Navigation – Plan du site
Deuxième partie : Éditions et commentaires

Anselm Turmeda (1352/53-v.1423)

Texte intégral

Prophéties attribuées à Anselme Turmeda

  • 1 Antoni de BOFARULL I MASCARÓ, (éd.), «Proceso del conde de Urgel», Colección de documentos del Arch (...)
  • 2 « Aquesta es la declaració de la proffecia, feta per lo responent frare Encelm Turmeda en la disput (...)

1Cinq textes prophétiques en langue catalane sont attribués à Anselme Turmeda, dont seulement quatre sont aujourd’hui connus : un texte en vers daté de 1405 ou 1407, un autre poème intitulé Altra ordinació supposé composé en juillet 1406, la Profecia de l’Ase écrite au plus tard en septembre 1418 et des Cobles de profecies de fra Anselm. Bernat Martí, cité comme témoin lors de l’un des procès intentés à la soeur du comte Jacques d’Urgell (03/1415) mentionne également « altra profecia de frare Anselm qui diu en cert loch que lo pom saura a traure arrera et acostar als de sa vera lengua quel leo fer goliart et socoltre volra glotir etc1 », qui n’a pas été retrouvée. Il faut ajouter à cette liste un commentaire à la Profecia de l’Ase, également en catalan et lui aussi attribué à Turmeda2.

a) Lo dictat de ffraire Ancelm Turmeda

2Désigné ici par le titre que lui donne le manuscrit 92 de la bibliothèque Ventimiliana, ce texte comporte un prologue de 100 vers, suivi de 656 vers prophétiques. Il est entièrement rédigé en pentasyllabes, rimant deux à deux ; à de rares exceptions près, ses rimes sont consonantes.

3L’attribution de ce texte à Turmeda n’est pas douteuse. En effet, dans sa Disputa de l’Ase, de 1417-1418, il fait dire à l’âne censé débattre avec lui que :

  • 3 Raymond FOULCHÉ-DELBOSC (éd.), « Disputation de l’Asne », Revue hispanique, 24, Paris, 1911 p. 469.

votre oultrecidance, vous fait grandement faillir, pour un peu de science d’Astrologie, que Dieu vous a donnée, vous avez pris tant d’arrogance et d’orgueil que nul ne peut viure avec vous [...] par la prophetie qu’auez faicte (pour ce que tout ce que vous auez mis en ladicte prophetie, ou la plus part est aduenu au monde auez prins si grand fierté, que nul ne vous peut parler. [...] Et voyant en vostre prophetie comme le scisme debuoit passer et debuoit estre vray Pape ung de la Colonne. En ce passage au commencement de la prophetie, ou vous dites Abandonnée vitupérée : sera l’espée : qui blanche Rose estoit nommée. Et puis privée de sa couronne sera Prouence, par sa puissance mettre au logis3.

  • 4 A. de BOFARULL I MASCARÓ, op. cit, p. 289-290. Les vers 316-318 ne sont pas explicitement attribués (...)

4Les vers cités sont précisément les vers 1-7 et 9-11 du Dictat. En outre, Bernat Martí cite lui aussi des passages de ce texte, en mars 1415, en les attribuant au renégat mayorquin (v. 316-318, 475-483 et 488-501)4.

5Une partie au moins de ce Dictat existait donc en 1415. On remarquera cependant que s’il est bien question de l’élection de Martin V (Otto Colonna, élu le 11/11/1417) au vers 8, soit Turmeda est un remarquable prophète, soit son texte est post eventuum — auquel cas il ne saurait avoir été composé en 1405 (ou 1407), soit nous sommes face à un cas typique d’interprétations multiples possibles d’une même prophétie. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point.

  • 5 Pour une description de ces volumes, se reporter à la deuxième partie de cette thèse.

6Quatre manuscrits, tous copiés au XVe, contiennent ce Dictat : Ventimiliana 92 (fols. 200-202), Biblioteca de Catalunya 490 (fols. 98ro-99ro) et 485 (fols. 259vo-261vo) et enfin Escurial N-I-13 (fin XVe-début XVIe, fols. 43ro-47vo)5. Quelques éditions critiques partielles ou transcriptions de certains des témoins de ce texte ont déjà été proposées.

  • 6 En 1911, Ramón d’Alòs-Moner faisait déjà remarquer que cette édition du Dictat de Turmeda était « y (...)
  • 7 Cet article se trouve dans :  Museo Balear, segona época, 1884.

7La version du Dictat contenue dans Esc. N-I-13 a été signalée pour la première fois par Alòs Bodoy-Torrents, qui tenait cette information de Padre Benigne Fernández (O.S.A) et en a donné une transcription dans la Revista ibero-americana de ciencias eclesiásticas (1901), travail que je n’ai su me procurer6. Les vers 18 à 45 de cette version du texte ont également été transcrits par Estanislao de Kosca Aguiló, dans un article sur Turmeda7.

  • 8 « La E[scurial], de la qual n’havem obtingut cópia fotográfica, no fiantnos del text publicat en la (...)
  • 9 « Manuscrit 336 de la Biblioteca de Carpentras que conté ademés de les Profecies que açí tractem, l (...)

8BC 485 a été découvert par Ramón d’Alòs-Moner, qui l’a pris pour base d’une édition du Dictat s’appuyant sur ce manuscrit et sur Esc. N-I-13 (« Profecies d’en Turmeda », Revue Hispanique, 24, Paris, 1911, p. 480-496), dont il a scrupuleusement porté les variantes en notes, sans s’appuyer sur l’édition déjà existante de Alòs Bordoy-Torrents8. Il ignorait l’existence de BC 490, déplorait ne pas avoir pu obtenir une copie de Ventimiliana 92 et fut à l’origine de l’erreur consistant à affirmer que Carpentras 336 contenait également ce Dictat9.

  • 10 Dans BC 485 « abunden les incorreccions de tota mena y fins hi manquen alguns versos ». Cependant, (...)
  • 11 Aussi bien dans le corps du texte que dans les notes de bas de page (lectures de E, en général), Ra (...)

9Cette édition n’est donc que partielle, ce que regrettait amèrement Ramón d’Alòs-Moner, parfaitement conscient d’avoir affaire avec BC 485 et E à des versions très altérées du Dictat10. On peut également lui reprocher de ne pas avoir explicité ses critères de transcription et, probablement, d’avoir corrigé le texte en plusieurs endroits sans l’avoir signalé. Il me semble en outre que cette transcription présente quelques erreurs11. Enfin, il est regrettable qu’aucune discussion sur l’attribution du texte, sa datation, sa forme, sa langue ou encore sa possible exégèse n’ait trouvé place dans le travail de l’érudit catalan.

  • 12 Miquel de EPALZA (éd), Anselm Turmeda:  Llibre de bons amonestaments i altres obres, Biblioteca Bàs (...)

10En 1987, Miquel de Epalza a donné une version modernisée du texte de BC 48512, augmentée de corrections tirées d’autres manuscrits et présentées entre crochets. L’éditeur ne dit pas quel témoin du texte il utilise, ne précise pas l’étendue de ses propres interventions (sur la ponctuation, l’orthographe, l’accentuation du texte), omet de préciser de quels manuscrits il tire les vers qu’il met entre crochets, n’explique pas selon quels critères il a amendé le texte et ne tente aucun commentaire du Dictat.

  • 13 Savi-López avait, semble-t-il, « minutamente » décrit ce manuscrit (selon Aristide RAIMONDI, « Rela (...)
  • 14 Pere BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies de fra Anselm Turmeda (1406) », EUC, IX, Barcelone, 1915-1916, (...)

11La première mention du manuscrit Ventimiliana 92 est due à Savi-López qui en donna une description dans une Miscel.lànea per A. Mussafia, en 1905, description brièvement reprise par Massó Torrents l’année suivante13. Il fallut attendre 1931 pour qu’Aristide Raimondi proposât une édition des prophéties de Turmeda que ce volume contient. Aucun des éditeurs de l’une ou de plusieurs des versions de ce texte n’a pu consulter ce manuscrit depuis ; seul Pere Bohigas i Balaguer a utilisé l’article de Aristide Raimondi lorsqu’il a tenté, sur 40 vers, de définir les différentes familles auxquelles appartiennent les manuscrits du Dictat14 ; il m’a également été impossible d’obtenir une copie du manuscrit, malgré des demandes répétées. La difficulté tient semble-t-il à ce que les fonds de la Bibliothèque Ventimiliana ont été dispersés et qu’il est donc devenu très difficile de localiser un manuscrit précis ; celui qui nous intéresse serait cependant conservé aujourd’hui dans la bibliothèque de droit de l’Université de Catane, mais il fut impossible d’en obtenir la cote.

  • 15 Il proposait une édition critique du Dictat qui prenait en compte Ventimiliana 92, qu’il est donc l (...)
  • 16 « Ho seguito quasi sempre l’interpunzione che ci dà il d’Alòs, mutandola ogni volta che me ne desse (...)

12Aucune édition critique du Dictat prenant en compte tous les témoins conservés de la prophétie n’avait encore été réalisée. Je souhaitais proposer une édition critique de ce texte. J’ai donc dû me résoudre à utiliser l’édition d’Aristide Raimondi pour rendre compte du contenu de Ventimiliana 92. L’inconvénient majeur du procédé réside en ce qu’une comparaison de tous les manuscrits fait apparaître que ce dernier est, de loin, le meilleur — ce que soupçonnait déjà Raimondi15 — et que j’ai donc également dû le prendre comme base de mon édition. Je ne saurais malheureusement me prononcer sur l’étendue des transformations imposées au texte de Ventimiliana 92 par l’érudit sicilien, qui ne dit rien à ce sujet. Un examen de sa transcription révèle toutefois qu’il semble avoir respecté l’orthographe du manuscrit : il a notamment reproduit les alternances entre i, j, y et i long (« eclipssy », « ljnatge », « Romanja »), de même qu’entre u et v (« uia », « uilana »), les consonnes géminées, quelle que soit leur position (« ffara », « dainnjo », « pessança ») et a toujours préféré les formes données par le manuscrit aux formes actuelles, même pour les noms propres (« Quataluinnja », « Valença »). Le texte a été ponctué conformément à l’usage actuel, en accord ou non avec la ponctuation proposée par Ramón d’Alòs-Moner16 ; le premier mot de chaque vers porte une majuscule, de même que tous les noms propres. La séparation des mots est conformé à la pratique du catalan moderne ; les élisions n’ayant pas cours aujourd’hui sont représentées par ·. Les lectures fautives ou absurdes ont été soit conservées (reu erbatge, verlant somnia), soit écartées en vertu d’une comparaison avec l’édition de Ramón d’Alòs-Moner, mais dans ce dernier cas, la lecture de E est reportée en note. Cette transcription peut donc être considérée comme fiable.

  • 17 Aristide RAIMONDI, « Relazioni fra Sicilia e Catalogna [...] », Archivio storico per la Sicilia ori (...)

13Notons que Aristide Raimondi date l’écriture du texte du XVe siècle et fait remarquer que l’anthologie à laquelle appartient le Dictat est probablement passée par une main catalane, l’Epistola de Raimbaut, texte rédigé en provençal, étant « infarcito di forme catalane17 ».

  • 18 « Il d’Alòs dà la versione di D [BC 485] con le varianti di E ; e me ne servo pel tentativo di rico (...)

14Quant à la qualité de l’édition critique proposée par l’érudit sicilien, on peut reprocher à ce dernier de ne pas avoir utilisé BC 490 et de n’avoir eu qu’une connaissance indirecte de BC 485 et d’Esc. N-I-1318. En outre, il reproduisait l’erreur de Ramón d’Alòs-Moner consistant à affirmer que Carpentras 336 contenait le Dictat. Enfin, il ne proposait aucune tentative de commentaire du Dictat.

  • 19 Ces amendements se trouvent dans Jordi RUBIÓ I BALAGUER, Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 1 (...)
  • 20 Ainsi, Jordi RUBIÓ I BALAGUER fait remarquer que :  « 269-280 són difícils de puntuar, i segons la (...)

15En 1913-1914, Jordi Rubió i Balaguer proposa quelques amendements à l’édition d’Aristide Raimondi, semble-t-il à partir d’une consultation directe des manuscrits V, BC485 et E19. Ses corrections portent à la fois sur des lectures des manuscrits et des problèmes d’interprétation20.

16Il a par ailleurs fort justement fait remarquer que Carpentras 336 ne contenait pas le Dictat.

  • 21 P. BOHIGAS I BALAGUER, art. cit., p.173-175.

17BC 490 n’avait jamais été transcrit intégralement, ni comparé dans sa totalité aux autres manuscrits du Dictat. Il a été retrouvé par Pere Bohigas i Balaguer21.

18Le texte de Turmeda étant très difficile à interpréter, et donc à ponctuer, je présente pour ma part à la fois une transcription diplomatique de chacune des versions manuscrites de cette prophétie, et une tentative de reconstruction du texte, à partir de ses quatre témoins.

19L’examen des variantes desdits témoins enseigne que la transmission du texte a dû être fort complexe, entraînant des contaminations entre les différentes familles que des erreurs communes permettent d’ébaucher.

20On peut tout d’abord affirmer qu’aucun des quatre manuscrits n’est une copie de l’un des autres, puisqu’aucun ne présente les erreurs d’un autre témoin en plus des siennes propres.

21Par ailleurs, ces quatre manuscrits ont en commun les 4/5e de la prophétie ; on peut donc supposer qu’au-delà de leurs variations, ils dépendent tous d’un même archétype, certes lointain dans le cas de E[scurial]. Le cinquième du texte soumis à variations comporte des erreurs (propres à un témoin, ou, plus rarement, partagées), des traductions (en particulier dans le cas de E) et surtout, des lectures alternatives.

  • 22 B5 et E partagent des lectures erronées des vers 95, 178, 364 (omission) et 537 ; B0 et V omettent (...)
  • 23 B0 et E partagent 7 lectures alternatives (vers 289, 34, 298, 308, 350, 525, 555) et dans 6 cas lis (...)
  • 24 Après avoir comparé les quatre manuscrits du Dictat sur 45 vers, Pere Bohigas i Balaguer affirmait (...)

22L’examen des rares erreurs communes permet d’ébaucher une parenté entre B[C48]5 et E22, alors que B[C49]0 et V[ent.92] partagent une omission de vers (v. 181) et que les quatorze cas de variantes alternatives définissent les groupes BO-E, B5-V et B0-V23. Si B5 et B0 paraissent être les deux manuscrits les plus éloignés l’un de l’autre, on aboutit cependant à un enchevêtrement inextricable de données qui empêchent de tracer le moindre stemma24. Ceci est d’autant plus révélateur de la complexité — voulue — du texte de Turmeda que B0, V et B5 ont été copiés peu de temps après la date de rédaction probable de l’original.

23Comme on pouvait s’y attendre, chaque manuscrit présente des caractéristiques bien particulières, au point que le cas le plus fréquent de variante alternative est celui qui oppose un texte à un, deux ou trois autres.

  • 25 « Axi ho manda », contre « Axi comanda » (B0), « Axi ho comanda » (B5) et « Axi com manda » (E), ve (...)

24V est indéniablement le texte le plus proche de l’original, pour autant que l’on puisse créditer Turmeda de la volonté de produire un texte compréhensible au premier degré. Probablement copié au début du XVe, c’est-à-dire possiblement contemporain de l’original, il ne présente que 23 erreurs manifestes, dont 3 omissions de vers, l’ajout d’un vers après le v. 215 et un saut du même au même (v. 6, prologue) ; il y a donc fort à parier qu’il n’est pas très éloigné de l’archétype dont il est issu. Il contient à la fois la phrase introductive du texte, celle qui clôt le prologue et les vers de conclusion. Il ne lit que 7 fois seul, ce qui s’explique par : un saut du même au même (v. 6), une atténuation de la violence de l’invective contre l’Allemagne (v. 80), une formulation différente de la même idée (v. 308)25, une résolution fautive d’abréviation (v. 551) et une lecture meilleure que celles de tous les autres témoins (v. 239 et 330). Il ne semble pas avoir été contaminé par du castillan et n’a d’ailleurs jamais quitté la Sicile.

25B0 est sans doute le manuscrit le plus proche de V, parmi ceux qui sont conservés, tout en étant d’une qualité bien moindre (il comporte 48 erreurs). Il maintient néanmoins dans certains cas une forme plus ancienne que celle proposée par V (« Barchinona », « daytal »). Le e atone y est toujours transcrit par un a (« altisma », « paguanisma », « manor », « pasança ») ; le /o/ atone y est parfois transcrit <u> (« furtuna »). L’absence d’un certain nombre de nasales semble indiquer que le copiste n’a pas identifié les tituli du manuscrit qu’il copiait (« gruya » pour « grunya », « muntaya » pour « muntanya »). Outre ces erreurs, notons 5 omissions de vers, 2 omissions de mots, 2 additions de mots et quelques formes absurdes, possiblement dues à des difficultés de lecture du manuscrit copié (« madada » en un seul mot pour m’a dada, « demora » lu « dencora », « viuent » pour « vinent »), ou à de pures négligences (curçada » transcrit « cursada » et qui change de sens, « pera » pour « pedra »).

26B0 offre 21 cas de lecture alternative : 

  • des formulations différentes d’une même idée et qui n’affectent pas le sens des passages en question.

  • deux piques destinées aux ecclésiastiques alors qu’elles visent ailleurs l’ensemble de l’Église (v. 25 et 17).

  • des modifications de formes grammaticales aboutissant à l’effacement de l’éventuel référent précis du passage qu’elles affectent (« pecat de cisma » contre « del cisma », « de bon paratge contre « del bon paratge »).

  • trois lectures correctes, contre l’ensemble des autres témoins (v. 80 du prologue, 280 et 434).

  • des cas où il m’est impossible de trancher en faveur de l’une ou l’autre solution, faute d’avoir identifié le référent précis du passage, s’il y en a un (v. 6-12, 68 à 73, 83, 275 et 541) ou simplement parce que les différentes versions sont totalement différentes, mais qu’aucune raison valable n’existe pour écarter l’une (v. 275 et 525) d’elles.

27B5 présente un texte très altéré, aussi bien du point de vue du sens que des contraintes de la versification ; un certain nombre d’ajouts de mots, en particulier, produisent des vers de plus de cinq syllabes métriques, comme si, à une étape de sa transmission, un copiste avait plus voulu rendre compte de la compréhension qu’il avait du texte que de la lettre du Dictat (« he qui uol ballia », « exira de fora », « ans de la partida », « de tots bens exorqua », « coue per let sanch nisqua », par exemple). Des formes comme « deportan », « lexan », « sa ajusten » (sans élision) ou « turbada » indiquent peut-être un passage par les mains d’un copiste castillan. 89 erreurs affectent le texte, dont 9 omissions de vers, 7 omissions de mots, deux fusions de deux vers en un, et un certain nombre de non-sens (« ley propina », « acurcuda », « bandanca », « cell qui asseta », « per la gran squira », « maça » pour « moça »). À porter au crédit de l’un des copistes, cependant, la solution trouvée pour pallier l’absence du vers 364 (« ab l’arquebisbe »), qui rendait le vers suivant incompréhensible : ce dernier est remplacé par « en tu Saraguoça », ce qui bouscule la métrique, mais donne un sens à la phrase.

28Ce texte dérive en outre d’un manuscrit qui ne contenait ni la phrase qui clôt le prologue ni les vers de conclusion du Dictat et qui appartient donc à une autre famille de textes que celle dont sont issus B0, V et E.

29Il n’est toutefois pas impossible que certaines omissions de B5 soient le résultat de censures, plus que de l’incurie d’un copiste. On remarquera que B5 passe sous silence le concile de Pise, une alliance franco-navarraise, l’intervention politique d’un archevêque de Saragosse (ou de Syracuse) et les baptêmes forcés de Morisques évoqués à la fin du texte. Pourquoi ne pas voir là les traces d’une actualisation du texte ? Ceci pourrait être confirmé par les lectures alternatives des vers 251 et 267, 466-472, 512 et 633 : l’issue de la guerre en Sicile devient favorable aux Catalans, Barcelone n’est plus appelée à jouer un rôle politique éminent, elle reçoit par ailleurs une qualification négative en tant qu’entité politique (« la orrible fama / de Catalunya »), mais n’est plus vouée à une soumission à l’Aragon. Ces modifications n’ont rien d’incompatible avec la situation politique de la deuxième moitié du XVe : tous les événements évoqués par la prophétie et qui n’ont pas eu lieu ont donc probablement été supprimés du texte.

30Les autres lectures alternatives proposées par B5 (27 cas) appartiennent aux mêmes catégories que celles de B0. Nous sommes notamment de nouveau confrontés aux mêmes problèmes insolubles d’interprétation du texte aux vers 6 à 12, 68 à 72, 466 à 472.

  • 26 R. d’ALÓS-MONER, art. cit., p. 481

31E est à la fois le témoin le plus mauvais et le plus complexe. Ramón d’Alòs-Moner avait dit de cette copie qui compte tout de même 85 erreurs, soit 11 % du texte, qu’elle était « deguda sens cap dupte a un copista castellà qui no comprengué lo que tenia entre mans26 ». Effectivement, des mots, des vers entiers (v. 139 à 145, notamment) du Dictat apparaissent traduits en castillans dans E, au détriment encore une fois du nombre de syllabes métriques et de la rime. Ajoutons que notre traducteur lisait parfois mal son original, ce qui aboutit à des solutions tantôt absurdes (« conciençia » devient « contençia », « veuran », « bebran »), tantôt cohérentes par miracle, comme lorsque « rompran l’esquerra » devient « rompran l’esquena » et il ignorait parfois totalement le sens du mot qu’il traduisait, « espaxada » devenant « despachada », ou « bares », « mayres ». Enfin, E omet 13 vers, ajoute un vers et 3 mots, inverse deux fois deux vers et en fusionne trois fois deux.

32Il me semble par ailleurs que, des 52 lectures alternatives de E, si certaines sont bien dues à une ignorance relative du catalan et à des difficultés à lire l’écriture catalane du XVe, d’autre ressortissent à une actualisation du texte et témoignent tantôt de l’oubli du référent probable du passage, tantôt d’une volonté de censure. Dans le premier cas, si le référent précis du fragment n’est plus connu, écrire « o en disabte », plutôt que « e en disabte », ou « metra la casa » plutôt que « metra·s en casa », « formulation será espachada » plutôt que « es », « puys tal nobleza » plutôt que « ta », où toujours une généralisante l’emporte sur une formulation qui ne visait qu’un seul référent, permet de redonner une actualité au texte en multipliant ses applications possibles. Il me semble par contre que transformer une croisade menée par les chrétiens en une croisade musulmane (v. 148-152) est une adaptation du texte à la réalité politique de la fin du XVe et du début du XVIe. Toutes les attaques contre l’Empire sont également effacées du texte, à un moment où Charles Quint est à la fois roi des Espagnes et empereur, ce qui n’est sans doute pas le fruit du hasard (v. 80 à 87, 102, 212). Ainsi « tu vil putana », appliqué à « Alemanya » dans les autres manuscrits est remplacé par « vil e vana », appliqué à « la marqua », au moyen de la suppression du vers 79 et que v 85 à 87, l’Empire, de « vaincu » devient « venu », alors que son agression envers l’Église est maladroitement effacée du texte, au prix d’une incohérence syntaxique, « has la teu mare » étant transformé en « a la teu mare ». En outre, par ignorance du contexte géographique ou suite à une volonté de supprimer des éléments qui n’ont plus de pertinence au début du XVIe siècle, tous les toponymes qui renvoient à des endroits situés hors de la Péninsule Ibérique sont défigurés : « Vintimilla » devient ainsi « o gent villana » (v. 212) et « Mecina », « mencina » (v. 237). Par ailleurs, une pique contre la France apparaît au vers 295. Enfin, les transformations des vers 414, 507, 527 et 621 me semblent refléter la perte de poids politique de la confédération catalano-aragonaise au sein des territoires contrôlés d’abord par les Rois catholiques, puis par Charles Quint. Dans un seul cas, E propose la seule bonne lecture contre l’ensemble des autres témoins (v. 231).

33À trois reprises, nous nous trouvons face à une autre version du texte, tout aussi valable que celle (ou celles...) que livrent les autres manuscrits et injustifiable par des considérations idéologiques (v. 69-70 du prologue, 30, 181, 192 — à moins qu’il ne s’agisse d’une question de caractères mal identifiés, 228-230 et 641, qui suppose tout de même de n’accorder « olvidada » qu’avec « offenssa », tout en le faisant porter également sur « mal bolença »).

  • 27 Les vers 477-479 évoquent une alliance franco-navarraise, tournée contre la couronne d’Aragon ; les (...)

34Pour établir le texte du Dictat, j’ai utilisé V comme base, que j’ai — rarement — corrigé grâce aux trois autres manuscrits. L’orthographe du texte est donc celle de V, à ces quelques corrections près. Je suis responsable de la ponctuation du texte ; certaines lectures sont proposées sous toutes réserves, et ce tant que les événements auxquels le texte se référait peut-être n’ont pas été identifiés : v. 6 à 12 ( j’ai ici choisi la solution de B5 et des traductions françaises contre B0-V et E), v. 68 (« la Scala », plutôt qu’un métonymique « l’estella », « la estala » ou « la tala »), v. 129 (« mala testa », qui est un jeu de mot sur le patronyme « Malatesta »), 293 (« de Lira » contre « delire »), 466 à 469 (je choisis d’abord B0 et E, contre V, car « Sangossa » me semble être la ville de Sangüesa ; il me semble donc que la suite du passage impose de lire le v. 471 « en sa aiuda », qui est la solution de B0, E et B5, plutôt que « en ta ajuda », comme le fait V. Les affirmations des vers 477-479 ne sont cependant guère cohérentes avec celles des vers 499-50127).

35Mon tableau de variantes donne les variantes orthographiques, parce que nombre de celles-ci aboutissaient à des formes inexistantes ou à transformer le sens des vers qu’elles touchaient, comme dans « curçada » vs « cursada ».

b) Altre ordinació del sobredit

  • 28 Il présente toutefois quelques vers de cinq syllabes :  v. 45, 72, 157, 161.

36Ce poème prophétique en catalan de 287 vers de 3 et 4 syllabes métriques28 (+ deux vers de signature), rimant deux par deux, aux rimes majoritairement consonantes, a été retrouvé par Pere Bohigas i Balaguer et n’est conservé que dans le manuscrit 490 de la Biblioteca de Catalunya, à la suite du Dictat. Pere Bohigas i Balaguer en a donné une édition (Père BOHIGAS I BALAGUER, Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 9, 1915-1916, p. 173-181) dont je m’éloigne à la fois sur des cas concrets de lecture et sur l’interprétation globale du texte.

37Les exceptions au modèle métrique précédemment décrit révèlent soit des omissions de vers, soit des ajouts de mots, dont l’un au moins ne doit rien au hasard. Les lacunes ont bien entendu des conséquences sur le sens du texte, au sens où elles modifient sa possible organisation syntaxique. À côté d’omissions dues à des accidents dans la transmission textuelle, nous sommes donc autorisés à nous interroger sur l’existence de phénomènes de censure ou de réécriture. Précisons qu’aucune ponctuation ne figurait dans l’unique manuscrit de cette Ordinació et que le schéma métrique et l’organisation syntaxique du texte ne se superposent pas nécessairement.

38Ainsi, dans les vers suivants : « embaxades / enujades / ab consell / contra ell rey / qui destorba » (v. 260-263), « rey » est manifestement un ajout. Terminé par ce mot, le vers 262 ne rime alors ni avec le précédent, ni avec le suivant, à moins de supposer une assonance un peu forcée. Il présente de plus une syllabe métrique de plus que le modèle dominant, à moins de pratiquer une synalèphe, opération qui n’est guère d’usage dans la poésie de langue catalane au XVe siècle. Or, il s’agit là de la résolution d’un schisme par l’intervention combinée « d’élus » — peut-être un concile — et d’un empereur. « Ell qui destorba » peut alors être, dans la rédaction primitive, un pape qui refuse de renoncer à sa charge ; « ell rey » ajoute que ce pontife bénéficie d’un appui séculier. Les événements du concile de Constance viennent alors irrésistiblement à l’esprit, concile pendant les travaux duquel Benoît XIII refusa obstinément de se soumettre et fut assez longtemps soutenu par Ferdinand Ier. Il est donc possible que l’ajout de « rey » vise à donner le référent concret du concile de Constance au texte de Turmeda, lequel était susceptible de s’appliquer à un grand nombre de situations.

  • 29 « La falsia / se discobre / veus lo pobre / te corona / Caragossa / si senyalla / rompant l’ala ».

39Les vers 210 à 21729 sont difficiles à interpréter. Il y a semble-t-il une lacune entre « corona » et « Saragossa » (à moins de supposer une rime assonante) et peut-être entre « si senyella » (lecture de BC490) et « rompant l’ala », qui ne riment pas. Il est alors tentant de faire de « lo pobre » le sujet de « te », et de « Saragossa » celui de « si senyella ». Il n’est cependant pas certain qu’il ne faille pas lire « te corona / Saragossa », ce qu’a fait Pere Bohigas i Balaguer. Dans le premier cas, le texte évoquerait l’exercice du pouvoir par un parti « populaire », dans le second, le couronnement des souverains aragonais, qui a traditionnellement lieu à Saragosse. Une telle ambigüité peut-elle être le fruit du hasard ?

  • 30 « Los romans /ytalians / ffan ajust / [lac] / per la Sglesia / que·s pelleya ».

40D’autre part, la lacune existant entre les vers 103 et 10430 entraîne une interprétation de « ffer ajust » comme réunir une assemblée, à cause d’une scission au sein de l’Église (schisme ou autre). Étant donnée la date qui figure quelques vers plus haut, on pense inévitablement au concile de Pise : cette lacune ne serait-elle pas intentionnelle, destinée à référer le texte au concile de Pise ?

  • 31 « Del baro / cell qui fo / huit anyades / no perdonades / en clausura / molt scura /dins Spanya [la (...)

41Le même type de phénomène est observable aux vers 154 à 16031. Il manque au moins deux vers entre « dins Spanya » et « pres tal jornada ». Or, « dins Spanya » oriente la lecture vers la recherche d’un référent péninsulaire à ce passage. En outre, « pres tal jornada » n’est qu’un vers de transition et se trouve être le seul exemple de transition de ce style dans un texte qui ne marque jamais la chronologie relative des événements. Pourquoi ne pas envisager que ces deux vers auraient été substitués à deux autres vers et ce afin d’orienter la lecture vers l’affrontement entre Jacques II d’Urgell et Ferdinand d’Antequera ?

  • 32 Voir le commentaire de cette prophétie, dans ce volume.

42 Quant à tenter de dater cette Ordinació, il apparaît que nombre d’éléments semblent renvoyer à l’intronisation de la dynastie Trastamare en Aragon et au concile de Constance32. Il y a donc tout lieu de croire que mars 1406 est une date de composition fictive, ce qui ne s’oppose cependant pas à ce que le texte soit bien de Turmeda. En effet, ce dernier disparaît de la documentation après 1423 et aucun élément du texte ne renvoie à des événements intervenus après 1417. Toutefois, ni Turmeda, ni aucun des témoins du procès du comte d’Urgell ne mentionnent cette prophétie.

Établissement du texte

  • 33 Voir l’édition de la Ordinació, dans ce volume, avec indication en note des variantes de l’édition (...)

43Pere Bohigas i Balaguer a régularisé l’usage de <i/j> et <u/v>, a pourvu de cédille des mots qui en portent habituellement dans les textes médiévaux, mais qui n’en avaient pas dans BC490 (« Prohença », « s’agença »), a ponctué et accentué le texte de la Ordinació et n’y a pas vu de possibles lacunes. Je diverge assez peu de cette édition quant à la lecture de BC49033, mais mon interprétation, et donc ma ponctuation des vers 29, 164-165, 209 à 217, 247 et 276 sont radicalement différentes de celles du premier éditeur, qui ne fournit d’autre part des hypothèses de lecture, d’ailleurs très générales, que sur les vers 43-53, 70-80,166-183, 200-210 et 255-282.

  • 34 P. BOHIGAS I BALAGUER, art. cit., p. 181.

44Ainsi, au vers 29, il ne me paraît pas nécessaire d’ajouter « » à « lo gran noble » : pourquoi « noble » ne supporterait-il pas le qualificatif de « gran » ? Vers 164-165, considérer « rey de França » comme une apposition à « scut de virtut » permet d’éviter que la phrase précédente n’ait pas de verbe. Les vers 209 à 217 sont effectivement très ambigus ; je crois toutefois que faire de « la falsia » le COD de « tritxaria » plutôt que le sujet de « se discobre » produit une formule redondante — « tritxaria la falsia » — et une phrase incohérente par la suite : « Se discobre veus lo pobre ». Il ne me semble pas nécessaire de mettre un point à la fin du vers 247, car les deux vers suivants deviennent alors une phrase nominale qu’on ne sait à quoi rattacher, alors qu’apposer « sa sciença » et « providença divinal » ne fait pas violence au texte. Enfin, pourquoi ne pas rattacher « es vencuda » (lu « e·s vencuda ») à « la clau ha perduda » ? Ceci évite de proposer une phrase comme : « Es vencuda ladonchs pau general haura el segle sots un clergue e thiara sobre l’ara34 », où « es » n’a pas de sujet ; le sujet de « es » ne peut d’ailleurs pas non plus être le sujet de la phrase précédente — « ell » —, puisque « vencuda » est un féminin singulier.

45J’ai par ailleurs scindé en deux les vers « prouidenca diuinal » et « proces dels elets », ce qui permettait de les conformer au modèle rimique et métrique dominant.

  • 35 Pere Bohigas i Balaguer considérant que le texte « està en molts indrets mancat de sentit gramatica (...)

46Enfin, il me semble que si la Ordinació est effectivement difficile à interpréter, une partie de la difficulté disparaît lorsque l’on accepte de considérer ce texte comme rédigé en majorité après les événements qu’il évoque, ce que Pere Bohigas i Balaguer se refusa à faire. Cette dernière hypothèse n’exclut évidemment pas que le texte pût ensuite connaître de multiples applications, tant il est ambigu35.

c) Profecia de l’Ase et Declaració de la Profecia de l’Ase

  • 36 Jordi RUBIÓ I BALAGUER, « Un text català de la Profecia de l’Ase, de fra Anselm Turmeda », Estudis (...)

47La Profecia de l’Ase nous est parvenue dans deux types de témoins : les traductions françaises de la Disputa de l’Ase et une version catalane, contenue dans le manuscrit Carpentras 336, identifiée en 1911 par Jordi Rubió i Balaguer36.

48Elle se présente comme un poème prophétique de 70 strophes, réparties en une introduction et 69 strophes numérotées, comprenant toutes 4 vers de 6-6-6 et 4 syllabes, à rime consonante (AAAB).

  • 37 Raymond FOULCHÉ-DELBOSC, « Disputation de l’Asne », Revue Hispanique, 9, Paris, 1911, p. 358-479.

49Il existe quatre éditions françaises de la Disputa : Lyon, 1544 (Jaume Jaqui, épître liminaire du traducteur datée du 01/05/1544), Lyon, sans date, d’après la précédente et toujours chez Jaume Jaqui, Lyon, 1548 (Laurens Buyson) et Paris, 1606 (Guillaume Buisson). Raymond Foulché-Delbosc, qui fit connaître l’édition de Lyon 1544, constatant que « l’épître liminaire du traducteur a pour souscription G. L. à tous ses fidèles amis » et pour signature « un asne dont je suis quelque peu parent » en conclut que le traducteur devait être Guillaume Lasne37.

  • 38 Le volume X des Index des livres interdits présente une liste de toutes les oeuvres et de tous les (...)
  • 39 Voir l’article 3861 d’Archer Milton HUNTINGTON, Catalogue of the library of Ferdinandus Colombus. R (...)

50Aucun manuscrit, aucune édition de la Disputa en catalan ou en castillan n’est aujourd’hui conservé et cela est peut-être dû au fait que ce texte figurait à l’Index des livres interdits38. Nous savons toutefois que le livre fut imprimé au moins une fois à Barcelone, en 150939. Le traducteur français nous apprend en outre qu’il a dû avoir recours à un « exemplaire Allemand escrit a la main », lui aussi perdu.

  • 40 « De la feste que feirent les animaux pour la prophetie faicte par leur orateur en l’an mil quatre (...)

51La prophétie de l’âne, datée de 1418 dans la Disputa, est sans aucun doute un écrit de Turmeda40. Il est beaucoup plus difficile de se prononcer sur l’auteur et la date du commentaire de cette vaticination recueilli dans Carpentras 336.

  • 41 J. RUBIÓ I BALAGUER, art. cit., p. 13.
  • 42 Lluis DESTANY (éd.), [Anselme TURMEDA], Llibre de disputació de l’Ase, Barcelone :  Horta, 1922. La (...)

52Jordi Rubió i Balaguer a édité la Profecia de l’Ase et sa Declaració en 1911 d’après le manuscrit de Carpentras, « sense altres variacions que puntuar-lo i posar en majúscules els noms propis41 » ; quelques corrections au texte sont proposées en italique ; quelques erreurs de transcription se sont glissées dans ce travail. L’édition de Jordi Rubió i Balaguer a été reproduite par Marçal Olivar dans sa tentative de restauration du texte catalan de la Disputation de l’Asne ; Miquel de Epalza a consulté directement le texte de Carpentras, mais en a donné une éditon décevante42. Le copiste de Carpentras 336 étant soigneux et ayant disposé d’un texte peu altéré, mon édition et celle de Jordi Rubió i Balaguer ne présentent que peu de variantes. Cependant, répondant au souhait du premier éditeur, j’ai tenté d’adjoindre au texte « el comentari històric que mereix », ce qui n’avait pas encore été fait.

53Le traducteur français de la Disputa nous enseigne que l’exemplaire qui lui a servi à établir le texte « estoit imparfait » et que par conséquent : 

ay este contraint de le faire restituer et accomplir d’un exemplaire Allemand escrit a la main [...] Toutefois ie ne l’ay pas laisse tel qu’il estoit : ains l’ai corrige en plus de mille endroits, addouccissant le langage barbare, et changeant plusieurs mots, qui n’estoient autrement intelligibles. Mais ie suis encore este contraint d’y laisser beaucoup d’imperfections, qui sont au grossier langage.

  • 43 Strophe 11 :  « A la cruelle heure / craignant qu’il ne meure / plus n’aura demeure / en la Seigneu (...)

54Quant à la prophétie de l’âne : « ne me suis trop arreste pour la reduire en vraye rime, pour ce qu’elle est obscure, selon le train des predictions ». Les textes français et catalans de la prophétie présentent effectivement des différences notables. En l’absence d’autres témoins catalans, il est presque impossible de déterminer ce qui tient à l’intervention du traducteur et ce qui doit être porté au compte de l’éventuelle existence de familles distinctes de textes. Quelques observations me semblent toutefois indiquer que le traducteur travaillait sur un texte différent de celui que livre Carpentras 336. Tout d’abord, les strophes 11, 26, 62 et 69 sont très différentes dans les deux textes43. Par ailleurs, seize autres vers présentent des variantes notables : « en sentence obscure » / « de be e de malura » (v. 7), « la terre dolente » / « la terra tota quanta » (v. 39), « sonnera bombarde » / « dara la sua lança parda » (v. 35), « soubz un faulx voyage » / « sota un falç guiatge » (v. 49), « sera lors sans faille » / « fara en la Esglesia » (v. 59), « lestoille couronne » / « la stela no rodona » (v. 61), « verrez par merveille » / « veureu ab gran baralla » (v. 80), « puis le bon Baptiste [...] fera grand conqueste » / « Apres del bon Baptista [...] sera noua conquista » (v. 89 et 91), « la traiste Chymere » / « la ribalda trixayre » (v. 109) « et pour sa rudesse » / « per la culpa comesa » (v. 147), « la royalle source » / « la vostra real mossa » (v. 254), « viendront en l’otage » / « en los orts com a boscatge » (v. 207, défaillant), « Luques prent plaisance » / « Luca pendra pesança » (v. 218), « puis estant sortie » / « puys realment vestida » (v. 229), « a seigneur profane » / « segons que lo cel mana » (v. 257). Il a donc probablement existé au moins deux versions catalanes de la Profecia de l’Ase.

55Un seul témoin de la Declaració de la Profecia de l’Ase est conservé : il se trouve à la suite de la Profecia de l’Ase dans le manuscrit 336 de Carpentras (fols. 192ro-200vo). Les traductions françaises de la Disputa ne le contiennent pas, mais l’édition de Lyon, 1544, précise : 

L’original du livre est fort ancien, comme vous pourrez veoir [...] ledit livre est escrit en vraye langue Cathalaine [...] aussi a la fin verrez une Prophetie faicte par ledit Asne, avec l’exposition d’icelle.

  • 44 R. FOULCHÉ-DELBOSC, art. cit., p. 470 et 477.

56On lit également, lorsque l’âne se prépare à livrer sa prophétie, que « pour ne donner ennuy au treshault et puissant prince le roy nostre sire, qui est icy present, m’en veulx taire : car aussi ne l’entendroit-il pas sans glosse », puis « tres voulentiers, frere Anselme, vous donneray la declaration par vous demandée, et cela après la disputation finée44 ». Un témoignage interne au texte et un témoignage externe semblent indiquer que la Disputa en catalan contenait bien un commentaire de la prophétie de l’âne : il est donc possible que le traducteur, ou l’éditeur français, ait décidé de supprimer ce commentaire.

57Par ailleurs, Jordi Rubió i Balaguer avait déjà remarqué que la prophétie de l’âne que cite le commentaire de Carpentras 336 n’est pas exactement identique à celle qui figure juste avant dans ce manuscrit. On peut donc envisager une circulation indépendante des deux textes. Le copiste de Carpentras aurait alors accolé l’un à l’autre une prophétie et un commentaire provenant de deux manuscrits ou éditions différents.

  • 45 Le commentateur paraphrase en général les vers qu’il glose. Il affirme que « madama de Napols qui a (...)
  • 46 Par exemple, « coue aquelles coses sobre scrites se seseguescen segons son posades » paraphrase plu (...)

58Les seules variantes significatives entre la prophétie et le commentaire recueillis par Carpentras 336 que l’on puisse déduire de l’examen du commentaire concernent les strophes 8 et 27. Strophe 8, la glose propose « daran la salsa parda » contre « dara la sua lança parda » dans le texte (v. 35 ; « sonnera bombarde », dans la traduction française). Le premier vers de la strophe 27 commence par « traicio » dans la glose, alors qu’il commence par « la ribalda trixayre » dans le texte de Carpentras 336. Son troisième vers se terminait probablement par « amichs » dans le texte consulté par le commentateur, alors que la prophétie donnée par Carpentras 336 porte « mayre »45. Le sens de la strophe 27 n’est pas affecté par les variations que proposent les deux versions dont nous disposons, puisque dans les deux cas il peut s’agir du troisième mariage de Jeanne II de Naples. La version française autorise elle d’autres applications du texte, car elle propose comme premier vers de la strophe 27 « la traiste Chymere ». Le reste de la strophe est identique au texte copié dans Carpentras 336. Quant à la strophe 8, la solution du commentaire et celle de la version française du texte supposent que des Lombards agressent « el gran vicari » (le pape ?), alors qu’ils lui portent secours dans la version de la prophétie retenue par Carpentras 336. Pour autant qu’on puisse en juger, le texte consulté par le commentateur est plus proche de la prophétie conservée par Carpentras 336 que de celle traduite par Guillaume Lasne46.

  • 47 Joan COROMINES, Diccionari Etimológic i complementari de la llengua caralona, Barcelone :  Curial-C (...)

59Il a apparemment existé une version versifiée de ce commentaire, si l’on se fie à ce que rapporte Joan Coromines dans l’article « Perussa » de son Diccionari etimològic. Il ne donne malheureusement pas les références de cette version, qu’il considère en outre comme ayant précédé la version en prose47.

60Cette Declaració est vraisemblablement antérieure à 1433 — le comte Jacques d’Urgell y est présenté comme vivant — et aucun élément ne permet d’affirmer qu’elle ne serait pas de Turmeda. Elle ne correspond qu’en partie à la pratique traditionnelle de la declaratio : s’en tenant au niveau littéral de l’exégèse, elle ne dit en effet presque rien du cadre temporel et spatial auquel appliquer la Profecia et n’identifie pas précisément les actants qui devraient y prendre place. Autant dire qu’elle mérite elle-même d’être soumise à élucidation, en un bouleversement des règles du genre que n’aurait pas renié Turmeda.

d) Cobles de profecies de fra Encelm

  • 48 Jordi RUBIÓ I LLUCH, « Un text català de la Profecia de l’Ase, de fra Anselm Turmeda », Estudis uni (...)
  • 49 Josep PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida del Vade mecum in tribulatione de Joan de (...)
  • 50 Miquel de EPALZA (éd.), Anselm Turmeda:  La disputa de l’Ase, Biblioteca bàsica de Mallorca, 15, Ma (...)

61Ces quatre strophes de quatre décasyllabes à rime consonante (ABBA) ne sont conservées que dans le manuscrit 336 de Carpentras (fol. 200vo). Elles ont été éditées pour la première fois en 1913 par Jordi Rubió i Balaguer, édition reproduite à l’identique par Lluis Destany (Barcelone, 1922), puis Marçal Olivar (Barcelone, 1928, Ière éd.)48. Josep Perarnau i Espelt en a livré une transcription dans son article sur la traduction catalane du Vade mecum in tribulatione de Roquetaillade49, Miquel de Epalza en a proposé en 198750 une édition présentant les mêmes déficiences que celle du Dictat.

  • 51 J. RUBIÓ I LLUCH, art. cit., p. 10.

62L’écriture de Carpentras 336 ne posant pas de problèmes particuliers de lecture, ma transcription est donc fort proche de celles de Jordi Rubió i Balaguer et Josep Perarnau i Espelt. Je crois par contre que rien ne justifie de supposer que ces Cobles soient « un fragment d’una composició més llarga i desconeguda51 », comme l’a fait Jordi Rubió i Balaguer. En effet, la prophétie présente tout d’abord un explicit : « fi de una profecia », ce qui n’est certes pas un critère déterminant, mais ne devrait pas automatiquement déclencher un soupçon d’incomplétude. D’autre part, la lecture du texte ne fait pas apparaître un manque quelconque quant au sens de cette prophétie ; syntaxiquement, aucun élément n’appelle d’ailleurs à une suite à la quatrième strophe. Enfin, pourquoi ne pas accepter tel quel un texte qui est aujourd’hui le seul témoin conservé d’une prophétie dont aucun autre fragment n’a jamais été signalé ?

  • 52 Ibid., p. 10.
  • 53 Barcelone y est accusée du péché d’orgueil et menacée des pires châtiments si elle ne se repent pas (...)

63L’argument selon lequel ces Cobles ne seraient pas de Turmeda parce que « fòra l’únic testimoni que tindríem de l’empleu, pel renegat mallorquí, del metre trobadoresc i menys popular de les cobles » me semble irrecevable52. Josep Perarnau i Espelt s’est quant à lui bien gardé de se prononcer sur l’attribution du texte à Turmeda. Aucun élément de cette prophétie comminatoire dirigée contre Barcelone ne pouvant être identifié à coup sûr comme une allusion à un événement précis53, il est donc pour le moment impossible de déterminer s’il s’agit bien d’une prophétie de Turmeda.

Anselme Turmeda : Dictat

64Axi comença lo dictat de ffraire Ancelm Turmeda, en altra manera appellat Abdalla, lo qual feu en Tunis en lo temps de març MCCCCVII, segons algunes profacies e dits de strolechs de algunes cosses les quals se deuen esdeuenir del fet de la Esgleya e regidors de aquella e de alguns princeps e senyors e lurs terres e prouincies e ylles, e de aço que s’ha esdeuenir en aquelles.

  • 54 Mc. 13.7-8, Lc. 21.9-11 et Mt. 24.7-10.

Les prometençes

e greus sentences

qui reuelades

fforen possades

5

pells grans profetes

e les tempestes

veyg que s’acosten

eh ja desbosten

ley crestiana.

10

La gent pagana,

urendint lur lança,

an esperanca

de fer dapnatge

al gran linatge

15

qui porta crisma,

peccat del cisma

tal mal los dona.

Cells qui corona

ffalssament porten

20

veg que·s deporten

en fer malia

frau e falssia.

En els demora,

sobre ells plora

25

la santa Esgleya.

Sots pell d’ouella

lo mon enganen

e a nos manen

ffer abstinença

30

e la hofensa

que han comessa

ja l’an tramessa

per uent a fora.

Juncta es l’ora

35

que clerecia

per sa malia

lo mon desfaca.

Cel s’embaraça

qui dells se ffia.

40

D’ipocresia

porten bandera

e de sant Pera

la uia lexen

e tots se fexen

45

ab simonia.

Qui uol batllia

en cort romana

si no ha lana

debades trompa.

50

Per la lur pompa

e gran huffana,

ley crestiana

passa pressura.

O causa dura

55

e molt amara

que nostra mara

dos marits aje !

De tal damnaje

los reis no curen

60

e ells mesuren

ço que no molen ;

per ço ells uolen

que dur lo çisma

per fer sofisma

65

e metre glossa

en tota cossa

qui per ells faça.

Infern abraçe

les gents perdudes

70

qui son caigudes

sota lo cisme !

Deu del altisme

pudor se’n dona,

per ço ordona

75

que les agrestes

e greus tempestes

que la Scriptura

sota figura

hauia closes,

80

ab les lurs noses

vinguen en terra.

Veus fam e guerra

e pestilença

ab mal uolença

85

qui ja s’estenen54 : 

ay cells qui resten

huy en la uia !

E greu no us sia

la meu loquença,

90

car la sciença

que Deus m’a dada

gens amagada

no voll que sia.

La profecia

95

es espaxada,

per ço, lexada

la longa uia,

ab maestria

sia curçada1

100

e breu posada.

 

65Asi fenex lo proemi e comença a parlar de la Esgleya, de ço que·s ha esdeuenir en ella e en los seus regidors.

 

  • 55 Mt. 24.29
  • 56 Mt. 27.64.
  • 57 À partir de Lc. 16.30-31?
  • 58 Outre l’inclusion d’un proverbe, c’est l’usage de « beguina » comme synonyme ‘d’hypocrite’ qui est (...)
  • 59 Nicolas de Lyre (1270-1340?), théologien, auteur de Postillae perpetuae in universa Biblia (1322-13 (...)

Abandonada,

vituperada

sera la spossa2

qui blancha rosa

5

era nomnada.

E puis priuada

de sa corona,

la gran colona

fara Prouença3

10

ab sa potença

metre en cassa,

a colp d’espasa

glaui e lança.

SSera gran dança

15

en cort romana,

bruta uilana,

cant per fortuna

ffara la luna

final eclipssy55.

20

Ecce quod scripsy

no es luny gaire4

ni·s pot estraire

que axi no sia.

Si strologia

25

no me engana,

italiana

sera la Sgleya.

E cell qui geya

en presonia

30

per falsa uia

exira fora.

En cela hora,

lo poch linatge

al grant paratge

35

metra per terra.

Ab tant, lur guerra

sera finida

e la spossada

ab gran bondança5

40

tindra balança

de la dretura,

metent mesura

en sos contractes.

Auran tals actes

45

pocha durada ;

pus, caualcada

sia en sehla ; 

metra·s en ella

desconoxença.

50

Ab sa potença

ffara ultratge

al gran linatge

de la flor groga.

Ja que no·s moga

55

l’alta corona,

ell en persona,

sota cuberta

ffaent oferta

del sant Babtista,

60

com a sophista

sera contrari

al gran vicari

e a sa sposa

dara grant nosa.

65

L’error derrera

que la primera

sera pus mala56.

Cell de la Scala

dins Lombardia

70

en aicel dia

ab sa potença

ffara ualença

al rey de França.

Depuis bonança

75

vendra fortuna

apres la luna

a la gran barcha,

ço per la Marcha

Anconetana.

80

Tu vill putana,

o, Alamainna !

ab gent estrainnja

vinent en Roma

apres la coma6

85

seras uençuda.

Desconeguda

has la teu mare

qui a ton pare

dona potença.

90

Per tal ofensa

gran uituperi

rebra l’Empery

per clereçia.

Car en cell dia

95

a les Colones

les teus corones

metran per terra

e faran guerra

fins a les portes,

100

e les gents mortes

corompran l’aire.

De l’Emperaire

seras priuada,

desmaridada

105

vjnt e dos meses.

Ab lums enceses,

apres tal dança,

lo rey de França,

sense bandera,

110

dins en Sant Pera

dira sa colpa.

Cell qui s’enuolpa

de la gran capa,

verdader papa,

115

en celha hora

sense demora

d’alta cadira

al dit gran xira

dara repaire.

120

E, sens cor uaire,

ffent amistança

e perdonança7

dara complida

e beneyda.

125

La gent estrainnja

dara’ls romanya

per lur soldada.

Pres tal jornada,

la mala testa

130

ffara gran festa

dins en Ancona,

prenent corona

de senyoria.

En aycell dia

135

sera la Sglesia

qui morta jahyia

resuscitada.

E gint ornada

com a regina,

140

per la marina

ffara gran dança,

alçant la lança

de la croada.

E espaxada

145

la gran ampresa,

no sera presa

gens per Suria.

En Barberia

ffara uiatge

150

per lo oltratge

comes per ella,

mes la nouella

sera sentida.

En la partida

155

de la gran flota,

cell qui acota

lo seu linatge

haura la plage

be establida :

160

gent infinida

negra e blancha,

pres la palancha

on l’aigua corre.

Sobre la torre,

165

pres la uerdescha,

sera la trescha

de la batalla,

ladonchs sens falla.

Apres la costa,

170

sera desbosta

la gent pagana

ab gran ufana.

Ab tal pelea

la creu uermela

175

de Jenouesses,

auent sotsmesses

los de Bugia,

ffara la uia

de la montainnia.

180

Ab gran compainnia

per lo boscatge,

sense guiatge,

prenent carrera

per la riera

185

sera uençuda,

cridant aiuda

jus per la plana.

Gent quatalana,

ab gran potença

190

ffaent ualença,

alçant bandera,

ronpran l’asquera

del paganisme.

Deu del altisme

195

a la lur lança

dara poxança

de fer conquesta.

E del Babtista

passant la festa

200

sera tempesta

en Cataluinnia.

Cell qui s’aluinnia

de la seu cassa57

a colp de spassa

205

voldra l’entrada.

E soterada

l’alta corona,

veus Barcelona

jus per la plage

210

mandar misatge

a la gran illa.

O Vintimilla !

Deu te confona !

car la corona

215

per lo teu acte

ffaent contracte

sera torbada.

Desabitada

sera ta terra

220

al mig la guerra

e ta verdura

sera pastura

de la gran cabra.

Penjant en l’arbre

225

veuran ta polpa

per la gran colpa

c’auras comesa.

Sera entesa

l’orrible fama

230

d’aicel qui t’ama.

En lo campestre

a tal sinistre

dara recapte

lo dit molt apte

235

en fet de guerra.

O puta perra !

O tu Mecina !

qui·t fas beguina

e parçonera,

240

gitant la pedra

la ma amagues58 :

de tres greus plagues

seras ferida

e derenclida ;

245

del bon paratge

lo poch linatge

retra la terra.

Si·l cors no erra.

de la planeta

250

sera constreta

gent catalana.

Veu de campana

per tota terra

en tanta guerra

255

sera hoida.

Lo poble crida

en cella hora

vaga de fora

la gent estrainnia.

260

De la montainnia

ffaran repaire : 

trista la maire

que fill hi hage !

Lo cruu erbatge

265

sera uianda,

fins que s’espanda

la sanch per terra.

Tant cruel guerra

ni tal pressura

270

en la Scriptura

no es may lesta.

Semblant tempesta

haura Cerdeinnia.

Lo cel m’enseinnia

275

noua carera : 

alca bandera,

brandint ta lança,

car sens duptança

a tu s’acosta

280

noua emposta8

de longa guerra.

Per mar e terra

pendras pessança

si perdonança

285

no·t da fortuna.

Sota la luna

sera tempesta

apres la festa

del san Babtista.

290

Lo gran legista

Daniel posa

lo fet sens glosa

d’aycell de Lira59 ;

per ço suspira

295

la falsa brancha,

car molt li mancha

humanal uida.

E esmortida

crida e plora,

300

vehent la hora,

vellant somnia

la malaltia

de Mariano : 

tal aura dainnio

305

qui no ha colpa,

e la seu polpa

sera uianda : 

axi ho comanda

la profecia.

310

En aycell dia,

florira l’arbre

de la gran cabra.

Ffahent mistura

de sa natura

315

ab gent estrainnia,

lo fum de Spainnia

en verde rama

tornara flama.

En cella hora,

320

dins e de fora,

molt bel estatge

sera seluatge.

En aital guerra

cell d’Anglaterra,

325

ffaent continença

de fer ualença,

sota guiatge

ffara dampnatge

en Serrania.

330

En tal malia,

cell de Cardona

per la corona

dara recapte,

e en disapte

335

sera la rota ;

ira de sota

la gent estrainnia.

Pres la montainnia

en la tempeste,

340

pres tal sinistre

ffara la mostra

la illa nostra

-ço es Malorqua-

de bens exorqua9.

345

Sos fills malignes,

axi com dignes,

per lur malura

soffran presura

trenta anyades.

350

E pux passades,

coue se spanda

al pug de Randa

la sanch beneyta

per la maleyta

355

ffuror del poble.

Contra la noble,

alta corona,

prendra ezcona

de rebellança,

360

sota instanca

d’un menor fraire

qui sots pell uaire10

sera lur bisbe.

Ab l’arquebisbe

365

de Saragoça,

la plena bossa

pendra la buida

e cell qui cuida

hauer batllia

370

la senyoria

li sera tolta.

En cella uolta,

per ta fortuna,

seras comuna

375

e no regina.

Ab ta uesina

ffaent la liga

seras amiga,

tost descuberta

380

e puis deserta.

Pel mal afaire

del menor fraire

la teu fortuna

sota la luna

385

sera passada

e annullada.

Tu, Barcelona,

qui est corona

de la gran pompa

390

ab so de trompa

ballant fas festa,

portant en testa

de joy garlanda.

Segons comanda

395

la profecia,

ta alegria

ara comença.

Per ta potença

seras temuda ;

400

ffaras ajuda

a la corona

cant Pampalona

li fara nossa.

Per la espossa

405

del nostre sira

la roda gira,

ffaent mudança

de subiugança

en senyoria.

410

De la batlia

tindras la maça.

Lo cel percaça

ab prouidença

ta eminença.

415

Sota la luna

ffaent fortuna

tornar bonança,

meneras dança

de gran noblessa.

420

Prenent l’empresa

del sant pasatge,

seras guiatge

de la armada

e, espaxada

425

la gran uengança,

sota ta lança

sera la terra.

Si ja no erra

la meu sciença

430

sense fallença,

pus vint anyades

sien passades,

com a regina,

joue, fadrina

435

seras possada

gint coronada.

Sobre la roda

coue que roda

ta conçiençia

440

en tal potença,

lo seu gran uerme

no faent esperme

del poch linatge.

Sobre tu rage11,

445

la gran estela

qui a ta uela

de vent en popa ;

e de la gropa

sobre la selha,

450

gaya e belha

ta caualcada,

per tuyt onrada.

Sota la luna

de dues una

455

seras nomnada.

Aura durada

ta alagrança

en tal puxança

una setmana.

460

Puis, ta ufana

atras lexada,

com a priuada

de ta noblessa

seras sotmessa

465

a Saragoça.

Cells de Sangossa12

per mal uolença

ffaran offença

a la teu lansa,

470

e sera FFrança

en sa ajuda.

Ladonchs moguda

la cruel guerra,

sera la terra13

475

tota torbada

per la entrada

dels nauareses

qui ab franceses

ffaran lur liga

480

contra qui diga

no deu fadrina

may per regina

esser jurada.

E començada

485

la rebellança,

ta esperança

sera perduda,

e asseguda

en la cadira

490

per lo gran xira

la real moça

dins Saragoça

pendra corona.

Lo cel ordona

495

dins lo quart signe

fer-la indigne

de senyoria.

En aicell dia,

la gent francesa

500

a ta despesa

rompra la liga ;

no·t fug si·t triga

esta tempesta.

Perdran la testa

505

tres de Muncada.

Pres tal jornada

vendra de Spainnia

a qui pertanga

la senyoria.

510

La profecia

clarament posa

la orible nosa

de Quataluinnia ;

coue que gruinnia

515

en tal tempesta,

ffent de la festa

longa setmana.

Ja veig que mana

la gran planeta

520

de tots bens neta

Saturnus dita

que desconfita

sia ta lança.

E ta puxança

525

tornara en flaquea

puis ta noblea

sera perduda.

Ladonchs caiguda

de la escala

530

la dreta ala

te sera rota ;

hiras de sota,

de dol uestida,

de tuyt jaquida

535

seras rondalla.

De semblant playa

sera ferida

sense mentida

la I coronada,

540

car subiugada

a Quataluinnia14,

coue que·s munya

la seu mamela

ja que puncela -

545

e sens let sia.

En aicell dia,

sera xuclada,

tant que gastada

per leit sanch n’ischa.

550

La gent morischa

per tal jornada

sera forçada ;

pendra babtisme

de que gran cisme

555

cert se engenra.

En cella terra

pel poch linatge

lo gran paratge

rebra offensa,

560

dins en Valença

alsant bandera.

O causa fera

e molt amara

que·l fill al pare

565

ladonchs auçia !

Estrologia

clarament posa

esta gran nosa

que pells fills bares

570

la mort als pares

sera donada.

E la maluada

ffuror del poble

per lo molt noble

575

-lo rey en Pere-

pres la riera

sera sotsmessa.

De la gent pressa,

apres grans penes,

580

trenta dotzenes

seran penjades.

Axi lexades

per tota l’orta

de la gent morta

585

pudira l’aire.

Per tal afaire

hauran los nobles

dels menuts pobles

pressa ueniança.

590

Apres tal danca,

un menor fraire

al gran sant paire

sera misatge

pel gran ultratge

595

fet al morisma

-ço per la crisma

per força dada.

E recitada

la vera causa

600

sense fer pausa,

haura resposta

que per l’amposta15

de tal sofisme

lo dit babtisme

605

valor no aje.

Sots tal guiatge

la moreria

en aicell dia

sera refeita

610

per la gran peyta

per ells pagada.

E castigada

la gent menuda

sera temuda

615

la senyoria.

En aicel dia

mala fortuna

sota la luna

sera possada

620

e, refermada

l’alta corona

sota ssa azcona

sera la tera.

Si ja no erra

625

la meu çiença,

sense falença

en tal jornada

sera seruada

pel rey en Pere

630

noua manera

de sancta vida.

Pres16 la exida

dels nauareses,

aragonesses

635

ab gran puxança

tindran balança

de la dretura.

Ladonchs segura

viura la terra,

640

ab pau, sens guerra ;

la gent unida,

detras jaquida

la mal uolença,

e la ofensa

645

exoblidada

sera passada

la lur tempesta,

puis faran festa

bella e gaya

650

fins a Deu playa

que alre sia.

Paraules closes

sense les gloses

no son enteses ;

655

per ço represes

son a uegades.

 

661Solution probable, au vu des lectures données par les manuscrits (« cursada », « turçada » et « acurcuda ») et du sens du vers suivant, « acurçar » et « curçar » signifiant, entre autres, abréger.

672 Les traductions françaises de la Disputa de l’Ase proposent « l’épée » (« espasa », en catalan) ici.

683 La lecture « fará Provença » est la seule à correspondre au texte des traductions françaises ; je la retiens, puisque « fara peruença » (BC 490 et V) ou « fara paruenta » (E) n’ont aucun sens, à moins qu’il ne faille lire ce vers « fara, per uença », (de « vencer », « vaincre », les formes attestées étant plutôt « venço » et « vençuda ») ou « fara, per venta » (de « vendre », « vendre »). « Sera Provenca [...] metra en cassa », proposé par BC 485, entraîne une incohérence syntaxique (« metra » n’a pas de COD). Il faut alors corriger le vers 11 en « metre en casa », puisque les textes français disent : « Et puis privée de sa couronne fera Prouence, par sa puissance, mettre au logis ».

694 Dans le procès du comte d’Urgell , le v. 14 est donné comme « be sera broma », les vers 15 et 16 sont omis et les vers 17 à 21 se présentent comme dans le Dictat.

705 « Bondança » est une forme probablement issue de « abondança » par extraction du « a » initial, assimilé à l’article féminin singulier.

716 Le Diccionari etimològic i complementari de la llengua catalana de Joan Coromines donne : « coma : valleta poc fonda ». Il s’agit peut-être là de la désignation métonymique du lieu d’une bataille, sachant qu’en vieux français, les mots combe comble ou encore combre, issus comme le catalan coma du gaulois *cumb (l) a sont parfois utilisés comme métonymies de « champ de bataille » (comme tous mots désignant des accidents du relief, tels val, colline ou plaine). En français actuel, « combe » fait partie du vocabulaire de l’art militaire, et signifie « ‘petite esplanade’, ‘coteau’.

727 La syntaxe des vers 120 à 124 n’est pas très claire : la conjonction « e » du vers 122 permet certes d’obtenir un vers de cinq syllabes métriques, mais elle est en trop du point de vue du sens.

738 « Emposta » : comprendre « empresa », comme le propose BC490.

749 « Exorqua » signifie peut-être, « riche », « opulente », par métaphore : la « jarre » (orca) de Mayorque déborde de « biens ».

7510 Se présenter « sots pell vaire » signifie vraisemblablement se présenter comme « lop sots pel d’ovella », en écho à Mt. 7.15.

7611 « Rage » équivaut à « raja » (du verbe « rajar »).

7712 J’ignore qui est désigné par « cell qui s’engaça », bien que le verbe « engassar-se » existe. Je propose donc de retenir la solution de B0 et E — « cells de Sangossa » —, en supposant que « Sangossa » est la ville navarraise de Sangüesa, ce qui est cohérent avec l’évocation d’une invasion franco-navarraise aux vers 472 à 478. Je lis donc « farán » plutôt que « fará », vers 468. BC 485 omet le vers 466. Les vers 472 à 478, où apparaît le thème de l’invasion franco-navarraise, incitent par ailleurs à lire les vers 470-471 « e será FFrança / en sa ajuda », plutôt que « en ta aiuda » (solution de V).

7813Les actes du procès du comte d’Urgell enregistrent les variantes suivantes pour les vers 474 à 501 : omission des vers 484-487 ; « pendre corona », vers 493 au lieu de « pendra corona » ; « pus digne » au lieu de « indigne » v. 496 ; omission du vers 500.

7914 Le sens du passage me fait choisir la lecture de BC490 et corriger « ha Catalu[n]ya » en « a Catalunya », car la solution proposée par les autres témoins ne me semble pas satisfaisante (« la Catalunya »).

8015 Comprendre « imposició ».

8116 « Pres » vient probablement, comme le français « après » du latin « (ad) pressum » : cette préposition indique donc la successivité et la consécutivité, comme son étymon.

Anselme Turmeda, Dictat : tableau de variantes

Prologue

82BC 490 : Asi comensa lo dictat lo quall frare entelm turmeda ha fet en lany MCCCCVII de les coses qu¡ han auen¡r segons algunes profacies e dits de strolechs parlants del fet de la sglezia e dels regidors de aquella e dels princeps e senyors en lurs terres e prou¡ncies e ¡lles e de asso ques ha sdeuen¡r en elles

83Ventimiliana 92 : Asi comença lo dictat de ffraire Ancelm Turmeda en altra manera appellat Abdalla lo qual feu en Tunnis en lo temps de març MCCCCVII segons dit de alguns profferes estrolechs de algunes cosses les quals se deuen esdeuenir del fet de la esgleya e regidos de aquella e de alguns princeps e senyors e lurs terres e prouinces e ylles e de aço ques ha esdevenir en aquelles

84BC 485 : profecies que frare encelm turmeda feu en el anny [canc. MCCCCV, alt. man. 1405] en tunn¡s de barber¡a ço es de algunes cosses esdeuen¡dores

85Escurial N-I-13 : En el nom de nostre Sennyor deu aci comença lo dictat que fray ançel turmeda a fet dels coses que han a esdeben¡r segons alguns profertes e dictes de -alguns estrolechs tan del fet de la yaglesia [sic] e dels regidors de aquella ꚍ de lurs terres e prou¡nçies e deco quels ha esdeuen¡r e lo prohem¡ del dit dictat comença aci e fou fet ꚍ principiat l’anny dela natiu¡dat de nostre sennyer deu mil CCC VII en lo mes de marc

Texte

N° vers

BC 490

Ventimiliana

BC485

Escurial

2

5

e greus sentençes

pels grans

greu sentences

pells grans profetes

greus sentenç¡es

pels grans

e grans sentences

per los profetes

6

7

e les tempestes

vieg ques acosten

e grans tempestes

veg que sacosten

e les tempestes

veyg ques acosten

e les tempestes

veys que se acosten

8

desbosten

desbosquen

disbosten

9

cristiana

cristiana

ley propina (dub)

la ley christiana

11

12

sperança

urendint lur lança

an esperanca

brand¡nt la lança

prende lur lanca

en esperança

15

qu¡

qui porta

qu¡

que porta

16

de cisma

del cisma

c¡sma

17

los dona

les

19

porten

portan

portan

20

21

22

om.

ffrau e falsia

veg ques deporten

en fer malia

om.

veyg ques deportan

malea

frau e falssia

vegs ques deportan

ffrau e falsia

25

estat de sglezia

la santa esgleya

santa esglesia

yglesia

26

sots

sots pell d’ouella

de ouella

sotes

27

29

anganen

enganen

ffer abstinença

abst¡nencia

enganyen

abstinençia

30

offensa

e la hofensa

offenssa

cella offenssa

32

ja lan remesa

ja l’an tramessa

ya lan tramesa

33

peruent a fora

enfora

34

35

36

lhora

cleresia

juncta es l’ora

que clerecia

per sa malia

la hora

la clerecia

per lur malia

es la ora

clerezia

per sa malia

37

desguasta

lo mon desfaca

desfaça

40

dypocresia

d’ipocresia

de hipocresia

de ypoqresia

41

42

43

pere

porten bandera

e de sant Pera

la via lexen

portan

e de sent pere

la u¡a lexan

portan

pera

la viha lexan

44

46

e tots se fexen

qui uol battlia

fexan

he qu¡ uol ball¡a

faxan

qui bol batlia

47

49

50

dabades

per la lur pompa

en cort romana

debades trompa

om.

de roma

la lur pompa

romana

de baldes

per la lur pompa

52

ley crestiana

cristiana

la gent cristiana

53

55

56

57

58

pasa presura

mare

haja

de tal dampnage

passa pressura

e molt amara

que nostra mara

dos marits aje

de tal dapnatge

amargua

mare

mar¡ts

daytal dampnage

pissa

amara

mare

age

de tal dapnage

60

e ells mesuren

cels mesuren

62

co

per ço ells uolen

perque ells bollen

63

cisma

que dur lo çisma

cisme

cisme

64

per fer sofisma

sofisme

sofisme

67

fassa

que per ells faça

qu¡

qui per ells fata

68

nabrassa

infern abraçe

¡nferne abraça

69

les gents perdudes

la gents menuda

70

qu¡

que son caygudes

qu¡

qui es caguda

71

72

sota lo cisma

altisina

sota alisme

deu del altisme

sota lo cisme

de ball lo cisme

76

e greus tempestes

grans

77

lescriptura

que la scriptura

qu¡

lescriptura

79

hau¡ en gloses

hauian closes

hau¡a closses

hauia closas

80

ab les lurs noses

ab lus noses

ab lurs glosses

ab lurs nosas

81

venguen enrrera

vinguen en terra

v¡nguen

bingan

82

ffam

veus fam e guerra

com fam e guerra

83

84

pestilencia

e pestilença

ab mal uolença

ab pest¡lença

que ja comença

o pestilencia

ab mal bolençia

85

que ja lespensen

qui ja s’estenen

e que sa ajusten

que ja sestenen

86

ay cells qu¡ resten

aycells

aycells

ay dels

88

greus

e greu no us sia

o greu no sia

89

la meu loquença

la meu volença

la meua loquença

la meu eloquençia

91

93

madada

que deus m’a dada

no voll que sia

qu[e] deus

vull

que deu me a dada

no bul que sia

95

96

97

spatxada

la longa via

es espaxada

per ço lexada

la longa uida

la longa u¡a

sera espachada

perque dexada

la longa via

99

cursada

sia turçada

acurcuda

om. E

100

e breu posada

a breu

86BC 490 : asi feneix lo prohem¡ e conuersa dela sglezia es asso qu¡s ha sdeuen¡r en ella e als seus regidors

87Ventimiliana : asi fenex lo proemi e comença a parlar de la esgleya de ço ques ha esdeuenir en ella ho en los seos regidors

88BC485 : om.

89Escurial : ffeneçe el prologo e comenca a fablar de lo que ya [sup. lin. de] es de ven¡r a la yglesia et a los regidores de aquella

Dictat

N° vers

BC490

Ventimiliana

BC485

Escurial

3

lesposa

sera la sposa

spossa

la esposa

4

blanxa

qui blancha rosa

qu¡ blanca rossa

alta

5

era nomnada

nomenada

hera nombrada

6

e puis priuada

pus

puys

9

peruença

ffara peruença

sera prouenca

fara paruenta

10

ab sa potença

potenca

potenta

11

matras en cassa

metrel cassa

metra en cassa

metra la casa

12

de colp de spassa

a colp despasa

despassa

coll

17

furtonia

cant per fortuna

quant

quant

20

ecce quod scripsy

escripssi

21

no es luny gaire

lunny

luyn

22

nes pot strayre

nis pot estraire

n¡s pot strayre

ni se pot estrayre

23

sie

que axi no sia

assi

24

astrologia

si strologia

astrologia

la estrologia

25

no m¡ anguana

no me engana

no m¡ engamia

26

ytaliana

italiana

om.

un seul vers

27

lesglezia

sera la sgleya

om.

un seul vers (yglesia)

28

e add.

cell qui geya

e add. cell qu¡ jahia

om.

29

en presonia

presonn¡a

perssona

30

per falsa uia

u¡a

Jura

31

exira fora

ex¡ra de fora

32

cella

en cela hora

cella

Ora

34

lo

al grant paratge

lo grant parage

35

matra

metra per terra

38

lesposada

e la spossada

et la esposada

39

40

ab gran bondança

t¡ndra balança

bandanca

ab grant abundança

ten¡ra valança

42

matent

metent mesura

meten

Meten

43

en sos contractes

Sus

44

auran tals actes

metran tales

46

pus

pux caualcada

pus

puys caualgada

47

sia en ella

sia en sehla

sia en sella

sira en sella

50

desconaxença

desconoxença

desconexenca

desconoxenta

51

potença

potenca

potencia

54

ja que nos moga

Ya

55

lalta corona

la alta

57

ffahent

ffaent oferta

faent

ffara aferta [oferta ?]

59

60

baptiste

sofiste

del sant babtista

com a sophista

Sofista

61

sera contrary

conntrary

63

e a sa sposa

spossa

ssa esposa

64

darra gran nossa

dara grant nosa

da

65

darrera

lerror derrera

la flor

la error

66

sera pus mala

Puys

68

cell de la tala

sell de l’estella

cells del scala

sell de la estala

70

aycell

en aicel dia

aycell

om.

71

ab sa potença

lur

potençia

72

ffara ualença

faran ualenca

balençia

73

al rey de frança

franca

françia

77

a la gran barcha

vaqua

79

anthonatana

anconetana

ancon¡tana

om.

80

tu vill putana

o tu uilana

tu u¡l putanya

uiylle vana

82

stranya

ab gent estrainn¡a

stranya

per gent estranya

83

viuent

vinent en roma

vinient

85

uencuda

seras uençuda

uencuda

benguda

86

desconaguda

desconeguda

87

has la teu mare

a la tua mare

92

limpery

rebra l’empery

li ¡nperi¡

linper¡

93

cleresia

per clereçia

clerezia

95

a les colones

ab

ab les collones

96

les teus corones

tues

97

metran per terra

98

et faran guerra

e faran guerra

99

ffins

fins a les portes

f¡ns

en les

101

corrompran

corompran layre

corronpran

corronpran

102

del emparayre

de lemperaire

del enperayre

per lur payre

103

pr¡uade

seras priuada

105

he messos

v¡nt e dos meses

messos

bint y

109

sens sa bandera

sens sa bandera

sense bandança

sinse bandera

110

pere

dins en sant pera

d¡ns

fins en

111

dira sa colpa

culpa

112

qu¡

cell qui senuolpa

qu¡

se enbolpa

114

om.

verdader papa

vertader

berdader

116

sensa dencora

sense demora

sensse

senssa de mora

117

dalta cadira

de alta

118

al dit gran xira

sira

119

rapayre

dara repaire

120

e sens cor uaire

e om.

bayre

121

ffaent

ffent amistança

faent am¡stanca

ffaent

122

om.

e perdonança

perdonanca

om.

123

conplida

dara complida

conplida

124

benchida

e beneyda

en beneyda

125

stranya

la gent estrainn¡a

stranya

estran¡a

126

darals romanya

daran la romania

128

pres tal jornada

per

131

dins en ancona

en om.

134

ell canc., aycell dia, en om.

en aycell dia

acell

135

lesglezia

sera la eclesia

sera la sglesia

lisglesia

136

qu¡ jeyera

qui morta geya

qu¡ morta jahya

que morta jahia

138

e gint ornada

g¡nt

e net ornada

139

com a regina

como reyna

140

per la marina

mar¡na

por

143

de la croada

cruzada

144

e espatxada

e espaxada

e om.

despachada

145

empresa

la gran ampresa

empressa

enpresa

146

no sera presa

ne pressa

147

gens per cor¡a

gens per suria

gens

gens per furia

148

barbar¡a

en barberia

e berber¡a

149

ffara uiatge

ffaent biage

150

ultratge

per lo oltratge

ultrage

om.

151

comes per ella

com es per ella

152

mes la nouella

mas

mala nobella

154

en la partida

ans de la part¡da

156

cell qu¡ assota

lo seu linatge

cell quis arota

lo seu uiatge

cell qu¡ asseta

lo seu linatge

aquell qui acota

lo seu linage

158

haura la playa

haura la plaga

haura la plage

loya dub.

159

stablida

be establida

stablida

161

negra e blancha

negres e blanques

162

pres la palancha

om.

163

164

on laygue corra

sobra la torra

on laigua corre

om.

hon

sobre la torre

do lagoa corre

sobre la torre

168

ladonchs sens falla

ladons se falla

170

sera desbosta

desbasta

173

en tall pelleya

ab tal pelea

grant

en tal pelage

174

la creu uermella

uerneta

la creu vermella

175

dels jenouesses

de jenouesses

genouessos

genobesos

176

auent sotsmesses

sotsmessos

habent sot mesos

177

bogia

los de bogia

cells de bugia

los de bugia

178

ffara la uia

faran

ffaran

179

montanya

de la montainn¡a

muntanya

montannya

180

companya

ab gran compann¡ia

companya

conpannya

181

om.

om.

sense gu¡atge

grant e salbaje

184

pres

per la riera

per la ribera

185

uencuda

sera uençuda

uenguda

bencuada

186

cridant [canc non leg.] ajuda

cridant ajuda

ayuda

189

ab gran potença

potenca

con

190

fahent offença

ffaent ualença

faent

192

ronpran lasquera

ronpran la squeria

ronpant la squerra

lesquena

193

paguan¡sma

del paganisme

194

altisma

deu del altisme

195

llur lansa

a la lur lança

om.

196

puxança

dara poxança

puxanca

puxança

202

cell qu¡ se lunya

cell quis aluinn¡a

e cell qu¡s lunya

cell qui se alunnya [canc. annulla]

203

de la seu cassa

sua

204

de spasa

a colp de spassa

despasa

205

volra lantrada

voldra lentrada

la

la entrada

207

lalta corona

la

208

barchinona

veus barcelona

beus barcellona

209

playa

jus per la plage

plaga

plaga

210

m¡satge

mandar misatge

mesage

211

a la gran illa

a la gran alla

212

o vintimilla

o gent villana

213

214

deus ta

deu te confona

(après v. 215) add. lalta corona

cofona

217

sera torbada

turbada

218

dessabitada

desabitada

dashabitada

deshabitada

220

al mig la guerra

dub. mug

221

e ta verdura

tu

era berdura

224

penyar

penjant en larbre

pengant

pengant el arbre

225

veuran ta polpa

bebran

226

que [a]uras

cauras comesa

que auras

que avras

228

encessa

sera entesa

ençesa

229

flama [canc. fama]

lorrible fama

l’ om.

la orr¡ble flama

[canc fhama]

230

deycell qu¡ tama

daicel qui tama

daquell qu¡ ama

de cell qui tanta

231

la

en tal tempesta

en lo campestre

232

sin¡stre

a tal sinistre

en sin¡stre

om.

234

abte

lo dit molt apte

abte

237

messina

o tu mecina

mescina

mencina

238

qu¡s fas bagu¡na

quit fas beguina

qu¡t

quet

239

e partanera

e parçonera

per ta manera

e es pasticera

240

pera

gitant la pedra

g¡tant

242

detras

de tres greus plagues

tan

244

desrenclida

e derenclida

a derel¡nqu¡da

245

de

del bon paratge

parage

248

cos

sil cos no erra

s¡l cors

si el curs no erra

250

constreta

sera costreta

251

gent catalana

stranya

252

veu de campana

voz

253

per tota terra

la add.

254

en tanta guerra

en tant gran

257

en cella hora

om.

258

vaja

vaga de fora

baga ; add. sense

de-mora

259

260

stranya

muntaya

estrainn¡a

muntainn¡a

stranya

muntanya

estran¡a

montannya

261

rapayre

ffaran repaire

faran repayre

faran repayre

263

quel

que fill hi hage

que fill y haya

264

lo cruu erbatge

crut

cruel

266

ffins ques spanda

fins que sespanda

f¡ns ques spanda

fin que se espanda

267

la sanch per terra

lur

269

tall presura

ni tal pressura

matal presura

270

en la scriptura

en scriptura

escriptura

271

273

serdenya

no es may lesta

cerdeinn¡a

no he

cerdenya

jamay fou lesta

cerdenya

274

mancenya

lo cel menseinn¡a

me ensenya

me ensennya

275

nouella guerra

noua carera

carrera

276

alsant banderra

alca bandera

alta

277

lansa

brandint ta lanca

brand¡nt

brandant

279

280

sa costa

empresa

a tu sacosta

emposta

sa costa

a tasa costa

282

per terra

per mar e terra

e per terra

283

pasança

pendras pessança

pensanca

pesança

284

si perdonaça

si perdonança

perdonanca

om.

285

furtuna

not da fortuna

no

289

gran baptista

del gran babtista

del sant babt¡sta

del bom babtista

292

lo fet sens glosa

glossa

sen

293

daycel de lira

daycell delire

day cell delyre

day cell de lira

294

per ço suspira

suspire

pero

295

la falsa brancha

falssa

franqua

296

car molt li mancha

que manqua

298

e es marida

e esmortida

esmort¡da

esmarr¡da

300

val¡ent la hora

vehent la hora

been la ora

301

som¡a

vellant somnia

sompn¡a

belant sopn¡a

302

304

danno

la malaltia

dainn¡o

malat¡a

dampno

la mal altia

dapno

305

qu¡

qui no ha culpa

qu¡

que

306

e la seu polpa

sua

308

axi comanda

axi ho manda

axi ho comanda

axi com manda

310

aycel

en aycell dia

e en çell dia

312

cabre

de la gran cabra

313

315,337

m¡stura

stranya

ffahent mistura

estrainn¡a

faent mestura

stranya

mestura

estranya

316

despanya

lo fum de spainn¡a

despanya

despanya

317

verda

en verde rama

uerda

de

320

dins e de fora

d¡ns defora

324

cells

cell danglaterra

dinglaterra

325

contesa

ffaent continença

cont¡nenca

continencia

329

en serran¡a

sarran¡a

330

a

en tal malia

aytal malya

a tal

334

e om.

e en disapte

en om.

o

338

339

344

muntaya

pres la montainn¡a

en la tempeste

de bens exorqua

muntanya

tempesta

tots add.

tempesta

denens exorqua

346

son add.

axi com dignes

s¡ com son dignes

348

soffran

soferran

sofr¡ran

349

trenta anyades

anyadas

350

prop

e pux passades

prop passadas

351

coue se spanda

espanda

conue se espanda

352

puig

al pug de randa

puy

356

contre lo

contra la noble

358

scona

prendra ezcona

pendran azcona

azcona

360

tot a ¡nstança

sota instanca

tot a ¡nstancia

sots ainstança

361

frayre

dun menor fraire

frayre

de hun

363

llur

sera lur bisbe

bispe

364

larquabisbe

ab larquebisbe

om.

om.

365

seragosa

de saragoça

en tu saraguoça

caragoça

367

buyda

pendra la buida

buyda

prendra la buyda

368

cel qu¡

e cell qui cuyda

qu¡s

qu¡

369

batlia

hauer battlia

ball¡a

ballia

370

senyor¡a

la senyoria

1 seul vers

371

li sera tolta

1 seul vers

372

e

en cella volta

373

furtuna

per ta fortuna

tal

376

vessina

ab ta vehina

vezina

377

ligua

ffaent la liga

fahent la l¡ga

ligua

378

seres

seras amiga

am¡ga

381

afayre

pel mal afaire

per afayre

per el mal frayre

382

manor frayre

del menor fraire

del mal afayre

om.

385

sera passada

posada

390

ab so de trompa

a son

om.

391

ffas

ballant fas festa

baylant

395

profacia

la profecia

prophecia

396

alagr¡a

ta alegria

399

tamuda

temuda

400

ffaras ajuda

faras

ayuda

402

cant pampalona

quant

quant

404

sposa

per la espossa

spossa

esposa

405

xira

del nostre sira

ssira

de nostre xira

406

la roda gira

sgira

410

de la batlia

ball¡a

batllia

411

massa

tindras la maça

t¡ndras

tendras

412

cell per cassa

lo cel percaça

çell

414

em¡nenca

ta eminença

au¡nença

amistança

415

sota la luna

sera la luna

416

ffent ta faz noua

ffaent fortuna

fahent

faent

417

tornar bonança

bonanca

torna

418

manaras

meneras dança

danca

menaras

420

lampresa

prenent lempresa

la empressa

lenpresa

421

gran

del sant pasatge

ssant passatge

pasage

423

armade

de la armada

424

espatxade

e espaxada

e om.

despachada

429

la meu sciença

scienc¡a

cençia

431

pus vint anyades

pux v¡nt

434

e om.

joue e fadrina

om.

437

sobre la roda

sobra

438

om.

coue que roda

rode

conue

439

conciensa

ta conçiençia

connscienc¡a

contençia

442

fent sperma

no faent esperme

sperme

no sent esperme

444

raya

sobre tu rage

raga

raga

445

scelia

la gran estela

stela

estella

446

qu¡ tu

qui a ta uela

a qu¡ ta uela

qu¡

447

de vent en popa

da

450

451

guaya bella

gaya e belha

ta caualcada

bella

bella

tu caualyada

455

seras nomnada

nomenada

seras nombrada

457

ta alagrança

alegria

alegrança

460

466

puys uffana

cells de sangossa

puis ta ufana

cell qui sengaça

puys ta uffana

om.

e add.

cels de sangosa

468

ffaran offença

ffara offensa

faran offenssa

faran

471

sa ajuda

en ta aiuda

sa ajuda

su aiuda ayuda

475

tota torbada

turbada

turbada

477

nauarresses

nauareses

nauarressos

françeses

478

qu¡ francesses

qui ab franceses

om.

qui ab nabarreses

479

482

ligua

ffaran lur liga

may per regina

qu¡ faran liga

reg¡na

la ligua

jamay

486

speranca

ta esperança

esperanca

tota

490

491

per lo gran xira

la real moça

per la grant squ¡ra

maça

495

496

ffer ¡ndigna

dins lo quart signe

fer-la indigne

d¡ns

1 seul vers

qoart

ferlo

496,497

senyor¡a

de senyoria

1 seul vers (sen¡oria)

501

502

ronpra la ligua

not fuig sit tr¡gua

rompran la liga

not fug sit triga

rompra la liga

rompran la ligua (et inversion v. 500-501)

not fuy ssis tr¡ga

505

506

munchada

pres ta jornada

tres de muncada

pres tal jornada

tres de munçada

507

destapanya

vendra de spainn¡a

espanya

bendran despannya

508

pertanya

a qui pertanga

qu¡

pertannya

512

513

orrible nossa

catalunya

la orible nosa

quataluinn¡a

la horrible fama

catalunya

catalunya

514

gruya

coue que gruinn¡a

grunnya

conue que gruna

516

ffent de la festa

faent

ffaent

517

sepmana

longa setmana

semana

semana

520

de tots bens neta

om.

tos

523

sia ta lanca

sias de lança

lanca

sia ta lança

525

retorn flaquesa

tornara en flaquea

torn en flaqueza

526

puys

puis ta noblea

puys

puys tal nobleza

527

529

scala

sera perduda

de la escala

scala

om.

de la estala

535

romdaya

seras rondala

rondalla

rondalla

537

sera ferida

seras

seras fer¡da

538

sensa

sense mentida

ment¡da

540

la I coronada

coronada

lael

541

ha catalunya

la Quataluinn¡a

catalunya

catalunya

545

e sens let sia

e sen ley sia

547

suclada

sera xuclada

suclada

suclada

549

let n¡squa

per leit sanch nischa

coue per let sanch n¡squa

per leyt sang n¡squa

551

pres

per tal jornada

pres

pres

552

forcada

sera forçada

om.

553

batisme

pendra babtisme

prendre

554

cisma

de que gran cisme

grant

cisma

555

sera e guerra

cert se engenra

si engenre

sera e guerra

557

per lo

pel poch linatge

per lo

558

lo gran paratge

peratge

paraje

560

vallenca

dins en valença

d¡ns en ualencia

balencia

564

e molt amara

mara

o

565

lo

quel fill al pare

lo

el fil

566

strologia

estrologia

astrologia

569

que pells fills bares

que per les fills mayres

575

lo

el rey don pere

lo rey en pere

576

per la rera

pres la riera

r¡era

per la riera

577

sotsmesa

sera sotsmessa

1 seul vers avec per la riera

580

trenta deenes

trenta deenes

trenta dotzenes

trenta dozenes

581

seran penjades

dub. penniades

582

axi lexades

lexadas

583

per tota lorta

la

585

pudira layre

pud¡ra la ayre

el ayre

588

613

614

manuts

manuda

tamuda

dels menuts pobles

la gent menuda

sera temuda

593

sera misatge

m¡satge

m¡sage

594

gran

pel grant ultratge

lo grant hultratge

595

ffet morisme

fet al morisma

morisme

598

recetada

e recitada

sera girada

600

sensa

sense fer pausa

601

haura resposta

auer

habra

602

que per lamposta

la

603

sofisma

de tal sofisme

604

baptisma

lo dit babtisme

605

haya

valor no aje

age

balor no aya

608

aycel

en aicell dia

aycell

aquel

611

paguaga

per ells pagada

616

aycell

en aicel dia

aycell

aquel

617

furtuna

mala fortuna

619

passada

sera possada

posada

posada

620

reformada

e refermada

reformada

ꚍ refirmada

621

lalta corona

la

la tal

622

lescona

sota ssa azcona

sota lezquona

624

625

sciença

si ja no erra

la meu çiença

scienc¡a

si ya no sera

m¡a sciençia

626

sensa fallença

sense falença

fallenca

sinse fallençia

629

don

pel rey en pere

per lo rey en pere

633

nauarresses

dels nauaresses

dels francessos

634

arragonesses

aragonesses

aragonessos

aragones

636

tindran balança

t¡ndran

641

un¡da

la gent unida

un¡da

la gent stran¡a

644

offensa

e la ofensa

offenssa

et la offenssa

645

exoblidada

exobl¡dada

ya oluidada

647

llur

la lur tempesta

tenpesta

652

peraules

paraules closes

om. v. 652-656

653

sensa

sense les gloses

655

uaguades

son a uegades

son a vagadas

après 656

aci acaba fra entelm turmeda. deo gratias add.

amen add.,

alt man. any 1405.

deo gratias add.,

alt man. Se Señor

Dictat : notes historiques

  • 60 Anselme TURMEDA, « Disputation de l’Asne », Raymond FOULCHÉ-DELBOSC (éd.), Revue Hispanique, 24, Pa (...)

90En 1418, Turmeda fait dire à l’âne de sa Disputa de l’Ase : « par la prophetie qu’avez faicte (pour ce que tout ce que vous auez mis en ladicte prophetie, ou la plus part est aduenu au monde) auez prins si grand fierté [...]60 » ; l’interlocuteur de l’âne est « Frère Anselme » [Turmeda] et la prophétie en question, le Dictat, comme le prouve la citation qu’en donne l’âne un peu plus bas : « abandonnée vitupérée : sera l’espée : qui blanche Rose estoit nommée. Et puis priuée de sa couronne fera Prouence, par sa puissance, mettre au logis » (vers 1-7 et 9-11). Par ailleurs, les vers 652-656 du Dictat affirment que : « Paraules closes sense les gloses no son enteses ; per ço represes son a vegades ». Ceci signifie que Turmeda affirmait le caractère abscons de son texte, tout en conviant à l’élucider. Dans la Disputa, il franchissait même un pas supplémentaire en affirmant que des correspondances devaient être établies entre des parties du Dictat et des événements historiques, nécessairement « advenus » avant novembre 1418, date de rédaction de la Disputa.

  • 61 Les prophéties de Turmeda sont citées ou mentionnées p. 236, 238, 263 (« profecies de frare Anselm (...)

91Enfin, les actes du procès du comte d’Urgell nous enseignent qu’une partie au moins du Dictat existait en mars 1415, date de la déposition de Bernat Martí, qui en cite quelques vers61. Ces vers lui auraient été commentés par un autre témoin du procès, le chapelain Diego Ruiz de Mendoza, dès avril 1413.

92Par conséquent, que Turmeda ait correctement prédit l’avenir, ou qu’une partie au moins de son texte ait été composé post eventuum, des concordances entre des événements antérieurs à novembre 1418 et des vers du Dictat devraient pouvoir être établies. La mention d’un « peccat del cisma » (v. 16) et de « nostra mare [Esglèsia qui] dos marits [ha] » renvoie vraisemblablement au Grand Schisme de 1378-1417, et probablement à la période qui précéda l’élection d’Alexandre V en 1409, après laquelle l’Église eut non plus deux, mais trois « époux ». Ceci est compatible avec le fait qu’une partie au moins du Dictat existât en avril 1413.

93Cependant, il convient d’observer là la plus grande prudence. Le soupçon naît lorsque l’on observe les déclarations de « l’âne », en 1418, et en particulier : « voyant en vostre prophetie comme le scisme debuoit passer et debuoit estre vray Pape ung de la Colonne » (éd. cit. p. 470). L’âne se réfère ici à la fin du Grand Schisme, acquise en novembre 1417 par l’élection d’Othon Colonna. La seule « colonne » qui apparaisse dans le Dictat se trouve vers 8 : « la gran colona ». Or, cette prophétie évoque certainement le schisme, comme nous venons de le voir. Si l’on accepte que « la luna » du vers 18 est le pape Benoît XIII (Pedro de Luna), alors « ssera gran dança / en cort romana / bruta uilana / cant per fortuna / ffara la luna / final eclipssy » (vers 14-19) et « ecce quod scripsy / no es luny gaire » (v. 20-21) peuvent effectivement annoncer la fin du Schisme. Cependant, d’une part, le schisme ne pouvait pas durer éternellement, ne serait-ce que parce que certains souhaitaient réellement sa fin, ce que reflète « ni·s pot estraire / que asi no sia » (v. 22-23). D’autre part, « italiana / sera la Sglesia » (v. 26-27) peut tout aussi bien annoncer le concile de Pise de 1409 que la volonté manifestée par Martin V de réinstaller la papauté à Rome, et ce dès son élection. Par ailleurs, si « colonne » (v. 8) est bien une métaphore traditionnelle pour désigner les papes, comment appliquer « e puis priuada de sa corona / la gran colona / ffara Provença / ab sa potença / metre en casa » à Martin V ? Que mettre sous la désignation de « corona » ? Comment rendre compte de « metre en casa », puisque la Provence ne refusa pas de reconnaître Martin V ? « L’âne » s’est d’ailleurs bien gardé de pousser l’exégèse si loin. C’est donc qu’aucune référence à Martin V ne se cachait vraisemblablement dans le Dictat et que Turmeda est tout simplement en train d’indiquer que l’on peut faire dire à peu près n’importe quoi à ce texte, quitte à éviter d’en expliquer des morceaux entiers.

94Voilà qui complique donc singulièrement la tâche du lecteur moderne et, en effet, malgré la présence de quelques toponymes et de quelques noms propres sur lesquels appuyer la recherche de référents, le Dictat semble plutôt construit autour de quelques motifs et thèmes récurrents qu’à partir d’événements précis.

  • 62 Turmeda apostrophe successivement l’Allemagne, Vintimille (ou son comte), Messine, la Sardaigne, Ma (...)
  • 63 Voir les vers 91-94 du prologue :  « la sciença / que Deus m’a dada / gens amagada / no voll que si (...)
  • 64 « Si strologia no me engana, / italiana / sera la Sgleya », affirme Turmeda v. 24-27 (prologue ; vo (...)
  • 65 Point n’est besoin d’être grand astrologue pour affirmer que Saturne est « la gran planeta / de tot (...)
  • 66 Les vers 112-114, 474-475, 491-497 et 501-502 du Dictat réapparaissent dans la Profecia de l’Ase. L (...)
  • 67 Il est difficile de se prononcer sur les intentions réelles de Turmeda. Il est certain qu’il cherch (...)

95Quant à sa forme, il se rattache aux oracles de jugement contre les nations de l’Ancien Testament, déjà imités par le De oneribus prophetarum joachimite de 1255-1256 : placé sous l’autorité divine, le Dictat évoque plusieurs territoires ou institutions destinés à être frappés par la colère divine, la plupart du temps en les apostrophant directement62. La fonction du prophète est ici, de façon fort classique, celle d’annoncer des calamités au peuple de Dieu, avant qu’elles ne se produisent63, mais aucune place n’est ici laissée à un possible repentir. Deux autorités valant mieux qu’une, Turmeda valide également ses prédictions par l’astrologie, chose aussi surprenante que fréquente dans ce type de textes64. Ses allégations en la matière se limitent d’ailleurs à attribuer certaines de ses prédictions à l’observation des astres et à faire état d’un savoir basique sur les propriétés malfaisantes de Saturne, — réutilisé dans la Profecia de l’Ase —, indigence plutôt surprenante au premier abord de la part de quelqu’un qui avait étudié l’astrologie65. La présence de citations bibliques (explicites ou non), le rattachement explicite à une tradition prophétique — « segons algunes profecies » (prologue) —, et à l’exégèse chrétienne traditionnelle (« la glosa / d’aycell de Lira »), l’affirmation très orthodoxe que tout ce qui est ici annoncé est déjà contenu dans la Bible (v. 78-80 du prologue) et enfin une obscurité revendiquée viennent, de façon un peu rapide, manifester l’appartenance du Dictat au genre prophétique. Beaucoup plus intéressant est le fait que Turmeda reprenne mot pour mot, tout au long du texte, puis, ensuite, dans sa Profecia de l’Ase, un certain nombre de vers, dont il est d’ailleurs très difficile de déterminer s’ils renvoient ou non à un même référent extra-textuel66. Il est certes possible de voir là une volonté d’égarer le lecteur, voire de s’amuser à ses dépens, d’autant plus que Turmeda incite par ailleurs à décrypter son texte. Il est également possible de considérer que c’est une haute conscience des lois du genre qui se manifeste là, voire une volonté parodique, puisque ces vers récurrents sont utilisés dans le Dictat et dans la Disputa exactement de la même façon que le seraient des types légués par des traditions prophétiques reconnues : Turmeda se serait-il, parodiquement67, érigé en tradition ?

  • 68 Nombre de Spirituels avaient trouvé refuge en Sicile et à Majorque après le début de la persécution (...)

96Le Dictat consacre la plus grande partie de son prologue à évoquer l’état de l’Église en ce début du XVe siècle. Turmeda y formule des critiques très dures contre sa corruption et son mépris du message évangélique, dressant un portrait d’une Rome-Babylone que n’auraient pas renié les Spirituels. Il est vrai que l’on a supposé que c’est peut-être la persécution menée contre ces mêmes Spirituels qui aurait poussé le franciscain majorquin à l’apostasie. Son séjour en Sicile, où les Franciscains persécutés trouvèrent d’abord asile, puis son départ in partes infidelium reproduit d’ailleurs l’itinéraire suivi par nombre de ses coreligionnaires probables68.

  • 69 Selon le cardinal Simon de Cramaud, cité par Augustin FLICHE et Victor MARTIN, Histoire de l’Église(...)
  • 70 Après une longue période de tensions avec la papauté d’Avignon, les libertés de l’Église gallicane (...)

97L’un des maux les plus graves que connaisssait alors l’Église était bien entendu le Grand Schisme, ici qualifié de « peccat de cisma », tant il est vrai « qu’un schisme invétéré devient une hérésie69 ». Turmeda est parfaitement conscient des conséquences politiques graves que ce schisme avait sur l’Église et sur la chrétienté : les projets de reconquête de la Terre Sainte s’en trouvaient paralysés, de même que la nécessaire croisade contre le Turc, alors que les États en construction, comme l’Aragon, ou les églises nationales, comme l’Église de France, en profitaient pour secouer le joug romain70. Enfin, d’innombrables aliénations du domaine pontifical furent consenties, ou arrachées pendant les trente neuf ans que dura le conflit.

  • 71 Benoît XIII se trouva dans une position politique très difficile entre 1398 et 1403 — il fut même a (...)

98L’annonce qu’« italiana sera la Sglesya » est délicate à interpréter : s’agit-il du reflet de l’espoir qu’avait fait naître le concile de Pise ou bien du simple désir de voir la papauté réunifiée revenir à Rome ? La mention des difficultés auxquelles fut confronté Benoît XIII71 ne s’accompagnant par ailleurs d’aucune appréciation du locuteur (c’est « la cort romana » qui est censée se réjouir de sa « disparition »), il est difficile de savoir quel jugement Turmeda formulait sur les responsabilités dans l’éclatement du schisme et la légitimité respective des pontifes rivaux. La Altra ordinació, probablement composée après la convocation du concile de Constance, est nettement critique à l’égard de Benoît XIII.

99Les relations difficiles de l’Église et de l’Empire sont évoquées v. 80-104. Un couronnement impérial mouvementé (v. 83-89) qui s’achève par la défaite d’un empereur qui aurait « méprisé » l’Église, puis par des sentences ecclésiastiques (« gran vituperi rebra l’Empery ») et une déposition (v. 102-105) semblent évoquer les destins d’Henri VII (1308-1313) ou, plus encore, de Louis IV (1314-1347). L’Église « dona potença » au « père » de l’Allemagne : cela signifie que ce sont l’approbation du choix des électeurs et sa confirmation par le pape lors du couronnement impérial à Rome qui font du Roi des Romains l’empereur légitime. Turmeda reprend donc à son compte la théorie pontificale en la matière.

  • 72 Francis RAPP, Le Saint Empire romain germanique d’Otton le Grand à Charles Quint, Paris :  Tallandi (...)

100Dans les vers 101, le verbe « metre » a pour sujet « les teus corones » et pour complément circonstanciel de lieu « per terra » dans tous les manuscrits. Trois manuscrits proposent de lire le vers 95 « a les colones », et donc de faire de ce groupe prépositionnel le COI de « metre » ; le quatrième manuscrit fait dans ce groupe un complément circonstanciel (« ab les colones ») et prive donc « metre » de COD. « Metre » étant un verbe qui requiert deux actants, la lecture qui doit être retenue est bien « a les colones / les teus corones / metran per terra ». C’est l’Allemagne qui est l’interlocutrice fictive du prophète, c’est donc elle qui est désignée par une deuxième personne du singulier ; « Alamainna » peut également désigner métonymiquement l’Empire. Les « couronnes » dont il est question vers 96 sont donc des « couronnes » allemandes ou de terres impériales, soit, vraisemblablement des puissances politiques. Le référent des « colonnes » du vers 95 doit donc être cherché dans l’autre camp, c’est-à-dire dans le camp pontifical. Il ne s’agit donc pas ici des « colonnes de l’Empire » que sont les princes électeurs, mais plus vraisemblablement des « colonnes » de l’Église que sont le pape et les cardinaux. Je ne crois pas qu’il puisse être question ici des cardinaux Colonna, car ceux-ci se sont plusieurs fois trouvé aux côtés de l’empereur contre le pape régnant, notamment sous Jean XXII, ou en conflit ouvert contre la papauté, mais sans que l’empereur n’intervienne, comme lors de leur guerre contre Boniface VIII. Enfin, quel que soit le sens précis que l’on donne à « metre per terra », il s’agira nécessairement d’une agression impliquant une forme de dégradation. Si les épisodes à partir desquels ce fragment a été construit ont bien été puisés dans l’affrontement entre Louis IV et Jean XXII, alors il est possible de voir là une allusion au fait qu’en Allemagne, les clercs qui appliquaient l’interdit fulminé par le pape furent chassés des villes qui demeuraient fidèles à l’empereur72.

101Les relations de l’Église chrétienne avec l’Islam sont essentiellement envisagées sous l’angle de la croisade : interdite par le schisme (v. 11-18) ou bien menée avec succès par une Église « ressuscitée » (v.134-195) et par une Catalogne au sommet de sa puissance (v. 420-427).

  • 73 Les Malatesta s’étaient emparé de nombreuses villes des Marches, d’Ancône, Ascoli, Pesaro, Fano, Fo (...)
  • 74 Ibid., p. 149.

102Dans le deuxième cas, la croisade est précédée de l’annonce de la domination d’Ancône par « la mala testa » (v. 128-132 et probablement v. 75-79) : il faut peut-être voir là une allusion au fait qu’Ancône, qui faisait partie des états du Saint-Siège, avait été grignotée par les Malatesta lors du pontificat de Benoît XII73. « La Sglesia / qui morta jahyia », tellement son patrimoine avait été amputé par les tyrans locaux, entreprit de restaurer son autorité : Bertrand du Pouget fut envoyé en Italie en juin 1353 avec pour mission de réduire les usurpateurs des terres de l’Église. Concernant les Malatesta, le pape les cita à comparaître à Avignon en juillet 1354, avant de les excommunier en décembre de la même année, pour avoir méprisé sa convocation74. Les opérations militaires commencèrent au printemps 1355 et s’achevèrent par la conclusion d’une paix définitive entre Galeotto Malatesta et l’Église le 07/06/1355 :

  • 75 Ibid., p. 150.

Il restituait les territoires usurpés et promettait de fournir chaque année un tribut et un contingent armé. En retour, il était relevé des excommunications qui le frappaient et recevait le vicariat de Rimini, Pesaro, Fano, Fossombrone pour dix ans. Le reste des Marches ne tarda pas à être conquis75.

  • 76 Kenneth Meyer SETTON, The Papacy and the Levant, I, New-York :  American Philosophical Society, 197 (...)

103À son décès, en août 1367, Albornoz avait restauré la monarchie pontificale italienne (« la Sglesia [...] resuscitada »). Une armée de croisés se préparait en effet en 1363 à partir pour la Palestine, composée d’Allemands, d’Autrichiens, de Polonais et de Hongrois. « No sera presa gens par Suria » : la prise d’Alexandrie, en 1365, ne fut suivie que de raids sur la côte syrienne76.

104La suite du texte semble envisager des opérations militaires en Afrique du Nord (v. 148-197) — « Barberia » —, menées par des Gênois contre Bougie, puis par des Catalans apparemment venus à leur aide — les Gênois « crid[en] ajuda jus per la plana » et les Catalans « ffa[en] valença ». La Tunisie fait partie de la zone d’influence et de conquête que le traité conclu en 1291 entre Sanche IV de Castille et Jacques Ier d’Aragon avait réservée au second. « El oltratge » commis par l’Afrique du Nord peut désigner les refus de payer tribut qu’opposèrent parfois les rois de Bougie, de Tunis ou de Tlemcen aux souverains aragonais ou, plus vraisemblablement, la piraterie barbaresque, récurrente pendant tout le Moyen-Âge, et qui frappait particulièrement les Baléares et le royaume de Valence.

105Gênes intervint militairement deux fois contre les pirates barbaresques. En 1388, pour tenter de mettre un terme à la piraterie encouragée par les Hafsides d’Afrique du Nord, Génois, Pisans et Siciliens — « gent quatalana ? » — occupèrent les îles de Djerba et de Kerkennah. Bougie, véritable nid de corsaires, aurait donc été choisie par Turmeda comme lieu emblématique de la piraterie tunisienne. En 11/1386, Pierre III et Gênes étaient parvenus à un accord concernant la navigation et le commerce en Méditerranée. Cet accord fut renouvelé en 1390 et Gênes en profita pour faire de nouveau porter son effort guerrier contre l’Afrique du Nord : en juillet 1390, une expédition franco-génoise contre Mahdia échoua à prendre la ville, mais arracha au sultan la promesse d’entretenir désormais des relations amicales avec les chrétiens ; Gabès et Kafsa furent également assiégées. Les incursions barbaresques se poursuivirent toutefois en terres catalano-aragonaises.

  • 77 Témoignage conservé à l’Arxiu municipal de València, Lletres missives, g3-6, fol. 221ro, mentionné (...)

106Les vers 154-172 éveillent les échos de deux expéditions : en 1282, le roi Pierre II envoyait une flotte contre le royaume de Tunis, qui refusait de lui payer tribut depuis 1277. Il semble que les Tunisiens furent prévenus de l’arrivée des attaquants, alors que la flotte catalane se trouvait dans le port de Mahón. Les Musulmans de Menorque, accusés de trahison par le souverain, furent tous réduits en esclavage et vendus à titre de représailles. D’autre part, à Valence, lors des croisades de 1399, un riche marchand musulman fut accusé par un Béguin d’avoir « portada pólvora de bonbardes a Bona [e] notifficat en Barberia l’anada de l’estol ». Il échappa à grand-peine à la fureur de la populace77.

107Plusieurs événements sont donc susceptibles d’être compris comme le référent du discours de Turmeda. Ce discours ne rend cependant compte d’aucun d’entre eux en particulier, mais emprunte des éléments à chacun d’entre eux. Cette ambigüité est voulue : Turmeda, qui était directement au service du sultan de Tunis, ne pouvait ignorer ses démêlés avec les chrétiens — d’autant moins qu’il fut son ambassadeur auprès des franco-génois en 1390. L’intérêt de ce procédé est d’obliger le lecteur à procéder exactement comme le faisaient les exégètes professionnels de prophéties, c’est-à-dire à opérer un tri dans le matériau mis à sa disposition, puis à le conformer aux structures d’un référent extra-textuel qui lui aura été prélablement assigné.

  • 78 Ferran SOLDEVILA, Història de Catalunya, I, Barcelone :  Alpha, 1960-1962, p. 414 sq.

108Le fait pour Barcelone de « [pendre] l’empresa del sant pasatge, [essent] guiatge de la armada » (vers 420-427), qui ne correspond à aucun événement particulier, reflète à la fois la volonté omniprésente des royaumes chrétiens de récupérer la Terre Sainte depuis la chute des États latins de Syrie et la revendication des souverains aragonais à la première place au sein de la chrétienté. Oints comme les rois de France — ils sont « el gran linatge / qui porta crisma » des vers 15-16 —, les rois d’Aragon avaient en effet été reconnus protecteurs des chrétiens en Orient en 1293. Il semble bien que ceci ce soit accompagné d’une tentation de prétendre à l’Empire78. C’est d’ailleurs la vocation eschatologique des souverains aragonais à l’Empire universel, très forte sous Pierre III (1337-1387) — « lo rey en Pere » du Dictat — qui est exprimée v. 426-427 et 622-623 : « sota ta lança sera la terra », « sota ssa azcona / sera la tera ».

  • 79 Marçal OLIVAR (éd.), Cobles de la divisió del regne de Mallorca, Barcelone :  Barcino, 1927, p. 139 (...)
  • 80 Émile Guillaume LÉONARD, Les Angevins de Naples, Paris :  Presses Universitaires de France, 1954, p (...)

109L’introduction du Dictat promettait aussi des révélations sur « aço que s’ha esdeuenir » à « alguns princeps e senyors e lurs terres e prouincies e ylles ». Dès les premiers vers, c’est la Provence qui apparaît, « ramenée au logis » — remise dans le droit chemin ?, rattachée à la France ? aux Angevins ? — par une « colonne » dont nous avons vu qu’elle pouvait difficilement être Martin V. Son destin est lié à celui d’une « rose blanche », « épouse » ou « épée » selon les versions du Dictat qui, si l’on se fie à ce qui apparaît dans les Cobles de la divisió del regne de Mallorca79, pourrait être une représentante de l’une des trois dynasties issues de Charles II d’Anjou qui se disputèrent le trône de Naples après le décès de Robert Ier en 1343. Il pourrait s’agir de Jeanne Ière, car elle fut déposée — « privada / de sa corona » — par Urbain VI en mai 1380 après avoir reconnu Clément VII. Urbain VI donna Charles de Duras comme souverain au royaume de Naples, alors que Jeanne Ière adoptait Louis Ier d’Anjou pour lui succéder (06/1380). Une fois Jeanne Ière et Louis Ier décédés, la succession de Naples échut au fils de Louis et de Marie de Provence (07/1384), Louis II. Cependant, une partie des Provençaux s’étaient ralliés à Charles de Duras. Clément VII — « la colona » ? — et Marie de Provence durent faire appel à des troupes françaises pour faire reculer les « durazzistes 80 », « a colp d’espasa, glavi e lança ». Cette hypothèse d’interprétation n’est évidemment valable que si c’est bien la version donnée par le texte français qu’il faut retenir pour ces vers. Elle a le mérite d’être la seule qui soit syntaxiquement correcte.

  • 81 Ce territoire est tantôt désigné comme « Cataluinnia » (v. 201, 513, 541), tantôt métonymiquement c (...)

110Les relations de la Catalogne81 avec la Sicile, Majorque, la Sardaigne, l’Aragon, la France et la Navarre sont l’objet de prédictions entremêlées, aux frontières difficiles à déterminer. Une « tempête » est promise à la Catalogne vers 198-201, que seuls les vers 204 et 206-207 (« a colp de spassa », « soterada / l’alta corona ») permettent de situer dans le domaine politique, bien qu’il soit très difficile d’en dire davantage. Les modalités du conflit sont en effet exprimées à travers un type biblique (« cell qui s’aluinnia / de la seu cassa ») qui, lui aussi, demanderait d’être actualisé, et « l’alta corona » qui doit être « enterrée » — encore un terme à expliciter — pourrait être n’importe laquelle des dynasties déchues dans des XIVe et XVe siècles riches en bouleversements politiques. Le texte semble toutefois autoriser la recherche d’un référent méditerranéen au passage, puisqu’une « grande île » avec laquelle Barcelone serait en contact peut fort bien être la Sicile ou la Sardaigne. La politique méditerranéenne de la couronne d’Aragon fut effectivement surtout une affaire catalane. « L’alta corona » en question pourrait donc être catalano-aragonaise. Dans ce cas, comment comprendre « soterrada » ? S’agirait-il là du décès sans descendance masculine de Jean Ier ? Les institutions catalanes désignèrent alors l’infant Martin comme successeur légitime de son frère et l’envoyèrent chercher en Sicile. « Allí se deliberó por los diputados del general de Cataluña enviar a Sicilia sus embajadores para suplicar al infante que viniese a tomar la posesión de sus reinos » (Jerónimo ZURITA, Anales de la corona de Aragón, Ángela CANELLAS LÓPEZ (éd.), Saragosse : Institución Fernando el Católico,1976, X, p. 795) : « Veus Barcelona / jus per la plage / mandar misatge / a la gran illa » (v. 208-211).

111L’apparition de Vintimille (v. 212-230) s’explique peut-être, outre la contrainte de la rime, par le fait que la ville ligure, après avoir été soumise aux Angevins de Naples (25/05/1335) fut livrée à Gênes en juin 1350, puis de nouveau en juillet 1357, après un bref retour à la souveraineté angevine. Le lien entre les deux groupes de vers serait de nature métonymique : Angevins de Naples et Génois furent les grands ennemis de l’expansion catalano-aragonaise en Méditerranée occidentale. C’est probablement cela qui explique l’action négative prêtée à Vintimille : « la corona / per lo teu acte / ffaent contracte / sera torbada », action au sujet de laquelle on s’interrogera, en vain, sur la nécessité de confondre les actants successivement désignés par « l’alta corona » (v. 207) et « la corona » (v. 214). Puisque la syntaxe autorise toutes les solutions, tout dépendra de la situation à laquelle le lecteur aura décidé d’appliquer ces vers.

112Il faut cependant peut-être comprendre « Vintimilla » comme un patronyme. Ce terme désignerait alors la faction sicilienne des Ventimiglia, qui alterna entre la fidélité à la dynastie catalane issue des Vêpres et l’alliance avec les Angevins de Naples. Dans ce cas, la « gran illa » serait effectivement la Sicile et les vers 206-211 seraient des vers de transition, qui assureraient le passage d’un univers référenciel catalan (« sera tempesta / en Cataluinnia ») à un univers référenciel sicilien. L’évocation des désordres politiques du royaume de Trinacrie s’étendrait des vers 211 à 271 et rejetterait la responsabilité politique des conflits qui ensanglantèrent l’île entre le milieu du XIVe siècle et 1412 sur les magnats siciliens. Concernant les Ventimiglia, rappelons que ce lignage avait pris une part active au premier soulèvement des barons contre le duc de Montblanc, entre 1390 et 1395. Les rebelles avaient constitué une ligue à Castronuevo en juillet 1390 :

habiéndose publicado la empresa que el duque de Montblanc tomaba de poner en la posesión del reino de Sicilia a la reina doña María [...] y juntamente con ella al infante don Martín su marido, estos cuatro señores [vicarios generales del reino, de quien pendía todo el gobierno de la paz y de la guerra : Guillén de Peralta, Antonio de Veintimilla, Manfredo de Alagón y el almirante Andrés de Claramonte] y con ellos Guillén de Veintimilla, el conde Enrico de Veintemilla, don Bartolomé y don Fadrique de Alagón, Guillén Russo, don Blasco de Alagón [...] y Enrico de Veintemilla se juntaron a 10 del mes de julio en la iglesia de san Pedro que estaba en el campo en el territorio de Castronuevo [...] y hicieron entre sí una muy estrecha confederación [...] y comenzaron a ponerse en orden para resistir al duque de Monblanc (J. ZURITA, Anales…, éd. cit, X, p. 759-760).

113L’objectif déclaré de la ligue était de s’opposer, par les armes, à la mainmise catalano-aragonaise sur le gouvernement de l’île. La ville de Messine, évoquée dans les vers 236-244, se rallia au duc de Montblanc dès le début de cette guerre. Ce n’est donc pas à cette occasion-là qu’elle s’attire le qualificatif de « puta perra » (v. 236).

  • 82 Pendant cette période, la famille « latine » des Ventimiglia se rallia aux Angevins — «ffaent contr (...)

114Messine (v. 236-271) fut toujours âprement disputée dans tous les conflits où la souveraineté sur la Sicile était en jeu. Très difficile à conquérir, car disposant d’excellentes protections militaires et naturelles, elle vit ainsi s’affronter partisans et adversaires de Charles Ier d’Anjou, puis Angevins et Catalans et enfin, en outre, tout au long du XIVe siècle, les deux factions siciliennes des « Latins » et des « Catalans ». À la mort de Louis II (10/1355), la Sicile se trouva divisée entre trois partis : les familles indigènes hostiles à la dynastie catalane, telles les Chiaramonte, qui tenaient Catane, les Catalans « de race », mené par un oncle (par voie illégitime) du nouveau roi Frédéric et les « Latins », familles indigènes fidèles à la dynastie de Pierre II, les Ventimiglia et les Rosso, qui tenaient Messine. Les Rosso et les Ventimiglia organisèrent la tutelle du jeune roi à leur profit et commirent l’erreur d’exclure des affaires les Catalans « de race ». Ceux-ci qui s’employèrent alors à s’emparer de Frédéric III. Les derniers « latins » encore favorables à la dynastie catalane basculèrent alors dans le camp angevin : en septembre 1356, Messine — « puta perra » par sa trahison — s’ouvrait au sénéchal du royaume de Naples. En décembre 1356, la monarchie angevine — « el poch linatge » — reprenait possession de l’île — « retra la terra / [al] bon paratge » — dont les Vêpres l’avaient chassée. Les Angevins ne réussirent cependant à se maintenir que huit mois dans l’île. Les vers suivants (248-271) rappellent la cruauté de la guerre civile qui déchira la Sicile pendant la minorité de Frédéric III82.

  • 83 Je m’appuie ici sur les Cobles de la divisió del regne de Mallorca, où l’on lit :  « E Sardenya pel (...)

115« Semblant tempesta / haura Cerdeinnia » (v. 272-273) : c’est lancer le lecteur dans une vaine recherche que de lui demander de quelle « noua emposta / de longa guerra » il est question vers 272-309 (ou 322), tant les révoltes Sardes contre la souveraineté catalano-aragonaise furent fréquentes entre 1323 et 1420. Puisqu’il faut probablement comprendre « Bracaleone d’Oria » dans « la mala branca »83 et Mariano d’Arborea dans « la malaltia / de Mariano », la guerre dont il est question ici est postérieure au retournement d’alliance effectué par Mariano d’Arborea en 1353 (il choisit alors d’aider les Génois contre l’Aragon) et à l’entrée en lice de son gendre Brancaleone d’Oria, qui prit les armes contre l’Aragon en 1391. Elle est menée « per mar e terra » : l’Aragon devait combiner débarquements sur l’île, pour y maintenir des positions sans cesse menacées, et guerre sur mer contre les Génois.

116Par ailleurs, « hauer tempesta » ou « ser tempesta » est la métaphore que Turmeda semble retenir pour indiquer de violents combats entre partis. « Passant [ou « apres »] la festa / del san Babtista » est la date qui indique toujours le déclenchement de ceux-ci. « Pendre pesança » indique qu’un territoire se trouve dans une position difficile. De même, « veu de campana » ou « repicant la campana » (v. 252-256 et strophe 49 de la Profecia de l’Ase) annonce une calamité, en général des affrontements violents, à la manière du tocsin. Ces formules sont employées de la même façon dans la Profecia de l’Ase. On voit donc que Turmeda a crée un type, le type du combat fratricide, décomposable en plusieurs formules, assez stables du point de vue de leur expression, telles, précisément, « veu de campana per tota terra », « apres del Babtista », « pendre pessança » et qui en indiquent les différentes phases. Ces formules connotent un univers, plus qu’elles ne dénotent un référent ; c’est donc vraisemblablement dans leur présence qu’il faut chercher le raison du succès des prophéties de Turmeda et donc des diverses applications qui ont pu en être faites.

117« Paraules closes / sense les gloses / no son enteses » (v. 652-653) : l’exercice d’élucidation se complique singulièrement dans les vers 310-637, car Turmeda, qui n’y fait référence à aucun événement particulier, quoi qu’il en dise, a ici mêlé les trames narratives et cultivé l’ambigüité syntaxique encore plus que dans la première moitié du Dictat.

118Les vers 310-322 annoncent des événements qui doivent se produire en même temps que ceux qui ont été évoqués v. 272-309, comme l’indiquent les compléments circonstanciels « en aycell dia » et « en cella hora » dans lesquels « aycell » et « cella » ont valeur anaphorique. Cette indication n’est cependant pas une grande aide, lorsque l’on sait que les vers 272 à 309 sont susceptibles de concerner les années 1353-1420. Par ailleurs, rien ne permet de déterminer si ces événements doivent avoir lieu en Sardaigne, comme précédemment, parce que tous leurs acteurs sont désignés de façon métaphorique ou métonymique (« la gran cabra », « lo fum de Spainnia », « gent estrainnia ») et qu’aucun toponyme, même crypté n’y apparaît. Les vers 316-317 et l’intervention anglaise annoncée plus bas ont d’ailleurs été interprétés en 1414 en faveur du comte Jacques II d’Urgell : 

  • 84 Prósper de BOFARULL I MASCARÓ (éd) Proceso del conde de Urgel. Colección de documentos del Archivo (...)

cert ere que aquest Rey [Ferdinand Ier] no haura durada et aço per una profecia qui dehie ‘lo fum d’Espanya en verde rama tornara flama’ per la entrada dels anglesos et aci declarava lo dit Diego Roiç [à l’épouse du comte d’Urgel] que apres dels francesos qui haurien fet arraconar lo Senyor Rey en Castella venrien los anglesos qui farien revenir lo fum qui dehia ser lo Senyor Rey en flama quil consumiria et tornaria a no res et per aço donava de consell lo dit Diego Roiz a la infanta que nos curas fer tractes alguns car altres farien lurs fets et que totes aquestes coses si havien a fer per disposicio divinal 84.

119Les partisans du comte attendaient alors des soutiens du duc de Clarence et du comte de Foix et espéraient l’intervention diplomatique du marquis de Montferrat, de l’empereur et de la reine de Castille.

  • 85 Martin RIEGEL, Jean-Christophe PELLAT et René RIOUL, Grammaire méthodique du français, Paris :  PUF (...)

120Les déterminants « aital » et « tal » présentent l’intérêt (ou l’inconvénient), comme le français « tel » de servir à désigner « un référent déterminable, mais non autrement déterminé ». On les emploie, « là où ne conviendrait ni un déterminant indéfini, parce que l’énoncé exige pour être valide que la réalité visée soit bien déterminée, ni un déterminant défini parce que l’énonciateur ne veut ou ne peut communiquer cette détermination85 ». Donc, libre au commentateur de décider, d’une part, si la guerre dont il est question v. 323-329, dans laquelle interviennent des Anglais, est à rattacher thématiquement aux événements évoqués v. 310-322 et d’autre part, s’il convient de considérer « en tal malia » (v. 330) comme une reprise anaphorique condensant et résumant le contenu des vers 323-329 ou 310-329. L’apparition d’un personnage du nom de Cardona incite toutefois à lire ensemble au moins les vers 323 à 336 : pendant la Guerre de Cent Ans, sous le règne de Pierre III, le vicomte de Cardona figura toujours au nombre des ambassadeurs du souverains auprès des Anglais — « dara recapte / per la corona ». Rien de plus précis ne saurait être affirmé : la « Serrania », le territoire que les Anglais doivent alors ravager (v.323-330), est un toponyme qui indique un genre de relief et qui est donc susceptible de se rencontrer dans tous les territoires que les troupes anglaises ont saccagés pendant la Guerre de Cent Ans. C’est donc un type de situation qui est évoqué ici, et non un contexte particulier.

  • 86 Gaspar SABATER I SERRA, Historia de las Baleares, Palma de Mallorca, 1987.

121Les frontières entre les différents ensembles thématiques sont délicates à déterminer dans les vers 338-384. Le théâtre des événements prédits v. 338-349 est l’île de Majorque, explicitement mentionnée au vers 344. « Fer la mostra », si l’on accepte ce qu’en dit le commentateur de la Profecia de l’Ase, est encore l’une des formules qui sert à décrire les préparatifs d’un combat, thématique guerrière confirmée par la présence de la métaphore de la tempête (v. 339). Il faut donc peut-être voir dans « soffran presura / trenta anyades » le rappel des exactions commises par le gouverneur qu’avait installé Pierre III dans l’île après l’annexion du royaume de Majorque à la couronne d’Aragon en mars 134486. Les Majorquins semblent ici subir une juste punition (« per lur malura / sofran presura ») : ce jugement ne concerne-t-il que les partisans de Jacques III de Majorque, qui furent les principales victimes du gouverneur Guilabert de Centelles, ou s’étend-elle à l’ensemble de la population de l’île, selon la conception traditionnelle de la tyrannie ? Les actions condamnables (la « malura ») qui sont censées avoir entraîné la ruine de Majorque pourraient également être les révoltes des pagesos et forans qui eurent lieu en 1309, puis au milieu du XIVe siècle et enfin en 1391.

122Les années 1351-1356 furent particulièrement difficiles à Majorque : la disette et la peste avaient fait leur apparition, alors que l’île avait du mal à faire face aux dépenses occasionnées par les guerres en Sardaigne, auxquelles elle devait participer, et aux abus de certains administrateurs catalans. Les années qui suivirent la révolte des pagesos en 1391 furent également marquées par un appauvrissement de l’île, qui dut payer une énorme amende à la couronne et entretenir la cour extrêmement dispendieuse de Jean Ier entre juillet et novembre 1395.

  • 87 La mention d’un violent mouvement populaire (v. 351-355) éveille l’écho du soulèvement des pagesos (...)
  • 88 « Tanto en Cataluña y Valencia como en Mallorca, el territorio se dividió a efectos económico-finan (...)

123Il est assez difficile de déterminer si les vers 350 à 386 sont véritablement cohérents et s’ils renvoient ou non à un seul univers de référence. Les vers 350 à 363 évoquent une révolte populaire, apparemment dirigée contre l’autorité royale et fomentée par le bas clergé (« un menor fraire »), que je n’ai pas pu identifier. En effet, l’action de religieux excitant la population fut récurrente tout au long des XIVe et XVe siècles, qu’il s’agisse ou non de prédicateurs ambulants, et s’exerça dans des contextes très variés. En outre, toute rébellion, même non dirigée en premier lieu contre la couronne étant susceptible d’être ensuite châtiée par celle-ci, comme dans le cas des pogroms de 1390-1391 ou des révoltes de forans à Majorque87, on voit que le nombre de situations auxquelles peuvent s’appliquer ces vers est extrêment varié. La parenté phonique entre « bisbe » (v. 362) et « arquebisbe » (v. 364) facilite le glissement entre ce premir ensemble de vers et le suivant, vers 364-371. Cette parenté et les relations métonymiques qui existent entre « bisbe » et « arquebisbe » suffisent-elles pour affirmer la continuité d’un univers référenciel, du premier groupe de vers au second ? Si « Saragoça » (v. 365) est bien la ville aragonaise de Saragosse et « Randa » (v. 352), le río Aranda ou le poblado de Aranda, qui appartenait aux Ximénez de Urrea, vicomtes de Rueda, alors la réponse à cette question est positive. Les désordres évoqués v. 364-371 pourraient alors bien s’inspirer des luttes entre partis nobiliaires caractéristiques du royaume d’Aragon. Le terme de « battlia » désigne d’ailleurs un type d’office que l’on trouvait, entre autres, en Aragon88, ce qui confirme la thématique politique du passage. Dans le cas précis de Saragosse, Ferdinand Ier s’appliqua à réformer son gouvernement municipal, car :

Las antiguas ordenanzas favorecían las revueltas populares, porque los jurados de la ciudad, que eran 12, se regían por las respectivas parroquias y era endémico el triunfo de magistrados poco aficionados a gobernar y más amigos de banderías, favores a delincuentes y no menos graves injusticias.

  • 89 Ramón MENÉNDEZ PIDAL (dir.), Historia de España, vol. XIII- XV, Madrid, Espasa Calpe, 3e édition, 2 (...)

124Le roi réussit à tourner les fors, qui interdisaient en principe toute intervention de la couronne dans les affaires municipales, et parvint à réformer le mode d’élection des jurados et leurs compétences, concernant notamment l’administration de la justice, par les ordonnances le 10/12/1414. La région de Saragosse connaissait par ailleurs un banditisme populaire endémique, qui prit des proportions inqiuétantes en 1412-141489.

125Le groupe nominal « cella volta », par l’usage du déterminant démonstratif anaphorique « cell » et l’image d’un retournement, associée au substantif « volta », peut fort bien être un résumé du contenu des vers 368-371. En effet, « cell qui cuida / hauer battlia / la senyoria / li sera tolta » indiquait bien un changement radical de situation, pour un individu, désigné par « cell qui cuida hauer battlia ». Ce revers de fortune est étendu à une entité politique ou à un territoire dans les vers 373 à 386 : « la teu fortuna [...] / sera passada / e annullada ». « Seras comuna / e no regina » : cette entité, comme l’individu mentionné v. 368-371, subit une dégradation de son statut politique. La cause de cette chute est rappellée v. 381-382 — « pel mal afaire del menor fraire » — : l’usage de l’article défini « el » suppose que le « frère mineur » et « el mal afaire » dont il est question ici sont connus du lecteur et donc, ont déjà été mentionnés. Il s’agit donc probablement du frère mineur et des menées séditieuses des vers 357-364.

126Le prophète change ensuite d’interlocuteur et s’adresse à Barcelone (ou à la Catalogne) dans les vers 387 à 534. L’énoncé se développe autour de deux grands thèmes : le destin politique de la Catalogne dans le royaume d’Aragon, soit, le passage d’une position prépondérante (v. 366-403, 410-436, 444-460) à la décadence du XVe siècle (v. 437-443 [ ?], 460-465, 506-535) et un conflit avec la Navarre (400-403, 466-505, 632-637).

127Le Dictat reflète la vocation maritime de la Catalogne — toutes les métaphores disant sa prospérité ou son déclin sont des métaphores empruntées à la navigation —, et ses ambitions hégémoniques en Méditerranée sous le roi Pierre III. Celles ci furent marquées par la stature eschatologique qu’acquirent ses souverains, ici exprimée à travers des prétentions à l’Empire universel et à diriger la croisade outre-mer. Le Dictat enregistre également le fait que la Catalogne perdit peu à peu sa position dominante au sein de la confédération catalano-aragonaise, comme conséquence d’une crise aux aspects démographiques, économiques, culturels et politiques qui débuta dès le règne du Cérémonieux. Les royaumes d’Aragon et de Valence s’affirmèrent alors comme les puissances politiques et économiques dominantes de la confédération : « puis, ta ufana atras lexada [...] seras sotmessa a Saragoça » (v. 460-465).

128Je ne vois pas à quel conflit avec la Navarre le Dictat fait allusion. « Fer nossa » (v. 402-403) est suffisamment vague pour rendre compte des tensions nées entre la Navarre et l’Aragon lorsque la Guerre de Cent Ans se fut déplacée dans la Péninsule Ibérique, à travers la guerre civile castillane. Au début de la « guerre des deux Pierre », la Navarre était officiellement neutre, et tenta même de s’entremettre pour parvenir à conciler les adversaires (1361). Suite à l’échec de ses démarches, en mai 1362, Charles II de Navarre concluait une alliance avec Pierre Ier de Castille, aux termes de laquelle il défiait le roi d’Aragon (06/1362). Ceci ouvrit la troisième guerre entre l’Aragon et la Castille. Les Navarrais ne se lancèrent que mollement dans l’aventure, mais prirent tout de même Sos. L’attaque castillane fut par contre irrésistible et les défenses aragonaises furent enfoncées de toutes part — « ladonchs moguda / la cruel guerra / sera la terra tota torbada ». Incapable de résister à l’avancée des troupes castillanes, le roi Pierre III se vit obligé de conclure l’humiliante paix de Murviedro (07/1363).

129Le Dictat existait en avril 1413 : avant cette date, l’épisode de Sos est le seul qui ait vu un affrontement armé direct entre la Navarre et l’Aragon. Dès 08/1363, le roi de Navarre reprenait d’ailleurs des conversations secrètes avec Pierre III (et Henri de Trastamare), dirigées contre leurs ennemis respectifs, la France et la Castille de Pierre Ier. À aucun moment, les Navarrais ne s’allièrent avec les Français (v. 477-483), alliance d’ailleurs tout à fait impensable sous le règne de Charles II de Navarre (1349-1387), ennemi juré de la dynastie régnant en France. Son successeur Charles III (1387-1425) n’eut pas une politique agressive à l’égard de l’Aragon, bien au contraire : le mariage de son héritière Blanche avec l’un des fils de Ferdinand Ier d’Aragon, Jean, prévoyait de donner un souverain Trastamare à la Navarre. Je ne m’explique donc pas l’apparition d’une guerre navarro-aragonaise dans tous les manuscrits du Dictat. Je ne saurais donc dire à quel problème dynastique renvoient les vers 480-482 et 488-497.

  • 90 « Durant anys i panys es mantendria ben viva la diferència entre Catalunya i Espanya, aquesta, enca (...)

130Si « Spainnia » ne peut désigner que la Castille90, alors les vers 506-509 concernent l’accession au trône d’Aragon de l’infant castillan Ferdinand de Antequera, en juin 1412. Le Dictat ne serait donc pas de 1405-1407, mais aurait plutôt été composé entre la mort sans descendance légitime de Martin Ier (31/05/1410), qui ouvrit la question successorale, et, au plus tard, mars 1415, date de sa citation par l’un des témoins du procès du comte d’Urgell.

131Il est probable que la « I coronada », vouée à subir un sort semblable à sa suzeraine (v. 536), en vertu duquel elle est définie comme « suiugada a Quatalunnia » soit la couronne de Majorque : un royaume de Majorque indépendant de l’Aragon exista entre 1276 et 1344. En 1344, il fut annexé à la couronne d’Aragon par Pierre III. L’annexion fut évidemment refusée par le souverain en titre, Jacques III de Majorque, puis par son fils Jacques IV, qui perdirent tout les deux la vie dans leur lutte contre Pierre III. Par son testament, Jacques IV faisait de sa soeur Isabelle son héritière (16/02/1375). Celle-ci céda tout de suite ses droits à Louis II d’Anjou, qui s’intitula roi de Majorque, mais ne tenta jamais de rendre sa suzeraineté effective. Il renonça à tous ses droits sur ce royaume lorsqu’il épousa Yolande d’Aragon en 1400, contre la principauté de Morée. La prospérité du royaume fut effectivement sérieusement compromise après son annexion (v. 546-549), puisqu’il dut participer aux nombreuses guerres dans lesquelles Pierre III engagea l’Aragon ; il eut également à souffrir les abus de certains gouverneurs catalans.

132Le Dictat lie ensuite un épisode de baptême forcé de Musulmans (v. 550-555 et 590-611) avec des troubles politiques ayant pour cadre le royaume de Valence (v. 556-589, où la ville de Valence est explicitement mentionnée et 612-615). La syntaxe du texte autorise à penser que ces conversions forcées auront également lieu dans le royaume de Valence, mais elle autorise tout autant à les situer dans la « I coronada » dont il vient d’être question. Une façon de résoudre cette ambigüité serait de voir là une allusion aux baptêmes forcés qui ont accompagné les prédications des croisades de 1398-99 dans lesquelles Valenciens et Majorquins s’associèrent contre les pirates barbaresques. Le Dictat, vers 590-605, énonce ce qui devrait être, plutôt que ce qui fut ou avait une possibilité de se produire : aucun frère mineur n’est allé plaider la cause des Musulmans devant un pape qui avait lui-même concédé les bulles de croisade contre leurs coreligionnaires tunisiens. Au contraire, les Franciscains comptèrent parmi les prédicateurs les plus acharnés de cette croisade : des figures de premier plan comme Joan Eiximeno et Francesc Eiximenis s’y associèrent même.

  • 91 « Pels grossos és gran raó / que l’estament regit sia. [...] Aristòtil diu [molt] clar :  / ‘Estame (...)
  • 92 Les paysans avaient pris les armes contre la noblesse et la bourgeoisie et avaient également attaqu (...)

133Je ne sais si les vers 556-571 ont un référent précis, mais ils illustrent probablement des luttes de clans nobiliaires. Celles-ci furent tout aussi violentes dans le royaume de Valence qu’en Aragon ; quoi qu’il en soit, « paratge » (v. 558) est un terme qui ne peut désigner que des membres de la haute noblesse. Turmeda se montre fort soucieux de préserver l’ordre établi, puisqu’il condamne les bouleversements qu’il met en scène : malheur, donc, au territoire où l’ordre politique naturel est bafoué, où les bâtards assassinent leur géniteur (au sens propre ?) et où la petite noblesse insulte la grande. De la même façon, et dans la continuité de ses affirmations dans les Cobles de la divisió del regne de Mallorca91, Turmeda approuve sans ambages la répression menée contre « els menuts pobles » par « los nobles », avec l’aide de la couronne, évoquée dans les vers 572-589. L’opposition « menut poble / nobles » éveille le souvenir des révoltes de pagesos de remensa en Catalogne et de forans à Majorque. Il est question du royaume de Valence et de croisades valenciennes et majorquines dans les vers précédents, dans lesquels la Catalogne n’est pas mentionnée. En outre, « la riera » désigne un cours d’eau en général mais aussi, spécifiquement, le torrent qui traversait la ville de Majorque. Il est donc vraisemblable qu’il s’agit là des révoltes de paysans majorquins. La répression fut en effet violente92, mais ces événements se produisirent sous le règne de Jean Ier, et non de « lo rey en Pere [III] ». Le roi Pierre, quelles que soient les situations qui aient pu inspirer le Dictat, est le seul souverain aragonais qui y soit mentionné : depuis le Breviloquium et les ouvrages de Roquetaillade, et jusqu’à Alphonse V, il symbolise en effet les ambitions de la couronne aragonaise et ses tentatives de renforcement du pouvoir royal ; il a cristallisé sur sa personne les thèmes et les motifs eschatologiques d’origine gibeline, guelfe et autochtone. « Pierre » comme « le lion d’Espagne » en Castille, est le type du souverain aragonais dans les prophéties qui concernent l’Aragon, quelles que soient ensuite les figures successives dans lesquelles il s’incarne.

[Biblioteca de Catalunya, manuscrit 490, Anselme Turmeda : Ordinació, probablement postérieure à 11/1414]

134Altre ordinacio o profecia del dit frare Entelm Turmeda [fol. 99ro]

 

  • 93 a) nos acost BC490 ; b) (i) add. P. BOHIGAS I BALAGUER, art. cit.;  c) Ço B ; d) propii Mercurii B  (...)

93No crech pas

que trespas

la ventura,

si tant dura

5

quant vanir.

Mon albir

es que sia

per la via

ordonada

10

la priuada

reyalitat.

Lealtat

de paratge

al linatge

15

no s’acosta,

e·s desbost

la colona

qu’environa

e comanda

20

a seu manda

tota cossa,

ffaent nossa

per ultratge ;

gran dampnatge

25

que·s segueix,

puys mereix

tenir ceptre

e no repte.

Lo gran bnoble

30

per lo poble [99v, A]

ha soccors ;

los mayors

ffan fallença,

no valença.

35

Gent stranya

ab lur manya

va per cassa

ab spasa

molt tallant

40

lo quadrant

e planeta

que es neta

—Jupiter.

Coc es ver :

45

propy Mercuryd

a sent Luri

acabara.

FFinira

lo guerrer

50

vertader :

d’aquel art

tot se’n art e.

Per uentura,

la mesura

55

ja s’acosta

que desbosta

son poder

e voler.

Veus la guerra

60

per la terra :

rebellança,

colp de lansa,

mantinent,

de present,

65

lo ffrances

ab arnes

ffaent ajuda ;

no se’n tuda

lo leho.

70

Part asso,

la flor groga,

ja que no·s moga,

sots cuberta

ffa offerta

75

de valer

ab cor ver.

La comuna,

de tots una,

ab bandera

80

negra feraf.

Riba mar

veurets dar

mortal brega.

No·s sossega

85

la gran barcha :

ffara marcha,

contractant,

protestant

de fer treua.

90

No se’n leua

gens lo stoll ;

ja ffa doll

gent manuda.

Deu ajuda

95

a la dreta

que·s constreta

per furtuna.

Sots la luna

l’any setze, [Col.B]

100

aço ve :

los romans,

ytalians,

ffan ajust [lac.]g

per la Sglesia

105

que·s pelleya :

veurets ffar,

sens duptar.

Catalunya

romp la hunya

110

del sinistreh :

la siluestre

conquistant,

despleguant

l’estandart

115

ab son art.

Gent per terra

veus desferra :

del mayor

al manor

120

destruyr,

auorryr,

possar tendes

e banderes,

trebucar

125

bonbardajari,

rompent testes

a les festes

dels barrons,

a tots jorns

130

faent empresa

de fer presa.

Cauellers,

bons guerrers,

la jornada

135

ordonada :

auençar

per matar

los anglesos.

Mas lurs cossos

140

hi romanen

e no·s vanen

d’aquell setge,

puys lo fetge

han pudrit

145

e de nit

lo soterren.

No s’afferen

ab lo mur

ffort e dur :

150

e·s lo mal.

Prop Nadall,

s’apresona

la persona

del baro

155

—cell qui fo

huit anyades

no perdonades

en clausura

molt scura

160

dins Spanya [lac.]j.

Pres tal jornada,

l’amperayre,

sens cor vayre,

ab scut [Col.C]

165

de virtut

— rey de França —

ffa liyanca

e Prohencak,

que s’agencal,

170

per la error

del major

a la cadira

hon sospira

cleresia.

175

Ab sa malia

hi contresta

cell qui gasta :

la dretura

no ha cura

180

per tenir,

possehir

son optat

ab mal gratm.

Es del segle

185

lo gran clergue ;

ell se tacha

tall la guascha ;

ver e cert

lo desert ;

190

ab affany

dins est any

los grans mals

e terballs

qui no fugen.

195

Molts se cuyden

ser storts

qui les sorts

los atenyen [lac.]n

a son terma.

200

Lo gran verme,

creu uermella,

s’aparrella

ffer la lia,

prenent via

205

molt deserta ;

ffalsa bertao

te la massa

e per cassa

tritxaria.

210

La falsia

se discobre :

veus lo pobre

te corona.

Caragossa

215

si senyalla p,

rompent l’ala

de la pompa.

So de trompa

per les plases,

220

colp de mases,

les gents mortes

dins les portes ;

sanch s’ascampa.

No acampa

225

lo culpable,

per l’amable

alt Senyor [Col.D]

de valor,

e no·s triga

230

— sens mentida —

pus a Deu plau

que a frau

vagen cells

qui concells

235

falsos donen

e·s disponen

per llur dan.

Lo Satan,

qui·ls confon,

240

al pregon

de l’abisme

sens sofisme

en lo foch

gran no poch

245

los turmenta.

Crech no menta

sa sciença

— prouidenca

diuinalq ;

250

gran senyal

ho demostra,

que desbosta

sera leu,

tost e breu.

255

Mas l’Emperyr

vituperys

hi demora

cella hora :

embaxades

260

enuiades

ab consell

contra ell reyt

qui destorba

tota l’orda

265

e proces

dels eletsu.

Ell s’esforcav

ab gran força

contradir,

270

no consentir

a lur voler [lac.]w.

Cert ab doll

se retrau,

puys la clau

275

ha perduda

e·s vencuda.

Ladonchs pau [lac.]x

general

haura ely segle

280

sots un clergue

e thiara

sobre l’ara.

Aquest dit

fou scrit

285

l’any sisse,

mes sete,

jus en Tunis,

Barboria, per mi

Abdala sens falla

Altre ordinació : notes historiques

Un référent historique probable : la rupture dynastique de 1412 en Aragon et le Grand Schisme

135Un certain nombre d’indices concordants semblent indiquer que le texte évoque à la fois des soubresauts politiques de règnes de souverains catalano-aragonais, de Jean Ier (1387-1395) à Ferdinand Ier (1412-1416) et des événements qui concernent la résolution du Grand Schisme (1378-1417). Ceci suppose tout d’abord que le texte est postérieur à sa date affirmée de composition : « l’any sissè », soit, probablement, 1406. Nous pourrions toutefois considérer que sissè signifie simplement « la sixième année » ; la difficulté serait alors de déterminer le point de départ de ces six ans et le domaine dans lequel le fixer : vie de Turmeda, durée du Grand Schisme ou durée du règne de l’un des souverains évoqués ?

136Cette hypothèse de lecture événementielle part également du principe que cette prophétie politique est redevable d’une sorte de décodage terme à terme, ce qu’un certain nombre d’éléments dans le texte viendra infirmer. Nous devrons alors revenir à ce que les pratiques de lecture des exégètes médiévaux nous enseignent sur le genre prophétique pour rendre compte des particularités des écrits de Turmeda. Ceux ci apparaîtront alors comme une sorte d’exercice de style prophétique, ce qui explique d’ailleurs l’impossibilité qu’il y a à en donner une explication suivie.

137- v. 1-11 : Il est probable que l’auteur rend ici compte de la volonté de restaurer l’autorité royale qui a suivi la mort de Jean Ier, et qui s’est notamment traduite par l’arrestation et le procès de ses plus proches collaborateurs, accusés d’avoir participé de la dégradation des moeurs politiques qui avait marqué le règne. Rappelons que l’on a accusé l’entourage royal de malversations multiples, de trahison, d’immoralité et de simonie ; « ordonar la priuada reyalitat » refléterait le désir du nouveau souverain de mettre un terme à de telles pratiques.

138- v. 12-15 : Martin Ier se heurta à l’opposition de Yolande de Bar, qui déclara être enceinte pour retarder son intronisation, et du comte de Foix, qui réclama la couronne d’Aragon en tant qu’époux de la fille aînée de Jean Ier.

139Dans cette première hypothèse de lecture, il est difficile de trouver un référent aux vers 16 à 28, puisque la légitimité de Martin Ier n’a pas été contestée longtemps et que son intronisation n’a pas donné lieu à des combats remarquables, contrairement à ce qu’impliquent ces vers. « FFaent nossa / per ultratge » et « puys mereix / tenir ceptre / e no repte » pourrait néanmoins s’appliquer au comte de Foix. « Lo gran noble » (v. 29) désignerait donc Martin Ier qui fut duc de Montblanc avant de ceindre la couronne d’Aragon, alors que les vers suivants refléteraient le fait que ce sont les conseillers de Barcelone qui ont proclamé les premiers leur appui au futur souverain : « lo gran noble / per lo poble / ha soccors ». Quant à l’accusation de déloyauté portée contre les grands — « los mayors » —, remarquons que la façon dont le comte Pierre d’Urgell avait repoussé le comte de Foix, probablement désigné ici comme « gent stranya » avait, injustement d’ailleurs, suscité quelques critiques, notamment de Bernat Metge.

  • 94 Alphonse III d’Aragon (roi 1327-1336) engendra entre autres Pierre III (roi de 1336 à 1387) et Jacq (...)

140Cependant, si Turmeda a altéré l’ordre chronologique des événements, il est possible que les vers 16 à 43 évoquent les graves désordres qui ont suivi le refus de Martin Ier de désigner Jacques d’Urgell comme son légitime successeur. La mort de Martin Ier donna effectivement lieu à une situation de « priuada reyalitat » puisqu’aucun descendant mâle direct ne lui demeurait. Le comte Jacques II d’Urgell était le mieux placé pour succéder au roi94, mais ni le souverain, ni les autres descendants des branches collatérales de la dynastie ne se montrèrent favorable à cette possibilité. En outre, il est vrai que l’aristocratie aragonaise s’est rapidement opposée au comte et qu’il existait également un parti qui lui était hostile en Catalogne, mené par Roger Bernat, comte de Pallars : « lealtat de paratge / no s’acost », « los mayors ffan fallença, no valença ». Dans ce cas, « mereix ceptre e no repte », à condition que nous ayons correctement ponctué ce passage, peut effectivement fort bien s’appliquer au comte d’Urgell. « FFaent nossa / per ultratge » peut donc se référer à la véritable guerre civile qui avait éclaté en Aragon et à Valence dès la mort de Martin Ier — la lutte traditionnelle entre bandos étant exacerbée par la question successorale — et dont l’épisode fatal à la cause de Jacques d’Urgell fut l’assassinat de l’archevêque de Saragosse par ses partisans (08/06/1411). La « gent stranya » des vers 35 à 43 seraient alors les troupes castillanes que Ferdinand de Antequera avait massées aux frontières d’Aragon et de Valence et qui envahirent ces territoires en 1411, alors que la Catalogne subissait de violentes incursions.

141S’il faut bien lire « Sant Luri », v. 46, le « guerrer vertader » qui y « ffinira » — y « trouvera la mort » — peut être Martin le jeune, fils de Martin Ier. Celui-ci remporta en effet une victoire décisive contre les rebelles de Sardaigne, menés par Brancaleone d’Oria et le vicomte de Narbonne, à Sant Luri, le 30/06/1409 et mourut dans l’île peu après (le 25/07/1409) ; remarquons qu’on avait d’ailleurs fort loué ses qualités guerrières. « La mesura [...] / que desbosta / son poder e voler » peut se rapporter au fait que Martin Ier et Martin le jeune avaient pacifié la Sardaigne, la Corse et la Sicile et prévu le rattachement de la Sicile à la couronne d’Aragon par l’union entre Martin le jeune et l’héritière de la Sicile. Le décès du jeune souverain remit cependant très vite en cause la domination catalane sur la Sardaigne, la Corse et la Sicile.

142Les vers 59 à 98 reviendraient ensuite sur l’évocation de la guerre qui a précédé la décision de Caspe. En effet, dès mai 1410, l’Aragon, qui rejetait la lieutenance de Jacques d’Urgell, et par conséquent, sa légitimité à régner, s’enfonça dans la guerre civile, suivi de près par le royaume de Valence.

143Alors que la Castille — « lo leho » — manifestant son soutien à Ferdinand d’Antequera menaçait l’Aragon de guerre au cas où le candidat castillan serait rejeté, et alors que des troupes castillanes pénétraient dans les royaumes d’Aragon et de Valence, la France et le candidat angevin au trône d’Aragon proposèrent une aide militaire aux députés catalans (vers 65-69, évoquant donc des événements de décembre 1411-janvier 1412). Par ailleurs, des troupes gasconnes commandées par Ramón de Perellós étaient également arrivées dans le royaume de Valence (entre la fin de 1411 et le début de 1412) pour prêter main forte aux partisans du comte d’Urgell.

  • 95 P. BOHIGAS I BALAGUER, art. cit., p. 178.
  • 96 J. ZURITA, Anales..., éd. cit., XI, année 1412.

144Faut-il voir Gênes dans « la fleur jaune » et la « commune » des vers 70 à 81 ? Pere Bohigas i Balaguer l’affirme, mais avoue ne pas avoir trouvé de motivation à cette désignation95. Il faut sans doute passer là par une paronomase associant les mots issus de l’évolution phonétique du latin galbinus dans les langues romanes (jalne en français, jalde en castillan dès le 13e siècle ou encore, dès le 14e, en Italie, gald, gaune) et janua (désignation de Gênes fréquente dans la littérature prophétique en langue latine). Remarquons en effet que Gênes profita de la guerre en Aragon pour aider les rebelles de Sardaigne96, au point que Ferdinand d’Antequera, devenu roi, dut de toute urgence négocier une trêve avec elle (12/06/1413). Ceci qui n’empêcha pas les corsaires — sous leur « bandera negra » — de continuer à sévir de part et d’autre : « riba mar / veurets dar / mortal brega », les opérations de course affectant effectivement les littoraux.

145Les vers 94 à 97 sont délicats à interpréter : s’agit-il de rendre compte de la soumission finale de Jacques II d’Urgell (« que·s constreta ») à Ferdinand Ier et de la clémence dont fit d’abord preuve le roi à son égard ? Ce n’est pas impossible, sachant que le texte semble favorable au comte et que l’opposition à sa candidature y est qualifiée de rebellança (v. 61). La mauvaise fortune — fortuna — joua effectivement contre le prétendant, puisque la mort du roi d’Angleterre, en éloignant le duc de Clarence de la Gascogne, le priva de l’aide anglaise tant attendue et qu’il échoua à se rallier Youssouf III de Grenade, lequel garantit sa neutralité à l’infant castillan.

146- Les vers 98 à 107 concernent probablement le concile de Pise (1409), qui fut effectivement réuni d’abord à l’initiative de cardinaux d’obédience romaine — « romans, ytalians ». L’ordinal setzè nous semble pouvoir avoir remplacé l’ordinal novè v. 99, de manière que ce passage puisse s’appliquer au concile de Constance, dont il est question plus bas.

147- Vers 108 à 115 : La siluestre pourrait être la Sardaigne, au climat et à la végétation peu clémentes — le chroniqueur Desclot l’avait ainsi qualifiée de terre « fort salvatge e agrest » — et ce passage pourrait alors se référer à l’une des nombreuses escarmouches qui opposèrent Catalano-aragonais et rebelles sardes entre 1323 et 1420, date à laquelle la souveraineté aragonaise sur l’île ne donna plus lieu à contestations.

148- Vers 116 à 160 : Les opérations militaires ici évoquées se déroulent-elles sur le même terrain que les précédentes ? Aucun élément ne permet de le déterminer, si ce n’est l’apparition de guerriers anglais et la mention d’un siège suivi de la capture d’un grand noble (v. 142-160). Tout semble fait pour suggérer que le référent du passage est le siège de Balaguer, puis la captivité du comte d’Urgell, qui fut détenu dans des conditions très dures, en Aragon, puis en Castille, d’où l’usage du terme général de Spanya. La reddition de Jacques d’Urgell suivit un siège très difficile dans lequel des archers anglais figuraient bien au nombre des assiégés. Néanmoins, la reddition des rebelles n’eut vraiment pas lieu « prop Nadall », mais le 31/10/1413 ; tout dépend évidemment de ce que l’on entend par prop. En outre, « dins Spanya » et « pres tal jornada », qui ne riment ni avec les vers précédents, ni avec les suivants, sont probablement venus remplacer d’autres vers. Enfin, l’usage du passé fo laisse supposer que le rédacteur du texte pensait à quelqu’un qui avait déjà été libéré ou était déjà mort en captivité au moment où il écrivait, ce qui n’est pas le cas de Jacques II d’Urgell dans les années 1406-1417. Une version primitive du texte a donc vraisemblablement été retouchée, de manière à ce que les vers 116 à 160 paraissent évoquer les infortunes de Jacques II d’Urgell.

149- Vers 161-174 : si c’est bien du Grand Schisme qu’il est question ici, la France et l’Empire ne firent cause commune autour de la nécessité de réunir un concile qu’à partir de la désignation de Sigismond de Hongrie comme Roi des Romains, puis empereur (21/07/1411). L’ultime soustraction d’obédience de la France face à Benoît XIII eut lieu en 07/1407 ; la Provence, terre angevine, dut s’y rallier. Il faut donc en conclure que el major accusé « d’erreur » est soit Benoît XIII, fort âgé à ce moment-là, soit Jean XXIII, qui après avoir semblé favorable aux travaux du concile, s’enfuit pour ne pas avoir à démissionner et fut finalement fait prisonnier et déposé (20/05/1415).

  • 97 A. FLICHE et V. MARTIN, op. cit. , p. 81 sq.
  • 98 Ibid., p. 130-148.

150- Vers 175-189 : Benoît XIII, plus qu’aucun de ses autres concurrents, refusa obstinément de renoncer à son titre aussi bien face au concile de Pise — qui déposa les deux papes rivaux en mai 1409 — que, plus tard, contre les injonctions qui lui parvenaient de Constance. On ne manqua d’ailleurs pas de lui reprocher son manque de dretura : d’une part, avant son élection, les cardinaux de l’obédience avignonnaise s’étaient promis que leur élu devrait oeuvrer à la restauration de l’unité de l’Église, y compris par la voie de cession si celle-ci apparaissait comme la meilleure97. D’autre part, lorsque Benoît XIII avait quitté Portovenere en 1407, après le rendez-vous manqué de Savone avec son concurrent romain, il avait encouragé ses cardinaux à rechercher la voie du concile, ce que lui rappelèrent ensuite opportunément les rebelles de son obédience98.

151S’il faut bien rattacher les vers 186-189 à l’entêtement de Benoît XIII, il faut bien avouer avec eux que l’obédience du pape de Peñíscola se réduisit singulièrement après Pise, de même que le nombre des cardinaux qui lui restèrent fidèles.

152Je n’ai pas identifié le référent des vers 190 à 254 et notamment les entités désignées comme « lo gran verme » et « la creu vermella ». S’agit-il de Gênes, qui porte la croix de saint Georges sur ses armes, ou des rois d’Aragon, patrons de l’ordre de saint Georges, fondé en 1354 ? Remarquons que les vers 174-175 du Dictat mentionnent précisément « la creu uermela de Jenouesses ». Le « gran verme » serait-il l’un des Visconti, la famille Visconti présentant un serpent sur ses armoiries ? Enfin, les seuls événements qui aient ensanglanté Saragosse dans les années 1406 à 1417 sont des affrontements entre bandos, amplifiés par le problème successoral dans le royaume d’Aragon. Il y eut en particulier de violents combats de rue dès mai 1410, qui culminèrent sur l’assassinat de l’archevêque de Saragosse par Antón de Luna (08/06/1411). S’il faut en croire une lettre citée par Ferran Soldevilà (op. cit., II, p. 647), l’opposition populaire à la soustraction d’obédience aragonaise donna d’autre part lieu à un massacre de chanoines à Saragosse en janvier 1416, au cri de « muyren los capellans e sien robats ».

153Les vers 255 à 282 évoquent la réunion du concile de Constance et peut-être l’élection finale de Martin V. Si nous lisons le vers 262 « contra ell », constatons que l’empereur intervint effectivement plusieurs fois auprès de Benoît XIII, tout d’abord pour qu’il accepte de se rendre au concile (printemps 1414), puis pour tenter d’obtenir son abdication (entretiens de Perpignan à l’automne 1415). Si nous décidons de le lire « contra el rey », « rey » semblant avoir été ajouté au vers, nous pouvons supposer que ledit roi est Ferdinand Ier, qui fut longtemps le meilleur soutien de Benoît XIII. Ce « roi » pourrait également être le roi de Castille, qui ne renia officiellement l’obédience de Benoît qu’en janvier 1416, et sur lequel l’empereur Sigismond dut faire pression pour qu’il envoie des délégués au concile, lesquels ne s’incorporèrent aux travaux de l’assemblée qu’en juin 1417.

154« Ab gran força » et « no consentir » s’appliquent néanmoins mieux à l’action de Benoît XIII qui, après avoir interdit à ses ambassadeurs de participer au concile de Constance, priva Ferdinand Ier de son royaume après la soustraction d’obédience aragonaise du 06/01/1416. En mai puis en décembre 1416, il imposa de nouveau une fin de non-recevoir aux envoyés d’Alphonse V puis à ceux de la Castille qui venaient lui demander de se rendre à Constance. Enfin, en avril 1417, il répliqua par des sentences canoniques à la décision du concile qui le déclarait contumace. Il faut d’ailleurs remarquer que même après les soustractions d’obédience de la Castille et de l’Aragon, Benoît XIII conservait de fermes soutiens parmi le clergé catalano-aragonais et la population du royaume d’Aragon, ainsi qu’en Gascogne, en Languedoc, en Rouergue, en Écosse et surtout en la personne du comte d’Armagnac.

155- Vers 272-276 : les vers précédents ne concernent certainement pas Jean XXIII ni Grégoire XII, qui ne s’opposèrent pas aussi radicalement que Benoît XIII au concile. Néanmoins, appliquer « retraer-se » à Benoît XIII, suppose de prendre cette expression, non pas comme indiquant une abdication — ce qui serait possible dans le cas des deux autres papes — mais plutôt comme suggérant une réclusion. Benoît XIII ne quitta en effet plus Peñíscola après l’échec des entretiens de Perpignan en 1415. « La clau / ha perduda » est vraisemblablement une mention à sa condamnation et à sa déposition, intervenues en juillet 1417.

156- Vers 277-282 : une fois le concile convoqué (11/1414) et les trois papes rivaux déposés, on avait tout lieu de penser que les travaux de l’assemblée s’achèveraient par une élection pontificale, que l’auteur de la Ordinació ait eu ou non connaissance de la désignation d’Otton Colonna comme pape (11/11/1417). Le texte pourrait cependant être postérieur à octobre 1417, mois où l’empereur accepta le principe de l’élection d’un pape précédant la réforme de l’Église et où fut enfin trouvé un accord quant à la composition du corps électoral. La date de composition donnée par le vers 285 — 1406 — peut donc être fictive, ce qui est effectivement un procédé courant en matière de prophétie politique. Remarquons toutefois que le mois de composition supposé — juillet — correspond à la date de déposition de Benoît XIII.

Des clefs pour interpréter l’histoire

157On le voit, l’exercice qui consiste à chercher, vers après vers, un référent précis à la Ordinació, référent unique qui aurait été dissimulé par le prophète sous une formulation obscure, est assez acrobatique. Ceci suppose d’ailleurs le même genre d’arrangements avec le texte que ceux auxquels se livrait Roquetaillade avec le Vae Mundo : mise à l’écart de certains passages, postulat de changements de thématiques et non coïncidence de l’ordre des événements et de l’ordre de leur récit, notamment. C’est donc que les choses ne sont peut-être pas si simples. Il nous semble en effet que ce texte livre, plus que des événements sous forme cryptée, des enchaînements de mécanismes politiques qui constituent, une fois assemblés, un modèle pour interpréter l’histoire, modèle conçu à partir des vicissitudes politiques de l’Aragon et de traditions prophétiques. L’histoire passée du royaume et les cycles prophétiques existants livrent des motifs et des assemblages de motifs qui sont susceptibles de rendre compte d’un grand nombre de situations, passées, présentes ou à venir. Libre ensuite au lecteur d’appliquer le texte à une situation particulière, la crédibilité de l’exégèse n’étant fonction que de son habileté à faire coïncider les données du texte avec des événements réels — c’est d’ailleurs là tout le travail de l’exégèse littérale. Certains éléments renvoyant de toute évidence à des événements précis ont alors une double fonction : ils valident les prédictions du texte et, à un autre niveau, sont des désignations métaphoriques ou métonymiques d’autres réalités. Ainsi, San Luri est le lieu d’une bataille qui a opposé Catalans et rebelles de Sardaigne en 1409 et a vu la victoire des premiers, mais peut aussi servir à désigner toute bataille où la souveraineté catalano-aragonaise sur un territoire serait en jeu. C’est d’ailleurs ce type de procédé qui permet de passer du sens littéral au sens spirituel d’un texte en exégèse biblique, le sens spirituel d’un texte se rapportant au Christ et à son Église. Ce saut herméneutique n’a jamais lieu dans la Ordinació : elle n’est donc qu’un exercice de style prophétique, une variation sur les canons du genre, totalement étrangère aux préoccupations eschatologiques qui inspirèrent, à la même époque, la prophétie du pseudo-Arnaud de Villeneuve.

158Ainsi, après avoir énoncé, peut-être ironiquement, une évidence (v. 1-5), le prophète semble indiquer que le thème de sa vaticination serait la réparation d’une injustice politique commise au sommet de l’État (v. 6-11) : « ordonar / la priuada reyalitat ». Remarquons d’ores et déjà que cette action justicière peut concerner un grand nombre de situations : s’agit -il du rétablissement d’une autorité bafouée ou de la restauration d’une lignée écartée du pouvoir ?

  • 99 Voir les mentions à « f[er] nossa / per ultratge » et au « gran dampnatge » qui suit l’injustice co (...)
  • 100 Ce lignage « mereix tenir ceptre e no repte ».
  • 101 Car « lealtat de paratge / al linatge / no s’acost » ; « paratge » indiquant la haute extraction de (...)
  • 102 Le même type de situation est évoquée dans le Dictat, sans que rien ne permette là non plus de déco (...)

159Un réseau de sens se constitue cependant, lié à la thématique précédente et éclairant le type de situations auquel rattacher ce passage, à la lecture des 17 vers suivants (v. 11-28). Il apparaît alors que le prophète évoque les troubles99 qui suivent nécessairement — le texte est au présent permanent — la négation des droits d’un haut lignage100, ajoutée à la trahison d’une partie de la noblesse101. Notons que le terme paratge ne signale qu’une position élevée dans la hiérarchie nobiliaire, mais ne donne aucune précision quant à la position familiale de ce paratge face au linatge privé de ses droits, ni quant à l’ampleur de la trahison. Aucun repère temporel ni spatial n’est encore donné, qui permettrait de référer ce passage à un contexte particulier : nous sommes donc devant l’énoncé d’un type de situation102.

160L’exercice se poursuit dans les 23 vers suivants (v. 35-58). À la défection nobiliaire s’oppose le soutien populaire, alors qu’une intervention étrangère accompagne obligatoirement les troubles dynastiques. Effectivement, c’est presque une loi politique qu’un vide dynastique favorise des interventions étrangères, notamment par le jeu des alliances matrimoniales — le texte est d’ailleurs toujours au présent. En l’absence de tout élément renvoyant à un contexte précis, le plus grand flou règne quant à l’identité des actants ici évoqués. Ainsi, la simple juxtaposition des vers ne permet pas de déterminer si « lo gran noble » désigne la même personne que « la colona » ; il est même d’ailleurs impossible de déterminer à quel type d’être s’applique la désignation de « colona » (individu ou institution). Syntaxiquement, il est en outre tout aussi légitime de dissocier les deux actants que de les confondre. En effet, seule une connaissance du contexte référentiel permettrait d’affirmer la valeur anaphorique de l’article défini lo et donc l’identité des deux actants. Le texte exploite là toutes les possibilités des outils anaphoriques. Plusieurs applications du texte sont alors possibles. La combinaison de divers indices rappelle certes fort la situation politique dans la confédération catalano-aragonaise à la mort de Martin Ier, mais il n’est pas certain que le texte ne puisse pas s’appliquer à d’autres situations, notamment à la révolution catalane des années 1462-1472. Cela supposerait de faire de « la colona », « el linatge » et « lo gran noble » des personnes ou des institutions distinctes, ce que l’agencement paratactique des phrases dans le texte autorise parfaitement.

161L’apparition du toponyme San Luri (v. 46), augmentée de l’abandon du présent gnomique au profit d’un futur qui peut être un futur catégorique, peut manifester la volonté d’indiquer que le texte a un référent historique précis : la bataille de San Luri, qui a assuré la possession de la Sardaigne aux Catalano-aragonais. La Ordinació peut donc être relue et interprétée à la lumière des événements du règne de Martin Ier, hypothèse d’ailleurs compatible avec la date de rédaction supposée du passage : 1406. Cependant, ce futur n’est pas nécessairement un futur catégorique, alors que San Luri peut également être une désignation métonymique d’autres batailles assurant la domination d’un territoire aux Catalano-aragonais.

162La suite du texte ne dément pas ces deux niveaux de lecture (v. 59-97). Nous avons vu qu’il est possible d’y voir l’évocation de la guerre qui a suivi la mort de Martin Ier et de l’intervention de la France, de Gênes et du roi de Castille dans ce conflit.

  • 103 Les lieux évoqués le sont sous le nom de la catégorie à laquelle ils appartiennent :  « riba mar », (...)

163Cependant, ces vers livrent le même type de discours programmatique que précédemment, énoncé au moyen d’un présent pouvant évoquer toutes les époques temporelles, et qui se présente comme un enchaînement de séquences rendant compte de catégories de situations : mort d’un guerrier→mise en péril de son pouvoir→agitation politique→interventions étrangères→guerre sur terre et sur mer→négociations/trahisons. Les actions évoquées par ce programme sont d’ailleurs présentées à un tel niveau de généralité qu’elles sont susceptibles de s’adapter à un très grand nombre de situations concrètes. En particulier, le site des actions évoquées n’est jamais mentionné — qu’il s’agisse de « ffer ajuda », « contractar », « ffer oferta de valer » ou de « protestar de ffer treva ». Certains substantifs indiquant des catégories d’actions, tel « brega » (« contentieux »), sont présentés sans aucune détermination qui permette d’indiquer le domaine dans lequel il conviendrait de les situer ; c’est donc que le « prophète » a souhaité multiplier les contextualisations potentielles de ces termes. De même, aucun lieu103 ni aucune date précis ne sont mentionnés. Enfin, aucun rapport ni logique, ni chronologique n’est indiqué entre les actions évoquées, qui sont simplement juxtaposées dans l’espace textuel, vers après vers.

  • 104 La même remarque vaut pour « colp de lansa » ou « ab bandera » :  le premier syntagme est-il à pren (...)

164Un certain nombre d’expressions sont en outre susceptibles d’une lecture tropique, qui complique — ou facilite — d’autant la tâche de l’exégète. Ainsi, « tot se’n art » devra-t-il être pris au sens littéral ou interprété comme une métaphore de combats fratricides, à l’instar du « feu dévorateur » du Vae Mundo ? Encore une fois, les deux choix sont légitimes et dépendront de la situation à laquelle le lecteur aura entrepris d’appliquer le texte104.

165Les acteurs de l’histoire sont également désignés sous forme métaphorique ou métonymique — « lo leho », « la comuna », « la gran barcha », « lo ffrances » —, procédé qui contribue à multiplier les interprétations possibles du texte. Dans certains cas, la présence de périphrases ou de métaphores fréquentes dans le discours prophétique catalano-aragonais — « la gran barcha », « lo leho » — brouille les pistes plus qu’elle ne fournit d’indications, car tous ces signes ont reçu des applications diverses au cours de l’histoire. Dans le monde catalano-aragonais, le « lion » peut aussi bien être le roi de Castille que le « leo hispanus » aragonais, et la barque, la « navicula Petri » du Breviloquium et du Pseudo-Arnaud (l’Église) que Barcelone (Barchinona).

166La présence de sèmes communs à certains termes ne garantit pas davantage la continuité d’un univers référentiel donné, puisque les relations métonymiques ou, plus encore, métaphoriques, que l’on peut découvrir entre les différents termes de la chaîne ainsi constituée sont susceptibles d’assurer le passage sans heurt d’un univers de référence à un autre, ou, à l’intérieur d’un même univers de référence, le passage d’un thème à un autre, en vertu de relations de contiguité. Ainsi, la chaîne « bandera negra » (piraterie ?) → « riba mar »→ « la gran barcha » → « lo stoll » rapproche-t-elle les vers 77 à 92, mais la simple juxtaposition des vers n’indique en rien si le contentieux mortel qui est supposé avoir lieu « riba mar » est bien celui qui oblige « la gran barcha » à rechercher une trêve et ne précise pas davantage le rapport existant entre « la gran barcha » du vers 85 et la flotte dont il est question v. 92.

167On le voit, tout est donc fait pour que ce texte prophétique puisse renvoyer à un grand nombre de situations ; c’est cette pluralité des référents possibles qui détermine le type de lecture auquel soumettre ces vaticinations. En effet, ce n’est qu’une fois qu’un lecteur aura décidé que le texte renvoie à tel ou tel événement qu’il lui appartiendra de construire des correspondances entre le texte et l’univers de référence choisi. Il devra donc en particulier expliciter le type de relations qu’il postulera entre les signes du texte et les événements de l’univers référentiel choisi et imposer une syntaxe, c’est-à-dire des relations sémantico-logiques, à ce qui n’était que juxtaposition de signes. C’est la raison pour laquelle le plan littéral de l’exégèse consiste en une réécriture du texte, destinée à le pourvoir de connecteurs spatiaux, temporels ou argumentatifs qui, rendant compte des structures de l’univers de référence, visent à conformer le texte à l’ordre de la réalité référentielle.

168L’examen du reste de la Ordinació confirme ces analyses. Ainsi, dans les vers 94-97 si la « dreta » indique bien l’existence d’un parti de la justice, il est impossible de savoir lequel des acteurs précédemment mentionnés l’incarne : libre à l’exégète de l’établir en fonction de la situation à laquelle il aura appliqué le texte.

169L’ambiguïté est savamment cultivée dans les 9 vers suivants (v. 98-107), qui ont en outre été retouchés. « FFer ajust per / la Sglesia / que·s pelleya » semble bien renvoyer à une réunion destinée à résoudre des problèmes internes à l’Église. L’assemblée étant formée de « romans, ytalians » et le texte ayant été prétendument rédigé en 1406, le référent du concile de Pise vient à l’esprit, immédiatement contredit d’ailleurs par un autre élément de datation — « l’any setzé » —, qui oriente le lecteur vers le concile de Constance. Le lecteur pourrait d’ailleurs tout aussi bien décider de ne pas faire jouer ensemble « pelear-se » et « l’any sissè », les conflits internes à l’Église ne s’étant pas limités pas au Grand Schisme aux XIVe et XVe siècles. Par ailleurs, comme il manque au moins un vers entre « ffan ajust » et « per la Sglesia », il est tout à fait légitime de supposer que le texte initial a été mutilé, de manière à permettre une application des vers 98 à 107 aux conciles de Pise puis de Constance. Les vers 105 et 106, qui ne riment avec aucun de ceux qui les entourent, et qui sont ceux qui orientent la lecture vers cette thématique conciliaire pourraient même des ajouts. En outre, « ffer ajust » est une expression qui s’applique plutôt aux domaines politiques et économiques ; les vers précédant cet ensemble et les vers qui le suivent rendent compte de combats qui font intervenir une « comuna », réalité politique spécifiquement italienne. Une rédaction primitive des vers 98 à 107 pourrait donc avoir concerné les vicissitudes politiques de la péninsule italienne, plus que les affaires de l’Église pendant le Grand Schisme.

170Le flou thématique semble levé dans les 6 vers suivants (108-114) où l’entité politique « Catalogne » est sujet d’une série de verbes rendant compte d’opérations de conquête ; l’univers de référence reste cependant à déterminer, puisque les combats dont il est ici question se déroulent sur un territoire désigné comme « la siluestre », désignation métonymique suffisamment large pour pouvoir s’appliquer à plusieurs théâtres d’opérations. L’adversaire des Catalans n’a pas non plus une unique incarnation possible, car il est désigné par le nom de catégorie « barons », qui n’indique que son appartenance à la noblesse. Les opérations militaires évoquées jusqu’au vers 135 n’ont rien de spécialement marqué non plus : elles sont parfaitement classiques — bataille rangée, siège, prise de butin sur les vaincus — et peuvent prendre place dans n’importe quel contexte.

171Les vers 116 à 161 développent la même thématique guerrière, mais aucun élément dans le texte ne permet d’affirmer que le théâtre des différentes opérations évoquées est bien le même. « Possar tendes e banderes » (v. 122-123) est compatible avec le fait d’assiéger une place (v. 141) et le déterminant démonstratif « aquell » (v. 141) a valeur anaphorique. Cependant, les Catalans n’ont jamais assiégé d’Anglais lors d’opérations de conquête : il y a donc tout lieu de penser que les « cavallers, bons guerrers » qui combattent des anglais aux vers 132 à 160 ne sont pas les Catalans impliqués dans les opérations contre « la siluestre » des vers 109 à 131. Le passage d’un univers de référence à un autre est de nature métonymique : d’un premier champ de bataille à un second. Les vers 147 à 150 semblent devoir être rattachés thématiquement aux vers 139 à 146, en tant qu’ils évoquent les travaux de sape qui accompagnent d’ordinaire un siège. Les vers 151 à 160 ne peuvent être rattachés à l’un des ensembles précédents qu’une fois un choix de référent effectué : la reprise du terme baró peut autoriser à les rattacher aux opérations de conquête des vers 109 à 131, alors que la logique d’une situation de siège, qui se termine la plupart du temps par la reddition des assiégés, demanderait d’en faire la suite des opérations évoquées aux vers 132 à 151. Rien dans le texte n’interdit de penser que le prophète pourrait évoquer alternativement deux théâtres d’affrontements guerriers, procédé courant dans le discours historique.

172Les 161 à 199 évoquent l’alliance de l’Empire — « l’emperayre » —, de la France — « rey de França » — et de la Provence — « Provença », terre angevine, obligée de se rallier aux positions françaises — pour résoudre une question liée à la papauté — « la cadira hon sospira cleresia ». L’intervention de l’Empire ou de la France dans les affaires de l’Église est un motif présent dans de nombreux cycles prophétiques. Néanmoins, la présence conjointe de la France, de l’Empire et de la Provence incite à lire ce passage en référence au Grand Schisme d’Occident. L’ambiguïté syntaxique des vers 175-189 est d’ailleurs suffisamment importante pour que de nombreux cas de figure — y compris bien entendu celui du Grand Schisme — puissent être envisagés. La détermination d’un référent demanderait tout d’abord de préciser l’identité de « el major », puisque ce terme n’indique rien de plus qu’une position élevée dans une hiérarchie, qui demeure indéterminée. Par ailleurs, le déterminant possessif masculin « son » représente nécessairement une troisième personne du singulier. L’environnement immédiat de « son » permet d’affirmer que c’est l’actant désigné comme « cell qui gasta » qui est représenté par « son ». Il est de même fort probable que le pronom « ell » soit le substitut du GN « lo gran clergue » et qu’il s’agisse donc du même actant dans les deux cas (v. 185 et 186). Le sujet non exprimé du verbe « es » a également valeur anaphorique (v. 184). Or, il existe deux groupes nominaux antérieurs de même genre et de même nombre que le sujet de « es » susceptibles de lui servir d’antécédent : « son optat » et « cell qui gasta ». Syntaxiquement, le groupe « cell qui gasta » est dans une position dominante par rapport au groupe « son optat » : c’est donc l’actant représenté par « cell qui gasta » qui devrait être considéré comme antécédent du sujet de « es ». Il n’est cependant pas totalement impossible de négliger ce facteur syntaxique et de faire, par conséquent, de « lo gran clergue » un actant distinct de « cell qui gasta ». En outre, l’interprétation de « lo gran clergue » dépendra une fois encore de l’univers référentiel choisi, qui en fera, suivant les cas et conformément à diverses traditions, un pape revendiquant sa toute puissance dans le domaine temporel ou la tête de l’Église charnelle. Enfin, les vers 186 et 187 demandent certainement une lecture métaphorique, mais plusieurs possibilités sont offertes : défaite, exil ou mort.

173Les vers 190 à 199 évoquent une période marquée par des calamités évoquées en termes génériques — « los grans mal e treballs » — et ne peuvent prendre sens qu’une fois fixé le référent de l’anaphorique « est ». Ils servent de transition avec le passage qui commence à « lo gran verme » et s’achève à « veus lo pobre » (v. 200-213), où se développe la thématique de l’alliance et de la trahison découverte.

174La lacune entre les vers 212 et 213 (« veus lo pobre » / « te corona ») ajoute encore aux difficultés d’interprétation de l’ensemble s’étendant jusqu’au v. 254. La présence d’un pronom complément indirect v.215 (hi) semble indiquer un lien thématique entre cet ensemble de vers et le précédent. L’antécédent de hi est probablement le couronnement de l’entité désignée comme « lo pobre ».

  • 105 Il ne s’agit pas forcément de la capitale de l’Aragon :  le Recort de Turell atteste l’existence d’ (...)

175Ce passage décrit une situation de guerre civile à « Caragossa105 » ; le présent employé pour ce faire peut être un présent prophétique ou un présent de narration, évoquant des événements déjà accomplis. Le prophète énonce ensuite (v. 231-245) les leçons à tirer de l’événement, à l’aide d’un présent qui outre les valeurs précédemment signalées, peut aussi être un présent de vérité générale : les mauvais conseillers mènent à la ruine, mais sont châtiés dans ce monde puis dans l’au-delà. Dans la suite du texte, le déterminant possessif « sa » qui ne saurait avoir que « lo Satan » du vers 238 comme antécédent, pose une continuité thématique entre les vers 246-254, liés par la syntaxe, et les vers 214-245. Le futur sera semble annoncer la ruine des mauvais conseillers dont l’action dévastatrice avait été décrite aux vers 214-223 (guerre civile dans « Saragosse »).

176Enfin, la lecture de l’ensemble des vers 255 à 283 permet d’affirmer qu’ils concernent l’intervention d’un empereur dans les affaires de l’Église et plus précisément dans une élection pontificale. Or, le motif de l’intervention impériale dans une élection pontificale est fort ancien et a pris des formes multiples. Dans ce cas précis, la mention de « embaxades / enviades / ab consell / contra ell / qui destorba », qui n’appartient pas sous cette forme à la tradition — pas plus d’ailleurs que la présence « d’élus » — autorise à rechercher un référent précis à ce passage dans des événements du Grand Schisme d’Occident. Il s’agit sans doute là de sa phase finale, alors que Sigismond de Hongrie envoyait des ambassades à Benoît XIII pour l’enjoindre de démissionner et que ce dernier faisait tout ce qui restait en son pouvoir pour s’opposer aux décisions des délégués du concile (« els elets »). Ce passage a cependant été retouché : l’ajout de « rey » au vers 262 déplace l’accusation d’obstruction de Benoît XIII à l’un des souverains qui le soutinrent.

177Cette lecture ne résout cependant pas toutes les questions posées par le texte. En effet, la conjonction adversative « mas » exprime en principe une concession ou permet de reformuler positivement et de spécifier ce que la proposition précédente avait formulé de façon négative. Il est donc nécessaire de justifier la présence de cet inverseur d’orientation argumentative entre deux ensembles qui évoquent respectivement des troubles internes à la confédération catalano-aragonaise (ou à la Sicile) et la résolution du schisme. Le lien serait peut-être à chercher dans le massacre de chanoines qui semble avoir eu lieu en réponse à la soustraction d’obédience aragonaise en 01/1416, à Saragosse. L’intervention de l’empereur contre Benoît XIII est d’ailleurs appréciée négativement par l’auteur de la Ordinació qui la qualifie de « vituperi ». Il prend toutefois acte de la défaite de Pedro de Luna — ou bien l’annonce au présent prophétique (v. 272-276) — et souhaite l’élection d’un nouveau pape (v. 277-282). Dans le même ordre d’idées, constater la défaite de « la clau » (de saint Pierre ?) suite à la déposition de Benoît XIII revient à interpréter la réunion du concile de Constance comme une tentative de l’Empire d’affirmer sa prééminence sur la papauté.

178Enfin, la signature et la datation du texte ne contredisent pas une attribution possible à Turmeda : le renégat se trouvait effectivement à Tunis depuis son apostasie de 1387 et le prénom arabe de Turmeda était bien Abdallah. Il faut bien cependant avouer que les quelques indices que le prophète a laissé au fil de son texte, et en particulier des mentions qui semblent bien renvoyer à la phase finale du concile de Constance, rendent impossible une composition en 1406 — à condition toutefois que « l’any sissè » (v. 285) signifie bien 1406. Cette date ferait donc partie des procédés tendant à affirmer le caractère prophétique de la Ordinació.

[Bibliothèque municipale de Carpentras, manuscrit 336 : Anselme Turmeda, Profecia de l’Ase, 1418]

179[Fol. 188r°] Aquesta es la profecia feta per l’Asa, parlant de les coses que·s deuen seguir en les terres damunt dites.

 

En nom de la essencia
prima intelligença
comença lo meu eloquença
un poch scura.

I
Tot ço que la Scriptura
tenia sots figura
de be e de malura
fara la mostra.

II
La bistia feresta
exint de la foresta
dara molta tempesta
al consistori.

III
La gran virtut divina,
sots la negra cortina,
dara cruel ruyna
a gent francesa.

IIII
Ladonchs sera sotsmesa
la dita gent francesa
per la real noblesa
d’Anglaterra.

V
Mil CCCC noranta
regnara la infanta.
La terra tota quanta
sera torbada
1.

VI
Per la gran subiugança
lexant l’amistança,
rebellant pendra lança
del foch la illa.

VII
La sua gent unida,
de nit e de jorn guarnida,
lançara la partida
de Catalunya.

  • 106 a) daran la salsa parda Com[mentaire] ; 

VIII
106Ladonchs la gent lombarda
ab companya pil[l]arda [Fol. 188v°]
dara la sua lança parda
a
al gran vicari.

IX
Dins Aries lo signe
la planeta maligne
fara lo rey indigne
de senyoria.

X
Lo cel me fa proferta
que sots falsa cuberta
ladonchs sera deserta
la ciutat negra.

  • 107 a) no·t Com ; 

XI
107Noa fuig si be demora
ay cella cruel hora ! —
seras gitada fora
de senyoria.

XII
Sota un falç guiatge
qui·s dara al missatge
sera fet gran dampnatge
al poch vescompte.

XIII
Lo cel veig que comanda
que molta sanch s’espanda,
e de cascuna banda
morra molt poble.

XIIII
Apres la gran pelea,
un lop sots pell d’ouella
2
fara en la Esglesia
un nouell cisma.

  • 108 a) sus Ru[Jordi RUBIÓ I BALAGUER, Estudis universitaris catalans, 1913, p. 9-24] ; 
  • 109 a) mal C[arpentras 336] ; b) incomporables C ; 

XV
108La stela no redona,
mes, semblant de colona,
veura molta persona
pus
a alt en l’ayre.
XVI
109Gitant raigs variables
e molt spauentables
los malsa inçoportablesb
vindran en terra.

XVII
Foch correra per l’ayre.
mas no durara gayre.
Laonchs prenets repayre
dins les esglesies.

XVIII
Les mosques de lur terra
exint faran gran guerra
3, [Fol. 189r°]
si mon saber no erra,
en la Borgunya

XIX
Veureu ab gran baralla
steles fer batalla ;
ladonchs la cruel playa
vendra en terra.

XX
Veureu fill contra pare
e filla contra mare,
la sor contra son frayre
fer testimoni.

  • 110 a) diuina Com ; 

XXI
110La divinala potença
ha feta providença
que·l mal de pestilença
4
vesit la terra.

  • 111 a) lo Com ; 

XXII
111Apres dela bon Baptista,
sots manera sofista,
sera noua conquista
en la Turquia.

XXIII
En la dessus dita terra,
si mon saber no erra,
durara la guerra
quatorze mesos.

  • 112 a) l’anemistat Com ; 

XXIIII
112La namistata antiga
a fer pau se obliga.
E fermada la liga
faran l’armada.
XXV
E venint la nouella
de la bella puncella,
ladonchs la bruta vella
sera desfeta.

XXVI
Lo cel veig que ja plora
aycella cruel hora.
No fuig si be demora
la gran tempesta
5.

  • 113 a) ce vers commence par «traicio» dans Com ; 

XXVII
113La ribalda trixayrea
apres la mort del frayre,
a despit de sa mayre,
sera novia.

XXVIII
E passada la festa,
per la falça requesta [Fol. 189v°]
sera mal e tempesta
en lo realme.

  • 114 a) delinquida Com ; 

XXIX
114Saturnus veig que crida
que sia derenclida
a
e sia esmarrida
XXVI mesos.

  • 115 a) vella Com et texte français ; b) « fausse venenine / sera au conte » dans le texte français ; 

XXX
115Ladonchs la bellaa nina,
demostrant-se baguina,
dara falsa canina
b
al noble compte.

XXXI
Ans de la primavera,
aycella gran riera
fara apres la ribera
un poch dampnatge.

XXXII
E lo cel me demostra
que en la terra nostra
sia noua emposta
de longa guerra
6.

XXXIII
Sots simbell d’oradura
exira de clausura
ab burell vestidura
aycell gran comte,

XXXIIII
e lo gran conestable
hi sera fauorable :
del loch menys stimable
lo traura defora.

  • 116 a) desmarrida Com ; b) Ru et le texte français proposent « sera » ; c) unida Com et texte français  (...)

XXXV
116L’esposa demarridaa,
cessa
b de joy vestida,
apres sia viuda
c
la sua companya.

XXXVI
La profecia manda
que port al cap garlanda
e de cascuna banda
sia aymada.

  • 117 a) la Com ; 

XXXVII
117Veureu saa fortalesa
en breu tornar flaquesa ;
per la culpa comesa
sera punida.

  • 118 a) la add. Com ;

XXXVIII
118Ladonchs alçanta bandera,
lo gran duch de Bauera [Fol. 190r°]
a la gent de sant Pere
fara dampnatge.

XXXIX
Omplint la buyda bossa,
la vostra real mossa
dins en Seragossa
pendra corona
7.

XL
Lo cel no li aiuda,
Saturnus la tremuda,
faent-la estar uiuda
de senyoria
8.

XLI
Apres la cruel jornada,
vehent-se derrocada,
stara amagada
XXIII mesos.

  • 119 a) tresca Ru. ; 

XLII
119Ladonchs en la verdesca
sera l’orrible tesca
a
de la gent barbaresca
al mig de la orta.

XLIII
La porta veig huberta,
la terra veig deserta,
los frayles sens offerta
qui canten missa.

  • 120 a) sense Ru. ; 

XLIIII
120Volara sensa ales
lo gran princep de Gales,
rompent les portes e tales
a gent francesa,

XLV
no pas com a cossari,
ne com a propietari,
mas com a vicari
del maior bisbe.

XLVI
E cell de Pampalona,
segons lo cel ordona,
alçara sa scona
contra la França.

XLVII
La nostra Catalunya,
si d’aço no·s lunya,
coue que lo rey munya
la lur gran bossa.

XLVIII
Repicant la campana
vostra gent catalana, [Fol. 190v°]
tots armats en la plana
faran la mostra.

XLIX
Veureu ladonchs la poncella
pintant sa força bella,
per la bona nouella
de Anglaterra.

L
Segons lo cel m’ensenya,
coue que molt strenya
cella gent de Cerdenya
gent cathalana.

LI
Seran moltes reuoltes
apres peytes e grans coltes.
Seran les testes toltes
a dos grans mestres.

LII
Tornara l’abitatge,
per la guerra saluatge,
en los orts com a boscatge
en cella hora.

  • 121 a) blanca Com ; b) rosa Ru ;

LIII
121E la blanquetaa rossab
al bras de la sposa
fara guerra e nosa
a la vermella

LIIII
E Genoua la gaya,
ferida de greu playa,
sera feta rondaya
per tota la terra.

LV
Sots bona confiança,
Luca pendra pesança
e fara tal veniança
la flor del lir.

LVI
E l’aguila mesquina,
venint com a gallina,
sots lombra leonina
haura pressura.

  • 122 a) sera Com ; 

LVII
122Estaraa subjugada
la trista menyspreada ;
son mal haura durada
mija setmana.

LVIII
Puys, realment vestida,
de molta gent seguida, [Fol. 191r°]
mantindra la partida
del gran Imperi.

LIX
Lo flori de Florença,
mare de la prudença,
pels seus rebra offença
en cella hora.

  • 123 a) el C, al Com ; b) colomna Com ; 

LX
123Ala bras de la colonab,
de la Sglesia corona,
alçara sa scona
lo gran Imperi.

LXI
Segons lo cel comanda,
ell fara gran demanda
per hauer la garlanda
de Lombardia.

  • 124 a) Venesia Com ; 

LXII
124Veneciaa la gaya,
per la nova baraya,
entrara en batalla
contra l’Imperi.

  • 125 a) rebeu Ru. ; 

LXIII
125Lo cel dona sentencia
que·n breu reben
a offença
Verona e Vicença
per cell d’Ongria.

  • 126 a) cell Com ; 

LXIIII
126Veureu en aquella dia,
segons ma proffecia,
anar la Lombardia
a foch e a flama.

  • 127 a) manda Com ; 

LXV
127Segons que lo cel manaa,
la vidua toscana
segons ley crestiana,
sera nouia.

LXVI
Veureu lo gran vicari,
per omplir son armari
que vindra molt contrari
a les comunes.

LXVII
Veureu fer la gran liga.
No pot fugir si triga,
contra cell qui s’abriga
de la gran capa
9.

LXVIII
Deu per la sua potença
pot leuar tal offença, [Fol. 191v°]
reuocant la sentença
de les planetes.

  • 128 a) escrit Ru. ; 

LXIX
128La mia proffecia
en scrit
a mesa sia,
car coue que axi sia
com ella posa.

 

1801 Même formulation dans le Dictat, v. 474-475, mais dans un contexte différent.

1812 Mt. 7.15.

1823 Sur le modèle de la quatrième plaie d’Egypte (Ex.8.20-31 et Sap. 16.9)?

1834 Strophes 19 à 21: Jer. 16, Mt. 24.6-29, Lc. 21.8-19 et Mc. 13.8-23.

1845 Formulation très proche: Dictat, v. 501-502.

1856 Même formulation, dans un autre contexte, dans l’Altra Ordinació, v. 280-281.

1867 Dictat, v. 491-493.

1878 Exactement la même prédiction dans le Dictat, v. 494-497.

1889 Même métaphore dans le Dictat, v. 112-114.

[Bibliothèque municipale de Carpentras : Anselme Turmeda [ ?], Declaració de la Profecia de l’Ase, probablement avant 1433]

189[Fol. 191v°] Aquesta es la declaracio de la proffecia, feta per lo responent frare Encelm Turmeda en la disputa dels animals.

  • 129 a) Ru[Jordi RUBIÓ I BALAGUER., Estudis universitaris catalans, VII, 1913, p. 19-23] que om. ;

190129Sobre la primera qui comença : « Tot ço que ». So es a dir que ço quea los proffetes an posat ab paraules closes veureu ara palesament venir un fet apres altre.

  • 130 a) hauran C[arpentras 336 et je choisis «un cardenal» comme COD de haura tengut] ; 

191130Sobre lo II qui comença : « La bistia feresta ». Ço es a dir que sera un cardenal en Italia que per despit de la presonia hon lo hauraa tengut lo Papa, sobornant alguns cardenals, rebellant-se, volran fer un altre papa. Mes lur fet no haura perfeccio.

192Sobre lo III qui comença : « La gran ». Ço es a dir que·l rey d’Anglaterra mourra mortal guerra al rey de França.

193Sobre lo quart qui comença : « Ladonchs ». Ço es a dir que los anglesos pendran dels francesos moltes terres, e en fretura subiugaran aquelles, ab gran victoria que sempre deuen hauer.

194Sobre lo quint qui comença : « Mil ». Ço es que en lo sobredit any, per defalliment [Fol. 192v°] de mascle, en Ponent sera elegida una real infanta per senyora ab consentiment de la menor part, de que·s seguira gran guerra e discordia per tota la terra.

195Sobre lo VI qui comença : « Per la ». Ço es que la illa del foch — ço es Sicilia — per la gran subjugança que lauors los faran catalans, se rebellaran contra ells ; e sera un cruel fet per catalans.

196Sobre lo VII qui comença : « La sua gent ». Ço es a dir que per la mala companyia que catalans los faran, ells rebellants se faran general unio contra ells ; los gitaran de la senyoria.

197Sobre lo VIII qui comença : « Ladonchs ». Ço es a dir que la part de Claramunt — los qual[s] foren lombarts — ab conpanya pillarda — ço es ab lo poble — daran la salsa parda — ço es mal viatge — al gran vicari — ço es al visrey qui lauors sera.

198Sobre lo noue qui comença : « Dins ». Ço es a dir que quant aquesta rebellio sera, la mala planeta de Saturnus sera en la segona casa del signe de Aries e [Fol. 193r°] lauors sera fet lo rey indigne de senyoria : ço es que la perdra.

199Sobre lo X que comença : « Lo cel ». Ço es a dir que segons la disposicio del cel quant la rebellio sera, lauors sera deserta la ciutat negra — ço es Catanya — car los catalans se faran forts en ella e los sicilians prenent-la [la] destroiran.

200Sobre lo XI qui comença : « No·t fuig ». Aci diu frare Encelm a la ciutat de Catania, prometent-li que coue que la senyoria de catalans qui en ella sera isqua fora, ço es lo visrey qui en ella [sera] sera assitiat e que la sobre dita ora sia mal a catalans.

  • 131 a) vescomte Ru. ; 

201131Sobre lo XII qui comença : « Sota ». Ço es a dir que ladonchs los catalans qui lauors seran en algunes fortaleses se metran en cor de amansar la ira del menut poble e demanaran un salconduyt per lo bescompte de Rochaberti. E lo poble dar-lo hia e apres trairan-los e faran dolent lo bescomtea de la sua persona.

202Sobre lo XIII qui comença : « Lo cel ». Diu [Fol. 193v°] que aquesta mala constillacio que lauors sera, demostra clarament que coue que de cascuna banda — ço es de catalans e de sicilians — muyra molta gent.

203Sobre lo XIIII qui comença : « Apres ». Ço es a dir que apres la rebellio de Sicilia, se levara un cardenal sots specia de fer be, mostrant-se molt sant e de perfeta vida ; e lo seu cor sera de lop rappat e fara un scisma nouell en la Sglesia, mes no haura durada.

204Sobre lo XV qui comença : « Stela ». Ço es a dir que ans d’aquell temps se demostrara en l’ayre una colona de foch, e durara alguns dies, e sera vista de tothom generalment.

  • 132 a) incorporables C ; 

205132Sobre lo XVI qui comença : « Gitant ». Diu frare Encelm que aquesta tal colona gitara raigs variables e de gran spaordiment. E lauors vindran en terra los mal[s] inçoportablesa axi com fam, guerra e mortaldats.

  • 133 a) con Ru. ; b) par sien Ru. ; 

206133Sobre lo XVII qui comença : « Lo foch correra ». Diu frare Encelm que aquest tal foch no sera sino la dita colona. [Fol. 194r°] Gitara raigs molt lonchs e correran coma a foch per l’ayre, semblant que veu hom moltes nits algunes cometes que parsienb steles que cayguen del cel. E dona fra Encelm de bon consell tal hora estar deins les esglesies.

207Sobre lo XVIII qui comença : « Les mosques ». Ço es a dir que los bretons exiran de Bretanya e vindran contra lo duch de Borgunya ab molta altra gent que aiustaran. E correran-li tota la terra e metran a sacomano.

208Sobre lo XIX qui comença : « Ab gran ». Diu frare Encelm que ans que aquest mal vinga sobre Borgunya, veuran les gents moltes nits les steles fer batalles e lauors la cruel playa — ço es la sobre dita guerra — vindra en terra — ço es en Borgunya.

209Sobre lo XX qui comença : « Veureu fill ». Diu frare Encelm que quant sera lo sobre dit mal en la Borgunya, molts dels borgunyons se rebellaran contra lur duch, si que lo pare tindra per lo duch e lo fill sera rebelle ab los bretons e [Fol. 194v°] acusant-se tots iorns, la un fara testimoni contra l’altre.

210Sobre lo XXI qui comença : « La diuina potença ». Diu que Deu beneyt tot poderos per aquesta poca caritat que sera entre los homens ha proueit e manat que lo mal de pestilencia vesit la terra — ço es mortaldat — un any part altre.

  • 134 a) Encelm Ru. ;

211134Sobre lo XXII qui comença : « Apres lo bon Baptista ». Diu frare Entelma que·l emperador conquistara moltes terres en la Turquia e que hi morran infinits turchs.

212Sobre lo XXIII qui comença : « En la dessus ». Diu frare Encelm que la dessus dita guerra no deu durar sino quatorze mesos.

213Sobre lo XXIIII qui comença : « L’anemistat ». Ço es a dir que la antigua enamistat que es de catalans e genouesos se leuara de carrera, e sera entre ells bona pau e faran liga ensemps. E apres sia fermada la dita liga faran gran armada contra lurs enemichs perpetuals. [Fol. 195r°]

214Sobre lo XXV qui comença : « E venint la nouella ». Diu que la bella puncella ço es la illa de Corsega — que es vella d’anys e puncella de senyoria real, la qual coue que vinga tota a ma del rey d’Arago. E lauors la bruta vella, ço es Genoua, vella de hedificis e de riquesa e bruta per la diuisio que sera en ells, sera desfeta.

215Sobre lo XXVI qui comença : « Lo cel veig que ja ». Diu frare Encelm que de tal mal implora vuy lo cel e que si triga no pot fallir.

216Sobre lo XXVII qui comença : « Traicio ». Ço es a dir que madama de Napols qui a despit de sos amichs pendra marit, de que li seguira gran mal. E sera gran destorp en lo realme de Napols.

217Sobre lo XXVIII qui comença : « E passada la festa ». Ço es a dir que apres de les noces, per la requesta desonesta que fara madama a son marit, no volent ell consentir sera entre ells mala voluntat.

218Sobre lo XXIX qui comença : « Saturnus [Fol. 195v°] veig ». Diu fra Encelm que la mala constillacio que sera contra la dita dama si sera que sera de molts delinquida e durara XXVI mesos.

219Sobre lo XXX qui comença : « Ladonchs la vella ». Ço es que la dita dama es vella d’anys e nina de seny e que ab maneres de santedat tractara gran mal a son marit.

220Sobre lo XXXI qui comença : « Ans de la primavera ». Ço es a dir que la riera de Mallorques coue que una altra vegada vinga gran, mes no fara gran mal.

  • 135 a) M Ru. ;

221135Sobre lo XXXII qui comença : « E lo cel me demostra ». Ço es que segons la disposicio del cel, coue que en la terra nostra — ço es en la senyoria de Arago — sia longa guerra e sera·n ocasio la coronacio de la real infanta que sera en l’any MiaCCCCLXXXX.

222Sobre lo XXXIII qui comença : « Sots simbell ». Ço es a dir que lo comte d’Urgell se mostrara foll, e vestit de burell, e exira de preso. [Fol. 196r°]

223Sobre lo XXXIIII que comença : « E lo gran conestable ». Ço es a dir que lo dit comte, ab fauor de un gran conestable castella, exira del impugnable loch hon estara pres.

224Sobre lo XXXV que comença : « L’esposa ». Ço es a dir que la Esglesia que per lo cisme era desmarrida sera vestida de joy apres la santa unio.

225Sobre lo XXXVI qui comença : « La profecia ». Ço es a dir que apres la santa unio, portara la Esglesia corona de perfeta alegria sobre son cap e sera amagada per sos fills de cascuna banda de crestians.

226Sobre lo XXXVII que comença : « Veureu la fortalesa ». Diu que apres alguns anys la fortalesa de la Esglesia tornara flaquesa, per ço com lo papa que lauors sera no estara be ab alguns princeps de crestians ; e lauar-li an la obediencia per algun temps.

227Sobre lo XXXVIII qui comença : « Ladonchs alçant la ». Ço es a dir que apres d’aço lo gran duch de Bauera — ço es lo duch de Borguny — alçant la sua bandera fara [Fol. 196v)] damnatge a la gent de sant Pere — ço es a capellans.

228Sobre lo XXXIX qui comença : « Omplint la buyda bossa ». Ço es a dir que en lo sobre dit any MCCCCLXXXX en Ponent contrestara la maior part de la gent, no volent senyoria de fembra. E lauors los que seran de la part de la real mossa dessus dita, omplint la buyda bossa — ço es la del papa que lauors sera —, ell la conseruara en la senyoria.

229Sobre lo XXXX qui comença : « Lo cel ». Ço es a dir que per ço aquesta tal eleccio sera feta en mala costillacio, no pot durar la sua senyoria car Saturnus la y guastara.

  • 136 a) la stophe 41 de BM 336 dit :  « XXIII mesos » ; en l’absence d’autres témoins, je ne tranche pas (...)

230136Sobre lo XLI qui comença : « Apres la cruel ». Ço es a dir que apres sera la dita mossa desbosta de la senyoria, los de la sua part la tindran amagada XIII diesa e apres dar-li an marit ab algunes terres ab les quals visquen a lur honor.

  • 137 Joan Coromines (Diccionari etimològic..., vol VI, p. 462, col. A) a consulté une autre version de c (...)

231Sobre lo XLII qui comença : « Ladonchs en la ». Ço es a dir que apres sera maridada [Fol. 197r°] la dita real mossa, los moros de Saragossa qui eren de la part de la sobre dita mossa e volent la sua senyoria, faran grans bandols ab los altres moros qui no la volran e encontrant-se al mig de la orta faran-se la perussa los uns als altres137.

232Sobre lo XLIII qui comença : « La porta veig huberta ». Ço es a dir que la dita Seragossa en aquell any sera en tan gran destorp que no·s curaran donar a les esglesies e per les grans gents que se·n hixiran sera la terra deserta.

233Sobre lo XLIIII qui comença : « Volara ». Ço es a dir que ço com lo papa no estara be ab alguns princeps de crestians, e mes que mes ab lo rey de França, lo princep de Gales fara lo gran damnatge als francesos.

234Sobre lo XLV qui comença : « No pas ». Ço es a dir que lo maior bisbe — ço es lo papa — lo fara son vicari per fer la dita guerra al rey de França

235Sobre lo XLVI qui comença : « E cell de ». Ço es a dir que lo rey de Nauarra venint [Fol. 197v°] en ajuda del papa fara gran guerra contra francesos.

236Sobre lo XLVII qui comença : « La nostra Catalunya ». Ço es a dir que si en aquell temps los grans e gentils homens de Catalunya no s’alunyaran de aquesta tal guerra, ans iran en Nauarra per prouar lurs corssos. E lo rey que sera tot en fauor del papa los leuara tot quant hauran al mon.

237Sobre lo XLVIII qui comença : « Repicant ». Ço es a dir que lauors los gentils homens catalans faran la mostra, mas lo rey los vedara l’anada e sera tan abriuada que qui contrapassara lo manament del rey sera la sua munyada.

  • 138 a) om. Ru ; 

238138Sobre lo XLVIIII°a qui comença : « Veureu ladonchs ». Ço es a dir que la real infanta haura gran goig e alegria car vindra-li noua que lo rey d’Anglaterra li vol trametre molta gent en son seruici e fauor.

239Sobre lo L qui comença : « Segons lo cel m’ensenya ». Ço es que per lo nouell rey d’Arago sera la gent de Cerdenya [Fol. 198r°] molt streta, e finalment tota subiugada a catalans.

240Sobre lo LI qui comença : « Seran moltes reuoltes ». Ço es que apres la conquesta de Cerdenya seran moltes reuoltes a ma del rey d’Arago en la sua terra e fora la terra. E lauors seran toltes les testes a dos grans mestres e sera la un frances e l’altre ytalia.

  • 139 a) com Ru ; 

241139Sobre lo LII qui comença : « Tornara l’abitatge ». Diu frare Encelm que per la saluatge guerra qui sera en lo realme de Napols los orts e vinyes e habitacions de fora seran guastats e desfets e tornaran coma a boscatges.

242Sobre lo LIII qui comença : « E la blanca rosa ». Diu fra Encelm que per la saluatge guerra que·s fara ab ajuda de la sposa — ço es de la Sglesia — la rosa blanca fara gran nosa als de la partida de la rosa vermella.

243Sobre lo LIIII qui comença : « E Genoua ». Ço es que per los grans mals e affanys que passara Genoua sera feta rondaya — ço es per totes parts del mon se’n parlara [Fol. 198v°] del seu mal e affany.

244Sobre lo LV qui comença : « Sots bona confiança ». Ço es a dir que la ciutat de Lucha pendra pesança per la flor del liri — ço es la comu de Florença — apres que hauran feta pau alguns anys. Apres de la dita pau sera la dita guerra.

245Sobre lo LVI qui comença : « E l’aguila mesquina ». Diu frare Encelm que aguila mesquina — ço es la ciutat de Pisa — haura pressura sots l’ombra leonina — ço es sots lo comu de Florença. E lauors per tal subiugança o pressura vindra com a gallina mullada e sens esforç.

246Sobre lo LVII que diu : « Sera subiugada ». Diu que aquesta tal pressura e subiugacio sota florentins deu durar mija setmana de Daniel ; feu-ne lo conte.

  • 140 a) LVIIII C ;

247140Sobre lo LVIIIa que comença : « Puys realment ». Diu que passada aquesta mija setmana, exira de subjugacio de florentins, e molta gent la seguira e ella realment vestida mantindra la par[Fol. 199r°]-tida del Imperi.

248Sobre lo LIX qui comença : « Lo flori ». Diu frare Encelm que apres que Pisa sia exida de subiugacio de florentins, sera un gran tabustol entre los dits florentins — dich entre ells e ab tractes de algun dells — ; molta gent stranya entrant en lo comtat de Florença faran gran dampnatge en aquell.

249Sobre lo LX qui comença : « Al bras de la colomna ». Diu frare Encelm que lauors l’emperador alçara la scona — ço es la sua bandera — e que ab gran poder de gent vindra en Ytalia al bras del papa qui es de la colona e corona de la Esglesia, e aço per fer-se senyor de la Ytalia.

250Sobre lo LXI que comença : « Segons lo cel ». Diu frare Encelm que tot aço fara l’emperador per haver la Lombardia sota sa senyoria.

251Sobre lo LXII qui comença : « Venesia la gaya ». Ço es a dir que venint l’emperador de la noua eleccio del papa, fara alguna demanda desonesta als venecians e contrestant ells a la dita demanda sera una gran guerra entre ells.

252Sobre lo LXIII qui comença : « Lo cel dona sentencia ». Ço es que lo cel demostra e les planetes que coue que les ciutats de Verona e Vicensa reben offença per la venguda del emperador en Italia.

253Sobre lo LXIIII que comença : « Veurets en cell ». Diu frare Encelm que aquell dia, per la gran guerra, tota la Lombardia hira a foch e flama, car la ira del emperador sera molt furiosa, no hauent pietat ni misericordia.

254Sobre lo LXV que comença : « Segons que lo cel manda ». Diu frare Encelm que apres del dit fet de Lombardia, la Toscana, qui tant de temps es estada viuda — ço es de senyoria — regint-se comuna, coue que lauors sia nouia prenent marit — ço es que haura un nouell senyor que la regira.

255Sobre lo LXVI que comença : « Veureu lo gran vicari ». Ço es a dir que·l papa demanara certa cantitat de moneda a les comunes e ells negant tal demanda [Fol. 200r°] e no volent-li res donar, ell los vindra molt contrari e ab aiuda del emperador se veniara dells.

256Sobre lo LXVII que comença : « Veureu fer la gran liga ». Ço es que apres de aço, les comunes faran una gran liga contra lo papa e contra l’emperador e sera gran mal en Italia per cascuna partida.

257Sobre lo LXVIII que comença : « Deu per la sua potença ». Diu frare Encelm que aço dessus dit segons la sua sentencia coue que asi sia, mes que Deu beneyt tot poderos es sobre totes coses qui les ha creades : ell sol pot reuocar aço que no sia.

258Sobre lo LXVIIII° qui comença : « La mia proffecia ». Diu frare Encelm que axi com ha dit dessus, si Deu beneyt no reuoca les sentencies e judicis de les planetes, coue aquelles coses sobre scrites se seseguescen segons son posades [Fol. 200v °].

[Bibliothèque municipale de Carpentras, manuscrit 336 : Anselme Turmeda [ ?], Cobles de profecies]

259[Fol. 200v°] Cobles de profecies de fra Encelm

 

  • 141 a) Babilonia, tu :  Babilon, a tu Per[Josep PERARNAU I ESPELT, ATCA, 12, 1993, p. 53]. Il est quest (...)

141O Babilonia, tua Barcelona !,
En tu florint l’arbre de la superbia,
Sera son fruyt la iornada cella,
Si, penedint, Deu beneyt no·t perdona.

  • 142 a) e per om. Per. ;

142Mostrar t’a Deu orribles signes ;
Semblant fara a les tres veines
Del teu comtat. Per mal e pera roynes
Los confondra e d’aço son dignes.

  • 143 a) tot Rub [Jordi RUBIÓ I BALAGUER, Estudis universitaris catalans, VII, 1913, p. 24] ;

143Deu poderos tona penedint spera: 
Penedint-te dell auras indulgencia.
Si que fas ta alta eminensa,
Si trametra com Sodoma la fera.

Ton mal vendra de març o de satembre.
A mija nit tu estant adormida,
Per lamps e trons seras spaordida.
Vulles-te donques per penitencia rembre !

   Fi de una profecia
 

Profecia de l’Ase et Declaració de la Profecia de l’Ase : notes historiques

260Il est très difficile d’assigner un référent aux vers de Turmeda, tant ce dernier a joué avec les conventions du genre prophétique. Je propose donc une interprétation des vers qui semblent contenir des allusions historiques, c’est-à-dire pour l’essentiel, de ceux qui contiennent des toponymes ou des anthroponymes non cryptés. J’ai également eu recours aux autres textes de Turmeda pour tenter d’élucider certaines allusions, ainsi qu’au commentaire qui suit la Profecia de l’Ase dans Carpentras 336. Les conclusions obtenues sont exposées sous toute réserve, sachant que nombre des strophes de la Profecia de l’Ase peuvent se voir assigner plusieurs référents, voire relever d’une lecture typologique.

261- Strophe II : la difficulté réside ici dans le sens à donner à consistori : synode, concile, consistoire ou encore conclave — comme l’entendit le commentateur —, si nous restons dans le domaine ecclésiastique, puisque ce terme n’indique qu’une réunion de personnes (Joan COROMINES, Diccionari etimològic i complementari de la llengua catalana, Barcelone : Curial Edicions catalanes, 1995, III, p. 831). Le commentateur voit ici exposée l’élection d’un pseudo-pape par un cardinal rebelle, mais sans donner de précisions supplémentaires : s’agirait-il donc de l’intronisation de l’antipape Nicolas V (Pierre de Corbie), élu le 12/05/1328 par des délégués du clergé romain à l’instigation de Louis de Bavière ? Louis de Bavière bénéficia là du soutien des spirituels en lutte contre Jean XXII et du cardinal Sciarra Colonna, qui remit le diadème impérial à Louis avant que Nicolas V ne le sacrât (17/01/1328). L’aventure fut cependant de courte durée : l’antipape abjura le 25/07/1330.

262Le glossateur pensait peut-être également aux tentatives de déposition de Boniface VIII menées d’abord par les Colonna, avec qui un violent conflit avec éclaté en 1297, puis, avec leur aide, par Philippe le Bel. Rappelons juste qu’avant d’être déposés, vaincus militairement et emprisonnés en 1299, les cardinaux Jacques et Pierre Colonna avaient affirmé l’illégitimité du pape et appelé à son jugement par un concile (manifestes de 1297). Ayant rejoint Étienne et Sciarra Colonna en France, ils participèrent activement à l’effort de propagande entrepris contre Boniface VIII et notamment à l’élaboration des chefs d’accusation retenus contre le pape (exposés lors des assemblées tenues au Louvres en juin 1303). Sciarra Colonna fut l’un des principaux organisateurs de l’attentat d’Anagni contre le pontife (07/09/1303) ; c’est lui qui lui exposa les revendications des insurgés, parmi lesquelles figurait l’abdication de Boniface VIII. Cependant, « lur fet no [hagué] perfecció » : Boniface VIII fut rapidement libéré des mains de ses ennemis et rejoignit le Vatican, zone contrôlée par ses alliés Orsini.

263- Strophes III et IV : la présence d’un connecteur temporel entre ces deux strophes incite à les lire ensemble et donc à leur assigner le même thème. La mention d’une soumission de la France à l’Angleterre, après des tribulations subies par les Français, semble faire référence à la guerre de Cent Ans (1337-1475). La France se trouva dans une position très difficile en particulier à la suite des batailles de Poitiers (19/09/1356) et d’Azincourt (25/10/1415) —« cruel ruyna a gent francesa ; sera sotsmesa la dita gent ». Dans le premier cas, les préliminaires de paix de Brétigny (05/1360), ratifiés à Londres (06/1360) fixaient la rançon du roi de France et prévoyaient la cession de la « grande Aquitaine » aux Anglais en toute souveraineté. Le roi d’Angleterre renonçait à la couronne de France, mais gagnait un état souverain, séparé du royaume de Jean II ; il donna ce duché d’Aquitaine au prince noir en 1362. Après Azincourt, profitant du désordre politique régnant en France, les Anglais s’emparèrent de la Normandie entre 1417 et 1419.

264- Strophes V à XIII : plusieurs indices incitent à voir en ces neuf strophes un ensemble cohérent. Il s’agit tout d’abord d’indices syntaxiques : ainsi, la strophe 9 ne contient que des gérondifs, c’est-à-dire des formes verbales exprimant des circonstances accompagnant un procès principal qui doit être exprimé par une forme personnelle du verbe. Cette strophe doit donc être reliée à une strophe présentant une forme personnelle du verbe. On peut proposer la strophe V, qui contient regnara et sera (torbada) d’autant plus que « per la gran subjungança […] del foch la illa », sémantiquement, peut tout à fait être considéré comme une explicitation de : « la terra tota quanta / sera torbada » : il s’agirait là d’expliciter les modalités des « turbulences » connues par « l’île ardente ». Le déterminant possessif de troisième personne du singulier la sua (str.VII) assure le lien entre les strophes VI et VII, son seul antécédent possible étant la illa del foch (str. VI). Enfin, les événements évoqués strophe VIII sont contemporains de ceux évoqués strophe VII ou bien juste postérieurs à eux, comme l’indique le connecteur temporel ladonchs.

265Ce sont ensuite des considérations thématiques qui permettent de poser l’existence d’un lien entre les strophes V à VIII et IX à XIII. En effet, la strophe V met en place un hyperthème, que l’on peut paraphraser par « turbulences politiques » et qui est exprimé par « la terra tota quanta sera torbada ». Les thèmes des énoncés suivants (« la sua gent unida », « la gent lombarda », « la planeta maligne », « la ciutat negra », l’interlocuteur du prophète, « on » et « molt poble ») représentent chacun un élément particulier de cet hyperthème ; ils assurent la continuité du texte, alors que leur propos assure sa progression, en apportant des informations nouvelles. Ainsi, dans les strophes IX, XI et XIII, l’apport d’information consiste en une privation de souveraineté et une effusion de sang provoquées par les combats entre « la gent » de « la illa del foch » et « Catalunya ».

266Les strophes V à XIII forment donc un ensemble cohérent thématiquement ; y sont évoquées des péripéties politiques et militaires, faisant intervenir la Catalogne et un territoire qui lui est rebelle, désigné comme « illa del foch ». Le recours à la tradition nous apprend que, au moins depuis La divine comédie de Dante, c’est la Sicile qui est désignée comme « île ardente ». Dans ces conditions, « la ciutat negra » est très probablement Catane, ville construite à partir d’une roche volcanique noire.

267De quelle révolte de la Sicile s’agit-il donc ? La date donnée par la Profecia, 1490, ne correspond à aucun événement notable et le commentateur s’est d’ailleurs bien gardé de la reproduire ! En revanche, en 1390, la question de la souveraineté sur l’île, en suspens depuis le décès de Frédéric III en 1377, se repose. Les accords conclus en 1373 entre royaume de Sicile et royaume de Trinacrie supposaient que la fille unique de Frédéric III, Marie, pouvait succéder à son père. Selon le testament de Frédéric II, le royaume devait au contraire revenir au roi d’Aragon, qui, débouté de sa requête par les papes Grégoire XI et Urbain VI, fit enlever Marie de Sicile en 1378. Le 11/06/1380, Pierre III, considérant « que recaía en él la sucesión », « hizo donación de aquel reino al infante don Martín conde de Ejérica y de Luna, su hijo [son petit-fils], para él y sus sucesores, declarando que no pudiese suceder mujer ». « Reservóse el rey en esta donación que durante su vida tuviese el señorío de la isla y se pudiese intitular rey della, y el infante se llamase vicario general por su padre en el reino » (Jerónimo Zurita, Anales, X, p. 663-664). En 1390, le comte d’Ejérica épouse Marie de Sicile avec l’accord de Clément VII et le roi Jean Ier d’Aragon confie à son frère Martin, duc de Montblanc, la tâche de « sojuzgar aquel reino que estaba usurpado por los barones de Sicilia y restituirlo a su señor natural » (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 743). Entre 02/1392, date du premier débarquement des catalans en Sicile, sous le commandement du duc de Montblanc, et 1400, date où « se acabó la guerra de los barones y se redujo toda la isla en pacífico estado, debajo de la obediencia del rey », une « guerra muy cruel » (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 856 et 775) opposa les Catalans au parti « indigène » des barons de Sicile, qui, sous prétexte de défendre les droits de Marie de Sicile, défendaient leur exercice du pouvoir sur l’île. Le roi Frédéric III avait en effet nommé par testament François de Vintimille, Artale d’Alagona, Manfred de Chairamonte et Guillén de Peralta vicaires et gouverneurs du royaume ; c’est eux qui dominaient la Sicile en 1390. En juillet 1390, ces personnages et d’autres membres des plus puissantes familles du royaume formèrent à Castronuevo une ligue dans le but de résister à l’infant Martin — « rebellant pendra lança del foch la illa-lançara la partida de Catalunya ». Les garanties offertes aux rebelles par Martin Ier au nom des souverains de Sicile lui rallièrent de puissants barons au début de 1392, mais ceci ne dura guère et les Catalano-Aragonais durent conquérir l’île ville après ville. Les rebelles furent appuyés par Boniface IX, pape légitime selon eux, Ladislas de Duras, Gênes et Milan. Les Génois, ennemis séculaires de l’Aragon sont ici désignés comme « companya pillarda », probablement à cause de leur pratique de la piraterie. Milan choisissait là le parti des armes puisque ses projets d’alliances matrimoniales avec la dynastie de Sicile avaient tous échoué, mettant l’île hors de sa zone d’influence. Par l’aide qu’elle apportait aux rebelles, Milan devenait, certes malgré elle, l’alliée du pape Boniface IX — « el gran vicari ». Le pape romain avait en effet investi et fait couronner Ladislas de Duras roi de Naples en mai 1390, alors que les Catalano-aragonais, d’obédience avignonnaise, soutenaient la candidature de Louis d’Anjou. Le roi Martin était effectivement considéré comme « indigne de senyoria » par les rebelles, qui en arrivèrent au point de « favorecer la parte de Ladislao hijo de la reina Margarita », tant leur refus d’un gouvernement catalan était radical. Catane (str. X) fut l’une des villes les plus difficiles à conquérir : tenue par Artale d’Alagona et Frédéric d’Aragon depuis l’été 1392, elle ne tomba qu’en 08/1394, après avoir subi un siège pour avoir refusé de se rendre — ses défenseurs avaient répondu à l’envoyé du roi de Sicile que « ellos estaban determinados de comerse antes los brazos que permitir que ningún catalán entrase en su ciudad » (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 774). Ils s’enfuirent ensuite vers Gênes et Milan.

268Rien dans le texte ne permet de déterminer à qui s’adresse « l’âne », strophe XI. Si c’est à Catane, comme le suppose le commentateur, alors « Catane » est le seul référent possible du sujet grammatical de « seras gitada ». Le commentateur ne tient donc pas compte du fait que « seras » est une deuxième personne du singulier lorsqu’il fait de « la senyoria de catalans » (troisième personne du singulier) le sujet de cette forme verbale.

269Quant à l’interprétation de la strophe XI, remarquons que la charge de vice-roi de Sicile ne fut créée qu’en 1415, pour le second fils de Ferdinand Ier, Jean, qui l’exerça à partir du premier mars 1415. Je n’ai pas trouvé trace de combats à Catane, ni d’une rébellion des Chiaramonte à cette date-là (voir le commentaire de la strophe VIII). Remarquons toutefois que le duc d’Ejérica se trouva assiégé dans la forteresse de Catane au début de 1393 et ne dut son salut qu’à l’envoi d’une flotte de secours depuis la péninsule. C’est donc probablement lui qui est désigné de façon anachronique comme « vice-roi ».

270- Strophe XII : le vicomte de Rocabertí, don Felipe Dalmau, désigné par le commentateur comme le référent de « el poch vescomte », fut l’un de ceux « que más se señalaron y sirvieron con más gente » lors de la campagne de 1392. Il mourut « en los principios de la guerra » dans des circonstances que j’ignore (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 763).

271- Strophe XIII : la guerre fut effectivement d’autant plus sanglante qu’elle dura huit ans et que les Siciliens étaient des adversaires acharnés ; leur trahison fut d’ailleurs lourdement punie lors de la première campagne catalano-aragonaise. À titre d’exemple, rappelons que le 18/05/1392, la prise de Palerme permit l’arrestation d’Andrés de Chiaramonte et de nombreux membres de son lignage, ainsi que de Manfred et Jacques d’Alagona. Le 01/06/1392, Andrés de Chairamonte fut décapité « por traidor y rebelde, y fue su estado confiscado a la corona real » (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 765). Les Catanais justifièrent d’ailleurs ensuite leur refus de se rendre par « los enormes excesos que habían cometido [los catalanes] contra ellos » (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 774).

272Enfin, le groupe nominal « la gran pelea » (strophe XIV) semble pouvoir englober toutes les actions militaires évoquées strophes V à XIII ; la préposition « apres » indique qu’il s’agit aussi de les récapituler : elle marque la clôture de cette série et annonce le passage à une autre thématique.

273- Strophe XIV : si « la gran pelea » désigne bien les affrontements siculo-aragonais des années 1390-1400, alors ce « nouveau schisme » serait l’aggravation du schisme provoquée par l’élection à Pise du pape Alexandre V, en juin 1409 : la chrétienté latine eut trois papes rivaux à partir de ce moment-là et jusqu’à l’élection de Martin V (11/1417). Cependant, on pourrait tout aussi bien taxer de « nouveau schisme », en tant qu’elle perpétue le schisme de 1378, toute élection pontificale intervenue dans le camp romain ou dans le camp avignonnais, après les décès d’Urbain VI (10/1389) et de Clément VII (09/1394). Le commentaire n’est ici d’aucune aide, puisqu’il se contente d’exposer la lecture tropologique habituelle de la métaphore « lop sots pell d’ovella » de Mt. 7.15.

274- Strophe XV-XVII : ces vers illustrent la croyance populaire selon laquelle les comètes —« stela [...] gitant raigs variables » — annonçaient soit une grave épidémie, soit la mort de hauts personnages. En décembre 1395, selon Jerónimo Zurita (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 815), « hubo grandes terremotos en todo el reino de Valencia y en las comarcas que confinan con Castilla, y en la serranía hasta Tortosa ». Citant Martín de Alpartil, il ajoute que ces événements ont été accompagnés de « señales muy prodigiosas en la región del aire ». En 1402, en Lombardie, la reprise de l’épidémie de peste et la mort de Gian Galeazzo Visconti (08/1402) sont attribuées aux nombreuses comètes qui ont alors été observées, selon la Cronaca Carrarese de Galeazzo et Bartolomeo Gatari (selon Gigliola SOLDI RONDININI, Storia di Verona, IV, Vérone, 1979, p. 15). Enfin, en novembre 1408 de terribles éruptions volcaniques suivies de tremblements de terre eurent lieu dans la région de Catane. Le tremblement de terre :

puso en todos grande terror, y se vieron cinco bocas de fuego a dos millas sobre San Nicolás de la Reyna : y con grande terremoto no cesaron por doce días continuos de echar de sí un fuego espantoso de azufre y salitres, y lanzaban muy grandes piedras con truenos y salían destas bocas como arroyos de fuego que ciñeron el lugar de San Nicolás y abrasaron las vegas y todas las viñas y jardines que estaban en lo llano (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 910).

275Les cendres recouvrirent Messine et une partie de la Calabre. Le seul remède face à ces cataclysmes semble effectivement de « estar dins les esglesies » : la population de Mongibel ne trouva refuge que dans l’Église de sainte Agathe ; la reine Blanche fit ensuite organiser des processions pour apaiser les cieux et contenir l’exode des populations.

276- Les strophes XIX à XXI reprennent le motif des désordres astrologiques comme annonciateurs de calamités, voire comme signes du Jugement dernier (str. XX). Ceci est valable indépendamment de toute allusion à des situations concrètes, quoiqu’en pense le commentateur, qui voit là l’annonce de graves dissensions dans le duché de Bourgogne, conflits que je n’ai pu identifier (str. XVIII). Les vers 75-76 et 83-84 sont en effet susceptibles d’être appliqués à n’importe lequel des multiples rebonds de l’épidémie de peste noire — « el mal de pestilença » — qui frappa l’Occident à partir de 1348 (Monzón en 1384, Valence et Catalogne en 1394, de Barcelone à Avignon à l’été 1397, Italie en 1402, Sardaigne en 1404, Gênes en 1405, Savone et Monaco en 1406 et Perpignan en 1409, pour la période qui nous intéresse ici).

277- Strophes XXII-XXIII : si « Turquia » est bien à prendre au pied de la lettre, alors peut-être faut-il voir dans ces vers une allusion à la victoire de Gallipoli, remportée en mai 1416 par les Vénitiens. Celle-ci ne fut cependant pas suivie de conquista et ne modifia pas les rapports de force dans la région. Ces vers ne sont peut-être que le reflet du désir des puissances chrétiennes de mettre un terme à l’inquiétante progression des Turcs en Asie Mineure et dans les Balkans. La conquête des territoires occupés par les musulmans est par ailleurs un motif récurrent des prophéties eschatologiques chrétiennes. Le commentateur, attribuant ladite victoire à l’empereur, avait probablement en tête l’écrasante victoire qu’il remporta en 1419 entre Nissa et Nicopolis, puisque la croisade de 1396, dont il avait pris l’initiative, avait été un échec retentissant. Sigismond avait par ailleurs reconquis une partie de la Bosnie sur les Turcs en 1406.

278- Strophe XXIII, l’expression anaphorique « la dessus dita terra » peut recevoir pour antécédent n’importe lequel des territoires précédemment mentionnés impliqués dans un conflit, à commencer bien entendu par la Turquie, évoquée dans la strophe précédente. Si l’on admet que Turmeda avait une situation précise en tête, la difficulté consiste à trouver lequel de ces territoires a subi une guerre de « quatorze mois », tâche quasiment irréalisable. Le commentateur s’est d’ailleurs bien gardé d’identifier le territoire en question et de fixer une date au conflit évoqué, abstention plutôt surprenante dans le cadre d’un exercice d’exégèse littérale.

279- Strophe XXIV : un lien logique semble devoir être posé entre cette strophe et la précédente — évocation d’une guerre, strophe XXIII, puis de la conclusion d’une paix, strophe XXIV — : faut-il pour autant conclure à l’existence d’un lien chronologique, ou à la continuité d’un univers référentiel entre ces deux ensembles de vers ? Le commentateur, sans se justifier, refuse cette continuité et propose de lire là l’évocation d’une alliance entre les anciens ennemis acharnés que sont les Catalans et les Gênois, à des fins militaires communes — « faran gran armada contra lurs enemichs perpetuals ». Pourquoi ne pas y voir aussi l’alliance conclue par l’Aragon en 1351 avec Byzance contre Gênes et qui déboucha sur l’affrontement des flottes ennemies dans le Bosphore le 13/02/1350 ? La Profecia de l’Ase semble cependant se référer à la situation politique de la fin du XIVe et du début du XVe siècle. Notons alors qu’en août 1386, Pierre III était arrivé à un accord avec Gênes, accord dont les termes furent répétés en 1390 ; Gênes en profita pour lancer une expédition contre le royaume de Tunis (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 705 et 741). Enfin, en 1392, Jean Ier s’assura de la neutralité de Gênes, Pise et Venise avant d’organiser une expédition contre les rebelles de Sardaigne — « el rey tenía sus inteligencias con las señorías de Venecia, Génova y Pisa » (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 767).

280- Strophe XXV : tous les actants et tous les lieux en cause dans ces vers étant désignés de façon tropique, nous nous contenterons d’expliciter ce que le commentateur a proposé d’y lire. La « poncella » désignait selon lui la Corse, concédée par le pape Boniface VIII à Jacques II en 1293, mais sur laquelle les souverains de la couronne d’Aragon ne s’étaient pas outre mesure préoccupés d’exercer leur souveraineté, l’île se trouvant de fait dominée par les Gênois depuis 1299. Martin Ier fut le premier roi d’Aragon à débarquer en Corse dans l’intention de s’en emparer, en 1408. S’appuyant sur les partis amis des Della Roca et des Istria, il réussit à en ravir une bonne partie aux Génois (voir Antonio MARONGIU, « La corona d’Aragona e il regno di Corsica », Archivio storico di Corsica, XI, 1935). Quant à Gênes, « bruta per la divisio que sera en ella », elle connut de graves désordres politiques à partir de 1381 et qui l’amenèrent à se livrer à la France (la domination française fut acquise en 1396).

281- Les strophes XXVI à XXX doivent vraisemblablement être interprétées ensemble. En effet, la strophe XXVII annonçait un mariage — « la ribalda trixayre [...] sera novia ». « La festa », de la strophe suivante, est un nom de catégorie qui peut parfaitement s’appliquer au cas particulier d’une noce. Par ailleurs, le sujet féminin singulier des périphrases « sia derenclida » et « sia esmarrida » (str. XXIX) ne peut être que ladite « ribaude ». Sémantiquement, tout concourt à autoriser cette assimilation : il existe un lien métonymique possible entre les maux supposés affliger « lo realme » et ceux qui doivent frapper « la ribalda », que rien n’interdit de poser comme appartenant audit royaume. Enfin, la syntaxe autorise à confondre en un même actant la « vella nina » de la strophe XXV — la lecture de Carpentras 336, bella nina, semble fautive — et cette « ribaude » ; ceci n’est toutefois pas obligatoire. Dans le cas contraire, un autre théâtre d’actions serait à rechercher pour les événements évoqués strophe XXX.

282Peut-on déceler dans ces strophes la trace d’événements historiques ? À condition d’interpréter « sa mayre » comme « l’Église », on pourrait fort bien, comme le commentateur, lire là l’écho des viccissitudes politiques du royaume de Naples — lo realme — après la mort de Ladislas de Duras (08/1414). D’une part, Naples était fief du Saint-Siège. D’autre part, c’est Jeanne, la soeur de Ladislas, qui devint reine à sa mort — « apres la mort del frayre ». Dès son accession au trône, Jeanne fut fort sollicitée en vue d’une alliance matrimoniale, qui eût assuré la couronne de Naples aux descendants de son époux. Le duc d’York, l’un des frères du roi de Chypre, le comte de la Marche et l’un des fils de Ferdinand Ier d’Aragon, Jean, furent les prétendants les plus sérieux. Au grand déplaisir du pape de Rome — « a despit de sa mayre » —, Jeanne choisit tout d’abord d’épouser le prétendant aragonais, Jean, et le mariage fut conclu le 04/01/1415 à Valence. La reine pensait ainsi obtenir l’appui militaire de l’Aragon contre une noblesse napolitaine qui s’avérait remuante — « sera mal e tempeste en lo realme ? » —, d’autant plus que cette noblesse supportait mal que le pouvoir fût aux mains d’un favori de basse naissance, Pandolfello Alopo (d’où peut-être cette désignation de la reine comme « ribaude » ; notons que Jerómino Zurita condamne la « liviandad » et la « deshonestidad » de la reine, XII, p. 536). Jean d’Aragon fut immédiatement envoyé sur l’île de Sicile avec le titre de gouverneur général et se prépara à se rendre dans le royaume de Naples. A despit de Benoît XIII, cette fois, et ce qui vaut sans doute à Jeanne II d’être qualifiée de « tricheuse », la reine se laissa convaincre d’épouser plutôt le représentant du parti français, le comte Jacques de la Marche — « el noble compte » ? L’infant Jean d’Aragon épousa alors Blanche de Navarre, veuve de Martin de Sicile. L’entrée du comte de la Marche mit le feu aux poudres dans le royaume de Naples. La noblesse l’incitait en effet à prendre le pouvoir, indépendamment des stipulations de son contrat de mariage. Il commit cependant l’erreur d’emprisonner le connétable Sforza et de faire décapiter Alopo ; associé à la royauté, il n’hésita pas à séquestrer la reine pour exercer la totalité du pouvoir et à évincer les napolitains du gouvernement du royaume. La noblesse commenca à envisager de l’assassiner, mais le complot fut découvert et Jacques de la Marche fit décapiter Giulio Cesare di Capua, membre de la puissante famille des comtes d’Altavilla. Ceci déclencha le soulèvement de la noblesse : le comte, placé en détention, dut abandonner le titre royal, Sforza retrouva ses fonctions de connétable et le pouvoir passa aux mains d’un nouveau favori de la reine, Gianni Caracciolo, lequel eut aussitôt contre lui les autres barons du royaume et Sforza. La reine se trouva rapidement « derenclida » et « esmarrida » : dès 1416, un certain nombre de villes avaient pris le parti de Louis III d’Anjou contre la souveraine ; Louis III, le roi de France, Yolande d’Aragon et Alphonse V concluaient un accord aux termes duquel Alphonse V s’engageait à soutenir les prétentions de Louis III à la couronne de Naples, alors que ce dernier renonçait à tous ses droits éventuels sur la Trinacrie (É. G. LÉONARD, op.cit., p. 483-487, J. ZURITA, Anales…, éd. cit., XII, année 1416). Martin V, enfin, n’accepta de la faire couronner (10/1419) qu’à condition qu’elle lui restituât des villes usurpées à la papauté et dotât richement ses familiers dans le royaume de Naples, faute de quoi il menaçait de reconnaître les droits de Louis d’Anjou. Trahie par Sforza, puis abandonnée par le pape, qui prit le parti de Louis III (12/1420), Jeanne II envisagea alors de chercher l’appui d’Alphonse V, qu’elle adopta en juin 1421.

283- Strophes XXXI-XXXII : riera est un nom commun désignant « [una] corrent d’aigua més important que un torrent i menys que un riu » (J. COROMINES, éd.cit., VII, p. 341) ; c’est aussi ainsi qu’était désigné le cours d’eau qui traversait la ville de Majorque (G. SABATER I SERRA, éd.cit.). Or, le démonstratif aycella, associé à « gran riera » strophe XXXI n’a pas d’antécédent dans la Profecia : son antécédent appartient donc à un univers extra-textuel supposé familier à l’énonciateur et/ou à son lecteur. Il s’agit donc vraisemblablement de la riera de Majorque, forcément bien connue du majorquin Turmeda, comme l’a admis le commentateur. Elle provoqua de meurtrières inondations le 14/10/1403 et déborda de nouveau, sans causer d’aussi graves dommages, suite à un « gran diluvio en los reinos de Valencia y Mallorca » (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., X, p. 895) en 1406. « Nostra terra » (str. XXXII) serait-elle donc le royaume de Majorque ? Par ailleurs, pourquoi relier cette nouvelle guerre à l’intronisation évoquée strophe V, comme le fait le commentateur, alors que rien dans l’organisation du texte n’y invite ?

284Il paraîtrait aventureux d’affirmer que Turmeda a ou non écrit les strophes XXXII à XLI en pensant à des événements précis. La seule chose certaine est que des raisons syntaxiques (essentiellement des reprises anaphoriques) demandent d’interpréter ensemble les strophes XXIII et XXXIV, XXXV à XXXVII et XXXIX à XLI. Enfin, si ladonchs marque bien une succession chronologique, alors ce sont des faits de l’extrême fin du XIVe siècle qui seraient évoqués dans les strophes XXIX à XLI (voir analyse de la strophe XLII).

285Remarquons seulement que, si nous restons dans le domaine des affaires de Sicile, un gran comte se trouva effectivement en prison, jusqu’en 1419 : le comte Jacques de la Marche, époux de Jeanne II. Le gran conestable Sforza ne s’opposa certes pas à sa libération. Le commentateur a préféré voir dans ce comte le concurrent malheureux de Ferdinand Ier à la succession de Martin Ier, le comte Jacques d’Urgell, emprisonné depuis 1413. Il mourut en 1433 : le commentaire, qui le présente comme vivant, pourrait donc être antérieur à cette date ; ceci n’est bien entendu valable qu’à condition que le futur employé dans le commentaire soit véritablement un futur prédictif.

286Quant aux strophes XXXV-XXXVII, s’il faut lire les vers 134 et 135 sera de joy vestida et apres sia unida, comme le font le commentaire et le texte français de la Disputa, il est effectivement possible d’y voir la mention de la fin du Grand Schisme, de la réconciliation des obédiences ennemies autour de Martin V et de l’existence de quelques poches de résistance à l’autorité du nouveau pontife. « No estara be ab alguns princeps de crestians ; e lauar-li la obediencia per algun temps », nous informe le commentaire : rappelons qu’Alphonse V menaca de revenir à l’obédience de Benoît XIII lorsque Martin V manifesta l’intention de refuser de le reconnaître comme héritier de Jeanne II (1421).

287Faut-il confondre en un seul personnage l’infante de la strophe V, vraisemblablement Marie de Sicile et « la real mossa » de la strophe XXXIX, comme le fait le commentateur ? Seragossa est-elle la ville aragonaise de Saragosse ou bien Syracuse, Zaragoza de Sicilia ? Les strophes XXIX à XLI refléteraient-elles les difficultés rencontrées en Sicile entre 1410 et 1412 par Blanche de Navarre, veuve du roi Martin de Sicile et vicaire du roi d’Aragon pour la Sicile ? Syracuse est liée à ce personnage en tant que « era de la cámara de la reina y de su estado propio » (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., XI, p. 30). Bernat de Cabrera, sous prétexte d’éviter que la reine ne fût évincée de son vicariat et que la couronne ne revînt à un bâtard du roi Martin, souleva une partie de la Sicile en 1410 ; la reine se retrouva assiégée dans Syracuse, alors que la flotte génoise rôdait dans les eaux siciliennes. De l’autre côté, Navarre, Aragon et papauté d’Avignon se mobilisaient pour lui porter secours. Enfin, le 21/11/1412, Ferdinand Ier d’Aragon reçut officiellement des mains de Benoît XIII l’investiture de la Sicile, de la Sardaigne et de la Corse, avec l’accord de Blanche de Navarre.

288- Strophes XLII-XLIII : peut-être est-il un peu vain de prétendre voir là des allusions à des événements précis, d’autant que les incursions musulmanes sur les côtes des royaumes de Valence, de Murcie et de Majorque n’étaient pas rares, mais la mention de « frayles sens offerta qui canten missa » fait irrésistiblement penser à des faits survenus entre 1397 et 1399. En effet, lors de l’été 1397, des corsaires venus de Bougie avaient saccagé Torreblanca, dans le royaume de Valence, et avaient volé les hosties qui se trouvaient dans l’Église du lieu. Deux expéditions punitives, auxquelles Benoît XIII conféra le caractère de croisade, furent organisées en août 1398 et septembre 1399. La seconde avait été précédée d’une demande officielle de Martin Ier afin de récupérer « les Santes Eucaristies que infeel tenen en Berberia » (cité par R. MENÉNDEZ PIDAL (dir.), op. cit., XIV, p. 583).

289- Strophes XLIV-XLV : ces deux strophes sont à interpréter ensemble, puisque la même phrase s’étend de l’une à l’autre. « El maior bisbe » est vraisemblablement le pape, évêque de Rome et tête de l’Église catholique. Une seule campagne anglaise contre des territoires français fut menée sous les auspices de la papauté. Après l’éclatement du schisme, Urbain VI prêcha la croisade contre les royaumes clémentistes. En Grande-Bretagne, l’évêque de Norwich Henri Despenser sut convaincre Richard II et le duc de Lancastre de lancer une expédition contre la France, hérétique clémentiste. Le Parlement approuva la croisade le 23/02/1383 et les opérations se concentrèrent sur la Flandre. Les villes flamandes, hostiles à leur comte, étaient pourtant de sympathie urbaniste : il s’agissait là, encore plus que de conversion forcée, d’assurer les débouchés de la laine anglaise, de protéger Calais et, pour la papauté, de retrouver l’usage de la place financière de Bruges. L’armée anglaise débarqua en Flandre le 17/05/1383, saccagea Gand le 20 mai, prit Dunkerque, Bergues, Bourbourg, Cassel et Poperinghe et mit le siège devant Ypres le 08 juin. L’entreprise tourna court, au grand déplaisir des Communes : ayant appris que le comte de Flandre avait sollicité et obtenu l’aide du roi de France, les troupes anglaises se replièrent puis conclurent piteusement une trêve (Jean FAVIER, La Guerre de Cent Ans, Paris : Fayard, 1980).

290Ce n’est certes pas le prince de Galles, décédé en 1376, qui mena cette piètre opération. Il avait par contre dirigé la dévastatrice chevauchée anglaise dans le Languedoc en 1355, s’était associé à celle de 1359, avait ravagé l’Agenais, le Quercy, le Limousin et une partie du Berry en 1359, avait combattu à Crécy et était le vainqueur de Poitiers : serait-il devenu, sous la plume de Turmeda, le type du combattant anglais victorieux pendant la guerre de Cent Ans ?

291- Strophe XLVI : le grand ennemi de la dynastie qui régnait à Paris pendant la guerre de Cent Ans fut Charles II de Navarre (roi de 1349 à 1387), ici métonymiquement désigné comme « cell de Pampalona ». L’origine de sa rébellion permanente contre les souverains français se trouve dans ses droits qu’il estimait bafoués à la couronne de France : petit-fils de Louis X par sa mère, la reine Jeanne de Navarre, et descendant en ligne masculine de Philippe III, il était effectivement plus lié aux derniers capétiens qu’Édouard III mais aussi que Philippe VI de Valois. Bien que marié à la fille de Jean II et nommé lieutenant du roi en Languedoc, il n’eut de cesse de s’allier avec les ennemis de la France pour tenter d’arracher aux souverains français les concessions territoriales qui lui auraient permis, pour le moins, de recouvrer la totalité de l’héritage de sa mère. Sa dernière combinaison diplomatique consista à marier en 1385 sa fille au duc Jean IV de Bretagne, allié à la Grande-Bretagne, alors même que Charles VI venait de saisir ses dernières possessions en France. Il fallut attendre 1404 pour que son fils, Charles III (1387-1425), renonçât officiellement à toutes ses possessions et à tous ses droits en France contre le duché de Nemours.

292- Strophe XLVII : « aço » peut tout aussi bien renvoyer au schisme qu’à la guerre de Cent Ans, qui sont les deux événements qu’évoquent conjointement les deux strophes précédentes. Dans le premier cas, c’est la « bourse » des papes que Pierre III a « traite » : refusant de prendre parti pour l’une ou l’autre obédience, le roi décida au début de 1379 de mettre sous séquestre les biens et les rentes pontificales dans son royaume. Dans le second cas, l’Aragon, à cause de sa guerre contre la Castille, se trouva directement impliqué dans la guerre de Cent Ans à partir de 1364. Cette strophe peut faire allusion aux alliances conclues entre l’Aragon, la France (fin 1364), le duc d’Anjou (03/1364), la Navarre (12/1365), Urbain V et les troupes anglaises d’Aquitaine qui menèrent à l’invasion de la Castille qui permit à Henri de Trastamare d’être couronné à Burgos en avril 1366. L’essentiel du financement de l’expédition fut assuré par la France et la papauté. Je ne vois pas à quels événements le commentateur applique la strophe XLVII.

293- Strophes XLVIII-XLIX : je ne m’explique pas le passage qui va de « nostra Catalunya » (str. XLVII), qui semble indiquer que le rédacteur se considère comme Catalan, à « vostra Catalunya », qui exclut cette possibilité. S’agit-il par là d’indiquer que Turmeda désapprouvait les décisions prises par « la Catalogne » et évoquées strophe XLVIII ?

294Cette « cloche » serait-elle la cloche prophétique de Velilla, qui, selon la croyance populaire « [tañe] por sí sin otro movimiento extraño en algunos casos señalados que suceden en muertes o en otras adversidades de los reyes de Aragón y que lo suele señalar algunos días antes » ? (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., XIV, p. 97, référence donnée par Ferran SOLDEVILA, Història de Catalunya, II, Barcelone : Alpha, 1960-1962, p. 668, n. 100). La croyance populaire rejoignait là un symbolisme admis depuis longtemps par l’Église, selon lequel « vasa metallica [signa] ora predicancium significant » (Hugues de Saint-Victor, De sacramentis, IX, VI) et dont la formulation officielle fut celle de Johannes Belethi : « campane predicatores significant » (De ecclesiasticis officis, cité par Josep PERARNAU I ESPELT, « El text primitiu del De mysterio cymbalorum Ecclesiae d’Arnau de Vilanova », ATCA 7/8, p. 55-56). Arnaud de Villeneuve était allé encore plus loin en faisant des différents genres de percussions les symboles des différents types de prophètes, au cours de l’histoire de l’Église : 

cum igitur campane materiales aut cymbala denotent precones Ecclesie, rationabiliter potest dici quod, cum Ecclesia parvam campanam diu pulsat in matutinis et postea grossas, convenienti signo rememorat gradum et ordinem illorum preconum, quantum ad preconizandi effectum [...]. (J. PERARNAU I ESPELT, « El text primitiu… », p. 56).

295Le traité où se trouve la formulation définitive des conceptions eschatologiques d’Arnaud s’intitule d’ailleurs, de façon significative, De mysterio cymbalorum Ecclesie (1301).

296Les événements évoqués sont-ils les tentatives de Jean de Gand, duc de Lancastre, de s’emparer du trône de Castille à partir de 1371 ? Il faisait valoir les droits bafoués de sa femme Constance, fille aînée de Pierre Ier de Castille, et bénéficiait du soutien d’Édouard II d’Angleterre (le 30/01/1372, l’Angleterre reconnaissait officiellement Jean de Gand comme roi de Castille). En 1381, Pierre III d’Aragon, allié de l’Angleterre, dut empêcher son fils Martin d’aller apporter un appui militaire au roi de Castille (« vostra gent catalana-faran la mostra »). La difficile question de la succession de Pierre Ier ne fut réglée que par le mariage du futur Henri III, fils de Jean Ier avec Catherine de Lancastre — « la poncella » et « la real infanta » ?

297- Strophes L-LII : la Sardaigne, concédée en fief à Jacques II par Boniface VIII en 1293 fut en rébellion quasi-permanente contre la domination catalano-aragonaise entre 1323 (date de la première tentative de conquête de l’île par Jacques II) et août 1420, date à laquelle le successeur du vicomte de Narbonne accepta de vendre tous ses droits sur ce territoire à Alphonse V. Les rebelles furent constamment secondés par les Pisans, les Angevins de Naples, les papes de Rome (notamment Boniface IX), et surtout, Gênes, puissance maritime qui avait des intérêts en Sardaigne et ne pouvait tolérer l’hégémonie catalano-aragonaise en Méditerranée occidentale. Les Pisans furent éliminés de l’île en 1324 et 1326. Sardes et Pisans reconnurent alors la souveraineté de Jacques II sur la Sardaigne. Cependant, les soulèvements se succédèrent, appuyés par Gênes, contre qui l’Aragon entra en guerre pour la première fois entre 1331 et 1336. Après la première révolte des Doria, ce sont Brancaleone d’Oria et la puissante famille des Arborea — Mariano IV, dès 1353, Ugonne III, puis sa soeur Léonore, femme de Brancaleone d’Oria et enfin le vicomte de Barbonne, époux de l’autre soeur d’Ugonne, Béatrice — qui menèrent l’opposition à la souveraineté catalano-aragonaise, toujours soutenus par Gênes. Conformément à ce que dit Turmeda (str. L et LII), les Catalans réprimèrent toujours durement les soulèvements et firent porter tout le poids financier de la guerre à l’île, notamment sous Pierre III (« peytes e grans coltes »). Les mestres dont il est question strophe LI seraient-ils Valor de Ligia et son fils, assassinés le 19/07/1417 par leurs vassaux de Barigado qui avaient refusé de leur prêter hommage, au nom de leur alliance avec le vicomte de Narbonne ? (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., XII, p. 492) Il peut aussi s’agir de Guerao de Cervelló et de son frère Mónico, fils du gouverneur de la Sardaigne, assassinés en août 1347, lors de la première révolte des Doria (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., VIII, p. 80).

298Un « novell rey d’Aragó », après 1418, et à qui le commentateur attribue le fait d’avoir entièrement soumis la Sardaigne, ne peut être qu’Alphonse V, roi depuis 1416. Dès 1418, il décida de :

299mandar poner en orden su armada de mar y juntar la gente de guerra para pasar con ella a Cerdeña ; porque las cosas de aquel reino nunca se acaban de apaciguar y siempre había en ella rebeldes o naturales o extranjeros (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., XIII, p. 523).

300Il s’agissait là pour l’Aragon d’assurer définitivement sa souveraineté sur la Sardaigne et la Corse et aussi sur la Sicile, par le mariage qui venait d’être conclu entre Blanche de Sicile et le frère du roi. Alphonse V débarqua à Alghero en mai 1420. Terranova, Longosardo et Sácer se rendirent début août, « y de allí adelante toda la isla quedó pacíficamente debajo del señorío del rey » (J. ZURITA, Anales…, éd. cit., XIII, p. 534). L’héritier du vicomte de Narbonne vendit ses droits et ses biens sur l’île au roi (17/08/1420). Alphonse V remit les terres des anciens Juges d’Arborea à son allié Leonardo Cubello, comte de Gociano et marquis d’Oristano. La Profecia, conformément à sa date affirmée de rédaction (11/1418), ignore ces événements.

301- Strophe LIII : les Cobles de la divisió del regne de Mallorca, composées en 1398 par Turmeda livrent probablement une clef de lecture de cette strophe. On y lit en effet : « En Nàpols, fora e dins / rosa vermella e blanca » (p. 139 de l’édition de Marçal Olivar). Étant donnée la date d’écriture des Cobles, il y a tout lieu de penser que ces deux « roses » sont Jeanne Ière de Naples et Marguerite de Naples, sa nièce. Jeanne Ière n’avait en effet pas d’enfants ; sa succession revenait donc aux enfants que sa soeur, Marie (†1367), avait eus de son premier mariage avec Charles de Duras (†1348). Seule la cadette, Marguerite était encore en position de faire valoir des droits à l’héritage de sa tante. Louis de Hongrie arrangea le mariage de celle-ci avec son protégé Charles de Duras, autre concurrent de la branche de Naples représentée par Jeanne Ière. L’union eut lieu le 24/01/1370, sous les auspices d’Urbain V. Après l’éclatement du schisme, Urbain VI entreprit de déposer Jeanne Ière, qui avait été le premier souverain à reconnaître Clément VII : le Ier juin 1381, il investit Charles de Duras du royaume de Sicile, à charge pour lui d’en prendre possession. Jeanne tenta de répliquer en adoptant Louis II d’Anjou et en en faisant son héritier, avec l’accord de Clément VII. Peine perdue : le prince Louis n’apporta jamais à la reine les secours qu’elle en attendait et celle-ci dut capituler devant Charles de Duras le 26/08/1381. Elle fut assassinée sur ordre de son vainqueur le 27/07/1382.

302L’hypothèse de lecture qui consiste à relier thématiquement cette strophe et la précédente, comme le fait le commentateur, me semble risquée, car elle ne tient pas compte du caractère anaphorique des déterminant « el » et « la » dans les groupes nominaux « l’abitatge » et « la guerra ». Or, ce n’est pas faire violence à la syntaxe, bien au contraire, que de considérer que « la guerra » est celle qui vient d’être évoquée, soit la rébellion endémique de la Sardaigne, et que ce sont les zones peuplées de cette île qui ont été ravagées par la guerre. À la décharge du commentateur, on admettra que les conflits de Sardaigne et de Sicile furent contemporains, aussi dévastateurs l’un que l’autre et que les mêmes ennemis de l’Aragon y intervinrent.

303- Strophes LX-LXI : le pronom personnel masculin, de troisième personne du singulier « ell », sujet de « fara », ne peut représenter que le groupe nominal « lo gran Imperi », qui se trouve dans la strophe précédente. Ces deux ensembles de vers partagent donc le même univers référentiel, ce qui n’exclut pas que celui-ci soit constitué d’éléments typiques. Colona est en effet tout aussi bien une désignation métaphorique traditionnelle de la papauté qu’une désignation du pape Martin V par son nom de famille, Colonna. Ensuite, s’agissant toujours de la strophe LX, Sigismond de Hongrie fit certes beaucoup pour la résolution du schisme, d’abord aux côtés de Jean XXII, puis contre lui, et facilita ensuite à Martin V sa tâche de restauration de l’autorité pontificale en Italie en luttant contre Filippo Maria Visconti. Cependant, les « deux moitiés de Dieu » ne sont-elles pas toujours censées oeuvrer de concert au bien de la Chrétienté ? Enfin, tous les empereurs germaniques sont supposés descendre en Italie pour se faire couronner, descente qui s’accompagne de l’hommage des villes lombardes et du renouvellement de leurs privilèges (« haver la garlanda de Lombardia »). La soumission des villes lombardes posait d’ailleurs problème depuis Frédéric II — il s’agit donc d’une « gran demanda » —, car ces dernières se montraient fort rétives à toute forme de souveraineté étrangère. Le commentateur s’en tient d’ailleurs à ce niveau général de compréhension des deux strophes. Dans la période qui nous intéresse, l’empereur Sigismond fit deux descentes en Italie : en 1411-1412, puis de nouveau après le concile de Constance, dans l’intention d’amener Filippo Maria Visconti à lui restituer les villes impériales usurpées. En 1418, il dut négocier avec le Visconti et accepter de le désigner comme vicaire impérial en Lombardie et ne fut finalement couronné roi d’Italie à Milan qu’en 1431 et empereur en 1433.

304- Strophe LXII : la question de la possession de la Dalmatie provoqua un conflit entre Sigismond de Hongrie et Venise. Louis le grand avait en effet conquis cette région sur le voïvode de Dalmatie. Venise l’avait ensuite arrachée à la Hongrie, qui la lui avait reprise. Enfin, lorsque Ladislas de Duras s’empara de la couronne hongroise (1402), il ne réussit à s’implanter qu’en Dalmatie. Il vendit ses « droits » sur la région et les territoires qu’il y avait conquis à Venise en juillet 1409, ce qui relança imméditament les revendications magyares sur cette zone. Les Hongrois ouvrirent en vain les hostilités en 1411-1412. Après cinq années de trèves, Venise reprit la guerre contre l’Empire en 03/1418 — « entrara en batalla contra l’Imperi » — et parvint à soumettre toute la Dalmatie entre mars 1418 et juin 1420, date à laquelle le roi Sigismond dut accepter de conclure une trêve de huit ans, aux conditions fixées par Venise (Marc Antoine LAUGIER, Storia della reppublica di Venezia dalla sua fondazione sino al suo fine, Venise : Carlo Palese et Gasparo Storti, 1767, p. 347-359).

305- Strophe LXIII : si le point de repère temporel à partir duquel situer en breu est bien le conflit entre Venise et l’Empire évoqué dans la strophe précédente et si « cell d’Hongria » est bien le roi Sigismond de Hongrie, alors cette strophe fait allusion à des événements survenus lors de la première descente en Italie de l’empereur, en 1411-1412. Anciennes possessions du duché de Milan, Vicenza et Vérone appartenaient respectivement à Venise depuis 1404 et juin 1406. Sigismond ayant décidé d’ouvrir deux fronts contre la république, il attaqua à la fois la Dalmatie et l’Istrie et le Frioul, puis aida Brunoro della Scala à conquérir Vérone en 1412, avant d’en faire son vicaire (Verona e il suo territorio, vol. 5, Vérone : Istituto per gli studi storici veronesi, 1995, p. 5-6).

306- Strophe LXIV : Turmeda n’ignore sans doute pas le principe du « dies pro anno » issu d’Ez. 4.6, qui autorise à accroître considérablement l’amplitude du « jour » où la Lombardie doit être mise « à feu et à sang ». Ce « jour » recouvre vraisemblablement les années 1412-1421, période où Filippo Maria Visconti entreprit de constituer son duché contre toutes les seigneureries surgies au détriment du duché de Lombardie après la mort de Gian Galeazzo Visconti en 1402. Côme, Lodi (1416), Vercelli (1417), Trezzo (1417), Piacenza (1418), Crémone (1420) et enfin Bergane et Brescia (1421), durent ainsi céder devant les armes du Visconti. Le commentateur, tout à son hostilité à l’empereur Sigismond, en fait le fléau de la Lombardie, sans grand rapport avec la réalité historique et peut-être en un souvenir de l’affrontement de Frédéric II — type de l’empereur germanique — et les villes lombardes ?

307- Strophe LXV : je ne suis pas certaine qu’il faille chercher une entité politique derrière « la viuda toscana », comme le propose le commentateur, sans d’ailleurs identifier précisément ladite entité. Florence était effectivement alors indépendante — plutôt « vierge » que « veuve » de suzerain — et convoitée par Gian Galeazzo Visconti (1388-1402) et Ladislas de Naples (1409-1414), mais ils échouèrent à s’en emparer. 

308- Strophes LXVI-LXVII : le séjour d’Avignon, puis le schisme, avaient mis à mal l’autorité pontificale en Italie. « D’innombrables aliénations du domaine pontifical avaient été consenties » et, « dans les États pontificaux, [régnait] une anarchie sans précédent ». Rome, Todi, la Campanie et Ostie étaient aux mains du roi de Naples. Viterbe, Pérouse et Foligno « s’[étaient] émancipées de l’autorité romaine », Bologne et les Romagnes « se comport[ai]ent maintenant en républiques indépendantes », alors que dans les Marches « la féodalité [était] maîtresse du pays ». Le trésor pontifical était vide. Dès son élection, Martin V entreprit de réaffirmer sa souveraineté territoriale à Rome et dans le Patrimoine, « condition de son autorité politique et, grâce à l’établissement de ressources territoriales, de son indépendance financière ». En 1418, lorsque Turmeda compose la Profecia, les intentions du pape sont limpides : ce sont elles qu’illustre la strophe LXVI. Le commentateur s’en tient à prévoir ses probables exigences financières — « demanara cierta cantidat de moneda a les comunes » — et envisage une ligue entre le pape et l’empereur, également probable à une période où ces deux princes avaient les mêmes ennemis en Italie, à commencer par les ducs de Milan. L’hostilité des puissances italiennes à cette politique était prévisible — Turmeda et le commentateur prévoient alors une « ligue » contre la papauté —, mais le pape sut jouer de leurs rivalités : en 1419, Jeanne de Naples restituait la Campanie, Ostie et Civitavecchia aux envoyés du pape ; en septembre 1420, Martin V faisait son entrée solennelle à Rome et « en 1426, le pouvoir pontifical était rétabli en Ombrie, à Spolète et en Tuscie » (A. FLICHE et V. MARTIN, op. cit., p. 215-218).

Haut de page

Notes

1 Antoni de BOFARULL I MASCARÓ, (éd.), «Proceso del conde de Urgel», Colección de documentos del Archivo de la corona de Aragón, tome 36, volume II, Barcelone :  Dirección general de Archivos y Bibliotecas, 1868, p. 290.

2 « Aquesta es la declaració de la proffecia, feta per lo responent frare Encelm Turmeda en la disputa dels animals », manuscrit Carpentras 336, fol. 192vo (copie du début du XVIe siècle).

3 Raymond FOULCHÉ-DELBOSC (éd.), « Disputation de l’Asne », Revue hispanique, 24, Paris, 1911 p. 469.

4 A. de BOFARULL I MASCARÓ, op. cit, p. 289-290. Les vers 316-318 ne sont pas explicitement attribués à Turmeda dans la déclaration du témoin. Il faudrait probablement lire le vers 8 « fera » Provence plutôt que « sera », ce que font les trois manuscrits en catalan qui contiennent ce vers.

5 Pour une description de ces volumes, se reporter à la deuxième partie de cette thèse.

6 En 1911, Ramón d’Alòs-Moner faisait déjà remarquer que cette édition du Dictat de Turmeda était « ya estroncada y molt difícil de trobar » (Ramón D’ALÒS-MONER, « Profecies d’en Turmeda », Revue Hispanique, 24, 1911, p. 481). La situation ne s’est pas améliorée depuis.

7 Cet article se trouve dans :  Museo Balear, segona época, 1884.

8 « La E[scurial], de la qual n’havem obtingut cópia fotográfica, no fiantnos del text publicat en la citada 'Revista ibero-americana de ciencias eclesiásticas' », R. D’ALÒS-MONER, art. cit., p. 482.

9 « Manuscrit 336 de la Biblioteca de Carpentras que conté ademés de les Profecies que açí tractem, les del llibre sobre la Disputa del Ase del metex autor »,ibid., p. 481.

10 Dans BC 485 « abunden les incorreccions de tota mena y fins hi manquen alguns versos ». Cependant, « may arriva a esser tan dolenta com la versió E[scurialense] », ibid., p. 481. C’est donc à défaut de mieux que Ramón d’Alòs-Moner prit BC 485 comme base de son édition.

11 Aussi bien dans le corps du texte que dans les notes de bas de page (lectures de E, en général), Ramón d’Alòs-Moner a conformé l’usage de i /j et u/v à l’orthographe contemporaine ; les consonnes géminées, les y et les ç sont par contre reproduits. La ponctuation et la séparation des mots et, peut-être, l’orthographe de certains mots ont également été actualisés. Quant aux possibles erreurs ou corrections, je signalerai juste les cas suivants le v. 38 est lu « per sa malia » (BC 485 :  « per lur malia »), le v. 102, « e breu posada » (BC 485 :  « a breu posada »), le v. 206, « ab lums encessos » (BC 485 :  « ab lums encesses ») ; le vers 430 est indiqué manquant, alors qu’il se trouve dans BC485.

12 Miquel de EPALZA (éd), Anselm Turmeda:  Llibre de bons amonestaments i altres obres, Biblioteca Bàsica de Mallorca, 16, Majorque :  Editorial Moll, 1987, p. 89-110.

13 Savi-López avait, semble-t-il, « minutamente » décrit ce manuscrit (selon Aristide RAIMONDI, « Relazioni fra Sicilia e Catalogna […] », Archivo storico per la sicilia orientale, XI, Catane, 1931, p.331), mais je n’ai malheureusement pas réussi à me procurer son travail. Ramón d’Alòs-Moner est très optimiste lorsqu’il qualifie de « descripció de aquest manuscrit » (R. d’ALÒS-MONER, art. cit. p. 481, n. 3) la très brève notice donnée par Massó Torrents en 1906 dans la Revue Hispanique, qui ne fait que signaler les grandes subdivisions de Ventimiliana 92 (Jaume MASSÓ TORRENTS, « Historiografia de Catalunya », Revue hispanique, 1906, p. 537-599).

14 Pere BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies de fra Anselm Turmeda (1406) », EUC, IX, Barcelone, 1915-1916, p. 173-174.

15 Il proposait une édition critique du Dictat qui prenait en compte Ventimiliana 92, qu’il est donc le seul à avoir consulté, BC 485 et Escurial N-I-13. Il ignorait l’existence de BC 490 et n’avait pas consulté directement BC 485 et Esc. N-I-13, pour les variantes desquels il se référait aux transcriptions de Ramón d’Alòs-Moner. Il disait de V qu’elle était la version « più autorevole rispetto alle altre » et qu’elle avait été copiée « da un amanuense molto cosciente del testo » (P. BOHIGAS I BALAGUER art. cit., p. 235 et 237).

16 « Ho seguito quasi sempre l’interpunzione che ci dà il d’Alòs, mutandola ogni volta che me ne desse agio la nuova forma del testo », art. cit., p. 236.

17 Aristide RAIMONDI, « Relazioni fra Sicilia e Catalogna [...] », Archivio storico per la Sicilia orientale, XI, Catane, 1931, p. 231.

18 « Il d’Alòs dà la versione di D [BC 485] con le varianti di E ; e me ne servo pel tentativo di ricostruzione del testo, rimanendo, fin dove posso, fedele alla versione di V » (Ibid., p. 235, n. 2)

19 Ces amendements se trouvent dans Jordi RUBIÓ I BALAGUER, Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, 1913-1914, p. 771-772.

20 Ainsi, Jordi RUBIÓ I BALAGUER fait remarquer que :  « 269-280 són difícils de puntuar, i segons la posició de les comes, el sentit canvía en absolut » et propose « 566, seguir com demanava la lliçó d’E », ibid., p. 772.

21 P. BOHIGAS I BALAGUER, art. cit., p.173-175.

22 B5 et E partagent des lectures erronées des vers 95, 178, 364 (omission) et 537 ; B0 et V omettent le vers 181 ; B0, V et B5 ont une syllabe métrique de trop au v. 88 du prologue ; V et E ont une syllabe métrique de trop au v. 434.

23 B0 et E partagent 7 lectures alternatives (vers 289, 34, 298, 308, 350, 525, 555) et dans 6 cas lisent ensemble contre le groupe B5-V ; B0 et V ne lisent ensemble que 4 fois (v. 95, 289, 580, 466) ; B0 et B5 lisent ensemble 3 fois, mais il s’agit d’une addition de conjonction (v. 28), d’une hésitation sur une voyelle atone (v. 620) puis sur la forme d’un pronom personnel COD (v. 565) et ces recoupements peuvent être dus au hasard.

24 Après avoir comparé les quatre manuscrits du Dictat sur 45 vers, Pere Bohigas i Balaguer affirmait déjà que « D’ [B0], V i E formen una branca i semblen molt acostats a l’original. V i E tenen de comú algunes variants diferint lleugerament de D’. El ms. D [B5] forma una altra branca (art. cit., p. 173, n. 2) » :  cela reste vrai, mais les relations entre les manuscrits sont encore plus complexes.

25 « Axi ho manda », contre « Axi comanda » (B0), « Axi ho comanda » (B5) et « Axi com manda » (E), vers où les familles de manuscrits s’entremêlent.

26 R. d’ALÓS-MONER, art. cit., p. 481

27 Les vers 477-479 évoquent une alliance franco-navarraise, tournée contre la couronne d’Aragon ; les vers 499-501 affirment que « la gent francesa » est alliée aux Aragonais, alors que le référent des deux passages semble être le même, si l’on se fie à la construction syntaxique du passage. Peut-être faut-il supposer que les Français sont divisés en deux camps, aux alliances opposées? Le second camp est dit « a la despesa » des Aragonais :  ces Français-là seraient-ils des mercenaires?

28 Il présente toutefois quelques vers de cinq syllabes :  v. 45, 72, 157, 161.

29 « La falsia / se discobre / veus lo pobre / te corona / Caragossa / si senyalla / rompant l’ala ».

30 « Los romans /ytalians / ffan ajust / [lac] / per la Sglesia / que·s pelleya ».

31 « Del baro / cell qui fo / huit anyades / no perdonades / en clausura / molt scura /dins Spanya [lac.] / pres tal jornada ».

32 Voir le commentaire de cette prophétie, dans ce volume.

33 Voir l’édition de la Ordinació, dans ce volume, avec indication en note des variantes de l’édition Bohigas.

34 P. BOHIGAS I BALAGUER, art. cit., p. 181.

35 Pere Bohigas i Balaguer considérant que le texte « està en molts indrets mancat de sentit gramatical » et que « el llenguatge metafòric que domina en les profecies d’en Turmeda, és altra dificultat greu per llur interpretació », ce qui faisait que « el llenguatge d’aquesta obra es sumament fosc » n’interprétait, de façon très générale, que les vers 43-53, 70-80, 166-183, 200-210 et 255-282 (ibid., p. 178-180). Il me semble que l’on peut arriver à des interprétations un peu plus précises, bien que ce texte m’apparaisse plus comme un exercice de style que comme une prophétie post eventuum ; pour une discussion sur ce point, voir mon analyse de la Ordinació, dans ce volume.

36 Jordi RUBIÓ I BALAGUER, « Un text català de la Profecia de l’Ase, de fra Anselm Turmeda », Estudis universitaris catalans, Barcelone, 1913, p. 9-24. Il fut le premier à remarquer que « el misteriós LASA [...] se convertía en l’Asa, és a dir, en l’ase de la famosa Disputa d’en Turmeda » :  J. RUBIÓ I BALAGUER, art. cit., p. 9.

37 Raymond FOULCHÉ-DELBOSC, « Disputation de l’Asne », Revue Hispanique, 9, Paris, 1911, p. 358-479.

38 Le volume X des Index des livres interdits présente une liste de toutes les oeuvres et de tous les auteurs mentionnés dans les différents index, ainsi qu’un classement des ouvrages incriminés par lieu d’impression. La Disputa de l’Ase figure au numéro 388 de ce volume X ; elle apparaît également dans l’Index de Rome publié en 1590. Se reporter à Jesús MARTINEZ DE BUJANDA, René DAVIGNON, Ela STANEK, Marcella RICHTER, Thesaurus de la littérature interdite au XVI° siècle. Auteurs, ouvrages, éditions avec Addenda et corrigenda (Index de livres interdits, X), Sherbrooke-Genève :  Centre d’études de la Renaissance, 1996.

39 Voir l’article 3861 d’Archer Milton HUNTINGTON, Catalogue of the library of Ferdinandus Colombus. Reproduced in facsimile from the unique manuscript in the Columbine library of Sevilla by Archer M. Huntington, New-York :  [s.n], 1905 :  «Libro en catalan, es disputa del ase contra frare Encelm Turmeda [...] Imp. en Barcelona año de 1509 [...] ».  Ferdinand Colomb avait acquis cet ouvrage en 1512 à Lérida.

40 « De la feste que feirent les animaux pour la prophetie faicte par leur orateur en l’an mil quatre cens dix-huict » :  Raymond FOULCHÉ-DELBOSC, art. cit., p. 476.

41 J. RUBIÓ I BALAGUER, art. cit., p. 13.

42 Lluis DESTANY (éd.), [Anselme TURMEDA], Llibre de disputació de l’Ase, Barcelone :  Horta, 1922. La restauration du texte tentée par Lluis Destany a été qualifiée de « notoriament impropi » par Marçal Olivar (Marçal OLIVAR, Anselm Turmeda :  Disputa de l’Ase, Barcelone :  Barcino, Els nostres clàssics, 19, 1928, p. 12).

43 Strophe 11 :  « A la cruelle heure / craignant qu’il ne meure / plus n’aura demeure / en la Seigneurerie » ; strophe 26 :  « Le Ciel desia pleure / celle cruelle heure / car plus ne demeure / la grand tempeste » ; strophe 62 :  « Venise la juste / pour requeste injuste / fera guerre iuste / contre l’Empire » ; strophe 69 :  « Affin qu’on oublie / ceste prophetie / qui point ne varie / par escript soit mise », dans la traduction française.

44 R. FOULCHÉ-DELBOSC, art. cit., p. 470 et 477.

45 Le commentateur paraphrase en général les vers qu’il glose. Il affirme que « madama de Napols qui a despit de sos amichs pendra marit ». Or, la strophe 27 telle qu’elle apparaît dans la prophétie copiée dans Carpentras 336 propose :  « la ribalda trixayre / apres la mort del frayre / a despit de sa mayre / sera novia ». Aucune autre variante n’est significative, pas même l’alternance « bella » / « vella » / « vieille » (v. 119), qui peut simplement tenir à ce que le son [b] a été transcrit par la lettre b dans Carpentras 336 ; il faut probablement privilégier la lecture retenue dans la glose et le texte français (vella nina).

46 Par exemple, « coue aquelles coses sobre scrites se seseguescen segons son posades » paraphrase plutôt :  « la mia proffecia / en escrit mesa sia / car coue que axi sia / com ella posa » (Carpentras 336, strophe 69) que « Affin qu’on oublie / ceste prophetie / qui point ne varie / par escript soit mise » (traduction française).

47 Joan COROMINES, Diccionari Etimológic i complementari de la llengua caralona, Barcelone :  Curial-Caixa de Pensions « la Caixa », édition de 1995, p. 462, colonne A. Joan Coromines qualifie la version dont nous disposons de « una de les tantes prosificacions com es van descobrint en la nostra literatura medieval ».

48 Jordi RUBIÓ I LLUCH, « Un text català de la Profecia de l’Ase, de fra Anselm Turmeda », Estudis universitaris catalans, Barcelone, 1913, p. 24. Cet article est également consultable dans Estudis de literatura catalana, Obres de Jordi Rubió i Balaguer, X, Biblioteca Abat Oliba, n°114, Barcelone :  Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1992, p. 253-281.

49 Josep PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida del Vade mecum in tribulatione de Joan de Rocatalhada », ATCA, 12, 1993, p. 53, note 15.

50 Miquel de EPALZA (éd.), Anselm Turmeda:  La disputa de l’Ase, Biblioteca bàsica de Mallorca, 15, Majorque:  Editorial Moll, 1987.

51 J. RUBIÓ I LLUCH, art. cit., p. 10.

52 Ibid., p. 10.

53 Barcelone y est accusée du péché d’orgueil et menacée des pires châtiments si elle ne se repent pas :  faut-il voir là un écho des mauvaises relations entre Ferdinand Ier et les institutions catalanes, ou une allusion à la