Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre XXIV. De la guerre que l’on fait sur mer

Texte intégral

1La mer est un des lieux où les hommes peuvent guerroyer contre leurs ennemis. Et donc, puisque dans les titres antérieurs nous avons traité de la guerre que les hommes font sur terre, nous allons parler ici de celle qu’ils font sur la mer. Et nous montrerons: en quoi consiste cette guerre, en combien de façons elle doit être menée et de quoi doivent être pourvus ceux qui vont guerroyer sur mer; quels sont les hommes dont on a besoin pour ce faire et comment ils doivent être commandés; combien de bateaux sont nécessaires pour mener cette guerre, de quoi ils doivent être munis et quelle peine méritent ceux qui fauteraient d’une façon ou d’une autre.

Loi I. En quoi consiste la guerre sur mer, combien il en est de façons et de quoi doivent être pourvus ceux qui vont la mener

2La guerre sur mer est comme chose très exposée et les périls y sont plus grands que ceux de la guerre sur terre à cause des grandes infortunes qui peuvent survenir. Et cette guerre se fait de deux façons : la première en constituant une flotte de galères et de navires chargés de combattants, semblablement à l’armée qui fait route sur terre ; la seconde, en réunissant une escadre faite de quelques galères ou de galiotes rapides et de navires armés qui progressent en se suivant. Et ceux qui voudront s’engager dans cette entreprise, devront avoir en eux quatre choses. Premièrement, les hommes qui feront cette guerre devront être savants dans la connaissance de la mer et des vents. Deuxièmement, ils devront disposer d’autant de bateaux, faits de telle sorte et pourvus d’autant d’hommes, d’armes et d’autres choses utiles qu’il convient à la mission qu’ils veulent accomplir. Troisièmement, ils auront le souci de ne pas être lents dans leurs faits. En effet, de même que la mer va sans retard et est prompte à agir, de même ceux qui voguent sur elle doivent se hâter et faire diligence, de façon à ne pas perdre le temps dont ils disposent mais au contraire à le mettre à profit. Quatrièmement, ils devront bénéficier d’un bon commandement. En effet, si ceux qui guerroient sur la terre doivent être bien commandés, eux qui peuvent aller à pied ou sur leurs montures où bon leur semble, à plus forte raison doivent l’être ceux qui guerroient sur la mer, lesquels n’ont pas le pouvoir d’aller ou de rester comme l’ont ceux qui marchent ou chevauchent. Sur leurs bateaux, qui sont en bois et ont le vent pour frein, ils ne peuvent pas se défendre comme ils le souhaiteraient, ni se jeter à terre de la monture qui les porte, ni s’écarter ni fuir pour se protéger, fussent-ils en danger de mort. Pour toutes ces raisons, c’est grâce à leur commandement que chacun sait ce qu’il doit faire lorsqu’il se trouve devant le fait à accomplir sans qu’il soit besoin de le lui dire à maintes reprises. C’est pourquoi, les Anciens qui ont traité de la guerre sur mer aussi bien que sur terre ne fixèrent d’autre peine à ceux qui désobéiraient lors d’un fait que celle de perdre leur tête. Et ils firent ainsi parce qu’ils comprirent que le dommage qui pourrait survenir de la désobéissance en mer serait plus grand et plus grave que celui qui adviendrait sur terre. C’est pourquoi ils placèrent les chefs au-dessus de toute chose, comme on le montre dans ce titre.

Loi II. De quels hommes a-t-on besoin pour armer les navires quand ils vont guerroyer

3Les hommes dont on a besoin sur les navires quand ils vont guerroyer sur la mer sont de plusieurs sortes: l’amiral, qui est le chef suprême de l’escadre ; les capitaines, qui commandent les galères ; les pilotes, qui connaissant les vents et les ports et guident les navires ; les marins, qui doivent servir et obéir ; les hommes d’armes, dont la fonction est de se battre ; et d’autres encore, nombreux, comme on le montre dans les lois de ce titre.

Loi III. Quel homme doit être l’amiral et comment il doit être fait

4On appelle amiral le chef de tous les hommes qui sont sur les navires et s’en vont guerroyer sur mer. Et son pouvoir est aussi grand, lorsqu’il se trouve à la tête d’une flotte correspondant à une grande armée ou d’un dispositif de moindre importance, de l’ordre d’une simple chevauchée, que celui du roi en personne. Et en plus de tout le reste, il doit juger toutes les choses dont nous avons parlé dans la loi qui traite de son office. Aussi, à cause du grand pouvoir qui est le sien, celui que l’on voudra faire amiral devra être très bien choisi au préalable et l’on veillera à ce qu’il soit doté des qualités suivantes. D’abord, qu’il soit de bon lignage, afin d’être capable d’éprouver de la honte. Ensuite, qu’il soit bon connaisseur des choses de la mer et de la terre afin de savoir ce qu’il convient de faire sur l’une et sur l’autre. Il conviendra de même qu’il soit plein de force, aussi bien pour détruire ses ennemis que pour soumettre à son pouvoir les gens qui le suivront, qui sont hommes sur lesquels doit toujours s’exercer la justice et un commandement puissant. Il devra aussi être très généreux afin de bien partager ce qu’il possède avec ceux qui devront l’aider et le servir. Et s’il est vrai que tous les hommes ont naturellement goût et plaisir au bien qu’on leur fait et qu’ils se réjouissent de recevoir une bonne part de ce que l’on gagne, la chose est encore plus vraie pour les gens de mer, d’une part, à cause des tribulations particulières qu’ils souffrent, et, d’autre part, parce qu’ils se trouvent en un lieu où ils ne peuvent rien obtenir qui ne vienne de la main de leur seigneur. Enfin, il convient surtout que cet homme soit loyal, de sorte qu’il sache aimer et défendre son seigneur et son entourage et ne rien faire qui soit à son détriment. Quant à celui qui sera ainsi choisi pour être amiral, lorsque le moment sera venu de le faire, il devra faire sa veillée à l’église, comme s’il devait être fait chevalier. Le lendemain, il devra se présenter devant le roi vêtu de riches étoffes de soie. Celui-ci lui mettra, à la main droite, une bague en signe de l’honneur qu’il lui fait et il y placera une épée en signe du pouvoir qu’il lui confère. Et, dans sa main gauche, il placera un étendard portant les armes du roi en signe du commandement dont il l’investit. Toujours devant le roi, cet homme devra lui promettre qu’il n’hésitera pas à mourir pour défendre la foi, pour accroître l’honneur et le droit de son seigneur et pour le bien commun de sa terre, et qu’autant qu’il sera en son pouvoir, il accomplira avec scrupule et loyauté tout ce qu’il sera appelé à faire. Et après que tout ceci aura été fait, il aura pouvoir d’amiral dans toutes les choses susdites.

Loi IV. Quels doivent être les capitaines, comment ils doivent être faits et quel est leur pouvoir

5On appelle capitaines d’autres hommes qui sont chefs en mer sous les ordres de l’amiral et qui ont pouvoir de commander les hommes de leur navire. Ils peuvent également juger les différends qui naîtraient entre eux. Néanmoins, si ces hommes n’étaient pas satisfaits de son jugement, ils pourraient en appeler à l’amiral, mais non au roi, sauf si celui-ci était lui-même présent dans la flotte ou si la manoeuvre était de revenir ce jour-là à l’endroit où il se trouverait. Toutefois, les capitaines ne peuvent être établis que par le roi lui-même ou sur son ordre ; c’est pourquoi l’amiral ne peut leur infliger de peine dans leur corps ni dans leurs biens immeubles sinon sur ordre du roi, bien qu’il puisse les arrêter et prélever sur leurs biens meubles l’amende qu’ils doivent payer selon leur for ou la convention propre à cette flotte ou à cette escadre. Et comme ils sont juges des plaids et chefs des compagnies qu’ils ont sur leurs navires, ils doivent être faits et choisis de manière à être dotés des mêmes qualités que celles de l’amiral. En effet, bien que l’amiral commande à tous les capitaines, ceux-ci ont autant de pouvoir sur leur navire que l’amiral sur la flotte ou l’escadre. Et la manière dont doivent être faits les capitaines est la suivante. Lorsqu’un homme pense qu’il est digne d’être capitaine, il doit d’abord venir devant le roi si celui-ci était présent ou sinon devant l’amiral et lui dire pourquoi il veut l’être. Alors, le roi ou l’amiral à sa demande doit faire appeler douze hommes experts en choses de la mer et qui connaissent cet homme et leur faire prêter serment de dire en vérité s’il est doté des qualités dont nous avons dit qu’elles lui étaient nécessaires. Sur ce témoignage, on devra le vêtir de rouge, placer dans sa main un étendard aux armes du roi, le faire monter à bord de la galère en faisant sonner trompes et cors, le placer à l’endroit qui lui revient et l’autoriser dès lors à être capitaine. Au terme de ce processus, il aura pouvoir de commander et de juger de la façon que nous avons dite. Et si par la suite, errant dans son commandement, il désobéit à son supérieur, soulevant contre lui les autres capitaines ou d’autres hommes de l’escadre, il doit mourir pour cela. Si, en revanche, il erre dans ses jugements, qu’on lui inflige la peine fixée par le for. Et si, à cause de lui, quelque équipement de la galère est endommagé ou perdu, qu’il le paye au double. Le capitaine est tenu de rendre compte de tous ceux qui, sur son navire, ont commis quelque faute ; cependant, si ces hommes désobéissent sous les yeux de l’amiral ou qu’il leur est prouvé qu’ils l’ont fait, ils devront mourir pour cela.

Loi V. Quels doivent être les pilotes, comment ils doivent être faits et quel est leur pouvoir.

6On appelle pilotes les hommes dont l’intelligence de la mer permet de guider les navires. Ils sont comme les guides sur terre et c’est pourquoi, lorsqu’on veut les établir dans cet office, on doit les choisir tels qu’ils soient dotés des quatre qualités suivantes. Premièrement, ils devront être savants dans la connaissance des choses de la mer : où sont les eaux calmes, où les courants, quels sont les vents, comment le temps change et autres arts de la marine. Ils doivent également connaître les îles, les ports, les eaux douces qui s’y trouvent, les entrées et les sorties afin de piloter en toute sécurité leur navire, conduire leurs hommes où ils le souhaitent et se garder des dommages qu’ils pourraient subir en des endroits périlleux ou menaçants. Deuxièmement, ils devront être forts, pour surmonter les dangers de la mer et la peur des ennemis ainsi que pour assaillir vaillamment ces derniers s’il en était besoin. Troisièmement, ils devront être dotés d’un bon entendement afin de bien comprendre les choses qu’ils auront à faire et conseiller à bon escient le roi, l’amiral ou le capitaine quand ceux-ci leur demanderont conseil. Quatrièmement, ils devront être loyaux, de manière à chérir et défendre l’intérêt et l’honneur de leur seigneur et de tous les autres hommes qu’ils doivent guider. L’homme qui aura ces qualités, si l’on se trouve près de la mer, qu’on le fasse monter à bord du navire qu’il devra piloter, qu’on place dans sa main la gouverne et le timon et qu’on l’autorise dès lors à être pilote. Et si par la suite, par tromperie ou erreur de pilotage, il fait en sorte que le navire vienne à se perdre ou ses occupants à subir grand dommage, il doit mourir pour cela.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre XXIV. De la guerre que l’on fait sur mer », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/697

Haut de page