Navigation – Plan du site
Un roi en quête d’auteurité - Corinne Mencé-Caster
Deuxième partie. Systématiques

Introduction

Texte intégral

  • 1  Il nous paraît souhaitable de préciser que, dans l’objectif d’une plus grande clarté, nous emploie (...)

1Les chapitres antérieurs nous ont permis d’établir la nécessité de problématiser la notion de « compilation »1 : nous chercherons à montrer que sa définition dépend, pour une bonne part au moins, de la posture de l’analyste et du regard qu’il porte sur l’objet.

2Selon l’« imaginaire sémiotique » en vigueur dans l’Occident médiéval, le compilateur, nous l’avons dit, est essentiellement perçu comme un scripteur dénué de toute compétence énonciative, ce qui a pour effet de lui conférer, aux yeux de ses contemporains, un statut de « reproducteur ». Or, de façon quasi paradoxale, avec l’intérêt qui, au XIIe siècle, s’affirme envers le sens littéral, une brèche s’ouvre, qui permet de saisir le compilateur comme possible cause efficiente, à côté de l’auctor. C’est pourquoi la compilation a pu précocement apparaître comme une voie moyenne vers l’auteurité, alors même qu’elle ne cessa jamais d’être simultanément perçue comme un bastion de la fonction de reproduction.

  • 2  José Antonio MARAVALL, Teoría del saber histórico, Madrid, 1967, p. 267.

3Cette ambiguïté s’accentue quand elle est mise en relation avec l’essor que connaît, au XIIIe siècle, le discours historiographique comme discours de légitimation politique des États émergents. Si, en effet, ainsi que le rappelle José Antonio Maravall, « A nadie se le puede ocurrir en serio pensar que la Historia consista en reproducir y enunciar los hechos del pasado »2, alors il faut bien conclure que non seulement tout projet de compilation est mû par une intentionnalité du présent, mais encore que cette intentionnalité en contrôle et en oriente la conception et l’élaboration.

  • 3  Nous retenons le principe de coopération de Grice selon lequel toute énonciation est orientée vers (...)

4Aussi faut-il reconnaître d’emblée qu’à la « macro-intention » édifiante qui est prêtée à l’Histoire au Moyen Âge, se superpose une « micro-intention »3 qui gouverne chaque projet historiographique et en fait un produit unique, caractérisé par un style et une écriture propres.

  • 4  Nous avons décrit globalement ce projet dans le second chapitre, « Problématiques alphonsines » de (...)

5En se fondant sur ce principe, il paraît utile, non plus seulement de mesurer l’écart existant entre la compilation-texte et ses sources, mais d’exhiber le plus précisément possible le « projet »4 qui porte celle-ci, de façon à manifester que c’est ce projet, le filtre explicatif pertinent des diverses transformations que la compilation, dans son procès d’engendrement, fait subir aux textes-sources. Cette proposition de démarche qui, selon certains, pourrait s’apparenter à un véritable renversement méthodologique, a pour objet premier de rappeler que la « compilation-texte » existe d’abord en elle-même et pour elle-même, et que sa fidélité (si fidélité il y a) ne saurait s’apprécier qu’à l’aune de son propre projet.

  • 5  Au cours de l’analyse, nous serons appelée à délaisser cette appellation au profit de celle d’hypo (...)

6Une autre conséquence en est que le cheminement doive désormais s’effectuer selon un double mouvement (de la compilation-texte vers le texte-source5 et inversement). Si, en effet, le savoir historique est bien un savoir du présent, alors la « décontextualisation » qui s’opère dans le cadre de l’écriture de la compilation transforme le sens des textes-sources dont l’autorité et la valeur se voient alors renégociées. Tout semble indiquer qu’autour de la pratique de la compilation, s’est jouée rien moins qu’une silencieuse « révolution auctoriale ».

7La difficulté vient de ce silence qui, enserrant les nouvelles réalités dans une terminologie ancienne qui les dénote mal, masque la créativité inhérente à la « fonction-compilateur », laquelle se trouve d’emblée reléguée à une simple « fonction-reproducteur ».

  • 6  G. GENETTE, Palimpsestes (La littérature au second degré), Paris : Seuil, 1982, p. 292.

8Il s’agira donc pour nous de mettre en exergue toute une série de contradictions dans la manière même d’aborder la forme d’écriture qu’est la compilation, à partir de questions simples mais incontournables : qu’entend-on par compilation historique au XIIIe siècle ? Qu’est-ce qui justifie qu’elle soit perçue comme la reproduction de l’œuvre d’un auctor plutôt que comme une entité textuelle de plein exercice ? Cette posture méthodologique est-elle tenable, alors même que la compilation historique est récit, et donc, « fable-intrigue » ? Que dire alors du rapport entre compilation-texte et « source » quand survient la médiation de la traduction ? La compilation-texte ne relève-t-elle pas intrinsèquement d’un mode de pensée et d’écriture caractéristique de ce que Gérard Genette dénomme « œuvre transpositionnelle »6 ? 

9En tenant que la notion de « projet » est inhérente à tout programme d’écriture, nous chercherons à établir un descriptif précis de la « fonction-compilateur », et à mettre en évidence que la sous-fonction énonciateur qui peut lui être associée, est étroitement liée à la fonction lecteur critique. Il nous importera donc de manifester la centralité de cette sous-fonction-lecteur, à partir d’un certain nombre de postulats liés à la lecture, à la réception, à l’interprétation, en montrant notamment comment seule une poétique de la lecture fondée sur l’interprétation anachronique est en mesure d’en rendre compte.

  • 7  A. COMPAGNON, Le démon de la théorie, p. 92, énonce en ces termes cette loi fondamentale de l’énon (...)

10Notre problème se ramène donc à examiner la manière dont le « compilateur », pris entre les contraintes de ses « modèles » et les exigences de son propre programme éthico-politique, a pu aménager un espace de liberté au travers duquel il s’adresse à un lecteur-récepteur dont la (re)-construction idéelle est son réel objet. Si nous postulons que cet espace existe, c’est en raison de la validité que nous conférons au postulat selon lequel un locuteur, dès lors qu’il énonce, dit quelque chose à quelqu’un, parce qu’il a quelque chose à lui dire7.

  • 8  G. GENETTE, ibid., p. 7 : « Je dirais plutôt aujourd’hui, plus largement, que cet objet est la tra (...)

11Il s’avérera utile, en se fondant sur cette intentio, de mettre en place une grille ou un mode de lecture de la compilation qui permette de manifester qu’elle est une production textuelle relevant de la « transtextualité »8 et non pas une simple « reproduction » de textes-sources.

12S’agissant, en effet, de la compilation historique qu’est l’Histoire d’Espagne, il est clair que les déplacements génériques et linguistiques que nous avons examinés dans la première partie de notre étude, invalident toute approche visant à valoriser la fonction de reproduction. Cette « compilation-texte » semble plutôt témoigner d’une « conscience » auctoriale, soucieuse d’adapter les modèles historiographiques existants, à son intentio propre, en fonction d’une cible (récepteur) qu’elle entend également remodeler. D’où l’idée d’une écriture gouvernée par la logique d’un projet interne.

  • 9  Nous verrons que la différence n’est pas que terminologique.

13De fait, il nous paraît important d’aborder ce texte historique dans son immanence, en analysant la dimension diachronique qui l’habite comme dimension interne. Il s’agira d’examiner comment les textes-sources se voient « re-travaillés », « absorbés », puis transformés en hypotextes9, en regard d’un tel projet. En un mot, il nous importe de déterminer les clefs de lalecture alphonsine des textes.

14Or, cette lecture, pour prendre sens, doit être rapportée à la finalité qui meut Alphonse X, c’est-à-dire à la mise en place d’un « projet politique » désireux de créer un ordre nouveau, ce qui revient à dire que les modèles existants constituent tout à la fois des moules dans lesquels couler les idées neuves et des repoussoirs. Ce primat du « politique » (ordre du présent), augure du référent majeur autour duquel cette Histoire entend s’articuler : le récepteur castillan du XIIIe siècle envers lequel le compilateur cherche à se montrer fidèle, et non pas, comme pourrait le laisser croire une certaine formulation « philologique », une extrême allégeance au texte-source.

15En tenant que c’est le projet et l’image de récepteur qui conditionnent le traitement des sources et fondent ce qui nous apparaît être une systématique du lire-(ré)-écrire, il est possible de mettre à jour les présupposés théoriques et méthodologiques qui sont au fondement de la lecture alphonsine des sources et, de façon connexe, de leur traduction et réécriture. À quelle systématique du lire s’articule la sous-fonction lecteur ? En quoi cette systématique du lire rend-elle compte à son tour de la systématique du traduire-réécrire, c’est-à-dire de l’exercice effectif d’une sous-fonction-réénonciateur, fondée elle-même sur une poétique de la « transposition recréatrice » ?

  • 10  François CORNILLIAT, Richard LOCKWOOD (coord.), Èthos et pathos. Le statut du sujet rhétorique, Ac (...)

16À partir de quelles fonctions principales se construit alors la « forme-auteur » historiographique dans l’Histoire ? Jusqu’à quel point la détermination de ces fonctions nous permet-elle de rendre compte de la construction d’une auteurité, perçue alors dans sa double dimension d’« art des mots » et de la « personne »10.

Haut de page

Notes

1  Il nous paraît souhaitable de préciser que, dans l’objectif d’une plus grande clarté, nous emploierons le terme « compilation » quand nous désignerons l’« action de compiler » et la forme composée « compilation-texte » pour rendre compte du résultat de cette action, chaque fois que se profilera une ambiguïté.

2  José Antonio MARAVALL, Teoría del saber histórico, Madrid, 1967, p. 267.

3  Nous retenons le principe de coopération de Grice selon lequel toute énonciation est orientée vers quelqu’un et ne prend sens que si le destinataire est en mesure de reconnaître une intention. Nous verrons par la suite que cette notion d’« intention » est, en réalité, fort complexe. Quoi qu’il en soit, nous la tenons pour un paradigme analytique, certes critiquable, mais néanmoins incontournable.

4  Nous avons décrit globalement ce projet dans le second chapitre, « Problématiques alphonsines » de la Première Partie, et en particulier dans le sous-chapitre intitulé « Déplacements alphonsins ».

5  Au cours de l’analyse, nous serons appelée à délaisser cette appellation au profit de celle d’hypotexte.

6  G. GENETTE, Palimpsestes (La littérature au second degré), Paris : Seuil, 1982, p. 292.

7  A. COMPAGNON, Le démon de la théorie, p. 92, énonce en ces termes cette loi fondamentale de l’énonciateur, manifestée notamment dans la relation « je-tu » exhibée par Émile Benveniste : « Quand quelqu’un écrit un texte, il a certes l’intention d’exprimer quelque chose, il veut dire quelque chose par les mots qu’il écrit ». Cf. aussi n. 3.

8  G. GENETTE, ibid., p. 7 : « Je dirais plutôt aujourd’hui, plus largement, que cet objet est la transtextualité, ou transcendance textuelle du texte, que je définissais déjà, grossièrement, par ‘tout ce qui le met en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes’ ».

9  Nous verrons que la différence n’est pas que terminologique.

10  François CORNILLIAT, Richard LOCKWOOD (coord.), Èthos et pathos. Le statut du sujet rhétorique, Actes du Colloque international de Saint-Denis (19-21 juin 1997), Paris : Honoré Champion, 2000, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Introduction », in Un roi en quête d’auteurité, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 2), 2011, [En ligne], Mis en ligne le 06 décembre 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/271

Haut de page