Navigation – Plan du site
Les clercs au palais - Amaia Arizaleta
Chapitre quatrième

Le bonheur d’écrire

Texte intégral

I. Poussière d’auteurs

  • 1  Cf. C. Croizy-Naquet, Écrire l’histoire romaine au début du XIIIe siècle, Paris : Honoré Champion, (...)
  • 2  Pour les motifs épiques et romanesques (la catégorisation étant malaisée, puisque le roman utilise (...)

1Nous avons étudié l’insertion de modules narratifs dans les diplômes, tenté de comprendre leur genèse, leur production, leur fonction. La narrativité des textes documentaires semble désormais acquise, tout comme le fait que leurs auteurs ont fait revivre le matériau historique grâce à l’usage de procédés d’écriture propres à la fiction. Ces clercs ont élaboré de la sorte un programme thématique, et mis en place « un horizon d’attente et un système de valeurs propres à l’époque de [l’auteur] et inhérents à l’imaginaire collectif médiéval »1. La présence de motifs épico-romanesques dans nos textes n’a en effet rien de particulier2, ces motifs s’adaptant parfaitement à la figuration d’une monarchie héroïque dont le soubassement est l’image d’Alphonse VIII, représenté comme étant le mieux investi du pouvoir divin et le plus actif des quatre souverains qui gouvernèrent la Castille entre 1157 et 1230. La matière épique, naturelle dans le contexte des victoires, sièges de forteresses et libération de villes, s’accommode dans les documents de la chancellerie d’autres caractéristiques de l’épopée, comme le caractère plat des personnages – Alphonse y est dépeint en héros chrétien, les diplômes ne cherchant pas à approfondir son portrait –, ou même la structure épisodique de la narration, puisque les récits émaillent des textes qui existent dans le présent de leur validation mais aussi dans la durée. Ces motifs sont de caractère informatif et ils sont censés agir sur le réel. Les textes diplomatiques véhiculent une matière dont l’authenticité dépend de la visualisation du présent et du passé récent : les aventures des rois castillans étaient certes destinées à se fixer sur la mémoire collective par l’intermédiaire de l’écriture qui sauvegarde la mémoire, mais elles devaient surtout fonctionner dans le hic et nunc, ainsi que dans la remémoration d’événements qui s’étaient déroulés au temps des ancêtres directs des monarques. Le plus lointain des aïeux invoqués est Alphonse VII, l’Empereur ; le passé des diplômes castillans est jeune.

  • 3  Fleischman (1983).

2Les hommes de la chancellerie composèrent des objets textuels qui répondaient à des modèles formels restreints et à des objectifs administratifs et politiques peu enclins, en principe, à l’innovation. Ils s’arrangèrent cependant pour faire de ces espaces d’écriture le lieu d’architectures admirables, qu’elles fussent simples – comme c’est le cas des diplômes – ou complexes – comme il arrive dans le prologue au Forum Conche, ou dans la CRC, issue des mains de l’un de ces clercs. Ces auteurs dirent leur vérité par le soin qu’ils accordèrent à leur récit. C’est pourquoi j’ai choisi de finir cette étude par l’analyse discursive de deux des pièces de mon corpus qui témoignent sans aucun doute du bonheur ressenti par ces hommes lorsqu’ils écrivirent ces textes. Mon postulat de départ est simple, il reprend mon argumentation initiale : la chancellerie était le lieu où des clercs se réunissaient au palais, pour écrire. Ces individus-là disposaient de la technique scripturale, se trouvaient au bon endroit au bon moment, servaient leur roi par leur savoir. Si les preuves de leur activité esthétique n’existaient pas, j’accepterais volontiers la possibilité que mon approche fût excessivement optimiste : il pourrait sembler excessif d’affirmer que les écrivains du roi composèrent des contes ou choisirent l’ornementation plutôt que l’efficacité, ce que je me dispose à faire sous peu. Les preuves d’une telle préférence pour le plaisir d’écrire existent, cependant. Nous avons constaté l’existence, au sein de la chancellerie, d’un labeur spécifique, d’une recherche thématique et formelle et de contenus, d’une volonté de satisfaire les attentes des élites. Nous allons confirmer que le discours du désir, ou de l’imaginaire, pénètre la narration de faits réels auxquels on a donné la forme et la cohérence de fictions3 ; que la concentration de ressources formelles remplace, le temps de composer un prologue à un code de loi, l’objectif de proposer une information pragmatique. Ces écritures sont l’œuvre des hommes de la chancellerie ; est-il trop hasardeux de supposer que l’ambition des monarques était partagée, et favorisée, par ces clercs ? Je ne le crois pas ; je crois que la chancellerie fut un ouvroir de littérature – au moins au temps d’Alphonse VIII, probablement aussi au temps de Ferdinand III.

  • 4  Molinié (2004 : 53).
  • 5  Idem : 55.
  • 6  Sur la « perspective documentaire » du Poème de Benevivere, voir Rico (1985 : 129-135) et, surtout (...)

3Il ne s’agira pas dans les pages qui suivent de défendre le régime de littérarité des textes qui y seront analysés. Nous savons qu’il ne suffit pas d’identifier le littéraire au fictionnel, pas plus qu’au narratif4. Si nous comparons les textes de la chancellerie castillane avec d’autres, plus ou moins directement liés à cet espace, comme le Poème de Benevívere, ou même la CRC, ils nous paraîtront nullement littéraires ou, dans le meilleur des cas, très peu littéraires. Il a été dit que « l’historiographie ne nous paraît pas aujourd’hui relever que faiblement d’un régime de littérarité »5 ; comment intercéder alors en faveur de l’historiographie juridique ? Si littéralité il y a dans les textes de mon corpus, elle est certainement conditionnée. Nous devrions donc nous contenter d’un régime bas, espérant apercevoir une étincelle dans la masse terne des diplômes, l’exception qui confirmerait la règle. Il me faut reconnaître que la situation est globalement celle que je viens de dépeindre ; je voudrais toutefois croire que les textes de la chancellerie se situent en amont d’une bonne partie de la production cléricale qui vit le jour en Castille dès le début du XIIIe siècle, qu’ils sont à l’origine d’autres textes, plus nettement reconnaissables comme appartenant au « littéraire », soit parce qu’ils fournissaient à leur tour des motifs scripturaux6, soit parce qu’ils contribuèrent à ancrer profondément chez un public de cour le sentiment que la monarchie pouvait être conçue comme une matière fictionnalisable.

  • 7  Chenu (1969 : 15).

4Même en régime bas de littérarité, il nous faut admettre que les clercs de la chancellerie étaient les orfèvres de l’histoire de Castille, qui offraient leurs œuvres au roi pour mieux chanter sa gloire – sans oublier leur devoir premier, écrire pour administrer. Leurs textes étaient souvent hiératiques ; qu’attendre d’autre, de la part d’orfèvres ? Les écrivains de la chancellerie étaient des grammairiens, des rhétoriciens, des historiens, des juristes, des théologiens ; ils savaient mieux que quiconque qu’écrire constituait une parabole du pouvoir spirituel, que leurs textes étaient le lieu d’agglutination des traditions ; par les textes qu’ils écrivaient pour le roi, ils accédaient au salut7. Clercs, ils connaissaient la valeur de l’auctoritas, enchâssée dans la structure rigide des formulaires. Une autorité dont ils n’hésitaient pas à s’emparer, pour même la prêter au souverain. Ce que les textes nous disent, c’est la maestria de ces hommes à jouer avec les différents échelons de l’autorité textuelle, à exploiter au mieux les possibilités de l’écrit, à se glisser dans les interstices du style diplomatique ; à faire impression, en somme, sur les auditeurs ou lecteurs des textes, ainsi que sur les commanditaires de ceux-ci. Les clercs de la chancellerie occupèrent l’espace scriptural de la cour, au moins jusqu’en 1230. Ils furent aussi des passeurs. Je voudrais ici citer Michel Banniard ; les paroles dont il se sert pour définir Sidoine Apollinaire, Césaire d’Arles, Jordanès, Julien de Tolède, entre autres, me paraissent singulièrement appropriées aux clercs de la chancellerie castillane :

  • 8  Banniard (1989 : 177).

Tous ces écrivains ont été sans exception des conservateurs, dépositaires d’un savoir, responsables d’une continuité. Mais, en même temps, ils ont dégagé la place nécessaire aux nouvelles réalités culturelles et parfois préparé leur triomphe à venir8.

  • 9  Henriet (sous presse). La phrase que je cite et modifie, abusivement sans doute, est « les clercs (...)

5Aux écrivains du roi de Castille, entre 1157 et 1230, il échut d’investir une fonction médiane, caractérisée par la multiplicité des passages qu’elle consentait. Ces écrivains affranchirent la langue romane écrite, tout en préservant la forme latine ; ils réunirent récit et loi, conjuguèrent des procédés littéraires et diplomatiques ; ils mirent leurs voix et leurs mains au service du roi, qui en tira le bénéfice d’une autorité qu’ils avaient empruntée aux textes de la tradition. Leurs textes pouvaient se distinguer tant par leur efficacité administrative et leur style dépouillé que par leur élégance formelle. En les composant, ils s’entraînaient à l’écriture ornée et à la narration, qui allaient acquérir une configuration et un sens pleins avec les chroniques ou poèmes dont l’épicentre fut probablement la chancellerie. Je me suis concentrée sur l’activité scripturale des clercs lettrés, plutôt que sur leur arbitrage spirituel ; il me faut néanmoins évoquer le travail de Patrick Henriet, pour qui les clercs « deviennent des médiateurs [culturels] en ce sens que leur action, plus que par le passé sans doute, est désormais perçue comme essentielle »9. J’ajouterai : essentielle à l’élaboration textuelle d’une mythologie monarchique, qui prendra une forme plus ou moins littéraire, selon les destinataires, les temps et les espaces.

  • 10  Je me place ici sous l’autorité de Carlos Estepa Díez, qui a bien voulu me faire part de ses doute (...)

6Deux textes du corpus feront à présent l’objet d’une étude aussi approfondie que possible : la confirmation du for d’Arroyal et le poème préliminaire au Forum Conche – dont le commentaire inclura quelques éléments sur le prologue en prose, déjà analysé pour son contenu plutôt que pour sa forme. Ces deux pourraient bien être contemporains : le for d’Arroyal semble avoir été confirmé le 13 mai 118310, le double prologue au Forum Conche date vraisemblablement de 1189-1190. Ils sont tous directement concernés par l’écriture de la loi, mais je ne m’arrêterai pas à leur existence juridique. Je m’attacherai à leur structuration interne, leur mouvement discursif et leur complexité formelle, car ce document de confirmation et ce poème constituent des échantillons significatifs des possibilités de la narration, d’une part, et du raffinement rhétorique, de l’autre. L’examen de l’éventuelle littérarité – en régime bas – de certains des textes de mon corpus pourrait se prolonger ; d’autres documents, comme le Traité de Cabreros, par exemple, mériteraient qu’on s’y attarde. Force est de constater, par ailleurs, que ces deux textes se détachent de l’ensemble de textes de mon corpus, avec le prologue en prose au Forum Conche : ils sont les vignettes les plus colorées de la représentation du pouvoir du souverain comme gouvernant, comme auteur et comme auditeur.

II. Une pièce exemplaire

  • 11  Voir le texte en Annexe 8. Pour la dénomination du texte, Martínez Díez (1982 : 82-83).
  • 12  Ou bien de ce que l’on croyait être l’art de la narration, s’il s’agit en effet d’un faux.
  • 13  Cf. Bremond, Le Goff & Schmitt (1982 : 37).

7La confirmation du for d’Arroyal est exemplaire à double titre11 : parce qu’elle illustre parfaitement l’art de la narration d’un des clercs de la chancellerie12, et parce qu’il s’agit bien d’un exemplum, c’est-à-dire d’un « récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours […] pour convaincre un auditoire »13. De sa narrativité, il sera ici amplement question. En ce qui concerne son insertion dans un discours, l’on peut avancer que ce récit se situe entre le protocole – réduit à l’invocation – et l’eschatocole : il est serti dans le diplôme. Il est aussi également inséré dans un discours plus ample, le discours juridique attribué à Alphonse VIII : le for d’Arroyal est le récit d’une enquête… qu’il s’agisse d’un récit contemporain ou bien d’un récit reconstruit a posteriori. Choisissons pour l’instant de nous fier à ce que Julio González nous dit, en attendant la publication des travaux de Carlos Estepa Díez.

8Lieu de rencontre entre l’histoire et la loi, le for d’Arroyal est un bon exemple de la narrativisation que les clercs de la chancellerie savaient confier à certains de leurs textes. Le caractère fortement narratif de ce document est sans doute en rapport avec sa forme linguistique, proche de la scripta romane : il retranscrit une situation de nature orale, la vocalité joue un rôle déterminant dans sa réalisation et validation ; l’usage d’une forme qui ressemble à celle de la langue parlée paraît donc cohérent.

  • 14  Toujours selon González (1960 : II, 699), « Zabálburu, Col. Miró, carp. 1, núm. 1, orig. con sello (...)
  • 15  « Dompnus Goterrius, chancellarius regis, qui hanc cartam exarare fecit, testis. Et magister Mica, (...)

9Ce texte fut conservé à l’Hôpital du Roi, attenant à Las Huelgas14. Alphonse VIII le gardait donc près d’un palais qu’il semblait affectionner particulièrement. Son auteur matériel (ou bien celui qui fut désigné plus tard comme auteur matériel) est Mica, qui avait témoigné, avec le chancelier Gutierre Rodríguez, dans l’affaire15. Cet écrivain, capable de composer un texte en latin et en scripta, apparaît ici comme historien exemplaire : il est témoin et auteur. La loi donnée par le roi acquiert sa réalité, en quelque sorte, grâce à ses paroles. Décidemment, Mica s’impose comme l’une des figures les plus séduisantes de l’entourage lettré d’Alphonse VIII.

  • 16  Cf. Gómez Redondo (1998 : 91). Sur les fazañas, voir Bermejo Cabrero (1972) et Darbord & Valle Vid (...)

10Si le fuero apparaît comme le cadre conceptuel du récit, le récit doit être qualifié de fazaña, ou « unité narrative qui cherche à décrire un événement réel avec le plus grand nombre de détails, afin que la loi puisse être appliquée »16. Cette narration diplomatique est donc marquée, une fois de plus, par le croisement entre un contenu réel et une manière de dire qui s’apparente à la fiction, qui entraîne les auditeurs vers le domaine de l’imagination.

  • 17  Molinié (2004 : 53-54).
  • 18  Bermejo Cabrero (1972 : 62), « En las fazañas no hablan los jueces o alcaldes, sino los redactores (...)

11La fazaña se caractérise par la brièveté, une description minimale, une intrigue rapide : elle a tous les atouts pour s’accommoder des particularités du texte diplomatique, tout en gardant une certaine autonomie qui favorise sa diffusion publique. Elle est un pur concentré narratif, destiné à influencer les auditeurs, ce qui garantirait qu’elle ait pu « s’extraire de la visée argumentative primitive pour former à soi seule sa propre fin, sa propre justification et sa propre valeur, ce qui peut l’ériger en texte en régime de littérarité »17. Les faits racontés sont réels, mais leur écriture les transforme en impression de vérité : le langage, qui crée la réalité, conduit les auditeurs vers la possibilité de la fiction. Nous avons à nouveau ici l’une des paroles du palais ; les productions textuelles issues de la chancellerie devaient être marquées par la beauté de la parole palatine, afin que bonté et vérité fussent averées. Ce langage beau, bon et vrai, c’est l’oeuvre des rédacteurs18 ; pour ce qui est de la confirmation du for d’Arroyal, c’est l’oeuvre de Mica (le vrai Mica, ou bien encore, le Mica resté dans la mémoire de la chancellerie castillane comme l’un des maîtres ex scriptura).


  

12Le récit commence par l’évocation explicite du temps heureux d’Alphonse VII et Sanche III, quand les hommes et les villages, dont celui d’Arroyal, étaient libres et en paix (« tranquilla et quieta fuerunt, omnes tam ciuitates quam uille […] inter quas uilla illa que dicitur Arroial libera et quieta in pace permansit »). L’horizon d’expectatives est fixé dès le début : il s’agit de constater comment le temps du passé récent a pu revivre au temps présent d’Alphonse VIII, qui par son jugement dans l’affaire exposée devient le très digne héritier de son grand-père l’Empereur et de son père. La mémoire généalogique était toujours d’actualité en 1183, peut-être plus que jamais, alors que le monarque commençait à faire le nécessaire pour que son image de conquérant atteigne les confins de la péninsule Ibérique.

  • 19  Il est intéressant de souligner le changement de langue : « portario suo Martinus Lupi » devient « (...)

13Ce temps passé qui se projette sur le temps présent du mois de mai 1183 s’échelonne, par la main du rédacteur-narrateur, en quatre temps subsidiaires : 1) le temps de la rupture du bonheur, lorsque Àlvaro Rodríguez de Mansilla supprima le for en vigueur au temps des aïeux d’Alphonse VIII (« suum obtinendo forum […] extraendo eam a foro ») et fit subir des violences aux habitants d’Arroyal ; 2) celui de la première intervention du roi Alphonse qui, courroucé (« moleste accipiens »), demanda à Martín López, son portier19, de rétablir la paix dans l’immédiat et à don Lope, son administrateur, de mener à bien l’enquête (« pesquisa ») qui devait lui permettre d’appliquer la loi ;

  • 20  « […] precepit cuidam portario suo Martinus Lupi ut ueniens reintegraret eos qui expoliatos erant (...)

[le roi] demanda à son huissier, Martín López, d’aller retablir dans leur maison ceux qui avaient été dépouillés, ce qui est fait. Ensuite, il demanda à son administrateur, Don Lope, le plus haut placé de tous ses administrateurs, de faire une enquête dans toutes les autres villes voisines, qui sont près d’Arroyal, qui avaient reçu le for de cette dernière, au temps de l’empereur et du roi Sanche : Quintanadeporcas, Marmellar de Yuso, Quintanadueñas, Páramo de Suso et Villalonga20;

3) le temps de la première déposition, à Quintanadepuercas, où les hommes du concejo exposèrent les usages traditionnels devant les enquêteurs, affirmèrent la vérité de leurs déclarations et proclamèrent que le for d’Arroyal était le seul dont ils avaient joui :

  • 21  « […] hoc itaque exquisito et ita inuenta coram his inquisitoribus […] adhibuerunt ad alias predic (...)

Une fois le for recherché et trouvé devant les enquêteurs […], ils l’appliquèrent aux villes citées […] Tous les hommes qui avaient juré ensemble, comme nous l’avons dit plus haut, ont témoigné que ceci est vrai et était ainsi fait, et que les villes citées n’avaient pas d’autre for21;

4) celui, enfin, de la réunion de la curia, lorsque les gens de la maison royale assistèrent à la lecture des résultants de l’enquête et à leur validation par le souverain,

  • 22  « Et hec pesquisa ita coram domino rege Aldefonso relata et recitata ut inuenta fuerat, precepit u (...)

Et cette enquête fut racontée et récitée devant le roi Alphonse, comme elle avait été trouvée ; il demanda qu’elle fût mise par écrit pour la postérité22.

14L’écriture temporelle du récit est ordonnée, sa portée correspond à la présentation graduelle d’un suspense qui, en vérité, n’existe pas : l’ordre social devait être maintenu, l’issue ne pouvait qu’être positive pour les habitants d’Arroyal et sa province, les manœuvres de Rodríguez de Mansilla n’ayant pas de suite. Les actions condamnables de ce seigneur, encadrées dans le passé récent, constituent essentiellement le point de départ vers un présent de satisfaction juridique, dû au juste gouvernement d’Alphonse VIII.

  • 23  Le document ne porte pas la mention du lieu où il fut rédigé.

15Cela dit, la séparation entre le passé et le présent établit une frontière dans le récit qui, en plus d’être temporelle, concerne également l’espace, les personnages et la narration. Au temps passé appartient la figure de Rodríguez de Mansilla, essentielle pour amorcer le récit, sur laquelle pèse l’intrigue. Le décor du mécontentement initial des habitants du village, provoqué par les méfaits de don Álvaro, est celui de l’espace rural. L’histoire commence donc dans un lieu qui n’est pas le palais, la narration se focalise sur la figure d’un noble. Progressivement, dans la deuxième partie elle s’installe à la cour, en passant par le village de Quintanadepuercas. Le roi est d’abord à Palencia (apud Palentiam), ensuite à Burgos23. L’espace change : du monde rural au palais, le récit s’adapte aux lieux du pouvoir et met en contact vassaux et souverain. La thématique conjointe de la loi et la puissance du monarque est ainsi mise en valeur.

  • 24  Gómez Redondo (1998 : 88), évoque, a contrario, la volonté antinobiliaire de la tradition forale.

16Plus originale est la disparition de Rodríguez de Mansilla : alors que les auditeurs auraient pu croire que ce serait l’un des personnages clés du récit, étant donné sa caractérisation centrale comme agresseur dans la première partie, il s’efface par la suite. Don Álvaro fonctionne uniquement comme embrayeur de l’action. Cette évanouissement du personnage central du début de la narration est peut-être significatif : le rédacteur a-t-il fait en sorte de ne pas vexer les auditeurs nobles, qui auraient reconnu dans le personnage de Rodríguez de Mansilla l’un des leurs ? Cette fazaña respecterait ainsi l’identité hiérarchiquement supérieure du groupe des aristocrates24. Ou bien, tout simplement, l’auteur du texte oublia de suivre les pas de don Álvaro.

17Le récit est donc composé de deux parties distinctes ; la figure du narrateur est également construite selon deux perspectives différentes. Le discours commence à la troisième personne, pour laisser ensuite la place à un narrateur à la première personne plurielle ; « il » se transforme en « nous » : de « remansit sub dominio et sub potestate domni Aluari Ruderici de Mansiela, qui eam inquietare cepit », l’on passe à « accidit autem quod quidam uicinus noster, Martinus Iohannis nomine, mortuus est ». Les enjeux paraissent plus proches des auditeurs, liés aux personnages par l’énonciation : « vicinus noster », « notre voisin/notre compatriote », investit la subjectivité du public.

  • 25  « […] dixerunt Dominicus Saturninez, Dominicus Martinez, Goncaluo Saturninez, Petrus Stephani : no (...)

18Nous ne pouvons pas savoir qui assista réellement à la promulgation de ce document ; cela dit, le texte devait affirmer la contiguïté entre les habitants des villages et le souverain, entre les plaignants et le juge. Ceci explique sans doute l’hétérogénéité de la figure du narrateur. De la troisième personne singulière à la première personne plurielle, l’instance narrative extradiégétique devient intradiégétique. Un narrateur à deux têtes, qui commençait à raconter de loin, adopte ensuite la voix de l’un des plaideurs. Ce jeu de la voix narrative se prolonge tout au long du texte, car la troisième personne revient, pour à nouveau céder sa place au « nous », un pluriel identifié comme étant celui de Domingo Saturnínez, Domingo Martínez, Gonzalo Saturnínez et Pedro Esteban, mandatés par le village de Quintanadepuercas25. Le style direct, le passage au présent, la réunion des personnages, ce sont autant d’indices de la réalisation de l’action, premièrement dans les villages affectés, deuxièmement à la cour, devant le roi. Les voix des quatre sujets annoncent celle du monarque, lors de la corroboration : toutes ces voix sont au présent, à la première personne, en style direct. L’écriture fait écho à la relation nécessaire du souverain avec les hommes de son royaume.

19L’auteur de la charte était conscient de l’utilité du changement des voix narratives dans la représentation vraisemblable de cette réalité devenue fiction juridique : par son travestissement, le narrateur extérieur, témoin des faits, devenait acteur. Tâche complexe que celle du vrai ou du faux Mica, écrivain, auteur, acteur, témoin, autorité aussi : interprète des vassaux, sa nouvelle voix narrative affirme « nous savons », à deux reprises (« nos scimus […] scimus nos »). Qui plus est, le narrateur s’empare d’une nouvelle voix, toujours plurielle, mais extradiégétique cette fois-ci, lorsqu’il termine le récit en rappelant des informations exposées plus haut : « ut supra diximus ». Ce n’est plus le narrateur intradiégétique qui parle, mais le narrateur du dehors.

20Après cette polyphonie, il ne reste au narrateur que de reprendre une autre fiction, conventionnelle dans le discours diplomatique, qui lui permet de mettre par écrit la voix du roi, à la corroboration : « Et ego rex Alfonsus […] propria manu roboro et confirmo et roborata uobis trado ». Qu’Alphonse VIII eût signé de sa main le document ou pas, le tracé des mots appartient à Mica, ou à son ombre, artisans des paroles multiples qui résonnent dans ce texte.

  • 26  Cf. Faral (1982 : 76).

21L’histoire des forfaits d’Álvaro Rodríguez de Mansilla et la réaction des hommes du concejo s’appuient dans un premier temps, comme nous l’avons vu, sur le personnage de l’agresseur, don Álvaro, dont on connaît la puissance, les mauvais penchants et l’entourage peu recommandable. Il y est dit, en effet, comment ce personnage procéda injustement et par la force (« iniuste et ui »), comment il voulut dérober l’héritage d’un habitant d’Arroyal (« caperent domum istius cum omni possessione sua, uolens filios suos expoliare ab omni mobile suo »), comment, enfin, ses proches partageaient sa violence et sa rapacité (« precipit familiaribus suis et uillico suo »). Tout en ne visant pas la peinture objective, semblable caractérisation, « dominée par une intention affective » comme le préconisait Matthieu de Vendôme dans son Ars versificatoria26, ébauche un type, celui du seigneur méchant et irrespectueux. Le personnage de Rodríguez de Mansilla reste un assez beau personnage, qui n’a pas été exploité par la suite.

  • 27  « Unde sunt testes : de Marmellar, Martinus Dominici, Martinus Iohannes ; de Quintana Duennas, dom (...)

22Il est accompagné par une myriade de personnages, dont le plus curieux est celui, totalement inactif, qui n’existe que pour justifier l’action négative du premier : le cadavre de Martín Juan. Sa mort attisera la convoitise d’Álvaro et la réponse d’autres personnages, très actifs, en revanche : les habitants d’Arroyal, plus précisément, le concejo. S’ils apparaissent, d’abord, comme les hommes ou les habitants d’Arroyal, cette représentation collective est bientôt accompagnée par l’identification de quatre personnages singuliers, Domingo Saturnínez, Domingo Martínez, Gonzalo Saturnínez et Pedro Esteban, qui se présentent devant les hommes du roi à Quintanadepuercas et exposent la tradition juridique de la région. Dans cette même catégorie de personnages se trouvent les témoins des autres villages, qui ne parlent pas directement mais dont nous savons qu’ils ont exposé leurs doléances à la couronne : Martín Domínguez, Martín Juanez, García et Domingo, prêtres, Domingo Millán, Gonzalo Martín, Domingo Juan, Guillermo l’anglais, Domingo Peláez, Domingo Martín, Martín Cid, Pedro Calvo, Fernando et Pedro Juan27. Tous ces personnages masculins remplissent le récit. Ils ne sont pas singularisés, agissent en choeur ; leur présence, leurs paroles communes indiquent qu’ils sont les protagonistes du récit. Le texte du for fait la part belle à ses bénéficiaires.

23D’autres personnages interviennent encore dans la narration : Martín López, portier du roi ; l’administrateur du monarque, don Lope, ainsi que Pedro Mella et don Gonzalo, chapelain de don Álvaro. Ces trois derniers sont chargés de l’enquête, les uns pour le compte du roi, l’autre pour la partie adverse. Un ultime personnage intervient : le roi Alphonse. Il réagit énergiquement, commande l’enquête et sanctionne le for. Avec les hommes du concejo, personnages actifs, il occupe le rang de protagoniste, agissant depuis le trône. L’action de ce personnage demeure à un niveau supérieur, celui de la loi. Le monarque n’est pas véritablement acteur dans cette narration, sauf lorsque son exaspération devant l’attitude de don Álvaro est mise en relief, ainsi qu’à la toute fin du texte, lorsqu’il proclame que la validation du for doit être respectée, pour l’éternité. L’instance royale est représentée comme garante du droit. Le roi est sans aucun doute le héros transcendant de la narration ; les héros tangibles de la fiction sont les hommes du concejo, sujets du premier.

  • 28  Voir Mélétinski (1970) et Propp (1970).

24Nous avons ici plusieurs fonctions narratives facilement reconnaissables : l’agresseur (don Álvaro), les adjuvants (Martín López, don Lope, Pedro Mella et don Gonzalo), un héros collectif (tous les sujets qui interviennent dans le récit), un héros individuel (le monarque)28. Le processus raconté est celui qui conduit de la dégradation initiale à l’amélioration définitive. Tous les ingrédients et les structures de la narration imaginaire sont là : la réalité a incontestablement pris la forme de la fiction.

25Ce récit dut jouer un rôle fondamental dans la construction d’une mythologie royale, par sa modélisation de l’image du roi législateur, représentation qui sera particulièrement pertinente en Castille-León au XIIIe siècle. C’est un récit simple, où le héros trouve la solution aux problèmes du peuple, qui s’achève par la déclaration du bonheur rétabli des sujets et par l’intronisation d’Alphonse VIII dans le panthéon de ses ancêtres. Cette simplicité est en harmonie avec la diffusion du texte : peu de documents de mon corpus gardent une trace si vive de leur existence orale. Cette pièce est immédiatement juridique ; son immanence est marquée dans le texte même, par les changements de temps et des voix narratives, par la présence d’acteurs qui prennent la parole et réalisent ainsi l’acte de droit, créant une dramaturgie de gestes et de paroles. Nous avons là une photographie de la façon dont le texte était produit et validé. Dans cette image fixe, pourtant si expressive, un dernier élément doit être commenté : la caractérisation du monarque.

26Le souverain intervient à trois reprises : pour déclencher l’enqûete, pour ordonner la confirmation du for, pour authentifier l’acte. Lors des deux dernières actions, l’auteur du texte a représenté Alphonse VIII de manière originale, par rapport aux autres textes qui nous ont intéressés plus haut. La caractéristique de ce roi législateur est celle d’être l’auditeur du texte. À deux reprises, il est dit comment l’enquête fut répétée (« relata »), récitée et lue au moins deux fois, devant le souverain et pour le souverain :

  • 29  « Et hec pesquisa ita coram domino rege Aldefonso relata et recitata ut inuenta fuerat, precepit u (...)

Et cette enquête fut racontée et récitée devant le roi Alphonse, comme elle avait été trouvée ; il demanda qu’elle fût mise par écrit pour la postérité […] Moi, Alphonse, qui ai fait faire cete charte et l’ai entendue lire […]29

27Le roi Alphonse est figuré comme l’auditeur privilégié du document, lu à haute voix. Implicitement, il est également le lecteur du texte rédigé. Une telle représentation est somme toute normale, mais cette « normalité » ne cache pas l’intérêt du récit, dont les courtisans se rappelleraient le moment venu. Il dépeint ainsi le monarque comme l’auditeur et lecteur idéal, vraisemblablement pour communiquer l’image d’un roi attaché à ses vassaux, écoutant, comme eux, un conte sur la loi que les monarques donnent au peuple. Cette représentation monarchique releverait alors d’une bonne stratégie publicitaire ; elle aurait pris forme dans des textes conçus comme autant d’offrandes, que Mica (dont le service aurait certainement mérité les récompensés accordées par Alphonse VIII) présentait au souverain… dans la fiction des faux, ou bien dans la réalité de l’écriture diplomatique.

  • 30  Roudil (1968 : 20-25).

28On croirait que, tandis que le for d’Arroyal était accessible à tous, la préface au Forum Conche aurait été réservée à une minorité : la parure rhétorique du double prologue aurait empêché un public non lettré de goûter à la méticulosité du texte – mais le roi l’aurait comprise : c’est Alphonse son destinataire premier. Semblable supposition, qui établirait une fracture dans la réception des textes contemporains, tous concernés par l’écriture de la loi, ignorerait le fait que ces pièces liminaires, un tantinet hermétiques pour des auditeurs non rompus aux possibilités de la langue latine, ont cependant été copiées dans les versions romanes du Forum Conche, qu’on octroya aux villes de la frontière30. Le for et le double prologue diffèrent, certes, dans leur matérialité ; ils furent toutefois considérés par leurs contemporains comme des pièces utiles dans la représentation du roi de justice, et dans l’application pratique de la loi.

III. Le trésor de la chancellerie : mémoires de la ville (2)

  • 31  De Juan Díaz et de sa CRC il a été et sera souvent question dans cette étude. Pour un complément d (...)
  • 32  Voir supra et Annexe 7.
  • 33  Arizaleta (2000b).

29Le poème qui préface le Forum Conche constitue l’apothéose d’Alphonse VIII, à la fin du XIIe siècle. D’autres textes chanteront les louanges de ce monarque de son vivant, à l’occasion de la victoire de Las Navas de Tolosa, ou bien des années après sa mort, lorsque les historiens composèrent des chroniques où Alphonse apparaît comme le héros acclamé de la monarchie castillane31. La stratégie publicitaire des clercs de la chancellerie de Castille eut un succès certain, si l’on en juge par la représentation élogieuse de ce monarque dans des textes postérieurs à 1230. Le Forum Conche joua un rôle fondamental dans la construction idéologique de la gloire d’Alphonse, comme objet de loi qui faisait autorité et comme modèle réitéré dans la donation du droit aux villes, aussi bien que comme produit textuel préludé par un exemple admirable de l’art scriptural. Il n’y a pas de doute que le double prologue fut conservé au palais : trésor offert par l’un des écrivains les plus actifs au tournant des XIIe et XIIIe siècles, la chancellerie et le souverain avaient intérêt à le garder près d’eux. Je crois également que ce texte dut circuler dans les cercles palatins, et put influencer des œuvres pour la cour, comme l’Historia de rebus32, ou le Libro de Alexandre33.

30Ce n’est pas un hasard si cette double préface, envoûtante, est destinée à présenter l’image d’Alphonse VIII comme roi législateur : la figure du roi qui fait la loi commençait à s’installer solidement dans les productions textuelles. Face au style dépouillé du for d’Arroyal ou du for de Cuenca lui-même, le poème et la prose qui introduisent ce dernier se caractérisent par une recherche de l’élégance formelle. Mica, si ce fut lui qui écrivit ces textes, voulut faire comprendre à ses lecteurs ou auditeurs que le style était partie intégrante du sens : à figure illustre, style flamboyant. Le public aurait compris que, par l’usage d’une rhétorique ample, ces deux textes avaient été composés selon un code, celui de la langue et la rhétorique des lettrés. Mica chercha sans doute à impressionner. L’enjeu était grand ; une technique rutilante lui assurerait une place d’honneur au milieu des autres clercs, et garantirait la satisfaction du souverain. C’était le meilleur service qu’on pouvait proposer au monarque ; l’ornatus devenait efficace :

  • 34  Bourgain & Hubert (2005 : 393).

[…] le choix d’une forme, dans une tradition culturelle donnée, est un message implicite mais parfaitement clair pour le récepteur, averti de prime abord des intentions de l’auteur et de la position dans laquelle il se place34

  • 35  Pour l’analyse qui suit, voir le texte et la traduction du Forum Conche à l’Annexe 6.

31Le style est ici la clé du sens. La primauté d’Alphonse VIII sur les autres monarques de la péninsule Ibérique est explicitée au moyen de figures rhétoriques qui véhiculent musicalement le poids de la loi. Le poème introductif au Forum Conche apparaît en effet au premier abord comme un catalogue des figures de l’ornatus. Mais il est possible que le poème ait véhiculé aussi un savoir, une attitude éthique et philosophique qui, selon des auteurs en vogue dans l’Occident médiéval aux XIe et XIIe siècles, serait l’apanage des monarques. Il constituerait ainsi un échantillon de traditions scripturales et de modalités culturelles qui auraient pu avoir le droit d’entrée à la cour de Castille, à la fin du XIIe siècle. Que l’on me pardonne le caractère énumératif et descriptif de l’analyse qui suit : elle tente de rendre compte, le plus minutieusement possible, des sens et des apparences de ce texte. Quelques commentaires concis viendront compléter ce qui a été dit plus haut sur le prologue en prose35.


  

  • 36  Cf. Dupriez (1980 : 283). Pour le changement du système quantitatif au système accentuel, voir Bou (...)
  • 37  Bourgain & Hubert (2005 : 426).
  • 38  Idem : 426 : « […] le bouleversement de la langue du Ier-IIe siècle touche les deux points d’appui (...)
  • 39  La syllabe accentuée est désignée par ‘, la syllabe non accentuée par - ; exemple de vers paroxyto (...)
  • 40  Il faudrait sans doute revoir la ponctuation de l’édition d’Ureña y Smenjaud afin de déterminer ex (...)

32Le poème est composé de 14 hexamètres, c’est-à-dire de vers à six mesures36. Il constitue un bon exemple de poésie rythmique, où « l’on aboutit au retour régulier des accents à la même place dans un vers de type donné »37 ; ses hexamètres furent sans doute perçus comme des vers rythmiques, où ce qui importait à la lecture, c’étaient les accents, et pas la quantité38. Le schéma accentuel de la fin des hémistiches et des vers est paroxyton (‘-)39 ; le premier hémistiche contient souvent trois accents, le second hémistiche deux – avec l’exception remarquable du vers 5 : « presens auctorem codex habet orbis honorem » (3/3). Ces vers latins ont dû être compris comme ayant de 12 à 14 syllabes ; les combinaisons les plus fréquentes sont 8 + 6 (« principium sine principio » + « finis sine fine ») ou bien 7 + 7 (« presens auctorem codex » + « habet orbis honorem »), ou même 7 + 5 (« principium rerum deus est », « yle specierum »)40. L’impression de rythme est réelle.

33Le poème est divisé en trois parties distinctes, formellement et thématiquement : a) vers 1-6 ; b) 7-10 ; c) 11-14. Les six premiers vers sont des hexamètres caudati, réunis en distiques à rimes plates (aa, bb, cc) ; la cohésion acoustique de cette première partie est accentuée par la ressemblance des rimes des deuxième et troisième distique (-erum/-orem). Les vers 7-10, en revanche, rompent avec la série antérieure, constituant un quatrain rimé aux vers pairs (8d-10d : -ate). Enfin, les vers 11-14 sont à nouveau des distiques à rimes plates (ff, gg). Le poème termine comme il a commencé, pour ce qui est du choix de la strophe. Avançons que les rimes internes sont nombreuses.

34La rime harmonise donc les six premiers vers, alors que les huit autres vers présentent des variations dans la structure et la rime. L’homogénéité formelle de la partie initiale du poème a son corrélat dans l’unité de sens qui caractérise les six premiers vers. Nous allons voir qu’ils cherchent l’évocation de Dieu et de la Nature, d’abord, la représentation du roi ensuite. La qualité lexicale de cette première partie se caractérise donc par la volonté de dire le divin et la monarchie, l’un précédant l’autre, les deux champs notionnels réunis concrètement dans l’évolution de l’énoncé. Ces isotopies du cosmos et de la royauté trouvent leur accomplissement dans une nouvelle lexie, qui n’apparaît qu’une fois, mais qui est essentielle : codex (auctorem codex). La progression est aisée : Dieu>le roi>le livre. Toute logique qu’elle soit, cette gradation n’en est pas moins significative. La première partie du poème est par conséquent marquée par l’utilisation d’un vocabulaire à caractère métaphysique, souligné par l’identité de la rime.

35Les vers 7-10 constituent une transition, elle aussi mise en relief par le changement de rime : d’un discours centré sur la Création et sur les relations du monarque avec Dieu, on passe à un discours centré sur le souverain, Alphonse – qui a été identifié au vers 6. Dans cette deuxième partie il est question, après une prolongation des isotopies cosmiques au vers 7, du triomphe de ce roi sur les maures. Le lexique change, les réalités énoncées sont plus matérielles. De la cité de Dieu nous passons à la cité terrestre. Le quatrain est le lieu de la réalisation textuelle du désir idéologique : le roi Alphonse, émané de Dieu, a su, par sa vertu parfaite, donner la loi, dompter les ennemis et défendre les citoyens, vaincre les Maures et changer le cours de l’Histoire. Le choix d’une strophe nouvelle confirme l’ambition du programme politique.

36Dans la troisième partie, le retour aux distiques met en relation les vers du début et les vers de la fin : la soumission des monarques péninsulaires paraît plus étroitement en rapport avec les facultés d’Alphonse, reçues de Dieu. Les derniers vers me semblent matérialiser opportunément le désir supérieur d’Alphonse VIII de renouer ainsi avec le rêve d’un empire hispanique, en tant que digne successeur de son grand-père. Les vers 11-14 représentent en effet le roi de Castille non plus comme vainqueur des musulmans, mais comme maître des autres souverains ibériques et comme monarque législateur. Ce qui avait débuté comme un hymne au Créateur est devenu un panégyrique d’Alphonse VIII, le dominateur. Cette idée est explicite dans les vers 13 et 14, mais elle apparaît déjà clairement au vers 11. La fin du poème constitue une unité sémantique – comme c’est le cas pour les six premiers vers –, ce qui n’empêche pas l’hypothèse, que j’ai défendue plus haut, que les deux derniers vers aient été ajoutés postérieurement à la composition du texte ; le poème originel aurait ainsi eu 12 vers, et aurait été composé par trois distiques, un quatrain et un distique.

37Si la rime a un sens, le fait que le poète ait choisi de terminer son texte par un (ou deux) nouveaux distiques à rime plate accentuerait l’analogie formelle entre pouvoir divin et pouvoir monarchique castillan : comme les rimes suivies distinguent l’évocation de Dieu au début du poème, elles distinguent l’évocation d’un roi favorisé par Dieu à la fin du texte. L’analogie structurelle de la rime suggérerait les liens entre Alphonse et le Créateur – même s’il s’agit de rimes différentes, qui n’ont rien à voir avec celles de la première partie (-ine, -erum, -orem/-one, -ensem). La cohérence artistique de ce poème latin est certaine ; procédons à son analyse détaillée.

a.

Principium sine principio finis sine fine
Presidium fer, more pio, deus unice trine,
Principium rerum deus est, yle specierum,
Qui lumen uerum speciesque diesque dierum.
Presens auctorem codex habet orbis honorem,
Alfonsum florem regum, uirtutis odorem.

38Le début du poème est de toute évidence destiné à impressionner et plaire : la rhétorique de l’accumulation réussit à expliciter la signification de vers qui, isolés, auraient pu paraître d’un accès difficile pour certains. La structure des vers et les figures de répétition contribuent aussi à élaborer une image de sérénité, offerte au destinataire du poème, Alphonse VIII.

39Les trois premiers vers se caractérisent par l’anaphore (pri-, pre-, pri-), qui s’étend au cinquième vers (presens). La nature anaphorique de ce commencement, tout comme l’allitération et la réitération de substantifs – principium est le socle de toute cette première partie : c’était la meilleure manière possible de débuter – donnent à entendre l’unité de ce qui est énoncé : Dieu Créateur. Par le prolongement anaphorique des trois premiers vers au cinquième vers, le principe originel, c’est-à-dire le souffle divin, effleure le monarque : le temps transcendant se rapproche du présent monarchique.

40Les liens entre les trois premiers vers et le cinquième font ressortir le quatrième vers, qui n’est pas marqué par principium, mais qui enferme species, par lequel il se trouve attaché au troisième vers : le vers 4 se détache tout en restant mêlé au sens primordial de cette séquence. Il évoque la lumière divine, qui jaillit sur le souverain.

  • 41  Martin (1993-94 : 88).

41Les quatre premiers vers réussissent donc à créer un effet d’éclat, qui s’harmonise parfaitement avec la signification du cinquième vers. Codex se trouve au centre du vers, reliant auctorem et orbis (honorem) ; ce sont des références ambivalentes qui désignent tant le Créateur que le Monarque, même si la représentation actuelle que le poète cherche ici est celle d’Alphonse VIII. Le livre est attribut de Dieu, mais aussi d’Alphonse. Cette relation intime entre l’autorité divine et l’autorité royale est soulignée encore par le vers 6, où le mot central, celui qui est situé en fin d’hémistiche, comme codex dans le vers 5, est regum. Le génitif ne cache pas la similitude sonore : codex, rex. Nul doute, « le roi fait ici le livre »41. Comme l’a écrit Georges Martin, à propos d’un autre Alphonse,

  • 42  Idem : 89.

[…] sous le rapport de l’énonciation [et] sous celui de l’autorité scripturale, la composition [du texte] survient dans un domaine et au terme d’une évolution qui font au sujet royal une place de plus en plus importante42.

42L’autorité de commande semble aller de pair avec l’autorité de réalisation : le roi est bien l’auteur présent du livre de la loi. Cependant, le souverain apparaît encore ici accompagné du clerc : les deux instances auctorielles sont au même niveau. L’autorité politique a besoin de l’autorité scripturale. Il me semble que le point de départ de l’évolution étudiée par Georges Martin pourrait bien se trouver dans l’activité littéraire des clercs d’Alphonse VIII, alliés nécessaires du roi et médiateurs dans sa représentation.

  • 43  Pour le symbolisme du livre, Curtius (1956 : 485-518) reste d’actualité.
  • 44  Cf. Suárez González (2003) ; decus orbis, per orbem dans l’épitaphe de Sancie.
  • 45  Cf. Rico (1969) ; dans le planctus pour Ferdinand II, orbem nube tristitie.

43Cette double notion d’autorité est relevée par des rimes internes sonores et des allitérations (honor, auctor, orbis). La disposition de la phrase assure le rapport du livre et du monde43, intensifié encore par le rythme binaire, orbis honorem, qui annonce déjà des éléments du vers suivant, iubar orbis. Les formules sont topiques ; cela ne veut point dire qu’elles sont banales ou dépourvues de sens. Le mot orbis, abondamment employé en poésie, avait été utilisé dans le contexte récent de la cour castillano-léonaise pour élaborer l’épitaphe de Sancie, soeur d’Alphonse VII44 ; on le trouve aussi dans le planctus composé à la mort de Ferdinand II de Léon en 118845. Une communauté de matériaux existe incontestablement entre les compositions des clercs, qu’ils se trouvent au royaume de Castille ou au royaume de León. Nous savons que le champ sémantique de la création et du cosmos fut aussi exploité par l’auteur du Poème de Benevívere.

44Le vers 6, au cœur du poème, une fois exposée la progression tranquille qui établit les liens entre pouvoir spirituel et pouvoir terrestre, constitue le portrait encore un peu figé d’un Alphonse en majesté ; immédiatement après, dans le quatrain, cette image hiératique va se transformer en représentation d’un roi en mouvement, guerrier et conquérant. La transition ne se fait pas brusquement, une même substance sonore configure les vers 5, 6 et 7 : auctorem, honorem, florem, odorem.

  • 46  Cf. Aurell (2003 : 35).
  • 47  Bourgain & Hubert (2005 : 530-533) : « C’est donc une pièce d’actualité, rehaussée par tout le sav (...)
  • 48  Cf. M. Aurell, L’Empire Plantagenêt, Paris : Perrin, p. 9.
  • 49  Pérez Rodríguez, éd. (1990 : 38-43). Voir aussi Rico (1985 : 11-16).

45Le poète qualifie Alphonse de flos regum ; nous avons vu que pour Juan Díaz ce roi méritait l’épithète de flos regni. Peut-être vaut-il la peine de rappeller que Pierre de Blois, grand lettré, clerc familier d’Henri II Plantagenêt, chancelier de l’archevêque de Cantorbery et archidiacre de Londres46, se servait de cette même formule pour évoquer la figure de Richard Cœur de Lion à l’occasion de son emprisonnement par le duc Léopold d’Autriche : flos regum, ducum, procerum, écrivait Pierre en 119347. La présence de ce topos dans deux panégyriques royaux contemporains n’a rien de singulier, mais il faut tenir compte des relations étroites qui existaient entre la cour de Castille et la cour d’Angleterre, reliées par le mariage d’Alphonse et d’Éléonore : je crois qu’il est légitime de songer à la transmission de techniques d’écriture entre ces deux espaces de pouvoir, d’autant plus que, comme nous l’avons vu plus haut, le prologue en prose contient des formules employées par les intellectuels de la cour d’Henri II Plantagenêt pour décrire la puissance de ce souverain, qui dans le cas du texte préliminaire au Forum Conche sont appliquées à Alphonse VIII de Castille. Dans le cas qui nous occupe, « la mystique de la royauté conquérante qui imprégnait les écrits des auteurs à la solde d’Henri II »48 a pénétré les textes sur Cuenca destinés à faire l’éloge du monarque castillan ; qu’il s’agisse d’une simple coïncidence semble peu probable. Sans doute devrons-nous étudier plus profondément les contacts entre la Castille et l’Angleterre à la fin du XIIe siècle pour mieux comprendre cette communauté de références qui caractérise des textes composés à la même époque pour les rois anglais et castillan, pour le beau-père et le gendre. Sans oublier, pour revenir à Pierre de Blois, que celui-ci était célèbre parmi les lettrés hispaniques ; on lui attribua même (à tort) la composition du Verbiginale, traité grammatical qui faisait partie du curriculum universitaire à Palencia49. Impossible d’aller plus loin pour l’instant ; la question mérite, cependant, d’être examinée en profondeur à l’avenir.

  • 50  Voir Arizaleta (2007b) et Pérez Rodríguez (2008).
  • 51  Charlo Brea (1984 : 32) : « Aurora lucis rutilat precedens preclarissimam et felicissimam diem qua(...)

46Dans ce même vers 6, la deuxième formule qui définit Alphonse est digne d’attention : « uirtutis odorem ». La représentation du souverain en devient presque hagiographique. L’auteur du Poème de Benevívere joua également avec l’idée de la sainteté d’Alphonse VIII, le roi champion de la Chrétienté50. Cette possibilité semble avoir effleuré Juan Díaz des années plus tard, lorsqu’il commença la narration de la gloire d’Alphonse à Las Navas en citant l’hymne liturgique aurora lucis rutilat, explicitant que le souverain allait recevoir le renfort de la vertu du Christ, et insérant dans son texte des citations des Psaumes et de l’Évangile de Matthieu51. Sa représentation d’Alphonse était, aussi, fortement caractérisée par la tentation de l’hagiographie.

47Si nous restons encore un peu dans le domaine de la forme, il faudra conclure que ces six premiers vers sont d’une grande cohérence esthétique et significative, et témoignent d’un véritable goût pour les possibilités de l’écriture. Ils proposent une image admirable d’un roi paré des vertus, pénétré du pouvoir de Dieu, auteur du droit ; les vers qui suivront énuméreront les formes de la loi et les actions du monarque guerrier, constituant ainsi le pont vers le prologue en prose. Une telle homogénéité prend appui sur l’utilisation de formules binaires, composées d’un substantif suivi de son complément (par exemple, principium rerum ou yle specierum), ou bien d’un verbe suivi de son objet (presidium fer, deus est), qui peuvent aussi constituer un complément circonstanciel (more pio). Les parallélismes sont nombreux, tout comme les attributs, propres à un texte qui fait partie d’une entreprise de propagande. Le roi se présente devant Dieu par ce poème : le spirituel et le profane sont représentés par des épithètes ; principium rerum est l’équivalent syntaxique de florem regum.

  • 52  « Parisocolie » : « presque égalité du nombre des syllabes de segments de texte » ; cf. Bourgain (...)

48Cette première partie tend à la parisocolie52 ; le nombre des lexies est réduit principium, finis, species, dies. La répétition et la deriuatio participent à la construction de la séquence, réussissant la concentration sémantique. La variation se fait par la réitération, comme c’était le cas dans les micro-récits des diplômes. Cette simplicité syntaxique est en adéquation avec l’image lumineuse qui caractérise Dieu et le roi. C’est par l’épure que le poète informe de la visibilité de l’aura divine.

49D’autres figures ajoutent à la répétition constante de ce fragment : l’asyndète initiale et le polysyndète final (speciesque diesque dierum), l’annominatio. Cette juxtaposition de quelques termes choisis apporte de la lenteur aux vers ; leur efficacité idéologique n’en est que plus grande. Avec cela, le texte est fluide, par les échos de sons et de sens. Ajoutons la présence de rimes internes (principio-pio, rerum-specierum-uerum, speciesque diesque) ; l’unité est bien au centre de cette partie, unité divine et unité de Dieu et du roi.

50Étudions à présent les références contenues dans ce poème. Cette analyse confirmera l’effort de l’auteur dans la recherche de sens, et suggérera les contours de sa culture.

  • 53  Je remercie Helena de Carlos Villamarín de m’avoir communiqué la liste suivante (non exhaustive) d (...)

51La formule principium sine principio, qui ouvre le poème, est sans doute la plus saisissante : placée en début absolu du texte, elle renvoie au premier verset de la Genèse, In principio creavit Deus caelum et terram et au début de l’évangile de Jean, In principio erat verbum. Un commentaire sur la réflexion métadiscursive que le poète amorce ici serait fécond ; je préfère cependant insister pour l’instant sur le fait qu’il n’était pas uniquement un lecteur de l’Écriture, mais un exégète et un lettré très cultivé, qui très probablement mit par écrit des idées qui circulaient parmi les grands auteurs du XIIe siècle. Principio sine principio appartient en effet au bagage scriptural de nombreux clercs du Moyen Âge central, parmi lesquels Odon de Cluny, Henri de Huntingdon, Alain de Lille et Matthieu de Vendôme53. Il paraît légitime de nous demander par quelle voie le poète du Forum Conche, homme de cour et fidèle au roi, connut cette formule, et pour quelle raison il en fit l’exergue de son texte : cette référence inscrit le poème dans l’évocation de l’harmonie céleste et de la création divine.

  • 54  Texte cité dans Michel (1980).
  • 55  Alonso (1943 : 31), mais avec précaution ; un exemple des interprétation parfois fantaisistes du P (...)
  • 56  « […] el Breuiarium historie catholice [su] año de redacción sería el de 1214 » ; cf. Fernández Va (...)
  • 57  Breviarium historie catholice, I, I, cf. Fernández Valverde (1992 : 9). C’est moi qui souligne. Un (...)
  • 58  Diego García étudia à Paris (cf. Alonso, 1943 : 81) ; Rodrigo Jiménez de Rada aussi (cf. Gorosterr (...)

52Bien que l’œuvre de Matthieu de Vendôme ait probablement été familière aux lettrés hispaniques, l’Anticlaudianus d’Alain de Lille semble être le meilleur modèle pour ce premier vers, puisqu’il constitue le parallèle exact du [Ens, iustum sine iustitia, uiuens sine uita] principium sine principio, finis sine fine [immensus sine mensura, sine robore fortis] qu’on lit dans cette œuvre du Lillois54. Qui plus est, les lettrés de la cour castillane n’étaient pas ignorants de l’œuvre d’Alain de Lille. Diego García la connaissait, semble-t-il55 ; tout mène à croire que ce fut également le cas pour Rodrigo Jiménez de Rada. Le premier chapitre du Breviarium historie catholice, texte écrit par l’archevêque de Tolède peut-être en 121456, commence comme suit : « Rerum principium creauit Deus in principio de principio, dans rebus principium ut essent per principium, quod est a principio sine principio»57. L’archevêque de Tolède reprend la formule qui nous intéresse ici. Rodrigo Jiménez de Rada, comme Diego García des années plus tôt, avait étudié à Paris58; peut-être la fréquentation des textes en vogue dans la capitale française au tournant des XIIe et XIIIe siècles permettrait de défendre que la source de Rodrigo était ici l’Anticlaudianus ; comme l’écrivent Pascale Bourgain et Marie-Clothilde Hubert,

  • 59  Bourgain & Hubert (2005 : 516)

Écrit entre 1181 et 1184-85, l’Anticlaudianus a joui d’une grande réputation. Les arts poétiques du XIIIe siècle le citent invariablement parmi les deux ou trois ouvrages à méditer et imiter si l’on veut savoir ce qu’est la vraie poésie ; et il fut lu et commenté dans les écoles de rhétorique59.

  • 60  Je ne tiens pas à maintenir à tout prix que Mica écrivit le prologue au Forum Conche. Il serait ef (...)
  • 61  Cf. Michel (1980 : 117).
  • 62  Idem.

53Ce poème d’Alain de Lille put effectivement avoir circulé parmi les clercs de cour au début du XIIIe siècle. Faut-il pour autant croire que Mica (si c’était lui qui écrivit ce texte60) avait lu également l’œuvre d’Alain de Lille, et qu’il se souvint de cette formule percutante lorsqu’il rédigea le premier vers de son poème ? Faut-il chercher ailleurs, dans l’un des nombreux textes qui se servirent de principium sine principio, finis sine fine ? Pouvons-nous, en conséquence, admettre qu’un savoir fondé sur l’exégèse de la Nature aurait été partagé par certains clercs lettrés qui faisaient partie de la cour de Castille, et que ce savoir porta aussi bien le petit poème en 1190 et, des années plus tard, le Breviarium, encyclopédie biblique ? Lorsqu’Alain de Lille écrivait ces vers de l’Anticlaudianus, il est en train d’évoquer « l’esprit de Dieu, conçu comme puissance démiurgique, qui impose à la matière la figura, les types, les sceaux des formes »61. Cette doctrine, « qui s’ancre à la fois dans l’antiquité et chez les contemporains de notre auteur, [qui], se trouvait à la source de la rhétorique et de l’esthétique cicéroniennes et [qui était rattachée] à la tradition augustinienne »62, soutient les préoccupations formelles et notionnelles de Rodrigo et du poète du Forum Conche. Sur principium et sur d’autres termes, comme virtus, mores, species, hyle, qui désignent le monde naturel et les valeurs éthiques, est échafaudée la première partie de notre poème. Ce choix lexical ne paraît pas être le fruit du hasard, mais relever d’une décision consciente, celle de mettre par écrit le code d’un univers culturel précis, qui s’épanouissait en France, à Chartres. Jacques Le Goff affirmait que

  • 63  Cf. Le Goff (1985 : 53-60). Il faut se référer à Southern (1995 et 2001), pour une reconsidération (...)

Chartres est le grand centre scientifique du [XIIe] siècle. Les arts du Trivium, grammaire, rhétorique, logique, n’y étaient pas dédaignées […]. Mais à cette étude des voces, des mots, Chartres préférait l’étude des choses, des res, qui étaient l’objet du quadrivium : arithmétique, géométrie, musique, astronomie […] De ce rationalisme chartrain la base est une croyance en la toute-puissance de la Nature [qui] est aussi le cosmos, un ensemble organisé et rationnel63.

  • 64  Les questions traitées ici devront dans le futur faire l’objet d’une étude approfondie. L’ouvrage (...)

54Il paraîtra sans doute imprudent de suggérer que l’intellectualisme chartrien avait influencé quelques auteurs hispaniques, et que cette influence était perceptible dans les textes de la cour, et de la cathédrale, à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. Des indices existent, cependant, pour proposer cette éventualité64.

  • 65  Ureña y Smenjaud (1935 : XIII), « La invocación al Ser Supremo en los cuatro primeros hexámetros d (...)
  • 66  Pour les gloses au Timée, on peut commencer par Lemoine & Picard-Parra (2004).
  • 67  Sur cette question, voir Speer (1997).

55Pour ce qui est du poème préliminaire au Forum Conche, sans oublier la tradition antique, le fait que le poète ait sélectionné un matériau verbal en consonance avec les idées chartraines semble digne d’intérêt. Un mot attire l’attention : au troisième vers du poème, on lit yle specierum ; l’usage d’hyle (« matière », « substance ») a déjà valu au poète la qualification de théologien, de la part de Rafael de Ureña y Smenjaud65. Que l’auteur puisse être considéré comme théologien, ou plutôt comme clerc très cultivé, ce sont des questions qui finalement reviennent au même : il s’agissait d’un lettré très bien informé des nouveautés intellectuelles. L’emploi d’hyle semble caractéristique de la philosophie chartraine ; il s’agit en effet de l’un des mots-clés employés par les glossateurs du Timée de Platon66, qui (via Macrobe et son Commentaire au Songe de Scipion, commenté à son tour par Guillaume de Conches) défendaient que seule la volonté divine rend possible et définit la causalité de la nature67.

  • 68  Jaeger (1994 : 178).
  • 69  Bien entendu, ces formules ou réferences ne sont pas exclusives de l’humanisme chartrain. Pour mor (...)

56Dans le poème, dispositio et elocutio proclament qu’Alphonse VIII constitue l’émanation de la puissance créatrice divine, et proposent une figure royale auréolée de vertu et de mœurs religieuses, dépeinte dans l’acte même de gouverner, par l’octroi de la loi. Cette représentation ressemble à celles élaborées par des auteurs qui se trouvaient dans le rayon d’influence de Chartres au XIIe siècle. Pour ceux-ci, la création du monde est le point de départ de la vertu et de la vie exemplaire. Les glossateurs du Timée, Alain de Lille avec son Anticlaudianus, de nombreux autres auteurs encore, commentèrent les rapports entre la Création et l’homme, s’appliquant à élaborer une philosophie pratique, efficace dans la vie administrative et politique, qui pourrait être celle que nous lisons dans le poème au Forum Conche. Ils affirmaient que l’harmonie céleste doit déteindre sur les actions humaines ; un commentateur du texte platonique, Manegold de Lautenbach, défendait qu’il fallait se servir du Timée pour apprendre les vertus aux gouvernants68. La perfection du cosmos devait trouver son corrélat dans la perfection du roi ; c’est ce que dit le poème au Forum Conche, peut-être le Poème de Benevívere aussi. Le monarque y est représenté comme bon gouvernant parce qu’il possède les vertus (uirtutis odorem) et est religieux (more pio69) mais surtout, parce que ces attributs lui viennent directement de Dieu, qui l’a créé et lui a donné les qualités de son Être.

  • 70  Voir Rodríguez López (2003). Pour cette chercheuse, Juan et Rodrigo se seraient servis « de aparat (...)
  • 71  Haro Cortés (1996, 2003).
  • 72  Foz (1998 : 53-56), Gil (1985 : 43-51).
  • 73  Foz (1988 : 47-48), Gil (1985 : 38-43).
  • 74  Henriet (2004a).
  • 75  Guijarro González (2004).
  • 76  Foz (1998 : 46-60).
  • 77  J’aurais envie de proposer encore une éventuelle autre voie d’entrée, qui pointe directement vers (...)
  • 78  Pour compléter cette idée, qui doit être approfondie, voir Pick (1998).

57Si tel était le sens profond de notre poème, il conviendrait d’accepter que la philosophie chartraine pénétra la cour de Castille, par le truchement des clercs du roi. La proximité de la chancellerie avec la cathédrale de Tolède et son école favorisa sans doute cette transmission de savoirs, qui devint nettement reconnaissable au XIIIe siècle avec les traductions de textes d’Aristote : pour ne donner qu’un exemple, la Chronica regum Castellae et l’Historia de rebus Hispaniae ont été perméables à la représentation éthique des souverains70, comme le seront un peu plus tard les miroirs de prince rédigés en langue romane71. Avant que l’empirisme aristotélicien ne gagne l’Occident avec les traductions du XIIIe siècle, la figuration du souverain comme individu émané de Dieu et harmonieusement disposé au bon gouvernement de ses sujets, semble avoir eu droit de cité au palais. N’oublions pas, par ailleurs, que des textes d’Aristote avaient été traduits par Gérard de Crémone, chanoine à Tolède entre 1157 et 117672, ni que Dominique Gundissalvi, actif de 1130 à 1180, avait traduit et composé de nombreux textes véhiculant la pensée philosophique platonique et aristotélique73. Les hommes de la cathédrale tolédane avaient eu l’occasion de côtoyer ces hommes, de lire leurs œuvres ; ces individus-là travaillaient souvent au service du roi, à la chancellerie. Qu’un poème composé par l’un des ces écrivains soit porteur d’une pensée très proche de celle de Chartres ne paraît pas, finalement, si extraordinaire. Les clercs français étaient nombreux dans la péninsule Ibérique depuis le XIe siècle74 ; les clercs péninsulaires voyageaient en France75 ; des individus comme Alfred de Sareshel, Robert de Chester, Daniel de Morley ou Hermann le Dalmate76, qui avaient étudié en France avant d’arriver en Espagne pour y traduire des textes arabes, auraient pu communiquer les bases de la philosophie chartraine aux lettrés hispaniques. Hermann le Dalmate avait, lui, étudié avec Thierry de Chartres. Les voies d’entrée de l’influence chartraine dans la chancellerie castillane semblent nombreuses77. Il semble en conséquence naturel de constater que, lorsqu’il composa son Breviarium, l’archevêque de Tolède agissait au moins partiellement en exégète chartrain78.

  • 79  Cf. Southern (2001 : 81-98).
  • 80  Le Goff (1985 : 54). Pour l’influence chartraine sur le Libro de Alexandre, voir García López (200 (...)

58Quelque vingt ans plus tôt, celui qui écrivit le poème qui prélude le Forum Conche avait entrepris de construire un objet poétique sur le cosmos, le livre, le roi et la loi, aussi bien organisé et rationnel que possible… Faudrait-il se cantonner à interpréter la présence d’isotopies cosmiques dans ce poème comme un élément banal de l’inventio ? Ou bien pouvons-nous déclarer ouvertement que les idées de Chartres avaient touché l’auteur du poème ? Le marquage sémantique et notionnel du texte qui nous occupe est trop insistant pour le croire. Qui plus est, le deuxième hémistiche du vers 2, « deus unice trine », évoque le problème de la Trinité, particulièrement pertinent pour les maîtres chartrains79. La philosophie de Chartres se déploya dans toute sa splendeur quelques années après la composition du prologue au Forum Conche, contemporainement à Rodrigo Jiménez de Rada, avec le Libro de Alexandre, dont le héros est le conquérant et le chercheur par excellence80. Le sentiment que l’auteur des vers préliminaires au Forum Conche voulut tresser dans son éloge du roi Alphonse un savoir moderne et réputé reste ancré chez le lecteur de ce texte. Si l’hypothèse de l’appartenance idéologique chartraine de ce poème était avérée, nous serions devant un bel exemple de l’harmonie qui pouvait exister entre politique et connaissance, entre idéologie cléricale et idéologie monarchique, ainsi que du rôle que la science, triviale et quadriviale, pouvait jouer à la cour de Castille, au tournant des XIIe et XIIIe siècles.

59Quoi qu’il en soit, les six premiers vers du poème sont remarquables, clairs et somptueux à la fois.

b.

Cereus hic regum, iubar orbis, regula legum,
Malleus elate plebis, clipeusque togate,
Cornua confregit maurorum, castra subegit,
Regna, potestates subuertit, tecta, penates,

  • 81  Rodrigo Jiménez de Rada emploiera ce même clipeus dans son Historia de rebus, VII, xii, pour quali (...)
  • 82  Le poète pourrait avoir écrit le deuxième hémistiche du vers 10 en pensant à la situation concrète (...)

60Après la magnificence de la première partie, les vers 7-10 pourraient paraître bien fades. Les vers 7 et 8 présentent toujours une structure ordonnée faite de juncturae (assemblage de mots) similaires, composées d’un substantif et de son complément : cereus regum, iubar orbis, regula legum, malleus (elate) plebis, clipeus togate. Le lexique céleste prédomine encore au vers 7, mais le changement de rime et la progression vers un autre type d’isotopies annoncent que la représentation d’un monarque animé de la puissance divine va changer, et que la figure royale recevra d’autres attributs. En effet, au vers 8 on passe au lexique de la guerre, singulier en ce qu’il pose le texte dans la tradition de la Rome classique : plebs, togatus, clipeus81; plus loin, potestates, penates. L’espace romain est ainsi bâti, en tant que décor verbal adéquat à l’exposition du droit qui va suivre. S’entremêlent la loi et les batailles : au vers 8 commence à se dessiner explicitement l’image du guerrier, soutenue par les rimes internes (elate/togate, malleus/clipeus). Au vers 9, le portrait statique entre dans le mouvement : les tournures fondées sur des substantifs sont remplacées par des verbes d’action (confregit, subegit, plus loin subuertit, confecit, imponens, et uicit). La transformation est radicale, et efficace : de l’image du roi en majesté nous sommes passés à l’image du roi héroïque et actif. L’accumulation de verbes, les parallélismes, les allitérations et les résonances entre les formes verbales contribuent à créer l’effet de clameur guerrière et du bruit des victoires d’Alphonse. L’énumération conduit du général (regna) au particulier (tecta82, penates). Cette deuxième partie présente le rôle premier du souverain comme dominateur de l’ennemi musulman : Alphonse VIII est décrit, d’abord, comme vainqueur des Maures. Mais cette image n’est pas la plus forte du poème ; elle se diluera dans la troisième partie, où le monarque de la Reconquête deviendra monarque de la Chrétienté péninsulaire.

c.

Xristicolas reges belli confecit agone,
Imponens leges positis sub deditione.
Sic nauarrensem uicit, si legionensem,
Sic aragonensem domuit, sic portugalensem.

61Les vers de la fin occupent la position idéale pour la communication d’éléments de propagande faciles à retenir. Il y est dit, toujours au moyen d’une rime interne pleine de sens (reges/leges), que le souverain a battu ses ennemis et a donné la loi ; implicitement, le poème laisse entendre que la victoire qui compte réellement est celle d’Alphonse sur les autres monarques péninsulaires. La représentation des vaincus musulmans occupe moins d’espace que celle des chrétiens : tandis que l’image des combattants de l’Islam, traditionnelle, était rapidement évoquée au vers 9 (« cornua confregit maurorum »), les ennemis chrétiens et hispaniques d’Alphonse sont invoqués sur un vers entier, pour revenir plus tard, de manière détaillée, dans les vers 13 et 14 et ainsi clore le poème.

  • 83  On n’inscrivit pas d’épitaphe sur le sépulcre d’Alphonse VIII ; voir Pérez Monzón (2002) pour les (...)

62La structure des vers 9 et 11, où sont initialement identifiés les opposants d’Alphonse, est chiasmatique (cornua maurorum [substantif + complément] /Xristicolas reges [adjectif + substantif]). Il fallait d’abord mettre les deux référents à un niveau identique, pour ensuite focaliser l’attention sur les rois chrétiens, qui prennent plus d’espace dans le poème. Ils apparaissent comme les objets véritables de l’autorité politique d’Alphonse, lorsque leur image de nouveaux sujets du roi s’imprime sur le texte, et sur les consciences. La narration ferme le texte, alors que la description l’ouvrait : en 12 ou 14 vers, tout a été dit sur la puissance du roi de Castille. Les deux vers finaux, en zeugme, constituent l’inscription la plus retentissante du pouvoir castillan. Leur arrogance explique qu’ils aient été censurés par la postérité… ils auraient fait une belle épitaphe pour Alphonse83.

63Au terme de cette analyse, nous pouvons déclarer que la structure et la matière de ce bref poème latin sont la conséquence du labeur réfléchi de son auteur : le texte présente une gradation conceptuelle ascendante, puisque vibre, à sa fin, la proclamation d’Alphonse comme roi tout-puissant, alors que le début du texte se caractérise par l’omniprésence du Créateur. Inversement, si les premiers vers se distinguent par une très grande richesse formelle et de contenus, les derniers vers sont plus pauvres, rhétoriquement et lexicalement. À la progression idéologique semble correspondre une dégradation esthétique. La cause de cette oscillation me paraît résider dans l’essence même du poème au Forum Conche : joyau textuel offert au roi, il sort du cœur de son clerc. La première partie appartient au lettré ; dans les six premiers vers, il brille, par son érudition, ses connaissances, son esprit, son bonheur d’écrire. Les deuxième et troisième parties appartiennent au souverain ; le clerc compose pour lui la partition de son projet idéologique, écrivant des vers moins radieux, sans doute, mais plus intelligibles. Le poème précède la loi : il fallait se tourner vers le pragmatique. Trop d’éclat rhétorique et intellectuel auraient nui à la compréhension du texte et à l’application du droit.

64Je crois que le prologue en prose prolonge l’accord entre le désir du clerc de montrer sa maestría et le désir du roi de faire voir sa puissance, grâce à la technique du premier. Nous avons vu comment la première partie du texte en prose était réservée au discours métalittéraire d’un lettré de la fin du XIIe siècle, comment l’auteur amorçait l’énonciation par une série de considérations relatives à l’art d’écrire et au savoir poétique. Tout comme dans le poème, la prose s’ouvre par l’autoportrait du clerc ; tout comme dans le poème, le portrait du roi s’impose graduellement et la représentation monarchique finit par s’emparer de l’espace textuel. Materia royale et esthétique cléricale sont inextricablement mêlées dans les deux textes.

  • 84  Il ne s’agit là que d’un très bref commentaire de l’ornatus du prologue en prose. Il faudrait par (...)

65Le prologue constitue un bel exemple de prose ornée ; son auteur a joué avec la deriuatio (studeant /studium), les figures étymologiques (feruet fornax), les allitérations recherchées (angustiis abintus afflictus hostibus), l’usage de citations facilement reconnaissables, les répétitions (intrauit, elegit, preelegit, adscivit)84. La forme est, à nouveau, sens ; le soin dans l’écriture déclare ouvertement que cette pièce est monumentale et, par conséquent, doit être admirée et respectée. Le palais de la mémoire d’Alphonse VIII est bien celui du Forum Conche, qui transmit la loi au corps social et proposa, sur son seuil, des images très fortes de la puissance de ce monarque.


  

66Je ne saurai mettre un point final à cette étude sans évoquer la réception de ces deux textes préliminaires. Quels étaient leurs destinataires ? Le roi, assurément, ainsi que les membres de sa famille et les clercs de la cour. Le poème, malgré sa densité sémantique et idéologique, dut apparaître comme d’un abord relativement compréhensible pour les laïcs, par sa structuration rythmique. Mais il ne put pas convenir à des illettrés ; il dut en être de même pour la prose, plus difficilement abordable peut-être, malgré son organisation, similaire à celle des diplômes. Les lettrés, c’est-à-dire les clercs et le roi Alphonse, ainsi que la famille royale, auraient eu un accès direct et complet à ces pièces liminaires ; ceux qui ne possédaient pas la maîtrise de la culture écrite et du latin ne les auraient comprises que partiellement. L’objectif de l’auteur aurait été ainsi atteint : les destinataires primordiaux, c’est-à-dire les clercs de cour avec le monarque, auraient apprécié pleinement son travail d’orfèvre ; les autres auditeurs auraient interprété ces textes comme étant, fondamentalement, des objets de célébration.

67Cette double réception paraît convenir à bon nombre des documents issus de la chancellerie, ainsi qu’à d’autres œuvres dont il a été question ici. Des textes difficiles, pour leur langue ou pour leur forme, auraient joui d’une circulation interne dans le cercle des lettrés, et d’une diffusion approximative chez les auditeurs novices. Le Poème de Benevívere, par exemple, s’il fut lu à la cour, aurait été correctement saisi par les clercs ; les autres courtisans, même s’ils ne pouvaient le déchiffrer entièrement, l’auraient reconnu comme l’un des rouages de la machine de propagande lancée par Alphonse avec la collaboration de ses écrivains, et comme un autre des monuments érigés par les clercs à la gloire du monarque.

  • 85  Voir par exemple Oroz Reta & Marcos Casquero (1995 : 3-28).
  • 86  Arizaleta (1999 : 40-50).
  • 87  Voir notamment Salvador Martínez (1980 : 284-285) : « Si por un lado la candidatura de D. Rodrigo (...)

68L’ordonnancement du poème liminaire au Forum Conche est aussi digne d’attention. Nous avons là une composition « à la mode », similaire à beaucoup d’autres textes écrits par des poètes latins contemporains85. Il me semble que sa structure matérielle l’apparente également aux œuvres construites au moyen du tétrastique monorime – appelé cuaderna vía en langue romane86. Cette strophe de quatre vers, réunis par des rimes plates, sera introduite dans la péninsule au tournant des XIIe et XIIIe siècles avec le Roncesvalles latin, poème que d’aucuns ont attribué à Rodrigo Jiménez de Rada87. Elle fut ensuite employée par l’auteur du Libro de Alexandre, et par d’autres poètes qu’on a l’habitude de classer comme appartenant à ce qu’on appelle le « mester de clerecía ». La versification du poème préliminaire et celle des quatrains monorimes composés, en latin ou en romance, dans la péninsule Ibérique présentent plusieurs points communs, dont la répétition de la rime en fin de vers, mais aussi la structure interne.

  • 88  Comparer avec l’analyse minutieuse des « figures rythmiques » des poèmes en cuaderna vía menée à b (...)
  • 89  Le Poème de Benevivere a été composé selon les règles de la poésie métrique ; il appartient à une (...)

69En effet, nos vers latins sont divisés en deux hémistiches tendant à la structure heptasyllabe + heptasyllabe, ou bien octosyllabe + hexasyllabe ; c’est le cas aussi pour les vers de la cuaderna vía. Chacun de ces hémistiches correspond à une unité rythmique, mais aussi syntaxique et sémantique ; un tel schéma ressemble, encore une fois, à celui des quatrains monorimes88. Certes, le poème du Forum Conche est construit au moyen de distiques, mais aussi d’un quatrain. Ces distiques ne sont pas réguliers. Je ne postule pas une relation génétique entre ces vers latins et les vers romans de la cuaderna vía. J’aimerais toutefois suggérer que si ce poème de louange à Alphonse VIII fut effectivement diffusé à la cour de Castille, nous pourrions admettre deux possibilités : que d’autres poèmes semblables, pour ce qui est de l’organisation et la cohérence interne, aient circulé au palais, au tournant des XIIe et XIIIe siècles89 ; que cette (très) hypothétique diffusion ait pu jouer dans la décision de l’auteur du Libro de Alexandre d’adapter la strophe monorime.

  • 90  García López & Sánchez Lancis (2005).

70Une telle supposition est extrêmement fragile ; toujours est-il que le poème destiné à Alphonse VIII est en latin, mais sa structuration en fait un objet simple, ordonné, compréhensible pour les lettrés ; sa prosodie concorde avec celle de la langue romane. Le Libro de Alexandre, en revanche, est un objet majestueux, aussi ordonné, mais d’une grande difficulté, car il est composé dans un romance très fortement latinisé, et selon des règles prosodiques propres à la poésie la plus exigeante. Le poème castillan contredit formellement, en quelque sorte, le poème latin : peut-on songer que le Libro de Alexandre se soit inscrit a contrario dans les pratiques poétiques en vigueur à la cour de Castille à la fin des XIIe et XIIIe siècles ? Alors que son contenu est le mieux adapté à la célébration d’une monarchie conquérante, fonction commune à tous les textes que nous avons rencontrés dans ces pages, sa forme très structurée se situe en aval de tout ce que nous avons vu jusqu’ici, cherchant l’adaptation au romance des règles d’une poétique très savante, entièrement accessible uniquement à une minorité90.

71Il faudrait creuser cette question ; je terminerai ce commentaire en suggérant que les deux poèmes jouirent probablement d’une double diffusion : le poème latin aurait été totalement compris par la minorité cultivée de la cour à la fin du XIIe siècle, et partiellement entendu par ceux qui ne maîtrisaient pas le latin. Le Libro de Alexandre était, en théorie, intelligible pour tous, puisque tous parlaient la langue romane, mais seuls quelques-uns à la cour auraient été en mesure de comprendre les subtilités et les difficultés d’un texte de forme romance, mais de substance latine.

72Les textes que j’ai étudiés ici, l’un en vers (le poème au Forum Conche), deux en prose (le for d’Arroyal et le prologue au Forum Conche), relèvent de la monumentalité littéraire, de manière discrète pour le for d’Arroyal, notoirement et puissamment pour le paratexte du Forum Conche. Leur littérarité me semble claire ; ils émanent d’un contexte idéologique identique, où il fallait écrire pour représenter le pouvoir grandissant d’Alphonse VIII. Ces textes pourraient être considérés comme des reliquaires, où sont conservés les attributs les plus agissants de ce roi, et où l’on expose à la vue et à l’ouie des vassaux la majesté du monarque. Bénéficiaires du for, habitants de Cuenca, gens de la cour, assistèrent peu-être à la lecture de ces pièces et gardèrent la mémoire de récits et de portraits d’un Alphonse issu d’une lignée impériale et dominant les autres royaumes de la péninsule, roi de loi et roi de l’écrit.

73De la chancellerie naquirent, à la fin du XIIe siècle, un conte juridique, un riche dithyrambe monarchique. Les clercs qui rédigeaient les documents du roi n’étaient peut-être pas des auteurs au sens plein, mais des grains de poussière auctorielle, sur les textes desquels la monarchie castillane en devenir allait construire un édifice prodigieux. Les textes du XIIIe siècle doivent beaucoup aux diplômes de la chancellerie, d’où surgirent des pièces mémorables. Les textes documentaires de la fin du XIIe siècle représentèrent pour les clercs de cour, j’en suis persuadée, la boîte à ouvrage d’où ils tirèrent la trame pour composer, dans la période qui nous intéresse, des éloges au roi, des récits sur le droit, des lettres de victoire, quelques poèmes sublimes.

  • 91  Voir Franchini (2004).
  • 92  La question de la datation de ce texte est complexe. Voir Haro Cortés (2003 : 38-40) pour un résum (...)
  • 93  Gómez Redondo (1998 : 111) date ce texte de 1230, tout en suggérant qu’il se fût agi d’une traduct (...)
  • 94  Pour une première approche de la traduction des textes bibliques, voir Gómez Redondo (1998 : 122-1 (...)
  • 95  Fernández-Ordóñez (2004 : 385).
  • 96  Dans Fernández-Ordóñez (2004), on peut lire une excellente étude des « grandes compilaciones integ (...)

74Plus tard, lorsque Ferdinand régna sur la Castille et le Léon, à la cour et dans les alentours de la chancellerie et de la cathédrale tolédane furent probablement composés des poèmes comme le Libro de Apolonio91, des miroirs de princes comme le Libro de los doze sabios (dont la première partie daterait de 1237, étant complétée par la suite92), des traités religieux comme la Fazienda de Ultramar93, des histoires latines comme l’Historia de rebus Hispaniae, le Chronicon mundi (Juan Díaz finissait aussi sa CRC en 1236) ; on traduisit certains livres de la Bible et nombre des codes de loi latins octroyés par les aïeux de Ferdinand III, dont le plus significatif est sans doute le Fuero Juzgo, translaté en 124194 ; la chancellerie, toujours aux mains de Juan, opta définitivement pour l’emploi du castillan : cette langue « faisait alors ses premiers pas sur le long chemin de sa codification »95. L’histoire des textes composés sous l’ombre d’Alphonse X est connue96 ; une étude basée sur la diachronie longue, qui mettrait en rapport les productions textuelles issues des cours d’Alphonse VIII, Ferdinand III et Alphonse X reste à faire. Pour mon propos, il suffit d’insister sur le rôle original des clercs d’Alphonse VIII dans la formalisation d’une idéologie de domination chrétienne, ainsi que dans l’élaboration de textes admirés.

75Il serait faux et imprudent d’affirmer que toute la production textuelle hispanique des années 1150-1250 (j’arrondis les dates) gravitait autour des palais des rois. Il me semble en revanche possible de suggérer que les clercs qui travaillaient dans les chancelleries royales eurent une part essentielle dans l’édification du monument monarchique et dans la diffusion d’une conscience lettrée qui était étayée par le bonheur d’écrire. Les clercs du palais d’Alphonse VIII étaient sans doute de la poussière d’auteurs, mais (que l’on me permette un excès de lyrisme) c’était là de la poussière d’étoiles.

IV. Signes d’identité

  • 97  Berthelot (1991 : 21).

76Nos modestes auteurs, capables de briller intensément pourtant, nos notaires ou scribes ne sont en quelque sorte que les glossateurs du monarque auteur et lecteur. Ils se présentent devant les sujets du roi comme les médiateurs entre la parole souveraine et le texte, ils se dissimulent sous leur nécessaire respect de la tradition scripturale, du moule des formulaires, de la répétition pragmatique. Ils parlent d’une voix étouffée, le plus souvent, pour dire la volonté royale. Leur liberté est apparemment confinée à leur fonction de serviteurs. Anne Berthelot, dans un ouvrage important sur les figures et la fonction de l’écrivain dans la littérature française du XIIIe siècle, a écrit que « […] l’activité de création que nous tendons à considérer comme essentielle en matière d’écriture est réduite [chez le scribe] pratiquement à rien. Mais dans l’espace de ce ‘pratiquement’ peuvent se glisser bien de choses »97.

77J’ai tenté d’exposer dans les pages qui précèdent un peu de la matière – littéraire, fictionnelle, poétique – qui s’est insinuée dans le cadre en théorie rigide des textes documentaires. J’ai signalé que le monarque, tenant du pouvoir, dépend lui aussi de la tradition scripturale, que sa représentation est limitée par les expectatives de ses sujets ; un seul exemple, l’un des plus frappants, de la réitération d’une thématique dans les diplômes, est bien celui de l’insertion généalogique des monarques, omniprésente et indispensable. Les clercs de la chancellerie portent la voix du roi ; de ce fait, ils portent le pouvoir monarchique, au moins dans la parabole de la propagande textuelle. Ils s’arrangent aussi pour qu’on entende leurs voix : dans les discours qui ont été analysés dans cette quatrième partie, l’autorité créatrice et poétique de leur auteur ou auteurs est criante. Ces textes, formellement beaux, exemplifient le pacte d’écriture qui existait, en 1157-1203, entre les lettrés de la chancellerie et le monarque : celui-ci y est figuré comme l’auteur explicite de l’action juridique, dans le for d’Arroyal, et du code de loi, dans le poème au Forum Conche. Il est aussi représenté comme le lecteur actif du conte qui confirme les droits de ses sujets, et comme l’interprète du for donné à la ville de Cuenca. Mica le notaire élabora probablement un mythe de fondation, lorsqu’il composa le double prologue au Forum Conche. Ce mythe allait servir les habitants de la ville reconquise, ainsi que ceux d’une vaste région qui serait bientôt régie par la loi de Cuenca, mais il servait aussi le gouverneur, Alphonse VIII, et son scribe, l’auteur du texte. Le prologue parachève la loi écrite au moyen de la superposition d’une parure lyrique, philosophique et juridique, dont le liant est l’image royale ; en écrivant ce prologue, son auteur partageait l’espace d’admiration et de commémoration au centre duquel régnait le roi.

  • 98  Comme il a été signalé plus haut, il manque à ce travail une étude approfondie des préambules de l (...)

78Tout cela est évident, si nous restons attachés aux trois textes dont il a été ici question. Mais les clercs glissèrent aussi un peu de leurs envies dans les documents courants : ils modifièrent les dates, rédigèrent des préambules minimement différenciés, où une petite variante pouvait compter98 ; surtout, ils se placèrent, de par leur écriture, immédiatement derrière la figure du monarque. Les interstices des écrits de la chancellerie ont en effet permis la réalisation d’un service au roi fondé sur la littérarité et sur l’identité cléricale. Avec Michel Zimmermann, contre Anne Berthelot, je me range donc dans la certitude que les clercs qui écrivaient au palais au tournant des XIIe et XIIIe siècles savaient que leurs œuvres étaient nécessaires à la figuration poétique, en sus de politique, de la monarchie castillane.

79Les clercs de la chancellerie castillane étaient les serviteurs nécessaires, permutables mais essentiels au bon fonctionnement de la machine de propagande. Ils partageaient sans doute une identité lettrée, se reconnaissant mutuellement dans leur maîtrise de l’art scriptural aussi bien que dans la réciprocité établie entre la personne royale et la communauté des écrivains du palais. Un réseau d’influences et d’aspirations collectives agissait probablement au sein de la cour de Castille, avec des pics d’activité visibles vers 1180-1190 et 1212-1214, sous et pour Alphonse VIII, et vers 1217-1226, sous Ferdinand III, avec Juan Díaz.

80Je crois avoir démontré comment une écriture fortement imprégnée d’idéologie conquérante et matinée de fiction prend son envol à la chancellerie dans les années 1170, pour atteindre des sommets dans les années postérieures à la conquête de Cuenca, tomber dans le silence après la défaite d’Alarcos et refaire surface, avec la victoire de Las Navas de Tolosa. Rien d’étonnant à cela, le mouvement scriptural épousa les événements du règne d’Alphonse VIII, ses triomphes et ses échecs. Pendant ce temps long de la vie du petit-fils de l’Empereur, les diplômes prirent la place des chroniques – à l’exception de la CN, dont la composition devrait très vraisemblablement être mise en relation avec le projet textuel que ce roi encouragea afin que sa gloire fût connue à chaque carrefour de son royaume. L’histoire prit forme écrite dans les documents issus de la chancellerie. Une chancellerie gouvernée par des hommes différents – Pedro de Cardona, Gutierre Rodríguez et Diego García, pour les années 1178-1215, période la plus féconde pour ce qui est de la représentation victorieuse d’Alphonse VIII ; Raimundo et Guillermo de Hastafort, pour les années du début du règne. Sans disposer de preuves textuelles irrévocables, j’ai cru possible de suggérer, au fil des travaux de Francisco Javier Hernández et de Peter Linehan, que ces chanceliers n’étaient pas tout à fait aux commandes, et que c’étaient les notaires qui se chargeaient de l’élaboration matérielle des textes, dans leur rédaction mais aussi dans leur contenu. Nous avons vu que certains de ces notaires subalternes semblent avoir pris sur eux de construire des images fortes de la monarchie : de cela, il sera question un peu plus loin.

  • 99  Pour tout ceci, voir Annexe 3.

81Je voudrais pour l’instant déclarer que, jusqu’en 1217 (le règne d’Henri Ier et la prise en main de la chancellerie par Rodrigo Ruiz constituant le pont entre les anciens et les nouveaux usages), la chancellerie est un espace de pouvoir, puisqu’on y met en parole la puissance du souverain. Dans cet espace, les pratiques d’écriture ne dépendent pas de la volonté affirmée d’un chancelier, mais des techniciens qui s’occupent pratiquement de la rédaction des documents. Ces hommes-là se caractérisent par leur continuité : les noms qui reviennent le plus souvent sont ceux de Pedro de Santa Cruz, Gerardo, Mica99. Il est vrai que l’arrivée de Diego García semble entraîner un changement dans les habitudes : de nouveaux notaires et scribes (alors que peu de scribes avaient travaillé à la chancellerie avant 1193) se mettent alors au service du roi. Mais ceux-ci viennent et vont, ne s’installent pas vraiment. Curieusement, semblable inflation dans le personnel de la chancellerie coïncide avec Alarcos, et ne signifie point une intensification de l’activité de propagande scripturale, bien au contraire. Alors qu’une grande discrétion quant à l’échec de 1195 singularise la production de ces années, et ce jusqu’en 1211 plus ou moins, Diego remplit son bureau d’écrivains. Il agit ainsi probablement en raison d’une augmentation du nombre des tâches, mais l’on est en droit de croire que ce fut son ambition qui le conduisit à enrichir sa chancellerie, en faisant appel à plus d’individus qu’il ne le fallait pour remplir les besoins administratifs du royaume. Ceux-ci continuaient de travailler scrupuleusement pour le roi, qui les récompensait. Mais leur travail avait moins d’éclat ; les temps n’étaient pas tout à fait propices aux panégyriques. Quelle que soit la raison du trop plein de la chancellerie gouvernée par Diego García, la conclusion qui semble s’imposer est que ces hommes-là jouissaient d’une certaine liberté – au moins jusqu’en 1193. Avant Diego, tout mène à croire que les notaires sont les responsables des textes issus de la chancellerie ; avec Diego, commence probablement un contrôle plus strict, de la part du chancelier, des matières et des formes d’écrire.

82Diego est un lettré, tout comme Rodrigo Jiménez de Rada, dont il était si proche, lequel reçoit officiellement la chancellerie en 1208. À partir des premières années du XIIIe siècle, le roi est entouré de ses hauts clercs, pour ce qui est de l’activité de mise par écrit et conservation pour la mémoire des faits du royaume. À partir du début du XIIIe siècle, la monarchie s’appuie sur la haute clergie. L’archevêque de Tolède profita sans doute de la situation : après la mort d’un roi fort, il s’introduisit dans l’écrit royal, pour probablement tenter de déplacer ce pouvoir vers sa personne. Je serais tentée de suggérer que Rodrigo chercha, jusqu’en 1217, à faire sienne la transcendance du texte monarchique. Les indices sont maigres, mais assez significatifs, comme on l’a vu ; Diego García était peut-être l’« homme fort » de Rodrigo à la chancellerie, dont il avait besoin pour que les notaires (parmi lesquels Pedro Ponce et un Mica plus âgé) construisent des images de pouvoir d’une nature différente, puisqu’elles rehaussaient la puissance de l’archevêque et non plus du monarque.

83Ces considérations, fort hypothétiques, m’entraînent vers quatre possibles conclusions initiales, plus hasardeuses encore :

a. avant l’arrivée de Diego García, le roi se dispensait du recours aux chanceliers pour susciter la construction textuelle de son programme idéologique ;

b. l’alliance entre la monarchie et la clergie était alors fondée sur la bonne entente et les obligations réciproques : la récompense du travail bien fait, pour le souverain ; l’écriture de textes efficaces, pour les clercs.

84Nous sommes (pour a. et pour b.) dans la période 1170-1200.

c. avec l’arrivée de Diego García et celle, subséquente, de Rodrigo Jiménez de Rada, le roi ne peut plus se passer des hauts clercs pour ce qui est de la mise par écrit de son projet politique. La monarchie castillane sera désormais marquée par l’influence de certains clercs haut placés ;

  • 100  Sur cette question, sur la relation de Diego García et Rodrigo Jiménez de Rada, sur l’hypothétique (...)

d. l’entente entre la monarchie et la clergie fut peut-être moins facile, en ce premier temps de transition (1200-1217), à cause du poids de ces clercs trop présents. Diego García fut apparemment écarté de la chancellerie en 1215-1216, pour des raisons que nous ne connaissons pas réellement100. L’un des résultats de cet évincement fut la composition de son Planeta, d’où sourd une grande amertume contre les affaires du palais. Nous avons évoqué la question des relations entre Rodrigo Jiménez de Rada et Juan Díaz, successeur de Diego García à la tête de la chancellerie ; le moins qu’on puisse dire, c’est que les relations n’étaient pas au beau fixe entre ces deux hommes. Des tensions semblent avoir effectivement eu lieu entre les acteurs les plus visibles de l’écriture des documents du roi.

  • 101  Pour ce qui suit, j’ai pu bénéficier des communications présentées au colloque La Chronica regum C (...)

85Ce qui veut dire, enfin, que les choses avaient changé, et qu’à partir de 1217 jusqu’en 1230 (pour rester dans les limites chonologiques que je me suis donné), le monarque ne pouvait se dispenser de la présence active de son chancelier. Celui-ci devenait l’agent primordial de la réalisation textuelle d’un projet idéologique hérité des ancêtres du souverain, personnalisé, taillé sur mesure pour le nouveau roi : Ferdinand III avait grand besoin de Juan Díaz, qui allait profiter des largesses de la monarchie et remplacer ceux qui l’avaient précédé, Diego et Rodrigo, dans le cœur du souverain101.

  • 102  Linehan (2006).
  • 103  Voir Annexe 3.

86Je crois en effet que Juan modifia considérablement le panorama scriptural de la chancellerie et de la cour. Attiré au service du roi, peut-être par Bérengère102, une fois nommé chancelier il créa une nouvelle équipe103 ; il lui fallait compter sur la fidélité d’hommes nouveaux, qui n’auraient pas travaillé sous Diego (et Rodrigo). Je l’ai signalé plus haut : cette équipe était composée de scribes. Il n’y a plus de notaires au service de Ferdinand III. Les notaires avaient exercé des fonctions de la plus grande importance auprès d’Alphonse VIII, alors que c’était le monarque qui dirigeait la machine scripturale. Juan voulut changer cela : dans l’atelier de Juan, les ouvriers n’eurent pas de voix, contrairement à ce qui s’était passé des années plus tôt. Le chancelier de Ferdinand III, nous l’avons dit à plusieurs reprises, maîtrisait totalement la production de la chancellerie. Ce n’était plus le monarque qui commandait directement : Juan Díaz était le médiateur entre la voix du roi et son inscription sur le parchemin.

  • 104  Lors du colloque précédemment cité, Inés Fernández-Ordóñez a défendu la qualification d’historia, (...)
  • 105  Avec l’exception du double prologue au Forum Conche, qui paraît effectivement très fortement marqu (...)
  • 106  Martin (2006).

87Après les premières années, pendant lesquelles Juan œuvra, grâce à l’écriture des diplômes, pour un monarque jeune encore situé dans l’ombre de sa mère, le chancelier commença à composer une chronique. Avec Juan, les faits des rois furent à nouveau consignés sous la forme d’une historia104. Les événements restaient toujours conservés dans les documents de la chancellerie, mais ils adoptèrent une structure et un sens nouveau en retrouvant l’écrin idéal du récit historique long. Il ne s’agit sans doute pas d’un hasard si, entre 1217 et 1226, dans les espaces du palais ou de la cathédrale de Tolède, on construisit des histoires monarchiques : le LRT, les ATP, la première partie de la CRC, le Libro de Alexandre, vraisemblablement. Il fallait reprendre le projet de représentation d’une monarchie victorieuse, qu’Alphonse VIII avait si bien su réaliser avec l’aide de ses clercs. Les clercs présents à la cour dans ce premier quart du XIIIe siècle reprirent le flambeau. Parmi eux, Juan Díaz fut le plus actif, le plus puissant aussi : alors que ceux qui avaient travaillé pour Alphonse VIII l’avaient fait de manière ponctuelle, presque anonymement, pendant des périodes plus ou moins longues mais sans chercher à greffer une idéologie propre dans l’écriture des faits du roi105, agissant comme des serviteurs reconnaissants, et comme des vecteurs de savoir, Juan s’impose comme l’« éminence grise » de la cour106, comme l’auteur très pragmatique d’un texte qui prône l’intervention de la royauté dans les affaires terrestres, et qui se fonde sur le providentialisme et l’augustinisme politique, qui fait de Dieu le roi des rois.

  • 107  Je me permets de renvoyer à Arizaleta (2006).

88Certes, les temps se prêtaient alors à ce que les grand clercs – Rodrigo Jiménez de Rada, Lucas de Tuy, Juan Díaz, Diego García – ressentent le besoin de raconter et de se raconter, de marquer leur présence dans des textes historiques autonomes et d’annoncer leur rôle à la cour, auprès du roi (ou de la reine, pour ce qui est de Bérengère). La situation est cependant nouvelle, par rapport à ce que nous connaissons des pratiques du règne d’Alphonse VIII : si les matériaux sont grosso modo les mêmes (l’image du roi est toujours double, celle d’un monarque conquérant surimpressionnée à celle d’un monarque paladin de la Chrétienté), la formalisation de ces idées est différente, plus prolixe, plus cohérente, plus détaillée. Plus variée aussi : Juan Díaz n’hésite pas à inclure des éléments pleinement fictionnels et romanesques dans son texte historique107. En écrivant sa chronique, Juan prolonge d’une part la vague textuelle qui donne à voir à la cour des représentations diverses de la monarchie victorieuse, entre 1217 et 1226 ; d’autre part, il s’érige en conseiller privilégié du roi Ferdinand, défenseur premier des intérêts du monarque, face à Rodrigo, défenseur primordial de ses propres intérêts. Juan, grand clerc lettré, s’installe dans l’espace du pouvoir. Pour ce qui nous concerne, il constitue le point d’arrivée d’une évolution que nous apercevions au temps de Sanche III, où les clercs de la chancellerie commençaient déjà à préparer l’image d’un monarque chrétien très glorieux. Juan constitue l’un des maillons qui relient le projet idéologique d’Alphonse X à celui de son père ; le chancelier est aussi la meilleure preuve de la continuité idéologique et textuelle entre Alphonse VIII et Alphonse X.

  • 108  Rappelons l’échec de Rodrigo Jiménez de Rada, parti chercher de l’aide en France et rentré bredoui (...)
  • 109  Pour ce qui suit, je me suis globalement inspirée du travail de Patrick Henriet (sous presse), not (...)

89Après le travail de propagande antérieur à Las Navas, mené à bien par Alphonse VIII avec la collaboration de ses clercs – qui écrivaient les textes ou bien partaient à l’étranger quérir l’aide des souverains occidentaux108 –, après la victoire de juillet 1212, la monarchie castillane occupe une position de force. La clergie du palais prendra en charge la suite de la représentation royale. Celle-ci restera essentiellement la même dans ses composantes de base, sauf pour un détail : tandis que, au temps d’Alphonse VIII, les textes le figuraient seul, en guide héroïque de la Chrétienté et en dominateur de l’Hispania, au temps de Ferdinand III le roi n’est plus seul, mais entouré des hauts clercs. Les ecclésiastiques envahissent le palais, la clergie s’empare d’un rôle très prégnant. La cour de l’après-Alphonse VIII est une cour fortement cléricalisée. Le monarque n’apparaît plus dans les textes issus de la chancellerie comme un héros épique, mais comme un roi au service de l’Église109. Nous avons vu comment les narrations diplomatiques évacuaient les récits héroïques relatifs à l’écriture de la vie de Ferdinand III. Nous suggérions alors que la biographie de ce roi suffisait à expliquer les silences et les absences, que la silhouette puissante d’Alphonse VIII obscurcissait même l’activité scripturale des clercs. Mais c’était oublier que les hommes étaient autres, qu’ils travaillaient sous Juan Díaz, et que ce déficit de la représentation héroïque devait correspondre également à la figure monarchique que le chancelier voulait offrir aux sujets de Ferdinand III. Aussi différents soient-ils, les textes composés sous la responsabilité de Juan Díaz ou écrits par lui-même présentent, au moins, une caractéristique commune : le portrait qu’ils offrent est celui d’un souverain qui n’est pas seul. Sa mère, les épouses du roi, quelques nobles, et les hauts clercs, sont autour du monarque. Juan Díaz est bien présent dans ce tableau, accompagnant Ferdinand III de son ombre tutélaire ; le chancelier est auteur et acteur, acteur principal de la représentation qu’il dessine. Les clercs d’Alphonse restaient dans les marges, Juan occupe une position centrale. Le souverain et les clercs : telle est la nouvelle image, je crois, que l’on lit dans la CRC et dans des œuvres comme le Libro de Alexandre. Le roi gouverne et fait la guerre, mais il écoute le conseil de ses clercs lettrés, d’après ce que ces deux grands textes monarchiques contemporains nous laissent voir.

  • 110  Alors que dans l’Historia de rebus Hispaniae, Rodrigo Jiménez de Rada réserve son panégyrique du r (...)
  • 111  On pourra voir, par exemple, Arizaleta, « Les vers sur la pierre. Quelques notes sur le Libro de A (...)

90Juan, Rodrigo, Lucas aussi, sont les prélats nécessaires au nouveau gouvernement, car ils disposent des compétences et des réseaux d’influence pour matérialiser un projet qui avait obtenu le succès en 1212, mais qui risquait de basculer dans le néant si les puissants ne renouvelaient pas le pacte qui les liait aux clercs. Ces clercs prirent le dessus, au moins pendant les premières années du règne de Ferdinand, durant presque toute la période où celui-ci gouverna sur la Castille seule. Juan se donna à Ferdinand comme modèle : juge et exégète des actions du monarque, il chercha a écrire une œuvre exemplaire pour le roi. J’ai déjà dit plus haut que la première partie de la CRC dut être diffusée à la cour fin 1226 (si nous acceptons qu’elle fut finie entre les mois d’août et de novembre de cette année-là). Dans ce cas, Juan Díaz proposa à Ferdinand un récit destiné à avoir une influence immédiate sur l’action du souverain. Dans cette narration, une image prévaut : celle du grand-père Alphonse, ornée de toutes les vertus, héros du récit impressionnant de Las Navas, protagoniste de la victoire et touché par la grâce de Dieu. Cet épisode-là dut influencer le roi : le modèle était trop évident pour l’ignorer, il cadrait parfaitement avec la nouvelle attitude de Ferdinand, décidé enfin, après 1224, à combattre les Maures. Le modèle explicite de cette première partie de la CRC est donc Alphonse VIII110, le modèle implicite en est le chancelier, puisque tout le fragment est destiné à laisser entrevoir que son auteur est capable de bien construire une belle et émouvante figuration royale, pénétrée de providentialisme. L’auteur s’(auto)représente dans la composition d’un texte admirable. Juan n’est pas le seul à procéder ainsi dans la période qui nous occupe : le clerc qui écrivit le Libro de Alexandre donna aussi à voir et à entendre son art en composant des épisodes remarquables111. Le clerc s’inscrit donc dans son texte, par sa pensée politique, par l’écriture de sa croyance, par la démonstration de sa technique scripturale. Juan, haut clerc de la première moitié du XIIIe siècle, cherche à modeler le gouvernement de Ferdinand. Celui-ci savait que de son chancelier dépendait la formalisation idéologique de sa royauté. Le roi avait besoin du clerc.

91Je crois que, à la fin du XIIe siècle, la situation était différente : le roi était le modèle du clerc. Chez Alphonse VIII, les lettrés de la chancellerie tirèrent parti de la correspondance entre les actions d’éclat du monarque et sa représentation héroïque. Alphonse VIII pouvait être représenté comme le conquérant dynamique, éternellement en quête d’aventures. Les clercs de la cour d’Alphonse décrivirent souvent leur souverain comme étant paré des attributs de la clergie ; Alphonse VIII (nous disent les textes écrits par ses clercs) réunissait les vertus de l’intellect et le courage guerrier. Il ne semble pas que Juan Díaz ait doté la figure de Ferdinand III de semblable description intellectuelle : ce roi est guerrier (après 1224) et touché par la grâce divine. Son grand-père, en plus de guerroyeur et convaincu de sa mission spirituelle, jouit de l’admiration des clercs qui, malgré leur relative parcimonie, s’arrangent pour exposer dans leurs textes la proximité du gendre d’Aliénor d’Aquitaine et Henri II Plantagenêt avec les constructions de l’esprit. L’Alexandre du Libro ressemblera beaucoup à l’Alphonse des clercs ; Rodrigo, grand lettré de la cour de Ferdinand, prit aussi comme modèle de sapientia et de courage le grand-père de leur souverain. Avant 1217, la figure monarchique qu’on lit dans les textes cléricaux composés à (ou près de) la cour est celle d’un roi lettré, proche des clercs. Après 1217, on contemplera la figure d’un roi entouré de clercs, proches du roi. Ce sera Alphonse X de Castille et León qui reviendra à la figure de son arrière grand-père pour la parachever, en se faisant représenter en tant que roi lettré, roi-clerc.

92Ce qui vient d’être dit est évidemment en rapport avec la notion-clé de « cléricalisation » du pouvoir royal, magistralement étudiée par Patrick Henriet :

  • 112  Cf. la « Conclusion » de Hispania sacra (sous presse).

[…] à compter de la fin du XIe siècle, on constate une véritable cléricalisation de la société : idéologiquement dominateurs […] ils s’érigent plus sûrement que par le passé en médiateurs obligés. Cette évolution a des conséquences dans pratiquement tous les secteurs de la vie sociale : rapports avec l’environnement laïque proche, sens des combats séculaires contre l’adversaire musulman, conception et exercice de la fonction royale. Au-delà des changements les plus visibles, les soubassements mêmes du corps social chrétien expérimentent une évolution de fond qui, à un moment ou à un autre, peut être observée dans les autres zones de la Chrétienté […]. La re-construction identitaire d’un groupe social particulier, celui des clercs, a donc permis de redéfinir les fondements idéels de la société hispanique112.

93Nous avons suivi dans ces pages quelques-unes des composantes de la « conception et l’exercice de la fonction royale ». Les clercs des rois de Castille entre 1157 et 1230 sont bien ceux dont Patrick Henriet a fait le portrait, ceux qui inventèrent de nouvelles manières d’occuper une place centrale dans la société, au moyen de leur appropriation des voies du Salut ou des techniques scripturales, en offrant leur savoir à la monarchie. Les clercs qui écrivent pour le roi avant 1217, lorsqu’ils écrivent pour le roi, se sont représentés fondamentalement comme les seigneurs de l’écrit. Leurs textes ne se caractérisent pas par une tonalité particulièrement religieuse ; ces hommes respectent naturellement la tradition de l’Écriture et sont doués pour la mise en paroles du spirituel. Mais je ne vois pas un marquage spécifique, dans les diplômes de Sanche III et d’Alphonse VIII, de thématiques ou de formes appartenant fondamentalement à l’Église. Si l’on ne peut pas dire que les pièces de mon corpus avant 1217 sont profanes, loin de là, on peut affirmer qu’elles ne portent pas un sens particulièrement relié au pouvoir ecclésiastique. La meilleure preuve de cela, je crois, est la neutralité des discours issus de la chancellerie concernant la victoire de Las Navas de Tolosa : le vocabulaire de la guerre sainte est épars, la tonalité plutôt conciliante. C’est le roi qui parle dans ces documents, non pas le clerc – du moins, le clerc ancré dans sa fonction sacerdotale. Je me trompe peut-être, mais cette discrétion me semble être la plus efficace des garanties du service clérical au monarque.

94La situation change avec Juan Díaz, qui ne partage rien de sa clergie avec son souverain. Juan surplombe Ferdinand, le jauge d’un œil de maître, juché sur les hauteurs de ses connaissances et de sa doctrine. Juan ne tient point à cèder une parcelle de son savoir à Ferdinand, ne serait-ce le temps d’écrire une phrase ou un fragment de sa CRC, moins encore des diplômes de sa chancellerie. Le roi doit gouverner ; au clerc l’écriture et la science.

  • 113  Bedos-Rezak (1992).

95Les clercs du palais sont en effet des médiateurs : ils occupent l’espace médian entre le souverain et ses sujets, entre la tête et le corps social, car ce sont eux qui pourront, le plus efficacement, perpétuer la mémoire monarchique et cristalliser le sentiment d’admiration des sujets du roi devant l’image puissante de celui-ci. Il existe de formes de pouvoir qui ne sont pas celles de l’écrit. Mais seul l’écrit existe dans le présent de la représentation publique et rituelle, dans le futur de la commémoration du lignage et des faits héroïques d’un monarque, ainsi que dans le passé du souvenir qui se réalise au présent. Les textes restent ; ils sont dynamiques, peuvent être modifiés, falsifiés, développés. Les textes contiennent simultanément des forces d’attraction, de représentation et de légitimation, ils sont le pouvoir, la base et l’instrument de leur sujet, la royauté. Ce furent les clercs qui produisirent ces objets incommesurables de gouvernement. Ce fut la voix des rois qu’ils fixèrent sur le parchemin113. L’identité de ces clercs lettrés fut celle des spécialistes et des serviteurs, orgueilleux de l’être, à tel point qu’ils imposèrent leur présence textuelle aux monarques, comme ce fut le cas du chancelier Juan. Écrire, c’était l’une des formes les plus impressionnantes de la cléricalisation de la puissance royale. Les clercs de la cour de Castille, entre 1157 et 1230, se pensèrent sans doute souvent comme un groupe social particulier, dont la fonction était d’élaborer des textes efficaces et donneurs de plaisir.


  

  • 114  Voir Annexes 2 et 3.

96Nous avons croisé, au fil de ces pages, certains noms qui reviennent souvent. Les textes que ces clercs rédigeaient étaient les signes d’identité de ces professionnels de la parole écrite. Il conviendrait, pour finir, d’établir une liste provisoire des individus les plus actifs à la chancellerie de Castille entre 1157 et 1230, et de rappeler les raisons pour lesquelles ils devraient entrer dans notre mémoire de lecteurs des textes des XIIe et XIIIe siècles. Je procéderai par ordre chronologique114.

97Pedro de Santa Cruz
Actif à la chancellerie d’Alphonse VIII entre 1167 et 1178, sous Raimundo et Pedro de Cardona, il semble avoir pris des responsabilités d’écriture. Auteur du récit de l’adoubement de son souverain, utilisateur convaincu de l’adjectif serenissimus, participe à l’écriture des micro-récits de la campagne en Navarre, ainsi qu’à la propagande postérieure à la conquête de Cuenca.

  • 115  Voir Moner (1986).
  • 116  Cf. González (1960 : II, 506), doc. 307, du 30 septembre 1178 : « Decens est et regie maiestati co (...)

98Gerardo
Il travailla sous Pedro de Cardona et Gutierre Rodríguez, entre 1178 et 1193. Magister et archidiacre de Palencia, son activité à la chancellerie suffirait à établir la relation étroite entre les écoles de cette ville et la cour palatine. Fidèle, comme Pedro de Santa Cruz, à l’emploi de serenissimus pour décrire le roi Alphonse, il écrit avec d’autres la « fiction de Cuenca ». Sa figure joua un rôle dans la construction de la mémoire légendaire de cette ville115, ce qui pourrait, après tout, faire de lui un autre candidat potentiel à l’écriture du prologue au Forum Conche. Moins présent dans ces pages que certains de ses collègues, Gerardo semble néanmoins avoir maîtrisé les techniques d’écriture, notamment en ce qui concerne les préambules des années 1178-1179, très fréquemment marqués par leur contenu ecclésiastique ou monastique, et destinés à évoquer la générosité d’Alphonse VIII envers l’Église116.

  • 117  « […] in regum obsequio assiduis curis et laboribus affliguntur » ; cf. González (1960 : II, 966), (...)
  • 118  Türk (1977).

99Mica
Le clerc le plus actif des chancelleries gouvernées par Gutierre Rodríguez et par Diego García, il rédigea un nombre très important de documents entre 1185 et 1197. Il était présent lorsque Diego García semble avoir voulu introduire des changements dans les habitudes de la chancellerie, pour confirmer la tradition et dévier les nouveautés ; son nom est apparu lorsque nous évoquions l’hypothèse de la mise par écrit du Cantar de Mío Cid par un individu proche de la chancellerie castillane, défendue par Francisco Javier Hernández. Mica est le clerc sur lequel nous disposons du plus grand nombre d’informations indirectes, relatives aux formes de rémunération qu’Alphonse VIII offrit à l’un de ses écrivains les plus estimés. Mica écrivit des documents où figure la représentation héroïque des ordres militaires, l’image du roi bâtisseur, le modèle du monarque défenseur de la Chrétienté. À cet auteur on attribue l’écriture du for d’Arroyal, et le candidat le plus solide à la composition du double prologue au Forum Conche – même si nous devrions accepter l’éventualité qu’un clerc d’origine anglaise ait pu composer un poème et une préface en prose qui contiennent des formules singulièrement opérationnelles dans la représentation du lignage Plantagenêt. Dans ce sens, il serait éventuellement possible de suggérer que Mica ait entretenu des rapports étroits avec les pratiques d’écriture des lettrés qui fréquentaient la cour Plantagenêt. Un indice qui pourrait appuyer cette hypothèse serait le fait que Mica évoque l’épuisement qui accable ceux qui servent le monarque – « au service du roi, ils sont harassés par les travaux et les soins assidus »117. Nous pouvons voir dans ses propos un topique, mais nous pouvons également nous demander si en Castille, au tournant du XIIe et du XIIIe siècle, la clergie du palais ne partageait pas les états d’âme des clercs satiristes de la cour d’Angleterre118. Les fidélités ministérielles des clercs castillans auraient pu avoir été brisées, par le sentiment de la pénibilité du travail de ceux qui servent le roi, car ce service irait à l’encontre de la morale cléricale. Le mince reproche de Mica pourrait donc être dû à des contacts entre les cours d’Angleterre et de Castille : les clercs castillans auraient pu être au courant des habitudes scripturales de leurs collègues anglo-normands. Il conviendra à l’avenir de suivre la piste de cet écrivain de la chancellerie, cet étrange Mica, où je suis tentée d’entrevoir le premier transfuge, ouvrant la route qui mène de la charte à l’écrit littéraire. Car tel est bien le cœur de la question que j’aborde : le passage insensible de la belle charte à une écriture narrative qui entre en connivence avec la tradition des fictions exemplaires.

  • 119  Voir Hernando Pérez (1992), Powers (2001).

100Diego García
Responsable de la chancellerie entre 1193 et 1215, et pendant trois mois au début de 1217. Nous n’avons pas rencontré le plus connu des hommes de la chancellerie castillane à l’époque qui nous occupe, avec Juan Díaz, dans des rôles particulièrement actifs. Protagoniste attendu d’une étude sur l’écriture au palais au tournant des XIIe et XIIIe siècles, personnage qui mériterait une étude en profondeur, il est nonobstant partiellement invisible dans les pages que je présente ici. Nous l’avons croisé au moment où il décidait de la division des tâches au sein de la chancellerie ; il annonçait en cela le mode de fonctionnement de Juan Díaz, dont il fut le patron pendant un bref laps de temps. Nous l’avons aperçu, passionné par l’art de l’écriture, chancelier vigilant, introduisant peut-être de formes novatrices de dicter les documents, à la manière phonographique. Mais nous n’avons pas trouvé de matière mémorable issue de sa chancellerie, sauf s’il s’avérait que le Forum Conche était postérieur à 1190. Il aurait pu alors, effectivement, composer le double prologue. Diego García paraît avoir été l’homme de main de Rodrigo Jiménez de Rada, et pourrait bien avoir travaillé à consolider son pouvoir épiscopal face à la puissance royale. Nous ne savons pas s’il fut l’auteur des textes qui racontaient à la papauté et aux monarchies occidentales le succès de Las Navas. Finalement, Diego García reste pour nous l’auteur confirmé du Planeta, et l’auteur supposé de quasiment tous les textes composés dans la période qui nous intéresse119. Cependant, les données vérifiables de son action au sein de la chancellerie sont très peu nombreuses. Chancelier d’Alphonse VIII, il fut peut-être empêché d’agir par deux personnalités fortes, plus fortes encore que la sienne : celle du roi, et celle de l’archevêque de Tolède.

  • 120  Wright (2000 : 32-33) : « […] a Pedro le remplazó el primer subnotarius que conocemos. Éste, llama (...)
  • 121  Voir Annexe 5.

101Pascasio
La présence de cet écrivain du roi sur la liste des clercs les plus actifs ou connus de la chancellerie castillane entre 1157 et 1230 est probablement anecdotique. Pascasio commença à travailler comme sous-notaire pour Diego García en 1204. Il pourrait avoir mis par écrit le Traité de Cabreros120. J’ai suggéré qu’il aurait pu être l’auteur du Poème de Benevívere121. Si cette dernière hypothèse s’avérait, Pascasio serait mort en 1206. Ce serait également l’un des clercs dont les réalisations écrites mériteraient une plus grande attention. Mais il semble difficile de confirmer (ou d’infirmer) ces conjectures, dans l’état actuel de nos connaissances.

102Pedro Ponce
Il commence à travailler pour Diego García en 1210, reste à la chancellerie avec Rodrigo Rodríguez, pour disparaître avec l’arrivée de Juan Díaz. Pedro Ponce apparaît comme l’un des clercs les plus intéressants du début du XIIIe siècle. Notaire très actif, il se charge de la rédaction, entre 1211-1214, de quelques textes en scripta. C’est lui qui inclut le « je » du narrateur dans les micro-récits concernant Alphonse VIII, en 1212. C’est encore lui qui écrit l’évocation flamboyante de Rodrigo Jiménez de Rada, le 6 novembre 1214. Il composa donc des textes en faveur de l’archevêque de Tolède, mais les relations entre Diego García, Rodrigo Jiménez de Rada et Pedro Ponce restent inconnues pour nous. Enfin, ce clerc expose son désir de vivre dans la mémoire des lecteurs et des textes. Pedro Ponce intervient à des moments-clé de l’évolution scripturale vecue à la chancellerie, au début du XIIIe siècle. Son rôle dut par conséquent être fondamental dans la construction de la propagande royale ; son éloignement, lorsque Juan Díaz prit le pouvoir, n’est pas moins significatif de la fonction de promoteur de nouveautés qu’il dut remplir à la chancellerie castillane.

  • 122  Pour une vision élargie de la CRC, il faut se référer aux actes du colloque La Chronica regum Cast (...)

103Juan Díaz
Beaucoup reste encore à dire sur Juan Díaz, plus connu sous le nom de Juan de Osma ou de Juan de Soria122. Mon cadre chronologique s’arrêtant en 1230, je n’ai pas pu réaliser un travail complet de comparaison entre l’écriture des diplômes et celle de la CRC. Je crois néanmoins avoir étudié certains aspects fondamentaux du rôle de Juan dans l’écriture de textes palatins. Avec son arrivée, toute aspiration créatrice de ses subordonnées à la chancellerie semble avoir été étouffée. Il se réserva le rôle de l’écrivain et du maître. Avec lui, la clerecía devint l’un des modes de fonctionnement privilégiés de la royauté. L’écriture de l’Histoire se chargea explicitement et constamment de significations spirituelles, elle adopta une forme textuelle plus efficace que les diplômes, elle fut donnée à entendre aux princes, aux clercs, aux nobles. Juan Díaz mit de l’ordre dans un espace qui avait vécu ses heures de liberté et de créativité au tournant des XIIe et XIIIe siècles. La cour, le palais, semblent avoir remplacé la chancellerie comme laboratoire de création, comme ouvroir de littérature, aux temps de l’arrivée du chancelier. Fut-ce lui le responsable de cette transformation ? Il me semble plutôt que Juan profita plutôt d’un changement généralisé, émané du pouvoir monarchique, qui relança vers 1220 la composition de véritables monuments littéraires comme forme pragmatique de représentation.


104Les noms que je viens de citer sont ceux des hommes du métier. Je ne crois toujours pas que l’on puisse réellement proclamer que les cours des rois de Castille fourmillaient d’intellectuels, mais d’individus connaissant le poids de la parole écrite. Mica (si ce fut lui l’auteur du poème au Forum Conche), Diego García, Rodrigo Jiménez de Rada, Juan Díaz étaient possiblement, en revanche, des intellectuels. Les autres, c’étaient des lettrés scrupuleux. Tous ces hommes-là étaient au service d’Alphonse VIII, pour la plupart ; au service de Ferdinand III, pour ce qui est de Juan Díaz. Rodrigo, nous le savons, ne servait que lui-même.

105Ces clercs, recevaient-ils leurs ordres du monarque ? Commandait-il leurs œuvres, ou bien lui étaient-elles offertes ? Pour ce qui est des diplômes, il me semble licite d’affirmer qu’Alphonse VIII était derrière leur composition. On pourrait hésiter pour le double prologue au Forum Conche, que j’aurais néanmoins tendance à considérer comme une œuvre de commande. Des textes tels que la CRC, ou le Poème de Benevívere, ou encore le Libro de Alexandre, me semblent plutôt être des œuvres offertes au roi ou à la cour, par des auteurs conscients et fiers d’avoir construit de magnifiques édifices verbaux.

  • 123  Je remercie Georges Martin d’avoir attiré mon attention sur la possibilité que le latin de la CRC (...)

106Enfin, Pedro Ponce, Pascasio, Juan Díaz aussi probablement123, semblent avoir été capables d’écrire tant en latin qu’en romance. Cette question mérite d’être approfondie. Il n’en reste pas moins que les textes de ces auteurs, diplomatiques ou pas, ont sûrement préparé la réception d’un texte comme le Libro de Alexandre, écrit par un clerc très orgueilleux qui fit le pari d’écrire un long poème en langue romane, tout en lui conservant une sorte de substrat latin, pétrissant son romance avec les plus exigeantes caractéristiques de la syntaxe et la rhétorique latine. Ce texte dut avoir une double réception, comme tous ceux qui m’ont occupée dans ces pages. Les circonstances précises de la diffusion de ces nombreux discours autour du monarque et de la monarchie, qui fleurirent à la cour de Castille à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle, nous sont inconnues. Mais nous pouvons imaginer comment le plaisir de l’écriture fut entremêlé à l’obligation de l’efficacité, dans un contexte cosmopolite, où plusieurs langues étaient pratiquées, où les rois étaient en contact étroit avec les clercs et où l’on se réjouissait de disposer de textes qui accordaient du bonheur.

Haut de page

Notes

1  Cf. C. Croizy-Naquet, Écrire l’histoire romaine au début du XIIIe siècle, Paris : Honoré Champion, 1999, p. 228.

2  Pour les motifs épiques et romanesques (la catégorisation étant malaisée, puisque le roman utilise les procédés de la chanson de geste), voir Ong (2004 : 141 et ss).

3  Fleischman (1983).

4  Molinié (2004 : 53).

5  Idem : 55.

6  Sur la « perspective documentaire » du Poème de Benevivere, voir Rico (1985 : 129-135) et, surtout, Pérez Rodríguez (2008). Un bon point de départ pour la relation génétique entre textes « documentaires » et textes « littéraires », dans le récent travail d’A. Deyermond (2005).

7  Chenu (1969 : 15).

8  Banniard (1989 : 177).

9  Henriet (sous presse). La phrase que je cite et modifie, abusivement sans doute, est « les clercs ‘deviennent’ alors des médiateurs sacramentels en ce sens que leur action, plus que par le passé sans doute, est désormais perçue comme essentielle à l’obtention du salut ».

10  Je me place ici sous l’autorité de Carlos Estepa Díez, qui a bien voulu me faire part de ses doutes quant à l’authenticité de ce document : il s’agirait en fait d’un faux. Cela dit, la « réalité » de l’écriture de ce for en 1183 ne saurait être le seul élément déterminant pour mon propos : il m’importe plutôt de souligner combien la figure de Mica a pu apparaître comme celle de l’écrivain royal par excellence, dans la période finale du XIIe siècle, à tel point que les éventuels faussaires n’hésitèrent pas à mettre le document qui nous intéresse sous son autorité (et sous son « auteurité »).

11  Voir le texte en Annexe 8. Pour la dénomination du texte, Martínez Díez (1982 : 82-83).

12  Ou bien de ce que l’on croyait être l’art de la narration, s’il s’agit en effet d’un faux.

13  Cf. Bremond, Le Goff & Schmitt (1982 : 37).

14  Toujours selon González (1960 : II, 699), « Zabálburu, Col. Miró, carp. 1, núm. 1, orig. con sello de plomo, proc. del Hospital del Rey ».

15  « Dompnus Goterrius, chancellarius regis, qui hanc cartam exarare fecit, testis. Et magister Mica, domini regis notarius, scripsit, testis ».

16  Cf. Gómez Redondo (1998 : 91). Sur les fazañas, voir Bermejo Cabrero (1972) et Darbord & Valle Videla (2005).

17  Molinié (2004 : 53-54).

18  Bermejo Cabrero (1972 : 62), « En las fazañas no hablan los jueces o alcaldes, sino los redactores ».

19  Il est intéressant de souligner le changement de langue : « portario suo Martinus Lupi » devient « Martinus Lupi, ianitor regis », quelques lignes plus loin ; le roman est remplacé par le latin. Voir Annexe 8.

20  « […] precepit cuidam portario suo Martinus Lupi ut ueniens reintegraret eos qui expoliatos erant a domo sua, quod ita factum est. Et postea precepit domno Lupo uillico suo, qui preerat omnibus aliis uillicis quod perquireret in circumaiacentibus uillis que sunt in facie de Arroial qualem forum in tempore imperatoris et regis Sancii haberent hec predicta uilla que fuit Quintana de Porcas, Marmellar de Iuso, Quintana Donnas et Paramo de Suso et Villalonga ».

21  « […] hoc itaque exquisito et ita inuenta coram his inquisitoribus […] adhibuerunt ad alias predictas uillas et fecerunt ita […] ibi omnes ita coniuratos, ut supra diximus, testantur hoc uerum esse et ita fieri et predictas uillas non alium habere forum ».

22  « Et hec pesquisa ita coram domino rege Aldefonso relata et recitata ut inuenta fuerat, precepit ut ita fieret usque in perpetuum ».

23  Le document ne porte pas la mention du lieu où il fut rédigé.

24  Gómez Redondo (1998 : 88), évoque, a contrario, la volonté antinobiliaire de la tradition forale.

25  « […] dixerunt Dominicus Saturninez, Dominicus Martinez, Goncaluo Saturninez, Petrus Stephani : nos scimus rei ueritatem […] ».

26  Cf. Faral (1982 : 76).

27  « Unde sunt testes : de Marmellar, Martinus Dominici, Martinus Iohannes ; de Quintana Duennas, dompnus Garcia presbiter, Dominicus presbiter, Dominicus Millan, Gundissaluus Martini, Dominicus Iohannis, Guillelmus ingles, Dominicus Pelagi, Dominicus Martini ; et de Villalonga, Martinus Cidez, Petro Caluo ; de Paramo, dompnus Ferdinandus, Petrus Iohannis », voir Annexe 8.

28  Voir Mélétinski (1970) et Propp (1970).

29  « Et hec pesquisa ita coram domino rege Aldefonso relata et recitata ut inuenta fuerat, precepit ut ita fieret usque in perpetuum […] Et ego rex Alfonsus, qui hanc cartam fieri precepi et relegentem audiui […] ».

30  Roudil (1968 : 20-25).

31  De Juan Díaz et de sa CRC il a été et sera souvent question dans cette étude. Pour un complément d’information, voir mon travail « Chronica regum Castellae : aledaños de la ficción », e-Spania, 2, décembre 2006 (http://e-spania.revues.org/index517.html). Sur la représentation d’Alphonse VIII dans l’Historia de rebus, on peut voir Arizaleta (2003a).

32  Voir supra et Annexe 7.

33  Arizaleta (2000b).

34  Bourgain & Hubert (2005 : 393).

35  Pour l’analyse qui suit, voir le texte et la traduction du Forum Conche à l’Annexe 6.

36  Cf. Dupriez (1980 : 283). Pour le changement du système quantitatif au système accentuel, voir Bourgain & Hubert (2005 : 420-429).

37  Bourgain & Hubert (2005 : 426).

38  Idem : 426 : « […] le bouleversement de la langue du Ier-IIe siècle touche les deux points d’appui de la versification latine : l’opposition des brèves et des longues disparaît, remplacée par l’opposition des voyelles ouvertes ou fermées […] ; l’accent musical est remplacé par un accent d’intensité, et son martèlement met en relief les voyelles frappées de l’accent […] la majorité des lecteurs perçoit uniquement un certain rythme des accents ».

39  La syllabe accentuée est désignée par ‘, la syllabe non accentuée par - ; exemple de vers paroxyton à l’hémistiche et à la fin, v. 12 : « Xristicolas reges belli confecit agone » (-‘–‘- ‘-/-‘- - ‘-).

40  Il faudrait sans doute revoir la ponctuation de l’édition d’Ureña y Smenjaud afin de déterminer exactement où sont les césures des vers ; de même, nous ne savons pas précisément si la diérèse fut pratiquée ou si, au contraire, ce fut la synalèphe (ou synérèse) préconisée par les arts poétiques contemporains qui prévalut ; voir Arizaleta (1999 : 176-177).

41  Martin (1993-94 : 88).

42  Idem : 89.

43  Pour le symbolisme du livre, Curtius (1956 : 485-518) reste d’actualité.

44  Cf. Suárez González (2003) ; decus orbis, per orbem dans l’épitaphe de Sancie.

45  Cf. Rico (1969) ; dans le planctus pour Ferdinand II, orbem nube tristitie.

46  Cf. Aurell (2003 : 35).

47  Bourgain & Hubert (2005 : 530-533) : « C’est donc une pièce d’actualité, rehaussée par tout le savoir-faire d’un poète déjà âgé et d’une virtuosité éprouvée ».

48  Cf. M. Aurell, L’Empire Plantagenêt, Paris : Perrin, p. 9.

49  Pérez Rodríguez, éd. (1990 : 38-43). Voir aussi Rico (1985 : 11-16).

50  Voir Arizaleta (2007b) et Pérez Rodríguez (2008).

51  Charlo Brea (1984 : 32) : « Aurora lucis rutilat precedens preclarissimam et felicissimam diem qua […] purgandum erat per uirtutem Domini nostri Iesu Christi et uictoriosissime Crucis […] Domine Iesu Christe, tu deiecisti eum dum aleuaretur, nam tales tolluntur in altum effrenata superbia, ut lapsum grauiore ruant ». Le texte est tissé à partir de citations bibliques, Ps. 72, 18 (« deicisti eos dum allevarentur ») et Mt. 23, 12 (« Qui autem se exaltaverit, humiliabitur : et qui se humiliaverit, exaltabitur »).

52  « Parisocolie » : « presque égalité du nombre des syllabes de segments de texte » ; cf. Bourgain & Hubert (2005 : 561).

53  Je remercie Helena de Carlos Villamarín de m’avoir communiqué la liste suivante (non exhaustive) des écrivains qui employèrent la formule principium sine principio dans leurs textes : Odo Cluniacensis, Occupatio 1,15 ; Fulcoius Beluacensis, Nuptiae Christi et ecclesiae 1,1255 ; Henricus Huntenduniensis, Historia Anglorum 12,1,81 ; Bernardus Cluniacensis, De Trinitate 21 ; Alanus ab Insulis, Anticlaudianus 5,130 ; Mattheus Vindocinensis, Epistulae 1,49 et Tobias 433 ; Johannes Garlandiae, Epithalamium uirginis 1,125. On la trouve aussi dans les Carmina Scotorum 1,4,9.

54  Texte cité dans Michel (1980).

55  Alonso (1943 : 31), mais avec précaution ; un exemple des interprétation parfois fantaisistes du Père Manuel Alonso dans Derville (1980 : 9). Voir aussi Hernando Pérez (1992 : 230-249), également avec précaution. Rico (1985 : 16) affirme que l’influence de l’œuvre d’Alain de Lille est visible dans le Verbiginale.

56  « […] el Breuiarium historie catholice [su] año de redacción sería el de 1214 » ; cf. Fernández Valverde (1995 : 106).

57  Breviarium historie catholice, I, I, cf. Fernández Valverde (1992 : 9). C’est moi qui souligne. Un peu plus loin, Rodrigo continue la glose des dictiones du livre de la Genèse, en suivant en cela l’Historia scholastica de Pierre le Mangeur : « In principio creavit Deus celum et terram. Et ponitur hec dictio ‘principio’ equiuoce pro Filio, et pro principio mundi et temporis, simul enim facta fuerunt, ac si diceret : ‘In principio, id est, in Filio et in principio mundi et temporis, creauit Deux celum et terram’ ». Rodrigo revient encore sur cette glose dans le prologue à son Breviarium : « Noue legis salutare preconium sue cause preuenit principium, cum in principio temporis superiores partes confuse machine lux licet tenuis illustraret […] » (idem : 3).

58  Diego García étudia à Paris (cf. Alonso, 1943 : 81) ; Rodrigo Jiménez de Rada aussi (cf. Gorosterratzu, 1925).

59  Bourgain & Hubert (2005 : 516)

60  Je ne tiens pas à maintenir à tout prix que Mica écrivit le prologue au Forum Conche. Il serait effectivement plus simple d’affirmer que Diego García fut l’auteur du prologue au Forum Conche : il aurait connu l’Anticlaudianus de première main pendant son séjour à Paris ; c’était le chancelier ; son nom revient souvent lorsque l’on s’intéresse au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Mais c’est sans compter avec le problème de la date du Forum Conche ; par ailleurs, Diego García ne cite pas textuellement Alain de Lille, d’après ce que Manuel Alonso en dit (1943 : 225 et 233) ; les citations qu’on trouve dans le Planeta proviendraient de la Summa de arte predicatoria. Mica me paraît, par conséquent, un candidat au moins aussi bon que Diego García.

61  Cf. Michel (1980 : 117).

62  Idem.

63  Cf. Le Goff (1985 : 53-60). Il faut se référer à Southern (1995 et 2001), pour une reconsidération des théories communément admises sur l’existence de l’école de Chartres. Voir aussi Lemoine & Picard-Parra (2004 : xi-xiii).

64  Les questions traitées ici devront dans le futur faire l’objet d’une étude approfondie. L’ouvrage de Jaeger (1994) a été déterminant pour l’écriture de ces pages, qui exposent simplement une possibilité interprétative.

65  Ureña y Smenjaud (1935 : XIII), « La invocación al Ser Supremo en los cuatro primeros hexámetros de los catorce escritos para enaltecer al rey don Alfonso […] parece comprobar esta hipótesis, pues sólo un teólogo podía entonces presentar, tan gráficamente expresada, la concepción panteista contenida en el tercer verso ». Le premier éditeur du Forum Conche, G. A. Allen (University Studies, Cincinnati, 1909 et 1910), avait proposé « ille specierum » (idem : XIX).

66  Pour les gloses au Timée, on peut commencer par Lemoine & Picard-Parra (2004).

67  Sur cette question, voir Speer (1997).

68  Jaeger (1994 : 178).

69  Bien entendu, ces formules ou réferences ne sont pas exclusives de l’humanisme chartrain. Pour more pio, voir par exemple Iogna-Prat (2003 : 212).

70  Voir Rodríguez López (2003). Pour cette chercheuse, Juan et Rodrigo se seraient servis « de aparatos conceptuales diferentes » (idem : 147).

71  Haro Cortés (1996, 2003).

72  Foz (1998 : 53-56), Gil (1985 : 43-51).

73  Foz (1988 : 47-48), Gil (1985 : 38-43).

74  Henriet (2004a).

75  Guijarro González (2004).

76  Foz (1998 : 46-60).

77  J’aurais envie de proposer encore une éventuelle autre voie d’entrée, qui pointe directement vers la clergie palatine : il s’agit de l’influence de l’Alexandreis de Gautier de Châtillon sur les lettrés hispaniques. Ce texte, écrit entre 1176 et 1182, fut extraordinairement célèbre dès sa composition. Il faisait partie des œuvres utilisées par les étudiants de Palencia au premiers tiers du XIIIe siècle. Peut-être certains des clercs de la cour castillane le connaissaient avant la fin du XIIe siècle et ce, par les contacts avec la cour anglaise : le texte de Gautier fut rapidement diffusé dans la cour Plantagenêt. Agréable aux rois, agréable aux clercs, l’Alexandreis fut un véritable best-seller qui allait de main en main. Gautier de Châtillon exploita, pour composer son poème, « des éléments et des possibilités esthétiques propres à une cosmologie naturaliste qui était le patrimoine commun de la pensée de Chartres » (cf. García López (2000 : 806). Son Alexandreis aurait pu faire passer les idées chartraines dans les productions des clercs lettrés hispaniques, peut-être dès son achèvement. Il faudrait, bien sûr, démontrer concrètement que ce texte circulait déjà à la cour de Castille en 1189, comme il circulait à la cour d’Angleterre : la cour anglaise connaissait bien l’Alexandreis en 1189, l’épitaphe d’Henri II Plantagenêt, mort cette année-là, contenait une imitation de deux des vers de ce poème (cf. Colker, 1978 : xix).

78  Pour compléter cette idée, qui doit être approfondie, voir Pick (1998).

79  Cf. Southern (2001 : 81-98).

80  Le Goff (1985 : 54). Pour l’influence chartraine sur le Libro de Alexandre, voir García López (2000).

81  Rodrigo Jiménez de Rada emploiera ce même clipeus dans son Historia de rebus, VII, xii, pour qualifier Sanche III (clipeus nobilium). Voir Arizaleta (2003a).

82  Le poète pourrait avoir écrit le deuxième hémistiche du vers 10 en pensant à la situation concrète de la ville libérée : voir l’argumentation de Bermejo Cabrero (2001 : 42) contre Barrero García (1982 : 53), sur les toits (tecta) de Cuenca et leur évocation dans le Forum Conche.

83  On n’inscrivit pas d’épitaphe sur le sépulcre d’Alphonse VIII ; voir Pérez Monzón (2002) pour les éléments figurant sur le sépulcre du roi. Par ailleurs, le planctus composé à la mort d’Alphonse et conservé à Las Huelgas est moins élaboré que ceux de sa mère, Blanche (cf. González, 1960 : I, 145), « Nobilis hic regina iacet, que Blanca vocari / promeruit, lilio candidior niveo ; / candoris pretium, festinans gratia morum, / feminei sexus hanc dabat esse decus. / Imperatoris natus rex Sancius illi / vir fuit ; et tanto laus erat illa viro. / Partu pressa ruit, et pignus nobile fudit. / Ventris virginei Filius adsit ei. / Era millena centum nonagesima quarta / regina constat hanc obiise piam) ou de son oncle Ferdinand II (voir supra). Le planctus à Alphonse VIII est le suivant : Rex obiit et labitur / Castellae gloria. / Allefonsus rapitur / ad celi gloriam. / Fons aret et moritur / donandi copia. / Petit celestia / a cuius manibus / fluxerunt omnibus / largitatis maria »; cf. González, (1960 : I, 215). Sa brièveté dut contribuer à ce que la vertu qui est ici mise en relief, la générosité (liberalitas), restât dans la mémoire des fidèles qui venaient à Las Huelgas.

84  Il ne s’agit là que d’un très bref commentaire de l’ornatus du prologue en prose. Il faudrait par ailleurs réaliser une analyse du cursus dans ce texte, tout comme dans ceux étudiés plus haut, pour mieux comprendre quelles étaient les caractéristiques de l’écriture de la chancellerie castillane au long de la période 1157-1230, son évolution ou sa continuité. J’avoue cependant ne pas être capable de mener à bien une véritable étude du cursus dans la prose diplomatique castillane.

85  Voir par exemple Oroz Reta & Marcos Casquero (1995 : 3-28).

86  Arizaleta (1999 : 40-50).

87  Voir notamment Salvador Martínez (1980 : 284-285) : « Si por un lado la candidatura de D. Rodrigo parece un poco comprometida (vagas semejanzas lingüísticas y estilísticas, navarro al servicio de Sancho el Fuerte), por otro (enemigo de leyendas carolingias y defensor de los derechos de la sede toledana), se nos perfila como el más aceptable ». Voir aussi González Ollé (1989 : 57-65) et Rico (1985 : 1-4).

88  Comparer avec l’analyse minutieuse des « figures rythmiques » des poèmes en cuaderna vía menée à bien par Uría (2000 : 104-126).

89  Le Poème de Benevivere a été composé selon les règles de la poésie métrique ; il appartient à une modalité de versification différente de celle du poème du prologue au Forum Conche. Le portrait d’Alphonse est très similaire dans les deux textes ; les procédés prosodiques sont autres.

90  García López & Sánchez Lancis (2005).

91  Voir Franchini (2004).

92  La question de la datation de ce texte est complexe. Voir Haro Cortés (2003 : 38-40) pour un résumé des interprétations courantes.

93  Gómez Redondo (1998 : 111) date ce texte de 1230, tout en suggérant qu’il se fût agi d’une traduction d’un texte latin, réalisée entre 1220-1230 (idem : 113).

94  Pour une première approche de la traduction des textes bibliques, voir Gómez Redondo (1998 : 122-131) ; pour la traductions des fueros, voir maintenant Fernández-Ordóñez (2004).

95  Fernández-Ordóñez (2004 : 385).

96  Dans Fernández-Ordóñez (2004), on peut lire une excellente étude des « grandes compilaciones integradas en los campos del derecho, la historia y las ciencias de la naturaleza » liées au scriptorium d’Alphonse X.

97  Berthelot (1991 : 21).

98  Comme il a été signalé plus haut, il manque à ce travail une étude approfondie des préambules de la documentation de Sanche III, Alphonse VIII, Henri Ier et Ferdinand III. La lecture de ces textes a été réalisée pour autant, d’où je tire cette conclusion, par trop décevante.

99  Pour tout ceci, voir Annexe 3.

100  Sur cette question, sur la relation de Diego García et Rodrigo Jiménez de Rada, sur l’hypothétique conservatisme des deux hommes, voir Wright (2000).

101  Pour ce qui suit, j’ai pu bénéficier des communications présentées au colloque La Chronica regum Castellae, de Jean d’Osma (1236) : sources, forme, sens et influence, célébré à Paris les 2 et 3 juin 2006 (cf. e-Spania 2, décembre 2006, http://e-spania.revues.org/index31.html).

102  Linehan (2006).

103  Voir Annexe 3.

104  Lors du colloque précédemment cité, Inés Fernández-Ordóñez a défendu la qualification d’historia, plutôt que de chronica, pour se référer au texte historiographique du chancelier, pour des raisons relatives à l’emploi de la chronologie dans l’œuvre. Je ne suis pas loin de partager son avis.

105  Avec l’exception du double prologue au Forum Conche, qui paraît effectivement très fortement marqué par la pensée de son auteur.

106  Martin (2006).

107  Je me permets de renvoyer à Arizaleta (2006).

108  Rappelons l’échec de Rodrigo Jiménez de Rada, parti chercher de l’aide en France et rentré bredouille.

109  Pour ce qui suit, je me suis globalement inspirée du travail de Patrick Henriet (sous presse), notamment du chapitre « Les clercs au service du roi et le roi au service de l’Église. Lorsque les clercs deviennent auteurs ».

110  Alors que dans l’Historia de rebus Hispaniae, Rodrigo Jiménez de Rada réserve son panégyrique du roi Alphonse VIII pour le livre VIII de son œuvre, c’est-à-dire pour la partie finale de son récit. Bien que ce roi soit le héros des deux textes historiographiques (voir Arizaleta 2003a), la différence dans le positionnement des deux épisodes, due au fait que le point de départ de la CRC et de l’Historia de rebus n’est pas le même, pourrait confirmer le choix, de la part de Juan, de matériaux immédiatement appréciés par l’entourage de Ferdinand. N’oublions pas, cependant, que ces deux épisodes semblent avoir été composés avec 20 ans d’écart.

111  On pourra voir, par exemple, Arizaleta, « Les vers sur la pierre. Quelques notes sur le Libro de Alexandre et le Libro de Apolonio », Troianalexandrina, 2005, 5, p. 153-184.

112  Cf. la « Conclusion » de Hispania sacra (sous presse).

113  Bedos-Rezak (1992).

114  Voir Annexes 2 et 3.

115  Voir Moner (1986).

116  Cf. González (1960 : II, 506), doc. 307, du 30 septembre 1178 : « Decens est et regie maiestati conueniens ea que a propriis principibus seu uasallis iuste data sunt in regno suo regio robore confirmare, presertim tamen ea que pro remissione criminum ecclesiis et ecclesiasticis personis iuste data sunt et concessa » ; idem : 508, du 21 novembre 1178 : « Inter cetera pietatis opera precipuum est ecclesias diligere et priuilegiis eas sublimare, presertim tamen eas in quibus conuersantur religiosi uiri, qui secularibus relictis Deo non cessant ymnis, psalmis et canticis et orationibus die noctuque deuotissime famulari » ; idem : 510, doc. 310, du 19 décembre 1178 : « Iustum est et rationi consentaneum ut milites regni palatii qui digna dominis suis exhibent seruitia dignis stipendiis remunerentur » ; idem : 515, doc. 314, du 13 février 1179 : « Regalem precipue inter ceteros homines decet maiestatem sibi fideliter et bene seruientes diligere, honorare et donis ditare regalibus, sed illi maxime eius debent ditari stipendiis qui die noctuque regalibus uidentur desudasse seruiciis […] propter multa bona seruicia que michi hactenus fideliter fecistis et cotidie exibetis deuotissime ». Ces préambules, qui précèdent souvent aussi les récits de la « fiction de Cuenca », ne sont bien sûr pas exclusifs de Gerardo. Le 19 avril 1179, Juan (magister Iohannes), écrit un magnifique préambule de semblable teneur : « Inter cetera pietatis opera precipuum est regibus uiros honestos ac religiosos diligere, honorare et ab incursibus impiorum defendere, et eos et eorum loca donis remunerare regalibus, presertim eos qui relictis secularibus mundique huius ompa penitus spreta, muro caustrali circumquaque sponte uallati, die noctuque Deo ieiuniis et orationibus assiduis sobrie et pie seruire non cessant peruigiles ». L’on peut se demander si la concentration de préambules à thématique monastique, concernant la libéralité du monarque, est à mettre en rapport avec la conquête de Cuenca et le programme de propagande qui en découla. Il faudrait, dans ce sens, étudier les variations dans l’écriture des préambules au long de la période qui nous intéresse.

117  « […] in regum obsequio assiduis curis et laboribus affliguntur » ; cf. González (1960 : II, 966), doc. 563, du 15 décembre 1190.

118  Türk (1977).

119  Voir Hernando Pérez (1992), Powers (2001).

120  Wright (2000 : 32-33) : « […] a Pedro le remplazó el primer subnotarius que conocemos. Éste, llamado Pascasio, aparece por primera vez en un documento del diez de noviembre de 1204 […] Domingo organizó la escritura [del Tratado de Cabreros], y es lícito conjeturar que fue el subnotarius el que manejó la pluma cancilleresca ».

121  Voir Annexe 5.

122  Pour une vision élargie de la CRC, il faut se référer aux actes du colloque La Chronica regum Castellae, de Jean d’Osma (1236) : sources, forme, sens et influence (http://e-spania.revues.org/index31.html).

123  Je remercie Georges Martin d’avoir attiré mon attention sur la possibilité que le latin de la CRC soit proche de la scripta.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaia Arizaleta, « Le bonheur d’écrire », in Les clercs au palais, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 02 juin 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/197

Haut de page