Navigation – Plan du site
Annexes

Bibliothèque de Catalogne (Biblioteca de Catalunya)

Texte intégral

[Biblioteca de Catalunya, manuscrit 271 : échange de lettres entre Frédéric II et Innocent IV, apocryphe]

  • 1 a) dipremit (Pere BOHIGAS, « Les Profecies de Merlí i altres profecies contingudes en manuscripts c (...)

1[Fol. 8r°] Litera per Fredericum misa pape Innocencio IIIIto :
Frede
 : fremid mundo ; de : deprimita alta profundo
ri : fera rimatur ; cum
b : cuspide cuncta limatur.
Roma diu titubans multis erroribus aucta,
orbis totius dessined
c esse capudd.
Astra dicunt, fata clamant, aviumque volatus
quod totius ego malleus orbis ero.

Responsiva misa per papam Frederico :

Niteris incasum
e Petri submergere navem :
fluctuat, sed nunquam mergitur illa navis
1.
Roma nescit ruere, sed eam scio semper habere
mundi primatum, sic firmant docmata patrum.
Astra silent, facta tacent, peccata loquntur
quod tua vita brevis, morsque per hominis
f erit2.

 

11 À partir de l’épisode relaté en Mt. 8-23-26, Mc. 4.35-39 et Lc. 8.22-25.

22 D’après Oswald HOLDER-EGGER (NA, 30, Stuttgart : Steiner, 1905, p. 335-349 et 33, p. 106-109), cet échange de vers apparaît dès 1254-1255, dans la chronique de Richter von Senones. L’érudit allemand en a recensé et édité des versions manuscrites allemandes (y compris une traduction en langue vernaculaire), françaises, anglaises et italiennes, mais ignorait l’existence de cette variante ibérique. La tradition textuelle de cette prophétie semble extrêmement fluctuante. Cependant, on peut remarquer les choses suivantes : strophe 1, les vers 1 et 2 ne se retrouvent que dans le manuscrit Muratori SS, R. Ital. IX, fol. 661. Les vers 3-4 et 5-6 sont toujours liés, mais ces quatre vers se présentent pas forcément ensemble, ni dans l’ordre ici donné. Les vers 3-4 sont stables ; les seules variations les affectant concernent l’adjectif épithète de « erroribus » et le mot « orbis » qui est en général précédé de « corruet et », qui a disparu ici. Dans la deuxième strophe, les vers 3 et 4 n’apparaissent que dans la version de BC 271. Les vers 1-2 d’une part et 5-6 d’autre part apparaissent toujours liés mais, de nouveau, n’apparaissent pas toujours ensemble, ni dans cet ordre. Les vers 1 et 2 sont stables (seule variation : « ratis » remplace parfois « navis ») ; les vers 5 et 6 sont beaucoup plus fluctuants. Seules les versions anglaises du texte évoquent clairement la mort de l’Empereur ; notre texte est le seul à préciser qu’il s’agira d’un assassinat.

Litera per Fredericum misa pape Innocentio IIII et Responsiva misa per papam Frederico

3Composé avant 1254, selon Oswald HOLDER-EGGER (NA, 30, Stuttgart : Steiner, 1905, p. 335-349) et Marjorie REEVES (The influence of Prophecy in the Latter Middle Ages : a study in Joachimism, Londres : University of Notre Dame Press, 1969, p. 527), ce texte rend compte de la victoire décisive que la papauté remporta contre l’Empire sous le pontificat d’Innocent IV.

4Après quatorze ans d’une lutte sans merci avec l’autre prétendant à la domination universelle, le pape Grégoire IX, l’empereur Frédéric II avait pesé sur l’élection du nouveau pape lequel, croyait-il, serait désireux de conclure la paix et lui permettrait de voir enfin levée l’excommunication qui le frappait depuis 1239. Innocent IV sembla tout d’abord désireux de rechercher un compromis, car les années d’affrontement avaient éprouvé la papauté encore plus durement que l’Empire. Cependant, la complexité des enjeux et des intérêts intervenant dans la négociation le persuada rapidement de l’impossibilité d’arriver à une solution satisfaisante pour la papauté et ses alliés. L’autorité pontificale dans le domaine spirituel fut facilement admise par l’Empereur, qui se déclara également disposé à évacuer les États pontificaux lorsqu’il aurait été absous. La question de la souveraineté sur l’Italie empoisonnait les négociations, car d’une part les Lombards refusaient la souveraineté impériale, et, d’autre part, le pape savait qu’abandonner les Lombards revenait à ne plus pouvoir exercer une papauté politique et s’était en outre engagé à ne pas conclure de paix sans l’agrément de Venise, Gênes, Plaisance et Milan. Le soulèvement de Viterbe contre l’empereur, fomenté par le cardinal Rénier de Viterbe, qui voulait à tout prix voir échouer les négociations, compromit un temps les discussions et démontra à l’empereur l’existence d’un parti décidé à l’abattre au sein de la Curie. Devant l’embarras du pape et sous la pression du comte de Toulouse, de l’empereur de Constantinople et du roi Louis IX, les négociations reprirent et une paix provisoire fut acceptée par serment le jeudi saint 1244. La question lombarde remit tout en question : le projet de traité prévoyait que le pape fixerait les réparations à octroyer aux Lombards, mais ne tranchait pas au sujet des droits impériaux en Lombardie. Les Lombards exigèrent que seul le pape pût trancher leur différend avec l’empereur, ce que Frédéric II refusa. Le pape apporta alors de sa propre initiative des modifications au traité de paix qui devait être signé, ce que l’empereur condamna également. Méfiant envers les intentions réelles de la papauté, il décida alors d’utiliser son dernier atout : il refusa d’évacuer les États pontificaux avant que son excommunication ne fût levée, puis réclama une entrevue avec le pape. Désireux de soustraire la Curie à d’éventuelles pressions et voyant qu’aucune paix ne saurait lui être totalement favorable, Innocent IV choisit de s’enfuir, en laissant clairement entendre qu’il y avait été forcé par les agissements de Frédéric II. Le pape convoqua ensuite un concile à Lyon pour la Saint-Jean 1245, concile destiné à déposer l’empereur. Une dernière chance de parvenir à la paix fut offerte à l’occasion de la reconquête de Jérusalem par les Khorezmiens : le patriarche Albert d’Antioche réussit à persuader les deux partis que leur collaboration était plus nécessaire que jamais pour reprendre la ville sainte et Frédéric II accepta toutes les exigences pontificales (évacuation du Patrimoine, règlement de l’affaire Lombarde par le pape seul, engagement de partir pour trois ans pour la Terre Sainte).

5L’acharnement du cardinal Rénier de Viterbe réussit enfin à anéantir toute chance de parvenir à la paix. L’empereur, en chemin vers Lyon, avait en effet dévasté les terres relevant de Viterbe et quelque peu débordé sur le territoire pontifical : le cardinal saisit l’occasion pour affirmer que ce dernier avait rompu le traité et inonda les prélats présents à Lyon de pamphlets d’une extrême virulence sur Frédéric II. C’est d’ailleurs à cette occasion que le cardinal de Viterbe développa l’analogie entre Frédéric II et l’Antéchrist, motif clef de la propagande guelfe à partir de ce moment-là et habile exploitation des inquiétudes de ses contemporains, qui attendaient le fils de perdition pour 1260. Rien ni personne ne réussit à plaider la cause de l’empereur qui fut déposé par le concile, pour s’être rendu coupable de parjure, de sacrilège, d’hérésie et d’avoir violé la paix. Si l’on se fie à ce qui fut rapporté de ses propos, il aurait alors décidé d’endosser le rôle que le cardinal lui avait prêté « J’ai été l’enclume suffisamment longtemps [...], désormais je veux être le marteau », aurait-il dit en écho aux accusations du cardinal. Les pontificaux semèrent la sédition dans tous les territoires de l’Empire et Frédéric II mourut en décembre 1250, alors que sa situation semblait redevenir favorable en Allemagne et en Italie septentrionale. La défaite de son fils et successeur Conrad devant les pontificaux en 1254 ouvrit une vacance impériale qui se prolongea jusqu’en 1273 (Ernst KANTOROWICZ, L’empereur Frédéric II : Dominus mundi, Paris : Gallimard, 1987 p. 545-560).

[Biblioteca de Catalunya, manuscrit 271 : Nardus plorat antiqua…, fol. 152v°]

  • 2 Ce texte figure également dans le manuscrit BNP lat. 2599, fols. 266vo-267ro (copie de 1378); c’est (...)

62Merlinus : « [N]ardus plorat antiqua et lacrime ejus sanguine venit impetus ejus. Marcessit asinus acriter aures suas contra Dominum vitalem, quam divina magestas sibi eliquit a die sue renovacionis et qui elati sunt contra virum innocentem [lac.] rabies buscinat asininaa. Cadit eorum cogitatio perversa, inclinatab est eorum potentia vel eorum [lac.] ; facta est solicitudoc perversa, fraus et iniquitas deletur, portas requirunt alienas, nec est qui recipiat eos. Arbor bona et inclita quam radicitus temptantd discipare atque contendunt, plantata manet et radices ejus per atencionese manent in eternum. Beatus qui ambularet viro innocenti ! Gallus prestat aures suas suis proditoribus et, emulosf reprobans, ad ultimum obdurabit verecundisg, quia undique gallus fluctuabith. Potentia divina virum fovet et liberat innocentem. Solidatus est in petra fortissima vir carceratus injuste. [Fol. 153ro]

  • 3 a) comprendre ferreo ? ; b) corriger en divisio ?
  • 4 Le paragraphe entre crochets carrés est tiré du manuscrit lat. 2599 de la BN de Paris, fol. 267ro, (...)

7[3Asinus inclinat aures suas cum robore et mortis timore. Asinus a Deo est fortiter verberatus et percussus ; rodit barbam. Asinus ulceratus in camo ferveoa jugulatus manet. Affligitur gallus ; ruit hinc inde Francorum superbia. Cum viro innocenti Gallus gratulatur, patenter terra germinat acusacione fraterna diffusa. Ruit inimicus familiaris, confusa et manifesta e[s]t iniquitas sua et malicia simul. Claudit occulos suos in malum. Captivi facti sunt sui sequaces et amici. Apertum est magnum cahos super eos, loquium abisci aperuit Dominus super ipsos. Nardus bona manibus suis sit, odiosa divisab est inter ipsam. Impetus fluminis multa et diversa corpora devorat mortuorum. Vir innocens et homo venignus in brevi jocundus ab vinculis liberatur ; patriam suam ab antiquo adquisitam recuperat cum honore4]. »

[Biblioteca de Catalunya, manuscrit 271 : commentaire de l’oracle 14 de la deuxième série des Vaticinia de summis pontificibus, entre 1370 et 1378]

  • 5 Le manuscrit BC271 a « Gregorii V° », mais, vu la suite du texte, il semble licite de corriger ceci (...)

8[Fol. 145vo] Prophetia inventa in eleccione pape Gregorii XI°5.

9[O]bscur[at]um est aurum, mutatus est color obtimus. Rubigo te consumet. Dulce principium invenisti, set finem tribulationem. Ve primum abiit et ecce ve secundum ! Fugiamus a facie ejus ! Clama in fortitudine quia jam incipiunt ultimi cruciatus. Ha, ha ! Ubi est Luciffer ? Quo habierunt stelle ? Curramus et non aspiciamus retro, quia « ab Aquilone pendetur omne malum1 ». Obsecro, Domine, mitte quem missurus es. FFlores rubei aquam rubeam vel odoriferam distillabunt2. Obscuratum est aurum, etc.

10Nota quod ista prophetia certe tendit ad summos pontifices et ad Ecclesiam sanctam Dei. Aurum, ut Apostolus testatur, caritas est. Et si caritas est hodie obscurata et omnino ab ecclesiasticis separata, recognosce, fratre, si benefficium vis obtinere in curia, karitatem repelle, set defer tumulum florenorum. Nullus est hodie qui ex karitate recta in Ecclesia benefficium obtineat. Ullo modo, ergo, leve est « obscuratum aurum », id est caritas. Bona ecclesiastica, qui fuerunt oblata Ecclesie ad pauperes sustendandos, hodie a gentes meretrices et superbiam vaneglorie, multos scutiferos ribaldos, equos, lapides preciosos, pannos delicatos, [dub. incluvias] preciosorum aborum [sic] et vina dulcissima habendo et fruendo, de talibus conservat eos et eorum familias cruendorum.

11Sequitur : « Mutatus est color obtimus » : bene est mutatus color auri citrini in colore nigro! Color citrinus sunt opera caritatis et virtutes euangelicas ; niger color, abominabilia peccata et orrenda que faciunt animam et corpus hominum totam nigram.

  • 6 « Rovell » (= rouille) est un mot catalan, attesté à partir de la fin du XIIIe siècle, selon Joan C (...)

12« Rubeo te consumet » : per istam [fol. 146ro] diccionem « rubigo », intellige peccata mortalia et signanter avariciam que consumit caritatem omnino, sicut rubigo o rouel6 consumit metalla.

  • 7 Faut-il comprendre maerorem : affliction, tristesse? La lecture « mare » est sûre, mais n’a pas gra (...)
  • 8 Le manuscrit BC 271 porte « resignante ».

13Sequitur : « Dulce principium invenisti ». Certe audivi a fide digno quod numquam fuit tam celeriter in concordia nullus papa electus sicut iste, de quo fuit magnum gaudium inter eos ; set, « finem tribulacionem » hoc est magnum mare7, quia in Horoscopo dicit Bonifacius papa VIII qui Celestinum sanctissimum papam quintus eum cum magna astucia fecit ad papatum et ad Petri kathedram resignare, vocatur « bestia finitiva3 » et hoc merito, quia licet fecisset optimas decretales et Librum sextum, tamen bestialiter vixit et semper in peccato mortali, ut in sua cronica recitat4, quia ipse injuste et machinando fecit resignare8 papatui sanctissimus Celestinus. Item, deponuit duos cardinales dilecta colona a cardinalatu. Item, voluit subjugare regem FFrancie et alios reges Ispanos, qui sunt ab omni dominio exempti sui dominacioni, et quod facerent ei homagium et tributum. Item, bellavit sanguinem efundendo sepe et sepius contra Colonenses et hoc fuit causa de sua capcione et condicio de sua morte, quam capcionem fecit G[u]ill[erm]us de Nogareto, senescalius regis FFranchorum. Et ista bestia finitiva habebit septem capita, ut in Apocalipsi5 hoc lacius continetur, qui Bonifacius papa tipum portatur hujus bestie Appochalipsis. Et ista VII capita erunt VII pontifices6 qui erunt vel fuerunt inter ipsum Bonifacium et ultimum papam qui finitivam vocatur, quia in illo finietur tota malicia clericorum, ipsum moriendo, efundendo suum sanguinem ut jam dixi.

  • 9 a) Il s’agit bien de Clément V, mais le manuscrit BC271 indique « Clemens 6us » ; b) Benedictus XII (...)

149Computemus ergo firmiter : Benedictus XI papa, de ordine predicatorum, successit Bonifacio inmediate. Et isti Benedicto successit Clemens 5usa et [Fol. 146vo] sunt duo papa. Et Clementi successit Johannes XXII, et sunt III. Et Johanni successit Benedictus XIIb, monachus albus et sunt IIIIc. Et Benedicto XIId successit Clemens VIus, monachus niger, et sunt quinque. Et Clementi VIi successit Innocencius VIuse, et sunt VI. Et Innocenti VI° successit Urbanus et sunt VII : ecce VII capita bestie finitive Bonifacii! Iste Gregorius est cauda bestie et debet mori per manus cujusdam strani, vel forte Antechristi, et hoc nullatenus falli potest, et in isto finiet malitia tota ecclesiasticorum. Et post mortem istius Gregorii, sanctus papa reparator eligetur et reformabit totum orbem tam infideles quam scismaticos, qui predictus reformator hodie est in carcere inclusus et tribulacionibus involutus. Set, « finem tribulacionem » habebit, siquid in prophetia « Ve primum » hab[i]it ; primum « ve » fuit Bonifacius papa supradictus.

15Sequitur : « Et ecce secundum ve » ; « secundum » ve est iste papa qui multa mala pertractabit in Ecclesia et signanter secundum posse destruet evangelicam paupertatem et vitam Christi et apostolorum.

16Sequitur : « Fugiamus a facie ejus » — istius pape. Hoc dicitur sanctis hominibus ut fugiant in speluncis ut in Evangelio habetur7. Et accedamus ad Deum et ad sanctum reformatorem qui cito veniet.

17Sequitur : « Clama in fortitudine, quia jam incipiunt ultimi cruciatus », scilicet istius pape persequtio mortis. Et forte jam tractat et incipit dictus papa occasiones contra principes qui eum morte crudelissime cruentabunt et hoc est ultimus cruciatus, bestie finitive.

18Sequitur : « Ha, ha ! » Verba sunt doloris et plantus. « Ubi est Luciffer ? Quo abierunt stelle ? » : stelle, id est sancti homines religiosi quam layci, qui timore tue tirannie et crudelitatis in locis abditis sunt absconsi.

19Sequitur : « Curramus et non respiciamus retro » ; hoc est consilium quod dat fidelibus ut currant ad Dominum, [dub. dendum] consu[ad]endo, peccata penitenciam faciendo. Et « retro non aspiciamus » ad peccata que fecimus, [Fol. 147ro] sicut canis qui ea que vomiet iterum comedit8 ; « non aspiciamus retro » ad mala que iste papa faciet et eciam perpetrabit.

20Sequitur : « Quia ab Aquilone pendetur omne malum » — Ysaye prophete9. Certum est quod malleator ecclesiasticorum ad Imperium elevabitur.

21Sequitur : « Obsecro, Domine, mitte quem missurus es ». Verba sunt exorca[n]da ad Dominum quod cito mitat supradictum reformatorem qui totas malicias discipabit et Judeos, Grecos, Tartaros et Sarracenos omnes convertet ad unum pastorem et ad unum ovile10, totum seculum reformabit.

22Sequitur : « FFlores rubei » : hoc est opera caritatis et virtutes evangelicas.

23Sequitur : « Aquam rubeam » : doctrinam sanctam et catholicam, tam verbo quam exemplo peccatoribus hostendendo ; « hodoriferam » : cum devota orationem, ut in Appochalipsis odor incensus est oratio sanctorum11.

24Sequitur : « Distillabunt » : papa reformabunt et sui sequaces peccatoribus orbis hujus exemplo docendo et verbo eciam predicando [lac.].

 

251 D’après Lc. 17.31, puis Jer. 1.14, ad litteram.

262 Vaticinia de Summis Pontificibus, deuxième série Ascende, calve, oracle 14 (série apparue avant le milieu du XIVe siècle). Le texte est conforme à ce que l’on peut lire dans Emil DONCKEL, « Studien über des Fr. Telesforus von Cosenza, O.F.M. (1356-1386) », Archivum franciscanum historicum, XXVI, 1933, p. 29-104 et 282-314, aux exceptions suivantes près : Emil Donckel propose obscuratum au lieu de obscurum (mais BC 271 ne maintient pas son erreur par la suite), tribulantem ou tribulatum pour tribulationem, respiciamus pour aspiciamus, son manuscrit ajoute mi entre obsecro et Domine et l’éditeur fait remarquer que la dernière phrase est absente de certains témoins. « Fflores rubei aquam rubeam vel odoriferam distillabunt » est la rubrique qui surmonte l’illustration de cete prophétie. D’après Herbert Grundmann, l’oracle 14 était effectivement prévu pour s’adapter à Grégoire XI. Le même commentaire à cet oracle 14 se trouve dans le mss 71 E 44 de la bibliothèque royale de La Haye, fol. 121.

273 Célestin V, pape de 07/1294 à 12/1294 et Boniface VIII, pape de 12/1294 à 10/1303. Le Liber Horoscopus est une prophétie du tout début du XIVe siècle (1304-1305), découverte par Herbert Grundmann dans un manuscrit de la bibliothèque Vallicelliana de Rome (J 32, fols. 56sq) et qui semble émaner de cercles proches d’Ange Clareno. Boniface VIII y est effectivement dénoncé comme un usurpateur.

284 Le Liber Sextus est une compilation des décrétales de Boniface VIII, rendue publique par le pape lui-même le 03/03/1298, accompagnée de la bulle Sacrosancte, où il expose sa théorie de la création du droit. Les ennemis ne manquèrent pas à Boniface VIII, que ce soit en France ou chez les spirituels, et les pires accusations touchant son orthodoxie et sa moralité furent formulées lors du procès que lui intenta Philippe le Bel.

295 Apc. 12.3, 13.1 et 17.3.

306 C’est Joachim de Flore qui fit la première interprétation typologico-historique des sept têtes de la bête de l’Apocalypse, identifées à sept persécuteurs dont l’Église avait subi les assauts au cours de son histoire (voir Expos., fol. 10r° et 196v° et Liber Figurarum, planche 14). L’exégèse de l’abbé subit ensuite des réactualisations et celle que nous avons ici, centrée sur une période fort restreinte de l’histoire de l’Église et identifiant les sept têtes à sept papes, est fort originale.

317 Mt. 24.16 (en particulier) pour les Évangiles ; voir aussi Apc 6.15 et Is 2.19.

328 Prov. 26.11 et 2 Petr. 2.22

339 Jer. 1.14 et non Isaïe.

3410 D’après Jo. 10.16

3511 Apc 8.3-4.

Haut de page

Notes

1 a) dipremit (Pere BOHIGAS, « Les Profecies de Merlí i altres profecies contingudes en manuscripts catalans », BBC, VII, Barcelone : IEC, 1928-1932, p. 256) ; le « de » qui précède est exponctué dans BC271 ; b) cus B ; c) dessinet B ; d) caput B ; e) in casum B ; f) per hominis : perhennis B ;

2 Ce texte figure également dans le manuscrit BNP lat. 2599, fols. 266vo-267ro (copie de 1378); c’est à la version de BNP 2599 que je le confronte. a) BC271 asininam ; b) BC271 inclinatum ; c) BC271 solcitudo, préférer la version de BNP 2599, solitudo ; d) BC271 temptat ; e) préférer potenciores, comme dans BNP 2599 ; f) BC271 emulis reprobans ; g) comprendre probablement verecundus, rapporté à gallus ; h) BC271 flactuabit.

3 a) comprendre ferreo ? ; b) corriger en divisio ?

4 Le paragraphe entre crochets carrés est tiré du manuscrit lat. 2599 de la BN de Paris, fol. 267ro, que j’ai tenté de ponctuer. Ce manuscrit donne la version suivante, plus longue, pour le premier paragraphe, fols. 266vo-267ro : « Nardus plorat antiqua. # Et lacrime ejus sanguine no[non leg.]t impetus ejus. Marcessit # asinus avidus aures suas contra Deum vitalem quam divina magestas sibi elegit a die sue renovationis. # Et qui elati sunt ꚍ crassati # et de nichilo sublevati erigunt calcaneum contra virum Innocentem. # Rabies buscinat azini[n]a. # Cadit eorum cogitatio perversa. # Inclinata est eorum malicia. # Incidunt in foveam quam fecerunt. # Mansio eorum facta est solitudo perversa. # Fraus eorum et iniquitas deletur de libro uiuencium. # Filii eorum facti sunt orphani et pupilli. # Portas requirunt alienas. # Nec erit qui recipiat eos. # Arbor bona ꚍ inclita quam discipare radicitus temptaverunt plantata manet. # Radices potenciores manent in eternum. # Beatus qui adherebit viro innocenti. # Gallus prestat aures suas sui proditoribus ꚍ emulis reprobatis. # Ad ultimum obturabit [comprendre, probablement, obdurabit] verecundatus [sic] # quia utique gallus fluctuabit potencia divina # vix [comprendre vice ?] fovet et liberat Innocentem. # Solidatus est in petra fortissima vir carceratus injuste ».

5 Le manuscrit BC271 a « Gregorii V° », mais, vu la suite du texte, il semble licite de corriger ceci en « Gregorii XI° ».

6 « Rovell » (= rouille) est un mot catalan, attesté à partir de la fin du XIIIe siècle, selon Joan Coromines.

7 Faut-il comprendre maerorem : affliction, tristesse? La lecture « mare » est sûre, mais n’a pas grand sens dans ce contexte.

8 Le manuscrit BC 271 porte « resignante ».

9 a) Il s’agit bien de Clément V, mais le manuscrit BC271 indique « Clemens 6us » ; b) Benedictus XII : Benedictus VI, sup. lin. : alias XII BC271 ; c) et sunt III : sup. lin. BC271 ; d) Benedicto XII : Benedicto VI, sup. lin. : alias XII BC271 ; e) Innocencius VIus : Innocencius XIus BC271 ;

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Rousseau-Jacob, « Bibliothèque de Catalogne (Biblioteca de Catalunya) », in L’eschatologie royale de tradition joachimite dans la Couronne d’Aragon (XIIIe-XVe siècle), Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 6), [En ligne], Mis en ligne le 17 septembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/934

Haut de page