Navigation – Plan du site

Un roi en quête d’auteurité

Alphonse X et l’Histoire d’Espagne (Castille, XIIIe siècle)
de Corinne Mencé-Caster

L’auteur se propose d’analyser les conditions de possibilité d’une pensée de l’auteurité à travers le discours historiographique alphonsin. Le corpus choisi – l’Histoire d’Espagne d’Alphonse X – l’a été en raison de son positionnement frontalier, et donc ambigu, entre une historiographie en langue latine et une historiographie en langue vernaculaire, où un monarque menacé dans sa souveraineté, s’assume tout à la fois comme roi, comme sujet du roi, comme historiographe et comme artisan langagier. C’est que le milieu du XIIIe siècle, en Castille, marque un tournant pour l’historiographie royale. L’écriture en « roman », l’« accaparement de l’autorité d’écriture » par le roi Alphonse X signalent un point de rupture, favorable à une évolution des  « formes-auteur » traditionnelles. Ces mutations, favorables à la constitution d’une nouvelle instance auctoriale invitent à interroger  un  concept   aussi problématique que celui d’auctoritas, afin de voir quelle assise effective donner à celui d’auteurité. Seulement, comment penser et « traquer » cette inventivité dans une culture où le primat reconnu à la Tradition semble d’emblée l’invalider ?
Tel est le cœur du présent ouvrage, dont l’audace intellectuelle mérite d’être soulignée : examiner les modalités de tressage du savoir ancien et du savoir nouveau pour manifester la manière dont surgit  progressivement un discours nouveau, une vision du monde autre. Entre philosophie, sémiologie du discours historique, rhétorique et linguistique énonciative, cette réflexion rigoureuse  qui s’inscrit dans la droite lignée des travaux du SIREM (GDR 671 du CNRS) et du SEMH-Sorbonne (CLEA, EA 4083) dirigés par le Professeur Georges Martin, est aussi une invitation, et ce, dans une perspective dialogique,  à la relecture des textes fondateurs de l’épistèmè médiévale et du savoir moderne.

Publié avec le concours d'AILP (GDRE 671, CNRS).

Couverture : Manuscrit Français 342, f° 150. 
Crédits : Bibliothèque nationale de France, Paris. 

Informations

Collection :
Études
Éditeur :
SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083)
Mots clés :
linguistique énonciative, sémiologie du discours historique, histoire d'Espagne, Alphonse X, auteurité, compilation
Palabras clave :
linguística enunciativa, semiología del discurso histórico, historia de España, Alfonso X, autoridad, compilación
Mis en ligne en :
février 2011
Année de parution :
2011
Nombre de pages :
276 p.
Format :
21x29,7

À propos de l’auteur

  • Professeur des universités à l’Université des Antilles et de la Guyane, responsable du Master recherche «Traduction et édition en contexte multilingue», Corinne Mencé-Caster est membre de plusieurs comités scientifiques de revues internationales. Elle a dirigé Penser l’entre-deux et écrit notamment Langage et représentation du monde dans La Célestine. Elle a organisé en novembre 2009, en collaboration avec Georges Martin et Carlos Heusch à l’ENS de Lyon, un colloque international sur «Traduction et pouvoir en péninsule Ibérique au Moyen Âge».
    Auteur de nombreuses études sur les mécanismes linguistiques et rhétoriques qui régissent la construction discursive du «sujet» dans les textes historiques, littéraires et juridiques (XIIIe-XIVe siècles), elle s’intéresse aussi à la problématique de la transmission textuelle du point de vue de l’idéologie du sujet d’écriture, et singulièrement à la dimension politique des traductions médiévales.

    Catedrática de la Universidad de las Antillas y Guayana, responsable del Máster de investigación «Traducción y edición en contextos multilingues», Corinne Mencé-Caster es miembro de varios comités científicos internacionales. Dirigió Penser l’entre-deux y escribió Langage et représentation du monde dans La Célestine. Organizó, en colaboración con Georges Martin y Carlos Heusch en la ENS de Lyon en noviembre de 2009, un coloquio internacional sobre «Traducción y poderes en la península ibérica en la Edad Media».
    Autora de numerosos estudios sobre los mecanismos linguísticos y retóricos que rigen la construcción discursiva del «sujeto» en los textos históricos, literarios y jurídicos (siglos XIII y XIV), se interesa también por la temática de la transmisión textual desde el punto de vista del sujeto de la escritura, tratándose especialmente de la dimensión política de las traducciones medievales.