Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre XXV. Des dédommagements qu’en Espagne on appelle enchas1

Texte intégral

  • 1 Hapax ? Corde ne cite que ce texte et un cas d’homonymie (verbe « enchar », probablement henchir ou (...)

1Dédommager les hommes pour les choses qui leur ont causé du tort, même si cela est grandement souhaitable en toute occasion, convient tout particulièrement en temps de guerre. C’est pourquoi, puisque dans les titres précédents nous avons traité des choses que les hommes doivent respecter et accomplir dans les guerres qui sont menées tant sur terre que sur mer, nous voulons évoquer ici les dédommagements qui doivent leur être accordés pour les préjudices subis au cours de celles-ci. Nous exposerons ce que veut dire « dédommagements », qu’en Espagne on appelle « enchas », combien de sortes il y en a, pour quelles raisons on doit les accorder, lesquels, à quel moment et de quelle façon.

Loi I. Ce que veut dire « dédommagements », et pour quelles raisons on doit les accorder et sous quelles formes

2On appelle en Espagne « encha » les dédommagements que les hommes doivent recevoir pour les préjudices subis dans les guerres. Ce nom est pris du mot latin erigere, qui signifie relever ce qui est tombé, ce qui a conduit ceux qui font la guerre à appeler « enchas » les dédommagements qu’ils accordent sur leurs gains à leurs hommes pour les préjudices que ceux-ci ont subis dans leurs corps ou dans leurs biens. De ces dédommagements viennent de nombreux bienfaits, car ils incitent les hommes, certains qu’ils ne tomberont pas dans la misère à la suite des préjudices qu’ils pourront subir au combat, à rechercher avec plus d’empressement les faits de guerre, à les entreprendre volontiers et à les accomplir avec plus d’ardeur. Ils chassent les peines et les tristesses, qui causent de graves préjudices au cœur des hommes qui font la guerre. Cependant, nous voulons d’abord parler des dédommagements relatifs au corps des hommes, car c’est ce qu’il y a de plus honorable. Ensuite, nous parlerons des autres, selon les distinctions établies par les anciens.

Loi II. Comment doivent être accordés les dédommagements des préjudices que les hommes subissent dans leur corps.

3L’homme est la chose la plus honorable que Dieu ait créée en ce monde, et de même que ses actions l’emportent sur toutes les autres, de même les anciens ont jugé bon de parler d’abord de ce qui s’y rapporte et, pour cette raison, ils ont établi que les dédommagements relatifs à son corps soient accordés avant tous les autres. Et ceux-ci peuvent être de quatre sortes, dont trois s’appliquent à un homme en vie, qu’il soit fait prisonnier, qu’il soit blessé et ne puisse guérir rapidement, ou qu’il reste invalide à vie. La quatrième concerne l’homme qui a été tué par ses ennemis. C’est pourquoi les anciens ont estimé juste que si l’un des participants à une chevauchée ou à une autre forme de guerre, de celles que nous avons évoquées plus haut, était fait prisonnier, on devait l’échanger contre l’un de ceux qui auraient été capturés, selon ce qu’il était, chevalier ou piéton, et que s’il n’y avait pas de prisonnier, il faudrait prendre sur le butin de la chevauchée la somme que pourrait verser pour le libérer celui qu’il aurait désigné comme garant. Et s’il est blessé, de telle sorte qu’il ne perde pas de membre et que la blessure est à la tête, telle qu’elle ne puisse être dissimulée par les cheveux, on doit lui donner douze maravédis, et pour une blessure à la tête dont on lui retire de l’os, dix maravédis. Et pour une autre blessure, dont on ne retire pas d’os, cinq maravédis. Et pour une blessure lui traversant le corps de part en part, dix maravédis Et pour une blessure du bras ou de la jambe traversant le membre, cinq maravédis. Et pour une blessure qui ne traverse pas le membre, la moitié de ce que nous avons dit pour une blessure qui le traverse. Pour une fracture de la jambe ou du bras qui ne le laisse pas invalide à vie, douze maravédis. Mais s’il arrive que quelqu’un soit blessé de telle sorte qu’il reste invalide, par exemple par la perte d’un œil, du nez, d’une main ou d’un pied, pour chacune de ces pertes, il doit recevoir cent maravédis, et pour une oreille quarante maravédis. Et s’il perd le bras à hauteur du coude, ou une jambe à hauteur du genou, ou plus haut encore, il doit recevoir cent vingt maravédis. Quiconque perd le pouce d’une main doit recevoir cinquante maravédis, et pour le deuxième doigt, celui qui est près du pouce, quarante maravédis, et pour le troisième trente maravédis, pour le quatrième vingt maravédis, et pour le cinquième, dix maravédis. Et pour les quatre doigts, s’il arrive qu’on les lui coupe d’un seul coup, quatre-vingts maravédis, s’il conserve le pouce. Et s’il perd certaines de ses dents de devant, des quatre du haut ou des quatre du bas, pour chacune d’elles il doit recevoir quarante maravédis. Et pour une autre blessure dont il reste invalide ou estropié, il doit recevoir cent maravédis.

Loi III. Pour quelles raisons on doit accorder des dédommagements pour ceux qui sont tués dans les chevauchées

4Nombreux sont les hommes qui reçoivent la mort lors des chevauchées, dans leur volonté de servir Dieu, de protéger le pays dont ils sont originaires et d’honorer leur roi, qui est leur seigneur naturel. C’est pourquoi les anciens ont jugé bon que si un homme mourait ainsi et qu’il fût chevalier, l’ensemble de l’escadron donnerait pour lui cent cinquante maravédis, et pour un piéton, la moitié de cette somme. Et ces maravédis, qu’on les donne pour le repos de son âme, à condition qu’il en ait disposé ainsi dans ses dernières volontés, oralement ou par testament ; sinon, qu’on en donne le tiers et que le reste aille à ses héritiers. Les anciens l’ont ainsi ordonné, jugeant que c’était là droite raison, car si ceux qui subissent un moindre préjudice dans leurs corps reçoivent des dédommagements, ceux-ci sont d’autant plus justifiés pour les hommes qui meurent pour les raisons susdites. Ceux qui reçoivent ainsi la mort, même si leur corps meurt, les anciens n’ont pas estimé bon que meure le bien qu’ils ont fait. De droit, ces hommes devraient être qualifiés de trépassés plutôt que de morts, car il est certain que celui qui meurt au service de Dieu et pour la foi passe de cette vie au paradis. De même, celui qui meurt pour la défense de son pays et pour son seigneur naturel, fait preuve de loyauté, se soustrait aux choses qui changent chaque jour et en passant de vie à trépas, acquiert renom et fermeté pour lui-même et pour son lignage à jamais.

Loi IV. Comment doivent être estimées les bêtes et les armes des troupes et de l’escadron avant de partir, pour que l’on sache comment doivent être accordés les dédommagements

5Les hommes perdent dans les guerres des bêtes, des armes et bien d’autres choses pour lesquelles ils doivent obtenir des dédommagements, particulièrement sur le butin pris à l’ennemi. Et parce que la cupidité fait demander aux hommes parfois plus que ce que vaut ce qu’ils perdent, pour cette raison, les anciens ont jugé bon qu’avant que la troupe ou l’escadron quitte le lieu qu’ils doivent quitter, que soient estimées toutes les choses, les bêtes et les armes dont ils disposent. Ils ont établi cela, non seulement pour que chacun puisse recevoir des dédommagements pour ce qu’il a perdu, mais aussi pour que les victimes de ces pertes ne lèsent pas les autres en leur demandant pour ces choses perdues plus qu’elles ne valent. Pour ce faire, ils ont jugé bon que l’on choisisse les hommes les plus experts et les plus loyaux que l’on puisse trouver dans la troupe. Et ceux qui sont chargés de l’estimation, qu’ils jurent d’abord sur Dieu qu’ils respecteront le droit de chacun, tant de ceux à qui appartiennent les choses qu’ils estiment que des autres, qui auront à leur accorder des dédommagements. Après avoir juré de cette façon, ils doivent voir et estimer les bêtes et les armes, et en faire dresser la liste, en précisant combien en possède chacun, et combien vaut en soi chacune d’entre elles. Et pour tout ce qui aura été pris à la troupe et à l’escadron, les dédommagements doivent être prélevés sur ce qu’ils auront gagné, selon l’estimation que les experts auront réalisée de ce qu’ils jugeront véritablement perdu par malchance et sans faute de ceux à qui cela appartenait.

Loi V. Comment doivent être accordés les dédommagements des préjudices subis par les hommes dans leurs biens, quand ceux-ci n’ont pas été estimés

6Dans le cas où l’armée réunie serait si nombreuse qu’on prendrait un grand retard dans l’estimation ou la description des biens, selon ce que prescrit la loi précédente, si l’escadron veut sortir en secret ou si rapidement que cette estimation soit impossible, les anciens jugèrent bon, afin que les opérations de guerre ne soient pas entravées, alors qu’elles sont arrivées à ce stade de préparation, que le chevaucheur qui perdrait son cheval ou un autre animal de selle, au cours de la chevauchée, de l’une ou l’autre de ces façons, soit qu’on le lui ait tué, qu’il se soit enfui sans qu’il puisse le rattraper, qu’il soit mort ou qu’on le lui ait volé, doit recevoir pour lui de l’escadron la somme qu’il lui a coûtée, dans le cas où la mort ou la perte a lieu l’année où il l’a acheté. Et au-delà de la première année, on doit lui donner la somme qu’il déclarera sous serment, en compagnie de deux cavaliers de l’escadron, que ces derniers soient nobles ou non. Et à celui qui perdra une mule ou un cheval de charge, ou une autre bête de somme, que l’animal soit mort naturellement ou qu’on l’ait tué, on doit donner pour lui une somme équivalente à celle qui a été déclarée sous serment, dans la limite de vingt maravédis ; et pour un âne, cinq maravédis. Et si un cavalier perd un cheval ou un animal de selle à la suite d’une blessure, que la bête ait la queue coupée ou qu’elle reçoive une autre lésion dont elle ne puisse guérir, l’escadron doit la prendre et la payer à celui à qui elle appartenait de la façon que nous avons indiquée plus haut. Si elle reçoit une blessure dont elle pourra guérir, que le chef ou l’adalid la fasse garder au plus trente jours. Si elle guérit dans ce laps de temps, qu’il la rende à son propriétaire ; sinon, que les membres de l’escadron la paient, et qu’ils en fassent ce qu’ils voudront. Toutefois, cela ne vaut que si on la montre au chef ou à l’adalid dans les trois jours suivant sa blessure. Et nous disons la même chose de toutes les autres bêtes, quelles qu’elles soient. De même, celui qui perdra des armes lors d’une chevauchée ou dans une razzia, au cours d’une bataille, d’une action ou d’un combat, qu’on les lui paie sur les gains obtenus à hauteur de ce qu’il réclamera sous serment, en compagnie de deux des cavaliers ayant participé à cette opération. S’il les a perdues d’une autre façon, par sa faute, il n’est pas juste qu’on lui propose quelque dédommagement que ce soit. De même, si les armes et le cheval de celui que les ennemis auront tué ou capturé ont été perdus à cette occasion ou que le cheval ait été tué ou capturé, les membres de l’escadron doivent les lui payer, à lui ou à ses héritiers. Et nous disons en outre que si le cheval de l’un de ces membres meurt à cette occasion ou s’il est tué, l’escadron doit lui donner quelque bête de selle qu’il puisse monter, parmi celles qui ont été gagnées, jusqu’à ce qu’on lui paie la sienne. Et si son cheval est malade ou blessé, on lui allouera une somme lui permettant de se procurer une autre monture si l’on n’en a pas gagné une qu’on puisse lui donner.

Haut de page

Notes

1 Hapax ? Corde ne cite que ce texte et un cas d’homonymie (verbe « enchar », probablement henchir ou hinchar), les dictionnaires ne connaissent pas ce mot (« la hincha », c’est la haine ou l’inimitié).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre XXV. Des dédommagements qu’en Espagne on appelle enchas  », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/655

Haut de page