Navigation – Plan du site

Les clercs au palais

Chancellerie et écriture du pouvoir royal (Castille, 1157-1230)
de Amaia Arizaleta

L’auteur voit dans l’écriture que pratiquent les clercs de la chancellerie royale castillane au tournant des XIIe et XIIIe siècles l’origine des premières expressions, en Castille, d’une littérature tournée vers la fiction. Son étude de l’écriture de chancellerie est proprement éblouissante : naissance et développement du phénomène, puis, tout le paysage, jusqu’ici presque inconnu, des groupes, de leurs chefs, des écoles, des rivalités, des grandes évolutions. Quelques personnalités remarquables sortent définitivement de l’ombre : Juan de Osma, récemment éclairé, en outre, par un colloque du SIREM en Sorbonne, l’étrange Mica, où Amaia Arizaleta est tentée d’entrevoir le premier transfuge ouvrant la route qui mène de la charte à l’écrit littéraire. Car tel est bien le cœur de la question, décisive et donc un peu effrayante, qu’elle aborde : le passage insensible de la belle charte à une écriture narrative qui entre en connivence avec la tradition des fictions exemplaires.
L’objet de l’ouvrage se trouve donc dans l’entre-deux de la charte et de la littérature. Mais ce que propose l’auteur, le produit de son travail, est lui-même un entre-deux de la science et de la littérature. Il y a quelque chose de littéraire en essence, quelque chose de romanesque, dans une approche, très savante néanmoins, et rigoureusement scientifique, du passé, servie par l’éclat d’une belle écriture.

Publié avec le concours d'AILP (GDRE 671, CNRS).

Couverture : Manuscrit 0341, f° 157. 
Crédits : Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris.

Informations

Collection :
Études
Éditeur :
SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083)
Mots clés :
Espagne, Moyen Age, littérature, chancellerie royale castillane, métier de clergie, Alphonse VIII, Jean d'Osma, Ferdinand III
Palabras clave :
Edad Media, España, literatura, cancillería real castellana, mester de clerecía, Alfonso VIII, Juan de Osma, Fernando III
Mis en ligne en :
mars 2010
Lieu d’édition :
Paris
Année de parution :
2010
Nombre de pages :
368 p.
Format :
21x29,7

À propos de l’auteur

  • Professeur des universités à l’Université de Toulouse-Le Mirail, responsable de l’équipe « Lemso » (Littérature médiévale et du Siècle d’Or, CNRS-UMR 5136 Framespa) et du Master recherche Études romanes, Amaia Arizaleta est membre du comité de direction de la Sociedad de Estudios Medievales y Renacentistas (SEMYR) ainsi que de plusieurs comités scientifiques de revues et de collections internationales.
    Auteur de plus de soixante-dix travaux sur la culture cléricale hispanique aux XIIe et XIIIe siècles, elle a notamment écrit La translation d’Alexandre et dirigé Poétique de la chronique ainsi que le numéro 8 de la revue Troianalexandrina consacré au Libro de Alexandre. Sa recherche porte sur l’écriture de la clergie, sur l’histoire intellectuelle médiévale hispanique et sur le paysage discursif du Moyen Âge central en Castille.  

    Catedrática de la Universidad de Tolosa, responsable del equipo « Lemso » (Literatura medieval y del Siglo de Oro, CNRS-UMR 5136 Framespa) y del Máster de investigación Estudios románicos, Amaia Arizaleta es miembro del comité de dirección de la Sociedad de Estudios Medievales y Renacentistas (SEMYR) así como de varios comités científicos de revistas y colecciones internacionales.
    Autora de más de setenta estudios sobre la cultura clerical hispánica en los siglos XII y XIII, escribió La translation d’Alexandre y dirigió Poétique de la chronique así como el número 8 de la revista Troianalexandrina dedicado al Libro de Alexandre. La escritura de clerecía, la historia intelectual medieval hispánica y el paisaje discursivo de la Edad Media central en Castilla son sus principales temas de investigación.