Navigation – Plan du site
Deuxième partie : Éditions et commentaires

Lucidari (entre 1473 et 1495)

Texte intégral

Lucidari : présentation

1Ce texte prophétique est conservé dans quatre manuscrits, sous deux formes : BC490 (fol. 102ro), BC485 (fols. 262vo-266ro) et un ensemble de lettres du comte de Ribargorza Jean d’Aragon appartenant à Joan Gili (fols. 18ro-21vo) contiennent une version en prose de ce texte. Un recueil d’actes établis par un notaire valencien, Jaime Ximeno, (Archives municipales de Valence, 168 1484, fols. 190ro-193vo) présente une version de cette prophétie raccourcie d’un tiers, et très différente syntaxiquement, disposée sur une seule colonne, en séquences de longueur à peu près égale.

  • 1 Eulàlia DURAN, Joan REQUESENS (éds.), Profecia i poder al Renaixement, Valence : Eliseu Climent, 19 (...)

2Comme Joan Gili puis Eulàlia Duran l’ont fait remarquer1, ce texte a été composé entre 1479, date de la mort du roi Jean II d’Aragon, qu’il mentionne, et 1484, date à laquelle le notaire Ximeno a fini de copier les actes recueillis dans le manuscrit 168 1484 des Archives Municipales de Valence.

  • 2 « D’acord amb les normes generalment establertes, hem desenrotllat les abreviatures i regularitzat (...)
  • 3 E. DURAN, J. REQUESENS, op. cit., p. 343-348.

3Ce texte a été mentionné par Pere Bohigas (BBC, VI, 1920-22), qui ignorait cependant l’existence des manuscrits de Londres et de Valence, et par Jaume de Puig (ATCA XII, 1994, p. 217) dans sa description du manuscrit 490 de la Biblioteca de Catalunya. Joan Gili a brièvement décrit le manuscrit en sa possession et proposé une édition modernisée du Lucidari qu’il contient en 19812, en indiquant les variantes de BC 485 et BC 490. Les quelques corrections apportées au texte sont notées entre crochets carrés. Joan Gili ne mentionne pas le manuscrit de Valence. Eulàlia Durán et Joan Requesens ont édité le Lucidari à partir de la version donnée par BC 485, en mentionnant les variantes de BC 490, du manuscrit appartenant à Joan Gili (à partir de son édition) et du manuscrit de Valence (à partir de l’édition de José Pertegàs). Ils ont fait remarquer que BC 485 était le témoin le plus complet, alors que BC 490 présentait des archaïsmes qui le rapprochaient sans doute davantage de l’original et qu’aucun des témoins conservés n’était probablement l’original du Lucidari3. Ils ont souligné les lacunes des différents témoins et porté de brèves notes historiques au texte. Le Lucidari leur est apparu comme une oeuvre originellement rédigée en catalan, malgré la présence de vers et de mots castillans dans le manuscrit de Joan Gili (les v. 1-4 sont notamment traduits en castillan).

  • 4 Eulàlia DURAN, Joan REQUESENS, bien que n’ayant pas consulté le manuscrit valencien, soupçonnaient (...)

4En 1931, José Pertegás a transcrit le témoin valencien, sans indiquer ses critères de transcription et avec un certain nombre d’erreurs4.

5Eulàlia Durán, Joan Requesens et Joan Gili ont décidé de considérer le Lucidari comme une série de vers, de longueur inégale et majoritairement assonancés en -a.

  • 5 L’argument rimique me semble bien faible au regard de ceux que lui opposait par ailleurs Joan Gili  (...)

6Il me semble cependant que ce choix est pour le moins discutable. Il est vrai que la version courte du Lucidari se présente effectivement de cette façon, dans Valence 816. Il est vrai aussi que BC 485 a tendance à copier les uns à la suite des autres les vers des poèmes prophétiques qu’il contient, par manque de place. C’est le cas pour les prophéties dont les incipit sont « Cum Ferdinandus fuerit Aragonie datus » et « Castrum, turris et aquilo et vulpe anglicana », dont nous sommes certains qu’il s’agit bien de textes en vers. Cependant, BC 485, BC 490 et le manuscrit de Joan Gili ont copié le Lucidari « a ratlla seguida », comme le signalait Joan Gili. Rien dans ces manuscrits n’indique que cet oeuvre serait une composition poétique, ni son titre, ni d’éventuelles marques indiquant où se trouveraient les limites entre les différents vers. La production d’un texte majoritairement assonancé en -a est donc le résultat du découpage a posteriori effectué par les éditeurs, peut-être en vertu du modèle donné par le témoin valencien. On avouera toutefois qu’il n’est pas très difficile de trouver une assonance en -a dans un texte dont presque tous les verbes sont au futur, à la troisième personne du singulier5. Il me semble enfin assez curieux qu’une composition poétique du XVe siècle puisse ne suivre aucun modèle connu, comporter des vers qui soient tous de longueur différente et n’indiquer d’aucune manière son appartenance au genre poétique. L’original du Lucidari me semble donc bien être un texte en prose et c’est comme cela que je l’ai présenté dans l’édition critique que j’en donne ; la disposition du manuscrit valencien pourrait indiquer une sorte d’oralisation de ce texte. Il est par ailleurs suffisamment différent des trois autres pour mériter une édition à part. Je ne saurais dire laquelle des deux versions, longue ou courte, est antérieure à l’autre, et ce d’autant moins qu’elles sont presque contemporaines : le manuscrit de Valence a été copié en 1484, alors que la copie londonienne date de 1497.

  • 6 Dominique de COURCELLES, « La prophétie rimée de la maison d’Antequera à la fin du XVe siècle », La (...)

7Je propose une édition critique du Lucidari, qui prend comme base BC 485, puisque ce manuscrit me semble livrer le « meilleur » texte, c’est-à-dire celui qui présente le moins d’incohérences. Il se trouve en outre qu’il est le plus complet, ce qui n’indique évidemment pas qu’il soit le plus proche de l’original. Les variantes des autres témoins manuscrits et des éditions existantes sont portées en notes de bas de page. J’ai signalé ou tenté de surmonté les quelques difficultés d’interprétation qui avaient résisté aux précédents éditeurs. Dominique de Courcelles, dans un article de 2000 avait par ailleurs mis en évidence la construction en chiasme du Lucidari et dégagé son « point focal », soit la personne de Ferdinand le Catholique6.

[Lucidari]

  • 7 a) Profecia-seguent om. BC490, L[=Londres ; édition par Samuel GIL I GAYA d’un manuscrit en sa poss (...)

87Profecia treta del Apocalipsy per los fils de don FFerando, rey de Arago, comensant en la manera seguenta :

  • 8 a) nombre L ; b) e om. BC485 ; c) critiandat BC485 ; d) vul fer aquest dictat : quiero hazer este d (...)

98En noma de la Sancta Trinitat eb en fauor de la fael cristiandatc, vul fer aquest dictatd. Per lo senyor rey done Ferando ne somf preguatg, loh qual me vol dir — ell mananti — , dient-me en axi  :

  • 9 a) de mos fills e : mon BC490 ; b) en BC490 ; c) en BC490 ; d) en BC490 ;

109Prech uos Lucidari, que uos me vullau saber de mos fillsa e leuar judici, los quals son quatre. Lo primer es Alfonso, l’altre, donb Johan, l’altre, donc Anric, l’altre, dond PedroA .

  • 10 a) e add. BC490 ; b) aquests BC490 ; c) me aveu : ma auets BC490 ; d) pero BC490 ; e) parlere BC490 (...)

1110aDe tots quatreb, me aveuc feta una gran demanda, la qual syra molt gran e largua. Enperod, senyor, si a Deu plau, yo la fare e del primer jo parlaree e axi areuf jo me’n yreg.

  • 11 a) jo om. L ; b) per om. BC490 ; c) per lonch temps : e llonch de temps ; d) estara L ; e) propis r (...)

1211Segons joa trop en lo XVI capitol, com don Alfonso regnara perb lonch tempsc ab gran puxansa, ab tot que poch de temps starad en sos propis regnese, ans dins lo temps de la XXIIIf edatg, de sos propis regnes se partirah car abi barcelonaj inxatk sera, ab tot que per mar stol faral i en res nom fara fins a la terca volta y aquin elo pres sera, de que un gran profit li’n seguira.

  • 12 a) las BC485, la Dur. ; b) mandat Dur. ; c) d’aqui : de aqui L ; d) la BC490 ; e) que : que’n L ;

1312Per laa serpent mondatb sera e d’aquic consel pendra, ad tot que don Johan lod lexara. Per la gran conguoxa quee passara ell per axo no stara que son preposit el fara.

  • 13 a) ell add. L ; b) requistara L ; c) propis om. L ; d) de aquest : en aquest ; e) aportara L, appor (...)

1413La gran Cicilia aconquistarab ab la valensa de sos propisc regnesB e Quatalunya, que molt y fara, de aquestd fet corona d’or portarae ; d’aquif li partira la gran superbia que per avant se mostrara. E axi [lo] dit Alfonso de les gransg Sicilies rey eh puxant syra, que gens [que] per lo princep que dins sera, per ell molt poch starai, ans a xutaj onta l’on lansaraC.

  • 14 a) sirà add. L ; b) que la creu-syra : qui la creu blanca fa L, BC490, que la creu blanca fa Dur. ; (...)

1514Lo dit princep, aquesta que la creu blanca syrab e de la fflor dec lir closa stad, aquest princep quee de Napols exirac, apres en Fransa al rey gran dany daraf, car ab los majorsg contra la flor de lirh s’aliguaraD, tant que dins poch de temps en peril la flor matra e puyxi ab jgins dos anysk estacat lol tendra, car lam liguansa trencar li fara e per aquelon dita flor destroyda sera, car Espanya tal socorso alsp VIIII bastons fara, que la tera en C legues neq tremolara, abr tot que la creu blancha — quir de flor de lirs tancada sta — dins Catalunya entrara ab socorst de la fflor de lisu — que per liguanca serav, car los barrons per forca fer lo y faranw — , ab totx que per avant yxira una tant gran squadray de trestota la Spanyaz queaa alsbb nou bastons ajuda fara.

  • 15 a) son add. L ; b) de L ; c) sa anomenara : seranomenara BC485 ; d) guonyara BC490, guayara BC485 ; (...)

1615E un princep quia fill syra — son nom perb « fero » sa anomenarac — la gran batalla guanyarad. Al pla de Salsas, la flore batra; pasat Narbona laf seguira e molt mes guanyarag. E [lo] dit princep qui de Napols forah sira tot aquest trebal comportara, per lo pecat que en Fransa acomesi aura, carj rebelho per el se cometra. Per aquesta ditak batalla que en lo dit pla sera, tota la flor de Fransa si destroyral : trista syra la mayre quem lo filn trames y aura ! E lo dit princep qui de ferro se anomenarao en aquestes letres sap complira : f.e.r.a.n.d.oE ; aqui el se olmentaraq e enr Catalunyas molt castiguara, car per sa spasa gua[n]yatst losu aura perv la rebellio que feta li auranwF.

  • 16 a) la us dire : la especificarem millor L, li y dire Dur. ; b) e llavors direm add. L ; c) devallar (...)

1716Per avant la us dire millora,b, car los fills devalarenc. Del segon nat vos parlared : done Johan es lo seu nom. Aquest Johanf syra valent en armes e diligent. Per tractg rey se fara del regne poch e noble e aqui elh en pau algun temps starai. Apresj, sa planeta volta li farak y en gran guera lo metra ab sa carn e ab sal sanch, perom tot ho vensera. Dins l’anyn LXo, lo princepal regne per mort de donp Alonso cobraraq; ab gran alegria posesior pendra e pux molt poch li durara, car la primera guera per cap ly tornaraG. Pero, prests,t de Catalunya exira, car la puxansa de Napols dat li aura un tal concelu que per tot lo mon se’n parlara que talv traycio may en Catalunyaw feta nox seray. Car, per los gransz priualeges que don Alfonso donats los auraaa per la moneda agaffarbb, a don Johan mal li’ncc vendra, car Catalunyadd molt prest se rebellara e molts senyorsee molt prest fara, car quarestia no·n aura, eff en Castela de cap dara egg Portogual abrasaraH.

  • 17 a) lo reynar : el reyner L, lo reyner BC485 ; b) de add. L ; c) del L ; d) s’i ; e) Cataluya BC485  (...)

1817Apres lo reynara bdins mora, e la flor dec lir sed destroyra. Tot aco Catalunyae fara; en torn VI anysf li durara; apres, a song senyorh natural retornara : iFerando la senyoreyara. Pero Barcelonaj destroyda sera ek a Saraguosa subjugada seral, e Valencia ym ajudara. En lo filo strany quip comte se dira la varraq dauant se metra ; gentilr, Valensa li fara honor y profit li’n vendras, car en aquest fett molt y farau, e son fill rey petit ne romendra.

  • 18 I om. BC490, L ; b) fonch L ; c) el L, ell BC490 ; d) muda BC490 ; e) lo privylegi L ; f) donats au (...)

1918Ia mala syrab la jornada que loc regiment se mudarad per pruiualegise que don Alfonso donats auraf ! O, Barcelonag maluadah ! Aquii faras taj empanada : de ta senyoria seras despulada e del[l]ak mudadal e de tos privalegis mdespulada e veuras-te molt apresadan. Trista syra la mayre queo la filla gran se veura car, per molt que lesp vejaq arendadar, no less veura honrada, tals flegelss,t lesu seguira ! E tota aquesta buguada Ferando la lauara e pux ab gran puxansa tot hov senyoreyara ; fil sera de don Johan, qui en fetsw syra molt granI.

  • 19 a) en l’any LXXV : l’ayn LXXVII L , en l’any LXXVII BC490, l’ay LXXV BC485 ; b) lo BC490 ; c) sirà (...)

2019Apres, en l’any LXXVa, lo dit don Johan mora. Sonb fil ab gran puxansa lexara, car en sa poquesa en armes nodrit l’aurac. Lo rey de les Spanyesd gran honore lif fara per la gran acostansa que ab el feta aura. Tot acog syra seguit eh syra un gran brogit, car trencada sera la liguansa fetai ab loj rey de Fransa. Don Johan se trobara enguanat, pero molt pres sera reparat. La mes partk de la cristiandat lo planyera de tal maluestat que feta li seral, car trobar-s’a despullat. Pero abm molt socorsn que aura de moltes parts, oprest recobratp ho aura; ab gran honor ho conquistara ab batalla cruel que·s seguira.

  • 20 a) Barchinona L, BC490, Dur. ; b) desuergoyada BC490 ; c) car restaras del tot : car estaràs tota L (...)

2120Ho, Barcelonaa maluada ! Molt seras desverguonyadab — car restaras del totc acabada, car totad lae noblesa de tots los regnes te auran desemparada e restaras oradaf e de totsg tos yoels despulada. Malayras la jornada que fasisteh tal enpanada !

  • 21 a) do BC485 ; b) us om. L, BC490, y Dur. ; c) lo BC490 ; d) que L, BC490 ; e) asís Dur. ;

2221De dona Johan no usb vul pus dir, sino elc millor, quid es asieJ.

  • 22 a) graciós add. L ; b) se portara : serà L, se aportara BC485 ; c) l’any L : l’ayn M.IIIIL L, l’ay (...)

2322De don AnrichK vos uull parlar : aprincep tostemps syra en aquest mon ; tant com viura, en Castella collocat syra. Sa uida honestament fara e bon renom en el syra. En batalles valent se portarab, pero en aquelles el mora ; fins en torn l’any Lc el viura ; molta gent lo planyera. Un areterd lexara, lo qual molt noblament en batallae se portara. En dignitatf se trobara, car sertament gran regiment aura, pero a cap de temps en batallag mora, de que sera gran malh, peri la sua gran fama. De aquestj don Anrich no vull pus parlar, demes seria lo treballark.

  • 23 a) conquistar BC490 ; b) sa va agafar : se hirà gaffar L, sira agafar BC485, sa va guaffar BC490 ; (...)

2423De don Pedrol vos dire : per el a collocara, la gran Sicilia sa va agafarb. Lo don Alfonso, per lo don Pedro a colloquar, tres viatges el va far ab estolc,d dins la mar. Lo dit Pedroe syra valent e ly volra be molta gent. En armes sera molt diligent; fara la gueraf asprament. Sa vida no syra molt larguag, car mora desastradament; dolrah a moltai gent, majorment car mora per accident. D’aquestj molt poch se’n pot parlar, pero apres de la sua mort, lo gran Alfonso molt Napols en la sua obediencia tinrak.

  • 24 a) hi add. L ; b) Apres que sa fi-sa pora appelar om. BC485 ; c) ell add. L, BC490 ; d) Cataluya BC (...)

2524Apres que sa fi feta aura, hun membre seua lexarab, lo qual Ector lo troya sa pora appelar, car en moltes partides cfara de grans feridesM. En Catalunyad el trametrae quant la tempesta hi siraf. Una gran valensa el fara ag la bandera qui de or y de flama fah. Hu de sos fills y anviarai y sobre Macela despliguara; gran part ne destroyra. En Aygues Mortes el fara molt fochj y ensenrak son nom : apelat sera axi com aquel qui la bandera d’or el,m flama faN. Hun de sos fill y enviara eo aquel gran dan darap, car el afanatq syra per lo turch qui pasar volra. Molt noblament batalla lir parara e·ls turc molt lo’nt tembra; utots partes l’insercaravO ; a la fi, de ces teresw sex lunyara e per avant no vuly mesz dir car mon trebalaa es fet e conplit en l’anybb de la natiuitat de nostre Senyorcc,dd MiCCCCXV, a XIIIee de NohembreP.

  • 25 a) Lucidari om. BC490 ;

2625Lucidaria

 

271 Plus que du chapitre 16 de l’Apocalypse, comme le proposaient Eulàlia DURAN et Joan REQUESENS (op. cit., p. 350-351), je crois qu’il s’agit plutôt là du chapitre 16 d’Ézéchiel, possibilité également envisagée par ces deux chercheurs. En effet, le Lucidari consacre une part importante de ses développements à condamner la trahison de Barcelone contre son seigneur naturel et à évoquer son châtiment ; le chapitre 16 d’Ézequiel est un oracle de jugement contre Jérusalem, accusée d’avoir trahi son Dieu (de s’être « prostituée ») et menacée des pires tourments. Il n’est pas impossible que l’auteur du Lucidari ait établi une concordance entre la Jérusalem de l’Ancien Testament et la Barcelone des années 1462-1472.

282 Peut-être à partir de Lc. 23.28-29; même origine possible pour l’exclamation « Trista syra la mayre que la filla gran se veura ! », qui se trouve un peu plus bas.

293 Il est probable que notre prophète avait en tête l’étymologie d’Alphonsus proposée par une prophétie attribuée à Arnaud de Villeneuve et composée dans la première moitié du XVe siècle, selon laquelle « Alphonsus qui in tempore ascensor in fumum (alias in sumum) et ad Imperium » (version latine, ms. BC490), « Alfonso, que vol dir pugador en fum e al Imperi » (version catalane, ms. PR II/3096 ; voir l’édition de ces deux textes dans ce volume). Comme le fait remarquer Martin AURELL (« Messianisme royal de la couronne d’Aragon, (XIVe-XVes.) », Annales Histoire Sciences Sociales, 52,1997, p. 86), cette étymologie a connu un succès certain et est également reprise dans la prophétie sur l’Antéchrist et le Jugement dernier de BM Carpentras 336 (fol. 137ro). Elle repose sur une identification d’Alphonse V d’Aragon au onzième roi et sixième tête du dragon d’Apc.17 du Breviloquium, dont l’une des fonctions consistait en la destruction de ses ennemis par le feu (voir en particulier dist. 9, éd. cit., p. 259-260 : « Neapolim a quatuor angulis igne et gladio devorabit »).

[Valence, Archives municipales, manuscrit 816, 1484, Protocolo de Jaime Gimeno : Lucidari]

  • 26 a) sopregat, José RODRÍGUEZ PERTEGÁS, Anales del centro de cultura valenciana, 8, 1931, p. 11-15];  (...)

[Fol.190r°] Lo lucidari
26En nom de la Sancta Trinitat,
en fauor de la feel christiandat
vull fer aquest dictat ;
per lo senyor rey so pregat
a,
don Ferrando nomenat,
dient-me axi :
— Prech vos molt
Lucidari,
de mos IIII fills leuau juhi,
los quals son : primer, Alfonso,
segon, Joan, Enrich, terc, e lo
b
quart Pedro
A.
— De tots aquests m’aueu feta
demanda,
mas resposta us fac
c, no breu
mas larga,
e del primer vos parlare,
axi arreu yo me’n ire
d.
Senyor, yo trob que regnara
don Alfonso ab puxança,
mas poch de temps ell stara
en sos realmes e partira
una dos e tres vegades,
d·on gran proffit li’n seguira.
Per la serpent mandate sera
e de aquell consell pendra ;
ab tot que don Joan lo lexara,
per la gran congoxa que haura,
fper co no stara
que sa empresa ell fara.
La gran Sicilia conquistara
ab valença
g de sos regnesB. [Fol.190v°]
E Cathalunya, que molt hi fara,
hd’aquest fet corona·ni portara,
d·on li’n partira
j gran superbia
que per auant se mostrara.
Axi l’A[l]fonso
k rey sera ;
les dos Sicilies senyorejara
e pel princep que dins sera,
— ell que conquistar no cessara,
ans ab puxança lo·n lancara — ,
per la qual cosa dan haura
C, D.
La flor de llir cab a ell sera,
ab tot que la creu blancha
qui de flor de llir tancada sta
dins Cathaluya entrara
ab socors de la flor de llir,
quar
l ab ell ligada sera.
E per auant exira
una squadra d’Espanya
que als nou bastons aiudaram.
E hunn princep que fill sera
— son nom per « ferro » nomenara —
la gran batalla gua[n]yara :
al pla de Salses la flor batra,
passat Narbona la
o seguira.
E lo princep que de Napols foragitat sera
aquest treball comportara,
pel gran peccat que fet haura,
car gran rebellio per ell se fara,
per la batalla que en lo pla sera,
car la flor de França se desfara :
trista la mare que fill hi haura ! [Fol.191r°]
E lo princep que Ferrando·s
p dira
Cathalunya molt castigara
car ab sa spasa gua[n]yarla
[ha]q
per la rebellio que fet haura
E,F.
Per los fills deuallarem ;
del segon nat vos parlarem.
Joan son nom es e valent,
en armes molt diligent ;
per natura rey sera
dels regnes, mas poch en pau ell regnara
e sa planeta volta fara.
En gran guerra lo metra,
a carn e sanch tot ho vencra
r.
Per mort de don Alfonso regnara
e la possesio tota pendra,
e puix poch li durara,
car la primera guerra per cap li tornara
G.
Mas de Cathalunya ell exira
e la puxanca de Napols li’n donara
hun tal consell [que] per lo mon se’n parlara,
car tal exequucio Catalunya fara
per los priuilegis que tendra,
que, per hauer la moneda,
a don Joan mal li’n vendra,
car Cathalu[n]ya·s rebellara.
En Castella de cap dara
e Portogal abracara
H.
E apres lo reyner
s dins morra,
de la flor de llir destrouira.
Tot aço Cathalu[n]ya fara ;
apres a son senyor natural tornara :
FFerando la senyoreiara,
pero Barchinona
t destrouida sera,
a Carogoça·s
u subiugara
e Valencia li’n aiudara.
Lo fill strany que comte·s dira
la varra dauant se metra.
Gentil, Valença li’n fara
honor e proffit ne haura,
car en aquest fet molt hi fara
e son fill rey petit ne romandra.
Mala sera la jornada
que Barc[e]lona·l
v regiment tindra
pels priuilegis que don Alfonso donats los haura.
O, barchinona
w ! Que faras, maluada ?,
car de ta senyoria seras despullada
e de tots tos priuilegis deseretada ;
e·n diuerses morts te veuras donada.
Trista la mare que fill gran hi
x haura,
car gran flagell li’n seguira !
Tota esta bugada
per Ferrando sera lauada ;
ell tot ho senyorejara
ab gran honor e puxança.
FFill sera de don Johan,
que·ny fet d’armes sera granI.
Apres, en l’any setanta huyt,
lo dit rey don Joan morra.
Lo fill ab gran puxança lexara.
Lo rey d’Espanya honor gran li fara,
car en
z poquesa en armes nodrit seraaa,
per l’acostança
bb que a bell fet haura.
LLauors sera hun brogit
car, trencada la ligança
feta ab lo rey de França,
don Joan se trobara enganat,
pero molt prest sera reparat.
La mes part de christiandat
se’n planyera de tal maluestat,
car [es] trobaria despullat.
Mas, ab soccors de moltes parts,
prest ho haura recobrat.
Ab gran honor conquistara
cc
ab batalla cruel que·s seguira.
O, Barchinona
dd maluada !,
molt seras desuergo[n]yada,
que del tot seras acabada
e de tots desemparada.
Mala sera la jornada
quant faras semblant panada
eeJ !
Pus no vull de aço comptar,
de don Enrich coue parlarK.
Princep sera totstemps
en aquest mon tant com viura.
En Castella dotat sera.
Sa vida honestament
ff fara
e bon renom ab ell sera.
En gran batalla·s trobara, [Fol. 192v°]
pero en aquella morra ;
l’any MCCCCL veura
gg;
molta gent lo planyera.
Hun hereter ell lexara,
lo qual noblament batallara.
En dignitat se trobara
e verament regir pora.
A poch temps que passat sera,
en batalla ell morra,
de que gran mal sera
de la sua gran fama.
Pus d’aquest no vull parlar
— de mes sera lo treballar — ,
de don Pedro vos vull comptar
L
que, per aquell collocar,
la gran Sicilia a gua[n]yar
hh
don Alfonso matex ira
ab
ii gran stol que per mar fara,
de que gran cas
jj li’n seguira.
Don Pedro sera valent
e li volra
kk be molta gent.
En armes sera molt diligent ;
fara guerra molt asprament.
Sa vida sera no molt larga
car morra molt desastradament.
Dolra molt a tota gent,
perque morra per accident.
D’aquest molt poch se’n pot parlar.
Apres la sua mort,
don Alfonso Napols haura. [Fol.193r]
Hun menbre
ll seu lexara,
lo qual de Ector semblant sera
M :
en moltes parts ell sera
e grans fahenes ell fara.
En Cathalunya trametra
quant la tempesta hi sera
e fara y gran valença.
E
mm la bandera que l’or e flama fa
sobre Massella desplegaraN ;
grant part ne destrouira.
En Aygues Mortes ell ira
e molt foch hi encendra.
D’aquest menbre lo nom sera
tal com lo rey que l’or e flama fa.
Hun de sos fills hi trametra
e gran dan hi donara,
car ell affaynat sera
per lo turch que passar volra.
Valent, batalla li parara.
Lo turch molt li tembra
e tots partits l’incercara
nnO.

Notes historiques :

30A) « Don Fferando, rey de Arago » et « lo senyor rey don Ferando » : il s’agit de Ferdinand de Antequera, infant castillan, roi d’Aragon sous le nom de Ferdinand Ier de 1412 à 1416 et qui fut le premier souverain de la dynastie Trastamare d’Aragon. Ses quatre fils furent effectivement Alphonse (V d’Aragon, 1416-1458), Jean (roi de Navarre entre 1425 et 1479, roi d’Aragon 1458-1479), Henri († 1445) et Pierre (1421-1438).

31B) L’un des objectifs de la politique méditerranéenne d’Alphonse V fut la conquête du royaume de Naples finalement réussie en 1443 — « la gran Cicilia conquistara » — après deux tentatives infructueuses : « en res no fara fins a la terça volta ». En 1421, Jeanne II de Naples en avait fait son héritier, mais elle lui retira sa succession pour la donner à Louis III d’Anjou. Les Catalans, qui avaient réussi à occuper Naples, furent contraints de la livrer à leurs adversaires en avril 1424. L’infant Pierre résista au Château-Neuf jusqu’en août 1424. Alphonse V lança une nouvelle offensive à la mort de la reine Jeanne en 1435, mais il fut vaincu et fait prisonnier par le duc de Milan Filippo Maria Visconti à Ponza le 05/08/1435 : « per la serpent mondat sera ». C’est bien son vainqueur qui est ici désigné métonymiquement comme « la serpent », car les armes des Visconti représentent un serpent en train d’engloutir un Maure. Dès 1436, l’Aragonais reprenait la lutte et conquit progressivement le royaume, jusqu’à pouvoir faire son entrée dans la capitale le 26/02/1434 (je tire toutes les données historiques concernant le royaume de Naples de Émile Guillaume LÉONARD, Les Angevins de Naples, Paris : Presses Universitaires de France, 1954, chap. « La fin des Angevins », p. 471-493).

32Alphonse V « poch de temps stara en sos propis regnes » : il ne passa que quatre ans de son long règne dans la Péninsule ibérique. Il confia effectivement le gouvernement de ses États péninsulaires à son frère Jean en mai 1454 et rencontra des difficultés avec les institutions catalanes (« ab Barcelona inxat sera ») : l’oligarchie tenta de s’opposer à sa politique en faveur des pagesos de remensa, de contrer ses tentatives de reconstitution du patrimoine royal et de lui imposer sa conception du gouvernement. L’affrontement fut manifeste lors des Cortes de 1416 et de 1420-21 et s’acheva sur une rupture avec les états privilégiés en 1421 et la dissolution des Cortes.

33C) Le roi obtint toutefois les financements nécessaires à ses opérations en Corse, en Sardaigne et en Sicile ; en 1431, les Cortes convoquées à Barcelone lui accordèrent 80 000 florins pour son entreprise napolitaine : « e Quatalunya [...] molt y fara ».

34Conquérant la couronne napolitaine, Alphonse réunissait les royaumes de Sicile et Naples : « de les grans Sicilies rey e puxant syra ». Le prince « que dins [Nàpols] sera » et qui doit en être chassé par l’Aragonais est probablement le frère de Louis III d’Anjou, René, duc de Bar, que Jeanne II avait choisi pour héritier à sa mort. Lorsque cette succession lui échut, René d’Anjou se trouvait prisonnier du duc de Bourgogne depuis 1431, pour lui avoir contesté la Lorraine. Il fut libéré en novembre 1436 et arriva à Naples en mai 1438, où il reçut le meilleur accueil. Il repoussa une attaque du roi d’Aragon contre Naples et parvint à reprendre le Château-Neuf (08/1439), mais céda finalement progressivement devant l’avance des Catalano-aragonais. Il quitta définitivement le royaume à l’été 1442.

35D) « Aquest princep que de Napols exira, apres en Fransa al rey gran dany dara, car ab los majors contra la flor de lir s’aliguara » : la version longue du Lucidari fait ici allusion aux tensions provoquées entre Louis XI et René d’Anjou au sujet de la succession de ce dernier. Par son testament de juillet 1474, René laissait le duché de Bar à son petit-fils René de Lorraine et léguait l’Anjou et la Provence à son neveu Charles du Maine, conformément aux désirs jadis exprimés par Louis III d’Anjou. Louis XI, fils de la soeur de René d’Anjou, fort mécontent de ne pas trouver sa place dans ce testament, alors qu’il convoitait l’Anjou et la Provence, se saisit du duché de Bar et de l’Anjou. René d’Anjou, qui intriguait depuis longtemps avec le duc de Bretagne et Charles le Téméraire, rejoignit alors ouvertement le parti des ennemis du roi de France et envisagea de désigner le Téméraire comme son héritier. Déclaré coupable de crimes de lèse-majesté (04/1476), il dut promettre de ne pas aider les ennemis de Louis XI. Charles du Maine lui succèda en juillet 1480 et Louis XI l’aida à vaincre le parti lorrain, qui s’était soulevé en faveur des droits bafoués de René de Lorraine. Les Lorrains furent défaits et lorsque Charles du Maine mourut (12/1481), il laissa tous ses domaines au roi de France.

36E) Le Lucidari mêle à l’évocation de ses événements le rappel de faits ayant eu lieu pendant la guerre civile catalane de 1462-1472. « La creu blanca [...] dins Catalunya entrara » : les institutions catalanes, après avoir dépossédé Jean II de la couronne en juin 1462, l’offrirent successivement à Henri IV de Castille, Pierre du Portugal et René d’Anjou (1466-1472). « La creu blanca dins Catalunya entrara ab socors de la fflor de lis » : c’est apparemment Louis XI qui poussa les Catalans à refuser l’offre de conciliation que leur avait faite Jean II après la mort de Pierre de Portugal et à lui désigner un successeur. René d’Anjou confia le gouvernement à son fils et lui donna le titre réservé aux héritiers de la couronne d’Aragon, prince de Gérone. Ce dernier pénétra en Catalogne avec des troupes napolitaines et françaises. Gérone tomba le 01/06/1469.

37F) L’infant Ferdinand, futur Ferdinand le Catholique (« e lo dit princep qui de ferro se anomenara ») participa activement à la lutte contre les rebelles catalans et l’intrusion française en Roussillon et en Cerdagne. Le motif d’une défaite française à Salses se trouve dans au moins une autre prophétie catalane de 1449 (BM Carpentras 336) et semble avoir existé dès les années 1330 (voir l’édition de la prophétie de 1449, dans ce volume). Il est abusif de parler d’un « châtiment » infligé par la Catalogne par ses rois légitimes : la Capitulación de Pedralbes (16/10/1462) annulait certes la Capitulación de Villafranca et donc la forme de gouvernement qu’elle avait prétendu imposer au roi, mais ce dernier accorda un pardon général aux rebelles (à l’exception du comte de Pallars), jura de respecter les privilèges des villes et les constitutions de Catalogne.

38G) Le « don Johan » dont il est question ici est le deuxième fils de Ferdinand Ier, Jean, roi de Navarre (« el regne poch e noble ») puis d’Aragon à la mort d’Alphonse V (« lo princepal regne per mort de don Alonso cobrara »). Il devint roi de Navarre « per tract », c’est-à-dire par son mariage avec l’héritière de la couronne navarraise (1420). Les Cortes de Navarre avaient cependant pris soin de préciser que dès la mort de la reine, la couronne passerait au fils qui serait né de ce mariage. En 1441, le roi Jean refusa de céder le pouvoir à son fils Charles. Les partis nobiliaires qui s’affrontaient en Navarre prirent alors parti pour le père (Agramonteses) ou pour le fils (Beamonteses), ce qui déclencha une guerre civile en 1350 : « en gran guerra lo metra ab sa carn e ab sa sanch ». En 1451, Charles fut fait prisonnier par son père, mais la guerre civile n’en continua pas moins. En 1455, Jean déshérita Charles de Viana et sa soeur Blanche pour faire de sa fille Léonor et de son gendre Gaston de Foix les héritiers du royaume. L’offensive conjointe des Agramonteses et des armées du comte de Foix au printemps de 1456 poussèrent le prince de Viana à l’exil ; il tenta alors d’obtenir la médiation de Charles VII et d’Alphonse V d’Aragon.

39Jean II devint roi d’Aragon en 1458 et effectivement « la primera guerra per cap li tornara », lorsque les revendications de Charles de Viana rencontrèrent celles du parti oligarchique et nobiliaire de la Biga, auquel il s’était déjà heurté lorsqu’il avait gouverné l’Aragon pour son frère entre 1454 et 1458. Alors que la guerre civile repartait de plus belle en Navarre et qu’Henri de Castille se montrait menaçant aux frontières, Jean II dut céder à l’oligarchie catalane : il accepta un régime constitutionnel et la reconnaissance de la primogéniture de Charles de Viana. Le décès du prince en septembre 1463 ne parvint pas à empêcher la révolte de la Catalogne ni le déclenchement de la guerre civile, tant les positions politiques du roi et des organes de gouvernement de la Catalogne étaient irréconciliables.

40H) Les éléments extrémistes de la Biga, qui contrôlaient les organismes de gouvernement catalan déposèrent solennellement Jean II le 09 juin 1462. Ils offrirent successivement la couronne à Henri IV de Castille (novembre 1462) et au connétable Pierre de Portugal (1464).

41I) Ce passage mentionne le recul provisoire des Français en Roussillon, ici présenté comme définitif (traité de Perpignan, 09/1473), la fin de la rébellion catalane, la décadence politique et économique de la Catalogne, amorcée au XIVe siècle et bien réélle au XVe siècle et les mesures de dévaluation de la monnaie qui avaient été prises par Alphonse V et Jean II, lorsqu’il gouvernait le royaume au nom de son frère.

42J) Jean II mourut en janvier 1479, date qu’aucun manuscrit n’a conservée. La « gran acostança » dont il est question ici est le mariage de l’infante Isabelle de Castille avec l’héritier de Jean II, Ferdinand, en octobre 1469. Jean II offrait ainsi à Henri IV un appui contre la rébellion de la noblesse castillane et espérait éloigner le roi de Castille de l’alliance avec la France. Par ailleurs, l’accord conclu entre l’Aragon et la France, aux termes duquel Jean II recevait une aide militaire contre les insurgés catalans fut interprétée de manière abusive par Louis XI, qui en profita pour envahir le Roussillon en 1462, puis en 1475.

43K) Le moins que l’on puisse dire est que l’auteur est extrêmement discret sur les intrigues permanentes de l’infant Henri, dirigées aussi bien contre Jean II de Castille que contre son frère Jean II d’Aragon, au gré de ses intérêts du moment. Il mourut en 1445, laissant un fils, l’infant Fortuna.

44L) L’infant Pierre participa à la campagne napolitaine de 1421-1423. C’est à lui qu’Alphonse V laissa la garde de Naples lorsqu’il dut renoncer à ses prétentions à la couronne devant l’assaut conjugué des partisans de Louis III d’Anjou et d’une flotte milanaise, soutenus par le pape. L’infant Pierre dut ensuite se retrancher dans le Château-Neuf, qu’il quitta en 08/1424. À l’été 1438, une attaque du roi d’Aragon contre Naples fut repoussée par René d’Anjou et Giaccomo Caldora. L’infant Pierre fut tué au cours de cette attaque. Le Château-Neuf, aux mains d’une garnison espagnole depuis 1423, se rendit au roi René (08/1439). Cependant, le roi d’Aragon parvint à conquérir progressivement le royaume de Naples sur son adversaire.

45M) Alphonse V ne laissa qu’un fils, Ferdinand, bâtard légitimé par le pape pour régner sur la Sicile réunifiée et qui fut accepté comme roi sans difficultés à la mort de son père. Le 18/08/1462, il remporta une victoire à Troia sur les partisans de Jean d’’Anjou, fils de René d’Anjou, à qui les nombreux ennemis qu’il s’était faits avaient proposé la couronne de Naples. Il bénéficia à cette occasion de l’appui du pape Paul II et de Francesco Sforza, duc de Milan.

46N) C’est Alphonse V qui saccagea Marseille lorsqu’il dut abandonner le royaume de Naples en octobre 1423.

47O) La reprise d’Otrante par Ferdinand Ier de Naples en 1481 bloqua effectivement la progression des Turcs en direction de l’Italie.

48P) Josep Perarnau fait remarquer que c’est précisément le 13 novembre 1315 que fut consommée la rupture entre Ferdinand Ier et Benoît XIII.

Haut de page

Notes

1 Eulàlia DURAN, Joan REQUESENS (éds.), Profecia i poder al Renaixement, Valence : Eliseu Climent, 1994, p. 343-367 et Joan GILI, « Lucidari (‘profecia’ rimada de la casa d’Antequera) », Estudis de llengua i literatura catalanes, III, Miscel.lània Pere Bohigas, I, Montserrat : Publicacions de l’Abadia de Montserat, 1981, p. 119-127.

2 « D’acord amb les normes generalment establertes, hem desenrotllat les abreviatures i regularitzat l’ús de les majúscules, el de v i u i el de j i i ; seguim l’accentuació, puntuació, apòstrof i el guionet del català modern », art. cit., p. 122.

3 E. DURAN, J. REQUESENS, op. cit., p. 343-348.

4 Eulàlia DURAN, Joan REQUESENS, bien que n’ayant pas consulté le manuscrit valencien, soupçonnaient eux aussi de « dubtoses transcripcions que semblen evidents en l’edició coneguda », op. cit. , p. 347.

5 L’argument rimique me semble bien faible au regard de ceux que lui opposait par ailleurs Joan Gili : « Per més que el nostre copista (així com els dels manuscrits de la Biblioteca de Catalunya) escriví l’obra a ratlla seguida, i àdhuc tenint en compte que hi ha precedents coetanis de prosa més o menys rimada, creiem prou justificada la divisió en versos que li donem. Atesa la regularitat i constànacia de la rima, no ens sembla aventurat de presumir que l’obra original fos escrita en vers », art. cit., p. 122. Je ne comprends pas non plus pourquoi avoir opté pour une disposition versifiée après avoir constaté que « les versions A [BC 485] i B [BC 490] són escrites en línia seguida sense cap senyal de forma mètrica i segurament també les versions G [Gili] i V [Valence, qui est cependant bien disposé sur une seule colonne] », E. DURAN, J. REQUESENS, op. cit.., p. 348.

6 Dominique de COURCELLES, « La prophétie rimée de la maison d’Antequera à la fin du XVe siècle », La prophétie comme arme de guerre des pouvoirs, Paris : PSN, 2000, p. 31-42 (p. 39-42 pour l’analyse de la structure du texte).

7 a) Profecia-seguent om. BC490, L[=Londres ; édition par Samuel GIL I GAYA d’un manuscrit en sa possession, ELLC, III, 1981, p. 119-127] ;

8 a) nombre L ; b) e om. BC485 ; c) critiandat BC485 ; d) vul fer aquest dictat : quiero hazer este dictado L ; e) en BC490 ; f) ne som : na son BC490 ; g) per lo-preguat : por el rey fferando soy rogado ; h) la BC490 ; i) ell manant : esser manat BC490, ell manat Dur. ;

9 a) de mos fills e : mon BC490 ; b) en BC490 ; c) en BC490 ; d) en BC490 ;

10 a) e add. BC490 ; b) aquests BC490 ; c) me aveu : ma auets BC490 ; d) pero BC490 ; e) parlere BC490 ; f) comprendre « a ceu » ou « arreu » dans le sens de ‘seguidament’? ; g) lo qual me vol dir-jo me’n yre om. L ;

11 a) jo om. L ; b) per om. BC490 ; c) per lonch temps : e llonch de temps ; d) estara L ; e) propis regnes : [pro]pis regnans BC485, prios regnans (Eulàlia DURAN, Joan REQUESENS (éds.), Profecia i poder al renaixement, Valence : Eliseu Climent, 1994, p. 343-368) ; f) XXVIII L, XXVI BC490 ; g) edat om. BC490 ; h) de sos-partira : de aquells se partira L ; i) car ab : e a L ; j) Barchinona BC490 ; k) ayrado L ; l) ab tot que-fara : e por mar armada farà ; m) i en res no : uno e dos e res L, hu e dos e tres BC490, I éll res Dur. ; n) y aqui : ja que BC490 ; o) el om. L ;

12 a) las BC485, la Dur. ; b) mandat Dur. ; c) d’aqui : de aqui L ; d) la BC490 ; e) que : que’n L ;

13 a) ell add. L ; b) requistara L ; c) propis om. L ; d) de aquest : en aquest ; e) aportara L, apportara BC490 ; f) d’aqui : de aquest fet L ; g) grans om. L ; h) e om. L ; i) stara : ne estarà L ; j) gran L, poch BC490, axuta Dur. ;

14 a) sirà add. L ; b) que la creu-syra : qui la creu blanca fa L, BC490, que la creu blanca fa Dur. ; c) del L ; d) està L ; e) qui L ; f) farà L ; g) maiós L ; h) de lir om. L ; i) e puyx : que L ; j) sos add. BC490 ; k) ans BC485 ; l) la BC490 ; m) la om. L ; n) aquella L, aquela Dur. ; o) socos L, B 485 ; p) al BC485 ; q) amb L ; r) que L, Dur. ; s) lirs L, lir Dur. ; t) socos L, BC485 ; u) lir L ; v) que per-sera : que ligança farà L ; w) que per liguanca-faran om. BC485 ; x) tant L ; y) stodre BC490 ; z) de trestota Spanya : que trestota la Spanya L, de trestola la Spanya BC485 ; aa) que om. L ; bb) al BC485 ;

15 a) son add. L ; b) de L ; c) sa anomenara : seranomenara BC485 ; d) guonyara BC490, guayara BC485 ; e) del lir add. L, de lis add. BC490 ; f) los BC490, L ; g) guayara BC485, gounyara BC490 ; h) fora om. L ; i) comes L, BC490 ; j) non leg. BC490, gran add. L, BC490 ; k) dita om. L ; l) si destroyra : se perirà L ; m) qui BC490, qui L ; n) lo fil : son fill L, la filla Dur. ; o) de ferro se anomenara : qui de ferre nom principarà L, qui de ferro se anomera BC490 ; p) sa om. BC485 ; q) aumentarà L, Dur. ; r) en om. BC490, e en : a L ; s) Cataluya BC485 ; t) guanyat L, guoyats BC490, guayats BC485 ; u) la L ; v) de L ; w) li auran : los haura ;

16 a) la us dire : la especificarem millor L, li y dire Dur. ; b) e llavors direm add. L ; c) devallarem L, Dur. ; d) parlarem L ; e) don : lo qual L, don om. BC490 ; f) Aquest Johan om. BC490 ; g) tracta[t] BC485, tracte L, tractat Dur. ; h) el om. L ; i) poch de temps li durarà add. L ; j) car L ; k) darà L ; l) ab sa om. L, BC490 ; m) prest ; n) lay BC485 ; o) dins-LX : après lo LXè anyn L ; p) bon BC490 ; q) cobrera BC490 ; r) lo L ; s) trestot BC490 ; t) açò add. L ; u) dat li aura-concel : criat lo y aura y tal concel BC485 ; v) tal om. L ; w) en Catalunya : en aquestes parts L ; x) ne BC490 ; y) feta L ; z) los grans : gran L ; aa) donats los haura : farà L, donats aura BC490 ; bb) aguafar BC485 ; cc) li’n : hy ; dd) cataluya BC485 ; ee) senyós ; ff) e om. L, BC490 ; gg) pux add. L ;

17 a) lo reynar : el reyner L, lo reyner BC485 ; b) de add. L ; c) del L ; d) s’i ; e) Cataluya BC485 ; f) ans BC485, anyades BC490 ; g) propi add. L ; h) senyor : S. L, natural om. L ; i) natural add. L ; j) Barchinona L, pero Barcelona add. BC485 ; k) e om. BC490 ; l) e a Saraguosa-sera : Çaragoça la soyugarà L ; m) li L, li BC490 ; n) e om. L ; o) fills L ; p) que L ; q) vagua BC485, varra BC490 ; r) [non leg.]-em¡ll BC490 ; s) profit li’n vendra : profit n’aura BC490, profit ne haurà L ; t) fet om. L ; u) sabrà L ;

18 I om. BC490, L ; b) fonch L ; c) el L, ell BC490 ; d) muda BC490 ; e) lo privylegi L ; f) donats aura : donarà ; g) Barchinona L, BC490, Dur. ; h) malnada L ; i) a que L ; j) gran L ; k) del[l]a : de la BC490, BC485 ; l) de ta senyoria-mudada : ta senyoria veuràs mudada L, de ta senyoria seras despulada e dela muydada BC490, de ta senyoria seràs despulada e d’esta mundada Dur. ; m) te veuràs add. L ; n) e veuras-te molt apresada : en diuerses morts te veuras abrassada BC490, en diversas morts te veuràs abaxada L ; o) qu¡ BC490 ; p) los BC490 ; q) vege BC485 ; r) los-arendada : sie azendada L, les vege asendada Dur. ; s) las L ; t) tals flegels : tal flagel L, tall flagell BC490, tals flagels Dur. Le sens de cette phrase m’échappe et je suis tentée de corriger en per molt que la vejan arendada, no la veuran honrada, tals flegels les seguira, où « la » renverrait à Barcelone ; u) la BC490, L ; v) ho om. 485 ; w) fet BC490 ;

19 a) en l’any LXXV : l’ayn LXXVII L , en l’any LXXVII BC490, l’ay LXXV BC485 ; b) lo BC490 ; c) sirà L ; d) de les Spanyes : de les Espanyas L, delles Spanyes BC485 ; e) honrra L ; f) hi BC490 ; g) aco om. L ; h) e om. BC485 ; i) trencada sera la liguansa feta : trencar sa ligança que serà feta L ; j) lo om. L, BC490 ; k) partida L ; l) que feta li sera om. L ; m) ab om. L ; n) socos BC485 ; o) molt add. L, tot add. BC490 ; p) recobrarat BC485, cobrat L, recobrat Dur. ;

20 a) Barchinona L, BC490, Dur. ; b) desuergoyada BC490 ; c) car restaras del tot : car estaràs tota L ; d) tota om. L ; e) la om. BC490 ; f) jorada BC485, horada Dur. ; g) tots om. L ; h) fis L, fasist BC485, fist BC490, vas fer Dur. ;

21 a) do BC485 ; b) us om. L, BC490, y Dur. ; c) lo BC490 ; d) que L, BC490 ; e) asís Dur. ;

22 a) graciós add. L ; b) se portara : serà L, se aportara BC485 ; c) l’any L : l’ayn M.IIIIL L, l’ay L BC485, l’any MCCCCL BC490 ; d) el add. L, BC490 ; e) batalles BC490 ; f) dintat BC485 ; g) en batalla om. L ; h) gran mal : ma-[non leg.] L ; i) de BC490, L ; j) de aquest : d’aquest L, BC490 ; k) demes seria lo treballar om. BC485, car add. L ;

23 a) conquistar BC490 ; b) sa va agafar : se hirà gaffar L, sira agafar BC485, sa va guaffar BC490 ; c) estols L ; d) de add. L ; e) lo dit Pedro : lo don Pedro L ; f) molt add. BC490, L ; g) longua BC490 ; h) molt add. L, BC490 ; i) la BC490 ; j) d’aquest : de aquest L, BC490 ; k) molt Napols-tinra : molt Napolls en sa obedienc¡a sera BC490, molt regnarà e Nàpols en sa obediència sirà L ;

24 a) hi add. L ; b) Apres que sa fi-sa pora appelar om. BC485 ; c) ell add. L, BC490 ; d) Cataluya BC485 ; e) el trametra : tra ell metrà L ; f) hi sira : se farà L, si fara BC490 ; g) e BC490 ; h) qui de or-fa : qu¡ d’or e de flama ffa BC490, que d’or e flama lo serà L ; i) hu de sos-anviara om. L, BC490 ; j) el fara molt foch : ell ferrà que molt foch L ; k) ensendra BC490, L, ensinrà Dur. ; l) d’or e : de or i L ; m) de add. BC490 ; n) hu om. L ; o) e om. BC490, a Dur. ; p) farà L ; q) afaenat L ; r) li’n BC490 ; s) e lo L ; t) lo L, BC490 ; u) e add. BC490 ; v) l’insercara : li cercarà L, li’n cerquara BC490 ; w) dies BC490 ; x) lo L ; y) dir add. BC485 ; z) pus L, BC490 ; aa) trenslat L, BC490 ; bb) l’ayn L ; cc) de la-Senyor om. L ; dd) Jhesu Crist add. BC490 ; ee) dies del mes add. L, [dub.] BC490 ;

25 a) Lucidari om. BC490 ;

26 a) sopregat, José RODRÍGUEZ PERTEGÁS, Anales del centro de cultura valenciana, 8, 1931, p. 11-15]; b) Quart add. V[alence, Protocolo de Jaime Ximeno] ; c) faç Pert.; d) me’n ire : meu see Pert. ; e) les trois témoins de la version en prose portent ‘mundat, mondat’ : purifié ; f) e add. V ; g) y add. Pert. ; h) e add. V ; i) corona us Pert. ; j) linpartira Pert. ; k) Alfonso Pert. ; l) qual V ; m) anudara Pert. ; n) en Pert. ; o) lo V ; p) ferrandas V, non leg. Pert. ; q) guayarla V ; r) venrra Pert. ; s) reyne Pert. ; t) Barchelona Pert. ; u) Çaragoça Pert. ; v) Barchelona’l Pert. ; w) Barchelona Pert. ; x) si V, qui portait également « hi », biffé ; y) quent Pert. ; z) eu Pert. ; aa) il est possible que ce vers soit déplacé, si l’on se fie à ce qui figure dans les versions en prose ; il devrait alors se trouver après le vers qui dit « lo fill ab gran puxança lexara » ; bb) la costança Pert. ; cc) conquestara Pert. ; dd) Barchelona Pert. ; ee) panada om. Pert. ; ff) hon estament Pert. ; gg) comprendre « fin entorns l’any MCCCL viura », selon ce qui figure dans les versions en prose? ; hh) aguayar Pert. ; ii) al V ; jj) cars V ; kk) valra V ; ll) membre Pert. ; mm) a V ; nn) hun cercara Pert. ;

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Rousseau-Jacob, « Lucidari (entre 1473 et 1495) », in L’eschatologie royale de tradition joachimite dans la Couronne d’Aragon (XIIIe-XVe siècle), Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 6), [En ligne], Mis en ligne le 17 septembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/948

Haut de page