Navigation – Plan du site
Livre de Bon Amour - France Autesserre, Monique De Lope-Rivière, Amal El Ganaoui et Michel Jonin

Introduction

Texte intégral

De todos los estrumentes yo libro so pariente
Bien o mal, cual puntares tal diré çertamente.
s.70 ab (Ms G)

De tous les instruments, moi, livre, suis parent.
Bien ou mal, selon que tu joueras, je dirai sûrement.

1Une nouvelle traduction du Libro de buen amor se propose au lecteur : écrite à quatre voix à l’unisson, elle fait entendre en français ce beau texte castillan du XIVe siècle. Texte polyphonique, porteur de plusieurs discours, bâti sur différentes traditions médiévales, le Livre de bon amour est traversé par un seul souffle, celui de l’amour, à la fois unique et si divers qu’il peut en être contradictoire. Sans pour autant faire de confusion ! Le sage s’y retrouve, le fol risque de s’y perdre : se retenant de juger, le Livre offre assez de pistes à qui sait le décrypter pour mener (peut-être pas si droit que ça) au Paradis. En un siècle que Malraux voulait à nouveau spirituel, la question de l’âme ne se pose cependant plus comme au temps de l’Archiprêtre de Hita, auteur présumé du long poème. Mais on ne s’y ennuiera pas : grâce à l’agilité de l’écriture et à sa subtilité –vertu intellectuelle toujours estimable– que la traduction tente de rendre, le lecteur contemporain compatira aux vrais soucis de l’homme médiéval et s’amusera de ses pirouettes.

2Le texte du Buen Amor est avant tout musical, et la musique est avant tout le rythme : c’est celui-ci qui est privilégié ; et comme il fallait un mètre qui sonne à l’oreille française, l’alexandrin de douze pieds traduit le vers de quatorze syllabes du métier de clergie (si souvent irrégulier dans le Libro, passant de 13 à 15 ou parfois 16 pieds !). La lecture médiévale, à haute voix la plupart du temps, ou même la déclamation dont des parties de ce grand texte pouvaient faire l’objet, ne sauraient se passer de la rime, relais de la mémoire. Sans forcer le texte, les traducteurs ont travaillé à la respecter. Juan Ruiz ne se flatte-t-il pas, dans le prologue en prose, d’avoir « composé pour donner à certains une leçon et une démonstration de l’art du mètre, des rimes et de la musique » ?

3La langue qui se déploie dans les 1649 strophes de l’ensemble textuel retenu n’est pas trop archaïsante, hormis les contraintes des formes poétiques et de la tradition littéraire. Mots et tournures en ont cependant traversé de nombreux siècles, tout recours à des expressions ou à des termes récents (XVIIIe-XXIe siècles) ayant été exclus.

4Une traduction est une lecture. Point ne faut qu’elle soit trop personnelle, si elle prétend à un statut scientifique. Même si l’un des traducteurs publie depuis plus de trente ans les résultats de ses recherches sur ce grand texte, quatre lectures se conjuguent pour un morceau à huit mains. Le texte français privilégie cependant les apports de cette recherche universitaire : des notes bibliographiques en soutiendront les « nouveautés » dans cette édition du texte en français. Les publications récentes de différents chercheurs y trouvent aussi un écho.

5Les rubriques ou sous-titres qui ponctuent toutes les éditions précédentes ont vraisemblablement été introduites par le copiste du manuscrit de Salamanque (XVe siècle) ; elles témoignent d’une lecture encore médiévale de l’œuvre mais n’en respectent pas toujours précisément la logique. Dans cette traduction, on les trouvera minimisées, afin que la lecture des strophes puisse, si on le souhaite, se dérouler sans coupure, comme dans les manuscrits du XIVe siècle (Gayoso et Toledo).

6Sans se priver du soutien de l’édition synoptique de M. Criado de Val et d’E.W. Naylor, les auteurs de la traduction ont suivi (sauf lorsqu’ils l’estimaient impossible et pour ce qui est de la ponctuation) l’édition de G.B. Gybbon-Monypenny de 1988. Ils avaient sous la main l’édition fac-similé du manuscrit de Salamanque et bien d’autres éditions du Libro de buen amor. Enfin, ils rendent hommage aux traducteurs qui les ont précédés en 1995, sous la coordination de Michel Garcia, aux éditions Stock.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

France Autesserre, Monique De Lope-Rivière, Amal El Ganaoui et Michel Jonin, « Introduction », in Livre de Bon Amour, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 6), 2015, [En ligne], Mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/300

Haut de page