Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre I. Qui traite des empereurs, des rois et des autres grands seigneurs

Texte intégral

1Empereurs et rois sont, en honneur et en pouvoir, les hommes et les personnes les plus nobles qui soient pour maintenir et garder la justice dans leurs terres, comme nous l’avons dit au début de cette partie. Et puisqu’ils sont comme au premier rang et à la tête de tous les autres, c’est d’eux que nous traiterons d’abord. Aussi montrerons-nous ce qu’ils sont, pourquoi ils sont appelés ainsi, pourquoi il convint qu’ils fussent, le lieu qu’ils occupent, le pouvoir qui est le leur, et comment ils doivent en user. Nous traiterons ensuite des autres grands seigneurs.

Loi I. Ce qu’est l’empire, pourquoi il est ainsi appelé, pourquoi il convint qu’il fût et quel lieu il occupe

2L’empire est grande dignité, la plus noble et la plus honorable de toutes celles que les hommes peuvent avoir en ce monde au temporel. En effet, le seigneur à qui Dieu accorde un tel honneur est roi et empereur et c’est à lui qu’appartient de droit l’attribution qu’il reçut anciennement des gens de gouverner l’empire et d’y maintenir la justice. Et il est appelé empereur, ce qui signifie commandeur, parce qu’à son commandement doivent obéir tous les hommes de l’empire, tandis que lui n’est tenu d’obéir à personne, sinon au pape dans les choses spirituelles. Et il convint qu’un homme fût empereur et qu’il eût ce pouvoir sur les terres pour plusieurs raisons. La première est qu’il lui faut éviter tout désaccord entre ses gens, les rassembler et les unir, ce qui ne pourrait se faire si les empereurs étaient plusieurs, car, selon nature, seigneurie n’admet point de compagnie, et n’en a nul besoin, même s’il convient à tous égards qu’elle dispose d’hommes bons et savants qui la conseillent et qui l’aident. La seconde raison est qu’il lui faut faire des fors et des lois pour que les gens de sa seigneurie soient jugés droitement. La troisième est qu’il lui faut briser les superbes, les fauteurs de tort et les malfaiteurs qui, enhardis par leur méchanceté ou par leur pouvoir, font du mal ou causent du tort aux plus faibles. La quatrième raison est qu’il lui faut défendre la foi de notre Seigneur Jésus-Christ et briser ses ennemis. Les sages ont dit en outre que l’empereur est vicaire de Dieu dans l’empire pour faire justice au temporel comme le pape l’est au spirituel.

Loi II. Quel pouvoir a l’empereur et comment il doit user de l’empire

3Le pouvoir de l’empereur est double : il est à la fois de droit et de fait. Son pouvoir de droit est celui de faire la loi, d’établir un for nouveau ou de changer l’ancien s’il pense que c’est pour le bien commun de ses gens. Et de même, s’il advient qu’il soit obscur, il est en son pouvoir de l’éclaircir. Il peut aussi mettre fin à la coutume en usage lorsqu’il juge qu’elle est mauvaise et en établir une nouvelle qui soit bonne. Et il a encore le pouvoir de faire justice et de punir sur toutes les terres de l’empire si les hommes l’ont mérité. Et nul autre ne peut le faire sinon ceux à qui il en a donné l’ordre ou ceux à qui les empereurs ont accordé ce privilège. Il a en outre le pouvoir d’établir des péages et de fonder des foires en des lieux nouveaux, là où il juge bon de le faire, et nul autre n’a ce pouvoir. C’est sur son ordre et avec son consentement que l’on doit battre monnaie dans l’empire. Et bien qu’il ait sous ses ordres de nombreux grands seigneurs, aucun ne peut le faire sur sa terre, sinon celui à qui il en a concédé le droit. Lui seul encore a le pouvoir de délimiter le territoire des provinces et des villes. C’est sur son ordre que l’on fait guerre, trêve ou paix. Et lorsque survient un différend concernant les privilèges qu’il a donnés ou qu’ont donnés les empereurs qui l’ont précédé, c’est lui qui doit juger en l’affaire et nul autre. Il a en outre le pouvoir de mettre en place des prévôts et des juges sur ses terres pour juger en ses lieu et place selon le for et selon le droit. Et il peut prélever vivre, tribut et cens de la façon que les empereurs avaient anciennement coutume de le faire. Et bien que les hommes de l’empire aient pleine seigneurie sur les choses qui leur appartiennent par héritage, en dépit de cela, si l’un d’eux en usait contre le droit ou contrairement à ce qui doit être, l’empereur a le pouvoir de corriger et de punir comme il l’entend. Nous disons aussi que, quand bien même l’empereur voudrait prendre pour lui-même ou pour le donner à un autre, un bien héréditaire ou autre chose à quelqu’un, il a beau être le seigneur de tous les hommes de l’empire en tant qu’il les protège des forces ennemies et les maintient en justice, il ne peut, quoi qu’il en soit, prendre le bien d’un homme sans son consentement à moins que celui-ci n’ait commis un acte pour lequel il devrait perdre ce bien selon la loi. Et si d’aventure l’empereur devait prendre à cet homme son bien afin d’en user pour le bien commun de ses terres, il est tenu en droit de lui donner au préalable en échange un bien dont la valeur soit égale ou supérieure, de sorte que, sur la foi de bons hommes, l’autre en soit satisfait. En effet, bien que les Romains qui, aux temps anciens, conquirent par leur puissance la seigneurie du monde, aient établi un empereur et lui aient accordé tout le pouvoir et la seigneurie qu’ils avaient sur les gens afin qu’il assure et défende droitement le bien commun de tous, leur idée, toutefois, ne fut pas de le rendre seigneur des biens de chacun de façon qu’il pût les prendre à sa guise mais seulement en vertu de quelques-unes des raisons énoncées ci-dessus. Et le seigneur a ce pouvoir après avoir été élu par tous ceux qui peuvent l’élire ou par la majorité d’entre eux, étant fait roi à l’endroit où l’on eut anciennement coutume d’établir ceux qui étaient élus empereurs.

Loi III. Quel est le pouvoir de fait de l’empereur

4L’empereur doit disposer d’un pouvoir de fait suffisamment complet et ordonné pour que sa puissance dépasse celle des autres hommes de sa seigneurie et qu’il puisse soumettre et contraindre ceux qui ne voudraient pas lui obéir. Et pour avoir un tel pouvoir, il lui faut se rendre maître de la chevalerie, la diviser et la confier à des chefs qui l’aiment et qui la tiennent pour lui et par sa main de sorte que les chevaliers le reconnaissent pour leur seigneur et tiennent ceux qui les commandent pour leurs guides.L’empereur doit également tenir en son pouvoir les châteaux, les forteresses et les ports de l’empire, notamment ceux qui sont sur les frontières des barbares ou des royaumes sur lesquels il n’a pas seigneurie afin que les entrées et les sorties de l’empire soient toujours entre ses mains et en son pouvoir. Il doit aussi disposer d’hommes savants, entendus, loyaux et véritables pour l’aider et le servir de fait dans ce qui est utile à sa délibération, ainsi qu’à la justice et au droit qu’il doit faire à ses gens. En effet, seul, l’empereur ne pourrait examiner toutes choses et décider, c’est pourquoi il a forcément besoin de l’aide de personnes de confiance pour agir en sa place, en usant du pouvoir qu’elles reçoivent de lui dans les choses qu’il ne pourrait accomplir lui-même. Les sages ont dit aussi que l’empereur jouit d’un pouvoir de fait d’autant plus grand et complet sur sa seigneurie qu’il aime ses gens et qu’il est aimé d’eux. Et ils ont montré que cet amour peut être gagné et engrangé lorsque l’empereur fait droite justice à ceux pour qui cela est nécessaire et qu’il fait grâce quelquefois si pour quelque bonne raison il le peut, lorsqu’il honore ses gens en paroles et en actes, lorsqu’il se montre capable et désireux d’entreprendre et de réaliser de grands faits et de grandes choses pour le bien de l’empire. Ils ont dit en outre que, même si l’empereur aimait ses gens et qu’il était aimé d’eux, cet amour pourrait être perdu pour trois raisons : la première, parce qu’il serait manifestement injuste ; la deuxième, parce qu’il mépriserait et avilirait les hommes de sa seigneurie ; la troisième, parce qu’il serait si cruel envers eux qu’ils auraient grand peur de lui.

Loi IV. Comment l’empereur doit user de son pouvoir

5Il est, selon les sages anciens, deux saisons où les empereurs doivent user de ce qui est nécessaire pour mettre en ordre ce qu’ils ont à faire au cours de chacune d’elles. L’une est le temps de la paix, l’autre celui de la guerre. En temps de paix, il convient de préparer et de prévoir toutes les choses qui sont utiles en temps de guerre afin que, le moment venu, les empereurs puissent mieux s’en servir. Ils doivent aussi, en ce même temps de paix, veiller à mettre en ordre leur peuple et leur pays en se servant des lois, des fors et des droits et en usant de ceux-ci contre les superbes ou les fauteurs de torts, donnant à chacun ce qui lui revient de droit. Ils doivent également administrer et mettre en ordre leurs rentes et tous leurs biens afin que ceux-ci soient bien tenus et qu’ils puissent s’en servir. En effet, pour grande que soit la richesse de l’empereur, si elle n’était pas bien administrée, celui-ci ne pourrait guère en tirer avantage. L’empereur doit aussi tout mettre en œuvre pour constituer un trésor auquel il pourra recourir lorsqu’il entreprendra quelque grand fait qui se présentera à lui afin de pouvoir plus aisément s’y engager et en venir à bout. Les sages anciens tenaient aussi que l’empereur, en temps de guerre, doit user d’armes et de toutes les choses grâce auxquelles il pourra se défendre de ses ennemis sur mer et sur terre. Ils montrèrent en outre qu’en ce qui concerne la guerre, l’empereur doit prendre le conseil des nobles, des chevaliers et de tous ceux qui sont savants en la matière et qui doivent prendre ces choses en main en cas de besoin. Et il doit user de son pouvoir selon leur conseil de la même façon qu’il se guide sur le conseil des hommes savants en droit pour régler les différends qui naissent entre les hommes.

Loi V. Ce qu’est le roi

6Les rois sont vicaires de Dieu chacun en son royaume, placés au-dessus des peuples pour y maintenir la justice et la vérité au temporel, de même que l’empereur en son empire. Et ceci peut être montré de deux manières. La première, spirituelle, est celle des prophètes et des saints à qui notre Seigneur fit la grâce de savoir les choses avec certitude et de les faire entendre. La seconde, naturelle, est celle des sages qui eurent connaissance des choses naturellement. Les saints ont dit que Dieu plaça le roi sur sa terre en ses lieu et place pour faire justice et donner à chacun son droit. Et c’est pourquoi ils l’appelèrent coeur et âme du peuple, car de même que l’âme gît dans le coeur de l’homme, et que par elle le corps vit et subsiste, de même dans le roi gît la justice qui est vie et subsistance du peuple de sa seigneurie. Et de la même façon que le coeur est un et que tous les autres membres reçoivent de lui leur unité pour former un corps, parce que le roi est et doit être un, tous les hommes du royaume, aussi nombreux soient-ils, doivent former une unité avec lui afin de le servir et de l’aider dans les choses qu’il doit faire. Et les sages ont dit naturellement que le roi est la tête du royaume, car de même que de la tête naissent les sens par quoi tous les membres du corps sont commandés, de même tous les hommes du royaume doivent être commandés et guidés par le commandement qui émane du roi, qui est leur seigneur et leur tête et être en accord avec lui pour lui obéir ainsi que pour protéger, garder et accroître le royaume. Et donc, il est l’âme et la tête et eux sont les membres.

Loi VI. Ce que roi veut dire et pourquoi il est ainsi appelé

7Roi veut dire régisseur car c’est à lui que revient sans conteste le gouvernement du royaume. Comme l’ont dit les sages anciens, notamment Aristote dans le livre intitulé La Politique, au temps des gentils, le roi n’était pas seulement conducteur et chef des armées ainsi que juge de tous les hommes du royaume, mais il était en outre seigneur dans les choses spirituelles que l’on faisait alors pour révérer et honorer les dieux auxquels on croyait. Et on les appelait rois parce qu’ils régissaient aussi bien au temporel qu’au spirituel. Et le roi tient manifestement son nom de notre seigneur Dieu. En effet, de même que Dieu est dit Roi de tous les rois, ce pourquoi ils ont ce nom, et qu’Il les gouverne et les maintient en ses lieu et place sur leurs terres pour faire justice et droit, de même les rois sont tenus de maintenir et de garder la justice et la vérité parmi les hommes de leur seigneurie. Et les sages ont donné une autre explication encore à ce que le roi soit ainsi nommé en disant que roi veut dire règle, car de même que celle-ci révèle ce qui est tors et permet de le corriger, de même les délits sont révélés et corrigés par le roi.

Loi VII. Pourquoi il convint que le roi fût et quel lieu il occupe

8Les sages anciens ont montré les raisons vraies et pertinentes pour lesquelles il convint que le roi fût outre celles que nous avons exposées plus haut dans le cas de l’empereur. Et sachez que si nous avons traité de l’empereur avant de traiter du roi à cause de la dignité de l’empire, dans les temps anciens les rois précédèrent les empereurs. Et une des raisons qu’ils ont montrées pour lesquelles il convint que le roi fût est que tous les êtres vivants possèdent naturellement tout ce dont ils n’a pas besoin qu’on le leur apporte d’ailleurs. En effet, quant à se vêtir, ils sont vêtus d’eux-mêmes : les uns de plumes, les autres de poils, d’autres encore de peau, d’écailles ou de coquille, chacun selon sa nature, de sorte qu’ils n’ont pas besoin qu’on leur tisse des vêtements. De même, pour se défendre, les uns sont pourvus d’un bec, les autres de dents, d’autres encore de griffes, d’autres de cornes, d’aiguillons ou d’épines, de sorte qu’ils n’ont nul besoin de chercher d’autres armes pour se défendre. De même encore, chacun trouve à se nourrir et à boire selon ses besoins, de sorte qu’il n’a pas à chercher quelqu’un pour préparer ses repas ni rien pour les assaisonner, et qu’il n’a pas à acheter sa nourriture ni à travailler pour la produire. Mais l’homme n’a rien de tout cela pour lui à moins d’être aidé par beaucoup d’autres qui cherchent pour lui et lui amènent les choses dont il a besoin. Or, cette aide ne peut être apportée sans justice, laquelle ne pourrait être faite sinon par des supérieurs à qui les autres seraient tenus d’obéir. Or, comme ils sont nombreux, il serait impossible qu’ils ne fussent quelquefois en désaccord : les volontés des hommes sont diverses et les uns veulent valoir plus que les autres. Et c’est pourquoi, par juste nécessité, il fallut que l’un d’eux fût à leur tête, afin de les accorder et de les guider par son intelligence de même que la tête guide et commande tous les membres du corps. Et c’est la raison pour laquelle il convint que les rois fussent et que les hommes les prissent pour seigneurs. Et il est aussi, selon les prophètes et les saints, une raison spirituelle à l’existence des rois : la justice que notre seigneur Dieu devait rendre dans le monde pour que les hommes s’aimassent et vécussent en paix, quelqu’un devait la faire pour lui au temporel en faisant droit à chacun selon ce qu’il mérite. Et le roi fait justice et droit en lieu et place de Dieu dans le royaume dont il est le seigneur à la manière dont nous avons dit plus haut que le fait l’empereur dans l’empire et à plus forte raison, puisque que le roi a reçu sa seigneurie par héritage alors que l’empereur l’a reçue par élection.

Loi VIII. Quel est le pouvoir du roi et comment il doit user de celui-ci

9Il est bien connu que tous les pouvoirs dont nous avons dit plus haut que les empereurs les ont et doivent les avoir sur les gens de leur empire, les rois les ont de même et plus grands encore sur les gens de leurs royaumes. En effet, non seulement les rois sont seigneurs de leurs terres de leur vivant, mais à leur mort ils peuvent en outre les laisser à leurs héritiers puisqu’ils ont reçu leur seigneurie en héritage, ce que les empereurs, qui l’ont obtenue par élection, ne peuvent pas faire, comme nous l’avons dit plus haut. De plus, le roi peut donner en héritage une ville ou un château de son royaume à qui il souhaite, ce que l’empereur ne peut faire parce qu’il est tenu d’accroître son empire et de ne jamais l’amoindrir même s’il peut tout à fait les donner à quelqu’un en fief contre un service qu’il lui aurait fait ou promettrait de lui faire. Nous disons aussi que le roi peut obtenir le service et l’aide des gens de son royaume chaque fois que nécessaire et de diverses manières, ce que ne pourrait pas faire l’empereur. En effet, celui-ci, quelle que soit la difficulté dans laquelle il se trouve, ne peut contraindre les hommes de l’empire à lui donner plus qu’ils avaient anciennement coutume de donner aux autres empereurs, à moins que ces hommes ne le fassent de leur plein gré. Mais le roi peut exiger du royaume et prendre ce qui était d’usage au temps de ses prédécesseurs et davantage chaque fois qu’il en aurait si grand besoin pour le bien commun du pays qu’il ne pourrait se passer de le faire, de la même façon que les autres hommes ont recours en cas de difficulté à leurs biens héréditaires. Nous disons aussi que le roi doit user de son pouvoir aux temps et en la manière dont nous avons dit plus haut que l’empereur peut et doit le faire.

Loi IX. Que le roi doit aimer Dieu en raison de la grande bonté qui est en Lui

10Est proprement appelé roi celui qui obtient de droit la seigneurie du royaume. Et il est quatre façons de l’obtenir de droit : la première, lorsqu’à la mort du roi les royaumes reviennent par héritage à son fils aîné ou à un autre de ses plus proches parents ; la deuxième, lorsqu’un homme obtient le royaume avec l’accord de tous, lesquels l’ont choisi pour seigneur parce qu’aucun parent du roi défunt ne pouvait de droit hériter de sa seigneurie ; la troisième, par mariage, lorsqu’un homme épouse une femme héritière du royaume et peut alors, même s’il n’est pas de lignage royal, être appelé roi après son mariage ; la quatrième, par concession du pape ou de l’empereur, lorsque l’un d’eux donne des rois aux terres où il est en droit de le faire. Donc, si les rois obtiennent les royaumes de l’une des façons mentionnées ci-dessus, ils sont proprement dits rois. De plus, ils doivent toujours veiller davantage au bien commun de leur peuple qu’à leur propre intérêt car les biens et la richesse du peuple sont comme leurs. En outre, ils doivent aimer et honorer les grands, les moyens et les petits, chacun selon son état, se plaire en la compagnie des sages, fréquenter les hommes entendus, faire régner l’amour et la concorde parmi leurs sujets et se montrer bons justiciers, en donnant à chacun son droit. Ils doivent se fier davantage à leurs hommes qu’aux étrangers, puisqu’ils sont leurs seigneurs naturellement et non par contrainte.

Loi X. Ce que tyran veut dire, et comment le tyran use de son pouvoir dans le royaume une fois qu’il s’en est rendu maître

11Tyran signifie seigneur qui s’est rendu maître d’un royaume ou d’un pays par la force, par tromperie ou par trahison. Et lesdits tyrans sont de telle nature qu’après s’être rendus maîtres d’un pays, ils préfèrent chercher leur propre intérêt qu’œuvrer au bien commun de tous, quand bien même cela causerait du tort au royaume, parce qu’ils vivent toujours dans la crainte de le perdre. Les sages anciens ont dit que le tyran a toujours usé de son pouvoir contre le peuple dans le but de parvenir à ses fins plus aisément et ce par trois sortes de ruses : la première, en s’efforçant toujours de faire des hommes de sa seigneurie des sots et des couards, de sorte que ces derniers n’osent pas se soulever contre lui, ni s’opposer à sa volonté ; la deuxième, en faisant que règne dans le peuple une telle discorde que les hommes ne se fient pas les uns aux autres, car tant que dureront ces dissensions entre eux ils n’oseront point conspirer contre lui, craignant de ne pouvoir garder ni loyauté ni secret ; la troisième, en s’efforçant de les appauvrir et de les engager dans des entreprises si grandes qu’elles sont irréalisables, de sorte qu’ils soient tellement occupés de leurs maux qu’il ne leur vienne jamais à l’esprit d’entreprendre quoi que ce soit contre sa seigneurie. Surtout, les tyrans se sont toujours employés à détruire les puissants et à tuer les savants. Ils ont toujours interdit sur leurs terres les confréries et les rassemblements des hommes. Ils s’efforcent par tous les moyens de savoir ce qui se dit ou se fait dans le pays. Pour leur conseil et leur garde, ils se fient davantage aux étrangers qui les serviront de leur propre gré qu’aux hommes du royaume qui seraient contraints de le faire. En outre, nous disons que même si quelqu’un avait obtenu la seigneurie du royaume pour une des raisons qui ont été exposées dans la loi qui précède, s’il faisait mauvais usage de son pouvoir selon une des façons qui viennent d’être exposées dans cette loi, les gens peuvent dans ce cas lui donner le nom de tyran, et la seigneurie qui était de droit peut devenir tyrannique, comme l’a dit Aristote dans le livre qui traite du gouvernement des cités et des royaumes.

Loi XI. Quels sont les autres grands et honorables seigneurs qui ne sont ni empereurs ni rois.

12Les autres seigneurs qui reçoivent l’honneur d’une seigneurie par héritage, et que nous avons évoqués plus haut, sont les princes, les ducs, les marquis, les juges et les vicomtes. C’est ce nom de prince que l’empereur de Rome reçut anciennement, car c’est par lui que commença la seigneurie de l’empire, et c’est un nom général qui est donné aux rois. Mais dans certains pays, ce nom est appliqué à une seigneurie particulière comme en Allemagne, en Morée, à Antioche et dans la Pouille et c’est à ces seules seigneuries que l’on a coutume d’appliquer ce nom. Duc signifie chef conducteur d’une armée et cet office était reçu anciennement de la main de l’empereur. À cause de cet office qui était très honorable, les empereurs donnèrent en héritage à ceux qui l’exerçaient de grandes terres qui sont aujourd’hui appelées duchés ; et ils sont pour cela vassaux de l’empire. Comte veut dire compagnon qui accompagne quotidiennement l’empereur ou le roi en lui rendant un service particulier. Certains comtes étaient appelés palatins, ce qui signifie comte du palais, car c’était en ce lieu qu’ils l’accompagnaient et le servaient continuellement ; les héritages donnés à ces officiers sont appelés comtés. Marquis veut dire seigneur de quelque grande terre située sur la marche d’un royaume. Juge veut dire magistrat rendant la justice, et ce nom ne fut attribué à aucun autre seigneur qu’aux quatre qui rendent la justice et ont seigneurie en Sardaigne. Vicomte veut dire officier qui tient lieu de comte.

Loi XII. Quel est le pouvoir des seigneurs susdits qui ont seigneurie sur les terres par héritage

13C’est par héritage que les princes, les ducs et les autres grands seigneurs dont nous avons parlé dans la loi précédente ont seigneurie. Et il convint qu’ils fussent pour la raison suivante : l’empereur ou le roi, bien qu’ils soient de très grands seigneurs, ne pouvant chacun d’eux en faire plus qu’un seul homme, il fut nécessaire qu’il y eût à leur cour des hommes honorables pour les servir, gouverner les gens et agir en leur lieu et place dans les affaires qu’ils auraient à traiter sur leur ordre.Et chacun d’eux a pouvoir sur sa terre de faire justice et d’exercer les prérogatives liées à la seigneurie aux termes des privilèges qu’ils ont reçus des empereurs ou des rois qui, à l’origine, leur ont confié la seigneurie de ces terres ou selon l’ancienne coutume qui fut longtemps d’usage ; mais ils ne peuvent ni légiférer ni faire de loi ou de for nouveau sans le consentement du peuple. Et dans toutes les autres choses, ils doivent faire usage de leur pouvoir avec droiture dans les terres dont ils sont les seigneurs et de la façon dont nous avons dit plus haut que doivent le faire les empereurs et les rois.

Loi XIII. Quels sont les hommes appelés catapans, vavasseurs, podestats et vicaires, et quel pouvoir ils ont

14Catapans et vavasseurs sont en Italie les gentilshommes qu’on appelle en Espagne infançons. Et bien qu’ils viennent anciennement de bon lignage et qu’ils aient de grands héritages, ils ne sont pas comparables aux grands seigneurs dont nous avons parlé plus haut. De ce fait, ils ne peuvent ni ne doivent user de pouvoir ou de seigneurie sur leurs terres qu’autant que cela leur a été concédé par les privilèges des empereurs ou des rois. Podestats sont appelés en Italie ceux qui sont choisis comme gouverneurs des villes et des grands châteaux ; ils ont pouvoir de juger selon la loi ou le for dans les lieux où ils ont été choisis et dans les affaires et durant le temps que leur ont fixés les hommes de ce lieu, et pas davantage. Sont appelés vicaires les officiers dont les empereurs, les rois ou les grands seigneurs font leurs lieutenants dans les provinces, les comtés et les grandes villes, lorsqu’ils ne peuvent s’y trouver en personne. Et ces officiers peuvent user du pouvoir qu’a le seigneur qui les laisse en son lieu et place, hormis de celui dont il leur aura expressément interdit d’user.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre I. Qui traite des empereurs, des rois et des autres grands seigneurs », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/66

Haut de page