Navigation – Plan du site
Livre de Bon Amour - France Autesserre, Monique De Lope-Rivière, Amal El Ganaoui et Michel Jonin

Strophes 1-1649

Plan

Haut de page

Texte intégral

[Prière que l’archiprêtre fit à Dieu quand il commena son livre]1
  • 1 Prière initiale, à valeur initiatique du fait qu’elle se modèle sur celles du Pseudo-Cyprien ; priè (...)

Jesus Nazarenus Rex Judeorum

1Seigneur Dieu, qui les Juifs, peuple de perdition,
Tiras de leur captivité, du joug de Pharaon,
Daniel tu tiras du puits de Babylone,
Tire-moi, en ma peine, de cette male prison.

2Seigneur, tu donnas ta grâce à la reine Esther,
Devant le roi Assuérus, elle eut ta grâce insigne ;
Seigneur, donne-moi bientôt grâce et merci
Tire-moi de cette prison, de cette misère.

3Seigneur, toi qui as tiré le prophète du lac,
Du pouvoir des Gentils tu délivras Saint Jacques,
Sainte Marine tu tiras du ventre du dragon,
Libère-moi, mon Dieu, de cette basse prison.

4Seigneur, toi qui délivras Sainte Suzanne
Du faux témoignage d’un perfide entourage,
Délivre-moi, mon Dieu, de si grande misère ;
Aie de moi merci, éloigne ta colère.

5Jonas le Prophète, du ventre de la baleine
Où il demeura trois jours, au fond de la mer pleine,
Tu tiras sans dommage, comme de maison saine.
Messie, sauve-moi, sans coulpe et sans peine.

6Seigneur, les trois enfants de la mort tu délivras,
De la fournaise au grand feu, sans la moindre lésion…
Des ondes de la mer Saint Pierre tu sauvas.
Seigneur, de cette misère tire ton archiprêtre.

7Toi encore qui dis à tes serviteurs
Qu’avec eux tu serais, parlant devant les rois,
Et leur insufflerais les meilleures paroles,
Seigneur, sois avec moi et garde-moi des traîtres.

8Le nom en prophétie fut grand, Emmanuel,
Fils de Dieu le très haut, le sauveur d’Israël ;
Par sa salutation l’archange Gabriel
T’en donna l’assurance et tu en fus assurée.

9Par cette prophétie et cette salutation,
Par le nom du très haut, Emmanuel, rédemption,
Dame, donne-moi grâce et consolatïon,
Obtiens-moi de ton Fils grâce et bénédiction.

10Fais-moi grâce, Suzeraine de tous seigneurs,
Épargne-moi ta colère, épargne-moi les rancœurs,
Fais que tout se retourne contre les détracteurs ;
Aide-moi, Glorïeuse, mère de tous pécheurs.

  

  • 2 « Je te donnerai l’entendement et je t’instruirai dans la voie où tu avanceras ; je garderai les ye (...)
  • 3 « Donne-moi l’entendement… ».
  • 4 « Le début de la sagesse est la crainte du Seigneur ».
  • 5 « Un bon entendement est chez ceux qui la pratiquent ».
  • 6 « Qui craint Dieu fait le bien ».
  • 7 « Et je ferai mes délices de tes commandements, que j’aime ».
  • 8 « Vous qui aimez le Seigneur, haïssez le mal »
  • 9 « Bienheureux les morts qui meurent dans le Seigneur, car leurs œuvres les suivent ».
  • 10 « Tu rends à chacun à la mesure de ses œuvres ».
  • 11 « Personne ne vit sans péché ».
  • 12 « Qui pourrait tirer de la pureté de qui est conçu d’une semence impure ? ».
  • 13 C’est comme dire. 
  • 14 « Les pensées des hommes sont vaines ».
  • 15 « Ne sois pas comme le cheval ou la mule, où il n’est pas d’entendement ».
  • 16 « Mon âme vivra de lui. Aimez le Seigneur et votre âme vivra ».
  • 17 « Brefs sont les jours de l’homme ».
  • 18 « L’homme, né de la femme, vit peu de temps et beaucoup de misères ».
  • 19 « Nos années passent comme un soupir ».
  • 20 « La voie de la vérité… ».
  • 21 Nous restituons ce [a] manquant, à la suite de Maria Brey Mariño et de Nicasio Salvador Miguel. Cf.(...)
  • 22 « Le fondement de la foi catholique.. ».
  • 23 « Quiconque veut ».
  • 24 « Dieu le Père, Dieu le Fils… ».

« Intellectum tibi dabo et instruam te in via hac qua gradieris ; firmabo super te occulos meos »2 dit à chacun de nous le Prophète David, parlant pour le Saint Esprit, dans le psaume XXXI, au dixième verset que d’abord j’ai ci-dessus écrit. Auquel verset, j’entends trois choses, dont certains docteurs en philosophie disent qu’elles sont en l’âme et proprement à elle, et ce sont : entendement, volonté et mémoire. Dont je dis que si elles sont bonnes, elles apportent à l’âme consolation, allongent la vie du corps et lui font honneur et profit, et bonne renommée. Car grâce au bon entendement l’homme entend le bien et, de là, connaît le mal. Et c’est pourquoi une des demandes que fit David à Dieu pour connaître sa loi fut la suivante : « Da mihi intellectum, e çetera… »3. Car l’homme, en entendant le bien, aura crainte de Dieu, laquelle est le début de toute sagesse, elle dont ce prophète dit : « Inicium sapiencie timor Domini »4. Car le bon entendement vient aussitôt chez ceux qui craignent Dieu. Et c’est pourquoi le même David poursuit son raisonnement en un autre endroit où il dit : « Intellectus bonus omnibus façientibus eum, etc… »5. Salomon dit aussi dans le livre de la Sagesse : « qui timet Deum faciet bona »6. Et c’est ce qu’on entend dans la première proposition du verset par où j’ai commencé et qui dit : « Intellectum tibi dabo ». Et dès lors l’âme est informée et instruite qu’elle aura son salut dans un corps pur, et l’homme pense et aime et désire le bon amour de Dieu et de ses commandements. Et c’est ce que dit le même Prophète : « E meditabor in mandatis tuis que dilexi »7. Et de même l’âme répudie et abhorre le péché du fol amour de ce monde. Sur ce point, l’auteur des Psaumes dit : « Qui dilegitis Dominum odite malum, etc… »8. De là ce qui s’ensuit dans la deuxième proposition du verset, qui dit « e instruam te ». Et dès lors l’âme, avec bon entendement et bonne volonté, avec bonne remémoration, choisit et aime le bon amour, qui est celui de Dieu, et le place dedans la loge de la mémoire, pour qu’elle s’en souvienne et qu’elle amène le corps à faire bonnes œuvres, par quoi l’homme trouve son salut. À ce propos, l’apôtre Saint Jean, dans l’Apocalypse, dit sur les bons qui meurent en bel agir : « Beati mortui qui in domino moriuntur, opera enim illorum secuntur illos »9. Et le prophète dit aussi : « Tu reddes unicuique justa opera sua »10. Et c’est ce que conclut la troisième proposition du verset initial, qui dit : « In via hac qua gradieris, firmabo super te occulos meos. » Et c’est pourquoi nous devons savoir sûrement quelles œuvres sont en bonne mémoire, car avec bon entendement et bonne volonté, l’âme choisit et aime l’amour de Dieu pour trouver son salut grâce à elles. Car Dieu, grâce aux bonnes œuvres que fait l’homme sur la voie du salut où il marche, garde les yeux posés sur lui. Telle est la sentence de ce bref verset initial. Et s’il advient que parfois il se ressouvienne du péché et qu’il veuille le mettre en œuvre, ce n’est pas du bon entendement que vient cette discordance non plus que ce vouloir de la bonne volonté ni telle œuvre de la bonne mémoire, mais bien plutôt de la faiblesse de la nature humaine qui est en l’homme, lequel ne peut échapper au péché. Car selon Caton : « Nemo sine crimine vivit »11. Et Job le dit aussi : « Quis potest fazere mundum de imundo conçeptum semine ? »12 Quasi dicat 13: « Nul sinon Dieu ». Et cela provient aussi de la défaillance de l’entendement, car l’homme alors n’en a mie, qui pense aux vanités du péché. Et de cette pensée l’auteur des Psaumes dit : « Cogitaçiones hominum vane sunt »14. Et il dit encore à ces gens fort dissolus, au mauvais entendement : « Nolite fieri sicut equus e mulus, in quibus non est intellectus »15. Et j’ajoute que cela vient de la pauvreté de la mémoire qui, n’étant pas instruite par le bon entendement, ne peut aimer le bien ni s’en ressouvenir pour le mettre en œuvre. Et cela vient également de ce que la nature humaine est davantage disposée et encline au mal qu’au bien et au péché qu’au bel agir. C’est ce que dit le Décret et ce sont là quelques-unes des raisons d’être des livres de la loi et du droit et des leçons et des moralités et d’autres sciences. De même la peinture et l’écriture et la sculpture furent d’abord inventées parce que la mémoire de l’homme est fragile : c’est ce que dit le Décret. Car garder toutes choses en mémoire et n’en rien oublier, voilà qui est propre à la divinité plus qu’à l’humanité, comme le dit le Décret. Et c’est pourquoi la mémoire est plutôt propriété de l’âme, qui est esprit créé par Dieu et parfait et qui vit toujours en Dieu. David dit encore : « Anima mea illius vivet. Querite Dominum e vivet anima vestra »16. Et elle n’est pas propriété du corps humain qui dure peu de temps. Et Job dit : « Breves dies hominis sunt »17. Et il dit encore : « Homo natus de muliere, [brevi vivens tempore repletur multis miseris] »18. Et David dit à ce propos : « Anni nostri sicut aranea meditabuntur, e çetera… »19. Et moi, de tout cela, avec ma maigre science et trop grande rudesse, entendant que de biens fait perdre à l’âme et au corps et que de maux leur prépare et apporte le fol amour du péché du monde ; choisissant et aimant de bonne volonté le salut et la gloire du paradis pour mon âme, j’ai fait ce petit écrit en mémoire du bien et j’ai composé livre nouvel où sont écrits quelques manières, tours et subtilités trompeuses du fol amour du monde dont usent certains pour pécher. Qui les lira et entendra, homme ou femme dotés de bon entendement et désireux du salut, choisira et agira en conséquence et pourra dire avec l’auteur des Psaumes : « Viam veritatis, etc… »20. Et ceux qui ont peu d’entendement n’iront point à leur perte, car en lisant et en pensant au mal qu’ils font ou ont la volonté de faire ; et aussi les endurcis, une fois publiés et découverts les mauvais tours et les maintes tromperies dont ils usent pour pécher et abuser les femmes ; tous ceux-ci réveilleront leur mémoire et ne mépriseront point leur renommée. Car bien cruel est celui qui méprise sa renommée, c’est le droit qui le dit. Et ils préfèreront s’aimer eux-mêmes plutôt que le péché, car charité bien ordonnée commence par soi-même, c’est le Décret qui le dit. Et ils répudieront et abhorreront les manières et mauvais tours du fol amour qui perd les âmes et les condamne à la colère de Dieu, accourcissant la vie et causant infamie, déshonneur et maux de toutes sortes pour les corps. Toutefois, comme il est humain de pécher, si certains, contre mon conseil, veulent d’aventure user du fol amour, ils trouveront ici quelques biais pour le faire. Et ainsi mon livre, à tout homme ou toute femme, au sage et à qui ne l’est pas, à qui pourra entendre le bien et choisir le salut et agir bien dans l’amour de Dieu, mais aussi à qui voudrait le fol amour, sur la voie qu’il suivra à21 chacun peut bien dire : « Intellectum tibi dabo, etc… ». Et je demande et conseille à qui le lira et l’entendra de bien garder les trois choses de l’âme : d’abord de bien entendre et bien juger l’intention qui me l’a fait faire et la sénéfiance de ce qui y est dit, plutôt que la laide résonance des mots ; car droitement les mots servent l’intention et non l’intention les mots. Et Dieu sait que mon intention n’a pas été de le faire pour donner matière à pécher ni pour mal dire ; mais plutôt pour ramener toute personne à bonne mémoire et bel agir, et pour donner exemple de bonnes mœurs et leçons de salut et pour que tout le monde soit averti et se puisse garder de tous les tours dont usent certains pour le fol amour. Car Saint Grégoire dit que moindre est la blessure des dards qu’on voit venir et que nous nous gardons mieux de ce que nous avons vu d’avance. Et je l’ai aussi composé pour donner à certains une leçon et une démonstration de l’art du mètre, des rimes et de la musique. Car les compositions et les notes et les rimes et les dits et les vers, je les ai faits comme se doit, comme cette science le requiert. Et puisque de toute bonne œuvre Dieu et la foi catholique sont le commencement et le fondement, ainsi que le dit la première décrétale des Clémentines qui commence par « Fidei catholiçe fundamento… »22 — et sans cette fondation il n’est d’œuvre solide ni de solide édifice, selon ce que dit l’apôtre— pour cette raison, donc, j’ai commencé mon livre au nom de Dieu et j’ai pris le premier verset du psaume de la Sainte Trinité et de la foi catholique « Quicunque vult »23, ce vers qui dit : « Ita Deus pater, Deus filius, etc… »24.

  

[Où il est dit comment l’archiprêtre pria Dieu de lui donner la grâce de pouvoir faire ce livre]

11Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu Saint Esprit,
Lui qui est né de la Vierge, force nous octroie tant
De toujours le louer par la prose et le chant
Et qu’il soit de nos âmes le manteau et l’abri ;

12Lui qui a fait le ciel, la terre et la mer,
Qu’il me donne sa grâce et me veuille éclairer
Pour que je puisse un livret de chansons rimer,
Que ceux qui l’entendront s’en trouvent récréés.

13Toi, mon Seigneur et mon Dieu, qui as l’homme créé,
Donne-moi aide et inspiration, à moi ton archiprêtre,
Pour que je fasse un livre de bon amour, icelui,
Qui réjouisse les corps et les âmes édifie.

14Si vous voulez, mes sires, ouïr bon divertissement
Écoutez ce roman, délassez-vous en paix,
Mensonge ne dirai en rien qui soit céans
Car dans le monde entier c’est ainsi que l’on fait.

15Et pour être par tous plus à l’aise écouté
Je parlerai en musique et en mètre compté :
C’est un dit de beauté, un savoir sans péché,
Discours des plus plaisants, paroles bien tournées.

16Ne le tenez pas pour livre niais de vanités
Et ne prenez pour moquerie rien de ce que j’y lis,
Car si en vile bourse se trouve bon argent
De même en livre laid tient savoir qui ne l’est.

17La nigelle, au-dehors, plus noire est que chaudron,
Au-dedans, elle est blanche plus que n’est la létice ;
Blanche farine est là sous une noire banne,
Le sucre doux et blanc est dans la vile canne.

18Sur l’épine est la rose, cette si noble fleur,
Laide écriture tient savoir de grand docteur,
Comme mauvaise cape abrite bon buveur
Sous le vilain manteau bon amour est seigneur.

19Et comme de tout bien est principe et racine
La Vierge Sainte Marie, pour ce, moi, Juan Ruiz,
Archiprêtre de Hita, sur elle ai d’abord écrit
Chanson de ses sept joies, qui ainsi les décline :

[Joies de Sainte Marie]

20Ô Marie,
Du jour éclat,
Guide-moi
Sur ma voie.

21Obtiens-moi grâce, bénédiction
Et de Jésus consolation
Afin qu’en toute dévotion
Je puisse chanter ta joie.

22La première que l’on sait :
Dans une ville de Galilée
Nazareth, je crois que c’est,
Un message tu reçois

23De l’ange qui à toi vint ;
Gabriel très digne et saint
T’apporta message divin
Il te dit : « Ave Maria ».

24Toi qui cet ordre entendis
Humblement tu le reçus,
Puis, vierge, tu conçus
Le fils que Dieu envoie.

25À Bethléem, ce fut
La seconde, lorsque naquit
Et sans douleur parut
De toi, Vierge, le Messie.

26La troisième, disent les lois,
Lorsque vinrent les trois rois
Pour adorer celui qu’on voit
Reposer entre tes bras.

27De la myrrhe lui offrit Gaspard,
Melchior de l’encens lui donna
Et de l’or offrit Balthazar
À qui Dieu et homme est en soi.

28Bonne joie la quatrième,
Lorsque Marie-Madeleine
Te dit, plaisir sans peine,
Que ton fils était en vie.

29La cinquième de tes joies
Lorsque ton fils tu vis
Monter au ciel et tu rendis
Grâce à Dieu vers qui il monta.

30Mère, ta sixième joie
Quand bientôt sur les disciples
Le Saint Esprit descendit
En ta sainte compagnie.

31La septième, Sainte Mère,
La chante l’Église entière :
Tu montas en pleine gloire
Au ciel et vers ce qu’il y a.

32Tu règnes avec ton fils chéri,
Notre seigneur Jésus-Christ ;
Que par toi nous puissions le voir
Sans faute au Paradis.

[Joies de Sainte Marie]

33Toi, Vierge, du ciel souveraine
Et de ce monde médecine,
Daigne m’ouïr :
Que de tes joies incessamment
Je compose un digne chant
Pour te servir,

34Un dit de ton allégresse,
En te suppliant sans cesse,
Moi, ce pécheur,
Qu’à ma très grande coulpe,
Tu ne prêtes attention, Marie,
Mais au louangeur.

35Sept joies furent les tiennes :
La première quand tu reçus
La salutation
De l’ange, quand tu entendis
« Ave Maria » ; et tu conçus
Dieu, rédemption.

36La deuxième s’accomplit
quand de toi il naquit
Et sans douleur.
Par les anges servi,
Fut sitôt reconnu
Pour le Sauveur.

37Ce fut ta troisième joie
Lorsque l’étoile vint
Montrer
Le vrai chemin,
Accompagnant les rois
Pour les guider.

38Ta quatrième plaisance
Lorsque Marie te dit
Que Gabriel
Lui dit que ton fils était en vie
Et t’en donnait pour assurance
Qu’elle le vit.

39La cinquième fut grand’ douceur,
Quand ton fils, notre Seigneur,
Tu vis monter
Au ciel vers son père insigne
Et tu restas dans le désir
De le rejoindre.

40La sixième n’est pas des moindres :
Les disciples il vint éclairer
Dans l’effroi ;
Tu te trouvais en cet endroit,
Du ciel entrer tu y vis
Le Saint Esprit.

41La septième est sans pareille :
Lorsque t’envoya chercher
Dieu, ton père ;
Au ciel, il te fit monter,
Près de lui te fit siéger,
Comme sa mère.

42Dame, écoute le pécheur,
Car ton fils le Sauveur
Pour nous est descendu
Du ciel, en toi il demeura ;
Celui que tu enfantas, blanche fleur,
Pour nous mourut.

43Pour les pécheurs n’aie point de haine
Car ce sont eux qui t’ont valu
D’être mère de Dieu.
Devant lui avec nous parais,
Nos âmes daigne lui offrir,
Pour nous prie-le.

[Où il est dit que tout homme doit s’égayer dans ses peines et où on parle de la dispute que les Grecs et les Romains eurent ensemble]

44Ce sont des mots de sage, et bien le dit Caton,
Que l’homme, à ses soucis qu’il porte dans le cœur,
Entremêle des plaisirs, qu’il égaye sa raison,
Car beaucoup de tristesse donne trop de péché.

45Et puisqu’on ne peut rire de choses raisonnables
Quelques plaisanteries je devrai insérer ;
Quand tu les entendras, veuille ne pas juger
Sinon sur la façon de dire et de rimer.

46Comprends bien mon discours et pense la sentence ;
Qu’avec toi ne m’advienne comme au docteur de Grèce
Face au ribaud romain et son peu de sagesse,
Quand Rome demanda à la Grèce la science.

47Ainsi fut-il que les Romains les lois ne possédaient.
Ils furent les demander aux Grecs qui les avaient.
Les Grecs leur répondirent qu’ils ne les méritaient,
Ni pouvaient les comprendre, ignorants qu’ils étaient ;

48Mais que s’ils les voulaient pour guider leurs usages,
Qu’il leur fallait d’abord débattre avec leurs sages
Pour voir s’ils pourraient les comprendre et les prendre.
Ils répondaient ainsi pour mieux se dérober.

49Les Romains répondirent que cela leur allait.
Et pour la controverse un accord fut signé,
Mais comme ils ne comprendraient pas langage inusité,
Qu’on débattît par signes, par signes de lettré.

50Ils fixèrent ensemble un jour pour la dispute.
Romains étaient en peine : ils ne savaient que faire
Car point n’étaient lettrés, et ne pourraient comprendre
Les docteurs de la Grèce et leur très grand savoir.

51Comme ils étaient en peine, un citoyen leur dit
De choisir quelque ribaud, quelque coquin romain :
Suivant ce que Dieu lui montrerait de faire avec la main,
Qu’il le fasse. Le conseil s’avéra sain.

52Ils furent à un coquin très grand et très malin ;
Ils lui dirent : « nous sommes engagés avec les Grecs
Pour débattre par signes ; demande ce que tu voudras
Et nous te le donnerons : épargne-nous ce combat.

53Ils le vêtirent bien d’étoffes de haut prix
Comme s’il fût docteur en la philosophie.
Il monta dans une haute chaire et dit avec bravade :
« Que viennent donc les Grecs avec toute leur ardeur ».

54Un Grec se présenta, un excellent docteur,
Choisi par tous les Grecs, entre tous louangé.
Il monta dans une autre chaire, le peuple rassemblé,
Et commença ses signes, comme il était décidé.

55Le Grec se redressa, calme, sans se hâter,
Et montra un seul doigt, qui est à côté du pouce,
Ensuite il se rassit au même endroit.
Le ribaud se dressa, furieux et menaçant.

56Il montra là trois doigts, contre le Grec tendus,
Le pouce et les deux autres qui sont proches de lui
En forme de harpon, les deux autres pliés.
Puis le niais se rassit, attentif à ses habits.

57Le Grec se releva : tendit sa paume à plat
Et s’assit derechef, avec sa mémoire saine.
Le coquin se leva, plein de fantaisie vaine ;
Montra un poing fermé : il voulait en découdre.

58À toutes gens de Grèce le sage leur a dit :
Les Romains méritent les lois, en rien je ne le nie.
Ils se levèrent tous dans la paix, sans conflit.
Grand honneur vint à Rome par un vagabond vil.

59On demanda au Grec ce qu’il avait donc dit
Par signes au Romain et ce qu’il répondit.
Il dit : « J’ai dit qu’il n’y a qu’un Dieu : le Romain a dit
Qu’il était un en trois personnes, c’est le signe qu’il fit ;

60J’ai dit que tout était sous sa volonté ;
Il répondit qu’en son pouvoir il tient le monde et il dit vrai.
Voyant qu’ils comprenaient la Trinité et y croyaient,
J’ai compris qu’ils méritaient des lois la sûreté ».

61On demanda au coquin ce qu’il avait pensé dire.
Il dit : « il m’a dit qu’avec son doigt, il me crèverait l’œil !
J’en fus très fâché et pris grande colère
Et je lui répondis avec rage, plein d’ire

62Que je lui enfoncerais, devant toute l’assemblée,
Avec deux doigts les yeux, les dents avec le pouce.
Sur quoi il répliqua qu’il fallait que j’y veille,
Qu’il me ferait d’une baffe tinter les deux oreilles.

63Je répondis que je lui donnerais tel coup de poing
Que de sa vie il ne pourrait s’en voir vengé.
Dès qu’il vit la bagarre aussi mal engagée,
Il cessa de menacer où c’était sans effet.

64Ainsi le dit la fable de la vieille rusée :
Il n’y a mauvaise parole que si elle est mal prise.
Tu verras qu’elle est bien dite si elle est bien comprise ;
Comprends bien mes propos et tu auras dame jolie.

65Le bon mot que tu entends, surtout ne le méprise
La manière du livre, comprends qu’elle est subtile,
Car savoir bien et mal dire à mots couverts et séduire
Tu ne trouveras pas un troubadour sur mille.

66Tu trouveras hérons nombreux mais pas leurs œufs ;
Bien repriser ne sait tout couturier novice.
Ce ne sont rimes folles que je chante, crois-le bien !
Ce que bon amour dit, par raison je le prouve.

67En général à tous parle cette écriture :
Les sages de bon sens comprendront la sagesse,
Les jeunes gens légers, qu’ils se gardent de folie,
Et choisisse le mieux celui qui est chanceux.

68Paroles de bon amour sont paroles celées;
Travaille où tu en verras les signes les plus sûrs.
Si tu comprends la phrase ou le sens en devines
Ne médiras du livre qu’à présent tu honnis.

69Là où tu crois qu’il ment, il dit grande vérité,
Dans le vernis des strophes tient toute la fausseté.
Bon ou mauvais ce dit ? Sur les notes en jugez,
Les strophes avec les notes louez ou bien blâmez.

70De tous les instruments, moi, livre, suis parent.
Bien ou mal, selon que tu en joueras, je dirai sûrement.
Ce que tu voudras dire, joue la note et tiens-t’en là ;
Si tu sais jouer de moi, toujours t’en souviendras.

[Où il est dit que selon la nature les hommes et les autres animaux recherchent la compagnie des femelles]

71Comme le dit Aristote, et c’est chose patente,
Le monde à deux choses travaille : la première
C’est à sa subsistance et l’autre chose était
De pouvoir s’accoupler à femelle plaisante.

72Si cela venait de moi, je serais bien coupable ;
Grand philosophe le dit, je ne suis à blâmer.
De ce que dit le sage nous ne devons douter
Car c’est à l’œuvre qu’on reconnaît le sage et son parler .

73Que le sage dit vrai c’est clairement prouvé :
Hommes, oiseaux, animaux, toute bête de terrier
Veulent selon nature compagnie renouvelée,
Et l’homme d’autant plus, qui aime la variété.

74C’est vrai de l’homme plus que de toute créature ;
Toutes à date fixe s’apparient de nature ;
L’homme de mauvais sens, à tout moment, à démesure,
Chaque fois qu’il le peut veut faire cette folie.

75Le feu toujours veut être au milieu de la cendre
Et il a beau flamber, toujours plus il s’attise.
L’homme, quand il pèche, voit forcément qu’il glisse
Mais il n’en démord pas, car nature le hisse.

76Et moi, qui suis un homme comme un autre, pécheur,
Des dames j’ai reçu quelques fois grand amour.
Goûter à tout n’est pas forcément le pire,
Ni connaître bien et mal et user du meilleur.

[Comment l’archiprêtre s’énamoura]

77Ainsi fut-il un temps où de dame m’épris.
De son amour, tout ce temps-là, je ne me repentis :
Toujours d’elle j’avais bonnes paroles et beaux souris,
Rien d’autre pour moi ne fit, ni voulut faire, à mon avis.

78En tout elle était dame, et de dames maîtresse ;
Je ne pouvais rester seul avec elle, même une heure :
Des hommes on se garde beaucoup là où elle demeure,
Beaucoup plus que les juifs ne gardent la Thora.

79Elle connaît le noble ouvrage d’or et de soie.
Comblée de nombreux biens, elle est douce et joyeuse,
Elle a bonnes coutumes, est calme et silencieuse,
Ne se laisserait vaincre par monnaie qui chatoie.

80Je lui envoyai cette chanson ci-dessous mise
Avec ma messagère qu’à cette fin j’avise.
Le dicton est bien vrai, une dame rassise
Si elle n’agrée l’envoi, n’y fait bonne réplique.

81La dame fort sensée dit à ma messagère :
« J’en vois de nombreuses croire ton bavardage
et bien mal s’en trouver ; j’apprends sur leur manière
comme fit le renard sur le crâne d’autrui.

[Exemplum du lion malade à qui les autres animaux rendirent visite]

82On dit que le lion gisait malade de douleur.
Tous les animaux vinrent voir leur seigneur.
Il en prit du plaisir et bien mieux se sentit.
Moult s’en réjouirent-ils tous par amour de lui.

83Pour lui faire plaisir et le plus égayer,
Ils l’invitèrent tous à bien vouloir manger.
Lui dirent d’ordonner lesquels il voulait tuer.
Il fit tuer le taureau, qui serait bien assez.

84Il dit au loup de faire les parts et le service.
Celui-ci réserva le mou, que le lion le mangeât,
Et pour lui la carcasse, la meilleure qui soit.
Le loup dit au lion de bénir le repas.

85Sire, dit-il, tu es faible : cette viande légère
Mange-la, toi, seigneur ; ce sera bon et sain.
Pour moi et pour les autres, la carcasse qui est vaine.
Le lion fut courroucé, car il avait grand faim.

86Le lion leva la main pour bénir le repas :
Grand coup donna au loup afin de le châtier,
La peau avec l’oreille du crâne lui arrachait.
Le lion dit au renard de répartir la viande.

87Le goupil apeuré et toujours très rusé
La carcasse du taureau au lion donna entière ;
Et pour lui et les autres, le mou et les viscères.
Merveille fit le lion de si grande équité.

88Le lion dit : « compère, qui vous montra répartition
Si bonne et si juste, si guidée de raison ? »
Il répondit : « de la tête du loup j’ai tiré ma leçon,
J’ai appris sur le loup ce qu’il faut faire ou non ! »

89Aussi te dis-je, vieille et non pas mon amie,
De ne venir à moi avec paroles ennemies
Ou je te montrerai comment le lion bénit !
Car homme et femme sages apprennent du mal d’autrui ».

90Et selon Jésus-Christ, il n’est rien de celé
Qui après quelque temps ne soit pas révélé.
Sur la place fut mis bien vite mon secret,
La dame bien gardée fut de moi écartée.

91Jamais, depuis cette heure, je ne pus la revoir.
Elle me fit mander de m’efforcer de faire
Quelque triste refrain qu’elle pourrait apprendre
Et chanter tristement, car je ne pouvais l’avoir.

92Pour faire ce qu’ordonnait la dame, mon seigneur,
Je fis un chant bien triste comme ce triste amour.
La dame le chantait, je crois, avec douleur ;
Mieux que moi elle eût pu en être troubadour.

93L’antique proverbe dit : qui veut tuer son chien
Jure qu’il est malade, pour le priver de pain.
Ceux qui veulent nous séparer, comme ils l’ont fait depuis,
M’ont brouillé avec elle, et lui ont dit tout net

94Que je me vantais d’elle comme d’une bonne chasse
Et que je l’exécrais comme si elle fût poison.
La dame dit en colère : « il n’est de drap sans trace
Et le loyal ami n’est pas en toute place ».

95Comme dit le proverbe, quand il s’agit d’un autre,
Selon ce qu’on t’en dit, ainsi tourne ton cœur.
En grand courroux la mirent, à cela s’entremettent.
La dame dit : « les promis tiennent moins qu’ils promettent ! »

96Comme la bonne dame était fort bien instruite
Subtile, intelligente, sage et très mesurée,
Elle dit à ma vieille, que j’avais envoyée,
Cette fable bien faite tirée de l’Ysopet.

97Elle dit : « si un homme veut épouser une dame honorée,
Il fait promesse sur promesse. Dès qu’il l’a possédée,
De ce qu’il lui a promis, il donne peu ou rien.
Il fait comme la terre lorsqu’elle était enflée.

[Exemplum de la terre qui bramait]

98Il advint que la terre s’était mise à bramer.
Elle était si enflée qu’elle allait éclater.
Tous ceux qui l’entendaient étaient épouvantés.
Comme une femme en couches, elle se lamentait.

99Les gens qui entendaient ces cris démesurés
Croyaient qu’elle était grosse, tant elle se plaignait.
Grand serpent ou grande bête pensaient qu’elle ferait,
Qui mangerait et ravagerait le monde entier.

100Pendant qu’elle bramait, à la fuite ils pensaient
Et lorsque vint le jour où elle fut délivrée,
Elle accoucha d’une taupe ; il y eut de quoi railler.
Et ses cris effrayants s’achevèrent en farce.

101C’est bien ce qu’il advint à ton maître et à d’autres :
Moult promettent de blé et donnent un peu de paille ;
Ils s’aveuglent de vent et vont se perdre au diable.
Va, dis-lui de ne pas me prétendre, car je ne l’aime ni le prétends.

102Qui parle abondamment trop souvent n’en fait guère ;
Il soulève l’effroi : ce ne sont que deux noix.
Les choses les plus chères un jour valent misère,
Celles qui ne valent rien coûteront cher parfois.

103De peu de chose, elle prit haine et grand’ colère.
Elle s’éloigna de moi en me faisant la nique.
Ainsi est-il trompé celui qui croit le faire.
De si grande tristesse, je fis une musique.

104Et puis je fis ces chants de véritable purge ;
Je les lui fis donner au coucher ou à l’aube ;
Elle ne les voulut prendre, elle n’en avait cure.
J’ai dit : « le temps viendra où mieux sèche la mauve ».

[Où il est dit que tout au monde est vanité, sauf aimer Dieu]

105Salomon le dit bien, et c’est la vérité,
Toutes choses en ce monde ne sont que vanité ;
Toutes sont passagères, l’âge les fait aller ;
Hormis l’amour de Dieu, tout est légèreté.

106Dès que je vis la dame partie et détournée,
Je dis : « Aimer quand on ne m’aime serait futilité,
Répondre où on ne m’appelle, c’est franche vanité. »
Je cessai son commerce, puisqu’elle s’est retirée.

107Dieu sait que cette dame et toutes celles que je vis
Toujours je les voulus honorer et servir ;
Si servir je ne pus, jamais ne les desservis ;
Sur dame mesurée, j’ai toujours bien écrit.

108Je serais un manant, un grossier paysan,
Si de la dame noble je disais vilenie,
Car en femme jolie, pleine de vie, de courtoisie,
Est tout le bien du monde et se tient tout plaisir.

109Si Dieu, lorsqu’il forma l’homme, avait compris
Que femme était mauvaise, il ne l’eût point donnée
À l’homme pour compagne, ni de lui l’eût créée.
Si pour le bien n’était, aussi noble elle ne serait.

110Si l’homme n’aimait pas bien la femme,
L’amour ne ferait pas autant de prisonniers.
Aussi saint ou sainte qu’on soit, je n’en connais pas un
Qui ne veuille compagnie, si seul fait son chemin.

111Un proverbe le dit, que je vous dis, le voilà :
L’oiseau seul bien ne chante ni bien pleure.
Le mât ne pourrait sans la voile être à demeure,
Les choux ne poussent pas si bien sans la noria.

  • 25 Cf. Monique DE LOPE, « Le troisième homme », Imprévue, CERS, Montpellier, 6/1, p. 75-81. « Otro l’a (...)

112Et moi, comme j’étais seul, sans compagnie,
Je désirais avoir ce qu’un autre avait à lui :
J’en regardai une autre, non pas sainte mais sotte ;
J’étais en croix pour elle, un autre l’avait en friche25.

113Ne pouvant avec elle tout simplement parler,
Je pris pour messager, dans l’espoir d’y gagner,
Un de mes compagnons : son coup n’a pas échoué !
Il mangea bonne chère, me faisant ruminer.

114Je fis dans mon chagrin cette chanson gaillarde.
Dame qui l’entendra ne me veuille rejeter,
Car on devrait me traiter de bête et d’âne, de niais,
Si de si grande raillerie je ne chantais plaisanterie.

[De ce qui arriva à l’archiprêtre avec Fernand Garcia, son messager]

115Du ciel je ne verrai l’éclat
Car j’ai perdu Marie-Croix

116Croix croisée, boulangère,
Ai prise pour bonne amie.
J’ai pris sentier pour carrière
À la mode d’Andalousie.

117Espérant que je l’aurais,
À Fernand Garcia je demandais
Qu’il se chargeât de négocier,
De convaincre et de montrer la voie.

118Il me dit qu’il lui plaisait
Et Marie-Croix serra de près ;
Me donna son à ruminer,
Lui, il mangea le pain si doux.

119Il lui promis sur mon conseil
Du blé que j’avais un peu vieil,
Et un lapin lui présenta
Ce traître, ce fourbe, ce matois.

120Dieu confonde tel messager,
Si preste et si léger !
Dieu n’aide le lévrier
Qui suit ainsi le gibier !

121Quand je voyais Marie-Croix, toujours m’agenouillais ;
Je m’en signais partout où je la rencontrais.
Mon compagnon de près cette Croix adorait.
Du mal de la Croisade, moi, je ne me gardais !

122Sur l’écolier gourmand, compagnon de cocagne
Je fis cet autre chant : n’y voyez pas de mal !
Car, ni avant ni après, il n’y eut en Espagne
Qui de moi par dérision fît tel épouvantail.

[Où il est question de la constellation et de la planète de naissance, et de la prédiction que firent les cinq sages naturalistes lorsque naqut le fils du roi Alcaraz]

123Les anciens astrologues ont dans leur scïence
De l’astrologie une bonne connaissance :
À l’homme, quand il naît, dès sa naissance,
Le signe qui est le sien est donné par sentence.

124C’est dit par Ptolémée et c’est dit par Platon,
De nombreux autres maîtres de ce même avis sont :
Selon son ascendant et sa constellation,
Un homme en naissant aura tel sort, aura tel don.

125Beaucoup de gens travaillent fort pour la clergie ;
Ils y passent du temps, dépensent moult argent ;
Au bout, rien n’apprennent car le destin est leur régent ;
Ils ne peuvent en rien faire mentir l’astrologie.

126D’aucuns vont dans les ordres pour mieux sauver leur âme,
D’autres mettent leurs forces dans le métier des armes,
D’autres servent seigneurs en usant des deux mains,
Mais beaucoup de ceux-là chutent sur ce chemin.

127Ne restent dans les ordres ni restent chevaliers,
Des seigneurs ne reçoivent ni faveur ni deniers.
Pourquoi en est-ce ainsi ? Je crois dignes de foi,
Dans le cours naturel, les dits astronomans.

128Pour que tu croies au cours des signes et leur valeur,
Te dirai la sentence de cinq savants en la nature,
Qui jugèrent d’un enfant selon ces signes sûrs :
Bien dures prédictions d’infaillibles malheurs.

129Il était un roi maure qui avait nom Alcaraz.
Un beau fils lui naquit ; il n’en avait point d’autre.
Il fit quérir ses sages ; d’eux il voulait savoir
Le signe et la planète du fils qui lui était né.

130Parmi les astrologues qui vinrent pour le voir,
Il en vint cinq dotés du plus parfait savoir.
Dès qu’ils virent le point où l’enfant était né,
L’un de ces maîtres dit : « il sera lapidé ».

131Un autre en jugea et dit : « il sera brûlé ».
Le troisième dit : « l’enfant mourra précipité ».
Le quatrième dit : « l’infant sera pendu ».
Et le cinquième maître : « Dans l’eau sera noyé ».

132Quand le roi entendit ces prédictions discordantes,
Il ordonna que les maîtres fussent très bien gardés.
Il les fit enfermer en des prisons distantes.
Il tint leurs prédictions pour mensonge avéré.

133Dès que l’infant à bon âge fut arrivé,
Il demanda licence à son père le roi
Pour partir en forêt chasser quelque gibier.
Le roi lui répondit que cela lui plaisait.

134On choisit un jour clair pour s’en aller chasser ;
Dès qu’ils furent en forêt, ils virent se lever
Une nuée d’orage ; il se mit à grêler
Et bientôt, sans tarder, des pierres il tombait !

135Son précepteur se souvint de ce qu’avaient prédit
Les sages naturalistes qui avaient lu son signe.
Il dit : « Allons-nous en, seigneur, évitons de donner
Raison aux devins qui ont prévu votre destin. »

136Tout le monde pensa à se mettre à l’abri ;
Mais ce qui est vrai – et qui ne peut faillir
Quand Dieu ordonne ce qui doit être
Selon le cours naturel – ne peut être dévié.

137La grêle redoublait, l’infant éperonna ;
Quand il passa le pont, la foudre le frappa,
Le pont s’ouvrit en deux et par là il chuta ;
À un arbre du fleuve, son habit s’accrocha ;

138Étant ainsi pendu —tout le monde le vit—,
Il se noya dans l’eau sans qu’on pût le sauver.
Les cinq sorts s’accomplirent, ainsi qu’il était dit,
Les sages naturalistes ne s’étaient pas trompés.

139Dès lors que le roi vit son malheur accompli,
Il fit de leur prison sortir les astrologues.
Il les combla de biens et leur permit d’user
De leur astrologie, dont il ne faut douter.

140Je crois en la vérité des astrologues, selon nature.
Mais Dieu, qui a créé nature et accident,
Peut bien les contredire et en faire autrement,
Selon la foi catholique ; et c’est ce que je crois.

141Croire en la nature n’est pas mauvaise posture
Et croire plus fort en Dieu, avec ferme espérance.
Pour que tu croies mes dires et que doute ne perdure,
Je te le prouve en bref, avec cette semblance :

142Il est vrai que le roi est maître en son royaume
D’édicter chartes et lois et de faire le droit ;
Il en fait faire livres et cahiers composer :
Celui qui fait la faute, quelle peine lui échoit.

143Quelqu’un qui commettrait une grande trahison
Selon la loi écrite doit mourir en raison,
Mais grâce aux favoris qui lui viennent en aide,
Demandent au roi merci, il octroie son pardon ;

144Ou bien si, d’aventure, celui qui l’a trahi
Avait en d’autres temps si bien servi le roi
Que pitié et service aient ému celui-ci,
De la faute en entier le pardon il octroie ;

145Ainsi, bien que selon la loi il aurait dû mourir,
L’auteur de cette loi ne veut y consentir.
Il dispose contre la loi et lui laisse la vie.
Qui peut faire les lois peut y contrevenir.

146De même, le Pape peut faire ses décrétales
Afin qu’à ses sujets elles infligent une peine,
Mais il peut aussi bien contre elles disposer,
Par faveur ou pour service, le châtiment lever.

147Nous voyons tous les jours ces choses se passer
Mais malgré tout cela ni les lois ni le droit
Ni les chartes écrites ne s’en trouvent défaits.
C’est même science sûre, de profitable effet.

148Et ainsi, Dieu, notre Seigneur, quand le ciel il créa,
Y mit ses signes et les planètes y ordonna
Et des pouvoirs certains de prédiction donna,
Mais de plus grands pouvoirs par devers lui garda.

149Si bien que le jeûne, l’aumône et la prière,
Le service de Dieu, en grande contrition,
Défont le mauvais signe et sa constellation ;
La puissance de Dieu épargne la tribulation.

150Ne sont pour autant menteurs les astrologues
Qui jugent selon nature, par des contes charmants.
Eux-mêmes et leur science sont sûrs, à n’en pas douter,
Mais ne peuvent contrarier Dieu et n’ont point de pouvoir.

151Je ne sais d’astrologie et je n’y suis point maître,
Ni ne sais d’astrolabe plus que bœuf sonnailler ;
Mais pour ce que je vois ceci chaque jour arriver,
Pour cela je le dis ; je vois aussi ce que je vais soumettre :

152Beaucoup naissent sous Vénus, qui consacrent leur vie
À aimer les femmes, jamais ils ne les oublient.
Ils y travaillent et y peinent, sans mesure ni répit,
Et la plupart n’obtiennent la chose tant chérie.

153Sous ce signe-là, je crois bien être né ;
M’efforçant de servir les dames que j’ai connues;
le bien qu’elles m’ont fait, je ne l’ai dédaigné ;
J’en ai beaucoup servi beaucoup et je n’ai rien conclu !

154Et donc j’ai bien prouvé que mon signe est ainsi :
Mettre effort à servir les dames et à rien d’autre ;
Et même si on ne goûte la poire du poirier
De son ombre à tout homme le plaisir est donné.

155Qui sert les dames abonde de noblesses:
Gaillard, disert, qu’il excelle en largesse ;
Au service des dames qu’homme bon s’évertue,
Car si bien y travaille, il a grande allégresse.

156L’amour rendra subtil l’homme qui est grossier,
Il fait un beau parleur de qui était muet ;
L’homme qui est couard, il le rend audacieux,
Il rend le paresseux et vif et astucieux.

157Au jeune il garde pour longtemps sa jeunesse,
Au vieillard il fait perdre beaucoup de sa vieillesse ;
Rend blanc et beau qui est noir comme poix.
Amour donne grand prix à ce qui ne vaut pas une noix.

158Celui qui est amoureux, même s’il est très laid
Et aussi son amie, quand même elle serait laide,
L’un comme l’autre, il n’y a rien qu’ils voient
Qui leur paraisse mieux, ni qu’autant ils voudraient.

159Le sot, le lent, le niais, le pauvre
Paraît à son amie bon et riche seigneur,
Plus noble que les autres ; et c’est pourquoi tout homme
Qui perd un amour, sitôt doit en trouver un autre.

160Car si son signe est bien de la même nature
Que s’avère le mien, selon une écriture,
Toujours un bon effort vainc mauvaise fortune
Et il n’est poire dure qui à la fin ne soit mûre.

161Un seul défaut je trouve à l’amour si puissant
Et je n’ose, mesdames, trop vous le dévoiler ;
Mais pour ne point vous sembler un diseur timoré,
Je vous le dis : l’amour est toujours mensonger.

162Car selon ce que j’ai dit tout avant dans ma fable
Ce qui est en soi mal tourné, l’amour lui donne bel aspect ;
Il tient pour noble chose ce qui ne vaut une nèfle,
Ce qu’il semble, il n’est pas : aiguise bien ton ouïe !

163Si les pommes avaient toujours au-dedans la saveur
Que suggèrent à la vue leur aspect, leur couleur,
Il n’y aurait dans les plantes fruit d’autant de valeur ;
Mais elles pourrissent plus vite, bien qu’avec bonne odeur.

164L’amour est bien ainsi, qui donne parole pleine ;
Toute chose qu’il dit nous semble souveraine :
Mais tout n’est pas chanson dans le bruit qui résonne ;
Je vous l’ai découvert, dame, n’en ayez peine.

165Les vérités, dit-on, font perdre les amis
Et les dissimuler crée mainte zizanie.
Ainsi comprenez bien les proverbes anciens
Et jamais ne croyez louanges d’ennemis.

[Comment l’archiprêtre d’amour s’éprit et de l’exemplum du voleur et du molosse]

166Comme le dit le sage, c’est chose difficile
De dévier de l’habitude, du destin et du sort.
L’habitude est une seconde nature, à coup sûr.
On ne la perd guère que lorsque vient la mort.

167Et parce que les jeunes gens ont accoutumé
De toujours vouloir avoir quelque amoureuse
Pour avoir bon plaisir d’amour avec l’aimée,
Je pris nouvelle amie, une dame enfermée.

168Dame de bon lignage et de grande noblesse,
Tous les savoirs de dame elle sait avec finesse.
Sage et de bon sens, elle ne connaît bassesse.
Beaucoup de nonnes et d’autres en savoir elle excède.

169La tournure élégante et le minois câlin,
Toute fraîche, galante, attrayante et jolie,
Courtoise et mesurée, charmante, bel esprit,
Gracieuse et bien douée, un amour en tous points.

170Pour l’amour de la dame, je fis rimes et chansons :
Je semai folle avoine aux rives de l’Henarès.
Bien est vrai ce que disent les vieux dictons :
Qui sème dans le sable ne bat bonne moisson.

171Pensant l’avoir un jour parmi celles que je bénis,
Je lui faisais de mes dons : ni mouchoirs ni rubans
Ni perles ni colliers, ni bagues ni fourrures,
Mais plutôt ces chansons écrites ci-dessous.

172Elle n’en voulut pas et sut fuir la bassesse ;
Elle me laissa tout bête et dit : « ils n’ont point de paresse,
Les hommes, à donner peu contre grande richesse.
Remportez cela et dites-lui que mauvais marché n’est pas largesse.

173Je ne perdrai pas Dieu avec son paradis
Pour un péché du monde, qui est ombre d’alisier.
Je ne suis pas si folle : si quelque chose ai pris…
« Qui prend devra donner », c’est un sage qui le dit ».

174Ainsi m’arriva-t-il avec la dame honnête
Comme au larron qui entrait pour voler
Et tomba sur un mâtin, qui se mit à aboyer.
Le larron, pour faire son larcin, se mit à le flatter.

175Au chien lança du pain qu’il tenait dans la main,
Bien fourré de poison. Le dogue le flaira :
« Ce mauvais morceau ne prendrai ; ce serait malsain.
Contre le pain d’un soir, je ne perdrai mon gain.

176Pour un peu de viande que j’aurais au dîner,
Point ne perdrai les mets et le pain quotidiens.
Si je mangeai ton mauvais pain, j’en étoufferais.
Tu volerais ce que je garde, grand traître je serais.

177Au seigneur qui m’a élevé, je ferais si grand tort
Que tu voles son trésor, confié à ma loyauté ?
Tu emporterais son bien, je ferais grande méchanceté.
Va-t-en d’ici, larron ! Je ne veux pas ta complicité. »

178Il se mit à aboyer très fort ; le mâtin était féroce ;
Il poursuivit si bien le voleur qu’il s’enfuit du cellier.
C’est ce qu’il nous arriva, à moi et à mon bon messager
Avec cette dame sage, comme avec l’autre d’abord.

179Ce furent vains cadeaux, et j’en eus grand dommage.
Je dis : « L’un soigne le cheval et un autre le monte ».
De la dame je m’éloignai, faisant foi à l’adage
Qui dit : « Ce que tu as perdu ne le regrette pas ».

180Comme je vous l’ai dit, telle est bien ma fortune
– est-ce le fait de mon signe ou d’être peu soigné ? –
Que je ne peux obtenir le quart de ce que je désire.
Aussi, souventes fois, contre amour je guerroie.

[Comment Amour rendit visite à l’Archiprêtre et de la joute que ledit Archiprêtre eut avec lui ]

181Je vous dirai ma joute, c’est un soir qu’elle advint.
Je songeais à mon sort, plein de rage mais non de vin,
Quand un bel homme grand, proportionné, à moi vint.
Je demandai qui il était ; il dit : « Amour, ton voisin ».

182De l’ire que j’avais, aussitôt l’insultai
Je lui dis : « Si tu es Amour, tu ne peux demeurer !
Tu es un fieffé menteur, tu en as beaucoup bernés ;
Tu n’en sauves pas un, mais mille peux tuer !

183De tromperies, de fourberies et mensonges subtils,
Tu empoisonnes les langues, envenimes tes tirs.
Ton meilleur serviteur tu blesses quand tu tires,
Tu sépares de s’amie l’homme objet de ton ire.

184Tu rends fous nombre d’hommes par ton savoir,
Leur fait perdre le sommeil, le manger et le boire ;
Tu pousses nombre d’hommes à tant de hardiesse
Que l’âme avec le corps ils perdent en ta faiblesse.

185Tu n’as de règle sûre ni la moindre mesure ;
Tu t’enflammes parfois avec grande violence
Et parfois peu à peu, en mille manigances.
Dans tout ce que je te dis tu ne vois menteries.

186Tu ne donnes pas cher des hommes que tu prends ;
Tu les renvoies à demain, leur vie n’est que chagrin ;
Celui qui as foi en toi trime parmi tes gens
Et pour menu plaisir, il trotte un long chemin.

187Tu es si virulent que la blessure que tu fais
Il n’est drogue, emplâtre ou sirop pour la soigner ;
Je ne sais d’homme fort, quand il t’est opposé,
Qu’aussitôt tu ne battes, malgré tout son effort.

188Comment tu affaiblis les gens et leur portes dommage,
mille livres le disent, comment tu les abuses
Avec tes séductions et tes méchantes ruses.
Tu retires leur force, on le dit dans les fables :

[Exemplum du garçon qui voulait épouser trois femmes]

189Il était un étourdi jeune et plein de courage,
Qui voulait se marier avec non pas une seulement
Mais trois femmes, c’était là son penchant.
Contre cette intention, tout le monde lutta.

190Son père, sa mère, son frère aîné
Le pressèrent afin que par amour pour eux,
Il en épousât deux : la plus jeune, d’entrée,
Et puis qu’au bout d’un mois, il épousât l’aînée.

191Il célébra ses noces avec cet engagement.
Passé le premier mois, ils lui tinrent ce discours :
Qu’il donne son accord pour que son autre frère
Prenne femme à son tour – et une seulement.

192Le marié répondit de n’en surtout rien faire,
Qu’il avait femme en qui trouver, lui et son frère,
Mariage d’abondance : qu’ils lui présentent l’affaire.
De le marier avec une autre, qu’ils ne se mêlent !

193Le brave homme père de notre sot
Possédait un moulin, à grande et belle meule ;
Avant de se marier, le garçon vigoureux
arrêtait de son pied la meule bien lancée.

194Ce tour de force, cette prouesse,
Avant de se marier, sans peine il les faisait ;
Au bout d’un mois de mariage
Il voulut comme avant s’éprouver et revint là un jour.

195Il tenta d’arrêter la meule comme à l’accoutumée :
Elle l’envoya en l’air, piteusement il retombait !
Le sot se releva et maudissant la meule, il dit :
« Ah robuste moulin, tu verras, si tu te maries ! »

196Sa première femme, il l’aima tant et tant
Que l’autre demoiselle jamais ne voulut prendre.
Il ne tenta plus d’arrêter la meule, pas question d’y songer.
Ainsi ta déraison dompta celle du garçon.

197Tu es père du feu et parent de la flamme ;
Plus s’enflamme et se brûle celui qui t’aime trop.
Amour, celui qui te suit, tu le brûles corps et âme,
Le détruis entièrement, comme le feu le rameau !

198Ceux qui ne t’ont goûté sont nés à la bonne heure :
Ils jouissent sans souci et jamais ils ne pleurent.
Du jour où ils te rencontrent, pour eux tout bien s’en va.
C’est comme les grenouilles qui demandaient un roi.

[Exemplum des grenouilles qui demandèrent un roi à Jupiter]

199Grenouilles dans l’étang chantaient et s’ébattaient.
Rien ne les dérangeait, à leur guise elles allaient.
Elles se fièrent au diable car le mal leur plaisait.
Elles demandèrent à Jupiter un roi, elles l’en suppliaient.

200Jupiter leur envoya une poutre de pressoir,
La plus grande qu’il pût, en ce lieu la fit choir.
Le fracas du poteau les grenouilles fit taire.
Mais elles jugèrent ce roi impropre à les régir.

201Elles montent sur la poutre autant que se peut faire.
Dirent : « Ce n’est point roi que nous puissions servir ».
À Jupiter demandèrent un roi, ainsi qu’à l’ordinaire.
Jupiter courroucé ne put que les ouïr.

202Il leur donna pour roi une féroce cigogne.
Elle encerclait l’étang comme le fait la rive ;
Et le bec grand ouvert, tant elle était gloutonne,
Deux par deux, les grenouilles avalait toutes vives.

203Suppliaient Jupiter grenouilles à grands cris :
« Seigneur, viens-nous en aide, toi qui tues et guéris !
Ce roi que tu nous as donné sur nos instances vaines
Soir et matin nous met en de terribles peines.

204Son ventre nous enterre, son grand bec nous massacre ;
Deux par deux elle nous mange, nous serre, nous ravage.
Seigneur, défends-nous ! Seigneur, écoute-nous !
Accorde-nous ton aide, écarte ton fléau ! »

205Jupiter répond : « Vous avez ce que demandiez ;
Que ce roi qu’à tant de cris vous réclamiez,
Punisse votre folie, car vous n’avez apprécié
D’être libres d’oppression : plaignez-vous, vous le vouliez ! »

206Qui a ce qui lui convient, qu’il en soit satisfait ;
Celui qui s’appartient n’aliène sa liberté ;
Celui que rien n’opprime ne veuille être opprimé.
L’aise et la liberté, l’or ne peut les acheter.

207Voilà ce qui arrive à tous tes adversaires
Qui sont leur propre maître et tes vassaux deviennent.
Tu ne penses ensuite qu’à leur faire dommage
Et ainsi, corps et âme, les dévores et ravages.

208Ils se plaignent de toi, mais tu ne les secours pas.
Tu les tiens si serrés dans les nœuds de ta chaîne
Qu’ils ne peuvent s’arracher à cette vie de peine.
Réponds à qui t’appelle, va-t-en donc de chez moi !

209Foin de ta compagnie, va-t-en d’ici, félon !
Tu donnes au corps misère, souffrance à déraison ;
De jour comme de nuit tu es subtil voleur:
À l’homme qui se croit sûr tu dérobes le cœur.

210À peine dérobé, aussitôt tu l’aliènes,
Le donnes à qui ne l’aime, le tourmentes et le peines ;
Et le cœur sans le corps est pris dedans ta chaîne,
Absorbé, soupirant, en des pensées lointaines.

  • 26 Pour la rime, ce prénom médiéval, au lieu d’un éventuel « Marjolaine » qui traduirait plus littéral (...)

211Tu le fais tournoyer comme les hirondelles,
Souvent tu le retournes, ton mal il n’y devine,
Tantôt pense à Suzanne, tantôt à Isabelle26 ;
Diverse, ta douleur lui plante ses épines.

212D’un seul coup, tu le portes à plus de trois cents lieues.
Il court par tout le monde quand ainsi tu le pousses ;
Et puis tu l’abandonnes, seul et triste, en désarroi ;
Toujours tu lui rappelles qui ne l’aime ni le veut.

213Compère que me veux-tu ? Que t’ai-je fait
Pour que tu me harcèles ? Tu m’approches sans bruit,
Sans jamais m’avertir du regard ni du doigt ;
Tu me frappes au cœur, attristes l’homme en joie.

214Je ne puis t’attraper, si grand est ton métier !
Et même te prendrais-je, point je ne te tuerais.
Mais toi, quand tu m’attrapes, c’est bien là ta fierté,
Jour et nuit tu me tues sans la moindre pitié.

215Réponds ! Que t’ai-je fait pour me refuser le bonheur
Auprès des dames que j’ai aimées, ni même la bienheureuse ?
Toutes ses promesses ont été malheureuses.
Maudit l’instant où je t’ai rencontré, maudite l’heure !

216Et plus tu restes là, plus je ressens de hargne,
Plus je trouve à te dire, voyant combien de mal
Me vient toujours de toi, de ta ruse subtile ;
Toujours vas conspirant caché sous mauvais drap.

[Où il parle du péché de convoitise]

217Tu apportes avec toi tous les péchés mortels :
Ta grande convoitise les hommes abusés
Pousse aux mauvais désirs et aux plus grands excès,
À enfreindre les lois que Dieu nous a données.

218De tous les péchés la convoitise est la racine ;
C’est ta fille aînée, ton ambitieuse gouvernante,
Ton porte-étendard, officier de ta maison.
Elle détruit le monde et défie la justice.

219L’orgueil et la colère, partout à démesure,
Brûlant mieux que l’étoupe, avarice et luxure,
Gourmandise, envie, acédie, plus collantes que lèpre,
Naissent de convoitise, leur racine et leur souche.

220Elles ont en toi demeure, félon, fourbe et traître !
Avec des mots très doux et des airs enjôleurs
Font moult promesses les hommes qui ont amour au cœur.
Pour tenir leurs promesses ils convoitent le pire !

221Ils convoitent les biens qu’ils n’ont pas su gagner
Pour tenir les promesses que par amour ils firent;
Beaucoup par convoitise volèrent le bien d’autrui:
Leurs âmes sont en peine, leurs corps furent torturés.

222Pour leurs vols, ils sont morts de male mort subite,
Traînés et puis pendus, de barbare façon ;
En tout tu es un filou et un méchant larron.
Qui est pris de convoitise, le diable le corrompt.

223Ta convoitise a fait la destruction de Troyes,
Par une pomme écrite, qui n’aurait pas dû l’être,
Quand Paris en fit don à Vénus, pour qu’elle lui permette
D’enlever Hélène qu’il désirait servir.

224De ta male convoitise les Égyptiens périrent,
Avilirent leurs corps et leurs âmes perdirent.
Ils furent et sont haïs de Dieu, ceux qui te crurent ;
Tout ce qu’ils convoitèrent, peu de part ils en eurent.

225Par convoitise, on perd ce qu’on possède de biens ;
On espère en avoir bien plus qu’il ne convient ;
On n’obtient pas ce qu’on désire et on ne garde rien.
Ce qui arriva au chien, c’est cela qu’il advient.

[Exemplum du dogue qui tenait un morceau de viande dans la gueule]

226Un dogue carnassier traversait la rivière.
Dans la gueule, il tenait un bon morceau de viande
Mais son ombre dans l’eau semblait deux fois plus grande ;
Désirant l’attraper, il fit tomber sa chère ;

227Pour l’ombre mensongère et par un vain souci,
La viande qu’il avait, le dogue la perdit,
N’eut pas ce qu’il voulait ; son désir fut sans succès :
Il pensa y gagner, perdit ce qu’il avait.

228Tous les jours au cupide il en arrive autant.
Il croit gagner à te suivre et perd son capital.
De cette mauvaise racine procède tout le mal,
Car male convoitise est péché capital.

229Tout ce qu’il y a de mieux, ce qui est le plus prisé,
Dès que l’homme le tient pour sûr et bien gagné,
Il ne doit le lâcher sur une vaine pensée ;
Qui laisse ce qu’il a ne peut rien récolter !

[Où il parle du péché d’orgueil]

230Tu es plein de superbe, et donc tu ne crains rien;
Tu penses alors sans peur à ton propre besoin ;
Les bijoux pour t’amie, avec quoi les acheter.
Pour ce, tu voles et tu dérobes, tu en seras châtié.

231Tu fais par ton orgueil commettre des méfaits :
Voler aux voyageurs leurs pierres précïeuses,
Prendre de force femmes, mariées et épousées,
Vierges et damoiselles, veuves et religieuses.

232Pour de si hauts méfaits, la loi les fait tuer :
Ils meurent de male mort, tu ne peux l’éviter.
Le diable les emporte tant tu les as trompés ;
Il flambe un feu d’enfer où tu étais hébergé.

233Pour ton grand orgueil, beaucoup furent damnés
Et d’abord tous ces anges qui, avec Lucifer,
De grand orgueil enflés et pleins d’ingratitude
De leurs sièges célestes ont été renversés.

234Bien que par leur nature ils fussent créés bons
Leur superbe les a damnés et elle les condamne.
Tous ceux que leur superbe a condamnés et damne 
On ne pourrait nommer en cent feuillets comptés,

235Non plus que les combats et batailles rangées ;
Injures et mêlées, affrontements très laids,
Amour, ton orgueil les a causés, crois-le bien.
Car tout le mal du monde est là où tu te tiens.

236L’homme très orgueilleux et de grande arrogance
Qui n’a crainte de Dieu ni garde convenance
Meurt plus tôt que tel autre plus chétif, miséreux.
Il en est comme de l’âne et du cheval armé.

[Exemplum du cheval et de l’âne]

237Allait lutter en lice le cheval courageux
Parce qu’a violé la dame son seigneur valeureux.
Vêtant fièrement la barde, il se sent très vaillant ;
Loin devant lui chemine l’âne bien mal portant.

238Avec les pieds, les mains, le noble harnachement,
Le cheval orgueilleux faisait un bruit si grand
Qu’il effrayait les bêtes comme un coup de tonnerre.
L’âne apeuré s’arrête, il lui en coûta cher.

239L’âne renâclait fort sous le pesant fardeau ;
Il marchait peu et mal, il gêne le cheval ;
Le cheval le renverse au milieu de la pente,
Dit : « Don vilain benêt, cherchez une autre sente ! »

240Léger, prêt à la joute, dans la lice il s’élance ;
Il crut être vainqueur, se retrouva vaincu :
Dans son corps, il reçut un violent coup de lance,
Ses entrailles jaillissent et le voilà perdu !

241Quand du champ se retire, ne vaut pas muscadelle.
On le mit au labour et à porter du bois ;
Et tantôt à la meule, tantôt à la noria,
L’orgueilleux payait cher l’amour de la pucelle.

242Par le grand joug, sa nuque était tout écorchée ;
À trop s’agenouiller ses naseaux sont enflés.
Ses genoux écorchés à force de prier,
Ses yeux sont enfoncés, rougis comme perdrix,

243Ses hanches sont saillantes et ses flancs sont creusés,
L’échine proéminente, les oreilles pendantes.
Le bourricot le voit, il a bien ri trois fois !
Dit : « Compère l’orgueilleux, où sont donc tes bourrades ? »

244Où sont ton noble frein et ta selle dorée ?
Où donc est ton orgueil ? Ton humeur batailleuse ?
Tu vivras toujours pauvre, toujours déshonoré ;
Que vengent ta superbe toutes ces plaies croûteuses. »

245Que prennent ici exemple et leçon quotidienne
Ceux qui sont orgueilleux en leur grande superbe ;
Force, jeunesse et honneur, santé et gaillardise
Ne dureront toujours, ils s’en vont avec l’âge.

[Où il parle du péché d’avarice]

246Tu es avarice, tu es bien chiche ;
Tu te réjouis de prendre et tu ne sais donner ;
Toute l’eau du Duero ne te désaltèrerait;
Oui, toujours il m’en coûte, si jamais je t’écoute !

247Pour sa grande lésine, il s’est damné, le riche
Qui au pauvre Saint Lazare n’a pas donné un sou.
Tu ne veux voir ni n’aime le pauvre, grand ou petit ;
De tes trésors, tu ne voudrais lui donner mie.

248Quoiqu’il te soit mandé par un saint mandement
De vêtir qui est nu, rassasier l’affamé
Et d’héberger le pauvre, tu es à ce point avare
Qu’à nul tu n’as donné ce que cent te réclament !

249Pauvre mesquin, que feras-tu le jour de la colère
Quand sur tes possessions et sur toutes tes rentes
Dieu te demandera de compter tes dépenses ?
Rien ne te vaudront tes trésors ni cinquante royaumes.

250Lorsque tu étais pauvre, que tu étais en souffrance,
Alors tu soupirais et faisais pénitence ;
Tu demandais à Dieu santé et subsistance,
Tu donnerais aux pauvres et n’aurais défaillance ;

251Dieu entendit tes plaintes, t’apporta bon secours,
Santé, grande richesse, un superbe trésor…
Mais quand tu vois un pauvre, tu détournes ton front ;
Tu fais comme le loup malade en un vallon.

[Exemplum du loup, de la chèvre et de la grue]

252Le loup croquait la chèvre pour son dîner.
Un os resta planté et il se démenait,
Il allait s’étouffer ; d’urgence, il réclamait
Médecins et docteurs, il voulait s’amender.

253Il promit à qui le lui ôterait moult trésors et richesses.
La grue est descendue du haut des sommités,
De son bec tira l’os avec subtilité ;
Le loup se trouva sain pour manger sans paresse.

254La grue demande au loup qu’il la veuille payer.
Le loup répond : « Comment ? Ne pouvais-je dévorer
Ton cou entre mes dents si je l’avais serré ?
Voilà donc ton salaire : je ne t’ai pas tuée ! »

255C’est bien ce que tu fais, quand te voilà rempli
Du pain et de l’argent arrachés à autrui ;
Tu ne veux faire au pauvre le don du moindre grain,
Mais tu te dessècheras comme la rosée et le foin.

256Faire du bien au méchant ne lui profite pas ;
L’homme ingrat ne s’endette du bien qu’on lui a fait ;
Bonne reconnaissance, le méchant méconnaît 
Et le bien qu’on lui fait, il dit qu’il y a droit.

[Où il parle du péché de luxure]

257La luxure est toujours partout où tu te trouves ;
Adultère et fornication tu désires chaque fois ;
Tu ne penses qu’à pécher sitôt que femme vois :
Pour luxure satisfaire, tu leur fais un clin d’œil.

258Par luxure, tu poussas le prophète David
À tuer Urie, ordonnant qu’au combat
Il fût au premier rang, lui disant : « Va,
Porte ma lettre à Joab et puis reviens ici ».

259Pour l’amour de Bethsabée, l’épouse d’Urie,
Le roi David fut homicide, à Dieu faillit.
Et il ne put finir le temple de toute sa vie,
Fit grande pénitence à cause de tes perfidies.

260Voilà que par luxure, cinq très nobles cités
Furent brûlées et détruites : trois pour leurs méfaits,
Deux non pour leur faute mais pour leur voisinage.
Car mauvais voisinages ruinent maints héritages.

261Pour voisin je ne te veux, ne sois pas empressé.
Virgile le savant, comme le dit le texte,
La dame le trompa, quand, dans le grand panier,
Il croyait qu’à sa tour, dans ce but elle le hissait.

262Parce qu’elle l’outragea et rit de sa demande,
Le grand mage lui fit un très mauvais hommage :
Un sort jeta à la bougie, au feu et à la flamme
Qui soudain s’éteignirent dans tous les coins de Rome.

263Si bien que les Romains, jusques aux plus petits,
Ne purent avoir de feu – Quelle mésaventure ! –
À moins de l’allumer aux parties naturelles
De cette malheureuse ; autre feu ne leur dure !

264Si l’un donnait à l’autre du feu ou une chandelle,
Sitôt ils s’éteignaient et tous venaient à elle.
Tous y prenaient leur feu comme à grande étincelle ;
Ainsi vengea Virgile déshonneur et querelle.

265Après ce déshonneur et si grande vergogne
À cause du fou désir de Virgile pour la dame,
Il libéra le feu pour qu’il prît dans le bois.
Il fit autre merveille comme on n’en rêve pas :

266De tout le lit du fleuve de la ville de Rome,
Le Tibre, dont le flot s’enfle de maintes eaux,
Il fit un sol de cuivre, plus luisant que la gomme.
Ta luxure ainsi dompte toutes les dames !

267Dès qu’avec elle il eut péché, se sentant bafouée,
Elle fit faire un escalier à vis, hérissé
De lames acérées, si bien qu’à la montée
Virgile, le gravissant, sa vie y laisserait !

268Il connut ses apprêts grâce à ses sortilèges.
Il n’y retourna point, il perdit son penchant.
Pour cause de luxure, c’est grande vérité,
Le monde est bafoué et tristes sont les gens.

269J’en sais beaucoup que tu occis, pas un que tu guérisses.
Ceux qui en ta luxure sont de grands débauchés
Œuvrent à leur propre mort, ces bouffons insensés!
Il en est comme de l’aigle et des vauriens stupides.

[Exemplum de l’aigle et du chasseur]

270L’aigle royal est au guet à la cime du hêtre ;
Tous les autres oiseaux, de là il les surveille.
Que l’une de ses plumes vienne choir sur la terre,
Si l’arbalestrier la trouve, elle lui est très chère.

271Les flèches et carreaux qu’il a bien aiguisés,
Avec des plumes d’aigle il les a empennés.
Comme à son habitude il s’en alla chasser
Et de l’aigle royal transperça le côté.

272Regardant son poitrail alors l’aigle blessé
Vit que ses propres plumes sa perte avaient causée.
Il se tint à lui-même ce terrible propos :
« J’ai engendré qui m’a occis, qui m’a tué. »

273Le fou, le misérable qui pour son âme n’a d’attention,
Usant de ta folie, de ta dissipation,
Anéantit son corps et son âme détruit,
Car de lui-même naît qui met fin à sa vie !

274Homme, oiseau ou bête, celui que l’amour tente
Dès qu’il commet luxure aussitôt se repent,
S’attriste tout soudain et faiblesse ressent ;
Il écourte sa vie. Qui le dit, point ne ment !

275Qui pourrait compter ceux que tue ta luxure ?
Qui pourrait dire ta fornication, ta dépense ?
Qui vers ton ardeur et ta folie se penche,
Le diable alors l’emporte quand il est sans méfiance.

[Où il parle du péché d’envie]

276Tout en toi est envie, c’est la plus grande au monde.
Tu as tant de jalousie que l’homme en a frayeur.
Si ton ami te fait d’elle un récit trompeur,
Tristesse et soupçons te déchirent le cœur.

277La jalousie sans cesse naît de ta pure envie ;
Tu crains qu’à ton amie un autre conte folie :
Cela te rend jaloux et triste de rancœur.
Tu n’as que ça en tête et ne voit nul bonheur.

278Sitôt que jalousie en toi s’est installée,
Les soupirs, les courroux, viennent pour t’étouffer ;
Ni de toi ni d’un autre tu ne peux te contenter,
Ton cœur toujours tressaille, tu n’es jamais en paix.

279Jaloux et soupçonneux, toutes les gens tu hais ;
Et tu leur cherches noise, tu maigris de jalousie,
Tu cherches des querelles, trouves ce que tu mérites ;
Tu es comme les poissons prisonniers du filet :

280Tu entres en dispute et ne peux en sortir ;
Affaibli et sans force, tu ne peux pas férir ;
Impossible de vaincre, impossible de fuir :
Ton péché te garrotte et te fait là mourir.

281Par jalousie, Caïn tua son frère Abel :
Il est enseveli au fond du Mongibel.
Jacob qui enviait Esaü, son aîné,
Le frustra de la bénédiction et de lui fut défié.

282Par l’envie maléfique fut trahi Jésus-Christ,
Dieu véritable et homme, fils de Dieu très chéri.
Par envie il fut pris et tué et conquis.
Il n’est en toi le moindre bien, ni vu ni acquis !

283Les hommes chaque jour par pur désir s’entêtent ;
Envie et jalousie déchirent hommes et bêtes.
Où que tu sois, on voit jalousie s’épanouir.
Envie la met au monde, envieux la font grandir !

284Que ton voisin ait plus de blé que toi de paille,
Ta grande envie te pousse à lui chercher bataille.
Voilà que tu en arrives, pour prendre l’avantage,
À faire comme la corneille avec les paonneaux.

[Exemplum du paon et de la corneille]

285La corneille vit un jour le paon faire la roue.
Elle dit, pleine d’envie : « Je ferai tout
Pour me rendre aussi belle ». À cette folie elle pense !
La noire pour être blanche contre soi fait violence !

286Elle pluma tout son corps, sa face et son sourcil
Et de plumes de paon, se fit nouvel habit.
En beauté empruntée, elle s’en fut à l’église.
Certaines font aussi ce que la corneille fit !

287La corneille se pavane apprêtée comme un paon,
Se voit si bien parée qu’elle est toute en folie.
Pour ceux qui sont mieux qu’elle, elle n’a que mépris ;
Elle est méconnaissable, se mêle aux paonneaux.

288Le paon d’un tel petit se montra bien surpris.
Il vit la tromperie et la couleur postiche.
Il la pluma de pied en cap, la jeta dans les roseaux.
La corneille semblait plus noire qu’un porc-épic !

289Ainsi, par ton envie, beaucoup vont s’excéder.
Ils perdent ce qu’ils ont pour à d’autres emprunter.
L’envie les pousse à corps perdu dans leur désir :
Ils ne trouveront en toi rien que ton mal agir.

290Qui veut ce qui n’est sien pour sembler être un autre,
Paré du bien d’autrui maintenant resplendir,
Ce qui est à lui, ce qui est à l’autre, il perdra tout.
Qui se prend pour un autre court à sa perte, le fou !

[Où il parle du péché de gourmandise]

291Tu portes gourmandise, gourmand, goulu, lécheur !
Toutes celles que tu voies, tu y goûterais d’emblée !
Tu maigris en péchant : tu es un grand glouton ;
Pour reprendre tes forces, tu es loup carnassier.

292Depuis que je te connais, je ne t’ai vu jeûner.
Tu déjeunes le matin, ne manques le midi,
Tu goûtes sans mesure et tu veux mieux dîner
Et, si tu as de quoi, souper encore la nuit.

293Excès de viandes et de vin augmentent les flegmes.
Tu dors avec t’amie, t’étouffes d’une glaire.
Le diable vient te prendre et te brûle en enfer.
Et tu dis au jeune homme : « mange bien, ne crains rien. » 

294Notre père Adam, glouton et grand goulu,
S’en fut manger le fruit qui lui était défendu
Et fut ce jour par Dieu chassé du paradis.
C’est ainsi qu’en enfer, depuis sa mort, il gît.

295Gourmandise en tua beaucoup dans le désert,
Et parmi les meilleurs, c’est sûr, qui s’y trouvèrent.
Le prophète le dit – et je t’en fais reproche ! –
Pour manger, dévorer, tu as le bec grand ouvert.

296Tu fis, par gourmandise, que Loth, noble bourgeois,
Tant but que de ses filles il abusa ; tu l’amenas
À la fornication, car où le vin excède
La luxure s’en vient, tous les maux lui succèdent.

297De grande gourmandise, il s’ensuit mort violente,
Celle du corps glouton et de l’âme indigente.
Maintes fables le disent, c’est une histoire connue.
Moi, je ferai plus court, pour t’expédier plus vite :

[Exemplum du lion et du cheval]

298Un cheval bien replet paissait au pâturage.
Le lion était en chasse, mais il ne s’en souciait.
Le lion gourmand, lui, soupèse le cheval ;
« Vassal », dit-il, « baise-moi la main, mon bon vassal ! »

299Au lion carnassier répondit le cheval ;
Il dit : « Tu es mon seigneur et je suis ton vassal,
À te baiser la main en rien je ne renâcle
Mais pour venir à toi j’ai un bien grand obstacle :

300Alors qu’hier me ferrait un maudit forgeron,
Il ficha dans mon pied un clou si mal planté,
Que j’en fus transpercé ; viens, de ta dent bénie, seigneur,
Retire-le moi et fais de moi ton débiteur. »

301Le lion se pencha pour apporter du réconfort
Au cheval mal ferré ; mais il se fit grand tort :
Visant juste, le cheval une ruade lança fort,
Frappa entre les yeux, le laissa raide mort !

302Le cheval effrayé s’enfuit vers les eaux vives ;
Avait beaucoup mangé d’herbes fort indigestes,
Il était fatigué, des coliques le prirent.
Ainsi les fous gloutons meurent là où tu restes.

303Manger à démesure avec gloutonnerie
Et faire couler le vin en grande beuverie
Tuera mieux qu’un poignard, Hippocrate le dit.
Pour toi, qui mange bien s’en trouve bien au lit.

[Où il parle du péché de vanité]

304Colère et vanité tu portes, au monde il n’en est tant !
Tu as d’orgueil et de morgue plus que toute l’Espagne.
Si on ne t’obéis, tu en as fureur et hargne,
Colère et fâcheries sont toujours tes compagnes.

305Dans sa grande vanité, Nabuchodonosor,
Qui était de Babylone le très puissant seigneur,
Ne respectait pas Dieu et n’en avait pas peur.
Mais Dieu lui retira et puissance et honneur.

306Il en fut rabaissé au vil degré des bêtes,
Broutait l’herbe des monts, de la paille comme un bœuf,
Couvert de ses cheveux comme poils d’animal,
Ses ongles étaient plus longs que serres d’aigle royal.

307Homicide et rancœur, tu en es le géniteur.
« Voyez donc qui je suis, d’entre tous le meilleur ! »
Tu dis maintes bravades, si bien que sans égards
Les nïais s’entretuent quand tu parais, vantard !

308En grand courroux Samson, qui sa force perdit
Quand Dalila, sa femme, lui coupa les cheveux
Où se trouvait sa force, dès qu’il en eut repris
De colère se tua et d’autres avec lui.

309De fureur et de rage, Saül, qui était roi
– Le premier que les juifs eurent selon leur loi –,
S’occit de son épée ; vois alors si je dois
Me fier à toi ! Non, par ma foi, je ne le crois !

310Qui te connaîtra bien, à toi ne se fiera.
Qui te verra à l’œuvre, de toi s’écartera.
Plus il te côtoiera, moins il t’appréciera,
Plus il t’éprouvera et moins il t’aimera.

[Exemplum du lion qui se tua de colère]

311Par colère, vanité, le lion orgueilleux
Qui pour toutes bêtes fut cruel et pernicieux,
Se tua un jour lui-même, de courroux et de rage.
Je t’en dirai l’exemple, qu’il te rende plus sage.

312Le lion orgueilleux, plein d’ire et de hardiesse,
Alors qu’il était jeune, toutes bêtes chassait ;
Il en tuait certaines et d’autres en blessait.
Puis la vieillesse vint, dolence avec faiblesse.

313À tout ce qui court sur terre la nouvelle parvint.
Et tous furent réjouis d’aller libres enfin.
Ils vinrent contre lui punir ses coups de dent.
Même l’âne stupide se tenait tout devant.

314Tous frappaient le lion et nul ne s’en privait.
Le sanglier furieux donnait des coups de grès,
De leurs cornes frappaient taurillon et taureau
Et l’âne paresseux le marquait de son sceau :

315Deux ruades lui lança, au front elles l’atteignirent.
Le lion pris de fureur veut s’arracher le cœur.
De ses griffes il mourut et non point d’autre heurt.
L’ire et la vanité triste présent lui firent !

316L’homme qui a un état, honneur et grand pouvoir
Ne doit faire à autrui ce qu’il ne veut subir,
Car il peut voir soudain sa puissance faillir
Et ce qu’il fit à d’autres, d’eux-mêmes le recevoir.

[Où il parle du péché de paresse]

317De l’acédie tu es le logeur, le logis ;
Oncques ne veux que l’homme fasse acte de bonté ;
Dès qu’oisif tu le vois, tu lui gâtes la vie :
Elle commence en péché, en tristesse finit.

318Jamais tu n’es oisif ; celui que tu enchaînes,
Tu lui mets en tête manigances et tromperies ;
Il se plaît à pécher, à faire vilenies ;
Avec tes mauvais tours, corps et âmes tu achèves.

319Et avec la paresse, tu apportes l’hypocrisie :
Tu feins simplicité et ne penses qu’artifices;
Quand tu penses tu es triste, ton oeil reste baissé,
mais quand tu vois la belle, ton regard est rusé.

320De tout ce que tu prêches, jamais tu ne fais mie
Et tu trompes ton monde par des propos fleuris.
Tu veux ce que le loup du renard a requis !
Avocat coutumier, mets la fable à profit :

[Où il parle du procès que le loup et le renard eurent devant Maître Singe, le cadi de Bougie]

321Renard avait volé le coq de son voisin ;
Le loup, qui l’avait vu, lui dit de le lâcher,
Arguant qu’on ne devait le bien d’autrui voler,
Mais dans l’impatïence de l’avaler enfin.

322Ce qu’il faisait sans cesse, d’autres en accusait ;
Il reprochait à d’autres ce que chez lui louait,
Ce qu’il aimait le plus, voilà ce qu’il blâmait,
Disant de ne pas faire ce qu’il accoutumait.

323En justice le loup assigna son compère.
Ils portèrent l’affaire devant un grand expert,
Maître Singe de son nom et cadi de Bougie.
Il est subtil et sage, jamais en vain ne siège.

324Le loup fit sa requête en très bonne et due forme,
Un acte bien tourné, clair et fort bien fondé.
L’avocat était bon, en tout vif et subtil :
Le lévrier, qui sait prendre Renard au filet.

325« Devant vous, très honorable et très éminent
Maître Singe, alcade ordinaire de Bougie,
Moi, le loup, porte plainte contre mon compère ;
Et j’intente un procès contre tous ses délits.

326Je dis présentement qu’en février dernier,
Ère mille trois cents dans sa première année,
Quand règne notre sire le lion carnassier
Qui vint en notre ville sous le nom d’argentier,

327Chez Maître Bouc, mon vassal et fermier,
Il entra de nuit par le haut de la cheminée,
Pour dérober le coq, notre crieur public ;
L’emporta, le mangea en tel lieu, quoi que j’en aie.

328Je l’en accuse devant vous, mon bon seigneur.
Je demande qu’il soit condamné par une vraie sentence
À être pendu haut et court comme il sied au voleur.
Je m’offre à le prouver, sous peine de la potence. »

329Une fois lue la plainte devant le tribunal,
Le goupil se montra fort sage et averti.
« Seigneur » dit-il, « je m’y connais bien mal ;
donnez-moi avocat qui défende ma vie. »

330Le cadi répondit : « J’arrive seulement
Dans votre ville ; je n’en connais les gens ;
Mais je te donne délai jusqu’à vingt jours
Pour prendre un avocat ; sois alors de retour. »

331Le cadi se leva et suspendit l’audience.
Chacune des parties va chercher de ce pas
Qui de l’argent, qui des gages pour payer l’avocat ;
Le renard savait bien qui prendrait sa défense.

332Voilà venu le terme du délai assigné.
Maître Renard vient avec un grand avocat,
Un gros chien de berger, au collier hérissé.
Le loup, quand il le vit, en fut épouvanté.

333Et ce grand avocat plaida pour sa partie :
« Seigneur cadi, Maître Singe, ce que le loup dit,
ce qu’il requiert et demande, ce n’est qu’hypocrisie.
Il est si fin larron, rien ne le rassasie.

334Et donc je demande contre lui une exception
Légitime et correcte, parce que sa pétition
Ne doit être entendue, ni son accusation,
Car il ne peut la faire, étant un fin larron.

335À lui j’ai eu affaire, bien des jours et des nuits,
Quand à la dérobée il volait mes brebis ;
Je le vis les saigner, là-bas sur la prairie ;
Avant qu’il les mangeât, froides je les repris.

336Maintes fois, pour vol un juge l’a condamné
Par une vraie sentence et frappé d’infamie.
Personne ne doit donc être accusé par lui,
Ni votre Cour l’entendre et non plus l’écouter.

337Et je lui impute aussi d’être excommunié
D’excommunication majeure par légat constitué,
Pour avoir concubine notoire, alors qu’il est marié
Avec Dame Louve, sa femme, qui loge à Ville Trouay.

338Sa concubine est la mâtine qui garde le tropel.
C’est pourquoi ses propos ne valent pas pipette
Et on ne doit répondre à toutes ses sornettes.
Acquittez mon compère, qu’il quitte les venelles. »

339Le lévrier et le loup en étaient tous penauds :
Ils reconnurent tout, par crainte et par contrainte.
Le renard dit alors : « Messire, qu’on les arrête
Et en reconvention qu’ils meurent sans audition ».

340Ayant résumé les arguments de toute leur querelle,
Ils demandèrent au cadi de leur fixer le jour
Où il rendrait sentence, telle qu’il lui plairait.
Et il les renvoya après l’Épiphanie.

341Maître Singe rentra chez lui en grande compagnie.
Les parties le suivaient, assemblée de Cocagne !
Les avocats aussi, tous de fieffés coquins,
Pour retourner le juge. Mais aucun ne le gagne.

342Chacune des parties son avocat écoute :
On présente au cadi qui un saumon, qui une truite,
On apporte en secret qui une tasse, qui une coupe.
Il n’y a que crocs-en-jambe dans cette lutte fourbe.

343Voilà enfin venu le jour de la sentence.
Les parties, face au juge, sont alors en présence.
Le bon alcade dit : « Ayez donc une entente
Avant que je prononce et rende ma sentence. »

344Les avocats s’efforcent – et par tous les moyens–
De savoir du cadi ce qu’il s’apprête à faire,
Quel verdict il veut rendre, ou bien il pourra rendre ;
Mais ils ne purent de lui rien savoir ni comprendre.

345De loin, ils lui parlaient afin de lui faire dire
Quelque chose sur la sentence et son cœur découvrir ;
Lui, il montrait les dents, ce n’était point pour rire :
Ils le croyaient joyeux mais il était plein d’ire !

346Les parties et leurs avocats vinrent lui dire
Qu’il ne pouvait y avoir entre eux conciliation,
Qu’ils ne voulaient d’entente, pour ne payer de frais.
Ils demandaient qu’un verdict vienne les libérer.

347Le cadi fort instruit, dans sa parfaite science,
Remplit bien son office et suivit sa conscience.
Siégeant en tribunal et tenant son audience,
Il édicta, écrite de sa main, cette sentence :

348« Au nom de Dieu », disait celui qui juge,
« Moi, Maître Singe, cadi ordinaire de Bougie,
Vu la requête ici déposée par le loup
Où il accusait Renard d’avoir commis un vol,

349Et vu les excuses et toutes les objections
Qu’opposa le goupil dans ses exceptions
Et vu la réponse et les réfutations
Que proposa le loup dans l’argumentation,

350Et vu ce que demande dans sa reconvention
Compère contre loup, près de la conclusion,
Vu tout le procès et tous les arguments,
Et que les deux parties ne veulent qu’un jugement,

351Ayant examiné l’ensemble du procès,
Ayant pris mon conseil – j’en ai tiré profit –
D’hommes instruits en droit pénal et coutumier,
Ne regardant que Dieu, écartant dons et prières,

352Je trouve que la requête du loup est pertinente,
Bien formée, bien tournée, bien claire et évidente ;
Je trouve que le renard en partie a raison
Dans sa défense, ses excuses, sa reconvention.

353La première exception est en soi péremptoire,
Mais l’excommunication est ici dilatoire.
J’en parlerai un peu, c’est une longue histoire.
Avocat du commun, garde-le en mémoire.

354La première exception fut fort bien alléguée,
Mais l’excommunication quelque peu infondée,
Car la constitution eût dû être citée
Et, dans les neuf jours, la preuve être apportée.

355Par lettres ou par témoins, ou moyennant constat
D’un notaire public, il eût fallu, sans faute,
Que cette dilation fût prouvée clairement.
Si on la veut péremptoire, il en est autrement.

356Quand l’excommunication est voulue dilatoire,
La partie adverse a neuf jours de délai ;
Plus, si elle est péremptoire. Ne viens pas te fâcher,
Car beaucoup d’avocats semblent ne pas le voir.

357Cette excommunication est toute péremptoire
opposée aux témoins du procès principal
Ou à un juge condamné, dont le procès ne peut valoir.
Qui procède autrement se trompe et agit mal.

358Je juge que le goupil demande plus qu’il ne doit
Car ne peut, en égal, en procès criminel, reconvenir.
Par exception je ne peux condamner ni punir,
Et l’avocat ne doit à telle requête recourir.

359Même si contre la partie ou le mauvais témoin
L’exception est prouvée, il n’y aura d’autre châtiment.
Sa demande sera rejetée, sa parole ne vaudra mie,
Peine ordinaire point il n’aura, je vous le dis,

360Sauf si le témoin ment, change ses déclarations,
Car le cadi peut alors le mettre à la question,
Non pas par exception mais parce qu’il peut le faire
En procès criminels ; si grande est sa fonction !

361Par exception on peut la demande rejeter,
Et on peut les témoins tant et plus récuser :
Par exception je ne peux condamner ni exécuter,
Et l’alcade ne peut plus que le droit commander.

362Mais, parce que je trouve, vu les aveux patents
Du loup, devant moi proférés, et pour cela seulement,
Qu’est bien avéré ce que Goupil prétend,
J’impose donc silence au loup présentement.

363Et puisque ses aveux, ses coutumes et ses us,
Montrent très justement que Goupil a raison,
Je décide que la requête par le loup déposée
Doit être rejetée, comme dit ci-dessus.

364Puisque le loup avoue qu’il a fait ce qu’il impute,
Et qu’il est manifeste que de cela il use,
Le renard ne doit pas le traduire devant le juge.
Je reçois sa défense et ses bonnes excuses.

365Ses aveux seront nuls, car dans la crainte et la contrainte
Il a parlé, se sentant acculé ;
Mais sa crainte était vaine et ses mots insensés :
Où bon cadi est juge, il n’y a de quoi trembler.

366Je donne licence au renard : qu’il s’en aille en forêt.
Mais je ne l’acquitte point si tôt de son larcin ;
Je lui ordonne de ne pas voler le coq de son voisin. »
Il dit qu’il n’en avait mais que sa poule lui volerait !

367Les parties ne firent pas appel, contentes du procès,
Car elles ne payèrent de dépens ni furent condamnées.
C’est pour cela qu’il n’y eut pas de recours des parties
Et que le jugement ne fut pas contesté : ils étaient élargis.

368Les avocats dirent alors contre le juge
Qu’il avait fait erreur et perdu tout son poids
Pour ce qu’il avait dit et appliqué cette fois ;
Maître Singe s’en soucia autant que d’une noix.

369Il dit qu’il pouvait bien, dans sa prononciation,
Appliquer ce qui est de droit et de constitution ;
Que de rien d’étranger au cas il n’avait fait mention.
Les avocats reçurent de ce Singe une bonne leçon.

370Ils lui firent aussi une juste observation :
Qu’en procès criminel, après la conclusion,
Il ne pouvait donner licence pour une conciliation.
La sentence doit suivre de près la conclusion.

371À cela répondit le cadi d’une seule façon :
Qu’il tenait pouvoir du roi, dans sa commission,
Spécial pour tout cela, et toute juridiction.
Moult apprirent les avocats de cette députoison.

[Où il parle de la joute que l’Archiprêtre eut avec don Amour]

372Tu es pareil au loup, tu blâmes ce que tu fais,
Tu reproches à d’autres la boue où tu te vautres.
Tu es cruel ennemi de ceux à qui tu plais.
Tu parles simplement pour mieux les prendre aux rêts.

373Tu ne te soucies guère des œuvres de piété :
Malades ne vas voir non plus que prisonniers,
Mais bien les jouvenceaux forts et pleins de santé.
Les belles que tu croises, tu leur parles à mi-voix.

  • 27 Parodie sur des heures canoniales. Nous traduisons les fragments de prières en latin pour que le le (...)
  • 28 « Avec ceux qui ont la paix en haine ».
  • 29 « Voici ce qui est bon ».
  • 30 « Vous vous levez de nuit ».

374Tu pries fort bien les heures27 avec les mauvais garçons,
Cum his qui oderunt paçem28, en accordant ton psalterion.
Tu dis : ecce quam bonum29, avec sonnailles et bassines;
In notibus estolite30, et tu vas à matines.

  • 31 « Seigneur, mes lèvres ».
  • 32 « Le premier de tous les jours ».
  • 33 « Pour que tu entendes nos prières ».

375Où ton amie demeure tu commences à pousser
Domine labia mea31, à haute voix chanter,
Primo dierum onium32, des instruments à jouer,
Nostras preçes ut audiat33, pour bien les réveiller.

  • 34 « Vous chantez ».
  • 35 « Aurore de lumière ».
  • 36 « Aie pitié de moi ».

376Dès que tu l’entends proche, ton cœur est plein de joie
Et l’aubade cantate34 engourdis par le froid.
À Laudes, Aurora lucis35 ; tu lui dis grand merci ;
Tes miserere mei36 font que tu la séduis.

  • 37 « Dieu, en ton nom ».

377Dès que le soleil sort, toi, tu commences Prime :
Deus in nomino tuo37 tu pries ta pourvoyeuse
Qu’elle l’emmène à la source et conclue ton affaire.
Feignant d’aller à la fontaine, vers toi court la vilaine.

  • 38 « Ce que la malheureuse Ève ».
  • 39 « Quiconque veut ».

378Si elle n’est pas femme à courir les ruelles,
Qu’elle l’amène au jardin cueillir roses vermeilles.
Si la sotte croit ses fables et ses belles paroles,
Quod Eva tristis38 elle retire, de Quicunque vult39 grapilles !

  • 40 Nom donné à l’entremetteuse parce que la foi catholique est la médiatrice du salut, comme l’a affir (...)
  • 41 « La bouche, la langue, l’esprit ».
  • 42 « au loin ».

379Si ton amie est dame qui ne mange de ce pain,
Ta catholique40 cherche moyen de la troubler.
Os, lingua, mens41, elle la capte ; d’ardeur, son sens est brouillé.
La dame va à Tierce, a longe42 met la charité.

380Puis tu vas à l’église lui tenir ton propos,
Non pour ouïr la messe ni avoir de Dieu pardon.
Tu veux messe de noces, sans Gloria ni chansons.
À la quête, tu boîtes, mais tu trottes à l’envoi.

  • 43 « dans tes paroles ».
  • 44 « Je me sens autre ».

381Quand la messe est finie, tu pries Sexte aussi,
Car la vieille te tiens ton amie toute prête.
Tu commences in verbum tuum43 et aussitôt tu dis
Factus sum sicud uter44, en grand messe de fête.

  • 45 « Comme j’ai aimé ».
  • 46 « Concédez m’en un second ».
  • 47 « Lumière pour mes pas ».
  • 48 « qu’elle est douce ».

382Tu dis : Quomodo dilexi45 notre entretien, ma dame…
Susçipe me secundum46, car, par ma couronne,
Lucerna pedibus meis47 est votre personne.
Elle te dit – quam dulçia !48 – de revenir à None.

  • 49 « Merveilles ».
  • 50 « Guide ma marche ».
  • 51 « Tu es juste, Seigneur ».

383Tu t’en vas prier None avec la belle dame :
Mirabilia49 tu commences et aussitôt réclames:
Gressus meos dirige50. Dame Une Telle répond :
Justus es, Domine51. La cloche sonne None.

  • 52 « ta verge de vertu ».

384Oncques ne vis sacristain sonner si bien les Vêpres.
Tu joues sur tous les instruments avec petit archet.
Celle qui vient à tes Vêpres a beau te repousser
Avec virgam virtutis tue52 tu sais bien la trousser.

  • 53 « Assieds-toi à ma droite ».
  • 54 « Je suis heureux ».
  • 55 « En effet ils l’ont élevé ».

385Sede a destris meis53, tu dis à celle qui approche.
Tu chantes Letatus sum54 si elle reste un peu,
Illic enim asçenderunt55 à celle qui s’accroche.
Une fête à six capes est la Pâque avec toi.

  • 56 « Convertis-nous ».
  • 57 « Mets-nous sous ta garde ».

386Oncques ne vis curé si bien dire Complies.
Qu’elles soient belles ou laides, les blanches et les noires,
N’ont qu’à dire « Converte nos »56 pour que tu ouvres les portes.
Ensuite, « Custodi nos »57 te prient les dames couvertes.

  • 58 « pour quoi tu t’es préparé ».
  • 59 « À la face de tous ».
  • 60 « À la gloire de ton peuple ».
  • 61 « Salut, reine ».

387Jusqu’au quod parasti58 tu ne veux les lâcher.
Ante façiem omnium59 tu sais les éloigner.
In gloriam plebis tue60 tu sais les faire plier.
Tu dis Salve regina61 si elles ont à protester.

[Où il parle de la joute que l’Archiprêtre eut avec don Amour]

388Avec de la paresse, tu apportes tous ces malheurs,
D’autres péchés encore, caprices et frayeurs.
Tu ne veux d’homme chaste, non plus que saint et digne
Et tu donnes aux tiens tribulations et ruine.

389Celui qui suit ton œuvre est menteur et parjure ;
Pour servir le désir, tu l’endurcis dans l’hérésie,
Et le pauvre imbécile croit à tes flatteries
Plus qu’il n’a foi en Dieu ! Va-t-en, je t’en conjure !

390Je ne t’aime pas, Amour, ni Cupidon, ton fils.
Tu me fais courir en vain, en me disant : « J’ai dit ! »
D’autant plus tu me presses que moi-même je me pique.
Ta vanité ne me vaut le moindre grain de mil !

391Tu n’as ni peur ni honte devant les rois, les reines ;
Tu déloges chaque jour, pour trouver ton plaisir ;
Tes hôtes sont nombreux, tu ne tiens pas en place,
D’une voisine à l’autre comme le feu tu passes.

392Par tes belles promesses beaucoup sont affolés,
Mais très peu sont celles que tu aies bien guidées.
Tes flatteries abondent, plus que feuilles en vigne !
Sots et fous t’accompagnent, plus que pignons en pigne !

393Tu agis en débauché en toutes tes manières ;
Tu les guettes de loin et chasses la première.
Celui que tu veux tuer, tu le sors de carrière
Et de tout lieu secret tu fais une souricière.

394Un homme a une fille qu’il aime de tout cœur.
Elle est fraîche, elle est belle, objet de maints désirs ;
Il l’enferme et la garde et la gâte à plaisir ;
Il croit avoir en elle un bien, mais il n’a rien.

395On pense à la marier, comme le font les gens,
Pour que s’honorent d’elle son père et ses parents.
Comme mule rétive elle montre les dents,
Elle secoue la tête : elle ne pense qu’à mal !

396Tu lui souffles à l’oreille un bien mauvais conseil :
Qu’elle fasse ce que tu dis et se livre à tes jeux.
Les cheveux enroulés, le peigne, le miroir —
Ce Jacques Mouton n’est vraiment pas digne d’elle !

397Tu retournes son cœur au moins cent fois à l’heure.
Veut-on la marïer ? Elle aime un autre gars !
Tantôt en jupe tantôt en gandoura,
Elle se mire, la folle, où ta folie demeure !

398Plus on croit fort en toi et plus on se fourvoie.
Elles aussi bien qu’eux, à leur perte tu les envoies.
Un diable maléfique, tout ton éloge est là !
Tristesses et faiblesses, c’est tout ce que j’ai de toi !

399Tu donnes mort durable aux âmes que tu blesses
Et beaucoup d’ennemis aux corps que tu agresses ;
Tu fais perdre l’honneur à qui tu donnes le plus d’amour ;
Il perd Dieu et le monde, Amour, celui que tu aimes le plus.

400Tu détruis les personnes, tu ruines les avoirs ;
Âmes, corps et biens tu engloutis comme bouche d’enfer.
Tu fais de tes vassaux des sots et des benêts ;
Tu promets tant et plus mais donnes peu et tard.

401Tu es bien grand géant au moment de promettre
Tu es tout petit nain quand il te faut donner.
Tu offres volontiers mais tu sais revirer.
Tu renâcles à donner et préfères demander.

402La jolie fille, folle et niaise tu la rends ;
Sous l’effet de ta flamme, comme la louve elle fait :
Le loup le plus vilain, le plus hideux elle prend,
Le saisit par la main et s’en fait engrosser.

403Ainsi nombre de belles se prennent à ta malice :
Guidées par leur caprice, voilà qu’elles s’unissent !
Qu’il soit laid, qu’il soit vil, elles ne regardent rien.
Et plus elles croient en toi, moins elles raisonnent bien.

404Pour une femme laide, tu perds bel homme riche
Et pour un pauvre rustre, haute dame s’égare.
N’importe qui t’agrée, sur un simple regard !
Si on veut t’insulter, qu’on t’appelle « Caprice » !

405Tu as nature de diable. Quelle que soit ta demeure
Tu fais trembler les hommes, ils changent de couleur,
Perdent sens et parole, sentent mille douleurs.
Tu aveugles les hommes qui croient en tes faveurs.

406Tu es pareil au chasseur qui joue de son appeau :
Par son doux chant trompeur, il attire l’oiseau
Puis resserre son lacs, quand il y met la patte !
Rassurant, tu occis. Retire-toi, va-t-en !

[Exemplum du rat et de la grenouille]

407Tous les jours, tes amis peuvent attendre de toi
Ce qu’il advint au rat qui voulut être l’ami
De la jolie grenouille, quand celle-ci l’emmena.
Entends bien cette fable et pourquoi je la dis.

408Le rat avait creusé son terrier dans la berge.
La rivière grossit tant que c’en était merveille,
Entoura son terrier, l’empêchant de sortir.
En chantant s’approcha la grenouille mélodieuse.

409« Doux sire » dit au rat la grenouille,
« ton amie je veux être, ta femme, ta compagne.
Je te mettrai au sec, en cette matinée.
Sur cette butte, sain et sauf je te déposerai.

410Je sais très bien nager, de tes yeux tu le vois.
Attache ton pied au mien, grimpe sur mon genou.
Je te mettrai au sec, dommage tu n’auras.
Sur la butte te poserai, ou dans ces chaumes-là.

411Cette belle chanson la grenouille chantait.
Mais, au fond de son cœur, autrement il en est.
Le rat s’y laissa prendre, les voilà attachés ;
Leurs pieds ne font plus qu’un mais pas leurs volontés.

412La grenouille rompit le pacte proposé ;
Elle fit un bond dans l’eau et s’enfonça profond.
Le rat tant qu’il pouvait la tirait vers le haut.
Qui vers le bas, qui vers le haut, rude combat menaient !

413Un milan faisait sa ronde, volant le ventre vide,
Cherchant de quoi manger. Il vit cette querelle,
Fondit sur eux, poussant son cri d’appel.
Le rat et la grenouille emporta dans son nid.

414Il les mangea tous deux, sans apaiser sa faim.
Ainsi fait sur les fous ton perfide venin.
Tous ceux que tu attaches avec tes maudits liens
Périssent sans remède, sous ton méchant essaim.

415Les niaises et les niais que d’abord tu enlaces,
Tu les entraves tant de solides baillons
Qu’ils ne craignent pas Dieu non plus que ses menaces.
Le diable les emporte, serrés dans tes tenailles.

416De l’un comme de l’autre tu es le destructeur,
De celui qui est trompé autant que du trompeur.
Comme le rat et la grenouille ils périssent, ou pire encore !
Tu es l’ennemi malin, tu fais le joli cœur !

417Tout le mal du monde, toute la pestilence
Sur ta langue enjôleuse prennent fausse apparence.
Tenir de doux propos pour une tendre alliance
Mais agir dans le mal, n’être que malveillance.

418Dès lors qu’on dit du bien sachant qu’on n’en fera rien,
Le cœur est fourbe, la langue mensongère.
Dieu confonde le corps où s’épanouit tel cœur !
Qu’il extirpe du monde cette langue de vipère !

419Point ne sied à l’homme de bien de croire à la légère
Tout ce qu’on lui dira : qu’il y pense d’abord.
Il ne lui sied non plus de se montrer flatteur :
Qu’en ses bonnes paroles, il soit ferme et sincère.

420Sous la peau de l’agneau, tu as les dents du loup.
Celui que tu attrapes, tu l’emportes et le voles,
Tu occis ton préféré, tu occultes le bien.
Tu mets sur un dos frêle grand poids et grand fardeau.

421Je suis fort aise, dis-je, de n’être ton obligé,
Car tu prêtes chaque jour à très fort intérêt.
Tu pêches la baleine avec ton mince appât.
Je te dirais bien pis, sauf que je n’ose pas,

422Parce que je serais des dames mal aimé
Et que des jeunes fous je serais insulté.
Tout ce que je pourrais dire, cela n’est encore rien !
Tais-toi et taisons-nous ! Amour, passe ton chemin ! »

[Où il parle de la réponse que don Amour fit à l’Archiprêtre]

423L’Amour avec mesure sitôt me répondit :
Il dit : « Tout doux, Archiprêtre, je t’en prie !
Ne médis pas d’amour, même par jeu,
Car un peu d’eau, parfois, peut éteindre grand feu.

424Un peu de médisance fait perdre grand amour ;
De petite querelle, il naît grande rancœur ;
Pour un mot malheureux, vassal perd son seigneur ;
Toujours bonnes paroles rendent le bien meilleur.

425Écoute un propos mesuré, toi qui as dit l’opprobre.
Point ne doit menacer qui attend le pardon !
Je t’ai bien entendu, écoute mes leçons :
Si tu les suis, aucune femme ne te dira non.

426Si jusqu’à maintenant tu n’as rien obtenu
Des dames et des autres que tu as aimées, dis-tu,
Tu en portes la faute, c’est toi qui t’es trompé
Car tu n’es pas venu me voir ni m’éprouver.

427Tu as voulu être maître avant d’être enseigné
Et tu ne sais pas bien ce qu’apprendre il faudrait.
Écoute mes leçons, lis-les, sache les appliquer :
Tu obtiendras la dame et sauras d’autres attirer.

428Pour toutes les femmes ton amour ne convient pas.
Ne va pas aimer dames qui ne sont pas pour toi.
C’est amour mal venu, né de grande folie ;
Il n’aura que malheur celui qui a vain amour.

429Si tu lis bien Ovide, que jadis j’éduquai,
Tu y trouves les propos que je lui ai enseignés,
Maintes bonnes manières pour qui voudrait aimer.
Pamphilus et Nason sur moi se sont formés.

430Si tu veux aimer dame ou bien quelqu’autre femme,
Il te faudra d’abord maintes choses apprendre,
Pour qu’elle veuille enfin en son amour te prendre.
Sache premièrement comment choisir la dame.

431Vois une belle femme, gracieuse, pleine de vie,
Qui ne soit pas trop grande mais ne soit pas trop naine.
Si tu le peux, évite bien d’aimer une vilaine :
Elle ne sait rien de l’amour, elle n’est que cuir durci !

432Cherche femme élancée, à la tête menue,
La chevelure blonde, non point teinte au henné ;
Les sourcils écartés, longs et bien arqués ;
Un peu large de hanches, c’est là forme de femme.

  • 62 Nous suivons le manuscrit de Salamanque et traduisons « reyentes », pour les yeux. Nous pensons que (...)

433De grands yeux bien ouverts, beaux et brillants,
Aux longs cils, clairs, bien souriants62,
Les oreilles petites et fines ; et vérifie
Qu’elle ait long cou, c’est ce qu’on apprécie !

434Le nez étroit, les dents toutes menues,
Régulières et blanches, légèrement écartées.
Les gencives vermeilles, les dents un peu pointues.
Des lèvres de carmin, minces et étirées.

435Que sa bouche soit petite, joliment dessinée ;
Que son visage soit blanc, sans duvet, clair et lisse ;
Fais tout pour trouver une femme qui la voie sans chemise :
La forme de son corps, elle te la dira alors.

436Envoie-lui une femme qui soit de tes parentes ;
Qu’elle te soit loyale et non pas sa servante !
Que la dame l’ignore, pour que l’autre ne lui mente.
Celui qui est mal marié, force est qu’il se repente !

437Fais tout ce que tu peux pour que ta messagère
Soit habile à parler, subtile et familière.
Qu’elle sache beau mentir et ouvre la carrière.
Car le chaudron bout mieux s’il est sous un couvercle.

438Si tu n’as telle parente, prends une de ces vieilles
Qui courent les églises et fréquentent les ruelles.
Grands chapelets au cou, elles en savent beaucoup !
Leurs rosaires de cristal enchantent les oreilles.

439Ce sont grandes expertes, ces vieilles ensorceleuses !
Elles parcourent le monde, les places et les monts,
Lèvent au ciel leur rosaire, pleurant sur leurs malheurs.
Ah ! comme elles connaissent le mal, ces vieilles tricheuses !

440Prends une de ces vieilles qui font commerce d’herbes.
De maison en maison, elles se disent accoucheuses.
Avec poudres et fards, toutes sortes de khôls,
Elles charment la belle et l’aveuglent tout de bon.

  • 63 Selon José JURADO, « Pecas, deturpación resuelta: Libro de buen amor, 441a », Romania, 2009, 3-4, p (...)

441Cherche une messagère portant noirs chapelets63
Habituels chez les moines, les nonnes, les dévots.
Elles usent leurs semelles et méritent leurs souliers.
Et ces trotte-couvents font gagner de bons lots !

442Auprès de ces femmes, toujours on s’ébaudit
Et rares sont les femmes qui ne les apprécient.
Pour qu’elles ne te mentent sache les amadouer,
Car elles usent de tels charmes qu’elles savent aveugler.

443De toutes ces vieilles-là, celle-ci est la meilleure.
Prie-la de ne pas te mentir, montre-lui bon amour,
Car un bon maquignon vend bêtes sans valeur
Et mainte vieille harde couvre bon entremetteur…

444Si elle dit que la dame n’a pas les membres longs
Non plus que des bras maigres, demande-lui ensuite
Si elle a de petits seins. Si elle dit que oui, demande
Comment est son allure, pour aller à coup sûr.

445Si elle dit qu’elle a les aisselles un peu moites
Et qu’elle a jambes courtes et le flanc allongé,
Les hanches arrondies, pieds petits et cambrés,
Pareille femme, on ne la trouve sur tous les marchés !

446Au lit toute follette, bien sage à la maison,
Telle dame n’oublie, mets-y ton attention.
Ce que je te conseille chez Ovide est leçon :
Pour cette dame-là, cherche un fin hameçon.

447Trois choses je n’ose ici te découvrir :
Ce sont défauts cachés, qui prêtent à médire ;
Rares sont les femmes qui n’en sont pas nanties
Mais si je les disais elles partiraient à rire :

448Prends garde qu’elle ne soit ni poilue ni barbue !
Que l’enfer malmène ces femelles du diable !
Si elle a la main petite et maigre, la voix aiguë,
Telle femme – sois sensé – fuis si tu en es capable !

449Et au bout du discours, pose question ultime :
Est-ce femme joyeuse, qui se prise d’aimer,
A-t-elle la peau fraîche, demande-t-elle tout ce qu’elle devine ?
Si elle dit « oui » à l’homme, prends-la sans hésiter.

450Digne d’être servie et digne d’être aimée,
Elle est plus agréable que d’autres à courtiser.
Si tu en connais une et si tu veux l’avoir,
Sers-la du mieux possible en paroles et en actes.

451De tes plus beaux bijoux, donne tant que tu peux !
Si tu ne veux en donner ou si tu n’en avais,
Offre et promet beaucoup, même sans le donner.
Elle sera en confiance, fera ce que tu veux.

452Sers-la sans t’irriter. Par le service, l’amour grandit.
Le service, chez l’homme de bien, ne meurt ni ne périt.
S’il faut du temps, on n’y perd pas, jamais ne meurt l’amour.
De grands efforts viennent à bout de tout, toujours.

453Remercie-la beaucoup pour ce qu’elle fait pour toi,
Donne à cela plus de prix qu’il n’en a.
Ne lui refuse pas ce qu’elle te demandera
Et ne contredis pas ce qu’elle te dira.

454Requiers souvent celle que tu aimeras,
Ne crains pas de la voir tout le temps que tu auras.
Que la honte ne t’arrête quand tu l’approcheras.
Ne sois pas paresseux quand bonne moisson verras.

455Quand la femme voit le paresseux poltron,
Elle murmure entre ses dents : « Ouste ! Mon aiguillon ! »
N’aie paresse avec les dames ni te couvre de grande cape :
Que ton plus court habit montre toute ton audace !

456Dans la grande paresse sont la couardise et la peur,
La négligence, la vilenie, la saleté et la hideur.
À cause de leur paresse, moult perdent ma compagnie ;
Par paresse, on perdra une femme de grand prix.

[Exemplum des deux paresseux qui voulaient épouser la même dame]

457Je te dirai l’histoire de ces deux paresseux
Qui voulaient se marier et en étaient anxieux.
Une seule et même dame tous deux ils convoitaient.
Tu vas voir comme ils étaient beaux et bien tournés !

458L’un était borgne, il lui manquait l’œil droit ;
L’autre avait la voix rauque et la jambe de guingois.
Ils avaient l’un pour l’autre grand animosité
Car ils croyaient tous deux leur mariage arrangé.

459La dame leur répondit qu’elle voulait épouser
Le plus paresseux, que c’est lui qu’elle prendrait.
Ceci disait la dame pour mieux les abuser.
Le boiteux, pensant l’emporter, vint parler le premier.

460Il dit : « Madame, écoutez d’abord mes raisons ;
Je suis plus paresseux que n’est mon compagnon.
Par paresse de tendre le pied jusques à l’échelon
Je tombai de l’échelle, me fit cette lésion.

461Je nageais une fois au fil d’une rivière ;
Midi chauffait plus fort que jamais on ne vit.
Je mourais de soif mais ma paresse est telle
Que pour n’ouvrir la bouche la parole perdis. »

462Quand le boiteux se tut, « Madame, dit le borgne,
Chétive est la paresse que vous conte cet homme.
Je vous dirai la mienne : oncques n’avez vu telle,
Oncques ne la verra aucun croyant sur terre.

463J’étais très amoureux d’une dame en avril.
Je me tenais près d’elle, respectueux, très tranquille,
Quand de mon nez coula une morve bien vile.
Ma paresse à l’essuyer me fit perdre dame gentille.

464Je vous dirai plus, madame ; une nuit, j’étais
Dans mon lit, éveillé quand à verse il pleuvait ;
Et l’eau sur moi gouttait, si fort la pluie tombait !
Sur mon œil, vite et dru, elle venait frapper.

465J’eus très grande paresse de déplacer ma tête.
La goutte dont je parle si durement frappait
Que l’œil dont je suis borgne elle finit par crever.
Vous devez, dame, m’épouser pour ma paresse extrême. »

466« Je ne sais, dit la dame, des paresses vantées
Laquelle est la plus grande ; il y a égalité.
Je vois, vilain boiteux, de quel pied vous boitez ;
Je vois, répugnant borgne, que bien mal vous voyez.

467Cherchez-vous une épouse, car nulle dame
N’aime le paresseux mal soigné et infâme. »
Aussi, mon bon ami, qu’en ton cœur il n’y ait
Vice ni vilenie qui à femme déplaît.

468Fais en sorte qu’elle perde toute honte une fois :
Emploie-toi à cela si tu la veux avoir.
Une fois que la femme toute honte a perdue,
Elle est bien plus coquine qu’on ne l’aurait voulu.

469Tempérament de femme, qui pourrait le concevoir !
Et leurs friponneries et leurs malins savoirs !
Quand elles sont échauffées et veulent mal agir
Âme, corps, renommée, elles laissent tout périr.

470Dès que le joueur n’a plus honte d’approcher le damier,
S’il engage sa pelisse, il y jouera ses braies !
Sitôt que la chanteuse chante le premier couplet
Ses deux pieds la démangent, du tambourin s’en est fait !

471Tisserand et chanteuse n’ont jamais les pieds en paix,
Au métier, à la danse, les orteils bougent sans arrêt.
La femme sans vergogne, même pour dix Tolèdes,
Sur ses caprices néfastes au grand jamais ne cède.

472Ne néglige pas la dame, tu vois que j’y reviens.
Femme, moulin, jardin requièrent toujours grand soin.
Ils n’aiment pas le repos, ni en privé ni en secret.
« Oncques ne veut oubli » : troubadour l’a chanté.

473Une chose est sûre : en tournant le moulin fait son gain.
Jardin mieux travaillé donne une pomme exquise,
La femme courtisée a toujours gaillardise.
Si des trois tu prends soin, tu n’œuvreras en vain.

[Exemplum de Maître Pipes Pailles, peintre de Bretagne]

474De qui oublia sa femme, te conterai l’histoire.
Si tu y vois plaisanterie, une aussi belle m’en dis.
Maître Pipes Pailles était un peintre de Bretagne.
Il épousa une jeunesse, appréciant la compagnie.

  • 64 Maître Pipes Pailles parle ici en gerriais, dialecte de l’île de Jersey.

475Au bout d’un mois à peine, il lui dit : « Not’ danme64,
Je voulons aller en Flandres, molt présents rapporter. »
« Mon moussieu, dit-elle, à la bouanne heure partez…
N’oubliez pas vot’ maison et non plus ma personne. »

476Pipes Pailles répondit: « Danme très joliette,
J’voulons faire sur vous peinture très coquette
Afin qu’soyez de toute folie gardée. »
Elle dit : « Moussieu, faites vot’volonté. »

477Sous son nombril, il peignit un agnelet.
Maître Pipes Pailles, nouveau marchand, s’en est allé.
Il s’attarda deux ans, c’était longue durée.
À sa dame, un seul mois semblait toute une année.

478Comme cette jeunette venait de se marier,
Avecques son époux elle était peu restée.
Elle prit un amant et peupla le logis.
L’agnelet s’effaça, il n’en resta pas mie.

479Quand elle entendit dire que le peintre revenait,
Elle envoya quérir, vite, son bien aimé,
Lui demandant de peindre, et ce du mieux qu’il pût
Juste au même endroit un agnelet menu.

480Dans sa hâte, il peignit un bélier de belle taille,
Le front développé et très bien outillé.
Ce même jour leur vint apprendre un messager
Le retour, pour de bon, de Maître Pipes Pailles.

481Lorsque le peintre fut revenu de Flandres,
Sa femme l’accueillit de façon fort peu tendre.
Quand dans la chambre avec elle il resta,
Le signe qu’il avait fait, bien sûr il se rappela.

482Pipes Pailles lui dit : « Ma danme, s’il vous plaît,
Mostrez-mé le dessin et faisons à not’gré. »
La femme dit : « Moussieur, vous-même regardez ;
Faites là hardiment tout ce que vous voulez. »

483Maître Pipes Pailles au dit endroit fut regarder
Il vit un grand bélier de cornes bien armé.
« Que signifie, ma danme ? Oh, comment il se fait ?
J’avais peint un agné et je trouve ce mets ? »

484Comme en cette question toujours la femme est
Subtile et très maligne, elle dit : « Comment, moussié ?
En deux ans p’tit agné ne deviendrait bélier ?
Vous seriez vite revenu, un agné vous trouviez... »

485Apprends cette leçon, ce que tu veux, ne le néglige.
Pipes Pailles ne sois, pour un autre ne l’attise…
Par de belles paroles la femme tu invites :
Il ne faut l’oublier quand elle s’est promise !

486Pierre lève le lièvre, le fait sortir du gîte,
Sans le poursuivre ni le prendre : piètre chasseur !
Un autre Pierre, qui le poursuit et le court, plus subtil,
Le prend. Chasses de cette sorte, il y en a mille.

487La femme de marmonner : « Voici un autre Pierre,
Plus mâle et plus hardi que l’autre que tu as aimé.
Le premier, à côté, ne vaut fétu de paille.
Si Dieu m’aide, avec lui je ferai mon affaire. »

488De même, quand tu verras quelqu’un qui la fréquente,
Qu’il soit ou non des siens, parle-lui, pour l’amour d’elle.
Fais-lui, si tu peux, un présent ; surtout, point de querelle !
Des choses de ce genre peuvent t’attirer la belle.

489Pour peu de chose que tu lui donnes de ton bien,
Loyalement elle te servira, fera ce que voudras.
Pour l’argent, elle fera tout ce que tu lui demanderas.
Donne-lui peu ou prou, chaque fois que tu pourras.

[Exemplum des propriétés de l’argent]

490L’argent a grand pouvoir et on doit bien l’aimer.
Il fait du rustre un homme de bien très respecté ;
Fait courir le boiteux et fait parler le muet.
Qui a les mains coupées veut saisir les deniers !

491Prenez un homme sot, un rude paysan :
Les deniers en feront un noble et un savant.
Plus il a de richesse, plus il a de valeur.
Et qui n’a pas d’argent n’est pas de soi seigneur.

492Si tu as de l’argent, tu auras consolation,
Plaisir et réjouissance, du Pape bénéfice.
Tu achèteras le paradis, trouveras salvation.
Où il y a beaucoup d’argent, est moult bénédiction.

493J’ai vu aussi à Rome, à la cour, où est sa Sainteté,
Que tous, devant l’argent, venaient s’agenouiller.
Grand honneur lui faisaient, en grande solennité ;
Tous devant lui s’inclinent, divine Majesté.

494Il faisait maints prieurs, évêques et abbés,
Archevêques, docteurs, patriarches, autorités.
À bien des clercs niais donnait des dignités.
Du vrai faisait mensonges, de mensonges, vérités.

495Il faisait nombre de clercs, de prêtres ordonnés,
Nombre de moines, nonnes, religieux consacrés.
L’argent les tenait pour bien examinés.
Aux pauvres, on disait qu’ils n’étaient pas lettrés !

496Il rendait la justice, maints mauvais jugements.
Avec moult avocats, il trouvait sa pitance
En de mauvais procès et force arrangements.
Enfin, pour de l’argent, il avait pénitence.

497L’argent brise les chaînes douloureuses,
Ôte les ceps, les fers, les prisons dangereuses.
À qui n’a pas d’argent, on passe les menottes !
Il fait partout au monde des choses merveilleuses !

498J’ai vu faire merveille là où il était souvent.
Beaucoup méritaient la mort, la vie il leur donnait.
D’autres qui étaient sans faute, il les tuait céans.
Maintes âmes il perdait, maintes autres sauvait.

499Le pauvre, il lui fait perdre sa maison et sa vigne,
Ses meubles et ses biens ; il décompose tout.
De partout se répandent sa gale et sa teigne ;
Quand l’argent joue, les clins d’œil sont au rendez-vous.

500Il fait chevaliers des paysans nïais
Comtes et gentilhommes même des roturiers ;
Avec de l’argent, tout le monde est à l’aise !
Il n’y a personne au monde qui les mains ne lui baise.

501J’ai vu l’argent avoir les meilleures demeures,
Très hautes et coûteuses, belles et décorées.
Châteaux, manoirs, villes aux fortes tours,
Tous servent l’argent, ils sont à lui : il les a achetés.

502Il mangeait de tous mets, de diverse nature,
Portait nobles étoffes et maints habits dorés,
Exhibait des joyaux en fêtes et voluptés,
D’admirables parures et de nobles montures.

503J’ai vu beaucoup de moines en leurs prédications
Qui condamnent l’argent et ses tentatïons ;
mais contre de l’argent ils donnent le pardon,
ils exemptent du jeûne : telles sont leurs oraisons !

504Les moines le condamnent sur la publique place,
Mais au couvent le serrent en des vases et des tasses.
Ils rachètent en argent leurs défauts et leurs taches ;
Et ils ont plus de caches qu’étourneaux et agasses!

505Et même si les frères ne prennent les deniers,
En haussant le sourcil y engagent leurs comparses
Et prompts sont à le prendre après leurs dépensiers.
Puisqu’ils se disent pauvres, pourquoi des trésoriers ?

506Moines, frères et clercs qui aiment Dieu servir
S’ils sentent que le riche est au point de mourir
Et qu’ils entendent ses deniers commencer à tinter,
Pour voir qui l’emportera commencent à se disputer.

  • 65 En latin, « demain ».

507Il sont là à attendre qui aura le plus gros morceau ;
Point n’est mort qu’ils disent funeste patenôtre!
Comme corbeaux sur l’âne, quand ils écorchent sa peau :
« Cras, cras65 nous l’aurons, il est à nous de droit ! »

508Toute femme dans le monde et dame de haut rang
Se complaît dans l’argent et dans grande richesse ;
Jamais ne vis de belle cherchant le dénuement.
Où abonde l’argent abonde la noblesse !

509L’argent est un alcade, un juge très applaudi.
C’est un bon conseiller, un avocat subtil,
Alguazil et bailli courageux et hardi.
Il n’est pas de métier que l’argent ne dirige.

510Ne te montre pas sourd à ce que je te dis :
L’argent est pour le monde un grand agitateur :
Du serf fait un seigneur, du maître un serviteur.
Toute chose du monde se fait par amour pour lui.

511L’argent change et le monde et son train ;
La convoitise rendra toute femme enjôleuse,
Contre argent et joyaux, elle quittera le droit chemin.
Donner brise les rocs, fend le bois le plus dur,

512Abat forte muraille, renverse grande tour.
Pour les peines et besoins le don est un secours.
Il n’est point de captif que l’argent ne libère ;
Qui n’a de quoi donner, son cheval ne court guère !

513Les affaires difficiles il fait facilement.
Et ainsi à ta vieille donne bien largement ;
Peu ou prou, qu’elle ne parte jamais sans son paiement.
Je n’aime pas les jeux où il n’y a pas d’argent !

514Si d’argent ne lui donnes, que ce soit peu ou prou,
Sois large en parole, ne lui dis rien de fou.
Qui n’a de miel en pot, qu’il en mette en ses mots.
Le marchand qui le fait vend bien et fait bon troc.

515Si tu joues d’instruments à cordes ou à vent,
Si tu te plais à chanter, si tu sais un beau chant,
Un peu de temps en temps en quelque honnête endroit
Où la femme t’entende, bien sûr n’y manque pas.

516Si une seule chose ne fait varier la femme,
Plusieurs choses ensemble pourront bien t’y aider.
Quand la femme l’entend, bien souvent elle y pense.
Impossible qu’un jour tu n’aies ta récompense.

517Avec une cordelette, tu ne lèveras barre de bois ;
Un seul « Hue ! » ne fait marcher un animal boiteux ;
Le pesant rocher, nul levier ne l’ébranlera,
Avec des masses et des coins, il bouge peu à peu.

518Fais preuve d’agilité et aussi de vaillance.
Qu’elle le voie ou non, un jour, elle le saura,
Ne sera si farouche qu’il n’y ait de résultat.
Ne cesse tes assiduités : tu vaincras sa résistance.

519Celui qui la courtise, qui beaucoup la fréquente,
Elle le garde en son cœur, même si elle le refuse.
Et quoique tout le monde pour cette raison l’accuse,
C’est à lui qu’elle pense, quand elle a l’air rêveur.

520Et plus elle est grondée, plus elle est querellée,
Plus elle est par un homme et blessée et meurtrie,
Et plus elle en est folle, perdue à en mourir.
Elle ne voit pas le moment d’aller le retrouver.

521Sa chère mère croit que si elle la réprimande,
La corrige et la bat, et si elle la gronde,
Elle restera chaste et se tiendra tranquille :
Ce sont des aiguillons qui la font mieux bondir.

522Sa mère devrait penser qu’au temps où elle était pucelle,
Sa mère ne cessait de la battre, de la gronder,
L’enflammant davantage ! Elle devrait d’après elle
Juger toutes les autres et aussi sa fille belle.

523Toute femme sur terre est de cette matière ;
Tout ce qu’on lui défend à son cœur est plus cher.
C’est cela qui l’enflamme, cela qui la ravit.
Si on ne la fustige, elle est molle, alanguie.

524Tout ce qui est sauvage se dompte par l’usage.
La biche des forêts longtemps chassée est lasse,
Il la prend au repos, le chasseur à ses trousses.
La dame très farouche à l’usage devient douce.

525Quand une fois par jour l’homme le lui demande,
Cent fois la nuit amour la sollicite.
Vénus, pour lui, toute sa vie l’y invite.
Ces nombreuses demandes alimentent sa flamme.

526L’eau est très douce, mais quand elle frappe la pierre dure
Par ses coups répétés creuse grande ouverture.
Le sot apprend beaucoup à force de lecture.
Femme très courtisée oublie toute droiture.

527Garde-toi de frayer avec la marïeuse :
Ne la courtise pas, car ce sont des manières
Propres à te faire perdre sûrement ton amoureuse,
Car la femme séduite de toute autre est envieuse.

[Comment l’Amour instruit l’Archiprêtre afin qu’il ait de bonnes mœurs et surtout qu’il se garde de boire trop de vin, blanc et rouge.]

528De bonnes mœurs tu dois toujours avoir.
Et surtout garde-toi de boire trop de vin,
Car le vin poussa Loth à s’unir à ses filles
Honte pour le monde !– s’attirant le courroux divin.

529Il fit perdre corps et âme à un ermite
Qui n’en avait jamais bu ; à son grand dam il y goûta ;
Par tromperies subtiles le diable le tenta,
Lui fit boire du vin ; écoute cette histoire insolite !

530Il était une fois un ermite ; depuis quarante années
Au désert, en tous points, ses œuvres Dieu servaient.
Jamais de toute sa vie, de vin il ne buvait.
Dans la sainteté, le jeûne, la prière, cet ermite vivait.

531Aussi le diable en concevait-il grande peine.
Il chercha comment pouvoir l’en détourner ;
Puis un jour vint le voir, avec subtilité.
« Dieu te garde, brave homme » dit-il d’un air amène.

532Le moine s’étonna et dit « À Dieu me recommande !
Dis-moi ce que tu es, je ne te comprends mie.
Depuis longtemps à servir Dieu je suis ici,
Jamais personne ne vis. Que la croix me défende ! »

533Le diable ne put de sa personne s’approcher.
Restant donc en retrait, il commença à le tenter.
Il dit : « Le corps de Dieu que tu veux tant goûter,
Je te montrerai comment pouvoir y communier.

534Tu ne dois pas douter que c’est du vin qu’est fait
Le véritable sang de Dieu. En cela est
Un sacrement très saint. Goûte-le s’il te plaît. »
C’est par là que le diable le moine peut attraper.

535L’ermite répondit : « J’ignore ce qu’est le vin. »
Le diable répliqua, pour arriver à ses fins,
Disant : « ces taverniers qui passent sur le chemin
T’en donneront assez ; va donc vite en chercher ! »

536Il l’envoya chercher le vin et à son retour lui dit :
« Bénis-le et bois-le, puisque tu l’as ici.
Goûte-le un peu et quand tu l’auras bu
Tu verras que mon conseil était le bienvenu. »

537L’ermite but le vin sans mesure ni raison.
Comme il était fort, pur, il lui fit perdre la tête.
Quand le diable vit que les fondations étaient prêtes,
Il y monta son attirail et toute sa maison.

538« Ami, dit-il, tu ne sais quand il fait jour, quand il fait nuit,
quelle est l’heure précise, ni comment va le monde.
Prends un coq qui chaque jour l’ heure te dise ;
Quelques femelles aussi, il s’en portera mieux. »

539Il suivit ce mauvais conseil, au vin déjà était accoutumé ;
Sous l’emprise du vin, vit comment s’accouplait
Le coq avec les poules, et comme il en jouissait.
Il eut envie de forniquer, depuis que le vin buvait.

540La convoitise s’ensuivit, source de tous les maux,
La luxure et l’orgueil, trois péchés capitaux,
Et puis vint l’homicide, car ce sont des péchés
Que le vin en excès donne aux dévergondés.

541Il descendit de l’ermitage et força une femme ;
Elle cria beaucoup mais ne put se défendre ;
Et dès qu’il eut péché, eut peur d’être dénoncé :
Il la tua, le malheureux, et il en fut damné.

542Le proverbe le dit avec juste raison
Toutes les fourberies mènent à la perdition,
Et bientôt découverte fut sa mauvaise action :
Le moine alors fut pris, terrible situation !

543Il comprit à quel mal le vin l’avait poussé ;
Il fut exécuté, comme le droit le veut.
Il perdit corps et âme, le pauvre malheureux !
Il n’y a que préjudice dans le vin en excès.

544Il fait perdre la vue et raccourcit la vie,
Enlève toute force, si on boit sans retenue.
Il fait trembler les membres, la raison s’évanouit.
Là où il y a trop de vin, toute chose est perdue.

545Il donne forte l’haleine, et c’est vilain travers ;
La bouche sent mauvais, on ne peut rien y faire.
Il brûle les entrailles et transperce le foie.
Si tu veux dames aimer, le vin n’est pas pour toi.

546Les hommes avinés rapidement vieillissent.
Ils perdent leur couleur, se dessèchent et maigrissent,
Commettent vilenies, tous les hommes les haïssent ;
C’est manquement à Dieu, et au monde ils faillissent.

547Quand le vin domine d’une miette la cervelle,
Grognent ivrognes comme porcs et corbeaux ;
S’ensuivent meurtres et rixes et querelles.
Abondance de vin n’est bonne qu’en tonneaux.

548En soi le vin est bon, de sa propre nature ;
Il a maintes vertus, si on garde la mesure.
À celui qui en boit trop il fait perdre l’esprit,
Le pousse à tous méfaits, à toutes les folies.

549Ainsi donc fuis le vin et use de bons gestes.
Si tu parles à une dame, tournes tes compliments.
Aie de belles sentences, tiens-toi prêt à les dire.
Tes yeux posés sur elle, parle en soupirant.

550Ne parle pas trop vite et non plus lentement.
Ne sois pas impétueux, ni paresseux ni lent.
Donne autant que tu peux, ne sois pas regardant.
Ce que tu auras promis surtout qu’elle ne l’attende.

551Celui qui parle vite, personne ne le comprend.
Qui parle lentement agace qui l’entend.
Un grand emportement confine à la folie,
Celui qui est trop lent passe pour ahuri.

552Qui est avaricieux n’a pas le gain aisé,
N’obtient pas ce qu’il veut, s’il y semble habitué.
Qui remet à demain n’est pas tenu pour fiable ;
Promettre et donner bientôt, voilà qui est louable.

553Dans tes actes, tes paroles et tout ce que tu fais,
Choisis donc la mesure et ce qui est coutumier.
De même qu’il faut en tout être fort mesuré,
Sans la mesure, tout semblera bien mauvais.

554Ne va pas jouer aux dés, le tripot fréquenter,
Car ces gains là sont pires que ceux d’un usurier.
Le juif, pour un an, donne trois, gagne quatre, mais
Le joueur double en un jour son argent mal gagné.

555Dès que les hommes se prennent au jeu,
Une fois l’argent perdu, laissent l’habit aux dés.
Le tenancier récolte vêtements et deniers.
Les joueurs se grattent sans que cela les pique, bon gré mal gré !

556Ces dés maudits, comme le dit maître Roland,
Que de ruses et de vices en eux sont renfermés !
Sans pain manger, ils mettent à mal plus de greniers
Que la Pâque d’agneaux et d’oisons la Saint-Jean.

557Ne fraye avec coquins, ne sois pas bagarreur.
Et ne sois ni goliard ni taquin ni railleur.
Ne sois ni de toi ni de tes actes louangeur :
Qui trop fait son éloge est de soi détracteur.

558Ne sois pas médisant, ne sois pas envïeux ;
De la femme qui est sage ne conçois jalousie.
À moins de la confondre, ne lui montre mépris
Et des biens qu’elle possède ne sois pas désireux.

559Devant elle, ne vante d’une autre la beauté
Car elle en sera, à l’instant, attristée.
Elle croira que l’autre tu aimerais mieux charmer.
Cette maladresse pourrait ton affaire ruiner.

560Fais-lui maintes louanges, d’autres femmes ne dis rien.
Le pion, nulle femme ne le veux dans la poche d’une autre.
De sa grande beauté fait sans cesse l’éloge.
Qui n’agit de la sorte récolte tard ou n’y parvient.

561Ne lui mens pas, que tes mots soient sincères.
Quand tu joues avec elle, ne sois pas trop disert ;
Si elle te parle d’amour, montre-toi bien content ;
Qui se tait et apprend, c’est lui le conquérant.

562Si elle n’est pas seule, ne la regarde pas de près,
Ne lui fais de signes, ne cours pas à ta perte !
Car plus d’un comprend, pour l’avoir pratiqué.
De loin mène bataille, sans hâte, sans te presser.

563Sois comme la colombe, bien propre et mesuré ;
Sois comme le paon, plein de force et de paix ;
Sois sage, sans courroux, ni triste ni coléreux :
À tout cela s’efforce celui qui est amoureux.

564Garde-toi d’une chose, quand tu aimes une brune :
Qu’elle apprenne un jour qu’ailleurs tu en aimes une !
Car tout ton effort serait ombre de lune,
C’est comme labourer un fleuve, une lagune.

565Vois donc si ton cheval accepterait ce frein,
Que ta belle amoureuse s’entiche de frère Brun.
Pense bien à toi-même, regarde au fond de toi :
À l’aune de ton cœur le cœur d’autrui tu jugeras.

566Par-dessus toute chose, parle de sa bonté,
Mais ne t’en flatte pas, c’est grande stupidité !
Combien perdent la dame pour une fatuité!
Quoi qu’elle fasse pour toi, gardes-en le secret.

567Elle fera beaucoup pour toi si tu es très discret.
Où j’ai trouvé le secret, j’ai parlé volontiers,
Avec les losangiers je n’ai jamais frayé.
Pour cela, de leurs dames nombre j’en séparai.

568Comme ton estomac garde en lui bien des mets,
Qu’il garde le secret, qui est bien plus léger !
Caton, sage romain, dans son livre le met :
Il dit qu’en bon ami est toujours le secret.

569La ronce se dénonce en plantant ses épines ;
On l’arrache du jardin, du lopin, de la vigne.
C’est en dressant le cou que le héron se devine.
Bon silence vaut cent soldes dans toutes les villes.

570Qui trahit les secrets à beaucoup de gens nuit,
Il en dessert beaucoup, à commencer par lui…
Les dames s’en méfient le tenant pour hableur.
La malchance d’un seul fait perdre tous les joueurs.

571Petite souris un peu de fromage a pris :
Alors on dit : « les souris ont mangé le fromage. »
Qu’il aille au diable, qu’il soit maudit,
L’insensé qui à lui-même et aux autres fait dommage.

572De trois choses que tu attends de la femme enjôleuse,
La seconde te donnera si tu tais la première.
Si sur les deux tu es discret, tu auras la troisième.
Ne perds donc pas la dame pour ta langue parleuse !

573Si ce que je commande tu sais très bien garder,
Vite ouvrira sa porte qui ferme son volet.
Celle qui te refuse te voudra pour ami.
Suis ces conseils d’ami, fuis louanges d’ennemi !

574Je t’en dirais bien plus si je pouvais rester,
Mais j’ai, de par le monde, d’autres à contenter.
Mon retard les chagrine, je souffre de m’attarder.
Apprends en t’exerçant, tu sauras conseiller.

575Moi, Johan Ruiz, de Hita le susdit Archiprêtre,
Même si mon cœur de rimer ne s’arrête,
Jamais ne rencontrai dame telle qu’Amour vous dépeint
Ni ne crois la trouver quelque part dans le coin.

[Comment l’Amour quitta l’Archiprêtre et comment dame Vénus lui fit sa leçon]

576Amour s’en fut et me laissa dormir.
Dès que l’aube s’en vint, me mis à réfléchir 
À ses enseignements et, à vrai dire,
Je vis qu’en les suivant toujours j’avais su vivre.

577Je fus très étonné, dès lors que j’y songeai,
D’avoir servi les dames longtemps, sans me lasser.
Toujours gardai le secret, jamais ne me vantai !
Pour quelle noire raison n’ai-je eu point de succès ?

578Devers mon propre cœur moi-même me tournai,
Le prenant à parti :  « Ores te présenterai
Une dame avenante et cette fois je saurai
Que si n’y réussis, jamais ne réussirai ! »

579Mon cœur me répondit : « Fais-le, tu gagneras.
Si ce jour tu ne gagnes, demain retournes-y :
Ce que pendant longtemps tu n’as pu obtenir,
Quand tu t’y attends le moins, c’est là que tu l’auras. »

580C’est un dit bien connu, un dicton avéré :
« Mieux vaut un instant de presse qu’un jour de paresse ».
Adieu malin souci, adieu toute tristesse :
Je cherchai et trouvai une dame à désirer.

581La tournure élégante et le minois câlin,
Galante, toute fraîche, attrayante et jolie,
Courtoise et mesurée, charmante, bel esprit,
Gracieuse et souriante, un amour en tout point,

582La plus noble personne de toutes celles que j’ai eues ;
Elle est veuve, fort riche et toute jeune en plus ;
Elle a bonnes manières. Née à Calatayud,
Elle était ma voisine, ma mort et mon salut.

583Elle est noble en tout point, elle est de haut lignage,
Sortait peu de chez elle, comme le veut leur usage.
J’allai voir Dame Vénus, qu’elle lui porte un message,
Car elle est le principe et la fin du voyage.

584C’est elle notre vie, c’est elle notre mort ;
Elle affaiblit et tue l’homme robuste et fort.
Elle tient en son pouvoir du monde entier le sort.
Sur son conseil, tout se fera, si elle est au port !

585« Dame Vénus, ma dame, femme de don Amour,
Noble dame, je m’incline ! Votre humble serviteur !
De toutes choses, vous êtes, avec l’Amour, seigneurs
Et tous vous obéissent comme à leur créateur.

586Les rois, les ducs, les comtes, toutes progénitures
Vous craignent et vous servent comme vos créatures.
Exaucez mes souhaits, donnez-moi bonne fortune ;
Ne soyez pas avare ni revêche ni dure.

587Rien ne vous demanderai que vous ne puissiez donner,
Mais pour moi, malheureux, c’est chose compliquée.
Sans vous, je ne peux l’entreprendre ni l’achever ;
Je serai bienheureux si vous me l’accordez.

588Je suis frappé, blessé, un dard me fait périr ;
Je le porte en mon cœur enfermé et caché.
Je n’ose montrer ma plaie, l’oublier c’est mourir.
Je n’ose dire le nom de celle qui m’a blessé.

589Cette plaie, je ne peux la voir ni la regarder
Et de plus grands dangers j’attends qu’il en advienne.
Je crains que de plus grandes souffrances ne me prennent.
Ni médecin ni médecine ne peuvent me soigner.

590Quel chemin prendre qui à la mort ne me mènerait ?
Pauvre de moi ! Que faire, si je ne peux la regarder ?
Juste est ma plainte, c’est raison de m’affliger !
Il n’est point de remède qui puisse me soulager.

591Comme de maintes choses je me vois entravé,
Je chercherai des moyens qui soient à ma portée.
Les arts aident souvent, mais parfois ils faillissent.
Beaucoup vivent des arts, mais beaucoup en périssent.

592Si je dévoile ma blessure, sa source, sa nature,
Si je dis qui m’a frappé, je peux tant découvrir
Que je perdrai le remède dans l’espoir de guérir.
Espoir avec consolation, on le sait, peut faillir.

593Si on cache tout de sa blessure, de sa douleur,
Si on ne cherche d’aide pour une santé meilleure,
Alors pourrait s’ensuivre un bien plus grand malheur.
Je mourrais sans recours ! Oh, quel tourment majeur !

594C’est mieux de montrer sa plainte et sa douleur
Au médecin, au bon ami, qui, d’aventure, donneront
Médecine et conseil pour avoir du bonheur,
Plutôt que mort certaine et vie dans l’affliction.

595Le feu est plus violent quand il reste couvert
Que lorsqu’il se propage partout à découvert.
Et puisque c’est le chemin le plus sûr, le plus certain,
Je vous ouvre mon cœur et le mets en vos mains.

596Dame Prunelle, qui habite ici, à proximité,
En joliesse, en grâce, en allure, en beauté
Surpasse de loin toutes les femmes de la cité.
Si l’amour ne m’abuse, je dis la vérité.

597Cette dame m’a frappé d’une flèche empoisonnée.
Elle transperce mon cœur, elle y reste fichée.
Toute ma grande force ne peut l’en arracher.
La plaie grandit sans cesse, douleur ne veut céder.

598Mais à nul de ce monde, je ne peux me confier
Car elle est de haut lignage, a des terres en propriété,
meilleure origine que moi, meilleure parenté ;
À lui dire mon désir je n’ose m’aventurer.

599Avec dons et présents, on demande sa main :
Elle les prise tous moins que deux vils sarments !
Où est le grand lignage, on prend des airs hautains;
Où est grande fortune, se trouve le dédain.

600La femme riche et d’un vil porcher la fille
Choisiront leur mari à leur gré, entre mille.
Et ne pouvant gagner ainsi la dame gentille,
Je l’aurai par l’effort et par mon art subtil.

601Ses nobles qualités me poussent à l’aimer ;
Mais c’est bien la raison de n’oser l’aborder.
Aucun moyen ne trouve qui puisse m’y aider
Sinon vous, Dame Vénus, qui ce pouvoir avez.

602J’ai osé par folie, par amour entêté ;
Souvent je le lui ai dit, j’ai été maltraité !
Elle me méprisait : elle me tue, c’en est fait !
Si elle n’était ma voisine, ne serais si affligé !

603Plus on se tient d’un grand feu rapproché
Plus on se brûle fort, plus qu’en étant éloigné.
Je n’aurais tant de mal si j’en étais écarté !
Aussi, Dame Vénus, en aide me venez !

604Vous connaissez nos maux et nos peines pareilles,
Vous savez nos périls, connaissez nos histoires.
Vous ne répondez rien ni me prêtez l’oreille ?
Oyez avec douceur mes peines effroyables.

605Vos yeux ne voient-ils pas mon air si douloureux ?
Retirez de mon cœur cette flèche, ce feu !
Guérissez ma blessure par des jeux, du repos …
Que ne restent sans soin ni ma plaie ni mes maux !

606Quelle dame en ce monde est si cruelle et dure
Qu’elle n’ait de bonté envers son serviteur ?
Je vous prie instamment, avec peine et douleur.
Grand amour m’ôte santé, empêche toute cure.

607J’ai perdu mes couleurs, ma raison peu à peu ;
De force je n’ai plus, on ne voit plus mes yeux.
Si vous ne m’aidez pas, mes membres défaillissent ».
Dame Vénus répondit : « Victoire est au service ! 

608Tu as reçu les conseils de l’Amour, mon mari,
Et par bien des manières tu en as été instruit.
Mais tu t’es emporté, et il est peu resté.
Ce qu’il ne t’a pas dit, je te le répéterai.

609Si d’aventure un conseil t’est donné
De ceux que mon mari déjà t’a prodigués,
Tu en seras plus certain et bien mieux assuré ;
Meilleur est le conseil qui vient de maints côtés.

610Toute femme qui regarde ou sourit à son aise,
N’aie pas peur de lui dire tes désirs, sois sans gêne ;
Une sur mille, à peine, refusera, qui te dédaigne ;
Elle t’aimera, la dame qui y pense et en rêve.

611Sers-la sans te fâcher : ainsi l’amour grandit.
Service, chez l’homme de bien, ne meurt ni ne périt.
On tarde sans y perdre, l’amour point ne faillit.
Un grand effort conquiert toujours tout dans la vie.

612L’amour à Ovide donna cette leçon
Qu’il n’est de femme au monde, ni jeune ni âgée,
Que service et effort ne mettent à l’éperon.
Tôt ou tard, crois-le bien, de toi elle a pitié.

613Ne sois point effrayé d’une réponse cruelle :
Sers-la habilement, elle t’en donnera une plus belle.
Insistance et service à cela la disposent.
Homme qui creuse fort saura culbuter la roche.

614Si la première vague de la mer courroucée
Effrayait le marin, quand elle est démontée,
Jamais n’irait en mer sur son bateau ferré.
Que dès la première fois la dame ne t’effraie !

615Il jure tant et plus, le vendeur trop gourmand,
De ne donner marchandise que pour beaucoup d’argent ;
En insistant beaucoup, l’acheteur avisé,
Emporte marchandise grâce à son bon courtier.

616Sers-la avec grand art, attelle-toi à la tâche :
Le chien arrive au sang à force de lécher.
La forte devient faible quand on sait la manier ;
Lapin qui s’y prend bien dominera la vache.

617Les rochers les plus lourds sur le plus haut sommet,
S’arrachent aisément quand on sait les manier ;
Avec de la maîtrise, ils rouleront, légers :
Par serviteur habile la dame est ébranlée.

618À force d’art, on brise les cœurs les plus durs,
On prend les villes, on renverse les tours,
On démolit les murs, on lève les poids lourds.
L’art a fait maints serments, l’art a fait maints parjures !

619Il faut de l’art pour prendre les poissons dans les ondes,
Pour courir à pied sec sur les mers si profondes.
Art et métier font que pour toi tout abonde.
Grâce à l’art, il n’est rien à quoi tu ne répondes.

620Homme pauvre mais habile s’en sort sans trop d’effort ;
L’art évite au fautif la peine qui est son sort.
Qui pleurait étant pauvre chante devenu riche ;
Le fantassin monte à cheval grâce au service.

621Seigneurs plus courroucés qu’on ne saurait le dire
Grâce à un long service voient s’apaiser leur ire.
C’est en servant qu’ils vainquent, les chevaliers d’Espagne :
Ainsi, vaincre la dame n’est pas grande campagne !

622Les parents ne sauraient à leur parent léguer
Métier et savoir-faire, non plus qu’art ni sapience.
Ne peuvent à dame donner amour ni attirance :
C’est le fruit de l’effort, de la ténacité.

623Même si elle te dit non, même si elle se fâche,
Ne ruine pas tes effets, poursuis la sans relâche !
Qu’en la servant, ton cœur dans la joie soit baigné.
Force est qu’elle s’ébranle, la cloche qu’on fait sonner.

624Ce faisant tu pourras ton amie conquérir.
Qui était ton ennemie voudra bien te chérir.
Les lieux où, chaque jour, elle a coutume d’aller
C’est ceux-là que tu dois très souvent fréquenter.

625Si tu en vois l’occasion, avec elle badine,
Par des mots assortis d’expressions bien câlines.
Les mots très doux et les paroles délicïeuses
Font grandir les amours, les rendent désireuses.

626Jeunesse veut avec soi abondance de plaisir :
L’homme joyeux, toute femme le veut pour son ami ;
De l’acariâtre, du balourd, elle ne donne une figue.
Tristesse et fâcherie du diable font le lit.

627La joie embellit l’homme et le rend plus plaisant,
Plus subtil, plus hardi, plus franc et plus charmant.
N’oublie pas les soupirs, en cela sois trompeur.
Ne sois pas trop disert, qu’elle ne te croie menteur.

628Pour une peccadille, la femme perd l’amour
Et pour menu défaut qu’en toi il peut y avoir,
Elle voudra te haïr tant elle a de courroux.
Cela t’est arrivé et à d’autres peut échoir.

629Quand tu lui parleras, et si c’est le moment,
Ne laisse pas de jouer les hommes timorés.
Bien des fois, elle désire ce qu’elle va te refuser.
Tu auras plus que tu ne penses, si tu n’es pas fainéant.

630Toute femme les aime, les hommes déterminés ;
Elle désire un tel homme bien plus que tous les biens !
Elles ont talons pourris et très faibles les mains :
Peu ou prou, ce qu’elles font, ce n’est pas de plein gré.

631La dame aime mieux à être un peu forcée,
Que dire :  « Fais à ta guise », comme une dévergondée.
Si on la force un peu, elle s’en trouve disculpée.
Chez tous les animaux, c’est là chose prouvée.

632Chez toutes les femelles, on trouve ces manières ;
Au tout début de l’acte, toujours sont en colère,
Montrent qu’elles sont furieuses, qu’elles ne veulent rien faire.
Elles menacent sans mordre : le rut est leur affaire !

633Bien qu’elle brame fort, la dame dominée,
Jamais bon séducteur ne doit abandonner.
La femme bien furieuse, que l’homme bien guerroie
À l’assaut est vaincue, pour farouche qu’elle soit.

634C’est la peur et la honte qui empêchent les belles
De faire ce qu’elles veulent, comme toi tu le veux.
Que cela ne t’arrête : chaque fois que tu peux,
Prends de la dame tout ce que tu voudras d’elle.

635D’emprunt ou de tes tenues, vêts-toi élégamment.
Attention qu’elle ne comprenne que c’est habit prêté !
Ce que tu as chez toi, ton voisin ne le sait !
Cache ta pauvreté sous mensonge rutilant.

636Le pauvre un peu sensé affiche un air content,
Cache sa pauvreté et sa vie de tourments.
Il ravale ses larmes dans sa bouche fermée,
Plutôt que s’avouer pauvre à qui ne va donner.

637Les mensonges, peut-être, profitent à d’aucuns,
La vérité parfois fait du mal à plus d’un ;
Un sentier détourné raccourcit long voyage :
On est plus vite en haut que par le droit passage.

638Quand tu rencontreras gens de sa maisonnée
Fais-leur plaisir, parle-leur bien avec habileté.
Quand la dame l’apprend, la joie baigne son cœur.
Le serviteur flatteur trompe ainsi son seigneur.

639Plus il y a de tisons et plus de tisonneurs,
Plus grand sera le feu, plus grandes les ardeurs.
Plus on vante tes biens, plus on loue tes mérites,
Plus forte sera ta plainte et plus forts ses désirs.

640Et tandis qu’autour d’elle de tes biens on devise,
La dame en son cœur pense et elle se demande
Si elle le fera ou non, sur cela elle balance.
Tu la vois hésiter : affermis ton emprise !

641Si on ne pique pas le cheval fainéant,
Il garde sa froideur, ne vaut pet de baudet.
L’âne boiteux qui hésite courra sous l’aiguillon.
La femme qui hésite, l’homme doit la presser.

642Quand les hommes atermoient sur ce qu’ils ont à faire,
Pour abattre leurs cœurs il n’en faut jamais guère.
La haute tour qui tremble ne pourra que tomber ;
La femme qui hésite est facile à gagner.

643Mais si ta belle amie a une mère âgée
Elle ne voudra pas qu’elle te parle en secret,
car vieillesse a grand soin de jeunesse surveiller :
Elle sait tout, comprend tout, privilège des années.

644Ces vieilles querelleuses ont l’esprit mal tourné ;
Elles sont des jeunes filles les gardiennes zélées.
Elles soupçonnent et flairent toutes ces choses-là :
On connaît bien les pièges, si on y est tombé déjà.

645C’est pourquoi il te faut une bonne entremetteuse
Qui sache savamment parcourir la carrière
Et qui comprenne bien de vous deux la manière.
Telle qu’Amour l’a dépeinte, qu’ainsi soit la trotteuse.

646Prends garde dès l’abord à ne pas l’arrêter.
Ne te lance dans rien qui la dame effarouche.
Sans qu’elle en ait plaisir, n’en joue ni ne la touche.
D’abord appâte-là, qu’elle vienne rassurée.

647Je t’en ai dit assez, je ne peux m’attarder.
Dès que tu la verras, commence à lui parler.
Occasions et moyens tu pourras bien trouver,
Car le temps à sa place toute chose remet.

648Ami, sur ce sujet, que te dire de plus ?
Sois subtil, empressé et tu auras t’amie.
Je ne reste pas plus, mon chemin je poursuis.
Dame Vénus partit, me laissant tout fourbu.

649Les jongleurs ne guérissent le dolent qu’ils consolent !
Douleur croît sans faiblir à l’écoute de doux chants.
Dame Vénus me conseille, sans ôter mon tourment.
Il ne me reste d’aide que ma langue, mes paroles.

650Mes amis, je me traîne et j’ai touché le fond.
Je parlerai à la dame – que bien elle me réponde !
Le marin m’a mené très vite en mer profonde,
Laissé seul, abandonné, sans rame sur cette onde.

651Malheureux ! Me sauverai-je ? J’ai grand peur de mourir.
Je scrute alentours, ne rencontre aucun port.
Toute mon espérance et tout mon réconfort
Se trouvent en elle seule qui m’afflige et m’occit !

652Oui, je vais lui parler, lui dire ma douleur,
Afin que mes paroles l’inclinent à la mesure. 
Si je lui dis mes peines, elle saura ma torture :
Parfois, de peu de mots il advient grand bonheur.

[Où il dit comment l’archiprêtre s’en fut parler à Dame Prunelle]

653Dieu ! Qu’elle est belle Dame Prunelle, là, sur la place !
Quelle allure, quelle grâce ! Et ce long cou d’aigrette !
Ces cheveux, cette bouche, ce teint, cette démarche !
Ce sont flèches d’amour que décochent ses yeux !

654Mais ce n’était pas lieu propre à conter fleurette…
Aussitôt je fus pris de frissons et de peurs ;
De mes pieds, de mes mains je n’étais plus le maître.
Je perdis la raison, la force, les couleurs.

655Je savais les propos que je voulais tenir :
La peur de l’entourage d’autres m’en faisait dire.
J’étais si peu moi-même, ne savais où aller.
Volonté et paroles ne pouvaient s’accorder.

656Parler à une femme en public est risqué ;
Derrière une porte, un chien méchant est-il posté ?
Il faut jouer joliment et avancer masqué.
Là où le lieu est sûr, c’est bien de parler vrai.

657« Madame, ma nièce qui habite à Tolède
Mille fois vous salue, se recommande à vous.
Si elle avait l’occasion ! On parle tant de vous
Qu’elle désire vous voir et souhaite vous connaître.

658Ma parenté là-bas voulait me marier
À très riche pucelle, fille de sieur Vaut-Guère ;
J’ai donné ma réponse et dit à tous que non !
Mon corps appartiendra à celle qui a mon cœur. »

659Baissant le ton, je dis que c’était comédie
À cause de tous ces gens-là qui nous regardaient.
Aussitôt que je vis qu’ils étaient tous partis,
Ma peine d’amour lui dis, qui tant me tourmentait.

660………………………..................………………..…………...
……………………….................…………………...………….
Que personne ne sache, faisons-en le serment ;
Quand les amis se cachent, les deux sont plus fidèles.

661Je n’aime rien au monde autant que je vous aime !
Cela fait bien longtemps, un peu plus de deux ans
Qu’amour de vous me peine ; plus que Dieu je vous aime !
Je n’ose vous en parler par quelque truchement.

662J’ai si mal que je viens vous dire ma souffrance.
L’amour et le désir m’oppressent et me hantent,
Ne me laissent en paix, ne me quittent, ne me lâchent,
Mais je ressens la mort d’autant plus qu’ils s’effacent.

663Je crains que vous n’entendiez pas ce que je vous ai dit.
À parler à un sourd, il n’y a sagesse ni profit !
Croyez que je vous aime et n’ai d’autre souci.
C’est ce qui dessus tout me hante et me poursuit.

664Madame, je n’ose parler encore et vous en dire plus,
Tant qu’à ces brefs propos vous n’avez répondu.
Dites votre sentiment et nos cœurs exprimons ».
Elle dit : « Vos beaux sermons ne valent pas deux pignons. »

665Combien d’autres ainsi trompent tant de Prunelles !
L’homme à ce point trompeur trompe ainsi ses voisines.
Ne me croyez assez folle pour ouïr bagatelles.
Recherchez qui tromper sous vos fausses épines ! »

666Je lui dis « vous voilà bien fâchée, avec votre refrain !
Les cinq doigts de la main ne sont pas tous égaux :
Tous les hommes diffèrent en actes et en mots.
« Qu’il soit blanc, qu’il soit noir, un lapin est un lapin » :

667Voilà comment les justes souffrent à cause des pécheurs !
Beaucoup ont grand dommage quand d’autres font l’erreur.
Tu accuses de malice les bons et les meilleurs ;
La peine doit retomber sur qui est malfaiteur.

668L’erreur qu’un autre a faite ne me fasse de mal :
Souffrez que je vous parle sous ce porche, là-bas.
Ne restons dans la rue à la vue des passants ;
Ce que j’ai dit ici, là-bas sera différent. »

669Pas à pas, Dame Prunelle sous le porche est entrée ;
Toute fraîche, toute fière, bien sereine et paisible,
Baissant les yeux à terre, sur le banc s’est assise.
Je repris mon discours où je l’avais laissé :

670« Que votre courtoisie, Madame, vous fasse m’écouter 
Un peu encor, car je veux vous parler de ma mort.
Vous croyez que je dis des folies pour vous faire du tort
Et je ne sais comment vous ôter cette idée.

671Je jure devant Dieu, madame, sur cette terre,
Que toutes mes paroles ne sont que vérité !
Vous demeurez plus froide que neige des sommets
Et vous êtes si jeune que tout cela m’atterre.

672Je cours un risque à parler, avec votre jeunesse :
Vous croyez que je dis flatteries et fadaises.
Me voilà tout surpris de votre âge si tendre :
Que ne jouez-vous à la balle plutôt que de m’entendre ?

673Et quoique pour les jeux d’un commerce plaisant
Âge tendre et jeunesse offrent plus de noblesse,
L’âge mûr bien l’emporte en question de bon sens.
Pour comprendre les choses, le temps donne de l’adresse.

674On comprend mieux les choses avec de l’expérience.
L’art et l’expérience donnent accès au savoir.
Tout court à sa perte sans l’expérience et l’art ;
À fréquenter les hommes, on en a connaissance.

675Partez, revenez demain parler, ayez cette mesure,
Si à présent vous ne me croyez – c’est mon infortune ! –,
Partez et revenez parler : vous avez beau être sûre,
En entendant ma peine, vous comprendrez ma torture.

676Accordez-moi cela, madame, tout bonnement,
De revenir demain converser seulement.
Je penserai à notre entretien, saurai votre sentiment.
Je n’ose vous demander rien d’autre : venez sans faute.

677Tous les cœurs se connaissent par la conversation ;
Je vous comprendrai mieux, vous ouïrez mes raisons ;
Partez et revenez parler, puisque filles et garçons
En parlant se connaissent, deviennent compagnons.

678Si on ne mord la pomme, même si on ne la mange,
Sa vue et sa couleur procurent une joie royale.
Le commerce et la vue d’une dame si pimpante
Donnent réconfort à l’homme, c’est un bien grand régal !

679Dame Prunelle, de haut prix, par ces mots répondit :
« C’est honneur et non pas déshonneur, que sagement parler.
Les dames, les femmes, doivent réponse donner à qui
leur parlerait ou avec elles converserait.

680À vous comme à tout autre, je vous l’accorderai.
En tout bien tout honneur, dites ce que vous voudrez.
Les mots pour badiner j’échangerai volontiers
Et n’admettrai mensonge que j’aurai décelé.

681Rester seule avec vous, certes ne le ferais.
Une femme ne doit l’être en pareille compagnie :
Je serais mal famée et mon honneur terni.
Devant témoins, un jour ou l’autre, je vous parlerai. »

682« Madame, vous venez de me promettre telles bontés !
Il n’est merci qui vaille ce que vous méritez.
La grâce que votre parole présentement me fait,
Aucune grâce au monde ne saurait l’égaler.

683Mais j’ai confiance en Dieu, le temps viendra
Où l’ami véritable à ses œuvres se verra...
Je voulais vous parler – je n’ose – cela ne vous plaira… ».
Elle dit : « Dites toujours, je verrai ce qu’il en sera… »

684« Madame, que vous me promettiez, de ce qu’amour attend,
que si c’était possible, quand nous serons ensemble
comme je le désire, nous nous embrasserons.
Ce n’est pas trop pour vous, car plus loin nous n’irons. »

685Dame Prunelle dit : « c’est chose bien prouvée
Qu’en donnant ses baisers la dame est abusée.
C’est grand embrasement d’embrasser son aimée.
Toute femme est vaincue quand ce joyau est donné !

686Je ne puis l’accorder ; un entretien d’abord.
Ma mère va revenir de la messe, je dois vite m’en aller.
Qu’elle n’aille pas me prendre pour une écervelée !
Le temps viendra de parler, vous et moi, ce printemps. »

687Et ma dame s’en fut, brisant là l’entretien.
Depuis que je suis né, je n’ai vu jour meilleur,
Si doux plaisir, si grand bonheur.
Dieu m’avait bien conduit ainsi que mon destin.

688Mille soucis m’accablent qui ne trouvent d’issue :
Si je fréquente la dame et badine avec elle
Cela peut se savoir, de tous être connu
Et je perdrai la dame, la peine serait cruelle !

689Si je ne la fréquente, l’amour dépérira.
Si elle voit que je l’oublie, un autre elle aimera.
Par la pratique, l’amour croît, quand elle cesse, il décroît.
Si tu oubliais la femme, elle aussi t’oubliera !

690Si tu ajoutes du bois, tu fais grandir le feu,
Mais si tu en retirais, le feu diminuerait.
Amour, bonne amitié veulent fréquents les jeux.
Si tu oubliais la femme, ta cour elle mépriserait.

691Ces points si souvent discutés de toutes parts m’assaillent.
Pensées contradictoires me déchirent le cœur,
À ma très grande peine, je n’ai remède ni conseil.
Mais l’amour, s’il est sûr, écartera les peurs.

692Bien souvent le sort, qui est fort et puissant,
Ne laisse pas les hommes accomplir leur projet.
Aussi le monde tantôt monte, tantôt descend.
Dieu et beaucoup d’effort vainquent l’adversité.

693La fortune vient en aide à ceux qu’elle veut guider,
Mais contraire à beaucoup, elle peut bien les gêner…
Le travail et le sort font bonne compagnie
Mais sans l’aide de Dieu, rien ne peut aboutir.

694Et puisque sans Dieu il n’est chose qui vaille
Qu’il guide donc mon œuvre, soutienne mon travail,
Afin que mon cœur voie satisfait son désir.
Qui saura dire « amen » le verra s’accomplir.

695De frère ni de neveu pour m’aider je ne veux!
Lorsque ce feu s’allume, il transforme les cœurs.
La loyauté n’est plus, personne n’en a cure ;
Amitiés, parentèle et sang, la femme les abjure.

696Le sage avec bon sens doit penser toutes choses :
Qu’il choisisse le mieux, écarte préjudices !
Prendre pour messagers des personnes douteuses
Ne saurait être bon ni porter bénéfice.

697Je cherchai trotte-couvents comme Amour me le dit,
Et de toutes les expertes la meilleure choisis ;
C’est Dieu et ma fortune, qui m’ont si bien guidé ! –
Je conclus en l’échoppe de mon sage coursier.

698Je trouvai une vieille qui faisait bien l’affaire :
Rusée, habile, elle savait tout de la matière.
Dame Vénus pour Pamphile n’aurait pas pu mieux faire 
Que ce que fit la vieille pour bien me satisfaire.

  • 66 Il est difficile de traduire un mot inconnu : nous avons retenu, pour les trois occurrences de « tr (...)

699C’était une colporteuse qui vendait des bijoux ;
Elles lancent leurs filets, elles creusent le trou !
Il n’y a pas plus habile que ces vieilles truïes66 ;
Elles donnent le coup de grâce – entends si tu as bonne ouïe !

700Comme il est dans l’usage de ces vieilles colporteuses
De vendre de porte en porte divers colifichets,
Elles approchent des personnes, on ne s’en méfie point
Et à force de vent font tourner les moulins …

701Dès que cette vieille savante chez moi s’en fut venue,
Je lui dis : « Bonne mère, soyez la bienvenue !
Je remets en vos mains ma vie et mon salut !
Si vous ne me secourez, las, ma vie est perdue !

702J’ai entendu sur vous grands biens et compliments,
Sur vos bienfaits pour qui vous confie ses tourments,
Sur le succès et l’aide que vous lui apportez.
Votre réputation m’a fait vous appeler.

703Je voudrais vous parler comme au confessionnal :
Tout ce que je vous dirai, oyez avec patience.
À part vous, nul ne sache et ma plainte et mon mal ».
La vieille dit : « Eh bien dites, ayez confiance.

704Ouvrez-moi votre cœur en toute sûreté.
Je ferai mon possible, garderai loyauté ;
Les offices du coursier requièrent grand secret ;
Nous couvrons plus d’intrigues qu’auberge de quartier.

705Si toutes celles de la ville qui achètent nos bagatelles
Étaient connues des uns, des autres, quelles querelles !
Nous faisons maintes noces qui donnent repentailles,
Vendons maints tambourins sans que tintent sonnailles. »

706Je lui répondis : « J’aime une dame par dessus toutes ;
Et si elle ne m’abuse, elle semble bien m’aimer.
Pour fuir mille dangers, je l’ai toujours caché.
Toute chose de ce monde j’ai craint et je redoute.

707D’un petit rien le voisinage tire grande rumeur.
Une fois née, elle tarde à mourir, même si elle n’est pas vraie.
De jour en jour elle croît, d’envie, de fausseté ;
Un rien enfonce le malheureux dans son malheur.

708Ma voisine habite là ; je vous prie d’y aller,
D’être notre interprète, du mieux que vous saurez ;
Gardez tout bien secret, autant que vous pourrez ;
Et concluez l’affaire si nos cœurs s’y inclinaient. »

709Elle répondit : « J’irai donc chez votre voisine,
lui donnerai tel philtre, de ceux qui ensorcellent,
Que votre plaie guérira grâce à ma médecine.
Dites-moi, qui est la dame ? » Je dis : « Dame Prunelle. »

710Elle me dit que cette dame d’elle était bien connue.
Je dis : « Pardieu, amie, gare aux déconvenues ! »
Elle dit : « Elle a été mariée, et ne s’en repentait ;
Il n’est mule de bât qui refuse le faix !

711La cire qui est dure et rigide et glacée,
À peine entre les mains est-elle manïée
Qu’avec un peu de feu cent fois elle est pliée.
Toute dame pliera si elle est bien ensorcelée.

712Rappelez-vous, bon ami, ce que toujours on dit :
Le premier arrivé au moulin moud le blé.
Le retard d’un message, plus d’un l’a cher payé !
L’homme bien avisé n’a pas tant de souci.

713Ami, ne dormez pas, car la femme que vous dites,
Un autre veut l’épouser, demande ce que vous demandez.
Il est de bonne lignée et vient d’où vous venez.
Que vos prières devancent ce à quoi l’autre invite !

714Moi, je lui fais obstacle et je ne l’aide point,
Car il est très avare, même s’il est très riche.
Pour garde-robe m’a donné une peau, une pèlerine
Si bien coupée qu’elle ne ressemble à rien.

715Le présent vite offert, s’il a grande valeur,
Enfreint lois et coutumes, il est du droit seigneur.
Il rend service à beaucoup, et beaucoup d’autres gêne,
Parfois il fait profit, parfois cause grand peine.

716Cette dame que vous dites, je l’ai en mon pouvoir.
Sans moi, aucun homme oncques pourra l’avoir.
Je sais tout ce qu’elle fait, ce qu’elle fera, je sais.
Le fait sur mon conseil et non selon son gré.

717Je n’en dirai pas plus car j’ai assez parlé.
Je vis de cet office, à nul autre ne pense ;
Je m’attriste souvent de misère passée :
Personne ne m’en sait gré ni m’en donne récompense.

718Si vous m’aidiez un peu pour que j’ai subsistance,
Cette dame et d’autres fillettes au cou blanquet,
À pas menus, par sortilège, je les convoquerai
Et avec mon tamis je mènerai la danse ! »

719Je lui dis : «  Bonne mère, je vais bien vous payer ;
Mon bien et ma maison sont à votre volonté ;
Déjà, prenez cette pelisse et allez sans tarder.
Mais avant, laissez-moi encor vous conseiller :

720Appliquez-vous à conduire cette affaire :
Œuvrez de telle sorte qu’en tiriez bon salaire ;
Pour tout votre travail, je paierai comme il se doit.
Pensez bien à ce que vous direz, de bon et de droit.

721De bout en bout, pensez bien ce que vous direz,
Tout ce que direz n’ayez à le regretter.
Au bout, il y a l’honneur ou le déshonneur, vous le savez !
Quand tout finit bien, abondent les bontés !

722Mieux vaut pour l’homme, pour le sage avisé,
Se taire s’il n’y a tort, car il paraît sensé,
Que parler sans raison et avoir des regrets.
Pense bien ce que tu dis ou tais-toi, sois muet ! »

723La colporteuse au tambourin fait sonner ses grelots,
Cliqueter ses bijoux, ses bagues, ses bracelets.
Elle disait : « Pour le prix d’un torchon, ces nappes sont un cadeau ! »
Dame Prunelle la vit, lui dit : « N’ayez pas peur, entrez ! »

724La vieille entra chez elle : « Bonne fille – dit-elle –
Acceptez cette bague pour cette main bénite.
Si vous ne me trahissez, je vous donnerai un conseil
Qui me vint l’autre soir. » Peu à peu elle la pique.

725« Ma fille, vous demeurez trop enfermée céans.
Vous vieillissez bien seule. Daignez de temps en temps
Sortir, promener sur la place votre illustre beauté.
Entre ces quatre murs, elle n’a d’utilité !

726Dans cette ville réside une belle jeunesse,
De jeunes élégants, robustes et pleins de vie ;
Dans les bonnes manières ils grandissent sans cesse ;
Jamais on n’a rêvé d’aussi belle compagnie !

727Ils m’accueillent tous bien, malgré ma pauvreté ;
Le meilleur, le plus noble, en lignage, en beauté,
C’est Melon du Potager, un jeune bien planté.
Il surpasse les autres en éclat, en bonté.

728Ceux qui sont nés ici et qui sont de son âge
En biens et bonnes manières ne l’ont pas égalé.
Fou avec les fous, il est loué des sages ;
Plus doux qu’un agneau, jamais ne s’est querellé.

729Que le sage ait raison du fou, ce n’est pas mince !
Être sage avec les sages, feindre folie avec les fous…
Le sage ne devient pas fou s’il côtoie la démence…
J’y pense avec mon tambourin, souvent lorsque j’en joue.

730Un tel jeune homme, en ville on n’en trouvera pas.
Il ne gâche pas son gain, plutôt l’épargnera.
Je crois bien qu’un tel fils au père ressemblera :
À voir le veau, on sait quel bœuf il deviendra.

731Souvent le fils s’avère être comme son père ;
Tel père tel fils : voilà qui n’est pas neuf !
Le cœur de l’homme, on le voit à ses œuvres,
Il s’émeut forcément d’amour et de colère.

732C’est un homme de bonne vie et de bonnes manières ;
Je crois que de bonne grâce il vous épouserait.
Si vous saviez qui c’est, comme on le considère,
Vous voudriez cela dont je vous ai parlé.

733Parfois un long discours donne chiche profit,
Qui parle trop s’égare, c’est le droit qui le dit.
Parfois petite chose cause très grand dépit
Et d’un petit début longue histoire s’ensuit.

734Parfois quelques mots bien tournés, un simple vœu,
Pèsent lourd dans les faits, produisent leur effet.
D’une brève étincelle montent flamme et grand feu
Et de grandes querelles naissent d’un simple jeu.

735J’ai toujours eu coutume, et c’est dans mes pensées,
D’œuvrer à ces affaires, arranger des mariages,
Parler en badinant de tels remue-ménage,
Jusqu’à ce que je comprenne et voie les volontés.

736Maintenant, bonne fille, à moi ouvrez-vous donc :
Ce dont je vous parlais vous plaît-il, oui ou non ?
Je tiendrai le secret et tairai vos raisons.
Sans crainte dites-moi les choses comme elles sont. »

737La dame lui répondit avec sens et mesure :
« Bonne femme, dites-moi, quel est cet homme sûr 
Que vous louez autant, a-t-il beaucoup de biens ?
J’y penserai alors, verrai s’il me convient… »

738Trotte-couvents lui dit : « Qui est-ce, bonne fille ?
C’est un vrai don de Dieu, un grand bonheur !
Un jeune homme bien tourné ; près d’ici il demeure :
Melon du Potager. Aimez-le à la bonne heure !

739Croyez-moi, ceux qui vous ont demandé, bonne fille,
De ce jeune homme aucun n’arrive à la cheville.
De blanches fées se sont penchées sur votre berceau
Pour réserver à votre grâce un tel cadeau ! »

740Dame Prunelle dit : « Cessez donc de prêcher.
Ce beau parleur a déjà voulu m’abuser
Et à maintes reprises est venu m’entreprendre.
Ni lui ni vous ne pourrez vous vanter de me prendre !

741La femme qui croit aux mensonges que vous proférez
Et croit les hommes qui jurent de l’aimer
Se tord les mains et s’arrache le cœur.
Le visage est mal lavé des larmes qu’on pleure !

742Arrête ton verbiage, car j’ai d’autres soucis,
Que me donnent tous ceux qui s’en prennent à mes biens.
À de telles requêtes je n’ai guère l’esprit.
Ce genre de commissions n’est pas ce qui me convient. »

743« Ma foi, dit la vieille, vous êtes veuve, on le sait,
Seule, sans compagnon, personne ne vous craint plus.
Une veuve est plus seule qu’une vache courue.
Ce brave homme, du moins, bien fort vous défendrait.

744De tous ces embarras lui saurait vous tirer,
De procès et d’affronts, hontes et assignations…
Beaucoup, dit-on, sont prêts à vous traquer
Jusqu’à ce qu’ils aient pris de vos portes les gonds.

745Gare à tout cela, noble dame Prunelle.
Sans quoi, vous pourriez vite vous retrouver
Comme l’outarde, quand l’hirondelle,
Bonne marraine, bon conseil lui donnait :

[Exemplum de l’outarde et de l’hirondelle]

746Il était un chasseur, un subtil oiseleur ;
S’en fut semer du chanvre sur un riche terrain
Pour faire ses cordes et ses lacets, le colleteur…
L’outarde passait par là, tout près, sur le chemin.

747L’hirondelle parla aux tourterelles, aux moineaux,
Et à l’outarde aussi elle adressa ces mots :
« Mangez cette semence qui est là sur le sol
car elle est semée là pour nous faire grand dol. »

748Ils se moquèrent fort de ce qu’elle leur disait,
Lui dirent de décamper et qu’elle déraisonnait.
Le grain ayant levé, ils virent le chasseur
Qui arrosait le chanvre, sans vouloir leur faire peur.

749L’hirondelle revint et elle dit à l’outarde
D’arracher toute l’herbe qui avait bien poussé.
L’homme qui l’arrosait et si bien la sarclait
Pour leur mal le faisait, même si cela tarde.

750L’outarde dit alors : « Folle, sotte, niaise !
Et te voilà sifflant dès matin tes folies !
Garde tes conseils ; vilaine, va-t-en d’ici !
En cette belle plaine laisse-moi à mon aise.

751L’hirondelle s’en fut au logis du chasseur
Et du mieux qu’elle put elle fit là son nid.
Comme elle criait fort et faisait maintes trilles,
Cela plut au chasseur qui se levait de bonne heure.

752Le chanvre récolté, le piège fabriqué,
L’oiseleur va chasser, comme à l’accoutumée.
Il attrapa l’outarde, au marché la porta.
L’hirondelle lui dit « Tu es dans de beaux draps ! »

753Ensuite les archers lui plumèrent les ailes
Sans lui laisser de plumes, hormis maigre duvet.
Elle refusa bon conseil et tomba dans la poêle.
Gare, dame Prunelle, à ces vilains guêpiers !

754Beaucoup se réunissent et se mettent d’accord
Pour dévaster vos biens et vous faire grand tort.
Ils jurent chaque jour de vous faire un procès
Et tout comme l’outarde, ils vont bien vous plumer.

755Lui, il vous défendra contre ces tracasseries :
Il sait la procédure et il connaît son droit.
Il aide et défend qui s’en remet à lui.
Et s’il ne vous défend, qui d’autre vous défendra ? »

756Elle commença son charme, la vieille racornie :
« Quand feu votre mari sous ce porche s’asseyait,
les salles étaient à l’ombre, la rue resplendissait.
Mais où il n’y a pas d’homme, que vaut donc le logis ?

757Vous voilà veuve, fillette, et encore jeunette,
Seule, sans compagnon, comme la tourterelle.
Et pour cela, je pense, vous êtes pâle et maigrelette.
Là où il n’y a que femmes, il y a toujours querelles.

758Dieu bénit la maison où vit un homme bon.
On y trouve régal, plaisir et joie sans bornes.
C’est pourquoi ce jeune homme, pour vous  je le voudrais ;
En très peu de temps, vous en verriez le bienfait. »

759La dame répondit : « Il ne me conviendrait
Avant l’an de l’épouser ; car à veuve il ne sied,
Tant que l’année de deuil ne s’est pas écoulée,
De convoler, car le deuil doit ainsi se porter.

760Si je me mariais avant, je serais mal famée ;
Je perdrais dotation dont j’ai été dotée ;
De mon second mari serais moins honorée :
Il croirait que je ne peux longue attente endurer. »

761« Ma fille, dit la vieille, l’année s’est écoulée.
Prenez donc ce mari pour homme et pour époux.
Allons-y, parlons-en et tenons le secret.
Les fées n’auraient pas pu vous jeter sort plus doux !

762À quoi bon porter encore ce voile noir,
Marcher honteusement et toujours l’air maussade ?
Quittez-le deuil, faites dire la messe, madame ;
Jamais de l’hirondelle meilleur conseil pourriez avoir !

763Serge pour méchant seigneur, bure pour méchant mari,
Dames et chevaliers les portent avec profit.
Mais il faut les vêtir peu de temps et sans bruit ;
Grand plaisir, petit deuil, c’est ce que l’homme chérit. »

764Dame Prunelle répondit : « Assez ! je n’oserais
Faire ce que vous me dites, ni ce que lui voudrait.
Ne m’en dis pas plus, cesse tes litanies 
Et dès le premier jour, ne me presse pas ainsi !

765J’ai déjà refusé plusieurs beaux marïages
Que beaucoup m’ont offerts. Plus de cent, tu le sais.
Si tu me dissuades aujourd’hui d’être sage…
.............………………………………………………..

766Le loup s’assit ouvrant bien grand les yeux.
Arrivant à la course, les béliers courageux
Prirent le loup en tenaille, le frappant tous les deux.
Il retomba brisé, et ils s’enfuirent, eux.

767Au bout d’un long moment, il se lève, étourdi
Et dit : « Le diable, c’est lui qui a tout gâché !
J’ai eu un bon présage, Dieu l’avait accompli :
Du lard je n’ai voulu, me voilà mortifié. »

768Il s’en fut de ce pré, courut autant qu’il put.
Aperçut dans des grottes, gambadant à l’envie
Des chevreaux et des chèvres et force boucs cornus.
« Ma foi, dit-il, mon éternuement s’accomplit ! »

769Quand ils virent le loup, ils furent épouvantés.
Tous ceux de l’avant-garde vinrent le rencontrer.
« Ah, sire abbé » s’écrièrent les barbus,
« Au milieu de vos ouailles soyez le bienvenu !

770Quatre de nous voulaient aller vous inviter
Afin que notre fête vous veniez honorer
En disant bonne messe, partageant bon manger.
Puisque Dieu vous amène, veuillez nous la chanter !

771Une fête à six capes à pleine voix chantée
Faisons en grande pompe, sans chiens et sans bergers.
Chantez à haute voix, les chantres répondront.
Des chevreaux nous offrirons, nombreux et bons. »

772Il les crut, le nigaud ! Il se mit à hurler,
Les boucs avec les chèvres à tue-tête bêlaient.
Les bergers l’entendirent, l’appel désespéré.
Avec chiens et bâtons, ils vinrent les chercher.

773Le loup fila très vite, puis revint sur ses pas :
Les bergers et les chiens le poussaient ça et là.
Bâtons et cailloux lui firent passer mauvais jour.
Dit : « Le diable m’a fait chanter la messe en infernal séjour ! »

774Il poursuivit sa route plus loin, près d’un moulin ;
Rencontra une truie avec ses beaux petits.
« Allez, dit-il, la chance me sourit enfin !
Mon bon augure maintenant s’accomplit ».

775Le loup en ces termes s’adresse à la truie :
« Paix sur vous, ma commère, je viens vous saluer,
vous et vos enfantelets ; que faites-vous par ici ?
Ordonnez, je ferai ; puis me donnez à manger. »

776La truie se reposait à l’ombre des grands saules 
Elle parla au loup, dit ces sages paroles :
« Compère sire abbé, avec vos saintes mains
Baptisez mes petits, pour qu’ils meurent chrétiens.

777Et lorsque vous aurez accompli ce sacrifice
Je vous les offrirai, pour vous faire service …
Vous sauterez sur eux doucettement,
Vous mangerez à l’ombre, bien agréablement. »

778Le loup se baissa, là-bas dessous le saule
Pour prendre un porcelet qui dormait sous la truie.
La truie d’un coup de groin l’envoya au ruisseau,
Le canal du moulin l’entraîna, pauvre de lui !

779Le voilà malmené, par la roue secoué.
Il en sortit meurtri et semblait un démon.
Mieux valût pour le loup se payer de lardons !
Il aurait moins souffert, sa proie aurait gardée.

780Que le sage refuse tout office qui nuise
Et ne dédaigne pas ce dont il a désir.
Ce qui lui appartient, jamais ne le méprise
Et ce que Dieu lui donne, qu’il sache bien en jouir.

781Certains chez eux se contentent de deux sardines
Et dans d’autres maisons réclament des ortolans,
Refusent le mouton, veulent ragoûts ragoûtants,
Disent qu’ils ne mangeraient le lard sans la géline.

782« Mon fils, ce que de mieux vous gagnerez
ce sera d’oublier ce que ne pouvez avoir.
Ce qui ne peut pas être, cessez de le vouloir ;
Mais ce qui peut se faire, il faut y travailler. »

783« Pauvre de moi ! Que m’as-tu rapporté !
Quelles mauvaises nouvelles, si tristes, m’as-tu données !
Ah, vieille qui me tue ! Pourquoi avoir parlé ?
Le mal que tu me fais, nul bien ne le peut réparer.

784Ah ! Vieilles maquerelles, que le diable vous prenne !
En bouleversant le monde, de tous vous abusez,
En mentant, accusant, disant insanités.
Aux sots vous faites prendre mensonges pour vérités.

785Ah, tous mes membres sont pris de tremblements !
Ma force, mon esprit et tout ce que j’ai appris,
Ma santé et ma vie, tout mon entendement,
Pour une vaine espérance, tout est anéanti !

786Ah, mon cœur qui gémis, quelle grande injustice !
Pourquoi tuer le corps qui te sert de logis ?
Pourquoi aimer la dame qui point ne t’apprécie ?
Ah, mon cœur, par ta faute tu seras au supplice !

787Mon cœur, toi qui voulus être captif et pris
D’une dame qui te tient en un profond oubli,
Tu choisis la prison, les soupirs, les soucis.
Tu souffriras, mon cœur, oublié et meurtri !

788Ah, mes yeux, mes chers yeux ! Pourquoi vous être posés
Sur dame qui ne veut ni vous voir ni vous regarder ?
Mes yeux, par vos regards, votre perte est causée !
Vous peinerez, mes yeux, à vous éteindre et à peiner.

789Ah langue infortunée ! Pourquoi veux-tu parler ?
Et que voulez-vous dire ? Pourquoi donc t’adresser
À dame qui ne veut ni t’écouter ni t’ouïr ?
Las, mon corps affligé, tu n’as plus qu’à mourir !

790Ah, femmes perfides, au traître coeur,
Vous qui sans crainte ni mesure ni peur
Portez où il vous plaît votre amour si trompeur,
Puissiez-vous vous voir mortes de rage et de douleur !

791Et si ma dame à un autre devait être mariée,
Cette vie d’ici-bas, je ne peux l’apprécier !
Ma vie et ma mort, elle l’est tout à la fois ;
Ma mort est survenue, puisque je ne l’aurai pas ! »

792Elle dit : « Fou ! qu’avez-vous donc à vous lamenter ?
Vous ne gagnerez rien par cette plainte vaine !
Suivez votre bon sens, tempérez votre peine,
Séchez vos larmes, songez à ce que vous ferez…

793Grande nécessité est mère d’habileté.
En pensant aux dangers, vous les éviterez.
Peut-être un grand effort pourra-t-il vous aider ;
Dieu et l’assiduité savent le destin tourner. »

794Je dis : « Quelle habileté, quel effort, quelle pensée
Guériront pareil coup, par tant de douleur causé ?
Puisqu’on donne demain mari à ma maîtresse,
Mon espérance meurt et je suis en détresse.

795Avant que son mari n’aille au cimetière
Elle ne sera à moi : ce serait adultère !
Mes efforts douloureux ne m’ont servi à rien ;
Le dommage est si grand ! Plus encore le chagrin... »

796La bonne vieille dit : « En un petit instant
Grande douleur guérit et la croûte durcit.
Après les fortes pluies, on revoit le beau temps ;
Après grande nuée, ombre et soleil qui luit.

797La santé et la vie succèdent aux maladies
Et de bien grands plaisirs la tristesse est suivie.
Reprenez-vous, ami, et ayez bon espoir :
Toutes proches sont les joies que vous voulez avoir.

798Dame Prunelle est vôtre et fera ma volonté.
Aucun autre homme au monde elle ne veut épouser.
Tout son désir enfin en vous seul est placé :
Si vous l’aimez beaucoup, plus vous en êtes aimé ! »

799« Ma bonne vieille mère, que me dites-vous là ?
Vous faites comme la mère dont le garçonnet pleure,
Qui lui dit mots câlins pour qu’il cesse sur l’heure.
C’est pourquoi vous me dites que ma dame est à moi.

800Est-ce ainsi que vous faites, ma mère, avec moi,
Pour m’ôter de tristesse, amertume, désarroi,
Pour que je me reprenne, que je me sente mieux.
Parlez-vous donc pour rire ? Vos mots sont-ils sérieux ? »

801« Il en est–dit la vieille – de l’homme épris d’amour
comme de l’oiseau sorti des pattes de l’autour ;
il pense qu’en tous lieux se trouve le chasseur ;
qu’il veuille l’enlever, il en a toujours peur.

802Croyez que je dis vrai. Vous-même le verrez,
Si vous avez dit vrai et qu’amour lui portiez.
Elle aussi m’a dit vrai, veut ce que vous voulez.
Perdez votre tristesse, vous le constaterez.

803L’issue dans bien des cas ne saurait s’accorder
À son commencement, ni peut lui succéder.
Le cours des destinées, l’homme ne peut le dire !
Dieu seul, personne d’autre, sait ce qui est à venir.

804Un petit accident entrave de grands faits.
L’homme qui désespère perd toute sa vaillance.
Un grand effort exauce tous les souhaits
Et apporte souvent richesse en abondance.

805Tout notre effort, toute notre espérance
S’en vont au gré du sort : ils sont dans la balance ;
D’un bon départ, on augure bonne chance ;
La chose vient parfois, malgré grande tardance. »

806« Mère, pouvez-vous donc savoir ou deviner
si la dame m’aime ou si elle voudra m’aimer ?
Qui a l’amour au cœur ne saurait le celer
Dans ses gestes, ses soupirs, sa couleur, son parler. »

807« Mon ami, dit la vieille, chez la dame je peux lire
qu’elle vous veut, vous aime et qu’elle vous désire.
Quand de vous je lui parle et avec soin la mire,
Tout change en elle, sa couleur et sa mine.

808Fatiguée, il m’arrive par moments de me taire ;
Elle me presse de parler et m’incite à le faire.
Je fais celle qui oublie, c’est elle qui reprend.
Doucement elle m’écoute : les signes sont évidents !

809Elle entoure mon cou de ses bras qu’elle y pose
Et ainsi longuement nous restons enlacées.
Toujours parlons de vous et jamais d’autre chose ;
Et lorsque vient quelqu’un, nous changeons de sujet.

810Ses lèvres et sa bouche tremblent légèrement,
Elle change de couleur, rougissant, pâlissant ;
Son cœur bondit souventes fois, tout palpitant ;
Elle serre mes doigts dans ses mains, doucement.

811Chaque fois que devant elle je prononce votre nom,
Elle me mire et soupire et demeure pensive ;
Son œil devient plus vif, tout en elle s’agite.
Il semble qu’avec vous, elle ne dormirait pas, non !

812À d’autres signes encore je vois ce qui est en elle.
Elle avoue qu’elle vous aime, elle ne le nie pas.
Si vous ne gâchez rien, la branche s’abaissera ;
Dame Prunelle viendra si la vieille l’appelle. »

813« Ma bonne vieille mère, mon bonheur, mon plaisir,
Je vois mon espérance par vous se raffermir !
Grâce à votre aide, je vois grandir ma joie.
Sans vous lasser, ma mère, tous les jours suivez-là.

814Tant de profits se perdent pour cause de paresse !
Et tant tirent profit de ruse et de finesse !
Faites votre travail, achevez noble ouvrage :
La perdre par tardance serait bien grand dommage ! »

815« Ami, je crois que réconfort de moi aurez.
Grâce à moi, la dame viendra sous le harnais.
Mais je n’ai eu de vous jusqu’ici que ce manteau ;
Vous voulez bon repas ? Payez donc votre écot !

816Nous ne faisons pas toujours tout ce que nous disons
Ce que nous promettons, parfois ne le tenons.
Prompts à offrir, à payer nous tardons.
Pour de vaines promesses, nous peinons et servons. »

817« Ma mère, ne craignez de ma part trahison
car abuser le pauvre est un très grand péché.
À Dieu ne plaise, point ne vous abuserai !
Si je vous abusais, qu’Il m’en demande raison !

818Pour notre affaire, nous devons nous faire confiance.
En la parole tenue, nous avons tous deux foi.
Si nous manquons à nos promesses une fois
Tout en pouvant les tenir, c’est honte et déchéance ! »

819« Tout ceci est bien beau, dit la vieille à son tour,
Mais le petit peuple craindra toujours
Que ne l’emporte sur lui le riche puissant ;
Pour un rien sont perdants le pauvre et l’indigent.

820Le droit du pauvre est bien vite aliéné !
Le pauvre, l’indigent, la piteuse pauvresse,
Le riche les écrase, son orgueil les soumet,
Ils n’ont pas plus de prix que la sardine sèche.

821Il n’y a plus de parole et tout est manquement
Qu’on dissimule ensuite avec ruse et grand soin.
La fortune ne peut valoir sur le destin :
La mer parfois est effrayante, même par beau temps !

822Ce que m’avez promis, au sort je le remets…
Ce que je vous ai promis, prenez-le, jouissez-en.
J’irai trouver la dame, instamment la prierai
Qu’elle veuille aller chez moi vous parler sûrement.

823Si en tête-à-tête je pouvais lors vous y laisser,
Conduisez-vous en homme, l’occasion arrivée.
Son cœur à elle n’a que vous à aimer,
Elle vous donnera vite ce que d’elle vous voudrez. »

824Elle alla chez la dame et dit : « Y a-t-il quelqu’un ? »
La mère répondit : «  Qui frappe donc à l’huis ? »
« Dame Branche, c’est moi ! [Malchanceuse je suis !
De noires fées sont toujours là sur mon chemin !] »

825Dame Branche lui dit : «  Comment allez-vous, l’amie ? »
« Comment je vais, madame ? Je ne sais comment dire…
Bien fâchée et chagrine, couverte d’avanies
Par un homme inconnu, plus grand que cette solive.

826Car, toute la journée, il me traque comme une biche,
Court après moi comme le diable après le riche,
Pour que je lui porte une bague que j’avais à vendre.
Il est si plein de doublons que je ne peux le comprendre. »

827À peine la vieille querelleuse l’eut entendu
Qu’elle la laissa avec sa fille et sortit dans la rue.
La colporteuse alors entonne une autre chanson,
En retournant la peau de sa première version.

828Elle dit :  « Le diable emporte la querelleuse vieille !
Personne n’ose vous parler à cause d’elle.
Eh quoi, ma bonne fille, comment va notre affaire ?
Je vous vois bien gaillarde, rondelette, toute belle. »

829La dame demanda : «  Quelles nouvelles de lui ? »
La vieille lui répondit : « Si j’en ai des nouvelles ?
Mesquin et amaigri, il est plus chétif
Qu’un poulet d’hiver après la Saint Michel ! 

830Grand feu ne peut dissimuler sa flamme,
Grand amour ne peut cacher combien il aime.
Et l’état où vous êtes, je le sens dans mon âme ;
Mon cœur avec douleur verse toutes ses larmes,

831Car en vous je vois et toujours reconnais
Que de cet homme, vous êtes à la folie aimée.
Son visage est défait et son teint est jaunâtre
Et il ne voit que vous dans chacun de ses actes.

832Vous n’avez de lui ni gêne ni compassion ;
Vous me dites toujours non, bien que je fasse valoir
De cet homme généreux toutes les attentions,
Et vous causez sa mort, sa perte, son désespoir.

833Qu’il marche ou se repose, à vous toujours il pense,
Les yeux fixés à terre, il soupire sans cesse,
Se tord les mains, parle seul…
Que la rage vous prenne ! Par pitié ! Jusqu’à quand…

834Le malheureux traîne toujours cette tristesse.
Pardieu ! Maudit le jour où il rencontra votre dureté.
Nuit et jour, il s’affaire sans paresse
Mais rien n’y fait, art ni subtilité !

835Une terre très dure bon fruit ne peut donner.
Qui, sinon le pauvre, dans le sable sèmerait ?
Maigre est la récompense, pour l’effort et la peine.
Bien fol est le poisson qui en conte à la baleine.

836Par votre belle allure, il fut d’abord séduit ;
Puis votre conversation l’a bien énamouré.
Par ces deux choses, il fut complètement berné :
De toutes vos promesses, il n’a pas vu le fruit.

837Il meurt pour vous depuis que vous lui avez parlé ;
Même si vous vous taisez, comme lui vous brûlez.
Découvrez votre plaie, sinon vous en mourrez !
Le feu caché vous tue, en peine vous serez.

838Dites-moi bien tout votre sentiment :
À quoi vous inclinez-vous ? Parlez franchement.
Ou nous le faisons bien, ou bien vous renoncez,
Car venir chaque jour ne serait point discret. »

839« Un grand amour me tue et son feu tout pareil.
Mais plus il m’assaille, plus encore il m’opprime.
La peur, la honte m’interdisent tout plaisir,
À mon grand désarroi je ne trouve conseil ! »

840« Ma fille, n’ayez pas peur, il n’y a pas de raison :
Vous marier avec lui, ce n’est pas trahison.
Tel est son désir, telle est son intention
De s’unir à vous sous la loi et la bénédiction.

841Je comprends sa grande peine de plus de mille façons ;
En pleurant il me dit paroles douloureuses :
‘Dame Prunelle me tue, mais ses compagnes, non ;
Elle seule peut me guérir, et non pas les chanteuses’.

842Lorsque je vois ses larmes et comme il raisonne bien,
De pitié et de peine, je pleure, souhaitant qu’il cesse enfin.
Mais, au fond de moi, je me réjouis pour une part
De voir qu’il vous aime et qu’il vous veut sans fard.

843Je suis plus attentive que vous ne le pensez ;
Je vois bien que vous êtes l’un et l’autre épris.
Dans cet embrasement, vous mourez et souffrez.
Puisque l’amour le veut, pourquoi ne pas s’unir ? »

844« Ce que tu me demandes, c’est ce que je désire,
Si ma mère voulait bien consentir à l’office.
Mais quoi que nous voulions, pour vous faire service,
Nous n’aurions pas d’endroit pour ce joyeux plaisir.

845Car je suis prête à tout pour mon amour de Hita !
Mais ma mère me surveille, jamais elle ne me quitte. »
Trotte-couvent reprit :  « Cette vieille maudite,
Que la Croix la chasse avecques l’eau bénite ! 

846Désir d’amour brise cloîtres et portes,
Il défait toutes gardes et les laisse pour mortes,
Il oublie vaine peur et vagues suspicions ;
Les puissantes serrures lui paraissent ouvertes. »

847Dame Prunelle dit, à la joie de ma vieille :
« J’ai dévoilé mon cœur, mon désir, ma blessure ;
Toi qui vois mon amour, donne-moi conseil sûr ;
Sans honte ni réserve dis-moi donc ton conseil. 

848C’est mal et fausseté que d’abuser les femmes,
Grand péché de leur nuire et déshonneur infâme. »
« Si vous faites chose honteuse, je la tiendrai cachée. 
Le souci de mon renom me porte à hésiter,

849Mais qui viendrait m’accuser en trouvant à redire,
Qu’il me dise deux mots et qu’il s’en tienne au pire ;
Qu’il ose tout ce qu’il peut, autant qu’il est capable :
Il se taira, vaincu, ou bien qu’il aille au diable !

850Vienne qui voudra pour me chercher querelle
Et qu’il dise le pire de ce qu’il puisse dire.
Ce bon jeune homme, doux amour et cœur fidèle
En aide nous viendra, le fera se dédire.

851Rien n’en viendra aux oreilles, je saurai y veiller.
Il n’y aura personne pour jaser, calomnier.
Pas de honte à le faire, beaucoup prennent ce chemin.
Je m’étonne, madame : qu’est-ce qui vous retient ? »

852« Ah ! Dieu ! dit la dame, le cœur de l’amoureux
comme il change, pris de crainte et peureux…
Son amour douloureux de ci de là le tire
Et de tous les périls, il ne sait quel est le pire.

853Deux chagrins tout contraires m’accablent jour et nuit.
Ce que l’amour désire, mon cœur le veut aussi
Mais grand’ peur l’interdit : je serais calomniée.
Quel cœur, ainsi traqué, n’en serait accablé ?

854Il ne sait pas que faire, toujours il se fourvoie ;
Il prie et, quand il prie, la plaie d’amour s’accroît.
À cet amour dolent j’ai bien pu résister
Mais il est le plus fort, abat ma volonté.

855Et dans tous ces tourments, je me trouve brisée ;
Sa force et sa douleur me laissent épuisée ;
J’ai joie de ma tristesse, lasse mais amoureuse ;
Mieux vaut mourir sa mort que vivre vie affreuse ! »

856« Plus d’injures on dit, plus d’injures on entend
Au combat, plus on s’excite, plus on se bat !
Plus de douces paroles la dame d’amour reçoit,
Et plus Vénus l’enflamme, la brûle d’un feu ardent !

857Et puisque vous ne pouvez éteindre votre flamme,
Cet amour qui vous aime, faites ce qu’il commande.
Ma fille, votre résistance vous tue et vous épanche :
Les plaisirs de la vie vous perdez si elle ne lâche !

858De jour comme nuit, vous voyez, je vous le dis,
Dans votre cœur, cet homme, votre ami.
De même il vous tient en son cœur lui aussi ;
Faites votre désir, qui vous tue en ennemi !

859Aussi bien vous que lui, ce tourment vous atterre ;
Vos visages et vos yeux ont pris couleur de terre.
Ils vous tueront tous deux, retards et errements !
Et qui ne me croit pas se trompe et se méprend…

860Vous espérez plutôt, ma bonne fille, je le crois,
Oublier ou bannir ce que plus vous aimez…
N’y comptez pas, n’y songez pas, n’y croyez pas !
Seule la mort peut les cœurs séparer.

861Les plaisirs, c’est bien vrai, font raison retrouver !
Venez donc, ma bonne fille, chez moi vous récréer :
Nous jouerons à la balle, à d’autres jeux vilains ;
Vous jouerez bien ! Quelles noix vous aurez de ma main !

862Jamais en ma boutique belles ne manquent de fruits :
Des poires et des pêches, quels cédrats, quelles reinettes,
Des marrons, des pignons, à foison des noisettes.
Ceux que vous préférez vous feront plus de profit !

863D’ici à ma boutique, il n’y a guère qu’un pas.
En robe vous irez, comme sous votre toit.
On est dans le quartier, il y a du voisinage,
Nous irons tout en jouant, sans qu’on nous dévisage.

864Venez dans ma boutique en toute sûreté,
Comme si c’était chez vous y prendre un bon goûter.
Dieu ne veuille, ma fille, que quelqu’un intervienne ;
Nous irons l’air de rien, sans que nul ne comprenne. »

865Les hommes, bien souvent, dans leur profonde urgence
Accordent ce qu’ils ne doivent, changent d’entendement.
Puis quand le mal est fait, entrent en repentance.
Aveugle est la courtisée, sans tête ni jugement !

866La femme, comme le lièvre, courue et attrapée,
Perd son entendement, n’y voit plus, aveuglée !
Elle a une paille dans l’œil, ne voit collets ni rets.
On cherche à la tromper, elle se croit aimée !

867Dame Prunelle accepta de venir lui parler
De manger de ses fruits, à la balle jouer.
« Madame, dit la vieille, demain nous aurons le temps :
je viendrai vous chercher quand ce sera le moment. »

868Trotte-couvents vint à moi bien contente du coup.
« Ami, dit-elle, comment allez-vous ? Consolez-vous !
L’enchanteur malin tire le serpent du trou.
C’est dit, demain elle viendra parler avec vous !

869Je sais bien qu’il dit vrai votre petit dicton,
Pèlerin bien planté toujours gagne un quignon.
Demain soyez un homme, ne passez pas pour niais :
Parlez mais concluez quand je m’absenterai.

870N’y mettez point paresse, rappelez-vous ces mots :
« On te donne une chevrette ? Au col la cordelette ! »
Prenez ce que vous voulez, n’ayez pas l’air manchot,
Mieux vaut la honte au front que déshonneur au cœur ! »

[Comment dame Prunelle s’en fut chez la vieille et comment l’archiprêtre obtint ce qu’il voulait]
  • 67 Comme prévu à la strophe 686, nous sommes au printemps, c’est Saint Jacques le Mineur, et le jour d (...)

871La Saint Jacques passée, juste le jour d’après67,
À l’heure de midi, lorsque mangent les gens,
Dame Prunelle vint avec ma vieille rusée,
Entra dans sa boutique avec elle tranquillement.

872Comme ma petite vieille m’avait bien averti,
Je ne tardai pas trop, très vite m’y rendis ;
Trouvai la porte close, mais la vieille me vit :
« Hou ! dit-elle, qu’est-ce qui fait tout ce bruit ?

873C’est quelqu’un ? C’est le vent ? Un homme, assurément !
Voyez, voyez comme il épie, ce diable encharbonné !
Est-ce lui, oui ou non ? Je crois bien, on dirait…
Ma foi, c’est don Melon : je le reconnais, je le sens !

  • 68 « Corneau », attesté au XIIIe siècle avec le sens de « corniaud ».

874C’est bien là son visage, son œil de jeune taureau.
Voyez donc comme il guigne ! Nous flaire comme un corneau 68 !
Il enrage de ne pouvoir tirer le verrou !
Il briserait la porte : comme sonnaille il la secoue !

875Bien sûr, il veut entrer. Et si je lui parlais ?
Don Melon, filez donc! Le diable est avec vous ?
Ne cassez pas ma porte ! De l’abbé de Saint-Paul
Je la tiens : vous, vous n’y avez pas mis un clou !

876Je vous ouvre… Attendez ! Ne la cassez pas !
Dites-moi tranquillement ce que vous voulez,
Ensuite allez-vous en, sans plus nous déranger.
Entrez donc s’il vous plaît, on verra ce qu’il y a… »

877« Dame Prunelle ! Vous ici, ma bien aimée !
Vieille, c’est pour cela que votre porte m’était fermée ?
Jour béni ! Quel bonheur de tomber dans ces filets !
Dieu et ma bonne fortune me les ont préparés ! »

………………………………………….................………………

878« Quand je suis sortie, puisque le piège vous voyiez,
pourquoi avec lui entre ces murs être restée ?
Ne me reprochez rien, ma fille, vous l’avez bien cherché.
Le mieux à y gagner, c’est de garder le secret.

879Ce sera moindre mal de cacher cette broutille
Au lieu de la découvrir et de la publier.
Et vous n’y perdrez point un mariage possible.
Cela me semble mieux que de vous diffamer.

880Puisque, si on vous croit, le mal est déjà fait,
Qu’il vous défende et vous aide à tort et à raison !
Quand le mal est fait, de courage il faut s’armer.
Chut ! Sauvez l’honneur ! Rien ne sort de cette maison !

881Si plus que la caille ne jacassait la pie,
Sur la place on ne la pendrait, on ne rirait de ce qu’elle dit.
Évitez donc, m’amie, aventures contraires
Car tous les hommes font ce qu’a fait don Melon. »

882Dame Prunelle lui dit : « Ah, ces vieilles perdues !
Vous trompez si bien les femmes que les voilà vendues !
Hier tu m’offrais mille profits, mille ruses, mille issues ;
Aujourd’hui je suis bernée et plus rien n’est en vue.

883Si les oiseaux pouvaient savoir et déjouer
Les pièges qu’on leur tend, personne ne les prendrait.
Quand ils voient le collet, déjà on va les vendre.
Le moindre appât les tue, ils ne peuvent se défendre !

884Et les poissons dans l’eau : quand ils voient l’hameçon,
Le pêcheur les a pris et les traîne sur le sol.
La femme voit son malheur quand elle en a le deuil ;
Plus personne ne l’aime, père, mère ni aïeul.

885Qui l’a déshonorée la laisse sans soutien ;
C’est une femme perdue, elle n’a d’autre moyen.
Elle se perd corps et âme, c’est un sort bien commun.
C’est ce que je vais faire, puisque je n’y peux rien. »

886Il y a chez les anciens sagesse et connaissance ; 
Il faut long temps au savoir, à la science.
Ma vieille experte fit preuve de clairvoyance
Et rendit en l’affaire une juste sentence :

887« Le sage pesamment ne doit se lamenter
quand à se lamenter il n’a rien à gagner.
Ce qu’on ne peut jamais réparer ni amender,
Il doit sagement le subir et l’endurer.

888Pour les mésaventures et les grandes maladies,
Les coups du sort et les coups de folie,
Il doit chercher conseil, médicaments et soins.
Le sage se révèle dans la peine et le besoin.

889La colère, la discorde nuisent à l’amitié.
Elles mettent le soupçon dans le corps où elles demeurent.
Que règnent entre vous deux la concorde et la paix !
Le chagrin, la fureur, changez-les en bonheur !

890Puisque vous dites qu’un tort je vous ai causé,
Je veux être donc la cause de votre félicité.
Vous, soyez son épouse, qu’il soit votre épousé
Et qu’ainsi vos désirs soient par moi tous comblés. »

891Dame Prunelle et don Melon sont unis pour la vie.
À leurs noces, avec raison, tout le monde se réjouit.
Si j’ai dit vilenie, j’en demande pardon :
Le plus laid de l’histoire est de Pamphile et de Nason.

[De la leçon que l’archiprêtre donne aux dames et des noms de l’entremetteuse]

892Dames, prêtez l’oreille, oyez bonne leçon !
Entendez mon discours, prenez garde aux garçons !
Craignez bien qu’on vous fasse ce que fit le lion
À l’âne qui fut privé des oreilles et du cœur.

893Le lion tomba malade, avait mal à la tête ;
Quand il la redressa et qu’il était guéri
Tous les animaux vinrent un dimanche, à midi,
pour faire en sa présence une très belle fête.

894L’âne était là aussi, on en fit un jongleur ;
Comme il était bien gras, il fit quelques gambades
Jouant de son tambour et brayant bonne aubade.
Le lion et tous les autres il voulait assourdir…

895Toutes ces pitreries irritèrent notre sire,
Qui voulut l’éventrer, mais ne put le saisir.
En battant son tambour, l’autre s’en fut dare-dare
Et le lion se sentit moqué par l’oreillard.

896Le lion dit ensuite qu’il lui pardonnerait.
Il l’envoya chercher pour honorer sa fête.
Il lui accorderait tout ce qu’il demanderait.
Goupil le jongleur s’offrit pour cette requête.

897Le petit renard s’en fut où l’âne se trouvait
Pâturant dans un pré ; bellement le saluait :
« Seigneur » dit-il, « confrère, tous vous nous honoriez
de vos amusements ; plus rien ne nous égaye !

898Plus valent votre vacarme et vos amusements
Votre tambour sonnant, jolis sons qui en sortent,
Que toute notre fête. Le lion serait content
Que vous reveniez jouer, sans crainte d’aucune sorte. »

899Il s’en sortit bien mal, trompé par le flatteur !
À la fête en dansant s’en revint le chanteur.
Le baudet ignorait les usages des seigneurs :
Ses tambourinades, il les paya cher, le jongleur !

900Comme le lion avait des chasseurs bien armés,
Ils saisirent don Âne comme on le leur ordonnait.
L’amenèrent au lion : les flancs il lui ouvrait.
D’une main aussi sûre tous sont épouvantés 

901Le lion ordonne au loup, aux griffes acérées,
De le garder bien mieux que moutons dans le pré.
À peine le lion eut-il passé deux ruelles,
Le loup mangea le cœur avecque les oreilles.

902Lorsque le lion revint pour savourer le mets,
Il demanda au loup l’âne qu’il lui avait confié ;
Sans cœur et sans oreilles, il l’apporta, défiguré.
Le lion contre le loup s’emporta, courroucé !

903Le loup dit au lion que l’âne n’en avait jamais eu,
Car s’il avait eu un cœur et des oreilles
Aurait compris sa ruse, ouï ce qu’on dit de ses pareils.
Mais il n’en avait pas et donc il était revenu.

904De la sorte, Mesdames, comprenez la romance :
Gardez-vous d’amour fou, jamais ne vous atteigne !
Ouvrez bien vos oreilles, que votre cœur s’élance
En amour pur de Dieu, qu’amour fou ne l’arrête.

905Celle qui par malheur est abusée ou fut trahie
De nouveau dans le mal se garde de tomber.
Que de cœur ni d’oreilles ne veuille être privée !
Lui servent de leçon les déboires d’autrui !

906Tant de femmes bernées lui servent d’enseignement.
Qu’elle fuie l’amour traître et ne vienne à en rire.
Vous avez entendu : qui fait l’âne, les loups le mangent.
Ceux qui sont aux aguets n’aillent pas me maudire !

907De paroles légères, fatales, se garde femme charmante.
Un grain de raisin vert agace fort les dents.
D’une petite noix naîtra noyer géant
Et beaucoup d’épis naissent d’un seul grain de froment.

908Dans toute la ville, sur elle il court beaucoup de bruits ;
Beaucoup alors la diffament, la couvrent de moqueries ;
Dame, ne prends ombrage de ce que je te dis :
À mes fables, à mes histoires porte attention, je t’en prie !

909Comprends bien mon histoire, la fille du prunelier.
Je l’ai prise en exemple, non qu’elle me soit arrivée.
Garde-toi de vieille madrée, de voisin tout sourire…
Seule avec un homme méfie-toi : attention à l’épine !

910Étant après cela sans amour, en souci,
Je vis une belle dame en son salon assise.
Mon cœur, à l’instant même, par la force me prit.
Jamais je ne vis dame dont je fus tant épris.

911Les plus belles formes que je n’aie jamais vues !
Toute jeune fillette, riche et douée de vertu,
Belle, noble, d’une extrême jeunesse.
Oncques ne vis pareille, que Dieu me prête vie !

912Charmante, toute fraîche, elle est de bon lignage ;
Sort très peu de chez elle : elle est comme sauvage !
Je cherchai Trotte-couvents pour suivre ce voyage
Car elles sont la porte ouverte au saint passage.

913Sachez que je ne cherchai d’autre Fernand Garci !
Et je n’y songe même pas pour ma messagerie !
On ne se trouve pas bien de mauvaise compagnie.
De mauvais messager me garde Sainte Marie !

914Ce fut une messagère vieille et bien fidèle.
À chaque jour son entretien, ni plus ni moins !
En cette affaire, elle mit tant de zèle
Que faubourg et cité furent bientôt voisins.

915Dès le début, je composai ces chants :
La vieille les lui apporta avec d’autres présents.
« Madame, dit-elle, ces manteaux achetez ! »
La dame dit : « Volontiers, si vous me les montrez. »

916Commençant à la charmer, elle dit : « Ma bonne fille,
Voyez la bague précieuse que j’ai apportée là,
Ce ruban qu’on vous donne… » Peu à peu elle la pique.
« Je vous dirai un conte, si vous n’en parlez pas. »

917Elle dit : « Sachez qu’il en est un qui pour être
Avec vous, donnerait la ville et ses richesses.
Madame, ne vous montrez donc pas si farouche,
Et allez dans ce monde où Dieu vous a fait naître… »

918Elle la charma si bien qu’elle l’empoisonna ;
Lui donna ces chansons, le ruban lui noua.
En lui donnant la bague, elle lui fit un clin d’œil ;
Elle sut l’émouvoir, mettre en bon train l’affaire.

919Comme le veut le dicton qui du sage nous vient,
Le tamis neuf, trois jours à peine on en prend soin !
Voilà que cette vieille (elle s’appelle Urraca) me dit
Qu’elle ne voulait plus être ni vaurien ni commis.

920En plaisantant, je dis: « Allons, pie jacassière,
Ne prends pas le sentier pour quitter la carrière !
Sers dans ton intérêt, cela tu sais comment :
Le licol ne blesse pas celui qui a du froment !

921Je ne me rappelais pas cette simple boutade
Car en jouant on peut dire des mots blessants.
La vieille fut en colère que c’en est étonnant ;
Cria sitôt le secret à la cantonade.

922La dame de très près par sa mère fut gardée
Et je ne pouvais plus si souvent l’approcher.
Il se trompe bien vite, l’homme non avisé.
Pense à ce que tu dis ou tais-toi, reste muet !

923Je l’ai vu avec Urraca – je te donne cet avis –,
N’insulte jamais en cachette ni en public,
Lorsque tu joues ta peau à garder le secret.
Le pire des quolibets est celui qui dit vrai.

924Ce genre de messagère, ne la traite pas de masse,
Ne la traite pas de pie, si bien ou mal jacasse,
Ni d’appeau, couverture, massette ni cuirasse,
Ni de heurtoir ni de licol, non plus de brosse,

925Crochet ni taie, ficelle ni couvercle,
De râpe à bois ni d’étrier… ni de racloir,
Pelle, frein ni coursier, ni d’aiguisoir
Pique-feu ni pinces, ni hameçon de pêche,

926De cloche, chevillette, de piton, de gourdin,
De harnais, capitaine, de guide ni de coureuse :
Même si elle court pour toi, ne l’appelle pas trotteuse !
La vieille te secourra si à cela tu te tiens.

927Aiguillon, courte échelle, bourdon ni pierre lause,
Ni laisse ni rondin, ni registre ni glose.
Énumérer ses noms, c’est pour moi dure chose :
Elle a plus que Renarde et des noms et des ruses !

928Une règle le dit, nécessité fait loi ;
Affligé par Amour, mon seigneur et mon roi,
Je souffrais fort à cause de ma dame et je crois
Qu’elle, comme brebis perdue, était en désarroi.

929Dans ma grande affliction, je suppliai ma vieille
De ne garder rancune pour ces malheureux mots.
La belette sait tirer hors du terrier le lièvre ;
On change le noir en blanc en retournant la peau !

930« Ma foi, dit-elle, Archiprêtre, par besoin la vieille trotte !
Vous faites cela parce que vous n’en avez pas d’autre !
Votre vieille, gardez-la bien, elle vous réconforte.
On baise une main parfois qu’on voudrait bien voir morte…

931Ne le faites plus jamais et, ce que j’ai affirmé,
Je m’en dédirai, le déferai du tout au tout ;
Ainsi que se défait entre les pieds la boue,
J’en finirai de tout, balayé, emporté !

932Ne dites jamais de nom méchant ni laid :
Appelez-moi bon amour et je serai loyale
Car un mot gentil plaît à tous en général.
Bonne parole ne coûte pas plus qu’insanité. »

933Par amour pour la vieille et à juste raison,
Bon amour nommai le livre et elle à toute occasion.
Lorsqu’elle eut mon respect, elle me combla de dons.
Il n’y a péché sans peine, bien sans rétribution.

934Elle y mit tout son art et sa ruse subtile ;
En allant sans habits fit la folle en public.
Les gens de dire alors : « Que Dieu la maudisse,
Cette vieille insensée qui fait telle folie ! »

935On dit dans les cantons : « Mal en prenne à celui
Qui voudrait prendre au mot la vieille et ses folies ! ».
De ce qu’ils avaient cru, tous furent repentis.
Moi, je dis : « Oncques baisai main de vieille plus à-propos ! »

936Il fallut peu de temps pour que cesse le bruit.
Ni mère ni gouvernante ne gardent plus la dame.
Je revins à ma vieille comme sur un bon appui ;
Qui en a une pareille la garde comme son âme. 

937Elle se fit colporteuse, vendeuse de bijoux,
De celles, ai-je dit, qui creusent fosses et trous ;
Il n’est pas plus habile que ces vieilles truies :
Elles donnent le coup de grâce – entends si tu as bonne ouïe !

938Je vous l’ai dit aussi, ces vieilles colporteuses
Vont vendre des babioles de logis en logis ;
Elles côtoient les personnes, d’elles on ne se méfie :
Elles font de leur vent tourner tous les moulins.

939Ma loyale Urraca – que Dieu me la conserve ! –
Fit ce qu’elle avait dit : toutes ne le font pas !
Elle dit : « Je veux saisir tout ce qui s’offre à moi
Et faire que la balle puisse rouler grand’erre.

940C’est le bon moment, elle n’est plus gardée ;
Avec mon colportage, qui donc se méfierait ?
Tout ce qu’on a dit de vous, je le ferai payer !
Sans les vieux pour se battre, les corbeaux sont fâchés… »

941Est-ce qu’elle l’ensorcela, lui donna du borax,
Ou bien du vin à boire ou quelque marmelade,
Quelque philtre d’amour ou encore quelque poison ?
Elle arriva très vite à lui ôter la raison.

942De même que l’appeau attire le faucon,
De même Urraca fit venir cette dame à la couche,
Car je dis, mes amis, qu’ils sont vrais nos dictons :
Je sais que le vieux chien n’aboie pas à la souche.

943Comme il est naturel de naître et de mourir,
Par grand malheur, hélas, la dame vint à périr.
Elle mourut bientôt, il m’en coûte de le dire !
Dieu pardonne à son âme et veuille l’accueillir !

944En ma grande affliction, en ma profonde peine,
Je croulai dans mon lit et me vis en danger ;
Je passai bien deux jours sans pouvoir me lever !
Je dis : « quelle bonne chère mais quel prix à payer ! »

[De la visite que la vieille rendit à l’archiprêtre et de ce qu’il lui arriva]

945C’était le mois de mars, printemps était sorti.
Une vieille vint me voir qui me dit sur le champ :
« Vilain garçon, vilain garçon, mieux vaut dolent que bien portant ! »
Sitôt je l’attrapai, lui contai des folies.

946Dans son chagrin, la vieille souvent me dit :
« Archiprêtre, archiprêtre, petites noix, grand bruit ! »
Lui répondis : « Le diable emporte ces vieilles pies !
Quand elles ont bu le vin, elles se plaignent de la lie… »

947Sur tous ces ennuis et toute cette misère
Je fis chansons paillardes de tout le mal qu’elle me dit.
Que dames ne les fuient, ne les tiennent pour grossières :
Car celle qui les a ouïes en a toujours bien ri.

948À vous mes gentes dames, à votre courtoisie
J’en demande pardon. Sachez que je ne voudrais
Subir votre colère : de peine j’en mourrais.
Parmi choses sensées, souffrez ces âneries.

949Si vous me l’accordez, longuement j’écrirai :
Je m’y engage de fait, y mettrai tout mon cœur !
En long discours, comment ne pas faire d’erreur ?
Que l’auditeur courtois soit prêt à pardonner.

[Comment l’archiprêtre fit l’épreuve de la sierra et ce qu’il lui advint avec la serrane69]
  • 69 Nous choisissons de garder un mot attesté dans la toponymie cévenole (Monts de la Serrane), qui per (...)

950De toutes choses faire l’épreuve, l’Apôtre le demande.
Je fis l’épreuve de la sierra, ce fut quête démente.
Bientôt perdis ma mule, ne trouvai pas viande…
Qui cherche mieux que pain de blé, le sens lui manque !

951C’était le mois de mars, jour de Saint Emétère.
Par le col de Loçoya, je pris itinéraire.
De la neige, du grésil, je n’eus où m’abriter ;
Qui cherche ce qu’il n’a pas perdu, ce qu’il a, doit le perdre !

  • 70 « La Chata » : « chata » est un mot qu’on emploie pour s’adresser familièrement aux jeunes femmes o (...)

952Au sommet de ce col, je me vis en péril :
Rencontrai une vachère à côté d’un buisson,
Lui demandai son nom ; elle dit : « La Fillette70 ;
Je suis la Fillette membrue qui ligote les hommes. 

953Je garde le passage et perçois le péage.
Qui me paie de son gré n’a de moi nul dommage.
Qui ne veut me payer, vite je le dépouille !
Paie-moi ou tu verras comment on bat la paille ! »

954Me barra le chemin, qui était resserré,
Un sentier très étroit, fait par des muletiers.
Me voyant fort en peine, transi et éreinté,
« L’amie », je dis, « le chien malgré lui fréquente les guérets. 

955Laisse-moi passer, l’amie, je te donnerai bijoux de la sierra ;
Dis-moi, si tu veux bien, lesquels on porte ici,
Car, on le dit, qui demande ne se trompe pas !
Et, pardieu, loge-moi, le froid m’anéantit. »

956La Fillette répondit : « Qui demande n’a pas le choix!
Avant que je me fâche, promets n’importe quoi.
N’aie crainte, si tu le fais, que la neige te mouille.
Rends-toi, c’est un conseil, avant que je te dépouille ! »

957Comme le dit la vieille en vidant la quenouille :
« Commère, on meurt bien malgré soi quand on est à sa fin ! »
Quant à moi, terrifié, gelé et mal en point,
Je promis pendentif, broche, sac en peau de lapin.

958À ces bonnes réponses, me jeta sur son cou.
Je ne fus pas fâché qu’elle me porte sur son dos :
Elle m’évita de passer les côtes et les ruisseaux.
Sur ce qui se passa, je fis les couplets ci-dessous.

[Chanson de serrane]

959Un matin, je passais
Le col de Malangosto.
Une serrane m’attaqua,
À peine pointai-je le nez.
« Coquin de sort, dit-elle, où vas-tu ?
Que cherches-tu et que veux-tu
En passant ce col étroit ?

960À sa question je répondis :
« Je vais vers Sotosalvos. »
Elle dit : « Le diable te renifle,
Toi qui as verbe si haut !
Car de ces parages
Que je tiens sous ma garde
Les hommes ne sortent vifs ! »

961Elle me barra le sentier,
La vilaine hideuse et laide !
« Ma foi, dit-elle, écuyer,
D’ici je ne bougerai
Tant que tu ne promets rien.
Tu auras beau batailler,
Tu ne passeras pas par ce chemin. »

962Je répondis : « Pardieu, vachère,
N’interromps pas mon voyage !
Ôte-toi de mon chemin,
Pour toi je n’apporte rien ! »
Elle dit : « Reviens en arrière,
Retourne-t-en par Somosierra,
Car ici n’auras passage. »

963La Fillette endiablée,
– Saint Julien la confonde ! –
Me lança sa houlette
Fit tournoyer sa fronde
Et m’envoya sa pierre.
Elle dit : « Par le véritable Père,
Tu vas payer la tournée ! »

964Il tombait neige et grésil.
La Fillette alors me dit,
Sur un ton de menace :
« Paie-moi ou tu vas t’amuser ! »
Je lui dis : « Ma belle, pardieu,
Je vais vous dire ce que je pense :
Je serais mieux au coin du feu ! »

965Elle dit : « Chez moi je t’amènerai,
Te montrerai le chemin.
Feu et braise je te ferai.
Je te donnerai du pain, du vin.
Sur ma foi, promets-moi quelque chose,
Je te tiendrai pour gentilhomme.
La chance te sourit ce matin ! 

966Moi, effrayé, transi de froid,
Un bon manteau lui promis
Et lui offris pour son habit
Une broche, un pendentif.
Elle dit : « Donne-moi plus, l’ami,
Viens par ici, approche-toi ;
Les gelées, ne les crains pas ! »

967Elle me saisit fort par la main,
Sur son cou elle me chargea
Comme maigre besace,
En haut de la pente m’emporta.
« Coquin de sort, ne crains rien !
Je te ferai un bon repas
À la mode de la sierra. »

968Elle m’amena en un clin d’œil
Dans son auberge, avec ardeur.
Elle me donna un feu de chêne,
Maints lapereaux de garenne,
De bonnes perdrix rôties,
Des miches bien mal pétries
Et bonne viande de cabri.

969Un quart de vin, et du bon,
Beaucoup de beurre laitier
Beaucoup de fromage à griller,
Du lait, de la crème, une truite.
« Coquin de sort, dit-elle ensuite,
De ce pain dur nous mangerons ;
Et après nous lutterons ! »

970Au bout de quelque temps,
J’étais bien dégourdi ;
Plus je me réchauffais
Et plus je souriais.
La bergère me regarda :
« Ça y est, compagnon, maintenant
Je crois bien que je comprends ! »

971La malicieuse vachère
Dit : « Luttons un brin,
D’ici lève-toi bien vite !
Retire toutes tes affaires ! »
Par le poignet, elle me saisit :
Je dus me plier à ses invites.
Je crois que je m’en sortis bien !

[De l’aventure de l’archiprêtre avec la serrane]
  • 71 Nous suivons la suggestion d’une couleur, rouge ou jaune, émise par plusieurs éditeurs critiques du (...)

972Après cette aventure, je m’en fus à Ségovie,
Mais non pour les bijoux de la fillette truie :
J’y allai voir une côte du grand serpent rouille71
Qui a tué le vieux Ferdi, comme on le dit à Moya.

973Je m’arrêtai en cette ville, dépensai mes ressources.
N’y trouvai puits d’eau douce ni éternelle source.
Quand je vis à quel point se trouvait mal ma bourse,
Je dis : « Mon logis, mon foyer valent plus que tout ! »

974Je retournai chez moi dès le troisième jour
Sans passer par Loçoya, n’ayant pas les bijoux.
Par le col de Font Froide je voulus traverser :
Je perdis mon chemin car ne le connaissais.

975En descendant la pinède je vis une vachère
Qui gardait son troupeau au bord de la rivière.
« Je m’incline, dis-je, oh, belle bergère !
Ou je reste avec vous ou montrez-moi la voie ! »

  • 72 Traduction de G (« si en lugar te cojo »). Cf. M. de Lope, Traditions populaires… p. 105, car le di (...)

976« À t’inviter ainsi, dit-elle, tu m’as l’air bien bête.
N’approche pas de moi, regardes-y à deux fois,
Sinon je te ferai tâter de ma houlette :
Si je t’attrape au bon endroit72, jamais ne l’oublieras ! »

977Comme il est dit de qui nous tire d’un mauvais pas,
« Tant gratte la poule qu’elle trouve son grain ».
J’essayai d’approcher de la maudite fillette :
Dans l’oreille, tout droit, me ficha sa houlette !

978Elle me jeta au bas de la côte, étourdi ;
Je vis là qu’un coup sur l’oreille est bien mauvais !
« Que Dieu confonde, dis-je, cigogne dans le pré
qui frappe de la sorte cigogneaux dans le nid. »

979Lorsque ses mains furieuses elle eut posé sur moi, 
Cette damnée me dit : « Ne va pas sur mes brisées !
Ne te fâche pas du jeu, car il advient parfois
Que tous les joueurs y trouvent un même intérêt.

  • 73 L’ordre des propositions semble illogique, sauf si on y lit un langage érotique, selon lequel « met (...)

980Entrons dans la cabane, Ferruzo ne l’apprenne !
Je te mettrai en chemin et tu auras bon goûter73.
Allez, corneau, ne cherche plus querelle ! »
La voyant contentée, bien vite me levai.

981Elle me prit par la main, nous allâmes de conserve ;
J’étais encore à jeun, on avait passé none.
Une fois dans la cabane, où il n’y avait personne,
Elle me dit de jouer au jeu qui met les cornes.

982« Pardieu, dis-je, l’amie, j’aimerais mieux déjeuner,
Car à jeun et transi, on ne peut pas s’ébattre.
Si je ne mange avant, je ne pourrai me battre ! »
Elle ne le prit pas bien, voulut me menacer…

983Elle s’occupa de moi et d’elle. Je dis : « C’est là
Que jouent le pain et le vin, non pas chemise nouvelle ! »
Je payai mon repas et m’en fus de chez elle,
Lui dis de me montrer la sente, qui est nouvelle.

984Elle me pria de rester avec elle le soir :
À l’étoupe qui brûle il n’est pas d’éteignoir.
« Je suis pressé, lui dis-je, que Dieu me garde ! »
Elle se fâcha, j’eus peur et je me montrai couard.

985Me fit sortir de la cabane, me mena à deux chemins,
Tous les deux fréquentés et tous les deux faciles.
Le plus vite possible, je m’enfuis par les collines ;
J’arrivai à Ferreros tôt, au petit matin.

986De cette farce-là je fis chanson semblable ;
Elle n’est fort jolie ni, je crois, trop banale.
Avant de comprendre le livre n’en dis ni bien ni mal
Car tu comprendras blanc et le livre dit noir…

[Chanson de serrane]
  • 74 « Riofrio » est un toponyme existant, mais la connotation de la source froide comme source de grâce (...)

987Toujours garderai à l’esprit
Cette serrane hardie
Agathe de Ruisseau Froid74.

988Là-bas, loin de ce village
Celui que j’ai nommé,
Agathe j’ai rencontré :
Elle garde des vaches au pré.
Je lui dis : «  Soyez bénie,
Vous qui êtes si jolie ! »
Elle me répondit : « Hé là !
Égaré te voilà
Et tu ne sais où tu vas. »

989« Je ne sais où je vais, serrane,
dans cette épaisse forêt.
Et si parfois on y gagne,
Parfois on perd à l’aventure.
Mais quant à ce matin,
Je n’ai cure du chemin,
Puisque vous voilà, cousine,
Ici dans cette verdure,
Au bord de ce ruisseau. »

990D’un rire sot me répondit
La serrane en grande furie.
La pente elle dévala
Car elle était hardie
Et dit : « Tu n’as pas appris
À dompter la bête muette !
Est-ce le diable qui t’a donné
Cette langue bien affilée ?
Je te lancerai ma houlette… »

991Sa houlette elle me lança
Derrière l’oreille, là.
La pente me fit dévaler,
Me fit tomber dans le vallon.
Elle me dit, cette endiablée :
« Voilà comme on prend le lapin !
Les flancs te chatouillerai
Si tu fais encor le malin.
Allez, debout, sot que tu es ! »

992Elle m’hébergea, me donna à manger
Mais elle me le fit bien payer.
Comme je ne fis pas tout ce qu’elle voulait,
Elle dit : « Gueux ! Galeux ! Frileux !
Ah, j’ai été bien folle
De laisser pour toi le vacher !
Je te montrerai, si tu n’es pas mol,
Comme le hérisson se pelotonne
Sans eau ni sans rosée. »

[De l’aventure de l’archiprêtre avec la serrane]

993Le lundi avant l’aube, je me mis en chemin ;
Rencontrai près d’El Cornejo, où elle coupait un pin,
Une serrane balourde. Vous dirai ce qu’il m’advint :
Elle pensa m’épouser comme si j’étais son voisin !

994Me posa maintes questions, me prenant pour un berger.
Pour un piètre résultat elle quitta son labeur :
Elle se mit dans l’idée que je lui tournais autour !
Elle oublia ce que dit le bon conseiller

995À son ami, quand bon conseil veut lui donner :
« Ne lâche pas la proie pour l’ombre !
Si tu lâches ce que tu as pour un mensonge,
Tu n’y gagneras rien, tu pourras te tromper. »

996J’ai fait chanson de sierra de tout ce qu’il advint :
C’est l’écrit qui est là, tu le tiens sous ta main.
Il faisait mauvais temps, quoiqu’on fût au printemps.
Pour m’arrêter plus tôt, je passai le col matin.

[Chanson de serrane]

997Au hameau d’El Cornejo,
Premier jour de la semaine,
En plein milieu du vallon
Rencontrai une serrane
Vêtue de beau vermillon,
D’une bonne ceinture de laine.
Je lui dis : « Cousine, Dieu te garde. »

998Elle dit : « Que cherches-tu en ces parages ?
Comment as-tu perdu la route ? »
Je dis : « Par la Sierra je voyage
Pour y trouver beau mariage. »
Elle dit : « Il n’est pas dans l’erreur,
Celui qui prend ici épouse.
Cherche et tu trouveras ton bonheur ! 

999Mais dis donc voir, parent,
La sierra, la connais-tu ?
Je dis : « Je sais surveiller la lande
Et je monte jument à cru ;
Le loup, je sais comme on le tue,
Et quand je le prends en chasse,
Avant le lévrier je l’attrape.

1000Je sais bien guider les vaches,
Dompter brave taurillon ;
Je sais manier la baratte,
Je sais faire la cabrette,
Aux sandales, lacets mettre,
Et jouer du chalumeau,
Chevaucher poulain sauvage.

1001Je sais faire des roulades,
Sur tous les rythmes je gambade ;
Grand ni petit n’ai trouvé,
Selon moi, pour me gagner.
Quand pour lutter je me baisse,
Celui que je peux attraper,
Si je m’y efforce, je le renverse. »

1002Elle dit : « Tu trouveras ici des noces
Telles que tu peux les souhaiter.
Je me marierai volontiers
Avec toi, si tu donnes quelque chose.
Bonne entente tu auras. »
Je lui dis : «  Demande à ton gré,
Je te donnerai ce que tu voudras. »

1003Elle dit : « Donne-moi un serre-tête ;
Qu’il soit de drap écarlate !
Donne-moi beau tambourin,
Et six anneaux d’étain,
Une pelisse pour les fêtes,
Pour tous les jours une jaquette,
Et ne me conte pas de fables !

1004Donne-moi boucles pour pendants
En laiton étincelant ;
Et donne-moi une coiffe jaune,
Bien festonnée sur le front,
Des bottines à tige haute
Et tous les gens diront :
« Elle s’est bien mariée, la Marion ! »

1005Je lui dis : « Te donnerai tous ces cadeaux,
Encore plus si tu y penses,
Du meilleur et du plus beau.
Toute ta famille invite,
Les noces nous ferons très vite,
Et cela ne l’oublie pas !
Je vais chercher tes présents de ce pas ! »

[De l’aventure de l’archiprêtre avec la serrane et de la tournure d’icelle]

1006Toujours il fait mauvais dans la sierra, en altitude.
Il neige ou il gèle, chaleur jamais ne dure.
Tout en haut de ce col, le temps était bien rude :
Vent glacé et givre avec grande froidure.

1007Et comme on sent bien moins le froid quand on court,
Je dévalai la pente : «  Qui frappe la tour
Voit tomber la pierre avant que sorte l’autour. »
Je dis : « Je suis perdu si Dieu ne me secourt ! »

1008De ma vie ne me suis vu si près de périr
De froid ! Au pied du col rencontrai un monstre,
Le plus grand fantasme que j’aie vu en ce monde.
Une gardienne de juments râblée, vile anserine !

1009Menacé par le froid et la grande gelée,
Je la priai de vouloir ce jour m’héberger.
Elle dit qu’elle acceptait si elle était bien payée.
Je rendis grâce à Dieu, à la Tablada elle m’emmenait.

1010Ses membres et son allure, il ne faut pas les taire
Car c’était, croyez-moi, une grande cavale !
Qui aurait lutté contre elle s’en serait tiré bien mal :
À moins qu’elle ne le veuille ne l’aurait mise à terre.

1011Même dans l’Apocalypse, Saint Jean l’Évangéliste
Ne vit telle tournure, d’aussi mauvais aspect.
D’une armée à grand peine elle eût été conquise !
Je ne sais de quel diable tel fantasme est aimé !

1012Elle avait grande tête de travers et sans grâce,
Les cheveux courts et noirs tels corneille luisante.
Des yeux rouges et creux : elle y voit peu et mal.
Plus grande que d’une ourse est l’empreinte de son pas.

1013Les oreilles plus grandes que celles d’un baudet ;
Le cou est noir, court et velu, épais ;
Son nez est gros, long comme bec de courlis ;
Sifflerait en peu de temps l’abondance d’un marchand !

1014Une gueule de chienne avec son gros museau,
Des dents d’âne, grandes, longues et qui chevauchent,
Des sourcils épais comme des étourneaux.
Que ceux qui cherchent épouse ici ne restent sourds !

1015Plus touffue que la mienne et plus noire est sa barbe.
Moi, je n’ai rien vu d’autre, mais pour peu que tu grattes,
Tu trouveras, je crois, motifs de brocarder.
Mais il serait plus sage d’aller battre ton blé !

1016Mais à la vérité, j’ai vu jusqu’à la cuisse :
Elle a les os très grands, la jambe peu gracile,
En troupeaux regroupées, de nombreuses varices ;
Des chevilles plus épaisses que celles d’une génisse.

1017Plus large que ma main est son large poignet,
Couvert de très longs poils, souvent il est humide.
Sa grosse voix nasillarde blesse l’oreille humaine,
Traînante, rocailleuse, grinçante et caverneuse.

1018Vu que son petit doigt est plus gros que mon pouce,
Imagine les autres, si tu en serais satisfait !
S’il lui prenait un jour l’envie de t’épouiller,
Ta tête sentirait que ce sont grosses poutres !

1019Sous sa tunique, ses seins étaient accrochés :
Ils lui battaient la taille, tout pliés qu’ils étaient.
Libres, l’aine ils lui auraient touché !
Au son de la cithare, d’eux-mêmes ils danseraient !

1020Des côtes gigantesques formaient son noir côté :
Trois fois je les comptai sans pouvoir y arriver.
Je n’en ai pas vu plus ni plus t’en conterai :
Un garçon cancanier n’est pas bon messager…

1021De tout ce qu’elle dit, de sa laide apparence,
Je fis bien trois chansons, sans en donner semblance.
Deux sont des chansonnettes et l’autre est une danse :
Si l’une te déplaît, vois-la, ris-en et… silence !

[Chanson de serrane]

1022Près de la Tablada,
Sorti de la sierra,
Je rencontrai Aude,
Quand l’aube poignait.

1023En haut de ce col-là
Je crus bien mourir
De neige et de frimas,
De givre
Et de gelée.

1024Et dans la descente
Me mis à courir.
Rencontrai une serrane
Jolie et gaillarde,
Aux joues enflammées.

1025Je m’adressai à elle :
« Je m’incline, la belle ! »
Elle dit : « toi qui cours si bien,
Ne t’arrête point,
Poursuis donc ton trajet. »

1026Je lui dis : « J’ai froid
Et c’est bien pourquoi
Je viens, ma beauté !
Veuillez par pitié
Ce jour m’héberger. »

1027La belle me dit :
« Cousin, ma cabane,
Qui y prend logis
Avec moi se marie
Ou le fait à ses frais. »

1028Je lui dis : « Très bien,
Mais je suis marié
À Ferreros, non loin.
Mais de mes deniers,
Ma chère, je vous donnerai ! »

1029Elle dit : « Trotte avec moi ! »
Avec elle m’emmena,
Me fit un bon feu,
Comme l’usage le veut
Dans la sierra enneigée.

1030Me donna pain de seigle,
Pain bis noirci de suie
Et me donna piquette
Aigrelette et clairette
Et de la viande salée.

1031Me donna fromage de chèvre.
« Gentilhomme », dit-elle, « tends
le bras et prends
de cette miche de son
mise de côté. »

1032Elle dit : « Déjeune, mon hôte,
Bois et reprends force.
Réchauffe-toi et paie.
Jusqu’à ce que tu partes,
Mal ne te sera fait.

1033Qui me donnerait les dons
Que je demanderai
Aura un bon souper
Et un bon lit douillet
Sans avoir à payer. »

1034« Vous qui parlez ainsi,
pourquoi ne pas demander
quelque chose de précis ? »
Elle dit : « Oui da !
Mais est-ce que je l’aurai ? 

1035Alors donne-moi ceinture
Écarlate, de belle teinture
Et une bonne chemise
Faite à ma mesure
Avec son collet. 

1036Et donne-moi des colliers
D’étain, en quantité
Et donne-moi parure
Précieuse et prisée
Et fin manteau fourré ;

1037Et donne-moi une coiffe
Ornée d’un ruban ;
Donne-moi des chaussures
À tige bien haute,
En cuir ouvragé.

1038Avec ces trésors-là,
– Entends ce que je dis –,
Bienvenu tu seras ;
Tu seras mon mari
Et moi ton épousée. »

1039« Madame la serrane,
Autant de choses, hélas,
Je n’ai pas sur moi,
Mais je vous les promets
Pour quand je reviendrai ! »

1040Elle me dit, la laide :
« Sans argent sonnant,
Pas de marchandise, 
Pas de bons moments,
ni d’air satisfait.

1041Pas de bon marchand
S’il n’y a pas d’argent !
Et je n’aime point
Qui ne me donne rien 
Ni veux le loger !

1042Ce n’est pas d’hommage
Qu’on paie l’hôtelier.
Pour de l’argent, on fait
Tout ce qui plaît,
C’est chose prouvée. »

[Du dit que l’Archiprêtre offrit à Sainte Marie du Gué75]
  • 75 Tout cet épisode est sous le signe du passage : le gué prend la suite des cols. Aux serranes passeu (...)

1043Saint Jacques, l’apôtre, dit que tout bien accompli
Et tout don sublime de Dieu doivent être choisis.
Et moi, lorsque de ce tumulte je fus sorti,
Je me tournai vers Dieu afin qu’il ne m’oublie.

1044Près de cette sierra est un lieu vénéré,
Très saint et très dévot, Sainte Marie du Gué.
J’y allai passer vigile, comme il est accoutumé.
En l’honneur de la Vierge, ces couplets lui offrais :

1045À toi, ô noble Dame, mère de pitié,
Lumière illuminant le monde, du ciel clarté,
Mon âme et mon corps, devant ta majesté,
J’offre avec ces chansons, en toute humilité.

1046Je m’incline, ô Reine,
Mère du Bon Sauveur,
Vierge très sainte et digne
Écoute ce pécheur.

1047À toi mon âme pense
Ainsi qu’à ta louange ;
Elle ne te quitte pas,
Mon espérance ;
Vierge Marie, porte-moi aide
Et, sans retard,
Prie pour moi Dieu,
Ton fils et ton Seigneur.

1048Parce qu’en grande gloire
Tu es, pleine de joie,
Moi, pour ta mémoire,
Je veux faire cela :
Dire la triste histoire
Qui Jésus fit douloir
Par la prison,
La peine et la douleur.

[De la passion de notre Seigneur Jésus Christ]

1049Le mercredi à tierce,
Le corps de Jésus-Christ,
La Judée le met à prix ;
À cette heure-là, on vit
Combien peu apprécie
Ton fils bien aimé
Judas, qui le vendit,
De ce forfait l’auteur.

1050Pour trente deniers
La vente fut conclue
– à son seul bénéfice –
De l’oint du Seigneur.
Ils furent satisfaits
De la négociation 
Et donnèrent l’argent
À ce traître vendeur.

1051À l’heure des matines,
Au baiser de Judas,
Les Juifs, ces vaurïens,
Comme après un brigand,
En véritables chiens,
Sans la moindre vergogne
Se saisirent de lui
L’encerclant sans pudeur.

1052Toi qui étais avec lui,
À l’heure de prime
Tu le vis emmener,
Horriblement frapper ;
Quand Pilate le juge,
On lui crache au visage,
Sur sa face si claire,
Du ciel grande splendeur.

1053À l’heure de tierce
Le Christ fut jugé
Des gens de la Thora,
Peuple si obstiné ;
Pour cela il mourra,
Pris en captivité
D’où il ne sortira,
Sans avoir délivreur.

1054En le couvrant d’injures
Ils le mènent à la mort ;
La tunique qu’il porte
Ils la tirent au sort
Pour savoir qui l’aura :
Ah, quelle grande douleur !
Qui pourrait dire, Dame,
S’il y a plus grand malheur ?

1055À l’heure de sexte
On le mit sur la croix ;
Grande fut la souffrance
Que ton fils éprouva.
Mais le monde y gagna :
De là vinrent la lumière
et la clarté du ciel
qui à jamais demeurent.

1056À l’heure de none,
Soudain, pour son trépas,
Le soleil s’obscurcit ;
Quand la lance le blessa
La terre fut ébranlée,
Le sang et l’eau coulaient,
Pour le monde douceur.

1057À l’heure de vêpres,
De croix fut descendu ;
À l’heure de complies,
D’onguent fut tout enduit,
Au sépulcre fut mis
Dans la pierre taillé,
Un centurion placé
Pour servir de veilleur.

1058Par les plaies si sacrées
De la sainte passion,
À toutes mes afflictions
Porte consolation,
Ô Toi qui plais à Dieu,
Donne bénédiction
Et que je sois de toi
À jamais serviteur.

[De la Passion de notre Seigneur Jésus Christ]

1059Nous qui devons la loi
Du Christ observer,
Il nous faut de sa mort
Nous douloir, sa mort, la rappeler.

1060On lit dans les prophéties
Ce qui devait s’accomplir.
Tout d’abord Jérémie,
Comment il allait venir ;
Ensuite dit Isaïe
Qu’il serait enfanté
Par la Vierge qu’on sait
Sainte Marie s’appeler.

1061Une autre prophétie
De cette ancienne loi,
Dit que viendrait l’agneau
Pour sauver le troupeau ;
Daniel disait cela
Du Christ notre Roi ;
Chez David on le lit,
Si juste est ma pensée.

1062Ils parlent en prophètes :
Cela s’est accompli.
Venu en Vierge sainte,
D’une Vierge il naquit
Celui que tous bénissent.
Pour nous tous il mourut,
Dieu et homme que nos yeux
Voient sur l’autel sacré.

1063Il vint pour le salut
De l’humaine lignée ;
Par Judas fut vendu
Contre menue monnaie.
Il fut pris et frappé,
Par les Juifs mis à mal ;
Ce Dieu de notre foi
Ils l’ont même flagellé,

1064Sur sa face ils crachèrent,
Qui est du ciel la clarté ;
Des épines ils posèrent
De très grande cruauté.
Sur la Croix le hissèrent
Sans nulle compassion.
De ces plaies nous avons
Douleur et grand pitié.

1065De clous ils ont cloué
Ses mains et puis ses pieds ;
Sa soif ont étanchée
De vinaigre et de fiel.
De blessures l’ont blessé,
Plus douces que miel
Pour nous qui en lui plaçons
Espérance redoublée.

1066En croix il fut pour nous,
Occis, meurtri, blessé ;
Ensuite d’une lance
Fut ouvert son côté :
Par ces plaies sûrement
Le monde est sauvé.
Nous qui en lui croyons,
Qu’il veuille nous sauver.

[De la bataille de Charnage et de Carême]

1067Voici qu’approche un temps sanctifié de Dieu ;
J’allai dans mon pays me reposer un peu.
Dans sept jours, c’était Carême : il y avait de quoi
Répandre dans le monde épouvante et effroi.

1068J’étais là attablé avec Don Jeudi Gras,
Un rapide courrier deux lettres m’apporta.
Même avec du retard, vous dirai leur teneur
Car, ayant lu les lettres, les remis au porteur :

  • 76 Nous faisons le choix de garder le féminin pour ce Carême, suivant le genre espagnol, car sa fémini (...)

1069« De moi, Sainte Carême76, servante du Sauveur
Et envoyée de Dieu à tout pauvre pécheur,
À tous les archiprêtres et les clercs sans amour,
Salut en Jésus-Christ jusqu’à Pâques toujours.

1070Sachez que j’ai appris qu’il y a près d’un an
Que Charnage furieux, hostile à toutes gens,
Va dévastant mes terres, grands dommages causant
Et, ce qui me met en rage, versant beaucoup de sang.

1071Et pour cette raison, en vertu d’obéissance,
Je vous mande fermement, sous peine de sentence,
Pour moi, pour mon jeûne et pour ma pénitence,
De le défier tantôt avec ma lettre de créance.

1072Dites-lui bien que dans sept jours exactement
En personne, j’irai avec mes compagnies,
Me battre contre lui et ses débordements.
Je ne crois pas qu’on me résiste dans les boucheries !

  • 77 Parmi toutes les villes citées dans le Livre de Bon amour, Burgos se présente donc explicitement co (...)

1073Donnez au messager la lettre une fois lue,
Qu’il la porte partout, ne la garde cachée.
Que point ne disent gens qu’ils n’étaient avisés !
Donnée à Castro Urdiales et à Burgos reçue77. »

1074Autre lettre il portait, ouverte, estampillée ;
Une grande coquille à la lettre pendait :
Tel était le cachet de la dame renommée.
Et voici la nouvelle à Charnage envoyée :

1075« De moi, Dame Carême, grand juge de la mer,
Gardien de toutes les âmes qui auront le salut,
À toi, goulu Charnage, qui n’est jamais repu,
Je t’envoie en mon nom le Jeûne te défier.

  • 78 Nous regrettons de ne pas rendre ici l’arabisme « almohalla » qui contribue à connoter le conflit e (...)

1076Dans sept jours bien comptés, ta soldatesque78 et toi
Rejoignez-moi sans faute sur le champ de bataille.
Jusqu’au samedi saint je combattrai sans faille.
De mort ou de prison réchapper ne pourras. »

1077Les deux lettres je lus, l’énoncé je compris.
Vis que m’était donnée une mission pressante
Car n’étais amoureux ni avais une amante.
Mon hôte et moi-même en eûmes grand souci.

1078Don Jeudi, que j’avais à ma table invité,
S’en leva tout content – je n’en suis pas fâché ! –,
Dit : « Je porterai bannière contre cette infortunée !
Je jouterai avec elle : nous nous mesurons chaque année. »

1079Il me dit grand merci pour mon invitation,
S’en fut. Je rédigeai mes lettres et dis au Vendredi :
« Demain va voir Charnage avec cette commission :
Qu’il vienne en armes pour le combat mardi. »

1080Ayant reçu les lettres, Charnage l’orgueilleux
Affecta du courage, mais se sentait peureux.
Ne voulut pas répondre, vint à moi promptement
Avec grande mesnie, car il était puissant.

1081Lorsqu’arriva le jour du rendez-vous fixé,
Charnage prit les devants, le cœur vaillant,
De gens bien préparés très bien accompagné.
D’un tel camp Alexandre aurait été content !

1082Il mit en première ligne l’infanterie en place :
Poules et perdrix, lapins et chapons,
Des canards, des colverts et de grosses oies grasses.
Ils faisaient leur parade à côté des tisons.

1083Tous ceux-là portaient lances de combattants à pied,
Des broches très bien faites en fer et en bois.
Tous se garantissaient derrière le grand tranchoir ;
Dans les banquets, c’est eux qui viennent les premiers.

1084Derrière la piétaille, les arbalétriers :
Vïande d’oie séchée, côtelettes de mouton,
Des jarrets de porc frais, tout entiers les jambons.
Derrière tous ceux-ci venaient les cavaliers :

  • 79 Selon les manuscrits, petits fromages (quesuelos) ou mongettes (fresuelos) ; nous ne croyons pas au (...)

1085Pièces de bœuf, cochons de lait, cabris.
Ils sautaient de partout en poussant de grands cris.
Puis vont les écuyers, des féveroles frites79
Qui de leurs éperons les gros vins rouges piquent.

1086Venait ensuite riche mesnie de nobles gens :
Beaucoup de bons faisans et de paons tout fringants.
Ils étaient bien armés, les pennons bien dressés ;
Portaient armes énormes, garnitures renforcées.

1087Elles étaient bien forgées, bien trempées et très fines :
Marmites de cuivre pur avaient pour chaperons,
Pour écus des casseroles, des poêles et des chaudrons.
Un camp aussi somptueux n’avaient pas les sardines !

1088Il vint de nombreux daims et le fort sanglier :
« Seigneur, dit-il, ne m’écartez de cette lice,
moi qui si souvent ai lutté contre Ali.
Je suis fait au combat où toujours j’excellai ! »

1089Il n’avait pas encore fini son commentaire
Que déjà à bonne allure arrive le cerf :
« Je m’incline, Seigneur, loyalement je te sers.
Pour te faire service, je n’en suis pas un serf ! »

  • 80 Féminin en espagnol, le lièvre est une image courante du sexe de la femme dans la poésie érotique. (...)

1090Prompte et légère à la parade vint la lièvre80 :
« Seigneur, dit-elle, à la dame je donnerai la fièvre,
des boutons, des abcès : de lutter oubliera.
Elle serait mieux dans ma peau, quand on la lui rompra ! »

1091Vient le bouquetin avec chevreuils et ramiers,
En faisant retentir ses brames et menaces :
« Seigneur, dit-il, la dame, si tu me la mets en face,
Même avec ses arêtes ne pourra te blesser. »

1092Pas à pas arriva vieux bœuf du voisinage :
« Seigneur, dit-il, le paysan me met aujourd’hui au pacage !
Je ne suis plus bon pour la route ni pour l’aire.
Mais je te fais service de mon cuir et ma chair. »

1093Monsieur Lard était là avec d’autres viandes séchées,
Ventrêches et filets de porc, plein la cuisine,
Tous fin prêts pour la lutte maligne.
La dame savait y faire, ne voulut se dépêcher.

1094Comme Charnage est très grand empereur
Et qu’il a dans le monde le pouvoir d’un seigneur,
Les oiseaux et les bêtes, pour l’amour de lui,
Vinrent très humblement, mais de terreur emplis.

1095Charnage se tenait somptueusement assis
À table bien garnie, sur une riche estrade ;
Devant lui ses jongleurs, comme un homme honorable.
Et de toutes ces viandes il était bien servi.

1096Son lieutenant fidèle se tenait devant lui,
Le genou mis à terre, avec un tonnelet :
Pour jouer de la trompette souvent il l’embouchait !
Le vin parlait beaucoup et tous en étaient pris.

1097Bien après le souper, quand fut venue la nuit
Et que chacun avait la panse bien remplie,
Pour aller affronter la dame sans excès,
Ils s’endormirent tous après s’être salués.

1098Cette nuit-là les coqs eurent grande frayeur :
Veillèrent avec effroi, ne fermèrent point l’oeil.
Quoi d’étonnant ? Avaient perdu leurs femmes !
Aussi s’affolèrent-ils quand survint le vacarme.

1099Vers le milieu de la nuit, au beau milieu des salles,
Dame Carême surgit. « Seigneur Dieu, viens-moi en aide ! »
Les coqs s’égosillaient tout en battant des ailes.
À Charnage parvinrent ces mauvaises nouvelles.

1100Et comme le brave homme avait mangé trop bien,
Avec toute cette viande avait bu force vin,
Il était alourdi, endormi et était endormi.
Dans tout le campement, l’alerte se répandit.

1101Tous engourdis ils partirent au combat ;
Ils disposent leurs troupes, sans la moindre chicane.
La compagnie des mers agite fort ses armes :
Ils se lancent à l’assaut en disant : « En avant ! »

1102Le premier de tous qui ait frappé Charnage,
Le poireau à col blanc, mauvais coup lui donna :
Lui fit cracher des flegmes ; on y vit grand présage.
Dame Carême sut qu’elle prendrait le camp.

1103Puis accourut à l’aide la sardine salée :
Elle donna un bon coup à la grosse poularde.
Se coinça dans son bec, bien prompte à l’étouffer.
Puis elle vint à Charnage déchirer le camail.

1104Sur la ligne de front venaient les grandes roussettes ;
Les flancs sont bien gardés par maquereaux et seiches ;
La bataille a tourné de méchante manière :
De chaque côté tombaient beaucoup de bonnes têtes.

1105Du côté de Valence les anguilles avancent,
En saumure et en tranches, formant des bancs immenses !
En plein milieu des côtes elles frappent Charnage.
Les truites d’Alberche sur ses joues donnent des claques.

1106On voit le thon combattre comme un brave lion :
Se heurta à Sieur Lard, le couvrit de jurons !
N’était Dame Viande Sèche, qui dévia son pennon,
Il aurait transpercé le cœur de Sieur Lardon.

1107De la région de Bayonne venaient les chats de mer :
Ils tuèrent les perdrix et les chapons châtrèrent.
De l’Henares, quantité de crevettes affluaient :
Jusqu’au Guadalquivir montaient leurs tendelets.

1108Là, s’affrontaient aux canards les barbeaux et poissons.
« Où es-tu ? Tu te caches ? » dit le merlan au cochon ;
« Si devant moi tu parais, je te règle ton affaire !
Enferme-toi dans la mosquée, ne va pas aux prières ! »

1109Dans cette confusion, la roussette arrivait ;
Portant dure cuirasse de pointes hérissée.
Les côtes et les jarrets, elle les rudoyait :
À la manière d’un chat elle s’y agrippait !

1110Accoururent de la mer, des étangs et des lacs
Compagnies très étranges et de diverses tailles.
Portaient armes solides, arbalètes et arcs ;
Plus funeste qu’à Alarcos fut la bataille !

1111De Santander arrivent les langoustes vermeilles 
Portant nombreuses flèches placées dans leurs carquois.
Elles font de leur mieux pour que Charnage paye !
L’espace le plus vaste lui semblait bien étroit.

1112L’année jubilaire venait d’être proclamée ;
De sauver leurs âmes tous grand désir avaient :
Au tournois se présente tout ce qui est en la mer !
Les harengs et les pagres vinrent de Bermeo.

1113Le pageot s’avançait avec ses combattants,
Frappant, exterminant le parti de la viande.
Les ramiers sont occis par les bogues vaillantes,
Le dauphin au vieux boeuf a démoli les dents.

1114Les aloses, les cabots et la noble lamproie
De Séville et d’Alcantara venaient pour le butin.
Ses armes contre Charnage chacun d’entre eux emploie.
Desserrer sa ceinture ne lui servait à rien !

1115Le chien de mer, brute épaisse, ses forces déployait.
Il tenait une massue, un énorme bâton.
Il frappa en plein front porc et cochon de lait
Et les envoya mettre au sel de Villenchon.

1116Le poulpe ne laissait pas la moindre cesse aux paons
Et empêchait aussi de voler les faisans.
Les chevreaux et les daims, il voulait étrangler :
Comme il a tant de mains, tant peut en affronter !

1117Avec les chauds lapins les huîtres on voit lutter ;
Avec la lièvre joutent les crabes hérissés ;
D’un côté comme de l’autre on donne de grands horions.
D’écailles et de sang s’emplissent les vallons.

1118Le comte de Laredo se battait là très fort,
Congre salé et frais : il fit un mauvais sort
À Charnage qu’il suivait, l’amenant à la mort.
Il en était bien triste, ne trouve réconfort…

1119Il s’arma courage et dressa son pennon.
Plein d’ardeur et de fougue se rua sur Don Saumon
qui de Castro Urdiales arrivait justement.
Le gentilhomme fait face, il ne lui dit pas non.

1120Ils luttèrent longtemps et furent à la peine.
Charnage en aurait fait à son gré une quintaine
Mais contre lui s’élance la géante baleine :
Le prend à bras-le-corps, le jette sur l’arène.

1121Le gros de ses armées lui avaient fait défaut,
Beaucoup étaient en fuite, beaucoup avaient péri.
Mais même sans monture, il lançait grands assauts.
Se défend tant qu’il peut de ses mains affaiblies.

1122Comme il ne lui restait que quelques compagnies
Le sanglier et le cerf fuirent dans les forêts.
Toutes les autres bêtes s’écartèrent de lui
Et ceux qui restaient là ne valaient pas un pet.

1123Sans la viande sèche flanquée du gros lard
Qui était jaune, rassis et proche du trépas
Et si gros que, sans vin, il ne pouvait se battre,
Il eût été seul, encerclé et en piteux état !

1124Les troupes de la mer en mesnie se rassemblent :
Piquant des éperons, elles fondirent sur lui.
Eurent pitié de lui, épargnèrent sa vie ;
Lui et les siens, ils furent liés ensemble.

1125On les amena ligotés afin qu’ils ne s’échappent ;
Avant qu’ils ne s’enfuient, on les livre à la dame.
Celle-ci donna l’ordre de vite emprisonner Charnage
Et de pendre Dame Viande Séchée avec le Lard.

1126Comme sur une tour, on les pend haut et court,
Et à les décrocher que personne n’accoure.
À une poutre de hêtre aussitôt on les pend
Et le bourreau de dire : « À toute faute son châtiment ! ».

1127Elle plaça Charnage sous la garde du Jeûne
Qui en serait le geôlier, qu’il n’aie de visiteurs,
À part quelque malade ou quelque confesseur.
Qu’on lui donne par jour un seul repas, un seul.

[De la pénitence que le frère donna à Charnage et comment le pécheur doit se confesser et qui a le pouvoir de l’absoudre]

1128Un frère vint ensuite pour le convertir.
Il lui fit un sermon, de Dieu l’entretenait.
Charnage ressentit alors force regret :
Demanda pénitence avec grand repentir.

1129Par lettre, en un écrit, il livrait ses péchés,
Sous le sceau du secret bien fermés et scellés.
Le frère lui répondit qu’il ne les recevrait ;
À cet égard lui tint des propos très sensés :

1130« Il n’est de pénitence par lettre ni par écrit,
Mais de la bouche même du pécheur contrit :
Il ne peut par écrit voir ses péchés remis.
Il y faut la parole du confesseur béni. »

1131Puisque de pénitence je fais ici mention,
Je voudrais vous redire une bonne leçon :
Fermement devez croire, en toute dévotion,
Que par la pénitence vous aurez rédemption.

1132Elle est si précieuse, en effet, la pénitence,
Que vous ne devez, amis, nullement l’oublier.
En parler très souvent est digne d’être loué
Et plus nous la ferons, plus grande la récompense !

1133Il m’est dur de parler d’une aussi grande chose.
Ce sont des eaux profondes, plus que toute la mer !
Ignorant et inculte, m’y aventurer je n’ose,
Sauf sur le peu dont j’ai ouï disputer.

1134Et pour tout ce que j’ai ici à cœur d’écrire
Ma peur est telle que je ne sais la dire.
Bien mince est ma science et j’ai peur de faillir.
Que votre savoir comble mes lacunes, mes sires !

1135Je suis un écolier ignare, ni maître ni docteur.
J’ai peu appris et n’en sais guère pour jouer les précepteurs !
De ce que je dirai, ayez entendement meilleur.
À votre correction je soumets mon erreur.

1136Dans le saint Décret, il y a grand disputation :
Peut-on faire pénitence par simple contrition ?
La conclusion en est que la confessïon
Est en tout nécessaire, comme la satisfaction.

1137Tout cela est bien vrai si l’homme peut parler,
Si temps et vie ne manquent pour qu’il puisse se racheter.
Mais lorsqu’ils font défaut, il peut être sauvé
Par la contrition seule : autrement ne pourrait !

1138L’homme est quitte envers Dieu, qui est parfait Connaissant ;
Mais l’Église ne jugeant de ce qui est secret,
Veut qu’il donne par gestes et par gémissements
Signe de pénitence et d’absolu regret.

1139Battant sa coulpe, levant les mains vers Dieu,
Exhalant tristement des soupirs douloureux,
– Signes de pénitence – pleurant de ses deux yeux ;
En inclinant la tête quand rien d’autre il ne peut.

1140Voilà qui le délivre de l’enfer – mauvais hôte ! –
Même si au Purgatoire il devra tout purger ;
C’est là qu’il se corrige et qu’il purge ses fautes
Par la miséricorde de Dieu, qui veut le sauver.

1141Que telle contrition soit pleine pénitence,
La Sainte Église en donne mainte preuve éclatante.
Par la contrition, en larmes, Sainte Madeleine
Fut absoute de ses fautes, libre de toute peine.

1142Notre Seigneur Saint Pierre, cette sainte créature,
Dans la peur et l’angoisse vint à renier le Christ.
Je sais qu’il en versa larmes amères et tristes ;
D’autre satisfaction ne trouve dans l’Écriture.

1143Le roi Ezechias, à la mort condamné,
Contrit, pleura beaucoup, contre le mur tourné.
De Dieu compatissant fut bientôt pardonné :
Quinze ans de vie de plus au coupable a donnés.

1144Beaucoup de simples clercs, qui ne sont guère lettrés,
Entendent en confession toutes sortes de pécheurs ;
Qu’ils soient leurs paroissiens ou qu’ils ne soient des leurs,
Ils les absolvent tous et de tous leurs péchés.

1145C’est là très grande erreur : ils ne peuvent le faire !
Ce qu’ils ne peuvent faire, qu’ils ne s’en mêlent point !
Si l’aveugle guide l’aveugle ou le mène par la main,
Ils tombent dans le trou ensemble et les voilà sous terre !

1146Quel pouvoir a dans Rome juge de Carthagène ?
Que jugera en France alcade de Requena ?
Dans la moisson d’autrui ta faux tu ne mettras :
C’est offense et dommage, qui méritent grand peine.

1147Tous les cas majeurs, graves et compliqués,
Archevêques et évêques et les plus hauts prélats,
Selon le droit commun, sont chargés de ceux-là,
Excepté ceux qui sont au Pape réservés.

1148Ceux qui sont réservés au Pape de façon spéciale
Sont très nombreux en droit. Dire combien, lesquels,
Serait plus longue histoire que ne sont deux manuels !
Si tu veux les connaître, écoute les décrétales.

1149Alors que l’archevêque, béni et consacré,
Honoré par la mitre, par la crosse et le dais,
Pontificale autorité, n’en a pas la licence,
Pourquoi le simple clerc a cette outrecuidance ?

1150À l’évêque, en outre, et à ses clercs majeurs
Incombent bien des cas, dont ils sont décideurs.
Ils peuvent les absoudre et sont dispensateurs.
Ces cas sont interdits à tous les clercs mineurs.

1151Nombreux sont les premiers, et nombreux sont ceux-ci.
Qui voudrait les connaître consulte les écrits,
Explore bien les livres, les gloses et les textes :
L’étude changera l’ignare en savant maître.

1152Qu’il lise le Speculum avec son Répertoire,
Les livres de l’Ostien, grand commentaire !
Celui d’Innocent IV, un subtil consistoire,
Le Rosaire de Guido, la Novella, le Directoire

1153Plus de cent Docteurs, à travers livres et questions,
Par de forts argu ments, subtiles réflexions,
Donnent sur tous ces cas diverses opinions.
Ne m’en veuillez, mes sires, pour n’en dire aussi long !

1154Toi, le simple clerc, garde-toi de l’erreur !
De mon paroissien ne sois le confesseur.
Où tu n’as de pouvoir, n’en viens pas à juger :
Pour le pécheur d’un autre ne va pas te damner.

1155Sans pouvoir du prélat ou sans avoir licence
De son curé, ne lui donne pénitence !
Garde-toi de l’absoudre, ne prononce sentence
Sur les cas qui ne sont pas de ta compétence.

1156Selon le droit commun, telle est la vérité.
Mais à l’heure de la mort ou en grande nécessité,
Quand le pécheur ne peut avoir santé d’autre personne,
Les tiens et ceux des autres écoute, absous, pardonne !

1157Quand le péril est là, quand la mort frappe,
Tu es alors en tout point l’archevêque et le Pape :
Et tout leur pouvoir se tiendra sous ta cape !
Grande nécessité réunit tous les cas.

1158Mais à tous ceux-là vous devez ordonner,
Si avant de mourir ils peuvent encore parler
Et peuvent se confesser auprès de leur curé,
De le faire sans faute, pour mieux s’en trouver.

1159Et à tel malade recommandez aussi
Que s’il ne mourait pas, quand il serait guéri,
De tous les cas graves que vous lui avez remis
Il aille se laver au fleuve ou à la source.

1160Le Pape assurément est la source éternelle
Parce qu’il est du monde vicaire général.
Fleuves sont les autres qui ont état pontifical :
Archevêques et évêques, patriarche, cardinal.

1161Le frère susnommé, dont j’ai parlé ici,
Était pape du gosier, et son grand favori.
En grand nécessité, Charnage prisonnier
Fut par lui absout du mal qui l’enchaînait.

1162Après que le saint frère Charnage eut confessé,
Lui donna cette pénitence : pour tous ses péchés
Qu’il mange chaque jour le mets qu’il lui dirait,
Et ne mange rien de plus : il serait pardonné.

1163« Le dimanche, pour ta convoitise mortelle,
Tu mangeras pois chiches cuits, à l’huile, rien de plus.
Tu iras à l’église sans rester dans la rue
Pour ne point voir le monde ni convoiter le mal !

1164Le lundi, pour ton grand orgueil,
Tu mangeras des pois, mais ni saumon ni truite ;
Tu assisteras aux Heures, éviteras la lutte
Et ne chercheras noise comme à ton habitude.

1165Pour ta grande avarice, je veux que le mardi
Sans t’en gaver tu manges fritons de pain en mie.
Le tiers ou les deux tiers de ton pain mangeras.
Le reste, au nom de Dieu, de côté tu mettras.

1166Des épinards le mercredi, quelques cuillères.
Pour ta grande luxure, tu n’en mangeras guère.
Tu n’as respecté ni épouses ni nonnes professes.
Aux fins de l’adultère, tu faisais grandes promesses.

1167Pour ton ire mortelle, au dîner, le jeudi,
Pour tes parjures et pour tes menteries,
Des lentilles salées ; applique-toi à prier !
Quand tu y prendras goût, pour Dieu retire-les.

1168Pour ta gloutonnerie, ta grande gourmandise,
Vendredi, pain et eau : point de cuisine !
Tu fouetteras tes chairs avec la sainte discipline :
Dieu te fera merci et d’ici tu sortiras vite.

1169Le samedi, des fèves : il y suffira !
Pour ta féroce envie, poisson ne mangeras !
Et bien qu’à ce régime un peu tu souffriras
Ton âme, ô pécheur, ainsi tu sauveras !

1170Pendant ce temps-là, va par les cimetières ;
Visite les églises en disant du psautier les prières.
Assiste dévotement au saint ministère ;
Dieu t’aidera, tu tireras profit de ta misère. »

1171La pénitence donnée, il fit la confession ;
Charnage se tenait en grande dévotion,
Disant « mea culpa » ; il lui donna l’absolution.
Puis le frère le quitta sur sa bénédiction.

1172Et Charnage reste là, enfermé, fort contrit ;
Il sortait du combat gémissant, affaibli,
Dolent et tout meurtri, contraint, endolori.
Nul chrétien religieux ne vient auprès de lui.

[Ce qu’on fait le mercredi des Cendres et pendant le Carême]

1173Après que la dame eut gagné la bataille,
Elle leva le camp, fit replier sa tente,
S’en alla par le monde, requérant bonne entente
Des uns avec les autres : elle n’aime pas les brouilles !

1174Dès le premier jour, le mercredi des Cendres,
Elle ne laisse, dans les maisons où elle veut se rendre,
Ni couffe ni couffin, tranchoir, cruchon ni bassinet
Qui ne soient nettoyés dans un baquet immaculé.

1175Écuelles, poêlons, jarres et chaudrons,
Marmites et couvercles, broches et soupières,
Channes et barils, toutes choses de la maison,
Elle les fit tous laver à ses lavandières.

1176Elle restaure les demeures, elle retape les murs :
Les uns refait à neuf, les autres reblanchit ;
Là où elle peut voir, la saleté n’arrive !
Excepté Charnage, qui n’en serait point aise ?

1177De même que ce jour-là pour le corps elle répare,
De même, ce jour-là, pour l’âme elle se prépare.
D’un air engageant tous les Chrétiens invite
À se rendre à l’église la conscience limpide.

1178À tous ceux qui s’y rendent de bonne volonté
De cendres de rameaux elle signe le front,
Leur dit de se connaître et de se rappeler
Que cendre ils sont, cendre redeviendront.

1179Au chrétien catholique elle donne le saint signe
Pour que durant Carême il vive pur et digne.
Légère pénitence donne au pécheur indigne :
La douceur de son bois le chêne peut attendrir.

1180Cependant qu’à ces œuvres elle s’occupait,
Charnage, le malade, recouvrait la santé.
Peu à peu de son lit il pouvait se lever ;
Se demanda que faire qui puisse l’amuser.

1181Il s’adressa au Jeûne le dimanche des Rameaux :
« Rendons-nous à la messe, beau sire, vous et moi.
Vous entendrez la messe, moi, je dirai mes psaumes…
Nous suivrons la passion, puisque oisifs nous sommes. »

1182Le Jeûne lui répondit qu’il en était fort aise.
Robuste est Charnage, mais il se montrait faible !
Ils s’en furent à l’église, mais pour tout autre chose :
Ce qu’il avait d’abord dit, voilà qu’il s’en dédit !

1183Il s’enfuit de l’église, s’en fut à la juiverie ;
Ils le reçurent très bien en leur grande boucherie ;
Pâque de pain azyme alors ils célébraient :
Sa venue les réjouit, heureuse fut sa journée.

1184Puis, le lundi matin, Acebi, le rabbin,
Pour le mettre en lieu sûr lui prêta son roussin.
Et bientôt il foulait de Medellin les confins.
Et les agneaux de dire : « Voici venue la fin ! »

1185Boucs et chevreaux, béliers et agnelles,
Bêlaient à qui mieux mieux et tenaient ces propos :
« Si Charnage d’ici nous emmène par les ruelles,
À beaucoup d’entre nous il ôtera la peau. »

1186Les prés de Medellin, Caceres et Trujillo,
La Vera de Plasencia jusqu’à Val de Morillo
Et toute la Serena le preste jouvenceau
Mit sens dessus dessous, préleva grand troupeau.

  • 81 Le renouveau de Charnage (le retour du temps gras se prépare) suit la route de la transhumance prin (...)

1187Les champs d’Alcudia et toute Calatrava,
Les champs d’Hazalvaro… Il entrait à Valsaín…81
En trois jours les traversa, c’est à croire qu’il volait !
Le roussin du rabbin, la peur le fait trotter !

1188Quand les taureaux le virent, ont hérissé le crin ;
Les vaches et les bœufs sonnailles ont fait sonner ;
Les veaux et les génisses grands appels ont poussé :
« Hé ho, bergers ! À la rescousse, vous et vos chiens ! »

1189Il envoya ses lettres là où il ne put aller ;
Dans les monts de la sierra, lui, il demeurait
Et contre Dame Carême il était courroucé…
Mais à venir tout seul, il n’osait se risquer…

1190Voilà le contenu des lettres, texte et glose :
« De nous, puissant Charnage, tueur de toute chose,
À toi, faible Carême, décharnée et galeuse,
Point de salut ! Je te saigne, méchante pituiteuse !

1191Tu sais bien que nous sommes ton mortel ennemi :
Nous envoyons vers toi Déjeuner, notre ami,
Pour te dire que nous t’aurons rejointe
D’ici à quatre jours, soit dimanche prochain.

1192Comme un voleur tu vins, de nuit et dans le noir,
Alors que nous dormions, en un confiant repos !
Pour te défendre tu n’auras ni château ni remparts
Qui nous empêcheront d’avoir ta vieille peau ! »

1193L’apostille de la lettre s’adressait à nous tous :
« Nous, Charnage tout puissant, par la grâce divine,
À tous les chrétiens, les maures et les juifs,
Salut et force viande, toujours, de nous à vous !

1194Vous savez, mes amis, comment – c’est diablerie ! –
Il y a sept semaines nous fûmes défié,
Par Carême la fourbe et la mer en furie.
Nous étions à l’abri, elle nous a chassé.

1195Aussi nous vous mandons, au vu de cet écrit,
Que vous la défiiez avant qu’elle ne s’enfuie ;
Évitez qu’elle s’échappe : elle s’entend à duper !
Envoyez-le lui dire par Messire Grand Goûter.

1196Que Déjeuner y aille, c’est le mieux préparé :
Qu’il lui dise que dimanche, avant le point du jour,
Avec grande clameur contre elle irons jouter.
Elle entendra notre appel si elle n’est pas sourde.

  • 82 Valdevaches, s’il fallait le traduire !

1197Une fois la lettre lue, des copies faites-en ;
Donnez-la à Déjeuner, qu’il porte nos mandements ;
Qu’il ne s’attarde pas, s’en aille prestement.
Donnée à Valdevacas82, lieu que nous aimons tant. »

1198Les lettres sont écrites rien qu’avec du sang vif.
Partout où ils allaient, tous, avec grand plaisir,
Disaient à Carême : « Misérable, où vas-tu te cacher ? »
De ces mots malsonnants elle se trouvait vexée

1199Car elle n’avait pas les lettres encore reçu.
Lorsqu’on les lui donna et lorsqu’on les lui lut,
Elle dit faiblement et d’un air abattu :
« De telles nouvelles, Dieu veuille que je n’aie entendu ! »

1200Il faudrait que chacun retienne cette fable :
« Qui épargne son ennemi meurt de sa main ;
Qui ne tue pas son ennemi, s’il en est capable,
Son ennemi le tuera, s’il a du sens commun ! »

1201Les naturalistes disent qu’il n’y a pas que les vaches
Pour manquer de cœur : toutes les femelles sont,
Aux joutes, aussi peu sûres que piquets dans du son…
Sauf si elles sont velues, car celles-là sont truies sauvages !

1202Aussi Dame Carême, de faible complexion,
Redouta du combat la mort ou la prison.
D’aller à Jérusalem elle avait fait serment.
Pour traverser la mer, mit de l’empressement.

1203La dame en son défi avait fixé l’issue
De leur affrontement, vous l’avez entendu ;
Elle n’avait point à combattre celui qu’elle avait vaincu :
Elle put partir sans honte, le terme étant échu.

1204De plus, printemps est là : de la mer ne viennent plus
À elle les poissons pour l’aider ;
Enfin, une faible femme n’est pas faite pour lutter.
Pour toutes ces raisons, attendre ne voulut.

1205Le vendredi saint, elle mit neuve esclavine,
Grand chapeau rond, orné de coquilles marines,
Bourdon plein de médailles, portant la palme fine,
Un panier, un rosaire pour prier bien plus vite,

1206Des souliers à bouts ronds et à bonnes semelles ;
Prit une grande besace qu’elle mit en bandoulière ;
Il y avait dedans galettes et petits pains,
Toutes choses dont se pourvoient les pèlerins.

1207Sous le bras, elle porte le plus précieux joyau :
Calebasse vermeille plus que bec de corneille ;
Elle contient double pinte, et en plus une goutte.
Nul pèlerin ne marche sans une aide pareille.

  • 83 Le saut de Carême marque le franchissement d'un passage temporel, de même qu'à son arrivée le temps (...)

1208Elle était déguisée de cette guise, vous le voyez.
Le samedi, de nuit, par-dessus les murs elle sautait83.
Elle dit : « Vous qui me gardez, ne croyez point m’attraper,
Parce que le vieux moineau échappe à bien des rets. »

1209Elle s’en fut bien vite loin de toutes ces rues.
Dit : « Je gage, fier Charnage, que tu ne me verras plus ! »
Et, cette même nuit, elle gagna Roncevaux.
Ouste ! Et que Dieu la guide et par monts et par vaux !

[De la venue d’Amour et Charnage et comment on partit les recevoir84]
  • 84 Ce retour (résurrection pascale) de la chair, sous ses formes comestible et érotique, s’énonce comm (...)

1210De Pâques c’était vigile, presque à la fin avril ;
Le soleil s’est levé, sur le monde rayonnait
Et sur la terre entière l’annonce retentit
Qu’en ce monde deux empereurs sont arrivés.

1211Ces deux empereurs, c’étaient Amour et Charnage.
S’en vont les recevoir tous ceux qui les attendent.
Les oiseaux et les arbres affirment noble temps ;
Ceux qui servent Amour s’apprêtent brillamment !

1212Pour recevoir Charnage, il y a tous les bouchers
Et puis tous les rabbins avec leurs ustensiles ;
Au son du tambourin les tripières accouraient ;
Ceux qui chassent aux bois affluent sur les collines.

1213Le pâtre vient l’accueillir à l’écart de l’allée :
Jouant du galoubet, il attend les flûtiaux ;
Son aide, du chalumeau, taillé dans un roseau,
Maître berger jouant de la citole à trotter.

1214On voit en haut du col poindre un rouge gonfanon :
Une image, au milieu, me semble être un agneau ;
Autour de lui, bêlant, des moutons en troupeau,
Des béliers, des cabris aux petites toisons.

1215Les boucs vaillants, nombre de vaches et de taureaux :
Il y en a plus autour qu’à Grenade de Maures !
Beaucoup de bœufs châtains, d’autres bruns et noirauds :
Darius ne les paierait avec tous ses trésors…

1216Charnage s’en venait dans un char très orné,
Couvert de fourrures et de cuir tapissé.
Le bon empereur a les manches retroussées ;
En tunique, pans relevés, il est très bien armé.

1217Il tenait à la main une solide hache ;
À tout quadrupède assène un coup mortel !
D’un couteau affûté il assaille les bêtes,
Il leur tranche la gorge et sitôt les écorche.

1218Il porte autour de lui, tenue à la ceinture,
Une blanche serviette : de sang rouge elle est teinte.
Au bouc bien gras rien de bon il n’augure :
Le fait chanter en Beee carre, en beee mol, en quinte.

1219Une coiffe sur la tête pour tenir ses cheveux,
Il porte une blouse blanche à longue queue ;
Dans son char, nul autre que lui n’est monté ;
Au lièvre qui détale, il envoie son lévrier.

1220Autour de lui se presse un grand nombre de chiens,
De chasse et de berger et d’autres très divers :
Limiers et lévriers qui mangent beaucoup de pain
Et des pisteurs nocturnes qui lèvent les vieux lièvres.

1221Des poids gros et petits, des cordes pour les vaches,
Des billots, des crochets, des tables et des planches,
Pour ses tripières, des auges et des huches.
Les chiennes qui ont mis bas, des chaînes les attachent.

1222Grands troupeaux de Castille et bergers de Soria
L’accueillent dans leurs villages, en disent longue histoire,
Faisant sonner les cloches pour en dire la gloire.
De telles allégresses, le monde n’a mémoire !

1223L’empereur s’installa dedans ses boucheries.
Les villes et les fermes venaient prêter hommage.
Plein de superbe, il proféra des bravades hardies...
Et le gentilhomme fit prouesses et ravages !

1224Tuant et égorgeant, les bêtes il écorchait,
Donnant à qui venait, Castillans et Anglais.
Tous lui donnent des deniers et certains, des tournois.
Il gagne autant qu’il a perdu ces derniers mois.

[Comment clercs et laïcs, frères et religieuses, dames et jongleurs allèrent recevoir Amour]

1225De la fête de Pâques c’était le très saint jour.
Clair soleil se levait, et de noble couleur.
Les hommes, les oiseaux et toute noble fleur
S’en vont tous en chantant pour recevoir Amour.

1226Les oiseaux le reçoivent, les geais, les rossignols,
Alouettes et perruches, les petites, les grandes.
Leurs chants réjouissants agréent par leur douceur :
Les plus joyeux sont les meilleurs chanteurs.

1227Les arbres le reçoivent avec rameaux et fleurs
Aux formes variées, aux diverses couleurs ;
Les hommes et les dames en se liant d’amour ;
Parmi les instruments s’avancent les tambours85.

1228Vient pousser de grands cris la guiterre mauresque :
Elle a des sons aigus et joue des notes âpres ;
Le luth corpulent accompagne la tresque ;
La guiterre latine tous les deux les rattrape.

  • 86 S’agit-il de cet Orabi, musicien arabe du IXe siècle, qui jouerait étonnamment dans le cortège qui (...)

1229Le rebec criard avec sa note haute,
Près de lui, Orabi86, faisant sonner sa rote ;
Le psalterion aussi, bien plus haut que la Motte ;
La vièle à plume à côté de lui saute.

1230Harpe et demi canon et le rebec mauresque ;
Le galoubet français ajoute des sons joyeux.
Plus haute que montagne, la flûte parle avec eux ;
Tambourin l’accompagne : sans lui elle ne vaut guère !

1231La vièle à archet joue des danses en douceur,
Par moment s’endormant et puis très fort ailleurs ;
Des sons doux et plaisants, clairs et bien joués :
Elle réjouit les gens, qui en sont tous satisfaits.

1232Au tambourin se joignent un doux canon,
Des grelots de laiton, pour faire douce chanson.
Les orgues disent là des couplets, des motets ;
Et l’espiègle citole à eux vient se mêler.

1233Le tympanon, la traversaine et le clairon bouffi,
Ils sont tous de la fête, baudose et chifonie !
La cabrette française à leur concert se joint,
La mandore niaise y met son contrepoint.

1234Les trompes et bucines vont avec les timbales.
De longtemps il n’y eut réjouissances semblables,
Si grandes allégresses à ce point partagées !
De jongleurs sont couverts et les monts et les prés.

1235Les routes sont couvertes de grandes processions,
D’hommes ordonnés qui donnent des pardons,
De clercs séculiers avecques leurs clergeons.
Dans cette procession va l’abbé de Bourdons.

  • 87 Nous traduisons « Cruzniego » qui fait moqueusement allusion à l’ordre clunisien.
  • 88 « Venez, exultons ».

1236Les ordres de Cîteaux, et ceux de Saint Benoît,
L’ordre de Reniecroix87 et son très saint abbé :
Tous les ordres qui sont là, je ne les ai notés !
« Venite exultemus88 » chantent-ils à pleine voix.

  • 89 Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem.
  • 90 « Toi, amour, nous te louons ».

1237L’ordre de Santiago, celui de l’Hôpital89,
Calatrava et Alcántara, celui de Bonaval,
Tous ces saints abbés en de pareilles fêtes !
« Te amorem laudemus90 » : ils n’ont rien d’autre en tête !

  • 91 « Exultons et réjouissons-nous ».

1238On voit s’avancer de Saint Paul les prêcheurs ;
Saint François n’y est pas, mais des frères mineurs.
Les Augustins sont là ; on entend leurs chanteurs :
« Exultemus et letemur91, ministres et prieurs ! ».

  • 92 « Béni celui qui est venu ».

1239Frères de la Trinité avec ceux du Carmel
Et – pour qu’oubli ne les fâche – ceux de Sainte Eulalie,
Tous ceux-là, il faut qu’ils disent, chantent et crient :
« Benedictus qui venit92 ». Tous répondent : « Amen ».

1240Les frères de Saint Antoine font partie du quadrille :
Beaucoup de bons chevaux, mais tant de selles viles !
En courts surcots, les écuyers défilent.
« Alleluya ! » chante toute la ville.

  • 93 « Reste avec nous, Seigneur ».

1241Toutes dames dans les ordres, les blanches et les noires,
Prêcheuses cisterciennes et nombreuses sœurettes,
Toutes s’en vont chantant, poussant la chansonnette :
« Mane nobiscum, Domine93, Complies sonnent le soir ! »

1242Du côté du soleil, je vis une oriflamme
Blanche, resplendissante, plus haute que colline.
Au centre est figurée l’image d’une dame :
Elle est brodée d’or pur, ne se vêt d’étamine !

1243Elle portait sur la tête une noble couronne ;
Des pierres de grand prix amoureusement l’ornent ;
Elle tient dans ses mains offrandes nobles et bonnes.
Paris ne paierait ce drapeau, ni Barcelone !

1244Au bout d’un grand moment, vis celui qui le tenait
Arriver rayonnant ; souriait à toutes gens.
La France ne paierait les habits qu’il portait ;
Son cheval espagnol valait beaucoup d’argent.

1245Nombreuses troupes viennent avec ce grand empereur :
Archiprêtres et dames arrivent au premier rang
Et puis le monde entier et ceux que j’ai dits avant.
Toute la vallée résonne de leurs grandes clameurs.

1246Et dès qu’Amour, le vert galant, fut arrivé,
Tous, genoux à terre, lui baisèrent la main.
Et qui ne la lui baise est tenu pour vilain.
S’ensuivit grande lutte, alors, dedans le pré.

1247Chez qui logerait-il, c’était là la dispute ;
Cet hôte, le clergé voulait sitôt l’emmener,
Mais tous ceux des couvents fortement s’y opposaient.
Les nonnains et les frères veulent emporter la lutte.

1248Tous ces gens dans les ordres sans plus attendre disent :
« Seigneur, nous t’offrirons d’honorables moustiers,
De vastes réfectoires, des nappes empesées ;
Et nos grands dortoirs de lits bien garnis.

1249N’accepte pas les clercs pour hôtes en l’occasion :
Ils n’ont pas de demeures où tu tiennes ta fête.
Seigneur, petit logis à grand seigneur n’est bon !
Le clerc prend volontiers, de mauvais gré il prête !

1250Ils plument tant qu’ils peuvent celui qui les approche ;
Ils ne pourront t’offrir service qui t’honore.
Il faut pour grand seigneur riche plaine, grand palais.
À grand seigneur ne duit à la cave loger ! »

1251« Seigneur, disent les clercs, ne porte pas la laine !
Un frère engloutirait tout ce que le couvent gagne.
Leur hospitalité n’est pas pour toi bien saine :
Et s’ils ont grande cruche, ont une cloche naine. 

1252Ils ne te serviront point comme ils l’ont promis :
Ils ont des lits sans draps et des nappes sans pain.
Ils ont grandes cuisines mais peu de viande y cuit.
Ils teintent de safran l’eau qu’ils boivent, juste un brin. »

1253« Seigneur, sois notre hôte » disent les chevaliers ;
« N’en fais rien, Seigneur » disent les écuyers ;
« Ils te donneront dés pipés, tu perdras ton argent !
Sont prompts à encaisser, au combat réticents.

1254Ils tendent de grands tapis, y posent des échiquiers
À cases jaunes, comme les tenanciers.
Pour toucher leur solde, ils sont bien les premiers :
Aller à la frontière, c’est en traînant les pieds !

1255Laisse tous ces gens-là, accepte notre service. »
Les nonnes lui dirent : « Seigneur, tu n’y aurais plaisir ;
Ce sont de pauvres hères, des trublions, pleins de vice.
Seigneur, viens avec nous, goûte notre cilice ! »

  • 94 Signifiant « demain » en latin, « cras » s’apparente, en effet au cri du corbeau.

1256Alors tous de répondre qu’ils le lui déconseillent,
Qu’elles aiment faussement ceux qui les aiment.
Parentes du corbeau, « cras » et « cras »94 est leur antienne :
Leurs promesses, tard ou jamais elles ne les tiennent !

1257Tout au plus elles offrent de nombreux billets doux,
De belles paroles, de jolis propos fardés,
Des mines amoureuses, des jeux faits pour tromper.
Avec leurs sourires faux, elles vous rendent fous ! 

1258Sire Amour, mon seigneur, s’il voulait bien m’en croire
À l’invite des nonnes il aurait répondu !
Tout le régal, tout le plaisir du monde il aurait eus.
Jamais ne s’en repentirait, s’il entrait au dortoir…

1259Mais comme un grand seigneur ne doit prendre parti,
Il déclina l’invitation à la source du conflit…
Il les remercia fort, car il était charmé.
À tous promit faveurs et à moi le premier.

1260Quand je vis que mon seigneur n’avait pas de logis,
Quand je vis la querelle désormais apaisée,
Je me mis à genoux devant lui et sa mesnie ;
Cette faveur insigne alors lui demandai :

1261« Seigneur, tu m’as élevé lorsque j’étais petit ;
Le bien, si j’en sais mie, c’est toi qui me l’as montré,
Toi qui m’as éclairé, toi qui m’as enseigné.
Pour cette sainte fête, prends donc chez moi logis. »

1262Sa mesure fut telle qu’il ouït ma requête.
Alla à ma demeure avec sa procession ;
Tous l’accompagnent avec le cœur en fête ;
De longtemps je n’avais fait si bonne station !

1263S’en furent à leur demeure la plupart de ces gens,
Bien que dans ma maison restèrent leurs instruments.
Il examina tout, sire Amour, mon seigneur,
Car il vit peu de place pour tant de serviteurs.

1264Dit : « J’ordonne que ma tente soit dressée en ce pré.
Si quelque amoureux venait me trouver,
De jour, de nuit, c’est là que je le recevrai.
Contenter tout le monde, voilà quel est mon souhait. »

1265Après qu’il eut mangé, la tente fut montée.
Jamais on ne vit de chose plus parfaite !
Je crois bien que des anges l’avaient faite
Car un homme terrestre n’en eût rien effectué !

1266Comment était la tente je voudrais vous conter ;
Cela retardera un peu votre dîner :
C’est une longue histoire, mais on ne peut l’éluder.
Pour une belle chanson, on délaisse le souper…

1267Le mât qui la soutient est de blanche couleur,
D’ivoire, à huit côtés – vous n’avez pas vu mieux ! –
Et serti tout autour de joyaux très précieux.
La tente est éclairée par leur grande splendeur.

1268Tout au faîte du mât, il y avait une pierre,
On aurait dit du feu ! – C’est un rubis, je crois ;
Soleil ne fallait point, tant donnait de lumière.
Les cordes pour la tendre étaient faites de soie.

1269Je vous le conte en bref, pour moins vous retarder.
Pour tout écrire, Tolède n’aurait assez de papier !
Sur l’ouvrage intérieur, il y a tant à faire
Que si je peux le dire, j’aurai gagné un verre !

1270Juste dans l’entrée, à main droite, se trouvait
Une table fort noble richement façonnée.
Devant elle, un grand feu grande chaleur donnait ;
Trois sont à y manger et l’un l’autre se guettent.

1271Trois chevaliers formaient une tablée,
Assis devant le feu, chacun de son côté.
D’un long bâton ne pourraient se toucher
Et il n’y avait entre eux l’épaisseur d’un denier.

1272Le premier mangeait les panais précoces ;
Aux bêtes à l’étable, il donne des carottes ;
Il donne des farines aux bœufs de labour.
Il fait des matins frais, il raccourcit les jours.

1273Les châtaignes grillait, mangeait les premières noix
Faisait semer le blé, faire des coupes dans les bois,
Trier les troupeaux et tuer les cochons gras.
Les vieilles au coin du feu leurs fables content déjà.

1274Le deuxième mangeait toutes viandes salées ;
Sa table était de brouillard embrumée.
Il fait l’huile nouvelle, la braise ne le gêne pas.
Le froid est tel parfois qu’il souffle sur ses doigts.

1275Ce chevalier mangeait des choux au lard.
Il clarifie les vins du creux de ses deux mains.
Ces deux-là portent pelisses, voudraient chaudes fourrures !
Après celui-ci, il en y avait un à deux figures.

1276De deux côtés regarde cette grosse tête, ce têtu.
Il mangeait bien souvent en sauce les poulardes,
Faisait fermer ses cuves, les remplir à l’entonnoir,
Il y jetait de l’yèble qui garde le vin pointu.

1277Il envoie ses valets réparer les clôtures,
Refaire les râteliers, les rigoles curer,
Fermer les silos à grain et remplir les paillers.
Il préfère sur son dos fourrure plutôt qu’armure.

  • 95 « Paula », simplement pour la rime sans doute ; l’auteur est un poète !

1278Trois gentilshommes étaient assis à noble table,
L’un de l’autre tout près, pourtant ils ne se parlent.
Ne pourraient se toucher même avec de grands mâts :
Entre eux ne tiendrait pas un cheveu de Paula95

1279Le premier d’entre eux était un petit nain ;
Tantôt triste et grincheux, tantôt ragaillardi,
Il met herbe nouvelle dans la vieille prairie,
Dit adieu à l’hiver et le printemps revient.

1280Il s’occupait surtout d’aller tailler la vigne,
De greffer au couteau, enlever les gerbées.
Faisait planter des ceps pour du bon vin donner ;
Une petite corne à boire ne saurait lui suffire !

1281Le second dans les vignes fait entrer les bineurs ;
De nombreuses marcottes faisaient les provigneurs ;
Raisin blanc devient noir aux mains des bons greffeurs.
Hommes, oiseaux et bêtes, il les met en chaleur.

1282Celui-là tient trois diables attachés par une chaîne ;
Il envoie le premier mettre les dames en peine.
Il insiste surtout là où la femme est bonne !
Dès ce temps-là commence à bien pousser l’avoine.

1283Le second diable pénètre les abbés,
Archiprêtres et dames : ils parlent de leurs secrets
Avec ce compagnon, qui leur donne liberté
D’oublier les offrandes, de parler vanités…

  • 96 « Modorría » désigne l’état des brebis qui se pressent en rond, la tête sous le ventre de la voisin (...)

1284Les corbeaux seront blancs quand finiront leurs âneries !
Elles et eux se pressent, échauffés comme des brebis96 ;
Les diables, là où ils sont, viennent en leur compagnie ;
Ils font leurs diableries et leurs bouffonneries.

1285Il envoie l’autre diable les ânes pénétrer :
Il pénètre les têtes et en nulle autre place !
Ils ne cessent de braire jusqu’à ce qu’août passe.
Dès lors ils perdent le sens : tout le monde le sait !

1286Le troisième gentilhomme est tout couvert de fleurs ;
Avec les vents qu’il lève montent en grain seigles et blés ;
Il fait planter des scions pour bonne huile donner ;
Et déjà le tonnerre aux timorés fait peur.

1287Trois riches hommes forment là une danse.
Entre l’un et l’autre ne tient pointe de lance ;
Du premier au second, un grand champ de distance ;
D’atteindre le troisième le second n’a aucune chance.

1288Le premier faisait grossir les fruits, le blé grener.
De foies de boucs à la rhubarbe il déjeunait.
Tous les coqs le fuyaient, pas un n’en réchappait.
De barbeaux et de truites bien souvent il dînait.

1289Il cherchait frais logis, fuyait l’heure de la sieste.
La chaleur de l’été donne mal à la tête !
Il va beaucoup plus fier que le paon en forêt ;
Cherche la brise et les herbes dans la sierra élevée.

1290Le deuxième à la main tenait une faucille,
Fauchant les moissons dans tout le district.
Mangeait les figues fleurs et récoltait le riz.
Mangea tant de groseilles que la voix en perdit !

1291Il greffait les arbres d’une écorce étrangère,
N’épargnait pas sa sueur, mangeait rayons de miel ;
Il déviait les eaux froides de leur cours naturel
Et le jus des cerises lui faisait mains vermeilles.

1292Le troisième apportait les seigles et les blés
Et toutes les moissons sur les aires étalait.
Il secouait les arbres pour qu’en tombent les fruits ;
Le taon, déjà, piquait l’âne à merci !

1293Il commence à manger les tous jeunes perdreaux,
Tire des tonneaux frais du fond des puits à godets.
La mouche qui les pique fait baisser le museau
Aux bêtes jusqu’à terre et la nuque courber.

1294Trois paysans s’en venaient, même carrière suivant :
Celui qui marche en tête attend le deuxième,
A sa frontière celui-ci attend le troisième.
Celui qui arrive ne rejoint pas celui qui l’attend.

1295Le premier mangeait les raisins vraiment mûrs ;
Mangeait les figues mûres des figuiers, arbres durs.
En battant, en vannant, toute la paille épure.
Avec lui vient l’automne, ses maladies, ses cures.

1296Le second calfeutre et répare les tonneaux ;
Il fume les jachères et secoue les noyers.
Les raisins des treilles commence à vendanger ;
Il déblaie les chaumes et ferme les enclos.

1297Le troisième paysan  foule les bons raisins,
Emplit toutes ses cuves pour prendre soin du vin.
Il fait répandre la semence dans le champ.
L’hiver approche, comme au commencement.

1298Je fus émerveillé quand je vis cette vision !
Il me sembla rêver, mais tout était bien vrai.
Je priai mon seigneur de m’en dire la raison
Afin de bien comprendre ce qu’il en retournait.

1299Sire Amour, mon seigneur, en homme bien lettré,
Dans une seule strophe fit tenir le traité :
Celui qui l’entendra en sera éclairé.
Et voici sa réponse, son propos abrégé :

1300« La tablée, la table, la danse, la carrière
Sont les quatre saisons de l’année de la sphère.
Les hommes sont les mois, c’est chose qui s’avère :
Ils marchent sans se rejoindre, s’attendent en lisière. »

1301D’autres choses étranges très difficiles à croire,
J’en ai vu dans la tente, mais pour ne pas tarder
Et parce que je voudrais ne pas vous irriter,
Je ne veux de la tente faire plus longue histoire.

1302Dès que sa tente fut prête, aussitôt mon seigneur
Vint y trouver sommeil ; ce fut courte durée.
Quand il se leva, il ne vit son armée.
Auprès de Charnage la plupart avait élu demeure.

1303Quand je le vis tranquille, étant son familier,
J’osai lui demander pourquoi, ces temps derniers,
Je ne l’avais pas vu, où il avait pris logis.
Il répondit en soupirant, comme en souci.

1304Dit : « Au temps d’hiver, j’allai visiter Séville,
Toute l’Andalousie, sans manquer une ville.
Les gens volontiers là-bas me font révérence,
Me comblent, ô merveille, de mille prévenances.

1305Carême étant entré, je partis pour Tolède,
Je pensai y être choyé, réjoui et bien aise.
Mais leur grande sainteté me fit me tenir coi.
Bien peu m’accueillirent ou m’appelèrent du doigt.

1306J’étais dans un palais aux murs d’ocre rougis ;
J’y reçus mainte dame par le jeûne amaigrie,
Disant des Notre-père en constante prière.
Par la porte de Bisagra, de la ville me chassèrent !

1307Je ne renonçai pas, allai dans un monastère.
Dans le cloître trouvai, et dans le cimetière,
Beaucoup de religieuses qui disaient leurs prières.
Je vis que je ne pourrais souffrir cette misère.

1308Auprès d’un autre ordre je crus trouver profit
Et sortir de misère, mais je n’en trouvai mie.
Prière, aumône, jeûne, ils en usaient beaucoup
Pour me repousser loin comme si j’étais le loup !

1309De charité parlaient mais point ne m’en faisaient.
Je voyais leurs visages, mais pas ce qu’ils disaient.
On peut trouver son affaire si on s’y tient :
Bien sot est qui s’en va de là où il est bien…

1310Errant de par la ville perdu et égaré,
Des dames et d’autres femmes bien souvent je croisais,
Mais leurs Ave Maria me coupaient le sifflet.
Je partis, hors de moi, voyant que rien n’allait.

1311Je sortis de misère, de peine, d’accablement
Et fus passer Carême à Castro bonnement.
On m’y accueillit bien avec toutes mes gens.
Il n’y en eut guère qui ne m’aient traité en parent.

  • 97 Sainte Quitère, ou Quitterie, princesse wisigothe vierge et martyr, offre ici son nom pour exprimer (...)

1312Puisque Charnage est là, au diable les déboires.
Le Carême catholique, je le voue à Sainte Quitère !97
Je veux voir Alcalá, j’y resterai pour la foire,
Puis je courrai le monde, à tous donnant matière. »

1313Avant qu’il ne fît jour, le lendemain matin,
Emmenant sa mesnie, Amour se mit en chemin.
J’avais la joie au cœur mais aussi grand souci
Car avec mon seigneur toujours en fut ainsi :

1314Toujours, où qu’il se trouve, il donne grand souci
Et aussi grand plaisir à l’homme d’amour pris.
Toujours il veut la joie, le plaisir, être contenté.
De tristes ou de grincheux ne veut être invité.

[Comment l’Archiprêtre appela sa vieille pour qu’elle lui cherche une bonne affaire]
  • 98 Ce dimanche qui suit Pâques clôture la quinzaine pascale.

1315Jour de Quasimodo98 : églises et autels
Je voyais pleins de liesse, de noces, de refrains.
Tous menaient grande fête, faisaient de grands festins.
De noce en noce allaient les clercs et ménestrels.

1316Ceux qui avant étaient seuls, dès qu’ils étaient mariés,
Je les voyais de dames toujours accompagnés.
Je réfléchis à la façon d’avoir ces gâteries
Car l’homme qui est seul est toujours en souci.

1317Je fis quérir Trottecouvents, ma vieille futée :
Preste et affable, de gré vint me trouver.
Je lui demandai de me chercher une belle
Car seul, sans compagne, la vie m’était cruelle.

1318Elle dit qu’elle connaissait une veuve pimpante,
Très riche et toute jeune, à l’allure fringante.
Me dit : « Archiprêtre, aimez-la ! J’irai demain
Et si nous l’obtenons, nous n’aurons pas travaillé pour rien ! »

1319Avec ma petite vieille un cadeau lui envoyait 
Et quelques chansonnettes qu’ici je vous écrirai.
Elle ne la dévoya pas, moi je n’y fis péché :
Si je fis peu d’effort, peu de chose en tirai !

1320Ma vieille se dépensa, fit tout ce qu’elle pouvait
Mais ne put accrocher, attacher ni nouer.
Elle s’en revint vers moi peinée, le cœur pincé.
Elle dit : « Où tu n’es pas prisé, tu ne dois t’attarder ! »

[Comment l’Archiprêtre tomba amoureux d’une dame qu’il vit en prière]
  • 99 La Saint Marc est le 25 avril. Ici, la solennité particulière confirme qu’il s’agit d’un dimanche d (...)

1321C’était à la Saint Marc99, la fête fut solennelle 
– Toute la sainte Église fait un fastueux cortège –,
Des plus grandes de l’année que les chrétiens célèbrent.
Une aventure m’advint avant la fin de la fête.

1322Je vis là une dame, belle de toute beauté,
Qui priait dévotement devant la Majesté.
Lors je priai ma vieille qu’elle eût de moi pitié
Et qu’elle fît pour moi démarche de charité.

  • 100 Est-ce une allusion à la tentative de séduction d’une Mauresque qui sera évoquée plus loin (s. 1508 (...)

1323Elle fit selon mes vœux, avec mille précautions.
Dit : « Je ne voudrais pas qu’il m’en coûte
Comme avec la Marocaine et ses coups de bâton !100 
Mais le loyal ami est là, quoi qu’il redoute. »

1324Elle prit l’affaire en main, s’évertua pour moi.
Feignit de vendre des bijoux comme c’est l’usage.
Elle entre dans la maison, de réponse elle n’a :
Personne ne vit ma vieille, ni le chien ni le chat.

1325Elle lui dit son motif et ces vers lui donna.
« Dame, dit-elle, achetez ces traversins, ces draps. »
La bonne dame dit : « Ah, tes propos coquins,
Tous les comprennent, Urraque, chacun et son voisin ! »

1326« Ma fille, dit la vieille, oserai-je vous parler ? »
La dame dit : « Urraque, pourquoi vous en priver ? »
« Ma dame, de mariage je veux vous parler ;
Mieux vaut pour la veuve être libre que mal mariée.

1327Mieux vaut avoir une affaire bien cachée,
Car bon ami vaut mieux que mauvais mari.
J’en ai un pour vous, ma fille, bien soumis,
Tout gaillard et courtois, plus que tous distingué. »

1328Réussit-elle ou pas? La bonne messagère
Revint me voir joyeuse et me dit sur le champ :
« Celui qui envoie le loup, pour sûr, de la chair fraîche attend. »
Ma trotteuse lui porta ces quelques mots en vers :

  • 101 Une partie du texte manque ici de toute évidence. C’est la fin de l’aventure et la fin de la fable (...)

…………………………………………………………101

1329………la tourterelle parla, au royaume de Rhodes ;
Elle dit : « Vous les femmes, ne craignez-vous
De changer d’amoureux pour de nouvelles noces ? »
Voilà comment la dame prend le chevalier pour époux.

1330Et quand la dame fut à un autre mariée,
Elle m’évita – et moi je l’évitai –,
Par crainte du péché ou parce qu’elle n’osait.
Aucune femme dans ce cas n’est plus à fréquenter.

1331Me voyant réduit à moi-même, sans femme et seul,
Je fis quérir ma vieille. Elle dit : « Mais où est-il ? »,
Vint à moi souriante, dit : « Mes respects Apollon !
Voici un bon amour dont bonne amie vous fait don… »

[Comment Trottecouvents conseilla à l’Archiprêtre d’aimer une nonne et ce qu’il lui advint avec elle]

1332Elle dit : « Ami, écoutez-moi un brin :
Croyez-en mon conseil, aimez une nonnain ;
N’ira pas se marier et nul n’en saura rien.
Vous vivrez amour durable et souverain.

1333Un temps je les servis, dix ans ainsi passèrent ;
Leurs amis sont choyés, n’ont motif de colère ;
Que dire de leurs mets, des dons extraordinaires,
De leurs nobles, nombreux, excellents électuaires ?

1334Électuaires nombreux souvent elles leur donnent :
Citronat, pâte de coing, diacaryon fait de noix
Et d’autres plus abondants, de modestes carottes,
Qu’elles leur font parvenir tous les jours, plusieurs fois.

  • 102 Gomme végétale antitussive et laxative.
  • 103 Variété de fougère aux vertus pectorales.

1335Cumins d’Alexandrie, bonne gomme adragante102,
Citronat abbatis, fine pâte de gingembre,
Miel rosat, diacumin, surtout le capillaire103 ;
Eau de rose nouvelle, à citer la première !

  • 104 Sucre d’orge.
  • 105 Électuaire pour les maux d’estomac.
  • 106 Dite aussi « benoîte », cette plante dont la racine a l’odeur du clou de girofle était réputée pour (...)
  • 107 Électuaire précieux à base de perle fine en poudre mêlée à du sucre dissout dans de l’eau de rose.
  • 108 Formule consacrée ; santal blanc, citrin et rouge, aux parfums appréciés et aux valeurs digestives.
  • 109 Plante aphrodisiaque.

1336Dragée et pénidoin104, opiat de Salomon105,
La caryophillata106, le diamargariton107 ;
Poudre des trois santaux108, avec le satyrion109
Qui est, pour courtiser, un noble et précieux don.

1337Sachez que tous les sucres sont là : soufflé,
En poudre, en morceaux, candi, surtout rosat,
Le sucre des confiseurs et le sucre violat
Et d’autres sortes encore que j’ai oubliées !

1338Montpellier, Alexandrie, la célèbre Valence
N’ont pas tant d’électuaires, d’épices, de fragrances !
La dame qui s’estime les plus nobles présente…
En ouvrages d’amour elles sont véhémentes.

  • 110 Vin apprécié, aujourd’hui en DOC (AOC), sur le Duero, près de Zamora.

1339J’ajouterai encor sur tout ce que j’ai su :
S’il y a vin de Toro110, n’offrent pas vin du cru.
Quand je les ai quittées, ces plaisirs j’ai perdu.
Qui n’aime pas les nonnes ne vaut pas un écu !

1340Outre ces noblesses, elles ont de très bonnes manières :
Fort discrètes, gracieuses et plaisantes de surcroît.
Elles savent et valent plus, leurs petites cuisinières,
Pour tout ce qui est amour, que dames à palefroi.

1341Belles comme des statues décorées de peinture,
Dames nobles, larges et généreuses de nature.
Exigeantes aussi : amour toujours leur dure ;
Sages, et accomplies, douées de toute mesure.

1342Tout plaisir du monde, tout commerce galant,
Soulatz très savoureux, la séduction du jeu,
Tout cela chez les nonnes est plus qu’en autre lieu.
Essayez cette fois ! Trouvez apaisement… »

1343« Trottecouvents, dis-je, un instant, écoute-moi :
Comment puis-je accéder où d’entrées je n’ai pas ? »
Elle dit : « En peu de temps j’aurai la solution :
Qui fait grande corbeille peut faire corbillon ! »

1344S’en fut voir une nonne qu’autrefois elle servit.
Me dit qu’elle lui avait demandé : « Qu’est-ce qui t’amène ?
Comment vas-tu, chère vieille ? Et comment va ta vie ? »
« Madame, dit la vieille, couci-couça, sans trop de peine.

1345Depuis que je vous ai quittée, je sers un archiprêtre,
Jeune et plein d’allant ; je vis de l’aide qu’il me prête.
À vous servir, madame, chaque jour je l’incite.
Madame, du couvent ne l’écartez trop vite… »

  • 111 « Dame Promise » (au Seigneur ?), l’épousée, en arabe.

1346Dame Garoza111 lui dit : « Est-ce lui qui t’envoie ? »
Elle lui dit : « Non, madame, cette idée est de moi ;
Pour le bien que vous me fîtes quand je vous servis,
Pour vous je le voudrais, de meilleur je n’en vis ! »

1347Cette dame était bonne, avait du jugement.
Elle menait bonne vie et n’était pas frivole.
Dit : « Il en serait de moi, avec ton idée folle,
Comme du jardinier avecques le serpent. 

[Exemplum du jardinier et du serpent]

1348Il était un jardinier simple et sans méchanceté.
Par violente tempête, un jour du mois de janvier,
Passant par son verger, il vit sous un poirier
Un tout petit serpent sur le point de crever.

1349Sous la neige, sous le vent et sous le froid vif
Le serpent se trouvait à moitié engourdi.
L’homme charitable, le voyant tout transi,
Eut fort pitié de lui, voulut lui rendre vie.

1350Le mit dans son giron, le prit à la maison,
Le plaça dans l’âtre, tout près des bons tisons.
Le serpent s’éveilla : avant d’être attrapé,
Il entra dans un trou dans le sol du foyer.

1351Le brave homme lui donnait chaque jour
Du pain, du lait, partageait son ordinaire.
Il grandit par ces soins et par la bonne chère,
Tant et tant qu’il parut un grand serpent à tous.

1352L’été est venu, la chaleur bien installée ;
Il n’avait plus à craindre de vent ni de gelée.
Il sortit de son trou, irrité et furieux :
De son venin empoisonnant les lieux.

1353Le jardinier lui dit : « Va-t’en de ce logis !
Ne fais dégât céans. » De colère saisi,
Il l’enlaça si fort qu’il allait l’étouffer,
Serrant tant qu’il pouvait, sifflant de cruauté.

1354Le méchant se réjouit de rendre pour miel venin,
Pour fruit, du mal, à l’ami, au voisin,
Pour pitié, fourberie à qui lui veut du bien.
Et c’est tout droitement ce qui de toi me vient !

  • 112 « Adama », de l’arabe « at-taam » (Dolores Oliver PÉrez, « Estudio etimológico e histórico de « ada (...)

1355Tu étais affligée et pauvre et mal famée ;
Tu ne savais où aller pour trouver à manger112.
Je t’ai aidée un peu, ta maîtresse fus longtemps :
Tu me conseilles de perdre mon âme maintenant ! »

1356« Madame, dit la vieille, pourquoi suis-je honnie ?
Quand j’apporte un présent, je suis bien accueillie.
Or je vins les mains vides, me voilà insultée !
Il en est comme du vieux lévrier qui rien ne chassait…

[Exemplum du lévrier et de son maître]

1357Le bon chien lévrier, rapide et vaillant,
Avait, en sa jeunesse, pied léger, bien courant,
Avait bonnes canines, gueule robuste et bonne dent.
Tous les lièvres qu’il voyait les prenait aisément.

1358À son maître toujours quelque chose rapportait ;
Jamais bredouille de sa course il ne rentrait.
Son maître, pour cela, tant et plus le flattait
Et à tous ses voisins de son chien se louait.

1359À force de trimer, il devint vite vieux :
Perdit bientôt les dents et ne courait qu’un peu.
Son maître fut à la chasse et leva un lapin ;
Il le saisit, le lâche, il lui échappe en chemin.

1360Le chasseur au lévrier donna du bâton.
Le lévrier se plaignit :  Que le monde est méchant !
Quand j’étais jeune on me disait : « Bon chien, bon chien ! » ;
Maintenant que je suis vieux, on dit que je ne vaux rien.

1361En ma jeunesse, aucune proie ne s’esquive !
À mon maître je la rapportais, morte ou vive.
Il me louait alors ! Je suis vieux, il m’évite !
Quand je rentre bredouille, ne me caresse ni me siffle…

1362Biens et louanges reçus dans la jeunesse
Protègent de la faiblesse que cause la vieillesse.
L’homme a beau être vieux, il n’en perd pas son prix ;
Du bon vieillard facilement ne se trouble l’esprit.

1363Aimer l’homme jeune et sa gaillardise,
Rejeter le vieillard en le méprisant,
C’est honte, méchanceté, vilenie et bêtise.
Chez le vieillard, on loue sa belle jeunesse d’antan !

1364Le monde envïeux est de cette nature :
Si l’amour donne des fruits, autant qu’il donne, il dure ;
Sans donner ni servir, l’amour point ne perdure ;
Un ami sans profit, personne n’en a cure.

1365Au regard de ses dons, un homme est apprécié.
Quand je donnais beaucoup, combien étais-je loué !
Je ne donne plus rien : je suis vil, méprisé.
Ni trace ni gratitude des services passés…

1366Nul n’a plus souvenance des bienfaits anciens.
Qui sert un méchant homme toujours sera mendiant,
Car jamais le méchant ne prête maille aux siens. 
Un pauvre vieux n’aura d’ami aucunement.’

1367Eh, madame, avec vous, c’est cela qui m’arrive :
Je vous ai bien servie et vous sers, en l’occurrence.
Lors je viens les mains vides, votre colère s’avive
Et je suis injuriée, selon toute apparence ! »

1368« Ma vieille, dit la dame, pour sûr je n’ai menti.
J’ai été affectée par ce que tu m’as dit.
De ce que je t’ai dit, sitôt me repentis :
Tes intentions sont bonnes, comme je l’ai compris.

1369Mais je crains et redoute d’être trompée bassement.
Je n’aimerais pas me retrouver comme le rat des champs
Avec le rat des villes, quand il alla faire des achats.
Je t’en dirai l’histoire, et trêve de débat !

[Exemplum du rat de Montferrand et du rat de Guadalajara]

1370Rat de Guadalajara de bon matin, un lundi,
Partit pour Montferrand, au marché se rendit.
Un rat au grand cœur en son trou l’accueillit,
L’invita à manger, une fève lui offrit.

1371À table pauvre, bon accueil, bonne figure !
Bonne volonté accompagne maigre nourriture.
La pauvreté des mets, le plaisir y remédie ;
Cette bonne grâce, rat de Guadalajara l’apprécie.

1372La chère consommée, le repas terminé,
Le rat de ville invita celui de Montferrand
À se rendre à son marché le mardi suivant
Et, à son tour, comme lui, être son invité.

1373Il l’emmena chez lui, le combla de fromage,
Point de petit salé mais beaucoup de lard gras,
De la graisse, du pain cuit sans mesure ni poids.
Bien loti et satisfait, le rat du village !

1374Nappes de bonne toile, une blanche besace
Débordant de farine : voilà le rat qui s’avance.
L’autre lui fait honneur, le sert à volonté.
Et avec tout cela, mine plaisante, franche gaîté.

1375Sur riche table, mets abondants et raffinés,
Tous meilleurs les uns que les autres, quel défilé !
La bonne humeur en plus : l’invité est ravi !
Plaisir et bonne chère comblent n’importe qui.

1376Tandis qu’ils mangeaient à loisir, en pleine collation,
On entendit du bruit à la porte du salon.
La maîtresse des lieux l’ouvrait, voulant entrer :
Les rats, saisis de peur, fuirent à son arrivée.

1377Rat de Guadalajara s’engouffra dans son trou.
Son hôte, ça et là, courait sans savoir où !
Où trouver refuge ? Pas le moindre endroit sûr !
Il se tapit dans l’ombre, serré contre le mur.

1378La porte refermée et passée la frayeur,
Le villageois restait apeuré et  trembleur ;
L’autre le flattant : ‘Mon ami, mon seigneur,
Réjouis-toi et mange ce qu’il y a de meilleur :

1379Voici un mets sucré, il a le goût du miel.’
Le villageois répond : ‘Il est empoisonné !
Quand la vie est en jeu, le miel a goût de fiel.
À toi seul il est doux, sois seul à en manger !’

1380À celui qui a peur, rien ne paraîtra doux.
Son regard est craintif, son jugement peu clair ;
Et pour qui craint la mort le miel n’a pas bon goût.
Quand on est en péril, toute chose devient amère !

1381Je préfère ronger une fève en paix, à sauveté,
Que manger mille plats, sans repos, harcelé ;
Les mets les plus prisés, la peur en fait raisins trop verts ;
Dans la peur de la mort, rien qui ne soit amer !

1382Pourquoi tardé-je tant ? Céans, je meurs encor
De la peur que j’aie eue. Lorsque j’y réfléchis,
Du fait que j’étais seul, si le chat avait surgi,
Il m’aurait attrapé et donné mille morts !

1383Tu as trop de compagnie en ta grande demeure !
Tu manges abondamment, en cela tu te leurres.
Ma pauvreté est bonne dans ma chaumière sûre,
Car l’homme vous écrase, le chat a griffes dures.

1384En paix et en sûreté, bonne est la pauvreté ;
Qu’elle est pauvre la richesse pour le riche apeuré !
Toujours sur le qui-vive, il a peur et tristesse.
La pauvreté allègre est une vraie noblesse.’

1385Je préfère, au couvent, des sardines salées,
Faire service à Dieu avec ces bonnes dames
Que manger ortolans en y perdant mon âme
Et qu’il m’en cuise fort, comme à tant d’égarées… ».

1386«  Madame, dit la vieille, vous dites là folie !
Laisser luxe et plaisir et pauvreté choisir ?
Vos choix à ceux du coq sont en tout similaires ;
Je vais vous dire la fable, ne soyez en colère !

[Exemplum du coq qui avait trouvé un saphir dans le tas de fumier]
  • 113 La traduction d’ajevío : nous retenons l’idée d’un préfixe latin all- ou adl- émise par Jacques Jos (...)

1387Sur le tas de fumier, un coq blanc113 s’affairait.
Il allait et grattait, un matin froidelet,
Il trouva un saphir taillé tel qu’on n’en vit jamais.
Le coq fut effrayé, comme un sot l’a laissé !

1388‘J’aimerais mieux un grain de blé ou de raisin
Plutôt que toi ou cent comme toi dans ma main !’
Le saphir répondit : ‘Je te le dis, vilain,
Si tu me connaissais, tu t’en trouverais bien !

1389Si par qui eût dû le faire j’avais été trouvé,
S’il avait pu m’avoir, celui qui me connaissait,
Même couvert de fumier, j’aurais grande splendeur :
Toi tu ne me connais pas ni sais toute ma valeur.’

1390Beaucoup lisent le livre qu’ils ont entre les mains
Sans savoir ce qu’ils lisent, ils n’en comprennent rien.
Ils possèdent des choses précieuses et très prisées
Et ne leur accordent pas les honneurs mérités.

1391Qui ne veut saisir la chance que Dieu lui a donnée
Ne veut rien valoir, rien savoir ni s’élever.
Qu’il subisse peine et misère, se tue à travailler 
Comme le coq qui gratte sur son tas de fumier !

1392Eh bien, Dame Garoza, c’est là que vous en êtes.
Vous aimez au couvent boire l’eau en pichet
Mieux qu’en tasses d’argent, mieux qu’être courtisée
Par ce tendre garçon qui vous rendrait jeunette.

1393Vous mangez, au couvent, sardines et crevettes,
Des choux verts de misère et les dures roussettes ;
Vous laissez de l’ami perdrix et gallinettes…
Vous les femmes sans hommes, vous vous perdez, pauvrettes.

1394Tristes ragoûts, en saumure les sardines,
Vous mangez, miséreuses, en robe d’étamine,
Délaissant de l’ami les truites, les gelines,
Les chemises froncées et le drap de Malines. »

1395Dame Garoza lui dit : « Pas plus je n’en dirai !
Ce que toi tu me dis, je m’en vais y penser.
Reviens demain, la réponse, je te la donnerai.
Ce que je verrai de mieux, le ferai de bon gré. »

1396Le lendemain, la vieille s’en fut au monastère ;
Elle y trouva la dame à la messe assistant.
« Ouille ! Ouille ! dit-elle, madame, quelle litanie austère !
Je vous trouve toujours dans le même trantran,

1397Ou en train de chanter ou bien en train de lire
Ou entre vous en querelles, à vous chamailler.
Jamais je ne vous trouve en train de jouer, de rire…
Mon maître dit bien vrai, si je peux en juger :

1398‘Elles font plus de bruit et poussent plus de cris
Dix oies dans une mare que cent bœufs en prairie.’
Laissez cela, madame, j’ai une commission :
Puisque la messe est dite, passons donc au salon. »

1399Allègre va la nonne du chœur jusqu’au parloir ;
Allègre va le moine de tierce au réfectoire.
La nonne veut entendre nouvelles de son amant
Et le moine se jeter sur le plat goulûment.

1400« Madame, dit la vieille, voici une amusette.
Qu’il ne m’advienne comme à l’âne avec le bichon
Qui jouait avec sa maîtresse sur le tapis du salon.
La fable vous dirai, si vous me faites risette.

[Exemplum de l’âne et du bichon]

1401Un bichon blanc jouait avec sa maîtresse ;
Il léchait, mordillait ses mains : que de baisers !
Aboyant, remuant la queue, il lui faisait des fêtes,
En tout lui démontrait l’amour dont il l’aimait.

1402Il faisait le beau devant elle et ses amies ;
Tous en sa compagnie prenaient joie et plaisir
Et chacun lui donnait un peu de son manger.
Et l’âne tous les jours ce manège voyait…

1403Il pense et réfléchit, l’âne de peu de sens.
Et ce baudet stupide de dire entre ses dents :
‘Moi, à ma maîtresse, à toutes ses gens,
Je leur suis plus utile que mille bichons blancs ;

1404Je transporte beaucoup de bois sur mon échine ;
Du moulin, pour manger, leur porte la farine.
Je flatterai ma maîtresse et je ferai le beau,
Tout comme ce bichon qui dort sous son manteau.’

1405Il sortit de l’étable en brayant comme il faut,
Comme un étalon fou il arrivait, le sot !
Gambadant et faisant mille grossières cabrioles,
Il alla au salon où la dame se tenait ;

1406Se dressant, il posa ses bras sur ses épaules.
Aux cris de celle-ci, accourent les valets :
Pleuvent coups de bâton, pierres et coups de masse,
Jusqu’à ce que les bois se brisent en éclats.

1407À mal agir on ne doit point se lancer
Ni dire ni commettre ce qui n’est pas donné.
Ce que Dieu et nature refusent, interdisent,
Le sage à le faire jamais ne s’autorise.

1408Quand l’imbécile pense qu’il parle juste et vrai
Et croit rendre service et plaire en ce qu’il fait,
Ce qu’il dit est sottise, ce qu’il fait est fâcheux ;
Il est des occasions où se taire vaut mieux.

1409Et comme hier, madame, vous étiez si fâchée,
Si en colère contre ce que de bien disais,
Je n’ose vous demander quelle est votre pensée.
Dites-moi, je vous prie, qu’avez-vous décidé ? »

1410La dame dit : « Vieille, tu t’es levée matin
Pour les mêmes sornettes qu’hier je t’ai ouï dire.
À ce que tu demandes, je ne dois consentir
Car ne consentirai à un jeu si malin.

1411Ainsi dit le renard, lorsque le chirurgien
Voulut lui arracher le cœur avec sa main.
Je t’en dirai la fable, maintenant, sans tarder
Puis te ferai clairement la réponse qui sied.

[Exemplum du renard qui mange les poules du village]

1412Dans un village de murs bien entouré
Un habile goupil pour habitude avait
De pénétrer la nuit, la porte étant fermée,
Et de manger les poules de chaque maisonnée.

1413Ceux du village se sentaient bien bernés !
Ils fermèrent les fenêtres, les pertuis, les guichets.
Quand il se vit enclos, il dit : ‘Les coqs volés,
Je crois que cette fois je vais cher les payer !’

1414Il s’allongea devant la porte dudit village,
Faisant le mort, babines retroussées,
Les pattes repliées, raide et défiguré.
‘Regardez ce fêtard !’ disait-on au passage.

1415De bon matin passait par là un savetier :
‘La belle queue, dit-il, elle vaut plus d’un denier !
J’en ferai un lacet pour de légers souliers.’
La lui coupa, et lui, plus calme qu’un agnelet !

1416Le barbier passait par là, d’une saignée venant.
Il dit : ‘ Le croc de cette bête me sera bien utile
Pour qui a mal aux mâchoires ou bien des maux de dents.’
La lui arracha, et lui, sans gémir, immobile !

1417Une vieille passait, à qui il avait une poule mangé.
Elle dit : ‘L’œil de cette bête est bon remède
Pour les filles envoûtées et qui ont mal aux ovaires.’
Le lui arracha, et le malheureux sans broncher !

1418Le médecin passait par cette ruelle ;
Il dit : ‘Bonnes sont les oreilles du goupil
Pour qui a douleur ou venin dans l’oreille !’
Les lui coupa, et lui, sans plus bouger qu’une brebis.

1419Et puis ce docteur dit : ‘Cœur de renard
Pour les palpitations du cœur est profitable.’
Alors il dit : ‘Allez tâter le pouls au diable !’
Il se leva et fila dans la rue sans retard.

1420Il dit : ‘On peut tous les tourments souffrir
Mais se laisser arracher le cœur et en mourir,
Personne ne peut ni doit y consentir
Car à l’irréparable il n’est de repentir.’

1421L’homme sensé, mesuré, doit bien regarder
Ce qu’il veut faire et comment s’en sortir ;
Avant de faire chose qui lui soit reprochée,
Qu’il prévoie un lieu sûr, s’il a peur d’être pris.

1422À peine la dame par l’homme est-elle déshonorée
Qu’il la mésestime, la tient en son mépris.
Elle est de Dieu honnie et du monde abhorrée ;
Elle perd alors honneur, réputation et vie.

1423Et puisque tu me tiens discours de perdition
De l’âme et du corps, d’infamie et de mort,
Je ne veux pas le faire. Va-t’en, va-t’en bien vite
Ou tu auras de moi le don que tu mérites. »

1424La vieille s’alarma de ce violent discours.
« Madame, dit-elle, tout doux ! N’allez pas me frapper !
Grand profit pourrait vous arriver de moi un jour,
Comme il advint du rat au lion qui dormait.

[Exemplum du lion et du rat]

1425En la froide montagne le lion fauve dormait,
Sa caverne sous terre au fond de la forêt,
Où joue joyeuse compagnie de rats.
Le lion fut réveillé par leurs bruyants ébats.

1426Le lion en saisit un et voulait le tuer ;
Le rat tout apeuré se mit à le flatter :
‘Sire, dit-il, ne me tue pas, je suis piètre bouchée !
À me donner la mort, honneur ne tirerais.

1427Quel honneur pour le lion, puissant et valeureux,
À tuer un chétif, un pauvre, un miséreux ?
C’est honte et déshonneur et non belle victoire !
Qui du faible triomphe ne peut en tirer gloire.

1428Là où vaincre est honneur pour tout être vivant,
C’est péché redoublé de vaincre un impuissant.
Le vainqueur tire honneur du prix de l’adversaire :
Sa gloire se mesure à qui il met à terre.’

1429Le lion de ces propos se tint pour satisfait :
Il relâcha le rat ; et le rat relâché
Fait mille remerciements, il est son obligé :
En tout ce qu’il pourrait, service lui rendrait.

1430Le rat fuit dans son trou, le lion partit chasser.
Allant par la forêt, il eut à trébucher,
Tomba dans de grands rets qu’il ne put déchirer.
Pieds et mains entravés, ne put se redresser.

1431Il se mit à gémir et le rat l’entendit.
Il y alla et dit : ‘J’ai bon couteau, messire !
Les dents que voici rongeront petit à petit
Le filet sous vos mains, pour grandement l’ouvrir.

1432Par là vos bras puissants vous sortirez :
Tirant et arrachant, vous déferez les rets.
Grâce à mes dents menues, vous vous échapperez.
La vie m’avez donnée, grâce à moi vous vivrez.’ »

1433Toi le riche, le puissant, ne va pas repousser
Le pauvre, l’indigent ; tu ne dois le proscrire !
Il peut rendre service, qui est sans un denier
Et qui ne peut mieux faire peut toujours être utile.

1434Petite chose de peu de prix
Peut donner bon rapport et faire grand profit.
Qui n’a pas de pouvoir, ni d’or, ni de noblesse,
Qu’il ait bon sens et savoir faire, art et sagesse ! 

1435Du coup, la dame s’en trouva contentée.
« Vieille, dit elle, ne crains rien, tu es en sûreté.
Il ne sied pas à dame d’être aussi emportée.
Mais j’ai toujours grand’ peur de me voir abusée…

1436Ces belles paroles, ces doux propos flatteurs,
Je crains qu’ils aient pour moi du fiel et de l’aigreur
Comme pour le corbeau en eurent les compliments
Du perfide renard et ses détours méchants :

[Exemplum du renard et du corbeau]

1437Le renard, un beau jour qu’il était affamé,
Vit le corbeau noir sur un arbre perché ;
Grand morceau de fromage en son bec il tenait.
Mielleusement le flatte en venant le saluer :

  • 114 Nous comprenons « yo diré veinte » sur le modèle de « si un cantar dixieres » : rien dans les manus (...)

1438‘Ô corbeau si joli, du cygne tu es parent 
En blancheur et en grâce ! Tu es beau ! Si brillant !
Mieux que tous les oiseaux tu chantes suavement.
Vingt fois je chanterais pour un seul de tes chants !114

1439Bien mieux que l’alouette, mieux que le papegai
Tu chantes, mieux qu’étourneau, que rossignol, que geai !
Si tu voulais chanter, toute la peine que j’ai
Tu m’ôterais d’un coup, et sans autre procès.’

1440Le corbeau fut persuadé que son ramage
Plaisait à tout le monde plus que tout autre chant.
Il croyait que sa langue et ses croassements
Bien mieux qu’un troubadour réjouissaient l’entourage.

1441Il se mit à chanter, à donner de la voix,
Et voilà le fromage qui de sa bouche choit !
Aussitôt le goupil s’en saisit et le mange :
Ne resta au corbeau qu’à pleurer son dommage.

1442Les faux honneurs, la vaine gloire et les sourires faux
Causent peine et tristesse et dommage soudain.
On croit que c’est le vigneron qui garde le chemin
Et c’est l’épouvantail dressé sur l’échafaud.

1443Il n’y a rien de sûr à croire douce flatterie :
Une telle douceur laisse souvent goût amer.
Pécher de cette manière à la nonne ne sied guère ;
Religieuse qui n’est chaste est orange pourrie. »

1444« Madame, dit la vieille, cette peur oubliez ;
L’homme qui vous aime, jamais ne le fuyez ;
Toutes les autres craignent cela que vous craignez ;
Et la peur qu’ont les lièvres, vous, les nonnes, avez :

[Exemplum des lièvres]

1445Dans les forêts prochaines les lièvres habitaient.
La futaie résonna, ils en furent effrayés ;
Ce fut bruit de lagune, des ondes agitées.
Ensemble se pressèrent les lièvres apeurés.

1446Ils regardent de toutes parts, sans pouvoir rester quiets.
Sous l’emprise de la peur, ils parlent de se cacher ;
Alors qu’ils discutaient, ils purent observer
Les grenouilles apeurées sous l’eau se réfugier.

1447Un des lièvres de dire : ‘Attendons, c’est le mieux !
Nous ne sommes pas les seuls à être en vain peureux.
Les grenouilles se cachent pour rien, nous le voyons ;
Les lièvres et les grenouilles, avons peur sans raison.

1448À la bonne espérance nous devrions nous fier.
Ce qui n’est pas à craindre provoque notre peur :
Que notre cœur est faible, que nos pieds sont légers !
On ne doit avoir en soi d’aussi vaines frayeurs.’

1449Sa harangue achevée, on le voit déguerpir !
Cela les effraya et les fit tous partir.
Que sa peur ne soit telle, celui qui veut bien vivre,
Qu’il perde tout courage par crainte de mourir.

1450La peur est bien mauvaise, sans courage qui vaille :
Espérance et courage gagnent toutes les batailles.
Les couards meurent en fuyant aux cris de : ‘Fuyez !’
Les courageux survivent, disant : ‘Hardi, frappez !’

1451C’est bien là, ma chère dame, ce qu’il vous advient
Ainsi qu’à toutes les nonnes qui êtes au couvent.
Pour une malheureuse qui s’écarte du chemin,
Vous avez toutes peur du même égarement.

1452Ayez bonne espérance, laissez vaines frayeurs.
Aimez le bon ami, veuillez son bon amour.
Et au moins parlez-lui comme à simple pastour :
Dites-lui : ‘Dieu vous garde’, et laissons-là les peurs. »

1453«  Vieille, dit la dame, tu es pareille au diable
Qui à son ami donna mal conseil, fin fatale.
Au gibet le mena, il l’y abandonna !
Ne veuille pas me nuire, écoute cette fable :

[Exemplum du larron qui vendit son âme au diable]

1454En contrée sans justice étaient nombreux larrons.
Le bruit parvint au roi, plaintes, proclamations.
Il manda son alcade, ses bourreaux, ses baillis.
Ils pendaient un larron pour un maravédis.

1455L’un de ces larrons dit : ‘Je suis déjà fiancé
À la potence, car pour vol on m’a les oreilles coupé.
Si je suis à nouveau pour un vol arrêté
Le bailli me fera la potence épouser !’

1456Avant que le fiancé ne reçût pénitence,
Un diable vint à lui – le perdre ne voulait –,
Lui dit de lui donner sur son âme créance
Et de voler sans crainte autant qu’il le pourrait.

1457Il lui céda son âme, le pacte fut signé.
Le diable lui promit de ne jamais le quitter.
C’est ainsi que le Malin escroque ses amis !
Chez un prêteur, le larron d’une chaîne d’or se saisit.

1458Le larron fut pris, il fut mis aux fers.
Appela son ami qui le conseilla naguère ;
Le faux ami s’en vint et lui dit : ‘Me voici !
Ne crains rien, courage ! Tu ne vas pas mourir !

1459Quand tu iras au procès, demain ou aujourd’hui,
Prends l’alcade à l’écart, parle avec lui,
Mets la main dans ton sein, donne lui ce qu’il y aura.
Ainsi, l’ami, sain et sauf tu t’en tireras !’

1460Le lendemain, au juge on mène les prisonniers.
Il appelle l’alcade, lui parle en aparté.
Mit la main dans son sein et vint à en tirer
Une coupe en or très belle : qui ne l’aurait prisée ?

1461Il en fit présent à l’alcade, sans un mot.
Ce juge dit alors : ‘Mes amis, ce ribaud,
Ne mérite point mort ; par erreur il fut pris.
Je l’acquitte et le libère ; relâchez-le, bailli !’

1462Le larron sortit libre, sans peine de prison
Et durant très longtemps exerça sa vile profession.
Maintes fois il fut pris, échappait grâce aux dons.
Le diable s’en irrita, on arrêta son larron.

1463Il appela son faux ami, comme à l’accoutumée.
Le Malin vint et dit : ‘Pourquoi tout le temps m’appeler ?
Fais comme d’habitude, n’aie crainte, aie confiance en moi :
Demain tu donneras le présent, mon art te sauvera.’

1464Il prit l’alcade à part, comme les autres fois,
Mit la main dans son sein, noire trouvaille trouva :
En tira grande corde, l’offrit à ce tenant du roi.
L’alcade dit alors : ‘J’ordonne que pendu soit !’

1465Chemin de la potence, il vit en haut des tours
Son faux ami et dit : ‘Pourquoi ne me secours ?’
Le diable de répondre : ‘Et toi, pourquoi ne cours ?
Ne tarde pas, ami, tu te perds en discours !

1466Je serai près de toi dès qu’un moine aurai mené
À une nonne qui me dit : ‘Par ici, par ici !’
Trompe qui te trompe et fais ce qu’on te fait !
En attendant, suis le bal, mon ami.’

1467Au pied de la potence, il se mit à appeler :
‘Au secours, mon ami, viens vite, on va me pendre !’
Le Malin arriva et dit : ‘Eh, qu’on te pende !
Moi, je t’aiderai, comme toujours le fais.

1468Qu’on te hisse, n’aie crainte, pends-toi hardiment,
Et pose tes deux pieds bien sur mes omoplates :
Moi, je te soutiendrai comme je l’ai fait souvent
Avec d’autres amis en mêmes cavalcades’.

1469Lors les bourreaux pendirent le larron.
Pensant qu’il était mort, tous se dispersèrent ;
En mauvais pas sont laissés les compères.
Et voilà qu’ils entament entre eux une discussion…

1470Le diable se plaignit : ‘Ouille, ton poids m’accable !
Et tout ce que me coûtent tes vols et tes larcins !’
Le pendu répondit : ‘Tes œuvres haïssables
M’ont amené à ce pourquoi tu me soutiens.’

  • 115 Le regard du pendu sur le diable : Les pieds en sang, fourbu, vêtu de guenilles, les mains pleines (...)

1471Le diable dit ensuite : ‘Ami, regarde donc115
Et dis-moi ce que tu vois, vas-y, n’importe quoi !’
‘Je vois chose bien laide, dit alors le larron,
Tes pieds tout fracassés : que veux-tu que je voie ?

1472Je vois grande montagne de vieux souliers,
De semelles trouées, haillons et vieilles hardes ;
Et je vois aussi tes mains pleines de crochets,
Où pendent en grand nombre des chattes et des chats’.

1473Le diable répondit : ‘Tout ce que tu as dit
Et deux fois plus encore que ton regard ne saisit,
En te courant après je l’ai usé, tu as vu !
Prends ce que tu mérites, je ne te supporte pas plus !

1474Ces crochets-là sont toutes mes malices,
Les chattes et les chats sont âmes m’appartenant,
Que je tiens captives. Et mes pieds sont en sang
De courir derrière elles, jour et nuit, à leur suite.’

1475Il s’écarte d’un bond, son discours achevé,
Abandonne son ami tout en haut du gibet.
Celui qui croit le diable se prend à son crochet !
Il lui porte coup fatal et grand dam, sans délai.

1476Celui-là qui grandit avec le diable,
Qui en mauvais ami place son amitié,
Tôt ou tard en retire récompense exécrable
Car en mauvais ami est toute adversité.

  • 116 Entouré d’amis (« galeotes ») comme Galehaut le fut pour Lancelot.

1477Ah, le monde est tissé de vilaines guenilles.
Bien entouré116 est l’homme à qui fortune sourit,
Ce sont parents postiches et des amis perfides ;
Dès qu’ils le voient en peine, deux sous, c’est trop pour lui !

1478Car les mauvais amis payent méchant écot ;
On ne reçoit pas d’eux plus d’aide que d’un ribaud :
Tout n’est que dérobades, flatteries, apparences…
Dieu vous garde, mes amis, d’amis de cette engeance !

1479Le mauvais conseiller n’a pas le nom d’ami.
C’est même un ennemi malévole et perfide.
Qui te laisse dans la peine, fuis-le dans le contentement !
Qui te tue en secret, ne l’aide pas publiquement ! »

1480« Madame, dit la vieille, des fables, vous en savez.
Mais mon conseil n’est pas celui que vous croyez ;
Seulement que vous-même acceptiez d’en parler ;
Entendez-vous ensemble, quand ensemble vous serez. »

1481« Tu ferais, dit la dame, comme je t’ai dit
Que le diable avait fait au larron, son ami.
Tu me laisserais seule, portes closes, avec lui ;
S’il restait avec moi, le déshonneur aussi ! »

1482La vieille dit : « Madame, que votre cœur est dur !
Ce que vous redoutez, je suis là, je vous rassure ;
De ne pas vous laisser, sur vos mains je le jure !
Et si je le faisais, sur moi soit le parjure. »

1483La dame dit : « Vieille, l’usage ne permet pas
À la femme de parler d’amour au premier pas.
Il faut de longs regards, qui sont messagers sûrs. »
« Madame, dit la vieille, l’oiseau muet n’annonce pas d’augure ! »

1484Dame Garoza lui dit : «  Bénie sois-tu
Si de cet archiprêtre tu me dis la figure.
Tel qu’il est, décris-moi tout son aspect.
Et pas de sornettes là ou on attend parole honnête ! »

[Des figures de l’Archiprêtre]

1485« Je le vois fréquemment, madame, dit la vieille.
Il est de haute taille, vigoureux, bien membru ;
Tête menue, il est velu, à forte nuque,
Cou trapu, cheveux noirs et de grandes oreilles,

1486Les sourcils écartés, noirs comme du charbon.
Sa démarche est fière comme celle du paon,
Son pas tranquille et de bonne mesure.
Son nez est long, cela le défigure !

1487Des gencives vermeilles, une voix sépulcrale,
La bouche plutôt grande et des lèvres semblables,
Plutôt charnues que minces, rouges comme corail,
Les épaules bien larges, les poignets tout pareils.

1488Il a de petits yeux, il a le teint jaunet,
La poitrine bombée et le bras bien musclé.
La jambe bien faite, un pied tout petit.
Dame, je n’en vis pas plus ; je vous baise pour l’amour de lui !

1489Il est vif et vaillant et en pleine jeunesse ;
Joue de tous instruments, connaît l’art des jongleurs ;
Sur mes savates, je le jure, il est drôle et charmeur !
Un homme tel que lui, vous n’en trouverez guère. »

1490Ma vieille sut si bien la dame enjôler !
« Dame, la fable dit de celui qui la foire évitait :
‘Marchandise à ta porte, Dieu te l’a envoyée’.
Aimez, dames, aimez l’homme que j’ai dessiné.

1491Vous, nonnes cloîtrées, vous êtes désireuses, amènes :
Les clercs concupiscents désirent les guillerettes ;
Tous désirent nager, les poissons, les rainettes ;
À pain de quinzaine, faim de trois semaines ! »

1492Dame Garoza lui dit : « Je verrai, laisse-moi réfléchir. »
« Par ma foi, dit la vieille, amour ne doit languir.
Hou ! Comme je me réjouis ! De ce pas je vais le lui dire ;
Demain dans cette salle je le ferai venir. »

1493La dame dit : « Vieille, Dieu me garde de tes tromperies !
Va, dis-lui de venir demain, devant bonne compagnie
Pour parler sagement, ni gaudriole ni sottises ;
Qu’il ne soit pas question de toutes tes entreprises. »

1494Ma fidèle vieille s’en vint joyeuse et toute contente.
Avant le « Dieu vous garde ! », voilà que dit ma messagère :
« Celui qui envoie le loup, de la chair fraîche attend !
Et la bonne coursière fait ainsi carrière… 

1495Ami, Dieu vous garde ! Égayez-vous, soyez heureux.
Elle vous demande de lui parler demain, mais pas seul ;
Attention à ne dire aucun mot facétieux
Car les nonnes n’aiment pas les abbés beaux parleurs.

1496De ce qui sert votre dessein, de cela parlez-lui.
Ce que vous direz demain, pensez-y aujourd’hui !
Allez à la messe du matin, que Fortune vous sourie !
Séduisez la nonnain, puis revenez ici… »

1497Je dis : « Trottecouvents, mon amie, sois aimable :
Porte-lui cette lettre avant que je lui parle
Et si dans sa réponse il n’y a de rebuffade,
À l’entretien, peut-être, feront suite des actes… »

1498Elle lui porta ma lettre à la messe de prime,
Rapporta bonne réponse à mes belles rimes.
La nonne avait plus de gardes que mon escrime,
Mais grâce à nos bons entretiens fin heureuse atteignîmes.

1499Au nom de Dieu j’allai à la messe du matin.
Je vis la nonnette en prière, fraîche et jolie,
Son haut col de garcette, l’incarnat de son teint…
Quel tort a eu celui qui de laine la vêtit !

1500Sainte Marie me garde ! J’en tords mes mains de peine !
Qui donna à blanche rose un habit, un voile noir ?
Mieux vaudrait pour la belle petits enfants avoir
Plutôt que voile noir et habits par centaines !

1501Même si c’est une faute envers notre Seigneur
Qu’une nonne pèche avec un joli cœur,
Ah Dieu ! si j’avais pu l’être, ce pécheur,
Et faire pénitence pour de telles erreurs !

1502Elle me regarda, ses yeux étaient chandelles.
Je soupirai pour eux, mon cœur me dit : « C’est elle ! ».
J’avançai vers la dame ; elle me parla, je lui parlai,
M’inspira de l’amour et je lui en inspirai.

1503La dame m’accepta pour cavalier servant.
Toujours je lui obéis et fus loyal amant.
Auprès de Dieu, d’un amour pur elle me comblait ;
Tout le temps qu’elle vécut, c’est Dieu qui me guidait.

1504Mainte prière à Dieu pour moi elle adressait ;
Son abstinence aussi grande aide m’apportait.
Sa vie très pure en Dieu trouvait félicité 
Et les folies mondaines jamais ne l’occupaient.

1505Pour de telles amours sont bonnes les religieuses,
Pour prier Dieu et faire des œuvres pieuses.
Pour amour mondain, elles sont périlleuses,
Hypocrites, paresseuses et menteuses.

  • 117 Nous suivons le manuscrit G (« ove nuevas cuytadas ») et ne retenons pas la saillie burlesque que s (...)

1506Après deux mois passés, mon infortune fut telle
Que la bonne dame mourut ; j’en eu triste nouvelle117.
Hommes nés et à naître à la mort sont promis !
Dieu pardonne son âme et nos péchés aussi.

1507Dans ma grande affliction, je fis cette complainte ;
De chagrin, de tristesse, elle ne fut si bien faite !
La corrige tout homme de bon amour contributaire
Car erreur et défaut amendement requièrent.

[Comment Trottecouvents parla à la Maure de la part de l’Archiprêtre et quelle fut sa réponse]
  • 118 Rappelons-nous que « casar » ne suppose pas forcément une union légale !

1508Pour oublier ma peine, ma tristesse, ma douleur,
Je priai ma vieille de me trouver une âme sœur118.
Elle parla à une Maure qui ne l’écouta point.
Celle-ci garda raison ; moi, je fis mille refrains.

  • 119 « Qu’est-ce que j’en sais ! ».

1509À la Maure de ma part Trottecouvents fut dire :
« Amie, Amie, voilà longtemps que ne vous vis !
Il n’y a qui vous voie ! Comment cela va-t-il ?
Amour neuf vous salue. » La Maure dit : « Iznedrí »119.

  • 120 Il faut imaginer la vieille qui se frotte le pouce et l’index pour saisir le sens de cette expressi (...)
  • 121 « Non, par Dieu ! ».

1510« Ma fille, vous avez beau salut d’un homme d’Alcalá ;
Il vous offre une chainse avec ce billet doux.
Le Créateur est avec vous, car il en a beaucoup !120
Prenez madame, ma fille ! » La Maure dit : « Legualá ! »121

  • 122 Dans « aducho bueno vos adugo », si le verbe « adugo » est bien d’origine latine (aducere), nous vo (...)
  • 123 « aimablement », « avec gentillesse ».
  • 124 « Tais-toi ».

1511«  Ma fille, que le Créateur vous donne paix et santé !
Ne le lui refusez pas, rien d’autre n’ai pu apporter ;
Beau présent vous présente122 : parlez-moi alaúd123 ;
Vous quitterai-je sans un mot de vous ? » La Maure dit : « Ascut! »124.

  • 125 « Va-t’en, va-t’en ».

1512Quand la vieille vit qu’elle n’obtiendrait rien,
Elle dit : « Tout ce que j’ai dit, ce fut en vain !
Si vous ne me dites rien, moi, je m’en vais d’ici. »
La Maure hocha la tête et dit : « Amxí, amxí ! »125.

[Quels sont les instruments qui ne conviennent pas aux chansons arabes]

1513Puis je fis des chansons à danser, cadencées,
Pour les Juives et les Maures et pour les amoureuses,
À jouer sur instruments les plus utilisés.
Si tu n’en sais pas une, écoute les chanteuses.

  • 126 Ces étudiants noctambules et mendiants sont-ils les ancêtres de la Tuna ? Les traditions chrétienne (...)

1514J’ai fait de ces chansons que les aveugles disent
Et pour les écoliers qui de nuit les colportent126
Et pour bien d’autres encore qui vont de porte en porte,
Chants paillards et railleurs ; dix feuillets n’y suffisent !

1515Ces sortes d’instruments ne sont bien accordées
Qu’aux chansons qui leur sont le plus appropriées.
Pour celles que j’ai pratiquées, j’indique ici
Quels instruments leur sont mieux assortis.

  • 127 Nous choisissons de traduire l’expression « Caguyl hallaco », où les critiques s’entendent à reconn (...)

1516L’arabe n’aime pas la vièle à archet ;
Chifonie et guiterre non plus ne l’agréent ;
Citole, cabrette n’aiment pas les chœurs musulmans127
Mais préfèrent la taverne, sauter avec les truands.

1517Chalumeaux et mandore, frestel et galoubet
Ne se plaisent à l’arabe pas plus qu’à eux Bologne :
Même s’ils en jouent forcés, ils en ont grand’ vergogne.
Qui leur en fait jouer amende doit payer !

1518Un philosophe dit – c’est noté dans son livre –
Que chagrin et tristesse engourdissent l’esprit.
Moi, dans ma grande peine, je n’ai plus rien à dire
Car ma Trottecouvents plus ne trotte ni vire.

1519Ainsi fut-il, par tous les diables ! Ma vieille est morte !
Mourut à mon service, cela me déconcerte !
Ne sais comment le dire… Beaucoup de bonnes portes
Me furent fermées après, qui avant m’étaient ouvertes.

[Comment Trottecouvents mourut, et comment l’Archiprêtre fait sa déploration, invectivant et maudissant la mort]

1520Ah Mort, morte sois-tu, morte et en male errance !
Tu as tué ma vieille ; Que ne m’as-tu tué, moi !
Ennemie du monde, qui n’as d’équivalence,
À ton souvenir amer tout est saisi d’effroi !

  • 128 L’expression « de belmez » (de l’arabe « malbás », jaque, tunique rembourrée portée sous la cotte d (...)

1521Mort, celui que tu frappes, tu l’emportes sans égards128,
Le bon comme le méchant, le riche, le maraud,
Pour toi ils n’ont qu’un prix, tu les rends tous égaux.
Qu’ils soient papes ou rois, tu n’en donnes pas un liard !

1522Tu ne regardes ni pouvoir, parenté ni amitié.
À tous tu manifestes sans cesse inimitié.
Il n’y a en toi mesure, ni amour ni pitié,
Sinon douleur, tristesse, peine et grand’ cruauté.

1523Impossible de te fuir ni de toi se cacher !
Il n’est jamais personne de taille à t’affronter.
Ta funeste venue, on ne peut la comprendre ;
Et lorsque tu arrives, tu ne veux rien entendre.

1524Tu laisses le corps déserté aux vers dedans la fosse ;
L’âme qui l’habite, tu l’emportes soudain.
Personne ne connaît ta carrière retorse.
À parler de toi, Mort, l’épouvante m’étreint.

1525Tu es à ce point du monde abhorrée
Que même si un homme en vie est bien aimé,
À l’instant où tu viens de ta venue perfide
Tous aussitôt le fuient comme bête putride.

1526Ceux qui l’aiment et, en vie, cherchent sa compagnie,
L’abhorrent quand il est mort, comme un corps étranger ;
Les parents, les amis, tous se détournent de lui,
Tous aussitôt le fuient, comme on fuit l’araignée.

1527De leurs pères et mères les enfants tant chéris,
Les amants des amies désirés et servis,
Des épouses loyales les doux et bons maris,
Dès que tu viens, Mort, sitôt ils sont haïs.

1528Tu fais choir le très riche en grande pauvreté :
Il n’a plus un denier de toute sa richesse.
Qui est, de son vivant, bon et de haute noblesse,
Mort, est vile puanteur, vilénie abhorrée.

1529Il n’est au monde livre, charte ni parchemin
Ni homme, savant ou sot, qui dise de toi du bien !
Il n’est au monde rien que tu aies satisfait
Hors le noir corbeau, Mort, qui de toi se repaît :

  • 129 Le croassement du corbeau semble inviter à remettre à demain (« cras », en latin).

1530Tu lui dis chaque jour que tu le rassasieras !
L’homme ne peut savoir qui ni quand tu tueras…
Qui peut faire du bien, qu’aujourd’hui il le fasse,
Plutôt qu’à toi se fier ou à ton ami « cras, cras »129.

1531Mes sires, ne cherchez pas l’amitié du corbeau,
Redoutez ses menaces, n’exaucez pas ses vœux !
Le bien que vous pourriez faire, faites-le au plus tôt.
Sachez que vous mourrez demain, car la vie est un jeu !

1532La santé et la vie en contraire se muent :
On les perd tout d’un coup, sans que garde on n’y prenne…
Le bien que tu feras demain n’est que parole nue 
Si tu ne l’habilles de tes actes, avant que Mort ne vienne.

1533Qui s’entête à vilain jeu perd plus qu’il ne gagne.
Il croit tenter sa chance, il n’en sort que naufrage !
Amis, faites bonnes œuvres et préparez-vous,
Car lorsque vient la mort, elle a raison de tout.

1534Beaucoup pensent gagner en disant « Va tout ! ».
Arrive la malchance, elle fait rouler les dés ;
L’homme parie des trésors, n’est-ce pas, pour en gagner ;
La mort vient sur le champ, ne lui laisse que boue.

1535Il perd alors la parole, aussi l’entendement.
De tous ses trésors, de cet amoncellement
Ne peut rien emporter, ni faire testament.
Les avoirs amassés se dispersent au vent.

1536Dès que ses parents sentent sa mort proche,
Souvent ils se rassemblent pour hériter des biens.
Quand sur sa maladie ils questionnent le médecin,
S’il dit qu’il guérira, ils lui en font reproche.

1537Les frères et les sœurs, ceux qui sont les plus proches,
S’impatientent de l’heure où sonneront les cloches.
Pour parents et parentes l’héritage a plus de prix
Que toute parenté ou que barbe fleurie.

1538Lorsque sort l’âme du riche pécheur,
On le laisse seul en terre, tout le monde en a peur.
Tous volent son bien, et d’abord ce qu’il a de mieux !
Celui qui en prend le moins s’estime malheureux.

1539Les obsèques alors s’efforcent de hâter ;
Ils craignent que les coffres ne soient déverrouillés :
Une messe trop longue pourrait tout faire manquer…
Il aura maigre part des trésors amassés !

1540Ne font aux pauvres charité, ne chantent sacrifices,
Ni disent de prières, n’assistent aux offices.
Ce que font tout au plus ces héritiers novices,
C’est crier sur le sourd, mais point d’autres services !

1541De bon gré ils l’enterrent ; après les remerciements,
En rechignant, tard ou jamais, ne vont pour lui à la messe.
Ils ont déjà trouvé tout ce qui les intéresse !
Eux, ils emportent les biens et l’âme, c’est Satan !

  • 130 Grégoire VII avait institué un trentenaire de messes (trente jours) après l’inhumation, afin de dél (...)

1542S’il laisse femme jeune, riche ou attrayante,
La messe n’est pas dite que d’autres déjà y pensent.
Elle épousera plus riche, ou un jeune fringant !
Le trentenaire passé130, du deuil ne se ressent !

1543Le malheureux, il a amassé et il n’a su pour qui !
Et quoique chaque jour il en advienne ainsi,
Personne ne fait bien son testament
Tant que de ses yeux ne voit la mort devant.

1544Mort, pour te dire encore, mon cœur je dois forcer !
Jamais tu n’encourages les hommes ni les tiens assurés
Sinon que dès leur mort, crapaud les mangera.
Le défaut du cresson, tu le portes en toi :

  • 131 Ici la Mort ne fauche pas, elle assomme ! Chez les Celtes, Sucellus, dieu de la mort, est armé d’un (...)

1545Le mal de tête prend qui en mange à foison…
Et lorsqu’apparaît ton terrible maillet131
C’est la tête qu’il frappe et le plus fort il dompte.
Quand ta rage s’en empare, nul remède n’y fait.

  • 132 Cette strophe et la suivante évoquent l’agonie. Le râle typique est une respiration rauque : « enro (...)

1546Les yeux si beaux, tu les tournes au plafond,
Soudain tu les aveugles, ils n’ont d’utilité.
Tu fais taire la voix, tu enroues132 les poumons.
En toi tout n’est que mal, rancœur, hostilité.

1547L’ouïe et l’odorat, le toucher et le goût,
Toi, les cinq sens, tu les emportes tous !
Il n’est personne pour assez t’invectiver ;
Pourtant que d’invectives lorsque tu viens tout près !

1548Tu ôtes toute honte, la beauté enlaidis,
Dépares toute grâce, outrages la mesure,
Toute force amollis, de sagesse fais folie ;
La douceur devient fiel, avec ton amertume.

1549Tu méprises gaillardise, et l’or, tu l’obscurcis ;
Tu déformes la forme, et l’allégresse attristes ;
Tu souilles la pureté, courtoisie avilis ;
Mort, tu occis la vie et le monde honnis.

1550Tu ne plais à personne, mais toi, beaucoup te plaisent :
Celui qui tue, celui qui meurt, celui qui le mal fait.
Toute chose bien faite, ton maillet la défait ;
Il n’est chose qui naisse que ton filet ne prenne.

1551Grande ennemie du bien, du mal tu es aimante ;
Tu as nature de goutte en mal et en souffrance.
On va de mal en pis aux lieux que tu fréquentes :
Il n’est que mieux aller où tarde ta requérance.

1552Ta demeure à jamais est un enfer profond ;
Tu es le mal premier, tu es le mal second !
Tu peuples mal séjour et dépeuples le monde
Et tu dis à chacun : « Moi seule vous mets au fond ! ».

1553Mort, c’est toi qui fais la demeure d’enfer
Car, si l’homme toujours vivait sur cette terre,
Il n’aurait peur de toi, de ton auberge malsaine.
Ta venue n’effraierait pas la chair humaine !

  • 133 Pourquoi attribuer aux Saints la création des psautiers ? À cause des litanies qui s’y trouvent ? C (...)

1554Tu vides les pays, peuples les cimetières,
Tu détruis les empires, restaures les charniers.
Les Saints, par peur de toi, ont créé les psautiers133.
Hormis Dieu, tous craignent tes affres et misères.

1555Tu as dépeuplé, Mort, bien des sièges du ciel.
Tu as souillé ceux qui étaient si purs :
Des anges, tu as fait des diables en querelle ;
Et ils paient le prix fort pour cette nourriture !

1556Le Seigneur qui t’a créée, lui même tu l’as occis !
Jésus Christ, Dieu et homme, tu l’as exécuté.
À lui qui tient le ciel et la terre, à lui
Tu as fais peur, tu l’as bouleversé !

1557L’enfer le craint : tu ne l’as pas craint, toi !
Sa chair eut peur. Grande crainte tu lui inspiras.
Par peur de toi, son humanité s’attrista :
Sa déité ne t’a pas craint, car tu ne la vis pas.

1558Tu ne l’as regardé ni vu : lui t’a vue, bien regardée…
Sa très cruelle mort l’a fort épouvanté.
L’enfer et ses suppôts, et toi, il vous a massacrés :
Tu l’as tué une heure : il t’a tuée à jamais !

1559C’est quand il te massacra que tu le reconnus.
Si tu lui avais fait peur, tu en souffris cent fois plus.
Il nous donna la vie en mourant, celui que tu as occis.
Elle nous a délivrés, la croix où tu l’as mis !

1560Les saints que tu gardais en ton affreux séjour,
La mort du Christ leur a donné la vie ce jour.
Par sa sainte mort, ta demeure fut dépeuplée :
Tu l’as tué pour la peupler : sa mort l’a vidée.

1561Il tira de tes tourments notre père Adam
Et Ève, notre mère, ses fils, Seth et Caïn,
Japhet, les patriarches, et le bon Abraham.
Il prit Isaac et Isaïe, Dan il ne laissa point.

1562Saint Jean Baptiste, de nombreux patriarches
Que tu tenais peinant dans tes funestes arches,
Et Moïse, ce guide, retenu en tes barques,
Prophètes et tant d’autres saints captifs sous ta garde.

1563Moi, je ne saurais dire qui était là retenu,
Combien en ton enfer se trouvaient opprimés.
Il les en retira tous comme des saints élus
Mais laissa avec toi tes malfaisants damnés.

  • 134 Nous voyons là une réminiscence de l’Évangile où Jésus dit de Madeleine, la pécheresse, « parce qu’ (...)
  • 135 Cette déploration, en mettant en scène la mort du Christ et ses effets rédempteurs sur la vie étern (...)

1564Les siens, il les emmena avec lui au Paradis
Où ils vivent : plus grande gloire voit qui a le plus aimé !134
Lui qui est mort pour nous135, qu’avec lui il nous ait, 
Nous garde de ta demeure, que de nous tu ne ries.

1565Les méchants damnés qu’en ton pouvoir il a laissés,
Dans un feu infernal, toi, tu les fais flamber.
En tourments infernaux tu les fais brûler
Toujours et à jamais : tu n’en seras privée !

1566Dieu veuille nous défendre contre ton guet-apens,
Qu’il nous garde de toi, lui qui de toi ne se garde !
Si vieux que nous vivions, si longtemps qu’elle tarde,
Elle viendra, ta rage, qui sarcle les vivants !

1567Tu es en toi, Mort, si dénuée de biens
Que nul ne saurait dire de ton mal le dixième ;
À Dieu je me recommande, je n’ai d’autre soutien
Qui veuille me défendre de ta venue mortelle.

1568Mort sans mesure, si tu ne tuais que toi seule !
Pourquoi t’en prendre à moi ? Ma bonne vieille, où est-elle ?
Ah, tu me l’as tuée, Mort ! Jésus l’a rachetée
Par son sang sacré, et par lui l’a pardonnée.

1569Las, chère Trottecouvents, amie loyale et vraie !
Combien te suivaient vivante ! Morte, tu gis esseulée.
Où t’a-t-on emportée ? Ma foi, je n’en sais rien !
Qui donne des nouvelles quand il prend ce chemin ?

1570C’est sûr, au Paradis tu es allée siéger.
De deux martyrs tu dois être accompagnée :
Toujours, en ce monde, deux t’ont martyrisée…
Qui t’a ravie à moi, pour qui tu as tant peiné ?

1571À Dieu je demande merci ! Qu’il te donne la gloire ;
De plus loyale trotteuse jamais on n’eut mémoire !
Je te ferai une épitaphe, écrite et historiée.
Si je ne peux te voir, ta triste histoire verrai.

1572Je ferai pour toi l’aumône et dirai oraisons,
Ferai chanter des messes, offrirai oblations.
Chère Trottecouvents, Dieu te donne rédemption :
Lui qui sauva le monde, te donne salvation !

1573Dames, pas de reproches ! Ne dites « Petit garçon ! ».
Si elle vous avait servies, vous en auriez douloir,
Vous les pleureriez, elle et son subtil hameçon :
Toutes celles qu’elle suivait, par terre elles allaient choir.

1574Femme noble ni vilaine, enfermée ou cachée,
Ne lui échappait, quand partait en battue.
Je ne sais homme ni femme qui pareille aient perdue
Sans en avoir tristesse et chagrin décuplés.

  • 136 La prière d’amour pour le salut de la vieille, mais aussi une prière pour la vieille d’amour, que f (...)

1575Je lui fis petite épitaphe avec douleur ;
Tristesse a fait de moi un piètre troubadour.
Vous tous qui l’entendrez, à Dieu, notre Seigneur,
Dites une prière pour la vieille d’amour136.

[L’épitaphe sur la tombe d’Urraca]

1576« C’est moi, Urraca, qui gis en cette tombe.
Tant que je fus au monde, j’eus liberté, plaisir.
Plus d’un je mariai à raison, je refusai folie.
En une heure, d’en haut, sous terre il fallut que je tombe.

1577Par surprise m’a prise la mort en ses filets.
Mes parents, mes amis, ici vous ne me secourez.
Œuvrez bien dans la vie, envers Dieu ne fautez :
De même que je suis morte, ainsi tous vous mourrez.

1578Celui qui viendrait ici, que Dieu le bénisse,
Lui donne bon amour et doux plaisir d’amie.
Que pour moi, pécheresse, une patenôtre dise,
Et s’il ne veut la dire, que morte ne maudisse ! »

[De quelles armes tout chrétien se doit armer pour vaincre le diable, le monde et la chair]

1579Mes sires, ayez mémoire de bien, je vous le dis !
N’attendez pas de trêve de votre grand ennemi,
Car il ne voit que l’heure de vous prendre avec lui.
Si vous croyez que je mens, de moi vous ferez fi !

1580Nous devons, sans avoir sûreté, être sûrs de la mort :
Elle est notre ennemie naturelle et très forte.
Ainsi donc, que chacun de nous ses armes porte :
Nous ne pouvons, amis, échapper à ce sort.

1581Si l’un d’entre nous, demain, avait à lutter
Contre quelque ennemi et sur le champ entrer,
Chacun chercherait des armes pour s’armer ;
Sans armes il ne voudrait tel danger affronter !

1582Si nous faisions cela pour des vivants comme nous,
Bien plus nous devons faire pour de tant et tant farouches
Ennemis qui veulent faire de nous des captifs et des serfs,
Disant à tout jamais : « Allez donc en enfer ! ».

  • 137 Rappel des strophes 181-371, où dans sa diatribe contre l’amour, l’archiprêtre traite des péchés ca (...)

1583Tous les péchés mortels, entendus les avez137 ;
Les péchés quotidiens nous combattent sans cesse :
Ils veulent tuer les âmes après que les corps blessent.
C’est pourquoi nous devons d’armes nous équiper.

1584À leurs côtés combattent trois plus remarquables,
Dont naissent péchés mortels : la chair, le monde, le diable !
De ces trois-là ils viennent. Prenons des armes telles
Que nous puissions les vaincre ; je vous dirai lesquelles :

1585Œuvres de miséricorde et toujours bel agir,
Ces dons du Saint-Esprit, qui veuille nous éclairer !
Faire des œuvres pies, des vertus nous souvenir,
Avec sept sacrements ces ennemis dominer.

1586Contre la convoitise s’acharne le baptême,
Don du Saint-Esprit, plein de bonne sagesse :
Savoir du bien d’autrui ne pas dire « j’ai envie » ;
La vertu de justice jugeant notre folie ;

1587Vêtir la nudité des pauvres avec sainte espérance ;
Dieu, pour qui nous le ferons, nous donnera bonne chance.
Pareille cotte vaincra convoitise qui tranche :
Dieu nous en gardera, car ce n’est que male chance.

1588Surmonter l’orgueil, très humblement parler :
C’est devoir de craindre Dieu et sa majesté.
Vertu de tempérance, mesure, honnêteté :
De cette forte épée et d’un coup sûr, frappez !

1589Avec miséricorde les pauvres héberger,
Avoir foi qu’œuvre sainte a de Dieu récompense ;
Ne pas voler autrui ; à femme ni à rien ne faire violence :
Par cette confirmation, l’orgueil est extirpé.

1590Ayons contre avarice un esprit de piété,
Faisant l’aumône aux pauvres, de leurs maux ayant pitié ;
Vertu naturelle, justice, pour juger humblement ;
De cette masse, l’avarice frappez bien longuement.

1591Selon le saint sacrement d’ordre sacerdotal
Avec foi sainte et pure, plus claire que cristal,
Mariant les pauvres orphelines : avec une œuvre telle
Nous vaincrons l’avarice, par grâce spirituelle.

1592Aisément nous pourrons luxure réfréner :
Chasteté et conscience pourront nous l’éviter ;
Esprit de force veuille nous y aider !
Avec pareils brassards nous pourrons la tuer.

1593Jambières et cuissards de saint sacrement
Que Dieu fit en Paradis : mariage par serment.
Marier les pauvres nécessiteux, à l’assoiffé donner à boire.
Ainsi contre luxure nous aurons la victoire.

  • 138 C’est par ce don que débute le prologue du Livre de Bon Amour, « Intellectum tibi dabo… », promesse (...)

1594La colère ennemie promptement assassine :
Avec le don d’entendement138 et la charité digne,
Comprenant le mal qu’elle fait, broyant fine farine
Patiemment, nous lutterons sous cette capeline.

1595Avec la vertu d’espérance et beaucoup de patience,
Visitant les malades et faisant pénitence ;
Abhorrer les outrages, aimer conciliations :
Ainsi la colère vaincrons, amour de Dieu aurons.

1596Gourmandise est péché, elle peut beaucoup tuer !
Abstinence et jeûne peuvent nous en délivrer.
Avec l’esprit de science, sachant mesure garder,
Manger au point qu’aux pauvres une part soit laissée.

  • 139 Nous proposons ici « cuirasse » pour traduire le mot « graçia », suivant les suggestions de divers (...)

1597De même prier Dieu dans le saint sacrifice
Qui est du corps de Dieu sacrement et office ;
En foi de sa mémoire, luttant à son service,
Avec une telle cuirasse139, nous vaincrons gourmandise, ce vice !

1598L’envie a tué beaucoup de nos prophètes.
Contre cette ennemie qui nous frappe de flèches,
Avons fort écusson, où sont peintes des tablettes :
Esprit de bon conseil encordé dans ces lettres.

1599Au sacrement d’onction nous engageant et enterrant
Au nom de Dieu ; compassion et charité pour ne pas nous égarer.
Ne nuisant pas aux simples, les pauvres n’outrageant :
Par ces armes de Dieu, l’envie sera chassée.

1600Armons-nous fortement contre acédie, funeste chose !
Elle est le plus subtil, le plus trompeur des sept péchés.
Chaque jour elle enfante, où que le diable se pose :
A plus d’enfants mauvais que mâtine enragée !

1601Contre elle et ses enfants qui ainsi nous précipitent,
Partons en pèlerinage et ne taisons les heures,
Ayons bonnes pensées, issues de bonnes œuvres
Afin que de saintes œuvres Dieu ne nous trouve vides.

1602De nos bonnes intentions et de tout bel agir
Faisons hampes de lance, sans point nous en lasser.
Du fer des bonnes œuvres occire les péchés…
Luttant avec ces armes, nous pouvons les réduire.

1603Ces trois principaux-là – qu’ils ne se conjuguent pas ! –,
Le monde par la charité, la chair par le jeûne,
Le cœur contre le diable, tous trois seront jetés bas.
Père ou fils, à ce régime, il n’en reste pas un !

  • 140 Le texte offre – accidentellement ? – cette répétition à la rime.

1604Tous les autres péchés, les mortels, les véniels,
Naissent d’eux comme fleuves de sources éternelles.
Car ces trois sont principe et somme de tous maux ;
Pères, fils, petits-fils, Dieu nous garde de leurs maux !140

1605Dieu nous donne hardiesse et force et vaillance
Pour vaincre les péchés, remporter la bataille,
Afin qu’au jour dernier nous soyons convïés,
Que Jésus Christ nous dise : « Bénits, à moi venez ! ».

[Des propriétés qu’ont les femmes petites]
  • 141 L’éloge de la brièveté (brevitas), gage de sagesse, s’exprime comme un goût personnel du compositeu (...)

1606J’abrègerai, mes sires, cette prédication
Plus me plaît, de toujours, petit sermon
Et la femme petite et brève l’expression :
Peu de choses bien dites, le cœur entend raison141.

1607Qui parle beaucoup fait rire, qui rit beaucoup est fou.
Chez la femme petite, d’amour il y a beaucoup.
Contre petites troquai grandes, non petites contre grandes,
Mais petites et grandes de ce troc se ressentent !

1608Dire du bien des petites, l’Amour m’en a prié,
Vanter leurs qualités : je ne veux point tarder !
Je vous parlerai des petites : prenez-le comme un jeu !
Froides comme la neige, elles brûlent comme le feu.

1609Sont froides en apparence, en amour enflammées ;
Au lit, soulas et jeux ! Voluptueuses, rieuses,
En ménage elles sont sages, gracieuses, calmes et soigneuses.
Bien plus y trouverez, à bien y regarder.

1610En petite hyacinthe loge grande splendeur ;
En petit grain de sucre loge grande douceur.
En la femme petite, amour de grande ardeur.
Très peu de mots suffisent à tout bon entendeur.

1611Tout petit est le grain de poivre fort
Mais, bien plus que la noix, il réchauffe et donne réconfort.
Ainsi femme petite, qui tout amour consentirait,
Il n’est plaisir au monde qui en elle ne tiendrait.

1612Comme petite rose éclate en couleur,
Que peu d’or a grand prix et fort grande valeur,
Et qu’un peu de baume donne exquise senteur,
Ainsi femme petite renferme grande saveur.

1613Comme un petit rubis possède grande bonté,
Couleur, vertu et prix et très noble clarté,
Ainsi dame petite possède grande beauté,
Joliesse et grâce, amour et loyauté.

1614Petit le rossignol, petite l’alouette,
Mais leurs chants sont plus doux que ceux d’oiseaux plus grands.
La femme qui est petite est meilleure d’autant :
Courtisée, est plus douce que sucre, que fleurette.

1615Papegai et loriot sont de petits oiseaux
Mais l’un ainsi que l’autre font de doux gazouillis.
Chanteurs très appréciés, ils sont gracieux et beaux
Et la femme petite dans l’amour l’est aussi.

  • 142 Ce paradis qu’est la femme petite renvoie à l’autre auquel le Christ appelle les « bénits ». Le voc (...)

1616À la femme petite il n’est comparaison :
C’est paradis sur terre, grande consolation,
Joie et soulas, plaisir, bénédiction.
Meilleure est à l’épreuve qu’à la salutation142.

1617J’ai toujours préféré femme petite à la grande :
Il n’y a pas de tort si grand mal on évite !
D’un mal choisir le moindre, disent tous les savants,
Pour ce, de toutes femmes, meilleure est la plus petite…

[À propos de Dom Furet, commis de l’archiprêtre]
  • 143 On retrouve le mouvement circulaire du temps présent dans le Livre, ce printemps qui va de mai à ma (...)

1618Février s’en allait, le mois de mars entrait…143
Le diable, qui toujours de tout mal est marteau
Avait le giron plein d’une foule d’abbés ;
Et de même des femmes il coupait bons chanteaux.

  • 144 Quatorze adjectifs vont suivre en effet !

1619Comme je n’avais plus de fidèle messagère,
Je pris garçon de course pour mener mes affaires.
Il avait nom Furet, un galant damoiseau ;
Jamais n’en vis meilleur, sauf à quatorze propos144 :

1620Il était menteur, buveur, larron et cancanier,
Joueur, bagarreur, glouton, mauvais coucheur,
Ord et augure, devin et querelleur,
Stupide, paresseux : voilà mon écuyer !

1621Deux jours à la semaine c’était un grand jeûneur.
N’ayant rien à manger, il jeûnait, le pécheur.
Sans faute ces jours-là, il jeûnait, mon coursier :
N’ayant pas d’autre choix, il jeûnait et souffrait.

1622Mais selon le dicton qu’on cite bien souvent,
Mieux vaut se bagarrer avec âne méchant
Qu’être seul à porter sur le dos un lourd faix ;
J’en fis mon messager, par grande nécessité,

1623Lui dis : « Furet, mon ami, trouve-moi fourreau nouvelet ».
«  Ma foi, dit-il, je chercherai, le monde dût-il s’écrouler !
Je vous l’amènerai sans tambour ni trompette :
Un mauvais chien, parfois, ronge bonne côtelette ! »

1624Il lisait lentement et les mots mélangeait ;
Il dit : « Donnez-moi une chanson, vous verrez mon succès,
Et, messire, vous verrez, sans vouloir me vanter,
Que ce que j’entreprends, à bien le mènerai ».

1625Lui donnai ces chansons – soit-il maudit ! – ;
Il les lui récitait de par tout le marché !
Dame Unetelle lui dit : « Va-t’en, démon, d’ici !
Je ne veux ta commission, tu ne m’es point adressé ! ».

[Où l’archiprêtre dit comment on doit entendre son livre]
  • 145 Le livre se déploie donc entre deux « Joies de Sainte Marie » et les quatre chants annoncés ici. On (...)

1626Puisque Sainte Marie, comme je l’ai dit déjà,
Est du bien principe et fin, telle est ma foi,
Je lui ai fait quatre chants145, et avec cela mettrai
Un point à mon livret, mais ne le fermerai.

1627Il a une bonne propriété : où qu’on le lise,
Si l’entend quelqu’un marié à laideron
Ou si femme l’entend dont l’époux est fripon,
Faire service à Dieu aussitôt ils désirent.

1628Veulent aller à la messe, faire des oblations,
Veulent donner aux pauvres aliments, pains d’église,
Faire beaucoup d’aumônes, dire moult oraisons.
Dieu par là est servi, vous le voyez, mes sires !

  • 146 D’envol en rebond, le livre, dans cette comparaison, concrétise sa circularité. Il tourne, subtil, (...)

1629Quiconque l’entendra, s’il sait l’art de rimer,
Peut à sa guise y ajouter, le corriger…
Qu’il passe de main en main, à qui le demanderait :
Comme balle aux mains des dames146, attrape-le qui pourrait !

1630Il est de bon amour : prêtez-le de bon gré !
Ne faites pas mentir son nom, n’allez le censurer !
Vous ne devez contre argent le vendre ni le louer :
Il n’y a ni goût ni grâce à bon amour acheté.

1631Vous ai fait petit livre de texte, mais la glose
Je ne la crois petite ! C’est plutôt grande prose
Car sur tout ce qui est dit, on comprend autre chose
De plus que ce qu’en beau discours on y propose.

1632Pour la sainteté c’est fort grand lectionnaire
Mais pour farces et jeux c’est un petit bréviaire.
Et donc j’y mets un point et mon armoire serre.
Qu’il vous soit bref discours, soulas et électuaire.

1633Mes sires, avec peu de savoir je vous ai lors servis ;
Pour vous donner plaisir, parlai en jonglerie.
Faites-moi ce présent : au nom de Dieu, pour moi
En pèlerinage dites une patenôtre et un Ave Maria.

  • 147 L’ère d’Espagne (ère provinciale de l’empire romain) débute en 38 av. J.-C., sans qu'on ait pu déte (...)

1634L’an mille trois cent quatre-vingt-un de l’ère147,
Ce poème fut composé, pour dire les maux et préjudices
Que femmes et hommes font à d’autres en de vils artifices,
Et pour montrer aux simples merveille de dits et de vers.

[Joies de Sainte Marie]

1635Mère de Dieu pleine de gloire,
Vierge Sainte Marie,
Fille et épouse loyale
De ton fils notre Messie,
Ô Dame
Donne-moi
Ta grâce à toute heure
Pour te servir sans demeure.

1636Te servir est mon désir ;
Moi, pécheur, pour cela
Je t’offre en service
De chanter tes joies :
De la première
Fut le tiers
Un ange, messager vers toi
Du Saint Esprit.

  • 148 Cette distorsion de l’ordre généalogique, autour de la maternité de la Vierge Marie, était déjà pré (...)

1637Tu as conçu ton Père148 ;
Ce fut ta joie seconde
Lorsque tu l’enfantas, mère ;
Sans douleur il vint au monde.
Telle que tu es née
[Tu es accouchée]
Et tu es bien restée
Vierge du monde sacré.

1638La troisième : l’étoile
Guida les rois sur leur
Chemin, ils vinrent à sa lueur
Portant noble trésor
Et ils louèrent
Et adorèrent,
À ton fils présentèrent
L’encens, la myrrhe et l’or.

1639Ta plaisance quarte
Fut quand tu ouïs
Du frère de Marthe
Qu’était ressuscité
Ton doux fils,
Lumière du monde
Qu’en croix tu vis mourir,
Et qu’il s’était levé.

1640Lorsqu’aux cieux il monta,
Ce fut ton cinquième plaisir ;
Le sixième, quand il envoya
Le Saint Esprit, tu en jouïs.
Le septième
Fut suprême,
Quand ton fils vint te quérir :
Au ciel tu t’élevas.

1641Aie pitié, Glorïeuse ;
Toujours, en tout moment,
Sois-moi miséricordieuse,
Satisfaite et joyeuse ;
Lorsque pour nous juger
Et rendre son jugement
Jésus viendra, veuille m’aider,
Veuille pour moi plaider.

[Joies de Sainte Marie]

1642Bénissons tous
La Sainte Vierge,
Ses joies disons,
Et toute sa vie telle
Qu’elle fut, comme nous savons,
Que l’histoire chante
Toute sa vie.

1643En sa douzième année,
Cette pucelle
Un bon ange de Dieu
La salua
……………………..
……………………..
La Vierge belle.

1644Il naquit, son enfançon,
Quelle joie insigne !
Devant ce petit garçon,
À ses treize ans,
Les rois vinrent ensuite
Avec un merveilleux présent
L’adorer.

1645Trente trois ans
Avec le Christ elle demeura.
Quand icelui ressuscita
S’accomplit sa quarte joie.
La cinquième, quand Jésus
Monta au ciel
Et qu’elle le vit.

1646Son sixième réjouissement
Elle ressentit quand
En sa compagnie
Les disciples se trouvant,
Dieu leur envoie
Le Saint Esprit,
Les éclairant.

1647S’étant accomplie la vie
De son fils le Messie,
Neuf ans de vie
Vécut encore Sainte Marie ;
Au ciel elle monta :
Très grande fut la joie
Ce jour-là !

1648Sept furent ses joies,
Cinquante-quatre
Années, de doute il n’y a,
Elle compta.
Elle nous protège à jamais
De tout mal, de toute offense,
La Vierge gente.

1649Vous, les chrétiens,
Soyez en liesse
Et montrez-le
En ce jour-ci
Où il est né pour nous sauver
De la Vierge Marie,
Pour nos bienfaits.

Haut de page

Notes

1 Prière initiale, à valeur initiatique du fait qu’elle se modèle sur celles du Pseudo-Cyprien ; prière sur le seuil, où on entend aussi l’écho de la prière des agonisants. Cf. Monique DE LOPE, « Une prière des agonisants… », Prières méditerranéennes d’hier et d’aujourd’hui, PUP, 2000, p. 265-279

2 « Je te donnerai l’entendement et je t’instruirai dans la voie où tu avanceras ; je garderai les yeux posés sur toi ».

3 « Donne-moi l’entendement… ».

4 « Le début de la sagesse est la crainte du Seigneur ».

5 « Un bon entendement est chez ceux qui la pratiquent ».

6 « Qui craint Dieu fait le bien ».

7 « Et je ferai mes délices de tes commandements, que j’aime ».

8 « Vous qui aimez le Seigneur, haïssez le mal »

9 « Bienheureux les morts qui meurent dans le Seigneur, car leurs œuvres les suivent ».

10 « Tu rends à chacun à la mesure de ses œuvres ».

11 « Personne ne vit sans péché ».

12 « Qui pourrait tirer de la pureté de qui est conçu d’une semence impure ? ».

13 C’est comme dire. 

14 « Les pensées des hommes sont vaines ».

15 « Ne sois pas comme le cheval ou la mule, où il n’est pas d’entendement ».

16 « Mon âme vivra de lui. Aimez le Seigneur et votre âme vivra ».

17 « Brefs sont les jours de l’homme ».

18 « L’homme, né de la femme, vit peu de temps et beaucoup de misères ».

19 « Nos années passent comme un soupir ».

20 « La voie de la vérité… ».

21 Nous restituons ce [a] manquant, à la suite de Maria Brey Mariño et de Nicasio Salvador Miguel. Cf. Monique DE LOPE, « D’une citation l’autre : prologue du Libro de buen amor », Cahiers d’Études Romanes, nelle série n°2, Aix-en-Provence, 9, p. 79-93.

22 « Le fondement de la foi catholique.. ».

23 « Quiconque veut ».

24 « Dieu le Père, Dieu le Fils… ».

25 Cf. Monique DE LOPE, « Le troisième homme », Imprévue, CERS, Montpellier, 6/1, p. 75-81. « Otro l’avie baldía » : un autre la tenait en friche, non labourée. Métaphore érotique, comme tout le passage.

26 Pour la rime, ce prénom médiéval, au lieu d’un éventuel « Marjolaine » qui traduirait plus littéralement « Merjelina ».

27 Parodie sur des heures canoniales. Nous traduisons les fragments de prières en latin pour que le lecteur apprécie les sous-entendus érotiques de ces « citations » pieuses détournées en expressions de rendez-vous galants.

28 « Avec ceux qui ont la paix en haine ».

29 « Voici ce qui est bon ».

30 « Vous vous levez de nuit ».

31 « Seigneur, mes lèvres ».

32 « Le premier de tous les jours ».

33 « Pour que tu entendes nos prières ».

34 « Vous chantez ».

35 « Aurore de lumière ».

36 « Aie pitié de moi ».

37 « Dieu, en ton nom ».

38 « Ce que la malheureuse Ève ».

39 « Quiconque veut ».

40 Nom donné à l’entremetteuse parce que la foi catholique est la médiatrice du salut, comme l’a affirmé la fin du prologue en prose en citant le verset « Quicumque vult… ». La reprise de cette formule entraîne ce sobriquet irrévérencieux. Cf. Monique DE LOPE, « D’une citation l’autre : prologue du Libro de buen amor », art. cit.

41 « La bouche, la langue, l’esprit ».

42 « au loin ».

43 « dans tes paroles ».

44 « Je me sens autre ».

45 « Comme j’ai aimé ».

46 « Concédez m’en un second ».

47 « Lumière pour mes pas ».

48 « qu’elle est douce ».

49 « Merveilles ».

50 « Guide ma marche ».

51 « Tu es juste, Seigneur ».

52 « ta verge de vertu ».

53 « Assieds-toi à ma droite ».

54 « Je suis heureux ».

55 « En effet ils l’ont élevé ».

56 « Convertis-nous ».

57 « Mets-nous sous ta garde ».

58 « pour quoi tu t’es préparé ».

59 « À la face de tous ».

60 « À la gloire de ton peuple ».

61 « Salut, reine ».

62 Nous suivons le manuscrit de Salamanque et traduisons « reyentes », pour les yeux. Nous pensons que ce sont les yeux qui sont clairs, également, et non les cils. Le féminin « claras » serait une erreur de copiste.

63 Selon José JURADO, « Pecas, deturpación resuelta: Libro de buen amor, 441a », Romania, 2009, 3-4, p. 489-500.

64 Maître Pipes Pailles parle ici en gerriais, dialecte de l’île de Jersey.

65 En latin, « demain ».

66 Il est difficile de traduire un mot inconnu : nous avons retenu, pour les trois occurrences de « troya »,  l’hypothèse de C. Clavería (NFRH, II, 1948) suivie dans son édition par G. Chiarini (Milano-Napoli, 1964), jugée vraisemblable par J. Joset (Madrid, 1974) et discutée par M. de Lope, Traditions populaires, Montpellier 1983, p. 213.

67 Comme prévu à la strophe 686, nous sommes au printemps, c’est Saint Jacques le Mineur, et le jour d’après, le 2 mai (cf. M. de Lope, Traditions populaires…, p. 14).

68 « Corneau », attesté au XIIIe siècle avec le sens de « corniaud ».

69 Nous choisissons de garder un mot attesté dans la toponymie cévenole (Monts de la Serrane), qui permet de garder un lien avec le mot « sierra » ainsi que l’homophonie avec la sirène, selon la suggestion de François DELPECH, « La Doncella guerrera : chansons, contes, rituels », in : Formas breves del relato, Actas del coloquio de la casa de Velázquez, Saragosse : Publicaciones de la universidad de Zaragoza, 1986, p. 57-86. Femmes dangereuses de la mer et de la montagne !

70 « La Chata » : « chata » est un mot qu’on emploie pour s’adresser familièrement aux jeunes femmes ou aux jeunes filles en Castille. Surnom plaisant pour cette géante qui porte le voyageur sur son cou !

71 Nous suivons la suggestion d’une couleur, rouge ou jaune, émise par plusieurs éditeurs critiques du Livre. La couleur rouille est intermédiaire.

72 Traduction de G (« si en lugar te cojo »). Cf. M. de Lope, Traditions populaires… p. 105, car le discours érotique est ici omniprésent.

73 L’ordre des propositions semble illogique, sauf si on y lit un langage érotique, selon lequel « mettre en chemin » est une expression du coït (cf. M. de Lope, Traditions populaires…, p. 90).

74 « Riofrio » est un toponyme existant, mais la connotation de la source froide comme source de grâce (cf. 974) s’y retrouve, et nous traduisons pour la respecter.

75 Tout cet épisode est sous le signe du passage : le gué prend la suite des cols. Aux serranes passeuses se substitue la médiation de Marie. La logique temporelle du Livre de bon amour inscrit tout l’épisode entre le début du mois de mars (début du voyage dans la sierra le 3 mars, jour de Saint Émétère) et la vigile pascale, nuit du samedi saint – déterminée comme telle par la méditation lyrique sur la Passion du Christ. Cf. M. de Lope, Traditions populaires…

76 Nous faisons le choix de garder le féminin pour ce Carême, suivant le genre espagnol, car sa féminité régit l’ensemble du texte.

77 Parmi toutes les villes citées dans le Livre de Bon amour, Burgos se présente donc explicitement comme le lieu d’origine de l’Archiprêtre (cf.  1067 b, « fuime para mi tierra »).

78 Nous regrettons de ne pas rendre ici l’arabisme « almohalla » qui contribue à connoter le conflit entre Maures et Chrétiens dans cette bataille littéraire.

79 Selon les manuscrits, petits fromages (quesuelos) ou mongettes (fresuelos) ; nous ne croyons pas aux fromages frais : le contexte carnavalesque, d’une part, met plutôt en scène des légumineuses (comme les fèves) ; d’autre part, la place de fromages entre les rôtis (1085 et 1086) n’est pas appropriée, alors que ces « haricots » européens en font une garniture acceptable. « Faséole » – du latin « faseolus » qui a donné « frisuelo » et « fayot » – étant un technicisme peu connu, nous avons préféré une autre variété botanique, plus parlante.

80 Féminin en espagnol, le lièvre est une image courante du sexe de la femme dans la poésie érotique. Nous adoptons aussi un féminin, d’usage régional en France.

81 Le renouveau de Charnage (le retour du temps gras se prépare) suit la route de la transhumance printanière, d’Estrémadure vers les hauts plateaux de Castille.

82 Valdevaches, s’il fallait le traduire !

83 Le saut de Carême marque le franchissement d'un passage temporel, de même qu'à son arrivée le temps et l’espace basculent « Vers le milieu de la nuit, au beau milieu des salles ». L'épisode de la bataille entre Charnage et Carême se clôt comme prévu la nuit du Samedi Saint, de même que celui du voyage à la Sierra, à Sainte Marie du Gué, où le protagoniste va passer la « vigile » (s. 1044).

84 Ce retour (résurrection pascale) de la chair, sous ses formes comestible et érotique, s’énonce comme deux entrées royales.

85 Pour la traduction des instruments de musique, nous avons consulté, entre autres, www.lecerclemedieval.be ; www.instrumentsmedievaux.org ; Christian Rault (éd.), Instruments à cordes du Moyen-âge, actes du colloque de Royaumont, CERIMM, 1994 ; Faustino Porras RobleS « Los instrumentos musicales en la poesía castellana medieval. Enumeración y descripción organológicas », LEMIR, n°12, 2008, p. 113-136. Nous avons bénéficié du conseil de Carlos González, maître luthier, spécialiste d’instruments médiévaux.

86 S’agit-il de cet Orabi, musicien arabe du IXe siècle, qui jouerait étonnamment dans le cortège qui va accueillir Amour, ou d’un homonyme contemporain ? Faut-il comprendre « cabe’el el orabyn » comme le début d’une chanson d’amour arabe bien connue « qalbi bi-qalbi, qalbi ‘a’rabi » ainsi que le suggère James T.  Monroe, « Arabic literary elements in the structure of the Libro de Buen Amor », Al-Qantara, 32 (2), enero-junio 2011, p.31-32 ?

87 Nous traduisons « Cruzniego » qui fait moqueusement allusion à l’ordre clunisien.

88 « Venez, exultons ».

89 Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem.

90 « Toi, amour, nous te louons ».

91 « Exultons et réjouissons-nous ».

92 « Béni celui qui est venu ».

93 « Reste avec nous, Seigneur ».

94 Signifiant « demain » en latin, « cras » s’apparente, en effet au cri du corbeau.

95 « Paula », simplement pour la rime sans doute ; l’auteur est un poète !

96 « Modorría » désigne l’état des brebis qui se pressent en rond, la tête sous le ventre de la voisine, quand la chaleur est forte.

97 Sainte Quitère, ou Quitterie, princesse wisigothe vierge et martyr, offre ici son nom pour exprimer le rejet du Carême, que l’on quitte à Pâques. Cette mention anticipe aussi sur le mois de mai (tout le Livre de Bon Amour tient de février à mai), car elle est fêtée le 22.

98 Ce dimanche qui suit Pâques clôture la quinzaine pascale.

99 La Saint Marc est le 25 avril. Ici, la solennité particulière confirme qu’il s’agit d’un dimanche de Pâques (« presqu’à la fin avril », s. 1210). La narration répète le temps pascal en dehors de toute logique de succession, comme il en a été fait du temps carnaval-carême.

100 Est-ce une allusion à la tentative de séduction d’une Mauresque qui sera évoquée plus loin (s. 1508-1512), signe d’une double rédaction du texte ? Mais cette Mauresque-là n’a pas donné de coups de bâton à l’entremetteuse…

101 Une partie du texte manque ici de toute évidence. C’est la fin de l’aventure et la fin de la fable qu’énonce la strophe 1329.

102 Gomme végétale antitussive et laxative.

103 Variété de fougère aux vertus pectorales.

104 Sucre d’orge.

105 Électuaire pour les maux d’estomac.

106 Dite aussi « benoîte », cette plante dont la racine a l’odeur du clou de girofle était réputée pour soigner l’estomac. On la reconnaît facilement dans la « garriofileta » proposée par Gybbon Monypenny ; ce n’est pas un électuaire mais un ingrédient…

107 Électuaire précieux à base de perle fine en poudre mêlée à du sucre dissout dans de l’eau de rose.

108 Formule consacrée ; santal blanc, citrin et rouge, aux parfums appréciés et aux valeurs digestives.

109 Plante aphrodisiaque.

110 Vin apprécié, aujourd’hui en DOC (AOC), sur le Duero, près de Zamora.

111 « Dame Promise » (au Seigneur ?), l’épousée, en arabe.

112 « Adama », de l’arabe « at-taam » (Dolores Oliver PÉrez, « Estudio etimológico e histórico de « adama » y otras consideraciones sobre el Libro del Buen Amor », Anuario de linguística hispánica, 11, 1995, p. 309-323.

113 La traduction d’ajevío : nous retenons l’idée d’un préfixe latin all- ou adl- émise par Jacques Joset, mais en pensant à « adlevitum », de levis, lisse ou blanc. Blanc, le coq est bien visible sur le tas de fumier : nous préférons cette image visuelle à l’autre sens possible de levis, léger, ou ‘vain’ dans le contexte…

114 Nous comprenons « yo diré veinte » sur le modèle de « si un cantar dixieres » : rien dans les manuscrits ne permet, nous semble-t-il, d’interpréter « diré » autrement.

115 Le regard du pendu sur le diable : Les pieds en sang, fourbu, vêtu de guenilles, les mains pleines de crochets pour tirer après lui les âmes conquises, ce diable est assez particulier pour qu’on s’y arrête. Il semble, à ce moment là, le perdant du pacte, et le lecteur peut comprendre qu’il en finisse avec le larron qui le ruine. On reconnaît la vision populaire du diable berné encore actuelle au XIVe siècle. Cf. Alain BoureauSatan hérétique. Naissance de la démonologie dans l'Occident médiéval (1280-1330), Paris : Odile Jacob, 2004.

116 Entouré d’amis (« galeotes ») comme Galehaut le fut pour Lancelot.

117 Nous suivons le manuscrit G (« ove nuevas cuytadas ») et ne retenons pas la saillie burlesque que suppose le « ove menos cuidados » (« j’en eus moins de souci ») que proposa J. Cejador, repris ensuite par les éditeurs successifs du Livre.

118 Rappelons-nous que « casar » ne suppose pas forcément une union légale !

119 « Qu’est-ce que j’en sais ! ».

120 Il faut imaginer la vieille qui se frotte le pouce et l’index pour saisir le sens de cette expression ; cf. J. Corominas, éd. cit. du Libro de Buen Amor).

121 « Non, par Dieu ! ».

122 Dans « aducho bueno vos adugo », si le verbe « adugo » est bien d’origine latine (aducere), nous voyons dans le nom « aducho » une transcription de l’arabe « ad-douja », cadeau de noces. La mixité linguistique est de règle dans cet épisode et culmine dans cet apparent effet de répétition.

123 « aimablement », « avec gentillesse ».

124 « Tais-toi ».

125 « Va-t’en, va-t’en ».

126 Ces étudiants noctambules et mendiants sont-ils les ancêtres de la Tuna ? Les traditions chrétiennes et musulmanes se rejoignent dans cette pratique, selon F. Martín Sarrago, qui fait état d’une disposition du Concile de Salzbourg (1291), réprimant « les écoliers vagabonds qui se disent clercs », ainsi que de la coutume des étudiants musulmans de quémander leur repas du soir à la tombée de la nuit dans les rues de la ville (F. MARTIN SARRAGO, « El goliardismo en España coincidió con el dominio islámico en gran parte de la península », 12 déc. 2012, www.Tunaemundi)

127 Nous choisissons de traduire l’expression « Caguyl hallaco », où les critiques s’entendent à reconnaître la transcription de mots arabes et retenons pour cela la suggestion de D. OLIVER PÉREZ, op. cit., p. 318. En proposant « aqáwil halaqa », cercle de penseurs qui peuvent aussi prier et chanter, elle est plus près du texte espagnol que celle de James T. Monroe qui, pour « caguyl », suggère « qawwal » (soliste) mais n’a rien à donner en correspondance à « hallaco ». À ces « chœurs » de poètes musulmans fait pendant, à la strophe suivante, l’Université de Bologne.

128 L’expression « de belmez » (de l’arabe « malbás », jaque, tunique rembourrée portée sous la cotte de maille) évoque la protection et la pitié (cf. Libro de Alexandre, 694b). Nous la prenons dans ce sens figuré, même si la proximité du verbe « herir », « frapper », ravive l’image du vêtement protecteur.

129 Le croassement du corbeau semble inviter à remettre à demain (« cras », en latin).

130 Grégoire VII avait institué un trentenaire de messes (trente jours) après l’inhumation, afin de délivrer du purgatoire l’âme du trépassé.

131 Ici la Mort ne fauche pas, elle assomme ! Chez les Celtes, Sucellus, dieu de la mort, est armé d’un maillet. Charun, chez les Étrusques, porte un lourd marteau

132 Cette strophe et la suivante évoquent l’agonie. Le râle typique est une respiration rauque : « enroqueces », terme non attesté, viendrait de « raucus », rauque, plutôt que de « roca », la roche.

133 Pourquoi attribuer aux Saints la création des psautiers ? À cause des litanies qui s’y trouvent ? Celles-ci, jointes aux psaumes, et psalmodiées pour obtenir l’intercession des saints auprès de Dieu, dans des situations de crise, ont été instituées par Grégoire le Grand.

134 Nous voyons là une réminiscence de l’Évangile où Jésus dit de Madeleine, la pécheresse, « parce qu’elle a beaucoup aimé, il lui sera beaucoup pardonné » (Luc 7, 47).

135 Cette déploration, en mettant en scène la mort du Christ et ses effets rédempteurs sur la vie éternelle de l’âme, réinscrit Pâques dans le texte, dans une perspective spirituelle cette fois. Il n’est plus question ici de résurrection de la chair, comme aux strophes 1210 et ss.

136 La prière d’amour pour le salut de la vieille, mais aussi une prière pour la vieille d’amour, que fut l’entremetteuse.

137 Rappel des strophes 181-371, où dans sa diatribe contre l’amour, l’archiprêtre traite des péchés capitaux. La mort suscite une réflexion en miroir de l’Amour. Deux strophes sont ici consacrées à chaque péché mortel et aux armes qu’on peut employer contre lui.

138 C’est par ce don que débute le prologue du Livre de Bon Amour, « Intellectum tibi dabo… », promesse de Dieu que le livre reprend à son compte à la fin de ce même prologue. À tout lecteur de « broyer fine farine » !

139 Nous proposons ici « cuirasse » pour traduire le mot « graçia », suivant les suggestions de divers éditeurs. On attend en effet la mention d’une arme, comme à l’évocation de chaque péché, puisqu’il s’agit de montrer les armes du chrétien : une abréviation de guarnición a pu être prise pour gracia par le copiste de S, ainsi que le pense J. Corominas.

140 Le texte offre – accidentellement ? – cette répétition à la rime.

141 L’éloge de la brièveté (brevitas), gage de sagesse, s’exprime comme un goût personnel du compositeur. Le trait subtilement comique place sur le même plan la femme et le discours.

142 Ce paradis qu’est la femme petite renvoie à l’autre auquel le Christ appelle les « bénits ». Le vocabulaire religieux accentue cette référence à la strophe 1605.

143 On retrouve le mouvement circulaire du temps présent dans le Livre, ce printemps qui va de mai à mars, de mars à mai pour revenir à mars en cette fin de livre voir plus haut la note 75).

144 Quatorze adjectifs vont suivre en effet !

145 Le livre se déploie donc entre deux « Joies de Sainte Marie » et les quatre chants annoncés ici. On remarquera qu’un seul chant était annoncé à la strophe 19, mais que deux se sont succédés alors. Les deux « Joies de Sainte Marie » qui suivent la strophe 1634 dans le manuscrit S et en partie dans G leur font un pendant équilibré (s.1635-1649), mais ne faudrait-il pas plutôt penser que ce sont les quatre « Chansons de louange de Sainte Marie » recueillies plus loin dans le manuscrit de Salamanque (s. 1668-1689) qui seraient là plus à leur place ? Dans la liberté que prend le texte avec lui-même et celle qu’il donne aux lecteurs, nous avons choisi la symétrie !

146 D’envol en rebond, le livre, dans cette comparaison, concrétise sa circularité. Il tourne, subtil, aérien, de mai à mars, de mars à mai, de Ferrand García à dom Furet, de Sainte Marie à Sainte Marie…

147 L’ère d’Espagne (ère provinciale de l’empire romain) débute en 38 av. J.-C., sans qu'on ait pu déterminer à quel événement précis correspond cette date. Ce mode de datation est resté dans l'usage, tant officiel que courant, jusqu'au XIVe siècle en Espagne. Selon notre calendrier, cette date correspond donc à 1343. Le manuscrit de Tolède, qui s’achève sur cette strophe 1634, dit : « Era de mill e tresyentos e sesenta e ocho años », soit 1330, ouvrant la question d’une double rédaction du Livre, repris en l’espace de ces treize années. Le manuscrit Gayoso, muet depuis la strophe 1545, livre ensuite un fragment de « Joies de Sainte Marie » (s. 1648-1649) et après avoir donné deux chansons d’aveugles inexistantes dans les deux autres manuscrits, indique la date de la copie, 1389.

148 Cette distorsion de l’ordre généalogique, autour de la maternité de la Vierge Marie, était déjà présente sous une autre forme chez Berceo, Sacrificio de la misa, s. 58 ab, Obras completas,Tamesis Books Limited, Tome V, London, 1981. Déjà, ci-dessus, à la strophe 1635, la situation de Marie par rapport à la Trinité divine trouve une expression prodigieuse, mère, fille et épouse du Fils.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

France Autesserre, Monique De Lope-Rivière, Amal El Ganaoui et Michel Jonin, « Strophes 1-1649 », in Livre de Bon Amour, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 6), 2015, [En ligne], Mis en ligne le 29 novembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/304

Haut de page