Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre XV. Comment le peuple doit garder le roi en la personne de ses fils

Texte intégral

1Les hommes ont envers leur femme des obligations dues aux liens d’amour et envers leurs fils ils ont, en droit, des obligations dues aux liens de lignage bien plus fortes qu’envers leurs autres parents. Aussi, puisque nous avons dit dans le titre précédent comment le peuple doit garder le roi en la personne de sa femme, de ses filles et des autres femmes qui les entourent, nous voulons dire ici comment le peuple doit le garder en la personne de ses fils et de ses autres parents. Et nous montrerons comment doit s’exercer cette garde, pour quelles raisons et sur quelles choses. Nous montrerons aussi quel bien et quel bénéfice résultent de cette garde lorsqu’elle est bien exercée, quel tort advient lorsqu’elle n’est pas exercée comme il se doit et quelle peine méritent ceux qui s’en acquittent mal.

Loi I. Comment le peuple doit garder les fils du roi

2De même que le peuple est tenu de connaître, d’aimer, de craindre, d’honorer et de garder le roi d’abord au nom de Dieu dont le roi occupe les lieu et place sur terre, ensuite naturellement parce que le roi est seigneur, et enfin en vertu des autres obligations susdites, de même il est tenu d’en faire autant avec les fils du roi au nom de celui-ci. En effet, comme les sages anciens l’ont montré, le père et le fils ne font pour ainsi dire qu’une personne, puisque que le fils est engendré par lui et reçoit de lui sa forme, que, de son vivant, il est naturellement son soutien et sa force, et qu’à sa mort, prenant sa place, il est sa mémoire. C’est pourquoi, pour toutes ces raisons, le peuple doit, comme il le fait avec le roi, honorer et garder ses fils de la mort, des blessures et de tout ce qui pourrait être cause pour eux de déshonneurs, de dommages ou de maux tels que ceux dont nous avons dit plus haut que le roi devait en être gardé, et à plus forte raison celui qui doit devenir roi. Et ce pour deux raisons. Premièrement, au nom de son père, qui est seigneur. Secondement, au nom de la seigneurie du royaume pour laquelle Dieu l’a choisi quand Il a voulu qu’il naisse avant ses frères. Par conséquent, il doit être gardé en toutes choses comme son père. Et qui attenterait sur lui doit recevoir la même peine que celle qu’il aurait reçue s’il avait attenté sur son père, comme nous l’avons dit plus haut, à moins que ce fils ait voulu tuer, emprisonner, blesser ou déshériter son père. En effet, quoi que puissent faire alors les vassaux pour défendre leur seigneur le roi, ils ne recevraient pas pour autant la peine susdite. Et la raison en est que le seigneur naturel doit être gardé par-dessus toute chose et il en irait de même pour les autres fils s’ils voulaient faire l’une des choses susdites contre le roi leur père ou contre leur frère aîné. Il en irait de même pour les autres fils s’ils voulaient faire contre le roi leur père ou contre leur frère aîné l’une des choses susdites, ou bien pour le fils aîné ou l’un des autres fils du roi s’ils faisaient contre la reine leur mère l’une des choses dites plus haut, à moins que celle-ci n’ait commis un méfait tel qu’il doive être puni par le roi lui-même et ses fils. En effet, dans pareil cas, quiconque aiderait le roi sur son ordre ne serait pas tenu pour coupable et n’encourrait pas la peine susdite. Autrement, celui qui tuerait sciemment, blesserait, ou emprisonnerait l’un des autres fils du roi commettrait une trahison et il doit mourir pour cela. Et si on ne peut le retrouver, il doit perdre tous ses biens et être banni à jamais.

Loi II. De la primauté et de la supériorité qu’a le fils aîné sur ses frères

3La supériorité de l’aînesse est un grand signe d’amour que Dieu donne à ceux des fils des rois à qui il la confère sur leurs frères qui naissent après eux. En effet, celui à qui Il veut faire cet honneur, Dieu donne bien à entendre qu’il le place devant ses frères et au-dessus d’eux, ce pourquoi ils doivent lui obéir et le garder comme on doit le faire à l’endroit d’un père et d’un seigneur. Et la vérité de cela est prouvée par trois raisons. Premièrement, par nature. Deuxièmement, par la loi divine. Et troisièment par la coutume. En effet, étant donné que, selon nature, le père et la mère souhaitent avoir une descendance qui héritera d’eux, celui qui naît en premier et vient plus vite accomplir leurs voeux, celui-là doit être, en droit, davantage aimé de ses parents et il doit hériter d’eux. Et la preuve par la loi divine est ce que dit Notre Seigneur Dieu à Abraham lorsqu’Il lui ordonna, comme pour l’éprouver, de prendre son fils aîné Isaac, son bien-aimé, et de l’égorger par amour pour Lui. Et Il lui dit cela pour deux raisons. Premièrement, parce que c’était là le fils qu’il aimait le plus, autant que lui-même, en vertu de ce que nous avons exposé plus haut. Secondement, parce que Dieu se l’était consacré en voulant qu’il naisse le premier et c’est pourquoi Il ordonna à Abraham de Lui offrir celui-là en sacrifice. En effet, selon ce que Dieu dit à Moïse dans la loi ancienne, tout mâle premier né sera appelé chose sainte de Dieu. Et que ses frères doivent regarder l’aîné comme leur père tient à ce qu’il est plus âgé qu’eux et qu’il est venu au monde le premier. Et qu’ils doivent lui obéir comme à leur seigneur, c’est ce que prouvent les paroles d’Isaac à son fils Jacob quand il lui donna sa bénédiction croyant qu’il était son fils aîné : « Tu seras le seigneur de tes frères et les fils de ta mère se prosterneront devant toi. Celui que tu béniras sera béni et celui que tu maudiras sera frappé de malediction ». Il faut donc entendre par toutes ces paroles que le fils aîné a pouvoir sur ses frères comme s’il était leur père et seigneur, et qu’ils doivent le tenir pour tel. Quant à la coutume ancienne, bien que les parents, dans la bienveillance qu’ils éprouvaient pour tous leurs autres enfants, aient voulu que l’aîné n’héritât pas de tout mais que chacun eût sa part de leur bien, les hommes sages et entendus, considérant le bien commun de tous et s’apercevant qu’on ne pouvait ainsi partager les royaumes sans qu’ils fussent détruits, comme l’a dit Notre Seigneur Jésus-Christ selon lequel tout royaume divisé serait dévasté, tinrent que le droit était que seul le fils aîné pût hériter de la seigneurie du royaume après la mort de son père. Et tel a toujours été l’usage dans tous les pays du monde où la seigneurie s’est transmise par lignage, et plus encore en Espagne. Et pour éviter les nombreux maux qui étaient advenus et pourraient encore advenir, les sages établirent que la seigneurie du royaume fût toujours héritée par les descendants en droite ligne. Et par conséquent ils établirent qu’en l’absence d’enfant mâle, la fille aînée héritât du royaume. Et ils ordonnèrent de surcroît que si le fils aîné venait à mourir avant d’avoir hérité et qu’il laissât un fils ou une fille né de sa légitime épouse, ce fils ou cette fille reçût le royaume et nul autre. Et si tous venaient à mourir, le plus proche parent du roi doit hériter du royaume, à condition qu’il en ait la capacité, n’ayant commis aucun acte qui l’en priverait. Aussi le peuple est-il tenu d’observer toutes ces choses, car autrement, le roi ne saurait être parfaitement obéi si le peuple ne préservait pas ainsi le royaume. Par conséquent, celui qui contreviendrait à tout cela commettrait une trahison notoire et il doit recevoir la peine prévue plus haut pour ceux qui ne reconnaissent pas la seigneurie du roi.

Loi III. Comment doivent être choisis les tuteurs du jeune roi si son père n’en a pas désigné

4Il advient souvent, lorsque le roi meurt, que son fils aîné, qui doit hériter, ne soit encore qu’un enfant et les puissants du royaume luttent entre eux pour savoir qui en aura la tutelle jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge requis. Et bien des maux s’ensuivent. En effet, le plus souvent, ceux qui convoitent la tutelle le font davantage pour obtenir de lui des richesses et soumettre leurs ennemis à leur pouvoir que pour veiller sur le roi ou sur le royaume. Et cela est cause de grandes guerres, de rapines et de maux qui provoquent la dévastation du pays ; d’abord en raison de la grande jeunesse du roi, car ils savent qu’il ne pourra pas s’y opposer ; ensuite en raison du désaccord qui existe entre eux, les uns s’efforçant de faire le plus grand mal aux autres. Et c’est pourquoi, pour éviter tous les maux que nous avons dits, les sages anciens d’Espagne, qui ont considéré très loyalement toutes les choses et ont su les respecter, ont établi que, l’héritier étant, à la mort du roi, un enfant, si son père a désigné, par écrit ou de vive voix, des hommes pour être ses tuteurs, ceux-ci exercent la tutelle et les hommes du royaume soient tenus de leur obéir conformément à ce que le roi aura ordonné. Mais si le roi défunt n’a rien ordonné à ce sujet, alors les plus grands du royaume, comme les prélats, les riches-hommes et les bons-hommes honorables des villes doivent se réunir là où se trouve le roi, et une fois réunis, jurer sur les Saints Evangiles de veiller au service de Dieu, tout d’abord, ainsi qu’à l’honneur et à la garde de leur seigneur et au bien commun du royaume. Pour ce faire, qu’ils choisissent des hommes à qui confier l’enfant tels qu’ils le gardent bien et loyalement et qu’ils aient en eux huit choses : la première qu’ils craignent Dieu, la deuxième qu’ils aiment le roi, la troisième qu’ils soient de bon lignage, la quatrième qu’ils soient ses sujets naturels, la cinquième qu’ils soient ses vassaux, la sixième qu’ils aient du sens, la septième qu’ils aient bonne renommée, la huitième qu’ils soient tels qu’ils ne convoitent pas son héritage en pensant qu’ils ont quelque droit sur celui-ci après sa mort. Il doit y avoir un, trois ou cinq tuteurs, pas davantage, afin que, si quelque désaccord survenait, la décision sur laquelle la majorité s’entendrait soit valable. Et ils doivent jurer de garder la vie et la santé du roi, d’œuvrer et de contribuer à son bien et à son honneur ainsi qu’à ceux de son royaume de toutes les façons possibles ; d’écarter et d’éloigner par tous les moyens ce qui pourrait leur être nuisible ou dommageable. Ils doivent aussi jurer de veiller à ce que la seigneurie reste une, à ce qu’elle ne soit ni partagée ni aliénée, mais accrue par eux autant qu’ils le peuvent dans le respect du droit ; d’y maintenir la paix et la justice jusqu’à ce que le roi atteigne l’âge de vingt ans, et si l’héritier est une fille, jusqu’à ce qu’elle soit mariée. Ils doivent enfin jurer de faire et de respecter en tout et loyalement ces choses, telles qu’elles viennent d’être exposées. Et après avoir juré tout cela, ils doivent prendre la tutelle du roi, de sorte que ce dernier puisse accomplir avec leur appui tous les grands faits qu’il lui reviendrait d’accomplir. Et ils doivent continuellement l’entourer d’hommes qui sachent lui montrer comment avoir de bonnes mœurs et de bonnes manières, conformément à ce qui a été exposé plus haut dans les lois consacrées à ce sujet. Et toutes ces choses susdites, nous disons également qu’ils doivent les observer et les accomplir s’il advenait que le roi perde l’esprit et ce jusqu’à ce qu’il recouvre la raison ou bien qu’il meure. Mais s’il advenait que cet enfant eût encore sa mère, celle-ci doit être le premier et le principal des tuteurs, car elle doit l’aimer naturellement par-dessus tout, l’ayant porté dans la peine et la douleur en son corps et ensuite nourri. Et parce qu’elle est leur seigneur, ils doivent lui obéir et se plier à son commandement dans tout ce qui serait profitable au roi et au royaume. Mais elle doit avoir cette tutelle tant qu’elle n’est pas mariée et qu’elle veut rester avec son enfant. Aussi, les gens du peuple qui ne voudraient pas choisir ces tuteurs, conformément à ce qui a été dit plus haut, ou qui, après qu’ils ont été choisis, ne voudraient pas leur obéir alors qu’ils ne leur ont donné aucune raison de ne pas le faire, commettraient une trahison notoire, car ils montreraient bien qu’ils ne souhaitent pas garder le roi ni le royaume. Par conséquent, ils doivent être châtiés : s’ils sont nobles, ils doivent être bannis du pays à jamais, s’ils ne le sont pas, ils doivent mourir pour cela. De même, nous disons que si l’un des tuteurs s’acquittait mal de l’une des charges qu’il est tenu d’accomplir dans la tutelle du roi et du royaume, il doit recevoir une peine à la mesure de son méfait.

Loi IV. Ce que le nouveau roi est tenu de faire respecter au nom du roi défunt

5Lorsque le jeune roi atteint l’âge qui est dit dans la loi précédente, ou s’il a l’âge requis pour gouverner son royaume lorsqu’il commence à régner, il est tenu par le droit et le devoir de faire au nom du roi défunt des choses telles que donner l’aumône pour son âme, faire dire des messes et d’autres oraisons, priant Dieu qu’Il ait merci de lui. Il doit également payer ses dettes, accomplir ses dernières volontés et donner à ceux qui parmi les siens seraient dans le besoin, afin qu’ils ne soient pas laissés sans secours. Il doit aussi préserver la renommée du roi défunt, de sorte que ceux qui ne médisaient pas de lui de son vivant ne le fassent pas davantage à sa mort, car puisque cela ne porte aucun préjudice au défunt et n’est d’aucun profit pour celui qui médit, ce dernier fait montre d’une effronterie qui tourne au déshonneur le jeune roi, ce pourquoi il ne doit d’aucune façon le souffrir. Et en justice et en droit, il doit faire pour l’âme du défunt ce qu’il souhaiterait que l’on fît pour lui à sa propre mort, puisqu’il prend la place de celui-ci et hérite de ses biens. En effet, le droit veut que de même qu’il recueille l’honneur et le bien de celui dont il hérite, il prenne de même la charge et les obligations de ce qu’il avait à faire. Et s’il fait ainsi, il s’en trouvera bien car ceux qui en auront connaissance l’estimeront d’autant plus et le tiendront pour plus loyal encore, et de plus il aura toujours l’assurance qu’à sa mort ses héritiers feront de même pour lui. Mais cela doit être ainsi fait qu’il n’amoindrisse pas sa seigneurie en vendant ou en aliénant les biens immeubles qui sont comme les racines du royaume ; tandis qu’il peut le faire avec ses biens meubles. C’est pourquoi, le roi qui ne ferait pas cela, serait tenu pour niais, excessif et même injuste ; il s’en trouverait mal en ce monde et Dieu le châtierait dans l’autre, car lui qui aurait dû être égal à tous n’a pas été égal à lui-même. Mais si le roi est trop jeune pour faire ces choses, il revient à ses tuteurs de les accomplir. Si par malignité ces derniers ne les accomplissent pas, ils doivent perdre l’office, le bien héréditaire ou la terre qu’ils tiendraient du roi défunt. Et s’ils n’ont rien reçu de lui, ils doivent quitter le pays une fois l’éducation du roi achevée, pour une durée que le roi et la cour auront déterminée selon le droit.

Loi V. Comment le roi et tous les gens du royaume doivent veiller à ce que la seigneurie reste toujours une et qu’elle ne soit ni aliénée ni divisée

6Il a été anciennement établi en Espagne par for que la seigneurie du royaume ne puisse être divisée ni aliénée, et ce pour trois raisons. Premièrement, parce que les gens du royaume doivent se montrer loyaux envers leur seigneur et prouver qu’ils souhaitent son honneur et son bien. Deuxièmement, en vertu de leur propre honneur, car plus grandes sont la seigneurie et la terre, plus les hommes qui y vivent sont estimés et honorés. Troisièmement, en vertu de la garde du roi et en vertu de celle de leur propre personne, car plus grande est la seigneurie, meilleure est la garde du roi et d’eux-mêmes. Et c’est pourquoi il a été établi qu’à la mort du roi, au moment de l’avènement du nouveau roi, si celui-ci est âgé de quatorze ans ou davantage, qu’il jure de ne jamais diviser ni aliéner la seigneurie de son vivant. Et s’il n’a pas atteint cet âge, que ceux dont nous avons parlé dans la loi précédente et qui sont chargés de sa tutelle, jurent en son nom ; et que le roi confirme ce serment à l’âge susdit et que tous ceux qui seront auprès de lui jurent de garder deux choses : la première, de garder tout ce qui concerne le roi, comme sa vie, sa santé, son honneur et son bien ; la seconde de toujours veiller à ce que la seigneurie reste une, et à ne jamais, ni en parole ni en acte, consentir ni contribuer à ce qu’elle soit aliénée ou divisée. Et les hommes les plus nobles du royaume qui seraient là doivent aussi rendre hommage, prélats, riches-hommes, chevaliers, hommes nobles et bons-hommes des cités et des villes. Et tous ceux qui ne seraient pas présents doivent aller faire de même à moins qu’ils soient malades où qu’ils soient empêchés, et dans ce cas, ils doivent le faire auprès des hommes que le roi aura expressément envoyés pour cela. Et comme il ne serait ni possible ni approprié que tous vinssent auprès du roi pour rendre hommage, ils doivent le faire dans chaque ville et de cette manière : d’abord en réunissant le conseil par ban crié, ensuite en désignant des hommes qui rendent hommage pour tous, hommes et femmes, grands et petits, pour ceux qui sont ou ceux qui seront. Et cet hommage doit être rendu en déclarant que celui qui ne le respecterait pas encourrait la même peine que s’il avait commis la plus grande trahison qui puisse être commise. Et dès que l’hommage aura été rendu de cette façon, tout le peuple doit lever la main en signe de confirmation. Mais cet hommage dont nous avons parlé ne concerne que les territoires qui appartiennent au roi. Pour ce qui est des territoires que d’autres ont en leur seigneurie par héritage, ce sont les seigneurs eux-mêmes qui doivent aller rendre hommage pour eux-même et pour leurs hommes conformément à ce que nous avons déclaré dans les lois ci-dessus. Et pour que la seigneurie soit encore mieux gardée, les sages anciens ont établi que si le roi souhaitait faire des donations à certains, qu’il ne puisse le faire de droit qu’à la condition qu’il y conserve ce qui appartient à sa seigneurie, à savoir que ces hommes n’en disposent pour la guerre et pour la paix que sur son ordre, que ceux qui s’y vivent rejoignent l’ost, que sa monnaie y ait cours et qu’on y paie l’impôt quand celui-ci est levé en d’autres lieux de sa seigneurie, que le roi y garde tous ses droits de justice, qu’il y ait juridiction en matière d’appel ainsi que sur les mines s’il en existait ; et même si dans la charte de donation il n’était pas dit que le roi se réservait les choses susdites, celui à qui il l’accorde ne doit pas croire pour autant qu’il a acquis des droits en la matière. Et la raison en est que ces choses sont d’une nature telle que personne ne peut les acquérir ni en user en droit, à moins que le roi les ait toutes octroyées ou en ait octroyé certaines dans le privilège de la donation ; et même dans ce cas, celui à qui elles sont octroyées ne peut les posséder ni en user que du vivant du roi qui les lui avait données ou du vivant de son successeur qui voudrait les lui confirmer. Et c’est pourquoi le peuple doit garder toutes les choses dont avons parlé et veiller à ce que la seigneurie reste toujours une et à ce qu’elle ne soit ni aliénée ni divisée, car ceux qui le feraient commettraient plusieurs fautes ; d’abord contre Dieu en divisant ce qu’Il avait réuni et en méprisant et en tenant pour vil ce qu’Il leur avait donné pour les honorer, ce qui irait à l’encontre de la parole de Dieu rapportée par le prophète Isaïe : « Tu n’aliéneras pas ton honneur et tu ne le donneras pas à autrui » ; ensuite ils fauteraient contre eux-mêmes s’ils conseillaient au roi de faire cela ou l’incitaient à agir ainsi, ou encore s’ils ne l’empêchaient pas de le faire autant qu’ils le pourraient. Et ceux qui n’agiraient pas de la sorte se rendraient coupables de trahison et doivent recevoir la même peine que ceux qui prennent plaisir et s’emploient à ce que leur seigneur soit déshérité.

Loi VI. Comment le peuple doit être envers le roi dans la garde de ses parents

7Ceux qui ont entre eux un lien de parenté sont dits du même sang, et bien qu’ils soient tous égaux, ils ne peuvent l’être quant aux honneurs et aux prospérités de ce monde. Et c’est pourquoi le peuple doit garder non seulement le roi en la personne de ses fils et de ses filles, mais aussi en la personne de ses autres parents, en raison de son honneur et du lien lignager qui les unit à lui. Aussi, quiconque tuerait, blesserait ou déshonorerait l’un d’eux sans en avoir reçu l’ordre du roi, doit se voir infliger une peine laissée à l’arbitrage de celui-ci, la cour étant présente, et qui tienne compte de la qualité de ce parent et de l’auteur du méfait ainsi que du moment et du lieu où l’acte a été commis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre XV. Comment le peuple doit garder le roi en la personne de ses fils », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/80

Haut de page