Navigation – Plan du site
Un roi en quête d’auteurité - Corinne Mencé-Caster
Deuxième partie. Systématiques
Chapitre 1

Auteurité et compilation au XIIIe siècle

Approche d’ensemble

Texte intégral

Les limites de la formulation d’inspiration « philologique »1

  • 1  Par « formulation d’inspiration philologique », que faut-il entendre ? A. COMPAGNON, Le démon de l (...)

1Comment démêler les fils de l’autorité de l’auctor de ceux du compilateur ? Jusqu’à quel point la compilation a-t-elle pu constituer un mode d’assomption de l’auteurité discursive ?

  • 2  Nous développons en cela la position que défend Georges MARTIN. Voir en particulier, « La compilat (...)

2Il s’agira de manifester que la poétique de la reproduction, souvent perçue comme fondement de celle de la compilation, est incapable de rendre compte de la complexité d’une pratique, dominée en tous points par l’innovation2.

Postulats

Étatde la question : compilation-dossier et compilation-récit

  • 3  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 109.
  • 4  Ibid., p. 110 : « Le maître d’œuvre, ou même simplement des collaborateurs en qui il avait confian (...)

3Nous avons défini, dans la première partie de notre étude, le compilateur comme étant celui qui « rassemble et choisit différents textes, […] réunit des extraits dans divers buts […] »3, ce qui renvoie à la procédure de compilation comme activité de collecte, de copie4 et de reproduction de textes.

  • 5  G. MARTIN, « La compilation… », p. 108.
  • 6  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 211.

4Georges Martin souligne ainsi que « [c]ompiler, c’est d’abord reproduire […] : la reproduction […] de textes historiques constitués5 ». Bernard Guenée, glosant l’appellation « Fleurs » qui sert à désigner le produit d’une compilation, décrit le travail du compilateur en ces termes : « […] dans le pré d’autres livres, il a cueilli les fleurs de son propre bouquet, son livre est composé d’extraits qu’il a choisis (excerpere) et réunis (contextere, colligere) »6. Et d’ajouter :

  • 7  Ibid.

Un bon compilateur devait se garder de tout apport personnel, et ajouter à ses sources le minimum. Pour que sa compilation jouît d’autant d’autorité que ses sources, l’idéal était même qu’il n’y ajoutât rien. […] Il revenait d’abord au compilateur de choisir les textes dont il allait composer son œuvre. Puis, les ayant choisis, il devait les citer exactement, en respecter la lettre même7.

  • 8  A. COMPAGNON, La seconde main…, p. 158.
  • 9  Ibid.

5Il faut donc entendre par « reproduction » cette opération de « copie » à la lettre qui rapproche le compilateur du scriptor qui « recopie sans modifier », le privant par-là même de toute compétence énonciative. C’est en ce sens qu’il peut être dit que le compilateur écrit majoritairement les mots des autres. Loin d’être perçu comme un énonciateur, il apparaît, on l’a vu, comme un « technicien » du « découper-coller », capable, après l’avoir extraite, de réunir une matière déjà élaborée. Il apparaît que la vision du rôle du compilateur est entièrement dominée par la conception de l’autorité par délégation qui est au fondement de l’« imaginaire sémiotique » médiéval. Hormis « l’auctor […] qui augmente et y met du sien »8, tous les autres scripteurs (scriptor, compilator, commentator) « se fondent sur une autre autorité qu’eux-mêmes et qui les dépasse »9. De fait, si au Moyen Âge, l’entier de l’autorité d’un texte vient du dehors, dans le cas de la compilation-texte, cette relation de dépendance se trouvant exhibée, le texte issu de la compilation, plus que tout autre, se présente comme un « discours citant », en relation avec de multiples « discours cités ». Discours citant inscrit dans la discontinuité, ce qui favorise, semble-t-il l’hétérogénéité, la coupure, la juxtaposition plus que la « réunion », autant de critères qui renvoient au « décousu » plus qu’au « construit ».

6Faut-il voir alors la compilation-texte comme une anthologie de morceaux choisis ?

  • 10  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 212.
  • 11  Ibid.
  • 12  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 259 : « Pour évoquer son travail d’historien, Rodrigue emplo (...)

7Rien ne l’interdit formellement, puisque Bernard Guenée signale que « la compilation la plus rudimentaire se contentait de juxtaposer quelques grands textes complémentaires exactement copiés »10. Inversement, une compilation très élaborée, comme c’est le cas du De rebus hispaniae de Rodrigo Jiménez de Rada, semble être d’une facture toute différente. À tel point que son fin « travail de marquetterie »11 est, selon Georges Martin, mal dénoté par la terminologie traditionnelle en rapport avec la compilation12.

8Il est évident que tout dépend de la chronologie de saisie de l’événement : il existe toujours un instant t-n où une compilation, aussi aboutie qu’elle puisse être, est passée par l’étape de la simple juxtaposition de textes. Autrement dit, le(s) brouillon(s) nous livrera(ont) invariablement les différents « états de compilation » et, ce faisant, la plus ou moins grande lisibilité ou opacité des textes-sources à partir desquels la « compilation-texte » s’est constituée.

  • 13  Voir Partie I, chap. 2 de la présente étude.
  • 14  D. CATALÁN, De Alfonso X al conde de…, p. 28 : « Antes de la fijación de una obra de las escuelas (...)
  • 15  Ibid., p. 47 : « Esta fijeza del texto cronístico no puede sorprendernos, ya que, según sabemos, A (...)

9Dans sa rigoureuse reconstitution de la genèse textuelle de l’Histoire d’Espagne13, Diego Catalán confronte précisément les divers « états de compilation » pour faire le tri entre ce qu’il dénomme les « borradores compilatorios » (ou « cuadernos »14) et le produit fini ou rédaction définitive, à savoir la compilation proprement dite (« fijeza del texto cronístico »15). Les premiers (« borradores », « cuadernos ») constituent, en réalité, des états provisoires du texte définitif, ainsi que le souligne la terminologie employée pour y référer. Ce que le philologue espagnol Diego Catalán appelle « brouillon » correspondrait donc, pour tenter un parallèle utile à nos yeux, à ce que Bernard Guenée dénomme « compilation rudimentaire », c’est-à-dire dans la perspective qui est la nôtre, à un état premier de la compilation.

10Ainsi le terme « compilation », lorsqu’il réfère au texte produit, pourrait donc avoir vocation à désigner :

  • 16  On peut citer encore B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 212, à travers l’exemple qu’il en donne : (...)
  • 17  « a work of scissor and paste », voir Evelyn S. PROCTER, Alfonso X of Castille patron of literture (...)

– soit une anthologie, auquel cas le vocable « fleurs » dénoterait parfaitement ce type de production16 relevant simplement du « découper-coller »17 et dont un descriptif pourrait être le suivant :

  • 18  Ibid., p. 212-213.

Les plus simples de ces compilations n’étaient que des dossiers à l’état brut, où les textes avaient été copiés à la suite, sans souci de fignoler des raccords, d’éviter de possibles répétitions, d’harmoniser les systèmes chronologiques18.

  • 19  G. MARTIN, ibid., p. 121.
  • 20  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 211 : « Souvent, à partir du XIIe siècle, au lieu de simplemen (...)

– soit une composition nettement plus élaborée, caractérisée par une lisibilité beaucoup plus faible des textes-sources, lesquels se trouvent, non plus juxtaposés et copiés les uns à la suite des autres, mais « refondus » dans un ensemble plus large qui, selon Georges Martin « ne diffère que très marginalement d’une production originale »19. Il est intéressant, à ce propos, de noter que la définition que Bernard Guenée propose du « récit historique »20 dénote en quelque sorte cette « compilation » élaborée, surtout si l’on rappelle le principe selon lequel toute « forme historique » médiévale, notamment à partir du XIIe siècle, ne saurait être que « compilation ».

  • 21  I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las estorias …, p. 98, nous offre avec la Générale Histoire d’Alphonse Xun e (...)

11Pour bien marquer la distinction entre les deux formes, nous choisirons de dénommer la « compilation rudimentaire », compilation-dossier, et la compilation élaborée, compilation-récit21.

12Selon le canevas final retenu par le compilateur (dossier ou récit), la problématique de la reproduction et de l’innovation devrait se poser en des termes différents. Or, il n’en va pas toujours ainsi.

13Il est plutôt courant d’entendre que le compilateur extrait sa « matière » de l’œuvre d’un auctor, l’auctor étant donc celui qui assume alors, à travers la « cause matérielle », le statut de « cause efficiente » seconde, après Dieu qui est la cause efficiente première.

14Dans la compilation-dossier, la juxtaposition des sources rend parfaitement compte de cette extraction d’une matière en provenance d’élaborations textuelles antérieures. Auquel cas, il est clair que la matière des textes-sources constitue la matière finie de la compilation-dossier.

15S’agissant, en revanche, de la compilation-récit, les choses s’avèrent plus complexes, à tel point que deux stades d’évolution sont à envisager :

  1. celui de la compilation-dossier qui représente seulement le canevas préparatoire de la compilation-récit, alors à l’état de « brouillon » ;

  2. celui de la compilation-récit proprement dite, stade ultime de la rédaction définitive, produit fini et élaboré.

16Dans cette perspective, ne faut-il pas reconnaître deux états de la matière ? Une matière brute correspondant à la compilation-récit dans son stade initial de compilation-dossier provisoire et conforme globalement à celle des textes-sources ? Une matière élaborée qui est celle de la compilation-récit dans son stade d’achèvement ? Peut-il y avoir équivalence entre ces deux matières ? Telles seront les interrogations qui guideront notre réflexion, laquelle sera axée de façon prioritaire sur la compilation-récit puisque celle-ci, ainsi qu’on le verra, constitue la forme de compilation caractéristique, non seulement de notre corpus mais aussi du XIIIe siècle.

Le rapport copie-original 

17Si nous avons pris soin, dans notre étude préliminaire, d’opérer une distinction entre ce qui nous apparaît être deux formes de compilation (la compilation-dossier et la compilation-récit), c’est pour dénoncer l’incohérence qu’il y aurait à assimiler sans autre précaution méthodologique ces deux modalités de la compilation. Or, l’usage en vigueur est précisément de recourir au terme unique de « compilation », quelle que soit la physionomie de l’objet considéré. Loin d’être anodine, cette indiscrimination terminologique – un terme générique au lieu de deux termes spécifiques-, vaut d’être analysée, car elle rend compte d’un certain nombre de présupposés épistémologiques et méthodologiques qui sont au fondement de l’approche de la compilation. Ainsi, le choix d’une seule et même dénomination pour désigner deux objets distincts trahit leur inclusion dans une catégorie unique qui se confond en réalité, ainsi qu’on tâchera de le montrer, avec celle de la compilation-dossier. En témoigne très clairement le recours à un vocabulaire critique qui, en passant sous silence la problématique de la matière brute et de la matière (ré)-élaborée, prive le texte issu de la compilation de toute « incidence interne », en l’instituant d’emblée comme « copie » dont il faut évaluer le degré de « fidélité » à l’« original », soit aux textes-sources. Tout se passe en réalité comme si le propre de la compilation consistait dans cette tension vers le Même, dont la reproduction scrupuleuse serait le véritable enjeu. La finalité de la « compilation-texte » serait ainsi d’être le reflet de ses sources.

  • 22  Voir PLATON, La République, « Livre X »….

18Un simple examen des présupposés qui sont au fondement d’une telle posture révèle alors que la compilation, quelle que soit la forme qu’elle revêt, est tenue implicitement pour la « copie », la « reproduction » d’un « original » tout-puissant, selon une orientation épistémologique qui trahit une forte solidarité avec l’imaginaire platonicien22 de la représentation comme dégradation, c’est-à-dire de la mimèsis comme « imitation ».

19D’abord, quelques exemples de cette articulation copie-original, telle qu’elle se laisse appréhender au travers des formulations critiques des philologues qui se sont intéressés à la compilation.

  • 23  I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las estorias…, p. 97.
  • 24  Ibid., p. 101.
  • 25  On peut aussi citer cet autre passage de I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, ibid., p. 108 : « La traducción de (...)

20Ainsi Inés Fernández-Ordóñez qui parle de « la actitud ante la fuente, devota en la General Estoria y más irreverente en la « Estoria de España »23 ou encore de « veneración por la fuente »24à propos de la Générale Histoire25. De même José García Solalinde qui, évoquant la relation entre la Pharsale de Lucain et la Première chronique générale, version de l’Histoire d’Espagne, s’exprime en ces termes :

  • 26  Antonio G. SOLALINDE, « Una fuente de la Primera Crónica General : Lucano », Hispanic Review, 9, 1 (...)

[…] los compiladores de la Crónica, por referirse esta parte de la Farsalia a España, consideran necesario incluir una traducción más textual que de los otros pasajes mencionados. Sin embargo, no dejan los redactores de alterar el texto que traducen26.

21Diego Catalán se fait également le porte-parole de cette posture sans doute commune aux tenants de la philologie, lorsqu’il écrit :

  • 27  D. CATALÁN, « El taller historiográfico alfonsí. Métodos y problemas… », p. 48.

La estructura de la « Estoria de España » nos es hoy bien conocida gracias al estudio de las « Fuentes » que acompaña a la segunda edición de la « Primera crónica » de Menéndez Pidal (1955). Como E. Procter ha resumido de forma plástica, aunque un tanto grosera, se trata de una obra de tijeras y de goma de pegar (« a work of scissor and paste ») [en el sentido de que su propósito fue acoplar en un relato unitario todo lo que las fuentes historiográficas conocidas contaban que había ocurrido en la Península], y no de una construcción original apoyada en una información de primera mano o selectivamente deducida de la tradición historiográfica anterior. Su fidelidad a las « autoridades » manejadas justifica que haya sido estudiada principalmente en atención a las fuentes perdidas que aprovecha […]27.

22Il nous paraît, à cet égard, particulièrement utile d’attirer l’attention sur deux points :

  1. d’une part, il importe de souligner le vocabulaire d’essence religieuse (« devota », « irreverente », « veneración ») qui est usité par Inés Fernández-Ordóñez pour rendre compte des relations entre la compilation-texte et ses sources. Le recours à un tel vocabulaire laisse entendre que la philologue interprète ces rapports comme analogues à ceux existant entre le profane et le sacré, comme s’il était entendu d’avance que le compilateur, conscient du contrat « énonciatif » qui le lie à ses sources, ne pouvait percevoir ces rapports autrement que selon une verticalité orientée du haut (source) vers le bas (compilation), c’est-à-dire dans une logique de dépendance binaire absolue.

    • 28  Au XIIIe siècle, sous l’impulsion d’Alphonse X, les écrits historiques sont rédigés en castillan. (...)
    • 29  Voir Pequeño Larousse ilustrado, Paris : Larousse, 1964.
    • 30  Olga Tudorica IMPEY, « Un dechado de la prosa literaria alfonsí : el relato cronístico de los amor (...)

    d’autre part, le recours, chez Solalinde, au verbe « alterar » qui éclaire la manière dont sont perçus les rapports entre « compilation », « traduction »28 et « sources ». Vu le sémantisme de ce verbe « cambiar la esencia o forma de una cosa »29, il est clair que les variations que présente cette forme de compilation par rapport à ses sources sont condamnées en vertu du principe d’identité originaire qui est, dans le même mouvement, postulé entre les deux textes. L’altérité du texte second par rapport au texte premier est ainsi perçue comme « dégénérescence », abâtardissement30. Il en découle que la compilation-traduction (puisque c’est ce dont il s’agit précisément ici), lorsqu’elle contrevient à ce principe d’identité foncière, devient une image « déformée » de ce qu’elle aurait dû être. Cette idée de « dégradation » ne peut s’expliquer qu’au regard d’une pensée du mimétisme, selon laquelle la compilation est « copie » du texte-source, et comme telle, appelée à en être le miroir.

  • 31  Michel STANESCO, « Le Texte primitif et la parole poétique médiévale », Écriture et modes de pensé (...)
  • 32  Ibid.
  • 33  Ibid.

23Il ne fait guère de doute que ces approches de la compilation sont en prise avec l’« imaginaire sémiotique » que nous avons tâché de décrire, selon lequel la référence obligée à un « Texte primitif »31 comme participation à un « Dit transcendant »32 constitue pour l’œuvre médiévale le seul moyen d’acquérir sa validité. Faut-il pour autant tenir cet impératif d’ancrage dans un « archi-texte réel ou fictif »33 pour la finalité même de l’œuvre, pour ce en vue de quoi elle est produite ? Autrement dit, faut-il nécessairement assimiler ce désir (sincère ou feint) de communion à une « parole antérieure » à une pratique de la reproduction servile ?

  • 34  A. COMPAGNON, La seconde, p. 161.
  • 35  Selon le Diccionario de uso del español de María MOLINER, Madrid : Gredos, 1998 : « Acoplar : 1. J (...)

24Cette première analyse qui a mis en exergue le principe du « calque » qui est au fondement de la perception des relations existant entre la compilation-texte et ses sources, se doit d’être complétée par de brèves considérations sur le statut même de la compilation comme texte. À travers les adjectifs évaluatifs tels que « devota », « irreverente », le substantif « veneración » ou le verbe « alterar » que nous avons déjà cités, à travers la dernière phrase de la citation de Diego Catalán, transparaît très clairement que la compilation-texte moins que discours autonome (ce que Diego Catalán appelle sans doute « construcción original ») est perçue comme « sur-scription” c’est-à-dire allégeance à quelque chose » 34. De fait, elle n’est même pas reconnue comme discours sur d’autres discours (c’est-à-dire comme « métatexte » au sens où l’entend Genette), puisque son objet ainsi défini, est non pas de « réécrire » en commentant par exemple, mais de « réunir » en reproduisant (encore qu’il y ait ambiguïté puisque le terme espagnol « acoplar »35, en autorisant l’acception « concilier », « harmoniser », ouvre implicitement sur celle de « réécrire »).

  • 36  Nous nous contenterons, par la suite, de parler de « compilateur », étant entendu que, dans le con (...)
  • 37  I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las estorias…., p. 103 :« La diversa actitud ante el texto latino se subraya (...)
  • 38  C’est l’impression que crée ce passage José GÓMEZ PÉREZ, « Fuentes y cronología en la « Primera Cr (...)

25C’est ce qui explique que c’est curieusement, lorsque l’écart entre le texte-source et la compilation est proche de zéro, que le compilateur-traducteur36 se voit positivement qualifié37, comme si le philologue le remerciait, par son respect envers l’original, de lui avoir favorisé l’accès à des sources qui lui seraient restés, à jamais, hors d’atteinte s’il les avait « altérées »38. S’ensuit donc une hiérarchisation des compilations en fonction du critère « fidélité à l’original » : plus une compilation est fidèle à ses sources, plus fiable elle est. Dans cette perspective, le compilateur n’est vu rien moins que comme un « passeur », c’est-à-dire comme un gardien de la mémoire des textes de la tradition, ou mieux de l’imaginaire de perfection de l’original. Simple courroie de transmission, lui est assignée comme mission première de préserver de l’oubli et de la dégradation du temps les textes fondateurs d’une culture, d’une société, textes qu’il lui revient de « copier » fidèlement en vue d’assurer dans son propre texte leur transparence ou lisibilité.

26En ce sens, tant que l’on tient « compilation » et « reproduction » pour synonymes, on expose immédiatement la compilation à la dure critique platonicienne du livre X de La République, qui pointe la qualité ontologique dégradée de la représentation. Perçue comme « copie », et donc déjà susceptible d’être vue comme « fausse » ou « altérée », la compilation n’acquiert paradoxalement un semblant de dignité que si elle entreprend de se conformer, dans une exactitude absolue, à ses modèles (alors même que pour Platon, cette conformité relève du simulacre). Si, au contraire, elle s’en éloigne, elle est passible d’un jugement sévère, puisque l’intérêt qui lui est porté réside dans la « qualité » de la relation d’imitation qu’elle est capable d’instaurer avec l’original, objet inavoué de la quête de certains philologues. C’est donc toujours par rapport à l’original imité qu’elle se définit, ce qui fait qu’elle renvoie toujours en arrière vers l’origine.

27Le primat qui est ainsi accordé à la relation d’imitation ou de copie témoigne de l’impossibilité d’appréhender le texte de la compilation comme objet sémiotique propre. Il faut donc lire cette incessante mise en rapport du texte avec ses sources comme la preuve la plus évidente de l’incomplétude sémiotique foncière qui lui est reconnue. Une telle approche de la compilation ne peut donc se comprendre que si est exhibé le postulat de « l’invariance » de la matière qui est en son fondement.

Le postulat de l’« invariance » de la matière

  • 39  À dire vrai, la Nature est déjà elle aussi forme seconde.

28Si l’intérêt de nombreux philologues s’est fixé, de manière privilégiée, sur le rapport existant entre la compilation-texte et ses sources, alors même que cet intérêt n’était pas justifié par l’étude des modalités de chaînage d’un texte à l’intérieur d’une tradition, si la relation entre la compilation et les textes-sources a généralement reçu une orientation unique – de la source vers la compilation-texte, à tel point qu’on a pu parler de « fidélité », « respect », « altération », etc. –, alors il faut admettre que le texte de la compilation est perçu comme une excroissance du « texte-source », une sorte de sous-produit dérivé. Cette obsession de la « source », pour être comprise à sa juste mesure, doit être appréhendée, nous l’avons déjà suggéré, en relation avec la manière dont la question du rapport entre la représentation et le monde a été posée et résolue dans une certaine tradition. On en vient, en effet, à la problématique de la mimèsis, dans l’une de ses interprétations possibles comme imitation de la Nature, auquel cas la représentation, sous toutes ses formes, aurait pour unique perspective d’être un décalque du réel. Si cette problématique nous intéresse, c’est parce que, postulant une forme première39 (la Nature) et une forme seconde (la représentation) qui serait dérivée de celle-ci, elle invite à envisager le rapport entre « texte-source » et « compilation-texte » selon une logique de la dépendance, telle une relation à sens unique. Au regard de cette approche, on tient que la finalité de la représentation consiste à dupliquer le réel et non à exister en tant que telle, ce qui, de toute évidence, rappelle une certaine vision de la « compilation » comme duplication du texte-source.

29En creusant l’analogie, on pourrait dire que, de même qu’il est tacitement admis que l’Art emprunte sa matière à la Nature, il est implicitement reconnu que la « compilation » tire sa matière du texte-source. C’est précisément le caractère « extérieur » de la matière de la « compilation » qui justifierait alors l’étroite dépendance dans laquelle celle-ci se trouverait maintenue à l’égard de ses sources, tout autant que la valeur opératoire qui est attribuée à l’écart par rapport à l’invariance.

  • 40  Antonio G. SOLALINDE, « Una fuente… », p. 237, utilise le verbe « copiar » pour évoquer l’activité (...)

30En effet, chaque variation de la « compilation-texte » par rapport au texte-source est soigneusement repérée, analysée, ce qui implique confusément la scission du discours en deux espaces d’auteurité très inégalement répartis dès lors que c’est la fidélité qui prévaut : un espace, majoritaire, dévolu aux auctores qui sont tenus pour les réels signataires des textes « reproduits »(recopiés ?40), un autre, bien plus marginal, attribué comme par défaut au compilateur, responsable des énoncés de la variation. À l’intérieur de l’espace de l’auctor, le compilateur n’est donc vu que comme un scriptor qui recopie (et rassemble) sans modifier, ce qui a pour conséquence de faire de l’espace discursif de la « compilation » un doublon de celui des textes-sources.

31Aux auctores des textes-sources sont donc référés de façon plus ou moins explicite, les énoncés « invariants » de la « compilation », avec comme présupposé implicite leur écrasante suprématie. Il en découle que le compilateur se voit, puisque celle-ci est issue du dehors, dépossédé de tout auteurité réelle sur le texte qu’il produit ; il n’occupe alors que par inadvertance la fonction d’énonciateur. L’écart devient ainsi le seul indice d’auteurité du compilateur. Dans le creux que dessine le texte de la compilation à l’égard du texte-source se sédimente en quelque sorte un coefficient d’auteurité contraint par la variation, et donc nul, en cas de fidélité parfaite.

  • 41  Cf. n. 22 de ce chapitre.

32Ce déni d’auteurité justifierait donc, ainsi que le suggère Diego Catalán41 que la compilation soit étudiée en direction de ses sources plus que comme « construction originale ».

  • 42  Louis MARIN, « Mimèsis et description », De la représentation, Paris :Seuil, 1994, p. 251-253.

33C’est donc le postulat de l’invariance de la matière, lié à la conception de la représentation mimétique, qui sous-tendrait l’approche de la « compilation », quel qu’en soit le type, comme objet sémiotique non autonome car pourvu d’une matière extérieure. Or, si ce postulat peut sembler recevable s’agissant de la compilation-dossier où les textes-sources se trouvent simplement juxtaposés les uns à la suite des autres, il ne saurait être applicable sans autre précaution à la compilation-récit. Le simple fait de ne pas juger bon d’établir une distinction entre les deux formes de compilation suffit à manifester la prégnance de l’imaginaire de la représentation mimétique. En considérant comme résolues un certain nombre de questions qu’elle ne se donne même pas la peine de poser, la formulation d’inspiration « philologique », fidèle à cet imaginaire, travaille sur ces fausses évidences, au lieu de procéder, à l’instar de ce que propose Louis Marin42 pour le dénoté et son signe, à un renversement dialectique de la relation entre la « copie » et l’« original » en se demandant : qui des sources et de la compilation reflète vraiment l’autre ?

Le postulat du primat de la matière

34La validité reconnue au postulat de l’invariance de la matière dans la conception de la « compilation » a pour présupposé que la « matière » entretient un rapport d’ordre métonymique avec le texte. Tout se passe, en fait, comme si celui-ci pouvait se réduire à la seule « matière » qui le compose, étant entendu que par « matière », on entend ce que la rhétorique a pu définir comme la res :

  • 43  Heinrich LAUSBERG, Manual de retórica literaria (1966), 3 t., J. PÉREZ RIESCO (trad.), Madrid : Gr (...)

El estadio inicial de la res […] es la materia « materia, objeto del discurso », francés matière « objet sur lequel on écrit, on parle » (ya Chrest. Lancelot 26)43.

35Ainsi, dans la tradition critique du roman français des XIIe-XIIIe siècles, il est courant de répertorier les textes en fonction de leur matière (« matière antique », « matière de France », « matière de Bretagne »…) et de suivre précisément la façon dont cette matière est reproduite dans les différents cycles.

36La « matière » d’un discours devient donc ce par quoi il est possible d’inscrire ce discours dans une tradition dont il est alors plus aisé de suivre les lignes de force. Le rôle de « marqueur » ou « traceur » de mémoire qui est ainsi attribué à la « matière » s’explique en partie par la fonction de « mise en mémoire » dévolue à l’écriture. Il est d’abord demandé au scripteur de « conserver » un héritage par la transmission qu’il en assure, ce qui revient à dire que le regard se fixe sur cette matière héritée du passé qu’il a en charge de « recueillir ».

  • 44  M. STANESCO, p. 152.

37La prééminence accordée à la « matière » s’explique ainsi en grande partie par la représentation que l’écriture médiévale donne d’elle-même comme « reprise d’une parole antérieure »44, à comprendre, comme récupération d’une « matière » qui est celle d’une tradition d’écriture et de réécriture, matière vouée à être transmise, mais dont on postule implicitement l’invariance.

  • 45  Michel ZINK, La subjectivité littéraire, Paris : P.U.F., 1985, p. 12 : « […] la pensée et l’art du (...)
  • 46  Ibid.
  • 47  Ibid.

38Mais elle est à relier aussi à ce que Michel Zink juge être la manifestation d’une pensée « extrêmement matérialiste »45 où « tout part du donné sensible »46. Ce n’est donc pas un hasard, s’il est appelé à remarquer que « le même mot [lettre] désigne la matérialité de l’écriture et son sens immédiat47. La théorie des quatre sens est là, en effet, pour nous rappeler que la signification historique ou littérale n’est pas autre chose que la signification accessible à partir de la lettre du texte. Il en découle que c’est sur la matérialité même du texte (ou littéralité) que se fondent toutes les possibles aventures intellectuelles orientées vers l’appréhension des catégories figurales de la signification. C’est ce qu’explicite Georges Martin à propos de l’historiographie, quand, relativement à la fonction de scribe, il met en exergue l’importance de la lettre du texte :

  • 48  G. MARTIN, « l’hiatus référentiel… », p. 51.

Celle-ci [cette fonction] ne laissait pas, néanmoins, d’être vertigineuse : la matière que l’historiographe avait en charge de recueillir n’était autre que l’aventure divine du monde, le Verbe dans son procès d’actualisation48.

  • 49  H. R. JAUSS, Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard, 1978, p. 116 : « […] Cette tr (...)
  • 50  Se trouve valorisée une conception du temps, proche de celle que G. MARTIN, « Temps », Histoires d (...)

39Il en découle une possible sacralisation de la matière, puisque l’impératif de « conservation » qui contient en germe celui de l’invariance revient en quelque sorte à hypostasier celle-ci. Conformément à ce que décrit Hans Robert Jauss pour la tradition49, on pourrait être amené à dire que la matière tend à devenir le véritable sujet du processus de transmission, puisque la diachronie, n’ayant sur elle qu’une prise limitée, voire même aucune prise, elle se « substantialise » et confirme ainsi le caractère inopérant du temps50. Ainsi, c’est le pouvoir d’exemplarité, reconnu à la matière qui fonde son immanence et explique la prégnance d’un modèle d’interprétation qui l’érige en essence. De fait, c’est leur adhésion à une telle conception que les compilateurs affichent dans les discours qu’ils profèrent, quand ils prétendent faire seulement œuvre de mémoire à travers l’acte d’écriture qu’ils commettent. Il suffit d’évoquer la manière dont Alphonse X, dans le prologue de l’Histoire, attire l’attention sur la « matière » dispersée qu’il a réussi à rassembler, pour comprendre l’importance qui est concédée à ce travail de « récupération ».

40Il est plus surprenant, en revanche, que les « philologues » reprennent à leur compte cette même posture, en maintenant la « compilation » dans l’étroite dépendance de l’« original » et en considérant la « matière » de la compilation comme emprunt plutôt que dans son inhérence au texte qui la contient. Cette position, on l’a vu, les conduit à examiner comment le texte premier (le fameux « original ») se reproduit à travers le temps, comment il détermine le texte second, par le biais de cette « matière » transmise dont ils sont amenés à leur tour à postuler fondamentalement (quoique de façon implicite) l’invariance. L’autre conséquence majeure, répétons-le, est de projeter l’auteurité dans la « compilation-texte » en direction d’un « dehors » qui est celui des textes-sources, et d’ériger ainsi le compilateur en « copiste » de cette « matière » du dehors. Or, comme fait bien de le rappeler Michel Zink :

  • 51  M. Zink, La subjectivité…, p. 28.

Ni le zèle de l’imitation ni le respect de l’autorité ne sont jamais poussés jusqu’à leur conséquence logique extrême qui serait de transformer l’auteur en copiste et de confondre modestement le texte avec son modèle ou, si celui-ci est imaginaire, de proclamer impudemment que le texte est son modèle51.

41Possiblement justifiée, on l’a dit, dans le cadre de la compilation-dossier qui se contente de juxtaposer les « matières » sans les traiter, cette identification des deux « matières » apparaît simplificatrice, voire inacceptable pour ce qui est de la compilation-récit, où s’opère une véritable réélaboration de celle-ci, en relation avec une nouvelle forme.

Critiques du paradigme mimétique

Critique du postulat de l’« invariance52 » : la formalisation de la matière

  • 52  Ce n’est pas que nous refusions d’admettre qu’il y a une part d’invariance dans la matière transmi (...)
  • 53  Ce postulat se justifie largement par un principe aristotélicien édicté dans la Physique, p. 130 s (...)

42La posture qui vient d’être décrite se trouve en partie invalidée par la réponse qu’à sa façon, Bonaventure apporta à la question de l’auteurité dans la compilation. Ce théologien fut, en effet, amené à postuler trois « causes efficientes »53 : Dieu, cause efficiente première, l’auctor, cause efficiente seconde qui assume la « cause matérielle » et enfin, le compilateur, troisième cause efficiente, responsable de la « cause formelle ».

43En considérant le compilateur comme un des agents causateurs du texte et non pas comme un simple medium passif, Bonaventure oppose en quelque sorte à la mimèsis passive comme reproduction servile, une mimèsis (plus) active qui reconnaît au compilateur un travail sur la forme.

44Il n’empêche qu’à travers l’articulation des fonctions qu’il propose, la compilation continue de se définir rigoureusement comme un objet sémiotique incomplet dont le propre est de disposer d’une forme « intérieure » reliée à une matière « extérieure ».

  • 54  M. de CERTEAU, L’écriture de l’histoire, p. 19.

45Un pas est néanmoins franchi avec la prise en compte de la formalisation de la « matière », qui permet de revenir sur le « clivage » que l’histoire tend à introduire entre « la materia (les faits, la simplex historia) et l’ornamentum (la présentation, la mise en scène, le commentaire) »54. C’est en attribuant un caractère opératoire à ce clivage que Bonaventure peut s’autoriser à scinder en trois, l’espace d’auteurité à l’intérieur de la compilation.

  • 55  Paul RICOEUR, « Rhétorique-Poétique-Herméneutique », De la métaphysique à la rhétorique, Bruxelles (...)
  • 56  ARISTOTE, Physique., p. 127.
  • 57  H. LAUSBERG, Manual de retórica…, p. 100 : « La res de un discurso recorre varias fases elaborativ (...)

46Il est, en effet, tentant de tenir que le discours historique n’autorise pas l’inventio dans la mesure où l’historien, à la différence du poète55, dispose déjà du fond de son discours, puisqu’il « recueille » la « matière » d’une tradition souvent largement authentifiée. Un paradoxe naît cependant qui procède de la manière dont est posée et résolue la question des rapports entre « matière » et « forme ». Est-il vraisemblable de tenir que la « matière » demeure « inchangée » après qu’elle a été mise en forme, surtout si on se réfère à ce que nous dit Aristote dans sa Physique : « la matière fait partie des choses relatives, car à forme différente matière différente »56 ? De même Heinrich Lausberg distingue la « matière brute » de celle du « discours achevé »57, soulignant ainsi l’altérité existant entre les deux.

  • 58  LUCIEN, « Comment il faut écrire l’histoire », in : Œuvres complètes, M. TALBOT (trad.), Paris : H (...)

47On voit bien qu’à partir du moment où l’œuvre est appréhendée à partir de la double perspective de sa « matière » et de sa « forme », le point de vue qui est porté sur elle change nécessairement, car en prenant en compte le traitement que subit la « matière » lors de sa mise en forme, on est contraint de poser un principe de différenciation là où, en se fondant sur le primat de la seule matière, il s’avérait possible de postuler un ordre de permanence. De fait, l’introduction du paramètre « forme » ruine l’illusion d’une matière qui se transmettrait identique à elle-même, en ruinant aussi simultanément la croyance en son « invariance » et en l’immutabilité de son essence. Dès lors, le compilateur peut être vu, moins comme le récepteur (voire un réceptacle) passif d’une matière qui, de toute évidence, le domine, que comme un agent producteur qui, parce qu’il en assure la formalisation, est appelé à exercer un pouvoir sur elle. Encore, pour ce faire, faut-il renoncer au principe de l’inertie de la « matière » et reconnaître la relation dialectique qui unit « matière » et « forme » et selon laquelle la matière formalisée ne saurait être identique à la matière brute, non encore travaillée. Or, une telle reconnaissance est loin d’aller de soi comme si les deux réalités évoquées se superposaient plus qu’elles ne s’imbriquaient. Ainsi, Lucien, parfaitement conscient du travail de formalisation que l’historien doit effectuer sur la « matière » qu’il a reçue : « [L’historien] n’a point à chercher ce qu’il a à dire mais, comment il doit l’énoncer »58, n’admet pas pour autant de façon explicite que, ce faisant, il intervient aussi nécessairement sur cette matière :

  • 59  Ibid.

En somme, il faut croire qu’un historien ressemble à Phidias, à Praxitèle, à Alcamène, ou à quelque autre de ces artistes. Aucun d’eux n’a fabriqué l’or, l’argent, l’ivoire ou les autres matières dont ils se sont servis ; ils les avaient sous la main ; […] ils ne leur ont donné que la forme : ils ont scié l’ivoire, l’ont poli, collé, ajusté et rehaussé d’or. Ce fut un effet de leur art de disposer la matière comme il convenait ; c’est aussi le travail de l’historien de donner aux faits une belle ordonnance, et de les produire sous leur jour le plus brillant59.

48Nous élevant en faux contre cette posture ambiguë qui ne tire pas toutes les conséquences des postulats qu’elle admet implicitement, nous considérons précisément que tout scripteur, y compris l’historien, qui se trouve engagé dans un processus de disposition de la matière, est appelé à transformer cette « matière » par la nouvelle forme qu’il lui donne. De fait, il est impératif, s’agissant de la compilation-récit, de poser pour l’instant l’existence de deux « états de la matière » : la matière brute qui correspond à la matière que l’historien recueille du passé, matière du canevas préparatoire qu’est la compilation-dossier, la matière élaborée ou finie qui est celle, effective, de la compilation-récit.

Le postulat des deux états de matière : la compilation comme production

49Qu’est-ce qui change dès lors qu’on admet le postulat des deux états de matière ? En premier lieu, la conception que l’on se fait de la facture de la « matière » de la compilation-récit.

  • 60  H. LAUSBERG, Manual de…, p. 235 : « Naturalmente, la inventio es también un proceso parcial ; se e (...)
  • 61  Ibid., p. 234 :« La inventio es un proceso productivo-creador […] ».
  • 62  Ibid. : [La inventio] consiste en extraer las posibilidades de desarrollo de las ideas contenidas (...)

50Dans le vaste fond commun constitué par ce qu’il conviendrait très grossièrement d’appeler la « matière historique », l’historien sélectionne un fond plus restreint, correspondant à ce que nous avons déjà désigné par « compilation-dossier » ou « matière brute ». Chaque historien opère donc un tri, ce qui nous renvoie à l’inventio comme processus partiel, permettent à l’orateur ou, dans le présent cas, à l’historien, d’extraire de la res ce qui lui semble utile60. Dans un premier temps, l’historien s’aventure donc dans le « processus productif-créateur »61 consistant à « extraire les possibilités de développement des idées contenues de façon plus ou moins dissimulée dans la res62.

51Mais dans un second temps, à tout le moins dans la perspective de la confection de la compilation-récit, ce fond restreint et « brut » est nécessairement mis en forme et, par conséquent, réélaboré.

52Le seul terme de « récit » implique par lui-même un processus d’élaboration de la matière brute, enveloppe primitive du récit :

  • 63  H. LAUSBERG, Manual de retórica, p. 226.

[…] el proceso propiamente elaborativo de la « materia », […] se inicia con la materia bruta y la va elaborando hasta llegar a la declamación en público del discurso. En este proceso se distinguen « cinco fases de elaboración63.

  • 64  B. GUENÉE, Histoire et culture….p. 207 : « En somme, la rhétorique antique avait créé l’histoire q (...)
  • 65  Ibid, p. 166.
  • 66  Cf. n. 44 chapitre 1.
  • 67  G. MARTIN, « La compilation… », p. 121 : « […] cette analyse des mécanismes d’une compilation [il (...)

53Bernard Guenée ne manque pas de le souligner lorsqu’il rappelle la dimension rhétorique qui habite l’histoire64 et qui incite, par exemple, les auteurs à « oser des digressions […] »65 pour soigner la beauté de leur récit66, c’est-à-dire, en un mot, à effectuer un véritable travail de recomposition de la matière brute. Un descriptif assez précis nous en est même donné qui renvoie aux cinq opérations fondamentales de la compilation naguère répertoriées par Georges Martin, et en particulier aux procédures de réunion, agencement, révision67. Ce qui permet à ce sémiologue de conclure que :

  • 68  Ibid.

[…] une analogie foncière rapproche la relation qui, dans la compilation, s’instaure entre la compétence que constituent les textes-sources et la performance que constitue le texte-cible, de celle qui, dans tout langage, lie langue et discours […]68.

54Dans ces conditions, on voit bien l’incohérence d’une position qui consisterait à reconnaître la recomposition de la matière brute tout en refusant d’admettre qu’une telle réélaboration en fait invariablement une matière autre, neuve, consubstantielle de la nouvelle forme qui l’habite. Comme le souligne Aristote :

  • 69  Cité par U. ECO, Art et beauté dans l’esthétique médiévale, p. 112. Le texte latin tiré de De veri (...)

[…] l’idée ne correspond ni à la matière seulement, ni à la forme seulement ; mais, au composé (de matière et de forme) pris dans son entier correspond une idée qui est productive de la totalité, qu’il s’agisse de la forme aussi bien que de la matière69.

55De fait, compte tenu de cette indissociabilité de la forme et de la matière, le compilateur devrait être reconnu pour « cause efficiente » non seulement en ce qu’il assume la cause formelle, mais aussi en raison de son intervention décisive sur une matière qu’il contribue largement à recréer, par son travail de mise en forme.

  • 70  Par « argument », il faut entendre ce que dans la terminologie rhétorique, on a coutume de désigne (...)
  • 71  P. RICOEUR, « Rhétorique-poétique… », p. 148 : « Le lieu initial d’où le poétique diffuse, c’est, (...)

56La distinction heuristique entre « forme » et « matière » n’est donc pas opératoire dès lors qu’il s’agit d’apprécier la compilation dans la dynamique de recréation qui la caractérise. Tant que l’on reste fidèle au principe d’une matière du « dehors » (que celle-ci soit unie ou pas à une forme du « dedans »), on s’attache à un modèle d’interprétation qui dénie au compilateur toute auteurité sur le texte qu’il produit. À rebours, le seul fait de tenir que le compilateur travaille sur la base d’une matière qu’il a lui-même réélaborée suffit à mettre en évidence qu’il est en mesure de soutenir la comparaison avec le poète. En effet, s’il a déjà été posé que l’écriture de l’histoire relève d’un acte rhétorique, c’est-à-dire d’une élaboration d’arguments70, il faut maintenant aller plus loin en assumant pleinement le fait qu’il est aussi un acte poétique, non seulement parce qu’il est « fabrication de discours » (poiesis) mais en ce qu’il est aussi « invention d’intrigues »71. Faut-il rappeler que la poésie, en tant qu’acte créateur, imite dans la mesure même où elle engendre un muthos, une fable-intrigue ?

  • 72  Ibid.

57Selon cette perspective, le récit historique qui est « narratio rei gestae » participe nécessairement de cette « invention de la fable-intrigue », puisqu’à l’instar de celle-ci, ce récit n’est autre qu’une « reconstruction imaginative du champ de l’action humaine – imagination ou reconstruction à laquelle Aristote applique le terme de mimesis, c’est-à-dire imitation créatrice »72.

58Dans ces conditions, le compilateur-historien ne peut plus être relégué au rang de « troisième cause efficiente », responsable de la seule « cause formelle », puisque cette mise en forme indissociable de la réélaboration de la matière, fait d’emblée de lui l’agent causateur de la forme et de la matière.

59Il est donc clair que le postulat de la « variabilité » de la matière a pour effet de restituer au texte de la compilation son « auto-suffisance » sémiotique et de l’instituer de fait comme « entité textuelle » de plein exercice.

60Ce changement de perspective qui renvoie l’auctor à l’arrière-plan et qui, en conséquence, propulse le compilateur sur le devant de la scène auctoriale, détourne du même coup l’attention du critique de la « cause matérielle » vers la « cause finale » (« causa finalis ») ou intention. En effet, si l’on tient que la compilation est discours autonome, on admet nécessairement (en vertu du rôle de moteur suprême qu’Aristote confère à la cause finale) qu’elle est réalisée en vue d’une certaine « intention », d’un certain « projet ». Dès lors s’opère un renversement de perspective, car ce n’est plus la « matière », le lieu initial d’où la compilation diffuse, mais bien le « projet », l’« intention ». C’est parce qu’il est mû par un projet, une intention productrice, que le compilateur décide de réaliser une compilation et de sélectionner telle « matière » qu’il formalisera de telle ou telle autre façon.

61Avec l’émergence de cette idée de « projet », la question pertinente à poser à la « compilation-récit » n’est plus celle de sa fidélité à ses sources mais de sa fidélité au projet ou intention de son « causateur », laquelle intention passe par la construction discursive d’une certaine figure de récepteur. Or, qu’en est-il de cette figure lorsque le texte est conçu comme une réalité anhistorique ?

La problématique de la construction du lecteur-récepteur

62Quand on admet que la « compilation-texte » est dans un rapport de représentation mimétique avec les textes-sources, on vient à reconnaître que celle-ci n’a d’autre choix que de « conserver » la même hypothèse de lecteur-récepteur que ses sources. Tant qu’on demeure dans la logique d’une « transmission » qui s’effectue sans variation, on est tenu, en effet, de considérer qu’est posée à l’horizon du texte une image de récepteur « immuable », ce qui, en réalité, équivaut à tenir pour non pertinente la question de l’« adaptation » de l’« auteur » au « lecteur-cible » qu’il postule.

  • 73  Nous empruntons cette formulation à U. Eco, Lector in…, p. 61.
  • 74  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 359 : « Sur l’ensemble textuel qui nous intéresse, l’Histoir (...)
  • 75  Ibid, p. 361 : « L’activité des compilateurs ne s’est pas bornée à un « travail de découpage et de (...)

63Il est évident qu’il ne peut en être ainsi, puisque les divers textes qui servent de base infratextuelle à la « compilation-texte » sont susceptibles de formuler des hypothèses de lecteurs-récepteurs divergentes, voire contradictoires. De fait, si elle cherche à rester fidèle au principe de cohérence et de vraisemblance que nous posons comme préalable nécessaire à la mise en forme de toute narration, la compilation doit prendre position par rapport à ces hypothèses et construire sa propre image de « Lecteur Modèle »73. Les travaux de Georges Martin, à propos de la légende des juges de Castille témoignent, en effet, de cette réalité de l’adaptation à l’autre-cible, à travers notamment la mise en évidence des stratégies qu’Alphonse X déploie74, pour construire, à partir des images contradictoires d’allocutaires projetées dans les textes de Luc de Tuy et de Rodrigue de Tolède, la sienne propre. Les résultats auxquels Georges Martin aboutit75 sont en phase avec la manière dont les travaux récents en « sciences du langage » ont renouvelé l’approche de la problématique du lecteur-récepteur.

64Nous en proposons une rapide synthèse pour bien mettre en évidence qu’une approche de la « compilation-texte » qui donne toute sa place à la problématique du lecteur-récepteur comme construction partiellement contrôlée par un « auteur » ne saurait souscrire à une conception de la compilation comme « reproduction », « copie », d’un quelconque « original ».

Le lecteur-récepteur comme construction

  • 76  Nous partageons ce présupposé de l’approche pragmatique selon lequel tout locuteur cherche à s’ada (...)

65La pragmatique76, héritière en cela de la rhétorique aristotélicienne, nous invite à saisir le texte comme « objet de communication », conçu à l’attention d’un destinataire plus ou moins implicite, inscrit dans la latence du texte. C’est pourquoi la problématique de la figure du lecteur-récepteur comme construction discursive se trouve au cœur des diverses approches qui appréhendent le discours dans sa dimension pragmatique. Le lieu textuel est alors perçu comme espace d’interaction entre un « auteur » et un « lecteur » virtuels, engagés tous deux dans une dynamique d’échange.

66Si l’auteur (empirique) se présente de prime abord comme le maître d’œuvre de l’opération discursive, c’est-à-dire comme le « détonateur » de l’acte de langage, il perd vite l’aura de toute-puissance qui pourrait l’entourer lorsqu’est prise en compte la notion d’« effet » à produire.

67Cette notion d’« effet », il faut d’emblée le préciser, acquiert une pertinence toute particulière dans le cadre des échanges de type argumentatif, même s’il est admis désormais que toute production discursive est par essence dialogique, c’est-à-dire orientée vers un destinataire, dont le discours tend à anticiper les réactions et commentaires.

  • 77  Voir Chaïm PERELMAN, Lucie OLBRECHTS-TYTECA, Traité de l’argumentation, Bruxelles : Université de (...)
  • 78  Nous verrons plus loin que cette médiation est elle-même problématique dans la mesure où le locute (...)
  • 79  U. ECO, Lector…., p. 75. Nous emploierons les termes d’énonciateur et de co-énonciateur quand il s (...)

68Dans tous les cas, la prise de conscience par le destinateur de l’échange, des capacités de coopération ou de refus de coopération du destinataire est de nature à briser le sentiment de toute-puissance que nous évoquions précédemment. Au lieu d’être la cible docile et malléable d’un discours constitué par avance, le Lecteur Modèle devient, dans cette perspective, le partenaire d’un échange, dont il façonne les contours, détermine le contenu et oriente les perspectives77. L’auteur, responsable a priori de la procédure d’énonciation, est, en fait, à saisir comme médiateur d’un procès dont le succès dépend précisément de la capacité qu’il a à assumer pleinement la médiation78 qu’il a en charge. Or, pour que cette médiation s’effectue, cet auteur qui est représenté dans le discours sous forme d’une certaine stratégie énonciative, doit tenir le lecteur virtuel pour responsable également en partie de la construction discursive. Ce dernier devient ainsi co-auteur ou co-énonciateur c’est-à-dire l’autre versant de la stratégie énonciative qu’est l’auteur virtuel ou « Auteur Modèle »79.

69L’hypothèse est la suivante : chacune des deux « stratégies » en présence (auteur et lecteurs virtuels) se dédouble pour occuper le lieu de l’autre. L’auteur virtuel ne peut réellement assumer la stratégie qui est la sienne s’il ne cherche à se projeter à la place du destinataire de son discours. Il devient alors en quelque sorte « auteur-lecteur » puisque, tout en continuant d’être à l’origine de la stratégie énonciative, il se projette à la place du lecteur virtuel pour le mieux construire.

70Ainsi, dans un tel mouvement, le lecteur virtuel n’est plus saisi comme instance de « réception » mais comme co-instance de production. De fait, une telle projection a pour conséquence d’inscrire dans le discours les traces ou l’intenté de son vouloir-dire, et donc de son vouloir-lire.

71Le discours produit devient le carrefour de ces différents vouloirs qui se connaissent et se méconnaissent, et donc se déclinent sous le signe de la contradiction. La tension qui en résulte dessine une figure de lecteur à la fois une (elle est le résultat du brassage de la différence) et plurielle (elle rappelle que tout brassage est la somme de différences singulières). Comment se construit-elle alors ?

  • 80  Dans la mesure où nous appliquons la notion de « Lecteur Modèle » à un texte historique, qui est à (...)

72Le concept de « projection » peut se révéler opératoire. Toute projection implique un transfert. Lorsque la projection est mentale, elle engage la détermination d’une image, c’est-à-dire une représentation. Représenter, c’est tout à la fois rendre présent et présenter autrement. L’auteur (empirique), au moment d’élaborer son discours, se représente plus ou moins consciemment son Lecteur Modèle80 : autant dire qu’il lui attribue une certaine corporalité mais cette corporalité immatérielle qui est corrélative d’une rupture avec le corps empirique suppose un détour. Ce détour, qui emprunte les sentiers de l’imaginaire et de l’inconscient, pose une distance entre la figure de lecteur (virtuel) qui sera construite par le discours, et la figure de lecteur (empirique) qui préexiste à ce même discours. Comme l’indique Wolfgang Iser :

  • 81  Wolfgang ISER, L’acte de lecture-théorie de l’effet esthétique, E. SZNYCER (trad.), Bruxelles : Ma (...)

[…] la perception implique la préexistence d’un objet donné tandis que […] la représentation se rapporte toujours à un élément qui n’est pas donné, ou qui est absent, et qui apparaît grâce à elle81.

73On est donc en droit d’établir que la construction de la figure de Lecteur Modèle s’opère en deux phases distinctes, à la fois concomitantes et successives.

74La première phase engage une réalité d’ordre perceptif : dans cette perspective, le lecteur est appréhendé aussi comme une figure qui préexiste au monde verbal construit par l’auteur. Cette figure anté-discursive tire alors un certain nombre de ses propriétés du monde de référence et de l’« encyclopédie » de l’auteur empirique. Pour être plus explicite, on pourrait dire qu’à cette étape, l’auteur tend à attribuer au Lecteur Modèle qu’il construit, des traits que le « lecteur doxique » a, a eus ou aurait, dans le monde de son expérience, à partir de la perception qui est la sienne.

75Dans notre perspective, une telle affirmation est essentielle, car elle admet pour présupposé que l’auteur empirique a une idée du lecteur empirique qu’il veut influencer par son argumentation, cette idée, on l’a dit, ayant pour base une certaine figure de « lecteur doxique ». La figure anté-discursive du lecteur est donc en prise plus ou moins directe avec la réalité empirique de l’auteur.

  • 82  Catherine KERBRAT-ORECCHIONI, L’énonciation, Paris : Armand Colin, 1999, p. 27.

76La seconde phase est en rapport avec la « représentation ». Dans le cadre propre à l’argumentation écrite, le lecteur est un « absent/non-loquent »82 ; il est une figure qui doit être convoquée par le discours, pour être construite à partir des instructions délivrées par la figure de son homologue anté-discursif. Il en résulte une image que l’on peut qualifier de « mentale » pour suggérer son caractère non matériel.

  • 83  Voir Jean-Blaise GRIZE, Logique et langage, Paris : Ophrys, 1997, p. 35-39.
  • 84  On peut considérer que cette recréation est tout à la fois assumée et subie par le sujet.

77Cette image mentale, qui s’enracine dans une certaine réalité empirique du lecteur, est néanmoins résolument intra-textuelle. L’auteur matérialise en quelque sorte sous forme d’image les données que lui fournissent la réalité et la perception qu’il a de celle-ci, c’est-à-dire le monde référentiel. Il en résulte une « schématisation »83 qui peut être appréhendée comme la synthèse de ces diverses perceptions. Mais dans le même temps cet auteur est amené à procéder à une « recréation » imaginaire de la figure de lecteur, c’est-à-dire à une « représentation » de cette figure, laquelle est nécessairement en décalage avec ce que pourrait être celle du lecteur réel84.

Le Lecteur Modèle comme construction socio-historique liée à un « projet »

78Autrement dit, l’auteur retravaille l’image préalable qu’il a de son lecteur de référence (lequel est en relation à la fois directe et indirecte avec la réalité empirique) pour construire une image qui s’harmonise avec ses intentions discursives. De fait, il doit intégrer à cette image les représentations qu’il se fait de ce lecteur. En effet, comme le dit Jean-Blaize Grize :

  • 85  Ibid., p. 35.

[le locuteur A] n’a aucun accès direct aux représentations de [l’allocutaire] B. Il s’ensuit que ce qui va effectivement compter, ce sont les représentations que A se fait des représentations de B85.

79De cette mise en abyme des représentations qui est aussi un chassé-croisé, dérive une image de lecteur qui relève à la fois du donné et du fictif, sans qu’il soit réellement possible de déterminer dans quelles proportions exactes.

80Le donné qui participe de la construction de cette image englobe les croyances, les opinions, les schèmes de pensée…c’est-à-dire l’appareil doxique que l’auteur attribue à son lecteur-cible, sur la base des valeurs dominantes au sein de leur communauté. Ce donné, on le voit, résulte lui aussi d’une construction de l’auteur mais cette construction a une base empirique, puisqu’elle s’appuie sur le monde d’expériences partagé de l’auteur et du lecteur, sur leur univers référentiel commun. Ainsi, le donné intègre-t-il une dimension fictive.

81Le fictif, pour sa part, se situe dans l’au-delà de ce donné empirique, bien qu’il soit présupposé par lui. Quand l’auteur se situe dans une optique argumentative, il ne peut se suffire de cette image de lecteur doxique, surtout si cette image est décalée par rapport à ses propres valeurs, ou à celles qu’il veut faire admettre à son lecteur.

82Il est logique de soutenir que tout auteur, engagé dans une dynamique argumentative, nourrit une certaine image de ce que nous avons convenu d’appeler le « Lecteur Modèle ». Ce Lecteur Modèle est aussi à considérer comme l’instance-cible qui est construite dans et par le discours, à partir notamment de la déconstruction de la figure de lecteur doxique. En attribuant indûment à son lecteur des valeurs qu’il lui sait « étrangères », l’auteur l’ampute dans le même temps de celles qui seraient de nature à entraver sa dynamique de persuasion. Il travaille dès lors non plus à partir des seules représentations qu’il se fait du lecteur doxique mais se fonde également sur l’image de Lecteur Modèle qu’il s’est forgée.

83Il est intéressant de chercher à saisir ces deux images (image doxique/image idéale) dans ce qui les rassemble et ce qui les sépare, c’est-à-dire dans leur cohésion et leur tension interne. De la confrontation de ces deux images surgit précisément ce qui constitue l’enjeu de l’entreprise argumentative : traiter les différences comme des identités de façon à combler la distance qui rendait l’accord impossible. Si l’image du Lecteur Modèle est trop distante de celle du lecteur « doxique », l’entreprise est vouée à l’échec.

84L’auteur, dans la perspective argumentative qui est la sienne, se présente comme un « rassembleur » : il sera donc enclin à saisir ces deux figures dans leur cohésion de façon à délimiter une base de travail qui représentera l’indice d’un terrain d’entente. De fait, il lui importera de dégager une zone d’intersection où les deux images se rejoignent et communient ne serait-ce qu’un instant.

  • 86  C. PERELMAN, L. OLBRECHTS-TYTECA, Traité de l’argumentation…, p. 41-46.
  • 87  Ibid.

85C’est sans doute là l’objet de la « captatio benevolentiae » : s’attirer la bienveillance du lecteur revient à trouver des lieux consensuels où ce dernier, considéré alors dans sa dimension doxique, se reconnaît sans effort. Mais c’est aussi déjà présenter comme allant de soi tout un réseau subtil de vérités plus ou moins consciemment admises par lui, de façon à « précipiter » en quelque sorte la conversion du lecteur « doxique » en Lecteur Modèle. Dans cette perspective, l’auteur engage un fondement topique qui certes intègre la « doxa » du lecteur-cible mais va au-delà en englobant toute une série de valeurs qui, selon lui, sont celles de tout être de raison. Or, cet être de raison, encore appelé « auditoire universel »86 par Perelman et Olbrechts-Tyteca, n’est lui-même qu’une projection du locuteur87 puisqu’il peut être perçu comme l’image que ce locuteur se fait de cet être de raison, en fonction de sa culture propre. L’idée d’« auditoire universel » qui pourrait valider l’hypothèse d’une conception anhistorique de la réception a tôt fait de révéler son caractère socio-historique. C’est ce que notent Perelman et Olbrets-Tyteca :

  • 88  Ibid., p. 43.

[…] chaque culture, chaque individu a sa propre conception de l’auditoire universel, et l’étude de ces variations serait fort instructive, car elle nous ferait connaître ce que les hommes ont considéré, au cours de l’histoire, comme réel, vrai et objectivement valable88.

86Par ce truchement, l’auteur s’efforce d’actualiser dans le discours les traits de son Lecteur Modèle dont la figure achevée renvoie, elle aussi, nécessairement l’image qu’il se fait de cet être de raison. Ainsi, le locuteur a beau jeu, par exemple, de créer une figure de lecteur valorisante à laquelle son lecteur-cible sera heureux de s’identifier, même s’il ne s’y reconnaît pas totalement. Cette identification sera bien entendu facilitée par la projection parallèle de l’image doxique, qui jettera les fondements d’une relation de confiance.

87Il ressort donc que le texte fait s’entrecroiser plusieurs figures de Lecteur Modèle quoiqu’il ne veuille projeter qu’une seule, unifiée, apaisée.

88Dans l’imaginaire de la compilation comme « reproduction » ou « copie », l’historien, perçu comme medium passif, ne saurait vraisemblablement être appréhendé comme un lecteur attentif, et donc, critique des textes qu’il a en charge, pas plus qu’il n’est vu comme énonciateur. Or, le seul fait qu’on puisse parler d’« altération », d’« écart » indique qu’il y a médiation d’un sujet lisant empirique, qui prend pleinement connaissance du texte qu’il a en charge de « reproduire ». Nous y reviendrons plus longuement. Pour l’heure, nous voulons simplement poser que la médiation d’un tel sujet établit la dimension socio-historique de toute « réception », ce qui revient à dire que la figure de Lecteur Modèle constitue nécessairement une « variable » de chaque texte, à l’intérieur d’une série donnée.

89Tout ce que nous avons dit de la « représentation » du lecteur laisse penser que tout texte élabore une image de Lecteur Modèle qui lui est propre. Il est donc logique de considérer que la « compilation-texte » retravaille la figure de lecteur inscrite dans le texte-source si celle-ci lui semble trop distante de la projection idéale qu’il s’en fait. Dans cette perspective, il est légitime de se demander si le lecteur réel qu’est le compilateur se retrouve dans l’image de Lecteur Modèle que les textes-sources lui renvoient. Autrement dit, existe-t-il entre le Lecteur Modèle postulé par le texte-source et le lecteur réel qu’est l’historien, une zone d’intersection suffisamment large pour permettre le succès de l’échange, lequel pourrait donner alors une certaine assise à l’idée d’une « transmission sans variation » ? Il nous semble, en effet, que si une telle formulation garde un sens, c’est uniquement en l’abordant selon l’optique d’une réception « réussie », dans le cadre d’une coopération presque parfaite accomplie entre l’Auteur Modèle d’un texte-source et le lecteur empirique qu’est l’historien-compilateur. En effet, une autre façon d’appréhender la proximité littérale que la compilation-texte peut entretenir avec ses textes-sources, est de saisir cette « conformité » à travers le prisme de la coïncidence du dire de l’un avec le vouloir-lire de l’autre. La différence d’approche n’est pas à sous-estimer car, dans un cas, la « compilation-texte » est perçue comme dépendante, dans l’autre, elle est vue comme une entité autonome qui construit ses propres paradigmes, parmi lesquels, on l’a vu, celui de Lecteur Modèle.

La reformulation « transtextuelle »89

  • 89  Nous tenons à dire la dette de toute cette analyse aux divers travaux d’inspiration sémiologique, (...)

90Il s’agira ici de manifester que l’identité sémiotique de la compilation-texte se doit d’être perçue comme relevant de la « transtextualité ». Nous nous proposons, dans les pages qui vont suivre, d’indiquer brièvement les éléments qui fondent la légitimité du renversement dialectique que nous entendons effectuer, lequel, à la suite de ce que Georges Martin a réalisé dans son analyse de la « Légende des Juges de Castille », vise à envisager les relations entre « compilation » et « texte-source » dans la bilatéralité qui les fonde. Ainsi, plutôt que de considérer que ces relations doivent nécessairement s’orienter de la « compilation » vers la « source », c’est-à-dire, selon une certaine approche, de la « copie » vers le « modèle », il nous paraît plus pertinent de les saisir dans ce qu’elles sont susceptibles de nous dire de l’influence rétrospective que la compilation en tant que texte second, peut exercer sur le texte premier qu’est la source.

La compilation comme représentation vraisemblable du texte-source

91Il convient brièvement de rappeler qu’à la différence de Platon qui analyse la mimèsis comme une tentative impossible de copie d’un réel, lui-même déjà marqué au sceau de la dégradation, Aristote, étranger à cette nostalgie de l’Être, l’appréhende comme atelier des possibles. Ainsi perçue, la représentation devient un lieu d’expression et d’élaboration d’une connaissance du monde, liée à une certaine éthique.C’est que, du moment qu’on renonce à la voir comme enregistrement passif du réel, la mimèsis suppose une prise de position, une volonté de retranscrire le réel en fonction de codes esthétiques et éthiques, à la fois personnels et partagés, c’est-à-dire selon une certaine représentation politique du réel.

  • 90  Nous pensons en particulier à Gérard Genette et Paul Ricoeur.

92C’est pourquoi chaque représentation postule un monde possible car elle est une construction intellectuelle qui prend appui sur le réel, non pour le « copier » mais pour le modéliser. Si les critiques contemporains90 préfèrent évoquer la mimèsis au moyen du terme de « fiction », c’est parce qu’ils sont extrêmement sensibles au procès de recréation qui est en jeu dans toute procédure de restitution d’une réalité. La vraisemblance fait les choses, il n’est pas vain de le rappeler, non telles qu’elles sont ou paraissent être, mais telles qu’elles devraient être.

93Quelles conséquences cette approche qui prend en compte la normativité inhérente à la mimèsis, a-t-elle sur la conception de l’objet d’analyse qu’est la compilation-texte ?

94Si comme on l’a dit, cette conception postule que le rapport entre le monde et sa représentation ne saurait se réduire à une simple opération de décalque, mais qu’elle ressortit plutôt à une « retraduction » du réel en des termes qui relèvent d’un « programme normatif » précis, alors le rapport entre le texte de la compilation et ses sources relève aussi de cette même dynamique de « retranscription » fortement signifiante.

95La notion de « construction intellectuelle » peut nous aider à mieux saisir cette dynamique : la « compilation », par la relation qui la lie aux textes qui l’ont précédée, suppose une part d’adéquation sensible et immédiate avec eux, mais aussi un inéluctable détachement. En effet, non seulement la procédure de compilation implique, nous l’avons dit, une sélection de la matière historique, – le texte second ne pouvant en aucun cas absorber toute la « matière » d’une source donnée –, mais de plus la « portion » qui se trouve prélevée, de par son insertion dans un nouveau contexte, ne saurait être identique à ce qu’elle fut.

96Il en découle que la compilation, par la vision « parcellaire » qu’elle propose des textes premiers, en construit une représentation fictive qui n’est jamais qu’une représentation vraisemblable de ceux-ci. Daniel Poirion, dans la mise à jour des « théorèmes » de l’intertextualité fondatrice du texte médiéval, énonce ainsi le quatrième d’entre eux :

  • 91  D. POIRION, « Écriture et réécriture… », p. 114.

Divisant et multipliant les éléments contenus dans le texte-mère, la lecture-écriture opère comme un miroir à plusieurs facettes, pour donner au texte une plus grande richesse en réseaux signifiants91.

97La transposition qui est ainsi à l’œuvre rend applicable le critère de vraisemblance, c’est-à-dire la conformité de la représentation ainsi proposée à un « programme de vérité » qui n’est autre que celui auquel l’auteur de l’objet représenté cherche, autant que possible, à se montrer fidèle.

98La formalisation de la « matière », corrélative de sa réélaboration et de sa modélisation, doit donc s’interpréter comme « retranscription » signifiante d’un « texte-source » qui se voit partiellement détruit pour être ensuite reconstruit ailleurs. Il est donc logique de considérer alors, que la notion de « sélection », dans la mesure où elle implique un arbitrage, c’est-à-dire tout à la fois un arbitre et un paradigme de référence, renvoie indubitablement à une reconstruction imaginaire de l’objet, orientée intentionnellement en vue d’une fin particulière.

99On tient alors que la compilation comme texte présent réinvente son passé, c’est-à-dire ses origines supposées.

100De fait, quelle pertinence conserve la problématique de la reproduction dans l’appréhension du mode d’écriture qu’est la compilation ?

La faible pertinence de la problématique de la reproduction

101La problématique de la reproduction telle qu’elle est posée par la critique traditionnelle laisse dans l’ombre toute une série de questions, parmi lesquelles la plus fondamentale est sans doute celle de l’identité d’un texte.

102Notre souci est donc de reformuler cette problématique en tenant compte de données qui permettent de porter sur elle un éclairage différent.

103En tant qu’elle est retour du même sous la plume d’un autre (mêmes mots, mêmes tournures…), la « compilation », appréhendée comme écriture oblige, on l’a compris, à poser la question de l’identité de l’œuvre et de l’auteur. A partir du XIIIe siècle où « compilation » et « traduction » vont de pair, cette question se fait encore plus prégnante, car l’adjonction de l’opérateur « traduction » accroît la complexité du problème de la représentation, en dotant d’un surplus de crédit le coefficient de valeur attaché à l’approche mimétique.

104La définition de l’identité d’un texte constitue donc un point nodal de la réflexion que nous entendons engager : le texte se définit-il en fonction de sa lettre ou en fonction de son « agent causateur » ?

105Nous avons répondu en partie à ces interrogations lorsque nous avons traité de la question de la matière et de ses états. Le primat accordé à la « matière », perceptible dans la sorte de sacralité qui entoure la fonction de scribe (chargée de recueillir cette matière dans sa littéralité), nous permet de mettre en évidence, sans réelle difficulté, qu’au Moyen Âge, l’identité d’un texte semble résider dans sa lettre et partant, dans son sens originel, tenu pour immuable.

106La valeur heuristique reconnue à l’identité littérale explique sans doute le sacrilège qu’a pu représenter aux yeux de certains théologiens le fait même de traduire, surtout quand le « transfert » s’opérait du latin, langue du sacré, vers une langue vernaculaire.

107C’est ce qu’explique Georges Steiner :

  • 92  G. STEINER, Après Babel…, p. 331.

La question, vieille comme le monde, de savoir si la traduction est vraiment possible, prend racine dans des scrupules d’ordre psychologique et religieux, quant à la légitimité du passage d’une langue à l’autre. Dans la mesure où le langage est d’essence divine ou maléfique, et puisqu’il abrite la révélation, sa transmission délibérée dans la langue vulgaire ou par-dessus la barrière des langues est moralement douteuse ou franchement condamnable. On sent chez saint Paul une grande répugnance à déchiffrer, des hésitations devant l’affaiblissement qu’entraîne toute réécriture : en substance, tout acte de traduction sans exception pousse sur une pente glissante, éloigne d’un degré de la manifestation directe du logos92.

  • 93  C’est ce que sous-entend Nelson GOODMAN, Catherine Z. ELGIN, « Interprétation et identité : l’œuvr (...)
  • 94  Cf. n. 15.

108Cette conception de l’identité littérale laisse sous-entendre que la traduction est susceptible d’altérer l’identité du texte, par la menace qu’elle fait peser sur l’authenticité de sa lettre. Elle contient donc en germe l’idée que la « traduction » est transgression, déplacement de l’origine, et donc, trahison car elle est à même d’exercer un pouvoir dénaturant sur ce qui fonde la matérialité du texte93. Inversement, la « compilation » qui n’affecte aucunement la « matière » préserve l’identité du texte jusque dans sa lettre, à condition toutefois que le scribe accomplisse rigoureusement sa tâche94.

  • 95  N. GOODMAN, C. Z. ELGIN, ibid, p. 67.

109Cette valorisation de l’identité littérale nous renvoie à la position que défend le philosophe Goodman quand il affirme que le seul auteur d’une œuvre est « l’individu qui le premier a produit l’inscription du texte »95.

110Il est intéressant de noter que Goodman partage la posture qui est défendue au Moyen Âge, selon laquelle tous les scripteurs postérieurs ne peuvent revendiquer le titre d’« auteur » puisqu’ils ne font que réaliser des inscriptions d’un texte dont la paternité est déjà confisquée par le scripteur premier (ou auctor). Il n’est pas surprenant alors que le compilateur ait pu être défini implicitement comme qui copie les mots des autres en les rassemblant.

  • 96  Juan Luis BORGES, « Pierre Ménard, autor del Quijote », in : Ficciones, Madrid : Alianza Editorial (...)
  • 97  Nous employons à ce dessein ce terme marqué d’une certaine neutralité.

111Tout autre est la position revendiquée par Borges dans « P. Ménard, auteur du Quichotte »96, nouvelle dont le texte de Goodman constitue précisément un commentaire critique. Dans l’objectif de problématiser le lien complexe existant entre un texte et son scripteur97, Borges imagine deux scripteurs distincts écrivant rigoureusement le même texte :

  • 98  J. L. BORGES, ibid., p. 52.

No quería componer otro Quijote –lo cual es fácil- sino el Quijote. Inútil agregar que no encaró nunca una transcripción del original ; no se proponía copiarlo. Su admirable ambición era producir unas páginas que coincidieran–palabra por palabra y línea por línea-con las de Miguel de Cervantes98.

  • 99  Sur cette question, voir C. MENCÉ-CASTER, « De la compilation et de la traduction comme stratégies (...)

112La question qui se trouve posée est évidemment de savoir s’il s’agit de deux textes ou d’un seul et même texte. Pour Borges la réponse ne fait pas de doute : deux auteurs qui écrivent strictement et littéralement le même texte créent deux œuvres différentes. C’est ainsi que l’écriture de Pierre Ménard est qualifiée par Borges de plus subtile que celle de Cervantès, son prédécesseur. Prenant appui sur la notion d’« histoire comme mère de la vérité », l’analyste argentin étaye son affirmation en montrant que « d’un pur éloge rhétorique chez Cervantès », on passe trois siècles plus tard chez Pierre Ménard qui a lu William James et sa théorie pragmatique à une conception de l’histoire comme origine, et non plus, comme recherche de la réalité99.

113En posant qu’il y a deux œuvres, en dépit de l’exacte identité littérale, Borges nous invite à déplacer le foyer de l’identité textuelle de la lettre vers la signification, dans un mouvement de bascule qui annule la pertinence des tentatives de quantification des ressemblances et des différences. En effet, à quoi sert-il d’établir des degrés de « fidélité » à l’original quand le texte second se propose de n’être rien moins que la copie conforme de cet original ?

  • 100  Cf. n. 78.

114En poussant le problème du rapport entre « copie » et « original » à sa limite extrême, Borges nous fait prendre conscience de la nécessité de choisir entre deux positions théoriques : ou l’on tient que l’identité d’un texte est littérale, ou l’on considère qu’elle est sémantique et qu’elle est donc liée à son producteur, à ses intentions, à un certain contexte de production et de réception. Il n’est pas anodin, à ce titre, de remarquer que Borges présente la tentative de Pierre Ménard comme un projet nouveau, répondant à une finalité interne : « Inútil agregar que no encaró nunca una transcripción del original ; no se proponía copiarlo »100.

  • 101  A. COMPAGNON, Le démon…, p. 99. Cette distinction est, en réalité, suggérée par Eric Donald HIRSCH (...)

115Il postule ainsi que la réécriture littérale d’un texte n’affecte pas le statut du texte comme objet sémiotique propre, dès lors que l’intention qui régit le projet de réécriture est différente. En ce sens, il avance l’idée que la question de l’identité d’un texte est inséparable de celles de l’intention et de l’interprétation, le Quichotte de Pierre Ménard ne pouvant en aucun cas s’interpréter comme celui de Cervantès, il est nécessairement une œuvre distincte. Il se pose donc, en faveur d’une conception du « sens » comme « signification »101.

116Il renvoie ainsi la problématique de la reproduction dans le champ des chimères théoriques, en nous obligeant à la tenir pour ce qu’elle est véritablement : un « miroir aux alouettes ». Dire, en effet, que l’identité d’un texte est d’ordre sémantique revient à signifier qu’elle est fonction de l’interprétation qu’on peut en faire, c’est-à-dire d’un certain contexte de production et de réception.

117Comment douter alors que le modèle d’interprétation de l’écriture de la compilation dépend étroitement de la conception que l’analyste se fait de la mimèsis ? De la mimèsis platonicienne qui est imitation à la mimèsis aristotélicienne qui est représentation s’ouvre un espace contradictoire qui permet de penser la compilation comme vérité possible du réel.

La problématique de la transposition passive

  • 102  J. PEETERS, La médiation de l’étranger…, p. 205.

118En évoquant précédemment l’expérience borgésienne de l’écriture conforme, à travers les deux versions exactement semblables du Quichotte que sont celles de Cervantès et Pierre Ménard, nous avons pu mettre en évidence que ces versions sont en mesure de soutenir deux interprétations distinctes, parce qu’elles engagent des expériences de lecture qui ne se recoupent pas. Si, sans avoir modifié le moindre mot au texte de Cervantès, on peut considérer que Pierre Ménard en a produit une nouvelle écriture, c’est d’abord parce qu’il en a promu une nouvelle lecture. C’est que, comme le souligne Jean Peeters, « [e]n passant du Don Quichotte à celui de Pierre Ménard, on change de coordonnées historiques »102.

119Et de poursuivre le long d’un propos qu’il nous semble, en dépit de sa longueur, utile de reproduire presque dans son entier :

  • 103  Ibid.

Non pas que la date officielle du calendrier soit ce qui nous intéresse particulièrement, mais elle correspond ici à un changement d’interlocuteurs. Ici, dans cette fiction où Pierre Ménard réécrit le Quichotte, Borges fait comme si Pierre Ménard a lu William James et connaît sa théorie pragmatique, en d’autres termes que ses idées font partie du capital linguistique de 1918. […] En d’autres termes, la langue de l’auteur espagnol serait lue – interprétée, traduite – dans celle de l’auteur français fictif écrivant en espagnol. Comme on peut le voir, la langue n’est pas dans la matérialité du texte mais dans l’analyse sociolinguistique du document. […] Changer de langue, ce n’est pas seulement changer de mots […] mais c’est passer d’un interlocuteur à un autre et ramener l’un à l’autre. En écrivant de nouveau le Quichotte, Pierre Ménard introduit de nouveaux participants – il s’adresse à d’autres interlocuteurs – et de nouveaux protagonistes – il contribue à un autre patrimoine de savoir – qui ne faisaient pas partie de l’histoire de Cervantès. Ou si l’on veut, dans des termes plus courants, on peut dire qu’il a changé de contemporains de parole. La référence à William James ne vaut donc que dans une conception sociolinguistique de l’échange. Lire William James dans l’œuvre de Pierre Ménard, c’est affirmer que la langue implique des conversations et des communications que l’on a eues ou pas103.

  • 104  A. COMPAGNON, La seconde…, p. 38.
  • 105  C’est ce que sous-entend G. MARTIN, Les juges de Castille, p. 353 quand il écrit : « On serait bie (...)
  • 106  J. PEETERS, La médiation …, p. 205.

120La « transposition passive » doit donc se comprendre comme l’actualisation historique, c’est-à-dire la « recontextualisation » qu’implique toute « décontextualisation ». En glosant Antoine Compagnon104, il apparaît que, quoique le compilateur s’empare des mots des autres, il dit quelque chose de différent parce qu’il applique ces mots à autre chose. Le compilateur se doit d’assumer l’entière auteurité de son texte, car s’accaparer les mots des autres équivaut à se les approprier. De sorte que pour ce scripteur, les mots de l’Autre sont l’enjeu d’une quête de Soi. De fait, la prétendue fidélité aux sources du scripteur n’est rien moins que la « coïncidence » du dire de l’Autre avec le vouloir-lire/écrire105qui est le sien. C’est pour cela que d’un point de vue sociolinguistique, « il n’y a pas plus […] de reproduction authentique qu’il n’y a d’original immuable »106.

  • 107  Comme nous l’avons déjà souligné, ce terme nous semble impropre à rendre compte de la créativité q (...)

121De par la « décontextualisation » inhérente aux changements de paramètres interlocutifs, toute écriture de la « compilation » est déjà en soi une « traduction », quel que soit le degré de conformité littérale existant entre le texte premier et le texte second. La « transposition créatrice » qui vient en renfort de cette transposition passive, et qui est comme démultipliée par l’adjonction de l’opérateur « traduction »107, nous invite alors à percevoir la compilation-traduction comme un véritable mode de pensée qui, à tous les niveaux, préside au dynamisme de l’écriture qui la fonde.

122Il en découle que les rapports entre auteurité et compilation doivent être véritablement repensés dans la perspective d’une écriture « transtextuelle » dont la visée est recréatrice et non reproductrice. Comme le fait remarquer Jean-Marie Schaeffer :

  • 108  Jean-Marie SCHAEFFER, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris : Le Seuil, 1989, p. 134.

[…] puisqu’un message ne peut signifier que dans un contexte et par rapport à ce contexte, l’identité sémiotique du texte est contextuellement variable, c’est-à-dire qu’elle est indissociable de la situation historique dans lequel ce texte est actualisé108.

  • 109  H. MESCHONNIC, Pour la Poétique, 2 t., Paris, Gallimard, 1973, 2.
  • 110  José ORTEGA Y GASSET, « Miseria y esplendor de la traducción » (1937), 1980, p. 122 : « […] cada l (...)
  • 111  Laurence MATHEY-MAILLE, « Traduction et création : de l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de M (...)

123De fait, l’idée de « compilation » est étroitement liée à celle de projet narratif ; elle l’est d’autant plus quand elle est « traduction-texte »109 puisque l’une des missions du « traducteur » médiéval est précisément de rendre dicible dans sa culture ce qui jusqu’alors n’avait pas encore été formulé110. L’espace de liberté ainsi offert explique sans doute pourquoi, à propos de ce qu’elle dénomme la « traduction-interprétation » de l’Historia Regum Britanniae – c’est-à-dire le Roman de Brut –, Laurence Mathey-Maille a pu écrire que « [é]crire et traduire se confondent chez Wace pour qui mettre un texte en roman, c’est-à-dire en français, équivaut à faire un roman »111.

  • 112  Ibid. Voir, à ce propos, le très bel article de Jean-Claude CHEVALIER et Marie-France DELPORT, « T (...)

124Ne devons-nous pas à sa suite nous demander si la compilation-traduction ne révèle pas « une manière de penser ou de repenser le rapport à l’écriture et au texte […] »112 ? qui est propre à la « transtextualité » ?

La compilation-texte comme écriture « transtextuelle »

125Comment intégrer cette conception de l’identité textuelle à notre analyse puisqu’elle paraît s’opposer en tous points à celle qui, au Moyen Âge, semblait non seulement recevoir l’adhésion des scripteurs mais de plus était au fondement de l’imaginaire d’autorité ?

126Si, en effet, comme nous avons tenté de le montrer, c’est le modèle d’interprétation fondé sur l’identité littérale qui prévaut, comment expliquer alors que les scripteurs aient pris de si généreuses libertés à l’égard des textes premiers ? A partir du moment où l’activité du compilateur-traducteur va bien au-delà d’une transcription à la lettre, il faut reconnaître une fracture entre un modèle d’interprétation théorique et un champ d’application pratique, entre une position de principe et un résultat. Or, le simple fait que l’on puisse évaluer en termes d’« altérité », d’« écart », de « variation », les relations possibles entre un texte-source et un texte second, suffit à manifester l’existence d’une brèche dans laquelle nombre de scripteurs médiévaux n’ont pas hésité à s’engouffrer. Comme le dit remarquablement Michel Zink :

  • 113  M. ZINK, La subjectivité…, p. 28.

[…] lorsque le modèle existe, il y a de son adaptation scrupuleuse à sa transcription pure et simple, un espace qui n’est pas franchi et qui est le lieu de la littérature113.

  • 114  Ibid.

127Or, cet espace infranchissable qui se confond avec la brèche ouverte que nous venons d’évoquer n’est rien moins que le lieu où un sujet « lecteur-scripteur » découvre son pouvoir. Cette découverte fulgurante, sublime, le conduit à se représenter que « la fidélité au passé […] est de le soumettre à une élaboration constante et respectueuse »114. Du coup il prend conscience que :

  • 115  Ibid.

[…] la littérature n’a plus pour humble mission de dire la vérité d’un passé qui serait oublié sans elle […] elle comprend soudain que, s’il est brûlant, c’est qu’il n’est pas le passé, c’est qu’elle seule projette dans le passé en le projetant dans les mots le présent qui nous habite ou qui nous entoure115.

  • 116  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 213 : «Mais si le compilateur en avait le temps et le goût, il (...)
  • 117  H. R. JAUSS, Pour une esthétique…, p. 116.

128L’existence de « variations »116, c’est-à-dire de déplacements aussi infimes soient-ils, présuppose, ainsi que l’explicite Jauss, l’existence d’une « conscience réceptrice qui ressaisit le passé, le ramène à elle et donne à ce qu’elle a ainsi transformé en présent, « traduit », « transmis », le sens nouveau qu’implique son éclairage par l’actualité »117.

  • 118  Ibid.
  • 119  G. MARTIN, La compilation… », p. 119.

129Si, à travers la question de la formalisation de la matière, il nous avait déjà été donné d’entrevoir, par le truchement d’un compilateur qui sélectionne et organise la « matière » historique qu’il reçoit, « l’« action » exercée par le passé dans le présent »118, il nous est désormais possible d’identifier toutes les facettes de cette « actualisation active » du texte-source par la « conscience réceptrice ». En effet, outre l’opération désignée par Georges Martin comme « agencement » et qui correspond à ce que nous avons décrit comme « formalisation », il nous faut maintenant envisager une autre, tout aussi fondamentale : celle de « révision ». Si « réviser » le propos des textes-sources consiste bien à le « transformer sciemment »119, alors il apparaît clairement que la « matière » est non seulement sélectionnée mais aussi filtrée, épurée, selon une logique interne gouvernée par une intentionnalité qui n’est autre que celle qui meut la « conscience réceptrice ».

  • 120  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 359-361 : « Sur l’ensemble textuel qui nous intéresse, l’His (...)

130La fonction-compilateur gagne donc à être abordée en regard de cette action de médiation qui lui est inhérente et qu’elle exerce entre la « vérité du texte premier » et le « lecteur » du texte second, à partir de son propre « programme de vérité »120.

131Il nous semble ainsi important de réinterpréter les concepts de « fidélité » et d’« écart » en les rapportant à leur juste référent : le projet ou intention de l’agent causateur du texte, et non pas l’« original ». Mais dans la mesure où, s’agissant de la compilation et/ou de la traduction, cette « intention » est tenue de s’adosser à une « intention » première, celle du texte-source, avec laquelle elle ne coïncide pas nécessairement, elle présuppose une ré-interprétation, le postulat d’une vérité possible. Nous avons tenu compte de cette médiation subjective quand nous avons défini la « compilation », non comme représentation mimétique du texte-source mais comme représentation vraisemblable, qui réfracte l’« original » plus qu’elle ne le reflète. Ainsi ramenée à sa contingence, la « matière » se voit nécessairement rapportée à un « sujet », c’est-à-dire à une historicité, à un contexte soumis à variations. Elle ne peut plus alors soutenir une interprétation essentialiste.

  • 121  M. ZINK, La subjectivité…, p. 9.
  • 122  Ibid.

132À l’inverse, nier cette médiation revient à considérer que le texte, à travers la métonymie de la « matière », se donne « pour une information sur le monde prétendant à une vérité générale et objective »121 ou « pour l’expression d’une vérité métaphysique ou sacrée »122. Or, la réalité des textes, qu’il s’agisse de la « compilation » et/ou de la « traduction », contredit cette information, la nécessité de l’adaptation du texte-source impliquant son allégeance à une nouvelle façon de penser et d’écrire, à des exigences qui ne sont plus celles de celui qui, le premier, en réalisa l’inscription.

  • 123  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 214.

133C’est pourquoi, sans doute, pour Bernard Guenée, « […] toute compilation est une construction qui mérite d’être étudiée pour elle-même, et précisément comparée aux sources qu’elle a utilisées »123.

  • 124  G. MARTIN, « La compilation… », p. 118-119 : « A ces quatre opérations [« Reproduire », « Réunir » (...)
  • 125  Roland BARTHES et alii, « Conférence de conclusion », Exégèse et herméneutique, Paris : Seuil, 197 (...)

134Ces deux objectifs qui, de prime abord, pourraient apparaître contradictoires (puisque l’un vise à fonder une approche de la compilation dans la clôture de son texte tandis que l’autre projette de la saisir à partir de ce qui constitue sa base infratextuelle) ne le sont plus dès lors que l’on renonce à fonder le rapport entre « compilation » et « source » sur une relation d’imitation mimétique, et qu’on l’aborde sous l’angle de la « transtextualité ». En effet, si on reconnaît à la compilation une identité sémiotique propre, on est autorisé à la définir comme « hypertexte » susceptible de renégocier l’autorité et la valeur des textes premiers. D’où le recours au terme « hypotexte », pour manifester l’intériorisation d’une « source » qui est dans l’économie interne du texte second. Autrement dit, de la relation entre les deux textes, on ne retient comme prioritaire ni le point de départ – la source –, ni même le trajet de la source au texte d’arrivée mais le texte d’arrivée dans les transformations qu’il fait subir à l’amont pour s’auto-constituer. Auquel cas c’est le texte second qui redonne accès au texte premier, comme cela se produit dans le commentaire. On tient alors implicitement que c’est dans l’immanence du texte second et non hors de lui que se trouve la source : est ainsi privilégiée une approche qui se centre sur la transformation des sources qui s’opère au sein même du texte second124, au lieu de s’intéresser au degré de fidélité de celui-ci à ses sources. Selon Barthes125, c’est le texte qui choisit et articule ses sources, c’est lui donc qu’il faut interroger en priorité lorsqu’on veut le comprendre, ce qui revient à établir que :

  • 126  Ibid.

[…] la compréhension se fait donc toujours dans l’aller et retour du texte à ses sources et de ses sources au texte ; sur ce double trajet, la dimension diachronique reste une dimension du texte126.

135Faut-il dès lors considérer que « étude des sources » et « transtextualité » sont antinomiques ? La distinction entre les deux est-elle si repérable dans les faits ? L’étude des sources n’est-elle pas un préalable obligé à l’approche « transtextuelle » ?

136On peut répondre dans un premier temps que tout est question d’angle d’approche, l’objet étant, de toute évidence, le même, c’est la description qui en est donnée qui diffère. Tout dépend de la finalité que se donne l’analyste. L’étude « classique » des sources s’avère indispensable pour toute analyse de la filiation d’un texte mais aussi pour suivre les variations d’un même épisode au sein d’une série textuelle. Elle rend possible le repérage des invariants tout autant que les points critiques que sont les écarts, favorisant ainsi la mise en évidence des lieux idéologiques les plus sensibles entre diverses époques ou différents scripteurs.

  • 127  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 16.

137L’analyse que propose Georges Martin de l’épisode des juges de Castille en est exemplaire, qui permet à partir des « variations successives » d’« une structure chaînée » de « discerner à la fois les permanences et les déplacements d’un propos »127.

138Ainsi il paraît difficile, dans une telle visée d’analyse des transformations d’un propos, de ne pas partir des textes fondateurs, lesquels sont, comme le souligne Barthes, en tant qu’origine, une fonction des divers textes seconds.

139En retour, lorsque l’on est résolu à étudier, non plus une série textuelle mais un texte de la série, la problématique des sources ne conserve pas la même pertinence. On est à l’inverse davantage fondé à procéder à une analyse immanente qui s’appuie sur le texte et lui seul, appréhendé comme objet sémiotique propre et non pas comme maillon d’une chaîne.

  • 128  Il nous semble important de ne pas mettre totalement sur le même plan « immanence » et « clôture » (...)

140Telle est sans doute la question que pose l’approche « transtextuelle » à l’étude des sources : le droit de la « compilation-texte » à l’immanence128. En ce sens, l’étude des sources, si elle est pratiquée, gagnerait à s’inscrire explicitement dans la perspective de l’étude du chaînage des textes au sein d’une tradition, à travers par exemple les réécritures d’un même épisode. Si, au contraire, ce qui est visé, c’est l’étude d’un texte et d’un seul, la prise en compte de la dimension diachronique devrait s’exercer à partir de l’analyse des procédures de « transposition recréatrice », impliquées par la reconnaissance de la « transtextualité ».

141Les deux approches seraient alors complémentaires plus que concurrentes, l’étude « classique » des sources contribuant par exemple à faciliter l’identification des hypotextes, nécessaire à la réalisation de l’étude « transtextuelle ».

  • 129  Nous conférons ici au terme « littérature » le sens très général, et étymologique, d’acte d’écritu (...)

142L’identification de la « compilation-texte » comme « réécriture » ne serait alors que l’expression de sa qualité d’objet « littéraire », puisque si l’on en croit Genette, la réécriture est le lieu même de la « littérature »129 :

  • 130  G. GENETTE, Palimpsestes…, p.16.

[La réécriture est] un lieu primordial, marquant la littérarité générale à tel point qu’on peut se demander si la réécriture n’est pas la littérature, appréhendée comme macro-texte130.

143Ce qui séparerait la « compilation » d’un texte contemporain de notre époque serait moins une différence de « nature » que de « degré », la « compilation » se présentant comme plus marquée par la réécriture, de par sa liaison affichée avec un ou plusieurs textes tutélaires. L’écart ne constituerait pas alors un réel opérateur sémiologique, puisqu’il serait inscrit dans l’idiosyncrasie de la « compilation-texte ».

144Une fois que la « compilation » est reconnue comme écriture « transtextuelle », son rapport aux textes-sources, désormais hypotextes, relève, moins d’une relation de représentation mimétique que d’une relation de représentation vraisemblable ou « transposition recréatrice ». Soustrait à la fascination du mirage identitaire, le texte second est appréhendé comme paradigme d’un vraisemblable que lui-même postule, dans la « digestion » qu’il réalise des textes premiers.

La compilation-traduction comme « mode de pensée » fondé sur la « transtextualité »

  • 131  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 359. Voir à ce propos la note 89 de cet ouvrage.
  • 132  Il suffit, pour s’en persuader, de se reporter à l’étude à « La compilation (cinq procédures…) », (...)
  • 133  L’incorporation de la geste et la reconstruction sémantique qui en est tentée pose des problèmes a (...)
  • 134  Voir G. MARTIN, ibid.

145Les travaux que Georges Martin a menés sur l’épisode de la légende des juges de Castille ont permis de mettre en évidence les procédures par lesquelles Alphonse X et son équipe de compilateurs et traducteurs ont pu savamment détourner les propos de leurs divers prédécesseurs et « créer un contenu nouveau »131. Quoique ces analyses s’enracinent dans la section de l’Histoire correspondant au second tome de la Première chronique générale, elles acquièrent une portée générale dans la mesure où Georges Martin en propose ce qui apparaît être une « systématique »132. Certes les conclusions qu’il tire peuvent souffrir quelques nuances133, en fonction des chapitres de l’Histoire auxquelles celles-ci réfèrent ; il n’empêche que la mécanique qui préside à l’écriture de la « compilation »134 est décrite rigoureusement, et selon une perspective systémique.

  • 135  D. BOUTET, « Introduction », Ecriture et mode de pensée…, p. 8 : « Notre propos […] est de saisir (...)

146De ce fait, les travaux de Georges Martin semblent répondre parfaitement au projet d’analyse que Dominique Boutet formulait au seuil de son étude sur les rapports entre « écriture » et « mode de pensée »135, sachant que par « mode de pensée », il faut entendre :

  • 136  Id.

[…] ce qui gouverne la représentation des relations entre les choses, entre les parties et le tout ; ce sont les principes qui régissent l’organisation intellectuelle. Un mode de pensée, c’est donc un ensemble de moyens d’analyse (et par conséquent de restitution, dans et par le discours) du réel et des structures qui président à l’organisation de l’imaginaire. Non pas des structures de pensée, mais des moyens intellectuels qui ordonnent la matière136.

  • 137  M. STANESCO, « Le Texte primitif… », p. 153.
  • 138  D. BOUTET, ibid.

147En effet, par son approche de la compilation en termes d’opérations successives, Georges Martin établit la chronologie et l’ordonnancement des diverses procédures qui président à l’élaboration de celle-ci. Il met donc à jour les « moyens intellectuels » grâce auxquels les compilateurs « ordonnent » leur matière, en prenant soin de procéder à un rapide descriptif de l’imaginaire qui gouverne cette mise en ordre. Ainsi, la revendication d’une « source » que l’on prétend suivre fidèlement doit être appréhendée, moins comme un impératif catégorique, que comme un topos de légitimation de l’acte même d’écrire. Il n’empêche qu’on doit voir, dans ce renoncement affiché (qu’il soit feint ou sincère) au « privilège d’une première énonciation »137, l’influence déterminante qu’exerce la pensée de la structuration verticale du monde138 qui rend nécessaire la référence à un Texte primitif.

148Si l’influence de la structuration verticale explique pour une bonne part l’économie de la parole médiévale comme reprise d’une parole antérieure, c’est-à-dire comme marquée au sceau d’une « intertextualité » (au sens où l’entend Genette) incontournable, elle est, à l’inverse, incapable de rendre compte du jeu de réécriture incessant dans lequel le compilateur se trouve engagé.

  • 139  Ibid.

149Il faut alors faire intervenir l’autre facteur d’influence qu’est la conscience de plus en plus aiguë de « l’autonomie de l’Histoire humaine »139, c’est-à-dire une forme de pensée qui, contraignant l’homme à se penser dans son historicité, le renvoie à sa contingence. Il suffit d’évoquer Abélard « découvrant », à travers les contradictions entre auctores, la relativité du sens ou Vincent de Beauvais, dans le prologue du Speculum majus, mettant sur le même plan la liste d’autorité de Gélase et la sienne propre, pour comprendre le caractère irréversible d’un processus d’historicisation, et donc de subjectivation de la pensée.

  • 140 M. ZIMMERMANN, «Ouverture », Auctor et auctoritas…, p. évoque cette « recréation » au moyen d’une e (...)

150Faut-il pour autant privilégier l’un de ces deux facteurs ? Si on se réfère à la seule « verticalité », on court le risque de rester prisonnier d’un modèle d’interprétation soumis à la mimèsis comme copie conforme d’un « original » tout-puissant, c’est-à-dire à une certaine vision anhistorique. Si on tient uniquement compte de l’« historicité », on peut être conduit à négliger un principe d’écriture qui ne se conçoit que comme « recréation »140 – la création appartenant à Dieu –, pour manifester une originalité qui, soit n’a pas lieu d’être, soit doit être envisagée sous une forme autre.

151C’est en croisant ces deux séries de facteurs d’influence et les diverses autres formes de pensée qui leur sont associées, que l’on peut espérer saisir le mode de pensée qu’est la compilation-traduction. En le décrivant comme « transposition recréatrice », nous signifions que ce mode de pensée relève d’abord d’une expérience de « lecture » et ensuite seulement d’une expérience de « réécriture ». Entre les deux prend place l’infini de l’interprétation, c’est-à-dire l’exploitation de tous les possibles du texte.

152Il en découle que, rapportée à la compilation, l’auteurité ne peut pas se penser comme création ex-nihilo. Elle se tisse, au contraire, dans un corps-à-corps avec un ou plusieurs textes dont le scripteur cherche à détourner le(s) propos pour le(s) mettre en adéquation avec son propre vouloir-dire, qui est d’abord un vouloir-lire. Ainsi, à la différence du scripteur moderne qui (pour peu qu’il ne se place explicitement pas dans une dynamique « transtextuelle ») écrit sans autre modèle que ceux que lui fournit sa mémoire intertextuelle, le compilateur médiéval n’a pas d’autre choix que d’affronter l’altérité du dire de l’Autre avant que de prétendre énoncer le sien propre.

153Il apparaît alors que ce serait une erreur que d’envisager la fonction-compilateur comme une fonction-auteur canonique (c’est-à-dire comme cause première et suffisante de l’œuvre), le risque étant bien évidemment de passer sous silence la manière dont elle s’articule à ses trois sous-fonctions constitutives : les sous-fonctions lecteur, traducteur et énonciateur. Or, tout l’intérêt de notre approche consiste à manifester les modalités par lesquelles la fonction-compilateur, à qui n’est reconnue dans l’« imaginaire sémiotique » médiéval qu’une fonction de « conservation » et de « reproduction », parvient à annexer les fonctions inhérentes à la fonction-auteur, et singulièrement la fonction heuristique de « (re)création ».

  • 141  Nous y incluons la sous-fonction-traducteur.

154Il est donc important, pour rendre compte pleinement de la manière dont la fonction-compilateur se profile comme fonction-auteur de ne pas saisir le texte uniquement comme « produit », c’est-à-dire dans son résultat, mais aussi, voire surtout, dans son « procès d’engendrement ». C’est en engageant une réflexion sur les postulats méthodologiques qui président à la construction des sous-fonctions lecteur et réénonciateur141 que nous pouvons espérer approcher la genèse d’une écriture qui, en tant que « lecture-réécriture », est novatrice.

Haut de page

Notes

1  Par « formulation d’inspiration philologique », que faut-il entendre ? A. COMPAGNON, Le démon de la théorie, p. 68, définit la position philologique comme celle « identifiant rigoureusement la signification d’une œuvre aux conditions auxquelles elle a répondu à son origine, et sa compréhension à la reconstruction de sa production originelle ». Nous entendrons donc une formulation obsédée par l’origine, l’original, et qui peut en venir, selon Antoine Compagnon (ibid.), à « nier qu’un texte signifie ce qu’on y a lu, c’est-à-dire ce qu’il a signifié au cours de l’histoire ».

2  Nous développons en cela la position que défend Georges MARTIN. Voir en particulier, « La compilation (cinq procédures….) », p. 107-121.

3  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 109.

4  Ibid., p. 110 : « Le maître d’œuvre, ou même simplement des collaborateurs en qui il avait confiance, repéraient dans les archives les documents ou, dans les livres, les passages qui leur semblaient intéressants. Ils les marquaient d’un notandum, d’un notanda. Un scribe devait alors copier les extraits repérés ou les abréger, et c’était le tourment de l’auteur de trouver des scribes compétents en nombre suffisant.

5  G. MARTIN, « La compilation… », p. 108.

6  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 211.

7  Ibid.

8  A. COMPAGNON, La seconde main…, p. 158.

9  Ibid.

10  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 212.

11  Ibid.

12  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 259 : « Pour évoquer son travail d’historien, Rodrigue emploie les verbes compilare, contexere et recolligere. Cette terminologie traditionnelle, en usage dans tout l’Occident, pourrait cacher le caractère novateur de sa pratique ».

13  Voir Partie I, chap. 2 de la présente étude.

14  D. CATALÁN, De Alfonso X al conde de…, p. 28 : « Antes de la fijación de una obra de las escuelas alfonsíes en un lujoso códice regio, tendría existencia provisional en los cuadernos de trabajo de sus talleres científicos ». […] Detrás de las dos versiones se halla no un original más perfecto, sino un mero « borrador » de la Crónica. Sólo en un borrador compilatorio podían, por ejemplo, hallarse yuxtapuestos dos relatos de la invasión almorávide, con la derrota de Alfonso VI en « Sacralias » o « Zallaque » y la venganza tomada por el rey leonés contra Sevilla, basados en fuentes diversas, yuxtaposición que el examen comparado de las versiones « regia » y « vulgar » nos obliga a suponer en el « prototipo » de donde ambas derivan ». Il n’est pas inintéressant de voir ces brouillons comme des « auto-hypotextes » (l’expression est de Gérard Genette) qui font partie de l’appareil paratextuel.

15  Ibid., p. 47 : « Esta fijeza del texto cronístico no puede sorprendernos, ya que, según sabemos, Alfonso X había aceptado como definitiva la redacción de la Crónica General hasta el capítulo 615, permitiendo que se manuscribiese en un códice regio ».

16  On peut citer encore B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 212, à travers l’exemple qu’il en donne : « Par exemple, un contemporain de saint Louis, voulant compiler une histoire de France, se contentait de copier à la suite, entre autres, Aimoin pour les origines, Eginhard pour le règne de Charlemagne, Suger pour le règne de Louis VI, Rigord et Guillaume le Breton pour celui de Philippe Auguste ».

17  « a work of scissor and paste », voir Evelyn S. PROCTER, Alfonso X of Castille patron of literture and learning, Oxford : Clarendon Press, 1951. C’est pourquoi nous souscrivons pleinement avec Georges MARTIN à la réfutation de cette thèse du « découper-coller », s’agissant des compilations alphonsines. Cf. G. MARTIN, « Compiler (cinq procédures fondamentales) », p. 108.

18  Ibid., p. 212-213.

19  G. MARTIN, ibid., p. 121.

20  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 211 : « Souvent, à partir du XIIe siècle, au lieu de simplement dire ‘histoires’ ou ‘chroniques’, un auteur intitule son œuvre ‘Fleurs des histoires’ (Flores historiarum), ‘Fleurs des chroniques’ (Flores chronicorum) ou ‘Fleurs des temps’ (Flores temporum). […] Flores historiarum, chronicorum ou temporum annoncent par une image une compilation historique ». Il n’y a donc pas lieu d’établir une différence entre ces désignations et celles d’histoire ou de chronique d’autant que la délimitation de ces différents genres s’est vite avérée floue ; B. Guenée, ibid., p. 206 : « Les deux moules eusébiens de l’histoire et de la chronique n’étaient pas tombés dans l’oubli. Mais les historiens n’y coulaient plus que rarement leur œuvre. Tout leur effort tendait à dépasser les limites qu’ils leur imposaient, à créer une seule forme historique, mixte en quelque sorte, qui combinait l’exactitude de la chronique en précisant les dates et la beauté de l’histoire, en soignant le récit ».

21  I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las estorias …, p. 98, nous offre avec la Générale Histoire d’Alphonse Xun exemple intéressant d’une troisième forme, qui pourrait être dite « compilation mixte » et qui se caractériserait par l’intégration au sein de la « compilation-récit », d’une modalité de la « compilation-dossier » : « La general Estoria no intenta la combinación de las fuentes en un relato único, sino que prefiere encadenar una tras otra las versiones que las distintas fuentes daban de los hechos acaecidos en esos 42 primeros años. En primer lugar, incluye el relato de la llamada estoria rromana, traduciendo el primer capítulo de su Libro VII. A continuación, enlaza con Pablo Orosio, traduciendo el texto de los capítulos 17° a 22° del Libro VI de sus Historiarum adversum paganos, y finalmente, reseña todos los aconteciminetos que señala Jerónimo en los Cánones Crónicos para cada uno de esos años […]. Esta estructura expositiva implica necesariamente la producción de varios relatos de los mismos sucesos ».

22  Voir PLATON, La République, « Livre X »….

23  I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las estorias…, p. 97.

24  Ibid., p. 101.

25  On peut aussi citer cet autre passage de I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, ibid., p. 108 : « La traducción de la « Estoria de España » es, además, menos fiel a la letra del texto latino. Desconoce detalles de la fuente […] Frente a esta actitud tan irrespetuosa, la « General Estoria » se ciñe estrictamente a la fuente y su redacción intenta incluso reproducir la estructura sintáctica y el vocabulario de las frases de Orosio ». On peut souligner l’emploi du verbe « desconocer » qui tend à présenter comme une « incapacité » ce qui relève sans aucun doute d’un refus conscient d’intégrer certains détails. Dans le même ordre d’idées, il convient également de commenter brièvement l’usage qui est fait du vocable « omisiones » : « Las omisiones del texto de la « Estoria de España » saltan a la vista », Id. Ce terme indique, en effet, un oubli volontaire ou non, c’est-à-dire renvoie à un acte conscient ou inconscient. L’ambiguïté est donc ici de mise.

26  Antonio G. SOLALINDE, « Una fuente de la Primera Crónica General : Lucano », Hispanic Review, 9, 1941, p. 239.

27  D. CATALÁN, « El taller historiográfico alfonsí. Métodos y problemas… », p. 48.

28  Au XIIIe siècle, sous l’impulsion d’Alphonse X, les écrits historiques sont rédigés en castillan. Sur la problématique de la compilation, se greffe donc celle de la traduction, d’où le terme de « compilation-traduction » auquel nous recourons par la suite. Nous ne distinguons pas réellement les deux pratiques (compilation et traduction) car elles relèvent, ainsi qu’on le verra, de procédures similaires, en rapport avec la même thématique de « variation sur le thème du Même ». Le terme « traduction » nous paraît impropre, et nous le remplacerons avantageusement en fin de parcours, par celui d’« adaptation », ce qu’est en soi la compilation. Voir pour approfondissement de cette question, chapitre 2, « Poétique de la transposition recréatrice ».

29  Voir Pequeño Larousse ilustrado, Paris : Larousse, 1964.

30  Olga Tudorica IMPEY, « Un dechado de la prosa literaria alfonsí : el relato cronístico de los amores de Dido », Romance Philology, 35, 1, 1980, p. 5 : « Los desvíos del textto cronístico alfonsí –pero sólo con respecto a Ovidio– quedan apuntadas, fugazmente, por R.Schevill en Ovid and the Renascence in Spain, 251-263, y muy meticulosamente por J.Ashton en la tesis doctoral ya mencionada, Ovid’s Heroides as Translated by Alfonse the Wise’, 77-85. Comparando cada verso de la heroida vii con su traducción castellana, Ashton llega a conclusiones poco halagüeñas : en la mayoría de los casos es ésta sólo a poor’ (p. 78), prosaic translation’ (p. 79-80), caracterizada por pedestrian explicitness’ (p.78), ‘looseness’ (p.72 y 82), unjustified eleboratio’ (p. 81) ».

31  Michel STANESCO, « Le Texte primitif et la parole poétique médiévale », Écriture et modes de pensée du moyen âge, Paris : Presses de l’École Normale Supérieure, 1993, p. 152-153.

32  Ibid.

33  Ibid.

34  A. COMPAGNON, La seconde, p. 161.

35  Selon le Diccionario de uso del español de María MOLINER, Madrid : Gredos, 1998 : « Acoplar : 1. Juntar una cosa con otra colocándolas de modo que no quede espacio entre ellas o que ocupen el menor espacio posible. ~ : ajustar ». « Ajustar : 1. Poner una cosa junto a otra, alrededor de otra opor encima de otra, de modo que no queden huecos entre ellas o d emodo que cada una o cada parte de una entre en el lugar correspondiente de la otra […] 2. Poner una cosa en armonía, en correspondencia o en la relacion conveniente con otra ».

36  Nous nous contenterons, par la suite, de parler de « compilateur », étant entendu que, dans le contexte qui nous intéresse, nous y incluons le traducteur. Vu le système d’organisation en atelier, il est clair que la forme composée « compilateur-traducteur » est à considérer comme un raccourci commode pour rendre compte de façon extrêmement ramassée de toute cette procédure de hiérarchisation et de spécialisation des tâches. Dans la mesure où nous procédons à un examen des présupposés de la posture « philologique », avant que d’en entamer la critique, nous laissons de côté notre approche en termes de « fonction » pour mieux nous conformer à la sensibilité des tenants de cette posture.

37  I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las estorias…., p. 103 :« La diversa actitud ante el texto latino se subraya en el modo de traducir su narración. Mientras la ‘General Estoria’ traduce exquisitamente sin perder un detalle, la Estoria de España’ resume en breves párrafos extensos pasajes de Orosio ».

38  C’est l’impression que crée ce passage José GÓMEZ PÉREZ, « Fuentes y cronología en la « Primera Crónica General de España », Revista de Archivos, Bibliotecas y museos, 67, 2, 1959, p. 622 : « También reviste importancia la Historia Roderici, que si no es obra muy extensa, en cambio está escrita por quien siguió de cerca al protagonista de la historia y es muy fidedigna ; conservada deficientemente en los manuscritos salvados de la incuria y deterioro de los tiempos, se completan algunas de sus lagunas con las lecciones que nos dan la Primera crónica general ».

39  À dire vrai, la Nature est déjà elle aussi forme seconde.

40  Antonio G. SOLALINDE, « Una fuente… », p. 237, utilise le verbe « copiar » pour évoquer l’activité du compilateur qu’est Rodrigue de Tolède :« El toledano, más rígido en la mención de sus fuentes, incluye en su lista únicamente a los historiadores, a pesar de conocer a Virgilio, Lucano y Ovidio, de quienes copia en sus Historias ciertos versos ».

41  Cf. n. 22 de ce chapitre.

42  Louis MARIN, « Mimèsis et description », De la représentation, Paris :Seuil, 1994, p. 251-253.

43  Heinrich LAUSBERG, Manual de retórica literaria (1966), 3 t., J. PÉREZ RIESCO (trad.), Madrid : Gredos, 1999, 1, p. 100.

44  M. STANESCO, p. 152.

45  Michel ZINK, La subjectivité littéraire, Paris : P.U.F., 1985, p. 12 : « […] la pensée et l’art du Moyen Age paraissent marqués au contraire par l’objectivation des réalités intellectuelles et morales. Ce trait apparaît jusque dans sa pensée religieuse, qui est, si l’on peut dire, extrêmement matérialiste. Les représentations du monde chrétien, du jugement dernier avec la pesée des mérites et des péchés, du livre où sont écrits les uns et les autres […], des interventions du diable et des intercessions de la Vierge des saints, de la géographie du ciel, de l’enfer et du purgatoire, du paradis terrestre aux confins du monde, au-delà de l’arbre sec, de la béatitude du paradis, où chacun occupera sa place selon une stricte hiérarchie, et des tourments infernaux, la semi-confusion entre le pèlerinage ou la croisade vers la Jérusalem terrestre et le cheminement vers la Jérusalem céleste, illustrée dans le domaine de la fiction romanesque par le voyage vers Sarras à la fin de la Quête du Saint-Graal : tout cela est matériel ».

46  Ibid.

47  Ibid.

48  G. MARTIN, « l’hiatus référentiel… », p. 51.

49  H. R. JAUSS, Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard, 1978, p. 116 : « […] Cette transposition confère aux œuvres du passé une valeur d’exemplarité impérative, et ordonne les créations de l’esprit en une continuité substantielle qui introduit dans l’histoire une harmonie, une unité excluant et reniant la nouveauté contestataire, les phénomènes à contre-courant, les tentatives avortées. Conformément à l’image de la tradition-transmission (tradere), l’action des sujets dans l’histoire est ainsi supprimée et remplacée par le devenir autonome de substances éternelles ou comme le développement nécessaire de normes originelles ».

50  Se trouve valorisée une conception du temps, proche de celle que G. MARTIN, « Temps », Histoires de l’Espagne médiévale…, p. 58-62, dénomma naguère, s’agissant des récits historiques « temps de l’hérédité ». Il n’est, en effet, reconnu à ce « transmetteur » d’autre fonction que celle d’assurer la perpétuation de cette logique de l’invariance « où le meilleur fondement à la définition d’un événement est encore qu’il ait un antécédent temporel dont la définition soit la même : ce qui fut sera ». Le « transmetteur » se trouve alors réifié, c’est-à-dire nié comme sujet. Ainsi, l’apport représenté par le texte est invariable tandis que le support, constitué par le « transmetteur », est variable (c’est-à-dire interchangeable).

51  M. Zink, La subjectivité…, p. 28.

52  Ce n’est pas que nous refusions d’admettre qu’il y a une part d’invariance dans la matière transmise, par exemple, une certaine trame des faits ; ce que nous cherchons à dire, c’est que cette « matière », traitée, retravaillée, « refondue » dans un ensemble autre ne saurait être la même.

53  Ce postulat se justifie largement par un principe aristotélicien édicté dans la Physique, p. 130 selon lequel : « Il arrive qu’il y ait plusieurs causes d’une même chose, et cela non par accident (par exemple de la statue <sont causes> à la fois l’art de la sculpture et l’airain, non pas sous quelque autre rapport mais en tant que statue, non selon la même modalité, mais l’un est comme matière, l’autre comme ce d’où part le mouvement) ».

54  M. de CERTEAU, L’écriture de l’histoire, p. 19.

55  Paul RICOEUR, « Rhétorique-Poétique-Herméneutique », De la métaphysique à la rhétorique, Bruxelles : Université de Bruxelles, 1986, p. 148 : « Le poète est un artisan non seulement de mots et de phrases, mais d’intrigues qui sont des fables, ou de fables qui sont des intrigues. […] L’acte poétique est une invention de fable-intrigue […] ».

56  ARISTOTE, Physique., p. 127.

57  H. LAUSBERG, Manual de retórica…, p. 100 : « La res de un discurso recorre varias fases elaborativas desde la materia bruta hasta el discurso ya acabado ».

58  LUCIEN, « Comment il faut écrire l’histoire », in : Œuvres complètes, M. TALBOT (trad.), Paris : Hachette, 1866, p. 370-379.

59  Ibid.

60  H. LAUSBERG, Manual de…, p. 235 : « Naturalmente, la inventio es también un proceso parcial ; se extrae de la res aquello que favorece a la propia causa : Her. 1, 2, 3 inventio est excogitatio rerum verarum aut veri similium, quae causam probabilem reddant. »

61  Ibid., p. 234 :« La inventio es un proceso productivo-creador […] ».

62  Ibid. : [La inventio] consiste en extraer las posibilidades de desarrollo de las ideas contenidas más o menos ocultamente en la res (excogitatio) ».

63  H. LAUSBERG, Manual de retórica, p. 226.

64  B. GUENÉE, Histoire et culture….p. 207 : « En somme, la rhétorique antique avait créé l’histoire qui est surtout discours ».

65  Ibid, p. 166.

66  Cf. n. 44 chapitre 1.

67  G. MARTIN, « La compilation… », p. 121 : « […] cette analyse des mécanismes d’une compilation [il s’agit bien sûr de la compilation-récit] manifeste cinq grandes opérations : reproduire, réunir, bâtir, agencer, réviser ».

68  Ibid.

69  Cité par U. ECO, Art et beauté dans l’esthétique médiévale, p. 112. Le texte latin tiré de De veritate III, 5, Opera omnia XXII 1, p. 112, est le suivant : « unde proprie idea non respondet materiae tantum, nec formae tantum ; sed composito toti respondet una idea, quae est factiva totius et quantum ad formam et quantum ad materiam ».

70  Par « argument », il faut entendre ce que dans la terminologie rhétorique, on a coutume de désigner comme « locus ».

71  P. RICOEUR, « Rhétorique-poétique… », p. 148 : « Le lieu initial d’où le poétique diffuse, c’est, selon Aristote, la fable, l’intrigue que le poète invente lors même qu’il emprunte la matière de ses épisodes à des récits traditionnels. Le poète est un artisan non seulement de mots et de phrases, mais d’intrigues qui sont des fables, ou de fables qui sont des intrigues. […] L’acte poétique est une invention de fable-intrigue, l’acte rhétorique une élaboration d’arguments. Certes, il y a de la poétique dans la rhétorique, dans la mesure où ‘trouver’ un argument (l’eurésis du livre Ier de la Rhétorique) équivaut à une véritable invention. Et il y a de la rhétorique dans la poétique, dans la mesure où à toute intrigue on peut faire correspondre un thème ou une pensée (dianoia, selon l’expression d’Aristote) ».

72  Ibid.

73  Nous empruntons cette formulation à U. Eco, Lector in…, p. 61.

74  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 359 : « Sur l’ensemble textuel qui nous intéresse, l’Histoire (dans ses deux rédactions) se présente comme une savante composition assemblant dans leur détail les propos de Luc et de Rodrigue. Les références fréquentes aux deux historiens affichent, du reste, ce statut. Pourtant, une multitude d’interventions oeuvrent à créer un contenu nouveau ».

75  Ibid, p. 361 : « L’activité des compilateurs ne s’est pas bornée à un « travail de découpage et de collage », non plus qu’à une « harmonisation » (comme on l’entend souvent) des textes-sources – ceux-ci étaient inconciliables dans leur sens - ; elle ressortit à un arsenal de procédures (effacement, déplacement, modification, ajouté, association sélective ou corrective) travaillant à un savant rééquilibrage des sources au sein d’un texte original ». Ibid., p. 382 : « […] le récepteur du message n’est plus seulement confronté [dans l’Histoire] à un propos historique exemplaire, à une représentation ambitionnant d’influencer sa conception des choses ; il est, en outre, porté sous une instance évaluante, sous un regard qui juge, distingue les bons-hommes qui sont aussi les hommes bons ».

76  Nous partageons ce présupposé de l’approche pragmatique selon lequel tout locuteur cherche à s’adapter à l’« autre-cible ». En revanche, à l’instar de certains énonciativistes non pragmatiques, comme Jacqueline AUTHIER-REVUZ, Ces mots qui ne vont pas de soi : Boucles réflexives et non- coïncidences du dire, 2 t., Paris, Larousse, 1995, 1, nous croyons que cette adaptation est nécessairement marquée au sceau de la non-coïncidence de l’interlocution.

77  Voir Chaïm PERELMAN, Lucie OLBRECHTS-TYTECA, Traité de l’argumentation, Bruxelles : Université de Bruxelles, 1992.

78  Nous verrons plus loin que cette médiation est elle-même problématique dans la mesure où le locuteur est lui-même contraint par l’« inconscient » et l’« interdiscours ».

79  U. ECO, Lector…., p. 75. Nous emploierons les termes d’énonciateur et de co-énonciateur quand il s’agira de rendre compte des instances d’énonciation autrement que comme « stratégies éénonciatives ».

80  Dans la mesure où nous appliquons la notion de « Lecteur Modèle » à un texte historique, qui est à percevoir comme discours politique, et donc comme texte argumentatif, nous considérons, à la différence d’Umberto Eco qui travaille surtout en direction de textes narratifs romanesques, que le Lecteur Modèle emprunte des traits à ce qui nous apparaît être le lecteur doxique, lequel se définit comme la représentation que l’auteur empirique se fait du lecteur empirique.

81  Wolfgang ISER, L’acte de lecture-théorie de l’effet esthétique, E. SZNYCER (trad.), Bruxelles : Madarga, 1985, p. 248.

82  Catherine KERBRAT-ORECCHIONI, L’énonciation, Paris : Armand Colin, 1999, p. 27.

83  Voir Jean-Blaise GRIZE, Logique et langage, Paris : Ophrys, 1997, p. 35-39.

84  On peut considérer que cette recréation est tout à la fois assumée et subie par le sujet.

85  Ibid., p. 35.

86  C. PERELMAN, L. OLBRECHTS-TYTECA, Traité de l’argumentation…, p. 41-46.

87  Ibid.

88  Ibid., p. 43.

89  Nous tenons à dire la dette de toute cette analyse aux divers travaux d’inspiration sémiologique, menés par le Professeur Georges MARTIN, et en particulier à ceux contenus dans deux de ses ouvrages, déjà abondamment cités : Les juges de Castille… et Histoires de l’Espagne médiévale.

90  Nous pensons en particulier à Gérard Genette et Paul Ricoeur.

91  D. POIRION, « Écriture et réécriture… », p. 114.

92  G. STEINER, Après Babel…, p. 331.

93  C’est ce que sous-entend Nelson GOODMAN, Catherine Z. ELGIN, « Interprétation et identité : l’œuvre survit-elle au monde ? », in : Esthétique et connaissance (Pour changer de sujet), R. POUIVET (trad.), Paris : Éclat, 1990, p. 62 quand il écrit : « Des jumeaux qui avaient vécu ensemble depuis des années furent envoyés pour l’été dans des camps de jeunes similaires mais distincts, en Nouvelle-Angleterre. Après coup, on demanda à chacun de rédiger un bref rapport sur ses expériences. Et leurs rapports furent composés de séries exactement identiques de mots, alors même que les jumeaux parlaient de personnes, d’endroits et d’événements distincts. Ne serait-ce pas un clair exemple de deux œuvres pour un unique texte ? Effectivement, on a un seul texte dans ce cas. À la différence de ‘chat’, qui fonctionne comme deux textes différents dans deux langages différents, cette série de mots fonctionne dans un seul langage ». 

94  Cf. n. 15.

95  N. GOODMAN, C. Z. ELGIN, ibid, p. 67.

96  Juan Luis BORGES, « Pierre Ménard, autor del Quijote », in : Ficciones, Madrid : Alianza Editorial, 1956. La traduction française intitulée « Pierre Ménard, auteur du Quichotte » est parue chez Gallimard en 1974.

97  Nous employons à ce dessein ce terme marqué d’une certaine neutralité.

98  J. L. BORGES, ibid., p. 52.

99  Sur cette question, voir C. MENCÉ-CASTER, « De la compilation et de la traduction comme stratégies scripturales… », p. 49-64.

100  Cf. n. 78.

101  A. COMPAGNON, Le démon…, p. 99. Cette distinction est, en réalité, suggérée par Eric Donald HIRSCH, Validity in Interpretation, New Haven : Yale University Press, 1967, qui sépare le sens (meaning) d’un texte de sa signifiance (significance). Antoine Compagnon la reprend au travers de l’opposition sens/signification : « Le sens est singulier », précise-t-il ; « la signification, qui met le sens en relation avec une situation, est variable, plurielle, ouverte, et peut-être infinie ».

102  J. PEETERS, La médiation de l’étranger…, p. 205.

103  Ibid.

104  A. COMPAGNON, La seconde…, p. 38.

105  C’est ce que sous-entend G. MARTIN, Les juges de Castille, p. 353 quand il écrit : « On serait bien en peine de trouver dans l’Histoire le moindre apport à une généalogie de la royauté castillane. Les compilateurs, sur ce point, ont fidèlement suivi Rodrigue de Tolède. Leur problème était ailleurs ». En ce sens, « l’accueil des textes préconçus (et la reconduction de leur thématique » renvoie à l’« acclimatation » d’un dit antérieur qui n’entre pas en contradiction avec l’intention de propos du compilateur.

106  J. PEETERS, La médiation …, p. 205.

107  Comme nous l’avons déjà souligné, ce terme nous semble impropre à rendre compte de la créativité qui est à l’œuvre dans cette opération. Voir chapitre 2 de cette même partie.

108  Jean-Marie SCHAEFFER, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris : Le Seuil, 1989, p. 134.

109  H. MESCHONNIC, Pour la Poétique, 2 t., Paris, Gallimard, 1973, 2.

110  José ORTEGA Y GASSET, « Miseria y esplendor de la traducción » (1937), 1980, p. 122 : « […] cada lengua es una ecuación diferente entre manifestaciones y silencios. Cada pueblo calla unas cosas para poder decir otras. Porque todo sería indecible. De aquí la enorme dificultad de la traducción : en ella se trata de decir precisamente lo que este idioma tiende a silenciar ».

111  Laurence MATHEY-MAILLE, « Traduction et création : de l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth au Roman de Brut de Wace », in : Écriture et mode de pensée…, p. 190.

112  Ibid. Voir, à ce propos, le très bel article de Jean-Claude CHEVALIER et Marie-France DELPORT, « Traduction et réécriture dans la Historia troyana », Cahiers de linguistique hisoanique médiévale, 14-15, 1989-1990, p. 91-104.

113  M. ZINK, La subjectivité…, p. 28.

114  Ibid.

115  Ibid.

116  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 213 : «Mais si le compilateur en avait le temps et le goût, il pouvait, reproduisant sa chaîne d’auteurs principaux, y ôter quelques phrases inutiles ou contradictoires. Il pouvait aussi aller beaucoup plus loin et sauter des passages entiers de sa source, ou n’en retenir que quelques mots. […] Mais le compilateur ne se contentait pas de retrancher. Il pouvait rappeler à leur date « aucunes incidences », c’est-à-dire des faits importants, contemporains du récit principal mais extérieurs à lui, qui permissent au lecteur de mieux situer celui-ci. Il pouvait ajouter à sa source première, tirée d’autres sources, « chose qui vaille à la besogne ». Il pouvait surtout ne pas se contenter d’une source principale et, pour une période donnée, mettre plusieurs sources en parallèle, prenant à celle-ci un premier extrait, à celle-là un autre passage jugé préférable. Il pouvait même aller plus loin encore et ajuster non pas simplement dans un chapitre des paragraphes d’origines différentes, mais dans un paragraphe des phrases et dans une phrase des mots d’origines différentes ».

117  H. R. JAUSS, Pour une esthétique…, p. 116.

118  Ibid.

119  G. MARTIN, La compilation… », p. 119.

120  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 359-361 : « Sur l’ensemble textuel qui nous intéresse, l’Histoire (dans ses deux rédactions) se présente comme une savante composition assemblant dans leur détail les propos de Luc et de Rodrigue. Les références fréquentes aux deux historiens affichent, du reste, ce statut. Pourtant, une multitude d’interventions oeuvrent à créer un contenu nouveau. On constate des effacements. […] On assiste aussi à des déplacements de propos […] Les compilateurs n’ont pas hésité non plus à modifier le contenu d’un propos préexistant. […] Enfin les compilateurs, glissant dans le contenu des textes-sources des thèmes de leur cru, ajoutent. […] L’activité des compilateurs ne s’est pas bornée à un « travail de découpage et de collage », non plus qu’à une «harmonisation » (comme on l’entend souvent) des textes-sources –ceux-ci étaient inconciliables dans leur sens– ; elle ressortit à un arsenal de procédures (effacement, déplacement, modification, ajoué, association sélective ou corrective) travaillant à un savant rééquilibrage sémantique des sources au sein d’un texte original ».

121  M. ZINK, La subjectivité…, p. 9.

122  Ibid.

123  B. GUENÉE, Histoire et culture…, p. 214.

124  G. MARTIN, « La compilation… », p. 118-119 : « A ces quatre opérations [« Reproduire », « Réunir », « Assembler.Bâtir », « Assembler. Agencer »], devrait se limiter la compilation si elle était (même tendancieuse, même marginalement créatrice de sens) reproduction d’élaborations antérieures ».

125  Roland BARTHES et alii, « Conférence de conclusion », Exégèse et herméneutique, Paris : Seuil, 1971, p. 292.

126  Ibid.

127  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 16.

128  Il nous semble important de ne pas mettre totalement sur le même plan « immanence » et « clôture », sauf à inclure dans la « clôture » ce qui pourrait apparaître comme les limites du texte. G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 437, nous en propose un éclairage intéressant, à partir des postures de lecture possibles pour l’Ulysse de Joyce : « La lecture innocente d’Ulysse dans sa « clôture », comme d’une sorte de roman naturaliste sur l’Irlande moderne, est parfaitement possible ; elle n’en serait pas moins une lecture incomplète. Et incorrecte au moins sur un point : car, si innocent, soit-il, le lecteur d’Ulysse ne peut au moins ignorer son titre, ce titre « clef » (Larbaud) qui lui intime, comme degé minimal de lecture hypertextuelle, cette question : « Pourquoi Ulysse ? Quel rapport avec l’Odysée ? » Cette transcendance purement interrogative est peut-être ici la plus pertinente ».

129  Nous conférons ici au terme « littérature » le sens très général, et étymologique, d’acte d’écriture.

130  G. GENETTE, Palimpsestes…, p.16.

131  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 359. Voir à ce propos la note 89 de cet ouvrage.

132  Il suffit, pour s’en persuader, de se reporter à l’étude à « La compilation (cinq procédures…) », p. 107-121.

133  L’incorporation de la geste et la reconstruction sémantique qui en est tentée pose des problèmes autrement épineux que ceux pouvant procéder de l’intégration des sources antiques par exemple.

134  Voir G. MARTIN, ibid.

135  D. BOUTET, « Introduction », Ecriture et mode de pensée…, p. 8 : « Notre propos […] est de saisir les mécanismes, les modes de pensée qui président au dynamisme de l’écriture […], et par conséquent aux constructions sémantiques que celui-ci élabore […]. Mais que faut-il entendre par « mode de pensée » ?

136  Id.

137  M. STANESCO, « Le Texte primitif… », p. 153.

138  D. BOUTET, ibid.

139  Ibid.

140 M. ZIMMERMANN, «Ouverture », Auctor et auctoritas…, p. évoque cette « recréation » au moyen d’une expression imagée « Faire du neuf avec l’ancien ».

141  Nous y incluons la sous-fonction-traducteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Auteurité et compilation au XIIIe siècle », in Un roi en quête d’auteurité, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 2), 2011, [En ligne], Mis en ligne le 06 décembre 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/272

Haut de page