Navigation – Plan du site

Livre de Bon Amour

Nouvelle traduction du Libro de buen amor
de Monique De Lope-Rivière, France Autesserre, Amal El Ganaoui et Michel Jonin

Le Livre de bon amour raconte et chante, prie et plaisante, tout au long de plus de 1600 strophes, la plupart écrite en une adaptation du « métier de clergie » (les vers ont de 14 à 16 syllabes), les autres selon des formes lyriques inspirées de diverses traditions. Plus contemporaine de Pétrarque que de Dante, son écriture est portée par le désir spirituel du salut et par la joie carnavalesque d’un érotisme parfois cru, parfois voilé. Il puise aux sources de la tradition scolastique, mais ne dédaigne pas une veine plus paillarde. Un archiprêtre y est mis en scène, qui est également le narrateur d’aventures galantes moins biographiques que destinées à illustrer la casuistique amoureuse de façon vivante, joyeuse et légère. La mort, cependant, est plusieurs fois au rendez-vous et fait l’objet d’une méditation pleine d’émotion. Au Moyen Âge, la vie n’est pas loin de la mort et vice-versa. De là, la ronde dans laquelle le Livre entraîne son lecteur, d’aventure en aventure, de méditation en méditation.
Il s’encadre mystiquement de « Joies de Marie », deux au début, deux à la fin, où s’arrête cette traduction. Entre ces prières musicales se déploie la ronde du temps, de mai à février et de février à mai, en un éternel retour du printemps si propice à l’amour. Pas de solution de continuité entre les expressions de l’amour divin et celles de l’amour charnel, quasiment bestial lors des rencontres de montagnardes. L’amour est un, à chacun de savoir à quel niveau le prendre, pour gagner le paradis. Ce n’est pas le Livre qui le commandera ; conscient de la relativité des points de vue, il remet au lecteur subtil la responsabilité du sens à trouver dans l’écriture et celle de ses choix.
A-t-il été écrit en prison, comme le déclare au XVe siècle le copiste du manuscrit deSalamanque, l’un des trois principaux où est conservé ce chef d’œuvre médiéval ? En tout cas, il ne l’a pas été d’une seule traite (1330-1343), même s’il forme un tout plus cohérent que la diversité des motifs abordés ne le laisse croire au premier abord.  L’identité précise de son auteur reste un mystère. Les archives de Hita ont disparu, pour la période où le dit Juan Ruiz aurait pu en être l’Archiprêtre. Plusieurs personnages, sortis d’autres documents, pourraient être ce Juan Ruiz qui fait rimer son nom avec « raiz », racine, en un projet poétique de fondation et avec un clin d’œil, peut-être, sur une érotique identité, bien propre à un homme « né sous le signe de Vénus ».

Publié avec le concours de l’Université Paris-Sorbonne (École doctorale IV et CLEA, EA 4083).

Couverture : Codex Maresse (Kleine Heidelberger Liederhandschrift), fin du XIIIe siècle.
Crédits : Bibliothèque d’Heidelberg.

Informations

Collection :
Travaux en cours
Éditeur :
SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083)
Date de parution papier :
mai 2011
Mis en ligne en :
mai 2011
Lieu d’édition :
Paris
Année de parution :
2011

À propos des auteurs

  • Monique De Lope-Rivière est Professeur émérite à l’Université de Provence, où elle a dirigé un des Ateliers de son laboratoire de recherche (EA 854) sur les discours et pratiques littéraires et sociaux. Elle a coordonné l’édition de trois numéros de la revue Cahiers d’Etudes Romanes, dont elle était co-directrice,publiée par le Centre Aixois d’Études Romanes.
    Spécialiste de littérature espagnole médiévale, elle a fait paraître sa thèse Traditions populaires et textualité dans le Libro de buen amor aux éditions du C.E.R.S. à Montpellier en 1983. Elle est aussi l’auteur de deux numéros de Co-Textes, collection monographique du Centre d’Études et de Recherches Sociocritiques, Le savoir et ses représentations – Théâtre de Juan del Encina et Littérature et institutions dans le moyen âge espagnol, ainsi que d’une quarantaine d’articles sur la littérature médiévale, moderne et contemporaine.  Son approche de la textualité lui a permis de porter un regard novateur sur de grands textes comme les Églogues de Garcilaso de la Vega, les Solitudes de Gongora et sur l’écriture narrative et poétique contemporaine (Juan Benet, Ignacio Aldecoa, Carlos Barral).   Monique De Lope-Rivière es catedrática  de la Universidad de Provenza, en la que dirigió un Taller de su laboratorio (EA 854) sobre discursos y prácticas literarias y sociales. Editó  tres números de la revista  científica Cahiers d’Études Romanes publicada por el Centre Aixois d’Études Romanes, de la que fue co-directora.

    Especialista de literatura española medieval, salió su tesis doctoral Traditions populaires et textualité dans le Libro de buen amor en las ediciones del C.E.R.S. (Montpellier) en 1983. Es autor de dos números de Co-Textes, colección monográfica del Centre d’Études et de Recherches Sociocritiques, Le savoir et ses représentations – Théâtre de Juan del Encina et Littérature et institutions dans le moyen âge espagnol. Publicó unos cuarenta artículos sobre literatura española medieval, moderna y contemporánea, y su trabajo sobre la textualidad le permitió aportes novedosos sobre grandes textos como las Églogas de Garcilaso de la Vega, las Soledades de Góngora, o sobre la narrativa y poesia contemporáneas (Juan Benet, Ignacio Aldecoa, Carlos Barral).
  • Actuellement retraitée de l’Enseignement Supérieur, France Autesserre a enseigné l’espagnol, langue de communication et langue de spécialité juridique, à la Faculté de Droit et de Science Politique de l’Université Paul Cézanne, à tous les niveaux, depuis la licence jusqu’aux concours administratifs.
    Elle a pris part à la vie scientifique de son université en traduisant les communications de professeurs hispanophones invités aux divers colloques. Certaines de ses traductions ont été publiées dans la Revue de  la recherche Juridique et par les Presses Universitaires d’Aix-Marseille.
    Rattachée à l’Université de Provence pour ses recherches portant sur l’œuvre poétique de Juan de Mena, elle a participé à des ouvrages collectifs publiés aux éditions Du Temps et a soutenu, sous la direction du professeur Monique De Lope, une thèse de Doctorat intitulée La rhétorique du labyrinthe dans le Laberinto de Fortunade Juan de Mena.
    Membre du groupe de recherches « Pratiques d’écriture » du Centre Aixois d’Etudes Romanes, elle a publié dans la revue de ce centre un article consacré à la réécriture, en castillan, par Juan de Mena d’un texte-source, en latin, le De Imagine Mundi. Elle poursuit sa réflexion sur les représentations du monde dans la littérature médiévale espagnole.

    Actualmente jubilada de la Enseñanza Superior, France Autesserre impartió clases de español, lengua de comunicación y lengua jurídica, en la Facultad de Derecho y Ciencia Política de la Universidad Paul Cézanne, en todos los niveles docentes.
    Participó en la vida científica de su universidad traduciendo las comunicaciones de profesores hispanohablantes invitados a los coloquios. Algunas de sus traducciones se publicaron en la Revue de la recherche Juridique y en las  Prensas Universitarias de Aix-Marsella I.
    Integrada en la Universidad de Provenza por sus investigaciones sobre la obra poética de Juan de Mena, participó en trabajos colectivos publicados por las ediciones « Du Temps » y presentó, bajo la dirección de la profesora Monique De Lope, una tesis de Doctorado titulada La rhétorique du labyrinthe dans le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena.
    Miembro del grupo de investigaciones « Prácticas de escritura » del « Centre Aixois d’Etudes Romanes », publicó en la revista de este centro un artículo dedicado a la reescritura, en castellano, por Juan de Mena, del texto fuente, en latín, el De Imagine Mundi. Sigue trabajando sobre las representaciones del mundo en la literatura medieval española.
  • Actuellement chargée d’enseignement à l’Université Lille 3 Charles-de-Gaulle et à l’Institut Catholique de Paris, Amal El Ganaoui enseigne l’espagnol dans les différentes composantes des UFR de Langue de ces établissements (LLCE espagnol et LEA), depuis la première année de la Licence jusqu’aux Master et concours d’enseignement.
    D'abord auteur d'un mémoire de DEA sur les inscriptions textuelles de la Trinité dans le Libro de buen amor, elle est rattachée au groupe de recherches « Pratiques d’écriture » du Centre Aixois d’Etudes Romanes de l’Université de Provence Aix-Marseille I, où elle a soutenu en 2006, sous la direction du professeur Monique De Lope, une thèse de Doctorat intitulée Prière et Textualité dans les Œuvres Hagiographiques et Mariales de Gonzalo de Berceo.
    Elle poursuit ses travaux de recherche sur le Moyen Age espagnol notamment en collaboration avec le Centre d’Etudes Médiévales de l’Université de Bucarest.

    En la actualidad, Amal El Ganaoui imparte clases en la Universidad de Lille 3 y en el Instituto Católico de Paris, desde la licenciatura hasta los Masters y oposiciones para la enseñanza. Preparó una tesis de DEA sobre las inscripciones textuales de la Trinidad en el Libro de Buen Amor, antes de llevar a cabo sus investigaciones para la tesis de Doctorado en el marco del Centre Aixois d'Études Romanes y bajo la dirección de Monique de Lope, catedrática de la Universidad de Provenza. Defendió su tesis sobre Prière et Textualité dans les Œuvres Hagiographiques et Mariales de Gonzalo de Berceo en 2006.
    Prosigue sus investigaciones científicas sobre la edad media española colaborando, en particular, con el Centro de Estudios Medievales de la Universidad de Bucarest.
  • Michel Jonin est Maître de Conférences  à l'Université de Provence. Spécialiste du Moyen Age espagnol, ses travaux, centrés sur le discours, en proposent une approche relevant de l'anthropologie historique. Il a soutenu en 1998 une thèse portant sur la question des judéo-convers au Moyen Age intitulée Entre désir et rejet. Discours chrétiens sur les conversos dans l'Espagne du XVe siècle.  Il travaille actuellement sur la conflictualité dans l'Espagne des trois religions et tout particulièrement sur l'antijudaïsme médiéval et ses prolongements à l'Epoque Moderne.

    Michel Jonin es Maître de Conférences  en  la Universidad de Provenza. Especialista del medievo español, sus trabajos, centrados en el discurso, giran en torno a cuestiones de antropología histórica. Su tesis doctoral, defendida en 1998,  se titula Entre désir et rejet. Discours chrétiens sur les conversos dans l'Espagne du XVe siècle. Trabaja actualmente sobre la conflictividad en la España de las tres religiones y principalmente sobre el antijudaísmo medieval y sus prolongamientos en la Epoca Moderna.