Navigation – Plan du site
Un roi en quête d’auteurité - Corinne Mencé-Caster
Deuxième partie. Systématiques
Chapitre 2

Alphonse X et la construction de la fonction-compilateur comme fonction-auteur

Pour une poétique de l’hypertextualité dans l’Histoire d’Espagne

Texte intégral

De la fonction-compilateur comme fonction-lecteur-réénonciateur

1En prolongeant la réflexion qui vient d’être menée sur la manière de penser l’auteurité dans la compilation, il est question maintenant de chercher à décrire la fonction-compilateur sous Alphonse X comme possible laboratoire expérimental de la fonction-auteur. Il convient, pour ce faire, de déterminer les postulats méthodologiques qui, dans l’Histoire, sont au fondement de la construction des sous-fonctions lecteur et réénonciateur, ce qui passe par l’examen et le descriptif des charges qui sont liées à ces différentes sous-fonctions.

Précisions méthodologiques

2Appréhender la fonction-compilateur à partir de la sous-fonction-lecteur revient à prendre en compte les modalités particulières à partir desquelles elle est susceptible de s’ériger en fonction-auteur. Dans la première partie de notre étude, nous avons examiné les positions dissidentes qui pouvaient dériver des rôles énonciatifs validés. S’agissant de la fonction-compilateur, il nous était alors apparu que la façon d’exercer la compétence de lecture représentait un point de rupture évident : si la lecture des textes de référence s’opère de façon critique et non sur le mode d’un simple déchiffrage, alors s’actualise une compétence énonciative qui fait aussitôt basculer la fonction-compilateur vers la fonction-auteur, à partir de la sous-fonction (ré)-énonciateur. Il nous faut donc prendre la pleine mesure de cette sous-fonction-lecteur critique en exhibant les postulats méthodologiques qui, en contexte de (ré)-énonciation, sous-tendent les mécanismes de lecture des futurs hypotextes par les compilateurs. Il sera ensuite question de montrer que la fonction de réécriture qui lui est corrélée rend compte du conflit latent entre « sens » et « signification », à la faveur notamment de la non-coïncidence de l’interlocution.

3Poser, en effet, que le « récepteur » exerce sur le texte une action de « re-sémantisation » revient à saisir ce dernier, non plus comme simple medium d’une tradition mais comme « sujet-lecteur-énonciateur » qui s’approprie le texte en exerçant sur lui une forme d’autorité, dont la manifestation la plus évidente est la construction d’un sens partagé. C’est pourquoi le terme de « co-énonciateur », pourrait être particulièrement indiqué pour désigner un tel sujet.

4Si nous posons que la « fonction-auteur » a été engendrée au creux de la « sous-fonction-lecteur », nous sommes bien obligée de nous intéresser à la construction de l’œuvre en tant que communication.

  • 1  A. BERNADET, « L’historicité de l’auteur… », p. 27.

5Sans mettre sur le même plan « la lecture comme réalisation pratique (son effectuation) et la lecture comme mode de transformation des sujets, même si l’une présuppose l’autre »1, la mise en évidence d’un système de chaînage des textes selon des problématiques de l’invariance et de la variation fait du lecteur empirique une figure obligée de notre analyse. Nous voulons dire par là que la compilation nous contraint à affronter la figure du lecteur réel.

6Qu’il s’agisse des fonctions-compilateur/-commentateur (voire même de la fonction-scribe), il est certain qu’elles déterminent des procédures de lecture active, professionnelle, par lesquelles les textes sont appelés à être « interprétés ».

7En conséquence, nous ne pouvons faire fi des différents travaux qui ont cherché à rendre compte de la manière dont s’exerce cette « communication » dans le cadre du texte. Si Aristote, en établissant la nécessité pour tout discours de distinguer trois éléments (celui qui parle, le sujet sur lequel il parle, celui à qui il parle), peut être tenu pour un pionnier en la matière, il n’est plus du tout pour l’analyste actuel, la seule référence. Un invariant demeure cependant, entre la réflexion aristotélicienne et les travaux contemporains : l’inscription de l’Autre (qu’est l’allocutaire ou le co-énonciateur) dans le discours de tout énonciateur comme une donnée incontournable.

8Dans les pages qui vont suivre, nous chercherons à manifester que si la compétence de réécriture qui est annexée par la fonction-compilateur, acquiert un sens, c’est en vertu d’une double hypothèse de départ :
– la reconnaissance d’un écart jamais annulable entre le dit de l’énonciateur et le vouloir-lire du co-énonciateur qu’est le lecteur, qui fait de la réécriture virtuelle, la condition même de toute lecture ;
– la légitimation de l’interprétation anachronique, comme valorisation d’une « signification » issue d’un contexte autre que celui de la réception première de l’œuvre.

9Or, précisément, il nous semble que les problématiques du « sujet » et de « l’intention » donnent une certaine assise à ces présupposés, lorsqu’elles évoquent la dissymétrie inhérente à la relation d’interlocution (systèmes différents des « énonciateur » et « co-énonciateur ») ou encore le lecteur critique comme « co-auteur » d’un texte, distinct de celui du producteur originel. Les concepts d’« intention », d’« inconscient », d’« interdiscours » qui s’y trouvent formulés permettent, en effet, de mieux saisir la complexité de la relation à l’Autre et de relativiser la portée des mécanismes d’ajustement, en montrant précisément que l’adaptation à l’Autre est toujours marquée au sceau d’une faille insurmontable. En ce sens, l’ampleur du phénomène de la réécriture au Moyen âge se doit d’être appréciée à la lumière de cette « communication » sans cesse différée. Nous proposons ci-dessous un bref descriptif de ces approches, ne retenant que ce que nous jugeons pertinent à notre propos.

Descriptif des « charges » liées à la sous-fonction-lecteur

Intention, inconscient et interdiscours

  • 2  La problématique de l’intention a fait couler beaucoup d’encre. Qu’on se souvienne de la célèbre c (...)
  • 3  Il ne nous semble pas que nous faisons violence au texte médiéval quand nous le soumettons à ce ty (...)
  • 4  Voir R. PICARD, Nouvelle critique….

10Une réflexion sur l’intention2 ne peut pas, selon nous, faire l’économie des concepts d’« inconscient »3 et d’« interdiscours » qui obligent à repenser en termes de limites, la validité de « l’intention claire et lucide »4 de l’auteur empirique. Ces concepts peuvent, semble-t-il, nous permettre de mieux comprendre tous les phénomènes d’incompréhension et de méprise qui sont à la base des ratés de la « communication ». Nous verrons plus loin comment Alphonse X, pour avoir formulé une hypothèse de Lecteur Modèle trop distante de celle du lecteur empirique potentiel de son texte, a probablement « fait les frais » d’une réception en échec.

11Si comme l’explique Lacan :

  • 5  Jacques LACAN, Psychanalyse et médecine, cité in M. SAFOUAN, « De la structure en psychanalyse, co (...)

[…] il y a de l’inconscient, c’est-à-dire du langage qui échappe au sujet dans sa structure et ses effets et qu’il y a toujours au niveau du langage quelque chose qui est au-delà de la conscience et c’est là que peut se situer la fonction du désir […]5

  • 6  Louis ALTHUSSER, Positions (1964-1975), Paris : Éditions Sociales, 1976.
  • 7  Michel PÊCHEUX, L’inquiétude du discours, textes choisis et présentés par Denise MALDIDIER, Paris  (...)

alors, le sujet parlant reste toujours décentré par rapport à son langage, ce qui suppose que son propre dire lui échappe partiellement. De fait, le considérer comme « sujet-moi plein », c’est méconnaître le sujet divisé de Freud dont le moi est le fantasme. Inversement le tenir pour un « sujet-moi vide », à l’instar d’Althusser6 ou de Pêcheux7, c’est :

  • 8  J. AUTHIER-REVUZ, Ces mots qui ne vont pas de soi…, p. 89.

[Procéder] à une autre version du recouvrement du sujet par le moi – inverse si l’on veut de la première – […] non plus aux couleurs de la souveraineté d’un sujet-moi-conscient, mais à celles de la détermination sans faille du sujet-moi-conscient par un registre idéologico-discursif souverain8.

12Ce « sujet de l’énonciation » est, en fait, à saisir – sans qu’il s’y réduise pour autant − dans cette double détermination de l’inconscient et de l’interdiscours, ce qui conduit, conformément à l’étymologie du mot « sujet », à le voir comme « un stratège assujetti », c’est-à-dire comme un sujet susceptible d’occuper néanmoins une position de « patient ».

13Dans ces conditions, le sujet de l’énonciation n’est pas totalement maître des stratégies de « calcul interprétatif » de l’Autre qu’il déploie, puisque précisément la faille qu’il y a en lui laisse surgir un « discours-autre ».

14Il ne s’agit point de remettre en cause la réalité de ces mécanismes d’ajustement à « l’autre-cible », inhérents en quelque sorte à l’acte d’interlocution (tout locuteur cherche à s’adapter à son allocutaire, à anticiper ses réactions, à éliminer les malentendus…). Il est plutôt question de considérer avec Jacqueline Authier-Revuz que :

  • 9  J. AUTHIER-REVUZ, Les mots qui…, p.175.

À cette adaptation instrumentale du dire à l’autre- « cible » du sens intentionnel de l’un, fût-ce en y décelant les échecs, ratés, erreurs, inhérents à toute stratégie délicate, on ne peut ramener la relation co-énonciative, sauf à prendre les fantasmes des énonciateurs pour le réel de l’interlocution9.

Ainsi :

  • 10  Ibid.

[…] l’activité de co-énonciation s’inscrit […] dans un écart, un manque à « communiquer » – si par là on entend transmettre un sens fixé- qui ne peut pas se combler, écart dans lequel se produit un sens « partagé », au sens de divisé, de non-coïncidant10.

15S’appuyant sur la théorie de l’énonciation développée par Antoine Culioli, Authier-Revuz reconnaît, avec lui, que :

  • 11  Ibid., p. 176.

[L]’accomodation intersubjective », nécessaire à la production de « la signification de l’énoncé par-delà son sens » est marqué par une « dissymétrie entre production et reconnaissance, [une] non-coïncidence entre les systèmes des énonciateurs qui imposent de placer au centre de la théorie linguistique des phénomènes jusqu’alors rejetés comme des « ratés » de la communication11.

16À cette faille dans la maîtrise, il faut ajouter la dimension « interindividuelle » de tout discours individuel. En ce sens, parler c’est toujours se comprendre et se méprendre, communiquer et non-communiquer. Mais c’est aussi partager un sens, co-produire un discours.

17Comme le dit Bakhtine :

  • 12  Mikhaïl BAKHTINE, Esthétique de la création verbale, Paris : Gallimard, 1984, p. 331.

[…] le discours (comme en général tout signe) est interindividuel. Tout ce qui est dit, exprimé, se trouve en dehors de l’âme du locuteur et ne lui appartient pas uniquement. On ne peut pas attribuer le discours au seul locuteur. L’auteur (le locuteur) a ses droits inaliénables sur le discours, mais l’auditeur a aussi ses droits et en ont aussi ceux dont les voix résonnent dans les mots trouvés par l’auteur (puisqu’il n’existe pas de mots qui ne soient à personne)12.

  • 13  Ibid., p. 41.

18C’est pourquoi Bakhtine est amené à reconnaître que « l’être expressif et parlant ne coïncide jamais avec lui-même et est inépuisable dans son sens et dans sa signification »13. S’il est vrai que l’énonciateur procède tout le long de la constitution de son dire à un calcul interprétatif en cherchant à négocier le mieux possible la distance qui le sépare de son co-énonciateur, il n’est pas pour autant licite de tenir qu’il peut annuler cette non-coïncidence constitutive du fait langagier lui-même. Ainsi, alors que dans les approches pragmatiques, ce « co-énonciateur » reste une « cible » totalement calculable dans sa différence et possible d’être ramenée à un sens voulu, préexistant dans l’intentionnalité de l’énonciateur, dans les théories énonciatives non pragmatiques, une opacité entre les systèmes de l’énonciateur et du co-énonciateur demeure qui crée un écart non annulable.

19De fait, pour ces dernières, le co-énonciateur » ne saurait jamais être l’« énonciateur » virtuel de ce qui est en train d’être dit.

Problématique de l’intention et intersubjectivité

  • 14  Voir R. PICARD, « Nouvelle critique ou nouvelle… », p. 20.
  • 15  Si l’expression « intentio operis » qui s’est substituée à la plus ancienne « intentio auctoris » (...)
  • 16  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 324 : « Lire, c’est bien (ou mal) choisir, et choisir, c’est laisser(...)

20Cette reconnaissance d’un sujet clivé a conduit à réexaminer la problématique de l’intention, autrement que comme « intention claire et lucide »14, ce qui a eu pour effet, de déplacer l’intérêt de l’intention de l’auteur vers ce qu’il conviendrait d’appeler l’intenté15 du texte. Il s’ensuit une délégation d’autorité au lecteur16 qui devient ainsi une nouvelle clef du sens. Nous ne sommes plus très loin alors de ce détournement d’auctoritas, caractéristique des fonctions-scribe/-compilateur/-commentateur où la lecture professionnelle, inhérente à ces fonctions, s’articule à une rhétorique de la réécriture, en raison d’une dissymétrie fondamentale entre « sens » et « signification », entre « vouloir-lire/écrire » et « dit ».

21Dominique Vasse en rend compte, à sa façon, quand il pose l’hétérogénéité radicale de la structure du sujet comme constitutive de la parole :

  • 17  Dominique VASSE, Le poids du réel, sa souffrance, Paris : Seuil, 1983, p. 188.

Le « je » n’est pas le « tu », mais aussi le « je » n’est pas le moi et le « tu » n’est pas le toi. Ce double rapport à l’altérité : l’image que j’ai de vous, « autre » que l’image que vous avez de moi, et le sujet parlant que je suis, « autre » que le sujet parlant que je dis, amène à penser un « degré second de l’altérité » que Lacan nous a appris à reconnaître dans la parole pleine. Cette altérité seconde, qui déloge de l’immédiate identification à l’image de l’autre en tant qu’image de soi excentre l’homme17.

22En distinguant alors entre la poétique consciente d’un énonciateur et sa poétique inconsciente, on se détourne, ne serait-ce que partiellement, de l’idée d’un sens pré-fixé, qui serait seulement imputable au vouloir-dire de cet énonciateur. L’individuation des sujets dans et par le langage conduit-elle alors inexorablement à poser que le sens d’un « texte » advient seulement du dehors et qu’il est de ce fait, toujours détourné, réorienté, multiplié en des significations diverses ?

  • 18  R. BARTHES, « Sur la lecture », in : Bruissements de la langue, p. 47.
  • 19  Ibid.

23C’est la position que défend Barthes. Partant du principe d’un sujet clivé toujours enclin à la méconnaissance, Barthes se place dans ce paradigme du « non-un » qui est celui de l’impossible conjonction des sujets désirants. Il imagine alors un sujet lisant, « dépris de toute unité, perdu dans la double méconnaissance de son inconscient et de son idéologie »18 qui va au texte « comme sujet tout entier »19.

24De sorte que, selon lui :

  • 20  Ibid.

[…] toute lecture procède d’un sujet, et elle n’est séparée de ce sujet que par des médiations rares et ténues, l’apprentissage des lettres, quelques protocoles rhétoriques, au-delà desquels très vite c’est le sujet qui se retrouve dans sa structure propre, individuelle : ou désirante, ou perverse, ou paranoïaque, ou imaginaire, ou névrotique – et bien entendu aussi dans sa structure historique : aliéné par l’idéologie, par des routines de codes20.

  • 21  Ibid.

25Selon cette perspective, loin de décoder, le lecteur « sur-code » : « il ne déchiffre pas, il produit, il entasse des langages »21. Selon Barthes, la lecture échappe par définition à toute tentative de systématisation, parce qu’elle n’est jamais que pure interprétation d’un sujet en prise avec lui-même au travers d’un texte, indépendamment des intentions de son « auteur ». D’ailleurs le refus barthésien de l’intentionnalisme repose sur l’idée que la signification d’un texte n’est pas déterminée par les intentions d’un auteur mais par le système de la langue. En conséquence, le lecteur ne rencontre que la langue, pas l’auteur, postulat contenue dans la célèbre affirmation « ça parle ».

26Plus raisonnable, et sans doute bien plus acceptable, nous paraît être la perspective que propose Umberto Eco lorsqu’il allègue que l’œuvre ne permet jamais de remonter à l’auteur empirique mais à un rôle d’auteur qu’il appelle on l’a vu, « Auteur Modèle ». Il admet donc la possibilité d’une non-coïncidence entre « les intentions du sujet empirique de l’énonciation » et les « intentions virtuellement contenues dans l’énoncé ». Si le texte recèle des intentions « cachées », c’est-à-dire non « prévues » par le sujet empirique, c’est donc que celles-ci lui ont échappé. En considérant que ces intentions virtuelles sont imputables, non au sujet de l’énonciation (qu’il appelle « auteur empirique ») mais à l’hypothèse d’auteur formulée par le lecteur (ou « Auteur Modèle »), à partir des données de stratégie textuelle, Eco admet tacitement la possibilité d’un déphasage entre le vouloir-dire et le dit, entre le conscient et l’inconscient, entre le sens « voulu » par l’énonciateur et celui inscrit dans le texte. Il reconnaît ainsi implicitement que l’intention ne préexiste pas au texte mais qu’elle y est en acte. C’est cette intention en acte –ou intenté- (et non le vouloir-dire virtuel de l’auteur empirique) qui constitue l’objet de l’interprétation. En tenant compte du possible décalage entre cette intention en acte et le vouloir-dire, il nous paraît plus prudent, ainsi qu’on l’a dit, de parler d’« intenté » du texte.

  • 22  U. ECO, Lector…, p. 67: « Pour organiser sa stratégie textuelle, un auteur doit se référer à une s (...)

27L’approche d’Eco a cela de paradoxal qu’elle joue à la fois sur un « sujet-moi plein » qui élabore une stratégie rigoureusement contrôlée22, et un sujet « divisé » susceptible d’exprimer autre chose que ce qu’il croit avoir voulu exprimer. En ce sens, elle est parfaitement applicable à la littérature « politique » qu’est l’historiographie du XIIIe siècle, puisqu’elle nous amène à nous interroger sur les rapports de non-transparence entre le « roi » empirique, et le « roi-historiographe » virtuel.

28Il s’ensuit une série d’écarts qui, du point de vue de « l’interprétation » elle-même, établissent une altérité entre l’hypothèse d’Auteur Modèle « voulue » par le sujet, celles « promues » virtuellement par le texte et celles activées par le lecteur, sur la base de ses propres « interprétations » (conscientes et inconscientes) du texte.

29Il n’empêche qu’à partir de la distinction, reconnue comme acceptable, entre « intention de l’auteur empirique » et « intention de l’Auteur Modèle », il reste possible de définir l’interprétation comme une interaction entre la compétence du lecteur et les instructions virtuellement contenues dans le texte.

30Si la problématique de l’intention nous intéresse d’aussi près, c’est parce que, pour tenter d’appréhender la manière dont la fonction-compilateur construit la sous-fonction-lecteur, il importe de chercher à identifier la réponse qu’elle pourrait donner à la question : quel est le sens d’un texte ? Comment comprendre les textes qui sont distants historiquement et culturellement ?

  • 23  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 7.

31Nous y avons déjà partiellement répondu quand nous avons assimilé la compilation à un mode de pensée et d’écriture relevant de la « transtextualité », c’est-à-dire de « la transcendance textuelle du texte »23. En effet, s’il en est ainsi, c’est que la « compilation-texte » est réécriture, ou dit autrement, écriture hypertextuelle. Or, qu’est-ce que celle-ci, sinon une forme de lecture qui vise à rendre lisible un texte du passé ou un texte étranger pour celui qui n’y a pas directement accès ?

32La prégnance de la réécriture est donc un indicateur de la poétique de la lecture qui sous-tend la construction de la sous-fonction-lecteur. Elle nous invite, en effet, à envisager la lecture comme interprétation anachronique qui vise en priorité à mettre en adéquation le dit du texte premier avec le contexte de référence du lecteur, mais aussi avec son vouloir-lire (ses convictions propres ou l’horizon d’attente de son époque).

33Cette réécriture montre que la signification totale d’une œuvre ne se réduit pas à l’horizon de sa première réception, c’est-à-dire au « sens » qu’elle revêtait à ce moment précis pour son « auteur » et les lecteurs contemporains auxquels il s’adressait. D’où la distinction heuristique entre « sens » et « signification », le « sens » renvoyant à « ce qui reste stable dans la réception d’un texte », la « signification », à « ce qui change dans la réception d’un texte ». En s’intéressant au « sens », on cherche à répondre à la question : « Que veut dire ce texte ? ».

  • 24  Ibid.
  • 25  Pour H. G. GADAMER, Vérité et méthode, Paris : Seuil, 1976, p. 236 : « Sous la forme de l’écrit, t (...)

34En interrogeant la « signification », c’est la question : « Quelle valeur a ce texte ? »24 qui est au centre des débats. Pour qu’une œuvre continue d’avoir de la valeur pour les générations postérieures, il faut que celles-ci y trouvent matière à éclairer un aspect de leur expérience25. Le lecteur qui, face à une œuvre du passé, cherche à appréhender ce qu’elle dit en référence au propre contexte d’origine (historique, culturel et linguistique) du producteur de cette œuvre, pose la question de son sens « originel » (c’est le cas de l’exégète biblique par exemple). En revanche, le lecteur qui met en relation cette œuvre avec son propre contexte de réception, lui confère une valeur hors de son contexte d’origine. Il lui attribue ainsi une signification, non nécessairement valable dans un autre contexte de réception, puisque la « signification » qu’il construit est liée à l’horizon d’attente qui lui est contemporain.

35C’est donc la définition d’une certaine posture de lecture qui nous permettra de définir plus précisément les contours de la sous- fonction-lecteur » dans le contexte de la culture de la compilation. Si la « fonction-compilateur » s’articule à une praxis de la réécriture, et donc du renouvellement du sens (re-sémantisation), c’est que le compilateur, perçu comme lecteur, prend appui sur une sous-fonction-lecteur qui se propose de dégager, non pas le sens originel de l’œuvre, mais la « signification » que celle-ci pourrait avoir dans le contexte où cette sous-fonction est appelée à s’exercer.

36Par sa manière de réaliser la sous-fonction-lecteur, la fonction-compilateur se donne comme finalité partielle de « restaurer » le Un, menacé par la non-coïncidence entre l’« intenté » du texte et le « vouloir-lire » du lecteur. Cette non-coïncidence prend la forme ici d’une résistance du sens « originel », réfractaire à l’éclairage spontané d’un des aspects de l’expérience du lecteur et de son époque.

37Selon cette visée, la « sous-fonction-lecteur » serait à saisir, dans un premier temps, comme une fonction d’« aménagement » d’une réception qui serait en échec si elle se limitait au « sens » de la première réception. On comprend alors que l’idée de « tradition » serait en elle-même vide de sens si elle n’incluait pas une perpétuelle actualisation des textes, manifestée dans un incessant procès de réécriture, dont le substrat est, de toute évidence, cette poétique de l’interprétation anachronique.

La médiation du lecteur réel

38Il faut interpréter ces données en relation avec la problématique de la compilation dans le contexte de la culture médiévale. Nous avons déjà eu l’occasion de souligner la difficulté à exercer pleinement la compétence de collecte de « documents constitués », inhérente pourtant à la fonction-compilateur. Si nous y revenons brièvement, c’est afin cette fois, de mettre en relation, la dispersion et l’inaccessibilité de la documentation avec le rôle de médiation que joue la sous-fonction-lecteur (interne à la fonction-compilation). Celle-ci se présente, en effet, comme une interface entre le texte du passé et la fonction-lecteur (en général).

39Autrement dit, et en laissant de côté pour l’instant, l’approche en termes de « fonction » pour envisager les procédures de façon plus concrète, tout se passe comme si le compilateur était pour les lecteurs de son époque, un des rares (voire le seul) lecteur(s) du texte. Sa mission officielle consistait donc à « transmettre » le texte de façon à ce que d’autres lecteurs pussent le lire et le comprendre. Or, tout dépendait de l’interprétation qui était donnée au verbe « comprendre » : s’agissait-il de restituer le sens originel ou de postuler une signification qui fut en prise plus directe avec le contexte contemporain des lecteurs visés ?

  • 26  Martin HEIDEGGER, Être et temps (1964), E. MARTINEAU (trad.), Paris : Gallimard, 1986, p. 197 : «  (...)

40Nous avons établi précédemment que lorsqu’un texte passe d’un contexte historique ou culturel à un autre, de nouvelles significations se greffent qui pouvaient n’avoir été prévues ni par l’auteur ni par les lecteurs de la « première réception ». Ce surplus de « sens » est aussi à relier à la « transposition passive » qui procède du changement de paramètres interlocutifs. L’importance qui est attribuée – à raison – à ces divers facteurs « contextuels » dans l’acte même de lire, s’enracine dans ce que Heidegger26 évoque comme historicité de l’intentionnalité phénoménologique. Il nous dit par là que notre compréhension d’un texte est toujours soumise à une pré-compréhension qui n’est autre qu’une anticipation du sens, en fonction du projet que nous avons sur ce texte. Or, cette pré-compréhension fait que nous ne pouvons comprendre l’Autre qu’à partir de notre propre condition historique, laquelle devient le « préjugé » de toute interprétation.

41Il est logique de considérer que pour le lecteur qu’est en partie le compilateur, ce qui compte, c’est moins le sens originel, que les réponses que le texte est susceptible d’apporter aux questions que ses lecteurs, tout autant que lui-même, jugent pertinentes. Comme se plaît à le rappeler Antoine Compagnon :

  • 27  A. COMPAGNON, Le démon…, p. 72.

La distance temporelle entre l’interprète et le texte n’est plus à combler, ni pour expliquer ni même pour comprendre, mais, sous le nom de fusions d’horizons, elle devient un trait inéluctable et productif de l’interprétation : celle-ci comme acte, d’une part fait prendre conscience à l’interprète de ses idées anticipatrices, d’autre part préserve le passé dans le présent. La réponse que le texte apporte dépend de la question que nous lui posons de notre point de vue historique, mais aussi de notre faculté de reconstruire la question à laquelle le texte répond, car le texte dialogue également avec sa propre histoire27.

42Ainsi, si l’historien, comme c’était la règle, ressentait le besoin d’intervenir dans les textes-sources pour les conformer à son vouloir-dire, c’était que ces textes lui semblaient, soit poser des questions non pertinentes, soit poser des questions pertinentes en des termes non pertinents. De toute évidence, pour être compris par la génération de lecteurs dont était issu l’historien, ces textes se devaient d’être « rajeunis », c’est-à-dire réévalués à l’aune des problématiques nouvelles, inédites. La distance qui sépare l’historien du texte de la Tradition n’est pas en soi distincte du fossé qui peut séparer le Lecteur Modèle du lecteur réel lorsque la distance a été mal négociée par l’Auteur Modèle, c’est-à-dire quand le lecteur virtuel ne ressemble pas suffisamment au lecteur réel. Tant que le texte reste pour le lecteur réel un « espace du dehors », sa force perlocutoire est quasi nulle.

43C’est donc l’historien qui accapare la tradition pour en donner à ses contemporains une version plus « juste », autrement dit plus lisible. De fait, les lecteurs de l’historien peuvent ne jamais avoir accès aux textes-sources, ce qui revient à dire que l’historien est leur « lecteur » de ces textes. S’il peut en être ainsi, c’est que la réception n’est pas appréhendée comme « individuelle », ni la lecture comme « subjective » : elle est, au contraire, perçue dans sa dimension « intersubjective », c’est-à-dire en rapport avec la codification effectuée par le texte. Il faut alors tenir l’historien pour un « symptôme ».

44C’est précisément ce concept d’intersubjectivité, corrélatif de celui d’« horizon d’attente », qui donne une certaine assise à l’idée de « fracture » entre le Lecteur Modèle postulé par le texte-source et l’historien qui reçoit ce texte, parfois à plusieurs siècles de distance. Les « compétences encyclopédiques » des lecteurs varient selon les époques et ne sont donc pas définies une fois pour toutes. Si le lecteur réel qu’est le compilateur estime que le Lecteur Modèle construit par les discours antérieurs peut ne pas pouvoir servir de « relais de communication » avec le lecteur réel, alors il se propose de réduire la distance entre les deux en réécrivant le texte.

45Si, au contraire, il considère que l’image de lecteur virtuel projetée dans le texte-source est globalement conforme à ses attentes, alors l’action qu’il sera amené à exercer sera plus minime.

46Lorsque le lecteur-compilateur devient ré-énonciateur, c’est la mémoire de sa propre expérience de « lecteur réel » qui lui confère un pouvoir accru de négociation de la distance entre lecteurs virtuel et réel. La prise en compte de cette réversibilité des places est essentielle pour saisir à quel point l’historien médiéval est, plus que tout autre, en mesure d’opérer une telle jonction.

47La problématique de la lecture-réécriture des textes au Moyen Âge donne toute sa légitimité à une approche historique de la réception : l’intense activité de « compilation » peut, en effet, dans une certaine mesure, être appréhendée comme signe de refus d’une réception qui serait en échec si le lecteur ne cherchait à accroître, aux yeux de ses contemporains, la lisibilité des textes-sources. Entendons par là une réception où le « récepteur » ne s’est pas reconnu dans la figure modèle projetée dans le texte.

  • 28  C’est le cas par exemple des compilations historiques de Luc de Tuy, Rodrigue Jiménez de Rada et A (...)
  • 29  G. MARTIN, Les juges de Castille…, Livre II « Idéologiques », p. 201-384.
  • 30  U. ECO, Lector…, p. 105.

48Si cette « fracture » s’explique parfaitement quand les deux textes sont très éloignés dans le temps, elle est plus difficile à établir lorsqu’ils relèvent d’une même « synchronie »28. L’actualisation du texte ne concerne plus seulement alors le lexique, ni de façon plus large, le découpage de la réalité29 : elle engage surtout des problématiques d’ordre idéologique. Si tout texte « prévoit un Lecteur Modèle qui participe d’une compétence idéologique donnée »30, il n’est pas moins vrai que cette compétence idéologique varie d’un « lecteur » à l’autre. Dans cette perspective, le travail de « ré-énonciation » vise en priorité à réaliser une transposition idéologique du texte.

49Le phénomène de « lecture-réécriture » nous offre dès lors l’occasion inespérée d’engager une réflexion sur les rapports effectifs – et non plus seulement virtuels − que peuvent entretenir un lecteur réel (correspondant ici au « compilateur ») et l’hypothèse de lecteur virtuel que ce sujet lisant empirique formule à partir des instructions textuelles et sur la base de ses propres compétences.

  • 31  Vincent JOUVE, L’effet-personnage dans le roman, Paris : P.U.F., 1992, p. 19.
  • 32  Ibid.

50Si ces rapports aboutissent à la reconnaissance, par le lecteur réel, d’une non-coïncidence entre l’hypothèse de Lecteur Modèle que le texte lui paraît formuler et celle qu’il aurait voulu voir inscrite, le lecteur réel peut réagir en allant jusqu’à refuser de poursuivre sa lecture. Vincent Jouve explicite cette logique du refus quand il affirme que « le sujet lisant qui tient le livre entre les mains peut ne pas accepter le rôle que lui assigne le texte »31, entendons dans notre perspective, l’interprétation qu’il fait du rôle que le texte lui assigne, à partir de l’hypothèse de lecteur qu’il formule. Et Jouve d’ajouter : « [o]n remarquera que, même dans les cas-limites (le sujet referme le livre pour protester contre le rôle qu’on lui fait jouer), la réaction du lecteur réel reste déterminée par la position du lecteur virtuel »32.

51Si le co-énonciateur qu’est ce lecteur réel « frustré » lit malgré tout le texte jusqu’au bout et continue de ressentir au sortir de sa lecture, une fracture entre son vouloir-lire et ce « dit-autre », il peut décider de « réécrire » le texte dans l’objectif de réduire ce sentiment d’incomplétude en procédant à un nouveau « calcul interprétatif » plus conforme à ses attentes de lecteur mais aussi à ce qu’il lui semble être les compétences des lecteurs de sa génération. Tout se passe alors comme si le co-énonciateur décidait de devenir le ré-énonciateur du texte lu pour y suturer l’écart perçu.

52En ce sens, la « réécriture » peut être vue simplement comme une procédure de « conversion » d’un « Lecteur Modèle » trop lointain en un « Lecteur Modèle » plus proche car mieux adapté au « programme de vérité » du lecteur réel, lequel programme se fonde principalement sur des critères linguistiques, culturels et idéologiques.

53Dans le contexte médiéval, cette poétique de la « transtextualité » virtuelle trouve son « effectuation » dans la pratique de la « réécriture ». Cette pratique nous montre que le lecteur réel qu’est le compilateur ne se contente pas d’être un scripteur « potentiel » qui désire l’écriture, il devient un scripteur effectif, de sorte que l’on passe d’une poétique de la « réécriture » virtuelle (comme forme de lecture) à une véritable praxis de la réécriture (comme écriture proprement dite). Le lecteur réel devient alors un « re-scripteur » du texte-source et, à travers les écarts entre les deux textes, il s’avère possible de reconstituer l’hypothèse d’Auteur Modèle (ou de Lecteur Modèle) que le lecteur concret avait formulée pour le texte-source et celle qu’il entend par la réécriture, lui opposer.

  • 33  P. ZUMTHOR, Essai de poétique…, p. 72 : « En tant que produit par un individu, le texte est caract (...)

54En ce sens, il est clair que l’interprétation – que nous avons qualifiée d’« anachronique » – est déjà réécriture potentielle, en ce qu’elle récupère « virtuellement » certaine hypothèse de Lecteur Modèle qui était « jouable » à un moment donné mais que le texte a abandonnée au profit d’autres qu’il jugeait plus conformes à son projet. On retrouve ici l’idée du texte médiéval comme « structure ouverte », prompt à être l’objet d’une écriture continuée. Selon cette logique, le texte-source qui fait pourtant autorité est ressenti par le lecteur comme inachevé33 (donc « inactualisé ») et porteur dès lors d’un certain nombre de possibles actualisables dans une nouvelle écriture. La « réécriture » ne serait alors que l’actualisation d’un des textes possibles qui habitent l’interprétation du « lecteur ».

  • 34  Michel CHARLES, Introduction à l’étude des textes, Paris : Seuil, 1995, p. 361-367.
  • 35  S. RABAU, L’intertextualité, p. 40. 
  • 36  Ibid.

55De fait, la théorie des textes possibles développée par Michel Charles34, peut nous aider à mieux comprendre la problématique de la « réécriture » telle qu’elle se pose ici. En effet, en s’attachant à démontrer que tout texte contient des « textes possibles » abandonnés par le producteur du texte à un moment donné de son écriture mais toujours « réactualisables », Charles avance l’idée que tout texte est marqué au sceau d’une contingence essentielle. Il porte ainsi en lui comme le dit Sophie Rabau, « la possibilité de son destin intertextuel et constitue une interprétation préalable de son destin intertextuel »35. Aussi, poursuit-elle, « le texte possible, abandonné dans le passé de la création peut toujours être réactivé par un autre scripteur dans le futur »36.

56Dans cette perspective, la lecture-interprétation est vue comme mode d’exhibition de tous les possibles que recèle un texte : la sous-fonction-lecteur est donc bien au cœur de la construction de la fonction-compilateur comme fonction-auteur.

57Seulement, à la différence de la forme de « réécriture » qu’est l’écriture hypertextuelle « classique », qui aboutit à la production d’une « unité textuelle » dont « l’auteur » revendique la pleine responsabilité auctoriale, la « réécriture » que nous analysons ici, en cherchant à esquiver la responsabilité et en postulant au contraire une identité textuelle, ne peut assumer sa condition « transtextuelle ». Une difficulté d’importance s’offre en effet à notre lecteur-(ré)-énonciateur : outre le fait qu’en tant que « réénonciateur », il ne puisse travailler sur la base de ses seules représentations (il doit d’abord affronter celles de l’Autre), il lui est demandé d’effectuer, en sourdine, sa réélaboration du Lecteur Modèle. « Medium » d’une Tradition qui ne reconnaît pas son action (et surtout qui ne l’admet pas sur le mode explicite), il lui revient de mettre en corrélation l’image de Lecteur Modèle qu’il souhaite projeter dans le texte avec les images − possiblement contradictoires − des divers textes-sources qu’il manie. Cette mise en cohésion, qui est avant tout, mise en ordre, exige un subtil travail de déplacement du sens car il faut « re-créer » en donnant l’impression de « re-produire » à l’identique.

58Comment penser alors cette « transtextualité » ?

Poétique de l’hypertextualité dans l’Histoire

Réécriture et hypertextualité

  • 37  Il s’agit de l’intertextualité, la paratextualité, la métatextualité, l’architextualité et l’hyper (...)

59Dans la définition qu’il propose de la « transtextualité », Genette distingue cinq types de relations transtextuelles37, parmi lesquelles la relation d’hypertextualité occupe une place privilégiée. Il en vient ainsi à souligner que les relations qu’un texte entretient avec d’autres textes peuvent être manifestes ou secrètes.

60Dans le contexte qui nous intéresse, la transcendance textuelle dont nous affublons la « compilation-texte » revêt de toute évidence une dimension secrète, en ce qu’elle entre en contradiction flagrante avec le mode de pensée dominant, soumis, ainsi qu’on l’a vu, à l’idéal de la « transmission sans variation ». Selon cette perspective, la compilation-texte, loin d’être admise ou reconnue comme hypertexte, est perçue au contraire dans une relation d’identité textuelle avec ses « sources », ainsi qu’en témoigne le postulat de l’invariance de la matière.

  • 38  Par T, nous entendons l’ensemble des textes-sources pris dans leur globalité ainsi que l’ensemble (...)
  • 39  Par T’, nous entendrons l’ensemble des énoncés de T’, parmi lesquels ceux qui sont repris dans leu (...)
  • 40  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 305 : « C’est l’hypertexte hypotextifié, et l’épopée d’origine lue, (...)

61À la différence du rapport d’hypertextualité qui unit par exemple l’Ulysse de Joyce et l’Odyssée, la compilation-texte, en se prétendant « copie », « reproduction », oblitère les relations de dérivation, et donc de transformation, existant entre le texte second (T’) qu’elle est et le texte premier (T38) pour leur préférer un rapport fondé sur une stricte identité. Il advient alors que T’39 usurpe l’identité de T, du moins pour les lecteurs de T’ n’ayant pas eu accès à T ( fait d’autant moins anodin qu’il n’était pas rare que X’, producteur de T’-, soit pour toute une génération de « lecteurs » de T’, le seul lecteur de T). Ainsi le texte T’, réécriture de T, qui s’est développé en exploitant l’un des récits possibles de T, devient la version la plus récente de T, sinon la seule. T’ peut à son tour engendrer T’’, T’’’, etc., c’est-à-dire constituer pour les hypertextes issus de lui, le texte fondateur (principe de l’invariance), alors qu’il n’est lui-même que l’actualisation d’une des versions possibles de T, c’est-à-dire l’un de ses hypertextes. On aboutit ainsi à une situation extraordinaire où le « vrai » hypotexte, loin de contenir en puissance ses futurs hypertextes, est au contraire prisonnier d’eux, puisque l’hypertexte s’approprie l’identité de l’hypotexte40.

62Cette situation particulière nous contraint à opérer une distinction heuristique entre le texte (comme totalité constituée) et l’énoncé (comme élément de sa texture).

  • 41  Nous analyserons cette texture de façon beaucoup plus détaillée dans le deuxième chapitre de cette (...)

63En effet un examen de la « texture »41 énonciative de l’hypertexte T’ (ou plutôt d’un des hypertextes T’) révèle qu’elle est composée d’énoncés originaires de T qui sont reproduits à l’identique, et d’énoncés relevant proprement de T’ qui se greffent sur ceux de T ou se superposent à eux.

64Le producteur de T’est donc tout à la fois l’énonciateur premier de certains des énoncés de T’ et l’énonciateur second des énoncés de T qui sont dans T’. L’insertion d’énoncés nouveaux, en modifiant l’économie de T selon les procédures que nous avons décrites précédemment, fait que T’est un texte différent de T, quoiqu’il ne puisse s’afficher comme tel. Ainsi, tout en étant l’énonciateur premier d’une partie des énoncés de T’, le producteur de T’ qui prétend être le « reproducteur » de T, n’endosse pas cette responsabilité énonciative, puisqu’il tend à nier les procédures de re-sémantisation qui sont en jeu.

  • 42  Ce terme, qui ne nous satisfait qu’à moitié, est de nous.

65On voit que plutôt d’hypertextualité (rapport de dérivation entre deux textes) il conviendrait d’abord de parler d’« hyperénonciativité »42.

66Nous définirons l’« hyperénonciativité » comme le rapport de dérivation existant entre un énoncé n’ « créé » par le producteur de T’, à partir d’un énoncé n pris à T. L’énoncé second (n’) dérivé de (n) contient (n) sans s’y réduire. De façon imagée, on pourrait dire que (n’) équivaut à « n+x », à « n-x »…c’est-à-dire à du « n » transformé. Il est clair que l’altérité énonciative de T’ par rapport à T fait de T et de T’ deux textes différents en relation de « transtextualité », mais cette « transtextualité », du fait de l’« imaginaire sémiotique » prégnant, est niée en tant que telle. Tout se passe alors comme si l’« hyperénonciativité » ne réussissait pas à s’imposer comme « hypertextualité », l’hypertexte étant reçu comme « intratexte ».

67En nous renvoyant du texte vers l’énoncé, l’« hyperénonciativité » a pour fonction de rendre compte du travail de re-sémantisation souterrain, qui tente de donner à la réécriture la physionomie de la « reproduction ». Cette réécriture qui joue sur le tissu énonciatif du texte et prétend laisser indemne l’entité « texte » proprement dite, – en regard de la préservation de l’auctoritas du texte premier –, inverse la logique qui préside aux relations hypertextuelles. Si l’on pose une relation d’identité entre T et T’, alors même que les énoncés de T’ sont dérivés en partie de T, on « enferme » le texte second dans le texte premier, créant ainsi une situation où un hypertexte semble contenu de façon aveugle dans son hypotexte, alors qu’en réalité, c’est l’hypotexte qui se trouve pris au piège de l’hypertexte. La compilation-texte, représentée ici par le texte T’ peut alors apparaître comme le creuset de tous les « textes fantômes » qui étaient contenus dans T et qui, lors de sa genèse, ont été actualisés.

68Cette mobilité énonciative a eu pour effet de brouiller le rapport entre énonciateur et énoncé, l’énonciateur du texte T’ pouvant attribuer la paternité d’un de ses énoncés à l’énonciateur de T, lequel a pu avoir déjà fait de même, etc. Lorsque sur cette question de l’attribution se greffent toutes les problématiques de compréhension, d’interprétation et de traduction des textes, le jeu du « Qui a dit quoi, où et quand ? » peut se révéler infini.

69Par ailleurs, quel sens cela aurait-il de scinder l’auteurité du texte, alors que la fonction-compilateur a précisément pour objet de sélectionner et « rassembler », c’est-à-dire d’ordonner sous une seule et même autorité ?

70C’est pourquoi il importe de ne pas confondre auteurité et création ex nihilo ou originalité. Comme l’explicite Michel Zimmermann :

  • 43  M. ZIMMERMANN, Auctor et auctoritas…, p. 11.

Nous devrons nous intéresser à la genèse de l’œuvre médiévale, œuvre continue et collective que l’on a pu qualifier d’œuvre à plusieurs mains. […] L’héritage ne se conçoit que dans une perspective de prolongement et d’actualisation. […] La continuité voulue par les auteurs successifs ne doit pas pour autant dissuader l’historien de repérer l’intervention de l’individu, la greffe de l’initiative sur le cours de l’œuvre collective ; celle-ci n’est pas neutre : elle atteste l’existence d’un auteur, à travers la moindre déviance par rapport au discours convenu ou par la conscience affirmée d’une mise en ordre au moyen d’un prologue ou d’une préface […]43.

71Si dans le contexte de la « compilation-récit », la notion d’auteurité garde un sens, c’est d’abord parce que l’œuvre peut être appréhendée comme un tout organique, une totalité cohérente, en ce qu’elle est dominée, organisée, selon un point de vue particulier, repérable au travers d’un style « individuel ». Une question simple peut nous aider à y réfléchir : est-il nécessaire d’avoir lu Luc de Tuy ou Rodrigue de Tolède pour comprendre l’Histoire d’Espagne d’Alphonse X ? Auquel cas, doit-on lire aussi la Pharsale de Lucain, le Speculum historiale de Vincent de Beauvais, les Héroïdes d’Ovide, etc. ? Et en aval, convient-il également de se plonger dans la lecture de tous les textes pour lesquels l’Histoire d’Espagne représente un texte fondateur ?

72S’il est clair que l’analyse sérielle s’avère utile, à tous égards, et en particulier, à la détermination du paradigme de l’originalité des écrits d’Alphonse X par rapport à la tradition historiographique dans laquelle ils s’inscrivent – d’où l’importance d’un opérateur comme l’écartou la rupture –,si elle aide également à appréhender la genèse de l’auteurité, elle peut, si on n’y prend garde, nous détourner de l’étude de l’auteurité elle-même, c’est-à-dire de la manière dont Alphonse X investit l’espace intérieur de son texte, construit son discours, se réapproprie les intertextes, « se » représente comme « sujet », etc.

73Or, à partir du moment où un sujet de l’énonciation, quel qu’il soit, reprend à son compte un « dire », sans introduire entre ce « dire » et lui-même, de marqueurs de distanciation ou de rejet, sa responsabilité et son autorité se trouvent irrémédiablement engagées. Ainsi que le spécifie Josette Rey-Debove :

  • 44  Josette REY-DEBOVE, Le métalangage (1978), Paris : Armand Colin, 1997, p. 214.

C’est une loi du langage, que le sujet de l’énonciation, est le producteur responsable de l’énoncé, si aucune glose ou convention particulière (par ex. au théâtre) ne vient spécifier le contraire44.

  • 45  Ibid., p. 208-209.
  • 46  Nous paraphrasons peu ou prou ce passage de M. ZIMMERMANN, Auctor et auctoritas…, p. 10 : « Qui di (...)

74En écrivant /X a dit que…/, sans marqueur de distanciation, ce sujet ne fait rien d’autre que d’affirmer /je dis que ce que X a dit est vrai/, car « [d]ire qu’une phrase est vraie signifie la même chose que de dire la phrase »45. De sorte que, même si derrière celui qui prête sa plume, se profilent d’autres « je », au point que l’on serait tenté d’affirmer que le « je » qui écrit est un autre46, par la médiation des contraintes propres au fonctionnement de l’énonciation, il conviendrait aussi d’appréhender d’abord cet autre comme « je ».

  • 47  Nous verrons, dans le chapitre qui suit, que cette transtextualité sera surtout à appréhender comm (...)

75En réalité, la solution la plus raisonnable est de penser l’auteurité dans la compilation comme « transtextualité »47 (même si celle-ci reste non avouée, secrète, honteuse), de façon à définir une poétique du texte comme « transposition recréatrice ». Comme le dit Gérard Genette :

  • 48  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 19.

[…] il n’est pas d’œuvre […] qui, à quelque degré et selon les lectures, n’en évoque quelque autre et, en ce sens, toutes les œuvres sont hypertextuelles. Mais, comme les égaux d’Orwell, certaines le sont plus (ou plus manifestement, massivement et explicitement) que d’autres48.

  • 49  Ibid.

76D’où sa décision d’aborder « l’hypertextualité par son versant le plus ensoleillé : celui où la dérivation de l’hypotexte à l’hypertexte est à la fois massive […] et déclarée »49.

77Il est clair alors que la « compilation-texte » constitue sûrement un cas-limite d’hypertextualité dans la mesure où la déclaration de « dérivation » est tellement massive, qu’elle en arrive même à se nier et à postuler une identité entre l’hypotexte et l’hypertexte. En usurpant l’identité du texte T, le texte T’ renvoie celui-ci au statut de « texte fantôme », pour reprendre l’heureuse expression de Michel Charles. Il n’empêche que ce texte T la hante et constitue bien son hypotexte, ce qui, du même coup, la renvoie à son statut d’hypertexte.

78Il est donc légitimer de considérer que, la compilation, dès lors qu’elle n’est plus appréhendée dans son « procès d’engendrement » (c’est-à-dire à partir de la fonction-compilateur et des sous-fonctions-lecteur et réénonciateur qui lui sont inhérentes), mais dans son « résultat », comme « texte » peut être analysée dans sa dimension hypertextuelle (l’hypotexte lui étant dès lors « intérieur »).

79On tient alors que la fonction-auteur qui hante la fonction-compilateur se trouve actualisée.

80Le texte produit peut alors être analysé dans son immanence, et le scripteur dans sa fonction d’auteur. De sorte que l’étude de la dimension diachronique du texte soit menée depuis son espace intérieur, c’est-à-dire depuis une réflexion sur la manière dont il s’est approprié (en les transformant, assimilant ou dispersant) les hypotextes qui l’habitent et qui sont soumis à son ordre propre. Tel est le modus operandi d’une poétique de la « transtextualité ».

La question de l’identité du « sujet d’écriture »

81Avant d’entamer l’étude des procédures de la « transposition recréatrice », il convient de résoudre la question de l’identité du « sujet d’écriture ». Cette question se pose en raison des circonstances d’énonciation propres à l’écriture de l’Histoire, circonstances que nous avons déjà évoquées.

  • 50  G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 129.
  • 51  Ibid.

82Il nous faut admettre, en effet, que la composition de l’Histoire fut, ainsi que l’indique Georges Martin, « prise en charge par une pluralité d’agents chargés de fonctions spécifiques »50, et que « cette dislocation de l’auteur individuel en équipiers se doubla d’une multiplication des équipes […] »51.

83Cette multiplicité d’intervenants et d’équipes semble donc rendre problématique la définition du « sujet de l’énonciation ». Pourtant, si l’on délaise cette perspective « extralinguistique » pour examiner comment le texte pose et résout la question de l’identité du sujet, le problème se pose-t-il toujours ? Et si oui, en quels termes ?

84Considérons d’abord la question du « sujet de l’énonciation ».

Le sujet de l’énonciation ou auteur empirique

85Il faut entendre par « sujet de l’énonciation », le sujet empirique de l’acte d’énonciation. Dans l’Histoire, ce sujet est, à n’en pas douter, celui qui se désigne dans le prologue, au moyen de l’indice référentiel que constitue le « nos » de majesté (« Nos don Alfonsso rey… »). Si l’on examine de plus près ce texte, on y découvre ce qui pourrait s’apparenter à une « formule de présentation », de la forme :

86« NOS »de majesté (qui correspond, en réalité, à un yo), suivi, en apposition, du nom du locuteur (« don Alfonsso), et en dernier lieu, de ses titre et qualité (« rey… »).

87Cet ensemble commande un groupe de trois verbes (« ayuntar », « tomar de », « componer »), à la première personne du pluriel, signifiant l’action de rassembler un savoir afin de composer un livre. Un seul groupe verbal inclut un verbe factitif (« mandamos [ayuntar] »), lequel, parce qu’il indique que le sujet fait faire l’action, inscrit l’intervention d’autres participants. Mais ce factitif ne s’applique qu’au verbe « ayuntar », qui renvoie à l’amont de l’opération de compilation, c’est-à-dire à la phase de collectio. Les deux autres verbes « tomamos (de la cronica)… » et « compusiemos » posent, au contraire, le sujet impliqué par le « nos » comme causateur unique. Or, ce sont ces deux verbes qui expriment véritablement l’action de « composer un livre ».

88Il semble que la séquence formulaire du prologue institue, sans ambiguïté aucune, Alphonse X comme sujet de l’énonciation textuelle, ou plus exactement, comme auteur-historiographe empirique, spécifié par son nom, son titre et sa qualité, et donc porteur tout à la fois d’une identité individuelle et d’une identité sociale très précise. Si le recours au factitif « mandar » inscrit en creux l’intervention d’autres agents, ceux-ci sont, de toute évidence, entièrement dominés par un sujet de l’énonciation qui revendique et occupe toute la place. Il est donc clair que le prologue, dans la stratégie de présentation du sujet (extratextuel) de l’énonciation prétend, par-delà la multiplicité d’agents ou d’équipes, constituer une seule « personne », désignée comme étant « don Alfonsso rey ».

89Qu’en est-il maintenant du « sujet de l’énoncé » ? Faut-il supposer une altérité entre le « nos » définitoire du sujet de l’énonciation dans le prologue et le « nos » du reste du texte ? Y a-t-il une pertinence à considérer la possibilité d’une pluralité de « nos » ?

Le sujet de l’énoncé comme « rôle actantiel »

  • 52  Oswald DUCROT, Le dire et le dit, Paris : Minuit, 1984, p. 194.

90En se présentant comme « sujet de l’énonciation », Alphonse X indique, par cette sorte de « signature » liminaire, qu’il prend la responsabilité de l’énoncé de l’Histoire. De fait, il se présente d’emblée comme « l’être désigné par les marques de la première personne »52, et donc comme sujet des énoncés. Tant que, dans le texte, aucun marqueur ne vient démentir cette responsabilité, ce sujet doit continuer d’être pris pour le locuteur de l’énoncé. Or, il faut le constater, le texte n’inscrit aucun « marqueur » de ce type. En ce sens, sur le plan des indices énonciatifs eux-mêmes, rien ne nous permet de conclure à un « nos » qui référerait à des réalités subjectives diverses. Nous en venons donc à établir un lien de continuité entre le « nos » définitoire du sujet de l’énonciation et le « nos », sujet des énoncés du type « assi tornamos a fablar… », aux très nombreuses occurrences.

91En effet, dans la mesure où le sujet de l’énonciation s’est défini dans son « unicité », il paraît cohérent de considérer également que le sujet de l’énoncé, même s’il pourrait éventuellement être rapporté à une voix collective, constitue une seule personne morale parlant d’une seule voix. Nous voulons dire par là que la pluralité des « agents » devient non pertinente dès lors qu’elle est appréhendée au travers d’un « sujet » unique, qui englobe les différents individus impliqués dans la production de l’énoncé, lesquels sont subsumés dans un « nos » unificateur.

92Nous postulons une certaine homologie entre le sujet de l’énonciation et le sujet de l’énoncé, sans pour autant « aplatir » celui-ci sur celui-là.

  • 53  Voir sur ce point U. ECO, Lector…, p. 77.

93Partant, de ce principe, il paraît dès lors plus fructueux d’appréhender le « nos », non plus seulement dans son lien à l’individu empirique, mais en liaison avec le « sujet textuel » qui se construit dans et par l’énoncé. De fait, on est amené à s’intéresser à la manière dont le sujet de l’énonciation se dessine en tant qu’auteur d’une stratégie textuelle53, à travers la position actantielle qu’il occupe comme sujet de l’énoncé.

94Le présupposé est donc que le sujet de l’énonciation textuelle qu’est Alphonse, à travers l’hypothèse de Lecteur Modèle qu’il formule, met en place une stratégie textuelle et une seule. En considérant qu’Alphonse se dessine lui-même auteur en tant que sujet de l’énoncé, nous admettons qu’il est présent dans le texte comme rôle actantiel. Le postulat de l’« unicité » de la stratégie textuelle donne une certaine assise à celui de l’homologie entre « sujet de l’énonciation » et « sujet de l’énoncé », d’autant que les données extra-textuelles (que nous mettons alors à contribution) confirment cette hypothèse de l’« unicité ». Lorsque, cherchant à apprécier le degré d’« implication » du monarque dans la rédaction des œuvres qui lui sont attribuées, Georges Martin écrit :

  • 54  G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 131.

À en croire les rédacteurs de la Générale histoire, le statut de « faiseur de livre » que se donnait Alphonse, s’il ne correspondait pas à une écriture directe de l’œuvre – « avec ses propres mains », disent-ils –, comportait néanmoins la « composition, l’amendement, l’égalisation et le redressement du propos », la « façon dont (le livre) devait être fait », la désignation de « qui, finalement devait l’écrire »54.

  • 55  On peut citer cet autre passage de G. MARTIN, ibid., p. 130 : « […] le roi se réservait d’arrêter (...)

95Il ne fait rien d’autre que de manifester les moyens par lesquels Alphonse X, comme sujet empirique, vise à s’assurer de l’éboration, par ses rédacteurs, d’une stratégie textuelle cohérente, car strictement contrôlée par lui55. Nous pouvons donc interpréter l’impératif de hiérarchisation fonctionnelle dont l’ambition est de conférer un rôle prépondérant au glossateur et à l’amendeur, comme un signe de la volonté d’Alphonse de parvenir à la meilleure concordance possible entre ses intentions (en tant que sujet empirique) et celles qui, actualisées dans l’énoncé, seraient à référer à la stratégie d’Auteur Modèle qu’il s’emploie à mettre en place.

  • 56  I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las Estorias…, p. 211-213.

96Il est certain, ainsi que l’a fait remarquer Inès Fernández-Ordóñez56, que la multiplication des agents et des équipes pouvait générer, en dépit des efforts du monarque pour les limiter, un certain nombre de contradictions dues à une insuffisance de coordination. C’est pourquoi il s’avère parfois difficile de déterminer ce qui relève d’une stratégie « intentionnelle » et ce qui tendrait plutôt à ressortir d’une concertation lacunaire.

97Concernant le texte de l’Histoire, un cas a retenu notre attention. Sans vouloir anticiper sur ce que nous serons appelée à développer au cours du chapitre suivant, il nous paraît important d’évoquer brièvement ce qui pourrait être interprété (encore que d’autres interprétations soient possibles) comme possible indice d’une stratégie contradictoire. Ainsi, alors que dans les vingt-six premiers chapitres de l’Histoire, tout autant que dans le reste du texte,la stratégie textuelle mise en place repose essentiellement sur l’exercice presque abusif d’une fonction de régie explicite, avec présence massive d’embrayeurs d’organisation dicursive à la première personne du pluriel, il paraît curieux de trouver, à partir du chapitre 27, et par endroits, un sujet grammatical « abstrait » ell estoria en lieu et place du « nos ».

98Soit à titre d’illustration :

  • 57  P.C.G, p. 9.

Mas por que esto non non conuiene a los fechos dEspanna, dexamos de fablar dello, e tornamos a contar dErcules e de las cosas que fizo en Espanna depues que uencio a Caco57.

  • 58  Ibid., p. 20.

Mas agora dexa ell estoria de fablar dellos e torna a contar de cuemo los romanos enuiaron a Cipion el mancebo a Espanna58.

99Faut-il considérer que ces marques d’« énonciation privative » (c’est-à-dire caractéristiques d’un discours où l’énonciateur entend « s’absenter »), comme des « ratés » qui ont échappé à la vigilance du « superviseur » qu’est Alphonse X ou son délégué ?

100Ou faut-il, au contraire, les tenir pour des indices d’une stratégie parallèle, visant à attester la « naissance » toute récente d’un texte historique (celui de l’Histoire qui était en gestation depuis la narration du premier chapitre), qui est désormais en droit, à l’instar de ceux qui l’ont précédé et auxquels il continue, en dépit de cette affirmation de « soi », de s’adosser, de prendre en charge l’énonciation ? L’effacement de l’énonciateur, qui, de toute évidence, ne saurait être qu’apparent (« en surface »), correspondrait donc à la volonté de promouvoir l’Histoire au rang de texte historique constitué, doté d’une identité sémiotique propre.

101Quelle hypothèse explicative retenir ?

102S’il semble logique de « trancher » en se fondant sur l’argument du « plus grand nombre », c’est-à-dire en considérant comme seule valable, la stratégie textuelle la plus massivement représentée d’un bout à l’autre du texte, à savoir, celle qui est susceptible d’être érigée en paradigme « énonciatif », il n’est pas non plus inconsidéré d’imaginer la possibilité d’une hypothèse « (ré)conciliatrice », à condition de rester fidèle au principe de cohérence que nous postulons être au fondement de toute stratégie textuelle contrôlée.

103De fait, nous nous arrêterons à cette position de principe (indépendamment des pratiques « déviantes » qu’elle a pu générer) : nous considérons donc que le « nos » du texte de l’Histoire, qu’il renvoie à Alphonse X ou aux rédacteurs, réfère à une même réalité subjective, attendu que le groupe défini représente une seule « personne morale », même si, sur le plan physique, il est constitué par un groupe de divers officiers d’écriture. En tant qu’« exécutants » de la volonté royale, les « rédacteurs » ne sont pas appelés à inscrire leur propre voix dans le texte, même si incidemment ils peuvent être amenés à le faire. Nous tenons alors que leurs « voix » se fondent globalement dans celle d’Alphonse.

104C’est pourquoi, pour référer à l’énonciateur comme « personne morale », c’est-à-dire à celui qui prend en charge l’énoncé dans son ensemble et construit le « sujet de l’énoncé » comme stratégie textuelle, nous recourrons à la désignation « Alphonse X ».

  • 59  G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 129.

105Il nous reste cependant une observation à formuler : en abordant la poétique de l’écriture de la compilation-texte qu’est l’Histoire, nous serons amenée, au cours de la confrontation de cet hypertexte à son hypotexte, à dégager les procédures de « transposition recréatrice ». Il nous paraît important de rappeler simplement que ces procédures que nous appréhenderons de façon séparée, et dont la « conjonction » produit le texte de l’Histoire, sont à rapporter à un sujet qui, dans ce contexte précis, gagnera à être perçu dans sa dimension « composite », comme entité constituée par les divers « agents » chargés de fonctions spécifiques : agent-traducteur, agent-glossateur, agent-amendeur… Face à un énoncé de l’Histoire dont on sait qu’il a été« traduit », « adapté », « amplifié », on pourrait se demander si, dans sa « clôture », cet énoncé témoigne de la « dislocation de l’auteur individuel » en une « pluralité d’agents »59. Il est évident que s’il en était ainsi, l’illusion unificatrice du « sujet de l’énoncé », qui nous à conduite à postuler son homologie avec celui de l’énonciation, ne serait pas de mise. C’est bien parce que ce patient travail de « greffe », de « suture », que nous avons désigné par le terme « hyperénonciativité », reste souterrain et invisible, que le texte, quand il n’est référé qu’à lui-même, n’exhibe pas cette « fragmentation ». Celle-ci se dévoile uniquement au travers de la confrontation de l’hypertexte à ses hypotextes, laquelle nous livre justement les « secrets » de ce fin travail de « marquetterie ».

106C’est ce que nous entreprenons de suite.

Poétique de l’écriture de la compilation-texte : des procédures de la « transposition recréatrice »

107Il s’agit d’entreprendre un examen des paradigmes de définition de ce qui nous apparaît être une « poétique de la compilation-texte », à partir de l’analyse des procédures régissant la « transposition recréatrice » qui est en son fondement. L’objectif que nous nous fixons est de rendre compte de la manière dont Alphonse X s’est approprié les « textes-sources » et les a transformés, en forgeant un hypertexte qui témoigne à sa façon de leur présence et de leur re-présentation.

Écriture en langue « vulgaire » et rhétorique latine 

108Le choix d’un positionnement « narratologique » mérite d’être brièvement expliqué, en regard notamment du « refus » qu’il semble impliquer à l’égard d’un possible enracinement « rhétorique ».

109La question pertinente, en l’occurrence, semble donc être la suivante : pourquoi ne pas avoir avoir donné une assise proprement « rhétorique » à cette étude de la « transposition recréatrice », alors que la rhétorique offre le double avantage de fournir des outils qui, en plus d’être « adaptés » à notre objet d’étude, étaient parfaitement « connus » des scripteurs médiévaux ?

110Une raison majeure semble devoir être évoquée, qui tient précisément à la rupture que l’écriture en langue vulgaire suppose vis-à-vis de l’auctoritas de la langue et de l’écriture latines. Michel Zimmermann nous incite à en prendre la pleine mesure lorsqu’il écrit :

  • 60  M. ZIMMERMANN, « Ouverture », Auctor et auctoritas…, p. 8.

[Cette comparaison] nous invite cependant à nous intéresser au phénomène de l’écriture au Moyen Âge. Nous négligerons le problème liminaire de la langue, sans oublier toutefois que la période est parcourue par deux mouvements de sens contraires qui ne manquent pas d’avoir des incidences sur l’expression : dans un premier temps, écrire une langue qu’on ne parle pas ; dans un second, se risquer à écrire la langue qu’on parle. Dans les deux cas, il s’agit bien d’inventer une écriture60.

  • 61  Cité par H. LAUSBERG, Manual de retórica…, t. 2, p. 9.

111Si cette inventivité du « second temps », pour voir le jour, doit s’appuyer sur les ressources « techniques » offertes par la rhétorique latine, elle se doit aussi irrémédiablement de les « dépasser », de les « déconstruire ». Rappelons, en effet, que dans la perspective rhétorique traditionnelle, l’elocutio qui nous intéresse plus directement ici, se situe du côté des moyens d’expression, et donc de l’ornatus. Elle est, ainsi que l’affirme Cicéron « vestire atque ornare oratione »61, c’est-à-dire « habillage linguistique », dont l’ambition première est l’embellissement du discours, même si elle répond aussi aux impératifs de puritas (correction grammaticale de la langue) et de perspicuitas (intelligibilité du discours). En ce sens, quoiqu’une analyse du déterminant rhétorique dans l’Histoire puisse s’avérer instructive, nous avons pris le parti de ne pas l’entreprendre en tant que telle. En effet, en nous situant du côté de la dimension « ornementale » du discours, elle risquerait de nous enfermer d’emblée dans un système codifié, et ajusté à la structure de la langue latine, alors même que nous cherchons à montrer que l’expérience d’écriture en langue vulgaire qu’est la compilation, est avant tout, créatrice, c’est-à-dire en quête de ses propres codes, ses propres référents. Il est vrai que les figures de pensée (amplificatio, interpretatio et paraphrasis, correctio…) et de définition (definitio, evidentia, éthopée…) auxquelles a recours le scripteur « latin » pour exprimer ses idées n’ont pas manqué d’inspirer le scripteur « roman ». Mais il est tout aussi certain que c’est moins la dimension « ornementale » du discours qui a retenu l’attention de ce scripteur, que les ressources proprement scripturales que les procédés, attachés à cette dimension, lui offraient pour « construire » son discours et lui conférer une identité stylistique et thématique.

112Il ne s’agit pas pour autant de nier l’existence d’une conscience « esthétique » chez ce scripteur ; il nous importe seulement de souligner que, quoiqu’elle existe, cette conscience se superpose à une autre, plus fondatrice qui pourrait être qualifiée de « grammaticale », en ce que la puritas et la perspicuitas en constituent les enjeux les plus fondamentaux. Si le scripteur « roman » définit, décrit, amplifie, corrige, interprète, paraphrase…, c’est moins dans l’intention première d’« embellir » son discours que de le « forger », même si, on l’a dit, la dimension esthétique est loin d’être absente.

113Par ailleurs, dans la mesure où l’ornatus, constituant principal de l’elocutio, peut revêtir une dimension purement ornementale (ou « rhétorique » pourrait-on dire pour faire un mauvais jeu de mots), la terminologie qui lui correspond, est toujours susceptible d’osciller entre deux pôles sémantiques : l’un, sémantiquement « plein » en rapport avec l’utilitas, l’autre, plus « gratuit », en liaison avec ce que l’on a coutume d’appeler un pur « déploiement » d’éloquence.

114Or, l’invention d’une écriture suppose que le centre nerveux de l’expérience soit en rapport avec l’utilitas, ce qui fait que dans un tel contexte, un terme comme amplificatio doive être interprété dans sa fonction proprement « utilitaire », plus que dans sa fonction « ornementale ». Seulement, en employant ce lexème, on n’est jamais totalement sûr de « neutraliser » le sens lié à cette dernière fonction, ce qui conduit irrémédiablement à user d’un certain nombre de précautions oratoires.

115Lorsque María Rosa Lida de Malkiel aborde « l’art de la traduction » dans la Générale histoire, et qu’elle envisage le procédé de l’amplificatio qui est en son fondement – procédé, qu’elle dénomme, par ailleurs, et non sans raison « amplificación » – elle est obligée, pour lever toute ambigüité quant à l’acception à donner au terme de préciser :

  • 62  María Rosa LIDA De MALKIEL, « La General estoria : notas literarias y filológicas », Romance Philo (...)

Es una versión amplificatoria, pero de ningún modo por simple pujo retórico, sino como expresión forzosa del didactismo y realismo racionalista que presiden a la concepción de toda la obra62.

116Olga Impey fait de même lorsqu’elle écrit :

  • 63  Olga TUDÓRICA IMPEY, « Un dechado de la prosa litraria alfonsí … », n. 22, p. 8.La solidarité exis (...)

Lo que denomino –a riesgo de incurrir en una tautología– « amplificación retórica » corresponde de hecho a la amplificatio, sobre la cual teorizan las artes poéticas de los siglos XII-XIII en Francia : el empleo de la « amplificación » como término genérico, más algunos determinantes que lo acompañan, permite designar otras categorías de amplificaciones, como la valorativa y la explicativa, ausentes de las artes poéticas pero presentes y aún abundantes en la práctica de la prosa alfonsí63.

  • 64  Voir à ce propos, Edmond FARAL, Les arts poétiques du XIIe et XIII e siècle : Recherches et docume (...)

117En ce sens, s’il est indéniable que la connaissance des arts poétiques de l’époque64 s’avère indispensable à une approche pertinente des « techniques littéraires » des scripteurs médiévaux, elle se révèle, dans le même temps, incapable de rendre compte de leurs traits d’inventivité si l’on reste prisonnier de la « codification » qu’ils établissent. C’est pourquoi Todorov trouve juste de préciser :

  • 65  Tzvetan TODORO, Poétique de la prose, Paris/ Seuil, 1971, p. 250.

L’on doit donner au terme de figure une extension plus grande, d’autant plus que les figures ne sont rien d’autre que des relations linguistiques que nous savons percevoir et dénommer : c’est l’acte dénominatif qui donne naissance à une figure. La figure qu’on lira à travers les différents niveaux de l’œuvre peut très bien ne pas se trouver dans le répertoire des rhétoriques classiques65.

118De toute évidence, ces divers commentaires manifestent la mainmise autoritaire des scripteurs médiévaux, et en l’occurrence ici, des traducteurs alphonsins sur des « figures » rhétoriques qu’ils détournent au profit de leurs besoins thématiques et de leurs exigences stylistiques de base. Il en découle que la rhétorique, à travers les procédés qui la caractérisent, est subordonnée au projet d’écriture en langue vulgaire, plus qu’elle ne domine réellement cette écriture. C’est pourquoi le déterminant rhétorique nous paraît devoir être envisagé, comme un « point de départ » de l’entreprise d’écriture en langue vulgaire, plus que comme son point d’ancrage fondamental.

119Comme le rappelle Zumthor :

  • 66  P. ZUMTHOR, Langue, texte…, p. 111-112.

L’emprise de la rhétorique fut totale sur la littérature de langue latine […] Cette emprise s’étendit aux langues vulgaires. Elle fut, sur elles, profonde et durable, mais assez irrégulièrement marquée. Elle est donc très loin de fournir, dans ce domaine, un principe d’interprétation universel. D’autres facteurs interviennent, qui ne contribuent pas moins qu’elle à la formation du langage littéraire. […]. L’usage de la rhétorique, dans l’une ou l’autre de ses parties, comporte souvent un réajustement, soit à la structure propre de la langue vulgaire, soit à des besoins thématiques particuliers. […] Il en résulte souvent une quasi-impossibilité de déterminer la part de la rhétorique classique dans tel procédé attesté en poésie romane. […] Presque toujours une subordination apparente s’associe à une réelle autonomie ; des éléments d’origine scolaire sont cristallisés sous d’autres influences66.

120En parlant de « transposition recréatrice » et en analysant les procédures qui la fondent, nous avons pris le parti de mettre en exergue l’autonomie de l’écriture en langue vulgaire, sa « modernité » en quelque sorte, ce qui nous a valu de choisir de l’aborder comme « écriture hypertextuelle ». Il n’empêche que nous ne manquerons pas, dès que l’utilité s’en fera sentir, de signaler le « soubassement » rhétorique de telle ou telle autre procédure, afin de rappeler que toute rupture s’inscrit dans une continuité fondatrice qu’il serait vain de nier. Ainsi, loin de considérer que « narratologie » et « rhétorique » s’opposent, nous envisageons la première comme une relecture féconde de la seconde, en raison de l’attention plus soutenue qu’elle accorde à la dimension libératrice d’une écriture qui cherche à s’affirmer autrement que dans l’allégeance à une autre.

Description de l’écriture hypertextuelle dans l’Histoire

  • 67  Dans la tradition africaine de la légende, Didon se donne la mort pour échapper au mariage avec le (...)

121Pour mener à bien notre analyse, nous nous proposons de travailler sur un extrait de l’Histoire : le chapitre 57 relatif à la rencontre de Didon et d’Énée. Le récit de la rencontre d’Énée et de Didon est très connu67. Depuis l’Antiquité, l’Énéide de Virgile a été abondamment glosée, réécrite, réinterprétée. On sait à quel point ce récit constitue un élément fondateur de la tradition de la Didon non chaste qui, par concupiscence, se laisse aller librement dans la grotte à une passion coupable. Il constitue, en effet, un préambule aux amours tragiques d’Énée et de Didon et donc, un filtre explicatif au motif du suicide de Didon, dans sa version virgilienne. L’autre version, rappelons-le, mettait en scène une Didon prise au piège d’une promesse qui, la contraignant à épouser Iarbas, roi des Gétules, lui ôtait sa liberté de femme et sa souveraineté politique.

122Pourquoi parmi les multiples exemples possibles d’écriture transtextuelle dans l’Histoire, avons-nous choisi de nous attacher au bref récit de la rencontre d’Énée et de Didon ?

123Deux raisons majeures peuvent être évoquées. La première tient à l’intérêt de manifester les liens que le récit historique tisse avec la fiction littéraire dans l’écriture de l’histoire au XIIIe siècle, pour mettre en évidence l’absence de toute discontinuité entre récit historique et récit littéraire de fiction. La seconde concerne la densité du réseau « transtextuel » qui caractérise le traitement de ce récit. De fait, il nous donne à réfléchir non pas, comme on pourrait le croire, sur seulement deux textes, l’hypertexte que constitue le récit alphonsin, et son hypotexte présumé, mais sur les rapports plus ou moins directs que cet hypertexte entretient avec toute une série de textes qu’il s’agira de répertorier.

124De fait, l’identification de ces divers hypotextes représente un moment fort de l’analyse. Quels peuvent-ils être ? Comment les déterminer ?

125On pourrait, sans trop de difficulté, considérer le chapitre II « De adventv Enee in Ytaliam et de regno eivs et de Didone » (l. 1-19) de l’Historia Romanorum de Rodrigue de Tolède, comme l’hypotexte premier du chapitre 57 de l’Histoire d’Espagne, en raison des liens très étroits que l’Histoire, comme macro-texte,entretient avec le De rebus Hispaniae. Mais peut-on se contenter de cette seule détermination ?

126Sans doute si l’on s’en tient à la trame des faits, c’est-à-dire au canevas narratif. En revanche, si l’on s’interroge sur les modèles qui ont pu inspirer Alphonse dans l’écriture de son récit, la réponse semble tout de suite moins évidente. En réalité, une façon pertinente de construire une argumentation satisfaisante serait de distinguer, d’une part, l’hypotexte qui organise le récit factuel (et que par commodité, nous appellerons « hypotexte-cadre »), représenté ici par le récit de la rencontre tel qu’il figure dans le De rebus, et, d’autre part, le ou les « hypotextes qui gouvernent l’esthétique de sa réécriture (et qu’on dira hypotexte(s) « esthétique(s) »), hypotextes qu’il s’agit maintenant d’identifier. On tiendrait alors que l’hypotexte-cadre est ce qui fournit à l’hypertexte l’architecture de sa trame narrative – architecture qu’il déconstruit par ailleurs –, tandis que l’« hypotexte esthétique » proposerait un modèle de compétence scripturale et stylistique (appelons-le « narratif romanesque »), dont l’hypertexte qu’est le récit alphonsin de la rencontre, représenterait l’une des performances possibles. En effet, si le récit alphonsin se nourrit de cette « écriture », il n’entreprend pas moins de la déconstruire en la narrativisant et en l’adaptant au goût de son public.

  • 68  Voir Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa…, p. 796-816.

127On peut donc considérer qu’à l’hypotexte-cadre, viennent se superposer un certain nombre d’hypotextes qui ont avec lui une analogie de signifiants ou/et de signifiés. Ces hypotextes que nous avons qualifiés d’« esthétiques » couvrent un champ circonscrit par ce que Fernando Gómez Redondo définit comme étant les« narraciones cortesanas »68 :

  • 69  Ibid., p. 796.

Se trataría de obras de fondo histórico, capaces de transmitir ejemplos moralizantes que interesaran a todos los grupos sociales cortesanos : de ahí esa fascinante mezcla entre episodios mitológicos, peripecias militares, sucesos históricos y análisis de conductas amorosas69.

  • 70  Ibid., p. 799 : « Una arquitectura narrativa […] [que] requiere de la acumulación de todas las fue (...)
  • 71  Ibid., p. 797.

128Il importe de distinguer au sein de ces narrations, la « matière troyenne » comme matière d’une richesse et d’une densité extrêmes dont le traitement illustre, en réalité, tout le savoir et le savoir-faire que les Latins (et en particulier Ovide), et, à leur suite des historiens comme Benoît de Sainte-Maure par exemple, ont pu déployer, dans leur exploitation de la « matière grecque »70. Alphonse X, lui-même, entreprit vers 1270, de composer sur la base de ces romances à « thématique grecque », une Historia troyana polimétrica71.

  • 72  Olga Tudorica IMPEY, « Ovid, Alfonso X, and Juan Rodríguez del Padrón : two Castilian translations (...)
  • 73  Le texte des Métamorphoses fut traduit et adapté par Alphonse X sous le titre de El libro mayor.
  • 74  Le texte des Héroïdes fut traduit et adapté par Alphonse X sous le titre de El libro de las dueñas
  • 75  M. R. LIDA De MALKIEL, « La General estoria : notas literarias… », p. 113 : « De los autores profa (...)
  • 76  Voir O. Tudorica IMPEY, « Ovid, Alfonso X, and Juan Rodríguez del Padrón… », p. 283-297.
  • 77  Reprenant une phrase de Philippe SOLERS, Gérard GENETTE, Figures II, Paris : Seuil, 1969, p. 18, é (...)

129Parmi tous les textes constitutifs de cette tradition, il convient donc, outre le rôle joué par le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure et les sources de l’Historia troyana, de prendre la pleine mesure de l’hypotexte esthétique de référence qu’a pu représenter l’œuvre d’Ovide72 (en particulier les Métamorphoses73, les Héroïdes74). Cette œuvre, ou plutôt l’écriture qui la sous-tend, est à considérer comme un paradigme de l’écriture narrative de l’Histoire, dans sa dimension proprement « littéraire ». María Rosa Lida de Malkiel a souligné, en effet, le puissant attrait qu’exerça sur Alphonse, cet auteur de l’Antiquité latine75. Impey n’a pas manqué non plus d’en faire ressortir l’influence directe ou indirecte76. Tout se passe donc comme si Alphonse X, en lisant le récit de Rodrigue de Tolède, le lisait à partir des Métamorphoses, des Héroïdes ou de tout autre texte de « littérature sentimentale » (pour autant que cette expression ait un sens). De fait, sa compréhension du récit, et ensuite, la restitution qu’il en propose, sont tributaires de tout ce réseau de textes et de commentaires qu’il s’est appropriés par la lecture. Si, comme on l’a prétendu, la lecture est l’esquisse d’une écriture, alors Alphonse X lecteur, peut s’engouffrer dans la structure du texte lu pour l’ouvrir aux divers « possibles » qu’il y aura découverts. Ainsi lecture et réécriture s’interpénètrent, l’écriture se lisant, et la lecture se réécrivant77.

130On pourrait donc, à titre de résumé, soutenir que le chapitre 57 de l’Histoire, présente en fait trois « strates » textuelles et constitue donc un cas un peu plus complexe que ceux qu’a analysés Genette dans Palimpsestes. Ces trois strates sont donc :

  • 78  M. R. LIDA De MALKIEL, « La General estoria : notas… », p. 115 : « Frente al conocimiento de Ovidi (...)
  • 79  R. MENÉNDEZ PIDAL, Poesía juglaresca y juglares, Madrid : Espasa-Calpe, 1969, p. 92.

1. Le chapitre II de l’Historia Romanorum de Rodrigue de Tolède, auquel nous avons conféré le statut d’hypotexte-cadre. À cet hypotexte, vient s’adjoindre, on l’a dit, tout un ensemble de textes « poétiques » aimantés par le récit de la rencontre amoureuse qui interagissent pour composer un hypotexte diffus, sur lequel se greffe le langage impersonnel des mythes, attiré par les personnages de Didon et d’Énée, eux-mêmes si riches en mythes. Dans ce grand ensemble qui intervient surtout comme modèle de compétence esthétique, il faut inclure aussi les textes fondateurs de la poésie courtoise et lyrique péninsulaire (et surtout galaïco-portugaise) telle qu’elle se donne à lire, par exemple, dans les jarchas, les cantigas de amigo du XIIIe siècle, et probablement, dans l’ombre de l’Énéide de Virgile telle qu’Alphonse X a pu l’approcher au travers de divers commentaires78. N’oublions pas que les amours de Didon et d’Énée faisaient partie du répertoire commun des trouvères du XIIIe siècle. Menéndez Pidal79 rapporte que Giraut de Calanson recommanda ce répertoire au trouvère Fadet, avant de le diriger vers la cour de Pierre II d’Aragon.

  • 80  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 11 : « Le troisième type de transcendance textuelle que je nomme mét (...)
  • 81  Ce discours critique peut être lui-même possiblement nourri des réflexions critiques des textes re (...)
  • 82  OVIDE, « Héroïde VII », in : Héroïdes, H. BORNECQUE (éd.), M. PREVOST (trad.), Paris : Belles Lett (...)
  • 83  VIRGILE, L’Énéide, Jacques PERRET (éd. et trad.),Paris: Belles Lettres, 1981, p. 116 : « Ille dies (...)
  • 84  R. JIMÉNEZ De RADA, Historia romanorum, p. 40 : « et mirata Ascaniii pulcritudinem in concupiscenc (...)

2. Le métatexte80 que constitue le discours critique81 qu’Alphonse X profère, au sein de son propre texte, sur les allusions ovidiennes82 à la faute de Didon, déjà présentes dans l’hypotexte virgilien83, et qui sont reprises par Rodrigue de Tolède au travers du terme « concupiscenciam »84. Il faut préciser que ces évocations sont silencieuses puisque aucun de ces textes n’est nommé explicitement, quoiqu’Alphonse réfère implicitement à eux, à leur présence enfouie, lorsqu’il annonce que le récit de la rencontre est établi à partir des textes qui l’ont consigné : « otros cuentan que… ».

3. La version alphonsine de l’épisode de la rencontre qui résulte de l’interpénétration des deux strates textuelles mentionnées antérieurement.

131Les trois strates pourraient se ramener à deux. Ce n’est pas tout le récit de la rencontre, tel qu’il est exposé dans l’Historia romanorum et qu’il se voit rapidement évoqué dans l’Héroïde VII, qui fait l’objet d’un commentaire, mais uniquement ce qui se prête à un certain regard critique, à savoir, la conception de l’honneur chez Didon et la nature exacte de ses liens avec Énée, aspects que n’aborde absolument pas Rodrigue de Tolède dans son texte. La version alphonsine s’élabore donc, tout à la fois, sur la base des récurrences de certains motifs propres à la tradition anti-Énée (construite elle-même en réaction aux récits virgilien et ovidien) et sur celle des lacunes ou manques du récit de Rodrigue de Tolède. De même que le récit virgilien avait permis de relire rétrospectivement toute la tradition de la Didon africaine, chaste et vertueuse, de même le discours critique qu’Alphonse X insère dans son traitement de l’épisode permet de relire les récits virgilien et ovidien tout autant que celui de Rodrigue de Tolède. Nous sommes invités notamment à prendre la mesure de l’interprétation anachronique (car « hispanisée ») que le récit alphonsin donne d’un personnage légendaire de l’Antiquité.

Examen de quelques pratiques hypertextuelles

  • 85  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 291 : « La transformation sérieuse, ou transposition, est sans nul d (...)

132À la lumière des catégories définies par Genette85, nous tenterons d’examiner les procédures de « transposition » formelle et thématique les plus représentatives du mode d’appropriation alphonsin de ses hypotextes.

133Dans un souci de clarté, nous conserverons la distinction heuristique entre hypotexte-cadre et hypotexte « esthétique ».

Comparaison de la structure du récit de la rencontre dans le De rebus et dans l’Histoire d’Espagne

134Dire que le récit du chapitre II du De rebus est l’hypotexte-cadre du chapitre 57 de l’Histoire, c’est admettre qu’ils répondent tous deux à la même trame narrative. En effet, chacun des deux récits s’articule autour des six séquences suivantes : le départ d’Énée pour l’Italie, le naufrage d’Énée, le songe prémonitoire, la rencontre d’Énée et de Didon, leur mariage, le transfert de la royauté de Didon vers Enée.

135Il est incontestable que le récit alphonsin emprunte au récit de Rodrigue son architecture et qu’il la respecte. Seulement il l’utilise comme un canevas, à partir duquel il tisse sa propre « toile ». En effet, si Alphonse prend le parti de respecter la trame des faits, il choisit d’ajouter au récit purement factuel, une dimension interprétative, pour mettre au jour ce qui lui paraît être les véritables raisons des actions décrites ou leur véritable sens. De sorte qu’il remplit une fonction corrective et artististique qui consiste à redresser le sens du récit premier, en introduisant des éléments de dramatisation, de motivation psychologique qui ne figurent pas dans le récit de Rodrigue, ce qui le conduit, à mettre en œuvre une écriture qui, parce qu’elle cherche à susciter de l’émotion, ne se prive pas d’emprunter les voies du pathos.

136On entrevoit déjà comment l’hypotexte esthétique vient se superposer à l’hypotexte-cadre pour infléchir ce dernier vers une écriture « romanesque », en rupture avec l’écriture du Tolédan. Celle-ci, en dépit de l’origine « poétique » de ses sources, tient à conserver son marquage « historique ». Une analyse plus complète de la structuration narrative de ce récit dans l’Histoire nous permettra de prendre la mesure de la réélaboration qu’Alphonse X fait subir au « canevas » légué par Rodrigue.

137Dans l’Histoire, neuf chapitres sont consacrés à l’histoire complète de Didon. Le chapitre 57, auquel nous avons choisi de nous attacher, décrit, nous l’avons dit, la rencontre de Didon et d’Énée, après la péripétie du naufrage auquel le Troyen et son fils Ascagne ont réchappé.

138Ce récit était annoncé comme suit, à la fin du chapitre 56 :

  • 86  P.C.G., p. 38.

Pero otros cuentan que esta reyna Dido se mato con grand pesar que ouo de Eneas su marido, por que la desamparo assi cuemo adelant oyredes86.

139D’emblée, le récit de la rencontre amoureuse prend place dans un projet narratif plus large qui concerne la relation de la seconde version du suicide de Didon. Il peut donc être considéré comme le segment inaugural de ce projet. L’enjeu de ce segment est donc de poser les éléments fondateurs de l’intrigue amoureuse tragique (« con grand pesar que ouo de Eneas su marido ») qui va se nouer entre Énée et Didon, et d’en suggérer les éclairages significatifs (« por que la desamparo su marido »). L’inscription de ce récit dans l’histoire globale de Didon indique que ce personnage en constitue le point focal : c’est pour expliquer les raisons de son suicide, selon cette seconde version, que ce récit est entrepris. Il en découle que le personnage de Didon se doit d’être considéré comme le filtre épuratoire à partir duquel seront lus les divers textes qui font état de cette version du suicide, textes qui ne sont identifiés que de façon extrêmement allusive (« otros cuentan que »).

140Si l’action se définit comme la somme des actes (agissements des divers participants), des états (qui affectent ceux-ci), des situations (dans lesquelles ils se trouvent, qui concernent les rapports qu’ils entretiennent) et des événements (naturels ou sociaux, qui surviennent indépendamment de la volonté des protagonistes), alors un descriptif du schéma d’action du récit de la rencontre entre Énée et Didon pourrait être ceci :

  • 87  Ibid.
  • 88  Ibid.
  • 89  Ibid.
  • 90  Ibid.

Situations
   

Situation 1 :

la souveraineté de Didon sur la ville de Carthage

   

Situation 2 :

la passation de pouvoir à Énée

   

Le passage de la situation 1 à la situation 2 est provoqué par :

   

Événements
   

Événement 1 :

le naufrage d’Énée et de ses hommes ainsi que leur arrivée inopinée sur des côtes proches de la ville de Carthage

   

Événement 2 :

le songe prémonitoire qu’il fait

   

Événement 3 :

l’attirance réciproque des deux personnages (« […] assi que luego fue enamorada de Eneas » / […] y el otrossi pagosse della »).

   

Actes
   

Acte 1 :

la décision de Didon, à l’annonce de sa présence, d’aller voir Énée (« [ella] touo por bien de yr a ueerle »)

   

Acte 2 :

leur décision de se marier (« […] assi que en cabo fablaron de casamiento, e prometieron se un a otro ques tomassen por marid e por mugier »).

   

Ces événements et actes sont encadrés par les états suivants :
   

État initial (qui leur préexiste)
   

État 1 :

Didon, veuve et souveraine, vit dans le bonheur et la paix, grâce à la prospérité de son royaume et à l’autorité qu’elle a sur son peuple (« Estando la reyna Dido muy poderosa e much onrada »)

   

États intermédiaires
   

Le texte suggère, plus qu’il ne les décrit véritablement, les états de trouble inhérents au sentiment amoureux naissant, avec une insistance sur la gradation : émotion esthétique provoquée par la beauté physique de l’autre, émotion amoureuse :

Ella quando uio a Ascanio, so fijo, tan fermoso, touo en so coraçon que padre que tal fijo fiziera, muy fermoso deuie seer. […] assi que luego fue enamorada87.

E quand ellal uio, touo que era uerdat lo que del asmara, assi que fue mas pagada del que de primero88.

[…] el otrossi pagosse della porque la uio muy fermosa e much apuesta89.

   

État final
   

État 2 :

rien n’est dit explicitement, quoique le texte développe un réseau de significations symboliques autour du mariage heureux :

E souieron en uno fablando de muchas cosas, assi que en cabo fablaron de casamiento, e prometieron se un a otro ques tomassen por marid et por mugier ; e sobresso fizieron grandes yuras […] e casaron luego, e fueron las bodas muy nobles e muy ricas90.
   

141Cependant, le contenu du message délivré dans le songe fait déjà planer l’ombre du dénouement tragique, puisqu’il y est dit qu’Énée, aprè avoir épousé Didon, devra retourner en Italie. Cette prédiction de retour à Rome, qui est à prendre surtout comme prédiction du départ définitif d’Énée, fonctionne comme prolepse du dénouement tragique, prolepse qui vient redoubler celle contenue dans l’annonce, faite en fin du chapitre antérieur, du suicide de Didon.

142La manière dont sont combinées ces diverses sortes d’éléments éclaire les modalités de construction du récit. On peut ainsi remarquer qu’il existe un relatif équilibre entre eux, ce qui montre qu’est privilégiée une forme de narration complexe qui intègre des éléments :

du récit d’aventures : association étroite des actes et des événements
Le début du récit est ainsi caractérisé par l’inscription d’un certain souffle épique : série d’événements (mort du père, naufrage, échouage) qui contrarient les plans du héros et l’engagent dans des actions qu’il n’avait pas prévues mais qu’il doit néanmoins affronter pour sa survie.

du récit amoureux, dans sa dimension « psychologique » : prédominance des états et des situations
Avant l’arrivée d’Énée à Carthage, Didon est dans un état de bonheur et de sérénité, état qui va être en quelque sorte altéré par l’irruption du sentiment amoureux dont la violence est nettement suggérée. Malgré tout, ce bouleversement se voit régulé par l’opérateur « mariage » qui entraîne le passage à une nouvelle situation de stabilité, puisque Didon ignore ce que le lecteur sait déjà : le caractère inexorable du départ d’Énée.

du récit tragique : insistance sur les événements et les états.
Il faut surtout noter ici le rôle du songe prémonitoire qui annonce un futur marqué par la contradiction, et donc, un état prochain de déséquilibre et de frustration : le mariage de Didon et d’Énée qui inscrit comme un paradoxe le retour de celui-ci en Italie. L’impression de fatalité repose ainsi sur la conjonction du naufrage et du songe comme préalables à la rencontre de Didon et d’Énée, c’est-à-dire sur le thème de la rencontre, moins fortuite que prédestinée.

Procédures de transposition formelle

143À partir de la structuration narrative que nous avons dégagée, il s’avère possible d’identifier les transformations que le récit alphonsin fait subir à celui du Tolédan, tout autant que la façon dont il s’approprie les modèles d’écriture de ses hypotextes « esthétiques ».

La transmodalisation
  • 91  Ibid., p. 395.

144Genette définit la « transmodalisation »comme « toute espèce de modification apportée au mode de représentation caractéristique de l’hypotexte »91. Parmi ces modifications, se trouvent incluses celles qui sont en relation avec les catégories du temps, du mode et de la voix. On assiste dans le récit alphonsin de la rencontre entre Énée et Didon, à des transformations qui, d’une part, ressortissent à la durée et d’autre part, au mode et à la perspective, étant entendu que toutes sont, en réalité, intrinsèquement liées.

Durée

145En nous fondant sur un exemple significatif, nous chercherons à manifester qu’Alphonse X modifie le régime de vitesse du récit de Rodrigue, en « convertissant » les sommaires en scènes, c’est-à-dire en jouant sur l’effet de visualisation, par la représentation détaillée qu’il donne des faits et des attitudes des personnages. Soit :

  • 92  P.C.G., p. 38. Ce passage peut être tenu pour une « amplification » (ou « expansion diégiétique ») (...)

Ella otrossi, desque oyo dezir que Eneas arribara alli, e sopo todo so fecho de cuemol auiniera, touo por bien del yr veer, e guisosse much apuesto, e leuo consigo omnes much onrrados e duennas e gran auer e muchas donas preciadas, e fuel recebir con grandes compannas92.

146Alphonse choisit, dans le canevas proposé par Rodrigue de Tolède, de développer les éléments qui se prêtent à la mise en scène, avec une insistance sur les détails d’apparat qui rappellent la haute condition d’une Didon fortement « hispanisée » : tenue vestimentaire, cérémonial de réception (qui inclut les présents de bienvenue) sont autant de facteurs circonstanciels qui préparent, en la dramatisant, la scène de la rencontre.

  • 93  M. R. LIDA De MALKIEL, « La General estoria… », p. 124 : « En contraste con el arte de Virgilio y (...)
  • 94  Ibid. : « Precisamente por la primacía absoluta del didactismo, Alfonso no tiene a menos quebrar l (...)

147Le rôle de l’hypotexte « esthétique » transparaît dans ce souci du détail « réaliste » qui n’est pas sans rappeler un des traits de l’écriture ovidienne93. Cependant, alors que le modèle ovidien (qu’il s’agisse des Métamorphoses, de L’art d’aimer, des Fastes…), comme le montre Lida de Malkiel à propos de la traduction alphonsine des textes d’Ovide94, n’est didactique que de façon ironique, l’hypertexte alphonsin fait du didactisme (cette fois, sur le mode sérieux), son « credo ». La moralisation du récit (dont le mariage est la pierre angulaire) et l’amélioration axiologique du personnage de Didon, que nous étudierons plus avant, sont les meilleures preuves de l’« assaut » didactique que subit l’écriture.

148On peut donc tenir la dimension didactique, qui n’en reste pas moins marquée au sceau du « style » ovidien, pour paradigmatique de la transformation que l’écriture alphonsine fait subir à celle du poète latin.

Mode-perspective : transfocalisation

  • 95  Voir chapitre 3 de cette seconde partie, section « La fonction critique d’autorité ».

149Alphonse X choisit de se « poster » au-dessus des personnages qu’il met en scène (focalisation zéro), en narrateur qui sait tout, sur tous les faits rapportés, qui connaît les pensées et les sentiments des personnages, qui peut en toute liberté parler de faits survenus en divers lieux et temps, comme s’il y avait assisté, puisqu’il ne fait aucune confidence sur l’origine de son savoir95. Ce récit de pensées correspond au traditionnel récit d’analyse par un narrateur omniscient (le « psycho-récit » pour Dorrit Cohn, ou « discours du narrateur sur la vie intérieure du personnage »). Il a été aussi analysé par Genette comme « discours narrativisé » qui consiste à traiter le récit de paroles ou de pensées en les notant comme des faits. Ce procédé permet à Alphonse de créer ce que Vincent Jouve dénomme un « effet-personne », c’est-à-dire un « effet de vie » des personnages :

  • 96  P.C.G., p. 38.

E quando fue en la noche, echos a dormir, e ante ques adormeciesse, començo a cuydar en su fazienda e de cuemo podrie yr a ytalia96.

  • 97  Ibid. Le segment textuel correspondant dans le récit de Rodrigue est le suivant : « et mirata Asca (...)

Ella quando uio a Ascanio so fijo, touo en so coraçon que padre que tal fijo fiziera, muy fermoso deuie seer ; ca Eneas uinie armado e nol podie ella assi ueer la cara, pero quel ueye dotra guisa muy bien faycionado de cuerpo e de miembros, assi que luego fue enamorada97.

  • 98  On peut aussi citer ce passage du récit alphonsin : « Eneas, que escapara del destroymiento de Tro (...)

150Le fait de choisir ce type de focalisation permet d’offrir au lecteur une vision plus complète, plus « vraie » (de par l’effet de réel qu’elle produit), ce qui contribue à impliquer celui-ci dans l’événement de la rencontre, lequel se voit ainsi transformé en récit de l’attente, du désir différé. Il n’est pas inopportun de rappeler, à la suite de Vincent Jouve, que l’évocation d’une vie intérieure est un des procédés techniques à l’origine de l’« illusion de personne ». La référence aux pensées, sentiments, désirs d’un personnage crée une impression de richesse psychique, de densité intérieure, à laquelle s’ajoute un effet de proximisation, puisque le personnage, ainsi humanisé, paraît nettement plus accessible, quelle que soit la distance qui sépare son univers diégétique de celui du lecteur. Il est clair qu’Alphonse se complaît à exprimer le « pourquoi », c’est-à-dire la motivation psychologique, laquelle permet au lecteur d’« accompagner » les protagonistes dans leur intimité, leur cheminement mental, et non pas seulement dans leurs actions98.

  • 99  M. R. LIDA De MALKIEL, « La general estoria… », p. 124 : « […] el arte de Ovidio […] prodiga las m (...)

151À travers ce goût pour la motivation psychologique99, on peut rendre compte de la manière dont l’écriture ovidienne des personnages et des situations nourrit l’écriture alphonsine, tout autant que de la façon dont celle-ci lui impose, à travers l’insistance qu’elle met à inscrire la « légitimité » du sentiment amoureux de Didon, la marque de son didactisme.

L’amplification : développement par « expansion diégétique »
  • 100  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 378. Par « développement diégétique », il faut entendre « l’expansio (...)

152Cette volonté alphonsine de remonter jusqu’à l’amont des actes induit donc une transposition par amplification, laquelle « procède essentiellement par développement diégétique »100.

  • 101  P.C.G., p. 38 : « E quando fue en la noche, / echos a dormir/, e ante ques adormeciesse,/ començo (...)

153On peut évoquer ici le souci déjà indiqué du détail descriptif ou narratif, perceptible dans la décomposition minutieuse des différentes étapes d’un procès101 ou dans l’étirement de l’action, de façon à créer un effet de dramatisation. L’exploitation de l’armure comme objet scénique est, à cet égard exemplaire : par le jeu de cache-cache qu’elle favorise entre Didon et Énée, elle permet à Alphonse de scinder le moment de la rencontre en deux phases successives, qui ne se recoupent pas totalement :

  • 102  Ibid.

[…] [Dido] fuel recebir con muy grandes compannas. Eneas, quando sopo quel ella uinie veer, […] armosse el con muy pocos de so companna que tenie, e fuela recebir. Ella […] touo en so coraçon que padre que tal fijo fiziera muy fermoso deuie seer ; ca Eneas uinie armado e nol podie ella assi ueer la cara […] E desque fue en la uilla, desarmosse e fue la ueer ; e quando ellal uio […]102.

  • 103  Ibid.

154Dans la phase initiale, c’est Ascagne, le fils d’Énée qui occupe le premier plan et joue le rôle de relais d’Énée, par substitution. Sa beauté préfigure celle de son père. Mais Didon n’a toujours pas vu Énée, et il faut attendre la seconde phase, c’est-à-dire le moment où le Troyen quitte son armure pour que la rencontre, enfin, se produise. Cette « expansion diégétique », par l’effet qu’elle exerce sur la durée de la scène, contribue à renforcer l’impact de la motivation psychologique des personnages, en rendant plus vraisemblable le climax que constitue alors la révélation amoureuse. L’artifice de la rencontre « ratée » puis possible, induit un effet de redoublement favorable à la maturation des sentiments dont on ressent, en fin de parcours, la densité paroxystique, avant la chute brutale, mais déjà attendue : « E souieron en uno fablando de muchas cosas, assi que en cabo fablaron de casamiento […] »103.

155De fait, cet étirement est à voir comme un « artefact » du didactisme alphonsin : il contribue à la moralisation de la scène de la rencontre.

Procédure de transposition thématique

La transposition pragmatique
  • 104  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 442.

156Les transpositions thématiques, rappelons-le, touchent à la signification même de l’hypotexte. La « transposition pragmatique », peut être définie comme une « transformation pragmatique inspirée par le souci minimal de corriger telle ou telle erreur ou maladresse de l’hypotexte dans l’intérêt même de son fonctionnement et de sa réception »104. En ce sens, il paraît indiqué de traiter ici de la forme de transposition que constitue la transformation suscitée par le passage du latin au castillan. Cette transformation qui est généralement dénotée par le lexème « traduction » aurait dû, si l’on se réfère à la classification proposée par Genette, être abordée dans la section relative à l’étude des transpositions formelles. En effet, pour ce critique, la traduction est :

  • 105  Ibid., p. 293.

La forme de transposition [formelle] la plus voyante, et à coup sûr la plus étendue [qui] consiste à transposer un texte d’une langue à une autre105.

157L’inclusion de la « traduction » dans les procédés de transposition formelle se justifie, toujours selon Genette, par le fait que les déplacements de sens générés par l’hypertexte sont accidentels et non intentionnels. Or, un procédé comme la « transfocalisation » (c’est-à-dire la modification de la focalisation du récit), en modifiant l’angle de prise de vue, a des répercussions importantes sur la résonance psychologique du récit, sur sa visée, en un mot, sur son sémantisme.

158Dans notre analyse antérieure, nous avons mis en évidence que le récit alphonsin, écrit en castillan, à partir d’au moins un hypotexte premier en latin, avait recouru à cette forme de transposition, dont nous avons cherché à souligner l’impact sur la transformation sémantique du récit. Nous avons ainsi pu dégager le rôle de pivot qu’Alphonse X assigne à cet épisode de la rencontre, dans l’économie générale du récit des amours de Didon et d’Énée. A travers l’expérience du désir –désir toutefois contenu par l’attachement à une morale dont le grand enjeu est la démonstration de l’infaillibilité–, Alphonse X transforme la linéarité du récit de la rencontre, tel qu’il est à peine esquissé dans l’hypotexte-cadre, en la profondeur d’un espace traversé d’enjeux contradictoires. De fait, il le re-sémantise de façon significative.

159Par ailleurs, les diverses études de cas qui ont pu être menées sur la « traduction » dans le contexte médiéval, font état de toute une série de transformations formelles et sémantiques qui s’identifient, bien évidemment aux formes de transposition répertoriées par Genette (amplifications explicatives, rhétoriques, réductions, « transfocalisation », « transvalorisation », etc.), formes que nous avons tâché d’étudier. Ces séries de manipulations hypertextuelles qui visent, tout à la fois, la forme et le sens tendent à situer la « traduction » médiévale dans le champ de la transposition sémantique, ce qui a pour effet de rendre inadéquat l’usage du même terme pour des pratiques traductives (médiévale et actuelle) aussi divergentes. En se « focalisant » sur la transposition linguistique, et quoiqu’ils reconnaissent le profond travail de recréation qui est à l’œuvre, certains critiques tendent, malgré tout, à identifier la transposition médiévale à la pratique actuelle de la « traduction ». Ils en viennent donc à interpréter ladite transposition à travers le prisme de cette pratique. Ainsi María Rosa Lida de Malkiel :

  • 106  M. R. LIDA De MALKIEL, « La General estoria… », p. 124.

Por supuesto, la traducción no es arqueológica sino actual, conforme a la actitud general de la Edad Media ante la Antigüedad, y clave de su « anacronismo », esto es, de su incapacidad a guardar distancia y verla como cosa distinta y conclusa, la misma actitud que se revela en su cultivo no purista del latín como lengua viva. De ahí que Alfonso no se proponga trasvasar nombres sino brindar las cosas correspondientes dentro de su cultura a las mentadas en el texto original106.

  • 107  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 443.

160Si nous partageons l’opinion générale émise par Lida de Malkiel, opinion selon laquelle l’un des soucis du « traducteur » médiéval, et donc en l’occurrence d’Alphonse, est de rendre le texte intelligible aux yeux de ses contemporains, nous ne souscrivons pas à l’interprétation qu’elle donne de la « négociation de la distance » comme faille (« incapacidad de guardar distancia ») inhérente à ce « traducteur ». Il nous paraît au contraire que ce jugement de valeur procède de l’obstination à saisir ce qui est fondamentalement une « transposition pragmatique » (c’est-à-dire une transformation sémantique) comme une transposition formelle. En effet, à quoi renvoie l’expression « traducción actual » si ce n’est à une forme de transposition linguistique « où l’original est pris non comme modèle, mais comme objet imparfait à modifier selon un modèle de perfection qui n’est pas même le sien mais celui du perfecteur et de son public »107 ? Il en découle que cette transposition n’a pas pour objet de « traduire » l’« original », au sens où on entend habituellement ce mot, mais de l’adapter, de le recréer en fonction de ce projet interne dont nous avons déjà tant de fois, mis en évidence, la force dynamique.

161D’où notre proposition de dénoter cette procédure au moyen de la forme composée « traduction-adaptation », afin d’exprimer la double transposition (linguistique et sémantique) qui est en jeu.

  • 108  Ibid., p. 431.

162C’est pourquoi loin de tenir la « compilation » et la « traduction-adaptation » pour des entreprises séparées, il nous paraît, au contraire, opportun de manifester leur étroite imbrication en soulignant les rapports de conjonction qui peuvent être établis entre les deux. On pourrait, en effet, voir la « traduction-adaptation » comme la « transposition-cadre » qui subsume toutes les autres transpositions : elle serait donc à appréhender comme catalyseur du mouvement de « translation proximisante »108, déjà indexé à la procédure de compilation. Cette « translation » est de toute évidence symbolique puisqu’elle n’est pas diégétique : l’historien est tenu d’évoquer des personnages référentiels (le référent étant soit le monde réel tel qu’il est construit dans son univers, soit l’intertexte) : il ne peut donc pas changer les coordonnées spatio-temporelles pas plus que les relations que l’on dit avoir existé entre les personnages, etc. Puisqu’à la différence du romancier (pensons à Joyce qui transpose le récit d’Ulysse dans l’Irlande du Nord), il ne peut transposer directement la diégèse, il va chercher à la rapprocher, à l’actualiser aux yeux de son public par toute une série de moyens qui passent par la conversion des codes esthétique, moral et culturel de l’hypotexte en des codes qui sont « valides » à son époque.

  • 109  Le récit de Rodrigue de Tolède insiste bien plus sur le naufrage :« Throya destructa Eneas filius (...)

163La valeur heuristique qui est conférée au « mariage » dans le récit des amours de Didon et d’Énée fait de celui-ci l’opérateur premier de cette « conversion » des codes. Dès le titre du chapitre, le ton est donné : « De cuemo Eneas arribo en Affrica e caso con la reyna Elisa Dido », de sorte qu’Alphonse X oriente d’emblée la rencontre des deux protagonistes dans la perspective d’une telle union, c’est-à-dire d’une relation rigoureusement contrôlée sur le plan moral. Cette orientation est en fait à percevoir comme « ré-orientation », c’est-à-dire comme « transmotivation » et « transvalorisation ». Par l’introduction et l’exploitation insistante d’un motif (le mariage), l’économie sémantique du récit de la rencontre se voit complètement modifiée. Il faut sans doute rappeler qu’il l’était déjà par son insertion dans une série de narrations centrées sur le personnage de Didon. En faisant de la reine de Carthage, le foyer principal de son récit, Alphonse était obligatoirement conduit à lui attribuer un rôle plus important que celui qui pourrait être le sien dans un récit consacré à la fondation de Rome, c’est-à-dire à l’exploitation du mythe du Troyen glorieux109. Il apparaît ainsi qu’il fait peu de cas du récit du naufrage d’Énée, puisque ce naufrage, dans la perspective qui est la sienne, a pour unique intérêt de justifier l’arrivée d’Énée sur le sol de Carthage.

  • 110  « Estando la reyna Dido en Carthago muy poderosa e much onrrada […] ».

164En tenant compte de cet ordre de priorité, il n’est pas étonnant que soit mise en place une opération d’ordre axiologique visant à valoriser le personnage de Didon. Le rappel, au seuil du récit, de sa puissance et de sa dignité110, gages de sa souveraineté sur Carthage, l’étirement de la scène de la rencontre elle-même en témoignent. On peut également signaler le recours à un langage qui vise à effacer toute connotation sensuelle. Aussi le terme « concuspiscentia » qu’utilise Rodrigue de Tolède, n’est-il pas « traduit » dans l’Histoire par le lexème « concupiscencia »,jugé sans doute déplacé dans le contexte.

165On ne peut alors que souligner les liens que cette forme de traduction entretient avec la figure sémantique de la correctio, laquelle consiste en l’amélioration d’une expression que l’« orateur » juge inconvenante. C’est ce que Lausberg dénomme « correctio sociale » pour dénoter une figure qui a pour objectif d’éliminer les termes ou expressions qui pourraient s’avérer chocants pour le « public ».

  • 111  « e prometieron se un a otro ques tomassen por marid e por mugier ; e sobresso fizieronse grandes (...)

166Il en découle que les divers éléments évoqués contribuent donc à inscrire immédiatement la relation amoureuse dans le cadre éthique du mariage, tout autant qu’à insister sur l’engagement de fidélité éternelle111.Tous ces éléments contribuent à améliorer le statut axiologique de Didon en lui conférant une conduite, des mobiles, une valeur symbolique plus nobles, que celles qui lui étaient conférées dans les récits virgilien et ovidien, où l’accent était mis sur sa sensualité ou légèreté, présentée comme une faute. Le récit de Rodrigue, on l’a vu, s’en faisait aussi brièvement l’écho.

L’identité de la « compilation-texte » ou l’invention d’une écriture

167Bien qu’il soit une adaptation du récit du chapitre II de l’Historia romanorum, le récit du chapitre 57 de l’Histoire d’Espagne possède sa propre identité, sa propre structure, son propre « style ».

168Les diverses procédures de transposition formelle et thématique que nous venons d’examiner ont permis, en effet, de mettre au jour la manière dont le récit alphonsin, pour se construire, a exploité toutes les virtualités (tous les « textes possibles ») contenues dans ses hypotextes, virtualités thématiques mais aussi stylistiques, esthétiques. La dimension recréatrice de la « traduction-adaptation » ne saurait être plus évidente, d’autant qu’Alphonse X, ayant procédé à l’adaptation en « prose » des textes ovidiens des Métamorphoses et des Héroïdes, s’était déjà approprié un certain répertoire. La vision de la compilation s’en trouve du même coup modifiée, puisqu’elle apparaît moins comme « entassement » de textes déjà constitués, que comme « entrecroisement » d’écritures et de modes de pensée. Il est certain que, s’il y a lieu de parler d’imitation, celle-ci est recréatrice et non reproductrice, car le geste mimétique rejette hors de sa sphère, tout ce qui lui semble trop étrange, trop distant ou contraire à ce qu’il veut montrer.

  • 112  Olga Tudorica IMPEY, « Un dechado de la prosa literaria alfonsí …», p. 5 : « La adaptación de la h (...)
  • 113  M. STANESCO, « À l’origine du roman : le principe esthétique de la nouveauté comme tournant du dis (...)
  • 114  L. MATHEY-MAILLE, « Traduction et création : de l’Historia Regum Britaniae de Geoffroy de Monmouth (...)
  • 115  Pour L. MATHEY-MAILLE, ibid., p. 191 : « Ce besoin d’enrichir le personnage favorise la naissance (...)
  • 116  Claude BURIDANT, Les problèmes de la traduction du latin en français à partir de l’histoire de Fra (...)
  • 117  Il n’est pas étonnant que Olga TUDÓRICA IMPEY, « Un dechado de la prosa literaria alfonsí … », p.  (...)

169De fait, il est clair que la rénovation (renovatio) de l’hypotexte est impliquée dans la démarche même du « traducteur-adaptateur »112. Comme le souligne Michel Stanesco, « l’adaptation d’un ouvrage latin en « roman » suppose sa renovatio obligatoire »113. C’est ce qui explique que, pour Laurence Mathey-Maille, la « traduction » est une « adaptation que le [traducteur] développe, amplifie et qu’il repense selon ses propres exigences »114. Alphonse X, par son écriture du récit de la rencontre, témoigne d’une nouvelle manière de penser les faits, les personnages115, le récit, et de leur conférer une réelle épaisseur. Il ne se contente pas de changer de langue, il change de système de pensée, de référents, de paradigme d’écriture. Peu importe alors qu’une confrontation minutieuse laisse voir des fragments qui font état d’une traduction « littérale », à côté d’autres qui se caractériseraient par une entière liberté d’interprétation et d’expression. La greffe d’énoncés nouveaux n’est pas plus révélatrice de la rénovation que la conservation littérale d’énoncés « anciens », puisque ceux-ci, immergés à la fois dans une nouvelle dynamique d’écriture et un nouveau mode de pensée, se voient eux aussi « rénovés » passivement. Le besoin de donner une épaisseur aux personnages, un « effet de vie », tout autant que la nécessité de moraliser l’écriture, font de la « traduction-adaptation » alphonsine, une recréation, un véritable mode de pensée qui contribue à donner à celui de la compilation, ses « lettres de noblesse ». Claude Buridant l’avait déjà signalé, qui voyait l’espace du « traducteur » médiéval comme un champ d’innovations de toutes sortes116. En ce sens, c’est bien de l’invention d’une écriture qu’il s’agit, car même s’ils travaillent sur une même « matière », Alphonse et Rodrigue ne la « formalisent » pas de façon égale. Rodrigue tend à vouloir compenser la faible crédibilité de la « matière » poétique par une écriture « neutre », « pseudo-objective » qui en restaure l’historicité, tandis qu’Alphonse X se laisse gagner au jeu de l’invention « romanesque »117.

170Qu’en est-il du geste alphonsin dans l’Histoire ? Le texte étudié doit-il être tenu pour représentatif de la poétique de transposition recréatrice chez Alphonse ?

171Dans l’objectif d’esquisser une poétique générale, il semblerait que puissent être retenus au titre d’invariants, trois des éléments qui avaient déjà fortement attiré notre attention. Soit : le traitement du personnage, qui devient plus « humain », du fait de la motivation psychologique ; la moralisation de l’écriture, qui passe par un didactisme exacerbé et un investissement axiologique « massif » du narrateur ; la dramatisation de la narration, qui implique que l’action soit repensée en fonction d’une logique du « paroxysme », ou à tout le moins, de la crise annonciatrice de la chute. Ce choix de la dramatisation a pour corollaire l’inscription de séquences descriptives minutieusement travaillées, ainsi que la prédominance des scènes sur les sommaires, soit un allongement de la durée de l’action (effet d’étirement).

172La conjonction de ces différents traits induit donc un certain traitement « romanesque » de l’action, caractérisé par l’attention qui est portée à son insertion dans un cadre spatio-temporel que l’on cherche à définir précisément, mais aussi à l’explication des mobiles qui justifient son exécution, ce qui suppose la prise en compte du cheminement mental par laquelle elle s’accomplit, et donc un certain investissement axiologique du narrateur, sur lequel nous reviendrons.

173À titre de conclusion, nous proposons un autre exemple d’illustration de cette écriture :

  • 118  P.C.G., p. 31.

E a cabo de tiempo tremio aquella villa tan fieramientre, que los que y morauan cuydaron seer muertos, e por end ouieron la a dexar, e fueron buscar o poblassen. E andando assi radios por tierra de Siria, fallaron un grand estanc que duraua mucho en luengo y en ancho, e llamauanle los moradores de la tierra ell estanc de Siria, e moraron alli un poco de tiempo. E desi yendo buscando meior logar que aquel, llegaron se a la mar, e fallaron y un logar de que se pagaron mucho, e poblaron alli, e, e fizieron una cibdat ; e por que aquella marina era abondada de pescados de muchas naturas, e aquellas gentes llamauan al pez sidon pusieron nombre a aquella uilla Sidona. Andados cient e ochaenta e quatro annos que esta cibdat fuera poblada, leuantos un rey duna tierra que llamauan Escalona, e guerreolos tan fierament que no lo pudieron soffrir ; e con coyta del, ouieron se los mas dellos a meter se en nauios por la mar fasta que fallaron una ribera e un puerto muy bueno de que se pagaron. E por que uieron que auie y unas angosturas que eran grandes fortalezas pora poderse deffender daquellos que les quissiessen fazer, poblaron y una grnad cibdat ; y en el so lenguaje dellos llamauan all angostura tiron, e por esso pussieron nombre a aquella cibdat Tiro. Y esta cibdat fue poblada un anno antes que fuesse destroyda Troya la primera uez. E por que se poblaua muy bien y enriquecien mucho los omnes que morauan en ella, ouieron los grand enuidia sos uezinos, e sobre todo los de Persia, de guisa que ouieron a uenir a guerrear unos con otros ; e los persianos, com eran m uchos e abondados de todas cosas guerrearon a Tiro muy fuert por mar e por tierra. Y esta guerra duro luengo tiempo ; pero en cabo fueron uençudos los de Persia, ca de guisa sopieron los de Tiro sofrillos e defender se dellos, que por fuerça los ouieron a uencer e los echaron de toda su tierra, y ellos fincaron uencedores e onrados118.

  • 119  Voici quelques autres exemples de motivation psychologique des personnages dans l’Histoire : P.C.G (...)
  • 120  Voici quelques autres exemples de moralisation dans l’Histoire : P.C.G., p. 9 : « [Hercules] Quand (...)
  • 121  Pour d’autres exemples de dramatisation, nous renvoyons au récit du mariage de Liberia, chapitre 1 (...)

  
Motivation psychologique
119

  
Moralisation de l’écriture
120

(Axiologie)
   

  
Dramatisation de la narration
121

e guerreolos tan fierament que no lo pudieron soffrir ;
   

e con coyta del, ouieron se los mas dellos a meter se en nauios por la mar fasta que fallaron una ribera e un puerto muy bueno de que se pagaron. E por que uieron que auie y unas angosturas que eran grandes fortalezas pora poderse deffender daquellos que les quissiessen fazer, poblaron y una grand cibdat ;

pero en cabo fueron uençudos los de Persia, ca de guisa sopieron los de Tiro sofrillos e defender se dellos, que por fuerça los ouieron a uencer e los echaron de toda su tierra, y ellos fincaron uencedores e onrados

1. E desi yendo buscando meior logar que aquel, llegaron se a la mar, e fallaron y un logar de que se pagaron mucho, e poblaron alli, e, e fizieron una cibdat

   
(description)
   

e por que aquella marina era abondada de perscados de muchas naturas, e aquellas gentes llamauan al pez sidon pusieron nombre a aquella uilla Sidona.
   

2. Andados cient e ochaenta e quatro annos que esta cibdat fuera poblada, leuantos un rey duna tierra que llamauan Escalona, e guerreolos tan fierament que no lo pudieron soffrir
   

3. [ellos] fallaron una ribera e un puerto muy bueno de que se pagaron. E […] poblaron y una grand cibdat
   

4. ouieron los grand enuidia sos uezinos, e sobre todo los de Persia, de guisa que ouieron a uenir a guerrear unos con otros ; e los persianos, […] guerrearon a Tiro muy fuert por mar e por tierra. Y esta guerra duro luengo tiempo ; pero en cabo fueron uençudos los de Persia […]

   

174Nous tenons donc que la motivation psychologique des personnages, la moralisation de l’écriture, la dramatisation de l’action, constituent autant de traits saillants de l’écriture alphonsine dans l’Histoire. Même en admettant que ces traits fussent déjà disponibles, soit de façon latente, soit de façon explicite, dans les divers hypotextes de l’Histoire, il est clair qu’en les systématisant dans sa pratique d’écriture, Alphonse X se les est appropriés, et a « affiché » son adhésion à des formes d’écriture qu’il n’a pas eu d’autre choix que de réinventer, pour les adapter aux nouvelles exigences de son projet.

175En effet, la nécessité de transposer ces formes dans une langue qui commence juste à s’affronter à l’inscription de la « prose narrative » en castillan, suppose l’invention d’une écriture capable de « narrativiser » la poésie, de « déconstruire » les périodes latines pour les mouler dans la « phrase » castillane, de forger des particules aptes à exprimer dans leur ensemble et dans leur particularité, les liens logiques requis par les exigences nouvelles de moralisation du discours, qui, on l’aura compris, demandent à être explicitées.

176Ces nouveaux défis entraînent nécessairement l’émergence d’une nouvelle forme-auteur historiographique, repérable, soit au moyen des nouvelles fonctions qu’elle s’adjoint pour se construire (telle la fonction de régie explicite), soit au travers de la redéfinition des fonctions déjà existantes (comme par exemple la fonction idéologique).

177Il nous faut donc envisager maintenant, et à titre de synthèse sans doute provisoire, les modalités de construction de l’auteur historiographique dans l’Histoire d’Espagne.

Haut de page

Notes

1  A. BERNADET, « L’historicité de l’auteur… », p. 27.

2  La problématique de l’intention a fait couler beaucoup d’encre. Qu’on se souvienne de la célèbre controverse entre Raymond Picard et Roland Barthes à propos de l’étude intitulée Sur Racine que ce dernier publia en 1963. Raymond Picard attaqua Roland Barthes : R. PICARD, Nouvelle critique ou nouvelle imposture, Paris : Pauvert, 1965 ; Roland Barthes lui répondit dans : R. BARTHES, Critique et vérité, Paris : Seuil, 1966.

3  Il ne nous semble pas que nous faisons violence au texte médiéval quand nous le soumettons à ce type d’analyse car celle-ci prend appui, en fait, sur des données non liées à un contexte historique précis, et qui comme telle, concerne aussi l’homme médiéval.

4  Voir R. PICARD, Nouvelle critique….

5  Jacques LACAN, Psychanalyse et médecine, cité in M. SAFOUAN, « De la structure en psychanalyse, contribution à une théorie du manque », in Ducrot et Alii., Qu’est-ce que le structuralisme ?, Paris : Seuil, 1968, p. 252.

6  Louis ALTHUSSER, Positions (1964-1975), Paris : Éditions Sociales, 1976.

7  Michel PÊCHEUX, L’inquiétude du discours, textes choisis et présentés par Denise MALDIDIER, Paris : Éditions des Cendres, 1990.

8  J. AUTHIER-REVUZ, Ces mots qui ne vont pas de soi…, p. 89.

9  J. AUTHIER-REVUZ, Les mots qui…, p.175.

10  Ibid.

11  Ibid., p. 176.

12  Mikhaïl BAKHTINE, Esthétique de la création verbale, Paris : Gallimard, 1984, p. 331.

13  Ibid., p. 41.

14  Voir R. PICARD, « Nouvelle critique ou nouvelle… », p. 20.

15  Si l’expression « intentio operis » qui s’est substituée à la plus ancienne « intentio auctoris » a pu apparaître comme un simple sophisme, c’est qu’elle déplaçait de l’auteur vers le texte la problématique de l’intention, sans régler pour autant la question du sujet ou à tout le moins de l’agent (étant entendu qu’un texte ne saurait être mû par lui-même d’une intention). Il nous semble que l’expression « intenté du texte » à laquelle nous recourons, sans être pleinement satisfaisante, a au moins le mérite de mettre en évidence la non-coïncidence toujours possible entre le vouloir-dire du sujet-scripteur et la suite de mots qu’il a réalisée pour l’exprimer.

16  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 324 : « Lire, c’est bien (ou mal) choisir, et choisir, c’est laisser. Toute œuvre est plus ou moins amputée dès sa véritable naissance, c’est-à-dire dès sa première lecture ».

17  Dominique VASSE, Le poids du réel, sa souffrance, Paris : Seuil, 1983, p. 188.

18  R. BARTHES, « Sur la lecture », in : Bruissements de la langue, p. 47.

19  Ibid.

20  Ibid.

21  Ibid.

22  U. ECO, Lector…, p. 67: « Pour organiser sa stratégie textuelle, un auteur doit se référer à une série de compétences […] qui confèrent un contenu aux expressions qu’il emploie. Il doit assumer que l’ensemble des compétences auxquelles il se réfère est le même que celui auquel se réfère son lecteur. C’est pourquoi il prévoira un Lecteur Modèle capable […] d’agir interprétativement comme lui a agi générativement ».

23  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 7.

24  Ibid.

25  Pour H. G. GADAMER, Vérité et méthode, Paris : Seuil, 1976, p. 236 : « Sous la forme de l’écrit, tout ce qui est transmis est contemporain de tout présent. Il y a donc dans l’écriture une coexistence unique du passé et du présent ».

26  Martin HEIDEGGER, Être et temps (1964), E. MARTINEAU (trad.), Paris : Gallimard, 1986, p. 197 : « Le sens est ce sur quoi ouvre la projection structurée par les préalables d’acquis, de visée et en fonction de quoi quelque chose est susceptible d’être entendu comme quelque chose ».

27  A. COMPAGNON, Le démon…, p. 72.

28  C’est le cas par exemple des compilations historiques de Luc de Tuy, Rodrigue Jiménez de Rada et Alphonse X, toutes trois écrites dans les deux premiers tiers du XIIIe siècle.

29  G. MARTIN, Les juges de Castille…, Livre II « Idéologiques », p. 201-384.

30  U. ECO, Lector…, p. 105.

31  Vincent JOUVE, L’effet-personnage dans le roman, Paris : P.U.F., 1992, p. 19.

32  Ibid.

33  P. ZUMTHOR, Essai de poétique…, p. 72 : « En tant que produit par un individu, le texte est caractérisé par une incomplétude virtuelle ; sa survie et sa croissance ne sont pas seulement morales mais, si l’on peut dire, corporelles ».

34  Michel CHARLES, Introduction à l’étude des textes, Paris : Seuil, 1995, p. 361-367.

35  S. RABAU, L’intertextualité, p. 40. 

36  Ibid.

37  Il s’agit de l’intertextualité, la paratextualité, la métatextualité, l’architextualité et l’hypertextualité.

38  Par T, nous entendons l’ensemble des textes-sources pris dans leur globalité ainsi que l’ensemble des énoncés qui leur sont constitutifs.

39  Par T’, nous entendrons l’ensemble des énoncés de T’, parmi lesquels ceux qui sont repris dans leur littéralité à T.

40  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 305 : « C’est l’hypertexte hypotextifié, et l’épopée d’origine lue, à l’envers ».

41  Nous analyserons cette texture de façon beaucoup plus détaillée dans le deuxième chapitre de cette seconde partie.

42  Ce terme, qui ne nous satisfait qu’à moitié, est de nous.

43  M. ZIMMERMANN, Auctor et auctoritas…, p. 11.

44  Josette REY-DEBOVE, Le métalangage (1978), Paris : Armand Colin, 1997, p. 214.

45  Ibid., p. 208-209.

46  Nous paraphrasons peu ou prou ce passage de M. ZIMMERMANN, Auctor et auctoritas…, p. 10 : « Qui dit « je » dans le texte ? » –La formulation rejoint certaines recherches sur la créativité littéraire mais elle s’étend, au Moyen Âge, à l’ensemble des activités d’écriture et s’avère particulièrement fondée dans le domaine de la diplomatique, de l’épigraphie ou du dictamen, où l’on serait tenté d’affirmer que « je » est un autre. Celui qui prête sa plume entend bien ne pas être oublié, tel Gerbert écrivant « ex persona Hugonis » ».

47  Nous verrons, dans le chapitre qui suit, que cette transtextualité sera surtout à appréhender comme hypertextualité.

48  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 19.

49  Ibid.

50  G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 129.

51  Ibid.

52  Oswald DUCROT, Le dire et le dit, Paris : Minuit, 1984, p. 194.

53  Voir sur ce point U. ECO, Lector…, p. 77.

54  G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 131.

55  On peut citer cet autre passage de G. MARTIN, ibid., p. 130 : « […] le roi se réservait d’arrêter l’état de rédaction qui lui paraissait satisfaisant et peut-être même –à la manière de ce que déclare, dans le domaine juridique, le prologue du Miroir du droit– de constituer cette version, comme il était d’usage à l’université, en exemplar : en modèle de référence et de copie ».

56  I. FERNÁNDEZ-ORDÓÑEZ, Las Estorias…, p. 211-213.

57  P.C.G, p. 9.

58  Ibid., p. 20.

59  G. MARTIN, « Le pouvoir historiographique… », p. 129.

60  M. ZIMMERMANN, « Ouverture », Auctor et auctoritas…, p. 8.

61  Cité par H. LAUSBERG, Manual de retórica…, t. 2, p. 9.

62  María Rosa LIDA De MALKIEL, « La General estoria : notas literarias y filológicas », Romance Philology, 12 (2), nov. 1958, p. 122.

63  Olga TUDÓRICA IMPEY, « Un dechado de la prosa litraria alfonsí … », n. 22, p. 8.La solidarité existant entre ces deux formes de récit a été étudiée par Paul RICŒUR, Temps et récit. La configuration dans le récit de fiction, 2 t., Paris : Seuil, 1991, 1.

64  Voir à ce propos, Edmond FARAL, Les arts poétiques du XIIe et XIII e siècle : Recherches et documents sur la technique littéraire du Moyen Âge, Paris : Honoré Champion, 1924.

65  Tzvetan TODORO, Poétique de la prose, Paris/ Seuil, 1971, p. 250.

66  P. ZUMTHOR, Langue, texte…, p. 111-112.

67  Dans la tradition africaine de la légende, Didon se donne la mort pour échapper au mariage avec le roi gétule Iarbas tandis que dans la tradition virgilienne qui ressortit au chant IV de l’Enéide, Didon, abandonnée par Enée qu’elle aime éperdument, se tue de désespoir. Il n’est donc guère surprenant que le suicide de la Didon africaine ait été appréhendé comme un drame de la fidélité et de l’honneur, en raison notamment de l’autorité du modèle de « l’univira » (la femme qui n’a connu qu’un mari) développé par Tertullien dans sa lettre 123, intitulée De monogamia. Jean-Michel POINSOTTE, « L’image de Didon dans l’Antiquité tardive », in : Énée et Didon. Naissance, fonctionnement et survie d’un mythe, René MARTIN (éd.), Paris : Éditions du CNRS, 1990, p. 43-55, note ainsi : « C’est parce qu’elle fut une ‘regina pudica’ que Minucius Félix met Didon au rang des fondateurs de cités dignes d’être vénérées et de laisser un exemple à la postérité. L’historien espagnol Orose ne mentionne pas la conduite héroïque de la « dernière reine de Carthage » — l’épouse d’Asdrubal — sans évoquer ce que fit la première. Mais c’est en Tertullien que la vertu de Didon a trouvé son incontestable champion […] Elle y est associée à d’autres grandes figures de l’héroïsme antique […] Tertullien n’omet pas de retracer brièvement [s]a destinée exemplaire, et il prend grand soin de préciser la raison du suicide […] : elle ‘échappe par le bûcher à un second mariage’, rogo secundum matrimonium evadit, elle se tua ‘pour n’être pas contrainte de se marier’ ».

68  Voir Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa…, p. 796-816.

69  Ibid., p. 796.

70  Ibid., p. 799 : « Una arquitectura narrativa […] [que] requiere de la acumulación de todas las fuentes posibles que los « auctores » medievales pudieran allegar ; la antigüedad clásica fija sus imágenes en obras tan consultadas como las Metamorfosis o las Heroidas ; Virgilio aporta interpretaciones y secuelas argumentales ; a Estacio le cabe la primera configuración historiográfica del asunto ».

71  Ibid., p. 797.

72  Olga Tudorica IMPEY, « Ovid, Alfonso X, and Juan Rodríguez del Padrón : two Castilian translations of the Heroides and the beginning of Spanish sentimental prose », BHS, 52, 1980, p. 284 : « For Alfonso, Ovide was the admirable ‘auctor’ who wrote in accordance with the precept of ‘prodesse et delectare’, who spread knowledge and beauty by ‘his palabras de verdad’ and ‘rezones de solaz’. […] The Heroides was not only a literary model worthy of translation but also an invitation towards re-elaboration, towards creative recasting ».

73  Le texte des Métamorphoses fut traduit et adapté par Alphonse X sous le titre de El libro mayor.

74  Le texte des Héroïdes fut traduit et adapté par Alphonse X sous le titre de El libro de las dueñas.

75  M. R. LIDA De MALKIEL, « La General estoria : notas literarias… », p. 113 : « De los autores profanos […] Ovidio es, según queda dicho, el más importante. […] Es sintomático que en la Primera crónica general, I, 38a y sigs, la biografía poética de Dido arranque de las Heroidas, VII, y no de la Eneida, y que en la General estoria, II, 320a y sigs, el mito de Orfeo arranque de las Metamorfosis, X, 1 y sigs, y no de las Geórgicas, IV, 454 y sigs. En este fervor ovidiano entran por igual razones estéticas […] y razones intelectuales ».

76  Voir O. Tudorica IMPEY, « Ovid, Alfonso X, and Juan Rodríguez del Padrón… », p. 283-297.

77  Reprenant une phrase de Philippe SOLERS, Gérard GENETTE, Figures II, Paris : Seuil, 1969, p. 18, écrit : « le texte, c’est cet anneau de Möbius où la face interne et la face externe, face signifiante et face signifiée, face d’écriture et face de lecture, tournent et s’échangent sans trêve, où l’écriture ne cesse de se lire et où la lecture ne cesse de s’écrire et de s’inscrire ».

78  M. R. LIDA De MALKIEL, « La General estoria : notas… », p. 115 : « Frente al conocimiento de Ovidio [cf.n.202], el de los demás poetas antiguos, salvo Lucano, es muy exiguo. Las menciones de Virgilio […], si algo prueban es que Alfonso no le conocía, pues todas se remontan al comentario de Servio, salvo la penúltima que pertenece al trozo de Plinio […] ».

79  R. MENÉNDEZ PIDAL, Poesía juglaresca y juglares, Madrid : Espasa-Calpe, 1969, p. 92.

80  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 11 : « Le troisième type de transcendance textuelle que je nomme métatextualité, est la relation, on dit plus couramment de « commentaire », qui unit un texte à un autre texte dont il parle, sans nécessairement le citer (le convoquer), voire à la limite sans le nommer : c’est ainsi que Hegel, dans la Phénoménologie de l’esprit, évoque, allusivement et comme silencieusement, le neveu de Rameau ».

81  Ce discours critique peut être lui-même possiblement nourri des réflexions critiques des textes relevant de la tradition anti-Énée.

82  OVIDE, « Héroïde VII », in : Héroïdes, H. BORNECQUE (éd.), M. PREVOST (trad.), Paris : Belles Lettres, 1991, p. 43 : « Nulla mora est, uenio, uenio tibi dedita coniunx ; /Sum tamen admissi tarda pudore mei./ Da ueniam culpae ; decepit idoneus auctor ; /Inuidiam noxae detrahit ille meae”.

83  VIRGILE, L’Énéide, Jacques PERRET (éd. et trad.),Paris: Belles Lettres, 1981, p. 116 : « Ille dies primus leti primusque malorum/causa fuit ; neque enim specie famaue mouetur/ nec iam furtiuom Dido meditatur amorem:/coniugium uocat, hoc praetexit nomine culpam ».

84  R. JIMÉNEZ De RADA, Historia romanorum, p. 40 : « et mirata Ascaniii pulcritudinem in concupiscenciam Enne exarsit, quem uiderat in armorum decore preclarum ».

85  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 291 : « La transformation sérieuse, ou transposition, est sans nul doute la plus importante de toutes les pratiques hypertextuelles, ne serait-ce […] que par l’importance historique et l’accomplissement esthétique de certaines œuvres qui y ressortissent. Elle l’est aussi par l’amplitude et la variété des procédés qui y concourent ». Ce critique est alors amené à distinguer (p. 293) : « deux catégories fondamentales : les transpositions en principe (et en intention) purement formelles, et qui ne touchent au sens que par accident […], et les transpositions ouvertement et délibérément thématiques, où la transformation du sens fait manifestement, voire officiellement, partie du propos ». Il est clair, s’agissant de notre corpus, que l’aspect ouvert et délibéré est à proscrire.

86  P.C.G., p. 38.

87  Ibid.

88  Ibid.

89  Ibid.

90  Ibid.

91  Ibid., p. 395.

92  P.C.G., p. 38. Ce passage peut être tenu pour une « amplification » (ou « expansion diégiétique ») de celui de Rodrigue de Tolède : « Cuius aduentum cum Dido nouisset, egressa obuiam datis muneribus honarauit ».

93  M. R. LIDA De MALKIEL, « La General estoria… », p. 124 : « En contraste con el arte de Virgilio y Horacio como mitógrafos […], el arte de Ovidio es un realismo nacionalista que reduce dioses y semidioses a muy humanas proporciones, pinta su vida material con gran cúmulo de circunstancias concretas […] ».

94  Ibid. : « Precisamente por la primacía absoluta del didactismo, Alfonso no tiene a menos quebrar la ilación de un relato ovidiano con prosaicos excursos, que a su vez pueden dilatarse con nuevos excursos ».

95  Voir chapitre 3 de cette seconde partie, section « La fonction critique d’autorité ».

96  P.C.G., p. 38.

97  Ibid. Le segment textuel correspondant dans le récit de Rodrigue est le suivant : « et mirata Ascanii pulchritudinem in concupiscenciam Enne exarsit, quem uiderat in armorum decore preclarum ». On note chez Rodrigue un effort d’explication logique qui ne s’appuie pas sur l’évocation d’une vie intérieure mais sur des verbes d’extériorité tels que « regarder » et « voir », qui renvoient plutôt à un point de vue externe.

98  On peut aussi citer ce passage du récit alphonsin : « Eneas, que escapara del destroymiento de Troya, traye consigo a so padre Anchises e un so fijo que dizien Ascanio ; e queriesse yr pora Ytalia… ».

99  M. R. LIDA De MALKIEL, « La general estoria… », p. 124 : « […] el arte de Ovidio […] prodiga las motivaciones psicológicas de su conducta, –apunta la moral de los lances y dramatiza el relato con elocuentes insertos de discurso directo ».

100  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 378. Par « développement diégétique », il faut entendre « l’expansion : dilatation des détails, descriptions, multiplication des épisodes et des personnages d’accompagnement, dramatisation maximale d’une aventure elle-même peu dramatique ».

101  P.C.G., p. 38 : « E quando fue en la noche, / echos a dormir/, e ante ques adormeciesse,/ començo a cuydar en su fazienda/ e de cuemo podrie yr a ytalia ».

102  Ibid.

103  Ibid.

104  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 442.

105  Ibid., p. 293.

106  M. R. LIDA De MALKIEL, « La General estoria… », p. 124.

107  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 443.

108  Ibid., p. 431.

109  Le récit de Rodrigue de Tolède insiste bien plus sur le naufrage :« Throya destructa Eneas filius Veneris et Anchise… ».

110  « Estando la reyna Dido en Carthago muy poderosa e much onrrada […] ».

111  « e prometieron se un a otro ques tomassen por marid e por mugier ; e sobresso fizieronse grandes yuras segund el uso de los gentiles, e casaron luego, e fueron las bodas muy nobles e muy ricas.

112  Olga Tudorica IMPEY, « Un dechado de la prosa literaria alfonsí …», p. 5 : « La adaptación de la historia amorosa de Dido es sin duda una manifestación de aquella « actividad artística nada desdeñable, que rebasa con mucho la mera traducción », atribuida por María Rosa Lida de Malkiel a Alfonso con respecto a ciertos pasajes de la General estoria, traducidos de las Metamorfosis ».

113  M. STANESCO, « À l’origine du roman : le principe esthétique de la nouveauté comme tournant du discours littéraire », Styles et Valeurs. Pour une histoire de l’art littéraire au Moyen Age, Paris : Sedes, 1990, p. 151.

114  L. MATHEY-MAILLE, « Traduction et création : de l’Historia Regum Britaniae de Geoffroy de Monmouth au Roman de Brut de Wace », in : Écriture et mode de pensée…, p. 190.

115  Pour L. MATHEY-MAILLE, ibid., p. 191 : « Ce besoin d’enrichir le personnage favorise la naissance de l’écriture romanesque, le roman étant par excellence, selon la critique classique, le lieu où vivent et s’affirment des individualités ».

116  Claude BURIDANT, Les problèmes de la traduction du latin en français à partir de l’histoire de France en français de Philippe Auguste, Lille : Ateliers de reproduction de l’Université de Lille, 1985, p. 2 : « la liberté par rapport au texte est facilement admise pour le gloser, accentuer son impact moral ou l’embellir, des préoccupations paragogiques des développements moraux, des préoccupations esthétiques, des enjolivements rhétoriques aidant à appuyer la leçon ».

117  Il n’est pas étonnant que Olga TUDÓRICA IMPEY, « Un dechado de la prosa literaria alfonsí … », p. 5, écrive : « En la sequedad de los asuntos históricos el relato amorose de Dido abre una pequeña grieta poética, un mínimo oasis en el cual Alfonso se detiene con delectación ».

118  P.C.G., p. 31.

119  Voici quelques autres exemples de motivation psychologique des personnages dans l’Histoire : P.C.G, p. 8 : [Hercules] « Este Hercules, desque passo dAffrica a Espanna, arribo a una ysla o entra el mar Mediterraneo en el mar Oceano ; e por quel semeio que aquel logar era muy uicioso y estaua en el comienço doccident, fizo y una torre muy grand e en somo una ymagen de cobre bien fecha […] » ; P.C.G., p. 57 : « [Julio Cesar] E Julio Cesar ueyendo el recebimiento que fazien a Ponpeyo, et cuemo yva a el et a los otros romanos much adelante en el poder del consulado, ouo end grand envidia, et pesol muy de coraçon. Et andaua ya discordia et mal querencia entrellos, pero encubierta aun ; P.C.G., p. 71 :[Petreo] Pues que uio Petreo que Julio cesar tan a coraçon auie el fecho et tan acucioso andaua en ello et que tan bien se le guisaua todo, dubdo et ouo miedo que por uentura no podrie con el por las grandes compannas quel ueye y tener ; e asmo que serie meior de llegar mayor poder, et desi uenir a el ».

120  Voici quelques autres exemples de moralisation dans l’Histoire : P.C.G., p. 9 : « [Hercules] Quando esto oyo Hercules, plogol mucho e fuesse pora alla ; ca maguer era ell del linage de los gigantes e muy fuerte, no era por eso omne cruo ni de mala sennoria, ante era piadoso a los buenos e muy brauo e fuerte a los malos. P.C.G., p. 11 : « [Espan] E por que elle era omne que amaua iusticia e derecho e fazie bien a los omnes, amauan le todos tantos, que assi cuemo Hercules se apoderaua de la tierra por fuerça, assi este se apoderaua della por amor ».P.C.G., p. 73 : « [Petreo y Julio Cesar] E en contando de las batallas por o passaran, refrescose les ell amor daquella batalla a que eran alli ayuntados, et dexando las otras razones, tornaron a auiuarla […] Demas muy grieue cosa es dexar el omne lo que mucho a tomado en costumbre, com ellos auien de lidiar entre si ; et tan affechos eran a ello que se non pudieron ende partir ».

121  Pour d’autres exemples de dramatisation, nous renvoyons au récit du mariage de Liberia, chapitre 10, ainsi qu’à celui de la révolte des esclaves de Tyr, chapitre 50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Alphonse X et la construction de la fonction-compilateur comme fonction-auteur », in Un roi en quête d’auteurité, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 2), 2011, [En ligne], Mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/277

Haut de page