Navigation – Plan du site
Un roi en quête d’auteurité - Corinne Mencé-Caster

Conclusion générale

Texte intégral

1Conçue dans le dernier tiers du XIIIe siècle, l’Histoire d’Espagne, à l’instar des chroniques royales antérieures, signe, en la confirmant, l’émergence d’une histoire « politique », orientée vers la légitimation de la royauté et la fondation d’une mémoire généalogique collective.

2Son trait le plus remarquable fut sans doute d’avoir été « écrite » par une pluralité de rédacteurs ou officiers, que nous avons choisi de désigner au moyen du terme « Alphonse X », pour souligner leur « fusion » dans un personnage unique, qui leur impose de parler d’une seule voix. C’est en ce sens que l’on peut dire qu’Alphonse X assume l’autorité de commande, de réalisation et d’écriture.

  • 1  Nous renvoyons à la note 189, p. 122 : « Onde nostro señor, el muy noble rey don Alfonso, rey d’Es (...)

3Cette prise de pouvoir ne pouvait manquer d’avoir des conséquences sur la position énonciative que ce roi, qui prétendait avoir reçu plus d’entendement qu’aucun autre1, ne manquerait de revendiquer.

4Comment être roi et compilateur ? Ou plutôt, comment être compilateur sans cesser d’être roi ?

5C’est en postulant un conflit latent entre une position énonciative, perçue comme proche de celle d’actor, et une posture politique « en surplomb » que nous avons cherché à « penser l’auteurité dans le discours historiographique alphonsin ».

6La problématique de l’autorité énonciative, au Moyen Âge, est très complexe : elle relève d’un imaginaire qui impose de lourdes contraintes techniques, intellectuelles et mentales et dénie au scripteur le droit à l’innovation. Mais cet imaginaire se trouve en prise avec une pratique plus souple, plus ouverte qui, dans le cadre étroit où elle est appelée à se mouvoir, explore les voies diverses par où elle espère trouver un chemin de liberté.

  • 2  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 607.
  • 3  Ibid.

7La compilation, quoiqu’elle puisse, dans un premier temps, être perçue comme un carcan, et en conséquence, comme un bastion de la fonction de reproduction, nous est pourtant apparue comme un de ces chemins possibles vers l’auteurité. L’hypothèse heuristique de la « fonction-auctor » que nous avons formulée nous a ainsi permis de rendre compte de la scission qui s’opère, dans le contexte médiéval, entre les discours reçus comme prouvés et les discours qui, pour l’être, ont à « s’adosser » à ces derniers. Il en découle que le « destin sémiologique »2 de ces discours non autorisés, pour reprendre l’expression de Georges Martin, est d’« être variation au sein d’une permanence »3.

8C’est précisément le mode d’approche de cette « permanence » qui a nourri l’ensemble de notre réflexion, car si d’un texte historique à l’autre, des « pans » entiers de discours se « transmettent » et semblent ainsi valider l’hypothèse d’une certaine invariance, faut-il pour autant considérer que l’auteurité du compilateur sur son texte est mise en cause au point qu’on puisse l’identifier comme intervention sur un discours préconstitué ? L’une de nos préoccupations essentielles a consisté à mettre au jour les présupposés qui sous-tendent les diverses approches de la compilation, de façon à mieux percevoir les fondements de la thèse de la « reproduction ». Il nous est alors apparu que la question de la « matière » en constituait un point nodal, en raison de l’importance qu’au Moyen Âge, la lettre revêt dans l’appréhension du réel spirituel. Mais précisément, s’il en est ainsi, comment expliquer que cette matière ait pu être formalisée, réélaborée, retravaillée en profondeur, alors même qu’on prétendait la « transmettre » telle qu’elle avait été « reçue » ?

9Il faut donc admettre que les compilateurs ne croyaient guère au caractère immuable d’une vérité qui serait inscrite une fois pour toutes dans le texte, puisqu’en remaniant incessamment les textes « reçus », ils révélaient, en fait, qu’ils accordaient volontiers un crédit plus grand à leur propre « programme de vérité ». Dans ces conditions où la vérité historique est avant tout un « possible », une raison « vraisemblable », il nous est apparu que l’auteurité était à penser non dans une logique de l’originalité, au sens commun du terme, mais plutôt en rapport avec une dynamique de la « transposition recréatrice », à comprendre justement comme jeu transtextuel, lequel, bien qu’imposé par un imaginaire sémiotique tout-puissant, n’en reste pas moins marqué au sceau de l’inventivité. Or, le propre d’un tel jeu est de détourner le sémantisme des textes, en les recréant. Il en ressort que le texte de la compilation ne reflète jamais la « source » mais la réfracte en la transformant, et ce, même lorsqu’il reste dans une proximité littérale très grande vis-à-vis de celle-ci.

10Dès lors, la question fondamentale tourne autour des critères définitoires de l’identité d’un texte : la lettre ou le sens ?

11En choisissant de faire du sens la clef de voûte de l’identité textuelle, il nous a semblé respecter l’esprit dans lequel les scripteurs eux-mêmes, au cours de leur pratique, envisageaient l’identité d’un texte. L’examen des modalités de construction de la fonction-compilateur dans l’Histoire nous a permis de mettre en évidence l’importance qu’y acquérait la sous-fonction-lecteur critique. Or, celle-ci, enracinée dans une poétique de l’interprétation anachronique, ne dit-elle pas que l’identité d’un texte dépend de l’interprétation qu’on peut en faire, et donc de sa « signification » ?

12L’adoption de cette posture modifie totalement l’angle d’approche : c’est ce que nous avons cherché à manifester quand nous avons établi la nécessité de restituer à la compilation-texte sa pleine identité sémiotique, la première mesure étant de ne plus l’appréhender au travers de la dialectique « écart/permanence », mais au travers de celle « projet/Lecteur Modèle ». La conséquence en est que, au lieu d’identifier des territoires d’auteurité morcelés, épars, diffus, au sein d’un texte qui reste alors fondamentalement celui de l’Autre, on détermine, au sein de la compilation-texte, un territoire d’auteurité unique qui est celui du compilateur. Ce territoire d’auteurité, fondamentalement un, peut être dès lors étudié dans son immanence, c’est-à-dire tout à la fois dans sa dimension synchronique et diachronique.

13Dans le texte de l’Histoire, l’examen des modalités de construction de l’auteurité s’est révélé vertigineux et exaltant, car il met en prise avec la réalité d’un « sujet énonçant » qui, refusant de se laisser dominer par le discours des autres, cherche à forger son propre lieu de parole « recréatrice » au sein d’un univers qui pourrait paraître répressif. L’exhibition du « sujet » est donc à interpréter comme mise en scène d’une auteurité qui se construit dans et par-dessus des auctores, et qui, parce qu’elle refuse d’être réduite au silence, investit massivement l’espace discursif, jusqu’à donner l’impression de revendiquer, non plus seulement cette auteurité dont nous parlons, mais bien une forme d’hyper-auctoritas.

14L’auteurité dans l’Histoire est donc à appréhender dans la perspective de la « construction » d’un effet-personne, fondé lui-même sur l’inscription d’un effet- « discours ». En ce sens, elle n’est pas dissimulée, cachée mais exhibée, revendiquée, étalée. La prégnance qu’acquiert, dans l’économie générale du discours, la catégorie de la personne, rend compte de cette théâtralisation d’un « sujet » qui fait de l’autorité énonciative, une forme d’autorité connexe des autres. Penser l’auteurité dans le discours historiographique alphonsin, au travers de l’Histoire, revient à penser la compilation comme « mode de pensée » et d’écriture fondé sur la « transtextualité. Examiner la construction de l’auteurité par Alphonse équivaut à rencontrer, dans et par les mots, un « sujet » qui se représente avec voyeurisme dans son discours, au point de créer un effet de saturation de subjectivité. En ce sens, l’inscription d’un sujet dans le discours est aussi ce qui nous permet de rapporter ce discours à un sujet, et donc de penser l’auteurité, moins en regard d’une problématique de l’attribution qu’en direction d’une problématique de la représentation discursive du sujet. De fait, si le postulat de la fonction-compilateur nous a permis de suivre le texte dans son procès d’engendrement et de dégager les spécificités d’une « fonction-auteur » comme « fonction-lecteur-réénonciateur », il n’était pas en mesure de nous donner accès à une auteurité qui se révèle aussi au travers de l’exhibition d’un « sujet » qui investit un espace textuel qu’il perçoit pleinement comme « sien ». L’examen des fonctions constitutives de la « forme-auteur » historiographique dans le discours de l’Histoire a ainsi livré les tenants et les aboutissants d’une auteurité moins assujettie que glorieuse, et clairement perceptible dans l’« image de soi » que l’énonciateur projette dans son discours.

15Précisément, cette possibilité de « capter » une image d’Auteur Modèle, tout autant que l’image de Lecteur Modèle qui lui est étroitement corrélée, suffit sans doute à manifester le caractère non illusoire d’une pensée de l’auteurité.

16Aussi la fiction de l’Auteur Modèle mérite-t-elle d’être considérée comme la véritable signature d’un scripteur médiéval qui, souvent, ne pouvait apposer son nom sur une production à qui était dénié le statut de « construction originale ». Ainsi, quoique les textes puissent continuer d’afficher le même nom, ils renvoient pourtant à des auteurs différents si la confrontation de leurs versions laisse transparaître des images d’Auteur ou de Lecteur Modèle différentes.

17En ce sens, l’auteurité, quoique virtuelle, n’en est pas moins réelle : elle renvoie sans doute plus que tout autre, à un imaginaire d’écriture où la lecture, comme vertige des possibles, occupe une fonction de médiation symbolique. C’est peut-être parce qu’Alphonse X a cherché à porter atteinte à cet imaginaire que les lecteurs de l’Histoire ont vu en lui un auteur tyrannique, car désireux de « verrouiller » l’espace de libre interprétation de leur lecture. S’agrippant alors aux « textes-fantômes » dont l’Histoire, probablement à son insu, était porteuse, ils se sont « vengés » en les actualisant progressivement, jusqu’à livrer des versions purement aristocratiques de l’Histoire.

Haut de page

Notes

1  Nous renvoyons à la note 189, p. 122 : « Onde nostro señor, el muy noble rey don Alfonso, rey d’España, fijo del muy noble rey don Ferrando et de la muy noble reina doña Beatriz, en qui Dios puso seso et entendemiento et saber sobre todos los príncipes de su tiempo […] »

2  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 607.

3  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Conclusion générale », in Un roi en quête d’auteurité, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 2), 2011, [En ligne], Mis en ligne le 07 décembre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/276

Haut de page