Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre XI. Comment doit être le roi pour son pays

Texte intégral

1Lorsque l’homme tire parti des choses qu’il possède, il en retire trois bénéfices. La premier est qu’il est tenu pour raisonnable. Le deuxième, qu’il en tire du profit. Le troisième, qu’il en reçoit du plaisir. C’est pourquoi, puisque dans le titre précédent nous avons dit comment le roi doit être dans sa façon d’aimer, d’honorer et de garder son peuple, nous voulons dire ici comment il doit être pour ceux de son pays. Et nous montrerons comment il doit l’aimer, le garder et l’honorer.

Loi I. Comment le roi doit aimer son pays

2Le roi est tenu non seulement d’aimer, d’honorer et de garder son peuple, comme il est dit dans le titre précédent, mais aussi le pays lui-même dont il est le seigneur. Car, puisque lui et son peuple vivent des choses qui s’y trouvent, et parce qu’il reçoivent de lui tout ce dont ils ont besoin pour faire et accomplir toutes leurs actions, il est juste qu’ils l’aiment, l’honorent et le gardent. Et l’amour que le roi doit avoir pour son pays doit se manifester de deux manières. Premièrement, par la volonté. Deuxièmement, par les actes. Par la volonté, en désirant ardemment qu’il soit bien peuplé, bien labouré, et en voulant qu’il ait des saisons favorables. La deuxième, par les actes, en le faisant peupler par des gens de bien, et par les siens plutôt que par des étrangers, s’il s’en trouve, ainsi que par des chevaliers, des laboureurs et des artisans, et en faisant labourer la terre, pour que les hommes en retirent les fruits plus abondamment. Et, même si la terre n’est pas bonne, en certains endroits, pour produire du pain, du vin, et d’autres fruits, qui servent à l’alimentation des hommes, malgré cela le roi ne doit pas vouloir qu’elle demeure stérile ni en jachère, mais plutôt, y faire ce que les sages conseilleront. Car il se peut qu’elle soit bonne pour d’autres choses, dont les hommes tireront profit et dont ils ne peuvent se passer, comme en extraire du métal, y faire paître le bétail, ou y couper du menu bois ou du bois, ou d’autres choses de ce type, dont les hommes ont besoin. Le roi doit aussi faire construire les ponts, et les chaussées, et aplanir les mauvais passages, pour que les hommes puissent marcher, et conduire leurs bêtes, et leurs affaires, sans encombrement, d’un endroit à l’autre, de façon à ne pas les perdre en traversant les rivières ou les autres lieux dangereux, où qu’ils aillent. Et il doit également faire construire des hospices dans les villes, où les hommes puissent être accueillis pour ne pas dormir dans les rues, faute de lieu où loger. Et il doit faire construire des auberges dans les lieux déserts où il estimera que ce sera nécessaire, pour que les gens aient des endroits où s’héberger en toute sécurité avec leurs biens, afin que les malfaiteurs ne puissent ni les leur voler, ni les leur prendre. Et de tout cela découle un grand profit pour tous en général, car ce sont des oeuvres de charité. Et le pays en est ainsi mieux peuplé. Et les hommes en ont davantage de plaisir à y vivre et à y demeurer.

Loi II. Comment le roi doit honorer son pays

3Le roi doit faire honneur à son pays, et, tout particulièrement, en faisant édifier autour des cités, villes, et places fortes, de bons murs et de bonnes tours. Car cela les rend plus honorables, plus nobles et plus belles. Et, en outre, c’est une grande sécurité et une grande protection pour tous en général, pour toujours. Et il doit aussi l’honorer de sa parole, en louant ses qualités.

Loi III.Comment le roi doit garder son pays

4Le roi doit faire diligence pour garder son pays, de manière à ce que les villes et les autres lieux ne soient pas désertés, que ni leurs murailles, ni leurs tours, ni leurs maisons ne soient détruites par défaut de protection. Et, de même, il doit désirer que les arbres, les vignes, et autres choses dont les hommes vivent, ne soient ni coupés, ni brûlés, ni arrachés, ni abîmés d’aucune autre façon, et pas même à cause des guerres entre les uns et les autres. Il doit aussi le garder de ses ennemis, de manière à ce qu’ils ne puissent pas y causer de dommages, comme nous le montrerons plus tard, dans le traité sur les armées. Et le roi qui, de la façon dont nous l’avons exposé, aimera son pays et le gardera honoré et protégé, ce roi et ceux qui vivront dans son pays, seront honorés, et riches, et dans l’abondance, et craints grâce à lui. Et s’il agissait autrement, c’est le contraire de cela qui lui adviendrait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre XI. Comment doit être le roi pour son pays », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/77

Haut de page