre de succession mais aussi selon le rang et le pouvoir80. Par ce principe organisateur qui rompt avec le modèle de chronologie universelle hérité des Canons d’Eusèbe et de saint Jérôme81, Alphonse X assure le redressement du discours diachronique en une structure synchronique de façon à rétablir l’unité de ce qui se trouvait séparé par une organisation seulement chronologique de la matière. Bien que, dans la perspective de l’Histoire, cet ordre continue de se présenter comme divisé et temporel, il comporte un sens, non uniquement temporel, car la succession et le contenu des éléments qui y sont insérés révèlent leur disposition dans un ordre hiérarchique, décelable seulement à la suite d’un redressement qui ne peut être effectué que par un sage ou un initié, c’est-à-dire par le roi, en tant que dépositaire direct de l’autorité divine. Par conséquent, il est clair que la narration alphonsine de l’histoire d’Espagne, fondée sur le règne des seigneurs naturels, exprime, par un récit temporel (diachronique), l’ordre présent (voire éternel) du monde selon une topologie et une structure qui manifestent un partage de pouvoirs organisé selon un principe immuable, en raison de son origine divine. Il importe, en effet, avant tout à Alphonse de révéler un ordre hiérarchique, apte à conférer un sens autre que « temporel » à la lignée des rois, qui d’Adam jusqu’à lui-même82, ont occupé un rôle central dans l’histoire humaine. L’importance attribuée par Alphonse à la parenté comme « schème régulateur qui unifie l’expérience humaine »83 en « rend [ant] possible un rapport intelligible entre l’homme et le monde qui l’entoure »84 nous renvoie donc à la thématique de la glorification comme manière d’assumer le rapport à la mort (à travers par exemple le culte des ancêtres). En pensant le discours historique comme « discours glorificateur qui s’adresse aux figures, parmi ces ancêtres, qui se sont illustrées en assurant en même temps un nom à leurs descendants »85, Alphonse X fusionne la mémoire généalogique de l’Espagne, qu’il présente comme mémoire de l’actualisation du Verbe dans le phénomène, et sa propre mémoire, rappelant ainsi la position centrale qu’il occupe et qui lui permet d’être « l’instance sémiotique de médiation »86 par excellence, tant dans l’ordre du réel (il est roi) que dans celui du langage (il est roi et historiographe).

  • 87  M. de CERTEAU, L’écriture de l’histoire…, p. 14.

85Sur un plan plus pragmatique, on conçoit clairement que, dans ces conditions où s’abolit toute distance entre le technicien du « faire de l’histoire » et celui du « faire l’histoire », le « prince de fait » qui relève de l’ordre du réel et le « prince possible » qui appartient à celui du langage, sont appelés, autant que possible, à se confondre. Orchestrée par un roi-historiographe, la scène du récit historique, n’est plus une « cellule de réflexion » décalée par rapport au pouvoir, mais un « appareil idéologique » qui vise « à justifier historiquement le prince en lui offrant un blason généalogique »87. De sorte qu’elle tend, soit à légitimer les stratégies politiques déjà mises en place par le monarque, soit à inscrire un discours prédictif qui a pour objet de projeter, parallèlement à la figure de souverain idéal, celle de citoyen modèle.

  • 88  Ibid., p. 15.

86La difficulté qui s’offre à cet historien-roi qui, à la différence de ses prédécesseurs, n’est plus « auprès » du pouvoir mais « au » pouvoir, vient de son incapacité à opérer son « décentrage » par rapport au discours magistériel qui est le sien. Difficulté inverse, en réalité, de celle de l’historien du roi qui lui, devait penser le pouvoir qu’il n’avait pas et « donner des leçons de gouvernement sans en connaître les risques et les responsabilités »88. Mais si l’historien du roi, ainsi qu’on l’a vu, était lié à son « commanditaire » par un contrat tacite qui limitait sa marge de manœuvre « critique » et l’obligeait jusqu’à un certain point à épouser la cause royale, le roi-historien, lui, se trouve libre de tels engagements. S’il est tenu d’occuper la place fictive de sujet du roi en jouant au « serviteur » qu’il n’est pas, il lui importe seulement de le faire sans quitter sa place de maître puisque son objectif premier est précisément de « construire » un « serviteur » à la mesure de son ambition royale de toute-puissance.

87De fait, l’abolition de la « fonction critique » dévolue à l’historien royal qui est corrélative de « l’accaparement » alphonsin de « l’autorité d’écriture » a comme effet le plus visible de « verrouiller » l’espace des possibles, en imposant une approche monosémique des modèles royaux, qui n’est pas sans rappeler le désir alphonsin d’une langue monosémique,ouverte à la seule performance de sa parole, comme lieu originaire de son rêve de « pouvoir absolu ».

88Cependant, quel que fût son statut « social » et le degré de conscience auctoriale qui en découlait, l’historiographe médiéval, ne pouvait totalement échapper à la contrainte forte qu’exerçait sur lui le rôle énonciatif de compilateur qui lui était d’emblée assigné, et qu’il devait effectivement assumer puisque, ce qui était essentiellement attendu de lui, c’était qu’il « récupère » en l’actualisant tout au plus, un savoir déjà constitué, et surtout auctorié au sens où l’entend Michel Foucault, afin de le transmettre. En un mot, il lui était demandé d’insérer son récit dans une tradition authentifiée comme telle.

89Le pari était d’autant plus difficile à relever pour Alphonse qu’il était en proie à toute une série de contradictions : en tant que roi, « signe transitif », il ne pouvait en aucun cas, assumer le rôle d’actor, c’est-à-dire de simple medium de la tradition. En tant qu’héritier d’une tradition dont il prônait la transmission directe et immuable, il lui était difficile de se montrer « irrespectueux » à l’égard des textes-sources dans lesquels celle-ci s’incarnait. Dans le même temps, la position en surplomb qu’il avait résolu d’adopter, notamment quant au savoir, l’image de législateur et philosophe qu’il s’était efforcé de construire pour légitimer sa conception de la royauté et la définition du « roi » qui s’y trouvait attachée, l’autorisaient à « redresser le sens » de récits historiques ou poétiques dont il pouvait, en raison de son encyclopédisme militant, avoir une vue tout autre. Ces divers éléments, témoins d’une démarche critique de relecture et de réécriture des textes, ne pouvaient manquer de l’apparenter à un auctor.

90En ce sens, le choix d’écriture en langue vernaculaire peut s’interpréter comme une volonté d’adopter un positionnement médian, entre soumission (l’adossement aux textes-sources latins) et dissidence (l’espace de liberté qu’ouvre leur « translation » en castillan).

91D’où la prégnance de cette interrogation incessante : pour un scripteur qui est un roi, amoureux du savoir, comment « écrire » l’histoire d’un pays qui est aussi l’histoire de sa royauté, avec les mots des autres ? Quelle posture énonciative ou mieux, quelle « prise de position » pourrait être de nature à concilier un imaginaire d’actor qui commande seulement de rassembler la matière des autres avec une pratique effective d’auctor, naturellement associée à une démarche critique et une réelle compétence énonciative ?

92Des rôles énonciatifs aux positions dissidentes qui en sont dérivées, tous les schémas disponibles semblent « anachroniques », car incapables de rendre compte du nouveau rapport que des scripteurs, tels Rodrigue de Tolède ou Alphonse X de Castille engagent vis-à-vis de l’écriture, de l’autorité et de leur propre imaginaire auctorial. Il nous a semblé alors que ce point de rupture signait l’émergence d’une auteurité ou fonction-auteur, qui, dans le cas du discours historique comme compilation serait à penser, dans l’entre-deux des statuts d’auctor et d’actor.

De l’auteurité comme postulat de la condition écrivante alphonsine

93Quelle valeur heuristique attribuer à l’hypothèse selon laquelle au « tournant alphonsin » correspondrait l’émergence d’une « fonction-auteur », non plus comme fonction dérivée mais comme fonction validée ? Comment affronter cette question autrement qu’en postulant une homologie entre les relations « actor/auteur » et celles qui avaient été posées au départ entre auctor divin et actor humain ? Selon cette perspective, le concept d’actor joue un rôle déterminant, car il fut le masque premier de l’auctor humain comme il ne manqua pas, plus tard également, d’être celui de l’auteur.

94La trajectoire de reconnaissance de l’auctor humain que nous avons esquissée au premier chapitre, nous a montré que la « promotion » de celui qui était vu, au départ, comme actor, au statut de « co-auctor » n’a été possible que par la reconnaissance d’une certaine singularité perceptible dans la diversité de styles et de structures qui, précisément, « individualisent » les différents livres de la Bible.

  • 89  A. BERNADET, « L’historicité de l’auteur »…, p. 14.

95Cette « individualisation » de l’auctor qui se fonde en priorité sur la reconnaissance d’un « style », porteur de marques propres, rappelle alors que si « l’idée d’auteur s’articule à l’histoire de l’individu »89, elle ne s’y réduit pas pour autant. En effet, à travers le primat accordé à ces qualités expressives, ce qui se cherche est moins un individu qu’un « style ». Quand Boccace, dans sa Vie de Dante, aborde le « moderne » qu’est Dante, il prend soin de distinguer l’homme, avec ses faiblesses (qu’il blâme par ailleurs), du sujet écrivant dont il loue les qualités littéraires.

96La dignité de l’auctor réside donc d’abord dans son écriture (au sens large) qui fait corps avec la lettre du texte. Elle tient sans doute aussi à son statut d’« être inspiré » mais celui-ci ne fait qu’exacerber l’admiration envers ses facultés d’expression qui, elles, sont bien humaines.

  • 90  On considère alors, avec H. MESCHONNIC, Politique du rythme…, p. 199 : « Le sujet est une figure d (...)

97L’écriture singulière de l’auctor engage ainsi l’œuvre dans une dynamique de l’individuation (le style comme marque de…), laquelle impose, à son tour, de le reconnaître comme « individu » (ou plutôt comme certain « sujet »90).

98La reconnaissance d’une auctoritas humaine se fonde donc sur la reconnaissance d’un « sujet d’écriture », c’est-à-dire d’une voix qui s’entend sous les mots et qui oblige à déplacer le regard du sens allégorique vers le sens littéral, lieu de l’écriture humaine par excellence.

  • 91  Marie-Louise OLLIER, La forme du sens (Textes narratifs des XIIe et XIIIe siècles : Etudes littéra (...)

99Ce n’est donc pas un hasard si ce mouvement d’« “humanisation” du sens »91, qui s’affirme au XIIe siècle au travers de la valorisation d’une exégèse littérale, s’articule à une réflexion sur le langage humain dont on découvre en quelque sorte la contingence.

100Comme le fait remarquer Marie-Louise Ollier :

  • 92  Ibid, p. 48.

Le langage, système de significations, objet comme tel du grammairien et du dialecticien, s’installe ainsi au cœur de toute signifiance, au moment même où on en reconnaît le caractère humain92.

  • 93  Ibid.

101La réflexion critique qui s’engage sur le langage a pour foyer la signification, laquelle se trouve au point de jonction de la grammaire, de la dialectique et des arts du langage. Un des objets de la distinction opérée par Abélard entre la vox, d’origine divine, et la sermo, d’institution humaine, est de manifester le caractère contingent du langage humain et d’en tirer toutes les implications. Ainsi l’intérêt nouveau pour le sens littéral doit se comprendre comme une entreprise de mise à jour des instruments humains de production du « sens » dans l’expression d’une « vérité »93. Or, pour que ce « sens » littéral, lieu par excellence d’expression de l’auctor humain, et comme tel, marqué au sceau de la contingence, puisse en toute légitimité jouer son rôle de porte d’accès aux autres sens, il faut qu’il s’articule à un puissant instrument d’« autorité ». La rhétorique remplira cette fonction, avec l’idée que l’expression de la Vérité dépend de la qualité du langage, c’est-à-dire selon Abélard, de la juste attribution du prédicat à son sujet.

102C’est alors que l’écriture fonde une nouvelle auctoritas – que nous choisissons d’appeler auteurité pour la distinguer de l’ancienne – qui oblige à repenser, à la lumière de ce nouveau pouvoir de l’écriture, et le rôle dévolu aux auctores, et l’idéologie de la signification. Alors que l’autorité concédée à ces derniersprocédait en partie de la « proximité » avec Dieu qui leur était reconnue, laquelle leur conférait un statut de médiateurs, divinement inspirés et donc détenteurs de la Vérité, l’exhibition de la contingence du sens au travers notamment des contradictions entre auctores que pointe Abélard, fait de l’expression de la Vérité, moins un donné qu’un à-construire dans et par l’opération d’écriture, à partir des diverses ressources de la rhétorique. S’insinue alors – sans doute de façon assez confuse –, l’idée que l’auctor véritable est celui qui détient le pouvoir de l’écriture, entendons la capacité toute rhétorique d’expression de la vérité. La notion de transcendance du « sens », rattachée à l’imaginaire sémiotique du scripteur médiéval, perd progressivement son caractère opératoire.

  • 94  Cf. M. L. OLLIER, La forme…, p. 53-54 : « Les auteurs des romans antiques sont encore retenus par (...)
  • 95  Cf. J. P. GENET, L’histoire et les nouveaux publics dans l’Europe médiévale… (XIIIe-XVe siècles), (...)

103Cette émancipation, d’abord plus symbolique que réelle à l’égard de la tradition et de l’auctoritas, trouve son effectuation dans le point de rupture constitué par l’écriture des langues vernaculaires, qui ouvre un nouvel espace de liberté. Cette mise en retrait du latin, absolue dans les œuvres de fiction que sont les « romans »94, plus relative dans les écrits historiographiques en langue vulgaire, tenus de s’adosser aux sources latines qu’ils « translatent », tend à faire du latin, le lieu d’une auctoritas ancienne qu’il s’agit maintenant de déplacer pour fonder de nouveaux lieux de savoir, de nouveaux modèles, en un mot, une nouvelle tradition dont l’autorité réside moins dans la langue que dans l’écriture. Ce transfert va d’ailleurs souvent de pair avec une nouvelle conception de l’ordre politique95. Quand s’insinue progressivement l’idée d’une auctoritas fondée sur l’écriture, la détermination des rôles humains devient un passage obligé. L’écriture des langues vernaculaires, qui s’affirme en même temps que la volonté de fonder une mémoire collective autrement que par la geste, va asseoir le pouvoir de la clergie ; le clerc, c’est « celui qui écrit » et à qui on commande d’écrire l’histoire. Or, comme l’histoire humaine est le langage de Dieu aux hommes et que cette histoire s’inscrit d’abord dans le sens littéral, le clerc se retrouve dans une relation d’homologie avec l’auctor d’autrefois. Seulement désormais pleinement conscient des pouvoirs de la rhétorique et de sa capacité de scripteur à « fabriquer » un discours empreint d’un « style » propre, il n’hésite pas à forger cette écriture qui deviendra son premier « nom ».

  • 96  M. L. OLLIER, La forme…., p. 45 : « Ainsi Chrétien s’institue-t-il avec éclat sujet de discours : (...)

104Marie-Louise Ollier met ainsi en évidence, dans la tradition du roman médiéval français, l’affirmation d’un nouveau « sujet de discours », à l’orgueil presque provocateur, dont Chrétien de Troyes semble être le paradigme96. Ce faisant, elle aborde sous cet angle la question de l’auteur :

  • 97 Ibid., p. 45.

Wace et Chrétien (et déjà Benoît de Sainte-More) désignent leurs œuvres comme des « livres » ; si le mot auteur n’est pas tout à fait disponible, c’est qu’il est trop proche encore de la perspective de la « translation » : quand Benoît évoque « l’autor », il s’agit toujours du poète latin ; Chrétien en revanche ne se réfère toujours qu’à une source – conte, livre, estoire – jamais à un « autor » ; qu’il s’estime lui-même tel, à défaut du mot, tous ses prologues l’attestent97.

  • 98  Ibid., p. 21.
  • 99  Ibid.

105Ollier voit donc en Chrétien de Troyes « l’incarnation exemplaire de cette nouvelle conscience d’auteur qui s’affirme […] »98. Il est, à cet égard, significatif que l’émergence de cette « nouvelle conscience » n’acquiert de pertinence que rapportée à la manière dont « au XIIe siècle, se constitue le discours romanesque »99.

  • 100  M. L. OLLIER, ibid., p. 111-112. Par « narratif écrit », Ollier entend le texte narratif, par oppo (...)
  • 101  G. MARTIN, Les juges…, p. 259 : « Pour évoquer son travail d’historien, Rodrigue emploie les verbe (...)

106Un constat s’impose : le sentiment d’être un « auteur » s’assortit d’une nouvelle écriture, un nouveau traitement de la matière, autant d’éléments qui constituent un point de rupture dans une tradition. Les romans de Chrétien de Troyes « constituent la première apparition, dans la littérature française, d’un narratif écrit »100, le De rebus de Rodrigo Jiménez de Rada marque à sa façon un tournant dans l’historiographie castillane, puisque comme prend soin de le souligner Georges Martin, cette œuvre est mal dénotée par la terminologie traditionnelle en rapport avec la compilation101.

  • 102  A. BERNADET, « L’historicité de l’auteur », p. 17.

107En forgeant leur propre texte, ces « scripteurs » définissent aussi une nouvelle manière de construire la « forme-auteur » pour un type ou un genre donné. Ils contribuent alors à déplacer la « forme-auteur » traditionnelle et donc à la re-profiler, à partir de nouveaux traits, et c’est précisément parce qu’ils transforment l’horizon des pratiques discursives, que les individus empiriques auxquels sont référés les textes, seront progressivement reconnus comme des « auteurs », et que la nouvelle auctoritas ainsi fondée gagnera à être interprétée comme auteurité. Ainsi Arnaud Bernadet a bien fait de préciser que « [c]’est l’œuvre qui constitue l’auteur comme auteur de cette œuvre et non l’inverse »102.

  • 103  Ibid.

108En ce sens, il nous paraît utile d’établir une distinction entre la forme-auteur générique, construite à partir d’un certain nombre de règles propres à un genre ou un type de discours (ex : auteur autobiographique, auteur philosophique, auteur historiographique) et la « forme-auteur » spécifique d’une œuvre, instance en devenir » engagée dans une « une dynamique de la spécification »103. Mais ces deux formes sont dans une relation dialectique, car le processus de singularisation par lequel une œuvre particulière déconstruit une forme-auteur générique a pour effet de faire advenir une nouvelle manière de construire cette fonction. Inversement la fonction existante conditionne au moins en partie celle qui émerge.

109Il en résulte que lorsque des œuvres rompent avec l’horizon de la tradition, elles redéfinissent les règles de construction de la forme générique. Ces œuvres constituent donc des moments forts de « l’histoire de la « fonction-auteur » pour un genre donné. Nous tenons l’Histoire d’Espagne pour l’une d’entre elles.

110Dans le contexte médiéval qui nous préoccupe ici, ce sont ces « moments forts », ces jalons qui ont sans doute permis de passer de discours pourvus uniquement de la « fonction-auctor » à d’autres pourvus de la « fonction-auteur », tels que nous les concevons actuellement.

  • 104  Cf. Jean-Louis BAUDRY, « Écriture, fiction, idéologie », Tel quel : théorie d’ensemble, Paris, 196 (...)

111Si précisément, des scripteurs ont pu se faire un « nom d’auteur », c’est parce que leurs œuvres, à travers la « résistance de leur écriture »104 ont réussi à transformer notablement le paysage discursif qui les précédait. Or, cette « révolution auctoriale » n’a pu se faire qu’en sourdine, dans la relation étroite qui se tissait, dans et par la compilation, entre un « scripteur » et un « sanctus doctor », entre un postulant au titre d’auctor moderne (ou auteur) et un auctor consacré.

112Cette articulation étroite entre l’auctoritas ancienne et l’auctoritas nouvelle que permet la compilation fait de celle-ci un remarquable point d’observation et de réflexion sur les conditions d’émergence de l’auteurité. Dans la mesure où dans l’œuvre alphonsine, cette figure du compilateur est très prégnante, l’instituer en objet d’analyse à travers l’examen de la fonction-compilateur, constitue sans doute le meilleur moyen de penser l’auteurité.

113Ce n’est pas un hasard si Bonaventure invitait à tenir le compilateur pour une troisième cause efficiente, à côté de l’auteur divin, premier moteur, et de l’auctor, responsable de la doctrine professée dans l’œuvre. Cette possibilité d’élargissement de la sphère de l’auctoritas, en rompant le « tête-à-tête » entre Dieu et l’auctor, ouvrait la voie à la reconnaissance d’une troisième « autorité » à l’œuvre : celle du compilateur comme figure originaire de l’auteur.

114Le problème est que, dans l’imaginaire médiéval, le compilateur tend à se retrouver, de par la compétence énonciative qu’on lui dénie (il n’écrit pas mais rassemble les mots des autres) plus proche du scriptor que de l’auctor, c’est-à-dire inséré dans le réseau de la reproduction, alors même que la « fonction-auteur » implique, on l’a vu, une dimension créative.

115Précisément la production alphonsine a cela de frappant qu’elle met en œuvre un rapport à l’auctoritas qui est assomption de son auteurité propre, par-delà l’adossement au dire d’autrui qu’implique le modèle de la compilation. Elle nous invite donc à une relecture de la compilation comme « écriture » de l’auteurité, ce qui implique que l’on en revisite les grilles de lecture traditionnelles, la formulation, en un mot, qu’on en redéfinisse explicitement la sémiologie. L’ampleur du projet alphonsin, l’ambition politique qui s’y trouve reflétée tout autant que la conscience d’un ordre nouveau à instaurer, tous ces éléments s’accommodent mal de l’imaginaire de la reproduction qui reste attaché à la compilation. La compilation entrave plus qu’elle ne favorise une pensée de l’auteur au Moyen Âge tant qu’elle est abordée sous l’angle d’une poétique de la reproduction. C’est en ce sens que nous chercherons à établir une grille de lecture de la compilation qui soit plus en accord avec l’intelligence d’un projet qui visait à transformer un ordre existant, et non à reproduire un ordre ancien.

116Il conviendra ensuite de justifier ce renversement de perspective en confrontant le texte de l’Histoire d’Espagne à cet imaginaire de l’auteurité : quels sont les indices qui témoignent d’une écriture de l’auteurité, c’est-à-dire d’une « prise de position » du scripteur, qui soit dans l’entre-deux des positions respectives, traditionnellement occupées par l’auctor et l’actor ? Quelle nouvelle « forme-auteur » historiographique la mise en conjonction de ces divers indices exhibe-t-elle ?

Haut de page

Notes

1  P.C.G., p. 4.

2  À propos de la pratique des compilateurs alphonsins, G. MARTIN, Les juges…, p. 332, écrit : « Leur pratique se caractérise d’abord par une aspiration à appréhender la totalité d’un savoir, à épuiser, quelles qu’en soient la provenance et la nature, l’information portant sur l’histoire d’Espagne : tout recueillir, tout assimiler dans l’œuvre royale, tel est l’impératif premier ».

3  P.C.G., p. 4a.

4  G. MARTIN, « Alphonse X ou la science politique… », p. 85 : « Ce phénomène est plus affirmé encore dans l’Histoire d’Espagne, puisque la distinction entre commanditaire et réalisateurs porte seulement sur les préparatifs de l’œuvre – ‘[…] nous avons ordonné que fussent réunis autant de livres d’histoire que nous pûmes nous procurer…’ — tandis que la composition elle-même est présentée, soit comme relevant directement du roi, soit comme comptant celui-ci parmi ses acteurs : ‘[…] et nous avons emprunté à la chronique de l’archevêque Rodrigue, …et à celle de maître Luc, évêque de Tuy, et à Paul Orose,…et à d’autres histoires de Rome que nous avons pu obtenir qui racontassent quelque chose du fait de l’Espagne, et avons composé ce livre…’. Sur le terrain de la production historique, on voit donc le roi continuer d’assumer solitairement l’autorité de commande, mais s’investir également (d’une part ?) de l’autorité de réalisation ». (Souligné par nos soins).

5  Voir à ce propos Pierre BOURDIEU, Langage et pouvoir symbolique, Paris : Fayard, 1982, p. 175-186.

6  Ibid., p. 179.

7  D. MAINGUENEAU, Le contexte de l’œuvre…, p. 77.

8  G. MARTIN, Les juges…, p. 332 : « En s’instituant comme compilation, en se donnant à percevoir comme une imbrication d’autorités filtrées par une imbrication d’autorités filtrées par une autorité suprême, le texte issu de l’atelier royal représente sans relâche un rapport de domination ».

9  Ibid. : « Du reste : pourquoi, vis-à-vis du De rebus, qui fait la base textuelle de l’Histoire pour la période gothique et post-gothique, et qui avait digéré le texte de Luc, avoir systématiquement rétabli le Chronicon […] ? »

10 Il s’agit bien évidemment du Chronicon mundi de Luc de Tuy et du De rebus Hispaniae de Rodrigue de Tolède

11  Il est clair que nous évoquons ici les deux productions alphonsines : la Générale Histoire et l’Histoire d’Espagne.

12  Voir en particulier J.P. GENET (dir.), L’histoire et les nouveaux publics dans l’Europe médiévale (XIIIe-XVe siècles), Actes du colloque international organisé par la Fondation Européenne de la Science à la Casa de Velásquez, Madrid, 23-24 avril 1993 : Paris : Publications de la Sorbonne, 1997.

13  Voir J. Ángel SESMA MUNÕZ, « La creación de la memoria histórica, una selección interesada del pasado », Memoria, mito y realidad…, p. 13-32.

14  Voir J. A. MARAVALl, El concepto de España en la Edad Media, Madrid : Centro de Estudios Constitucionales, 1997, p. 30. Voir aussi F. RICO, Tres lecciones…, p. 37 : « […] y frente a uno y otro [Luc de Tuy y Rodrigo de Toledo] se ensancha considerablemente el marco de lo hispano, hasta extenderlo en verdad de mar a mar ». Ou encore, p. 38 :« […] de los 616 capítulos que Alfonso dio por válidos, 341 se dedican a la historia de Roma, y entre ellos son inmensa mayoría los « relatos que originariamente nada tienen que ver con [Hispania] ».

15  Ces ateliers sont organisés autour d’une stricte répartition des tâches entre diverses équipes dont on a pu établir les fonctions : traduction, assemblage, amendement, glose, mise en rubrique. Voir à ce propos Gonzalo Menéndez PIDAL, « Cómo trabajaron las escuelas alfonsíes », N.R.F.H, 5 (4), 1951, p. 363-380, D. CATALÁN, « El taller historiográfico alfonsí. Método y problemas en el trabajo compilatorio », Romania, 84, 1963, p. 354-375.

16 Voir Georges MARTIN, « La compilation (cinq procédures…) », p. 118-121 (en particulier).

17  Voir Corinne MENCÉ, Fuero Juzgo (Manuscrit Z.III.6 de la Bibliothèque de San Lorenzo de El Escorial), Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris XIII (déc. 1996), 3 t., Lille : A.N.R.T., 1997, 1.

18  C’est l’argument qu’avance indirectement Julio VALDEÓN BARUQUE, Las raíces medievales de Castilla y León, Valladolid : Ámbito Alarife, 2004, p. 135 : « El castellano surgió simultáneamente a otras variedades romances, procedentes asimismo del latín, como el leonés o el navarro-aragonés. No obstante el romance castellano, al decir de los historiadores de la lengua, demostró tempranamente su madurez, superando arcaísmos y adoptando, por el contrario, formas claramente innovadoras ».

19  P ; BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 60-89.

20  Ibid., p. 60-61.

21  Antonio G. SOLALINDE, « Intervención de Alfonso X en sus obras », Revista de Filología Española, 2, 1915, p. 287 : « Et despues lo endreço et lo mando componer este rey sobredicho ; et tollo las razones que entendio que eran soueianas et dobladas, et que non eran en castellano drecho ; et puso las otras que entendio que complian, et quanto en el lenguaje endreçolo el por si se ; […] ». Précisons que cette citation est tirée du prologue de De las XLVIII figuras de la VIII esfera.

22  Juan Ramón LODARES, « Las razones del « castellano derecho » », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 18-19, Paris : Klincksieck, 1993-1994, p. 313-334.

23  « Fue R. Menéndez Pidal quien imprimió un nuevo giro a la interpretación y subrayó la importancia de la cita al identificar en el « castellano derecho » un modelo linguístico normativo al que obedecerían el rey y sus colaboradores. Al tratar de definirlo […] concibió la idea de una lengua integradora : un idioma que madura sin reparos y selecciona lo que considera oportuno de otras variedades gemelas ». Voir à ce propos : Ramón MENÉNDEZ PIDAL, « De Alfonso a los dos Juanes. Auge y culminación del didactismo (1252-1370) », Studia hispanica in honorem R. Lapesa, Madrid : Gredos, 1972, 1, p. 63-80.

24  Rafael CANO AGUILAR, « La construcción del idioma en Alfonso X el Sabio », Philologia Hispalensis, 4, 2, 1989, p. 463-473.

25  Hans-Josef NIEDEREHE, Alfonso X el Sabio y la lingüística de su tiempo (trad. de Carlos Menches), Madrid : SGEL, 1987.

26  J. R. LODARES, Las razones…, p. 316.

27  Ibid., p. 322.

28  Ibid., p. 59.

29  Ibid. On peut préciser que J. R. LODARES, ibid., p. 317 évoque la« preocupación casi exclusiva [de] la suficiencia o intelectualización del español […] ».

30  Ibid., p. 333 : « En los prólogos de los tratados astronómicos alfonsíes suele reiterarse una idea : las obras se traducen para mayor gloria de Dios, y consecuentemente, del rey que promueve la traducción. […] de modo que los saberes pierden valor en sí mismos y pasan a ser, esencialmente, sustento y emanación del poder político ».

31  J. R. LODARES, ibid., p. 334 : […] lo que se alaba y se fomenta en esa parte del prólogo [del libro de la esfera] son las potestades de un poder real basado en los saberes […] ».

32  J. R. LODARES, « El mundo en palabras (Sobre las motivaciones del escritorio alfonsí en la definición, etimología, glosa e interpretación de voces », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 21, Paris : Klincksieck, 1996-1997, p.111 : « Alfonso X no es, por tanto, ningún pionero al preocuparse de estos aspectos en sus compilaciones históricas o en obras de otro carácter ; sin lugar a dudas, es uno de los primeros que lo hace en una lengua vernácula y acaso recurra a este método más que otros ; pero es una práctica corriente de la historiografía medieval y, mejor que práctica, instrumento imprescindible […] para ningún autor medieval hay saber sin etimología, sin conocer la razón de sus nombres no hay vía posible para conocer las razones del mundo ».

33  Ibid., p. 114

34  Ibid., p. 115.

35  Nous reviendrons sur ce rôle de façon plus approfondie dans la deuxième partie de ce travail, en dégageant notamment le caractère impropre de ce terme.

36  Voir Corinne MENCÉ-CASTER, « De la compilation et de la traduction comme stratégies scripturales d’un entre-deux auctorial », Penser l’entre-deux. Entre hispanité et américanité, Actes du colloque international tenu à la Martinique (10-11 mars 2005), Publications APHM-CEREAH, 2005, p. 49-64.

37  Georges STEINER, Après Babel ; une poétique du dire et de la traduction (1975), Paris : Albin Michel, 1978, p. 234-235.

38  Jean PEETERS, La médiation de l’étranger (une sociolinguistique de la traduction), Artois : Presses Université, 1999, p. 81.

39  José ORTEGA Y GASSET, « Miseria y esplendor de la traducción », Obras completas, 5, Madrid : Revista de Occidente, 1951, p. 448-449.

40  J. PEETERS, ibid., p. 128.

41  Fernando Lázaro CARRETER, « Sobre el ‘modus interpretandi’ alfonsí », Ibérida, 6, 1961, p. 98.

42  José PERONA, « De rerum et verborum significatione : el título XXXIII de la Séptima Partida y la Summa Azonis », Homenaje al profesor Lapesa, Murcia : Universidad de Murcia, 1990, p. 189.

43  J. PERONA, ibid., p. 175 : « Y dado que siempre [los traductores de las Partidas] traducen, en la metalengua de la definición, el indefinido quid, todas las definiciones de las SIETE PARTIDAS constan de este esquema QUE COSA ES…, con lo que la identificación de RES/VERBA se mezcla en la realidad legal’ y en la metalengua’ ».

44  P. BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 187.

45  Ibid., p. 63.

46  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 213-229 ; p. 274-295 ; p. 353-383.

47  Parler de « traduction intralinguale » revient à considérer que le medium commun qu’est censée être la langue ne garantit pas le sens des mots du producteur vers le récepteur, ce qui fait que des interprétations divergentes sont toujours possibles. Voir Georges Steiner, Après Babel…, p. 17 : Après Babel stipule que la traduction est, formellement et pragmatiquement, implicite dans tout acte de communication, dans l’émission et la réception de tous les modes de sens, que ce soit dans le sens sémiotique le plus large ou dans des échanges plus spécifiquement verbaux ». Comme le dit Jean Peeters, La médiation…. p. 44 « Il s’ensuit qu’échanger verbalement dans la même langue ou traduire entre des langues mutuellement étrangères revient toujours à se poser comme différent des autres et à rapporter le vocabulaire étranger à celui que l’on possède et qui est façonné par son histoire interlocutive ».

48  Cf. Première Partie, Chapitre 2, « La double mise en scène d’un roi législateur et philosophe ».

49  Voir G. MARTIN, « Amour (une notion politique) », Histoires de l’Espagne…, p. 169-206.

50  Ibid., p. 205.

51  P. BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 63.

52  É. BENVENISTE, Le vocabulaire des institutions…, p. 49.

53  P. BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 65.

54  J. PERONA, « De rerum et verborum… », p. 190.

55  Inés FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las estorias…. p. 23-24: « Tampoco admite estructuralmente la Estoria de España el imperium de los reyes de otros reinos cristianos peninsulares. Es la monarquía astur-leonesa y los reyes de León y Castilla quienes poseen la herencia indivisible de los derechos godos al señorio de las Españas. De acuerdo con esa idea, nunca se cita, ni siquiera como sincronía adicional, el año de reinado de los reyes navarros, aragoneses y portugueses ».

56  Pierre BOURDIEU, Langage et pouvoir…, p. 178.

57  Ibid.

58  Ibid., p. 176.

59  Ibid., p. 66.

60  Michel de CERTEAU, L’écriture de l’histoire, Paris : Gallimard, 1975, p. 13 : « D’une part, le pouvoir doit se légitimer, affecter à la force qui le rend effectif une autorité qui le rende croyable. D’autre part, le rapport entre un « vouloir faire l’histoire » (un sujet de l’opération politique) et l’« environnement » sur lequel se découpe un pouvoir de décision et d’action, appelle une analyse des variables mises en jeu par toute intervention qui modifie ce rapport de forces, un art de manipuler la complexité en fonction d’objectifs, et donc un « calcul » des relations possibles entre un vouloir (celui du prince) et un tableau (les données d’une situation) ».

61  Ibid, p.210.

62  G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 128.

63  Ibid.

64  Voir G. MARTIN, ibid., p. 129-132.

65  Robert FAVREAU, « Commanditaire, auteur, artiste dans les inscriptions médiévales », Auctor et auctoritas…, p. 59.

66  Cf. n. 77.

67  G. MARTIN, Les juges…, p. 260.

68  Ibid., p. 259.

69  Ibid., p. 260.

70  Ibid.

71  P.C.G., « Prólogo », p. 4.

72  Pour ces questions, voir Deuxième Partie, Chapitre 2, « La question de l’identité du ‘sujet d’écriture’ ».

73  Voir G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 128-132.

74  G. MARTIN, « L’hiatus référentiel… », p. 54.

75  Rappelons toutefois que l’ordre royal est aussi un ordre de langage.

76  C’est ce qu’explique G. MARTIN, Les juges…,p. 333-334., dans une synthèse remarquable dont nous reproduisons les passages les plus significatifs : « Dans l’Histoire, désormais le sol prime, et sa définition politique : nous sommes en présence de l’histoire politique d’un espace, regroupant en diachronie mais aussi en synchronie, les faits de tous les peuples et de tous les hommes ayant exercé sur lui un pouvoir. Ceci a pour première conséquence que – par-dessus les continuités ethnique et dynastique (dont la charpente demeure) – c’est désormais, plus largement d’un héritage politique que la royauté peut se prévaloir. Aussi bien le passé lointain de l’Espagne est-il réintégré dans l’histoire de l’empire romain comme espace politique inclusif. […] Par cette expansion de son histoire romaine, par cette ponctuation de références à l’histoire impériale, l’Espagne – et, par inclusion, le royaume qui politiquement la domine, et son roi – se trouve prise dans la cosse de l’empire, dont le destin depuis les origines, côtoie et encadre le sien, diffusant sur elle sa lumière, préparant sa dernière germination : l’avènement de l’empereur élu, du ‘roi des Romains’ Alphonse X ».

77  G. MARTIN, « L’hiatus référentiel… », p. 49.

78  Ibid., p. 53.

79  B. GUENÉE, Histoire et culture historique…, p. 134-135, pose en ces termes la problématique de la « caution morale » dont bénéficie le texte d’un scripteur : « Pour les œuvres plus récentes, tout le problème est précisément de savoir si elles sont authentiques, si elles ont été approuvées par une autorité, et quelle autorité. Car l’approbation pontificale fait d’un récit quelconque un récit authentique, et d’un récit que l’autorité d’un évêque ou d’un abbé avait rendu digne de foi, un récit plus authentique encore. […] À côté de cette hiérarchie des autorités ecclésiastiques, les progrès de l’État et, dans l’État, les progrès de la juridiction gracieuse […] établirent une nouvelle hiérarchie d’autorités civiles. Or, si l’ambition des historiens était de suivre des sources dignes de foi, elle était aussi d’écrire des histoires dignes de foi. Ils eurent donc le souci de plus en plus vif de s’abriter sous l’autorité des jeunes États pour que leur œuvre, incapable à elle seule d’entraîner la conviction du lecteur, devînt, par le secours même de ces autorités, authentique, c’est-à-dire digne de foi ».

80  Comme le précise I. FERNÁNDEZ-ORDOÑEZ, Las Estorias…, p. 19 : « La historia, tal como la concibe Alfonso X en sus dos grandes compilaciones (la General Estoria y la Estoria de España), es historia de los pueblos que ensennorearon la tierra […], y ante todo, de sus príncipes o señores naturales. […] » et p. 32-33 :« Si la Estoria, General o de España, hubiera empleado como base la organización cronológica una era cualquiera como cómputo dominante y permanente (por ejemplo, el nacimiento de Abraham o de Cristo), todos los hechos históricos tendrían que haber sido presentados en función de su fecha como unas enormes tablas cronológicas. En cambio, la utilización del señorio como principio de organización cronológica permitió concebir la historia como una sucesión de reinados o poderíos terrenales ».

81  Id. : « Es la linna de sucesión en el imperium (o senorio, como lo llama Alfonso) el principio fundamental organizador de toda la Historia, y no una cronología universal permanente (tal como ocurre en los Cánones Crónicos de Eusebio y Jerónimo) ».

82  Ibid., p. 34. 

83  L. COULOUBARISTIS, Histoire de la philosophie…, p. 38.

84  Ibid.

85  Ibid., p. 40.

86  G. MARTIN, « L’hiatus… », p. 54.

87  M. de CERTEAU, L’écriture de l’histoire…, p. 14.

88  Ibid., p. 15.

89  A. BERNADET, « L’historicité de l’auteur »…, p. 14.

90  On considère alors, avec H. MESCHONNIC, Politique du rythme…, p. 199 : « Le sujet est une figure de l’individu ».

91  Marie-Louise OLLIER, La forme du sens (Textes narratifs des XIIe et XIIIe siècles : Etudes littéraires et linguistiques), Orléans : Paradigme, 2000, p. 46.

92  Ibid, p. 48.

93  Ibid.

94  Cf. M. L. OLLIER, La forme…, p. 53-54 : « Les auteurs des romans antiques sont encore retenus par la fidélité qu’ils doivent aux auteurs qu’ils « translatent » : non qu’on ne puisse réordonner, absorber n’importe quel énoncé dans un nouvel énoncé doté justement de sa propre signifiance (tout énoncé romanesque est fait de ce ‘tissu’), mais l’énoncé intégré n’a alors d’autre ‘clôture’ que celle que lui confère son statut de partie constitutive de l’énoncé intégrant. Dans la « translation » qui s’avoue comme telle, au contraire, le modèle ne perd jamais sa forme finie, quelles que soient les diverses infidélités […] C’est pourquoi la pratique romanesque se situe à part dans la littérature médiévale, justement par la globalité signifiante qu’elle instaure. A ce titre, le texte romanesque est clos ».

95  Cf. J. P. GENET, L’histoire et les nouveaux publics dans l’Europe médiévale… (XIIIe-XVe siècles), p. 215-258.

96  M. L. OLLIER, La forme…., p. 45 : « Ainsi Chrétien s’institue-t-il avec éclat sujet de discours : son premier roman, Erec, est à cet égard exemplaire de l’orgueilleuse conscience d’avoir le pouvoir de l’auctoritas, tant cet orgueil s’y étale ».

97 Ibid., p. 45.

98  Ibid., p. 21.

99  Ibid.

100  M. L. OLLIER, ibid., p. 111-112. Par « narratif écrit », Ollier entend le texte narratif, par opposition au narratif oral de la chanson de geste.

101  G. MARTIN, Les juges…, p. 259 : « Pour évoquer son travail d’historien, Rodrigue emploie les verbes compilare, contexere et recolligere. Cette terminologie traditionnelle, en usage dans tout l’Occident, pourrait cacher le caractère novateur de sa pratique ».

102  A. BERNADET, « L’historicité de l’auteur », p. 17.

103  Ibid.

104  Cf. Jean-Louis BAUDRY, « Écriture, fiction, idéologie », Tel quel : théorie d’ensemble, Paris, 1968, p. 40. Voir en particulier les concepts de « lisibilité » et d’« illisibilité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Déplacements alphonsins », in Un roi en quête d’auteurité, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 2), 2011, [En ligne], Mis en ligne le 06 décembre 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/270

Haut de page