Navigation – Plan du site
Les clercs au palais - Amaia Arizaleta
Chapitre premier

« Il était texte, et tout autant, prétexte »

Texte intégral

  • 1   Zimmermann (2003 : I, 173).
  • 2  Je me servirai principalement de deux termes : « document » – dans son acception générale d’« écri (...)

1Ce n’est pas un hasard si ce premier chapitre porte en exergue une formule due à Michel Zimmermann, qui l’emploie dans sa belle thèse sur la documentation catalane des IXe-XIIe siècles : « Le document écrit restait un espace ouvert à la spontanéité et à la création ; il transmettait bien autre chose que l’opération matérielle dont il enregistre la mémoire. Il était texte, et tout autant, prétexte »1. Hommage à la monumentale étude du professeur Zimmermann, cette épigraphe veut également signifier que les diplômes émis par la chancellerie du royaume de Castille entre 1157 et 1230 seront analysés ici en tant que lieux de création intimement liée à la pratique même de l’écriture2.

  • 3  Pierre Toubert, dans sa préface à Zimmermann (2003 : I, ix), écrit : « Il entend débusquer, au-del (...)
  • 4  Les travaux sur les diplômes royaux léonais d’Álvarez Maurín (1993, 1994 et 2002) et surtout de Lu (...)
  • 5  Toujours en rapport avec le corpus choisi, on peut voir Sierra Macarrón (2001).
  • 6  García de Cortázar (1992), Gómez Redondo (1998), Sanz Fuentes (1992).  
  • 7  Bourgain & Hubert (2005 : 391). Pour une définition plus précise du terme « texte », Zumthor (1987 (...)

2Mon objectif n’est pas de faire dans ces pages une étude sur l’histoire des transferts culturels3, ni de tenter une analyse diplomatique, paléographique ou linguistique du corpus documentaire choisi4. Je n’essaierai pas non plus d’aborder explicitement l’histoire de l’écriture à partir des textes en question, même si une telle approche sera forcément sous-jacente aux conclusions que je serai amenée à présenter.5 Bien que ma démarche côtoie souvent le domaine de la culture et des savoirs fonctionnels auprès du monarque, à la cour castillane6, elle ne pourra se concevoir qu’à partir d’un élément essentiel : le texte, c’est-à-dire « un objet complexe que l’on tisse et l’on construit7 » – ici, le texte diplomatique dans ses caractères internes.

  • 8  Zumthor (1981 : 8).

3Les textes composés par les scribes du roi sont des produits sociaux – est-il besoin de rappeler que le texte est fait pour être consommé et, par là, pour imprégner le monde auquel il imposera son ordre –, et ce sont, avant tout, des moyens de communication, « des manifestations scripturales d’un acte de parole »8. Bien que l’on puisse estimer qu’ils ne résultèrent pas toujours d’un dialogue à plusieurs voix entre le souverain et ses vassaux, le souverain et sa cour et, singulièrement, entre le souverain et son chancelier (ou notaire), les documents de mon corpus se placent dans l’espace de la construction d’un système de pouvoir, dont ils sont de très solides colonnes. On lit dans la Chronica Naiarensis, contemporaine d’une bonne partie des documents étudiés ici, que

  • 9  Estévez Solá (1995 : 6), Chronica Naiarensis, I, 12 : « scientes illi homines quod aut igne aut aq (...)

les hommes, sachant qu’ils pouvaient périr par le feu ou par l’eau, écrivirent leurs connaissances sur deux colonnes faites de brique et de pierre, afin que ne fût pas effacé de leur mémoire ce qu’ils avaient trouvé à force de discernement9.

  • 10  Fernández Flórez (2002 : 133-134) : « No deja de sorprender, no obstante, lo lenta que fue la intr (...)
  • 11  Guyotjeannin, Picke & Tock (1993 : 15), définissent la Diplomatique (d’après le Vocabulaire intern (...)

4Le support des diplômes de la chancellerie royale était le parchemin, non pas la brique ou la pierre10 ; mais, tout comme les hommes d’avant le déluge, les scribes savaient qu’ils devaient consigner par écrit les faits et les paroles mémorables de leurs rois, afin d’en fabriquer des objets (textuels, cette fois-ci) qui résisteraient à la morsure du temps. C’est au texte diplomatique dans sa matérialité même que je m’intéresse : non à sa surface, ou aux sceaux dont il se pare, mais à sa concrétisation comme forme individualisée d’écriture. La forme lui est essentielle ; elle seule peut lui conférer validité11. Cette forme-là, architecture imposée ou inventée, je vais la suivre dans ses lignes droites, normalisées, et aussi dans ses volutes que l’on attribuerait volontiers à ce que Michel Zimmermann a nommé la spontanéité et la création du scribe médiéval.

  • 12  Escalona (2003 : 210)

5Mon raisonnement se fonde donc sur les prémisses suivantes : les documents écrits par la chancellerie castillane, entre 1157 et 1230, sont des fabriques de sens, dont le protagoniste principal est le monarque et dont l’édifice formel est susceptible d’être traité comme celui de tout autre texte élaboré avec artifice. Je mets par conséquent au même niveau, comme point de départ, le texte documentaire et les autres textes qui auraient été écrits dans le rayon d’action du monarque – tout en me réservant le droit d’admettre des caractéristiques spécifiques à chacune de ces catégories textuelles. Le diplôme de chancellerie est fonctionnel, sa nature est juridique mais aussi sociale et politique. Le document est un instrument public12 ; il ‘devient’, grâce à la solennité de sa présentation en société, comme l’a récemment rappelé Benoît-Michel Tock à propos des noms des souscripteurs,

  • 13  Tock (2005 : 141).

Ces noms […] sont apposés à un moment particulièrement solennel : celui où l’acte, et par là l’action juridique qu’il rapporte, deviennent publics parce que leur auteur manifeste son geste devant tous, parce que l’acte lui-même est présenté aux yeux de tous. Celui où l’acte assume son rôle de memoria écrite d’une action verbale et gestuelle. En quelque sorte, avant une vie d’archive, la naissance de l’acte13.

  • 14  Ancos-García (2004 : 29).

6Le texte documentaire existe par l’écriture, mais aussi par la lecture : il n’est promulgué, donc vérifié, que lorsqu’il est lu devant un auditoire. De ce fait, il se situe dans une position doublement médiane : il agit dans la relation existante entre le monarque et ses vassaux, certes, mais se place aussi au niveau des liens entre l’auteur de l’action juridique, c’est-à-dire le souverain, et l’auteur du document écrit, c’est-à-dire un membre de la chancellerie royale. Ce n’est pas tout : il se range également entre son lecteur et son public. La dépendance entre auteur, scribe, émetteur vocal et récepteur, caractéristique de la période antérieure à l’invention de l’imprimerie, est singulièrement visible dans le cas des documents de la chancellerie ; ce qu’on a pu désigner comme étant une ‘instance créatrice multiple’ semble bien être d’actualité dans le présent travail14.

  • 15  Zimmermann (2003 : 2).
  • 16  Faral (1982 : 107).
  • 17  Laurent Morelle évoquait la « musique des chartes », lors du colloque Documentos y cartularios….
  • 18  Stock (1983 : 30).
  • 19  Pérez González (1985 : 16).
  • 20  Zimmermann (2003 : 2).

7Comme tout autre texte, le document est le lieu de transformation d’énoncés venus d’ailleurs. Il est certainement, pour revenir aux paroles de Michel Zimmermann, « espace et moyen d’expression personnalisée »15. L’ornatus verborum et la qualitas dicendi que préconisait Matthieu de Vendôme pour l’obtention de la beauté formelle,16 c’est-à-dire l’élégance des mots et la qualité de l’expression des diplômes, nous intéresseront particulièrement17. Ce n’est pas pour rien que le ‘discours supérieur’ des clercs adopta la forme concrète des textes des chancelleries papales ou royales à partir du XIe siècle18. Il est certain que le savoir-faire des notaires et l’embellissement qu’ils procuraient aux textes qu’on leur commandait d’écrire jouèrent un rôle important dans leur réussite sociale, ce qui invite à comprendre la recherche artistique dont leurs diplômes témoignent comme le gage de l’individualité créatrice de leurs auteurs. Chaque scribe a marqué de ses particularités, linguistiques ou autres, les textes qu’il a rédigés19 ; je crois cependant que, tout en gardant à l’esprit la possible individuation des fonctionnaires de la chancellerie, c’est plutôt leur service au roi, et le travail d’écriture qui en découle, qui devraient relier les hommes et les textes. Certains des écrivains qu’on apercevra au long de ces pages se façonnèrent une conscience professionnelle, peut-être même une identité, qui fut le résultat de leur devoir commun : servir le monarque par l’écriture. Si personnalisation il y eut, ce fut à cause de leur ministère, c’est-à-dire leur charge, leur rôle dans la construction d’une idéologie monarchique, leur métier en fin de compte. Tout en souscrivant à l’idée que les scribes profitèrent de l’espace de liberté que les textes leur offraient, je ne suis pas sûre de trouver dans tous les documents de la chancellerie une affirmation manifeste de la créativité de ces clercs de cour : elle me semble, en revanche, s’affiner et s’affirmer dans la durée, à des périodes plus ou moins distinctes pendant lesquelles le pouvoir monarchique dut ressentir un besoin notable d’être secondé dans sa quête d’une plus grande visibilité et, par là même, d’une plus grande lisibilité. Si je me place en contrechamp du professeur Zimmermann lorsqu’il déclare que « […] l’expression culturelle n’est pas au service du projet politique ; l’une et l’autre interfèrent, s’influencent mutuellement »20, c’est parce que je suis convaincue que le projet politique déteignit sur les façons d’écrire, et que les documents du souverain, supports naturels de l’expression de pouvoir royal, furent interprétés au tournant des XIIe et XIIIe comme les lieux privilégiés de la propagande monarchique castillane.

  • 21  Idem (2003 : 174).

8Mais ceci n’enlève rien à la pertinence de la démarche de Michel Zimmermann, bien au contraire : tout incomplète qu’elle soit, mon étude voudrait s’inscrire dans le sillage d’Écrire et lire en Catalogne, ouvrage d’une densité rare. La possibilité d’étudier l’acte diplomatique pour ce qu’il est, c’est-à-dire, texte, s’impose lumineusement au lecteur du livre du professeur Zimmermann, lequel lecteur comprend que les diplômes pouvaient, eux aussi, relever d’un bonheur d’écrire21. C’est beaucoup : je chercherai les indices de ce bonheur de l’écriture dans les textes rédigés par les clercs du palais et je m’attarderai sur ceux qui paraissent éprouvé un goût véritable pour l’écriture. Ce goût-là semble, dans certains cas, avoir dilaté l’appareil rhétorique, ou bien avoir entraîné des structures semblables à celles du récit fictionnel ou encore, encouragé des pratiques poétiques au sein de la chancellerie. Le résultat de ces opérations est une série de textes formellement complexes, qui méritent qu’on s’y attarde.

  • 22  On pourrait ainsi songer à revenir à la documentation d’Alphonse VI, éditée par A. Gambra Gutiérre (...)

9Une telle écriture a sa généalogie, que je ne pourrai retracer entièrement. Les dates choisies, 1157-1230, ne couvrent que soixante et quinze ans. C’est peu, et c’est assez, je le crois, pour proposer une lecture, même fragmentaire, d’une période qui paraît se caractériser par l’emprise des souverains sur la représentation écrite du temps et des événements historiques. Il faudrait regarder en amont, vers le règne d’Alphonse VII et, aussi, vers celui d’Alphonse VI, pour comprendre comment la mise en place d’un dispositif idéologique fondé sur l’écriture de chancellerie a pu s’accomplir au tournant des XIIe et XIIIe siècles, et pour pouvoir enfin identifier les mécanismes de fonctionnement de la machine de propagande de la monarchie castillano-léonaise, d’abord, et castillane, ensuite22. L’écriture de la puissance royale ne date bien évidemment pas de 1157-1230, mais il pourrait être à ce moment là que les ouvriers d’une telle entreprise de construction et de mémoire ont accéléré leur mouvement pour satisfaire les dispositions du gouvernant, produisant des textes d’une nouvelle envergure, et ouvrant les portes aux projets d’Alphonse X – arrière-petit-fils, arrière-petit-neveu et fils des protagonistes royaux de la brève histoire que je veux raconter ici –, qui reprit le flambeau de son lignage et conduit le royaume castillano-léonais vers les larges allées de l’Histoire.

  • 23  Juan Díaz et Juan d’Osma (ou de Soria) sont la même personne. Je choisis, dans ce travail, la prem (...)

10C’est donc dans la diachronie que prend forme mon étude. Prétextes de création, les textes diplomatiques écrits par les scribes de la chancellerie entre 1157 et 1177 constituent aussi les premières stations sur le chemin qui menait à ce que j’ai appelé « la fiction de Cuenca », contemporaine à la prise de cette ville, ou bien au double prologue du Forum Conche, que je daterais de la fin du XIIe siècle, ou encore à la « fiction de Las Navas », qui remplit de nombreux eschatocoles dans les années qui suivirent cette bataille (1212). Textes préliminaires pour des édifices plus somptueux, mais toujours issus de l’espace de la chancellerie, je crois que les diplômes furent également des sortes de laboratoires où put se développer ce goût pour l’écriture dont il a été question, qui aboutit à des textes historiques ou poétiques principalement concernés par les figures du pouvoir : les chroniques, les poèmes, les traités qui contiennent des représentations du souverain au tournant des XIIe et XIIIe siècles sont l’œuvre de certains des clercs qui peupleront ces pages : Diego García, Rodrigo Jiménez de Rada, Juan Díaz23, sont les noms d’individus qui furent en étroit contact, d’une manière ou d’une autre, avec la chancellerie et avec la cour castillane. Si mon hypothèse venait à être admise, écrire en chancellerie aurait signifié aux yeux du roi et de la cour, pour ces hommes là et pour tous les auteurs anonymes qui m’intéressent aussi, la garantie de leur savoir-faire. Écrire en chancellerie aurait été le tremplin vers des écritures plus ouvertes, plus personnelles. Leur fonction de dépositaires et de connaisseurs intimes de l’écrit a pu, il me semble, se prolonger naturellement dans l’appropriation de formes longues de composition.

11Textes, prétextes, pré-textes : l’épigraphe adoptée semble effectivement convenir à cette étude sur la production écrite de la chancellerie castillane. Il s’agit là de textes, et aussi des exercices préparatoires, des possibilités béantes.

Les textes

  • 24  N’oublions pas de mentionner que deux des diplômes ont été commandés par deux reines, Aliénor, épo (...)

12Les textes analysés sont issus des chancelleries des rois castillans Sanche III (1157-1158), Alphonse VIII (1158-1214), Henri Ier (1214-1217) et Ferdinand III (1217-1230)24. Ils couvrent toute la période examinée dans cette étude, qui se découpe de ce fait en quatre temps. Le processus graduel de mise en forme des représentations de la figure royale pourra donc être saisi dans sa totalité chronologique dans le domaine de l’écriture diplomatique ; les textes de chancellerie constitueront en quelque sorte la pierre de touche de mon enquête.

  • 25  González (1960 et 1983-86).

13Ces textes ont été édités par Julio González, qui publia d’abord les diplômes des trois premiers souverains, pour publier vingt ans plus tard les diplômes de Ferdinand III, avant et après que celui-ci devienne roi de Castille et de Léon25. L’édition conjointe de la documentation de Sanche, Alphonse et Henri, tout comme le titre donné à l’ouvrage, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, ont contribué à présenter ce dernier souverain comme celui qui occupe une place centrale dans la chronologie, et aussi peut-être dans les réalisations (politiques, militaires, artistiques, intellectuelles ou autres) de la période. Nous verrons si un tel a priori est justifié ; le choix de González s’explique par le fait que ces monarques ne régnèrent qu’en Castille, ainsi que par la brièveté des règnes de Sanche et d’Henri. Il est indéniable que le règne d’Alphonse VIII fut très long, et qu’il occupe la plus grande part de l’époque étudiée.

  • 26  González (1960, II : 858-863), doc. 499 : « Data apud Saligestad per manum Ruodulfi, imperatoris a (...)
  • 27  Voir, pour l’analyse des cartulaires monastiques dans la période concernée et dans le domaine hisp (...)
  • 28  González (1960 : II, 282-283), doc. 729. Il établit une convention entre l’Ordre de Santiago et le (...)

14Il faut préciser que tous les documents édités par González ne furent pas rédigés dans les chancelleries des souverains cités. Les volumes II et III de El reino de Castilla contiennent en effet des diplômes écrits dans les chancelleries des autres royaumes hispaniques, ou dans celles de l’Empire ou du royaume d’Angleterre : un exemple bien connu est le document qui sanctionne les fiançailles de Bérengère, fille d’Alphonse, avec Conrad, fils de l’empereur Frédéric I, rédigé le 23 avril 1188 à Saligestadt par la chancellerie impériale26. Outre ces diplômes qui témoignent de l’action politique des souverains castillans hors des frontières de leur royaume, Julio González édite des documents écrits dans des scriptoria monastiques27 ; par ailleurs, des documents pourraient provenir de communautés ecclésiastiques ou bien laïques : ainsi, le document daté du 17 novembre 120228. L’espace d’écriture des textes édités dans El reino de Castilla, ma principale source pour cette partie, est donc bien globalement castillan et monarchique, mais les exceptions existent.

  • 29  Comme maigre consolation, les paroles de Pérez González (1985 : 25) : «  Se comprenderá que este e (...)
  • 30  Arribas González & García Calvo Pérez (1992), González (1985 : 19), Ostos Salcedo (1994a et b), Pé (...)
  • 31  « Los fundamentos de la Corona de Castilla : la extensión del poder real en el reinado de Alfonso  (...)
  • 32  Álvarez Borge (2008).
  • 33  C. Estepa Díez rappelle, dans l’introduction à l’ouvrage d’Álvarez Borge (2008), comment le pouvoi (...)
  • 34  Voir maintenant http://www.textoshispanicos.es. Les auteurs du CODEA sont : Pedro Sánchez-Prieto B (...)
  • 35  « Es conocida la idea de que los documentos tienen un valor escaso para la historia de la lengua p (...)
  • 36  Le projet « Edición y estudio lingüístico de los documentos medievales de la catedral de Toledo » (...)
  • 37  On se référera également à la très belle étude d’Hernández (2009), dont les conclusions (p. 286-28 (...)

15Julio González n’a pas édité tous les documents confirmés par les monarques castillans, et bon nombre des diplômes ne sont arrivés jusqu’à nous que sous forme de copies tardives, ou même des faux. Il m’aurait fallu travailler uniquement sur les originaux, à plus forte raison lorsque l’on sait combien les erreurs de transcription de l’édition de González sont abondantes, pour ne pas parler des errata. On ne serait pas en tort de reprocher à mon enquête d’être minée dès le départ. Cela dit, mon objet se veut panoramique, et que j’aimerais croire que l’inexactitude de quelques points ne saurait cacher l’éventuelle justesse d’une vision d’ensemble.29 Quoiqu’il en soit, María Soledad Arribas González et Rosa María García Calvo Pérez, Pilar Ostos Salcedo, Maurilio Pérez González, María Josefa Sanz Fuentes ont comblé en grande partie les lacunes de l’édition de El reino de Castilla, corrigeant les mauvaises lectures là où c’est nécessaire30. Il faudra cependant attendre la publication des résultats de la vaste enquête dirigée par Carlos Estepa Díez, dans le cadre du projet « Les fondements de la Couronne de Castille : l’extension du pouvoir royal pendant le règne d’Alphonse VIII (1158-1214) »31, dont l’un des objectifs est précisément de mettre à jour l’étude de Julio González. Grâce au récent travail d’Ignacio Álvarez Borge32, nous disposons aujourd’hui d’une analyse documentaire d’ensemble qui a pour ambition d’examiner le rôle d’agents politiques tels que l’Église, la noblesse, les villes, les institutions de l’administration territoriale ; cet ouvrage fondamental vient compléter les pages que je présente ici, où je fais le pari d’étudier la dimension littéraire des diplômes royaux33. Enfin, on ne saurait oublier l’outil extraordinaire qu’est le Corpus des documents espagnols antérieurs à 1700 (CODEA), élaboré par le Groupe de Recherche sur les Textes pour l’Histoire de l’Espagnol (GITHE), dirigé par Pedro Sánchez-Prieto Borja34. Le CODEA propose « un cadre empirique pour l’étude d’une langue », et accorde une importance significative aux documents officiels issus des chancelleries péninsulaires35 ; on signalera que de très nombreux documents qui configurent ce corpus proviennent des fonds de la Cathédrale de Tolède36. Mon corpus, établi avec antériorité à la publication du CODEA et de la monographie d’Álvarez Borge, devra évidemment être corrigé. On se limitera donc à conclure que la recherche sur le règne d’Alphonse VIII de Castille et sur les documents émanés de sa chancellerie a connu un très grand essor dans les dernières années, et que les conclusions que je suggère dans ces pages sont par conséquent forcément provisoires et perfectibles37.

  • 38  Le très jeune Henri Ier, sous la houlette des Lara, de Rodrigo Jiménez de Rada et de sa soeur Bére (...)

16Pour terminer cette présentation du corpus traité, il serait bon de tenter une description chronologique, linguistique et fonctionnelle des textes. Pour ce qui est des dates et du nombre de documents correspondant à chacun des quatre temps énumérés, il convient de rappeler que la quantité de textes écrits sous les gouvernements de Sanche, Alphonse, Henri et Ferdinand varie beaucoup selon la longueur de leurs règnes. Aussi, l’éventuelle emprise de chaque souverain dans l’écriture des actes de son pouvoir ne nous sera que relativement concevable : il se pourrait que, par exemple, Sanche III ait tenu à interagir avec ses notaires, mais que les traces de cette association ne soient pas visibles dans l’écriture de quelques brèves années38.

  • 39  Álvarez Borge (2008 : 28, tableau 1) donne le chiffre de 49 documents.
  • 40  Recuero Astray (1979 : 191) : « Su hijo primogénito [de Alfonso VII], Sancho, rey de Nájera » ; He (...)
  • 41  Sanche serait né en 1133 (González 1960 : I, 137).  

17González édite cinquante documents de Sanche39, prenant le parti de publier non seulement les diplômes corroborés par celui-ci alors qu’il portait la couronne de Castille, mais également ceux qui datent de la période où il avait reçu de son père la cession du royaume de Nájera40. Le premier document publié est daté du 22 avril 1145, alors qu’il était un enfant d’environ 12 ans. Si l’on croit Julio González, Sanche figurait dans les documents comme rex déjà en 113941.

  • 42  Pérez González (1987 : 133) distingue le « latin médiéval de la chancellerie » du « latin médiéval (...)
  • 43  Pour la notion de scripta, Banniard (1989 : 193). Pour Wright (2002b), il s’agit d’une nouvelle fa (...)
  • 44  Fuero : « En Castille, ensemble de coutumes par lesquelles une communauté se régit. Certaines de c (...)

18Tous les diplômes de Sanche III sont en latin42, bien que plusieurs parmi eux contiennent des fragments dans la scripta vernaculaire43. Quant aux affaires traitées, il s’agit pour la plupart de documents de donation, cession, confirmation ou protection : sont concernés l’Eglise (31), des individus (9), des concejos (3), les Ordres militaires (3). Deux sont des traités de paix avec l’Aragon et avec León, deux autres sont des fueros44.

  • 45  Álvarez Borge (2008 : 38-39, tableau 2) réduit le chiffre à 910 documents ; il précise, p. 39 : « (...)
  • 46  Ostos Salcedo (1994b : 3) affirme : « Si seguimos lo indicado por J. González y consideramos tambi (...)
  • 47  Lomax (1971) avait affirmé que seuls trois documents d’Alphonse VIII étaient rédigés en langue ver (...)
  • 48  Álvarez Borge (2008 : 63-129).
  • 49  Selon les calculs de Pérez González (1985 : 26-27), qui devront sans doute être modifiés d’après l (...)

19Les diplômes de la chancellerie d’Alphonse VIII sont bien plus nombreux que ceux de son père : 927 documents datés45, de novembre 1159 au 21 juillet 1214, et 24 documents non datés46. La plupart d’entre eux sont écrits en latin ; d’autres le sont dans la scripta vernaculaire ; d’autres, enfin, sont rédigés dans la langue vernaculaire, même s’ils conservent souvent protocole et eschatocole en latin47. Ce sont-là des diplômes qui garantissent des donations, confirmations, cessions, ventes, échanges, dévolutions, etc. Le plus grand nombre concerne l’Église :48 autour de 65 % des documents ; 18 % des textes concernent des individus, 14 % des concejos ou des villes49. Une centaine de documents profitent aux Ordres militaires ; finalement, une quarantaine de fueros (que ce soient des privilèges originels ou des confirmations) figurent dans la collection, ainsi que trente-deux diplômes à caractère international, tels que des traités de paix ou de trêve, des documents d’arbitrage, ou bien des lettres.

  • 50  Álvarez Borge (2008 : 53) réduit le chiffre à 52.

20Pour ce qui est de la chancellerie d’Henri Ier, González édite 56 documents50, datant de 1214 à 1217. Sont concernés l’Église (32), des individus (8), des concejos (9), les Ordres militaires (5). La collection diplomatique comporte aussi un traité de paix et une lettre à Innocent III. Tous les documents sont en latin.

  • 51  Enfin, Álvarez Borge (2008 : 53) compte 124 documents émis par la chancellerie de Ferdinand III en (...)
  • 52  Doc. 9, 29, 75, 90, 95, 169, 183, 227, 235, 246, 262 et 263. Voir MacDonald (1997). Pour une mise (...)
  • 53  González (1983-86 : 531-555).

21Pour finir, Julio González édite dans sa collection de diplômes de Ferdinand III, 267 documents correspondant à la période où il ne régna que sur León51. Les documents sont datés du 6 septembre 1217 au 25 mai 1230, le document suivant (du 7 novembre 1230) étant signé ego Ferrandus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, Legionis et Gallecie. La plupart des diplômes de la chancellerie de Ferdinand jusqu’à son avènement comme souverain des deux royaumes sont en latin, mais une douzaine sont en langue vernaculaire52. La moitié des documents émis jusqu’en 1230 sont des confirmations de privilèges dont le bénéficiaire principal est l’Église. On y trouve aussi des fueros etdes donations aux concejos et aux Ordres militaires, tandis que la représentation des particuliers y est minime53.

  • 54  La titulature des quatre rois présente quelques variantes. Pour une bonne mise au point diachroniq (...)

22Au total, les documents analysés sont au nombre de 1334. Tous ne présentent pas le même intérêt pour l’étude des pratiques d’écriture destinées à la représentation monarchique. Néanmoins, tous témoignent de ce que l’espace castillan est l’espace de consolidation croissante du pouvoir de Sanche III et de ses descendants, au travers desquels l’héritage d’Alphonse VII reprit la forme d’une royauté conquérante. Ils prouvent aussi que l’espace d’ancrage d’une telle construction fut l’écrit. Un seul argument, pour l’instant : le nom du roi apparaît au moins trois fois dans un diplôme, dans la suscription initiale, dans la corroboration, et dans le signum regis. Dans les deux premiers espaces de nomination royale, la voix du monarque s’installe au sein du texte à la première personne : « ego […], Dei gratia rex Castelle et Toleti54, […] ego rex […] roboro et confirmo ». La réunion de plusieurs diplômes, qu’ils aient été rédigés le même jour ou qu’ils aient été conservés ensemble, devait laisser entendre le nom du souverain, c’est-à-dire la représentation la plus nette de son autorité, un bon nombre de fois. Le nom royal résonnait sans doute dans les oreilles de ceux qui participaient à la réception des textes de la chancellerie, lorsqu’il étaient lus à haute voix. Le nom du roi remplissait l’espace de son pouvoir, le modelait :

  • 55  Bedos-Rezak (1992 : 27) : « The ceremonials of early medieval chanceries involved a manipulation o (...)

Les cérémonials des chancelleries médiévales du Moyen Âge entraînaient une manipulation des textes et des images selon des combinaisons dont la répétition devint l’un des instruments qui assuraient la continuité de la royauté. Le pouvoir de l’individu comme gouvernant était étroitement dépendant de l’existence de ces patrons. Les formules et les répétitions peuvent impliquer un clivage culturel et une perte de sens. Mais la présence récurrente de l’image et de l’écrit du roi donna à voir la marque d’une autorité supérieure, qui transférait des notions relatives à la hiérarchie transcendantale vers les principes d’organisation de la domination terrestre55.

  • 56  Zimmermann (2001).
  • 57  Nous ne savons rien sur l’éventuelle existence d’archives monarchiques pour la période qui nous in (...)

23Ces paroles de Brigitte Bedos-Rezak conviennent parfaitement aux questions qui nous occupent dans ces pages. Les chartes, rédigées à partir de formulaires56, extrayaient leur sens de leur nature répétitive. Elles étaient créées pour s’adapter à la parole d’autorité – souvenons-nous, le palais est le lieu où le roi parle à ses hommes. Ces pièces existaient dans l’oralité, disant la puissance temporelle, inventoriant les biens octroyés, cédés ou échangés par les monarques, exposant la loi donnée ou confirmée, les paix signées, réunissant ainsi un éventail textuel des largesses royales, de la justice monarchique ou des actions guerrières des souverains. Le rôle de chacun des diplômes était administratif et utilitaire, symbolique et commémoratif aussi. Les souverains castillans ne semblent pas s’être souciés de les conserver dans des archives monarchiques57. Cependant, même en nous posant la question de savoir si ces diplômes peuvent être considérés comme des objets de mémoire, il est possible de croire qu’ils façonnèrent l’imaginaire social, pour en faire le lieu où le roi formalisait sa puissance.

  • 58  Sur ces questions, Clanchy (1993).
  • 59  Palazzo (1997).
  • 60  González (1960 : II, 108-109), doc. 61, du 6 août 1164. Le roi donne au moine Rodrigo l’église de (...)

24C’est pourquoi j’aimerais suggérer que les documents rédigés par les clercs créèrent le sentiment que le roi « possédait » l’écrit, et qu’en publiant des privilèges, en confirmant une donation, en donnant son aval au bornage d’un terrain, non seulement il gouvernait, mais il faisait écrire le livre de son gouvernement58. Que les récepteurs de ces textes-là, en écoutant chacune des pièces diplomatiques, étaient conscients de prendre connaissance de divers épisodes du livre royal, où l’on exposait les actions d’autorité exercées par le monarque, les attitudes des membres de la curia, les relations avec les autres royaumes. Lieux de savoir et de pouvoir, chacun des diplômes devait être considéré comme un véritable trésor59, comme l’une des reliques les plus précieuses de l’autorité des souverains. Je peux me tromper, toutefois : dans ce cas, ces entrefilets de la vie des souverains nous permettent au moins d’apprendre les petites choses de la royauté, les détails du métier de roi ; après tout, si l’on ne feuilletait pas les chartes, comment saurait-on que le jeune roi Alphonse VIII avait reçu des noisettes de l’un de ses vassaux, et que celui-ci avait jugé cette offrande si notable qu’il l’avait faite consigner par l’écrivain du roi60 ?

Haut de page

Notes

1   Zimmermann (2003 : I, 173).

2  Je me servirai principalement de deux termes : « document » – dans son acception générale d’« écrit qui sert de preuve ou de renseignement » – et « diplôme » : voir Guyotjeannin, Picke & Tock (1993 : 25), « ‘Diplôme’ : acte émanant d’un souverain ». Il importe de préciser que je n’ai pas tenu compte ici de la typologie documentaire (González 1983-86 : 513-531 ; Ostos Salcedo 1994a et b) : les différences entre privilèges, mandats, lettres ouvertes ont été considérées comme non-pertinentes pour mon analyse.

3  Pierre Toubert, dans sa préface à Zimmermann (2003 : I, ix), écrit : « Il entend débusquer, au-delà des dialectiques simplistes où se complaît si souvent l’histoire des transferts culturels […], les mécanismes concrets et complexes de l’apprentissage, des modes de transmission des savoirs opérants, des écarts - voulus ou inévitables - entre l’expression et les concepts, entre la langue parlée et la mise en forme écrite dans ce latin vivant, c’est-à-dire encore proche et déjà en voie d’éloignement ».

4  Les travaux sur les diplômes royaux léonais d’Álvarez Maurín (1993, 1994 et 2002) et surtout de Lucas Álvarez (1993) sont le point de départ obligé pour toute recherche portant sur les actes royaux dans la Péninsule. Pour des études partielles des diplômes émis par les chancelleries castillanes entre 1157 et 1230, du point de vue de la diplomatique, voir García Valle (1999) et Fernández Flórez (2002). Pour l’approche paléographique, voir Sáez (1998 et 1999). Pour l’approche linguistique, voir Díez de Revenga Torres (2003), Lomax (1971), MacDonald (1997), Rubio García (1981), Pérez González (1985, 1987 et 1988) et Wright (1989, 2000, 2001, 2002b et c). De grand intérêt est la très complète étude d’Hernández (1999).

5  Toujours en rapport avec le corpus choisi, on peut voir Sierra Macarrón (2001).

6  García de Cortázar (1992), Gómez Redondo (1998), Sanz Fuentes (1992).  

7  Bourgain & Hubert (2005 : 391). Pour une définition plus précise du terme « texte », Zumthor (1987 : 246) : « le texte : séquence linguistique tendant à la clôture, et telle que le sens global n’est pas réductible à la somme des effets de sens particuliers produits par ses composants successifs ».

8  Zumthor (1981 : 8).

9  Estévez Solá (1995 : 6), Chronica Naiarensis, I, 12 : « scientes illi homines quod aut igne aut aquis perire poterant, in duabus columpnis ex latere et lapide factis studia sua conscripserunt, ne memoria delerentur que sapienter inuenerant ».

10  Fernández Flórez (2002 : 133-134) : « No deja de sorprender, no obstante, lo lenta que fue la introducción de la nueva materia escriptoria en el Occidente peninsular (quizá no antes del reinado de Fernando III), como, en general, en toda Europa ; sobre todo si se tiene en cuenta que ya se venía elaborando en Játiva por lo menos desde los años medios del siglo XII. El papel, que sólo comenzará a disputarle el campo al pergamino en los años medios del siglo XIII, todavía seguirá siendo poco utilizado en las últimas decadas de dicha centuria, pero va a contribuir a la evolución de ciertos tipos documentales y a la aparición de otros nuevos ».

11  Guyotjeannin, Picke & Tock (1993 : 15), définissent la Diplomatique (d’après le Vocabulaire international de diplomatique) comme « la science des actes écrits, où se trouvent consignés soit l’accomplissement d’un acte juridique, soit l’existence d’un fait juridique, soit encore éventuellement un fait quelconque dès lors que l’écrit est rédigé dans une certaine forme propre à lui donner validité ».

12  Escalona (2003 : 210)

13  Tock (2005 : 141).

14  Ancos-García (2004 : 29).

15  Zimmermann (2003 : 2).

16  Faral (1982 : 107).

17  Laurent Morelle évoquait la « musique des chartes », lors du colloque Documentos y cartularios….

18  Stock (1983 : 30).

19  Pérez González (1985 : 16).

20  Zimmermann (2003 : 2).

21  Idem (2003 : 174).

22  On pourrait ainsi songer à revenir à la documentation d’Alphonse VI, éditée par A. Gambra Gutiérrez dans sa thèse doctorale, La colección diplomática de Alfonso VI (1065-1109), Universidad Complutense de Madrid, 1991 (publiée maintenant sous le titre Alfonso VI. Cancillería, curia et imperio, León : Universidad, 1997-199), ou à celle d’Urraca, objet de la thèse d’Irene Ruiz Albi, Cancillería y colección diplomática de la reina doña Urraca (1109-1126), Universidad de Valladolid, 2002. La documentation d’Alphonse VII a été scrupuleusement étudiée par Lucas Alvárez (1993).

23  Juan Díaz et Juan d’Osma (ou de Soria) sont la même personne. Je choisis, dans ce travail, la première des ces identités (voir infra). Par commodité, je prends le parti de ne traduire en français que les noms de rois, des reines et des papes, ainsi que le nom de certaines villes dont il sera question dans cette étude.

24  N’oublions pas de mentionner que deux des diplômes ont été commandés par deux reines, Aliénor, épouse d’Alphonse VIII, et Bérengère, fille de la première et mère de Ferdinand III : le 30 avril 1179, Gil, chancelier de la reine, fait écrire un document pour Aliénor (« Egidius, cancellarius regine, hoc scribere fecit »), par lequel elle prend sous sa protection l’autel de saint Thomas Becket à la cathédrale de Tolède ; le 4 juin 1229, Juan de Aza met par écrit une donation de Bérengère à l’Ordre de Calatrava. Voir Annexe 2. La lettre de Bérengère à sa soeur Blanche, épouse de Luis VIII et reine de France, à l’occasion de la victoire de Las Navas de Tolosa, fait aussi partie du corpus (González 1960 : doc. 898). Voir Hernández (2003b).

25  González (1960 et 1983-86).

26  González (1960, II : 858-863), doc. 499 : « Data apud Saligestad per manum Ruodulfi, imperatoris aule prothonotarii, presente Iohanne, imperalis aule cancellario ».

27  Voir, pour l’analyse des cartulaires monastiques dans la période concernée et dans le domaine hispanique, Martin (1989b) ou Escalona (2003) ; pour le Midi de la France, Chastang (2001).Sur la rédaction des documents ecclésiastiques, voir Riesco Terrero (1995). Enfin, voir Pérez-Embid (1986) pour quelques informations sur la réalité concrète des donations aux monastères.  

28  González (1960 : II, 282-283), doc. 729. Il établit une convention entre l’Ordre de Santiago et le concejo de Ocaña [concejo : « communauté jouissant d’important pouvoirs d’autogestion et territoire sur lequel s’étend sa juridiction » ; cf. Baloup, Denjean & Boissellier (2003 : 295)]. Le rédacteur signe « Iohannes castellanus me scripsit » ; il me semble qu’il pourrait aussi bien faire partie de l’Ordre que du concejo. En ce qui concerne l’adjectif  de « nationalité » de ce scribe, voir les commentaires de Wright (2002a).

29  Comme maigre consolation, les paroles de Pérez González (1985 : 25) : «  Se comprenderá que este estudio de la documentación y sus transcripciones responden a la necesidad, para todo filólogo que quiera acometer un trabajo lingüístico, de contar con un texto fijado y fiable. No obstante, no hemos podido revisar la totalidad de los documentos de la cancillería de Alfonso VIII por diversas razones : algunos documentos originales han desaparecido desde 1960, fecha de la publicación de la citada obra de Julio González, a la actualidad ; otros se encuentran mal citados ; etc ».

30  Arribas González & García Calvo Pérez (1992), González (1985 : 19), Ostos Salcedo (1994a et b), Pérez González (1985 : 19-24), Sanz Fuentes (1992).

31  « Los fundamentos de la Corona de Castilla : la extensión del poder real en el reinado de Alfonso VIII (1158-1214) » (HUM2005-03424), dirigé par Carlos Estepa Díez.

32  Álvarez Borge (2008).

33  C. Estepa Díez rappelle, dans l’introduction à l’ouvrage d’Álvarez Borge (2008), comment le pouvoir royal trouve son expression dans une ‘politique de la chancellerie’.

34  Voir maintenant http://www.textoshispanicos.es. Les auteurs du CODEA sont : Pedro Sánchez-Prieto Borja, Belén Almeida Cabrejas, Cristina Castillo Martínez, Rocío Díaz Moreno, Carmen Fernández López, Bautista Horcajada Diezma, Rocío Martínez Sánchez, Carlos Martín Sánchez, José Manuel Lucía Mejías, Ruth Miguel Franco, Florentino Paredes García, José Luis Ramírez Luengo, María Simón Parra, Mª Jesús Torrens Álvarez, Irene Vicente Miguel. J’ai grand plaisir à remercier Pedro Sánchez-Prieto Borja de m’avoir communiqué les résultats de cette vaste enquête.

35  « Es conocida la idea de que los documentos tienen un valor escaso para la historia de la lengua por su carácter fuertemente convencional, estereotipo que se aplica sobre todo al documento público, en el sentido en el que se usa el término en diplomática. Sin embargo, el manejo de amplios fondos de esta tipología demuestra que, más allá de la parte protocolaria, estas fuentes deparan sorpresas al investigador atento en todos los campos antes señalados, y en ciertos aspectos, como el de la historia de la escritura, pero también en la sintaxis, resultan imprescindibles para conocer los procesos evolutivos, por marcar muchas veces tendencias que, en mayor o medida, fueron seguidas en otros ámbitos de producción documental, como el de los notarios públicos, eclesiásticos o incluso, a la larga, particulares ». Voir la présentation du corpus dans http://demos.bitext.com/codea.

36  Le projet « Edición y estudio lingüístico de los documentos medievales de la catedral de Toledo » (HUM2006-04767/FILO), dirigé par Pedro Sánchez-Prieto Borja, est également d’une importance essentielle pour mon propos. Voir Sánchez-Prieto Borja (2007).

37  On se référera également à la très belle étude d’Hernández (2009), dont les conclusions (p. 286-287) sont d’une importance extrème pour l’histoire de l’écriture et de la culture castillanes : « Several impulses from learned circles (monastic scriptoria, urban notaries, royal chancery, Mozarabic priests, Jewish soferim) contributed to pro-duce the code that eventually crystallized during the rst half of the thirteenth century, but I would argue that the initial spark came from Languedoc and was transmitted by an international monastic network […] the same model can be applied to the transmission of a Romance code in Castile. Once the idea took hold, it was adapted to the linguistic conditions of the local population, which included substantial Jewish communities in diferent parts of the realm ».

38  Le très jeune Henri Ier, sous la houlette des Lara, de Rodrigo Jiménez de Rada et de sa soeur Bérengère, ne put probablement pas avoir d’influence véritable sur les affaires du royaume.

39  Álvarez Borge (2008 : 28, tableau 1) donne le chiffre de 49 documents.

40  Recuero Astray (1979 : 191) : « Su hijo primogénito [de Alfonso VII], Sancho, rey de Nájera » ; Hernández (1999 : 136) : « El malogrado rey Sancho había empezado a ‘correinar’ con su padre antes de la muerte de éste, titulándose ‘rey de Castilla y vasallo del Emperador’ ».

41  Sanche serait né en 1133 (González 1960 : I, 137).  

42  Pérez González (1987 : 133) distingue le « latin médiéval de la chancellerie » du « latin médiéval notarial » : « […] aquél es más ‘correcto’, menos condicionado por la realidad lingüística romance; éste es más cercano al latín popular o ‘arromanzado’ […] El latín medieval cancilleresco es el latín medieval documental procedente de las cancillerías reales y, antes de existir estas organizadamente, de la corte de los reyes y nobles más importantes ».

43  Pour la notion de scripta, Banniard (1989 : 193). Pour Wright (2002b), il s’agit d’une nouvelle façon d’écrire la langue vernaculaire contemporaine, où les graphies latines représentent des sons de la langue vernaculaire ; il ajoute (148) : « in the Romance areas they invented a new way of writing their language first, and then only some time afterwards did they begin to think that the two ways of writing, the traditional and the new, were in effect the written representations of two systematically separate languages ». Les opinions sont contrastées sur ce sujet : pour un avis contraire à celui de Wright, Álvarez Maurín (1993), pour qui la langue des documents de la chancellerie est un « registro escrito artificial [que] intenta acercarse al del latín ».  

44  Fuero : « En Castille, ensemble de coutumes par lesquelles une communauté se régit. Certaines de ces coutumes ont été officialisées ou octroyées par la monarchie », cf. Menjot (2001 : 245-246).

45  Álvarez Borge (2008 : 38-39, tableau 2) réduit le chiffre à 910 documents ; il précise, p. 39 : « Fuente : Elaboración propia a partir de J. González, Alfonso VIII, t. 2 y 3, completado con la documentación conservada de la zona. Incluyo todos los documentos publicados por J. González pero excluyo los que no son donaciones o confirmaciones : tratados de paz, cartas de arras, testamentos, etc. Incluyo en su año correspondiente los documentos que J. González publicó como ‘Adición’. Excluyo el documento 929, sin fecha, puesto que en realidad corresponde a Fernando III en 1222 ». Carlos Estepa Díez, dans la communication présentée le 25 février 2010 au colloque Documentos y cartularios…,  intitulée « Los actores secundarios : confirmantes y relaciones de poder », corrige encore et porte le chiffre des documents émis par la chancellerie d’Alphonse VIII à 963, tenant compte de diplômes publiés postérieurement, d’autres documents inédits, retirant de l’ensemble proposé par J. González quelques faux (par exemple, le for d’Arroyal, dont il sera question plus loin).

46  Ostos Salcedo (1994b : 3) affirme : « Si seguimos lo indicado por J. González y consideramos también como tales los que llevan una interrogación, los originales suman unos 381, no llegan, por consiguiente, al 50% de lo conservado de este reinado. Y observamos, además, que éstos son menos abundantes en los primeros años del reinado que después, ya que en el primer período de la cancillería constituyen una cuarta parte del total de los documentos, mientras que en los restantes alcanzan la mitad de la producción conservada ».

47  Lomax (1971) avait affirmé que seuls trois documents d’Alphonse VIII étaient rédigés en langue vernaculaire ; Rubio Garcia (1981) corrige et augmente ce nombre à six ; enfin, Pérez González (1988) corrige à nouveau et ajoute trois autres documents : au total, huit documents seraient écrits en langue vernaculaire (doc. 315, 632, 729, 782, 882, 889, 905, 925). Mais il faut corriger encore : pour une dernière mise au point concernant le Fuero d’Uclés (doc. 315) et d’autres fors (parmi lesquels celui de Zorita de los Canes), voir Wright (2000 : 114-115).

48  Álvarez Borge (2008 : 63-129).

49  Selon les calculs de Pérez González (1985 : 26-27), qui devront sans doute être modifiés d’après les travaux de Carlos Estepa Díez.

50  Álvarez Borge (2008 : 53) réduit le chiffre à 52.

51  Enfin, Álvarez Borge (2008 : 53) compte 124 documents émis par la chancellerie de Ferdinand III entre 1217 et 1220.

52  Doc. 9, 29, 75, 90, 95, 169, 183, 227, 235, 246, 262 et 263. Voir MacDonald (1997). Pour une mise au point sur les fueros de Guadalajara et Santander, voir Wright (2000 : 115).  

53  González (1983-86 : 531-555).

54  La titulature des quatre rois présente quelques variantes. Pour une bonne mise au point diachronique et lexicale, Manchón Gómez (2002).

55  Bedos-Rezak (1992 : 27) : « The ceremonials of early medieval chanceries involved a manipulation of textes and images in formulaic combinations the repetitive use of which became instrumental in assuring the continuity of kingship. The power of the individual as ruler indeed came to be closely bound up with the very existence of such patterns. Formulae and repetitions may imply cultural gap and loss of meaning. The recurrent presence of the king’s image and script, however, made visible the mark of a superior authority, translating notions of transcendental hierarchy into organizing principles of earthly domination ».

56  Zimmermann (2001).

57  Nous ne savons rien sur l’éventuelle existence d’archives monarchiques pour la période qui nous intéresse. Lucas Álvarez (1993 : 504) suggère qu’un système d’archivage aurait pu exister et signale que nombre de traités concernant le royaume léonais sont conservés dans l’archive de la cathédrale de Léon, ce qui fait penser que la chancellerie royale aurait pu considérer cet espace-là comme étant celui où elle pouvait garder les documents qu’elle émettait. Sauf erreur de ma part, le lieu d’archivage général des diplômes des rois castillans n’est pas connu ; González (1960, I : 671) commente par exemple comment le texte du Traité de Sahagún, signé en mai 1158 entre Ferdinand II de León et Sanche III de Castille, fut archivé à Santa María de Husillos. Voir aussi Sáez (1999).

58  Sur ces questions, Clanchy (1993).

59  Palazzo (1997).

60  González (1960 : II, 108-109), doc. 61, du 6 août 1164. Le roi donne au moine Rodrigo l’église de Santa Juliana de Valdeboniel. Après la souscription du scribe Martin, on lit : « Ego Rodericus dedi regi Adefonso in roboratione de avellanas unum vas plenum ». Voir Hernández (1999 : 133, note 2) : « El uso de prendas rituales para ratificar pactos orales desaparece con la invasión de pactos escritos […], pero en algunos de éstos sobrevive el recuerdo de los métodos de la oralidad analfabeta. Tal es el caso del vaso repleto de avellanas que el joven Alfonso VIII recibe in roboratione de un monje de la montaña palentina a quien confirma la posesión de una iglesia en agosto de 1164 ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaia Arizaleta, « « Il était texte, et tout autant, prétexte » », in Les clercs au palais, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 22 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/194

Haut de page