Navigation – Plan du site
Deuxième partie : Éditions et commentaires

Prophéties de Merlin

Texte intégral

Explicit de Merlino ; aliud apud Merlinum [BC 271, fol. 151v°]

  • 1 a) BC271 « temptorium », forme qui n’existe pas, peut-être formée sur tempto, are ? Je choisis donc (...)

11[L]eo surgit ispanus, qui olim vel actenus dormire dicebatur, de genere regis Actalorum. Post felicem coronationem suam cum Domino se presingit. Terminum domus antique requirit Didonis. In vulgo barbarorum, victorie figit sceptruma perpetuale. Populus fidelis stupescit. Reges et principes orbis terrarum mirantur in preda. Leo rugiet yspanus ; rugitus ejus perveniet ad portas Sion. Nova gaudet Caldea submersa. Gaudet sumus Pontifex in rugitu et preda leonis. Vulgusb barbarorum bullit submersus. Paganorum multitudo surgit in impetu contra leonem, vulgusc submergitur barbarorum. Inpetus eorum nigrescitd. Mare paganorum sanguine litatur lupina. Contra leonem insurgit yspanum iterum machometica pravitas ; iterum vallese deserte sanguine lactantur filiorum domus antiquef Didonis. Christianorum multitudo leoni occurrit in heremo. [Fol. 152ro] Bona episcopatus antiquef Mediolani, hoste confusso, vestigia sequiturg leonis yspani ; in pristinoh statu conuertentur. Christiano augusto gaudet decore. Iterum leo surgit yspanus : domus antiqua Didonis sub rugitu cadet leonis. Ruit iterum impetus barbarorum ; pupilla occulorum suorum cecata manet. Iterum multitudo innumerabilis paganorum contra leonem insurgeti yspanum : omnes deuorat fides leoninaj atque potestas. Occurrunt leoni christianorum turbe copiose. Gaudetk filia Sion in victoria et fide leonis. Vulgus barbarorum iterum submergitur. Moametical ibidem ruit maligna potestas. Leo yspanus dracho eficitur. Deuorat Salsuginem. Domus filiorum antique Didonis et terminumm ejus denudat in fortitudine et brachio potentin. Iterum bullit mare barbarorum, natat in sanguine barbarorum. Leo coronatur yspanus ; ibidem ympetus paganorum increscito. Facta est domus Didonis domus consolationis eterne ; conuersa est ad Deum patrem omnipotentem et filium ejus unicum Dominum nostrum Jhesum Christum « qui passus est pro salute generis1 » etc2.

  • 2 a) BC271 nacionis  ; 

22Merlinus: Dicit enim Iohatzim abbas, secundum verbum profeticum Merlini, quod anno MCCCLXXXVIII incarnationis Domini, archa diabolica barbarorum suo toto termino et summo denudato leonis yspani — id est domus Didonis antiqua, facta innumerabili sanguinis effusione filiorum ipsius — fiet archa federis Domino3. Cantabunt filii qui remanserint de barbara nacionea in canticis Sion et evangelium [Fol. 152vo] Domini predicabitur ibidem secure, nec erit ultra generacio barbarorum. Regnabit enim leo yspanus more unquam paterno in domo Didonis, que vocatur archa federis Domino toto tempore vite sue etc.

  • 3 a) BC271 dimissa  ;  b) comprendre fidelissime (adverbe), fidelissima (rapporté à terra), fidelissi (...)

33[V]eniet in a[d]jutorium leonis Yspani fidelissimus imperator .P. nomine, filius regis FFrancie4, qui in terra Salsuginis propter peccata populorum extitit in carreram, quem Dominus emesse. Dimissusa miraculose tamen exiuit a vinculis verecundus5 etc. Gaudebit cum eo fidelissimusb terra promissionis etc.

 

41 Petr 2.21.

52 Cette prophétie est intégralement reproduite par Jean de Roquetaillade, dans le huitième traité de son Liber Ostensor (fol. 58vo) : elle existait donc déjà en 1356. Le franciscain a divisé le texte en douze parties, correspondant aux douze combats que le lion d’Espagne aura à mener contre les musulmans. Je ne suis pas certaine que « leo hispanus » désigne au départ un souverain aragonais. La Tunisie est certes la zone d’expansion qu’un accord avec la Castille avait réservé à la couronne d’Aragon, alors que « leo hispanus draco efficetur » rappelle les identifications des rois d’Aragon au dragon de l’Apocalypse faites par les franciscains joachimites ; « nova Caldea » est d’ailleurs une désignation de l’Allemagne issue du Super Hieremiam. Il existe enfin au moins une prophétie du XIIIe siècle dans laquelle Pierre II est désigné comme « leo », éditée par Oswald Holder-Egger. Cependant, c’est en Castille qu’un cycle du « lion d’Espagne » s’est développé à partir du règne d’Alphonse XI (1312-1350) et cette prophétie est copiée dans BC 271 à la suite d’oracles d’origine incontestablement castillane.

63 La date de 1388 est également celle qu’assignait Roquetaillade à la disparition de la « secte de Mahomet » dans son Liber de Oneribus Orbis (1354-1355), lorsqu’il commentait le premier fléau du Vae Mundo in centum annis. Il parvenait à cette date en faisant commencer les cent ans que devait durer le monde avant l’apparition de l’Antéchrist en 1288, date, selon lui, de la chute de Tripoli (survenue en 04/1289). L’infant Pierre d’Aragon (1305-1381), qui connaissait lui aussi la prophétie précédente, affirma, en 1377, dans sa glose de la prophétie Cedrus alta Libani : « Aquesta visio [Cedrus alta Libani] concorda ab la prophecia del abat Joachim, qui diu que la secta maluada dels jnfiels será del tot delida l’an de M.CCCLXXXX per lo leó spanyol ». Il semble donc que notre texte existait en 1377 ; reste à savoir si le changement de date et l’extension de l’action du lion d’Espagne observés chez l’infant Pierre — nous passons de la conversion du Maghreb à l’éradication de l’Islam en général — lui sont imputables ou reflètent l’existence de plusieurs versions de ce court texte.

74 Si le « leo hispanus » de l’oracle précédent est bien Pierre II d’Aragon, alors ce prince « P. Nomine » pourrait être le futur roi de France Philippe IV, qui s’était opposé à ce que l’investiture de l’Aragon soit ôtée à ce souverain ; si le « lion d’Espagne » est Alphonse XI, alors ce prince est Philippe d’Évreux, qui a participé à la reconquête d’Algéciras. Quant à l’origine de cette désignation, remarquons qu’un roi de France désigné, comme dans le Liber de Flore, par l’initiale « P. » apparaît dans une refonte de la prophétie Cedrus alta Libani réalisée après les Vêpres siciliennes et appliquée au roi de France Philippe IV (Robert E. LERNER, The powers of prophecy. The Cedar of Lebanon Vision from the Mongol Onslaught to the Dawn of the Enlightenment, Berkeley/Los Angeles/Londres, 1983, n. 34, p. 54).

85 Écho de Jb. 5.8?

Vision d’Alphonse X et Profecías cerca de la ciudad de Londres

9La version de la légende du blasphème d’Alphonse X et de la malédiction de sa lignée élaborée au milieu du XIVe siècle est conservée, à ma connaissance, dans l’édition du Baladro del sabio Merlín produite à Séville en 1535 et les manuscrits 271 de la Biblioteca de Catalunya (XIVe), 431 et 712 de la Biblioteca Nacional de Madrid (XIVe et XVIe siècle, respectivement), 015 et 016 de la collection Salázar y Castro de l’Escurial (XVIe et XVIIe, 016 étant une copie de 015). On possède aujourd’hui deux exemplaires de l’édition du Baladro de 1535 : les volumes cotés MY222 de la Bibiothèque Nationale de Paris et R3870 de la Biblioteca Nacional de Madrid. MY222 et R3870 ne présentent aucune différence de contenu et n’offrent que des variantes minimes (oublis de lettres, accords fautifs en genre ou en nombre dans l’un des cas). Les Profecies de Merlín cerca de la ciudad de Londres sont conservées dans le Baladro de Séville de 1535 et dans BC 271.

a) Éditions antérieures des versions de la légende du blasphème d’Alphonse X et des Profecías

10Le texte de la légende du blasphème d’Alphonse X contenu dans BNM 431 (fols. 172vo-174) a été éditée par Jerry R. CRADDOCK et Kathryn BARES, « Text and concordance of the ‘Libro de los fueros de Castilla’ », Madison, 1989, et Juan Ruiz de OBREGÓN RETORTILLO, « Alfonso X el emplazado », Revista de bibliotecas, archivos y museos, 36, 1916, p. 420-449.

11Les manuscrits BNM 712 (milieu du XVIe, fols. 467ro-470ro), Salazar y Castro 015 (XVIe, fols. 57ro-61ro) et 016 (XVIIe, fols. 606ro-612ro) contiennent une version de cette légende insérée dans des annales du règne d’Alphonse X, intitulée Relación de las cosas notables acaecidas en tiempo del rey don Alfonso y de su muerte (mss. 016 et BNM 712) ou Cosas acaecidas en los tiempos del rey don Alfonso y de su muerte (ms. 015). Selon Derek William Lomax et Manuel González Jiménez, BNM 712 est une copie littérale de Salazar Y Castro 015 ; Salazar y Castro 016 dérive également de ce dernier manuscrit.

12BNM 712 a été décrit par Benito SÁNCHEZ ALONSO, Fuentes de la historia española e hispano-americana, I, Madrid : Centro de estudios históricos, 1927, n. 1310 et Historia de la historiografía española, I, Madrid : CSIC, 1947, p. 256.

13Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ a édité la version contenue aux folios 57ro-61ro du manuscrit Salazar y Castro 015 (Real Academia de la Historia), dans « Unos anales del reinado de Alfonso X », Boletín de la real Academia de la Historia, 192, 1995, p. 461-491.

14Derek William LOMAX avait édité et collationné les trois versions madrilènes des Cosas notables acaecidas en tiempo del rey Alfonso y de su muerte dans « Una crónica inédita de Silos », Homenaje a fray Justo Pérez de Urbel, I, Silos : Abadía de Silos, 1976, p. 323-337.

15Le texte contenu dans BC 271 (BN Madrid) a été transcrit par Pere BOHIGAS I BALAGUER, ainsi que les prophéties catalanes de Merlin, « Profecies de Merlí i altres profecies contingudes en manuscripts catalans », BBC, VII, Barcelone : IEC, 1928-1932, p. 253-279 ; celui de R 3870 est probablement celui qu’a utilisé Adolfo BONILLA Y SAN MARTÍN dans son édition de Merlín y Demanda del sancto Grial, Libros de caballerías, NBAE, 6, vol. 1, Madrid : Rivadeneyra editores, 1931.

16Je présente une édition comparée des textes contenus dans BC 271, BN Madrid R 3870 et BN Paris MY222. J’ai utilisé le livre parisien comme base de mon édition des prophéties castillanes du Baladro et porté les variantes de BN Madrid R 3870 en note. Une comparaison rapide des différents manuscrits de la légende du blasphème d’Alphonse X me semble indiquer que BC 271 est lié à BNM 431, alors que Séville 1535 est plus proche de Salazar 015 que de BNM 431 et présente une version de plus mauvais qualité que les autres témoins.

  • 4 L’antériorité de [a] par rapport à [b] se manifeste en ce qu’aucune mention n’est faite dans [a] à (...)

17MY222, R3870 et BC 271 ont en commun d’offrir deux versions de la légende du blasphème d’Alphonse X et de les associer aux mêmes prophéties de Merlin. L’agencement des textes n’est toutefois pas le même dans tous les cas. BC271 présente d’abord l’état de la légende, composé au milieu du XIVe siècle [b], puis les prophéties de Merlin à Londres, qui comprennent un état antérieur de la vision d’Alphonse X, plus court que celui que nous venons de mentionner, [a]4. R 3870 et MY222, qui offrent une compilation de prophéties merliniennes beaucoup plus importante que celle recueillie dans BC 271, donnent d’abord le premier état de la légende d’Alphonse [a], puis le deuxième [b], puis des prophéties de Merlin à Maître Antoine et enfin les prophéties de Merlin à Londres que nous trouvons également dans BC 271. Enfin, les vaticinations de R3870 et MY222 sont en castillan et celles de BC271 en catalan.

  • 5 Pour une exposition détaillée de l’élaboration des Profecías du Baladro, se reporter à Isabelle ROU (...)

18L’examen de la compilation prophétique offerte par le Baladro et sa comparaison avec les textes de BC 271 permet de préciser les relations qui existent entre les deux anthologies et d’établir que les Profecías cerca de la ciudad de Londres du Baladro sont le résultat de l’agencement de neuf séries de prophéties, composées entre la fin du XIIIe siècle et la fin du XVe5.

  • 6 De « En la Gran Bretaña, prop de la ciutat de Londres » à « mes certes de sabuderia de mayor de les (...)

19Il apparaît ainsi qu’un noyau primitif des Profecías est composé de la version [a] de la légende du blasphème d’Alphonse X et d’un texte sur Alphonse XI, qui s’achève sur l’annonce d’une victoire sur les musulmans, inspirée des campagnes du Salado et d’Algeciras. Ce noyau serait donc antérieur à la mort du roi, survenue en 1350. Il dessine un mouvement de négation, puis de restauration de l’autorité royale, régi par une conception providentialiste de l’histoire. Ainsi, le roi blasphémateur est privé de son royaume pour ses péchés. Mais, la révolte de Sanche contre son père et son roi bouleverse un ordre immuable et porte atteinte à l’essence de la royauté. Dieu vient alors en aide à celui qui restaure l’autorité royale en Castille et se met à son service par la lutte contre l’Islam. L’introduction à ces prophéties, qui figure dans les témoins catalans et castillans, appartient probablement à cette étape de compilation6. Elle donne en effet des clefs de lecture des vaticinations qui la suivent, pose le contexte spatial et temporel auquel il convient de les référer et affirme l’origine divine de l’inspiration du prophète et, par là, l’orthodoxie de sa pratique et la véracité de ses dires. Le terme de la période embrassée par ces Profecías primitives ne serait donc pas 1377 (lecture de BC271), ni 1467 (lecture du Baladro), mais les années 1340. Il faudra donc admettre que cette introduction a été retouchée.

  • 7 Elle se trouve également indépendamment des Profecías dans BNM 431 et 712 et Salazar y Castro 015 e (...)
  • 8 « Desemparat sera de tots els seus, e mas del seu linatge e alguns creen que faran lo mellor e fara (...)

20L’état [b] de la légende du blasphème d’Alphonse est susceptible d’avoir une existence indépendante des Profecías, ce dont témoigne le fait qu’elle en soit nettement séparée dans BC2717. R3870 et BNP MY222 l’intègrent aux Profecías, juste après la version [a], au prix d’une retouche sur le texte de [a] : une mention des conséquences politiques désastreuses de l’action de Sanche et ses frères qui figure dans BC271 est supprimée et remplacée par une transition rappelant que la fin tragique d’Alphonse est la conséquence d’un châtiment divin8.

  • 9 Sur les lectures apocalyptiques de la guerre civile castillane, se reporter à Isabelle ROUSSEAU, «  (...)

21À l’issue de la guerre civile des années 1354-1369 en Castille, la version [b] de la légende de la malédiction de la lignée d’Alphonse et les prophéties portant sur Pierre Ier, Henri II et Juana Manuel, qui en exposent l’accomplissement, sont ajoutées aux Profecías primitives. L’amplitude de la prophétie consacrée à Alphonse XI est portée jusqu’en 1350 et celle de l’introduction des textes catalans jusqu’en 1377. L’ensemble ainsi constitué offre une justification de l’usurpation de la couronne de Castille par Henri de Trastamare : il apparaît comme un envoyé de Dieu, venu pour mettre un terme à un châtiment divin qui frappait la Castille et dont la dernière et la plus terrible étape était la tyrannie exercée par Pierre Ier. Ce discours politique de justification d’un tyrannicide est doublé d’une lecture apocalyptique de la guerre civile, qui fait de Pierre Ier un précurseur de l’Antéchrist et d’Henri II un personnage messianique9.

22BC 271 ne contient que cette étape de rédaction des Profecías cerca de la ciudad de Londres. Dans le Baladro, ces vaticinations sont interrompues après l’exposé de [b] par des prophéties de Merlin à maître Antoine, qui datent probablement elles aussi du milieu du XIVe. Elles retracent en effet l’histoire de la Castille de ses origines à une prédiction d’anéantissement qui est encore une lecture apocalyptique de la guerre civile de 1354-1369. Elles sont suivies par les textes portant sur Pierre Ier, Henri II et Juana Manuel que nous venons de mentionnner. Le Baladro juxtapose donc deux versions de la guerre civile qui débouchent sur la promesse d’une rédemption de la Castille par un personnage messianique dans lequel il est aisé de reconnaître Henri de Trastamare.

23Dans les années 1430, une nouvelle série de vaticinations portant sur Jean II de Castille furent agrégées aux Profecías, ainsi qu’une brève transition mentionnant le règne d’Henri III. Il s’agit d’une prophétie portant à l’origine sur Alphonse XI, composée entre 1333 et 1350 et à peine réactualisée, puis de textes enregistrant les victoires d’Antequera (1410), la transformation de Grenade en royaume vassal de la Castille (1432) et, peut-être, le décret d’union entre les Églises chrétiennes romaines et grecques (1439). Ces oracles dessinent un programme eschatologique pour Jean II et sa descendance, commençant par l’expulsion des musulmans d’Espagne et s’achevant par l’accession à la monarchie universelle. C’est peut-être à ce moment-là que l’introduction aux Profecías primitives a été retouchée et son amplitude portée jusqu’en 1467, soit, si cette date était donnée suivant l’ère hispanique, 1429.

24Les prophéties du Baladro s’achèvent sur une série de prophéties messianiques concernant un roi-lion d’Espagne, probablement écrites entre 1492 et 1505 et présentant tous les motifs de la propagande messianique qui fut orchestrée autour de Ferdinand le Catholique. Elles aboutissent également à la vision d’une monarchie ibérique présidant aux destinées du monde. C’est probablement au moment où ces textes ont été ajoutés aux ensembles précédents qu’a été rédigée la première introduction aux Profecías ainsi constituées, qui figure dans le Baladro, mais pas dans BC 271, et peut concerner l’ensemble de la compilation.

b) Profecías de Merlín en la ciudad de Londres : des vaticinations d’origine castillane

25Reste maintenant à déteminer les relations existant entre les versions catalane et castillane de la dernière version de la légende du blasphème d’Alphonse X et de la deuxième étape de rédaction des Profecías (introduction, vision [a] d’Alphonse X, textes sur Alphonse XI, Pierre Ier, Henri de Trastamare et Juana Manuel).

  • 10 « E encara lo seu jemech e crit plagara e pervenra al gran toro vermel ».
  • 11 Traduction des chapitres 9 et 10 du Breviloquium, dans ce volume
  • 12 « Un de la sua costella lo mes preat de la neula rabiosa e offegadora apparra sobrell prop de la ay (...)

26Une comparaison des textes recueillis par Séville 1535 d’une part et BC 271 d’autre part, fait tout d’abord apparaître que les originaux de ces textes sont vraisemblablement castillans et non catalans. En effet, un certain nombre de tournures ou d’erreurs de BC 271 deviennent justifiables si on tente de les décrire comme des erreurs de traductions ou bien des tentatives pour cerner le sens d’un mot. Dans le premier cas, citons les exemples des mots pieça, cañaverales, amenaçar, acucia et llegar qui sont rendus par pessa, camyauerals, menassar, agudea et plagar en catalan, alors que pessa n’a pas de valeur temporelle dans cette langue, que les mots mamyauerals, menassar et agudea, directement calqués sur la forme castillane, n’y sont pas attesté (alors que canyers et agudesa le sont) et que « plagar » a le sens de « blesser », tout comme « llagar », verbe avec lequel « llegar » a probablement été confondu. Remarquons d’ailleurs que dans un cas où l’usage du verbe « plagar » rendait la phrase difficilement compréhensible, le texte catalan précise « plagara e pervenra10 ». La présence, dans le texte catalan, de syntagmes associants deux termes complémentaires ou synonymes (« plagara e pervenra », « matar e emportar », « cuyta e treball », « ço es seruo o corso ») ou demandant un choix entre deux termes (« lacuna o bassa », « plegat o nafrat », « almoxana o cambra »), alors que le texte castillan n’offre dans ces cas-là qu’un seul terme précis, me semble d’ailleurs pouvoir être un autre indice des difficultés rencontrées par le traducteur. Ces doublets peuvent être compris comme des tentatives d’approcher le sens d’un mot castillan qui lui échappait. Les solutions qu’il donne à ses problèmes de traduction sont d’ailleurs identiques à celles que le traducteur du Breviloquium en catalan avait adoptées, avec moins de bonheur encore11. Le doublet « ço es seruo o corso » est ainsi intéressant en ce qu’il associe le terme catalan équivalent de « corso » au terme emprunté au castillan. Le premier exemple d’alternative tendrait à prouver que le traducteur ignorait le sens précis de « laguna », puisque « lacuna (=llacuna) » suffisait à le traduire. Le deuxième exemple rend compte de l’ignorance dans laquelle le traducteur se trouvait du sens de « llagado », mal traduit « plegat », puis correctement interprété « nafrat », grâce au contexte. Remarquons par ailleurs que certaines phrases des prophéties de Merlin présentent une syntaxe particulièrement embrouillée, en catalan comme en castillan, au point d’être difficilement compréhensibles, et ce dans des textes dont l’ambiguité syntaxique n’est pas la caractéristique majeure12. Or, c’est précisément à ce type de phrases qu’aboutissait le traducteur du Breviloquium dès lors qu’il se trouvait confronté à une syntaxe latine complexe : l’hypothèse d’un lointain original latin pourrait donc également être avancée.

27Par ailleurs, le texte castillan traduit dans BC 271 n’est pas celui que présente Séville 1535; les différences entre les deux types de témoins sont encore plus sensibles sur les prophéties de Merlin que sur la vision d’Alphonse X. Deux cas de figure sont alors envisageables : soit les différences observées sont toutes imputables à l’opération de traduction, soit il existait déjà, avant la traduction, deux versions légérement différentes des Profecías cerca de la ciudad de Londres.

28Tout d’abord, BC 271 et Séville 1535 ne partagent pas les mêmes erreurs. Il est ainsi probable que la proposition « Y este frayle dixolo luego al infante don Manuel » (texte castillan) résulte d’un saut du même au même, qui n’affecte pas BC 271, où nous lisons : « e aquest frare dix ho en confesio a son prior e lo prior dix ho encontinent a l’infant don Manuell ». Inversement, la lecture fautive « abandonada de tots bens » (BC271) pour « abondada » n’apparaît pas dans Séville 1535, pas plus que « menjara gran ergull » pour « menearan gran orgullo », cette dernière erreur tenant sans doute à ce que « menear » a été lu « meniar ».

29BC 271 présente une vaticination de plus que Séville 1535, dans laquelle le prophète dit évoquer des événements postérieurs à la naissance du futur Jean Ier. N’ayant pas réussi à identifier leur référent, je ne saurai déterminer à quoi tient son abscence dans Séville 1535.

  • 13 Citons « fasta que perecera » / « fins que no apparegua », « enclos o tancat » pour « corrido e apa (...)

30BC 271 et Séville 1535 présentent d’autre part des versions alternatives de certains passages. Ces variantes affectent toutes les unités textuelles, du simple mot13 à la totalité d’un récit. C’est notamment le cas de l’évocation des tentatives d’invasions mérinides de 1332, 1339 et 1340 et de celle des conséquences de l’avènement d’Henri II. BC 271 offre une version plus courte et chronologiquement ordonnée des événements en question : faut-il en déduire que le traducteur a classé les informations qu’il trouvait dans le texte castillan ou que le Baladro présente une version amplifiée du récit des campagnes mérinides et de la guerre civile castillane ? Sur l’ensemble des prophéties de Merlin, le texte de BC 271 me semble de meilleure qualité que celui du Baladro ; il est vrai qu’il est beaucoup plus proche de l’original dans le temps.

31La traduction catalane de ces prophéties a eu lieu après l’élection de Grégoire XI à la papauté (30/12/1370) et avant son décès (27/03/1378). En effet, la prophétie qui précède ces textes dans BC 271 est une application de l’oracle 14 de la deuxième série des Vaticinia à Grégoire XI et ce dernier y est donné comme vivant ; les deux ensembles des textes ont été copiés par la même main, dans une écriture deu XIVe siècle. Si les passages des Profecías concernant le rétablissement de la paix dans la Péninsule ont été composés post eventuum, alors la traduction pourrait être postérieure au traité de paix conclu avec l’Aragon en avril 1375, qui marquait la fin de l’encerclement diplomatique de la Castille.

[Biblioteca de Catalunya, manuscrit 271 : vision d’Alphonse X et prophéties de Merlin, milieu du XIVe siècle]

  • 14 a) BC271 fotes ;  b) comprendre « honrat »? ; 

32[Fol. 147ro] 14UisioA: [D]isapte a XII de abril era de MCCCXXII anys, a ora de tercia, en la ciutat de Cibilia, el Rey don Alfonso hauia oyda missa e entra en la sua cambra a fer oracio a una ymage de sancta Maria, segons que u hauia accostumat de lonch temps. E el stant en la oracio, vench soptosament una gran resplandor de claredat, la qual semblaua resplandor de foch. E en la sobredita resplendor, aparech una cara d’angell molt bella e mantinent que·l rey asso vehe, fo molt spahordit e dix: « Coniur-te de part de nostre senyor Jhesu Crist que·m digues quina cosa est, si est sperit bo o mal ». [Fol. 147vo]

33E l’angel li dix: « No hages temor, car misatge so cert qui vench a tu segons que ara veuras. Tu saps molt be que aytal die com vuy en aquesta ciutat, estant en la tua taula, comensist a dir blastomia, e diguist que si tu fosses stat ab Deu lo pare com forma lo mon e totes les coses qui en ell son, que moltes minues si feren les quals no si foren fetesa, la qual cosa desplac molt a Deu lo pare e·n hac molt gran fellonia. E per aquesta raho, l’alt senyor dona mantinent sentencia contra tu : [que] axi [com] desconeguist ell qui·t feu et crea et dona honrament, que axi[·t] fos desconexent aquel que de tu exira e deuallaria, e que fosses baxat e leuat del honramentb stament que tenies, e que axi acabasses tos dies ». La qual sentencia dada, fou tantost reuelada a un frare agusti qui staua en Molina en sa cella, studiant un sermo que hauia a fer en l’endema, e aquest frare dix ho en confessio a son prior e lo prior dix ho encontinent a l’infant don Manuell son germa. E·l infant don Manuell, axi com aquel qui·l amaua axi com si mateix, vench en VII dies de Molina a aquesta ciutat; requeri·t si hauies dita aytal raho, e tu diguist que la hauies dita e encara que la dehies, d’on rehebe don Manuell gran pesar e afronta·t que·t partises de la dita raho e que·n demanasses a Deu perdo, e tu no u presist res. E per tal que conegues que·l poder de Deu s·prea e no als, la sentencia es complida e acabada contra tu, e passaran totes les que el dara per tots los segles dels setgles semblantment :

[Baladro del sabio Merlín con sus profecías, édition de Séville, 1535]

  • 15 J’utilise ici comme base MY222 (BN Paris), que je corrige parfois à l’aide de R3870 (BN Madrid) et (...)

34[...] 15sabado a hora de tercia, este rey don Alonso estara en la dicha cibdad de los Palos  — que sera despues dicha Sevilla , fijo del sancto no publicado rey don Fernando que ganara esta dicha cibdadB, despues que ouiere oydo missa entrara en su camara a fazer oracion ante una ymagen de sancta Maria, segun que lo aura de costumbre. Y el estando en oracion, venir-le ha a desora un resplandor de muy gran claridad que le parecera de fuego, y en este resplandor, aparecerle ha un angel muy fermoso. E luego que el rey lo viere, sera muy espantado y dezir-le ha : 

35Conjurote de mi Señor Jesu Cristo que me digas que cosa eres: si eres spiritu bueno o malo.

36Y el angel le dira : « No temas, ca mensajero soy de Dios, que vengo a ti ». Y dezir le ha assi : « Mienbra-te muy bien que en tal dia como oy, tu estando en esta dicha cibdad ante muchos, començaste a dezir blasfemando y deziste que si tu estuuieras con Dios padre quando formo el mundo, y todas las otras cosas que en el son, muchas menguas se fizieron que no se fizieran, de la qual cosa peso mucho a Dios padre, e ouo dello muy gran saña. Por esta razon, dio luego sentencia contra ti, que assi como desconociste a el que te crio y te hizo de nada, y te dio honra y señorio, que assi te fuesse desconocido [lac.] ya que fuesses caydo y abaxado de la honra que tienes, y que assi acabassesb tus dias ; la qual sentencia assi dada, fue luego reuelada a un frayle augustinoc que estaua en Molina, estudiando en su celda para un sermon que auia de fazer otro dia. Y este frayle dixolo luego al infante don Manuel y el vino luego muy presto en siete dias a la muy noble cibdad de Seuilla, como aquel que te amaua, y preguntote si dixeras tal razon. Y tu le dexisted que si dixeras, de lo quale ouo don Manuel gran pesar y afrontote que te quitasses dello y que demandasses dello pardon a Dios, y tu no lo preciaste. Y porque conozcas el poderio de Dios, que es muy grande, e quando el pecador se arrepiente, la su sentencia es verdadera y cumplida y acabada y no se puede contradezir, assi como es agora a ti y sera lo que dixere o fiziere in secula seculorum. Amen ».

 

  • 16 a) molts BC271 ; 

37 « 16Per so com tu donest la tua malediccio a don Sanxo ton fill per la desonor e deseredament que·t feuC, sapies per çert que l’alt Senyor la ha confermada e atorgada a ells e a tots los qui de ell deuallaran, con [Fol. 148ro] mes hira mes, e aço mateix a tot lo seu senyoriu, en manera que temps vendra que aquells que en ell seran volran molta que s’obris la terra e que·ls deglutis en si, lo qual durara fins en la IIIIa generacio [qu]e deuallara de ton fill Sanxo. Car d’aqui auant no hi aura del arbre de la sua linea que haja beneficii en aquesta senyoria, e sera la gent en molt gran cuyta e en molt gran treball, en guisa que no·s sabra aconsellar ne·s sabra quals carreres prenga, la qual cosa rehebran per los teus peccats e semblantment mes complidament per la errada e peccat que ton fill e los altres del regne feren contra tu. E en aso l’alt senyor eniuar-los ha de part de Orient saluacio del noble rey e senyor ydoneu, e acabat, e fundat en justicia e en totes bondats e noblees que a rey pertangen, e sera nobla a çi e al poble, en tal manera que tots los vius qui son e qui seran e los ossos dels finats que jaen en los ceminteris loaran Deu per la sua venguda e per la sua bondat. E treballara molt per complir lo fallit, e per aço a complir sera molt acorregut del alt Senyor, car ell ho merexera molt. En tal manera sera que los seus pobles oblidaran tots los seus treballs passats, jatsesia que plagaran ans de asso a gran minnua. Axi mateix, sapies per sert que per la oracio que fasist continuament a la gloriosa mare de Deu apres que haguist XVII anys entro al die de vuy, prega molt affectuosament al alt senyor son fill per tu que·t tragues de la vida envergonyada e treballosa en que vius. E l’alt senyor per prechs de la gloriosa mare [Fol. 148vo] sua, te per bo que de vuy fins en XXX dies complits, partesqua la tua anima del teu cors e se’n vaga a purgatori, hon es bona speransa, e apres, com l’alt senyor tendra per be, ira a la gloria perdurable, per la qual nuncha haura fi ».

38E aquestes paraules dites, parti·s d’aqui l’angel e no parla pus. E lo rey romas una gran pessa espaordit, e leua·s d’alli hon staua a gran cuyta, e obri la porta de la almoxana o cambra e troba fora de la cambra sos IIII capellans — los quals continuament eren ab ell e james no·l desemparauen, e hauia gran consolacio ab ells en sos treballs e en recitar ses errors — , e feu-los pendre tinta e paper, e feu-los scriure tantost totes les sobre dites coses, segons que l’angell ho hauia dit. E en tots los XXX dies, cascuna setmana confessaua e combregaua de III en III dies, exceptats los dimenges. No menja en tots los XXX dies per cascun die sino III bocins de pa e no beuia en cascun die sino una veu d’aygua. E conforma sos testaments e feu sos marmessos. E al terme dels XXX jorns complits, isque de aquest mon segons que l’angel li dix e u sabe per prechs de la gloriosa1.

 

  • 17 a) pertenesce BSM ;  b) santa BSM  ;  c) enuergoçada R3870  ; 

39« 17Otrosi, sepas que la maldicion que tu diste a don Sancho tu hijo por la desonrra y desconocimiento que contra ti hizo, sepas que el alto Señor que te ha otorgado a el y a todos los que decendiran del que sean echados y abaxados del su señorio, en guisa que a tiempo verna que los que con el fueren querran mucho que se abriesse la tierra y los acogiesse en si, lo qual durara fasta la quarta generacion que descendira de tu fijo don Sancho. Y dende adelante no aura del arbol derecho de la su liña quien aya el beneficio del señorio y sera la gente del en gran quexa, en guisa que no se sabran aconsejar, ni que honra tomar, lo qual recebiran por tu peccado ; otrosi, mas conplidamente por el yerro y pecado que tu hijo y los del reyno hizieron contra ti. E aquesto passado, Dios embiarales saluacion de parte de Oriente, muy noble rey ydoneo, acabado, fundado en justicia, en todos los bienes y bondades y noblezas que a rey pertenecena. Y sera noble a si y al pueblo y a los huessos de los romanos que yazen en los cimenterios ; rogaran a Dios por la su vida e por la su buena ventura. Y el trabajara mucho por cumplir lo menguado, y para esto cumplir sera acorrido y amado del alto señor, ca el lo merecera mucho. En tal guisa sera, que los sus pueblos oluidaran los trabajos passados, como quier que llegaran ante desto a muy gran mengua. Otrosi, sepas por cierto que por la oracion que tu feziste continuadamente a la Virgen gloriosa bienauenturada, sanctab Maria, madre de Dios desde que ouiste XVII años fasta oy, ella rogo muy afincadamente al alto Señor su hijo por ti que te tirasse la vida enuergonçadac e trabajosa en que biuias. Y el alto Señor, por ruego de la siempre Virgen, tiene por bien que de oy en XXX dias cumplidos, parta la tu alma del cuerpo, que vaya al purgatorio que es buena esperança. Y despues, quando el Señor ouiere por bien, yra a la gloria perdurable, en la qual no aura fin ».

  • 18 a) escrivir BSM; 

4018Estas palabras dichas, partir-se ha dende el angel, y no le dira mas. Y el quedara dende espantado gran pieça, e yr-se ha dende muy apriessa, y abrira la puerta de la camara y hallara fuera los quatro capellanes suyos, que el nunca los desampara, y aura gran parte con ellos con todos sus trabajos ; y rezara sus horas ; y mandarles ha tomar tinta y papel y hazer-les ha escreuira todo lo suso dicho. Y en todos los dias de la semana se confessara y comulgara de tercer en tercer dia ; en los domingos, no comera mas de tres bocados ; cada un dia, no beuera mas de una vez de agua ; y fara su testamento y cabeçaleros. Y el plazo de los XXX dias cumplidos, saldra deste mundo segun que el angel le dixo.

De Merli

  • 19 a) yure BC271  ;  b) BC271 senyores  ;  c) comprendre « abundada » ou « abandonat », rapporté à Alp (...)

4119[E]n la gran Bretanya, prop de la ciutat de Londres, en una forest, lauant-me les mans e la cara en una font que nexia ves Orient, pensant en qual manera per sabeduria de mon parea e per atorgament del alt poderos que·l enderrocha del cel fins al pus jussa abis d’infern, hauia trobats en alguns fets d’ells que eren per venir en algunes partides del mon, e assenyaladament en Spanya la grassa, entro la era de MCCCLXXVII anysD [Fol. 149ro] de la incarnacio de Jhesu Crist.

42E menbrant-me atersadament com era molt noble terra e nobles regnes aquesta Spanya en la partida pus abondosa, comense·m a pensar e a cogitar de saber algunes coses de aquelles que en ella hauien esdeuenir. E d’aqui auant, confiant-me mes ab lo Senyor poderos e sabedor de tot so que fo e sera mes que altre, que ab lo serp e catiu e desfeyt per a tots temps2, hauent del per sa merçe lo pus çert, los que en lo temps foren nats e vius hauran per sert les paraules de la mia bocha, mes certes de sabuderia de mayor de les coses que son e seran que de algun altreE.

43A « Con en esguart de tota Espanya — que es la mellor partida e noblea e flor de tot l’als — , un noble rey sabedor en moltes coses, fill del sant no publicat — mes en la vida e en sos fets tant e mes com aquell, lo qual mes e mellor canonitzat sera dels senyorsb tots e auius — , per sos peccats sera enclos e tancat e apartat en la nobla ciutat dels pals, assignada e fundada sobre aygua, e abandonadac de tots bens, e poblada de la gran RomaB. E sera destronegut e cruelment apartat e despoderat e robat de la sua forma e costellad e carn de la sua carn. E los seus brams e crits sonaran per forma de pinturae o fama dolorosa, axi com de leho plegat o nafrat, en les carreres dels bretans, e en les carreres dels franchs e dels pagans, e·n les carreres veynables e a ell entorn stans. E encara lo seu jemech e crit plagara e peruenra al gran toro vermel, lo qual molt en aquell temps sera apoderat per la fe catholica, e no li acorreran ne tornara a ell negun, sino un — lo qual no sera de la sua fe — , que a ell se ajustara, e no li tendra prou lo seu ajustament :  axi morra en gran cuyta. Desemparat [Fol. 149vo] sera de tots los seus, e mes del seu linatge e alguns creen que faran lo mellor e faran lo piyor, e mayorment aquells qui mes lo deurian tembra[r] e honrar, per lo qual la noblea e lo gran poder e bona fama del comanador mayor d’Espanya vendra a punt de perdre·s de un en altreF ».

 

  • 20 a) desvarrado BSM  ;  b) fuesen BSM  ; 

4420En la Gran Bretaña, cerca de la cibdad de Londres, estando lauando mis manos y mi cara en una fuente que estaua de cara Oriente, pensando como por la gran sabiduria de mi padre y por el otorgamiento del alto Señor que lo derribo del cielo al profundo del abismo, yo auia fablado algunas cosas de las que auian de venir en algunas partes del mundo — señaladamente en España fasta la era de mill y quatrocientos y sessenta y siete años de la encarnacion de nuestro señor Jesu Christo — , e menbrandome apartadamente de como era buena tierra y nobles reynos esta España y partida mas abondosa, comence a pensar y auer cuydado sobre algunas cosas que en ella auian de venir. E por ende, reueyendo-me en el alto Señor y poderoso de todo lo que fue ay, es y ha de ser, mas que otro alguno no podria hazer, mas quel sieruo dessarradoa por siempre catiuo, ca yo alcance del Señor por su merced lo mas cierto : e los que en aquel tiempo fuerenb nascidos y biuos auran por ciertas las palabras de mi boca, por gran sabiduria del mayor Señor de todas las que me dio mas que a otro alguno.

  • 21 a) blasphemia BSM  ;  b) la cabeça-tornara por el om. BSM  ; 

4521« Como en medio de España, es el mayor corporal y mejor reino y nobleza de todo lo otro, un noble rey sabidor en muchas cosas, fijo del sancto no publicado — mas en su vida y en sus fechos lo redemira al su engendrador — como sera abaxado por sus pecados y sera corrido y apartado en la cibdad de los palos, assentada sobre las aguas, la qual fue poblada del gran Romano, abondada de todos los bienes y sera desconocido y cruelmente apartado y desamparado y robado de su forma y costilla y carne de su carne. E sus bramidos sonaran por forma de premiaa; su fama sonara dolorosa como de leon llagado en las tierras de los francos y de los paganos y en las tierras llegadas al derredor de sus reynos. E su gemido llegara a la oreja del gran toro bermejo, que en este tiempo sera muy apoderado en la fe catolica y e no le acorrera, ni tornara por el la cabeça, sino uno de la no su fe tornara por elb y le terna fe. Pero, alli morra en gran cuyta desamparado de todos los suyos, y mas del que lo mas deuia temer y honrar, ca esto le auino por su pecado y porque quiso reprehender el su alto criador que lo fizo y lo crio ».

46[Dans le Baladro, sont ici insérées la vision d’Alphonse X et la malédiction sur sa descendance, de: « Por lo qual, sabado a hora de tercia este rey don Alonso estara en la dicha cibdad de los palos que sera despues dicha Seuilla » à « saldra deste mundo segun que el angel le dixo ».]

 

  • 22 a) BC271 publicant  ;  b) je suis tentée de corriger en « acompanyat », rattaché à « lo gran jauall (...)

4722En lo quart grau del enclos o tencat, vendra lo gran [leo] ab forsa de gran coratge — sino de la sua nexensa — e tolra e volra tolra e leuar auant la noblea de la sua rayl ab agudea de coratge. La leona parda paridera com a truga comensara a esser rayl de auorriment als publicans, mas les sues grans bausies lo y faran soffrir, car resemblara al sant no publicata en alguns de sos fets. Temut, e loat, e preat sera d’aquells qui oyran la sua nomenada ; molts la comensaran veure ab pler de sos feyts. Nobla sera la sua vista. Ab grau molt auorrible se gouernaran ses gents, molt honrades e apreades seran en les terres per les quals iran ; gran altea mantendranG. Conqueridor sera dels grans porchs jauallins e·n lo seu temps, saluara lo gran jaualli capdell de la sua gent e apparera en la gran lacuna per forsa del gran jaualli. L’alt senyor li consintra per son crebant que passara sobre maderes la gran lacuna acompanyadab de molts porchs. Sens compta sera la sua nomenada, gran roydo e crebant ab diuerses fregadures faran en les camyaueralsc. Un de la sua costella — lo mes preat — de la neula rabiosa e offegadora apparra sobr·ell prop de la aygua. El coratge rabios lo girara sobr·ell. Lo gran jaualli ab rabia menassara a tot crestianissima. E apres d’aço, recordara lo gran leo ab gran roydo d’ell. Ell ira acompanyat de companya de tres corones — la una ab ell, car molt sera ajustat a ell per moltes maneres trauades. [Fol. 150ro] Cercador o cassador sera dels mons Piraneus. Prop la penya del venado — so es seruo o corsod  —, lo qual corra mes que lebra ni cauall, atrobara lo gran jaualli acompanyat de molt porchs, e fer ha cremar les tendes. Malament lo·n foragitara, enboltar-lo ha en la sanch dels seus porchs ; molts sens compta romandran desbaratats. La fortalea del gran leo crexera [e] la nomenada del seu treball ; moltes seran les despulles, molt honrada sera en les majors partides del mon. Tota la sua gent menjarae gran ergull e gran abundament de superbia, car les gens cuydaran hauer de tot en tot pau e asseseguament de folgansa e abondament de tots bensH. E·n lo millor fallira, car d’altrament no pora esser per so que·s complesquen les coses sobre dites. La sua durada sera fins al compta de millar CCCXLIX anys de la incarnacio de Ihesu Crist, que·l matara e·ll se’n portara mort rabiosa prop de la pena alta de la gran lacuna o bassaI.

 

  • 23 a) al BNP MY222, el BSM  ;  b) signo BSM  ;  c) loua BSM  ;  d) E el :  e a el BNPMY222, ca el BSM (...)

4823Verna ela gran leon en el tercero grado deste rey corrido e con fuerça del coraçon del gran signeb [sic] de su nasciencia y leuara y querra leuar la nobleza de su rayz, con la accucia de la leonac parda paridera como puerca. Ay començara la su rayz de aborrescimiento a los pueblos ; sus grandes ge lo faran fazer. E eld remediara al sancto no publicado en algunos de sus fechos ; temido y loado y preciado sera de los que lo vieren y oyeren. E la su gran nobleza, muchos la cobdiciaran ver con plazer de sus fechos. Noble sera la su vista, sin yra aborrescedera de sus gentes ; muy preciadas y honrradas se gouernaran en todas las tierras a do fuere. Gran man terna. Muy gran conqueridor sera de los puercos jabalines.

  • 24 a) fastal os BNP MY222, fasta los BSM  ;  b) christianismo BSM  ; 

4924Despues desto, en aquel tiempo se leuantara el muy gran jabali caudillo de muchas gentes y passara la muy grande laguna sobre madera. Acompañado verna de muchos. Enseñado sera en saber en muchas noblezas. El muy alto Señor le consentira passar por su quebranto, e fara sus enforçaduras fasta losa cañaberales y el uno de la su costilla, el mas preciado, niebla rauiosa lo arrebatara con rabia. Amenazadora sera por el gran jabali ; con rabia todo el christianissimob quebrantado sera tres vezes ante del su mouimiento, que a los figados le calara. Y en muy poco terna los reyes de[l] leon, el qual sera mouido y quebrantado con los sus puercos. Y el su gran orgullo sera batido por siempre y embadurnados en sangre de sus cuerpos.

  • 25 a) quemarlos BSM  ;  b) nonbrado BSM  ; 

5025El gran leon saldra a el ayrado y yra acompañado de gente de tres coronas con la suya, ca muchas gentes seran llegados a el por muchas maneras. E hallar lo ha cerca de la peña del venado que corre mas que liebre ni que cauallo, e fallara el jabali acompañado de muchos puercos y correr-lo ha y quemar-loa ha las algarradas. E muy terriblemente los sacudira y enbardunar-le ha en mucha sangre de sus puercos, muchos dellos sin cuento. E quedaran muy destruydos y desamparados y raydos de su lana; y la fortaleza del gran leon crecera e la gran nonbradia de su trabajo ; muchos seran los despojos ; nombradob sera en las partes del mundo. Todas sus gentes menearan gran orgullo con muy gran abondamiento de soberuia con esfuerço, e quando las gentes cuydaren venir en paz y en sosiego [y] abondamiento de folgura, fallecer-les ha lo mejor, ca de otra guisa no se podra fazer ni cumplira mi dicho. E durara este fasta el cuento de mil y trezientos y quarenta y nueue años, que lo atrapara muerte rauiosa al pie de la peña alta de la muy gran laguna pauorosa.

 

  • 26 a) Comprendre « a manera de »  ;  b) « apostatara » :  sous toutes réserves  ;  c) BC271 « espany » (...)

5126Lo complidor del sobreditJ sera lo quint pulli luxurios ase de maldat3, complit de tota crueltat ; los seus vuyls, lo seu coratge, e les sues entramenes seran abundades de luxuria. Tota sa terra com a enemiga robara, e reguarla ha ab sanch de molts. La sua lengua semblant amenaraa de serp enuerinada. La agudea del seu coratge sera aytal com d’espines veres enuerinades, trauersadores de tot coratge, que en aquel temps sera ab veri mortal sompni espantos. Sens compte seran sos fets auorribles als que u hoyran e mes als que u veuran. Destroidor sera de les raylls de la sua noblea ab fets cruels, los quals ans de nos nunqua foren, ne fins aquell temps hauran estat. Lo cabro luxurios lo apostatarab al comensament; ab molta de maluestat penedir-se volra e no pora. [Fol. 150vo] Fallira en lo millor; honrada sera la sua sepultura. De molta d’ombra d’espantc acordat sera en la nobla terra. Moltes ligades seran desligades e deshonrades. E aço durara del temps de MCCCLIII anys de la incarnacio de Ihesu Crist fins al XII any a auantK, que·s lauara en aquel compta un pulli leo pareros e adormit ab grans plagues. Lo seu agullo sera lo gran caualler religios, molt sforsat e saui en tot be, e ferl[o] a volar sobre les portes medianes. Lo seu volament no fara ombra negra mas clara com a crestall, car fill sera dels clars cristals, lo menor de raho mes clar que·l mayor. Lo cristall ab crueltat sera abatut stranyament del pulli ase de maldat. Lo polly leo ab l’esfors del croat e agudea del gran caualler religios, ab açot fort cruell compost e ligat ab fills de justicia e de veritat, castigara e foragitara fortment al polly ase de maluestat fins que no apparegua. Gitarlo ha de la sua coua, ras de la sua lana ; marauellat sera si·ls romandra cola ni orellas. Ajudes merauellosas haura lo polly leo — no·s sabra d’on — , per que ira crexent la sua lana fins a la cima. Corona preciosa haura mes que negund dels altres passats. Soterrara e dessoterara los morts4. Ab regiment abundos de la sua noblea, reuerdeyera e florira los camps e arbres que l’ase de maldat ab lo seu bram verinos seguats e scorxats haura. Los que·le hauran seruit ab franch cor e ab clar e ab nobla justicia seran abundats de tots bens ; folgançaf sens temor auran. Per la pietat e noblea d’ell, molts deseretats ab pahor rabiosa tornaran sens temor al seu repos. Les tres corones se abrasaran ab ell ab assaguament e jermandat durabla, en tal manera que trencharan les claus dels grans [Fol. 151ro] porchs jauallins ; e dels n’i haura que seran foragitats per a tots temps, e dels n’i haura que arrancaran moltes de les sedes royes de les sues semines, e les li enuyaran ab molt gran humilitat enbolcades en molt gran pahor. Mercurii e Jupiter e Mars renouellaran les sues hostes contra los infellsL.

 

  • 27 a) atrauessaderas BS  ; b) fin BSM, c) aborrescibles BSM ; d) de espanto BSM ; 

5227El complidor de lo dicho sera el quatro pollino, asno de maldad, complido de toda crueldad, sus ojos y su coraçon y sus entrañas abondados de toda luxuria. Toda su tierra robara con enemiga ; regar-la ha con sangre de muchas gentes. Su lengua sera semejante de sierpe enponçoñada, abundança de su coraçon sera con espinas veras enponçoñadas, atrauesaderasa de todo coraçon, que la su vida sera en este tiempo con venino mortal espantoso. Sinb cuenta seran sus fechos aborreciblesc a todos quantos lo oyran y mucho mas a los que lo vieren. Destruydor sera de las tres setas, comparado a los malos crueles quales ante de nos nunca fueron fasta este tiempo. El cabron luxurioso lo emporna al escomienço de toda luxuria y maldad. Arrepentirse querra y no podra. Fallecer-le ha en lo mejor y honrrada sera la su sepultura. Muchedumbre despantod sera en la noble tierra, e mucho con miedo y con gran necessidad atenderan el cuchillo del rabi cruel ; e muchas mugeres ahontadas seran y desonrradas y gran mal ; e sus abogados viuiran cabe el penados. Y esto durara desde el tiempo de la hera de mil y trezientos y setenta y ocho años de la encarnacion de nuestro señor Jesu Christo fasta el onzeno año.

  • 28 a) vera BSM ; b) y add. BSM ; c) encerraimento R3870 ; d) parecera BSM ; e) al BSM ; f) vuo BNPMY22 (...)

5328Un pollino leon se leuantara en este tiempo, perezoso, adormido y con grandes llagas. Su aguijon sera el muy gran cauallero cruzado, buen religioso y muy esforçado y sabidor en todo bien y muy virtuoso en todas las cosas y fazer-le ha bolar sobre todas las partidas de España. E su buelo no fara sombra negra, mas clara como cristal y fijo seraa de los cristales. Y el menor de razon y mas claro que el mayor cristal bsin maldad sera abondado de lana. Y encerraimientoc que muy estremadamente el pollino asno de gran maldad. Y el pollino leon, con gran esfuerço del noble cauallero cruzado y acucia del noble cauallero religioso, con açote cruel açotado con filos de seda, justicia de verdad castigara y sacudira el asno de gran maldad pollino fasta que perecerad. Y echarlo ha de sus cueuas y del su pueblo raydo de su lana. E marauillosa cosa sera si le quedara rabo ni orejas. Y grandes ayudas y marauillosas aura ele pollino leon y no sabra porque yra creciendo la su lana fasta la cima. Corona muy preciosa aura mas que los otros pasados, e rogaran los muertos por su vida, que Dios ge la prospere con muy gran razon abondosa de nobleza. Y verdeceran todos los arboles y los campos, que muy gran marauilla sera a los que lo vieren, los quales el asno de gran maldad y lleno de toda roña con su solo bramido uvof sacado y descortezado y del todo dañado y perdido como malo y pessimo y sin ninguna virtud ni bondad. E todos los que lealmente lo seruiran con franco y limpio coraçon y nobleza pura de justicia, estos seran muy abondados y cumplidos de todos bienes y folgaran y reposaran sin miedo ninguno, e Dios los acrecentara en todo y los amara e nunca los desampara y a sus cuytas y necessidades los acorrera. Por suyo sienpre log ternan y por la piedad y nobleza del pollino leon, muchos desechados que andaran corridos y de todo desanparados por la crueza deste asno lleno de gran mal, ayna tornaran sin miedo a su desechadura y seran assentados y con muy grande honrra puestos en su desechadura. Las tres coronas loh abraçaran con gran amor en uno, con el gran assosiego y hermandad durable que nunca le fallecera y en tal manera sera este abraçamiento destas tres coronas que quebrantarani los colmillos de los grandes puercos jaualines que malinamente le trataran, pensando de le dañar ; y dellos auran que seran sacados para siempre :  que nunca ay tornaran ; esto por su gran crueza e dureza que ternan en ellos. Y muchos dellos ay aura que arrancaran las sedas rubias de sus espinazos y que los embiaran con gran humildad, embueltos con muy gran miedo, pensando de ser mas dañados de los que las sedas rancaran y con este temor y miedo yran, mas tarde tornaran. E Mercurio y Cercites y Jupiter renouaran las sus fazes y fuercasj cobraran y mal procuraran contra los no merecientes.

 

  • 29 a) undat BC271 ; b) corriger en MCCCLV? ; c) plazera BSM, plazeran BC271, MY222 ; 

5429En les sprees de Occident, una onza de la alaM nexera del mudata enbolt e de la desereda[da] onza, per miracle e linea dreta de justicia e folgansa, e regnera en pau ab lo polli leo. Per ella no perdra son prou, ans cobrara ; la nomenada d’el trespasara les Alpes — so es les muntanyes de Lombardia —e los munts Pireneus. Albana[non leg.] copdiciara son exalsament ; no·s tindra per piyor qui l’haura per senyor. E los antichs renouaran les sues maxellas. Plaer sera als jouençels hoir les sues paraules dels fets passats. Lo seu nom durara per tots temps. Los seus viuran per tots temps. Temprat sera en tots sos fets car haura marauellos enteniment, e viura X anys mes que negun altra dels passats5, e son linatge dels temps a ensa de la incarnacio de Ihesu Crist MCLVb anys.

55E deuant sobrevindra la enclosa en la coua dels cunils del linatge dels franchs ; gemegan e udulan ab doloroses lagremes e ab citola e ab tamboret ronc faura — so doloros per lo passat, en tal manera que trespasara les asprees, que sonara son so fins al cap de la gran Alamanya. Puyara per exir defora dintre tots los cruels ; mala seria la sua exida. Mas la esgleya la retendra per matrimoni molt profitos que la cascara. [Fol. 151vo] Grans bens e profits merauelloses s’esdevendran per ell a tot crestianissima. Molt mes s’estendra la fe catholica. Los que vius e nats seran en aquell temps, estaran ‘axi com a homens leuats de sompni6’ per les grans marauelles que veuran, e diran : ‘que es asso, que es allo?’ Per lonch temps sera gran lo seu assesaguament en so que Deu esdeuenir, tant que les coses lexades en les carreres no·s perdran ; ans les cobraran lurs senyors.

56En las estrechuras de España, de las partes de Oriente, una honça del ala nascera del mudado enbuelto della. E de la desechada onça, por gran milagro y liña muy derecha de justicia y con grande sossiego y folgura reynara, ca el leon pollino no perdera por ella su prez, ante la cobrara. E la no cobrada della traspasara los montes Pirineos y las alturas alabaran y codiciaran su aduenimiento.Y aun no se terna por peor el que por señor los aura. Los antiguos renouaran sus mexillas y plazerac a los mancebillos oyr sus palabras de los fechos passados. Su nombre durara por siempre ; cumplido sera en todos sus fechos, ca aura marauilloso entendimiento. Biuira diez años mas que ninguno de los passados. Quedara su linaje desde el tiempo de la encarnacion de nuestro señor Jesu Christo de mill y trezientos y cincuenta y cinco años .

 

571 Nous avons ici l’avant-dernier état de la légende du blasphème d’Alphonse X et de la malédiction de sa lignée, datant du milieu du XIVe siècle. Vraisemblablement née dans les dernières années de règne du « roi sage » et n’ayant connu qu’une circulation orale, la première version du blasphème et de la punition d’Alphonse X mettait en scène un roi puni par Dieu pour son excessive confiance en la science et en la raison humaine. Elle condensait donc probablement l’opinion que nombre de ses contemporains avaient pu avoir d’Alphonse, offrait une légitimation supplémentaire à la rebellion de son fils Sanche et une justification à la longue période de troubles qui caractérisa la fin de son règne. Le premier état écrit de la légende est rapporté par Pierre de Barcelos, en 1344, dans sa Chronique d’Espagne et s’intègre à un discours hostile à la dynastie régnant en Castille. Le comte ajoute au récit primitif une prophétie faite à la mère d’Alphonse X selon laquelle son fils serait déshérité « à cause d’une parole d’orgueil », ce péché d’orgueil alourdissant donc la faute du roi. Comme dans la première version de la légende, Alphonse blasphème et se trouve privé du royaume. Ce blasphème et son châtiment ajoutaient ici une forme d’illégitimité spirituelle à une dynastie que Barcelos considérait comme doublement usurpatrice, en s’appuyant sur des arguments en faveur des La Cerda forgés en France. Ainsi, l’héritière d’Alphonse VIII n’aurait pas été la mère de Ferdinand III, mais celle de saint Louis. Les revendications françaises à l’héritage castillan n’auraient cessé qu’avec l’une des clauses du contrat de mariage de Ferdinand de la Cerda avec l’une des filles de saint Louis, stipulant que les enfants nés de cette union devaient régner en Castille, qu’Alphonse X eût ou non d’autres enfants. Cette version de la légende est donc dirigée à la fois contre Alphonse X, Sanche et sa descendance. Jean Manuel, dans le Livre des armes, ajouta au blasphème d’Alphonse et à son châtiment divin une sorte d’illégitimité spirituelle : Alphonse, contrairement à son frère Manuel n’aurait pas reçu la bénédiction parentale. L’avant-dernier état de la légende, dont nous avons ici un témoin, attribue une faute bien plus grave à Sanche IV qu’à son père. Le roi offense certes Dieu et perd le royaume, mais obtient un temps de répit avant sa mort pour réparer son offense par la prière et l’ascèse. Il obtient en outre que la malédiction dont il avait frappé son fils (et qui intervint de fait en octobre et novembre 1282), soit suivie d’effet : les descendants de Sanche et les Castillans, rebelles à leur seigneur naturel, connaîtront les pires tribulations jusqu’à l’arrivée d’un personnage messianique qui mettra un terme à leurs souffrances et restaurera la droite monarchie. Ce sauveur est bien entendu Henri II et cet état du texte est l’un des instruments forgés pour affirmer la légitimité du nouveau souverain de Castille.

582 Apc 20.1-3. C’est Geoffroy de Monmouth dans son Historia regum Britonum (vers 1135-1138) qui compléta les aspects du personnage de Merlin livrés par Gildas, Bède et l’Historia Britonum d’une part et des traditions gauloises d’autre part, entre autres en affirmant que ce personnage aurait été conçu par un démon incube. Une allusion à l’origine semi-diabolique de Merlin se trouve dans une prophétie sur l’Antéchrist et le Jugement Dernier copiée dans le manuscrit 336 de Carpentras, fol. 131vo.

593 Cette désignation de Pierre Ier comme « âne de la méchanceté » est probablement inspirée des prophéties de Merlin de Geoffroy de Monmouth, qui figurent d’ailleurs dans la Demanda del sancto Grial (chap. 52) et prévoyaient l’apparition d’un roi anglais du même nom parmi les successeurs d’Henri Ier. L’oracle concernant « l’âne de la méchanceté » se trouve chapitre 115, § 29 de la prophétie de Monmouth (p. 164 dans la traduction de Laurence MATHEY-MAILLE, Histoire des rois de Bretagne : traduction française de l’Historia regum Britonum de Geoffroy de Monmouth (1135), Paris :  Les Belles Lettres, 1993).

604 Formulation curieuse de la résurrection des morts aux temps derniers, annoncée en Apc. 20.4 et qui marque ici comme ailleurs l’entrée en scène d’un élu de Dieu à la fin des temps (voir, dans le Liber de Oneribus Orbis, le chapitre sur le réparateur franciscain, dans ce volume).

615 La valeur du chiffre 10 est ici symbolique : « composé de sept (création) et de trois (Trinité), il évoque toute perfection, « la plénitude de sagesse », la suprême béatitude ; en un sens, il est donc au-delà de tous les autres nombres, contenant en lui toutes leurs vertus réunies » (Henri DE LUBAC, Exégèse médiévale, 4, Paris, Éditions du Cerf, p.17). Ces 10 ans supplémentaires de vie accordés à Henri II sont une preuve de plus de son élection par Dieu.

626 Za 4.1

Vision d’Alphonse X et prophéties de Merlin : notes historiques

  • 30 Les différentes versions de la légende du blasphème d’Alphonse ont été étudiées par Leonardo FUNES, (...)

63A) et A’) On a ici l’état trastamare de la légende du blasphème et de la malédiction d’Alphonse X. Suite à ses propos blasphématoires, Alphonse X est châtié par Dieu : il est condamné à perdre le royaume; cette sentence est étendue à ses descendants, non à cause de sa propre faute, mais comme punition de la rébellion de ses vassaux et de son fils Sanche : « la qual cosa rehebran per los teus peccats e semblantment mes complidament per la errada e peccat que ton fill e los altres del regne feren contra tu ». La première apparition de cette version de la légende se trouve dans une chronique rédigée dans le monastère de Silos et la figure du sauveur venu d’Orient pour racheter la lignée maudite apparaît pour la première fois dans la chronique de l’évêque de Bayonne Eugui (vers 1390), qui dit tirer cette information de sources malheureusement non identifiées. Ce sauveur est bien entendu Henri de Trastamare, qui est en effet venu d’Orient (de France et d’Aragon) lors des deux campagnes qui l’ont conduit à s’emparer du trône de Castille et qui avait bien besoin de ce genre d’investiture divine pour légitimer son usurpation30. « E d’aqui auant no hi aura del arbre de la sua linea que haja beneficii en aquesta senyoria » : Pierre Ier (1350-1369) était l’arrière-petit-fils de Sanche IV, par descendance masculine et légitime. L’intronisation d’Henri de Trastamare, frère bâtard de Pierre Ier, marqua donc bien l’extinction de la lignée légitime issue de Sanche (« arbol derecho de la su liña », dans le texte castillan).

64La vision d’Alphonse X est située à Séville et datée, curieusement, du 12 avril 1284 (1322 selon l’ère hispanique) dans le texte catalan : en avril 1282, l’infant Sanche réunissait autour de lui à Valladolid la plus grande partie de la haute noblesse, des évêques et des représentants des ciudades et villas du royaume, qui lui confièrent le gouvernement du royaume. Alphonse X se trouvait donc dépossédé de son autorité, même si Sanche refusa de prendre le titre de roi — « fosses baxat e leuat del honrament stament que tenies ». Seules Séville, où se réfugia Alphonse X, Murcie et Badajoz demeurèrent fidèle au souverain. Les coalisés (villes, noblesse et clergé) reprochaient à Alphonse la situation financière catastrophique du royaume, due à ses entreprises démesurées (guerres contre les Musulmans et prétentions à l’Empire), sa politique législative et économique (extension du fuero real, fixation des prix et des salaires, dévaluations de la monnaie, augmentation des contributions), sa générosité jugée excessive envers des « étrangers », ses attaques au statut politique de l’oligarchie nobiliaire par sa tentative de renforcement du pouvoir royal et les projets de démembrement du royaume qu’il avait conçus avec Philippe III suite à la révolte de Sanche. La résistance d’Alphonse X déboucha sur une guerre civile, pendant laquelle Sanche rechercha et obtint, à de rares exceptions près, l’appui des villes et de la noblesse. Les négociations entreprises en 1283, alors qu’un retournement de situation semblait s’ébaucher, ne purent aboutir, car Alphonse X mourut le 04/04/1284, à Séville.

65Le texte catalan me paraît être une traduction d’un texte très proche de celui qui est conservé dans une copie du XIVe siècle du Libro de los fueros de Castilla (BNM 431, fol. 171vo). Ce témoin donne la date du 02/04/1282 à la vision d’Alphonse ; la date donnée par le manuscrit 271 est donc une erreur apparue lors de la transmission de cette version de la légende.

66Le rôle prêté à l’infant Manuel est intéressant en ce qu’il constitue une justification a posteriori de sa trahison. Il s’était en effet rangé aux côtés de Sanche bien avant le soulèvement de Valladolid. Faut-il voir là une preuve de plus de l’implication des Manuel dans la création de la légende du blasphème et de la malédiction d’Alphonse ?

  • 31 Le traducteur catalan a compris « buena tierra y nobles reynos [...] y partida más abondosa » comme (...)

67La Castille est qualifiée de « mayor corporal y mejor reino y nobleza de todo lo otro », « mellor partida e noblea e flor de tot l’als » d’une Espagne « buena tierra y nobles reynos [...] y partida más abondosa », dont l’évocation rappelle l’Espagne « paraíso de Dios » de l’Estoire d’Espagne. On remarquera ici cette affirmation d’une prééminence castillane, qui ne fera que se confirmer tout au long du texte. Ceci constitue un indice supplémentaire de l’origine castillane de ces prédictions31.

  • 32 Sur l’intégration de Ferdinand III au messianisme royal de la couronne de Castille, voir Alain MILH (...)

68B) et B’) On aura reconnu en ce « sant no publicat » le père d’Alphonse X, Ferdinand III (1217/1230-1252), conquérant de Cordoue (1236), Séville (1246) et Jaén (1246). Il fut canonisé en 1671, mais un culte ecclésiastique et populaire lui était rendu depuis sa mort dans la Basse Andalousie qu’il avait reconquise. La royauté elle-même affirma la sainteté de Ferdinand dès le règne de son fils : pour une monarchie espagnole en lutte avec la monarchie française pour la première place au sein de la chrétienté, il s’agissait de se doter d’un saint ancêtre, susceptible de rivaliser avec saint Louis32.

69Isidore de Séville est le premier à proposer une étymologie de Séville selon laquelle elle serait l’antique Hispalis, bâtie sur des marécages et par conséquent sur pilotis, d’où sa désignation comme « ciudad de los palos ». Si l’on en croit l’Estoire d’Espagne (I, chap. 6), c’est César — souverain de la « gran Roma » — qui est supposé l’avoir peuplée, après sa fondation par Hercule.

70C) La malédiction de Sanche par son père est bien réelle : le 8 octobre 1282, Alphonse X maudit et déshérite son fils; le 8 novembre de la même année, il confirme la malédiction et l’exhérédation dans son testament, en les assortissant d’une diffamation ; enfin un second testament (Séville, 01/1284) reprend toutes ces dispositions. Le « prophète » connaît donc l’existence de ces différents textes.

  • 33 Pour une datation des différents éléments formant la compilation recueillie dans le Baladro, voir I (...)

71D) Les versions catalanes et castillanes du texte ne s’accordent pas sur le terme de la période couverte par les révélations de Merlin, soit, 1377 pour le témoin catalan et 1467 (ou 1429, si la date est donnée selon l’ère hispanique) pour le Baladro. Le témoin catalan est le plus ancien. Il s’agit en outre d’une copie du XIVe siècle, antérieure à mars 1378. Les événements auxquels il est fait allusion dans ces prophéties sont postérieurs à 1369 et antérieurs au décès d’Henri II, en 1379. La date originale est donc vraisemblablement celle donnée par BC 271. Elle pourrait en outre correspondre à la date de copie de ce manuscrit. Cette date pourrait avoir été transformée en 1429 au moment où des prophéties sur Henri III (1390-1406) et Jean II de Castille (1406-1454) ont été ajoutées aux Profecías de Merlín cerca de la ciudad de Londres dans la compilation du Baladro, dans les années 143033.

72E) « Per sabiduria de mon pare [...] jussa abis d’infern » et « confiant-me mes ab lo senyor [...] desfeyt per a tost temps » renvoie à la légende de la conception diabolique de Merlin. Robert de Boron avait fait de Merlin le fils d’un démon incube, dont la conception avait été décidée lors d’un conseil des démons présidé par Satan, motif que nous retrouverons dans une prophétie conservée dans Carpentras 336 (fols. 131ro-vo). Il s’agissait d’engendrer un être capable de séduire l’humanité entière et pourvu pour cela de la mémoire et de l’intelligence du diable — « la sabeduria de mon pare ». C’est toutefois le Satan défait d’Apc. 20. 2-3 qui apparaît ici, enchaîné pour mille ans et précipité dans l’abîme. En effet, Merlin fut engendré d’une pieuse femme :  

  • 34 Robert de BORON, Merlin, Alexandre MICHA (éd.), Paris : Flammarion, 1994, p. 40.

L’enfant eut donc la science du démon, la connaissance de ce qui avait été dit et fait dans le passé. Mais grâce au repentir de sa mère, à l’aveu de ses fautes, à la confession purificatrice, à son ferme et sincère regret de ce qui lui était arrivé contre son gré et sa volonté, grâce enfin à la vertu du baptême qui l’avait lavée du péché aux fonts baptismaux, Notre Seigneur qui sait tout ne voulut pas que la faute de la mère put nuire à l’enfant : il lui donna la faculté de connaître l’avenir. De la sorte, il connut les actes et les paroles du passé, qu’il tenait du diable, et en outre Notre-Seigneur lui accorda de son côté la connaissance de l’avenir, rendant à chacun ses droits, aux diables les leurs, à Dieu les siens34.

73L’origine divine de son inspiration prophétique ne saurait donc être mise en doute. Il n’use de ses facultés surnaturelles que par la volonté de Dieu, et pour révéler des choses que seul le Seigneur peut connaître.

74F) Le texte rappelle les appels à l’aide qu’Alphonse X lança aux rois de France (« els franchs »), d’Angleterre (« els bretans »), d’Aragon, du Portugal (« les carreres veynables e al ell entorn stans »), de Grenade (« els pagans ») et au sultan du Maroc (« els pagans »). « El gran toro vermel » pourrait être le pape Martin V (02/1281-03/1285), également sollicité, car « taureau » est une métaphore que l’on trouve dans d’autres textes pour désigner un pape, notamment dans un Liber de Summis Pontificibus attribué à Merlin, cité par Roquetaillade dans le LOO et le LO. Mohamed II de Grenade reconnut Sanche comme roi, car il avait tout à gagner à l’instabilité politique en Castille. Le roi du Portugal et, surtout, Pierre II d’Aragon inclinaient vers l’infant rebelle, car son intronisation aurait permis d’empêcher que la Castille passe dans l’orbite française. Le roi d’Angleterre resta muet, alors que Philippe III chercha surtout à tirer parti de la situation. Seul le sultan du Maroc — « lo qual no sera de la sua fe » — apporta une aide militaire et financière au roi, mais en vain : « no li tendra prou lo seu ajustament ». Martin V avait par ailleurs prononcé l’interdit contre tous les partisans de Sanche et l’intégrité territoriale de la Castille fut sur le point d’être remise en question : le testament signé par Alphonse X en janvier 1284 désignait les infants de la Cerda comme ses successeurs en Castille et Léon, suivis du roi de France si ces derniers mouraient sans descendance. Il léguait les royaumes de Séville et Badajoz à son fils Juan et le royaume de Murcie à son fils Jaime. « La noblea e lo gran poder e bona fama del comanador mayor d’Espanya vendra a punt de perdre·s de un en altre ».

  • 35 Le texte catalan et le texte castillan ne comptent pas les générations de la même façon : BC 271 in (...)
  • 36 C’est bien comme une « terribili vetula vidua perforata deformis et nigra » que Jean de Roquetailla (...)
  • 37 Ainsi, un texte du XVe siècle édité par Ramón ALBA précise que l’agent de l’extermination des musul (...)

75G) « El enclos o tancat » et « este rey corrido » désignant Alphonse X, celui qui vient trois générations après lui est Alphonse XI, né sous le signe du lion, d’où le fait que ses vertus soient attribuées au « sino de la sua nexensa35 ». « La leona parda paridera com a truga » ne saurait être qu’Éléonore de Guzmán, concubine du roi et mère de ses huit bâtards. Celle-ci l’a en effet aidé dans sa tâche de restauration de l’autorité royale et c’est bien comme conseillère officieuse du roi que la chronique d’Alphonse XI la présente. La désignation de « truie » n’est pas forcément péjorative : la famille Porcelet dans le midi de la France portait une truie sur son blason, en souvenir de l’ancêtre particulièrement fertile à l’origine de cette lignée. Une intention péjorative s’accorderait d’ailleurs assez mal avec le rôle ici prêté à la favorite et la désignation de « lionne », qui l’assimile à une reine de Castille. « Parda » est plus ambigu, car cet adjectif peut renvoyer au hâle de la favorite, hâle traditionnellement synonyme de luxure36. Mais, les leones pardos sont aussi les castillans, dans certains textes prophétiques, sans que ce terme n’ait de connotation péjorative37. Le texte édité par Bonilla semble moins favorable à Éléonore de Guzmán, qui y est présentée comme « loba parda paridera como puerca ». « Lobos » désigne en effet la grande noblesse en tant qu’elle abuse de sa puissance. Il faut peut-être supposer là l’intervention d’une personne hostile à la favorite et il faut avouer que les opposants à Éléonore de Guzmán n’ont pas manqué, y compris sous le règne d’Alphonse XI. C’est ce que le texte catalan semble suggérer lorsqu’il affirme que « la leona parda [...] comensara a esser rayl de auorriment als publicans ». Quant à Pierre Ier, il s’est employé dès le début de son règne à briser le parti de la favorite, avant de la faire assassiner. Les rois Trastamare eux-mêmes ont soigneusement fait silence sur leurs origines bâtardes, faisant remonter leur légitimité bien au-delà d’Alphonse XI.

76Le texte présente une incohérence dans sa version castillane : l’affirmation de la haine d’Alphonse pour son peuple (« ay començara la su rayz de aborrescimiento a los pueblos ») est parfaitement incompatible avec ce qui est dit quelques lignes plus loin : « noble sera la su vista sin yra aborrescedera de sus gentes ». Par ailleurs, l’histoire a retenu plutôt la vision d’un roi justicier et soucieux du bien commun que celle d’un tyran ; c’est d’ailleurs cette image d’Alphonse qui se trouve dans BC 271 : « temut, e loat e preat sera d’aquells qui oyran la sua nomenada [...] nobla sera la su vista ». Quant à « sus grandes gelo faran fazer », cela ne correspond pas à la façon de gouverner d’Alphonse, qui, s’il a parfois dû temporiser avec de grands seigneurs, n’a jamais abandonné le gouvernement à la noblesse. Retenons donc de tout cela la relation de cause à effet qui est posée entre l’association de la noblesse au pouvoir et le désamour entre un roi et ses sujets. Dans l’état où il nous est présenté, le texte nous dit donc, entre les lignes, que le plus sûr moyen d’éviter ce mal est de se passer des grands pour gouverner.

77H) Aussi bien le Poema de Alfonso Onceno que les deux chroniques de son règne enregistrent trois débarquements des Mérinides en Espagne : 1332, 1339 et 1340 — « todo el christianissimo quebrantado sera tres vezes ante del su movimiento » — dit le texte castillan. La bataille du Salado (30/10/1340) marque leur expulsion définitive de la Péninsule et la reprise de la reconquête. Entre 1340 et 1349, les chrétiens reprennent Tarifa, Alcalá la Real, Benamejí, Priego, Matrera et Algeciras et tentent de reprendre Gibraltar. Si l’on se fie au récit des affrontements des années 1332-1340 donnés par les chroniques d’Alphonse XI, il semble que les Profecías de Merlín cerca de la ciudad de Londres fusionnent tous ceux-ci en une seule bataille. « Lo gran jaualli » — le roi Albohacén — a bien débarqué en Espagne, mais seulement en 1340. C’est son fils Abomelique — « un de la sua costella, lo mes preat » — qui a mené les expéditions de 1332 et 1339; il a en effet trouvé la mort en Espagne : en 1339, lors d’une opération de razzia en Andalousie. Le « grand orgueil » de la dynastie s’est en effet trouvé « batido por siempre » suite aux victoires chrétiennes, puisque les Mérinides n’ont plus jamais débarqué en Espagne après 1340. La rencontre entre chrétiens et musulmans « prop de la penya del venado, so es seruo o corsa, lo qual corra mes que lebra ni cavall » renvoie à la bataille du Salado avant laquelle les troupes chrétiennes s’étaient concentrées à la Peña del Ciervo. C’est bien Alphonse XI qui mit en déroute le roi du Maroc, alors que le roi du Portugal infligeait une défaite au roi de Grenade. Cette victoire eut un retentissement exceptionnel dans toute la chrétienté — « Molt honrada sera la fortalea del gran leo en les majors partides del mon » — et fut célébrée jusqu’à Rome comme l’égale de la victoire de David sur les Philistins, d’après la Chronique d’Alphonse XI (chap. CCLIV). L’aide apportée à la Castille par « tres corones » ne saurait renvoyer au Salado, où seul le Portugal secondait la Castille. C’est le Portugal qui est désigné comme « corona [...] molt ajusta[da] a ell per moltes maneres trauades », car Alphonse XI était le fils d’une infante portugaise et l’époux de la fille du roi du Portugal Alphonse IV (1325-1357). Toutes les puissances chrétiennes ont participé financièrement ou militairement à la reprise d’Algeciras, y compris les trois autres couronnes péninsulaires, Aragon, Portugal et Navarre ; le roi de Navarre a pris part en personne à la campagne d’Algeciras.

78I) « E·n lo millor fallira » : Alphonse XI meurt de la peste le 27 Mars 1350, alors qu’il assiégeait Gibraltar, dont la conquête aurait permis d’assurer aux chrétiens le contrôle du détroit.

79J) Dans cette série de prophéties, et dans la précédente, les expressions « les coses sobredites / mi dicho » ou encore « el sobredit /lo dicho », qui désignent des choses devant s’accomplir à la suite de la mort d’Alphonse XI et grâce à Pierre Ier, renvoient au blasphème d’Alphonse X et à la malédiction divine contre la descendance de Sanche. Or, au moins dans le manuscrit catalan, qui est, rappelons-le, le témoin le plus ancien de tous ces textes, la vision d’Alphonse X et les prophéties sur Alphonse XI et sa descendance sont deux ensembles bien distincts. Le manuscrit BC 431 donne d’abord la légende, sous le titre de « Visio », puis les prophéties, sous le titre de « De Merlí ». Cela signifie que ces vaticinations ont été conçues comme des amplifications diégétiques de la légende du blasphème d’Alphonse X. Ce n’est que dans une seconde étape que la légende du blasphème d’Alphonse a été glissée dans ces vaticinations, ce dont témoigne le Baladro.

80K) Le texte catalan établit une chronologie assez proche de la réalité, en proposant une durée de douze ans pour la guerre civile, de 1353 à 1365, soit, à un an près, du début de la guerre civile (1354) à la proclamation d’Henri II à Calahorra (1366): « aço durara del temps de MCCCLIII anys de la incarnacio de Jhesuchrist fins al XII any a avant ». La datation du Baladro est doublement erronée : par son point de départ et par son amplitude. Ni le règne de Pierre Ier (1350-1369), ni la guerre civile en Castille (1354-1369) ne durent onze ans et aucun des deux ne commence en 1378 (ou en 1340).

  • 38 Les théories médiévales de la tyrannie sont rappelées par José Manuel NIETO SORIA, Fundamentos ideo (...)

81L) Cette vision du règne de Pierre Ier de Castille, « quint pulli luxurios, ase de maldad, complit de tota crueltat », livre un propos politique sous la forme d’un discours eschatologique. En effet, Pierre Ier est d’abord ici « lo complidor del sobredit », c’est-à-dire celui par qui va s’accomplir l’annonce divine faite à Alphonse X. Ce roi de Castille ayant fait preuve d’ingratitude et d’orgueil envers son créateur, à qui il devait son élévation, fut puni en ce monde par un châtiment adapté à sa faute : Dieu, par la rébellion de son fils Sanche, priva Alphonse de l’exercice de la fonction royale, par laquelle il l’avait distingué. Néanmoins, par sa révolte, Sanche commettait une faute aussi grave que celle de son père : il fut donc puni en conséquence et la sanction divine s’étendit à son lignage, qui devait être chassé du trône. Quant au royaume, coupable d’avoir appuyé l’usurpateur, il devait connaître une terrible période de tribulations, sous le règne du quatrième roi après Sanche IV. Les excès de Pierre Ier ne doivent donc rien au hasard : le mauvais roi est envoyé par Dieu et il sévit comme conséquence des péchés du peuple et avec l’assentiment divin, selon la conception de la tyrannie la plus courante jusqu’au XVe siècle38.

82C’est par conséquent le portrait du parfait tyran que dressent les Profecías. Pierre Ier pervertit les pouvoirs qui lui sont conférés par Dieu : à l’exercice de la droite justice, nécessaire à la paix et au bien du royaume, il substitue une cruauté désordonnée à seule fin de satisfaire ses désirs déréglés. Prisonnier de ses passions et du pire des vices, la luxure, il semble ennemi de toute tempérance. Mauvais chrétien, il se prépare même à livrer le royaume aux Juifs honnis. Le châtiment du mauvais gouvernement ne se fait pas attendre : c’est la privation de toute autorité puis la mort. La rupture dynastique est donc le châtiment divin du non-accomplissement des devoirs royaux.

83Mais Dieu n’abandonne pas son peuple car la Castille est aimée de Dieu, ne cessent de nous répéter les Profecías. Un personnage présenté comme un véritable rédempteur doit donc venir mettre fin au chaos. Il faut bien évidemment reconnaître Henri dans cette figure providentielle, « venue d’Orient », c’est-à-dire de Catalogne, quatre générations après Alphonse X, pour lutter contre « lo complidor del sobredit », soit, en d’autres termes, pour restaurer l’essence de la monarchie castillane. Henri sera par conséquent conforme à ce que l’on peut attendre du monarque idéal :  « noble rey ydoneu, e acabat, e fundat en justicia e en totes bondats e noblees que a rey pertangen, e sera nobla a çi e al poble».

84Les Profecías présentent tout d’abord Henri de Trastamare comme un personnage élu. Il était tout d’abord « el menor de razón », référence à sa bâtardise qui aurait dû le tenir à une distance respectable du trône. En outre, il semble permettre une incroyable élévation de la monarchie en dignité. Enfin, le texte ne cesse de rappeler qu’il a bénéficié de la protection et de l’intervention divine, ce qui se manifeste également par les signes miraculeux qui, tels autant de manifestations de renaissance, accompagent son élévation et culminent en un bouleversement cosmique qui marque le début d’une nouvelle ère — « E Mercurio y Cercites y Jupiter renouaran las sus fazes y fuercas cobraran y mal procuraran contra los no merecientes », dit le Baladro.

  • 39 « Y en tal manera sera este abraçamiento destas tres coronas que quebrantaran los colmillos de los (...)

85Venu mettre un terme à une période de troubles causés par une faute politique, Henri exerce une action dans le domaine politique : il est avant tout rey — ce que disait d’ailleurs explicitement le texte sur la malédiction de Sanche — et vient rétablir une droite monarchie, c’est-à-dire esentiellement une monarchie juste. Ainsi, le principe qui semble guider son action dans tous les événements ici évoqués (la guerre, le tyrannicide, la rétribution des services rendus, la réparation des torts causés par Pierre Ier) est bien le rétablissement de la justice dans le royaume : « ab açot fort cruell compost e ligat ab fill de justicia e de veritat, castigara e foragitara fortment al polly ase de maluestat fins que no apparegua». Contrairement au tyran néronien, il accomplit le plan prévu par Dieu pour la Castille : à la tyrannie succède la restauration de la droite monarchie, ce qui a l’avantage d’éviter de poser le problème de la légitimité du tyrranicide. Le texte loue en Henri II un roi vertueux, protecteur, justicier, qui, sans acharnement excessif, donne à chacun selon ses oeuvres. La restauration des fonctions protectrice et justicière de la monarchie assure la paix intérieure et autorise une alliance avec les autres puissances péninsulaires, pour accomplir ce qui semble être la mission suprême de la monarchie castillane : la croisade. Notons que celle-ci est envisagée d’un point de vue typiquement hispanique, puisqu’il s’agit avant tout d’une croisade intérieure39. Tout occupé à tracer un programme de gouvernement idéal et à montrer en Henri un roi modèle et providentiel, le texte tait les difficultés qu’il a rencontrées pour se faire accepter commme roi, à l’intérieur comme à l’extérieur, puis pour rompre l’encerclement diplomatique du pays et enfin le fait que la reconquête ait complétement stagné pendant son règne.

  • 40 Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Historia de España antigua y media, II, Madrid : RIALP, 1975, p. 385-434

86Effectivement, la réalité fut beaucoup moins idyllique que ne le suggère « les tres corones se abrasaran ab ell ab assaguament e jermandat durabla ». Dès 1370, un ensemble d’alliances se constitue à l’instigation de l’Aragon pour éviter l’hégémonie castillane sur la Péninsule et obliger Henri II à négocier des rectifications de frontières. La coalition regroupe les royaumes du Maroc et de Grenade, le Portugal, la Navarre, et bien sûr l’Aragon. Henri parvient à conclure des paix séparées avec Grenade (juin 1370), puis avec le Portugal (mars 1371). Enfin, les contentieux avec la Navarre et l’Aragon semblent réglés par des accords conclus en 1371 et 1372. À la faveur des prétentions anglaises à la couronne de Castille, les hostilités reprennent en 1372. Le Portugal allié aux Anglais subit une défaite qui l’oblige à conclure en 1373 la paix de Santarem. Le légat du pape parvient à convaincre le roi de Navarre d’accepter une paix perpétuelle avec la Castille le 04/08/1373 ; enfin, un traité de paix avec l’Aragon est ratifié le 12/04/1375, alors qu’une trève est signée avec l’Angleterre le 27.06.137540.

  • 41 Traduction de Martin AURELL, « Prophétie et messianisme politique. La péninsule ibérique au miroir (...)
  • 42 En particulier, les textes du Pseudo-Méthode et le cycle du Leo hispanus, auxquels cette prophétie (...)
  • 43 Déjà le Super Hieremiam (avant 1243) et l’Oracle de Cyrille (début du XIVe) faisaient de la race de (...)
  • 44 Voir, par exemple, le Liber Secretorum Eventuum de Roquetaillade, dans l’édition suivante : Christi (...)
  • 45 José María JOVER ZAMORA (dir.), Historia de España dirigida por Menéndez Pidal, XIV, Madrid : Espas (...)

87Si cette vision de Pierre Ier exploite tous les thèmes de la propagande d’Henri de Trastamare et de ses alliés, repris ensuite par l’historiographie trastamare, et nous livre un message politique, elle est redevable dans sa forme au discours eschatologique du franciscain Jean de Roquetaillade. En effet, les caractéristiques morales du roi sont ici les mêmes que dans les textes du franciscain, en particulier son commentaire du Vae mundo et le Liber Ostensor. Citons, à la suite de Martin Aurell, ce passage du Liber Ostensor : « le susdit Pierre de Castille [...] est un bouc puant la luxure, un horrible cochon vicieux crachant à la lettre sur le genre humain, ayant à la mode des Sarrasins plusieurs femmes41 ». Mais comme Roquetaillade le fait lui-même remarquer, il n’est pas le seul à être horrifié par les moeurs du « cochon néronien » : des considérations semblables aux siennes peuvent se trouver au sein de la Curie ou dans l’entourage du roi de France. Il est beaucoup plus significatif que les Profecías pratiquent la même assimilation que Roquetaillade entre le « pullus jumentalis » du Vae Mundo et Pierre Ier, ce qui nous place d’emblée dans une vision eschatologique des choses. Dans cette perspective, ce roi devient l’un des tyrans qui doivent accabler le monde lors des tribulations annonçant la venue de l’Antéchrist. Par conséquent, comme dans les prophéties eschatologiques annonçant la venue de l’empereur des derniers temps,42 un personnage commence par semer la désolation dans un territoire. Pierre Ier se trouve ainsi pourvu de caractéristiques diaboliques, d’ailleurs directement héritées du Liber Ostensor : luxure et images l’assimilant à un scorpion ou à un serpent43. La métaphore choisie pour dire l’anéantissement total de l’Espagne sous son règne — la destruction « de las tres sectas » — en fait même une incarnation possible de l’Antéchrist, dont l’une des fonctions est précisément l’anéantissement des trois religions du livre. L’affirmation selon laquelle Pierre livrera l’Espagne aux Juifs va d’ailleurs dans le même sens, ces derniers étant souvent considérés comme devant accueillir l’Antéchrist à bras ouverts.44 On peut même se demander jusqu’à quel point le « rabbin cruel » ne serait pas une autre désignation de Pierre Ier. En effet, dans certaines traditions prophétiques, l’Antéchrist est sensé être un juif de la tribu de Dan (à partir de Gn 49.17). Par ailleurs, les ennemis de Pierre Ier, dès la bataille de Tolède (1354), ont diffusé une légende selon laquelle il ne serait pas le fils d’Alphonse XI, mais pero Gil, un enfant juif échangé à la naissance avec la fille du roi de Castille45.

88Au terme de ce processus, voilà donc Pierre Ier assimilé à une figure du mal absolu.

89Celui qui va mettre fin à ses ravages est donc un envoyé de Dieu. Ce « pulli leo » qui se dresse contre Pierre Ier -pullus jumentalis est bien entendu Henri de Trastamare, qui prit le pouvoir en Castille en 1369, à l’issue d’une guerre civile et après avoir assassiné son demi-frère. Ce « polli leo » est possiblement un « pullus leonis », un « petit du lion », en un jeu d’oppositions caractéristique d’une pensée apocalyptique, où l’on oppose sans cesse le camp du bien à celui du mal, c’est-à-dire en somme le camp du Christ et de ses alliés à celui de ses ennemis. En poursuivant l’exercice jusqu’à ses dernières conséquences, nous aboutirions alors à une opposition entre le « petit du lion » et le « petit de la jument », sur le modèle de l’opposition Christ/Antéchrist, où Henri serait donc une figure du Christ et Pierre, encore une fois, une figure de l’Antéchrist.

  • 46 Je m’appuie ici sur la définition du messianisme royal que donne José Manuel NIETO SORIA dans Funda (...)

90Si ce passage rend bien compte de la guerre civile et des différentes phases du règne d’Henri II -invasion de la Castille avec l’aide des Grandes Compagnies et l’appui de Pierre IV, assassinat de Pierre Ier, rétribution des services rendus, rétablissement de la paix intérieure puis rupture de l’isolement diplomatique de la Castille-, tous les éléments du règne et du portrait d’Henri II qui nous sont donnés convergent pour créer une figure typiquement messianique. Toutes les manifestations du messianisme royal46 sont présentes dans ce passage : la « creencia en un rey esperado, destinado a realizar una gran empresa política », à travers cette mission de restauration de la droite monarchie. La « convicción de que se ha producido una elección divina en favor de un monarca concreto » et la « consideración del monarca como alguién que se encuentra bajo la especial protección divina » se manifestent dans l’arrivée sur le trône de quelqu’un qui n’y avait aucun droit, puis par l’incroyable élévation de l’excellence de la monarchie par celui-ci et enfin par la série de manifestations miraculeuses qui, tels autant de signes de renaissance, accompagnent son assomption. « La difusión de profecías », on le sait, a été importante sous le règne d’Henri II. L’intervention divine en sa faveur (« certeza de la intervención divina para favorecer el cumplimiento del plan previsto ») est sans cesse soulignée ici et il semble que cela fasse partie de la version officielle de l’accession d’Henri au trône, puisqu’on la retrouve mentionnée assez souvent dans la chronique de Pero López de Ayala. Enfin, un bouleversement cosmique vient apporter la caution scientifique de l’astronomie à ce discours supposé révélé.

  • 47 « Un pollino leon se leuantara en este tiempo, perezoso, adormido » nous dit le Baladro. La prophét (...)
  • 48 Ainsi, pour rester dans la péninsule et dans la descendance de l’aigle germanique, le Breviloquium (...)
  • 49 « Y verdeceran todos los arboles y los campos, que muy gran marauilla sera a los que lo vieren [... (...)

91L’image d’Henri II est d’ailleurs construite en référence à des modèles anciens : par la fonction et les caractéristiques qui lui sont prêtées, Henri II se trouve tenir de l’empereur des derniers temps. Il bénéficie d’une aide divine — « merauellosa » — pour mener son combat contre ce sectateur de l’Antéchrist qu’est le roi de Castille. En outre, son apparition est assimilée à un éveil, ce qui le rattache à l’empereur dormant du Pseudo-Méthode et au messianique lion d’Espagne « qui actenus dormire dicebatur47 » voire au Christ. En outre, l’image choisie pour dire l’extension de sa souveraineté, le vol, rappelle trop le vol de l’aigle-empereur universel d’autres textes pour être due au hasard48. Par ailleurs, la métaphore filée qui rend compte des ravages de Pierre Ier puis de l’action bénéfique d’Henri II, qui tourne autour de la laine, revient à opposer un bon et un mauvais pasteur, ce qui nous place une fois encore dans le domaine religieux. Dans le même ordre d’idées, cette lecture eschatologique des événements entraîne la caractérisation des alliés du comte comme « croat », « muy gran cauallero cruzado, buen religioso [...] » (Pierre III d’Aragon) et « gran caualler reliogios» (Bertrand du Guesclin). La désignation de Pierre III comme « croat » peut tenir à ce qu’en 1354, lui et ses nobles reçurent du pape la cape à croix blanche symbole de la croisade contre les Sarrasins ; c’est également l’année où Pierre III fonda l’Ordre de sanct Jordi. Cependant, aucune chronique, pas même la Chanson de Du guesclin de Cuvelier, ne fait de Du Guesclin un personnage particulièrement dévot. C’est donc son statut d’exécutant de la volonté divine qui détermine sa caractérisation. Enfin, l’ère de paix et de prospérité inaugurée par Henri II lors de son arrivée sur le trône fait écho à ce que le Pseudo-Méthode, notamment, pouvait nous apprendre du règne de l’empereur universel.49

92La conformation des faits à un moule rhétorique eschatologique entraîne enfin quelques arrangements avec la réalité : ainsi, le texte tait les difficultés qu’Henri II a eu à s’imposer tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. De même, ce souverain ne s’est pas montré très intéressé par la croisade, même intérieure, contrairement à ce que disent les Profecías, mais l’empereur des derniers temps se doit d’instaurer la paix sur terre et d’établir l’unité de foi

  • 50 Rapellons les motifs suivants :  éveil d’un roi dormant, emprunté au Pseudo-Méthode et métaphore d’ (...)
  • 51 La différence avec un apocalypticien comme Jean de Roquetaillade est ici patente : jamais les Profe (...)

93Empruntant à différents cycles prophétiques les éléments qui coïncidaient le mieux avec les péripéties de la guerre civile50, le texte présente donc la guerre civile comme un événement eschatologique. La faute politique une fois transposée sur le plan des réalités spirituelles, Pierre de mauvais roi devient une figure du mal absolu et la lutte entre lui et Henri de Trastamare un épisode crucial, puisque presque le dernier, de la lutte entre le principe du bien et celui du mal. Cela dit, outre que nous avons déjà quitté le domaine de l’apocalyptique, remarquons que le texte ne va pas jusqu’à expliciter les assimilations qu’il suggère51 et n’en tire pas non plus toutes les conséquences qui s’imposeraient, s’agissant par exemple de la monarchie universelle. Les enjeux du texte et les intérêts de son auteur, à tous les sens du terme, sont donc probablement à chercher ailleurs que dans l’eschatologie.

94Tout ce texte est en effet susceptible d’une double lecture : Pierre est à la fois le cochon néronien issu de Roquetaillade, l’horrible poulain sectateur de l’Antéchrist et aussi un tyran, fléau de Dieu envoyé à la Castille pour ses péchés. De même, Henri est bien, d’une certaine façon, la chauve-souris messianique du Vae Mundo, mais il est aussi et surtout, un bon roi, qui vient mettre fin à un gouvernement inique. En ce sens, il permet de renouer avec l’essence de monarchie qu’incarnaient dans le Baladro Ferdinand III et Alphonse XI, « el gran león » et c’est aussi et surtout en ce sens qu’il est « polli leo », petit du lion et lion couronné en devenir.

  • 52 Une exposition de ces arguments se trouve dans la Crónica del rey don Juan de Castilla, de Pero Lóp (...)

95M) « La onza de la ala » est Juana Manuel, l’épouse d’Henri II, peut-être en vertu d’une désignation métonymique, puisque les Manuel portent une main ailée sur leurs armes. À l’investiture divine d’Henri vient ici s’ajouter une légitimation terrestre, par l’ascendance de Juana Manuel :  les époux régnent « per linea dreta de justicia ». Il s’agit là d’un argument légitimateur employé aussi bien par Henri II que Jean Ier de Castille : Sanche IV s’étant soulevé contre son père fut maudit et déshérité par lui. Il n’avait donc pas le droit d’hériter du royaume, pas plus que ses descendants. Par contre, Alphonse n’avait pas maudit son aîné Ferdinand ni, par conséquent, ses descendants, la lignée des La Cerda, dont est issue Juana Manuel. Ceux-ci avaient donc plus de droits à la couronne que les descendants de l’usurpateur Sanche. Juana Manuel était la dépositaire des droits des la Cerda sur la couronne de Castille : par son union avec elle, Henri II mettait fin à l’injustice qui les avait privés de la couronne52.

96Je ne vois pas à partir de quels événements ont été élaborées les prédictions supplémentaires que contient le manuscrit catalan.

Haut de page

Notes

1 a) BC271 « temptorium », forme qui n’existe pas, peut-être formée sur tempto, are ? Je choisis donc la lecture proposée par Roquetaillade dans son Liber Ostensor (traité 8, fol. 58vo). Je remercie Clémence Thévenaz-Modestin et Christine Morerod-Fattebert de m’avoir laissé consulter leur édition de l’unique manuscrit du Liber Ostensor, grâce à laquelle j’ai corrigé les quelques erreurs de BC271 ; b) BC271 vulgo ;  c) BC271 vulgo ;  d) lire increscit , comme Roquetaillade et comme plus bas dans ce passage? ;  e) BC271 valle ;  f) BC271 antiqui  ;  g) lire sequntur, si on considère que le sujet est bien « bona episcopatus » (pluriel) ; h) BC271 pristina ; i) BC271 insurgunt ; j) BC271 leonica ; k) BC271 gaudent ; l) BC271 moametam ; m) BC271 eternum ; n) BC271 potentis ; o) BC271 in[canc.g]crescit ; 

2 a) BC271 nacionis  ; 

3 a) BC271 dimissa  ;  b) comprendre fidelissime (adverbe), fidelissima (rapporté à terra), fidelissimo (rapporté à eo), fidelissimus (rapporté à un bien lointain fidelissimus .P. nomine, auquel cas terra promissionis serait un complément de lieu) ; 

4 L’antériorité de [a] par rapport à [b] se manifeste en ce qu’aucune mention n’est faite dans [a] à une malédiction de la lignée de Sanche jusqu’à la quatrième génération ni, par conséquent, à l’action rédemptrice d’Henri de Trastamare, deux motifs qui caractérisent l’état de la légende élaboré à l’issue de la guerre civile castillane des années 1354-1369.

5 Pour une exposition détaillée de l’élaboration des Profecías du Baladro, se reporter à Isabelle ROUSSEAU, « La prophétie comme élément du discours politique : étude du cycle castillan de Merlin», mémoire de DEA inédit, Université de Paris XIII-Villetaneuse, 1996, p.129-133 et 140-146.

6 De « En la Gran Bretaña, prop de la ciutat de Londres » à « mes certes de sabuderia de mayor de les coses que son e seran que de algun altre » dans BC 271 et de « En la Gran Bretaña, cerce de la cibdad de Londres » à « por gran sabiduria del mayor Señor de todas las que me dio mas que a otro alguno » dans Séville 1535.

7 Elle se trouve également indépendamment des Profecías dans BNM 431 et 712 et Salazar y Castro 015 et 016.

8 « Desemparat sera de tots els seus, e mas del seu linatge e alguns creen que faran lo mellor e faran lo piyor, e mayorment aquells quj mes lo deurien tembra[r] e honrar, per lo qual la noblea e lo gran poder e bona fama del comanador mayor de España llegara a punt de perdre·s de un en altre », dans BC 271 est réduit dans Séville 1535 à « Pero alli morra en gran cuyta desemparado de todos los suyos mas del que lo deuia temer honrar, ca esto le auino por su pecado porque quiso reprehender el su alto criador que lo fizo e lo crio. Por lo qual [début de a], sabado a hora de tercia [...] ».

9 Sur les lectures apocalyptiques de la guerre civile castillane, se reporter à Isabelle ROUSSEAU, « La prophétie comme outil de légitimation : trois lectures du Vae Mundo (XIVe siècle) », Annexes des Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 16, 2004 : p. 63-99.

10 « E encara lo seu jemech e crit plagara e pervenra al gran toro vermel ».

11 Traduction des chapitres 9 et 10 du Breviloquium, dans ce volume

12 « Un de la sua costella lo mes preat de la neula rabiosa e offegadora apparra sobrell prop de la aygua el coratge rabios lo gitara sobrell » en catalan et « y el uno de la sua costilla el mas preciado niebla rabiosa lo arrebatara con rabia », en castillan, compréhensible, mais considérablement remanié.

13 Citons « fasta que perecera » / « fins que no apparegua », « enclos o tancat » pour « corrido e apartado » ou encore les deux manières différentes de compter les descendants d’Alphonse X, qui font de Pierre Ier son quatrième descendant pour Séville 1535 et son cinquième selon BC271.

14 a) BC271 fotes ;  b) comprendre « honrat »? ; 

15 J’utilise ici comme base MY222 (BN Paris), que je corrige parfois à l’aide de R3870 (BN Madrid) et de l’édition d’Adolfo BONILLA Y SAN MARTÍN, Libros de Caballerías, NBAE, 6, vol. 1, Madrid : Rivadeneyra editores, 1931 ; a) e B[onilla y] S[an] M[artín] ; b) acabases BSM ; c) agustino BSM ; d) dixiste BSM ; e) que BSM ; 

16 a) molts BC271 ; 

17 a) pertenesce BSM ;  b) santa BSM  ;  c) enuergoçada R3870  ; 

18 a) escrivir BSM; 

19 a) yure BC271  ;  b) BC271 senyores  ;  c) comprendre « abundada » ou « abandonat », rapporté à Alphonse X?  ;  d) BC271 : titulus au-dessus de « costella » : pour « costellada »?  ;  e) « pintura » est curieux : peut être le traducteur a-t-il à la fois mal réparti les jambages et mal résolu l’abréviation de « premia » (p’mia)?  ; 

20 a) desvarrado BSM  ;  b) fuesen BSM  ; 

21 a) blasphemia BSM  ;  b) la cabeça-tornara por el om. BSM  ; 

22 a) BC271 publicant  ;  b) je suis tentée de corriger en « acompanyat », rattaché à « lo gran jaualli », plutôt qu’à « la gran lacuna », comme plus bas dans le texte (fol. 150ro  ; c) « camyauerals » est probablement une mauvaise lecture et une traduction fautive du castillan « cañaverales » (un titulus indiquant l’abréviation du <n> a pu être résolu <m>, le mot a ensuite été transformé en un masculin pluriel possible en catalan, sans avoir été véritablement traduit) ; en catalan, on aurait plutôt « canyers » ou « canyars » ; d) « so es seruo o corso » pourrait être une note marginale insérée dans le corps du texte, ou bien rendre compte d’une difficulté de traduction, « venado » et « corso » étant des emprunts au castillan ; e) le texte castillan porte « menear » : il est possible que le traducteur ait lu « meniar » et traduit « menjar », verbe plutôt déplacé dans ce contexte.

23 a) al BNP MY222, el BSM  ;  b) signo BSM  ;  c) loua BSM  ;  d) E el :  e a el BNPMY222, ca el BSM  ; 

24 a) fastal os BNP MY222, fasta los BSM  ;  b) christianismo BSM  ; 

25 a) quemarlos BSM  ;  b) nonbrado BSM  ; 

26 a) Comprendre « a manera de »  ;  b) « apostatara » :  sous toutes réserves  ;  c) BC271 « espany » :  je propose « espant » eu égard à ce que porte le texte castillan, « molta d’ombra » est mis pour « muchedumbre », décomposé en deux mots traduits séparément ; d) neguns BC271 ; e) BC271 quals ; f) BC271 folgansse ; 

27 a) atrauessaderas BS  ; b) fin BSM, c) aborrescibles BSM ; d) de espanto BSM ; 

28 a) vera BSM ; b) y add. BSM ; c) encerraimento R3870 ; d) parecera BSM ; e) al BSM ; f) vuo BNPMY222 ; g) le R3870, BSM ; h) la BNPMY222 ; i) quebrantara R3870, BSM ; j) fuerças R3870, BSM ; 

29 a) undat BC271 ; b) corriger en MCCCLV? ; c) plazera BSM, plazeran BC271, MY222 ; 

30 Les différentes versions de la légende du blasphème d’Alphonse ont été étudiées par Leonardo FUNES, « La blasfemia del rey sabio: itinerario narrativo de una leyenda », Incipit, 13, 1993, 51-70 et Incipit, 14, 1994, p. 69-101 et Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, «Unos anales del reinado de Alfonso X», Boletín de la Real Academia de la Historia, 192, 1995, p. 391-461. Pour l’utilisation des malédictions données à Sanche et de la légende du blasphème d’Alphonse par la dynastie Trastamare, se reporter à : Georges MARTIN, « Alphonse X maudit son fils », Atalaya, 5, 1994, p. 151-177. La chronique de Silos a été éditée par Derek LOMAX, « Una crónica inédita de Silos », Homenaje a fray Justo Pérez de Urbel, O. S. B., Santo Domingo de Silos : Abadía de Silos, 1976, I, p. 323-337 ; celle de l’évêque de Bayonne García de Euguí par G. EYZAGUIRRE ROUSSE, Anales de la Universidad de Chile, CXXI, 1907, p. 603-649 et CXXII, 1908, p. 1-66, 387-515 et 859-874.

31 Le traducteur catalan a compris « buena tierra y nobles reynos [...] y partida más abondosa » comme s’appliquant exclusivement à la Castille, puisqu’il l’a rendu par : « E menbrant-me atersadamente com era molt noble terra e nobles regnes aquesta Spanya en la partida pus abondosa ».

32 Sur l’intégration de Ferdinand III au messianisme royal de la couronne de Castille, voir Alain MILHOU, « Colón y su mentalidad mesiánica en el ambiente fransiscanista español », Cuadernos Colombianos, XI, Publicaciones de la Casa-Museo de Colón i Seminario Americanista de la Universitad de Valladolid, 1983, chap. 2 : « Mito de Fernando y tradición imperial castellana» et « De Rodrigue le pécheur à Ferdinand le restaurateur », Rencontres de la Casa de Velázquez, 35, Madrid, 1992.

33 Pour une datation des différents éléments formant la compilation recueillie dans le Baladro, voir Isabelle ROUSSEAU, op. cit. , p. 96-146.

34 Robert de BORON, Merlin, Alexandre MICHA (éd.), Paris : Flammarion, 1994, p. 40.

35 Le texte catalan et le texte castillan ne comptent pas les générations de la même façon : BC 271 intègre Alphonse X à son calcul, alors que le Baladro commence à compter à partir de Sanche IV. Dans le premier cas, Alphonse XI occupe le quatrième rang en partant d’Alphonse X, dans le second, le troisième après Alphonse X.

36 C’est bien comme une « terribili vetula vidua perforata deformis et nigra » que Jean de Roquetaillade présenta la concubine de Pierre Ier, María de Padilla, lorsqu’il condamna les infidélités conjugales des rois de Castille (LO, fol. 59vo).

37 Ainsi, un texte du XVe siècle édité par Ramón ALBA précise que l’agent de l’extermination des musulmans se rendra en Afrique accompagné de « muchos leones pardos, que quiere decir castellanos » (Ramón ALBA, Acerca de algunas particularidades de las comunidades de Castilla, talvez relacionadas con el supuesto acaecer terreno del milenio igualitario, Madrid : Editora Nacional, 1975, p. 187).

38 Les théories médiévales de la tyrannie sont rappelées par José Manuel NIETO SORIA, Fundamentos ideológicos del poder real en Castilla (siglos XIII­-XIV), Madrid : Eudema, 1988, p. 183-197.

39 « Y en tal manera sera este abraçamiento destas tres coronas que quebrantaran los colmillos de los grandes puercos jabalines [les musulmans]; [...] y dellos auran que seran sacados para siempre : que nunca ay tornaran ». Sur la croisade intérieure, voir Alain MILHOU, Colón y su mentalidad mesiánica en el ambiente fransiscanista español, Cuadernos Colombianos, XI, Valladolid : Publicaciones de la Casa-Museo de Colón i Seminario Americanista de la Universitad de Valladolid, 1983, chap. 3, « Jerusalén y la cruzada en el mesianismo oficial español ».

40 Luis SUÁREZ FERNÁNDEZ, Historia de España antigua y media, II, Madrid : RIALP, 1975, p. 385-434

41 Traduction de Martin AURELL, « Prophétie et messianisme politique. La péninsule ibérique au miroir du Liber Ostentor de Jean de Roquetaillade », MEFREM, 102, 1990, p. 347.

42 En particulier, les textes du Pseudo-Méthode et le cycle du Leo hispanus, auxquels cette prophétie emprunte manifestement des éléments.

43 Déjà le Super Hieremiam (avant 1243) et l’Oracle de Cyrille (début du XIVe) faisaient de la race de vipères du scorpion-Frédéric II une alliée de l’Antéchrist. L’image passe ici à la dynastie castillane, mais la fonction diabolique reste la même.

44 Voir, par exemple, le Liber Secretorum Eventuum de Roquetaillade, dans l’édition suivante : Christine MOREROD-FATTEBERT, Robert E. LERNER, (éds.), Johannes de Rupescissa : Liber Secretorum Eventuum, Specilegium Friburgense 36, Fribourg : Éditions universitaires, 1994, § 39, point 11, p. 156-157.

45 José María JOVER ZAMORA (dir.), Historia de España dirigida por Menéndez Pidal, XIV, Madrid : Espasa Calpe, 1997, p.7 et 39, qui renvoie à Ángel DE LOS RÍOS Y RÍOS, « Cómo y por qué se llamó a don Pedro el cruel Pero Gil », B.A.H, 36, Madrid, 1900, p. 58-65.

46 Je m’appuie ici sur la définition du messianisme royal que donne José Manuel NIETO SORIA dans Fundamentos ideológicos del poder real, Madrid: Eudema, 1988.

47 « Un pollino leon se leuantara en este tiempo, perezoso, adormido » nous dit le Baladro. La prophétie consacrée au Leo hispanus que je mentionne se trouve dans le manuscrit 271 de la Biblioteca de Catalunya; elle est également citée dans le traité VIII du Liber Ostensor de Roquetaillade, en appui à sa lecture apocalyptique de la guerre civile castillane.

48 Ainsi, pour rester dans la péninsule et dans la descendance de l’aigle germanique, le Breviloquium dit d’Éléonore de Sicile, femme de Pierre III : « Ipsa est enim filia aquile ferocissime, que hucusque prostrata dormivit, que, cum excitata fuerit, expandet alas in predam et ungulas acuet in capturam, rostrum aperiet ut devoret inimicos », éd. cit. , p. 261, l. 116-119.

49 « Y verdeceran todos los arboles y los campos, que muy gran marauilla sera a los que lo vieren [...] e todos los que lealmente lo seruiran con franco y limpio coraçon y nobleza pura de justicia, estos seran muy abondados y cumplidos de todos bienes y folgaran y reposaran sin miedo ninguno, e Dios los acrecentara en todo y los amara e nunca los desempara y a sus cuytas y necessidades los acorrera ». La prophétie du Pseudo-Méthode nous apprend que sous le règne de l’empereur universel :  « Et tunc pacificabitur terra, que ab eis fuerat destituta et rediet unusquisque in terram suam [...] et multiplicabuntur homines super terra, que desolata fuerat [...] et sedebit terra in pace et erit pax et tranquillitas magna super terra, qualis nondum esset facta, sed neque fiet similis illa eo quod novissima est in fine saeculorum [...]; in hac igitur pace sedebunt homines super terra cum gaudio et laetitia comedentes et sese potantes, nubentes et dantes ad nuptias [...] non erit in corde eorum timor vel solicitudo ». Je cite d’après Ernest SACKUR, Sibyllinische Texte, Halle : Niemeyer, 1898, p. 90-91.

50 Rapellons les motifs suivants :  éveil d’un roi dormant, emprunté au Pseudo-Méthode et métaphore d’une lignée en sommeil en tant que momentanément écartée du pouvoir, reprise des images reptiliennes en principe associées à la lignée de Frédéric II, mais toujours utilisées comme métaphores désignant l’Antéchrist et ses alliés, combat entre l’Antéchrist et une figure du Christ, comme dans le cycle du Leo hispanus, mais qui ne figure pas dans le dans le Pseudo-Méthode, où Dieu seul venait à bout de l’Antéchrist, d’ailleurs apparu pendant le règne de l’empereur universel.

51 La différence avec un apocalypticien comme Jean de Roquetaillade est ici patente : jamais les Profecías n’explicitent l’assimilation entre Pierre et un sectateur de l’Antéchrist, alors que le visionnaire ne s’était pas privé de le traiter de « nouveau Néron». Elles ne font pas non plus d’Henri de Trastamare la chauve-souris qui, dans Roquetaillade et d’après le Vae Mundo, devait détruire le poulain et devenir empereur universel, mais il est vrai que cette image était alors associée aux souverains catalano-aragonais qui se comportaient en ennemis de la Castille.

52 Une exposition de ces arguments se trouve dans la Crónica del rey don Juan de Castilla, de Pero López de Ayala, année 1386, chap. IX ; sur leur exploitation : Georges MARTIN, « Alphonse X maudit son fils », Atalaya, 5, 1994, p. 155-177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Rousseau-Jacob, « Prophéties de Merlin », in L’eschatologie royale de tradition joachimite dans la Couronne d’Aragon (XIIIe-XVe siècle), Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 6), [En ligne], Mis en ligne le 01 avril 2007, consulté le 27 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/942

Haut de page