Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre XX. Comment doit être le peuple envers la terre dont il est naturel

Texte intégral

1Nourrir, croître et engendrer sont trois vertus qu’Aristote et d’autres sages attribuèrent par similitude à l’âme végétative. Et nous souhaitons montrer maintenant comment ils assimilèrent à celle-ci le peuple dans ses actes. En effet, nous avons traité plus haut dans ce livre des deux autres natures de l’âme, selon la distinction qu’ils firent, donnant Dieu pour semblable à l’âme raisonnable et le roi pour semblable à l’âme sensitive. Et nous disons donc que de même que cette âme végétative met en oeuvre naturellement ces trois vertus à cause de l’obligation d’amour qui la porte à le faire, de même le peuple est tenu, à sa ressemblance, d’oeuvrer à nourrir la terre dont il est naturel, à l’accroître et à engendrer descendance qui la peuple. Et il doit mettre en oeuvre comme il convient chacune de ces vertus sans quoi il ne pourrait faire montre à la terre où il vit d’un amour véritable. Et même si les sages, dans leurs livres, ont traité d’abord de la vertu de nourrir, puis de celle de croître et ensuite de celle d’engendrer, nous-mêmes, au moment d’ordonner notre livre, avons changé cet ordre. C’est ainsi que nous traiterons d’abord de la vertu d’engendrer, d’où procèdent toutes les autres, puis dans la suite des lois de ce titre de celle de nourrir et ensuite de celle de croître. Mais surtout, nous traiterons des choses dont le peuple doit se pourvoir et se doter pour défendre sa terre et en dominer les ennemis.

Loi I. Que le peuple doit s’employer à engendrer une descendance qui peuple la terre

2« Croissez, multipliez-vous et emplissez la terre » fut le premier commandement que Dieu donna au premier homme et à la première femme après les avoir créés. Et il fit ainsi parce qu’il avait comprit que c’est là le premier lien de naturalité et le plus fort que les hommes peuvent avoir avec la terre où il leur est donné de vivre. En effet, si le lien de naturalité qu’ils acquièrent en y étant élevés est très fort, car la terre est comme une nourrice qui les alimente de même qu’est fort celui qu’ils acquièrent en y demeurant, apprenant et pratiquant les choses qu’ils doivent faire, la terre étant pour eux comme un précepteur ou un maître qui leur enseigne ce qu’ils doivent apprendre, en dépit de tout cela, les sages anciens qui traitèrent de toute chose avec grande raison tinrent pour encore plus fort le lien de naturalité dont nous avons parlé plus haut et que les hommes acquièrent à l’endroit de leur terre pour y être nés, car la terre est alors pour eux comme une mère qui les met au monde et les fait hommes. C’est pourquoi le peuple doit avoir tous ces liens de naturalité avec la terre où il veut vivre. Mais il est particulièrement important que sa descendance naisse sur cette terre, car cela l’incitera à l’aimer et à nouer avec elle les autres liens de naturalité que nous avons évoqués plus haut. Et pour engendrer cette descendance, il convient que le peuple prenne en compte plusieurs choses afin qu’elle naisse et se multiplie. D’abord, il est bon que les jeunes gens se marient dès qu’ils sont en âge de le faire, car il en découle plusieurs biens : ils obéissent, comme nous l’avons montré, au commandement de Dieu et ils vivent sans pécher, gagnant son amour et voyant, grâce à lui, croître leur descendance. De plus, ils jouissent au cours de leur vie du plaisir et du soutien que leur apportent leurs descendants, ce qui leur donne courage et pouvoir. Mais le plus grand bénéfice qu’ils en tirent est le réconfort de savoir qu’ils laissent à leur place des êtres qui sont leurs semblables, qui forment avec eux comme une seule chose, à qui ils laisseront leurs biens et qui accompliront après leur mort ce qu’ils étaient tenus de faire. Et il est encore un dernier avantage : lorsque les hommes se marient tôt, si l’un des époux décède, celui qui reste peut ensuite se marier en étant encore à temps de faire des enfants, ce qui ne serait pas le cas s’ils s’étaient mariés tard.

Loi II. De quoi doivent se garder les hommes pour ne pas être empêchés d’engendrer une descendance

3Pour leur mariage, les hommes doivent se montrer avisés afin de se marier dans des conditions qui leur permettent d’engendrer une descendance et de peupler leur terre comme il est dit dans la loi précédente. Et pour pouvoir le faire, ils devront se garder des choses dont il est dit dans cette loi qu’elles pourraient les en empêcher. Un cas d’empêchement serait que la femme et le mari fussent trop jeunes ou trop vieux, car ils seraient empêchés soit par l’insuffisante maturité soit par l’affaiblissement dû au grand âge. On devra aussi prendre bien garde à ce que le mariage ne soit pas trop inégal comme il adviendrait si un jeune épousait une vieille ou si un vieux épousait une jeunesse. En effet, sans compter que cela sied mal, deux maux s’ensuivraient : l’un, qu’il n’y aurait pas d’amour entre eux, l’autre qu’ils ne pourraient engendrer de descendance à cause de l’inégalité des âges. Et c’est aussi le cas, selon les anciens, de ceux qui seraient empêchés d’engendrer une descendance à cause de leur complexion ou d’une maladie. Ceux-là, en effet, même s’ils se mariaient en temps opportun, le feraient en vain car ni les uns ni les autres n’auraient ce qui convient pour se marier. Aussi, considérant que tout cela empêchait grandement d’engendrer une descendance, les anciens l’évitèrent et cherchèrent d’autres moyens d’y mieux parvenir, à savoir, de se marier suffisamment tôt, ou d’être tous les deux sains et de bonne complexion, comme nous l’avons dit, ou bien encore d’être beaux tous les deux, si possible, ou du moins que le soit la femme, et surtout de s’aimer, car c’est chose qui l’emporte sur tout le reste. Outre toutes ces choses, les anciens songèrent à un autre grand danger : que le mari connaisse sa femme à un moment où, par la faute du père ou à cause de la maladie de la mère, les enfants naîtraient affligés d’une malformation. En effet, s’ils étaient faits à ce moment-là, ils naîtraient infirmes et tels que mieux leur vaudrait être morts que vivants. Et même si les anciens considérèrent toutes ces choses et en traitèrent selon nature, corporellement, en hommes très savants, les saints qui établirent la foi catholique, tenant que les choses de l’âme devaient être considérées avant celles du corps, établirent que les mariages fussent faits sans péché, de manière à plaire à Dieu et à faire en sorte que la descendance qui en naîtrait pût vivre parmi les hommes et hériter sans empêchement des biens de leurs père et mère et de leurs parents, comme nous le montrons dans les lois qui traitent de cette question. Et donc, le peuple qui agit ainsi envers sa descendance obéit au commandement de Dieu et fait montre d’être ami et naturel de la terre qu’il habite. Mais les hommes qui n’agiraient pas ainsi, commettraient une faute contre Dieu et seraient châtiés par Lui pour cela et feraient montre d’être ennemis de la terre qu’ils habitent et qu’ils étaient tenus d’aimer, raison pour laquelle ils ne doivent point y jouir du bien et de l’honneur dont les autres jouissent.

Loi III. Que le peuple doit éduquer sa descendance, lui transmettre de bonne moeurs et savoir s’en servir

4Un peuple ne peut se multiplier seulement en faisant des enfants sans prendre le soin d’éduquer ceux qu’il a engendrés et de veiller à ce qu’ils parviennent à être des hommes accomplis. Et même si chacun en a la volonté, par nature et par raison, il convient grandement qu’il sache comment le faire. En effet, même si l’homme veut une chose et peut la faire, il ne peut, sans savoir comment s’y prendre, ni la posséder pleinement ni l’accomplir. Et c’est pourquoi, les sages qui ont traité de l’éducation ont montré que pour qu’elle soit bien faite, il faut considérer trois principes, l’un tenant à la nature des choses, les deux autres à l’intelligence. Le principe naturel est que l’homme doit aimer ce qu’il éduque. Quant aux principes tenant à l’intelligence, l’un est que ce qu’il éduque, l’homme doit savoir en prendre soin de manière à l’amener à une éducation accomplie, l’autre qu’il doit savoir s’en servir. Et si les sages ont ordonné qu’il en fût ainsi en toute chose, à plus forte raison faut-il qu’il en soit ainsi avec les enfants. En effet, si l’homme aime toute chose qu’il fait parce qu’elle est sa créature, il doit d’autant plus aimer son enfant qui, selon nature, est fait de son propre corps avec grand amour et qui reste à sa mort en mémoire de lui. Cette nature fait que les parents aiment leurs enfants plus que toute autre chose et cette amitié les incite à les éduquer avec beaucoup de pitié et à leur donner les choses dont ils pensent qu’elles seront bonnes pour eux et que grâce à elles ils seront plus vite et mieux éduqués. Elle leur donne aussi l’intelligence de veiller à ce qu’ils parviennent à une éducation achevée et à être des hommes accomplis, non seulement dans leur corps et dans leurs membres, mais encore dans leurs moeurs et dans leurs manières en leur montrant ce qu’ils doivent faire. Et une fois qu’ils le leur auront montré, il convient qu’ils sachent se servir d’eux. Car de même qu’il est conforme à la raison, à la nature et au droit que les enfants sachent obéir aux parents et les servir, il est de même conforme à ceux-ci que les parents sachent se servir des enfants et avoir recours à eux, faute de quoi ils ne feraient pas montre envers eux d’amour véritable ni ne tireraient bénéfice de leur éducation et de leurs soins. Il est en outre déraisonnable et malséant que l’homme ne sache pas se servir de ce qui lui appartient et plus encore des enfants qui lui reviennent plus que tout autre chose en propre et dont il peut se servir à sa volonté. Ainsi, les gens feront montre d’amour pour la terre où ils demeurent, qui de cette façon sauront aimer et éduquer leurs enfants ainsi que s’en servir et avoir recours à eux.

Loi IV. Que le peuple doit travailler à récolter les fruits de sa terre et les autres choses dont il doit s’alimenter

5Le peuple doit cultiver sa terre avec ardeur pour en tirer les fruits, la labourer et la préparer afin de les obtenir. En effet, sur cette culture repose l’autre, l’éducation, dont nous avons traité dans la loi précédente, car elle constitue l’alimentation et la principale ressource des hommes ainsi que des bêtes sauvages ou domestiques. C’est pourquoi tout un chacun doit travailler à ce que la terre qu’il habite soit bien labourée et nul ne peut de droit s’en affranchir, l’un devant le faire de ses propres mains, l’autre, soit qu’il ne sache pas le faire, soit que cela ne lui convienne pas, devant ordonner que cela se fasse. Et tout un chacun doit prendre plaisir à ce que la terre soit labourée, et le souhaiter, car, une fois labourée, elle sera abondamment pourvue de toutes les choses dont il a besoin. En effet, de même que chacun prend plaisir à la vie, de même chacun doit prendre plaisir aux choses qui la perpétuent. Et en disant cela, nous ne pensons pas seulement aux champs dont on obtient les fruits mais encore aux maisons où l’on demeure et où l’on a ses biens ainsi qu’aux autres édifices auxquels on a recours, car tout cela doit être construit et travaillé de sorte que la terre s’en trouve embellie et que chacun en tire plaisir et profit. Et c’est là une des choses qui entretiennent la tranquillité des hommes sur leur terre et leur lien de naturalité avec celle-ci, ce qui leur convient grandement, de même que de chercher tous les moyens de s’y montrer utiles et de ne pas vivre dans l’oisiveté. En effet, de même que ceux qui sont enracinés dans une terre et y vivent en paix ont naturellement raison de l’aimer et d’y faire le bien, de même ceux qui vivent dans l’excès ou l’oisiveté sont forcément ses ennemis et y font le mal. Du reste, c’est chose très déraisonnable que ceux qui sont dommageables à leur terre bénéficient de ses biens. Et c’est pourquoi les sages anciens qui ont fait les droits ont établi que de tels hommes, appelés en latin mendicantes validi et en castillan baldíos (oisifs), dont leur terre ne tire aucun profit, non seulement fussent chassés de celle-ci mais que, s’il advenait qu’étant valides ils mendiassent, nul ne leur donnât l’aumône de sorte qu’ils apprissent à faire le bien en vivant de leur travail.

Loi V. De la différence entre travail et ouvrage

6Bien que tous deux relèvent d’un art de faire, il existe une différence entre travail et ouvrage. On parle de travail à propos des choses que les hommes font en peinant de deux manières : à cause du faire et à cause du temps. Ceux, par exemple, qui travaillent pour faire du pain ou du vin ou qui gardent les troupeaux, ou qui font d’autres choses semblables, peinent pour cela, de même qu’ils peinent au-dehors, gravissant les montagnes ou traversant les champs, souffrant forcément du froid ou de la chaleur, selon le temps. On parle, en revanche, d’ouvrage à propos des choses que les hommes font chez eux ou en d’autres lieux couverts. Ceux qui travaillent l’or ou l’argent, qui fabriquent la monnaie, les armes ou les armures et les autres artisans, très divers, qui travaillent au-dedans, bien qu’ils peinent en leur corps, le temps n’a pas sur eux autant d’emprise que sur ceux qui travaillent au-dehors et ne les fait pas souffrir autant. C’est pourquoi ceux-ci sont appelés artisans et ceux-là travailleurs ou laboureurs. Toutefois, comme toutes ces choses sont soumises à un art et à une technique, il convient que ceux qui les font veillent à trois choses : la première, à les faire loyalement, comme il convient, sans changer ni altérer les choses dont elles sont faites ; la deuxième, à les faire complètes, sans les priver de rien ni rien leur ôter ; la troisième, à y mettre tout leur soin, peinant et s’efforçant, faisant tout leur possible pour les faire vite et bien et profiter des temps propices.

Loi VI. Que le peuple doit se rendre maître de la terre et dominer les choses qui s’y trouvent afin de l’accroître

7Accroître et éduquer sa descendance, labourer la terre et s’en servir, comme nous l’avons dit dans les lois précédentes, sont deux choses par lesquelles le peuple fait que les hommes se multiplient et emplissent la terre, obéissant ainsi au commandement de Dieu. Mais il est autre chose que les hommes doivent faire pour que le commandement soit pleinement observé : dominer la terre et savoir s’en rendre maîtres. Et cette domination s’obtient de deux façons : par l’art ou par la force. En effet, les hommes doivent, par leur intelligence, connaître la terre et l’usage qui en sera le plus profitable, et ils doivent la labourer et la nettoyer en ayant recours à leur savoir-faire, car ils ne doivent pas la mésestimer en disant qu’elle n’est pas bonne. Si elle peut ne pas l’être pour une chose, elle le sera pour une autre, comme nous l’avons déjà dit ailleurs dans ce livre. Et ils doivent faire de même avec les animaux qui habitent la terre. En effet, les hommes doivent, par leur entendement, reconnaître ceux qui seront les plus profitables et pourront le plus rapidement être domestiqués grâce à leur art et à leur savoir-faire afin de pouvoir s’en servir et recourir à eux pour les tâches où leur aide serait nécessaire. Quant aux animaux sauvages, les hommes doivent de même, exerçant leur savoir, les prendre et en tirer profit. Ce faisant, ils se rendront maîtres de la terre et se serviront des choses qui s’y trouvent, aussi bien des bêtes que des oiseaux ou des poissons, selon le commandement de Dieu.

Loi VII. Que le peuple doit se rendre maître de la terre par la force

8Le peuple doit se rendre maître de la terre par la force lorsqu’il ne peut le faire par son savoir-faire ou par son art. Il doit alors s’aventurer à vaincre les choses par sa force et par sa vigueur, brisant les rochers, perçant les montagnes, aplanissant les hauteurs, comblant les fosses ou tuant les animaux féroces et puissants, se risquant à les combattre pour en tirer profit. Et parce que toutes ces choses ne peuvent se faire sans hargne, de tels combats reçoivent le nom de guerre. Par conséquent, aime sa terre le peuple qui possède assez de savoir et de courage pour s’en rendre maître en faisant les choses susdites. Et s’il doit faire tout cela contre les choses dont nous avons dit qu’il devait les combattre, à plus forte raison doit-il le faire contre les hommes, s’ils sont ses ennemis, qu’ils veulent guerroyer contre lui et, par la force, lui prendre sa terre ou y pénétrer pour lui causer des dommages. Pour ce faire, il importe fort que le peuple ait les deux choses dont nous avons parlé plus haut, savoir et courage, afin qu’il sache défendre ses biens et gagner ceux de ses ennemis. C’est pourquoi nous affirmons que le peuple qui n’agirait pas ainsi commettrait plusieurs fautes. En premier lieu, il irait contre le commandement de Dieu. Ensuite, il montrerait avoir peu de sens et peu de coeur, puisqu’il ne saurait se défendre de ses ennemis et leur donnerait loisir de se rendre maîtres de lui-même et de sa terre. Et outre le châtiment que Dieu lui infligerait, celui qu’il recevrait de ses ennemis ne serait pas des moindres lorsque ceux-ci lui feraient perdre sa terre à son grand dam et pour son déshonneur. Et ce peuple-là ne doit point être dit l’ami de sa terre, mais bien son ennemi mortel, comme il en va de celui qui veut que son bien aille à ses ennemis, qui veut être vaincu plutôt que vainqueur et qui préfère la servitude à la liberté.

Loi VIII. Des choses auxquelles le peuple doit être préparé et contre lesquelles il doit être mis en garde pour être en mesure de défendre sa terre et de se rendre maître de ses ennemis

9S’être rendu maître de sa terre est pour le peuple source de bien et d’honneur. Grand bien, en effet, lui en vient car lorsque ses ennemis comprendront qu’il est maître chez lui, ils n’oseront pas l’attaquer ni lui faire le moindre mal. Et c’est grand honneur pour lui d’être prêt et puissant, en sorte qu’il est maître de la guerre et de la paix et d’en user du mieux qu’il l’entend pour son bien. Mais pour cela, il doit disposer et être doté de quatre choses : premièrement, de châteaux bien bâtis et bien pourvus ; deuxièmement, de bons chevaliers et de bons piétons ; troisièmement, d’assez de chevaux et d’armes ; quatrièmement, d’assez de vivres, car tout le reste en dépend. En outre, il doit s’efforcer autant que possible pour disposer d’un fonds particulier pour payer les missions qui sont nécessaires en temps de guerre de façon à ce qu’il ne soit pas nécessaire d’imposer les gens du peuple, car c’est chose qui leur est toujours très pénible et plus encore lorsqu’ils doivent guerroyer. Dès lors, le peuple qui sera ainsi préparé et muni accomplira la parole de Notre Seigneur Jésus-Christ dans l’Évangile : « Quand l’homme fort et bien armé garde sa maison, tout ce qu’il possède est en paix » [Luc, 11, 21]. Et ceux qui agiront ainsi pourront être pleinement fidèles à leur seigneur. Ils seront tenus pour des hommes de bon sens et seront craints de leurs ennemis. Ils se rendront maîtres de leur terre et feront la preuve qu’ils sont ses amis. Quant à ceux qui n’agiront pas ainsi, ils encourront tout le contraire et en recevront maux, peines et hontes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre XX. Comment doit être le peuple envers la terre dont il est naturel », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/86

Haut de page