Navigation – Plan du site
Présentation

Prologue

Texte intégral

1Face à ce travail, certains ne manqueront pas de s’interroger : pourquoi rééditer la somme de chroniques du grand dépensier de la reine Aliénor d’Aragon, plus de deux siècles après une publication qui fait encore autorité, et alors même que son premier éditeur insistait déjà sur la déception qui avait été la sienne face à une œuvre dont il jugeait la célébrité usurpée, un ouvrage mineur, mal rédigé et sans originalité ? Pourquoi ne pas lui préférer une œuvre réellement inédite, ou dont la personnalité de l’auteur assurerait un texte d’une réelle qualité littéraire ? Même au sein des sommes de chroniques du XVe siècle, un tel ouvrage existe : la somme de Pablo García de Santa María, par exemple, n’a jamais fait l’objet d’une édition critique malgré l’attrait que le seul nom de son auteur est susceptible d’exercer sur les chercheurs médiévistes travaillant sur l’Espagne. L’auteur de ces lignes est d’ailleurs le premier à reconnaître la nécessité d’une telle édition. Mais la quinzaine de manuscrits de la somme du grand dépensier, dont la grande majorité était inconnue du premier éditeur du texte, plaide pour un ordre de priorité inverse de celui que la qualité apparente des deux textes pourrait suggérer. Malgré tous ses défauts, qu’il serait absurde de nier, l’œuvre anonyme de l’officier royal a joué un rôle bien supérieur à celui de la somme de l’évêque de Burgos dans la diffusion effective du savoir historique au cours des XVe et XVIe siècles.

2Cette vérité jusqu’alors ignorée, liée à l’extrême complexité de l’histoire de la diffusion du texte du grand dépensier dans ses diverses variantes et l’insuffisance flagrante en la matière de l’édition de Llaguno Amírola se sont imposées à moi au cours de recherches consacrées à l’ensemble du corpus des sommes, sommaires et compendia de chroniques castillans des XIVe et XVe siècles, corpus mal connu et dont l’œuvre dont je propose une nouvelle édition constitue une pièce maîtresse. Alors même que je finissais la rédaction de ma thèse de doctorat, il m’apparut comme une évidence que la suite logique de celle-ci ne pouvait qu’être une nouvelle édition critique de l’un des textes fondateurs du corpus que j’étudiais ; je garde comme témoignage de l’émergence de ce projet une lettre manuscrite de mon directeur de thèse, qui avait été quelques années plus tôt le premier à me mettre en contact avec la somme du grand dépensier à travers le fac-similé de l’édition de Llaguno Amírola, lettre datée du 11 mars 1994 qu’il concluait, après avoir répondu à mes questions et aux remarques diverses que m’inspirait la découverte de versions et de passages inédits, en affirmant : « Décidément, il va falloir penser à republier ce Despensero. »

3Dans cette entreprise, qui s’est révélée plus longue et plus ardue que je ne l’avais d’abord imaginé, j’ai heureusement bénéficié de l’aide de nombreux collègues et amis, que je veux remercier ici. En tout premier lieu, je me dois de citer le nom du professeur Georges Martin (École normale supérieure Lettres et Sciences humaines), directeur du Séminaire d’études médiévales hispaniques (SEMH) et du Séminaire interdisciplinaire de recherches sur l’Espagne médiévale (SIREM, [CNRS, GDR 2378]), qui a mis à ma disposition les moyens matériels de mener à bien ma tâche, en me facilitant notamment l’accès aux différents manuscrits de l’œuvre et l’acquisition des microfilms ou photocopies qui m’étaient indispensables, et qui a su aussi prendre le temps d’écouter mes interminables mises au point sur un sujet avec lequel je « vis » depuis plusieurs années, me prodiguant ses conseils éclairés au cours de discussions passionnées et acceptant de relire une bonne partie des pages de cette édition, notamment celles de l’introduction ; à cet ami qui est aussi un maître, cette œuvre doit beaucoup.

4Le personnel et la direction des nombreuses bibliothèques où m’ont mené mes recherches (Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque nationale de Madrid, bibliothèque de l’Escurial, bibliothèque universitaire de Salamanque, bibliothèque Menéndez y Pelayo de Santander, Casa de Velázquez, etc.) se sont toujours efforcés de répondre avec diligence à mes demandes ; pour cela, ils ont droit à toute ma gratitude. Mes remerciements vont aussi à tous les membres du centre de recherches et du groupement de recherches cités plus haut, qui m’ont aidé et soutenu par leurs conseils et leurs questions : ils sont trop nombreux pour que je puisse tous les nommer ici, mais qu’ils sachent que je ne les oublie pas ; je pense tout particulièrement à Fernando Gómez Redondo (université d’Alcalá de Henares), qui ne manque pas de me rappeler chaque fois qu’il en a l’occasion qu’il attend avec impatience la présente édition. Le professeur Rafael Beltrán Llavador, de l’université de Valence, a découvert l’existence de la « version actualisée après 1476 » du manuscrit BNM 1518 en même temps que moi, mais il a eu l’élégance de me laisser la primeur de sa publication ; qu’il en soit remercié ici. D’autres membres du SEMH, Rica Amran (université d’Amiens), Marta Lacomba (université de Nantes), m’ont apporté leur aide et leurs lumières sur tel ou tel point, et je leur en sais gré. Merci à Juan Miguel Valero pour son érudition. Merci à Patricia Rochwert-Zuili, à Sophie Hirel et à Milagros Torres, collègues irremplaçables, pour leur soutien et leur aide. Sans elles, le département d’espagnol de l’université Paris 13 ne serait certes pas ce qu’il est. Merci aussi à mes étudiants de licence et de maîtrise (Laëtitia, Audrey, Flora, Éric et tant d’autres) pour l’intérêt, mi-sérieux mi-amusé, qu’ils n’ont cessé de porter ces dernières années à l’avancement de mes travaux, menés parfois dans un contexte difficile dont ils étaient conscients.

5Une première version de cette édition a été présentée le 19 décembre 2002 à l’université Lumière-Lyon II, dans le cadre de la soutenance de mon habilitation à diriger des recherches, devant un jury composé de MM. les professeurs Francis Bezler (université Marc Bloch-Strasbourg II, président du jury), José María García Martín (université de Cadix), Georges Martin (ENS LSH, directeur), Denis Menjot (université Lumière-Lyon II) et José Manuel Nieto Soria (université Complutense, Madrid). À cette occasion, les membres du jury m’ont fait part d’un certain nombre de remarques et de suggestions, dont il a été ici tenu compte ; qu’ils soient tous remerciés pour l’intérêt qu’ils ont porté à ce travail. Mes remerciements vont enfin à la direction de l’ENS LSH, à la Cédille (Cellule d’édition et de diffusion des initiatives en ligne sur l’École et sur l’extérieur), et tout particulièrement à Emmanuelle Gerstenkorn et à Valérie Mansard, sans qui cette édition électronique n’aurait jamais vu le jour.

6Un immense merci enfin à ma mère, qui a accepté avec patience et compréhension de voir plusieurs années de suite son fils unique passer ses vacances penché sur son ordinateur – ou plutôt ses ordinateurs, puisque ce sont trois machines successives que ce texte aura épuisées lors de sa longue gestation. Sans elle, selon la formule consacrée, « rien de ce qui a été fait n’aurait été possible ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Prologue », in Suma de Reyes du Despensero, Paris, CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 4), 2013, [En ligne], Mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/485

Haut de page