Skip to navigation – Site map
Deuxième partie : Éditions et commentaires

Summula seu Breviloquium de Concordia Novi et Veteris Testamenti

Full text

Summula seu Breviloquium de Concordia Novi et Veteris Testamenti (milieu du XIVe siècle)

a) Édition critique

  • 1 Harold LEE, Marjorie REEVES et SILANO, Giulo, (éd.), Western mediterranean prophecy : the school of (...)

1J’ai utilisé l’édition critique de Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulo Silano1, établie à partir des manuscrits Madrid, BN 6972 (M, Espagne, XIVe siècle), Tarragone, Bibl. provinciale 99 (T, Espagne, XIVe), Londres, British Library, ms Egerton 1150 (B, copié en 1455 à Barcelone par un certain Pedro Fort), Bibl. Apost. Vaticana ms Vat. Lat. 11581 (V, copié à Barcelone en 1488), Rouen, Bibl. municipale 0.20 (F, vers 1379-80) et Tours, bibl. municipale 520 (F1,1422). M et T sont contemporains de la rédaction du texte. M, B et V sont complets ; il manque les deux derniers folios de T ; F et F1 contiennent le chapitre 5 de la Summula. Deux manuscrits complets avaient disparu au moment où les éditeurs ont établi le texte de la Summula : Turin, Bibl. Naz. K, VI, 32 (1459) et Séville, Bibl. Cap. Col., ms N. 1272 (XVe).

  • 2 H. LEE, M. REEVES et G. SILANO, (éd.), op. cit., p. 158.

2Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulo Silano ont utilisé le manuscrit conservé à Madrid comme base de leur édition et proposent les relations suivantes entre les témoins qu’ils ont examinés2 :

Fig. 1 : relations existant entre les manuscrits consultés par Lee, Reeves et Silano pour leur édition critique du Breviloquium.

Fig. 1 : relations existant entre les manuscrits consultés par Lee, Reeves et Silano pour leur édition critique du Breviloquium.
  • 3 Pour une discussion sur sa position probable dans le stemma proposé par Harold Lee, Marjorie Reeves (...)

3J’ai également consulté le manuscrit BN Madrid 3638 (N, 1544), qui contient la totalité du texte de la Summula et dont Lee, Reeves et Silano ignoraient l’existence3.

  • 4 « Major glosses in M are placed in the text, in conformity with the later manuscripts. Minor glosse (...)

4Les éditeurs n’ont reproduit, des nombreuses gloses et commentaires qui accompagnaient le texte de M, que celles qui figuraient également dans d’autres témoins4. Lorsqu’il est défectueux, le texte de M a été amendé grâce aux autres manuscrits ayant conservé le texte. La majorité des sources bibliques et non-bibliques de la Summula a été identifiée. Aucune note historique n’est malheureusement jointe au texte. Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano affirment que son auteur serait un franciscain joachimite, probablement catalan, lié au Tiers Ordre et aux béguins, et que l’ouvrage aurait été composé entre 1351 et 1354, mais ne disent rien de sa diffusion postérieure.

  • 5 Remarquons toutefois la condamnation sans appel de Louis de Bavière : « Quinta persecutio contra cl (...)
  • 6 Voir J. PERARNAU I ESPELT, ATCA, 10, p. 402-404 et J. PERARNAU I ESPELT, ATCA, 17, p. 18-22, note 1 (...)

5Les analyses des éditeurs doivent être complétées par les précisions apportées par Josep Perarnau i Espelt. Ayant émis très tôt de sérieux doutes sur l’origine catalane de ce traité, Josep Perarnau i Espelt propose de situer son élaboration en Sicile, dans des cercles franciscains spirituels « que es mantingueren ben vius fins a la quarta dècada del segle XIV, gràcies a l’eix entre Lluís de Baviera e l’illa de Sicília5 » et donne deux candidats possibles à son élaboration : le traducteur sicilien des Dialogues de Grégoire le Grand — traduction dédiée à la reine Éléonore — ou bien la communauté officiellement bénédictine de Santa Maria del Bosco de Calatamauro, en réalité formée de sectateurs d’Ange Clareno6.

6Josep Perarnau i Espelt confirme que la rédaction de la Summula est antérieure au décès du roi Louis Ier de Sicile, en octobre 1355, puisque ce roi y est présenté comme encore vivant. Il fait par ailleurs remarquer qu’au chapitre 9, le roi Pierre II de Sicile n’est désigné que comme infans : il n’avait donc pas commencé à régner au moment où fut rédigé ce passage. Pierre II devint roi en 1337 : la Summula était donc déjà en cours d’élaboration avant cette date.

  • 7 On sait que la reine Éléonore possédait un exemplaire de la Summula (le manuscrit utilisé par l’aut (...)
  • 8 Josep Perarnau i Espelt formule l’hypothèse que la Summula pourrait être un « antídot », un « murs (...)
  • 9 Les prétensions du couple royal s’étendaient à Naples : « Neapolim a quatuor angulis igne et gladio (...)

7Enfin, la Summula a peut-être été composée à l’intention de la reine Éléonore et en appui aux droits qu’elle prétendait avoir à la couronne de Sicile7. Il me semble plus difficile d’y voir une réponse directe au LSE de Roquetaillade, car cela suppose que ce traité aurait atteint la couronne d’Aragon très peu de temps après son élaboration — il fut achevé en Avignon en 1349 —, ce dont nous n’avons pour l’instant aucune preuve8. Il est par contre indéniable que la Summula réserve une place de choix à la politique méditerranéenne de Pierre III d’Aragon et appuie ses revendications à la couronne de Sicile9.

8Le corpus de textes que j’ai étudié comprenait également des extraits et des traductions de passages de la Summula :

b) Fragments et traductions

9- Traduction catalane des chapitres 9 et 10 : manuscrit 336, Bibliothèque municipale de Carpentras, fols. 76ro-116ro, deuxième moitié du XVe, Italie [?]. Les éditeurs de la Summula ne font aucune remarque sur cette traduction.

  • 10 Le Breviloquium est désigné dans ce document comme « un libre ystoriat que la senyora regina a qui (...)
  • 11 Pere BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies catalanes del segles XIV i XV. Assaig Bibliogràfic », BBC, VI, (...)

10- Fragments en latin des chapitres 9 et 10 dans l’anthologie prophétique conservée dans le manuscrit Palacio Real II/3096 (P), fols. 38vo-49ro et, en particulier, fols. 38vo-39vo (fin XVe ou début XVIe). Ces extraits ont été tirés d’un exemplaire de la Summula ayant appartenu à Éléonore de Sicile, épouse de Pierre III, qui n’est aucun de ceux dont nous disposons aujourd’hui10. Les éditeurs de la Summula n’ont pas pu consulter ce témoin et reprennent l’erreur de Pere Bohigas i Balaguer en affirmant que P ne contient que des extraits du chapitre 911. Ils ignoraient en outre l’existence de deux autres versions de l’anthologie prophétique conservée dans P : le manuscrit Arxiu Requesens XV, aujourd’hui disparu, et un manuscrit de la bibliothèque royale de Copenhague, découvert par Josep Perarnau i Espelt et encore inédit à ce jour (Kongelige Bibliothek, Gl.kgl.S.432, fols. 13ro-16).

  • 12 « The prefatory poem appears to be the original work of the author », Summula, éd. cit., p. 138.
  • 13 Roquetaillade est explicitement mentionné dans la prophétie des folios 40ro-49ro du manuscrit Palac (...)

11- Une partie du prologue versifié de la Summula a visiblement circulé indépendamment du reste de l’ouvrage : BC 490, (deuxième tiers du XVe), fol. 102vo, et BC 485, fols. 262ro-vo (XVIe), contiennent les vers 21-24, 27-28 et 31 du prologue, en latin, sans aucune référence explicite à leur origine. Les vers 21 à 24 sont directement tirés du chapitre IV de l’Oracle de Cyrille (v. 1298-1304), ce qu’Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano n’avaient pas remarqué12. Ils ne mentionnent pas non plus BC 485. J’ai édité ces vers pour ne pas nuire à la cohérence des ensembles prophétiques auxquels ils appartenaient. Je ne saurai dire si les auteurs de la Summula ont directement tiré les vers 21 à 24 de leur prologue de l’Oracle de Cyrille ou bien du commentaire qu’en avait donné Roquetaillade entre 1345 et 1349 et qui était connu dans la couronne d’Aragon13.

  • 14 Sur la composition de cette mosaïque prophétique, voir les notes jointes à son édition, dans ce vol (...)

12- la Summula est enfin la source principale d’une prophétie apocryphe attribuée à Arnaud de Villeneuve, composée en deux étapes au début du XVe siècle et conservée en latin dans BC 490 (fols. 100vo-101vo) et en catalan dans Palacio II/3096 (fols. 36ro-38vo). L’original de cet oracle est latin. Il emprunte à la Summula des énoncés typiques qu’il actualise en les combinant de façon originale avec d’autres types tirés d’autres prophéties — ou commentaires de prophéties — et avec des récits d’événements. Les types tirés de la Summula sont présents sous forme de réminiscences, d’allusions ou de mentions14 ; dans le dernier cas, cet ouvrage est alors qualifié de « mysteriis occidentalibus », à une époque où il ne faisait sans doute plus bon se réclamer ouvertement d’un texte marqué par les visions spirituelles et béguines de l’histoire de l’Église. Cet oracle n’est pas mentionné par les éditeurs de la Summula.

13J’ai amendé les extraits latins de la Summula présents dans BC 485, BC 490 et P à l’aide du texte établi par Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano, indépendamment des manuscrits qu’ils avaient utilisés pour ce faire. Lorsque les traductions catalanes étaient vraiment mauvaises, je me suis contentée d’amendements minimes dans le corps des textes et ai porté les passages correspondants de la Summula latine en note de bas de page. J’ai apporté quelques additions à la longue liste des sources déjà identifiées par Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano.

c) Comparaison des textes de M, B, T, V, P (Palacio Real II/3096), N (mss BNM 6368) sur les fragments des chapitres 9 et 10 copiés dans P (fols. 38v-39vo)

14In predictis enim uerbis, ut dicit Iohannes, describitur casus regni Sicilie, regni francie, et regni ecclesie.
   Iohannes : Ioachim BTVN ; regni Francie : om. BTVN.
   enim : om. P ; ut dicit Iohannes] : Danielis dixit Job ; Sicilie] et add. P

15Unde, sicut regnum Medorum regnum Francorum per concordiam tangit, sic regnum Grecorum regnum Yspanorum per eamdem ostendit,
   francorum] et regnum medorum add. BTV
   regnum medorum-tangit, sic] :
om. P   
   per eamdem ostendit]  : tanto idiam [sic] ostenditur P
   regnum medorum-francorum ] : regnum francorum et regnum medorum N

16et sicut Persia uel Perssidis tangit Siciliam, ita Macedonia Cathaliciam seu Cathaloniam
   ita-Cathaliciam] om. BV
   uel Perssidis om. P ; Cathaliciam seu] om. P

17et sicut de Grecia seu Macedonia Alexander, rex paruus personna et despectus, ad percuciendum Darium regem medorum
   sicut : sic T ; Macedonia egressus] est add. BTVN ; Medorum : Francorum BTVN
   Alexander : Alexandria P ; personna : om. P  ; regem : regne P

18et ad comminuendum duo cornua egressus est,
      duo-egressus est] om. BTVN [saut du même au même]
      P lit comme M

19sic de Yspania, seu Catalonia, egressurus est unus rex paruus persona et despectus
   sic de -despectus] om. BTVN
   sic de-est] egressu[s] [e]st sic de Yspania seu Catalonia P ; paruus persona et] om. P

20ad percuciendum Darium regem Francorum et ad cominuendum radicitus duo cornua eius,
   ad percuciendum-cominuendum]
om BTVN
   P lit comme M

21ut quod per regem Petrum qui cepit Siciliam inceptum est,
   cepit om. T
   P lit comme M

22scilicet Karulo de Sicilia expulso et rege Francie in Cathalonia mortuo
   rege
add. BTVPN
   Karulo : a rege Carulo N
   rege : add. P ; scilicet  : om. P ; de] insula add. P

23et eius exercitu tam in terra quam in mari deuicto,
   in terra quam in mari] mari quam in terra BTVN
   et : in P

24sub isto rege, seu cornu paruo de suo semine totaliter impleatur.
   sub : super P ; N [dub] ; seu : om. P

  • 15 Voir édition des folios 38vo-39vo de P, dans ce volume.

25[entre ce fragment du chapitre 9, et la phrase qui suit, empruntée au chapitre 10 de la Summula, P intercale une transition, qui n’est pas un emprunt à ce traité et un autre passage du chapitre 915]

26[...] ad portum Ecclesie primitiue conducet et,
   ad : om.BTVN
   primitiue : primitivum P

27nobilibus ortus de toto imperio debellando expulsis,
   ortus : ortis P ; de toto imperio] de imperio toto P ; explusis] se
add. P

28tribus de sua gente euulsis regibus
   tribus de]
om P ; euulsis : expulsis P

29cum ceteris ad terram inclitam pertransibit quam diuino cultui et Christi vicario subiugabit etc....
   terram] sanctam seu
add. BTVN   
   terram : terras P ; cultui : cultu P
Hec est enim illa petra Danielis II, abcisa de monte, seu de regno suo egresa,
   Hec-Danielis II] Hac illa petra Danielis II P ; regno suo : suo regno P ; egresa : om. P

30ad percuciendum noue statuam Babilonis
   noue : nouem T
   noue statuam : nouam estatuam P
   
et comminuendum aurum et argentum, hes, ferrum et testam eius et,
   argentum] et add.N ; testa : testamenta V
   comminuendum : cominuendi P ; argentum] et add. P ; hes] et add. P ; et : om. P

31deletis omnibus regnis, crescat in montem seu imperium magnum.
   deletis : de locis BVN
   deletis : dejectis P

32Hec est ista petra scandali que debet ponere terram desertam,
   scandali : escandali N
   magnum] et add.P

33necnon illa Ezechielis limpidissima petra
   Ezechielis : Ysaie N
   Ezechielis : ne [sic] P

34in cuius manibus regnum Sicilie debet dari. Istud eciam Ioachim videtur tangere, dicens :
   istud : illud N ; dari] Hec illa add. P ; Ioachim-tangere] videtur tangere Joachim P

35Egredietur regulus, cuius nomen est fortitudo, et in manu eius potestas dominantis iusticie,
   et : om .P ; justicie : justis P

36et veniet garriens et confringens hostes, et municionum diripiet ianuas,
   veniet : veniens P ; et : om. P

37et uastabit turres excelsas, et regnabit conculcans terram,
   uastabit : gastabit P

38et sedebit imperans super aquas, super uniuersum scilicet mare ;
   aquas] et add. BTVN

39   scilicet : om. P

40agricolas ecclesiasticos capiet et predabit in tantum, ut,
   agricolas] scilicet
add. T

41debachati dolore, ad locum unde primitus exierunt timidi reuertantur ;
   debachati : debecati M
   debachati : debilitati P, N ; ad locum : de loco in locum P   

42florentem deflorendo subiciet et hostes undique dissipabit,
   
deflorendo : deflorente P ; et : om. N

43et quis sibi resistere poterit, cum potestatem habeat ab Excelso?
   et : om. BTV
   sibi-poterit] resistere poterit sibi P ; potestatem] hanc add. P

44Ve, ue abitatoribus circa eam quia, cum garrire incipiet,
   ue ] ve
add. BTVN
   abitatoribus : habitantibus P, N    ; incipiet : ceperat P

45contremiscere faciet ecciam montes altos.
   faciet ecciam : etiam faciet V,N ; ecclesiam faciet T
   contremiscere : contremescere P ; ecciam : om. P

46Ipsa est enim filia aquile ferocissime, que hucusque prostrata dormiuit,
   ipsa : et ipsam BTV, et ipsa N ; enim] scilicet petra est
add. BTVN
   ferocissime : fortissime P

47que, cum excitata fuerit, expandet alas in predam et ungulas acuet in capturam
   excitata : exita T ; expandet : expandit N
   in : ad P ; in capturam : ad capiendum predam P

48rostrum aperiet ut deuoret inimicos ;
   capturam] et add. P

49ciuitates et castra alarum sonitu perturbabit et destruet subuertendo
   sonitu : sonitum P

50quia dure ceruicis populo sociabitur
   sociabitur : asociabitur BVTN
   sociabitur : sonabitur P

51qui centuplum restituet pro receptis
   centuplum : templum T ; pro : quod T
   qui : quia P ; restituet pro receptis] recipiet preceptis P

52et erit luctus nimius qualis non fuit a diebus preteritis,
   nimius : nimis BTN
   diebus] antiquis add.P

53et uniuersa lilia euellendo conteret et confringet et destruet spolia multitudinis cum furore,
   euellendo conteret] conteret euellendo P ; destruet : distribuet P                  multitudinis : multis P,N [dub.]

54nec erit qui sibi resistere poterit nec ecciam obuiare.
   poterit : possit N

55Nam uniuersas destruet acies paganorum et soldanorum acubitus extinget,            acubitus : arcubitus P

56et terras quam comprimunt infideles, cum iam tempus incipiet breviari, restituet vicario Crucifixi.    
tempus] eorum
add. P ; incipiet : incipiat P ; Crucifixi : Jhesu Christi P

57Sub pressura temporum istius principis, regna in declinacione erunt,
   regna : reges P

58magnates ruent et comunitates tam in terra quam in mari inclinabuntur
   ruent : erunt P

59et cadent, ut illud quod in Apocalipsi dicitur impleatur,
   cadent ] vel add.P ; Apochalipsi : Apochalipsis N

60scilicet, quod tercia pars maris facta est sanguis, et tercia pars nauigii interiit

61nam interim ceruigosa Sicilia triturabitur et, infatuata consilis, sedebit eius acies in ruina,
   cervigosa : cerviciosa P ; triturabitur : tritutabitur [sic] P ; sedebit : sedibit P ; ruina : ruinam P

62subcidiis infirmabitur et tam a suis domesticis quam ab externis populis lacerata manebit,
   ab externis : eternis N, P

63propter quod cuncta in ea erunt corda micancia et, a suis aduersionibus resupina,
   micancia : mirancia BVN, minancia T
   in ea erunt] erunt eorum P ; micancia : in cantica P   

64cumques unge aquile desinent eam restringere, gemina procella deuorabitur.
   cumque : cum BTVN

65Nauale bellum deponente in Siciliam, ueniet quod non solum opressos in ea liberabit,
   deponente : deponentem N

66sed per terram et per mare in regnum ueniens, Neapolim a quator angulis igne et gladio deuorabit.
   Neapolim : Neapoli N, P

67Populus uero insularis ut pila rotunda effectus, hinc inde per diuersas partes fugiens,
   effectus : factus P

68uix locum quietum in aliqua orbis parte poterit invenire ;
   
quietum : quietem BTVN
   parte : partem P ; invenire : pervenire P

  • 16 Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano proposent de retenir Acia ; Asta, nom d’une ville de L (...)

69sic fugabitur Calabria et Ianua porta Lugurium, idest Lombardia, in securi, et Asta16 deicietur in terra,
   Asta : Acia M, B, T, V
   Lugurium : Ligurium N, P ; Asta : astra N ; terra : terram N
   sic :
om. P ; et : om. P ; idest Lombardia] om.P ; in securi : infecuri [sic] P ; Asta : om. P ; terra : terram P
necnon et pisanorum plebs hemula erit protinus in suis adversionibus impedita ;
   et : in P ; plebs : populos P

70ledetur in suo flore Florencia et furens fauencia confundetur ;
   et : om. T
   suo : sua P ; furens : fures P

71calcabitur semel et iterum Gallia et trahetur in terram ;
   et trahetur in terram ] om.P

72Gallus cantabit et Anglia subcumbet, cuius uulgus in sagena fortiter oprimetur ;
   oprimetur : comprimetur BTVN
   Gallus-fortiter] om. P

73Yspania deficiet, Affrica et Arabia repelletur, cadet Oriens et Aquilo conticescet,
   deficiet] scilicet add. T ; repelletur : repellent N ; conticescet : contrascet N
   et : om. P ; Oriens : ariens P ; conticescet : consistet P

74flagellabitur Thucia et Licora plaga incredibili discindetur ;
   Licora : Liconia BTVN
   et-discindetur ] et litora maris plaga incredibil[i] discendetur P

75confundetur Grecia et manus aquile non euadet.

76Ab angelo pastor reuelabitur qui duobus aquile filiis benedicet,
   ab :
om. P

77quem romanum monarcham in Ytalia constituet, cui Grecia unietur ;
   quem : que N ; in : et T ; Ytalia : Italiam N ; unietur : uenietur T
   quem-monarcham] et unum in romanum monarcha P

78Roma quasi ad nichilum in temporalibus deueniet, sed in spiritualibus crescet.
   ad : in P ; temporalibus : temporibus P ; deueniet : eveniet P ; sed :
om. P ; spiritualibus : spirituabilus [sic] P

79Pastor pacificus, post multam peregrinacionem, animam Deo reddet et miraculis fulgebit in morte
   reddet : rediret P

80in prouincia sua inter flumen et lacum in planicie iuxta montem.
   inter : in T ; montem : montes N
   inter-montem] om. P

  • 17 Barbarismes : « tritutabitur, spirituabilus, ariens » ; omissions : de mots (13) de syntagmes (3), (...)

81Conclusions sur cet extrait :
P est un manuscrit d’une qualité assez médiocre, qui présente plus d’erreurs que les autres témoins : barbarismes, omissions, additions, fautes de grammaire et de syntaxe, leçons absurdes ou dénaturant le sens des passages concernés17. C’est toutefois une copie assez tardive et j’ignore combien d’intermédiaires il a pu y avoir entre P et le manuscrit « appartenant à la reine Éléonore » dont s’est servi l’auteur des prophéties copiées dans P.

82L’ancêtre de P, le manuscrit de la reine que nous désignerons comme P1, présente néanmoins l’intérêt d’être probablement le représentant d’une autre famille de textes que celle qui a permis d’élaborer l’édition critique de la Summula. P est en effet fort différent du bloc BTV : il ne reproduit aucune des additions, des omissions et des autres erreurs de BTV. Il n’a aucune variante alternative commune avec BTV. En particulier, il lit l’abréviation Joh. comme Job, alors que la résolution de Joh. caractéristique de BTV est Joachim.

83Si l’on examine séparément les ensembles constitués par BV d’un côté et T de l’autre côté, on constate, de même, que P ne reproduit aucune des erreurs propres à T ou à BV.

84P1 et P n’appartiennent donc pas à la même famille de manuscrits que BTV.

85Reste à déterminer leur position par rapport à M, qui est le témoin le plus ancien et, selon les éditeurs, le plus proche de l’original.

  • 18 L’énumération des rois de Sicile depuis 1282 se clôt dans M et P sur la mention de Louis Ier : « et (...)

86Dans les cas où P ne partage pas les erreurs ou les variantes communes à BTV et où ses erreurs éventuelles ne dénaturent pas le sens des passages où elles apparaissent (adjectifs épithètes non accordés, fautes de déclinaison...), P il lit souvent avec M, mais ceci n’est pas systématique. Ainsi, P ne présente pas le barbarisme debecati pour debachati — il ne copie donc pas M —, offre une meilleure solution dans le cas de Ligurium, que BTVM transforment en Lugurium et, surtout, donne nombre de variantes alternatives face à M. On retiendra les exemples de Jhesu Christi face à Crucifixi, expulsis contre euulsis, dejectis face à deletis, veniens pour veniet, gastabit contre vastabit, ad capiendum praedam pour in capturam. Enfin, dans le passage crucial du chapitre 4 concernant l’identification du onzième roi, P ajoute au texte livré par M18 que ce personnage pourrait être Pierre III d’Aragon.

  • 19 Summula, éd. cit., p. 207 : « [...] de regno Majoricarum, ubi fuerunt tres reges, sciliciet Iacobus (...)

87Il existe donc probablement deux recensions du Breviloquium : l’une dont témoignent M, B, T, V, F et F1, l’autre, représentée par P et le manuscrit de la reine. La seconde recension est très proche de la première, dans le temps, puisqu’elle s’interroge elle aussi sur la possibilité d’identifier le onzième roi à Louis de Sicile, qui mourut en octobre 1355. Enfin, seules les copies catalanes de la Summula (BTV) font remarquer que, contrairement à ce qu’affirme l’original, les rois de Majorque ne descendent pas de Pierre II et de Constance de Hohenstaufen19 : M et P1, qui n’en disent rien, pourraient donc ne pas être des copies catalanes du texte. Si on admet l’origine sicilienne de la Summula, les archétypes des deux recensions seraient siciliens, de même que P1 et M et la correction que présentent BTV ne serait intervenue que lorsque la Summula aurait commencé à circuler dans la couronne d’Aragon.

88Il est impossible, tant que nous ne disposons pas de P1, de savoir quand la séparation entre les deux recensions s’est produite. Remarquons toutefois que tous les manuscrits actuellement conservés en entier partagent un certain nombre de gloses avec M, qu’ils présentent dans le corps du texte. Si P1 présente ces gloses dans le corps du texte, alors, la séparation s’est produite après M, au même niveau que le « manuscript with glosses in text » ancêtre de BTV. Il faut alors postuler l’existence d’un second « manuscript with glosses in text », qui peut d’ailleurs être P1, résoud Joh. en Job, suppose que le onzième roi pourrait être Pierre III et contient les variantes alternatives de P.

89Si P1 n’a pas les gloses de M, alors la divergence des deux familles de textes s’est produite très tôt.

  • 20 Le passage omis est le suivant : « [ad cominuendum] duo cornua egressus est, sic de Yspania, seu Ca (...)
  • 21 « Este ms. viene del convento de San Agustín de Zaragoza (actualemente sabemos que los restantes ms (...)

90N inclut les gloses de M dans le corps du texte : il dépend donc du manuscrit « with glosses in text » supposé par Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano. Il est à rattacher au bloc BTV, car il a en commun avec ces manuscrits la plupart de leurs omissions, additions, erreurs et variantes alternatives significatives. Il présente notamment, comme BTV, un court texte en prose après le prologue versifié de la Summula, dont la première phrase apparait plus loin comme note marginale dans M. Il omet, de même que BTV, le long passage sur la concordance entre Alexandre le Grand et Pierre III, suite à un saut du même au même20. N ne partage cependant aucune des lectures qui isolent T de BV : N n’est donc pas une copie de T, comme on a pu le supposer21, et il doit être placé dans la branche BV. Ceci est confirmé par le fait qu’il possède au moins une erreur commune seulement à BV (mirancia pour micancia). Sa qualité est toutefois inférieure à celle de BV.

91Par ailleurs, N ne partage pas l’une des omissions de BV. Il présente en outre cinq erreurs, une addition et deux variantes alternatives (debilitati pour debachati, Ligurium pour Lugurium) communes avec P : on peut donc supposer que N est issu de la rencontre de textes appartenant aux deux grandes familles dont nous venons de démontrer l’existence, peut-être à travers des textes que j’appelerai X et X’.

92

Fig. 2 : Relations possibles entre différents manuscrits connus du Breviloquium.

Fig. 2 : Relations possibles entre différents manuscrits connus du Breviloquium.

d) Notes sur la traduction catalane des chapitres 9 et 10 de la Summula

  • 22 J. PERARNAU I ESPELT (éd.), « La traducció catalana medieval del Liber Secretorum Eventuum », ATCA, (...)

93Sans être aussi mauvaise que celle du Liber Secretorum de Roquetaillade, conservée dans le même manuscrit22, elle présente toutefois un certain nombre de défaillances qui la rendent parfois difficilement compréhensible. Ces erreurs me semblent devoir être classées en deux catégories, selon qu’elles sont imputables au traducteur ou au manuscrit latin auquel il fut confronté.

94- Erreurs du manuscrit latin

  • 23 Pour ne pas alourdir inutilement mon exposé, je désignerai désormais ce manuscrit par L (= manuscri (...)

95Le manuscrit consulté par le traducteur23 contenait vraisemblablement un certain nombre d’omissions, puisque des mots, des syntagmes ou des propositions entières manquent dans la traduction.

  • 24 Ces commentaires se trouvent respectivement p. 244 et 260 de l’édition d’Harold Lee, Marjorie Reeve (...)
  • 25 Glose : p. 250, éd. cit. Le passage portant sur le combat entre l’Antéchrist/XIème roi et le pape/r (...)

96Ne figure en particulier pas dans Carp. 336 la glose qui accompagne les commentaires de Dn. 8.3-12 et 8.20-25 dans les manuscrits consultés par les éditeurs du Breviloquium, ni celle qui concerne la septième tête du dragon du Nouveau Testament24. Un passage concernant la facette spirituelle de la lutte entre les rois du Nord et du Midi a été par ailleurs déplacé dans Carp. 336 et placé juste après la glose qui concerne ce combat, laquelle est d’ailleurs incomplète25. Il est donc probable que L présentait ces particularités et soit à placer avant M dans la généalogie des manuscrits.

97Tous les sous-titres du dixième chapitre ont disparu de Carp. 336. Ils ne figuraient donc pas dans L, ce qui n’empêche d’ailleurs pas qu’un espace ait pu avoir été prévu pour les accueillir.

  • 26 C partage 10 omissions ou erreurs avec BTV, 3 avec BV, 2 avec M, 1 avec P, V, B, BT, T ou BTVM ; to (...)

98Plusieurs hypothèses me semblent enfin pouvoir justifier les nombreuses omissions de mots, de syntagmes ou de propositions qui affectent le texte de Carpentras 336. Un certain nombre d’entre elles sont partagées par les manuscrits consultés par Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano, notamment par le groupe BTV : L les contenait donc probablement déjà et indique par là qu’il partage un ancêtre commun avec BTV, voire avec BV26.

  • 27 Éd. cit., p. 244.

99Parmi les erreurs propres au manuscrit de Carpentras, certaines résultent probablement de la dégradation progressive du texte au cours de sa transmission. Cela me semble par exemple être le cas de la substitution de « factum est grande [unum cornum modicum]27 » par « lo gran [corn] es trencat », §27, qui reprend un segment se trouvant plus haut dans le texte, où il était question cette fois de la grand corne du bouc de Dn.8.

  • 28 Éd. cit., p. 264, § 73 de notre édition de Carpentras 336.
  • 29 Deux passages portent sur les tribulations infligées par Antioche Épiphane, chapitre 9 (éd. cit., p (...)

100Un saut du même au même, que l’on ne sait à qui imputer — traducteur ou copistes — expliquerait par ailleurs la traduction de « in fine septimi temporis seu septimi apercione sigilii » par « en la fi del obriment del VIIè sagell28 », où sont confondus les deux compléments de fine. De même, les omissions qui dénaturent le sens des passages qu’elles affectent ou concernent des mots ou fragments correctement traduits par ailleurs 29 peuvent soit s’être déjà trouvées dans L, soit être intervenues au cours du passage de L à Carpentras 336.

  • 30 Citons, à titre d’exemple, la disparition de « uero » (dans de très nombreux cas), « minime et poti (...)
  • 31 « Circa X distinctionem est notandum quod, sicut ille antiqus serpens seu dracho usque ad Christi a (...)

101Certaines, enfin, me semblent dériver directement de l’opération de traduction. Le texte de Carpentras présente en effet une tendance à l’élimination des adverbes modalisateurs, des notations circonstancielles, des adjectifs épithètes, des connecteurs de reformulation et des phrases introductives du discours direct, pour peu que le décalage énonciatif soit suffisamment indiqué par le contexte30. C’est ainsi tout ce qui ne constitue pas le coeur du propos qui se trouve éliminé du texte : peut-être le traducteur a-t-il par là cherché à gagner du temps? Enfin, mais nous aurons l’occasion d’y revenir, nombre d’omissions apparaissent comme des refus de traduire, par ignorance du latin, incompréhension des passages concernés ou volonté de censure. Ainsi, des notations qui pouvaient apparaître comme secondaires ont-elles été supprimées, alors qu’elles étaient indispensables à la compréhension de l’exégèse par concordance ou à la vision de l’histoire de l’Église développée par la Summula31.

102Le texte de Carpentras comprend un nombre très élevé d’additions par rapport au texte latin de la Summula. La plupart tiennent aux déficiences de la traduction : incapable de rendre correctement la syntaxe latine, le traducteur a parfois tenté de redonner une cohérence aux phrases agrammaticales qu’il obtenait, d’où une amplification du discours et de nombreuses reformulations, introduites par « e aço », « ço es a saber » ou encore « ço es ».

  • 32 Citons, par exemple « obriment o declaració » ou bien encore « declaració o persecució » pour « ape (...)

103L’apparition de doublets et d’expressions offrant des alternatives tient, à mon avis, à une tentative de cerner au mieux le sens du texte latin. Tantôt, le traducteur livre deux interprétations d’un mot ou d’une expression, entre lesquelles il n’a pas voulu ou pas su trancher, tantôt, il tente de rendre compte par plusieurs mots du sens d’un seul terme latin32. Ces doublets peuvent également être des expressions figées en catalan.

  • 33 § 31 de notre édition.

104Le traducteur a complété le texte de la Summula par ses propres connaissances en astronomie dans le passage sur l’équivalence entre le règne des cieux et l’Église33.

  • 34 § 49 de notre édition.
  • 35 Sur 19 additions partagées, 14 le sont avec BTV, 2 avec BV ou T, 1 avec MV, BT ou M, soit 17 points (...)

105Certaines additions se trouvaient enfin certainement déjà dans L, notamment la mention finale, l'« Antioche-Egnoch » du § 49 — qui ressemble fort à une note marginale ayant atterri dans le corps du texte34 — et enfin toutes celles qu’il partage avec les autres témoins d e la Summula. L’examen de ces dernières conduit à la même conclusion que précédemment : L partage un ancêtre commun avec BTV35.

106- Difficultés de lecture du manuscrit latin

107Nombre d’erreurs me semblent ressortir à des difficultés de lecture du manuscrit latin qui a servi de base à la traduction. Le traducteur paraît notamment ignorer la valeur des différentes abréviations, y compris du titulus indiquant la présence d’une consonne nasale. Vu le nombre d’erreurs explicables de la sorte, il y a tout lieu de croire que le manuscrit latin consulté par le traducteur portait énormément d’abréviations.

108Des tituli ignorés sont à l’origine de lectures telles que « mudar » (déplacer) pour « mundare » (purifier), ou, plus fréquemment encore, de la transformation de troisièmes personnes du pluriel en troisièmes personnes du singulier (« se conte » pour « continentur », par exemple).

  • 36 Quelques exemples : « presequens » devient « perseguens », « propositiones », « preposicions », « p (...)
  • 37 « Hon axi, com per concordia toca lo regne de les gents apellades medes e al regne dels francesos, (...)

109Des confusions entre diverses abréviations, ajoutées à une ignorance manifeste du vocabulaire latin, sont responsables de l’apparition de multiples barbarismes ou absurdités. Le traducteur semble ainsi avoir eu beaucoup de difficultés à rendre l’abréviation « consonne vibrante+voyelle » et à faire la distinction entre les signes qui valent pour « per », « pre », « par » et « pro »36. Le texte initial en devient d’ailleurs parfois méconnaissable : ainsi, « Percia » — la Perse — devient-elle « partia » — il partait —, §29 : le < c > de « Percia » a été pris pour un < t > et l’abréviation de « per » confondue avec celle de « par ». Le mot concerné a changé de catégorie grammaticale et la phrase n’a plus aucun sens37.

  • 38 « Ut eciam de fortitudine et de stellis deiciat » (proposition subordonnée circonstancielle de but, (...)

110Les abréviations de « et » et « ut », très proches, en particulier dans des textes du XVe siècle, ont parfois été confondues, entraînant la transformation de propositions coordonnées en propositions circonstancielles, ou inversement38.

111Notre traducteur semble avoir des difficultés à distinguer les lettres < q/g >, < c/t >, < r/t >, < t/i >, < p/y >, < s/f >, voire, en position finale, < b > et < h >, ce qui donne lieu à des traductions totalement incohérentes, parfois doublées de barbarismes.

  • 39 « Robur autem datur est ei contra iuge sacrificium » (éd. cit., p. 244) est donc rendu par « fortal (...)

112Comment en effet expliquer autrement la traduction de « persequens » par « per conseguent »? L’abréviation de « per » a été correctement résolue, mais le < q > a été pris pour un < g > et le suffixe « per » détaché du mot auquel il était accolé : on obtenait donc « per seguens » et « seguens » a ensuite été interprété comme le participe présent du verbe « seguir ». L’affinité sémantique entre « seguir » et « conseguir », combinée à la nécessité de redonner un sens à l’expression obtenue, a fait le reste... De même, c’est sans doute la confusion d’un < c > et d’un < t > qui explique la transformation de « licora » en « litora » ou encore la traduction de « subcumbere » par « subtumbar » ; c’est bien une hésitation sur les graphies < t > et < r > qui fait que « Thucia » devient un étonnant « Rucia » ou bien, une confusion entre un < t > et un < i > qui seule, peut expliquer que < ei > puisse devenir < e > (« et » en latin39). La transformation de « sort [...] » en « forts » tient enfin bien entendu à la forme de certains < s > initiaux dans les écritures péninsulaires. La curieuse résolution de l’abréviation « Joh. » en « Job », peut enfin tenir à une confusion entre le < h > final de l’abréviation « Joh. » et un < b > final, confusion assortie d’une ignorance certaine des sources du Breviloquium et du contenu du livre de Job.

113D’autres formes étranges sont le résultat d’un comptage erroné de jambages, lorsque des nasales, des < u >, des < i > et parfois des < t > se trouvaient en contact. Ainsi, « sua », lu « sita » devient-il « situada » et « prouinciarum », lu « promiciarum », se transforme-t-il en « promicions ».

  • 40 Le traducteur catalan du LSE a également évité le syntagme « seudo-papa », le remplaçant par « fals (...)

114Les ligatures entre les mots ont également posé problème à notre traducteur, ce qui reflète une fois de plus sa piètre connaissance du latin. Ainsi, c’est parce que le verbe « eveniet » a été lu « e veniet » qu’il a été traduit par « e vendrà ». De même, seule une lecture de « Caldeorum » comme « cal deorum » permet de justifier une traduction aussi peu orthodoxe que « quals Deus ». Le syntagme « seu de papa » — siège du pape (§17) — qui n’a absolument rien à voir avec le syntagme latin qu’il est censé transposer — « seudo papa », soit « pseudo-pape » — pourrait trouver son origine dans une lecture de seudo comme « seu de40 ».

115Les erreurs se cumulent parfois : « apresi car » pour « ad predicandum » est à mon sens le résultat d’au moins cinq erreurs : la préposition « ad » est traduite « a » et est rattachée au gérondif qui la suit, le titulus signalant la présence du < n > de « predicandum » n’a pas été vu, la haste du < d > a été confondue avec la partie supérieure d’un < s > long et enfin le « um » final, probablement abrégé, a été lu < r >.

  • 41 « Et prosternetur ueritas, scilicet euangelica in terra, primo sub mistico Anticristo » (éd. cit., (...)

116Quelques erreurs me semblent être des lapsus, telles « mon » pour « nomen », — « nom » en catalan, « sanctificacio » pour « sacrificatio » (§32), « scampada » pour « prosternetur » (§33) ou encore « honor » pour « error41 ».

117-Erreurs liées à l’ignorance du latin

118Tout comme le traducteur du LSE, celui de la Summula était un piètre latiniste : ni la grammaire, ni la syntaxe, ni le lexique n’ont résisté à ses maladresses.

119-Conjugaison, modes et temps.

  • 42 Voir plus bas.

120Des confusions entre temps, voix et aspects, ainsi qu’entre les différentes formes personnelles du verbe sont les erreurs les plus fréquentes dans la traduction de la Summula. Le traducteur rend d’ailleurs au moins une fois compte de sa perplexité face aux formes de la conjugaison latine : « sub rege Assuero, qui regnavit super CXXVIII provincias » lui semble être au présent, puisqu’il traduit « regnavit » par « regna ». Néanmoins, il précise, s’étant ravisé, « ho hauia regnat », par quoi il démontre que les formes du passé sont pour lui nécessairement auxiliées, de même d’ailleurs que les formes passives, ce qui explique qu’il ait pu transformer des tournures passives latines en tournures actives. Il n’est pas toujours possible de comprendre la logique qui préside aux altérations observables, même si, ça et là, des phénomènes de censure ou d’actualisation sont décelables42.

121-Prépositions et conjonctions

122Le traducteur ignore apparemment les différentes valeurs des prépositions et conjonctions latines et propose des équivalences rigides, parfois inacceptables en tant qu’elles modifient les relations sémantiques entre les termes ainsi reliés. « De », suivi d’un ablatif d’origine est ainsi régulièrement interprété comme un complément de nom, avec plus ou moins de bonheur. « A », indiquant l’origine est traduit par « e », indiquant une localisation précise. « Quia », causal, devient invariablement le relatif ou la conjonction « que »; « unde », consécutif, est interprété comme simplement locatif et traduit par « en »; la valeur consécutive de « ut » est totalement évacuée; « ad » est toujours traduit « a », « idest » (connecteur de reformulation) est fréquemment rendu par un simple « e » et « sub » par « ço es »; « et » est souvent traduit « o » ou parfois « sobre », ce qui tend à prouver que dans la langue natale du traducteur « et » a de nombreuses autres valeurs que la coordination.

123Le traducteur semble ignorer aussi bien la valeur que la déclinaison du démonstratif ille, illa, illud.

124Les types de phrases ne sont pas toujours correctement reproduits ; on voit ainsi assez régulièrement des interrogatives indépendantes transformées en propositions affirmatives coordonnées. Les erreurs majeures de ce point de vue et du point de vue de la syntaxe en général tiennent à ce que le traducteur a traduit mot à mot, sans relire son texte, ce qui l’a conduit à disloquer la syntaxe des phrases latines complexes et à déplacer les délimitations inter et intra-phrastiques.

125Une caractéristique particulièrement remarquable de cette traduction est son ignorance manifeste de la Bible, au point que « Malachia », interprété comme un neutre pluriel, puisse devenir « malalties », « Mathias », « Messias » et les « Caldeos », des « quals deus », « quasi-Dieux », ce qui est franchement hérétique. La multiplication d’exemples de cette sorte en devient troublante, même en supposant que certaines des erreurs observées tiennent plus à l’ignorance du latin qu’à celle de la Bible. Les citations bibliques sont enfin également souvent estropiées.

126Quelques indices linguistiques tendent à prouver que la traduction daterait du XIVe siècle : la forme de relatif los qui, los que est toujours los cuals ; la formule per amor d’aço est correctement utilisée. S’il faut prendre la mention finale au pied de la lettre, alors la traduction est antérieure à 1367. Le roi Pierre III y est désigné comme « lo rey Pere de Ponent » : le traducteur n’est peut-être pas un sujet de ce roi.

127- Par ailleurs, le traducteur était vraisemblablement étranger au contexte intellectuel de production du Breviloquium. Il semble ainsi ignorer le principe de l’exégèse spirituelle et ses modalités — en particulier, la technique de la concordance et la lecture typologico-historique des textes prophétiques. Enfin, la vision de l’histoire developpée par le Brevoloquium lui a régulièrement échappé. Tous les passages où le Breviloquium affirmait que des choses restaient à accomplir dans le Nouveau Testament ont été vidés de leur aspect prophétique ; l’annonce du troisième âge a été supprimée ; l’Église des élus est donnée comme présente, de façon tout à fait orthodoxe, et non plus comme à venir, comme dans le Brevoloquium ; les passages pouvant suggérer une interprétation littérale d’Apc. 20 sont méconnaissables, de même que la vision typiquement joachimite du chevauchement des aetates. Ce faisceau d’indices concordants me fait penser qu’il y peut être là la trace d’une censure. Ceci est confirmé par la suppression de toutes les mentions à la conception de la pauvreté défendue par les Spirituels.

[Biblioteca de Palacio, Madrid, manuscrit II/3096, fol.38vo : fragments des chapitres 9 et 10 de la Summula seu Breviloquium]

  • 43 a) Job PR ; b) concordiam : tanto idiam PR ; c) Alexandria PR ; d) regne PR ; e) in PR ; f) super P (...)

12843In predictis verbis Danielis, dixit Johannesa, describitur casus regni Cicilie et regni Francie et regni Eclesie. Unde, sicut regnum Grecorum regnum Ispanorum per concordiamb ostenditur, et sicut Persia tangit Ciciliam, ita Macedonia Cataloniam, et sicut de Grecia seu Mecedonia Alexanderc, rex parvus et despectus, ad percutiendum Darium regemd medorum et ad cominuendum duo cornua ejus egressus est, sic de Yspania, seu Catalonia, egressu[rus] [e]st unus rex despectus ad percuciendum Darium regem Francorum et ad cominuendum radicitus duo cornua ejus, ut quod per regem Petrum qui cepit Ciciliam inceptum est, rege Carulo de insula Cicilie expulso et rege Francie in Catalonia mortuo ete ejus exercitu tam in terra quam in mari devicto, subf isto rege [seu] cornu parvo de suo semine [tota]liter inpleaturA1.

  • 44 a) Orientalem Bl ; b) et contra omnes : omnes enim Bl ; c) orientales Bl ; d) ortus om. PR; e) et o (...)

12944Dicit enim Johachim quod in Trinachia exaltabitur cor[nu] ejus, propter quod sequitur quod « factum est grande contra Meridiem et contra Occidentema » et contra omnesb meridionales partes et occidentalesc suo sub-[Fol. 39ro]-jugabit imperio et debellando reges [ortus]d, usque ad siccam arborem pertransibit. Ete sequitur : « etf contra fortitudinem, romani Imperii, domibus duorum regumg — Francie, Cicilie —, radicitus comminutisBh, unde Johachim : ‘Florentem defloren[do] subiciet. iUniversa lilia evellendo conteret et confringetj’ ».

  • 45 a) magnificatus PR ; b) describuere PR ; c) stellarum-mediocrum : stellarum, scilicet superiorum, q (...)

13045Sequitur : « Et magnificatuma est usque ad fortitudinem celi ». Hic incipit describereb persecutionem regni Ecclesie, unde Gregorius : « Regnum celorum presentis temporis Ecclesia dicitur ». Nam, sicut in celo sunt tres ordines stellarum : in firmamento, superiorum, et medio[c]rumc seu errancium, que in regione plenetica, et inferiorum, que in espera ignis prenostice nuncupantur, etd superiorum quee circa polum articum, mediarum vel mediocrum, que scilicetf infra circulum articum [et antarticum]g et inferiorum, que circa polum a[nta]rticum stabili fixione consistunt, sic et tres hierarchie seu gradus Ecclesieh esse dicuntur, sciliceti superiorum, qui estj prelacionis et mediocrum, quik est religionis, etl inferiorum, qui estm tocius multitudinis. Et sicut omnes stelle uno sole illuminantur, sic omnes supra dicti estatus uno papa seu unon pontifice gubernantur, unde iste rex dicitur « magnificatus usque ad fortitudinem celi », quia usque ad fortitudinem Ecclesie magnificandus est2. Et de hiis et de fortitudine et de radicitusn « ad portum Ecclesie primitivep conducet et, nobilibus ortusq de inperio toto debellando expulsis, tribus de sua gente evulsis regibusr, cum ceteris ad terrams inclitam pertransibit, quam divino cultu[i] et Christi vicario subjugabitt ».

  • 46 a) hac illa : hec est enim illa ; b) egressa add. PR ; c) nove Bl ; d) cominuendi PR ; e) et om. Bl (...)

13146Haca illa petra Danielis 2° abcisa de monte, seu de suo regnob, ad percuciendum novamc estatuam Babilonis et cominuendumd aurum et argentum ete es et ferrum et testam ejus [et], deject[is]f omnibus regnis, crescat in montem seu Inperium magnum. Etg hec est illa petra scandali que debet ponere terram desertam, necnon illa Ezequielish limpidissima petra, in cujus manibus regnum Cicilie debet dariC3.

  • 47 a) hec illa : eciam Bl ; b) et add. Bl ; c) justis PR ; d) veniens PR ; e) gastabit PR ; f) scilice (...)

13247Hec illaa istud etiam videtur tang[ere] Johachim, dicens : « Egredietur regulus, cujus nomen est fortitudo ; bin manu ejus potestas dominantis justiciec et venietd garriens et confringens ostes, [et] municionum dirripiet januas, et vastabite turres excelsas, et regnabit conculcans terram, et sedebit imperans super aquas, super uniuersumf mare. Agricolas eclesiasticos capiet et predabit in tantum ut, debilitati, de loco in locumg unde primitus exierunt timidi revertantur. Florentem deflorendoh subiciet et hostes undique discipabit, et quis resistere poterit sibi, cum potestatem hanci habeat ad Excelso? » Ve, ve habitantibus circa eam quia, cum garrire incipietj, contremiscerek facietl montes altos. Ipsa est enim filia aquile fortissime, que hucusque prostrata dormivit, que, [Fol. 39vo] cum excitata fuerit, expandet alas ad pred[am] et ungulas acuet ad capiendum predam etm rostrum aperiet ut deuoret inimicos ; civitates et castra alarum sonitun perturbabit et destruet subvertendo quia dure servicis populo sociabituro, quiap centuplum recipiet pro receptisq, et erit luctusr qualis non fuit a diebus antiquiss preteritis et, universa lilia conteret euellendo et confringet et destruett spolia multitudinisu cum furore ; nec erit qui sibi resistere poterit nech eciam obviare. Nam universas destruet acies paganorum et soldanorum acubitusv extinguet, et terras quas comprimunt infideles, cum jam tempus eorum incipiat breviari, restituet vicario Jhesu ChristiwD.

  • 48 ) a erunt PR) ; b) vel add. PR ; c) tritutabitur PR ; d) ruinam PR ; e) ab externis : eternis PR ; (...)

13348Sub presura temporum istius principis, reges in declinacione erunt, magnates ruenta et comunitates tam in terra quam in mari inclinabuntur et cadent,b ut illud quod in Apocalipsi dicitur impleatur, scilicet, quod « tercia pars maris facta est sanguis et tercia pars nauigii interi[i]t4 ». Nam interim cerviciosa Sicilia triturabiturc et, infatuata consilis, sedibit ejus acies in ruinad, subsidiis infirmabitur et tam a suis domesticis quam ab externise populis lacerata manebit, propter quod cuncta [in ea]f erunt eorum corda micanciag et, a suis aduersionibus resupina, cumque ungues aquile desinent eam restringere, gemina procella devorabitur. Navale bellum deponente, in Siciliam veniet quod non solum oppresos in ea liberabit, sed per terram et per mare in regnum veniens, Neapoli a quatuor angulis igne et gladio devorabit. Populus vero insularis ut pila rotunda factush, hinc inde per diversas partes fugiens, vix locum quietum in aliqua orbis partem poterit pervenirei. Fugabitur Calabria. Janua, porta Liguriumj, [idest Lombardia], in securi et Acia eicietur in terrak, necnon et Pisanorum plebs emulal erit protinus in suis adversionibus impedita. Ledetur in suom flore Florencia et fure[n]s Favencia confundetur. Calcabitur semel et iterum Gallian [lac.] oprimetur. Yspania deficiet, Africa [et] Arabia repelletur. Cadet Orienso et Aquilo conticescetp. Flagellabitur Tucia et Licoraq plaga incredibili discendetur. Confundetur Grecia et manus aquile non evadet. [Ab] angelo pastor revelabitur qui duobus aquile filiis benedicet et unum in romanum monarcha[m] in Ytalia constituetr, cuy Grecia unietur. Roma quasi ins nichilum in tempor[al]ibust evenietu, in spiritualibusv crescet. Pastor pacificus, post multam peregrinacionem, animam Deo reddetw et miraculis fulgebit in morte in provintia suaxE5.

 

1341 « In predictis-totaliter impleatur »: Breviloquium dist. 9, éd. cit. p. 245. Le texte que copie notre auteur n’est aucun de ceux que les éditeurs du Breviloquium ont consultés; il ne s’agit pas non plus de celui que copie BNM 6368 (1544), manuscrit qu’Harold Reeves, Marjorie Lee et Giulio Silano ne connaissaient pas (voir discussion sur ce point dans ce volume). Harold Reeves, Marjorie Lee et Giulio Silano supposent que le « Johannes » du texte doit être Pierre-Jean Olieu, mais n’ont pas identifié la référence précise du passage dans les oeuvres du franciscain; il est également possible que « Johannes » soit une mauvaise résolution d’une abréviation de « Joachim », auquel cas la source du passage serait à chercher chez Joachim de Flore ou dans un pseudo-joachimite. Les éditeurs du Breviloquium font remarquer que l’on trouve une exégèse proche de celle-ci dans le Liber Concordie de Joachim de Flore, fol 126ro (éd. cit.,p. 245, n. 42).

1352 « Dicit enim Joachim […] ad fortitudinem Ecclesie magnificandus est » : Breviloquium, dist. 9, éd. cit., p. 246-247, à partir de Grégoire, Homiliarum in Evangelia, 2.38.2 (PL 76.1282), de Dn. 8.9-11 et d’une prophétie attribuée à Joachim de Flore que personne n’a encore identifiée. Le début de la phrase suivante ne se trouve pas dans le Breviloquium mais sert ici de transition entre ce passage et le suivant, qui appartient à la dist. 10, et qui fait intervenir la même prophétie attribuée à l’abbé de Flore.

1363 Dn. 2.34-35 et 2.44-45; Ez. 26.4 et Is 8.14.

1374 Apc. 8.8-9.

1385 « Ad portum Ecclesie primitive-in provintia sua » : Breviloquium, dist. 10, éd. cit., p. 260-261. « Ad portum Ecclesie […] subjugabit » est emprunté à une Sibylle qui demeure non identifiée. La prophétie suivante (« Egredietur regulus […] Excelso ») n’a encore jamais été trouvée ailleurs que dans le Breviloquium et n’est pas de Joachim de Flore.

Distintiones 9 et 10, Summula seu Breviloquium : notes historiques

139A) « Regem Petrum qui cepit Siciliam » est Pierre II d’Aragon (1276-85), I de Sicile (1282-1285), devenu roi de Sicile après la révolte des Vêpres siciliennes qui en expulsa les français (31/03/1282) et qui s’était vu offrir la couronne par les siciliens en vertu de son mariage avec la dernière héritière de Frédéric II, Constance. Le roi Charles (Ier, duc d’Anjou) fut effectivement chassé de Sicile, et les aragonais ne se contentèrent pas de dominer l’île de Sicile, puisqu’ils prirent également pied sur la partie péninsulaire du royaume. Pierre II fut couronné roi de Sicile à Palerme en septembre 1282. Alors que le conflit semblait devoir durer, le pape Martin IV excommunia Pierre II (09/11/1282), jetta l’interdit sur le royaume d’Aragon, déposséda Pierre II de ses royaumes, qu’il attribua à Charles de Valois (27/02/1284), et lança une croisade contre les « rebelles ». La Catalogne résista à l’invasion qui se termina par une retraite piteuse et la mort du roi Philippe III (10/1285) — « rege Francia in Cathalonia mortuo » —. La paix de Caltabellota (08/1302), aboutit à une division du royaume de Sicile en deux (Trinacrie, aux mains des aragonais et Sicile, angevine, autour de Naples). Cette partition devait s’achever à la mort de Frédéric II de Trinacrie et liait les deux dynasties par des alliances matrimoniales. La question de la possession de la Sicile se reposa en 1313, lorsque Frédéric fit jurer son fils Pierre comme roi de Sicile, au mépris des dispositions successorales arrêtées à Caltabellota. Une guerre larvée reprit, augmentée de fortes dissentions au sein de l’île. En 1373, la papauté, la reine Jeanne de Naples et les aragonais de Sicile parvinrent à un accord : Frédéric III et sa descendance restaient en possession de l’île comme « rois de Trinacrie », l’île étant fief du royaume de Sicile et arrière-fief du Saint-Siège, mais avec hommage direct à ce dernier ; la succession féminine était admise. Après la mort sans héritier mâle de Frédéric III (1377), Pierre III d’Aragon réclama en vain auprès du pape la réintégration de la Sicile à la couronne d’Aragon. Il décréta finalement en 1380 que le royaume lui revenait, d’après le testament de Frédéric II, en vertu du principe de l’exclusion des femmes de la succession et au mépris des droits de la fille de Frédéric III, Marie. Chacun des partis en présence cherchant à s’emparer de Marie de Sicile, Pierre III finit par l’enlever, puis par envoyer des troupes en Sicile et donner le royaume à son fils Martin (11/06/1380). En 1390, le mariage de Marie de Sicile avec le fils de Martin transforma l’intégration de l’île au royaume d’Aragon en situation de droit. « Isto rege cornu parvuo de suo semine » est donc Pierre III et le texte date au plus tôt de 1313, au moment où renaissaient les tensions entre angevins, papauté et aragonais quant à l’avenir de la Sicile.

140B) Par conséquent, « domibus duorum regem radicitus comminuendis — Francie, Sicilie » exprime le désir des aragonais d’en finir à la fois avec les angevins de Sicile et avec l’attribution du royaume à la branche cadette des comtes-rois. Ceci n’advint qu’à la mort de Martin le jeune, qui ne laissait pas d’héritier, en vertu de quoi le roi d’Aragon Martin « le vieux » devint roi de Sicile. Ce rattachement au royaume d’Aragon fut confirmé en 1412, lorsque Ferdinand Ier se fit reconnaître roi par les siciliens, avec l’accord de la veuve de Martin le Jeune, qui assurait jusque-là la régence. Le Breviloquium commentait ici Dn 8.3-12 et un texte attribué à Joachim de Flore qui ne concernait probablement pas Pierre III à l’origine. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse de l’une des prophéties composées au moment du triomphe des angevins sur les derniers Hohenstaufen et qui appelaient de leur voeux le « troisième Frédéric », empereur germanique des derniers temps, vainqueur des français et également chargé de la renovatio joachimite.

141C) Selon toute vraisemblance, s’il s’agit bien de Pierre III dans les lignes précédentes, cette « petra scandali » est sa troisième épouse, Éléonore de Sicile (épousée en 1349). Soeur des deux rois de Sicile Louis Ier et Frédéric III, elle revendiquait l’héritage sicilien et était secondée en cela par son mari, tout comme Pierre II s’était appuyé sur les droits de sa femme Constance pour régner sur l’île. Dans le Breviloquium, ce texte concernait également Pierre III; il s’agissait cependant du commentaire d’une prophétie attribuée à une Sibylle et qui visait plus vraisemblablement au départ Pierre II et Constance de Hohenstaufen, « infans, cujus nomen in Petra fundabitur, cui pulla aquile unica conjungetur », s’appliquant parfaitement à ces deux souverains (éd. cit. p. 260).

142D) Éléonore se voit ici appliquer la prophétie pseudo-joachimite mentionnée dans la note B), dans un programme eschatologique qui intègre à la fois des éléments traditionnels (destruction de l’Islam, restitution des lieux saints à l’Église, domination universelle, réforme de l’Église), les enseignements du Vae Mundo (vocation d’une figure impériale à dominer le peuple sicilien « dure cervicis » par la violence) et les aspirations catalano-aragonaises à s’emparer de l’île (la lignée impériale, écartée du pouvoir — « en sommeil » comme dans la prophétie du pseudo-Méthode — est vouée à reprendre pieds en Sicile).

143E) Pierre III retrouve ici le rôle destructeur de onzième roi et sixième tête du dragon de la Summula, dans un programme eschatologique qui reflète les vissicitudes politiques de son règne. On pourrait en effet voir dans « regna in declinatione [...] et cadent » une référence aux difficultés économiques graves que connut le royaume pendant un règne très agité, puis au fait que Pierre III parvint à venir à bout de la Unió et, globalement, à contenir une noblesse turbulente. Il me semble ensuite que « cerviciosa Sicilia [citation du Vae Mundo] triturabitur [...] pervenire » rend tout d’abord compte de la guerre civile qui déchirait l’île de Sicile et des conflits liés aux appétits des puissances régionales, avant d’appeler à la conquête de l’île puis du royaume de Naples par le Cérémonieux. Les peuples que doit abattre « istius principis » sont précisément ceux avec qui Pierre III fut en guerre à un moment ou à un autre : parti anti-aragonais en Sicile, république de Gênes (ennemi héréditaire!), France, berceau de la dynastie angevine, Castille de Pierre le cruel et Angleterre, lorsqu’elle s’allia à Pierre de Castille, Grèce, où les catalans après avoir été trahis par l’empereur qui les avait appelés à son aide contre les turcs (1305), fondèrent les duchés d’Athènes et de Néopatrie. La fin du programme abandonne l’image de l’aragonais fléau de Dieu pour développer une autre variante de la figure de l’Empereur des derniers temps, existant depuis le Liber de Flore de 1305 : l’union avec le pape angélique des spirituels et des béguins pour unir grecs et latins et réformer l’Église. Enfin, les « duobus aquile filiis » sont bien entendu les deux fils de Pierre III et Éléonore, Martin et Jean.

[Bibliothèque municipale de Carpentras, manuscrit 336, traduction catalane des chapitres 9 et 10 de la Summula]

  • 49 Dans les notes de bas de page, C signifie : manuscrit 336, bibliothèque municipale de Carpentras ; (...)

144[fol. 76vo] 49Esplegada es la VIIIa distinccio, comensam la nouena, la qual tracta dels VII sagells del Nouell e del Vell Testamenta.

  • 50 a) deuem-notar : est notandum quod ; b) decursus ; c) en un temps-respon : in VII tempora ad se inu (...)

14550En ves la VIIIIa distinccio, deuem entendre e notara com axi com tot lo corsb del Nouell Testament e Vell Testament en un temps la hu ab l’altre per concordancia responc, axi per semblant manera en ves els matexos los VII sagells per concordancia la hu ab l’altre s’entenend, en tant que les coses les quals son feytes en lo Vell Testament, aquelles vistes, en lo meu entenimente demostrara[n] clarament les coses faedores en lo Nouell Testament ; e aço aparra [Fol. 77ro] clarament cada hu per son orde.

  • 51 a) Primerament-Testament add. C.

14651Primerament, [primer] senyal del Vell Testamenta.

  • 52 a) veiam-lo qual add. C ; b) primerament add. C ; c) la fi-dit : consumacio uero eius ; d) sub quo (...)

14752Primerament adonchs, veiam lo primer senyall del Vell Testament, lo quala es estat començat en Jacob patriarcha, jatsia ço que primeramentb hagues comensament en Abraam. La fi del començament damunt ditc es stada en Moyses e en Josue, sots los qualsd fo la batalla dels Egipcians contra los fills de Israel, la qual batalla fo per Pharao rey de Egipte. Sots lo temps aquest, se conten de Abraam e dee Isach e de Jacob e dels fills e dels nabots d’aquells e de la triga e de les plagues de Pharaof e del passament de la mar roia e del liurament de la ley — la qual fou donada al munt de Sinay — e del eximent dels fills de Israel, eg de Egipte, e de Moyses e de Aron, e dels XII trips del poble de Israel. Encara mesh, sots lo temps damunt dit, los XII trips de Israel prengueren la lur pri, lo V pochs de temps, lo VII [lac.]i. Totes les [Fol. 77vo] coses ja scrites e damunt dites, hon han agut lur compliment en los iorns de Abraam patriarcha, comptant a ell fermament finant fins a la mort de Josuej1.

  • 53 a) continetur est sous-entendu, ici ; b) in quo ; c) en lo qual-juheus : a sinagoga iudeorum ; d) p (...)

148Primer senyal del Nouell Testament:
53Sots l’obriment del primer senyal del Nouell Testament, se conten la persecucio dels Juheus contra la sglesia de Jhesu Crist. Sots aquest temps specialment, se conte lo principi del Euangeli de sant Luch, en lo qual parla de Zacharia sacerdot e de sant Johan fill d’aquell, per lo qual fou bateiat Jhesu Crist. Axi matex, parla de la natiuitat de Jhesu Crist e de la passio d’aquell e dels dotze apostols e dels altres dexebles, ço es a saber los LXXII; e axi metexa lo Libre dels feyts dels apostols compilat e fet per aquell matex Luch, lo qualb es scrit de la separacio dels fels catholichs — en lo qual en la sinagoga dels juheus— e axi matex diu de l’aueniment del Sant Sperit sobre los fels. E axi metex parle [Fol. 78ro] dels dos apostols derrers, ço es sant Pau e Barnabas, los quals foren en predicacio de les gents primeresd, entro a la dormicioe de sant Johan euangeliste. Sots aquell mateix specialmentf se conte la primera part del libre de l’Apocalipsi, en lo qual diu sant Johan que fo feyta a ell reuelacio dels sants misteris, e aço « en diumenge2 », per la qual cosa en aquell temps matex — ço es del diumenge— se començaren esser reuelats los sants misteris. Sots aquell temps matex, son fundades V sglesies principals e altres, en les quals fundades en Asiah, de les quals mencio se fara en aquesta partida3.

  • 54 a) Secundum ; b) Testament add. C ;
  • 55 a) e acabat-finat : consumatum est ; b) continentur ; c) en los-Josue : a diebus scilicet Josue ;

14954Dosa senyals del Vell Testamentb :
55Lo segon senyal del Vell Testament comença a Moyses e a Josue, e acabat es estat e finata vertaderament en Samuel e Dauid, sots lo qual fou la batalla dels cananeus contra los fills de Israel. Sots aquell matex temps, se conte[n]b les batalles dels [Fol. 78vo] fills de Israel, les quals hagueren hagudes ab les cananeus e diuerses gents, segons que es scrit en les gestes de Josue e en lo Libre dels Jutges en los iorns, ço es a saber, de Josuec fins ha Dauid rey4.

  • 56 a) testament add. C ;
  • 57 a) o declaracio add. C ; b) tactum est ; c) e turmentats add. C ; d) En-matex add. C ; e) santa mar (...)

15056Segon senyal del Nouell Testamenta :
57Sots l’obriment o declaracioa del segon senyal del Nouell Testament, se conte la persecucio dels pagans feyta contra la sglesia de Jhesu Crist. Sots lo temps matex, axi com contat es b, se conten les batalles dels pagans contra la sglesia de Jhesu Crist, o dels sants martirs qui en l’ara santa de la Sglesia sont stats morts e turmentatsc. E·n aquell temps matexd, la santa maree Sglesia molt en gran manera es stada aflegida, segons que spiritualment se conten en la segona part del Apocalipsi, en la qual son uberts VII senyals en figura de caualcans e de cauall, e d’altres forts diuerses ymatges, per los quals son demostrats [Fol. 79ro] diuerses maneres de persecucions e dels perseguits5f.

  • 58 a) incepit ; b) uero om. C ; c) e axi matex : siue eciam ; d) cisma ; e) feu colre : docuit colere  (...)

151Terç senyal del Vell Testament :
58Lo terç senyal del Vell Testament comensama a Samuel e Dauid e·s stat finat e complitb en lo temps de Elies e de Elizeu, sots lo qual fo la batalla dels Siris contre X trips de Israel primerament, en apres contra cada hu dels regnes. Sots aquell temps matex, se conte la batalla dels fills d’Israel haguda ab los ciris e ab los felisteus e ab altres diuerses gents; e axi matexc entre Juda e Israel per la contesad la qual s’esdeuench en los dies de Roboam, fill de Salamo, quant Jeroboam, fill de Nabach, pres e tolch a ell los X trips e aquells feu fornicar al deu seu. E aquell fo aquell lo qual feu colree deus stranys — ço es a saber dos vedells d’or — e feu departir de la casa de nostre Senyor tota la gent, per tal quef ell mort no tornassen en Jherusalem ni a Dauid rey seu, masg aquesta contesa [Fol. 79vo] o batalla perseuera en terra la casa de Dauid e la casa de Joseph, del començament del regne de Roboam entro ha Elies profeta, segons que es scrit en los libres de Samuel6.

  • 59 a) o declaracio add. C ; b) la contrauersia-haguda : conflictus catholicorum doctorum habiti ; c) s (...)

152Terç senyal del Nouell Testament :
59Sots l’obriment o declaracioa del terç senyal del Nouell Testament, se conte la persecucio
dels arrians contra la sglesia de Jhesu Crist. Sots aquell mateix temps, se conte la contrauersia dels catholichs doctors, la qual fou haguda
b contra algunes gents tenents mala secta hapellatsc arrians, gots, vantadersd, longombarts ee ab altres gents de Persa. Contraf les sglesies dels latins e dels grechs, axi com contra Jherusalem e Samaria, fou gran descensiog e perseuera la honorh dels Arrians, e moltes d’altres errors en les sglesies dels grechs, e açoi fins a la fi. Per semblant manera en temps passat fo dels fills de Israel, fins al temps de la transmigracio lur, e no defalliren en aquelles riquesesj. Conten-se aquesta contra [Fol. 80ro]-uersia, la qual haguerenk contra los heretges en la terça part del Apocalipsi, sobre aquell pasl dels VII angles tocant trompetes e diuerses coses les ymatges7m.

  • 60 a) Testament add. C ;
  • 61 a) incepit ; b) Ezechia ; c) e dels-despoblats : et X tribus depopulate sunt ; d) qui add. C ; e) e (...)

15360Quart senyal del Vell Testamenta :
61Lo quart senyal del Vell Testament comensama en lo puiament de Elies e de Elizeu; fou complit e finat vertaderament en Ys[a]ias e Ysaihab, rey de Juda, sots lo qual fou la batalla dels assiris e dels X trips son despoblatsc. Sots aquests quatre temps, se contenen les gestes de Elies e de Elizeu, los quals feyen vida solitaria, e les filles dels proffetes quid fahien vida comuna, e ells quals axi matex un resembla Elizeue. Mesf les batalles de Ezechiel, rey dels assiris, eren pus fortg contra los fills de Israel, segons que·s conten en lo quart volum dels Reys en los dies ço es [de] Elies e de Elizeuh, entro ha Ysaies proffeta e Ezechiel, rey de Juda8.

  • 62 a) o declaracio add. C ; b) siue ; c) hoc ; d) uirgines ; e) et cetera om. C ;

154Quart senyal del Nouell Testament :
62[Fol. 80vo] Sots l’obriment o declaracioa del quart senyal del Nouell Testament, se conten la persecucio dels arabichs eb dels serrayns o de la quarta bistia pujant de la mar, la qual hauia VII caps e X corns, axi com es scrit en lo Apocalipsi en lo XIIIe capitol9. Sots aquestsc IIII temps clareiaren les verguesd e·ls ermitas, mas les batalles dels serrayns son exides sots aquestse IIII temps, segons que·s demostra en la IIIIa part del Apocalipsi, en specia de la bistia puiant de abis10f.

  • 63 a) proffeta add. C ; b) et ; c) uero om. C ; d) excidio ; e) lo qual se rapporte à «sinque senyal»  (...)

155Sinque senyal del Vell Testament :
63Lo sinque senyal del Vell Testament comença en Ysaias proffetaa ab Zacharia, rey de Juda; fo complit e finatc en exidad de Jherusalem e la transmigracio de Babilonia, sots lo quale fo la b[ata]lla [de]ls qualsdeus. Sots aquest V temps, cessaren les batalles d’aquells de Siria —dats en les mans d’aquells X tripsf, e es conformatg lo regne de Juda en la ma de Ezechia; [Fol. 81ro] feu mudar la casa de nostre Senyor e feu restaurar l’offici dels diaquesh, per ço que encercassen nostre senyor Deu seu, profetitzanti Ysaies, Ose, Michea, Sephonia e Jeremia e molts d’altres homensj. Son los qualsk escamparen l’almaratxa de la ira de Deu seu sobre les inmundicies del poble, en los dies — ço es de Ysaiesl profeta —, entro la transmigracio de Babilonia, denunciant les males ventures que hauien de venir sobre Judea e Egipte e en Babilonia e sobre molt poble qui eren de les regions vehines; de que les damunt dites, jatsesia que tansolament parlassen d’aquells, mes de molts altres per semblant maneresm. Masn fo aquesta quinta persecucio contra los fills de Juda, [de] Necharo, rey de Egipte, e de Nabugadenasor, rey de Babilonia11.

  • 64 a) Testament add. C ;
  • 65 a) o declaracio add. C ; b) demanant o incercant : querencium ancillare ; c) e dades-Sglesies : dat (...)

15664Lo Ve senyal del Nouell Testamenta.
65Sots l’obriment o declaracioa del Ve senyal del Nouell Testament, se conten la persecucio dels alamanys [Fol. 81vo], demanant ho incercantb la libertat de la Sglesia. Sots aquest quint temps, cessaren les batalles dels serrayns e dades en les mans d’aquelles X sglesiesc. En aquell temps matexd, fo conformadae la sglesia latina en les mans de Gregori gran e son exits d’aquella homens spirituals, los quals son stats zelants del zel de Deu « a fer veniança en les nacions12 » incrediblesf, no de coltell de ferre mas de coltell spiritualg, segons que·s conte en la quinta part del Apocalipsi, en lo senyalh del temple de nostre Senyor e dels VII angles, aquells complidament scampant les maratxes de la ira de Deu e[n] la terra13i, abseganj la pensa dels peccadors qui estan en aquella, segons la peraula de Ysaies : « Sie absegat lo cor d’aquest poble e agreuia les orelles e tanca los ulls del, que per ventura no sien conuertides a ellk pus males coses14 ». Vertaderamentl aquests angels15 o proffetes o religiososm començaran escampar l’almaratxa de la predicacio [Fol. 82ro] en los dies ço es de Osiesn o de Gregori lo gran, entro la transmigracio de Babilonia, escampant e denunciant les males ventures, les quals deuien venir sobre Judea, o del regne de la sglesia romana, o de Egipte, o del regne de França o de Babilonia, o de Roma o sobre molts poblesp, los quals son en lo veynat de les regions damunt dites. E jatsesia ço que la quinta persecucio contra los clergues fos començada per l’emperador Frederich eq per Nacahon, rey de Egipte o de França, sots lo qual papa Bonifaci fo pres e metzinat, o encara mesr per lo duch de Bauari — o emperador —, sots lo qual fo diuisa la uniuersal Sglesia, constituida ydola seu de papa en la ciutat romanas, empero entorn la fi d’aquest temps ot en lo començament del VIe senyal qui seguexu, sots Nabugadonasor, emperador Roma ev de la sement del Frederich damunt dit, lo qual en lo començament no fo tribulacio ne persecucio contra la Sglesia, mes aquella persecucio [Fol. 82vo] speraren entro a la transmigracio damunt ditaw, axi com clarament aparra en la declaracio del VIe senyal.

  • 66 a) incepit ; b) e add. C, uero om. C ; c) en los quals-spauentats : in quibus timore insolito concu (...)

157Size senyal del Vell Testament :
66Lo size senyal del Vell Testament comensama en Ezechiel e Daniel, eb es stat complit e finat en Sdras e Ananies. Sots aquest VIe temps, se conten la transmigracio de Jherusalem e la persecucio de Babilonia, hoc encara mes dues tribulacions, les quals molt fortment son exides contra los fills de Israel, en los quals fo molt grant temor ho pahor e lurs coratges foren spauentatsc. La primera tribulacio es stada sots Ezechiel e Daniel, la qual cosa se lig de Judich en lo seu libred sots Nabugadonasor, rey de Siria. La segona tribulacio sie es stada sots Josue, sacerdot gran, e sots Zorobabel, fill de Salatiel, sots los quals es hedificat lo temple de nostre Senyor e los murs de la ciutat en angustia dels temps16 als profetitzantsf en Judea — ço es Aggeas e Zacharies —, e puys [Fol. 83ro] apres aquelles malaltiesg. Aquesta tribulacio es legida e·s ligh en lo libre de Ester, sots lo rey Assuer, lo qual regna — ho hauia regnat— sobre CXXVIIj prouincies, o sots Anthiocus rey [sobremuntant]k totes les altres tribulacions dels altres temps.

  • 67 a) o declaracio add. C ; b) iterata om. C ; c) sots aquell-dels : siue ; d) suorum om. C ; e) aci d (...)

158Lo VI senyall del Nouell Testament.
67Sots l’obriment o declaracioa del VIe senyal del Nouell Testament, se conten la persecuciob de la IIIIa bistia, segons que·s lig en l’Apocalipsi en lo XIII capitol. Sots aquell temps matex, se conten la persecucio delsc quatre regnes e delsd X reys, los quals se leuaran contra l’Imperi de Roma e contra la Sglesia — aci deu hauer « una bistia qui ha al cap VII caps e en la coa X r[e]ms drets17e ». Hon deuem saber e notar que es scrit en l’Apocalipsi en lo XVII capitol, hon diuf : « Eng los X corns que tu as vists en la bistia son X reys, los quals no han encara començat de [Fol. 83vo] regnar, mas que an les potestats axi com a reys una hora » e un matex temps. E·n aquell matex temps VIe, aquests X reys « pendran » e hauran « un consellh » contra la cristiandat, ço es que « la lur potestat liuraran a la bistia18 » o al solda; ila cadira de la bistia es Babilonia. Segueix-se aqui matex que « aquells reys damunt dits hauran en oyj » la sglesiak « fornicaria19» — ho la sglesia carnal — cor jatsia aço que lauors se leuaran contra Jhesu Crist e contra la universal Sglesia, mes empero Jhesu Crist no liurara en les mans d’aquells sino la sglesia dels homens cristians carnals. Segueix-se que aquella sots la sglesia dels carnals, ho los simples de aquella « meniaran20 », o liurraran a les bisties a meniar, e aquella deuoraran de faml e de coltellm e la ossa de aquella o los fonsn forts de aquella cremaran per foch, hon diu aqui matex en lo VIe que « dada es en aquells » — ço es als reys damunt dits— « potestat de auciure per coltell e per fam e per [Fol. 84ro] mort, e axi matex sobre les bisties de la terra21p ». Segueix-se aqui matex que diu queq « Deur ha donat en lo cor d’aquells que fassen aquella cosa la qual a ell es plasent : ço es ques donen lo lur regne » ho la lur potestat « a la bistia, entro que sien complides les paraules de Deu22 ». Segueix-se que diu aquit : « E la fembra la qual as vista es la ciutat gran » o la Sglesia per tot lo mon scampada, « la qual ha regne ou senyoria sobre tots los reys de la terra 23v ».

  • 68 a) comensara-Israel : incipiet transmigrare spiritualis Ysrahel ; b) hon-coses : unde quinque sunt (...)

15968Sots aquest matex temps VI, comensara la transmigracio spiritual de Israela, entro que sia percudida Babilonia noua24, hon deuen açi entendre e notar V cosesb, les quals per semblant manera se contenen en lo Vell Testament. Primerament, la transmigracio de Jherusalem o de la sglesia spiritual. La segona es la persecucio de Babilonia nouella. La terça es la primera tribulacio, la qual foc sots [Fol. 84vo] aquell Rey XIe. La quarta es la redificacio del temple e dels murs de la ciutat. La Va e la derrera, la segona tribulacio sots aquel Antecrist gran.

  • 69 a) tangitur ; b) si add. C ; c) que la spiritual Jherusalem : illa spiritualis Ierusalem ; d) e d’a (...)

16069La primera cosa que us hic es demostradaa sib es la transmigracio que la spiritual Jherusalemc o de la sglesia dels elegits e d’aquella dels generals gentils, la qual fo desertad, e aço per los fils de la serpent — ço es de Antecriste. Hon axi com envers lo primer començament vell,f apres dels XII patriarques los quals foren Moyses e Aron e els altres homens nomenats, los quals amenaren lo poble de Israel de Egipte, lo qual poble fou tret deuant la fas del poble de Egipte, e perseguint aquellsg, he axi envers lo principi del segon stament del Nouell Testamenth, apres los dotze apostols son elegits, per nostre Senyori son elegits dos — ço es a ssaberj Pau e Barnabas —, los quals aparellassen la via al poble fel, lo qual fo gitat de la [Fol. 85ro] Sinagoga vehent la fas del poble e dels juheus preseguentsk. Axi matex, enuers lo començament del stament terç — lo qual era de plenitut— apres XII homens euangelicals, seran elegits II homens molt noblesm per l’Esperit Sant aparellar la via al poble fel, lo qual deu exir de la sglesia dels cristians carnals — de la fas del poble de Babilonia perseguents aquells—, axi com aquells passants per los deserts dels homens sensibleso entrant en la terra de la qual ix let e mel25.

  • 70 a) enim om. C ; b) tum ; c) la sua add. C ; d) ab la senyera-aquella : in dominium regis Francie a (...)

16170Aquell fugimenta lo qual Jhesu Crist feu ab la sua mare de Jherusalem en Egipte de la fas de Herodes26 — emperob en lo VIe any seu torna en Jherusalem e aqui fou passionat sots lo segon Herodes —, significa aquell fugiment o transmigracio lo qual feu lo sobira bisbe ab la suac mare la sglesia de Roma ab la senyera del rey de França a la fas dels emperadors, ço es de Frederich e dels altres, los quals destroexen [Fol.85vo] aquellad. E si de la ma d’aquell emperador Frederich e d’altres volene scapar, empero en les mans d’aquell matex Frederich, ho en algun de la sua sement, e dels tirans romans, al VI any e al VIe temps — de que vulla o no vulla— couendra aquella a tornar, sots lo qual altra vegada Jhesu Crist sera conegutg, axi com ell dix a sant Pere  : « Vaig altra vegada a esser crucificat en Roma27h », e aço quei la transmigracio de Babilonia misterialment sia complida.

  • 71 a) ço es que-infels : de Christianitate ad partes infidelium nacionum ; b) discipuli ; c) et om. C  (...)

16271Mes, aquell fugiment ho puiament lo qual Jhesu Crist feu de grat apres lo baptisme de flum Jorda en lo desert, significa aquell fugiment o transmigracio, la qual es feta de grat, que deuen fer alguns homens spirituals  : ço es que fugen de la cristiandat e que vagen en les parts de les nacions dels infelsa. Per semblant manera, aquell fugiment lo qual feren tots los apostolsb, feyta la Cena, en aquella nit de les tenebres de la presoc de la condempnacio de la vida e de la persona de Jhesu Crist [Fol. 86ro], fugint deça e della, axi matex per semblant manera com fa lo bestiard escampant per lo desert sens pastor e per les coues de les muntanyes, la hu no sperant l’altre, significa [a]que[ll] fugiment carnale lo qual faran homens euangelicals e homens spirituals, ellsf feyta la cena, axi com expressat es en la VIIIa distinccio d’aquest libre. En aquella nit de les tenebres de la condempnacio de la vida e de la doctrina euangelical e del estament dels fugents dessa e dellag, axi com la companya del bestiar escampada sens pastor per lo desert e per les coues de les muntanyes, la hu no esperant l’altreh. Aquest fugiment vertaderament, lo qual feren los dexebles de Jhesu Crist a les gents, sobremuntant la destruccio de Jherusalem e de la Sinagoga, aquella fuyta o fugiment significa la qual es açi tocadai, la qual tots los homensj de la Sglesia per la maior part faran a les gents sobremuntar la destruccio del Imperi romak o de la Sglesia [Fol. 86vo] de Roma. E totl axi com la coloma exida de l’archa aporta un ram de oliuera en senyal de pau28, encara mes, axim com aquella santa donan Judich exida de Betulia tolch lo cap ha Olofernes, ella tornant, porta paraula de pau als fills de Israel29o, totp axi matex per l’astreturaq de la archa de la sglesia spiritual es exidora alguna companya dels homens iusts axi com la coloma, o axi com altra Judich spiritual, per lo do del Sant Sperit, e aquella companya sera axi com la coloma a presicar la paraula de Deu e denunciar aquelles coses tornadores e donant pau pus leugerament sobre la terrar30.

  • 72 a) la segona-si es : secundo tangitur sic ; b) con uertaderament : reuera enim ; c) mas no es sino  (...)

16372La segona cosa que us hic es tocada si esa la persecucio de Babilonia nouella, la qual es scrita en la VIa part del Apocalipsi con uertaderamentb sera percudida Babilonia31, que es lo poble — ço es a ssaber aquell qui es dit cristia « mas no es sinoc sinagoga de Satanas32 »; mas aquells qui son vers cristians de totes aquestes tribulacions son des[Fol. 87ro]-liuradosd33. Mes aquesta persecucio axi soptosament vendra, e axi que sera als cristians no coneguda e inperuisa, que aquells no sabran ni conexeran dins en lur coratge que deuen fer contre aquella, lo terrible armament de aquellse qui son deforaf, de tota part goriental — ço es a ssaber— septentrional, occidental e austral, e aquells vinent ab gran furor e ab sperit molt forti. Car lauors « perira als sauis consells34 » e « fugira als vellsj la discrecio »35 e « als richs la sperança a als stranys e als curosos no sera negun refugi36k » ; « mes en aquell temps los homens demanaran la mort o la desijaranl e la mort fugira en aquellsm e desijaran esser morts e aquella no trobaran37 », hon diu sant Matheu en XXIIII capitols que per aquesta materia es dit quen « axi com fo en los dies de Noe, axi sera l’aueniment del fill del hom » : com axi como eren en los dies deuant lo diluvi, aquells menjant e beuent e aquells aiustant-sep e liurant-se a matrimoni, [Fol. 87vo] entro al dia que Noe entra en l’archa e aço ells no conegueren entro que vench lo diluui e aporta’ls seu totsq, « tot axi per semblant manera sera l’aueniment del fill del hom38 » en los reals — ço es a saber en los armaments orientalsr. Segueix-se ques « lauors seran II en un camp » — ço es de la coltiua de la Sglesia —, « la hu pendra, a l’altre relexara39 »t; « II en lo lit » — ço es contemplant —, « hu prenant, altre relexara40 »u; « e dos molent en mola » — ço es a saber actiua, com axi comv la fembra se departex del hom, axi matex de vida actiua e contemplatiua —, « que la un la lexa, a l’altre la pren41 »w, comx lauors se fara sagregassio en tot estament dels fills de Deu als fills dels homens, car tanta sera la temor e la pahor que lauors s’escamparany en lo poble dels cristians, que abans pero perdran sperança de victoria e confiança de les forces que pareguenz a la batalla. E com en l’Apocalipsi sia ditaa [Fol. 88ro] que « la terça part de la mar sera fetabb sanch e que la terça part dels nauilis periran42 », conuendra que tres comunitats de cristians per la mar s’agen a leuar per gents a batalles, e axi matex de la terça part de la mar sia tinta en sanch e la terça part dels nauilis trencar. Axi que sera tolt ho trencat lo VIe cap del drago ho, destrouits dels murs de la uniuersal cristiandat o les comunitats en la marcc, aquells qui son defora, ço es los sarrayns, los qualsdd hagueren entrament en la cristiandat sens resistencia dels batalladors franchsee, perque ells no prearen altre sino que sia dada hoportunitatff que puxen destrouir la cristiandat e la ley de Maffumet examplar.

  • 73 a) e de les oues : add. C ; b) Testament : add. C ; c) cum ; d) axi-manera : sicut ; e) lo segon-no (...)

16473Hon axi com lo primer diluui de les aygues e de les ouesa anant sobre los peccadors de la terra en lo Vell Testamentb — ço es de Noe —, lo primer diluui de les aygues de les nacions dels infels, comc Titus Vespesia anant sobre Jherusalem o sobre la sinagoga dels [Fol. 88vo] juheus en lo temps nouell — ço es de Jhesu Crist —, guarda per concordancia43, axi per semblant manerad lo segon diluvi o destruccio de la vella Babilonia, lo segon diluui o destruccio demostra la noua Babiloniae. En per amor d’aço, a·quell cautelos notxer, del primer diluui del vell temps entro al segon — ço es de Babilonia la vella — comtant les millers o les generacions, per ço que enfre dos del nouell temps sapia que tens; mes de Noe entro ha Zorobabel (sots lo qual es stada roina o trebucança de Babilonia la vella), hi foren encloses XXXXIIII generacions; mas l’estretura de nostre Senyor entro a la destruccio de Jherusalem son stats XXXXII anys. E per aquestes coses vistes assats la manera es claraf.

  • 74 a) si : add. C ; b) que al-Sglesia : qui sexto ecclesie tempore ; c) insurget [Nabucodonosor] ; d) (...)

16574La IIIa cosa que us hic es tocada, sia es la primera tribulacio feyta sots Nabugadonosor rey Siria, que al VIe any — axi com cap de la Sglesiab, axi com cap de les nacions bestias —, ab tots [Fol. 89ro] los reys aquilonaris e orientals, contra l’Imperi roma e contra la Sglesia se leuaranc, per ço que sia verificada la peraula de Geremies en lo primer capitol, hon diu que « dd’aquella partida d’Aguilo partira tot mal sobre tots los habitadors de la terra44e » ; e per amor d’aço, de Siria, axi com se segueix per orde, la qual es entrepetrada endreçant o stosleuant los treballansf, designe la fi d’algun regneg entre ho de dins lo roma Imperi dels cristians, en lo qual aquest Rey XIe diu que deu sotsleuar e sostenir en alt sobre la terra los treballans e la terra axi com es desertah. E per amor d’aço per comparacio del seu en propi regnei es dit « rey dels assirians » e per comperacioj del imperi dels romans es apellat vertaderament « rey de Babilonia » e axi que en la fi dels temps per aquest començador es ço que·s deu començar en lo VIe temps, e per aquell matex sots cadescu del mon serra finit o complitk.

  • 75 E per amor-de Daniel : unde pro presenti materia Danielis viii dicitur ; b) E veus que : ecce ; c) (...)

16675E per amor d’aço, per les coses presents [Fol. 89vo] se diu la materia qui es scrita en lo libre de Daniel en lo VIIIe capitol, hon se lig aqui (de Daniela) : « E veus queb un molto staua deuant la paludac, lo qual had II corns fort grans e la hu del altre molt pus gran ». E apres diu Daniele : « He vist un molto bentilantf contra Occident e contra Aguilo e contra Migjorn e totes les bisties no podren resistir ho contrestar en aquellg, ne esser deliurrades de les mans d’aquell. En per amor d’aço feu d’aquells segons la seu voluntat. En per amor d’aço fort merauellosament es magnificath. E veusi un boch qui venia de Occident sobre la fas de sobre la terra e no tocaue la terra. Enapresj lo boch entre los seus hulls hauia un corn fort merauellos, e vench fins entro al molto damunt dit cornut e pres-se ab elll tant for[t]ment quem trencha los dos corns d’aquell, en tant quen el [Fol. 90ro] molto no poch resistir al boch ni al seu podero. E com lo boch l’ach mes en terra fortmentp ho calsiga. E negun hom no podia de les mans d’aquell delliurar lo molto, eq aquell boch es se feyt massa gran. E com ell fou crescut, lo seu corn gran es trencat e sots lo corn trencat son exits fort gransr IIII corns e de la un d’aquells exit es un corn forts petit. E lo gran es trencatt contra Migiorn e contra Orient e contra la fortitut e es magnificat fins entro a la fortitut del cel e daualla de la fortitut d’aquell e de les stelesu e aquelles calsiga e es estat magnificat fins al princep de la fortitut e d’aquell porta lo gran o excellent sacrifici e destroui lo loch de la santificacio d’aquellv. Fortalesaw es stada donada en aquell ex contra lo sant sacrificiy, e aço per los peccats, e la veritat sera prosternada o abocada sobre la terra, e aquella ell fara e sera sobre tots molt exalçat 45z ». Açi deu esser lo boch ab V corns e ab una bistia [Fol. 90vo] que tench sots siaa.

  • 76 a) porro ; b) cum ; c) leuar-s’a-la sua fortalesa : consurget rex inpudens facie et intelligens pro (...)

167« 76Lo molto, lo qual tu as vist hauer sos corns es lo rey de les gents apellades medes e de les gents de Perses. Enapresa, lo boch es lo rey dels grechs. E lo gran corn, lo qual era enfre los hulls, ell es lo rey primer, lo qual com sia trencat se·n leuaran IIII, per ço com quatre reys de la gent d’aquell se leuaran, mes no en la fortitut d’aquell. E apres lo regne d’aquells, comb les iniquitats seran crescudes, leuar-s’a un rey vergonyos en la cara e entenent preposicions e sera molt fort la sua fortalesac, mas no en les sues forces, e aço fort molt merauellosament e mes que creure·s puscha aquest molt benauenturat e destrouira totes les coses e los molt forts auciara, e segons la sua voluntat lo poble dels sants; en la ma d’aquell sera endressat frau e engan e magnificara lo seu cor, e·n copia de moltes coses auciuara moltes de gentsd e lauar-sa contra el princep [Fol. 91ro] dels princeps e sens ma sera destrouit46e ».

  • 77 a) o damunt tocades add. C ; b) Johannes ; c) casus ; d) e al : e add. C, «al» : comprendre «el» ; (...)

16877En les peraules damunt dites o damunt tocadesa, segons que diu Jobb, se declara lo començamentc del regne de Cicilia e del regne de França e del regne de la Sglesia47; hon axi, com per concordia toca lo regne de les gents apellades medes e ald regne dels francesos, axi per aquella matexa cosa, demostre lo regne dels grechs el regne dels spanyols, axi com partia tota Cicilia, per semblant manera Macedonia tota Catalunyae. E axi com de Grecia o de Macedonia es exit Alexandre, rey poch en persona e quaixf menys presat e aço ell esuehint Darig, rey de les gents apellades medes, e d’aquell destrouinth dos corns, axi per semblant manera de Spanya o de Catalunya exidor es un rey poch en persona e quax menys presat, esuahint Dari, rey dels francesos, e cominuent o tractant II corns d’aquell en les sues railsi. Axi com [ço que] per lo rey en Pere, lo qual pres Cicilia, [Fol. 91vo] començat es, si quej el rey bruyl foragitatk de Cicilia, e·l rey de França mort en Catalunya, e·n la host d’aquell axi en terra com en mar vençutsl, sots aquest rey o corn petit de la sua semença de tot en tot sia complit. E axi com aquell fo axi gitat per la pola de la aguila, axi aquest deu esser gitatm. Axi com la regina de Medan e el regne de Persia — atestanto Daniel48 — son figurats per dos corns del molto, dels quals la hu era maior que l’altre, axi per semblant manera e per misteri figurat se demostra[n] IIp  : lo regne de França e de Cicilia per aquells dos corns, la hu maior que l’altreq. Donchs, lo primer corn del boch fou lo molt altr rey primer — ço es lo rey en Pere damunt nomenat, al qual es unida una soleta polla de l’aguila —, qui es axi com a començament dels misteris, los quals se seguexen, « ab Occident », — ço es de la Spanya —, « ell vinent sobre la fas de tota la terra » o dels terrenals a ell contradients « e no tocaue la terra », com [Fol. 92ro] per la mar per maior partida ha feyt ço que ha feyt e en ço que es faedor en algun de la sua semença aço complira. E destrouira encara mes; donchs regnarat ue·n la sua semença « destrouira II corns d’aquell »v, per la qual cosa el boch o el regne d’aquell primer corn — lo rey damunt dit — molt gran es feyt. « E com ell sia crescut » — ço es a saber en poder — fet es per mort corporalw « e·n son exits IIII corns », ço es asaber quatre reys o quatre reals sots aquell de la sua semençax, succeint en los seus regnes la hu apres l’altre per diuisio, axi com a temps com cornsy, ço es a saber lo rey Alfonso, el rey en Jaume, e lo rey Frederich e l’infant en Pere. E segueix-se que aço no·s fara « en la fortitut d’aquell », car los regnes no son conseguits per dret de batalla, mas per dret de heretatz.

  • 78 a) exit es : egressus seu egressurum est: b) inpudens facie ; c) ço es-fills add. C ; d) aquelles c (...)

16978E segueix-se que « apres lo regne d’aquells » o apres la mort d’aquells, « com seran crescudes les iniquitats », de la hu dells o de la sement de la hu de [Fo. 92vo] aquells, exit esa un corn petit — ço es un rey poch de persona e menyspresat, « la sua fas vergonyosab [e] entenents proposicions », ço es d’auer e de fills—, e sera cautelos e ffaent differencies entre les coses, aquelles conexentd, « e enfortir-s’a molt la fortitut d’aquell » en lo temps de totes descensions e guerres, les quals seran per tot lo mon, axi com diu Joachim : « Lo poder d’aquest sera molt enfortit, examplar-s’a e magnificar-s’a ell deposant reys coronats ». Segueix-se « mas no en les forces d’aquell », car totes vendran ja en aquest ja feytes, ço es car per les grans guerres e diuisions en terra, los princeps e·ls tirans en comunitats de pobles e moltes regions se uniran en aquelle, ço esf que V princeps de cristians s’acostaran en aquell, axi com diu Joatxim; ço esg que per la liga la qual fara ab lo solda, [moltes] nacions dels infels als quals per Cicilia dara gran passamenth ei aiudara[n] a ell, car diu Johanj que Antinaclia en les sues partidesk sera exalçat lo corn d’aquell, per la [Fol. 93ro] qual cosa se segueix que « feyt es molt gran contra Migiorn e contra Orient », encara mes quel tots los meridionals e orientals parts subiugara per son imperim e ell batellantn los reys, fins tro al sech arbre passarao.

  • 79 a) domibus om. C ; b) axi que lurs rails-trencara : radicitus comminutis [domibus duorum regum], un (...)

17079Segueix-se que « contra fortitut », ço es a saber del roma Imperi e de dos senyors reysa — ço es de França e de Cicilia —, axi que lurs rails trencades en Johan « florent destronent subiugara tots los universals liris, axi que scampant calsigara e trencara »b. Seguex-se « e magnificat es fins tro a la fortitut del cell » : aci comença e declarac la persecucio del regne de la Sglesia. E per amor d’aço diu sant Gregori « lo regne del cel d’aquest present temps es dita Sglesia49 », car axi com en lo cel son tres ordes d’esteles — ço es les pus sobiranes, les pux baxes e les mijanes; les pus sobiranes stan en lo firmament ; les d’en mig, les quals son appellades erants ço es per tal com tantost com son fetes [Fol. 93vo] se destrouexen ed stant en la regio plenecital, e les pus baxes estan en l’espera del foch les quals son apellades pronusticals; ho encara mes les damunt steles son appellades pus sobiranes com stan envers lo polart, lo qual es la tremuntana, les steles del mig axi son apellades per tal com estan enfre el cercle proceint de un punt apellat Artiens e fineen en altre punt apellat Antarticus, les insanes steles axi son apellades com estan envers lo pol qui es apellat pern Antarticus, les quals stan molt al cel fermadese —, axi per semblant manera en la Sglesia son tres iererchies o tres graus : ço es a saber lo pus sobira que es dels prelats, lo mija que es de religio, lo pus bax que es de tota la multitut dels fels. E axi com totes les steles son illuminades per un sol, axi tots los damunt dits staments son gouernats per un sol Papa, hon aquest rey es dit « magnificosf fins a la fortitut del cel50 », per tal [Fol. 94ro] com es molt magnificador e exalçador fins a la fortitut del cel, per tal com es molt magnificador e exalçadorg fins a la fortitut de la Sglesia; e encara mes destrouira de la fortitut e de les steles. E per amor d’açoh, segueix-se « e destrouira de la fortitut ide les steles51 ». No diuj destrouira « fortitut », mes diu « de la fortitut » : no destrouira ni destrouir pora la fortitut del spiritual regiment, la qual es fermada sobre ferma pedra e de part de Deu establidak, mas la fortitut del regiment temporal, com la fortitut d’aquellesl es axi com ha steles anans ho desuiansm en los lurs mouiments, no pas en lo fermament de la diuinal sapiencia es la fortitut fermada, mas en l’aspera volubla — ço es en l’espera no feren stant de la mundenal confidencia— per la qual cosa del cel o del firmament damunt dit en tres maneres de caso — ço es a saber spiritual, temporal, terrenal— finalment seran de part del iudici diuinal destrouits. Aquells vertaderament [Fol. 94vo] qui en lo cel o al firmament damunt dits son formats portaran tansolament lo casamentq temporal. E per amor d’aço, destrouira, ço es a son consentiment o per menasses o per prechs o per promissionsr enclinara aquelless, per tal, ço es a saber, que consenten en aquell lo qual ell volra instruir o constituhirt princep en lo loch sant : ço es lo fill de perdicio e d’enganu en lo temple. Aquells vertaderament, los quals atorgaren maluestat, no volra[n] donar asentimentv, dels lochs o de les sues cadires foragitara e los altres dell consenten[t] als dits lochs o cadires constituiraw, per la qual cosa se segueix « e trepigera aquellesx », ço es, justa la voluntat e aconsentiment aduytes aquelles, ho ha feyt d’aquellesy — ço es a saber en la damunt dita eleccio donantz consentiment. E per amor d’açoaa seguex-se « bbmagnificat es fins al princep de la fortitut ». Lo princep de la damunt dita fortitut es lo sobiran bisbe, lo qual no [Fol. 95ro] deu esser deposat per aquest rey del spiritual mas del temporal; e en loch seu deu esser constituit un falç cristiacc. Seguex-se « e d’aquell ha portatdd continuu sacrifici52 » ; ocasionsee e coses moltesff exiran entre el dit rey e·l sobira bisbe ans que sia peruengut a la deposicio d’aquell ne al foragitament del sacrifici.

  • 80 a) dieicet ; b) fondit : fundatis ; c) o add. C ; d) si lauors per la persona-de Roma : que tunc, s (...)

17180Segueix-se : « e foragitaraa lo loch de la sacrificacio d’aquell53 ». Aquest loch de la sacrificacio pot esser entes stretament o largament. Si stretament es pres, pot esser entes per la sglesia o palau del sobira capella en Roma o en Avinyo fonditb. Si lo dit loch largament es pres, oc pot esser declarat per totes les sglesies fundades en tota la cristiandat que, si lauors per la persona d’aquest rey (o persecucio) axi per bouiment de la mar — ço es per nacio dels infels — o per les boues de la mar — ço es dels tirans del Imperi de Roma— seran destrouides e entreposadese. Segueix-se : « fortalesa es donada en aquell54 » — ço es poder, per la promissiof diuinal — [Fol. 95vo] contra lo continual sacrifici, car molts e tants seran escandols, mals feyts, abominacions dels clergues e dels religiosos per tota la terra, que ab sacrifici d’aquells seura alt, e seura de part de tots los habitans de la terra en vituperi e en menyspreug e en aquell rey fora dada potencia que·l damunt dit sacrifici tots lochs fara cessar. En per amor d’açoh segueix « per los peccats55 » e com encara no seran departides l’espales dels maluats del forment dels elegits56, manifestai — car habit no fa monio — e alj sacrifici sera continuatk de part d’aquells qui vertaderament son steles en les coues e en los lochs amagats de les muntanyes o dels munts.

  • 81 a) l’euangelical-scampada : prosternetur ueritas, scilicet euangelica ; b) e aço com diran : dicent (...)

17281E segueix-se : « E l’avengelical veritat sera scampadaa en la terra », primerament sots Antecrist mistich, e segonament sots lo gran Antecrist, e aço per la condempnacio de la diuinitat en Jhesu Crist. E aço com diran Jhesu Crist no esser [Fol. 96ro] Deu, mas aquell falç proffeta « del qual l’esdeueniment sera segons la operacio del diable en senyals e en miracles falços », axi com ho diu l’Apostol57, hon diu sant Matheu en XXIIII capitols  : « Si algu se leuas per paraules, diu hon haia dit « veus açi es Jhesu Crist o alla », « no u vullats creure »c, car lauar-s’an falços contra Jhesu Crist e enemichs proffetesd, e daran senyals grans e feyts monstruosose, per tal que als elegitsf sien induits en error », e si fer se pot tota la Sglesia58g. E segueix-se « en la terra » e veus ja us ho he damunt dith; e segueix-se « e fara » : — ço es aquest rey — « segons la sua voluntat e sera prosperat » ide be en mils, « e per la copia de les coses auciura molts », alguns ço es a saber spiritualment e als altres corporalment, axi com damunt es dit « e auciura los forts » o aquells los quals son grans e als tiransj « e alk poble dels sants segons la sua voluntat ». E jatsesia aço que els iusts peresquen corporalment, per totstemps viuen e « sera endressatl » — axi com [Fol. 96vo] damunt es dit — « en les mans d’aquell l’engan, e·l fraum » d’aquesta persecucio; « mes que creure no·s pot totes les uniuersals coses destrouira ». E segueix-se la fi d’aquell : « sens ma sera destroit59 », car no morra en furor ne en batalla mas de mort natural morra; nJoatxim : que axi que tres dels X reys per ell humiliats la terra d’aquells ab totes les altres coses subiugara a destrouir la superbia dels infelso e en la terra gloriosa, la qual liurara al sobira bisbe, a Deu la anima retra.

  • 82 a) «hic» et «aci» semblent mis tous les deux pour «hic» ; b) en la angustia : in angustia temporum  (...)

17382La IIIIa cosa la qual hic es tocada acia es la rehedificacio del temple e dels murs de la ciutat en la angustiab oc tribulacions. Entretant, molts dels falçosd seran coronats e aço per martiri. E en aprese, la sancta ciutat, que es la sglesia dels elegits, seraf hedificada sobremuntatg nouell duch o nouell papa de la uniuersal nouella sglesia de Jherusalem, e aço per fauor del rey de Persa e aquell de Cicilia aiudath, [Fol. 97ro] axi com fet es en los iorns de Zorobabel e de Josue e de Esdre e de Neemias, sots los quals aquella vella ciutat de Jherusalem pres destruccioi60.

  • 83 a) scilicet om. C ; b) en partida : in Persside ; c) e aço ell deuallant : comprendre «els deuallan (...)

17483La Va e la derrera cosa que us hic es mostrada es la segona tribulacio sots lo gran Antecrista, del qual se diu en lo libre de Daniel en lo XIe capitol : « E veus III reys; staran en partidab » o en Cicilia apres ço es a saber lo rey en Pere d’Arago — lo qual pres aquella — e aço ellsc deuallant per dret linatge, « e el quart rey » — ço es a saber del damunt dit— « grans riqueses enrequisit sobre los altres. E com ell sera axi enriquisite excitaraf » — ço es a saber tots los maiors seus e els nobles seus — « contra el regne de Gressia61 », e obtendra’l tot e el rey de Gressiag e tots los regnes de la terra seran liurats en la ma d’aquell. hAxi com altre rey de Persia ab Zorobabel papa nouell, rehedificara lo temple de Deu e els murs de la santa ciutat e sera l’imperi d’aquell en pau. E aço tengues [Fol. 97vo] fermament, axi com ho diu Joatxim, hon diu « per lo Imperii sera finit en Cicilia e en la sement del emperador Frederich ».

  • 84 a) Segons glosa-diu : Glosa. Cum dicit ; b) «al» : comprendre «el» ; c) linatge o costat : transuer (...)

17584Segons glosa del marge, car diua « e alb quart rey, ço es asaber dels damunt dits », no deuallant per dret linatge de generacio mes vinent per linatge o costatc. Entena’sd que no deuallara per dreta linea dels III reys damunt dits, mes vindra per linatge del costat o transversale, en lo temps del qual aquell aduersari ho enemichf fill de perdicio, axi com a Deu en lo temple de Deu es exalçador e vertaderament62g.

  • 85 a) o per lo poder add. C ; b) cooperaciones ; c) o agut add. C ; d) Johannes ; e) les quals-aquell  (...)

17685Segueix-se : « lauar-se un rey fort »; aquest rey fort no sera setglar, mas ecclesiastich, que no·s leuara per les sues forces mas per les forces o per lo podera del damunt dit rey quart — ho XIe rey — « e fara ço que a ell plaura63 », car per consell d’aquell e per lo consell dels proffetes seus falços e per lo poder de la sua sequela e obres de totsb, sera adquisit o agutc lo dit Imperi del dit rey, per lo [Fol. 98ro] qual sera instituit en lo seu falç papat, axi com diu Jobd64. E per los senyals e merauelles, les quals seran donades en aquelle per esser dessebut axi com altre Nero — que fou dessebut per Simon encantador —, ell matex se fara ahorar axi com a Deu. E segueix-se : « e com haura stat » — ço es a saber en la sua fort senyoria, « per meses XXXXII », axi com se diu en l’Apocalipsi65, « destrouira-s[e] lo regne d’aquell per virtut dels IIII vents del cel » — ço es per virtut dels predicans lo Euangeli en IIII parts del mon —, e aço per tal que no sia apres ell negun succeidor tant poderos en potenciaf « per la qual ell senyoreiat ha ». E per amor d’aço, seguex-se que « ne an los pres vinent dell, ne an poder d’aquell en lo qual ell ha senyoreiat66g ». E en los temps d’aquell « sera confortat lo rey d’Austria67 » o el sobira capella.

  • 86 a) deposita ; b) occasiones ; c) «e dels princeps-sobre aquell» : «et de principibus eius», rex sci (...)

17786Açi es vist que encara no sera deposadaa la casa de França, mas lauors sera principi de la destruccio [Fol. 98vo] sua, car ella, seduhida per pecunia e per diuersos adiutoris de la Sglesia e encara mes comota per [la] destruccio del regne de Cicilia, pendra occasiob contra aquell rey XIe [e] contra Antecrist. E per amor d’aço se segueix  : « e dels princeps d’aquell » — al rey ço es a ssaber d’Austria — « valra mes sobre aquell68 » — ço es Antecristc, o ald rey fort damunt nomenat, qui es figuralment rey de Aguilo e·s nomenate.

  • 87 a) Glosa-batalla : Glosa. Hic tamen notes quod istud bellum ; b) sed ; c) Unde et hic ; d) nam Deus (...)

17887Glosa de marge : La primera batalla d’Antecrist açi en aquests no obrant ho demostrant que aquesta batallaa entre·l rey d’Austria e el rey d’Aguilo — ço es entre el ver papa e·l falç papa Antecrist — tot sera spiritual ob, migençant aquests reys, — ço es de França e aquell rey XI— sera temporal. E per amor d’açoc, açi envers la batalla spiritual lo ver papa es dit rey d’Austria e lo falç papa es dit rey d’Aguilo, dvertaderament envers la batalla temporal, lo rey [Fol. 99ro] de França es dit rey d’Austria e aquell Rey XIe es dit rey d’Aguilo. E per amor d’aço, lo rey d’Austria prouocat per moltes aiudese, pendra occasions contra·l Rey XIe — ço es contra el rey d’Aguilo— per tal que alsg lops rabats — ço es los falços cristiansh, ço esi la ma de tant pudent mercenari — couendra lo rey d’Austria — ço es lo ver bisbe —, lo qual en aquest loch es lo papaj, spiritualment e temporalment batallar, axi com altre Miquel e los seus angels contra los damunt dits drago e serpent antich — ço es a saber lo rey d’Aguilo e·ls seus Satanassosk, e aço per tal que nos pusquen esuahir la santal companyia del dit ver papa69.

  • 88 a) timendo ; b) perpetual add. C ; c) tradetur ; d) e aquells-acompanayuen : «et qui adduxerunt», s (...)

17988E segueix-se : « la filla del rey d’Austria » — ço es la Sglesia ho els legats d’aquella — scientamenta — ço es a saber lo poder d’aquell rey XI— « vendra al rey d’Aguilo per fer ab ell amistança » perpetualb — ço es a saber que ab peraules blaues e ab promissions, puga aquell de la sua error traure e desuiar de tan [Fol. 99vo] mal e de tan gran perill. Segueix-se « e no obtendra la fortitut del bras » — d’aquel rey, ço es del senyoreiant — « mas lauar-s’ac » la Sglesia o els legats d’aquella « e aquells los quals confortauen e acompanyauend », « e la aportauen ella, e aquells los quals confortauen aquella » e mantenien aquellae, e aquells aytals seran retenguts o en preso seran posats « en temps70 » — ço es per alguns anys —, « e lo rey d’Austria, prouocat, exira e pugnara contra lo rey d’Aguilo, e preparara molt gran multitut, e la multitut sera donada en la ma d’aquell. E pendra la multitut, e lo cor d’aquell sera moltf exalçat, e foragitarag gran nombre, mas victoria d’aquellsh no haura71 ». Lo rey vertaderament d’Aguilo, « molt leig e vil » envers nostre Senyor, « e indigne de bellesa real stara en loch d’aquell e en pochs de dies sera destrouit. E estara en lo loch d’aquell hom molt menyspresati, car en la damunt dita batalla no ha poguda hauer victoriaj ». [Fol. 100ro] E per amor d’açok « no sera en aquell donada honor real mas vendra » a leuar-sel « demagat » — ço es asaber en paliada maneram —; « nen fraudulencia obtendra lo regne » — ço es lo seu apostolical —, ab poch poble aquella s’obrerao « e alsp brassos »q del rey d’Austria « apuiant per la fas d’aquell seran espugnats o vençuts72 ». « E dara en aquell la filla de les fembres, per tal que gir aquell, e·n hoy stara ne sera d’aquell73r ». Aquesta filla de les fembres sera una caterua o companyao dels ecclesiastichs, la qual sera exida de tota la ecclesiasticha gerarchia, e aço axi com a fills de la seruenta desemblants dels fills de la franca — los fills de la seruenta stant molls e delicats, pintats e ornatst, metents lo regne lengues mollesu e sens neguna fermetat axi com a fembres — e per amor d’aço la conpanya damunt dita es dita « filla de les fembres », no per generacio mas per alguna semblançav, la qual « dara en aquell » — ço es a saber al rey d’Aguilo — veus, ço es [Fol. 100vo] a saber de tota la elecciow, « per tal que gir » xlo vertader bisbe. « E no stara » en aquellay — ço es a saber eleccio — envers Deu, « ne sera d’aquell » car Deu aquella no aprouara mas, mesz la reprouara « e·n la fi del temps74 », ço es a saber d’alguns anys, « lo rey d’Aguilo », hon Antecrist « hi proposaraaa maior multitut que no primerament, e vendra prosperantbb ab gran host ho ab gran companyacc e riqueses moltes e pendra ciutats e moltes vilesdd e molt be aparellades, e·n los brassos del rey austri aço no sostendra75ee ». « E·n aquell temps, se leuaran contra lo rey austri molts; e los fills dels maluats enemichsff », per emitaciogg, « seran en alt leuats » e indignats per superbia, alguna per occasio presa, contra lo rey d’Austria « e aytal seran destrouitshh e cauran76 », ço es a la part contraria axi matex conuertiranii. E « leuaran-se los elegits » — ço es del rey d’Austria — « per resistir » en aquelljj, « e no sera fortitut de part dells. E vendra sobre aquell » — ço es a saber del rey d’Austria — « ekk lo rey [Fol. 101ro] d’Aquilo ab gran plaerll, e no sera negu qui estiga contra la fas d’aquell. E estara en la terra molt bella e alta77mm », en la qual nostre Senyor — ço es en lo cors mistical — se lauor e·s altra vegada crucificatnn, axi com ell matex ho dix a sant Pere com li dix : « Vaig me’n en Roma altra vegada esser crucificat78 ». Eoo segueix-se : « E dara contra ells molt fermes cogitacionspp, e aço fins entro a temps79 », e ço « per tal com [per] los elegits seran abreuiats los iorns aquells80 ». « Sera mogudaqq la fortitut d’aquell e el cor d’aquell ab gran companya contra lo rey d’Austria, e el rey d’Austria, per moltes ajudes e ben forts sera prouocat a batallar, e no estaranrr, per tal com los consells seran contra aquell, e ells meniant pa, a aquells destrouiran aquellss e l’ost d’aquell sera opremit, e cauran molts d’aquells morts81. E retornara » — ço es a saber lo rey d’Aguilo — « en la terra sua ett moltes grans riqueses. E lo cor d’aquell sera contra el testament sant » o contra l’Auangeli de Jhesu Cristuu, [Fol. 101vo] axi que « temps ja stituit retornaravv, e vendra en Austria », — ço es a saber en les partides del rey d’Austria —, « ço es que [ço que] sera nouellament no sera en res semblant en ço que es estat primerament. [E] vendran los romans e seran per ell destrouits e retornaran-seww, e sera indignat contra el testament del santuari » — ço es lo Euangeli — [e lo Euangeli] « condemnaraxx. Retornaran-seyy e cogitara envers aquells qui derencliren e desempararenzz lo testament del santuari » — ço es a saber en aquells donar donsaaa — « e als brassos d’aquell staranbbb » — ço es a saber lo seu poder enpolcehiranccc « e enlegiran lo santuari de la fortitut » axi spiritualment com corporalment, « e tolraddd lo continuat sacrifici » e la doctrina — ço es euangelical — « daran en abominacio e en desolacio82», e la vida o la diuinitat en Jhesu Crist, solempnament condempnada en la ymatge e la creu de Jhesu Crist, del damunt dit santuari foragitanteee, [Fol. 102ro] e en aquell matex loch la ymatge de Antecrist constituidafff e ahorada, e aquella en la abominacio damunt dita, per orde pus fort que poran, crexeran e aucmentaranggg.

  • 89 a) in testamentum om. C. ; b) tant de frau-correra : tantus enim dolus decepcionis et prodicionis t (...)

18089Segueix-se, ço que perillos es, « e los maluats fraudulentment simularan testimoni83a »; tant de frau e d’engan e la decepcio e deperdicio correrab, quec vehi ab vehi no·s pora confiar. E seguex-se que « als ensenyats e als peresosos en lo poble ensenyaran molts84d », eper tal que tota la companya dels fels no peresca. E segueix-se : « e cauran per coltell e per flama e en captiuitat e per royna de diesf, e com seran cayguts, seran sotsleuats, per ço que de ajudag », o per pochs ajudados, e aço per la infermetat la qual sera molt en casah « e aplicar-s’an en aquells fraudulentment molts85 », ço que sera gran perill, e guart-se qui esta que sia vist, axi com aquell que no cau86i. Segueix-se « e dels ensenyatsj [Fol. 102vo] cauran » en errors e en luxuries e en altres moltes fragilitats, « per tal que », apres, axi com altre Latzer en la VIa feria o al VIe temps resuscitador, « sien elegits e clars87k ». E segueix-se : « e ell Rey fara tota sa voluntatl e sera eleuat e magnificat axi com a tot Deu e envers aquellsm », car negun altre no sera en res reputatn, « e contra el Deu dels deus parlara magnificoses coses », dient axio esser fill d’aquellp Messies promes en la lig, « e sera endressatq, fins que sia complida la ira, perpetrada la qual, sera de tots feyts difinacior. E al Deu dels seus pares » — ço es a saber Deu Jhesu Crist — « no reputara ni·l presaras, e sera en concupicencies de fembres88 », que no sera si no fos home purt, « e multiplicara la sua gloria, e diuisara les terres per son grat. E lo rey d’Austri en lo temps presentu batallara contra aquell, e axi com a tempestat vendra contra aquell ev lo rey d’Aguilo en carretes e en caualls e ab gran multitutw,xentrara en les terres, e destrouira, e [Fol. 103ro] passara e entrara en la terra gloriosa », ço es en Roma, en la qual la sanch molt gloriosa dels seus confessors e marti[r]sy es escampat e sera scampada, « e moltes » nacions de diuerses terres e promissionsz « seran destrouides e metra la sua ma sobre les terres » eaa subiugant aquelles « e a labb terra de Egipte » o de França « no li escapara e senyoreiara en les tresaurs d’or e d’argent e de pedres precioses en Egipte. Aquestes coses totescc soles seran saluades de la sua ma, ço esdd Adom, deee Moab, e alsff princeps dels fills de Aron » — ço es los juheus, los gibilins e els grechs, qui seran axi com a princeps e principals e la recapcio d’aquellsgg, « e passara per Libia e per Antiopia89hh »; Libia en la qual vendra o per la qual passara es entrepetada vinent o entrantii, cor, axi com diu Johanjj de Lombardia o de Italia vendra e aço que no es legutkk per us suductori e ab falça potencia entrara Atiopiall. [Fol. 103vo] vertaderament ella entrepretant significa tenebresmm, cor, Gressia, qui fo font en tota la Sglesia de tota veritat, feyta es ara tenebra, e pus sera feytann, cor se lauorsoo sera font de tota scisma e error, en tant que en la recepcio de Antecrist no sia apellada Gressia mas Atiopia. E per amor d’aço en lo Psalm es dit : « Lo drago aquest lo qual es format e·s dat aquell e anganar el poble de Ethiopia90pp ».

  • 90 a) enim om. C ; b) e add. C ; c) signat-aportaran : [uelut Deum] circumsicionis, catarite insignita (...)

18190Totaa la Sglesia axi en Grecia com en Italia e Alamanya e França e Spanya e en les ylles de la mar per la maior part eb aquell rebran axi com a Deu signat de lur acte de circuncisio e en la ma dreta per les obres e en lo front manifestament apparent tot hom aportaranc. Com axi seura en lo temple com a Deu, axi com se segueix, « la fama » dels predicans e manifestantsd aquell « axi en Orient com en Aguilo torbara aquell », les quals predicarane l’Auangeli de Cristf, e açog contra aquell. « E ell vindra ab gran multitut, per tal que destroneschah e [Fol. 104ro] aucie molts » idels rebellans en aquell « e posara lo seu tabernaccle » e alj seu palau hedificara « en terrak » II « mars », ço es Adria e Roma, « sobre lo munt merauellosament sant 91l », en lo qual aquella molt merauellosa santam seu de Jhesu Crist o del seu vicari e aln loch de la sua sanctificacio stan e de sant Pere e de sant Pau apostolso e dels altres sants sens nombre los cossos si reposaranp. Segueix-se « e vendra fins entro a l’altesa d’aquell » — ço es a ssaber axi com un palau en la victoria de la gloria del regne seuq. E segueix-se la fi d’aquell : « e negu no aiudara en aquell92 », car « nostre Senyor Jhesu Crist ab l’esperit de la sua boca destrouira er auciura aquell e destrouira la bellesa e la merauellosa illustracios del sdeueniment de aquell93», axi com ho diu l’Apostol. On se ligt en l’Apocalipsi en lo XVIIII e capitol, que « pren — ço es la bistia— e ab ella lo falç profeta qui feu los senyals migensant los quals saduia aquells, los quals [Fol. 104vo] prengueren lo senyal de la bestia e qui ahoraren la ymatge d’aquella; mesos son aquests dos vius en lo stany del foch ardent e del soffre94 ». Diu Jobv que en aquell tan gran terratremol que·s fara en la mort de Antecrist, caura lo palau de aquell e los palaus de molts falços profetes e aquella terraw se obrira e exix el solda cap de bisties nocionsy en lo loch seu, com Antecrist cap de falç[os] proffetes en lo loch seu absorbira-los vius fins tro al pusz pregon de infern e ells vius mesos en lo stany del foch e del soffre spiraran e morranaa. Mas lo Sathanas o el drago, qui fa tots los mals, aquell en lo abis, lo qual es pus pregon d’infernbb, sera encarcerat, per tal que no haia d’aqui auant a siduir les gentscc95.

  • 91 a) sabbatis ; b) e a la terra-pau : et reliquis iudeorum data est pax ; c) de la qual-dites : qua p (...)

182Lo VIIe senyal del Vell Testament
91Lo VIIe senyal del Vell Testament comensam en Sdras e Neemias e vertaderament es finit en sant Johan Babtista e en nostre [Fol. 105ro] Senyor Jhesu Crist. [En] aquest temps VIIe, cessaren les istories e les profecies e atorgat es « lo baptismea al poble de Deu96 » e a la terra dels dos dada es paud fins Antioch rey, de la qual persecucio fenida no ha molt de temps de les coses damunt ditesc, un tansolament engenratd fill de Deu Jhesu Criste vench en lo mon, axi que fos vist en les terres e ab los homens hagues a conuersar97.

  • 92 a) Sots-persecucio : sub apercione ; b) nouissimi om. C ; c) aparicions o declaracions : aperciones (...)

18392Lo VIIe senyal del Nouell Testament
Sots la declaracio o persecucio
a del VIIe senyal del Nouell Testament, se conten la persecucio de Gogb. Sots aquest VII temps, lo qual es assats tost esdeuenidor, cessaren les aparicions o declaracionsc dels senyals e lo treball dels libres sposades o declaradesd del Vell Testament. Vertaderament sera donat « lo molt colent e tement al poble de Deu98e », « e sera en lo temps d’aquell justicia e de pau abundancia e senyoreiara lo Senyor de mar fins tro a la mar99 » e alsf sants d’aquell regnaran ab ell fins [Fol. 105vo] a la fi amagada d’aquest temps, en lo qual sanchg de la sua carcer deu esser delliurat e regnador es aquell un molt maluat qui s’apella Gog, del qual moltes coses son scrites en lo libre de Ezechiel proffeta. « Adonchs iaquit es », segons que diu l’Apostol, « lo molt colent e tement al poble de Deuh100 », e·n la fi d’aquell sdeuenidora es la tribulacio aquesta. E apres deuant anant ei Elies, esdeuenidor es nostre Senyor al pus derrer Judici, segons que·s conte en la VIIa part del Apocalipsi101.

  • 93 a) les coses : eos ; b) et om. C ; c) in turbam fidelium om. C ; d) es scanpada-beatitut : effusa e (...)

18493Axi que finides les istories del Vell Testament e soferida la mort el fill de Deu qui fet es « sots la ley, per tal que les cosesa qui eren sots la ley rehemes102 », apres ve lo temps de la resurreccio, en lo qual « bmolts cossos de sants qui dormien son resuscitats103 » e aiustats ahuc, e aquella habundancia de la pau es scanpada sobre la terra o la companya dels fels, la qual plena del Sperit Sant a coneguda quina cosa sia la beatitutd, de la qual diu lo profeta [Fol. 106ro] « hull no veu Deu sens tu los bens los quals as preparats als amats teus104e ».

  • 94 a) operibus ; b) que om. C ; c) vertaderament-Crist : significata uero in passione Domini ; d) e ad (...)

18594Fenits los tempsa del Nouell Testament, feyta la tribulacio aquella molt granb, sera en los dies de Gog una semblant en aquella que feyta es sots Anthiocha : vertaderament significada es la passio de nostre Senyor Jhesu Cristc ed vendra lo temps de la resurreccio dels morts e de la consolacio de la ciutat damunt de Jherusaleme, migençant la qualf corre en aquell temps un flum de aygua viua, segons que conte en la VIIIa part del libre del Apocalipsi105 e sera en aquella goig perdurable106.

  • 95 a) Feneix-e add. C ; b) lire «del drago», le texte latin disant bien « in qua agitur de VII capitib (...)

18695Feneix la VIIIIa distinccio ea comença la Xa, en la qual se fa mencio de VII caps dels dragob del Nouell e del Vell Testament.

  • 96 a) est notandum quod ; b) «batellat e vençut» traduisent «debelauit» ; c) ho per semblança add. C ; (...)

18796Enuers la Xa distinccio, es declarador quea axi com aquell antich serpent o drago fins a l’esdeueniment de Jhesu Crist en lo Vell Testament en los seus caps — co es reys — per VII temps ell contre el poble dels juheus ha [Fol. 106vo] batellat e vençutb, axi en lo Nouell Testament fins al derrer sdeueniment de Jhesu Crist en lo seus semblants caps ho per semblançac reys, [per]d VII temps la sglesia de Jhesu Crist batallara ab lo dragoe. Aquest, axi com asi·s preuf, [es en] innumerable multitut de homens peruersos e no piadosos ab los seus caps ho reys inichs, per los quals la uniuersal multitut dels elegits ab los justsg fins al derrer elegit, axi en lo Vell Testament com en lo Nouell, persecucio es soferrida e totes coses sofferrah. On es dit en lo Apocalipsi que el drago « ha estat sobre la herena de la mar107 », aquella tocanti, ço es a saber, condicio del uniuersal poble damunt dit, sens amor de neguna pietatj; tal lo senyor, tal lo seruent. E per amor d’aço, axi en lo Vell Testament axi com en lo Nouell, es declarat e pintatk en VII caps e una coha, tocant lo principi d’aquell e la fi, axi com per orde es manifest.

188[Fol. 107ro]

  • 97 a) Apocalipsis om. C ; b) Antioche Egnoch add. C ; c) P e L-dobla manera se leuara : primum et secu (...)

« 97 V d’aquells son

Antioche

Aquest dos

cayguts, I es, l’al-

caps ensemps

-tre encara no es

Egnochb

aiustats son,

vengut », mas com

P.e.L; les tri-

sera vengut, coue

bulacions de la

aquell star poch

Sglesia sots I

de temps 108a.

en lo VIe. temps

seran multiplicades,

189axi que en aquell [temps] sol, [tribulacio] en dobla manera se leuarac, e encara mes que aquell VIIe deu muntar no en les sues forces mes en les forces del VIe.

  • 98 a) Primum caput drachonis ueteris testamenti om. C ;

19098aLo primer cap del drago del Vell Testament fou Pharao, rey dels egipcians, perseguidor del poble de Deu o de Israel. Finalment, ell ferit de X plagues es per Deu; ab tota la caualleria de Egipte negat es en la Mar Roge.

  • 99 a) Primum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) e per semblant a ell : necnon et ; c) «finalit (...)

19199aLo primer cap del Nouell Testament fou Herodes, perseguidor del poble dels ignocents, e per semblant a ellb Pilat e Cayphas, qui condampnaren Jhesu Crist e los dexebles d’aquell finalmentc perseguits son de part de Deu, ab [Fol. 107vo] totes les sues companyes per Titus e per Vespesia ferits e per tot lo mon scampats.

  • 100 a) Secundum caput drachonis ueteri testamenti om. C ; b) Iebin ;

192100aLo segon cap del drago del Vell Testament fos Sabinb, rey dels cananeus, contra los fills de Israel ; e « cridaren los fills de Israel a Deu109 », e son delliurats.

  • 101 a) Secundum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) mactata ;

193101aLo segon cap del drago del Nouell Testament fou Nero e Simon magus e la persecucio dels pagans, per los quals multitut gran dels martirs en l’are de Jhesu Crist es hoydab [e] la Sglesia fortment afligida; crida a nostre Senyor e es delliurada.

  • 102 a) Tercium caput drachonis ueteri testamenti om. C ; b) Benedab ;

194102aLo terç cap del drago del Vell Testament fou Benadapb, rey dels assirians, contra los fills de Israel, primerament contra els X trips, apres contra cadescu dels regnes; e cridaren a nostre Senyor e son delliurats110.

  • 103 a) Tercium caput drachonis noui testamenti om. C ; b) a la qual-hi son : cui mox uandalica pressura (...)

195103aLo terç cap del drago del Nouell Testament fou Constanti emperador, fill de Constanti, e la persecucio dels arrians contra la sglesia dels [Fol. 108ro] elegits, a l[a] qual enapres van delitar per Siça e Lombardia [e] aiustades hi sonb, axi com diu Daniel : « la terça bistia semblant era a leopart e hauia IIII caps en la meniadora111c ».

  • 104 a) Quartum caput drachonis ueteri testamenti om. C ; b) «situades e colens» traduit deux sens de «i (...)

196104aLo quart cap del drago del Vell Testament fou Azael, rey dels assirians, contra los fills de Israel. E mes valent los assires, [els] X trips son despoblats112.

  • 105 a) Quartum caput drachonis noui testamenti om. C ;

197105aLo quart cap del drago del Nouell Testament fou Mafumet e la persecucio dels arabichs ho dels serrayns, per los quals la sglesia dels grechs, enves la plagia oriental e meridional situades e colensb, moltes iniuries han sofferides. E apres gran tempsc, la sglesia de Africha de tot en tot a no res es tornada.

  • 106 a) Quintum caput drachonis ueteris testamenti om. C ; b) «als» : comprendre «els»: c) a consumat : (...)

198106aLo Ve cap del drago del Vell Testament fou Nabugadenasor, rey de Babilonia, e la

199batalla dels caldeus contra los fills de Israel, sots lo qual lo sant foch es consumat [Fol. 108vo] e alsb murs de la ciutat enderrocats e lo temple a consumatc e·l poble es amenat catiu en Babilonia113.

  • 107 a) Quintum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) demanans : querencium ancillare ; c) per tal (...)

200107aLo Ve cap del drago del Nouell Testament fou l’emperador Frederich e el bauari e a la persecucio dels alamanys demanansb libertat de la Sglesia ; cor ja la figura del regne de Babilonia exerceix les sues forces, per tal com lo foch sant es consumat, e aço per la condemnacioc solemna de la euangelical vida [e] la mare apellada Sion de la sua ciutat es transmigradad. O mare Sglesia, que madrastre cruel pot[s] esser apellada pere los teus cars fills legitims, los quals a tu obeexen per subieccio feelf [e] tu honrauen : esforces les mars passar e finarg a les nacions barbaricals, e aiustats sots les tues ales stranys fills, los quals an sobre si rey angel o bisbe del abis, al qual per son nom es foragitanth veritat — ço es a saber de tota la vida euangelical — per la qual cosa los teus murs en terra seran gitats [Fol. 109ro] e, lo temple detrouit e al loch de la tua santificacioi, lo poble teu catiu sera aduyt en Babilonia.

  • 108 a) Sextum caput drachonis ueteris testamenti om. C ; b) pressura ; c) satis om. C ;

201108aLo VIe cap del drago del Vell Testament fou Nabugadenasor, rey dels assirians, sots la pressurab del qual ferida es Babilonia e les altres coses se seguexen axi com es ja damuntc declarat.

  • 109 a) Sextum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) del qual-se diu que : de quo, ut predictum est (...)

202109aLo VIe cap del drago del Nouell Testament sera aquell rey XIe ho corn petit del qual, axi com es dit, en Daniel se diu queb « sera pus poderos que·ls primers » per tal comc « III reys humiliara » e les altres coses axi com se seguexend. D’aquest diu Johan sobre lo Apocalipsi que constituira contra Jhesu Crist un papa falç religiose qui contra la retgla euangelical males cosesf cogitara e fara dispeccio dolorosa e plena d’engang, ell promouent en bisbes los professos de la regla damunt dita atorgant totes coses en aquell, e d’aqui auant foragitant los clergues, e·ls priors, e·ls [Fol. 109vo] bisbes qui foren contrariosos a la semença de Frederich emperador e a tot son stamenth, e per conseguenti tots aquells qui la retgla damunt dita hauran volguda obseruar e defençar pura e plenariament. Aiuste encara mes que si lauors en part sera complit allo del Apostol en la Segona Epistola scrita als habitans en Tesalonia en lo segon capitol hon diu : « si no primerament es venguda discensio 114j » e les altres coses axi com se segueixk.

  • 110 a) enim om. C ; b) e contra Jhesu-de heretgia : qui quidem erit pseudo quia heretico modo errabit c (...)

203110 Diua que lauors tots se lunyaran de la obediencia del ver papa e seguiran aquell falç papa e contra Jhesu Crist, lo qual sera axi contra Jhesu Crist que contra veritat euangelical errara per manera de heretgiab, e ultra allo per ventura no sera elegit canonicalment mes sera entroduit en son papat per gran diuisioc.

  • 111 a) «o al VIe» : comprendre «o VIe» ; b) una polla de la aguila : pulla aquile unica ; c) de la qual (...)

204111 [D’]aquest matex rey o al VIea cap del drago diu Sibilla ‘de la porta d’Espanya exira un infant, del qual lo nom sera fundat en pedra, al qual sera coniunta una [Fol. 110ro] polla de la aguilab, de la qualc semen o naxençad fundat en la pera exira un rey petit qui volara fins a l’Imperi, qui sera en terra gitat ab lo basto totes les flors del Lirie. Les bisties grosses, axi que cassades deça e della per tot l’Imperif, tolent a elles los caps, calsigara e a lag petita nau de sant Pere, axi que falços profetes qui eren venguts en vestimentes de ouelles scampatsh, en lo port dela primitiua Sglesia salues a manerai, axi que als nobles exint de tot lo Imperi batallant [e] foragitantj, III de la sua gent exalçant los reysk, ab tots los altres passara en la terra molt merauellosal, la qual subiugara al vicari de Jhesu Crist en lo seruici de Deu’m.

  • 112 a) enim om. C ; b) en lo derrer capitol : II ; c) «lo» : lire «la» ; d) e aço minuir-tornar : et [a (...)

205112 Aquestaa es aquella pera de la qual se fa mencio en Daniel en lo derrer capitolb, « tallada de la muntanya » — ço es exida de son regne — per ferir loc noua statua de Babilonia e aço minuir — ço es a poca valor fer tornar— aur e argent, coure, ferre e la testa d’aquell ; e, destrouits [Fol. 110vo] tots los regnes, cresca en muntanya — ço es en gran Imperi115. Aquesta es aquella pera del scandol que deu passare la terra deserta o aquella pera molt clara de la qual se lig en Ysaias116f, en les mans de la qual lo regne de Cicilia deu esser donat.

  • 113 a) esser declarador : tangere ; b) de senyoreiant : dominantis justicie ; c) monjcons : municionum  (...)

206113 Encara mes aquest matex es vist esser declaradora a Joatxim dient  : « Exira un rey petit del qual lo nom es fortitut; en les mans d’aquell, potestat de senyoreiantb. Vendra cridant e destrouint los enemichs e destrouira los moniconsc e les portes ; destrouira les terresd molt altes e regnara subpeditante la terra e siura ell menantf sobre les aygues e sobre la uniuersal mar. Los pensantsg la terra ecclesiastichs pendra e catiuara, en tant, axi com per dolor afligitsh, en lo loch del qual primerament son exits tornaran o seran tornatsi. Subiugara aquell qui floria en senyoria [e] aquell destrenyeraj, e los contraris per tot loch discipara e totes [Fol. 111ro] aquelles coses les quals poran a ell resistirk, per tal com ell hage potestat de damunt ». Mala ventura, mala ventura vendra als habitadores enuersl aquella, car com començara a cridar, fara tremolar tots aquells e encara mes los munts altsm, car ella es filla de la aguila molt ferosa que fins tro asin de lonch ha dormit, que com despertada sera, examplara les sues ales enuers la presa e les sues ungles ajunyira e pendrao; aquella lo seu bech abrira per deuorar, los seus enamichs subuertintp; per lo so de les sues ales torbara ciutats e castells destrouiraq, car s’acompanyara ab poble de dur seuicir, lo qual restituira en C dobless per les coses rebudes, e sera gran plor del qual non es stat semblant en los temps passats. E tots los liris cullent, destrouirat e trencara e destrouira ab furor la spolia de multitutu. No sera qui a ell puscha resistir, ne encara mes contredir, car totes les Asiasv dels pagans [Fol. 111vo] destrouira e el recoldamentw del solda apagara. E les terres les quals prenien [e] incalsigauenx los infels — cor ja lo temps de les cosesy comens esser abreuiat — restituira al vicari del Crucificat.

  • 114 a) pressura ; b) dicitur ; c) interiit ; d) ceruigosa om. C ; e) triturabitur ; f) fara loch-malalt (...)

207114 Sots la pressuraa del temps d’aquest princep, los regnes seran en decayment, les grans cauran e les comunitats axi en la terra com en la mar seran inclinades e cauran, per tal que allo que en l’Apocalipsi es scrit sia complit — ço es que « la terça part de la mar feyta es sanch, e la terça part dels nauilis seran destrouits117c ». E entre tant, dCicilia tritae e, per consells infatuada, fara loch, e la Asia de aquella, per si que per aiudes en ruina sera malaltaf, e axi per los seus domestichs com per los stranys pobles ella trencadag romendra, per la qual cosa tots los coratges en aquella seran mesos negresh e de la aduersitat d’aquella menys sabentsi. E com les ungles de la aguila desemparan aquella rest[r]ingir, en II parts sera destrouidaj. Deponent [Fol. 112ro] batalla, nauili en Cicilia vendra, quek no tansolament los opressos o malmenansl en aquella delliurara, mes per terra e per mar vinent en lo regne de Napols a IIII parts per foch e per coltell deuorara la pollam. Vertaderament insula fet axi redon com a pila, fugent deça e della per diuerses parts del mon o[n] uan, mal en vides loch de pau en alguna part de terra pora esser trobat. Axi sera fogadav Calabria e Genoua la porta de les forces per axa e per destrals destrouira e en terra posara. E la companyaw o el poble contrari dels pisans sera en les sues aduersitatsx enpatxada. E Florença en la sua flor sera tocada. E Venecia en sa furory sera confusa. França una vegada sera trepijada e altra vegadaz sera posada en terra. Lo gall cantara e Anglia subtumbara, de la qual la companya fortment sera opremida o malmenadaaa. Spanya defalrabb, Affricha e Arabia seran plenscc. Caura Orient e Aguilo [Fol. 112vo] staradd. Fort Rusiaee sera flagellada e els lochs prop la mar per plaga incresibleff sera destrouida e tatxada. Grecia sera confusagg e no pora escapar a les mans de la aguila. De part del angel sera reuelat un pastorhh que beneyra dos fills de la aguila, lo qual la dignitat de Roma apellada monarcha — ço es dignitat — en Italia constituiraii, al qual Gressia se hunira. Roma quaix a no res en les coses temporals ejj vendra e en les coses spirituales crexera. E lo pastor pacificos apres molta peregrinacio la anima a Deu retra e en miracles clareiara en sa mort e en lakk prouinca cituada entrara al flum e al lach en la planicia enuers los muntsll.

  • 115 a) Septimum caput drachonis ueteris testamenti om. C ; b) periclitari ; c) aquelles C ; d) ab molts (...)

208115aLo VIIe cap del drago del Vell Testament fo Anaman, qui fo lo II rey apres Assuer, qui regna sobre CXXVII prouincies, axi com se diu en lo libre de Ester118, sots lo qual era decret periudicarb en totes mane[Fol. 113ro]-res lo poble dels juheus, si donchs la diuinal clemencia merauellosament en aquellsc present no fos. Empero, Zorobabel, primerament ferida Babilonia, ab molts qui seguits fou, aquell munta en Jherusalemd e reedifica lo temple de Deu e als murs de la ciutat en angustia de tempse.

  • 116 a) Septimum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) sots lo qual-peraclitar : sub quo tum incepe (...)

209116aLo VIIe cap del drago del Nouell Testament sera Antecrist, l’altre Naaman, sots lo qual sera cert peraclitarb en totes maneres lo poble realment cristia, lo qual no haura scrit en son front lo nom d’aquell e al nombre del nom d’aquell, o al caracte, o al senyal d’aquellc 119axi com damunt ho he dit. En la seduccio d’aquell toca l’Apostol en la Segona Epistola ad Tesolonicenses en lo segon capitol hon diu :

  • 117 a) discesio ; b) car si [...] no : nisi ; c) carrech de peccat : homo peccati ; d) o per superbia a (...)

210117 « Veiats no sia negu qui vosaltres seduescha en alguna manera. Car si primerament la discessioa nob es venguda e no sia reuelat lo carrech de peccatc — ço es lo fill de perdicio — qui contraue o per superbiad se exalce [Fol. 113vo] sobre totes coses que es dit Deu, ou que es colt, axi que en lo temple de Deu sega axi com si Deu era. En present sabets que es detendrae per tal que sia reuelat en lo seu temps, per tal que aquells que tenen tengan, fins que del mig sia fet, e sig lauors sera reuelat en aquellsh lo inich, al qual nostre Senyor per lo sperit de la sua boca auciura e destrouira per lo bell esdeueniment seui, del qual [l’]esdeueniment es segons la operacio de Satanas en tota virtut, e senyals falços120j ».

  • 118 a) discesio, enim om. C ; b) en lo : ab ; c) per la : ab ; d) facta est ; e) la cosa-detindra : nun (...)

211118 La discensioa de tots los regnes en lob Imperi roma, e de totes les sglesies patriarcals, e de totes les altres qui son en Asia per lac sglesia de Roma feyta esd, axi que un lum luent stat sol en lo present temps. La cosa la qual « se detindrae » sera ella, ço es a saber la secreta disceciof per scisma o discenciog de diuerses errors e ardurah de grans heretgies, de les quals ja ali fum comença a muntar e per grossos nuuols lo sol e l’ayre obscurar, « per tal que aquells [Fol. 114ro] que tenen tenganj » — ço es aquell qui regex la Sglesia o del Imperi romak regna, « fins que del mig » — ço es a saber de la Sglesia o del Imperi, e de les diuisions o de les damunt dites scismes — « sia fet aquell » — ço es a saber « inich », « e si lauors sera reuelat aquell, lo qual volra Jhesu Crist121 ». E jatsia aço que diguen alguns que deiam nexer en Babilonia, els discordant en la letra no discorden en lo seny, cor tres Babilonies se ligen en l’Escriptura, de la qual la primera es desertao, inhabitable, en la qual regna aquell rey gran Nabugadonasor; la segona es apopuladap, en la qual regna lo solda vertaderamentq; la terça es figurada — ço es Roma , en la qual regna lo poble cristia.

  • 119 a) euulsus est ; b) triumphant add. C ; c) sibi ; d) Johannes ; e) ans per auentura-Deu : ymo pociu (...)

212119 Hon, axi com Lucifer per apostasia foragitat esa de la pus sobirana gerarchia de la Sglesia triumphantb, e per uentura del orde dels trons — volent axic usurpar lo diuinal honor — axi, per semblant manera, aquest, axi com diu Jobd, per apostacia foragitador es [Fol. 114vo] de la pus sobirana gerarchia de la Sglesia militant o per aventura del orde dels prelats, usurpant a ell la honor dels papes sobirans, ans per aventura mes esser ahorat com a Deu122e. E axi com dels nombresf dels XII patriarques, Dan foragitat es del mig, prenent la sort del ministeri feu, e·n lo loch d’aquell ho ministeri instituhit demanasseng. E axi com del nombre dels XII apostols, Judes Scariot foragitat es del mig, guanyada la sort del seu ministeri, Messies en lo loch d’aquell ministeri d’aquell instituit123h, axi contenen moltsi del nombre d’aquells XII homens euangelicals reuelados en Jhesu Cristj, aquest fill de perdicio foragitador es en entrador, e, fahent les forts dels seus ministeri e en loch sots e·n lo seu ministeri, altre es instituidork, del qual el mal faedorl sera foragitat; « d’aquel l’esdeueniment foram segons la operacio del diablen, en tota virtut, senyals e miracles falços e en tota seduccio de iniquitato », [Fol. 115ro] axi com ho diu l’Apostol124.

  • 120 a) Adonchs-se leuara : Sub uno igitur tempore sexto hec tribulacio, scilicet VIti et VIIti drachoni (...)

213120 Adonchs, sots hu, axi que al VIe temps en lo qual aquesta tribulacio — ço es del VIe e del VIIe cap del drago e la dobla se leuara125a , per tal que sia abreuiament dels temps dels elegits, e encara mes com lo VIIe « no en les sues forces » mes en les forces del VIe deu muntar, dels quals es dit en Daniel en lo XIe capitol : « De dos reys, car sera que mals fahenb, e a una taula parlaran falsies, e no proffitaran, com la fi s’espera en altre temps126 ». E aço haura son acabamentc en la segona batalla de Antecrist, hon lauors ell e el Rey XIe a una taula se conuendran, parlant falcia envers la condempnacio de l’Esglesia. E en per amor d’açod no y haprofitaran, ne en aquesta cosa prosperitat hauran, cor la fi d’aquestes coses es sperat en altre temps, ço es en la terça batalla, en la qual totes coses segons son desig seran complides; e aço se [Fol. 115vo] diu com diue : « e en ves la sua voluntat fara lo rey127f ».

  • 121 a) Cauda drachonis ueteris testamenti om. C ; b) septimi temporis seu om. C ; c) en la Sinogoga-com (...)

214121aLa coha del drago del Vell Testament fo Anthiocha, r[a]el de peccat128, sobremuntant totes les tribulacions dels altres temps, les quals fenides, en la fib del obriment del VIIe sagell, Jhesu Crist, fill de Deu, ve en lo mon segons la carn e les generacions de la carn, les quals Deu lo pare en lo començament del mon hauia confermades, lo fill prenent carn de la Verge, en la Sinagoga merauellosa, axi que per orde ho ha complitc, e les generacions del Sperit, axi com ha migencer que es entre Deu e home, en la sua Sglesia ha començat, axi que en present no viu homd segons la carn mes segons l’Esperit.

  • 122 a) Cauda drachonis noui testamenti om. C ; b) enim om. C ; c) ho el diable add. C ; d) in occulto f (...)

215122aLa coha del drago del Nouel Testament sera aquell hom maluat qui es apellat Gog129. En aquell tempsb, delliurador es lo Sathanas ho el diablec del seu carcred, axi que entesa la fi d’aquells temps, sera tribulacio [Fol. 116ro] no menor del VIIe cap del drago mas eguale, exceptat que no sera seductoria mes huberta e manifesta, les quals cosesf finades, en la fi del VIIe temps ho de la manifestaciog del VIIe senyal, Jhesu Crist fill de Deu en natura humanal presa de la Verge en lo general iudici es esdeuenidor. Complira les ordes de les generacions, axi que d’aqui auant en aquest mon no sia vida de homens mes, promulgada la sentencia de la hecsecucio, alguns hiran en la vida eternal, altres vertaderament en suplici per tostemps durable.

  • 123 a) son fetes : sunt facta ;

216123Fina la Xa distinccio, e comença la XIa en la qual se fa mencio en special de les concordies per atrobar lo cert temps de aquelles coses que son faedores en lo Nouell temps per aquelles que en lo Vell Testament per semblant manera son fetesa.

  • 124 a) En l’any-cum Domino viuat. Amen. add. C ;

217124 En l’any MiCCCLXVII se començara lo sant passatge — segons lo libre — per lo rey Pere de Ponent, mas d’aqui ha lauos seran stades moltes coses. E es [Fol. 116vo] apellat lo libre de que aço es stat treyt Suma seu Briuiloquium sobre les concordies del Nouell e del Vell Testament.

218FFinito libro, sit laus gloria Cristo. Amen.

219Qui scripsit scribat semper cum Domino viuat. Amena.

 

2201 Voir : JOACHIM DE FLORE, « De Septem Sigillis », Marjorie REEVES et Béatrice HIRSCH-REICH (éds.), Recherches de Théologie ancienne et médiévale, XXI, 1954, p. 239-240. Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO renvoient également au Liber Concordie de Joachim de Flore, fols. 27ro et 38vo-42ro, concernant les septs sceaux de l’Apocalypse et les sept persécutions subies par l’Église.

2212 Apc. 1.10

2223De septem sigillis, éd. cit., p. 239-240.

2234De septem sigillis, éd. cit., p. 241.

2245 Apc. 6.7 et 8; pour l’ensemble du paragraphe, voir : De septem sigillis, éd. cit. p. 241.

2256 I Rg 12 et 13; sur le deuxième sceau de l’Ancien Testament, voir : De septem sigillis, éd. cit., p. 241-242.

2267 Apc. 8.6 à 10; tout ce passage est tiré de : De septem sigillis, éd. cit., p. 242.

2278 De septem sigillis, éd. cit., p. 242.

2289 Apc. 13.1

22910 Apc. 13 et De septem sigillis, éd. cit., p. 242 pour l’ouverture du quatrième sceau.

23011De septem sigillis, éd. cit., p. 243.

23111 Ps. 149.7

23213 Apc. 16

23314 Is. 6.10 et les informations données jusqu’à ce point sont extraites de : De septem sigillis, éd. cit., p. 243.

23415 Voir Expositio in Apocalypsim, fol. 185ro (référence donnée par Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium..., p. 238).

23516 Jusqu’ici, voir : De septem sigillis, éd. cit., p. 244 ; les éditeurs de la Summula renvoient également à l’Expositio, fol. 7vo-8ro.

23617 Apc. 17.3

23718 Apc. 17.12-13

23819 Apc. 17.16

23920 Apc. 17-16

24021 Apc. 6.8

24122 Apc. 17.17

24223 Apc. 17.18; voir aussi Expositio fol. 197ro et Liber Concordie, fol. 41 vo (selon Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium..., p.240).

24324De septem sigillis, p. 244-245.

24425Liber Concordie, fols. 44ro, 21ro-22ro et 57vo-58ro (référence donnée par Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p.240).

24526Super Hieremiam, fol. 43vo (référence donnée par Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 241) et JOACHIM DE FLORE, Tractatus super Quatuor Evangelia, Ernesto BUONAIUTI (éd.), Rome : Istituto storico Italiano, 1930, p. 99.

24627 Acta Apostolorum Apocrypha, p. 171.

24728 Gn. 8.11

24829 Idt. 13

24930Liber Concordie, fols. 23vo-24vo (référence donnée par Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 241).

25031 Apc. 17 et 18

25132 Apc. 2.9

25233De septem sigillis, éd. cit., p. 244.

25334 Is. 29.14

25435 Ez. 7.26

25536 Jr. 9.23

25637 Apc. 9.6

25738 Mt. 24.37-39

25839 Mt. 24.40

25940 Lc. 17.34

26041 Mt. 24.41

26142 Apc. 8.8-9

26243Liber Concordie, fols. 23vo et 43vo (réf : Harold LEE, Marjorie REEVES, et Giulo SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 243).

26344 Jr. 1.14

26445 Dn. 8.3-12

26546 Dn. 8.20-25

26647 Il faut lire « segons que diu Johannes » et ce ‘Jean’ est vraisemblablement Pierre-Jean Olieu ; voir aussi Liber Concordie, fol. 126 ro (réf : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 245).

26748 Dn. 8.20

26849 Grégoire, Homiliarum in Evangelia, 2.38.2 (PL 76.1282).

26950 Dn. 8.10

27051 Dn. 8.12

27152 Dn. 8.11

27253 Dn. 8.11

27354 Dn. 8.12

27455 Dn. 8.12

27556 Mt. 13.24 et 13.36-43

27657 2 Thes. 2.9

27758 Mt. 24.23-24

27859 Dn. 8.24-25, depuis « en la terra ».

27960 De septem sigillis, éd. cit., p. 244-245; Liber Concordie, fol. 56 ro (réf. : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 249).

28061 Dn. 11.2 et Super Esaïam, fols. 39vo-40ro (réf. : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 249).

28162 2 Thes. 3.4

28263 Dn. 11.3, depuis « lauar-se un rey fort ».

28364 Il faut de nouveau lire « Johannes » et il s’agit ici d’une référence à la Postilla super Apocalypsim (fol. 101ro, selon Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 250).

28465 Apc. 13.5

28566 Dn. 11.4, depuis « e com haura stat ».

28667 Dn. 11.5

28768 Dn. 11.5

28869Liber Concordie, fol. 132vo (Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 250).

28970 Dn. 11.6, depuis le début du paragraphe.

29071 Dn. 11.11, depuis « e lo rey d’Austria ».

29172 Dn. 11.20-22, depuis « molt leig e vil ».

29273 Dn. 11.17

29374 Dn. 11.14

29475 Dn. 11.15, depuis « lo rey d’Aguilo ».

29576 Dn. 11.14

29677 Dn. 11.15-16, depuis « leuaran-se los elegits ».

29778 Acta Apostolorum Apocrypha, p. 171.

29879 Dn. 11.24

29980 Mt. 24.22

30081 Dn. 11.25-26, depuis « Sera moguda ».

30182 Dn. 11.28-31, depuis « E retornara ».

30283 Dn. 11.32

30384 Dn. 11.33

30485 Dn. 11.33-34, depuis « e cauran ».

30586 I Cor. 10.12

30687 Dn. 11.35, depuis « e dels ensenyats ».

30788 Dn. 11.36-37

30889 Dn. 11.39-43

30990 Combinaison de Ps. 103.26 et Ps. 73.14

31091 Dn. 11.44-45, depuis « la fama ».

31192 Dn. 11.45, depuis « e vendra ».

31293 2 Thes. 2.8

31394 Apc. 19.20 ; Postilla super Apocalypsim, fols. 111vo-112 ro (réf. : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p.255).

31495 « Mas lo Sathanas [...] siduir les gents » : De septem sigillis, p. 245.

31596 Dans la Summula, réf. à Heb. 4.9 : « itaque relinquitur sabbatismus populo Dei ».

31697 Bar. 3.38 ; « En aquest temps VIIe[...] a conuersar » : De septem sigillis, éd. cit., p. 245-246.

31798 Dans la Summula, réf. à Heb. 4.9

31899 Ps. 71.7-8

319100 D’après Heb. 4.9

320101 Apc. 20.11-15 ; De septem sigillis, éd. cit., p. 245-246.

321102 Gal. 4.5

322103 Mt. 27.52

323104 Is. 64.4 ; De septem sigillis, éd. cit., p. 246-247, pour tout ce passage.

324105 Apc. 22.1

325106De septem sigillis, éd. cit., p. 246-247, pour l’ensemble du paragraphe.

326107 Apc. 12.18

327108 Apc. 17.10. Les quatre premières têtes correspondent à ce que disait Joachim de Flore dans l’Expositio (fols. 10ro et 196vo ; réf. : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 256) et à ce que l’on trouve sur la planche 14 du Liber Figurarum de Joachim de Flore.

328109 Idc. 4.3

329110 Idc. 3.9 et IV Reg. 13

330111 Dn. 7.6

331112 IV Reg. 12

332113 IV Reg. 17

333114 2 Thes. 2.3 et Pierre-Jean OLIEU, Postilla, fol. 93 ro (réf. : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 259).

334115 Dn. 2.34-35

335116 Is. 8.14 [petra scandali] et Ez. 26.4 [petra limpidissima].

336117 Apc. 8.8

337118 Est. 1.1 et Liber Concordie, fols. 121vo-122ro (réf. : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 262).

338119 D’après Apc. 13.15-17

339120 2 Thes. 2.3-9

340121 2 Thes. 2.6-9, dans tout le paragraphe.

341122 Pierre-Jean OLIEU, Postilla, fols. 91ro, 57ro-vo (réf. : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 263).

342123Liber Concordie, fols. 28vO, 43vo et Expositio, fol. 121ro (réfs. : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 263).

343124 2 Thes. 2.9-10

344125 Voir Liber Figurarum, planche 14.

345126 Dn. 11.27

346127 Dn. 11.36

347128Liber Figurarum, planche 8 ; voir aussi Liber Concordie, fol. 56vo et Expositio, fols. 9r-10r (réfs. : Harold LEE, Marjorie REEVES et Giulio SILANO (éds.), Breviloquium…, p. 264).

348129De septem sigillis, éd. cit., p. 246.

[Summula seu Breviloquium, milieu du XIVe siècle, prologue : vers 21-24, 27-28 et 31.]

  • 125 J’édite ces vers en confrontant la version de l’édition REEVES, LEE, SILANO (éds.), Western mediter (...)

125Castrum turris et aquilo et vulpis anglicana
ffavebunt cunctia baculo serpente cum griffana.
Majoris Franci Ciculib reges humiliabit
virtus Yspani baculi et patremc captivabit.
Clerus tunc perdet imperium ; reptansd spoliatus
cadet in vituperium, ut, populus fugatus,
cunctise tunc mundi gentibus baculusf imperabit.

 

3491 Ce poème prophétique est composé des vers 21-24, 27-28 et 31 du prologue versifié de la Summula. Les vers 1 et 2 sont une réécriture d’un fragment du chapitre IV de l’Oracle de Cyrille, qui annonçait que « [coluber] sicco draconi confederabitur et sanguinee vulpi de Anglia. Castrum quoque cum turri favebit eidem » (Marc BOILLOUX, Étude d’un commentaire prophétique du XIVe siècle : Jean de Roquetaillade et l’Oracle de Cyrille (v. 1345-1349), Thèse inédite de l’École des Chartes, 1993, p. 269). Entre l’Oracle (v. 1298-1304) et la Summula (années 1350), la couleuvre a disparu et le dragon sec a changé d’identité, quoiqu’il s’agisse toujours d’évoquer les conflits entre Angevins et Aragonais pour la possession de la Sicile. Dans le premier cas, il semble que la couleuvre, quoi qu’en ait pensé le pseudo-Joachim, qui y voyait l’Église schismatique grecque (éd. cit., p. 270), était une figure impériale de « l’engeance de vipères » de Frédéric II et le dragon sec, le roi d’Aragon Pierre II. Dans le second cas, la couleuvre a disparu et le dragon sec est cette fois Pierre III d’Aragon, au rôle eschatologique duquel est consacrée la Summula. Pour expliquer ces modifications, on remarquera que l’Empire ne joue plus aucun rôle dans les affaires de Sicile dans les années 1350, et que c’est bien Pierre III qui est alors directement confronté aux Angevins. L’identification de Pierre III au dragon sec n’est d’ailleurs pas une originalité de la Summula : elle revient à Roquetaillade, dans son commentaire à l’Oracle, texte dont il est plus que probable que les auteurs de la Summula ont eu connaissance. Dans le contexte du milieu du XIVe, l’alliance avec la Castille et l’Angleterre redevient une prophétie ante eventuum, alors qu’on ajoute au texte de Cyrille la promesse de l’accession de Pierre III à la monarchie universelle. Là n’était d’ailleurs pas le propos essentiel du prologue de la Summula, qui était axé sur l’exposition des calamités devant marquer le passage du deuxième au troisième status de l’histoire de l’humanité, puis sur une évocation de ce troisième âge et enfin du Jugement Dernier. Dans cette apocalypse, le roi d’Aragon jouait le rôle dévolu aux empereurs germaniques dans la tradition franciscano-joachimite : celui d’un terrible fléau, devant accélérer la purification de l’humanité préparatoire à l’entrée dans le troisième status. Notre texte, composé au plus tôt au milieu du XVe siècle, ne retient du prologue de la Summula que ce qui convient à l’exaltation de la puissance des souverains catalano-aragonais : conquête de la Sicile, prépondérance sur les souverains français, réforme du clergé — dont l’exécution est moins violente que dans la Summula — et monarchie universelle.

Top of page

Notes

1 Harold LEE, Marjorie REEVES et SILANO, Giulo, (éd.), Western mediterranean prophecy : the school of Joachim of Fiore and the fourteenth-century Breviloquium, Toronto : Pontifical Institute of Medieval Studies, 1989. Recension par Josep PERARNAU I ESPELT, ATCA, 10, Barcelone : IEC, 1991, p. 402-404. Josep Perarnau i Espelt propose quelques amendements au texte de l’édition critique, émet des réserves sur le milieu d’origine proposé par les éditeurs et leur reproche des erreurs d’attributions d’ouvrages (Expositio super Apocalypsi et De triplici statu mundi), ainsi que leur ignorance des travaux les plus récents concernant Arnaud de Villeneuve, les Tiers Ordre et les béguins de Catalogne et du royaume de Valence.

2 H. LEE, M. REEVES et G. SILANO, (éd.), op. cit., p. 158.

3 Pour une discussion sur sa position probable dans le stemma proposé par Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano, voir plus bas.

4 « Major glosses in M are placed in the text, in conformity with the later manuscripts. Minor glosses and notations in M have been omitted ». On regrettera l’abscence d’un paratexte qui semble particulièrement riche dans le cas de M et aurait pu fournir de précieux renseignements sur la façon dont ses contemporains lirent la Summula : « there are marginal glosses which consist of simple identification of sources, interlinear or marginal additions by the scribe or by later readers, the use of NB and variations to call attention to significant passages, and, finally, full-fledged commentary on several passages » : H. LEE, M. REEVES et G. SILANO, (éd.), op. cit., p. 153.

5 Remarquons toutefois la condamnation sans appel de Louis de Bavière : « Quinta persecutio contra clericos incepta fuerit per imperatorem Fredericum et postea per Nachaonem regem Egypti, sue Francie, sub quo papa Bonifacius captus et pocionatus est, seu eciam per ducem Bauarie seu imperatorem, sub quo diuisa fuit uniuersalis eclesia, constituto ydolo pseudo papa in ciuitate romana » : H. LEE, M. REEVES et G. SILANO, (éd.), op. cit., p. 239.

6 Voir J. PERARNAU I ESPELT, ATCA, 10, p. 402-404 et J. PERARNAU I ESPELT, ATCA, 17, p. 18-22, note 15, en particulier. Sur la communauté de Calatamauro, voir Clifford R. BACKMAN, « Arnau de Vilanova and the Franciscans spirituals in Sicily », Franciscan studies, 50, 1990, p. 3-29, et la recension de cet article dans ATCA, 16, 1997, p. 680, n° 12152. La Summula utilise bien le Vae Mundo, contrairement à ce qu’affirme J. PERARNAU I ESPELT (ATCA 17, p. 21, n. 15) : comment ne pas voir un écho de cette prophétie dans : « Ve, ve habitatoribus circa eam, quia cum garrire incipiet, contremiscere faciet ecciam montes altos. Ipsa est enim filia aquile ferocissime, que hucusque prostrata dormiuit, que, cum excitata fuerit, expandet alas in predam et ungulas acuet in capturam [...] nam interim ceruigosa Sicilia triturabitur [...] et, a suis adversionibus resupina, cumque ungues aquile desinent eam restringere, gemina procella deuorabitur »? Rappelons que le texte du Vae Mundo concernant la Sicile dit : « Cervicosa Sicilia triturabitur donec, consumptis apibus, sponsa fuerit reformata, cumque ungues aquile desinent eam restringere, non evadet, quoniam gemina procella superveniens devorabit eam ».

7 On sait que la reine Éléonore possédait un exemplaire de la Summula (le manuscrit utilisé par l’auteur des prophéties du manuscrit Palau II/3096). Cet ouvrage affirme par ailleurs clairement la vocation des rois d’Aragon à régner en Sicile. En outre, « des de les pàgines d’Ulla Deibel (i les recentíssimes de Salvatore Fodale les confirmen totalment) sabem que la política de la reina de Catalunya-Aragó, Elionor de Trinàcria, en relació a l’illa de Sicíla era la d’ésser considerada pubilla o hereva única del tron » : J. PERARNAU I ESPELT, ATCA 17, p. 21-22. De là à faire du Breviloquium une oeuvre de commande, il n’y a qu’un pas, que Josep Perarnau i Espelt envisage de franchir. Il renvoie, pour le personnage d’Éléonore de Trinacrie, à Ulla DEIBEL, « La reina Elionor de Sicília », Memorias de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, X, 1920, p. 361-370 et Salvatore FODALE, « Federico IV (III) d’Aragona, re di Sicilia (Trinacria) detto ‘il Semplice’ », Dizzionario biografico degli italiani, 45, 1995, p. 694-700.

8 Josep Perarnau i Espelt formule l’hypothèse que la Summula pourrait être un « antídot », un « murs de defensa » aux prédictions de Roquetaillade contenues dans le Liber Secretorum Eventuum (J. PERARNAU I ESPELT, ATCA, 17, p. 7-21). Le problème est que cette hypothèse repose sur deux autres hypothèses, non démontrées : la traduction du Liber Secretorum aurait été réalisée à la demande des souverains aragonais et elle serait de peu postérieure à la composition de l’ouvrage. Enfin, Josep Perarnau i Espelt fait tout de même remarquer que « no const[a] cap exemplar de cap obra de Joan de Rocatalhada en les biblioteques privades de Barcelona conegudes a través de l’obra de Josep Hernando i Delgado [...] ni en les de Mallorca integrades en la de Jocelyn H. Hillgarth [..] », ce qui « sembla indicar que a Catalunya Joan de Rocatalhada per ventura fou més una autoritat reconeguda que un autor llegit i conegut (J. PERARNAU I ESPELT, ATCA, 17, p. 33, n. 39) » : censure royale ou, à l’amont, censure avignonnaise? Jean de Roquetaillade était pourtant bien connu dans la couronne d’Aragon, comme en témoigne la dédicace de la traduction catalane du VMT.

9 Les prétensions du couple royal s’étendaient à Naples : « Neapolim a quatuor angulis igne et gladio devorabit » annonce la Summula concernant Pierre III (éd. cit., p. 260). Le chapitre 10 de la Summula contient d’ailleurs un programme eschatologique, qui, présenté comme le commentaire de deux oracles, annonce la réalisation de tous les objectifs de la politique méditerranéenne de Pierre III, tout en promettant les pires calamités à ses ennemis du moment — Génois, Anglais et Français notamment (éd. cit., p. 260-262 ; sur ce passage, voir l’édition du manuscrit Palacio II/3096).

10 Le Breviloquium est désigné dans ce document comme « un libre ystoriat que la senyora regina a qui Deus perdo hauia » (fol. 41vo). La mention d’illustrations ne saurait nous étonner : le chapitre 14 du Breviloquium, consacré à la correspondance des générations des deux Testaments, est accompagné de croquis dans les manuscrits M et B, qui comprennent également une représentation du Jugement Dernier et de nombreuses autres illustrations. T n’a pas été enluminé, mais des espaces y avaient été ménagés à cet effet (Summula, éd. cit., p. 153-156). Le manuscrit disparu de la bibilothèque colombine de Séville était également enluminé. Pour les relations de P avec les autres témoins de la la Summula, voir plus bas.

11 Pere BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies catalanes del segles XIV i XV. Assaig Bibliogràfic », BBC, VI, 1990, 1920-1922, Barcelone : IEC, p. 27 et Summula, éd. cit., p. 155-156.

12 « The prefatory poem appears to be the original work of the author », Summula, éd. cit., p. 138.

13 Roquetaillade est explicitement mentionné dans la prophétie des folios 40ro-49ro du manuscrit Palacio Real II/3096 et des passages de son commentaire à l’Oracle de Cyrille y sont cités (voir l’édition de ce texte, dans ce volume).

14 Sur la composition de cette mosaïque prophétique, voir les notes jointes à son édition, dans ce volume et l’introduction générale de ce travail.

15 Voir édition des folios 38vo-39vo de P, dans ce volume.

16 Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano proposent de retenir Acia ; Asta, nom d’une ville de Ligurie, me semble convenir mieux, d’autant plus qu’il est question dans la proposition suivante de rivaux ou d’ennemis des Pisans, qui peuvent être ces mêmes Ligures.

17 Barbarismes : « tritutabitur, spirituabilus, ariens » ; omissions : de mots (13) de syntagmes (3), de propositions (3, dont le passage sur la guerre de Cent Ans) ; additions de mots (essentiellement des conjonctions : 11) et de syntagmes ; fautes de grammaire et de syntaxe (erreurs sur la déclinaison des substantifs et des adjectifs, sur la forme des adverbes, adjectifs épithètes non accordés, oubli ou erreurs de pépositions et une construction tenant à la fois de l’ablatif absolu et de la proposition infinitive) ; leçons absurdes ou dénaturant le sens des passages concernés : « erunt » pour « ruent », « ne » pour « Ezechielis », « temporibus » pour « temporalibus » ou encore « qui centuplum recipiet preceptis pour qui centumplum restituet pro receptis ».

18 L’énumération des rois de Sicile depuis 1282 se clôt dans M et P sur la mention de Louis Ier : « et rex Ludovicus que nunch est ». P ajoute ensuite : « unde si rex Petrus qui nunch in Aragonia est [Pierre III], vel rex Ludovicus qui nunch en Sicilia est, erit ille rex undecimus, sua tempora revelabuntur », alors que M se contente de « erit ille [Ludovicus] XIus rex? Sua tempora revelabunt » (Summula, éd. cit., p.207).

19 Summula, éd. cit., p. 207 : « [...] de regno Majoricarum, ubi fuerunt tres reges, sciliciet Iacobus, et rex Sancius, et ille depositus. Sed isti non procedunt ex linea recta ab aquila ». C’est Josep Perarnau i Espelt qui a attiré l’attention sur cette correction, (recension de l’édition de la Summula par Lee, Reeves, Silano, ATCA, 10, Barcelone : IEC, 1991, p. 402).

20 Le passage omis est le suivant : « [ad cominuendum] duo cornua egressus est, sic de Yspania, seu Catalonia, egressurus est unus rex paruus persona et despectus ad percuciendum Darium regem Franchorum et ad cominuendum [radicitus duo cornua eius] »; entre crochets carrés, les passages qui l’encadrent. Le saut du même au même s’est effectué entre les deux occurrences de cominuendum.

21 « Este ms. viene del convento de San Agustín de Zaragoza (actualemente sabemos que los restantes mss. procedentes de este convento [...] fueron a parar al convento de los agustinos de Valladolid [...]. Este ms. coincide con el de la BPT Stes. Creus n° 99; parece ser una copia del mismo, salvo el fol. 4v (vid. Exp. 1er prólogo) »: José María POU I MARTI, Visionarios, beguinos y fraticelos catalanes ( siglos XIII-XV), 2e éd. et introduction par Juana María ARCELUS ULIBARRENA (éd.), Madrid : Colegio Cardenal Cisneros, 1991, p. XCVII. N, non seulement n’est pas une copie de T, mais est même plutôt meilleur que T.

22 J. PERARNAU I ESPELT (éd.), « La traducció catalana medieval del Liber Secretorum Eventuum », ATCA, 17, Barcelone : IEC, 1998, p. 7-219 ; voir, en particulier « de la qualitat de la traducció », p. 22-25. Elle est qualifiée, à juste titre, de « dissortada i insatisfactòria », à tel point que Josep Perarnau i Espelt en vient à douter qu’elle puisse être l’oeuvre d’un catalanophone.

23 Pour ne pas alourdir inutilement mon exposé, je désignerai désormais ce manuscrit par L (= manuscrit latin).

24 Ces commentaires se trouvent respectivement p. 244 et 260 de l’édition d’Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano.

25 Glose : p. 250, éd. cit. Le passage portant sur le combat entre l’Antéchrist/XIème roi et le pape/roi du Midi se trouvait juste avant cette glose dans BTVM.

26 C partage 10 omissions ou erreurs avec BTV, 3 avec BV, 2 avec M, 1 avec P, V, B, BT, T ou BTVM ; toutes ses autres omissions ou erreurs lui sont propre.

27 Éd. cit., p. 244.

28 Éd. cit., p. 264, § 73 de notre édition de Carpentras 336.

29 Deux passages portent sur les tribulations infligées par Antioche Épiphane, chapitre 9 (éd. cit., p. 239) et chapitre 10 (éd. cit., p. 264). Dans les deux cas, il est dit, de la même façon, que celles-ci seront les plus terribles que l’humanité aura jamais subies : « ista tribulatio [...] sub Anthioco rege, cunctas aliorum temporum tribulationes excellens, et cetera » et « cauda draconis Ueteris Testamenti fuit rex Anthiocus, radix peccati, cunctas aliorum temporum tribulationes excellens ». La deuxième occurrence est entièrement et correctement traduite dans Carpentras 336. « Excellens » n’est pas traduit dans la première, ce qui rend la phrase totalement incompréhensible : « Aquesta tribulacio [...] sots Anthiocus rey totes les tribulacions dels altres temps ». Dans ces conditions, je n’arrive pas à justifier cette omission autrement que par un accident de copie, que celui-ci affectât déjà L ou non.

30 Citons, à titre d’exemple, la disparition de « uero » (dans de très nombreux cas), « minime et potius » (§41), « in Apuliam » (§30) et « in turbam fidelium » (§ 45), « catholici » (§11), « sanctis » (§15) et « cervigosa » (§ 67), « enim » et « scilicet » (qui ont très souvent disparu du texte de Carpentras : § 22, 24, 32, 43, 62, 75 dans le premier cas, § 30, 36, 41, 42, 43 dans le second), « Apocalipsis » (§50, qui rappelait l’ouvrage dont était extrait le passage mentionné) et « dicit enim » (§32). La plupart des « et cetera » que contenait le Breviloquium ne se retrouvent pas dans Carpentras 336.

31 « Circa X distinctionem est notandum quod, sicut ille antiqus serpens seu dracho usque ad Christi adventum in Ueteri Testamento in suis capitibus, hoc est regibus, per VIIem tempora contra populum judaicum debellauit, sic et in Novo Testamento usque ad ultimum Christi adventum in consimilibus capitibus seu regibus per similia VIIem tempora Christi Ecclesiam debellabit » (éd. cit. p. 257). Le traducteur, peu versé dans l’exégèse par concordance, et probablement ignorant de la division joachimite de l’histoire de l’Église en septs périodes (« tempora »), toutes marquées par une persécution, n’a pas rendu compte de « per similia ». Il a donc détruit la stricte équivalence posée entre les événements de l’Ancien Testament et ceux du Nouveau.

32 Citons, par exemple « obriment o declaració » ou bien encore « declaració o persecució » pour « apercione » (§ 9, entre autres), « regna o hauia regnat » pour « regnavit » (§ 18), « ab gran host o ab gran companya » (§ 40) pour « ab exercito magno », « caterua o companya » (§ 40) pour « caterua », « semen o naxença » (§ 63) pour « semine », « fill de perdicio e d’engan » (§ 31) pour « filius perditionis », « destouira e auciura » pour « interficiet » (§ 42), « diluvi de les aygues e de les oves » (§ 24) pour « diluvium aquarum inundantium ».

33 § 31 de notre édition.

34 § 49 de notre édition.

35 Sur 19 additions partagées, 14 le sont avec BTV, 2 avec BV ou T, 1 avec MV, BT ou M, soit 17 points de contact avec B.

36 Quelques exemples : « presequens » devient « perseguens », « propositiones », « preposicions », « permicione », « promició », « proditio », « perdició », « apertio », « aparició », « turres », « terres », « inter » est plusieurs fois rendu par « in terra » et on a au moins un exemple de confusion entre l’abréviation de « quod » et celle de « per » : « quod Imperium finiet in Sicilia » étant devenu : « per lo Imperi sera finit », proposition dont le verbe n’a pas de sujet.

37 « Hon axi, com per concordia toca lo regne de les gents apellades medes e al regne dels francesos, axi per aquella matexa cosa, demostre lo regne dels grechs el regne dels spanyols, axi com partia [pour Persia] tota Cicilia, per semblant manera Macedonia tota [pour toca] Catalunya » traduit : « Unde sicut regnum Medorum regnum Francorum per concordiam tangit, sic regnum grecorum regnum Ypsanorum per eamdem ostendit, et sicut Persia uel Perssidis tangit Siciliam, ita Macedonia Cathaliciam seu Cathaloniam » (éd. cit., p. 245).

38 « Ut eciam de fortitudine et de stellis deiciat » (proposition subordonnée circonstancielle de but, éd. cit., p. 247) est rendue par : « e encara mes destrouira de la fortitut e de les steles » (§31).

39 « Robur autem datur est ei contra iuge sacrificium » (éd. cit., p. 244) est donc rendu par « fortalesa es stada donada en aquell e contra lo sanct sacrifici », où le traducteur a d’ailleurs eu besoin de préciser à qui la puissance dont il est ici question avait été donnée, d’où l’ajout de « en aquell ». Un autre exemple frappant : le prophète Malachie devient... « malalties » (des maladies), par où l’on en vient à douter que le traducteur connût l’Ancien Testament ; le passage concerné se trouve § 18 de notre édition et p. 239 de l’édition d’Harold Lee, Marjorie Reeves et Giulio Silano.

40 Le traducteur catalan du LSE a également évité le syntagme « seudo-papa », le remplaçant par « fals profeta bisbe o casos semblants » (voir J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana medieval… », p. 25, n. 25). La traduction du LSE et celle-ci, toutes les deux conservées dans BMC 336 et de qualité équivalente, seraient-elles de la même main? Le syntagme « seudo-papa » aurait-il été volontairement censuré, en tant qu’il connotait trop évidemment une vision spirituelle et/ou béguine de la papauté, alors que Jean XXII venait d’écraser spirituels et béguins?

41 « Et prosternetur ueritas, scilicet euangelica in terra, primo sub mistico Anticristo » (éd. cit., p. 248) devient ainsi un surprenant « E l’avengelical veritat sera scampada en la terra, primerament sots Antecrist mistich (§ 33) ». Le texte pourrait avoir été altéré volontairement dans le cas de la leçon « honor » pour « error » (éd. cit. p. 237 et § 11 de notre édition ): l’Inquisition, poursuivant les béguins et les spirituels, n’avait pas manqué de relier leurs erreurs aux hérésies passées et entre autres, à l’arianisme (Raoul MANSELLI, Spirituali e beghini in Provenza, Rome : Istituto storico per il Medio Evo, 1959). La version favorable aux ariens pourrait déjà s’être trouvée dans le manuscrit latin qui a servi de base à la traduction et remonter à une période fort proche de la rédaction de l’original, à une époque où le mouvement spirituel et béguin était encore vivace, bien que clandestin. Dans le deuxième cas, puisque notre traducteur n’était guère familier de la littérature eschatologique, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il se soit laissé aller à écrire que la vérité évangélique se « répandra sur la terre », plutôt que « la vérité évangélique sera abattue sur toute la terre ». Enfin, que le traducteur soit chrétien ou non, la « sanctification » devait lui paraître une notion plus orthodoxe ou un mot plus familier que le « sacrifice ».

42 Voir plus bas.

43 a) Job PR ; b) concordiam : tanto idiam PR ; c) Alexandria PR ; d) regne PR ; e) in PR ; f) super PR ;

44 a) Orientalem Bl ; b) et contra omnes : omnes enim Bl ; c) orientales Bl ; d) ortus om. PR; e) et om. Bl ; f) in PR ; g) regem PR ; h) comminuendis PR ; i) et add. Bl ; j) confremet PR ;

45 a) magnificatus PR ; b) describuere PR ; c) stellarum-mediocrum : stellarum, scilicet superiorum, que in firmamento, mediocrum Bl ; d) et : vel eciam Bl ; e) qui PR; f) sicut PR ; g) et antarticum om. PR ; h) in Ecclesia Bl ; i) si PR ; j) qui est : que in PR ; k) que PR ; l) et om. Bl ; m) qui est : que PR ; n) summo Bl ; o) ‘et de hiis et de fortitudine-de radicitus’ ne se trouve pas dans Bl, et sert ici de transition entre ce passage (éd. cit. p. 246-247) et le suivant, qui se trouve plus bas dans le Bl (éd. cit. p. 260-261) ; p) primitivum PR ; q) ortis PR ; r) tribus de sua-regibus : se tribus de sua gente expulsis regibus PR ; s) terras PR ; t) et cetera add. Bl ;

46 a) hac illa : hec est enim illa ; b) egressa add. PR ; c) nove Bl ; d) cominuendi PR ; e) et om. Bl ; f) deletis Bl ; g) et om. Bl ; h) ne PR ;

47 a) hec illa : eciam Bl ; b) et add. Bl ; c) justis PR ; d) veniens PR ; e) gastabit PR ; f) scilicet add. Bl ; g) debilitati-locum : debachati dolore, ad locum Bl ; h) deflorente PR ; i) hanc om. Bl ; j) ceperat PR ; k) contremescere PR ; l) eciam add. Bl ; m) et om. Bl ; n) sonitum PR ; o) sonabitur PR ; p) qui Bl ; q) preceptis PR ; r) nimius add. Bl ; s) antiquis om. Bl ; t) distribuet PR ; u) multis PR ; v) arcubitus PR ; w) crucifixi Bl ;

48 ) a erunt PR) ; b) vel add. PR ; c) tritutabitur PR ; d) ruinam PR ; e) ab externis : eternis PR ; f); in ea om. PR ; g) micancia : in cantica PR ; h) effectus Bl ; i) in aliqua-pervenire : in aliqua orbis parte poterit inuenire (locum quietum). Sic ; j) et Janua-Ligurium : Janua porta Lugurium PR ; k) idest Lombardia-in terra : infecuri et ietietur in terram PR ; l) et Pisanorum plebs hemula : in Pisanorum populos emula PR ; m) sua PR; n) entre Gallia et oprimetur : et trahetur in terram ; gallus cantabit et Anglia subcumbet, cujus vulgus in sagena fortiter Bl ; o) ariens PR ; p) consistet PR ; q) litora maris PR ; r) et unum-constituet : quem romanum monarcham in Ytalia constituet ; s) ad Bl ; t) temporibus PR ; u) deveniet Bl ; v) spirituabilus PR ; w) rediret PR ; x) inter flumen et lacum in planicie juxta montem add. Bl ;

49 Dans les notes de bas de page, C signifie : manuscrit 336, bibliothèque municipale de Carpentras ; Per. : lecture donnée par Josep PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida del Vade mecum in tribulatione de Joan de Rocatalhada », ATCA, 12, p. 49-53 à partir du même manuscrit ; Ru. renvoie aux lectures proposées par Jordi RUBIÓ I BALAGUER, « Un text català de la Profecia de l’Ase, de fra Anselm Turmeda », Estudis universitaris catalans, 1913, p. 9-24, également sur le Mss Carp. 336 ; Aur : Martin AURELL, « La fin du monde, l’enfer et le roi », Revue Mabillon, 5, 1994, p. 143-177. Je n’ai pas retenu ici les variantes orthographiques dues aux modernisations opérées par les éditeurs précédemment cités (i/j, u/v, notamment) ; a) Esplegada-Testament add. C

50 a) deuem-notar : est notandum quod ; b) decursus ; c) en un temps-respon : in VII tempora ad se inuicem sese per concordiam respondencia distinguitur ; d) s’entenen: se cernencia parcietur ; e) vistes-enteniment : intellecta conspiciantur ;

51 a) Primerament-Testament add. C.

52 a) veiam-lo qual add. C ; b) primerament add. C ; c) la fi-dit : consumacio uero eius ; d) sub quo [Iosue] ; e) e de add. C ; f) e de la triga-Pharao : et de mora eorumdem filiorum Israel in Egypto, et de persecucione Pharaonis ; g) e add. C ; h) e dels XII-encara mes add. C, et de XII principibus populi, necnon et de LXXII senioribus qui fuerunt egressi ex Egypto om. C ; i) lo V-lo VII : primo quinque, nouissime VII ; j) totes les-a la mort de Josue : Completa sunt autem ista omnia a diebus Abrae patriarche usque ad obitum Iosue ;

53 a) continetur est sous-entendu, ici ; b) in quo ; c) en lo qual-juheus : a sinagoga iudeorum ; d) primi [Paulo et Barnaba] ; e) dormitionem ; f) spiritualiter ; g) ço es del diumenge : tempore resurrecionis dominice ; h) en les-Asia : et alia VII que fuerunt in Asia ;

54 a) Secundum ; b) Testament add. C ;

55 a) e acabat-finat : consumatum est ; b) continentur ; c) en los-Josue : a diebus scilicet Josue ;

56 a) testament add. C ;

57 a) o declaracio add. C ; b) tactum est ; c) e turmentats add. C ; d) En-matex add. C ; e) santa mare add. C ; f) en la qual-perseguits : in qua, apertis VII signaculis, in specie equitum et equorum et alarum ymaginarum diuersa persequtorum genera sunt ostensa ;

58 a) incepit ; b) uero om. C ; c) e axi matex : siue eciam ; d) cisma ; e) feu colre : docuit colere ; f) per tal que : neque ; g) autem ; h) contesa-Josep : perseuerauit concertacio ista inter domum Dauid et domum Josep ;

59 a) o declaracio add. C ; b) la contrauersia-haguda : conflictus catholicorum doctorum habiti ; c) scilicet ; d) et om. C ; e) siue eciam ; f) [axi mateix] contra : similiter inter ; g) discensio ; h) error ; i) e aço add. C ; j) e no-riqueses : et non defuerunt in eis reliquie ; k) catholici om. C ; l) sobre aquell pas : in thipo ; m) e diuerses-ymatges : et diuersarum rerum ymaginibus ;

60 a) Testament add. C ;

61 a) incepit ; b) Ezechia ; c) e dels-despoblats : et X tribus depopulate sunt ; d) qui add. C ; e) e ells quals-Elizeu : quibus eciam ad tempus prefuit Heliseus ; f) mes : sed et ; g) eren pus fort : preualencium ; h) en los-Elizeu : a diebus Helie et Helisey ;

62 a) o declaracio add. C ; b) siue ; c) hoc ; d) uirgines ; e) et cetera om. C ;

63 a) proffeta add. C ; b) et ; c) uero om. C ; d) excidio ; e) lo qual se rapporte à «sinque senyal» ; f) dats-trips : datis X tribubus in manibus eorum ; g) confirmatum est ; h) leuitarum ; i) per ço que-profetitzant : ut quererent Dominum Deum suum prophetantibus ; j) sanctis om. C ; k) son los quals : qui [sujet de effunderent] ; l) en los dies-Ysaies : a diebus Ysaye ; m) denunciant-per semblant maneres : annunciantes mala uentura super Iudam et Egyptum et Babilonem, et super multos populos qui erant in uicinis regionibus, licet in spiritu non de illis sed de aliis populis eisdem similibus loqueretur ; n) autem ; o) et Iechonie ;

64 a) Testament add. C ;

65 a) o declaracio add. C ; b) demanant o incercant : querencium ancillare ; c) e dades-Sglesies : datis illis X ecclesiis in manibus eorum ; d) en-matex : et ; e) confirmata est ; f) et incredibilibus ; g) uerbi spiritualis ; h) en lo senyal : in thipo ; i) e dels VII-la terra : et angelorum VII exilencium ex eo et effundendum phialas iracundie Dei in terram ; j) ad excecandas ; k) que per ventura-a ell : ne forte conuertantur et sanem eos ; l) pus males-vertaderament : add. C ; m) religiones ; n) en los-Osies : a diebus Ozie ; o) et om. C ; p) e denunciant-sobre molts pobles : annunciantes mala uentura super Iudam, seu regnum romane ecclesie, et Egyptum, seu regnum Francie, et Babilonem, seu Romam et super multos populos ; q) postea om. C ; r) mes add. C ; s) constituida-romana : constituito ydolo pseudo papa in ciuitate romana ; t) et ; u) senyal qui seguex add. C ; v) e add. C ; w) lo qual en lo començament-damunt dita : qualis ab inicio non fuit tribulacio seu persequucio contra ecclesiam expectatur, et hoc in transmigracione predicta ;

66 a) incepit ; b) e add. C, uero om. C ; c) en los quals-spauentats : in quibus timore insolito concussa sunt corda eorum ; d) la qual cosa-libre : que legitur in libro Iudith ; e) si add. C ; f) als profetitzants : prophetantibus ; g) e puys-malalties : et post ipsos Malachia ; h) e·s lig add. C ; i) ho hauia regnat add. C ; j) CXXVIII ; k) excellens om. C ;

67 a) o declaracio add. C ; b) iterata om. C ; c) sots aquell-dels : siue ; d) suorum om. C ; e) aci deu-drets : add. C ; f) hon deuem-diu : unde pro hoc Apocalypsis XVII dicitur ; g) et ; h) una hora-un consell : una hora seu uno et eodem sexto concurrente tempore «accipient», hii unum consilium ; i) enim om. C ; j) aquj matex-o[d]y : Sequitur : hii hodient ; k) la sglesia : add. C ; l) Segueix-se-deuoraran de fam : Sequitur : «Et desolatam facient illam, et nudam, et carnes», seu simplices, «eius manducabunt», seu ad manducandum bestie tradent, et fame et gladio deuorabunt ; m) e de coltell add. C ; n) o los fons add. C ; o) ço es-damunt dits : add. C ; p) e axi matex-de la terra : et bestiis terre ; q) aqui matex-diu que add. C ; r) enim om. C ; s) ço es que : ut ; t) segueix-se-aqui : add. C ; u) regne o : add. C ; v) et cetera : om. C ;

68 a) comensara-Israel : incipiet transmigrare spiritualis Ysrahel ; b) hon-coses : unde quinque sunt hic actendenda ; c) la qual fo : add. C ;

69 a) tangitur ; b) si add. C ; c) que la spiritual Jherusalem : illa spiritualis Ierusalem ; d) e d’aquella-deserta : ad deserta gentilium e) e aço-de la serpent : a facie serpentis Antichristi ; f) hon axi-vell : unde sicut circa principum primi status veteris ; g) les quals foren-del poble de Egipte : Moyses et Aaron uiri nominati eduxerunt populum Ysrael de Egypto a facie populi egypciaci persequentis ; h) Testament add. C ; i) son-Senyor : add. C ; j) dos-ço es a ssaber : add. C ; k) lo qual fo gitat-preseguents : egresso de sinagoga a facie populi iudaici persequentis ; l) del stament-plenitut : tercii status plenitudinis ; m) molt nobles : notabiles ; n) de la fas-aquells : a facie populi babilonici persequentis ; o) axi com aquells-sensibles : ut transeuntes per deserta gentilium ;

70 a) enim om. C ; b) tum ; c) la sua add. C ; d) ab la senyera-aquella : in dominium regis Francie a facie imperatorum scilicet Frederici et ceterorum qui opprimebant eam ; e) uoluit ; f) ho en algun-o no vulla : in aliquo de suo semine et romanorum tirannorum sexto anno, seu sexto tempore eius, uelit, nolit ; g) passietur ; h) vaig-Roma : «Vado Romam itero cricifigi» ; i) e aço que : et hoc ut ;

71 a) ço es que-infels : de Christianitate ad partes infidelium nacionum ; b) discipuli ; c) et om. C ; d) axi matex-lo bestiar : sicut grex dispersus ; e) que fugiment carnal : illam fugam terribilem ; f) ells : add. C ; g) de la doctrina euangelical e del stament-e della : doctrine euangelice status fugient hinc inde ; h) la hu-l’altre : nec unus alium expectabit ; i) a les gents sobremuntant-açi tocada : ad gentes inminente excidio Ierusalem et sinagoge illam significa fugam que tangitur hic ; j) electi om. C ; k) a les gents-roma : ad gentes inminente excidio romani imperii ; l) tot add. C ; m) encara mes axi : et sicut ; n) santa dona : castissima ; o) tolch lo cap-Israel : filiis Israel truncato capite Olofernis retulit uerbum pacis ; p) tot : add. C ; q) arcitudine ; r) alguna companya-sobre la terra : quedam turba iustorum per donum Spiritus sancti sicut colomba effecta ad predicandum uerbum Dei, que reuersa nunciet pacem dandam uelocius super terram ;

72 a) la segona-si es : secundo tangitur sic ; b) con uertaderament : reuera enim ; c) mas no es sino : et non est, sed est ; d) son desliurados : liberati sunt ; e) e axi que sera-armament de aquells : et ita in die christianitatis innota et improuisa ut hii qui intrinsecus sunt nesciant quid agere debeant contra tam terribiles exercitus eorum ; f) uel erunt : om. C ; g) et ex omni plaga : om. C ; h) «scilicet» concerne, dans le texte latin, les quatre régions énumérées ; i) e aquells-sperit molt fort : in furore magno et in inpetu spiritus uenientes ; j) a sene ; k) e als curosos-refugi : et a leui cursore fuga ; non enim erit eis fuga ; l) «demanaran» et «desijaran» traduisent «querent» ; m) en aquells : ab eis ; n) que per-es dit que : pro ista materia dicitur ; o) enim : om. C ; p) aiustant-se : nubentes ; q) aporta’ls seu tots : tulit omnes ; r) en los reals-orientals : in regalibus scilicet exercitibus orientis ; s) que : add. C ; t) la hu-relexara : unus assumetur et alius relinquetur ; u) hu prenant-relexara : unus assumetur et alius relinquetur ; v) com axi com : sicut enim ; w) que la un-la pren : tamen una assumetur et alia relinquetur ; x) com lauors : tunc enim ; y) irruet ; z) perueniatur ; aa) dicitur ; bb) sera feta : facta est ; cc) per la mar s’agen a leuar-en la mar : in mari per guerras ad bella insurgere, et tercie partis mari sanguine tingere et terciam partem nauigii interire, ut sic iam excitato sexto drachonis capite, destructis uniuerse Christianitatis muris seu comunitatibus in mari ; dd) los quals : add. C ; ee) batalladors franchs : bellatorum liberum ; ff) per que ells-hoportunitat : quid enim aliud predicant nisi ut, si daretur oportunitas [proposition interrogative] ;

73 a) e de les oues : add. C ; b) Testament : add. C ; c) cum ; d) axi-manera : sicut ; e) lo segon-noua Babilonia : secundum diluuium seu exterminium ueteris Babilonis secundum diluuium seu exterminium noue Babilonis ostendit ; f) En per amor d’aço-la manera es clara : Igitur callidus nauta a primo diluuio temporis ueteris usque ad secundum, scilicet ueteris Babilonis, computet milenaria seu generaciones, ut inter duo temporis noui sciat quid tenet ; a Noe autem usque ad Zorobabel, sub quo fuit ruina ueteris Babilonis, fuerunt incluse generaciones xliiii ; a resurreccione Domini usque ad excidium Ierusalem fuerunt anni xlii, ex quibus prefatis materia satis claret ;

74 a) si : add. C ; b) que al-Sglesia : qui sexto ecclesie tempore ; c) insurget [Nabucodonosor] ; d) quia : om. C ; e) et cetera : om. C ; f) e per amor d’aço-treballans : Tamen Assiria secundum sui interpretacionem, que dirigens aut direccio seu sustollens laborantes interpretatur ; g) la fi d’algun regne : aliquod regnum [...] metas ; h) en lo qual-es deserta : in quo iste rex xius qui debet laborantes extollere et terram quasi desertam ponere dirigetur ; i) E per amor-regne : unde respectu sui regni proprii ; j) e per comparacio : respectu ; k) e axi que en la fi-o complit : ut quod in fine quinti temporis per eum incipiendum est, in tempore sexto per eundem sub utroque nomine impleatur ;

75 E per amor-de Daniel : unde pro presenti materia Danielis viii dicitur ; b) E veus que : ecce ; c) paludem ; d) habens ; e) E apres-Daniel : add. C ; f) He vist-bentilant : et postea uidi arietem uentilantem ; g) ho contrarestar en aquell : add. C ; h) En per amor-es magnificat : fecitque secundum uoluntatem suam et magnificatus est ; i) He veus : ecce ; j) E napres : porro ; k) fort merauellos : insigne ; l) e pres-se ab ell : et efferatus est in eum ; m) tant fortment que : add. C ; n) en tant que : et ; o) ni al seu poder : add. C ; p) fortment : add. C ; q) e : autem ; r) fort grans : add. C ; s) fort : add. C ; t) e lo gran es trencat : et factum est grande [cornum unum modicum] ; u) e deualla-steles : et deiecit de fortitudine et de stellis ; v) e d’aquell porta-santificacio d’aquell : et ab eo tulit iuge sacrificium et deiecit locum santificacionis eius ; w) autem : om. C ; x) e : add. C ; y) lo sant sacrifici : iuge sacrificium ; z) e la veritat-molt exalçat : et prosternetur ueritas in terra et faciet et prosperabitur ; aa) Açi deu esser-sots si : add. C, sequitur : om. C ;

76 a) porro ; b) cum ; c) leuar-s’a-la sua fortalesa : consurget rex inpudens facie et intelligens proposiciones, et roborabitur fortitudo eius ; d) e aço fort molt-auciura moltes de gents : et supra quam credi potest uniuersa uastabit, et prosperabitur, et faciet, et interficiet robustos et populum sanctorum secundum uoluntatem suam, et dirigetur dolus in manus eius, et cor suum magnificabit, et in copia rerum omnium occidet plurimos ; e) et cetera : om. C ;

77 a) o damunt tocades add. C ; b) Johannes ; c) casus ; d) e al : e add. C, «al» : comprendre «el» ; e) axi per aquella-tota Catalunya : sicut regnum grecorum regnum yspanorum per eamdem [concordiam] ostendit, et sicut Persia uel Perssidis tangit Siciliam, ita Macedonia Cathaliciam seu Cathaloniam ; f) quaix add. C ; g) e aço-Dari : ad percuciendum Darium ; h) ad cominuendum ; i) esuahint Dari-en les sues rails : ad percuciendum Darium regem francorum et ad cominuendum radicitus duo cornua eius ; j) axi com-si que : ut quod per regem Petrum qui cepit Siciliam inceptum est, scilicet ; k) el rey bruyl foragitat : Karulo expulso [même traduction défectueuse des ablatifs absolus suivants : «mortuo» et «deuicto»] ; l) en la host-vençuts : et eius exercitu tam in terram quam in mari deuicto ; m) gitat : excitandus est [les deux fois] ; n) regina de Meda : regnum medorum ; o) ad licteram om. C ; p) axi per semblant-II : sic [...] figurali misterio ostenduntur et cetera ; q) scilicet om. C ; r) molt alt : insigne, rapporté à «cornu» et non à «rex» ; s) contradicencium ; t) e en ço que es faedor-regnara : et que in aliquo de suo semine facturus est, adimplebit ; u) «Et comminuit», et eciam radicitus om. C ; v) et cetera om. C ; w) fet-corporal : «fractum est», per mortem scilicet corporalem ; x) scilicet om. C ; y) succeint- com corns : in suis regnis diuisi sibi, quasi in concurrentibus temporibus succedentes ; z) Glosa. Cum dicit casum regni ecclesie temporalum tantum, non spiritualem, intelligas ; nauicula enim Ecclesie, quamuis diuersis impellatur fluctibus, semper in sua virtute manebit, quoniam fundata est supra firmam petram, unde Dominus Symoni : «Ecce, Sathanas expetiuit uos ut cribaret sicut triticum ; ego, autem orabo pro te ut non defficiat fides tua» om. C ;

78 a) exit es : egressus seu egressurum est: b) inpudens facie ; c) ço es-fills add. C ; d) aquelles conexent add. C ; e) ço es car-se uniran en aquell : tum quia propter intestinas guerras et diuisiones inter principes et tirannos et communitates multi populi et multe regiones unientur sibi ; f) ço es : tum ; g) ço es : tum ; h) in Apuliam om. C ; i) e add. C ; j) Ioachim ; k) Antinaclia-partides : in Trinaclia ; l) encara mes que : enim ; m) per son imperi : imperio ; n) debellando ; o) «ortus», COD de «pertransibit» om. C ;

79 a) domibus om. C ; b) axi que lurs rails-trencara : radicitus comminutis [domibus duorum regum], unde Ioachim : «Florentem deflorendo subiciet et uniuersa lilia euellendo conteret et confringet» ; c) e declara : declarare ; d) ço es per tal-destroexen add. C ; e) ho encara mes les damunt-molt al cel fermades : uel eciam superiorum, que circa polum artichum, mediarum seu mediocrum, que scilicet infra circulum articum et antarticum, et inferiorum, que circa polum antarticum stabili fixione consistunt ; f) magnificatus ; g) magnificador e exalçador : magnificandus est [les deux fois] ; h) ideo ; i) et om. C ; j) enim om. C ; k) la qual es fermada-establida : que firmiter supra firmam petram a Deo stabilita est ; l) «illorum», rapporté à «regiminis temporalis» ; m) anans o desuians : errancium ; n) no pas en lo fermament-mundenal confidencia : [fortitudo illorum] non in firmamento diuine sapiencie, sed in spera uolubili mundane confidencia est firmata ; o) casu ; p) eternali ; q) casum ; r) promissionibus ; s) illorum ; t) o constithuir add. C ; u) e d’engan add. C ; v) los quals-asentiment : illi uero qui tanto sceleri assensum dare noluerint ; w) e los altres-constituira : et alios sibi consencientes in illis scilicet locis instituet ; x) eos ; y) ço es, justa-d’aquelles : hoc est iuxta uolumtatem et placitum duxit eas, seu fecit de eis ; z) prebendo ; aa) ideo ; bb) et om. C ; cc) falç cristia : pseudo [summus pontifex] ; dd) tullit ; ee) enim om. C ; ff) cause ;

80 a) dieicet ; b) fondit : fundatis ; c) o add. C ; d) si lauors per la persona-de Roma : que tunc, sub pressura istius regis, tam per sonitum maris nacionum infidelium quam per fluctus tirranorum inperii romani ; e) ad terram prosternentur ; f) permissione ; g) que ab sacrifici-menyspreu : ut ab uniuersis in uituperio et contentu eorum sacrificium habeatur ; h) ideo ; i) manifesta : quia nondum de electis noticia erit plena ; j) e al : on attend «el», le texte latin dit «sacrificium» ; k) in occulto om . C [ou bien appliqué à «spelunciis moncium»] ;

81 a) l’euangelical-scampada : prosternetur ueritas, scilicet euangelica ; b) e aço com diran : dicent enim ; c) si algu-creure : «Tunc si quis uobis dixerit : Ecce, Christus hic est, aut illic, nolite credere» ; d) falços-proffetes : pseudo Christi et pseudo prophete ; e) prodigia ; f) als elegits : eciam electi, si fieri potest ; g) e si fer-Sglesia add. C ; h) et cetera om . C, e segueix-se «en la terra»-dit add. C ; i) scilicet om .C ; j) o aquells-als tirans : seu magnates et tirranos [sic] ; k) e al : on attend «el», le texte latin disant «populum sanctorum» ; l) dirigetur ; m) l’engan e·l frau : dolus, scilicet ; n) dicit enim om. C ; o) que axi que tres-dels infels : quod, tribus de X regibus per eum humiliatis, transibit cum reliquis ad conterendam superbiam infidelium soldanorum ;

82 a) «hic» et «aci» semblent mis tous les deux pour «hic» ; b) en la angustia : in angustia temporum ; c) duarum om. C ; d) fidelium ; e) en apres add. C ; f) rursum om. C ; g) ascendente ; h) e aquell-aiudat : seu Sicilie succurrente ; i) consumacionem, et cetera om. C ;

83 a) scilicet om. C ; b) en partida : in Persside ; c) e aço ell deuallant : comprendre «els deuallant dell», car le texte latin dit bien «per rectam lineam descendentes» ; d) del damunt dit : a predictis ; e) grans riqueses-sera axi enriquisit : «ditabitur opibus nimis super omnes, et cum inualuerit diuiciis» ; f) omnes om. C ; g) tot e el rey de Gressia : uniuersum regnum Grecie ; h) ut om .C ; i) per lo Imperi sera finit : quod imperium finiet ;

84 a) Segons glosa-diu : Glosa. Cum dicit ; b) «al» : comprendre «el» ; c) linatge o costat : transuersalem ; d) «entena’s» est en principe à rattacher à ce qui précède, car on a en latin «non per rectam lineam [intelligas ; non enim per rectam lineam [...] descendet» ; e) del costat o transuersal : per transuersalem ; f) iniquus ; g) es-vertaderament : sublimandus est ;

85 a) o per lo poder add. C ; b) cooperaciones ; c) o agut add. C ; d) Johannes ; e) les quals-aquell : que dabuntur illi facere ; f) tant-potencia : in potencia ; g) ne an los pres-senyoreiat : «sed non in posteros eius, neque in potencia illius qua dominatus est» ;

86 a) deposita ; b) occasiones ; c) «e dels princeps-sobre aquell» : «et de principibus eius», rex scilicet austri, «preualebit super eum», scilicet Antichristum ; d) «al» : comprendre «el» ; e) oportebit enim regem austri, seu uerum pontificem, ne lupi rapaces sub manu tam orrendi mercenarii possint gregem suum inuadere, tanquam alter Michael et angeli eius contra drachonem serpentem antiqum, scilicet aquilonis regem, et spiritualiter et temporaliter preliare om. C ;

87 a) Glosa-batalla : Glosa. Hic tamen notes quod istud bellum ; b) sed ; c) Unde et hic ; d) nam Deus ab astro ueniet et ab aquilone pandetur omne malum, et cetera om. C ; e) et cetera om. C, le passage qui suit est une traduction d’un fragment qui se trouvait plus haut dans le texte latin (cf. note 39e) ; f) pendra-Aguilo add. C ; g) als : lire «els» ; h) ço-cristians add. C ; i) ço es : sub ; j) lo qual-papa add. C ; k) e·l seus Satanassos add. C ; l) santa add. C ;

88 a) timendo ; b) perpetual add. C ; c) tradetur ; d) e aquells-acompanayuen : «et qui adduxerunt», seu sociauerunt ; e) e la aportauen-aquella : «eam adolescentes eius et qui confortabant», idest manu tenebant ; f) molt add. C ; g) deiciet ; h) d’aquells add. C ; i) la syntaxe du texte de Daniel et du texte de la Summula sont altérés ; on a en effet : «stabit in loco eius uilissimus», scilicet quoad Deum, et indignus decore regio, et in paucis diebus conteretur, et stabit in loco eius despectus» ; j) minime om. C ; k) E per amor d’aço : Et ; l) vendra a leuar-se : «ueniet», seu surget ; m) callido modo om. C ; n) et om. C ; o) superabit ; p) «als» : lire «els» ; q) scilicet om .C ; r) «apuiant-ne sera d’aquell» : [«‘et brachia pugnantis’, scilicet regis austri »], «expugnabuntur a facie eius, et filiam feminarum dabit illi ut auertat illum, et non stabit, nec illius erit» ; s) o companya add. C ; t) «pintats e ornats» rend «picti, compti et delicati» ; u) metents-molles add. C ; v) mutacionem ; w) veus-eleccio : uocem scilicet et potestatem tocius electionis ; x) scilicet om. C ; y) E no-aquella : et non stabit illa ; z) pocius om. C ; aa) hon-proposara : seu Atichristus, preparabit ; bb) et inundans om. C ; cc) ho ab gran companya add. C ; dd) e moltes viles add. C ; ee) en los brassos-sostendra : et brachia austri non sustinebunt ; ff) preuaricatorum ; gg) per emitacio : permutacionem scilicet ; hh) e aytal seran destrouits add. C ; ii) ço es-conuertiran : hoc est ad partem opositam se conuertent ; jj) en aquell add. C ; kk) ço es-d’Austria e add. C ; ll) ab gran plaer : iuxta placitum suum ; mm) molt bella e alta : inclita ; nn) se lauors-crucificat : tunc est iterum crucifigendus ; oo) «vaig-crucificat» : Vado Romam iterum crucifigi ; pp) consilia om. C, e aço add. C ; qq) sera moguda : et concitabitur ; rr) e no estaran : et non stabit ; ss) e ells meniant-destrouira aquell : et comedentes panem cum eo, conterent illum ; tt) cum ; uu) o-Crist : seu [contra] Christi euangelium ; vv) axi que-retornara : statuto tempore reuertetur ; ww) « e seran per ell-retornaran-se» : et percucietur, et reuertetur ; xx) [e lo euangeli] condemnara : «et faciet», idest euangelium condempnabit ; yy) reuerteturque ; zz) «derencliren e desempararen» traduisent tous les deux «dereliquerunt» ; aaa) ço es-donar dons : circa scilicet munera danda ; bbb) «e als-staran» : «et brachia ex eo stabunt» ; ccc) ço es a saber-enpolcehiran add. C ; ddd) auferent ; eee) e la doctrina-foragitant : «et dabunt abominacionem in desolacionem», doctrina scilicet euangelica et uita seu diuinitate in Christo sollempniter condempnata, et ymagine et cruce Christi de predicto sanctuario deiectis ; fff) constituita ; ggg) e aquella-aucmentaran : ipsam abominacionem predictam sic per ordinem ut forcius poterunt aucmentabunt ;

89 a) in testamentum om. C. ; b) tant de frau-correra : tantus enim dolus decepcionis et prodicionis tunc incipiet currere ; c) eciam om. C ; d) «als ensenyats-molts» : «et docti in populo docebunt plurimos» ; e) scilicet om. C ; f) e per royna de dies : et in rapina dierum ; g) seran sotsleuats-ajudados : «subleuabuntur auxilio paruulo», seu paruulorum ; h) la qual-in casa add. C ; i) e guart-se-no cau : et qui stat uideat ne cadat ; j) de eruditis ; k) conflentur om. C ; l) tota sa uoluntat : iuxta voluntatem suam ; m) axi com a Deu-aquells : «aduersus omnem Deum» ; n) car negun-reputat : quia nullum reputabit ; o) scilicet ; p) et om. C ; q) dirigetur ; r) sera-difinacio : quippe est difinicio ; s) ni·l presara add. C ; t) que no-home pur : quod non esset nisi esset purus homo ; u) prefinito ; v) e add. C ; w) clase ; x) et om. C ; y) dels seus-marti[r]s : sanctorum ; z) prouinciarum ; aa) scilicet ; bb) «a la» : comprendre «la» ; cc) totes add ; C ; dd) ço es add. C ; ee) et ; ff) «als» : lire «els» ; gg) e la recapcio d’aquells : in sui recapcione ; hh) Ethiopiam ; ii) Libia-entrant : Libia enim ueniens uel introiens interpretatur ; jj) Ioachim ; kk) e aço-legut : et, quod non licet ; ll) per us-Atiopia : seductorie usurpando in potenciam introybit ; mm) caligo om. C ; nn) e pus-feyta : et peius fiet nunc ; oo) cors se lauors sera add. C ; pp) «lo drago-Ethiopia» : «Draco iste quem formasti ad illudendum ei ; dedisti eum escam populis ethiopum» ; 

90 a) enim om. C ; b) e add. C ; c) signat-aportaran : [uelut Deum] circumsicionis, catarite insignita quod in manu dextra per opera et in fronte manifesta prophecione portabunt ; d) e manifestants aquell add. C ; e) scilicet om. C; f) de Crist add. C ; g) e aço add. C ; h) conterat ; i) scilicet om. C ; j) «al» : comprendre «el» ; k) «en terra» : «inter» ; l) «merauellosament sant» : «inclitum» ; m) molt merauellosa : inclita, santa add. C ; n) «al» : lire «el» ; o) beatorum om. C ; p) si reposaran : requiescunt ; q) axi com-del regne seu : tamquam scilicet in palacium et triumphum glorie regni sui ; r) destrouira e add. C ; s) la bellesa-illustracio : illustracione ; t) se lig : dicitur ; u) «que pren», ço es «la bistia» : aprehensa est bestia ; v) diu Job : dicit Johannes ; w) e aquella-obrira : et terra uoraginose aperietur ; x) axi ; y) nacionum ; z) al pus add. C ; aa) e morran add. C ; bb) lo qual-d’infern add. C ; cc) per tal que-les gents : ut non seducat amplius gentes, usque ad statutum terminum solucionis sue om. C ;

91 a) sabbatis ; b) e a la terra-pau : et reliquis iudeorum data est pax ; c) de la qual-dites : qua persecucione peracta, non longe post, premisso Johanne ; d) un tansolament engenrat : unigenitus [Dei] filius ; e) Jhesu Crist add. C ;

92 a) Sots-persecucio : sub apercione ; b) nouissimi om. C ; c) aparicions o declaracions : aperciones ; d) e lo treball-declarades : et labor exponendum librorum ; e) lo molt-Deu : sabbatismus populo Dei ; f) «als» : comprendre «els» ; g) Sathanas ; h) lo molt-deu : sabbatissimus populo Dei ; i) e add. C [premisso Helya] ;

93 a) les coses : eos ; b) et om. C ; c) in turbam fidelium om. C ; d) es scanpada-beatitut : effusa est [illa habundancia pacis] que eciam repleta est Spiritu sancto, aduenitque sic beatitudo ; e) «hull no veu-amats teus» : « Oculus non uidit, Deus, absque te, que preparasti diligentibus te » ;

94 a) operibus ; b) que om. C ; c) vertaderament-Crist : significata uero in passione Domini ; d) e add. C ; e) de la ciutat damunt de Jherusalem : superne Ierusalem ; f) migençant la qual : qua ;

95 a) Feneix-e add. C ; b) lire «del drago», le texte latin disant bien « in qua agitur de VII capitibus drachonis» ;

96 a) est notandum quod ; b) «batellat e vençut» traduisent «debelauit» ; c) ho per semblança add. C ; d) per similia om. C ; e) le sujet de «batallara» [expugnauit] est toujours «ille antiqus serpens in suis capitibus», le COD «d’expugnauit» est «Christi Ecclesiam» ; f) axi-preu : prout hic sumitur ; g) ab los justs : ab Abel iusto ; h) persecucio-sofferra : persequucione passa est, et ecciam pacietur ; i) tocant : tangendo ; j) sens amor-pietat : ficus sine humore alicuius pietatis et sine fructu alicuius bonitatis ; k) declarat e pintat : describitur ;

97 a) Apocalipsis om. C ; b) Antioche Egnoch add. C ; c) P e L-dobla manera se leuara : primum et secundum, quia due tribulaciones Ecclesie sub uno sexto tempore germinabuntur ;

98 a) Primum caput drachonis ueteris testamenti om. C ;

99 a) Primum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) e per semblant a ell : necnon et ; c) «finaliter» est déplacé : cet adverbe concernait le châtiment d’Hérode, Pilate et Cayphas ;

100 a) Secundum caput drachonis ueteri testamenti om. C ; b) Iebin ;

101 a) Secundum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) mactata ;

102 a) Tercium caput drachonis ueteri testamenti om. C ; b) Benedab ;

103 a) Tercium caput drachonis noui testamenti om. C ; b) a la qual-hi son : cui mox uandalica pressura et longobardica addite sunt ; c) en la meniadora : super se ;

104 a) Quartum caput drachonis ueteri testamenti om. C ; b) «situades e colens» traduit deux sens de «incolentes» ; c) e apres gran temps : nec longe post ;

105 a) Quartum caput drachonis noui testamenti om. C ;

106 a) Quintum caput drachonis ueteris testamenti om. C ; b) «als» : comprendre «els»: c) a consumat : consumptus est ;

107 a) Quintum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) demanans : querencium ancillare ; c) per tal com-condemnacio : ut, consumpto igne sancto, per condempnacionem ; d) finar : emigrare compellatur ; e) per : cur [interrogatif] ; f) «subieccione fideli» s’applique à «obediebat» et «uenerabuntur» ; g) ire ; h) exterminans ; i) e lo temple-santificacio : consumpto templo seu loco sanctificacionis tue ;

108 a) Sextum caput drachonis ueteris testamenti om. C ; b) pressura ; c) satis om. C ;

109 a) Sextum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) del qual-se diu que : de quo, ut predictum est, in Daniele dicitur quod ; c) per tal com : et quod ; d) e les altres-seguexen : et cetera ; e) contra-religios : statuet in pseudo papam quendam falsum religiosum ; f) males coses add. C ; g) dispeccio dolorosa-engan: «dispensacionem dolosam», «plena d’engan» étant le terme de plus proche de «dolosam» ; h) emperador-stament : et illi imperatori et sibi et suo statui ; i) e per conseguent : ac persequens ; j) discecio ; k) e les-segueix : et cetera. Glosa. Auerte bene quod rex XIus, qui erit imperator et malleator seu persecutor ecclesie carnalis, non erit proprie Antichristus, sed ille quem faciet eligere in pseudo papam erit Antichristus om. C ;

110 a) enim om. C ; b) e contra Jhesu-de heretgia : qui quidem erit pseudo quia heretico modo errabit contra ueritatem euangelice paupertatis ; c) per gran diuisio : cismatice ;

111 a) «o al VIe» : comprendre «o VIe» ; b) una polla de la aguila : pulla aquile unica ; c) de la qual : «ex cuius», rapporté à «infans» et non à «pulla» ; d) o naxenca add. C ; e) qui sera-Liri : qui, lilia omnia cum baculo in terram deiciens ; f) axi que-Imperi : hinc inde per totum imperium, concassatis capitibus ; g) «e a la» : comprendre «e la» ; h) axi que falços-scampats : falsis prophetis qui in uestibus ouium uenerant extirpatis radicitus ; i) salues a manera : conducet ; j) axi que als nobles-foragitant : nobilibus ortus de toto imperio debellando expulsis ; k) III-los reys : tribus de sua gente euulsis regibus ; l) molt merauellosa : inclitam ; m) en-Deu : et diuino cultui, et cetera om. C ;

112 a) enim om. C ; b) en lo derrer capitol : II ; c) «lo» : lire «la» ; d) e aço minuir-tornar : et [ad] comminuendum ; e) ponere ; f) de la qual-Ysaias : Ezechielis ;

113 a) esser declarador : tangere ; b) de senyoreiant : dominantis justicie ; c) monjcons : municionum ; d) turres ; e) conculcans ; f) inperans [manar?] ; g) agricolas ; h) debachati ; i) o seran tornats add. C, timidi om. C ; j) «subiugara» et «destrenyera» rendent tous les deux «subiciet», «deflorendo» [florentem deflorendo subiciet] n’est pas traduit ; k) e totes aquelles-resistir : et quis sibi resistere poterit [interrogative] ; l) circa ; m) tots aquells-munts alts : ecciam montes altos ; n) fins tro asi : hucusque ; o) ajunyira e pendra : acuet in capturam ; p) subuertint add. C ; q) «perturbabit et destruet» concernent «ciuitates et castra» ; r) ceruicis ; s) en C dobles : centuplum ; t) cullent add. C, destroira : euellendo ; u) spolia de multitut : spolia multitudinis ; v) acies ; w) acubitus ; x) prenien [e] incalsigauen: comprimunt ; y) de les coses : eorum [rapporté à «infideles»] ;

114 a) pressura ; b) dicitur ; c) interiit ; d) ceruigosa om. C ; e) triturabitur ; f) fara loch-malalta : sedebit eius acies in ruina, sudcidiis infirmabitur ; g) lacerata ; h) seran mesos negres : [cuncta in ea erunt corda] micancia ; i) e de la-sabents : et, a suis aduersionibus resupina ; j) desemparan-destrouida : desinent eam restringere, gemina procella deuorabitur ; k) Deponent-vendra, que : nauale bellum deponente in Siciliam, ueniet quod ; l) o malmenans add. C ; m) en lo regne-polla : Naples est COD de «deuorabit» et non CCL de «ueniens», le sujet de «deuorabit» n’est pas «la polla», mais «istius principis», soit le «regulus» de la prophétie attribuée à Joachim de Flore et citée plus haut ; n) vertaderament-o[n] ua : populus uero insularis ut pila rotunda effectus, hinc inde per diuerses partes fugiens et je donne o[n] ua à défaut de mieux ; o) fugabitur ; v) e Genoua-posara : et Ianua porta lugurium, idest Lombardia, in securi, et Acia deicietur in terra ; w) e la companya add. C ; x) aduersionibus ; y) E Venecia-furor : Fauencia furens ; z) «semel et iterum» s’appliquent à «calcabitur» ; aa) de la qual-malmenada : cuius uulgus in sagena fortiter oprimetur ; bb) deficiet ; cc) repelletur ; dd) conticescet ; ee) Tucia ; ff) e els lochs-incresible : et Licora plaga incredibili discindetur, C porte bien «els lochs prop la mar», traduction erronée du mot «Licora» — lu «litora » —, mais ni le verbe «ésser» ni les attibuts du sujet n’y sont convenablement accordés avec ce sujet masculin pluriel ; gg) sera destroida-sera confusa : confundetur Grecia ; hh) un pastor : comprendre «al pastor» ; ii) lo qual la dignitat-constituira : quem romanum monarcham in Ytalia constituet ; jj) e add. C ; kk) sua ; ll) cituada-munts : [in prouincia sua] inter flumen et lacum in planicie iuxta montem ;

115 a) Septimum caput drachonis ueteris testamenti om. C ; b) periclitari ; c) aquelles C ; d) ab molts-Jherusalem : cum multis qui sequuti sunt eum ascendit Ierusalem ; e) e als murs-de temps : et muros ciuitatis en angustia temporum ;

116 a) Septimum caput drachonis noui testamenti om. C ; b) sots lo qual-peraclitar : sub quo tum inceperit periclitari ; c) lo qual no haura-d’aquell : qui nomen eius seu caracterem eius in fronte uel dextra manu non habuerit ;

117 a) discesio ; b) car si [...] no : nisi ; c) carrech de peccat : homo peccati ; d) o per superbia add. C ; e) que es detendra : quid detineat ; f) aquells-tengan : qui tenet teneat ; g) si add. C ; h) en aquells add. C ; i) per lo bell-seu : illustracione aduentus sui ; j) et cetera om. C ;

118 a) discesio, enim om. C ; b) en lo : ab ; c) per la : ab ; d) facta est ; e) la cosa-detindra : nunc autem quid detineat scitis ; f) secreta discecio : intestina dissecio ; g) o discencio add. C ; h) cissuras ; i) «al» : comprendre «el» ; j) que aquells-tengan : qui tenet teneat ; k) o del Imperi roma add. C ; l) «e si lauors-Crist» : «et tunc reuelabitur quem Dominus Iesus», et cetera ; m) debet ; n) seu Babilonie om. C ; o) et om. C ; p) populata ; q) vertaderament add. C ;

119 a) euulsus est ; b) triumphant add. C ; c) sibi ; d) Johannes ; e) ans per auentura-Deu : ymo pocius in adorando diuinum ; f) de numero ; g) prenent-Manassen : sortitus sortem ministerii sui in illius loco seu ministerio Manasse instituto ; h) guanyada-instituit : sortitus sortem ministerii sui Mathias in illius loco seu ministerio instituto ; i) axi-molts : sic, ut tenent multi ; j) reuelados-Jhesu Crist : in proximo reuelandorum, Jhesu Crist add. C ; k) e·n entrador-instituidor : et egrediendus ad sorciendum sortem ministerii sui, et in loco eius et ministerio alius instituendus ; l) preuaricator ; m) erit ; n) Sathane ; o) et cetera om. C ;

120 a) Adonchs-se leuara : Sub uno igitur tempore sexto hec tribulacio, scilicet VIti et VIIti drachonis capitibus, gemminata insurget ; b) «De dos-mal faen» : «Duorum quoque regum cor erit ut maleficiant» ; c) haura son acabament : proficietur ; d) e en-aço : et ideo ; e) E aço-com diu : ubi dicitur ; f) et cetera om. C ;

121 a) Cauda drachonis ueteris testamenti om. C ; b) septimi temporis seu om. C ; c) en la Sinogoga-complit : in Sinagoga mirabili ordine adimpleuit [generaciones carnis] ; d) axi que en present no viu hom : ut amodo [...] uiuant ;

122 a) Cauda drachonis noui testamenti om. C ; b) enim om. C ; c) ho el diable add. C ; d) in occulto fine om. C ; e) axi que-mas egual : [soluendus est] in occulto fine illorum temporum ; hec enim tribulacio non minor VIti capitis erit ; f) «coses» traduit «tribulaciones» ; g) apercione ;

123 a) son fetes : sunt facta ;

124 a) En l’any-cum Domino viuat. Amen. add. C ;

125 J’édite ces vers en confrontant la version de l’édition REEVES, LEE, SILANO (éds.), Western mediterranean prophecy : the school of Joachim of Fiore and the fourteenth-century Breviloquium, Toronto : Pontifical Institute of Medieval Studies, 1989, à celles de BC485 et BC490. a) cunt¡ BC485 ; b) -que add. BC490, BC485 ; c) et patrem add BC490 ; d) ramptans BC490, BC485 ; e) cuntis BC485 ; f) tunch BC485 ;

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : relations existant entre les manuscrits consultés par Lee, Reeves et Silano pour leur édition critique du Breviloquium.
URL http://e-spanialivres.revues.org/docannexe/image/943/img-1.jpg
File image/jpeg, 656k
Title Fig. 2 : Relations possibles entre différents manuscrits connus du Breviloquium.
URL http://e-spanialivres.revues.org/docannexe/image/943/img-2.jpg
File image/jpeg, 660k
Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Rousseau-Jacob, « Summula seu Breviloquium de Concordia Novi et Veteris Testamenti », in L’eschatologie royale de tradition joachimite dans la Couronne d’Aragon (XIIIe-XVe siècle), Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 6), [Online], Online since 17 September 2015, connection on 19 November 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/943

Top of page