Navigation – Plan du site
Livre de Bon Amour - France Autesserre, Monique De Lope-Rivière, Amal El Ganaoui et Michel Jonin

Avertissement

Dans le manuscrit de Salamanque, l’entrée du Livre de Bon Amour est gardée par un crucifix dont l’image se profile dans l’inscription Iesus Nazarenus Rex Iudeorum, « Jésus de Nazareth, Roi des Juifs », portée sur l’écriteau que les Romains clouèrent par dérision sur la Croix. Sous cet insigne, le lecteur devra passer par deux portes étroites : une prière de délivrance et un sermon. Il aurait tort de passer trop vite. Dans la première, l’archiprêtre se désigne pour la première fois et supplie Dieu de le tirer de prison : prison du corps (aux accents biographiques), prison de l’âme ? Dans le second, comme en réponse, la voix de Dieu annonce son secours : « Intellectum tibi dabo et instruam te in via hac qua gradieris ; firmabo super te occulos meos », c’est-à-dire : « Je te donnerai l’entendement et je t’instruirai dans la voie où tu avanceras ; je garderai les yeux posés sur toi ».

Lecture aride que celle de ce prologue, mais on y découvre que l’amour de soi et l’amour de Dieu sont salvateurs, tandis que Dante, quelques années auparavant, invitait son lecteur à le suivre dans un voyage où il convenait d’abandonner toute espérance : « lasciate ogni speranza, voi qu’entrate ». Le livre de l’Archiprêtre, lui, reprend à son compte la promesse divine de donner à chaque femme et à chaque homme l’intelligence, le discernement, qui le mèneront au salut.

Celui ou celle qui a franchi le pas fait un dernier signe de croix (« Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ») et débouche sur le parterre ouvert d’un public à qui le conteur promet beaucoup de joie : « Si vous voulez, mes sires, ouïr bon divertissement / Écoutez ce roman… ». Joie exquise du plaisir poétique, Gaya Scienzia, « Gai savoir » des troubadours, qui trouve à Toulouse ses théoriciens en cette première moitié du XIVe siècle ; joies mystiques de Marie, exaltée en sa maternité divine ; joie du rire salvateur qui évite le péché de tristesse, joie de la gaudriole … dans ce livre qui prétend « réjouir les corps et édifier les âmes » !

Le conteur requiert des lecteurs attention et subtilité : le bon amour est à votre portée !