Navigation – Plan du site
Présentation

Introduction

Texte intégral

  • 1 Selon l’usage, nous avons francisé les noms des rois, des reines et des infants. Pour les autres pe (...)
  • 2 Cette partie de l’introduction reprend l’essentiel des conclusions de ma thèse de doctorat, La litt (...)

1L’œuvre que nous nous proposons de rééditer aujourd’hui appartient à cet ensemble d’ouvrages rédigés entre l’époque d’Alphonse XI1 et celle des Rois Catholiques que l’on regroupe d’ordinaire sous l’appellation de « résumés de chroniques », alors même qu’il serait plus juste, et plus conforme à la conception que s’en faisaient leurs auteurs, de les qualifier de « sommes de chroniques »2.

  • 3 Pour connaître le détail de la liste de ces sommes, le lecteur peut se reporter aux ouvrages et art (...)
  • 4 Copilación de las crónicas et estorias de España, tel est le titre utilisé par l’auteur dans sa cor (...)
  • 5 Malgré l’emploi du terme « somme » dans son titre, le texte qui fait l’objet de cette édition relèv (...)

2Si l’on considère en effet les vingt-quatre textes du corpus constitué par ces œuvres3, dont la rédaction s’étage des dernières décennies du XIVe siècle aux premières années du XVIe, on constate que neuf reçoivent de leur auteur – du moins peut-on le supposer – le titre de somme, dont quatre se trouvent définies comme « sommes de chroniques », tandis que quatre autres sont appelés chroniques, même si l’auteur précise dans deux cas que cette chronique est brève ou abrégée ; le mot chronique apparaît aussi comme complément déterminatif dans le titre de l’Atalaya d’Alfonso Martínez de Toledo (1443), dans celui de la Compilation de Diego Rodríguez de Almela (1479-1488) – à égalité avec le terme d’histoire –4 et dans celui du compendium du pseudo Alfonso de Ávila (1497-1499), où les chroniques de Castille sont opposées aux histoires des écrivains latins. Le mot « histoire » apparaît de ce fait trois fois dans le corpus, dont une seule comme élément principal du titre (Historia hispanica, ou Compendiosa historia, de Rodrigo Sánchez de Arévalo [1468], œuvre rédigée en latin à Rome et fortement influencée par l’humanisme dont elle combat l’italo-centrisme), et l’adjectif historial est utilisé deux fois, par Diego Fernández de Mendoza en 1501 et par l’auteur de la refonte posthume de l’ouvrage de Diego Rodríguez de Almela, antérieure à la mort d’Isabelle la Catholique. Deux titres mettent clairement l’accent sur la méthode de composition de l’ouvrage avant d’en définir la nature : la compilation d’Almela et le compendium d’Ávila. On peut y ajouter le titre de la refonte d’Almela déjà citée et l’utilisation de l’adjectif latin « compendiosa » par Arévalo. Trois autres ouvrages, l’Anacephaleosis ou récapitulation des rois d’Espagne d’Alonso de Cartagena (1456), traduite en castillan sous le titre de Genealogía de reyes (1463), le Répertoire de princes de Pedro de Escavias (ca. 1467) et la Généalogie de Pedro de Gratia Dei (début XVIe siècle), ont un titre incluant l’idée de liste ou de généalogie royale5. Deux ouvrages se caractérisent par l’originalité de leurs titres respectifs : l’Atalaya ou Tour de guet des chroniques d’Alfonso Martínez de Toledo et le Novenario estorial (Novénaire historique)de Diego de Mendoza. Le premier évoque de façon imagée la vision d’ensemble des chroniques que se propose de donner l’auteur – chacun des chapitres de l’œuvre est d’ailleurs appelé « chronique » ; le second reçoit son nom de la division de l’ouvrage en neuf livres, en souvenir des mois que Jésus-Christ a passés dans le ventre de sa mère. Le premier titre met donc plutôt l’accent sur la méthode de composition suivie par l’auteur, et peut être rapproché des compendia, sommes et autres compilations ; le second insiste sur la perfection du résultat. Il faut enfin souligner le cas particulier constitué par le poème historique de Pablo García de Santa María, Les sept âges du monde, dont le titre renvoie à l’idée d’une histoire universelle, divisée en séquences temporelles autour de grandes figures bibliques, mais qui s’est vu attribuer des titres n’ayant plus rien à voir avec son contenu réel (Bible en vers, Création du monde, etc.), sans doute parce qu’il n’a pas été reçu a priori comme une œuvre historiographique.

  • 6 Il n’apparaît pas dans le dictionnaire de Palencia (Alfonso de Palencia, Universal vocabulario en l (...)

3Au-delà de la diversité apparente des titres, on peut donc dégager quelques constantes dans le choix de ceux-ci et dégager trois grands ensembles : le premier met l’accent sur le procédé utilisé pour la composition des textes (somme, compendium, compilation), le deuxième insiste sur leur nature d’œuvres historiques (chronique, histoire), le troisième enfin met plutôt en exergue la forme prise par la matière traitée (généalogie, répertoire de princes ou récapitulation de rois, etc.). Des croisements sont possibles entre ces grands champs sémantiques, en particulier à travers l’emploi d’adjectifs ou de compléments de noms (chronique brève, somme de chroniques, etc.). L’analyse systématique des titres du corpus aboutit ainsi aux conclusions suivantes : si l’on prend en compte l’élément principal du titre, un peu plus du tiers des auteurs (neuf sur vingt-quatre) met l’accent sur le procédé de composition, à égalité avec ceux qui insistent sur la forme de l’œuvre, tandis que le quart d’entre eux seulement (six) met en avant sa nature. Dans l’utilisation d’un élément secondaire (adjectif, complément du nom), les proportions sont inversées : onze titres font allusion à leur nature et cinq à leur mode de composition ; les neuf titres mettant l’accent sur la forme précisent le caractère royal des généalogies présentées au lecteur. Globalement, c’est donc l’indication de la nature historiographique de l’ouvrage qui l’emporte (dix-sept mentions) devant celle de son procédé de composition (treize mentions) et celle de la forme adoptée (neuf mentions). Les termes de somme et de chronique sont utilisés dès l’apparition du corpus, dans la seconde moitié du XIVe siècle, sans que l’on puisse considérer que leur emploi diminue ensuite au cours des ans ; en revanche, les termes de généalogie et d’histoire sont tardifs et n’apparaissent pas dans nos titres avant les années 1450-1460 ; le concept même de généalogie apparaît avant le mot, sous la forme de l’association « somme de rois ». Le terme de somme est de ce fait celui qui revient le plus fréquemment dans l’énoncé des titres du corpus avec celui de chronique (neuf et douze mentions respectivement), loin devant ceux d’histoire (trois mentions, et deux emplois de l’adjectif correspondant, historial ou estorial), de compendium (deux mentions, et une occurrence de l’adjectif compendioso) et de compilation (une seule mention), le terme de sommaire (sumario), qui est aujourd’hui communément utilisé pour désigner ces textes en espagnol, étant quant à lui totalement inconnu en Castille à cette époque6.

  • 7 Une telle définition est proche de celle que l’on peut appliquer au genre des annales ou à celui de (...)

4La rédaction de sommes est une pratique d’écriture courante au Moyen Âge, notamment dans le monde universitaire où elle est d’usage en droit et en théologie. Cette pratique déborde cependant largement l’activité compilatoire des juristes ou des théologiens ; en matière d’histoire, il semble bien que par « somme », on ait entendu au XVe siècle, outre l’idée de compilation, celle de récit rejetant la narration détaillée d’événements au profit d’une brève synthèse de ceux-ci, présentés dans l’ordre chronologique de leur survenue, sans aucun commentaire d’aucune sorte7 : tel semble bien être le présupposé sur lequel reposent les oppositions conceptuelles présentes dans la Chronique du roi Rodrigue de Pedro de Corral, qui refuse pour son œuvre – ou plutôt fait refuser par les historiens fictifs auxquels est attribué le récit – la qualification de somme au profit de celle de mémoire :

  • 8 « Et afin de connaître les actions dans la façon dont elles se produisaient [c’est-à-dire dans leur (...)

E por saber los fechos en la manera que pasavan ordeno [don Rodrigo] que toviesen dos ombres onrados de grand seso cargo de poner todo esto como avia pasado por escripto, e asi mismo lo que adelante se sigue. E por quanto en España avia por costunbre de poner por sumas todos los hechos como pasavan, mando que dende adelante lo escriviesen de lo poco a lo mucho por la guisa que lo viesen, e se hiziese por toda España ; e asi se començo a fazer este libro que es memoria de los bienes e males que en vida del rey don Rodrigo se fezieron e pasaron en que guisa e por que razon.8

  • 9 Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 28 (...)

5Les prologues des « sommes de chroniques », lorsqu’ils existent, mettent en avant l’exigence de brièveté à égalité avec celle d’exhaustivité, les deux concepts étant d’ailleurs intimement liés : la véritable concision consiste d’abord à dire tout ce qui doit être dit, sans en rien oublier ; l’exigence de brièveté dans la formulation ne vient qu’ensuite. Bernard Guenée a rappelé dans son Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval qu’en matière d’historiographie médiévale, « la brièveté apparaît comme un atout majeur »9, tant pour des raisons de simple rhétorique que pour des raisons qui tiennent à la finalité « utilitaire » d’une histoire qui, à cette époque, n’est jamais une science autonome mais une modeste servante du droit ou de la théologie ; l’historien français a souligné que l’affirmation de mauvaise foi de François Pétrarque selon laquelle les abrégés étaient des « œuvres françaises par excellence [opus vere gallicum] » restait très en deçà de la vérité, dans la mesure où

  • 10 Ibid., p. 282.

c’est tout l’Occident qui voulait des œuvres courtes. […] Dans les derniers siècles du Moyen Âge, en Occident, la culture historique avait de plus en plus gagné, mais c’était pour l’essentiel une culture d’abrégés, d’extraits, de florilèges et de manuels10,

seules formes d’écrits accessibles à un public composé d’hommes de science – étudiants et professeurs – et d’hommes d’action ou d’hommes d’État qui manquent à la fois de temps pour lire les ouvrages foisonnants des siècles précédents, dont l’ampleur les effraie, et d’argent pour les faire copier.

  • 11 Sur ce point, voir par exemple Pedro Juan Galán Sánchez, El género historiográfico de la chronica. (...)
  • 12 Le genre du « miroir des princes » connaît en Castille un nouvel essor sous le règne d’Alphonse XI, (...)
  • 13 Si l’on en croit Fernando Gómez Redondo (Historia de la prosa medieval castellana, II : el desarrol (...)
  • 14 Liber II Macchabeorum, 2, 24-32 (Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem adiuvantibus B. Fischer, I.  (...)

6On peut cependant s’interroger sur cette insistance mise sur ce qui fut, en fait, une caractéristique du genre de la chronique dès ses origines11. L’apparition des sommes de chroniques coïncide avec une diminution – quasi disparition – de la production des diverses formes de la littérature exemplaire et sapientiale, si abondantes dans les siècles précédents. Ne faut-il pas dès lors, compte tenu de la dimension didactique des textes que nous évoquons, supposer que cette forme nouvelle d’historiographie répond aussi à une exigence nouvelle, absente du monde de la chronique, qui serait de l’ordre de l’enseignement : enseignement moral et politique, réservé à une élite ; enseignement qui bien souvent, nous le verrons, s’apparente à cette autre tradition de la littérature des XIIIe et XIVe siècles, le miroir des princes12 ? Nombre de sommes de chroniques sont l’œuvre d’auteurs formés à l’université – sur ce point, la somme du grand dépensier fait exception, du moins dans sa version originale ; l’adoption de la forme de la « somme » pourrait s’expliquer par les pratiques professionnelles de ces auteurs. On notera que le terme de « somme » est également employé dès la première moitié du XIVe siècle pour désigner une œuvre à mi-chemin entre histoire et fiction, et qui de ce fait a pu influencer nos auteurs, les Sumas de historia troyana13. À cela peut enfin s’ajouter le modèle biblique, si prégnant dans les mentalités des hommes de cette époque : l’une des première définitions de ce que doit être une somme historique se trouve en effet au début du second livre des Maccabées, sous la plume de l’auteur-abréviateur qui, pour définir la tâche qu’il s’est fixée, utilise non seulement le verbe « abréger » (breviare) mais aussi l’image de l’architecte qui édifie la maison mais laisse au décorateur le soin des détails intérieurs14.

7L’ensemble de ces sommes de chroniques représente, nous l’avons dit, une vingtaine de titres, dont certains ne sont plus représentés que par un manuscrit unique – parfois même une copie tardive – tandis que d’autres, tel celui qui nous retient ici, nous ont été conservés par une tradition manuscrite abondante, qui témoigne de leur succès. Toutes ces œuvres développent de nombreuses relations intertextuelles avec les autres représentants de leur groupe, mais aussi avec d’autres œuvres historiographiques contemporaines ou antérieures. Nous rappellerons donc ici, brièvement, la place qu’occupent ces textes dans l’ensemble de la production des chroniques castillanes aux XIVe et XVe siècles.

L’historiographie en Castille au début du XIVe siècle

8Toute la production historiographique castillane en langue romane postérieure au XIIIe siècle naît en fait de l’impulsion fondatrice du roi Alphonse X, à travers la conception et le début de réalisation des deux grands projets de chronique universelle (Générale estoire) et de chronique générale d’Espagne (Estoire d’Espagne) que le souverain a développés. La seconde, surtout, va connaître une nombreuse descendance, représentée par les refontes et actualisations de l’œuvre alphonsine (Chronique de vingt rois, Chronique de Castille et autres « chroniques générales »), mais aussi par les chroniques royales limitées à quelques règnes (Chronique de trois rois), puis à un seul (Chronique et Grande chronique d’Alphonse XI, œuvres du chancelier Ayala, etc.), qui sont aussi une forme de continuation de la chronique du roi Savant, dont elles se réclament d’ailleurs souvent.

  • 15 Voir Versión crítica de la « Estoria de España », étude et édition de Pélage à Ordoño II par Inés F (...)
  • 16 Crónica de Castilla, édition et présentation de Patricia Rochwert-Zuili, Paris, Les Livres d’e-Span (...)

9À l’époque d’Alphonse XI, l’essentiel de l’œuvre de refonte et d’achèvement de la chronique générale d’Alphonse X est réalisé : le remaniement critique de celle-ci et les chroniques qui en découlent (Chronique de vingt rois) lui sont antérieurs15, de même que la Chronique de Castille16, traduite en portugais dès l’époque de Ferdinand IV ; l’œuvre alphonsine a été poursuivie sous le règne de Sanche IV (le texte sancien, qualifié de « version rhétoriquement amplifiée après 1289 » par Diego Catalán, a récemment été réhabilité par Georges Martin) et sous celui de Ferdinand IV, et c’est sous le règne d’Alphonse XI que l’un des manuscrits conservés dans le trésor royal (le ms. E2, qui correspond à la deuxième partie de la version qu’a publiée Menéndez Pidal sous le titre de Primera crónica general) prend sa forme définitive, présentant dans sa totalité l’histoire de l’Espagne des origines à la mort de Ferdinand III ; la refonte portugaise rédigée par le comte Pedro de Barcelos est également antérieure à la mort d’Alphonse XI, comme l’indique clairement le titre de Chronique générale de 1344 sous lequel on la connaît. Cela ne signifie pas que la fin du XIVe siècle et le XVe siècle ne vont pas connaître de nouvelles formes de chronique générale néo-alphonsine : la Chronique générale de 1344 connaît une refonte importante en 1400, et nous aurons l’occasion de revenir sur une version de l’Estoire du fait des Goths, traduction de l’œuvre latine de Rodrigo Jiménez de Rada, qui mêle en fait les éléments issus de cette dernière à des récits repris de la tradition alphonsine et à des légendes d’origine inconnue, rédigée dans la deuxième moitié du XVe siècle. Il est cependant indéniable que l’activité historiographique s’appuyant directement sur l’œuvre d’Alphonse X se ralentit après 1350, du moins en ce qui concerne la production de nouvelles versions, l’activité de copie se poursuivant au contraire à un rythme accéléré.

  • 17 Georges Duby, Le temps des cathédrales, Paris, France-Loisirs, 1991, p. 356.
  • 18 Sur ce concept, cf. notamment Élisabeth Gaucher, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (...)
  • 19 « La dépression qui se creuse au XIVe siècle, redoublée par l’épidémie, la guerre, le malheur, bris (...)

10Parallèlement, l’époque de Ferdinand IV et d’Alphonse XI voit se développer la rédaction de chroniques royales, sous l’impulsion d’initiatives privées (Jofre de Loaysa) ou du pouvoir lui-même (Fernán Sánchez de Valladolid). C’est, dans l’ensemble de l’Europe, le début d’une période qui a reçu de Georges Duby le nom d’« ère du portrait »17, et qui va voir en effet se multiplier les œuvres à la gloire d’un individu, royal ou non : au cours du XVe siècle, de nombreuses chroniques dites particulières ou privées, qu’il conviendrait plutôt d’appeler des « biographies chevaleresques »18, vont voir le jour. À travers ces chroniques, l’œuvre alphonsine s’adapte non seulement à un nouveau contexte de rédaction en s’actualisant, mais aussi à une nouvelle mentalité privilégiant la notion d’individu, mentalité induite par de multiples causes, dont la première est sans doute l’épidémie de peste, couramment appelée « peste noire », de 1348-1349, dont les survivants ont pris conscience à cette occasion de leur force individuelle19. Enfin, le règne d’Alphonse XI, période d’optimisme du point de vue chrétien et castillan, au cours de laquelle se multiplient les victoires chrétiennes face aux musulmans, se caractérise aussi par l’apparition de nouvelles formes historiographiques, dont font partie les sommes de chroniques.

Les premières sommes de chroniques (XIVe siècle)

  • 20 Voir sur cette œuvre Georges Martin, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans (...)
  • 21 L’auteur de ces lignes a longtemps rendu le prénom de la reine Leonor par la forme française actuel (...)

11Jusqu’au début du XVe siècle, les auteurs de sommes de chroniques se situent en marge de la tradition alphonsine d’écriture de l’histoire. Les premières œuvres du corpus qui nous intéresse ici, généralement très brèves, ne s’inspirent pas de la chronique générale du roi Savant, mais d’une tradition plus ancienne, née de la compilation généalogique navarraise connue sous le titre latin de Liber regum, rédigée dans un premier temps à la fin du XIIe siècle, mais ayant connu ensuite, elle aussi, des refontes successives20. Sans doute cette forme, caractérisée par la succession de chapitres très brefs consacrés aux différents souverains des royaumes ou empires antiques, puis à ceux des royaumes médiévaux péninsulaires et extra-péninsulaires, a-t-elle semblé plus propre qu’aucune autre à la rédaction d’ouvrages revendiquant parmi leurs caractéristiques essentielles la brièveté. Sans doute aussi faut-il tenir compte, pour comprendre ce phénomène, de la diffusion de cet ouvrage dans la société castillane de l’époque, indiscutablement plus ample que ne pouvait l’être celle des chroniques alphonsines ou post-alphonsines, du fait même de sa brièveté originelle. Toujours est-il que les premières sommes de chroniques conservées, datables de l’époque d’Alphonse XI ou d’Henri II, se rattachent, directement ou non, au Liber regum, et qu’il faut précisément attendre l’ouvrage du grand dépensier de la reine Aliénor21 pour voir un texte de ce type relever clairement de la tradition des chroniques alphonsines. Il s’agit là à nos yeux d’une justification essentielle de sa réédition et de son étude.

12Quel était le statut de ces œuvres très brèves, presque schématiques et assez souvent erronées, au sein de l’historiographie de l’époque ? S’agissait-il de succédanés de chroniques à l’usage de ceux – plus nombreux qu’on le croit – qui s’intéressaient à l’histoire de la Castille sans avoir les moyens de se procurer une copie de la chronique générale alphonsine ? Est-on en présence des témoignages d’une culture historique indépendante de celle qui se développe dans les cercles du pouvoir, une culture qui serait, par exemple, celle de la petite noblesse laïque qui commence à peine à faire parler d’elle à cette époque ? Dans cette dernière hypothèse, variante de la précédente, les auteurs et/ou les lecteurs de ces œuvres mineures ignoraient peut-être même jusqu’à l’existence des ouvrages alphonsins. Les rapports éventuels de cette historiographie presque marginale avec les chroniques plus « officielles » produites sous le contrôle du pouvoir politique – au moins originellement – constituent en tout état de cause un thème qui mérite d’être étudié : comment expliquer, par exemple, que les rares témoignages de ces œuvres qui nous ont été conservés l’ont été dans des manuscrits où ils coexistent avec des sommes postérieures, issues de la tradition alphonsine, et singulièrement, nous le verrons, avec les différentes versions de l’œuvre du grand dépensier, qui est le premier représentant de ce nouveau type de sommes de chroniques ? Sources complémentaires ? Témoignages d’une tradition historiographique tellement bien ancrée que l’on n’ose pas – pas encore – la récuser ?

Les sommes de chroniques néo-alphonsines

13Entre 1350 et 1390, la Castille vit une véritable révolution, qui aboutit à un changement dynastique, mais aussi et surtout à l’émergence de nouveaux groupes sociaux, jusqu’alors cantonnés dans une relative médiocrité. Les branches puînées et les descendants des bâtards des anciennes familles de la noblesse castillane, ceux des « chevaliers urbains » ou « vilains » qui ont fini par constituer de véritables oligarchies locales dans les plus grandes villes du royaume, accèdent à un niveau supérieur de pouvoir sous l’égide des nouveaux souverains de la famille Trastamare. En 1388, la nouvelle dynastie assoit son pouvoir par le mariage de celui qui est alors l’héritier du trône, le futur Henri III, avec Catherine de Lancastre, petite-fille du souverain dont l’assassinat a ouvert la voie au fondateur de la dynastie.

  • 22 Nous verrons que cette affirmation, pour exacte qu’elle soit, ne se retrouve pas dans tous les manu (...)
  • 23 Suma de corónicas en prose (inédite) et Siete edades del mundo, en vers (deux éditions récentes, ce (...)
  • 24 « Domini Alphonsi de Carthagena Regum hispanorum, Romanorum Imperatorum, summorum Pontificum, necno (...)
  • 25 Atalaya de las corónicas, James B. Larkin (éd.), Madison, HSMS, 1983.
  • 26 Crónica abreviada ou valeriana, nombreuses éditions après 1482.
  • 27 Pedro Fernández de Velasco, Abreviacion de los reies de Leon i de Castilla (Londres, British Museum (...)
  • 28 Sur cette œuvre, insuffisamment étudiée, cf. Georges Cirot, « La chronique de Pedro Fernández de Ve (...)

14C’est dans ce contexte que se trouve rédigée la première somme de chroniques à ne pas se limiter à un simple sommaire généalogique, la première aussi à abandonner la tradition du Liber regum pour celle de l’Estoire d’Espagne : la somme dite du grand dépensier, ainsi appelée parce que son auteur affirme avoir occupé cette charge auprès de la reine Aliénor, première femme de Jean Ier de Castille22. Ce texte que l’on peut considérer comme fondateur sera suivi de nombreux autres, essentiellement sous les règnes de Jean II et d’Henri IV. Nous avons vu que l’on relève parmi les noms des auteurs de ces ouvrages des patronymes aussi connus que ceux de Pablo García de Santa María23, Alonso de Cartagena24, Alfonso Martínez de Toledo25 ou Diego de Valera26. Ces œuvres, bien qu’elles semblent provenir d’initiatives privées, bénéficient le plus souvent du soutien actif des souverains en place. Il semble bien que le nouveau pouvoir trastamare ait vu dans ces sommes orientées dans un sens résolument procastillan un moyen de poursuivre par de nouveaux moyens l’entreprise historico-politique commencée par le roi Savant. Lorsque le soutien royal se fera plus discret, voire inexistant, la production de ces textes se ralentira. Quelques sommes seront encore rédigées sous le règne des Rois Catholiques, mais la production s’en interrompra (définitivement ?) avec le changement dynastique de 1516. On pourrait considérer que l’invention de l’imprimerie a été fatale à des œuvres considérées comme des textes d’appoint ; nous verrons cependant que le XVIe siècle continue à copier les textes existants, en évidente contradiction avec cette hypothèse. Plus probablement, les origines extrapéninsulaires du nouveau souverain, Charles de Gand, et la méfiance, voire l’hostilité, que les tenants du nouveau pouvoir ont pu ressentir vis-à-vis de toute exaltation patriotique castillane après l’épisode des Comunidades, ont dû conduire à mettre entre parenthèses un sous-genre de l’historiographie dont cette exaltation était le but premier. La seule somme de chroniques rédigée sur le patron traditionnel au XVIe siècle est celle du connétable de Castille Pedro Fernández de Velasco27. Outre qu’il semble bien que l’auteur, cinquième comte de Haro, troisième duc de Frías et quatrième connétable de Castille issu de cette famille, décédé en 1559, se soit en l’occurrence contenté de reprendre sous son nom un texte probablement rédigé par l’un de ses ancêtres homonymes, le premier comte de Haro, ce qui justifie que sa somme n’aille pas au-delà du règne d’Henri III, il est à noter que la diffusion de celle-ci coïncide avec les premières années du règne de Philippe II, c’est-à-dire avec un nouveau contexte historique plus favorable à l’exaltation des grandes heures de la Castille28. À l’époque de Charles Quint, les œuvres de Diego López de Zúñiga (Hispanicarum historiarum breviarium dédié à Ferdinand, frère de l’Empereur, Rome, 1524) et de Pedro Ortiz (Prime [secunde et tertie] Hispanidis [libri XXXVI] dédiés à Charles Quint lui-même, ca. 1524 également), rédigées en latin et destinées à faire connaître à un prince d’origine étrangère – Charles Quint – ou précocement éloigné de la Péninsule – Ferdinand – une histoire espagnole (jusqu’en 1517, date supposée de la mort de Ferdinand le Catholique, et 1350, date de celle d’Alphonse XI, respectivement) qui, au moins pour le second nommé, ne se confond plus avec l’histoire de la Castille, ne peuvent être rattachées au corpus qui nous intéresse.

15Les dernières sommes de chroniques connues ne nous ont été le plus souvent conservées que par un seul manuscrit, comme celles du XIVe siècle, ce qui semble témoigner de l’essoufflement de ce type de production historiographique. Cette diffusion limitée des œuvres les plus tardives contraste fortement avec le succès que semble révéler le nombre de copies conservées des textes centraux, et tout particulièrement de la somme du grand dépensier.

  • 29 Le cas des ouvrages rédigés en latin, l’Anacephaleosis d’Alonso de Cartagena et la Compendiosa hist (...)

16Il est impossible, cependant, de tenir cette forme d’historiographie pour une forme officielle, jouissant du même statut que les chroniques royales dont la rédaction reprend à cette époque, sous l’impulsion du chancelier Pero López de Ayala, relayé sous le règne de Jean II par Álvar García de Santa María, frère de Pablo et oncle d’Alonso de Cartagena, et par une pléthore d’historiens ultérieurs. La qualité médiocre des copies conservées – y compris celles de la somme du grand dépensier –, tout comme les rares témoignages connus de la présence de celles-ci dans telle ou telle bibliothèque privée, donnent de ces œuvres l’image de textes « utilitaires », lus, commandés et copiés par les techniciens de l’histoire eux-mêmes – on trouve des sommes de chroniques dans la bibliothèque d’Álvar García et dans celle de Fernán Pérez de Guzmán, notamment les Sept âges du monde et la Généalogie de rois  –, et plus encore par les représentants des nouveaux groupes dominants de l’aristocratie castillane – « nouvelle noblesse » et élites locales. L’examen de l’idéologie à l’œuvre dans ces sommes confirme ce constat : comme les textes qui les ont précédées au XIVe siècle, les sommes du XVe sont l’expression de la sensibilité politico-historique de la noblesse laïque, devenue trastamariste, tout autant que son principal aliment. Lorsque de grands noms des lettres castillanes rédigent de telles œuvres en langue vernaculaire29, c’est ce public qu’ils visent, à n’en pas douter.

Quel est l’intérêt des sommes de chroniques ?

  • 30 Jean-Pierre Jardin, « Le règne de Jean II vu depuis Murcie », Mélanges de la Casa de Velázquez, XXX (...)

17Tout comme l’a fait avant lui Llaguno Amírola, le lecteur actuel est en droit de s’interroger sur l’intérêt que présentent aujourd’hui les sommes de chroniques et sur l’urgence qu’il y a à les éditer. Ces textes brefs, souvent répétitifs, incomplets et conservés dans de mauvaises copies, semblent n’apporter que fort peu de choses à la connaissance du passé castillan. Il est vrai que c’est pourtant dans l’un de ces textes, ou plus précisément dans l’actualisation de celui-ci, que l’auteur de ces lignes a découvert la date réelle du transfert du corps d’Álvaro de Luna de Valladolid à Tolède, beaucoup plus précoce que ne l’affirmaient les rares chercheurs à s’y être intéressés, mais une telle découverte est exceptionnelle, et est d’ailleurs passée pratiquement inaperçue30. L’intérêt des sommes de chroniques est ailleurs, dans ce qu’elles révèlent, y compris par leurs erreurs et leurs insuffisances, du savoir historique réel de l’élite politique de la Castille, savoir que l’on ne peut en aucun cas déterminer à partir de la seule étude des grands textes historiographiques de la tradition alphonsine. L’étude de ces sommes permet aussi de deviner les canaux de diffusion de ce savoir historique, plus nombreux et plus complexes qu’on ne l’imagine d’ordinaire : tout un « infra-monde » historiographique se dessine à travers les multiples copies de ces textes dits mineurs. Enfin, ces textes trahissent parfois, plus clairement encore que les versions de l’œuvre alphonsine, les manipulations dont l’histoire a si souvent fait l’objet. Nous verrons que c’est tout particulièrement le cas de la somme du grand dépensier, que l’on s’intéresse à sa seule version « originale » ou que l’on prenne en compte – ce que nous ferons ici – ses versions ultérieures : écrit pour exalter les membres de la dynastie trastamare, et tout particulièrement l’infant Ferdinand, face à une montée en puissance des pétristes et de leurs descendants, regroupés autour de la reine Catherine de Lancastre, le texte finira paradoxalement par être récupéré au XVIe siècle par la famille Castilla, issue des différents bâtards de Pierre Ier, pour faire valoir ses droits. Les sommes de chroniques répètent sur un mode mineur ce qui a été le destin des chroniques générales alphonsines, et les ignorer conduirait à ne considérer que la partie émergée de l’iceberg constitué par la production historiographique des deux derniers siècles du Moyen Âge et du début des Temps modernes.

  • 31 Le « s » est de charité.
  • 32 Diego Rodríguez de Almela, Compendio historial, Concepción Armenteros Lizana (éd.), Murcie, Asamble (...)
  • 33 Ignorant que le texte a connu une refonte au XVIe siècle, ce qu’avait en son temps montré Pidal, el (...)
  • 34 Du moins doit-on le supposer, puisque cet auteur se garde de justifier l’aspect partiel de son édit (...)
  • 35 « Llegados a este punto y teniendo en cuenta los datos, que sobre las Crónicas Generales se han exp (...)

18C’est la prise de conscience de cette réalité complexe qui explique en grande partie la multiplication récente des éditions et des études de ces sommes : Sept âges du monde de Pablo García de Santa María (1991 et 1999), Atalaya ou Tour de guet des chroniques d’Alfonso Martínez de Toledo (1983), Anacephaleosis d’Alonso de Cartagena (1989), Répertoire de princes de Pedro de Escavias (1972), etc. C’est aussi elle qui motive la mise en œuvre de la présente édition, ne serait-ce que parce que certaines31 de ces éditions récentes montrent que la facilité d’accès à ces textes longtemps ignorés ne s’accompagne pas forcément d’une meilleure connaissance de leur histoire : nous pensons concrètement à l’édition très partielle du Compendium historique (Compendio historial) de Diego Rodríguez de Almela32, dont le caractère aberrant et proprement scandaleux appellerait de longs commentaires qui n’ont pas leur place ici : qu’il nous suffise de dire que son auteur, dont les connaissances sont très inférieures à celles des rares « autorités » qu’elle cite – José Amador de los Ríos, Ramón Menéndez Pidal ou, de façon très incertaine, Diego Catalán pour l’Espagne, et le seul Georges Cirot (dont les Études sur l’historiographie espagnole remontent tout de même à 1905 !) pour la France –33, relie directement ce texte aux chroniques générales alphonsines par-delà deux siècles qu’elle ignore superbement, et n’en publie de ce fait que la partie qu’elle suppose « originale », de Ferdinand III à Henri IV34, affirmant en outre que l’idée d’une « chronique générale » allant au-delà du règne de saint Ferdinand n’a pratiquement pas eu cours avant l’époque de Pablo de Santa María et d’Alonso de Cartagena35.

Le devenir historique des sommes de chroniques

  • 36 Il est vrai, cependant, que l’absence de solution de continuité entre les historiens médiévaux espa (...)
  • 37 « La más larga relación que los españoles han tenido de sus hazañas » (María del Mar de Bustos Guad (...)
  • 38 La Compendiosa historia en latin de Rodrigo Sánchez de Arévalo a été imprimée dès 1468, mais à Rome (...)

19Nous venons de souligner que les sommes de chroniques n’ont été rédigées que pendant une période limitée de l’histoire castillane, ce siècle que l’on peut qualifier de trastamare. Cette remarque vaut pour la rédaction de nouvelles sommes de chroniques, différentes de celles qui les ont précédées. Mais elle doit être nuancée lorsqu’elle s’applique à l’activité de copie des sommes pré-existantes. Nombre des manuscrits conservés de ces textes médiévaux datent en effet des siècles suivants, essentiellement les XVIe et XVIIIe siècles, même si le XVIIe siècle n’est pas totalement absent de cette production. Les quelques copies du XVIIIe siècle s’expliquent aisément par l’intense activité d’édition de textes anciens développée par les ilustrados. L’édition de la somme du grand dépensier par Llaguno Amírola en 1781 témoigne de cet intérêt, même si l’éditeur, dans son prologue, met surtout en avant la déception qui fut la sienne devant le peu d’originalité – à ses yeux – du texte choisi. On verra dans la liste des manuscrits conservés qu’une trentaine d’années auparavant, le père Burriel s’était lui aussi intéressé à cette somme, dont il avait copié l’un des manuscrits ; il semble que Llaguno ait ignoré l’existence de ce manuscrit et de sa copie. Mais comment expliquer l’intérêt des hommes du XVIe siècle pour cette forme mineure et médiévale de l’historiographie ? On sait que les hommes de cette époque n’ont pas toujours été très tendres, ni très justes, pour leurs prédécesseurs36, et le développement de l’imprimerie a rapidement permis de publier les grands textes du XIIIe siècle, devenus ainsi directement consultables pour tous ceux qui pouvaient encore s’intéresser à l’historiographie médiévale. Face à l’œuvre de Rodrigo Jiménez de Rada ou à celle d’Alphonse X, « la plus longue relation que les Espagnols aient possédée de leurs exploits » selon Florián de Ocampo, son premier éditeur37, ni la somme du grand dépensier ni même la chronique de Diego de Valera, première somme de chroniques à avoir été éditée en Espagne38, ne font le poids.

  • 39 Juan de Valdés, Diálogo de la lengua, Cristina Barbolani (éd.), Madrid, Cátedra, 1990, 4e éd., p. 2 (...)
  • 40 Marcelino Menéndez Pelayo, Poetas de la corte de D. Juan II, Madrid, Espasa-Calpe, 1959, 3e éd., p. (...)

20Pourtant, c’est très précisément la chronique valeriana, ainsi appelée par son auteur par analogie avec la chronique dite martiniana, que Juan de Valdés cite spontanément comme ouvrage historiographique à succès dans l’examen critique de la littérature de son époque par lequel se termine son Diálogo de la lengua de 153339. Ce n’est certes pas pour en faire des compliments, puisqu’il considère que son auteur s’y est montré bavard et menteur (parlistán et parabolano) ; il n’en reste pas moins vrai que l’on a là un témoignage de l’accueil réservé par la société castillane aux dernières sommes de chroniques rédigées à la fin du XVe siècle. Dans le cas de Valera, il est indéniable que le succès de l’œuvre est en grande partie dû à sa diffusion sous forme d’ouvrage imprimé. C’est avec raison que l’auteur de la Valeriana y exprime, dès 1482, son enthousiasme pour l’invention de Gutenberg, qualifiée par lui d’« art divin », et l’on sait que Menéndez y Pelayo, excessif en cela comme en bien d’autres choses, considérait qu’avoir été imprimée était bien le seul mérite de cette chronique40.

  • 41 Il est vrai qu’un doute subsiste à cet égard, alimenté par certaines affirmations du marquis de Mon (...)
  • 42 « Alguno dirá : si este adicionador merece tanto desprecio ¿ por qué, y para qué publicarle ? Porqu (...)
  • 43 [Alonso Fernández de Madrid] Arcediano del Alcor, Silva palentina, Jesús San Martín Payo (éd.), Pal (...)
  • 44 Par exemple, la légende du gaban d’Henri III, ou les traditions légendaires tissées autour d’Aliéno (...)
  • 45 Diego Sánchez Portocarrero, Historia de los señores de Molina, BNM 1556, 1557 et 1558. Cette histoi (...)
  • 46 Une note liminaire signale notamment que l’ilustrado se prépare à comparer cette copie à un autre m (...)

21Cependant, même une somme plus ancienne et plus modeste, dans ses dimensions comme dans les prétentions affichées par son auteur, comme l’est la somme du grand dépensier, qui n’a pas eu les honneurs de l’imprimerie41, continue à être lue aux XVIe et XVIIe siècles et à influencer les auteurs d’ouvrages historiques de l’époque. Déjà, Llaguno Amírola s’étonnait, au nom de la rigueur scientifique, que des historiens aussi réputés que Garibay ou le père Mariana aient pu reprendre des récits sans fondement inventés ou propagés par l’auteur de la refonte du Despensero42. À ces noms, on peut encore ajouter celui de l’archidiacre de l’Alcor, Alonso Fernández de Madrid, qui utilise, quant à lui, la version originale du texte pour retracer la vie et la mort de Pierre le Cruel43, celui de Cristóbal Lozano qui, dans les ouvrages qu’il rédige entre 1652 et 1667, reprend de nombreux récits légendaires dont l’origine première se trouve dans la refonte du Despensero44, et celui, moins connu, de Diego Sánchez Portocarrero, auteur dans la seconde moitié du XVIIe siècle d’une histoire de la seigneurie de Molina qui utilise comme source annexe – dans le chapitre correspondant au règne de Pierre Ier – cette même refonte, dans un texte différant d’ailleurs légèrement de celui des manuscrits que nous connaissons45. Et la liste n’est certainement pas close. Une famille de dix manuscrits (six du XVIe siècle, trois du XVIIe et un du XVIIIe) de la chronique d’Henri III de Pero López de Ayala, dont on sait qu’elle est demeurée inachevée, utilise comme texte d’appoint le texte du chapitre consacré à ce souverain par la refonte du Despensero – dans une version proche de celles des manuscrits J et C (cfinfra) – ; ce chapitre est utilisé en concurrence avec celui des Générations et portraits (Generaciones y Semblanzas), que l’on trouve copié dans d’autres manuscrits. On est là en présence d’un témoignage parlant du statut, modeste mais essentiel, atteint par la somme qui nous intéresse dans les siècles qui ont suivi celui de sa rédaction. Que la version copiée soit celle de la refonte est également significatif de l’importance prise par celle-ci, au moins en ce qui concerne ses chapitres finaux. On notera que l’un de ces manuscrits, BNM 18224, a appartenu à Llaguno Amírola, qui l’a annoté de sa main46. Dans la tradition manuscrite de la somme elle-même, l’existence du ms. P et de ses copies ultérieures, où la partie finale de la refonte – qui en est aussi, pour l’essentiel, la partie originale – sert d’introduction à une chronique d’Henri IV de Castille copiée à la demande de Bartolomé de las Casas, et à son usage personnel, témoigne de l’intérêt qu’elle a pu susciter parmi les membres de l’élite culturelle du XVIe siècle.

  • 47 Voir María del Mar De Bustos, « La crónica de Ocampo… », op. cit., p. 207-209.

22Comment expliquer ce succès durable d’œuvres mineures que tout semblait devoir condamner ? Sans doute ont-elles bénéficié de l’erreur commise par Florián de Ocampo à l’heure de choisir le manuscrit de l’Estoire d’Espagne sur lequel il allait fonder son édition, la seule qui ait existé pendant plus de trois siècles et demi. Ce manuscrit, loin de conserver le texte original de l’œuvre alphonsine, contenait en fait une chronique mixte, largement lacunaire et erronée sur de nombreux points. Il n’est pas un historien ultérieur, d’Ambrosio Morales au père Mariana et de ce dernier aux ilustrados du XVIIIe siècle, qui n’ait pesté contre la mauvaise qualité du texte édité par Ocampo et qui ne soit allé, de ce fait, consulter des sources annexes47. Parmi ces dernières, il faut évidemment prendre en compte les sommes de chroniques du XVe siècle, qui se sont ainsi retrouvées dans une situation paradoxale, où elles sont devenues les concurrentes d’un représentant de la tradition dont elles étaient en fait issues.

La somme du grand dépensier : éditions et tradition manuscrite

  • 48 Évoquant les cortès de 1401, Fernando Suárez Bilbao précise : « No estamos suficientemente informad (...)
  • 49 La rédaction de la somme s’explique mieux, cependant, si on la situe avant la naissance du prince h (...)

23Le titre sous lequel on désigne aujourd’hui la somme du grand dépensier ne correspond pas en fait à celui que cette œuvre a porté pendant plusieurs siècles. Tout au long du XVe siècle et des deux siècles suivants, elle a été connue et copiée sous son titre original de Compilation (ou Somme, voire Livre) des rois de Castille et de León depuis l’année de l’ère de César de sept cent cinquante-deux (ou depuis le roi Pélage) jusqu’au roi Henri fils du roi Jean, titre qui a l’avantage de la précision mais l’inconvénient de la longueur. Ce n’est guère qu’à partir du XVIIIe siècle et de son édition par Llaguno Amírola, que s’est imposée la dénomination, plus simple mais erronée, puisque l’éditeur y confond la Castille et l’Espagne, de Sumario de los reyes de España, plus souvent encore désigné sous le titre de Sumario del Despensero, conformément à l’habitude prise par les copistes des différents manuscrits de préciser immédiatement après le titre de l’œuvre le peu d’informations dont ils disposaient sur son auteur. Rédigée sous le règne personnel d’Henri III, entre 1394 et 1406, la somme, dans sa rédaction originale, couvrait donc l’ensemble de l’histoire des rois du León et de la Castille de Pélage au souverain régnant. L’affirmation du dernier chapitre selon laquelle le monarque a supprimé l’impôt appelé moneda depuis que la paix règne en Castille permet de réduire la fourchette de rédaction de cette première version aux années 1402-140548. Cette période est aussi celle où l’infant Ferdinand, frère du roi, voit le trône de Castille s’éloigner définitivement après la naissance des infantes Marie (1401) et Catherine (1403) et du futur Jean II (1405)49, et où il met sur pied une stratégie destinée à lui assurer la place qu’il considère devoir lui revenir dans le royaume ; une œuvre comme la somme du grand dépensier, qui s’achève par un éloge appuyé de l’infant, qui n’est alors encore ni le vainqueur d’Antequera, ni, a fortiori, le roi Ferdinand Ier d’Aragon, et qui réaffirme les droits des Trastamare au trône de Castille contre la légitimité du sang dont pouvait se prévaloir la reine Catherine, peut-être déjà ressentie comme une rivale, trouve parfaitement sa place dans une telle stratégie.

24De cette rédaction primitive, on a conservé deux versions : si la première, majoritaire (sept manuscrits), s’achève par l’éloge de Ferdinand et de son action aux côtés de son frère Henri dont il vient d’être question, la deuxième a été amputée de cet éloge et n’est conservée que par un manuscrit et par l’édition de Llaguno ; encore ces deux textes ne sont-ils pas identiques. Bien que la rivalité opposant cette fois ouvertement l’infant à la reine Catherine de Lancastre au début de la minorité de Jean II puisse suffire à expliquer cette « disparition », cette deuxième version a aussi pu être rédigée alors que Ferdinand était devenu le souverain du pays voisin, et peut-être même après sa mort. Paradoxalement, l’édition de cette version ultra-minoritaire par Llaguno fait qu’elle est aujourd’hui la plus connue et la plus citée.

25Dans le courant du XVe siècle, sous le règne d’Henri IV – plus précisément au moment de la guerre civile des années 1465-1468 –, ou lors de la guerre civile du début du règne des Rois Catholiques, dans les années 1474-1479, la somme a connu une refonte commanditée par Pedro Ruiz de Alarcón. Cette refonte se retrouve aujourd’hui dans six manuscrits, dont trois seulement présentent l’intégralité du texte, et, de façon très partielle, dans un recueil de miscellanées du XVIIe siècle ; deux des manuscrits complets conservent dans le chapitre consacré à Pierre Ier un texte différent de celui qui fut rédigé pour Alarcón, fruit d’une manipulation ultérieure qui accentue le caractère pétriste de cette refonte, déjà perceptible dans le manuscrit d’Alarcón ; c’est malheureusement cette version remaniée qu’a connue et publiée Llaguno Amírola, avec les réserves qu’imposaient les nombreuses erreurs de la copie qu’il consultait.

26Enfin, il s’est trouvé un auteur pour créer, sous le règne des Rois Catholiques, une nouvelle version actualisée de la somme à partir de sa version primitive : la « greffe » prend à la hauteur du chapitre consacré à Henri II, complété par deux anecdotes exemplaires référées à Henri III – situation qui s’explique sans doute par la maladresse du compilateur ou du relieur, qui a eu pour conséquence la perte d’un ou deux folios destinés à l’origine à être conservés, à partir d’un saut du même au même – et par une série de très brefs chapitres consacrés à Jean II, à Henri IV et aux premières années du règne des Rois Catholiques, jusqu’à l’annonce de l’entrevue ayant eu lieu entre Ferdinand et son père en 1476, à Vitoria.

  • 50 « Quando ofrecimos publicar varios compendios de la historia de Castilla que se hallan manuscritos, (...)

27Il est incontestable, au vu de cette histoire mouvementée, que l’œuvre du grand dépensier a bien été la somme de chroniques la plus lue et la plus copiée au XVe siècle. Ce succès, depuis deux siècles, est passé inaperçu des chercheurs travaillant sur l’historiographie médiévale, qui continuent bien souvent à se référer à l’édition de Llaguno Amírola. Or celui-ci ne connaissait de la somme que quatre manuscrits, dont un seul complet, et n’a pas caché dans son prologue le peu d’estime qu’il ressentait pour une œuvre qu’il jugeait mineure50. L’étude de la diffusion effective du savoir historique au bas Moyen Âge nécessite aujourd’hui une révision de l’image que nous avons de l’ouvrage du grand dépensier et de ses refontes et actualisations, tâche qui implique, en tout premier lieu, la mise au point d’une édition plus fiable et plus complète que celle – certes remarquable à son époque – de Llaguno Amírola.

28Dans la liste qui suit, nous avons regroupé toutes les informations dont nous disposons actuellement sur les différentes réalisations textuelles de la somme. Les informations concernant les copistes, sauf indication contraire, ne concernent que le texte du Despensero.

Éditions

29Sumario de los reyes de España por el Despensero Mayor de la reyna Doña Leonor, muger del rey Don Juan el Primero de Castilla, con las alteraciones y adiciones que posteriormente le hizo un anónimo. Publicado por Don Eugenio de Llaguno Amírola, caballero de la orden de Santiago, de la Real Academia de la Historia. En Madrid : en la imprenta de don Antonio de Sancha, año de M.DCC.LXXXI. Cette édition a fait partie d’un volume intitulé Crónica de los reyes de Castilla, regroupant également la Crónica de don Pero Niño et la Embajada a Tamorlán ;

30Fac-similé de l’édition précédente, avec des index préparés par María Desamparados Pérez Boldo, Valence, Anúbar, 1971. C’est cette édition que nous citons en utilisant pour la désigner les sigles Ll (texte de la version originale de la somme) et Llr (texte de sa refonte).

  • 51 Manuel Sánchez Mariana, Bibliófilos españoles, Madrid, Ollero & Ramos, 1993, p. 2-73. Ce Sévillan, (...)
  • 52 « Ninguna de ellas pasa del tiempo de don Phelipe II, bien que en una nota al fin de la del conde d (...)

31Llaguno Amírola donne dans son prologue quelques indications sur les quatre manuscrits à partir desquels il a réalisé son édition. Ces indications sont précieuses pour l’identification de ceux-ci, c’est pourquoi nous les reproduisons ici. De la version originale de la somme, Llaguno connaissait trois copies, l’une conservée à la bibliothèque de l’Escurial, la deuxième en possession du comte de Águila, et la dernière conservée dans la bibliothèque ou librairie du père Enrique Flórez. Seule la première de celles-ci avait conservé l’intégralité de ses folios, et l’éditeur précise explicitement que c’est de cette copie qu’il a repris le texte du dernier chapitre, consacré à Henri III. Le reste de l’édition a été réalisé sur le texte de la copie alors en possession du comte de Águila (très certainement le deuxième du nom, Miguel Espinosa Maldonado Tello de Guzmán [1715-1784], dont la bibliothèque comptait plusieurs milliers de documents d’archives, de manuscrits, d’incunables et d’imprimés51), la seule dont les origines et l’histoire nous soient en partie connues. Llaguno indique en effet qu’une note finale précisait que cette copie avait été effectuée sur un manuscrit lui-même copié en 1580 d’un in-quarto propriété de Luis de Faria52.

32Le texte de la refonte a quant à lui été édité à partir de celui conservé dans une copie de la Bibliothèque royale (aujourd’hui nationale) de Madrid, aussi tardive que les précédentes, corrigé en de nombreux passages, de son propre aveu, par l’éditeur ilustrado. Il est significatif de l’oubli dans lequel était tombé le Despensero que deux ans avant de réaliser son édition de la somme, Llaguno Amírola pût encore douter de l’existence de cette refonte, qu’il ne connaissait que par les notes de Zurita à la chronique de Pierre Ier de López de Ayala, publiée par l’académicien en 1779 :

  • 53 « Zurita dice que este compendio se ordenó en tiempo de don Juan el segundo, y habla de él de maner (...)

Zurita dit que ce compendium fut composé à l’époque de Jean II, et il en parle de telle façon qu’il semble avoir consulté quelque copie qui avait cette ancienneté. Dans la considération que Zurita s’est rarement trompé, nous suspendons notre jugement […] mais il est certain que dans l’œuvre qu’on lui [il s’agit du grand dépensier] attribue communément, on ne trouve pas les passages que copient Zurita et l’auteur des additions à Gracia Dei.53

  • 54 Que le compendio cité par Zurita ne soit pas la refonte du Despensero mais celle de l’Efg apparaît (...)
  • 55 « Deseando reconocer en toda su extensión este Compendio, hemos visto diferentes abreviaciones de l (...)

33En réalité, Zurita n’a pas utilisé un manuscrit du Despensero pour ses notes et corrections, mais un manuscrit de l’Estoire du fait des Goths, très proche du manuscrit D s’il ne s’agit pas de celui-ci, mais l’imprécision avec laquelle il le désigne explique sans doute l’erreur de Llaguno Amírola54. Toujours est-il que l’ignorance dans laquelle se trouve alors l’académicien de la nature du texte copié par Zurita donne naissance à quelques pages précieuses pour nous, dans lesquelles il fait le point sur les sommes de chroniques qu’il connaît et qu’il a pu consulter55. L’auteur cite ainsi successivement la Tour de guet des chroniques (Atalaya de las crónicas) d’Alfonso Martínez de Toledo, la somme attribuée au connétable don Pedro Fernández de Velasco (texte du XVIe siècle, comme nous l’avons déjà dit, mais qui est ici antidaté), et deux autres sommes anonymes qui pourraient être celle de Pablo García de Santa María et la chronique valeriana. Deux ans plus tard, ses recherches porteront finalement leur fruit, et Llaguno Amírola utilisera pour son édition un manuscrit qu’il estimera postérieur au règne de Philippe II, mais qui pourrait bien être en fait le ms. J (cfinfra), probablement rédigé sous le règne de ce souverain.

  • 56 Lors de sa vente, la majeure partie de la bibliothèque du comte a été acquise par le chapitre de la (...)

34Nous allons voir que les indications de Llaguno Amírola, pour précieuses qu’elles soient, ne permettent cependant pas d’identifier la totalité des manuscrits qu’il a utilisés, dont certains – notamment la copie du comte de Águila, dont la bibliothèque a été dispersée à sa mort56 – semblent avoir été perdus depuis.

Manuscrits des différentes versions57

Version fernandina ou majoritaire

  • 58 Cet inventaire fut réalisé à l’occasion de la création de l’Hôpital de la Vraie Croix par le comte. (...)
  • 59 La chronique se termine par ces mots : « E<t>l conde don Ylan guioles para la prouinçia vetica e por l</t> (...)
  • 60 Ces deux chansons ont été étudiées par José Gómez Pérez, « Dos canciones castellanas del siglo XV » (...)
  • 61 « En-la çibdat de Segouia quinze dias de setienbre año del nasçimiento del nuestro señor Ihesu Chri (...)
  • 62 « Lo quel rey nuestro señor ordeno. Es mi merçed e mando que sea guardada en-todo e por todo segund (...)
  • 63 Voir infra, édition du texte.
  • 64 Voir aussi sur ce texte Jesús D. Rodríguez Velasco, El debate sobre la caballería en el siglo XV. L (...)

35H : Madrid, Nacional, 9268, f. 111-152 (XVe siècle, règne de Jean II, 156 f., 262 x 190 mm., un seul copiste, 2 col., reliure de cuir tanné à froid). C’est le texte de base de notre édition. Ce manuscrit est décrit dans l’inventaire de 1455 de la bibliothèque du comte de Haro58 – terminus ad quem de sa réalisation –, et la date de rédaction de certains des textes qu’il contient (cfinfra) suggère qu’il a été constitué après 1422 (terminus a quo). Le texte du Despensero est précédé d’une Chronique abrégée des empereurs, rois et consuls de Rome (Crónica abreviada de los emperadores, reyes y cónsules de Roma) (f. 7-106) qui parvient jusqu’au règne du dernier roi goth, Rodrigue, et s’interrompt ex abrupto en plein milieu du récit de ce règne59, et de deux chansons anonymes datables des années 1420-1422, attribuées par Dutton à Alfonso Álvarez de Villasandino, l’une intitulée « Coplas de la casa real » et l’autre sans titre, commençant « Señora mía ensalçada… » (f. 107)60 ; il est suivi du texte d’ordonnances promulguées à Ségovie par Henri III le 15 septembre 1406 et concernant le fonctionnement du conseil royal (f. 154r°-156r°)61, confirmées à une date non précisée, probablement 1421, dans la mesure où cette date concorde avec celle de la rédaction des deux chansons antérieures, par Jean II (f. 156)62. Pour ce dernier texte, la structure en colonnes a été abandonnée au profit d’une copie pleine page. Un index de la somme occupe les folios 109-110r°. Ce manuscrit est de toute évidence un manuscrit composite, la rupture s’effectuant autour du folio 107, qui pourrait avoir été à l’origine une page de garde. On notera que les folios sur lesquels est copiée la somme du grand dépensier conservent la trace d’un ancien foliotage en chiffres latins, de I à XLIII, foliotage qui se poursuit jusqu’à la fin du manuscrit. La première colonne du folio 111r° sert de lien entre le premier texte du recueil, si brutalement interrompu, et le Despensero63. La Chronique abrégée des empereurs…, même si elle porte un titre qui semble un hommage à la Chronica pontificum et imperatorum de Martin Von Troppau, ou Martin le Polonais (mort en 1278), est bien une œuvre hispanique, traduction remaniée des ouvrages de Rodrigo Jiménez de Rada et de Lucas de Túy64 ;

  • 65 C’est pourquoi cette chronique porte à présent le titre de Corónica de los reyes de España desde do (...)
  • 66 On lit sur le premier folio : « Atalaya de coronjcas de mano, es libro muy autentyco y berdadero [. (...)
  • 67 F. 40r° : « Estos son los dichos del propheta Sed e sus castigos. E el fue el primero por quien fue (...)
  • 68 Ces armes représentent notamment un oiseau à la tête baissée, le bec dirigé vers sa poitrine, face (...)
  • 69 On peut aussi lire celui d’Andrés Rodriguez mercader. Au f. 147v°, on a copié cette strophe :
  • 70 « Et todas estas cosas sobre dichas conquirio e gano e subjugo e tributo e por todas paso segunt vo (...)

36A : Madrid, Nacional, 8405, f. 7v°-39v° (XVe siècle, 147 f., 258 x 192 mm., un seul copiste, 2  col., reliure mudéjar décorée de fers à sec dorés). Le texte est précédé d’une chronique abrégée (f. 1r°-7v°) qui propose un résumé de l’histoire d’Espagne de Pélage à Ferdinand IV et qui a été considérée par l’un des lecteurs du manuscrit, semble-t-il, comme faisant partie de la Suma del Despensero65. Dans ce codex, le texte porte le titre d’Atalaya de las crónicas, à la suite d’une confusion avec l’œuvre d’Alfonso Martínez de Toledo66. Il est suivi des Bouchées d’or (Bocados de oro, f. 40r°-116r°) et du Livre des cent chapitres (Libro de los cien capítulos, f. 116r°-147r°)67. On a particulièrement soigné la copie (lettrines, titres rubriqués) et le volume porte des armes non identifiées sur la couverture68. Sur les folios non utilisés (2e folio de garde et 147v°) on retrouve de nombreuses fois, parmi les essais de plume, les nom et prénom de Gerónimo de Penagos69. La chronique liminaire porte une allusion intéressante à un volume qui devait, dans la bibliothèque dans laquelle se trouvait A, être classé immédiatement avant ce manuscrit et contenir la version de l’Estoire d’Espagne dont il s’inspire70. L’une des anciennes cotes conservées par le manuscrit, Sa. 2a. est. 10. cax. 7°., pourrait renvoyer à son classement dans cette bibliothèque ;

37Aa : Madrid, Nacional, 1234, f. 15-79 (XVIe siècle). C’est une copie du précédent et il s’ouvre avec la même chronique abrégée (f. 1-14). Les autres textes du ms. 8405 n’ont pas été copiés ;

  • 71 « No parece contenerse este quaderno en el expurgamiento nouisimo del año de 1640. »
  • 72 Sur les fragments restés en place du dernier folio arraché, on peut encore lire ces mots : (recto) (...)

38Lo : Madrid, Nacional, 8463, f. 1-93r° (XVe siècle, 103 f., 184 x 127 mm., un seul copiste, écriture pleine page). Ce codex provient du couvent de San Vicente de Plasencia. Une note signée du nom de frère Pedro de Carvajal, proviseur général (proveedor general), précise sur la dernière page de garde : « Ce volume ne semble pas être contenu dans l’expurgation novissima de 1640. »71 Des espaces blancs ont été prévus pour les lettrines, mais celles-ci n’ont pas été tracées. Les dix premiers folios sont en blanc et deux autres ont été arrachés, avant l’actuel folio I72. D’autres folios semblent manquer, l’un entre les actuels f. 9 et 10, un autre entre les f. 57 et 58, et un troisième entre les f. 67 et 68. Plus significative quant à l’histoire du Despensero et de sa diffusion se révèle être une autre lacune, correspondant environ à l’extension d’un folio, située huit lignes avant la fin du folio 51r°, dans le chapitre consacré à Alphonse VIII : cette nouvelle lacune ne peut s’expliquer par la seule histoire de Lo, et semble indiquer l’existence d’une source elle aussi lacunaire. Le fait qu’aucun des autres manuscrits conservés ne comporte cette lacune isole ce manuscrit dans le stemma de l’œuvre ;

  • 73 F. 1r° : « Cronica breve de Castilla desde don Alfonso el Catholico hasta Dn. Enrique III°. ESCRITA (...)

39B : Madrid, Nacional, 12988, f. 10r°-47v° (XVIIIe siècle, 50 f.). C’est une copie du précédent, réalisée en 1754 par le père Andrés Burriel. Il reproduit le caractère acéphale de son modèle et il contient les mêmes lacunes. Les indications conservées sur la page de titre nous permettent de savoir que le ms. 8463, avant d’intégrer la Bibliothèque nationale, a appartenu à l’archevêque don García de Loaysa73. Le père Burriel fait ici certainement allusion à García de Loaysa Girón, archevêque de Tolède, dont la bibliothèque est passée par Plasencia avant d’être incorporée à la Bibliothèque nationale. Dans une note copiée sur le folio 1v°, le jésuite espagnol propose une hypothèse intéressante quant aux canaux de diffusion de notre somme à la fin du XVIe siècle :

  • 74 « Que esta sea la Chronica del Despensero de la Reyna Doña Leonor no solamente se prueba por lo que (...)

Que cette chronique soit celle du dépensier de la reine Aliénor est prouvé non seulement par ce qui y est dit à propos de la mort de cette reine, mais aussi par le fait que parmi les notes manuscrites du père Juan de Mariana il y a un bref extrait de certaines choses tirées de l’Histoire du grand dépensier de la reine Aliénor femme du roi Jean Ier, et on les retrouve dans cette chronique, dans les mêmes termes. Il faut croire que Don García de Loaysa avait communiqué au père Mariana ce même manuscrit ;74

  • 75 F. 128v° : « Traslado de vna proposiçion fecha al muy reuerendo magnjfico señor don Lope de Barrien (...)
  • 76 Une première note : « Es su Author el Dispensero mayor de la Reyna Doña Leonor muger del Rey D. Enr (...)

40N : Madrid, Nacional, 1181, f. 60r°-128r° (fin XVe-début XVIe siècles, 154 f., 200 x 140 mm., un seul copiste, écriture pleine page, reliure parchemin du XVIIIe s. décorée de fers dorés, dos renforcé). Le texte est précédé (f. 1-59v°) du texte latin d’une pseudo-Chronica Adephonsi imperatoris – en fait, l’Historia silensis –, et il est suivi (f. 128v°-154) d’une réponse de Lope Barrientos à une question d’Alfonso González de Toledo sur l’attribution de charges publiques aux juifs75. Dans une note du XVIIIe siècle copiée sur le f. 60, l’auteur reçoit le nom de Juan Pérez de Cuenca76. La Suma et la réponse conservent un foliotage antérieur à la constitution du ms. (I à XCV). Des espaces blancs ont été réservés pour les lettrines, mais celles-ci n’ont pas été réalisées. Il manque les dernières lignes de la somme. Quelques notes marginales ont été ajoutées par un lecteur-correcteur postérieur (écriture du XVIe siècle) ; deux de ces notes, que l’on retrouve sous une forme presque identique dans les marges de V (cfinfra) témoignent de l’appartenance probable des deux manuscrits à un même homme à cette époque. Cette situation semble propre à confirmer l’influence de N sur V, que l’on relève en certains endroits. Une précision quant au lieu d’inhumation de Sanche III, que l’on ne retrouve dans aucun autre manuscrit, invite à considérer N comme un manuscrit d’origine tolédane, ce que confirme la mention, en marge de chaque début de chapitre à partir du règne de Pierre Ier, du titulaire du siège épiscopal de Tolède, réalisée par un lecteur du XVIe siècle. Le texte se termine au f. 128r° par une note difficilement lisible touchant à la mort de l’archevêque Sancho de Rojas, rédigée par la même main que la mention des différents archevêques de Tolède depuis Pierre Ier :

  • 77 « Don Sancho de Rojas mourut à Alcalá et le roi D. Juan s’éloigna avec le corps d’une demi-lieue, e (...)

Don Sancho de Rojas murio en-Alcala y el rey don Juan salio con el cuerpo media legua y luego el rey tomo consejo por quien suplira al pp° y nueve de su consejo le dixeron aparte que Juan Martinez de Contreras dean de Toledo sin-comunicarlo entrellos [...?] despanto con Juan de Çerezuela hermano de don Alvaro de Luna [...?] ;77

41MP : Santander, Menéndez y Pelayo, 77, f. 16r°-41v° (XVIe siècle, 41 f., 280 x 200 mm., un seul copiste, écriture pleine page, reliure cuir). Le manuscrit contient le texte du Livre des douze sages (Libro de los doce sabios, f. 1r°-14v°), une copie des moralités en vers placées à la fin des chapitres du Comte Lucanor (f. 14v°-16r°) et le Despensero (f. 16r°-41v°). Il porte un ex-libris de don Pedro Isidro de Yebra Pimentel. Bien qu’il soit incomplet à la fin par suite de la perte d’un ou plusieurs folios, les quelques lignes du chapitre consacré à Henri III qu’il a pu conserver permettent de le classer parmi les manuscrits de cette version. Il s’agit d’une copie soignée du Despensero, qui comporte fort peu de lacunes ponctuelles.

Version expurgée

  • 78 Le deuxième folio n’est pas pris en compte dans le foliotage. Le texte couvre donc en réalité quara (...)
  • 79 « Chronica de quarenta reyes de Castilla y Leon dende el rey don Pelayo hasta el rey don Henrrique (...)

42E : Escurial, Monasterio, Z-III-2, f. 1r°-42r°(en fait, 43r°)78 (XVIe siècle, 120 f., 280 x 200 mm ; un seul copiste, écriture pleine page). Dans ce manuscrit, le texte du Despensero est suivi d’une copie, également du XVIe siècle, du discours d’Alonso de Cartagena sur la prééminence de la Castille sur l’Angleterre (f. 48r°-79r°, les folios 42v°-47v° étant blancs), et de la plus ancienne copie connue des Générations et portraits de Fernán Pérez de Guzmán (XVe s., f. 91r°-120v°, les folios 79v°-90v° étant également blancs). Sur la page de garde, une main du XVIe siècle a dressé la liste des textes conservés dans le manuscrit, dont la « Chronique de quarante rois de Castille et de León depuis le roi Pélage jusqu’au roi Henri III que l’on appelle le Dolent »79, une main postérieure se chargeant d’introduire plus précisément la somme du grand dépensier :

  • 80 « Este primero que se sigue es el conpendio historico de quarenta reyes que hizo el anónimo conocid (...)

Le premier texte qui suit est le compendium historique de quarante rois que composa l’anonyme connu sous le nom de dépensier de la reine Aliénor femme de Jean Ier.80

43La marge supérieure du premier folio porte encore la mention « chronique du roi Pélage [cronica del rey D. Pelayo] », de la même main que le sommaire précédent. Dans la mesure où ce manuscrit est la seule copie du Despensero recensée par les catalogues de cette bibliothèque, il semble logique de supposer qu’il s’agit là du manuscrit dont nous parle Llaguno Amírola dans son prologue, et dont il a copié le récit du règne d’Henri III. Pourtant, la fin de E ne coïncide pas avec celle de l’édition, ce qui est pour le moins surprenant, dans la mesure où la lacune principale du texte de Ll, de l’amplitude d’un folio environ, ne correspond à aucun changement de folio de E. Dans la partie du chapitre consacré à Henri III qu’il partage avec les manuscrits de la version majoritaire et E, O relève également de cette « version expurgée ».

Refonte commanditée par Pedro de Alarcón

  • 81 Le manuscrit a connu deux foliotages en chiffres arabes, l’un dans la marge supérieure droite et l’ (...)
  • 82 « De-la bibliotheca del [colegio] mayor de-Cuenca. »
  • 83 Le changement d’écriture s’effectue au sixième mot de la septième ligne, au milieu d’une phrase.
  • 84 En dehors du cas cité ci-dessus, la modification des caractères de l’écriture n’est jamais telle qu (...)

44V : Salamanque, Universitaria, 2309, f. 1r°-69v°81 (XVe siècle, écriture pleine page). Manuscrit réalisé pour Pedro Ruiz de Alarcón. C’est probablement l’original de cette refonte, d’où le nom par lequel nous avons choisi de désigner celle-ci. Llaguno Amírola n’en a pas eu connaissance. La page de titre, très postérieure au reste du manuscrit (XVIe s.?), porte : Genealogia de los reyes de Castilla fecha por el despensero mayor de la reyna Doña Leonor primera muger del rey Don Juan el primero. Une autre main, postérieure à la précédente, a ajouté cette précision quant à la provenance du manuscrit : « De la bibliothèque du collège [universitaire] de Cuenca. »82 Outre le fait qu’il s’agit là du manuscrit le plus ancien de la refonte, c’est aussi celui qui en conserve la version la plus complète. C’est pourquoi nous l’avons choisi comme manuscrit de base pour la publication de celle-ci. De fréquentes modifications de l’écriture (plus ou moins serrée) et de la couleur de l’encre utilisée semblent indiquer que plusieurs copistes sont intervenus dans la composition de l’ouvrage – certains, de façon très ponctuelle, comme celui qui a copié les dernières lignes83 du bref chapitre consacré à Henri II et le début du chapitre suivant sur le folio 54r° –, ou du moins84 que celle-ci s’est déroulée en plusieurs étapes, ces changements s’effectuant en général tous les dix folios ; parmi les plus notables, on relève ceux des folios 10r°, 20r°, et 60r°, où un cadre préparatoire est encore visible. Sur la partie du texte commune à toutes les versions de celui-ci, V partage avec N certaines leçons qui les isolent des autres manuscrits de la somme, ainsi que deux notes marginales qui témoignent de l’examen de ces codex par un même lecteur attentif. Enfin, même si V ne reprend pas l’information apportée par N sur le lieu d’inhumation de Sanche III, il introduit un renseignement du même ordre sur celui de Sanche IV, étonnant parallélisme qui laisse deviner, dans les deux cas, des liens avec la région tolédane ;

  • 85 C’est ce qu’affirme une note du f. Ar° : « En-esta coronica al principio esta la de-el Despensero y (...)
  • 86 Quelques lacunes très ponctuelles de V – absence d’un mot, le plus souvent une conjonction de coord (...)

45P : Paris, Nationale, esp. 111, f. 1r°-19r° (XVIe siècle, 124 f., 292 x 210 mm., acquis par Colbert en 1662 auprès du libraire Trichet du Fresne ; la copie du Despensero est fragmentaire). Les fragments du Despensero servent d’introduction à une chronique d’Henri IV copiée à la demande de frère Bartolomé de las Casas, et pour son usage personnel85. On retrouve dans ces folios l’interpolation favorable aux Alarcón, preuve que P dérive, sans doute indirectement, de V. En effet, les deux manuscrits partagent de façon générale les mêmes leçons et les mêmes erreurs, et les lacunes importantes de V se retrouvent dans P86, qui se montre souvent plus fidèle à V que les autres copies de la refonte, nouvelle preuve du lien unissant les deux codex ; cependant, les chapitres du Despensero repris dans l’introduction de P ont été placés dans un ordre surprenant (Henri III, Jean II, Alphonse XI [annoncé comme Pierre Ier], Pierre Ier, Henri II et Jean Ier), qui donne à penser que l’original copié était composé de folios non reliés, ou mal reliés. Dans V, le chapitre consacré à Henri III commence à la cinquième ligne du folio 56v°, précisément celui qui a échappé au foliotage le plus ancien, mais une telle situation ne semble pas propre à justifier le désordre de la copie. Plus troublante, car difficile à expliquer si l’on admet, comme cela nous paraît devoir être le cas et comme nous venons de l’affirmer, que P dérive de V, l’absence de quelques-unes des lacunes de V, partagées par J et C, palliées dans P par des leçons dont l’une est reprise par Llr (« e [P : tuvo sus rreynos] en paz e sosyego », chapitre consacré à Henri III) et dont l’autre, propre à ce manuscrit, est assez proche de celle de D-ed (« e fue acordado por ellos […] que Castilla Vieja […] [P : tuviese en gouernaçion la dicha reyna doña Catalina] / D-ed : fue acordado por ellos […] que la reyna doña Catalina gobernase el reyno de Castilla Vieja[…]. », chapitre consacré à Jean II). Ces deux anomalies peuvent être l’indice de la consultation d’un manuscrit, aujourd’hui perdu, de la refonte du Despensero (par exemple la source commune de J et C [cfinfra], ce qui expliquerait les leçons communes à P et à Llr que l’on relève dans divers chapitres) ou, plus probablement compte tenu de ce qui a été dit du statut de V et des lacunes qu’il partage avec J et C, d’un manuscrit de sa source par le copiste de P. Les premiers folios du manuscrit, très abîmés, sont difficiles à lire en plusieurs endroits. Cette copie (ou l’original dont elle est tirée) peut être datée du règne d’Isabelle et Ferdinand. En tête du chapitre consacré à Alphonse XI (confondu avec Pierre Ier), on trouve en effet cette note de l’auteur :

  • 87 « Le roi Pierre fut le père de doña Constance, femme du duc de Lancastre d’Angleterre. Cette doña C (...)

El rey don Pedro fue padre de doña Constança, muger del duque de Alencastre de Yngalaterra. Esta doña Constança fue madre legitima de doña Catalina, muger del rey don Enrriquez [sic] el tercero que llaman el doliente. Por muerte del rey don Pedro, ovo el reyno don Enrríquez su hermano. De este don Enrriquez quedo don Juan el primero, que fue rey. Deste don Juan el primero fue hijo el rey don Enrriquez el terçero, que caso con-la dicha doña Catalina, de-los quales fue hijo el rey don Juan el segundo ; y del-rey don Juan el segundo fue hijo el rey don Enrriquez quarto, por-muerte del qual suçedio en-el reyno la serenissima y catholica reyna doña Ysabel  ;87

  • 88 « Esta coronica es del reverendissimo y muy illustre señor don fray Bartholome de-las Casas, obispo (...)
  • 89 « […] aquellos códices que petenecieron al franciscano Fray Bartolomé de las Casas siendo obispo de (...)
  • 90 « Para ello, Rosell agrupó a una serie de eruditos y estudiosos de la época, Zurita, Llaguno, entre (...)
  • 91 Pa : [Henri III] f. 1r°-4v°, Don Juan el 2° f. 4v°-13r°, <Don Pedro> [Alphonse XI] f 13r°-15v°, Don Pedro f. 1</Don> (...)
  • 92 Pb, f. 36v° : « mill e-trecientos e setenta e-nuebe » contre Pa, f. 31v° : « mill y-trezientos e-se (...)
  • 93 Dans cette même phrase, une autre erreur de Pa (lauanto pour leuanto) semble avoir été corrigée « a (...)
  • 94 C’est ce que semblent indiquer l’ordre différent des groupes de mots dans l’explicit, ou des lectur (...)

46Pa et Pb : Madrid, Nacional, 1905, f. 1r°-35r° (XVIIe siècle, reliure moderne [XIXe siècle], 330 f.) et 7082, f. 1r°-39v° (XVIIe s., reliure parchemin, 222 f.). Ces deux manuscrits sont des copies fidèles de P, dont ils conservent l’explicit faisant allusion à l’évêque de Chiapas88, ce qui a conduit Aureliano Sánchez Martín, qui les cite dans sa recension des manuscrits conservés de la chronique d’Henri IV de Diego Enríquez de Castillo, à affirmer que les « trois » manuscrits ont appartenu à celui-ci, au mépris de toute chronologie, Bartolomé de las Casas étant mort bien avant d’avoir pu connaître les prémices du XVIIe siècle89. Il est vrai que l’auteur cité, qui n’hésite pas à affirmer que Rosell, à la fin du XIXe siècle, « a réuni une série d’érudits et de chercheurs de l’époque, parmi lesquels Zurita et Llaguno [sic] »90, semble en froid avec la chronologie. Les chapitres du Despensero sont copiés dans le même désordre que dans P, avec la même erreur sur l’identité d’Alphonse XI91. Les relations de dépendance éventuelle entre Pa et Pb sont difficiles à évaluer à partir de la seule étude des folios nous intéressant : la présence d’une erreur de Pb sur la date de la mort de Pierre Ier, absente de Pa92, exclut que ce dernier dépende du précédent ; on relève en revanche un cas où une erreur de lecture de Pa (douas pour donas, f. 34r°) semble avoir été reproduite par Pb, qui porte dobas (f. 38v°)93 ; cependant, l’hypothèse la plus probable est que Pa et Pb sont deux copies indépendantes de P94 ;

  • 95 Il paraît difficile d’imaginer que l’éditeur ait pu reconstituer la phrase occitane « Lo bort, es m (...)
  • 96 « Para ejecutarlo ha sido preciso adivinar en muchas partes lo que quiere decir el manuscrito » (Ll(...)
  • 97 E. Llaguno Amírola, « Adiciones... », op. cit., p. 579-580.
  • 98 Diego Josef Dormer, Enmiendas y advertencias de Gerónimo Zvrita a las corónicas de los reyes de Cas (...)

47J : Madrid, Nacional, 2325, f. 1r°-143v° (XVIe siècle, 208 x 148 mm., un seul copiste, écriture pleine page). Le manuscrit porte un écu – aujourd’hui inidentifiable – gravé sur la couverture. Le texte contient déjà toutes les erreurs de celui qu’a utilisé Llaguno Amírola, et bien que la présence dans ce codex d’autres leçons erronées évitées dans l’édition puisse donner à penser que ce n’est pas lui qu’a consulté l’académicien95 (cf. paragraphe suivant), on ne peut exclure la possibilité d’une correction systématique de ces erreurs, souvent grossières, par celui-ci lors de l’exécution de son édition. N’affirme-t-il pas dans son prologue qu’il lui a fallu « deviner en bien des endroits ce que veut dire le manuscrit »96 ? Ces corrections ont pu être réalisées avec l’aide des notes de Zurita aux chroniques d’Ayala, dont l’érudit aragonais avait préparé une édition – non publiée – au XVIe siècle, édition dont Llaguno Amírola s’inspire largement en 1779. Les arguments que Llaguno Amírola utilise à cette occasion dans sa critique de la refonte (qu’il appelle alors, comme Zurita, le Compendium)97 semblent prouver que l’ilustrado utilisait l’édition de l’ensemble de ces notes réalisée au XVIIe siècle par Dormer98. Toujours est-il que le ms. J est le seul à conserver, à la fin du volume, le chapitre original du Despensero consacré à Pierre Ier, comme celui que Llaguno dit avoir utilisé ;

  • 99 « Historia de varios reyes de España, en especial del rey Dn Pedro, escrita por el Despensero mayor (...)
  • 100 Quelques – rares – leçons de Llr contredisent cependant cette affirmation : ainsi, en une occasion (...)

48C : Salamanque, Universitaria, 2269, f. 1r°-43r° (XVIIe siècle, un seul copiste, écriture pleine page). Notre texte est défini sur la page de garde comme « Histoire de plusieurs rois d’Espagne, spécialement du roi D. Pierre, écrite par le grand dépensier de la reine Da. Aliénor, femme du roi D. Jean le 1er»99, précision qui s’accompagne de l’indication de sa provenance, identique à celle de V (« De la bibliothèque du collège universitaire de Cuenca, de la bibliotheca del collegio mayor de-Cuenca »), et d’un numéro d’ordre (ancienne cote ?) : N° 178. Selon Diego Catalán, qui ne semble pas connaître l’existence du manuscrit précédent, c’est cette copie tardive qu’aurait manipulée Llaguno Amírola. L’étude des variantes permet cependant d’affirmer que J et C proviennent en fait d’un même manuscrit perdu, copie intermédiaire de V ; plusieurs indices permettent de supposer que c’est cette copie intermédiaire que l’érudit a eue en mains, même si le texte de l’édition s’accorde mieux avec celui de J qu’avec celui de C qui lui est – légèrement – supérieur100 ;

49F : Madrid, Nacional, 773, f. 116-118 (fragmentaire, XVIe-XVIIe siècles, 229 f., 350 x 235 mm., reliure XIXe s. décorée de fers dorés, provient de la bibliothèque de Philippe V). Le dos du manuscrit porte le titre suivant : Privilegio de Sepulveda y otros ; les fragments du Despensero relèvent d’une section commençant au folio 104r°, intitulée Algunas antigüedades de España. Le manuscrit contient quelques brefs extraits des chapitres consacrés à Sanche IV [peur de Yuçaf face à l’approche du souverain castillan], Ferdinand IV (totalité de l’anecdote rapportée par Gutier Fernández), Pierre Ier (épisode de l’archidiacre romain), Jean II (relations Catherine de Lancastre / Álvaro de Luna, récompense de Pero Carrillo et prison de Fadrique de Benavente), Alphonse VIII (fête de la Croix et abstinence de viande le samedi instituées après la victoire de Las Navas), Alphonse VII (couronnement) et, de nouveau, Alphonse VIII (choix de Blanche comme reine de France au détriment d’Urraque) et Pierre Ier (peur superstitieuse de la Tour de l’Étoile), – dans cet ordre. Le contenu des extraits consacrés à Pierre Ier, et la présence d’un extrait du récit du règne de Jean II, permettent d’affirmer que la source de ce manuscrit de miscellanées appartenait à cette branche. Cependant, l’auteur de F a réécrit les passages qu’il cite, ce qui rend difficile, voire impossible, l’identification du manuscrit utilisé. Que le lecteur compare, par exemple, les extraits suivants du chapitre consacré à Jean II avec le texte du Despensero :

  • 101 F, f. 117r°-117v°.

La reyna doña Catalina, madre del rey don Joan 2°, viendo que el rey tenia tanta affiçion a Aluaro de Luna, su paje que se le trujeron niño para le siruiese, casi adiuinando lo que auia de sucçeder se le mando quitar y echar del rey ; el qual estuuo en el reino de Aragon con-el arçobispo Pedro de Luna su tio en Aragon hasta que fino la dicha reina doña Catalina en Valladolid año de 1418 y luego el dicho rey le mando voluer.
Por la diligençia que puso Pedro Carrillo, señor de Priego, alconero mayor del rey don Joan, en tomar a Montaluan, le hiço muchas merçedes, y una fue que quando que viniese al palaçio, de dia o de noche, aunque estuuiese con la reina, le diesen la puerta e que cada un año por fiesta de Nauidad le diesen vna de sus ropas, la mejor que tuuiese.
Quando prendieron a don Fadrique, duque de Arjona, en el real de Ariza, le llevaron a-la fortaleça de Almaçan y de ay al castillo de Peñafiel, donde el condestable don Aluaro de Luna le mando matar afogandolo con vna toca de lienço sin mandado ni liçençia de-el rey, porque diçen que se carteaua con los reyes de Aragon y de Navarra a-fin de destruir al condestable.101

50Tout au plus peut-on avancer à titre d’hypothèse plausible que F utilise ici la source commune de J et C, voire J lui-même.

Version actualisée après 1476

  • 102 J’ai publié cette somme dans le n°6 d’e-Spania (références complètes dans la bibliographie).
  • 103 En 2001-2002, Audrey Chanard a préparé sous ma direction un mémoire consacré à la transcription et (...)

51O : Madrid, Nacional, 1518, f. 122r°-144v° (XVe siècle, 144 f., 280 x 200 mm., 2 col., reliure basane noir décorée de fers à sec, tranches rouges). Ce manuscrit a appartenu au XVIIe siècle au marquis de Montealegre, Pedro Núñez de Guzmán. Le Despensero est précédé d’une traduction des Livres des Maccabées (f. 1-26) et d’une Somme de vertueux désir (Suma de virtuoso deseo, f. 27-118)102. Dans le prologue du premier texte apparaît le nom de Pero Núñez de Osma, traducteur des livres bibliques et peut-être aussi copiste-actualisateur du Despensero, à la demande de Lope de Acuña103. Le texte de la somme contient une lacune importante (par saut du même au même et par perte d’un ou plusieurs folios) entre la fin du récit du règne d’Henri II (f. 141) et le début du règne d’Henri III (f. 142). Le Despensero a été continué jusqu’à la préparation de l’entrevue de Vitoria entre Ferdinand et son père, le 13 août 1476. On sait que lors de cette entrevue, le roi Jean II s’est vu contraint de reconnaître que sa politique navarraise, depuis 1462, était erronée, et que son fils y a assuré de son soutien indéfectible la faction des Beaumont, qui avait défendu en son temps le prince de Viana et l’influence castillane en Navarre.

Manuscrit non consulté

52Xx : Madrid, Nacional, 9317, f. 118r°-210v° (XVIIe-XVIIIe siècles, 210 f., 210 x 150 mm., ancienne cote Cc212). Le dos du manuscrit porte « Historia de España de varios [autores] recopilados por Juan de Ferreras ». La somme du grand dépensier en est le quatrième et dernier texte, après le Chronicon Ovetense, des documents complémentaires et l’Historia Silense, et elle est « incomplète à la fin ». La mention du roi Jean II dans le titre ajouté postérieurement au f. 118r° peut laisser supposer que ce manuscrit est à classer parmi ceux de la refonte, auquel cas le caractère incomplet du texte ne serait pas différent de ce que l’on constate dans les autres manuscrits de cette version du Despensero. Juan de Ferreras (1652-1735) est l’auteur d’une Historia de España qui a connu un certain succès et a été traduite en français.

Synthèse et élaboration du stemma

53Les manuscrits A, MP, H, N et Lo semblent être des copies dérivant d’un même archétype, qui ne contenait pas, dans son texte, la phrase par laquelle l’auteur anonyme revendique la charge qu’il a occupée près de la reine Aliénor (cf. infra) ; il semble aussi que cet archétype donnait à Alphonse II, au début du chapitre consacré à son successeur, le surnom de Catholique, même si N ne reprend pas cette leçon. H et MP comportent une lacune ponctuelle sur le nom de la femme de Ramire Ier, nommée Bérengère (Berenguela) dans N et Lo (également dans A, mais il s’agit d’un ajout tardif). D’autres leçons ou lacunes confirment cette première partition des manuscrits. L’étude systématique des variantes semble ensuite indiquer parmi les manuscrits de la version primitive une division entre les manuscrits A, sa copie Aa et MP d’une part, H, Lo, sa copie B et N d’autre part, même si quelques variantes ne répondent pas à ce schéma. Le manuscrit B, copie de Lo, ajoute aux erreurs et aux lacunes de celui-ci les siennes propres. Le manuscrit N, incomplet à la fin, partage de nombreuses leçons avec Lo, sans que l’un dépende directement de l’autre : les deux manuscrits ne semblent pas pour autant être les copies d’un même original, dans la mesure où Lo contient une lacune importante remontant probablement à sa source que ne possède pas N (cf. supra) ; le texte des deux manuscrits a cependant en commun d’être plus lacunaire que celui des manuscrits A, MP et H. Un important saut du même au même entre le début du chapitre consacré à Aurelio et celui consacré à Silo dans les manuscrits N et Lo est à rapprocher du rattachement du récit du règne de Silo au chapitre consacré à Aurelio dans H. Lo semble cependant plus proche de H et de MP – et, dans une moindre mesure, de A – que N ; cette situation confirme que la source perdue de Lo, ainsi que N, se rattachent bien à l’ensemble A, H, MP. A se trouve isolé au sein de ce groupe par nombre de ses leçons. Le manuscrit Aa est une copie de A, dont il reprend et amplifie les erreurs. Tous ces manuscrits appartiennent par ailleurs à une même famille textuelle, où la somme se terminait par un éloge de l’infant Ferdinand – futur Ferdinand Ier d’Aragon –, tronqué dans N.

54Cet éloge a disparu du texte de E, seul manuscrit complet qu’ait pu connaître Llaguno Amírola, et ne figurait sans doute pas dans la source de O, qui pourrait bien être la même que celle de E. Pour des raisons chronologiques, O ne peut pas, en effet, dériver de E ; quant à supposer que E dérive de O, c’est une hypothèse qui implique que la copie de O ait été effectuée avant la manipulation-actualisation de ce dernier qui a conduit à la perte de folios concernant les règnes d’Henri II, Jean Ier et Henri III, opération dont le manuscrit a conservé la trace, et cette hypothèse se heurte elle aussi au rapport chronologique qui unit les deux manuscrits (E est un manuscrit du XVIe siècle, alors que l’actualisation de O s’est effectuée autour de 1477) : si l’on refuse d’imaginer une source commune à E et O, il faut alors supposer une source perdue de E, copiée de O avant son actualisation, ce qui ne fait que déplacer le problème.

  • 104 Ce chapitre a été copié de Lo, comme le montre une comparaison minutieuse des deux manuscrits. Ains (...)

55Parmi les manuscrits de la refonte commanditée par Pedro de Alarcón, P, bien qu’il soit fragmentaire, évite quelques-unes des erreurs les plus flagrantes présentes dans les autres manuscrits complets, y compris le plus ancien, que l’on tient pour l’original et dont il dérive lui-même. Le désordre dans lequel y sont présentés les différents règnes évoqués reste une énigme, qui nous amène à supposer une copie intermédiaire entre V et P ; c’est de cette copie que P aurait hérité le désordre de ses chapitres. J nous semble particulièrement intéressant en ce qu’il contient toutes les erreurs et les lacunes du manuscrit utilisé par Llaguno Amírola (entre autres, le rejet du chapitre original consacré à Pierre Ier à la fin de la copie104). Il n’est cependant pas totalement exclu que l’éditeur ait utilisé la source commune de J et C. Enfin, les copies de P ne présentent pour nous qu’un intérêt mineur, comparable à celui de Aa.

  • 105 Ces conclusions sont hypothéquées par l’absence d’examen du manuscrit BNE 9317.

56Nous devons considérer comme perdus105 :

  • l’original de la somme, puisque tous les manuscrits conservés contiennent des erreurs qui sont de façon évidente des erreurs de copie ;

  • les deux archétypes, l’un contenant la phrase par laquelle l’auteur revendique la charge qu’il a occupée, l’autre l’ignorant, dont descendent tous les manuscrits conservés ;

  • la source lacunaire de Lo ;

  • le manuscrit dont descendent E et O (pour la « partie commune » de ce dernier) ;

  • la copie de V qu’a utilisée l’auteur de P ;

  • la copie de V, différente de la précédente, dont a pu se servir Llaguno Amírola, et qui serait la source commune de J et C.

57L’existence des deux derniers manuscrits reste hypothétique, dans la mesure où l’on peut aussi considérer que P a été copié de V avec un certain sens critique, et que Llaguno Amírola a utilisé J pour son édition, là encore en améliorant sensiblement le texte du chapitre consacré à Pierre Ier à partir d’une copie de Zurita – qui, on le sait, utilisa quant à lui un manuscrit de l’Efg.

58Se pose aussi la question de savoir si l’un des manuscrits aujourd’hui conservés peut être celui que possédait le père Flórez. Demeure en outre le problème de l’identification des trois autres manuscrits cités par Amírola : la copie qu’à cette époque possédait le comte de Águila, le manuscrit qui fut sa source et l’in-4° dont on avait tiré en 1580 cette copie et qui avait appartenu à don Luis de Faria. Aucun manuscrit connu ne contenant la note finale citée par Llaguno, on peut considérer comme perdue la copie du comte de Águila. Quant aux deux autres, il ne peut s’agir de A et Aa, dans la mesure où Llaguno Amírola précise qu’il s’agissait de manuscrits incomplets. En revanche, la copie de 1580 pourrait être le manuscrit que conserve la bibliothèque Menéndez y Pelayo, à moins que ce dernier ne soit le manuscrit du père Flórez. Les leçons que Ll partage avec O, dans les rares cas où son texte diffère de celui de E, suggère que l’un des manuscrits incomplets utilisés par l’académicien pourrait être la source commune à E et à O. Pourtant, une telle hypothèse suppose une mutilation de ce manuscrit qui pourrait certes justifier l’actualisation réalisée par le copiste de O, mais qui s’accorde mal, nous l’avons déjà dit, avec l’existence de E.

  • 106 Le marquis évoque dans ses œuvres « la Historia de España que compuso en el reynado de Enrique III (...)
  • 107 « La cita de Mo[n]dexar, relacionada con Alfonso X, parece alusiva a hechos que no figuran en los t (...)

59Enfin, il faudrait ajouter à tous ces manuscrits perdus (une dizaine !) le seul exemplaire cité d’une édition incunable de la somme, qui était propriété du marquis de Mondéjar à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle, et qui n’a jamais plus réapparu106. Les phrases du chapitre consacré à Alphonse X que cite le marquis permettent de supposer, selon Diego Catalán, que cette version différait de celle des manuscrits conservés107. Il n’est pas impossible, cependant, que cette opinion de l’illustre professeur espagnol soit due à la présence, parmi les passages cités par le marquis, des phrases finales du chapitre, absentes des manuscrits de la version majoritaire, mais ajoutées ou reprises d’un original perdu par ceux de la refonte, et ignorées de l’édition de Llaguno Amírola.

  • 108 Villafuerte a achevé sa traduction le 21 novembre 1463. Le manuscrit BNM 9436, dans lequel nous avo (...)
  • 109 D. Catalán, La Estoria de España, op. cit., p. 273 : « En cuanto al manuscrito consultado por Don  (...)

60Une recensio complète suppose aussi que l’on mentionne ici les gloses de Villafuerte à sa traduction de l’Anacephaleosis d’Alonso de Cartagena et celles de Sancho de Segorbe à sa propre somme, gloses réalisées à partir de différents exemplaires de la Suma del Despensero108, ainsi que l’Estoire du fait des Goths dans sa version actualisée après 1454, qui a utilisé la même source que la refonte du Despensero pour les règnes de Pierre Ier et de Jean II. Enfin, on a vu qu’il est impossible de négliger les corrections de Jerónimo Zurita reproduites dans l’édition Sancha de la Chronique du roi Pierre Ier de Pero López de Ayala (elles apparaissent dans notre appareil critique désignées par le sigle Z), même si ces corrections ne proviennent pas du Despensero ou de sa refonte, mais d’un texte lié à la tradition de l’Efg ; il faut enfin citer ici pour mémoire celles faites par Diego de Castilla dans ses commentaires à la Relation du roi Pierre et de sa descendance attribuée à Gratia Dei. Dans ce dernier cas, Diego Catalán a démontré que le manuscrit utilisé par Diego de Castilla était l’original de la refonte, c’est-à-dire V109.

Tableau 2. STEMMA CODICUM

Tableau 2. STEMMA CODICUM

Manuscrits conservés

Version originale

H

BNM 9268 (XVe siècle)

A

BNM 8405 (XVe siècle)

Lo

BNM 8463 (XVe siècle)

N

BNM 1181 (XVe-XVIe siècles)

MP

Santander, Bibl. Menéndez y Pelayo, olim 77 (XVIe siècle)

Aa

BNM 1234 (XVIIe siècle; copie de A)

B

BNM 12988 (XVIIIe siècle; copie de Lo)

Version expurgée

E

Escurial, Monasterio Z-III-2 (XVIe siècle)

Version refondue

V

Salamanque, Universitaria 2309 (XVe siècle)

P

BNF esp. 111 (XVIe siècle)

J

BNM 2325 (XVIe siècle)

Pa

BNM 1905 (XVIIe siècle, copie de P)

Pb

BNM 7082 (XVIIe siècle, copie de P)

C

Salamanque, Universitaria 2269 (XVIIe siècle)

F

BNM 773 (XVIe-XVIIe siècles)

Version actualisée ca. 1476

O

BNM 1518 (XVe siècle)

Manuscrit non examiné (ne figure pas sur le stemma)

Xx

BNM 9317 (XVIIe-XVIIIe siècles)

Éditions

Ll-Llr

édition de Llaguno Amírola (1781)

Autres sigles

X

Original

α

archétype des manuscrits ne contenant pas de référence à la charge de l’auteur

β

archétype des manuscrits contenant cette référence

γ

source perdue de A, Aa et MP

δ

source perdue de N, λ, Lo et B

ε

source perdue de E et O

ι

source perdue de J et C

λ

source perdue de Lo et B

π

source perdue de P, Pa et Pb

Le Despensero dans ses contextes codicologiques

61Il est rare qu’un manuscrit soit le fruit du hasard. Le plus souvent, sa conception relève d’une volonté consciente visant à constituer un ensemble cohérent. C’est de cette façon que peuvent effectivement s’analyser les codex dans lesquels nous a été conservé le texte du Despensero. Notre somme de chroniques n’est pas un texte isolé mais, le plus souvent, une pièce parmi d’autres – même si c’est fréquemment la pièce autour de laquelle s’articule le codex et grâce à laquelle il acquiert sa cohérence – dans un ensemble de textes historiographiques constituant une œuvre en soi, œuvre à la signification changeante selon le manuscrit considéré. Deux courants semblent se dégager sur ce point : l’un regroupe les manuscrits A et MP, où notre texte est associé à des œuvres didactiques relevant de la littérature sapientiale (Livre des douze sages, Bouchées d’or, Livre des cent chapitres, moralités en vers du Comte Lucanor) ; l’autre est constitué par les manuscrits où se trouvent joints au Despensero des textes à tonalité plutôt historiographique : Livres des Maccabées et Somme de vertueux désir dans O, Chronique des empereurs, rois et consuls de Rome dans H, Historia silensis dans N et Xx, textes d’Alonso de Cartagena et de Fernán Pérez de Guzmán dans E, Chronique d’Henri IV dans P.

62Dans les deux premiers manuscrits relevant de ce deuxième groupe, les textes copiés forment une chaîne chronologique ininterrompue tournée vers l’histoire du passé, limitée à l’histoire profane dans H, plus complète dans O, qui fait précéder l’histoire des rois de l’antiquité gréco-romaine et du Moyen Âge hispanique d’un texte qui renvoie au monde biblique et sert à la fois de lien entre l’histoire juive et l’histoire chrétienne et de « passerelle » entre l’histoire sainte et l’histoire antique profane (les Maccabées se sont opposés aux héritiers séleucides d’Alexandre le Grand). Dans P, au contraire, l’intérêt de l’auteur ou celui du commanditaire se porte vers l’histoire contemporaine, les derniers chapitres de la refonte du Despensero ne servant que d’introduction à ce qui constitue l’essentiel du manuscrit, une chronique d’Henri IV ; c’est cette même logique qui commande la composition de E. Le cas de N est moins clair, et relève peut-être surtout, à l’origine, d’une volonté d’érudition, même si la confusion réalisée entre Chronica Adefonsi imperatoris et Historia silensis, ce dernier texte présentant une vision d’ensemble de l’histoire primitive du Léon, rapproche au bout du compte ce manuscrit de H et O. On pourrait ajouter à ce groupe de manuscrits l’édition de Llaguno elle-même, qui regroupe trois œuvres historiographiques de l’époque d’Henri III, et probablement aussi le manuscrit Xx.

63Ces deux grands ensembles témoignent d’une double réception de notre somme, comme texte historiographique, bien sûr, mais aussi comme « miroir des princes » à vocation didactique et morale (cf. infra). Ces deux regards sur l’œuvre du grand dépensier ne s’excluent d’ailleurs nullement, comme en témoigne la composition de A, où textes sapientiaux et historiographiques se mêlent étroitement. Il est vrai que tant les premiers cités que les seconds relèvent au fond d’un type de littérature que l’on peut qualifier de politique. De ce point de vue, on relèvera également la présence, à la fin de H, du texte d’ordonnances royales touchant au gouvernement du royaume promulguées par Henri III et confirmées par Jean II. Ces ordonnances ne sont pas que des textes techniques : en 1406, la réforme du conseil royal, créé par Jean Ier en 1385 et confondu avec le conseil de régence pendant la minorité d’Henri III, permet d’écarter les procurateurs des villes au profit de juristes, licenciés ou docteurs en droit ; après que l’infant Henri fut revenu en arrière en 1420, après le coup d’état de Tordesillas, les procurateurs sont de nouveau écartés en 1421, état de fait confirmé par la réforme de 1442. Que le texte de ces ordonnances soit ajouté à celui de notre somme confirme le caractère éminemment politique du Despensero aux yeux de ceux qui l’ont copié ou fait copier : le récit exemplaire de l’histoire des rois de Castille illustre ce que doit être le bon gouvernement du royaume, tandis que le texte des ordonnances d’Henri III illustre la sagesse d’un souverain dont le règne apparaît comme l’aboutissement logique d’une histoire guidée par l’action de la Providence. Le règne du roi Dolent est aussi le point de départ d’une nouvelle époque de l’histoire castillane, bénéficiaire des leçons du passé.

Identification des auteurs

64Les différentes versions du Despensero sont le fruit d’un travail anonyme. Les indices textuels sont minces et les informations que chacun des auteurs concernés a pu nous laisser sur sa vie et ses œuvres sont fort peu nombreuses et ne permettent guère d’émettre sur leur identité que quelques rares hypothèses.

Version primitive

65Du premier auteur, on ne connaît que la charge qui fut la sienne à la cour de Jean Ier. Lorsqu’il évoque en effet la figure d’Aliénor d’Aragon, première femme du souverain, l’auteur précise avec un certain orgueil :

  • 110 « E digo que lo se mas que otra persona alguna de su casa, por quanto yo era su despensero mayor, e (...)

Et je dis que je le sais mieux que n’importe qui de sa maison, parce que j’étais son grand dépensier, et qu’elle m’avait fait la grâce de me charger de pratiquement toute la marche de sa maison, et que j’étais l’un des membres de son conseil.110

66Assez curieusement, nous l’avons dit, cette phrase est en fait absente de la majorité des manuscrits connus aujourd’hui : F ne conserve pas ce fragment, A, Aa, Lo, B, H, N et MP ignorent cette phrase, O contient une longue lacune à cet endroit. Seuls E et les manuscrits de la refonte commanditée par Alarcón (V, J, C, P et ses copies Pa et Pb) la contiennent, ce qui ne manque pas de poser la question de son authenticité : le premier auteur ayant « corrigé » le texte de la somme en en modifiant la partie finale n’aurait-il pas cherché de cette façon à placer sous une autorité considérée comme indiscutable son texte manipulé ? En vérité, cette hypothèse paraît bien improbable, car pourquoi n’aurait-il pas alors introduit cette phrase bien avant le pénultième chapitre de la version originale, qui pour lui n’avait pas une importance considérable ? L’analyse de ce passage du chapitre consacré à Jean Ier montre en outre dans tous les manuscrits d’autres traces de la subjectivité de l’auteur-témoin, devenu parfaitement anonyme, qui ont échappé aux efforts faits pour les gommer (« estando yo que esto escreui presente » [texte de H]), et dans ceux de la refonte des tentatives maladroites d’actualisation du texte par un passage de la première personne du singulier à la troisième selon des modalités qui conduisent parfois à de véritables pataquès (« el que primeramente esto escreví »). Ces tentatives n’auraient pas eu lieu d’être si les manuscrits de la refonte n’avaient pas hérité cette revendication d’autorité de l’archétype dont ils descendent. De la même façon, on constate que les manuscrits de la version originale ou majoritaire ont conservé une phrase du chapitre consacré à Henri III dans lequel l’auteur de la somme justifie les qualités du souverain par une allusion à « la sainte et noble reine que j’ai connue (que yo conoçi) », phrase qui perd beaucoup de sa force si elle n’est pas mise en relation avec l’affirmation préalable d’une véritable intimité entre ledit auteur et la reine. Enfin, le texte de E, seul représentant de la troisième branche de la tradition manuscrite de notre somme à cet endroit, conserve une version de l’épisode de l’intercession du confesseur de la reine dans les négociations qui opposent celle-ci aux juifs de ses villes dans laquelle le narrateur-témoin s’implique ouvertement à plusieurs reprises (« e el confesor e yo con-el dijimos le », « e el confesor y yo con el fuimos […] »), ultime témoignage de ce qui a dû être la narration primitive. Pour toutes ces raisons, il semble indiscutable que cette phrase faisait partie du texte original, et a été éliminée par le copiste de l’archétype dont descendent tous les manuscrits de la version majoritaire ; nous pouvons donc continuer à appeler notre texte « somme du grand dépensier ».

67On trouve dans la deuxième des Sept Parties une définition précise de la charge de grand dépensier et des qualités nécessaires à celui que le roi désigne pour la remplir :

  • 111 « Les dépensiers sont d’autres officiers, qui doivent acheter les choses qui sont nécessaires pour (...)

Despenseros son otros oficiales, que han de comprar las cosas que han menester para gouierno del rey, e por esso les llaman assi porque ellos espenden los dineros de que las compran. E estos deuen auer en si quatro cosas. La primera, que sean acuciosos. La segunda, sabidores. La tercera, leales. La quarta, que ayan algo de suyo.111

  • 112 « Es probable que el cargo de mayordomo sea similar al de despensero y podemos pensar que ambos se (...)

68De cette façon, selon le roi Savant, le grand dépensier se montrera diligent dans sa tâche, n’achètera qu’à bon escient, ne volera ni son seigneur ni ceux avec qui il traitera, et se montrera d’autant plus loyal qu’il sera libre de toute cupidité et craindra, au contraire, de perdre ce qui lui appartient s’il commet une faute. Il est aisé de comprendre combien se justifie le choix d’un homme de confiance pour occuper cet office, qui touche de près à l’administration des biens seigneuriaux, au même titre que celui de majordome112.

  • 113 Memorias históricas de la vida y acciones del rey d. Alonso elNoble, octavo del nombre, recogidas p (...)
  • 114 Voir ce qu’en disait déjà, au XVIIIe siècle, Llaguno Amírola : « Don Nicolás Antonio dice que Pelli (...)
  • 115 BNM 10652, f. 8r° : « Creo que-se llamava gomez dillanes. »

69Malheureusement, cet homme n’a pas jugé bon de nous laisser son nom, et ce n’est qu’au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles que le marquis de Mondéjar, mort en 1704, l’a identifié comme Juan Rodríguez – ou Pérez – de Cuenca, dont l’érudit affirme en une occasion, à la suite d’un lapsus probable, qu’il fut grand dépensier de la reine Catherine de Lancastre113. Le marquis affirmait posséder un exemplaire de l’édition incunable de la somme – une édition dont il ne reste aujourd’hui aucune trace114. Peut-être, comme le suggère Diego Catalán, est-ce sur la couverture de cet exemplaire qu’il a pu lire le nom qu’il propose. On se souviendra pourtant qu’à l’extrême fin du XVe siècle (1497) déjà, Sancho de Segorbe, qui utilisait parmi ses sources la refonte du Despensero, affirmait ignorer l’identité de cet auteur, conjecturant qu’il devait s’être appelé Gómez d’Illanes115. À l’époque du marquis de Mondéjar lui-même, Diego Sánchez Portocarrero cite plusieurs identités possibles pour le grand dépensier, ignorant en fait qu’il n’utilise pas le texte original de la somme, mais une refonte tardive :

  • 116 « Le dépensier de la reine Aliénor de Castille, belle-fille de ce même don Henri (dont l’arbitrage (...)

El despensero de-la reyna doña Leonor de Castilla, nuera del mismo don Enrique (que el arbitro dize que se llamo Gutierre de Guemes, y quiere que sea otro distinto la glosa [sic] que algunos atribuyen a don Diego de Castilla hecha sobre la defensa de don Pedro que tuvo Graçia Dei) dize hablando del rey don Pedro en vn epilogo que hizo de los reyes de Castilla c. 28 que « ay dos cronicas, la vna fingida por se disculpar de la muerte que le fue dada al rey don Pedro ».116

  • 117 Cette confiance excessive nous semble particulièrement marquée chez Llaguno Amírola, qui écrit dans (...)

70En tout état de cause, faire une confiance aveugle au marquis de Mondéjar paraît excessif117.

  • 118 Les renseignements transmis par le grand dépensier sont conformes à ce qu’affirment Santiago Sobreq (...)

71Quel que soit son nom, il ne fait aucun doute que cet auteur ait exercé l’office de grand dépensier : plusieurs chapitres portent la marque de préoccupations qui ne peuvent se poser qu’à un homme habitué aux manipulations financières. C’est ainsi que le chapitre consacré à Alphonse X est en grande partie occupé par une analyse des réformes monétaires du souverain118 ; l’éloge d’Aliénor d’Aragon, comme celui de son fils Henri III, reposent sur des anecdotes touchant à la situation financière du royaume. Le grand dépensier était un de ces hommes pour qui une imposition trop lourde nuit à la bonne santé économique d’un royaume, et il aspirait à voir le souverain alléger les charges de son peuple pour redonner à la Castille la prospérité et la paix civile – but poursuivi et atteint par Henri III, selon lui. Une partie du chapitre consacré à ce dernier souverain constitue de fait un véritable cours (l’un des premiers de l’histoire ?) d’économie.

  • 119 Diego Catalán, Siete siglos de romancero, Madrid, Gredos, 1969, p. 46, note 69 ; idem, La Estoria d (...)
  • 120 Gilbert Dahan, Les intellectuels chrétiens et les juifs au Moyen Âge, Paris, Éditions du Cerf, 1999 (...)

72Diego Catalán a affirmé à plusieurs reprises que le grand dépensier était juif119. Bien qu’il n’ait pas livré, à notre connaissance, les arguments sur lesquels s’appuie cette affirmation, il est possible que le caractère très répétitif du style de l’auteur soit l’un de ceux-ci ; plus sûrement, l’affirmation selon laquelle l’une des marques de la sainteté de la reine Aliénor a été son refus d’emprunter de l’argent aux juifs de son royaume, alors même que certains de ceux-ci le lui proposaient avec insistance, afin de ne mécontenter aucun d’entre eux et de s’éviter ainsi leurs malédictions, semble témoigner d’un parti pris de sympathie pour la communauté juive. On sait en effet que la spoliation des juifs par le pouvoir politique a été une constante de la politique des royaumes chrétiens médiévaux, y compris le royaume de Castille, dès le XIIIe siècle, époque à laquelle le statut du peuple élu devient de plus en plus précaire120, et qu’une bienveillance comme celle de la reine, à l’époque des Trastamare, est devenue exceptionnelle.

  • 121 Sur la légende des juges, la consultation de G. Martin, Les juges de Castille…, op. cit., est indis (...)
  • 122 Déjà, le copiste de la source commune à J et C n’avait pas compris cette précision géographique et (...)
  • 123 Francisco de Berganza, Antigüedades de España, 2 vol., Madrid, Francisco del Hierro, 1719-1721 (fac (...)

73Qu’il ait été juif ou chrétien, il semble que le grand dépensier soit né ou ait vécu dans la région de Burgos. Au moment où il évoque la légende des juges de Castille, cet homme, en effet, précise non seulement que Laïn Calvo était burgalais (détail conforme à la tradition), mais aussi – ce qui est plus surprenant – que Nuño Rasura était « naturel de la Bureba ». Cette dernière précision est non seulement inédite, mais encore en contradiction flagrante avec les autres versions de la légende, y compris celle qu’a pu utiliser l’auteur (cf. infra), qui considèrent ce juge comme un étranger à la Castille, un Catalan. Seuls les textes les plus anciens laissent entendre, de façon implicite, que Nuño Rasura était d’origine castillane, sans plus de précision121. La localisation des origines de cet homme dans la zone nord de la région burgalaise nous paraît donc particulièrement significative. Le texte de l’édition de Llaguno Amírola, à la suite d’une mauvaise lecture ou d’une correction postérieure (« de buen natural » pour « de bureba natural »), occulte cette particularité du texte du Despensero122. On notera que Berganza affirme dans ses Antiquités123 que, selon une tradition locale, le tombeau de Nuño Rasura se trouvait à la porte de l’église Saint-André de Cigüenza, ville de la Bureba ayant appartenu à l’infant Ferdinand.

74L’éloge appuyé de l’infant par lequel se clôt le texte incite à penser que le grand dépensier, au moment où il rédige son œuvre, appartient à la maison de celui-ci et qu’il est à son service. La somme est avant tout un ouvrage de propagande trastamariste, dont l’existence peut se comprendre dans le cadre de la lutte encore sourde qui commence à opposer l’infant à la reine Catherine et à son entourage dans les années 1402-1405. Même si rien ne l’indique expressément, il n’est pas impossible que le Despensero soit une œuvre de commande.

75On peut enfin penser avec quelque raison que l’auteur, au moment où il rédige son œuvre, est un homme mûr, voire âgé. D’une part, en effet, Aliénor d’Aragon, dont il a été le grand dépensier, est morte en septembre 1382 ; d’autre part, pour écrire le chapitre consacré au roi Ferdinand IV, il s’appuie sur le témoignage direct de Gutier Fernández de Toledo, qui avait été dans sa jeunesse page de ce souverain. Rien ne permet de supposer l’existence de quelque source intermédiaire entre les souvenirs de cet homme et le récit écrit qu’en fait le grand dépensier. Or Gutier Fernández est mort exécuté sur l’ordre de Pierre Ier en 1360. Si notre auteur a pu le connaître et l’entendre évoquer ses souvenirs de la cour de Ferdinand IV, c’est un homme qui a probablement largement dépassé la cinquantaine qui prend la plume dans les années 1402-1405. Mais nous sommes là dans le domaine des conjectures : le grand dépensier peut aussi bien utiliser des souvenirs familiaux, reprendre le récit d’un homme plus âgé que lui, ou inventer purement et simplement ces pseudo-confidences de Gutier Fernández. Cela dit, l’hypothèse de la rédaction de notre somme par un homme né dans les années 1330 est tout à fait vraisemblable : Pero López de Ayala et cAbd ar-Rahmân Ibn Khaldûn, nés la même année 1332, sont morts tous les deux – la coïncidence est curieuse – en 1407, à l’âge de soixante-quinze ans.

Refonte des années 1470

  • 124 Voir Jean-Pierre Jardin, « Le roi anecdotique : Henri III de Castille et le Sumario del Despensero  (...)

76L’auteur de la refonte s’est montré encore plus discret quant à son identité que celui de la version originale. Certains indices textuels donnent à penser que c’était lui aussi un homme lié à la Vieille Castille, et plus précisément à la région de Burgos. Seul un tel homme a pu, selon nous, prendre l’initiative d’ajouter aux régions ayant échappé à l’invasion musulmane « Burgos [...] desde la puente de Fitero »124.

  • 125 « Los judios que quedaron, e los de Portugal, maldecian a este rey en sus oraciones, e ayunaban sob (...)

77Il est par ailleurs possible que la partie ajoutée au chapitre consacré à Jean Ier soit l’œuvre d’un nouveau chrétien ou, peut-être, d’un juif : qui d’autre, en effet, aurait pu attribuer les échecs du roi – en particulier sa défaite face aux Portugais – à sa politique antijudaïque ? Un point du texte, en particulier, appelle un commentaire, dans la mesure où il peut apparemment tout aussi bien nourrir cette hypothèse que l’hypothèse contraire : la vision des juifs et de leurs pratiques religieuses se dégageant de ce passage et en particulier de la phrase selon laquelle, après les pogroms que l’auteur déplace de 1391 au règne de Jean Ier, « les juifs qui restèrent, et ceux du Portugal, maudissaient ce roi dans leurs prières, et jeûnaient sur lui pour que Dieu lui donnât tentation »125. L’expression utilisée est ambiguë et paraît comprendre le jeûne des juifs comme l’un des éléments d’un rituel magique. Une telle conception de la religion juive ne pourrait dès lors provenir que d’un « vieux chrétien ». Cette remarque n’est pas en contradiction avec ce qui a été dit antérieurement : nombreux ont été les Castillans, quelle que fût leur origine ou leur religion, à ressentir de la pitié envers les victimes des massacres de 1391. Pourtant, une étude plus approfondie du texte nous amène à considérer que l’expression est finalement tout à fait acceptable du point de vue du judaïsme, et qu’elle renvoie à une pratique connue et parfaitement orthodoxe.

78Dans le monde juif, le jeûne n’est pratiqué qu’en de rares occasions, notamment pour la fête de Kippour, mais il peut aussi accompagner une prière pour la rendre plus efficace en faisant appel à la pitié de Dieu. C’est un jeûne de ce type qui est pratiqué par Esther et ses servantes et par tous les juifs de Suse menacés de destruction par le roi Assuérus dans le livre biblique correspondant :

  • 126 Esther, 4, 15-16. La traduction proposée est celle de la Bible judaïque réalisée par le rabbinat fr (...)

Alors Esther fit porter cette réponse à Mardochée : « Va rassembler tous les Juifs présents à Suse, et jeûnez à mon intention ; ne mangez ni ne buvez pendant trois jours – ni jour ni nuit – moi aussi avec mes suivantes, je jeûnerai de la même façon. Et puis je me présenterai au roi, et si je dois périr, je périrai ! ».126

  • 127 Sagrada Biblia, traduction directe des langues originales hébreue et grecque en castillan par Eloín (...)
  • 128 Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem, p. 717-718.
  • 129 Biblia romanceada (BNM Ms. 10288), Francisco Javier Pueyo Mena (éd.), Madison, HSMS, 1996 ; Escoria (...)
  • 130 Par exemple Escorial I.I.3, du XIIIe siècle.

79Il est intéressant de noter que l’expression traduite ici par « jeûnez à mon intention » figure aujourd’hui dans les traductions espagnoles de la Bible chrétienne, réalisées à partir des textes originaux, sous la forme « ayunad por mí »127, mais que le texte de la Vulgate, le seul reconnu par l’Église à l’époque, portait « orate pro me », le verbe jeûner n’apparaissant que dans la deuxième partie de la phrase (« et ego cum ancillulis meis similiter ieiunabo »)128. Un auteur nourri de culture judaïque, face à la catastrophe représentée par les pogroms de 1391, ne pouvait pas ne pas penser au décret d’extermination du roi Assuérus, et à la manière dont Esther était parvenue à fléchir le roi et à obtenir justice pour son peuple. Un vieux chrétien aurait-il eu ce même réflexe ? De plus, l’étrangeté même de l’expression utilisée en la circonstance paraît renvoyer au texte hébreu original et non à la traduction latine imposée par l’Église. Cela dit, l’existence de nombreuses traductions de la Bible en langue vulgaire dans l’Espagne de l’époque, à commencer par le texte de la Générale estoire, et cela malgré l’interdiction de l’Église catholique, ne permet pas d’être totalement affirmatif quant aux origines religieuses de l’auteur de notre refonte, même si les éditions que nous avons pu consulter129 ne comportent pas le livre d’Esther : d’autres versions restées inédites, en effet, et sans lien direct avec la Vulgate130, contiennent ce livre.

80L’inversion de sens des expressions en principe figées « aquende los puertos » et « allende los puertos » au début du chapitre consacré à Jean II témoigne qu’à cet endroit l’auteur du texte se situe dans la moitié sud de la Péninsule, en contradiction apparente avec ce que nous venons de dire. Rogelio Pérez-Bustamante a souligné il y a quelques années que ces deux expressions ne renvoyaient pas à une réalité institutionnelle, et étaient donc sujettes à réinterprétation :

  • 131 « Atendiendo a las agrupaciones no parece haber tomado carta de naturaleza institucional los dos bl (...)

En ce qui concerne les regroupements, il ne semble pas que l’on ait donné un statut institutionnel aux deux blocs géographiques « au-deçà des cols » – Burgos, León, Zamora, Toro, Salamanque, Ávila, Ségovie, Soria, Valladolid – et « au-delà des cols » – Tolède, Madrid, Cuenca, Murcie, Séville, Cordoue et Jaén –, si ce n’est comme division interne établie à l’heure de payer subsides et grâces, autrement dit depuis une perspective d’administration financière de l’institution elle-même, mais non pour des questions de fond ou de fonctionnement, ni même depuis un point de vue aussi formel que l’ordre des sièges.131

  • 132 Cette nouvelle erreur provient d’une lecture précipitée du titre sous lequel l’œuvre a été publiée (...)
  • 133 « La personalidad de este historiador pro-enriqueño se deduce del relato mismo [...] el énfasis esp (...)
  • 134 Ces interpolations se trouvent à la page 111 de l’édition de la CODOIN (t. 106), et sont ici reprod (...)
  • 135 « [...] e por su mandado fueron tornados christianos la mayor parte dellos, y fueron robadas y pues (...)
  • 136 C’est Fermín Caballero qui, le premier, a avancé l’idée d’un Alonso Díaz de Montalvo converso, pare (...)

81Ici se pose le problème de l’utilisation possible d’une source perdue. On sait en effet que les chapitres consacrés à Pierre Ier et Jean II dans cette refonte sont pratiquement identiques à ceux qui leur sont consacrés dans celle de l’Estoire du fait des Goths connue depuis Pidal sous le nom de Quatrième chronique générale, appellation erronée que les historiens actuels qui utilisent cette source tendent à remplacer par celle, non moins erronée, de Chronique d’Hinojosa132, ce qui implique ou bien l’utilisation de l’un de ces textes par l’autre, ou bien – et c’est le plus probable – l’utilisation par les deux œuvres d’une source commune. Diego Catalán, considérant que les passages de la refonte du Despensero complétant ou corrigeant les récits des règnes de Jean Ier et Henri III, que l’autre refonte ne reprend pas, sont également issus de cette même source, a proposé de l’appeler *Histoire des rois de Castille de Pierre Ier à Jean II, et a avancé l’idée que son auteur pouvait être Alonso Díaz de Montalvo133. Une absolue certitude n’est pas envisageable dans la mesure où seule la refonte de l’Efg conserve la fin du récit du règne de Jean II, où l’intervention de Montalvo est la plus évidente ; or une comparaison des deux refontes montre que le début de ce même récit a subi dans celle de l’Efg des interpolations absentes de celle du Despensero134. Il devient dès lors impossible de déterminer si Montalvo est bien l’auteur premier ou s’il n’est que l’interpolateur. La première hypothèse permettrait d’expliquer pourquoi, parmi les juiveries touchées par les pogroms de 1391, cet auteur place sur le même plan que celle de Séville les communautés de Cuenca et Huete, à l’exclusion de toute autre135 : Montalvo est en effet né à Huete, et la façon dont est rapporté cet épisode pourrait dès lors être l’écho déformé des souvenirs familiaux d’un converso, dans le cas (évoqué par certains auteurs mais improbable selon Benzion Netanyahu) où Montalvo appartiendrait à ce groupe social136, ou plus probablement l’indignation d’un vieux chrétien ayant eu connaissance de récits de témoins directs de ces massacres. Dans les deux cas, les origines de l’auteur expliqueraient l’importance donnée aux juiveries de Huete et Cuenca. De même, on comprend qu’un juriste comme Montalvo ait été particulièrement sensible à l’œuvre de justice et de réforme de l’administration royale d’Henri III. Mais les origines géographiques de Montalvo en font également un « interpolateur » possible – ce qui l’exclurait des candidats à la rédaction primitive de l’*Histoire : les interpolations dont il a été fait mention sont en effet favorables à la reine Catherine de Lancastre et hostiles à Ferdinand de Antequera ; or Catherine fut seigneur de Huete.

82Certains des traits propres à la refonte du Despensero, et notamment le juridisme qui s’y exprime dans le chapitre consacré à Pierre Ier, lorsque celui-ci consulte son conseil sur l’attitude à tenir face au roi Bermejo, vassal rebelle et traître à son seigneur, ou lorsque l’auteur évoque l’entrée d’Henri de Trastamare à Burgos et les menaces qui l’accompagnent et qui entraînent l’adhésion forcée de la ville au nouveau souverain, plaident en faveur de l’intervention d’un juriste, qui pourrait fort bien être Alonso Díaz, dans la rédaction de la source dont elle s’inspire.

  • 137 Une longue interpolation au récit du règne de Jean II tel que l’a copié de son côté l’auteur de l’E (...)
  • 138 Les Alarcón sont seigneurs de Valverde depuis 1325. Cf. Miguel Lasso de la Vega, marqués del Saltil (...)
  • 139 « Según M.D. Cabañas, los Alarcón, junto con los Cañizares y el obispo de Cuenca, se prefiguran com (...)
  • 140 Fernando del Pulgar, Crónica de los reyes católicos, Juan de Mata Carriazo (éd.), 2 vol., Madrid, E (...)
  • 141 L’un des premiers conflits opposant la ville de Cuenca au roi Jean II est la conséquence, en 1441, (...)

83Le rôle possible – même indirect – de Montalvo dans la rédaction de la refonte s’accorde d’autre part avec ce que nous savons de celui qui fut, très probablement, le commanditaire de celle-ci137. Pedro Ruiz de Alarcón appartient à une famille installée dans la région de Cuenca depuis le début du XIVe siècle138, et l’on retrouve parmi les membres de l’oligarchie conquense du XVe siècle nombre de membres de cette famille. Leur fortune paraît trouver son origine dans la possession de terres à pain139 et de milliers de têtes de bétail ovin et caprin. Pedro Ruiz de Alarcón, au service des Rois Catholiques, combat la rébellion du marquis de Villena, en compagnie du poète Jorge Manrique, et meurt en 1485 lors du siège de Coín, face aux Maures. De lui Fernando del Pulgar écrit dans sa chronique qu’il est mort en laissant une « réputation de bon chevalier »140. Ce conquense a donc pu connaître le juriste dont la présence dans la région et la ville de Cuenca est historiquement attestée141, ou pour le moins se procurer assez facilement une copie de son Histoire aujourd’hui perdue.

84Les informations apportées au début du chapitre consacré à Jean II permettent de proposer une fourchette chronologique pour la rédaction de la refonte du Despensero ou, plus probablement, pour celle du texte qui lui sert de source. La durée du règne du souverain castillan y est donnée, ce qui permet de considérer comme terme a quo de cette rédaction la date de sa mort, 1454. D’autre part, lorsque l’auteur donne la liste des enfants de Ferdinand Ier d’Aragon, il précise qu’Alphonse « fut ensuite roi d’Aragon » et Jean « roi de Navarre ». Ceci semble indiquer que Jean n’a pas encore succédé à son frère sur le trône d’Aragon lorsque ces lignes sont écrites. Le terme ad quem de la rédaction serait alors la date de la mort d’Alphonse V, 1458.

85À notre sens, cette fourchette 1454-1458 s’applique à l’*Histoire d’Alonso de Montalvo, notre texte lui étant postérieur de dix ou vingt ans. L’auteur de la refonte du Despensero a en effet réintroduit par ailleurs, dans le texte qu’il remanie, un long récit du siège de Zamora par Sanche II : la présence de cette allusion à une guerre fratricide paraît mieux s’expliquer si l’on considère la refonte comme un texte rédigé pendant l’une des nombreuses guerres civiles connues par la Castille entre la fin du règne d’Henri IV et l’installation définitive des Rois Catholiques au pouvoir. La première de ces périodes correspond aux années 1465-1468, époque du règne de l’éphémère Alphonse XII, triste pantin mis en avant par les nobles révoltés qui n’hésitent pas, lors de la « farce d’Ávila », à déposer symboliquement le souverain légitime. Le fait que l’épisode de Zamora oppose Sanche II à la fois à son frère (prénommé Alphonse !) et à sa sœur dans une situation très semblable à celle que connaît de nouveau la Castille nous a amené à proposer dans d’autres travaux cette fourchette pour la rédaction de la refonte. Cependant, la biographie du commanditaire, fidèle serviteur des Rois Catholiques, pourrait inviter à repousser la date de composition de quelques années et à la fixer au début du règne d’Isabelle, lors de la guerre civile des années 1474-1479, à laquelle Pedro Ruiz prend une part active – pour des raisons qui ne sont pas totalement désintéressées, comme nous le verrons bientôt. L’utilisation de romances dans le texte de la refonte correspondrait mieux à cette nouvelle datation. Cela dit, l’histoire familiale des Alarcón, dont nous parlerons bientôt, qui les place dans une position défensive face aux excès de pouvoir des Pacheco dès 1458, ne permet pas de trancher entre ces deux datations : si, dans les années 1474-1479, les Alarcón ont évidemment choisi le camp opposé à celui du marquis de Villena, il n’est pas impossible qu’avant la mort d’Henri IV ils aient essayé de « jouer » le souverain contre son favori en mettant en avant leur fidélité indéfectible à la monarchie.

86Quoi qu’il en soit, une rédaction de la refonte dans un contexte de remise en cause du souverain légitime permet de justifier l’apparente réhabilitation de Pierre Ier, qui s’inscrit en fait dans un désir de réaffirmer que la personne du roi, quels que soient par ailleurs ses vices et ses défauts (qui ne sont pas niés), est sacrée et que le tyrannicide n’est en aucun cas acceptable : autant qu’une attitude pétriste – nous reviendrons sur ce point –, il faut y voir une prise de position légitimiste, tout aussi admissible à l’époque d’Henri IV, dont on sait que l’image qu’en ont donnée ses adversaires, volontairement noircie, le rapproche du roi Cruel, qu’à celle d’Isabelle. Ce légitimisme rejoint en fait la défense par le commanditaire ou par l’auteur qui travaille pour lui d’intérêts familiaux et personnels, qu’il est temps à présent d’évoquer.

  • 142 Alfonso Franco Silva, « Notas sobre la villa de Alarcón y su tierra en la Baja Edad Media », En la (...)

87On s’est étonné avec raison de l’interruption de la refonte du Despensero à la hauteur de 1439, alors même que cette version de la somme utilise une source rédigée après la mort de Jean II et contenant le récit complet de son règne, comme le prouve la version conservée par l’Efg. Peut-être la réponse à cette énigme se trouve-t-elle dans l’histoire familiale de son commanditaire, cette histoire dont il était de toute évidence très fier. C’est très précisément en 1439 que Lope de Alarcón, père de Pedro Ruiz, reçoit de la ville d’Alarcón, dont il gouvernait la forteresse, le village de Zafra en remerciement pour la défense de la ville et de sa région qu’il avait assurée à ses frais face à l’armée aragonaise et pour les services rendus à cette même ville par son père Martín. Cette donation trahit surtout la crainte d’Alarcón d’échapper à la juridiction royale et de retourner au régime seigneurial, qu’elle avait connu en d’autres temps, comme l’avait envisagé Jean II lors de la constitution du marquisat de Villena au profit de l’infant Henri ; Martín et Lope s’étaient opposés à cette mesure et Alarcón leur en était reconnaissante. Lope parviendra à se faire confirmer cette donation par le roi de Navarre en 1440, par celui de Castille en 1442, et par le prince héritier Henri en 1444, mais les manœuvres de Juan Pacheco auront raison de sa résistance : en 1458, Lope de Alarcón se voit contraint de vendre au favori royal plusieurs de ses biens et propriétés, et tout particulièrement le village de Zafra, en échange d’une charge d’échevin à Cuenca et de diverses autres compensations fixées par une sentence arbitrale de l’évêque Lope Barrientos ; c’était la fin d’un combat engagé dès 1446142. L’idée de profiter de l’actualisation du texte du Despensero à partir de l’*Histoire de Montalvo pour mettre en valeur la fidélité sans faille de Martín et Lope de Alarcón vis-à-vis de Jean II à un moment où certains membres de la plus haute noblesse prétendaient – déjà – mettre la main sur une partie du patrimoine royal peut facilement se justifier dans ce contexte ; l’interruption du texte pourrait être due à la volonté d’introduire une nouvelle interpolation favorable aux Alarcón, interpolation qui n’a finalement jamais vu le jour. Cette hypothèse est d’autant plus plausible que le texte complet du chapitre, tel qu’il a été conservé dans la refonte de l’Efg, nous permet de savoir que cette interruption précède une phrase faisant allusion à la constitution du marquisat de Villena lors du mariage de Blanche de Navarre et Henri (futur Henri IV), sujet douloureux et polémique aux yeux des membres du lignage des Alarcón.

  • 143 Ces lignes ont été écrites avant que Fernando Gómez Redondo ne remette en cause, avec de solides ar (...)

88Cela dit, il nous faut aussi souligner que les chroniques du règne de Jean II sont presque toutes restées inachevées, et que par exemple la refonte de celle du grand fauconnier, réalisée vers 1441 par Lope Barrientos – dont nous venons de rappeler les liens avec la ville de Cuenca et la famille Alarcón – s’interrompt précisément en 1439143. Il semble exclu que cette chronique ait servi de source à notre refonte, mais il est cependant possible que l’interruption brutale de celle-ci puisse s’expliquer également par la perte des derniers folios de la source qu’elle copie, comme le suggère Diego Catalán. N’oublions pas que nous n’avons conservé aucun manuscrit de cette source, qui sous sa forme d’histoire suivie des règnes des souverains de Castille de Pierre Ier à Jean II n’a d’existence qu’hypothétique.

La version actualisée après 1476

  • 144 Ms. O (BNM 1518), f. 1r°. L’identité du commanditaire est réaffirmée f. 14v°.
  • 145 Sur ce point, mon opinion diffère de celle du professeur Rafael Beltrán Llavador, qui considère que (...)
  • 146 Voir Charles-Moïse Briquet, Les filigranes, 4 vol., Leipzig, Verlag von Karl W. Hiersemann, 1923, f (...)
  • 147 Ibid., figures 6644 (1443-1447) et 6652 (1465). Ces figures peuvent être considérées comme des tuli (...)

89Reste, enfin, la version de la somme actualisée sous le règne des Rois Catholiques. Le manuscrit unique qui la conserve contient également une traduction des Livres des Maccabées dont l’auteur s’est clairement identifié dans son prologue : il s’agit d’un certain « maître Pero Núñez de Osma », dont le travail a été réalisé à la demande du « noble chevalier Lope de Acuña »144. La question se pose de savoir si l’on peut aussi considérer ces deux hommes comme les responsables de la version actualisée du Despensero. Rien ne permet de l’affirmer : les deux textes sont certes de la même main, à la différence du texte central de ce manuscrit, baptisé par son auteur Somme de vertueux désir, incontestablement plus ancien145. L’analyse des filigranes présents dans le papier utilisé confirme que le premier et le dernier des textes du manuscrits ont été rédigés dans les années 1475-1480 (ces deux filigranes, un char et un anneau, peuvent être datés des années 1475-1478 pour le premier, ca. 1479 pour le second146), alors que la fleur de grenade que porte le papier de la partie centrale renvoie à une époque plus ancienne (des filigranes de ce type se retrouvent dans du papier fabriqué au XIVe siècle, mais les figures les plus proches recensées par Briquet correspondent aux années 1443-1465147). L’écriture du copiste est bien une écriture de la deuxième moitié du XVe siècle, or le Despensero a été actualisé après 1476. Mais l’identité des copistes n’a jamais impliqué l’identité des auteurs. Dans la mesure où la main de ce copiste du XVe siècle se retrouve aussi dans les annotations marginales du texte de la Somme de vertueux désir, on ne peut cependant écarter que la composition de l’ensemble du manuscrit soit le fruit d’une volonté unique, celle du commanditaire Lope de Acuña. La façon abrupte dont se termine le texte actualisé du Despensero, au moment où il allait évoquer l’entrevue de Vitoria entre Ferdinand le Catholique et son père, en 1476, pourrait confirmer le rôle moteur de ce personnage.

  • 148 Gutierre Díaz de Games, El Victorial, Rafael Beltrán Llavador (éd.), Madrid, Taurus, 1994, p. 482-4 (...)
  • 149 De là le nom patronymique choisi par deux fils de Lope Vázquez, Gómez Carrillo et Alonso Carrillo, (...)
  • 150 « Desde Tordesillas, el 10 de octubre [1446], Juan II escribía a la ciudad ordenando que Lope Vázqu (...)
  • 151 Mosén Diego de Valera, Crónica de los Reyes Católicos, Juan de M. Carriazo (éd.), Madrid, RFE, anej (...)

90En effet, il existe, à notre connaissance, quatre hommes ayant porté ce nom de Lope de Acuña au XVe siècle, tous liés évidemment par des liens de parenté. Le premier est l’un des trois fils de Vasco Martines da Cunha, venu avec son père du Portugal en 1396, sous le règne d’Henri III de Castille, afin de se mettre au service de don João, fils bâtard de Pierre Ier du Portugal. Rafael Beltrán, dans son édition du Victorial, affirme que Lope Vázquez a épousé la fille puînée de l’infant et de Constance de Castille, Juana, dont son frère Martin Vázquez a épousé la fille aînée, María ; la fille cadette de l’infant, Beatriz, épouse quant à elle le fameux Pero Niño148. Nous n’avons trouvé nulle autre trace de ce mariage de Lope Vázquez, qui serait en tout état de cause une première union, peut-être brève. C’est en effet avec lui que les Acuña prennent pied à Cuenca : à cette occasion, il épouse (en deuxièmes noces ?) Teresa Carrillo de Albornoz, héritière de ces deux illustres familles conquenses149, et occupe la charge d’échevin de Cuenca de 1423 à 1440 selon la documentation locale, qui est sans doute incomplète. Aux cortès de Valladolid de 1447, ce même Lope Vázquez est désigné procurador pour Cuenca par le monarque, au mépris des privilèges de la ville, et renonce finalement à cette nomination au profit de son fils150. Ce dernier est le deuxième porteur du nom de Lope, et devient échevin de Cuenca après son père (un Lope de Acuña occupe toujours cette charge en 1464)151. Il est aussi gouverneur de la forteresse de Huete, et c’est lui qui nous intéresse ici. Lope Vázquez I était rattaché à la maison du connétable Álvaro de Luna, et Lope Vázquez II, comme ses frères Pedro de Acuña et Alonso Carrillo, doit son ascension sociale à ce dernier, dont il fut le criado, ainsi que ne manque pas de le souligner le biographe du connétable :

  • 152 « Dans la ville de Cuenca étaient avec lui en sa demeure et recevaient de lui leur subside […] Lope (...)

En la çibdad de Cuenca eran con el en su casa e avían del acostamiento […] Lope Vazquez de Acuña, señor de Buendia e Azeñon, padre de don Alfonso Carrillo, arçobispo que fue de Toledo, e de Pedro de Acuña, señor que fue de la villa de Dueñas, e de Lope de Acuña, alcayde de la çibdad de Huete ; los quales fijos de este caballero Lope Vazquez fueron criados en la camara de este noble e magnifico maestre, e el los puso en aquellos grandes estados.152

91Les deux autres Lope sont deux de ses neveux, respectivement fils de Pedro de Acuña, premier comte de Buendía, et d’Alonso Carrillo, archevêque de Tolède. Supposer que le commanditaire de la totalité du manuscrit BNM 1518, y compris l’actualisation du Despensero, soit le gouverneur de la forteresse de Huete permet, comme nous l’avons dit, de justifier la date d’interruption de celle-ci : c’est en effet en 1476 que Lope de Acuña soulève la forteresse dont il a la charge pour appuyer les menées de son frère Alonso Carrillo et de son cousin le marquis de Villena contre les Rois Catholiques. En 1477, il est contraint par Isabelle à remettre cette forteresse à la couronne en gage de réconciliation. Le récit de cette reddition dans la chronique de Pulgar est on ne peut plus clair :

  • 153 « Il fut en outre décidé que Lope Vázquez de Acuña, frère de l’archevêque, remettrait à la reine la (...)

Asimismo se concertó que Lope Vázquez de Acuña, hermano del arzobispo, entregase a la reyna la çibdad de Huete con su castillo, de la qual e de su tierra el rey don Enrrique le avía fecho merced por juro de heredad, para siempre jamás. E por virtud desta merçed tovo la posesión della todos los tienpos pasados de las guerras, e con el señorío della tovo gran estado. El qual dexó luego, porque en otra manera la reyna no quiso perdonar al arçobispo, saluo restituyéndose esta çibdad de Huete a la corona real.153

  • 154 Crónica incompleta de los Reyes Católicos (1469-1476) selon un manuscrit anonyme de l’époque. Prolo (...)

92Lope de Acuña ne réapparaît plus ensuite dans la chronique, ce qui semble indiquer que son pouvoir s’est considérablement réduit. On peut dès lors comprendre pourquoi l’entreprise d’actualisation du Despensero s’interrompt aussi autour de cette date. Cependant, un point reste obscur : si le texte est destiné au frère de l’archevêque de Tolède, comment le copiste ou l’auteur peut-il ignorer le prénom de ce dernier, laissé systématiquement en blanc dans le manuscrit ? Est-ce seulement par crainte de commettre une erreur du fait de l’existence, à Huete même, d’un autre frère de Lope de Acuña, Gómez Carrillo, seigneur de Beteta et Torralba, qui a sans doute suivi ses deux frères dans leur rébellion ? Il nous faut souligner, bien que nous ne sachions comment l’expliquer, que la Chronique incomplète des Rois Catholiques, aujourd’hui attribuée à Juan de Flores, dont l’actualisation du Despensero est par ailleurs parfaitement indépendante, s’interrompt elle aussi en 1476 et – surtout – que le prénom de l’archevêque de Tolède y est aussi systématiquement ignoré154.

  • 155 Voir Marcelino Menéndez Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, 3 vol., Mexico, Porrúa, 1983 (...)
  • 156 Il est à noter que Tamayo Vargas, contrairement à ce qu’affirme l’inventaire des manuscrits de la B (...)
  • 157 Renseignement communiqué par Audrey Chanard, qui y a eu accès sur internet.

93L’assimilation de l’auteur de l’actualisation du Despensero à Pero Núñez de Osma est, nous l’avons souligné, plus discutable encore que celle de son commanditaire à Lope de Acuña. De plus, nous ne savons rien de cet homme, si ce n’est sa qualité de maître, qu’il souligne dans le prologue à sa traduction des Maccabées. Le seul universitaire de cette époque ayant un nom proche de celui de notre auteur est Pedro Martínez de Osma, professeur de théologie à Salamanque dont les critiques sur le système des indulgences, développées en 1478 dans son Tractatus de confessione, furent jugées hérétiques en 1479 (le traité fut condamné au bûcher) et qui mourut retiré à Alba de Tormes l’année suivante155. Certains des éléments de la biographie de Pedro Martínez invitent à considérer celui-ci comme l’auteur de la traduction des Maccabées et de notre texte : son disciple Nebrija a célébré sa connaissance des livres saints, dont il avait développé une lecture critique, il a été réduit au silence peu de temps après l’interruption de la version actualisée du Despensero, qui trouverait là une justification supplémentaire… L’abréviation du nom de l’auteur de la traduction des Maccabées est d’une lecture difficile qui ne permet ni d’écarter totalement cette hypothèse – la deuxième lettre semble en être un « i », ce qui cadre mal avec « Núñez » – ni de l’accepter – la première lettre de cette même abréviation est sans conteste un « n »156. Mais Pedro Martínez, étudiant puis professeur à Salamanque, n’a jamais eu aucun contact, pour autant que nous le sachions, ni avec Cuenca ni avec la famille Acuña – du moins avant 1479 –, puisque c’est Alonso Carrillo qui, cette année-là, réunit l’assemblée de théologiens chargée de le juger. La famille Núñez de Osma est quant à elle une famille d’ecclésiastiques connue157, mais dont aucun des membres n’a atteint une célébrité suffisante pour que l’on puisse identifier avec précision le traducteur des Maccabées.

La diffusion du Despensero : Burgos, Tolède et Cuenca

94Étant donné le nombre élevé de versions différentes et de réalisations textuelles du Despensero, il est difficile d’assigner à la totalité de celles-ci une seule origine géographique et nous nous garderons bien de le faire. Nous avons déjà souligné que le texte original de l’ouvrage semble avoir été rédigé dans la région de Burgos, ou par un auteur né dans cette région. Certains éléments repris dans la refonte pointent eux aussi dans cette direction. Il nous semble cependant que la ville et la région de Cuenca ont elles aussi joué un rôle remarquable dans la production des manuscrits de cette somme, sinon dans celle de ses différentes versions. Un certain nombre d’éléments intra- ou extra-textuels nous paraissent aller dans ce sens.

  • 158 Y. Guerrero Navarrete et J. M. Sánchez Benito, Cuenca en la Baja Edad Media..., op. cit., p. 163-16 (...)
  • 159 Voir les portraits de Ferran[do] et d’Alfón García de Cuenca présents dans le Libro de la cofradía (...)
  • 160 Eloy Benito Ruano, « “Avisos” y negocios mediterráneos del mercader Pero de Monsalve », in idem, Ge (...)
  • 161 Jean II confirma ces ordonnances en 1423. Elles ont été publiées et étudiées par Ma. D. Cabañas, «  (...)

95Nous n’attacherons aucune importance particulière au nom supposé de l’auteur de la version primitive de la somme : d’une part, ce nom n’apparaît que tardivement dans la littérature consacrée au Despensero ; d’autre part, il est rare que le nom patronymique des individus ait un rapport direct avec leur origine géographique personnelle, et plus encore avec leur lieu de résidence. C’est bien au contraire lors d’un déménagement que se produit d’ordinaire le phénomène consistant à désigner un homme par le nom de son lieu d’origine, qui restera par la suite celui de ses descendants. Le hasard veut qu’il ait existé à Cuenca, au XVe siècle, une famille de ce nom158. Mais on trouve aussi, dès le XIVe siècle, d’autres Cuenca à Burgos – ce qui ne doit pas nous étonner, étant donné le courant d’échanges économiques entre ces deux villes, qui a dû s’accompagner de migrations humaines –159 et l’on pourrait en trouver ailleurs. On relèvera cependant tout particulièrement l’existence, à l’époque même où est rédigée la somme du grand dépensier, de Pero de Cuenca, facteur en Aragon du marchand de Carthagène Pero de Monsalve : ce dernier, en effet, est un fidèle serviteur de l’infant Ferdinand de Antequera, dont il est en 1411, selon les mots mêmes de l’infant, l’un des trésoriers, « mi thesorero mayor de la mi Casa de la Moneda de Cuenca »160. Or, comme nous l’avons déjà dit, notre auteur faisait sans doute partie de la « maison » de l’infant Ferdinand, comme tend à le prouver l’éloge appuyé de ce dernier qui clôt cette version du résumé, éloge qui insiste sur l’amour que tant ses vassaux que les « chevaliers, écuyers, dames et demoiselles de sa maison » ressentent pour lui. Mais il faut souligner que ce fait ne laisse en rien deviner les origines géographiques de l’auteur : « maison » est un terme au sens large au XVe siècle, comme le prouve la longue énumération des hommes de la « maison » du connétable Álvaro de Luna dans sa chronique, liste ordonnée par villes et couvrant la presque totalité du royaume de Castille. De plus, Cuenca est une ville de realengo qui a certes reçu ses premières ordonnances municipales des mains de Ferdinand, mais à une époque (1411) où il était régent de Castille161. S’il faut interpréter ce texte comme une marque d’appartenance de son auteur au domaine seigneurial de Ferdinand, c’est donc ailleurs qu’il faut chercher. L’infant a notamment reçu de sa mère une série de possessions en Vieille Castille, en particulier les « Sept Villes », et nous avons vu que le grand dépensier pourrait être lié à cette région.

  • 162 Y. Guerrero Navarrete et J. M. Sánchez Benito, Cuenca en la Baja Edad Media..., op. cit., p. 71-72. (...)
  • 163 « Uno de los más importantes arrendadores de las dehesas de la ciudad » (ibid., p. 142). « Este per (...)
  • 164 « [...] rufianes, hombres de otros alguaciles, u hombres de Lope Vázquez, Diego Hurtado o del obisp (...)

96En revanche, les deux destinataires connus ou supposés de la refonte et de l’actualisation de la somme – Pedro Ruiz de Alarcón et Lope Vázquez de Acuña – sont des membres de familles et de lignages ancrés dans Cuenca et sa région. Au XVe siècle, les Acuña sont, au sein de la noblesse castillane, des nouveaux venus. Cependant, ils ne tardent pas à occuper parmi cette noblesse la place qu’ils estiment leur revenir, grâce à une habile politique matrimoniale : aux XVe et XVIe siècles, les comtes de Valencia de Don Juan et ceux de Buendía sont des Acuña ; le célèbre archevêque Alonso Carrillo, nous l’avons dit, est aussi un Acuña ; à l’époque des Comunidades, aussi bien le fameux évêque de Zamora, Antonio de Acuña, que le beaucoup plus discret corregidor de Burgos, Diego de Osorio, sont deux fils de l’évêque de Burgos Luis de Acuña y Osorio, mort en 1495. Nous pourrions multiplier les exemples ; il y eut même un Acuña – Gómez Carrillo de Acuña, fils du premier Lope Vázquez – pour épouser la fille d’un bâtard de Pierre Ier (María, fille de Diego de Castilla). À Cuenca, leur ascension sociale date de leur alliance avec les Carrillo de Albornoz, héritiers de la puissante famille de l’ancien archevêque de Tolède, Gil de Albornoz. Il est intéresant de noter comment, au XVe siècle, tandis que les Carrillo semblent se désintéresser de Cuenca et de sa région, les Acuña s’efforcent de consolider leur position dans la ville, notamment par l’aliénation d’une partie du territoire conquense162. Lope de Acuña, l’un des rares conquenses à porter le titre de « noble seigneur » (traitement appliqué aussi, dans V, à Pedro Ruiz de Alarcón), devint, semble-t-il, « l’un des plus importants fermiers des pâturages de la ville »163. Les Acuña, et spécialement Lope Vázquez, ont été connus et craints à Cuenca pour leur politique « clientéliste ». En 1430, la ville interdit à l’alguazil de se faire accompagner de « ruffians, d’hommes d’autres alguazils, ou d’hommes de Lope Vázquez, de Diego Hurtado ou de l’évêque »164. Quant à la famille Alarcón, elle se situe en réalité dans la sphère d’influence d’une autre famille de l’oligarchie conquense, les Álvarez de Toledo. Dans les années 1450, Pedro de Alarcón (s’agit-il du Pedro Ruiz qui nous intéresse ? D’après les dates, cela semble peu probable) est marié à doña Mencía de Toledo, fille du regidor Alfonso Álvarez de Toledo. En 1458, Pedro Álvarez de Toledo appuie la nomination par Henri IV de Lope de Alarcón comme échevin (« voz y voto de regidor »), à la suite de la vente forcée de Zafra dont nous avons déjà parlé.

  • 165 Instrucción de el Relator para el obispo de Cuenca, contra Pedro Sarmiento y el Bachiller Marcos Ga (...)

97Nous avons déjà évoqué les racines conquenses d’Alonso Díaz de Montalvo, auteur présumé de la source essentielle de la refonte et ami proche du relator Fernando Díaz de Toledo, auteur d’une Instruction [...] pour l’évêque de Cuenca, rédigée en 1449165. Ce dernier point nous renvoie à la présence, dans N, d’un texte attribué à Lope Barrientos, évêque de Cuenca sous Jean II et Henri IV, et amateur d’histoire au point d’écrire, lui aussi, une chronique du premier des monarques cités. C’est ce même Lope Barrientos que nous avons vu arbitrer le conflit opposant le marquis de Villena à Lope de Alarcón, père du commanditaire de la refonte du Despensero. Il convient enfin de souligner les liens d’amitié qui unissent Díaz de Montalvo au greffier ou notaire royal (escribano de cámara) Álvar López de Cuenca, personnage cité dans la version refondue du texte dont le juriste est peut-être l’auteur, et qui pourrait être apparenté à l’auteur supposé de la version originale. Que ces relations avec Cuenca, sa terre et son histoire, soient fortuites semble difficile à admettre.

  • 166 Nicolás López Martínez, « La biblioteca de D. Luis de Acuña en 1496 », Hispania, XX, 1960, p. 81-11 (...)
  • 167 Lope de Alarcón a rédigé son testament en 1472.

98Si l’on admet que les deux textes de la refonte et de l’actualisation sont pour ainsi dire contemporains (l’un ayant été rédigé soit lors du conflit des années 1465-1468 soit dans les années 1474-1479 et l’autre peu de temps après 1476), il est évident que l’histoire locale conquense peut aider à comprendre cette coïncidence temporelle. Les relations conflictuelles que les Alarcón ont entretenues avec les marquis de Villena, cousins et alliés des Acuña, permettent d’expliquer la rédaction, dans un laps de temps très bref, de deux versions concurrentes d’un même texte, et de proposer un double modèle hypothétique vraisemblable pour la transmission de l’œuvre : ou bien la famille Alarcón a ouvert le feu en rédigeant, à partir d’un des exemplaires du Despensero original, une œuvre à la gloire de leur lignage, et les Acuña ont cherché à court-circuiter la diffusion de cette chronique en produisant leur propre version de l’ouvrage ; ou bien, hypothèse plus probable compte tenu de l’importance relative des deux familles, c’est Lope de Acuña qui a reçu (à sa demande ?) le Despensero original, peut-être par l’intermédiaire de son petit-neveu Luis de Acuña y Osorio, petit-fils de sa sœur Ginebra par sa mère María Manuel et évêque de Burgos depuis 1456 : les goûts de bibliophile de l’évêque, qui l’ont pratiquement ruiné, sont bien connus166. Face à l’entreprise de réécriture de l’histoire récente par l’alcaide de Huete, l’un de ses adversaires au sein de la municipalité de Cuenca, Lope de Alarcón ou plus probablement son fils Pedro167, a pu décider de proposer une version concurrente de cette somme de chroniques qui devait circuler parmi les échevins, réalisée à partir d’une autre œuvre historiographique locale à laquelle il avait accès.

  • 168 « Resulta de su examen que en tiempo de Don Enrique IV hubo persona habitante acia el medio dia de (...)

99Cette hypothèse est au fond assez proche de celle ébauchée il y a deux siècles par Llaguno Amírola168, qu’elle se contente d’affiner. Bien entendu, les canaux de diffusion de l’ouvrage peuvent être autres que ceux que nous avons évoqués ici : de nobles propriétaires de troupeaux d’ovins, engagés dans le commerce de la laine, comme le sont nos commanditaires, peuvent facilement s’être procuré notre somme par leurs représentants ou « facteurs » à Burgos, et nous avons vu que certains des manuscrits parmi les plus anciens (A, Lo, N) ont été copiés ou conservés à Tolède, ville proche de Cuenca avec laquelle tant Lope de Acuña (frère de l’archevêque de cette ville) que Pedro Ruiz de Alarcón pouvaient avoir des contacts. Dans la refonte commanditée par ce dernier, notamment, on relève un ajout au chapitre consacré à Alphonse VIII que nous analysons infra, qui semble trouver son origine dans une tradition tolédane. Rappelons qu’Alonso Díaz de Montalvo, source probable de la refonte, a exercé des fonctions officielles à Tolède dont il fut à deux reprises asistente sous Henri IV, en 1461 et 1463.

  • 169 Mon analyse de la refonte, qui tendait jusqu’alors à opposer son légitimisme aux accusations de pét (...)

100Il convient cependant de souligner que ces hypothèses ne rendent compte que de l’aspect le plus anecdotique de l’histoire du Despensero, la rédaction et la diffusion des exemplaires de l’œuvre qui nous ont été conservés. L’intérêt des deux versions, et tout particulièrement celui de la refonte, est ailleurs. Tout en rappelant au lecteur que les analyses qui vont suivre peuvent en grande partie s’appliquer à la source perdue cachée derrière cette refonte, il nous faut à présent expliquer comment un texte au départ profondément trastamariste a pu devenir, au fil des siècles, la pièce centrale d’une historiographie pétriste169.

Pétrisme, trastamarisme, légitimisme : la vision de l’histoire des Castilla et la refonte du Despensero

  • 170 Cette affirmation est prise pour argent comptant par Alonso Fernández de Madrid dans sa Silva palen (...)
  • 171 Francisco de Castilla, Práctica de las virtudes de los buenos reyes de España en coplas de arte may (...)

101Au XVIe siècle, la famille des Castilla – descendants de Pierre Ier – et plus précisément la branche de cette famille issue d’un de ses bâtards nommé Juan, fils supposé de Juana de Castro, s’empara de la refonte de la somme pour appuyer la thèse selon laquelle la chronique que Pero López de Ayala consacra à ce monarque est profondément mensongère alors que la chronique mystérieusement perdue de Juan de Castromocho, évêque de Palencia, présentait une version plus véridique, et plus positive, du règne170. La première occurrence de cette affirmation est à rechercher dans la Pratique des vertus (Práctica de las virtudes) de Francisco de Castilla, rédigée en 1517 et publiée à Murcie l’année suivante171 ; on peut à bon droit s’interroger sur une telle tentative de réhabilitation de Pierre Ier précisément l’année où la dynastie Trastamare est remplacée sur le trône de Castille par un monarque considéré comme étranger, même si dans ses veines coulent à la fois le sang du roi Cruel et celui de son assassin. Il n’est pas impossible que les Castilla, face à cette situation nouvelle, aient voulu, sinon se présenter comme recours (aucun membre du lignage n’a d’ambition démesurée, et l’attitude des Castilla pendant la crise des Comunidades a été plutôt attentiste ou modérée), du moins rappeler qu’ils étaient porteurs des valeurs traditionnelles de la Castille en leur qualité de derniers représentants de l’ancienne dynastie.

102À cette époque, la chronique de Juan de Castromocho n’est pas encore considérée comme perdue, mais seulement comme inconsultable, dans la mesure où elle aurait été empruntée par Lorenzo de Carvajal au monastère de Guadalupe en 1511 ; c’est seulement après février 1539, lorsque les héritiers de Carvajal auront rendu à ce monastère un manuscrit de la chronique abrégée de Pero López de Ayala, qu’ils présenteront comme celui qui avait été emprunté vingt-huit ans auparavant, que la chronique de Juan de Castromocho sera considérée comme définitivement perdue par les défenseurs de son existence. C’est du moins ainsi que Sancho de Castilla, fils de Francisco et chapelain de Charles Quint, présente l’affaire dans le commentaire qu’il propose de l’œuvre de son père, concluant :

  • 172 « Et c’est de cette façon que je rapporte que disparut d’Espagne cette histoire véridique, dont mon (...)

Y de esta manera que digo faltó de España aquella historia verdadera, de la cual sacó mi padre todo lo que aquí dice del rey D. Pedro, porque la leyó antes que el Dr. Carabajal la sacase de Guadalupe.172

103La Silva palentina, qui fait elle aussi allusion à cette disparition, est précisément datée des années 1536-1539, ce qui semble accréditer l’idée que ce récit n’est pas une invention tardive du seul Sancho de Castilla.

104Pour appuyer sa thèse, la famille Castilla proposa un montage de textes historiographiques placé sous l’autorité de Pedro de Gratia Dei, roi d’armes des Rois Catholiques au talent littéraire limité, intitulé Relation du roi Pierre et de sa descendance. Il est facile de montrer, à partir d’une étude des textes poétiques effectivement écrits par Gratia Dei, qui se montre en réalité très critique envers le roi Pierre Ier, que cet auteur n’a rien d’un pétriste et ne peut en aucun cas être l’auteur de la compilation qui lui est attribuée, quand elle ne l’est pas à Gutierre Díaz de Games, sans doute parce que ce dernier a introduit une « histoire des deux rois » Pierre Ier et Henri II de tendance pétriste dans son Victorial : ainsi Gratia Dei dresse-t-il du roi Cruel dans la quatre-vingt-unième strophe de sa Généalogie et blason des rois de Castille (ms. BNM 3449 [XVIIe s.], f. 3v°-8r°) un portrait sans concession :

  • 173 BNM 3449, f. 8r°. Cette strophe est également citée par Juan-Bautista Sitges, Las mujeres del rey d (...)

En vituperables modos / el rey Don Pedro, mayor / escoria de reyes godos, / crudelíssimo entre todos, / pierde el dictado de honor. / Consumidor de señores, / y de la sangre de Lara, / fratricida en primores / por do le cercan dolores / en Montiel a la clara.173

105En vérité, cette supercherie littéraire repose tout entière sur l’affirmation de la refonte du Despensero selon laquelle il existe deux chroniques du souverain, l’une véridique et l’autre (celle d’Ayala) falsifiée, ce qui justifie que le texte de notre refonte soit abondamment cité par le pseudo-Gratia Dei et par ses glossateurs. Diego de Castilla, qui prit contact avec Zurita pour le persuader du bien-fondé de cette thèse (à laquelle lui-même croyait de bonne foi), a utilisé le texte du manuscrit V pour ses commentaires, ainsi que l’a vérifié Diego Catalán ; pourtant, il n’est pas impossible que certains tenants de cette supercherie soient allés encore plus loin, en proposant une version de la refonte plus « pétriste » que l’original commandé par Pedro de Alarcón, version recueillie dans deux manuscrits de cette branche, dont une copie tardive, les actuels manuscrits J et C. Il est difficile d’admettre en effet que de simples erreurs de copie puissent expliquer la transformation du texte initial dans un sens favorable au roi Cruel, comme dans l’exemple suivant, où la crainte qu’Henri ressentait face à la colère de son frère disparaît au profit d’une réaffirmation implicite de la générosité de celui-ci envers sa famille et de l’ingratitude de cette dernière :

E como esto sopieron, el conde-loçano se fue-para Galizia, a-su-condado de-Trastamara e, del temor que-tenia del dicho rrey don Pedro, non oso parar en-todo el reyno [texte de V ; nous soulignons] / […] se fue para Galiçia que tenia del rey don Pedro y no oso passar [C, Llr : parar] en todo el reyno [texte de J, avec variantes de C et Llr ; même remarque],

ou la disparition, par l’effet d’un simple saut du même au même, d’un passage aussi long que celui qui inclut le piège tendu par le souverain au roi Vermeil (Bermejo) de Grenade, la consultation organisée pour fixer le sort qu’il convient de réserver à ce dernier, les assassinats successifs du Grenadin, de Fadrique et de Juan, l’abandon des habitants de Burgos face à l’arrivée des troupes d’Henri, attitude rendant injuste le sort ensuite réservé aux échevins de cette ville exécutés pour trahison parce qu’ils ne se sont pas opposés à l’entrée du Trastamare, la révolte de Tolède qui oblige Pierre Ier à quitter précipitamment la ville, tous épisodes ne pouvant qu’affaiblir l’entreprise de réhabilitation du souverain. Une telle hypothèse situe la rédaction de J, ou de sa source immédiate, autour de 1570, date de la polémique opposant Diego de Castilla à Zurita.

  • 174 Voir ce testament dans les appendices à l’édition de la chronique d’Ayala préparée par Zurita et re (...)
  • 175 Voir sur toute cette affaire Nancy F. Marino, « Two spurious chronicles of Pedro el Cruel and the a (...)
  • 176 Très curieusement, ce bâtard de Pierre Ier, né tardivement d’une Sévillane appelée Isabel, est cité (...)

106Malgré les efforts de la famille, la supercherie n’emporta pas la conviction de Zurita, qui démontra au passage que le testament de Pierre Ier avait été « retouché » afin de favoriser l’ancêtre direct de cette branche de la famille Castilla, Juan, qui recevait ainsi de la plume de son père la légitimité qui lui manquait et se voyait conforté, de façon posthume, dans sa position de fils de Juana de Castro, l’une des femmes (presque) légitimes de Pierre174. C’est l’écho de cette « affaire » que l’on retrouve dans l’histoire, déjà citée, de Sánchez Portocarrero. L’un des petits-fils de Juan de Castilla, Alonso, ancêtre commun de tous ceux qui interviennent dans cette tentative de manipulation, avait été légitimé par Jean II qui l’avait fait seigneur de Villavaquerín, et c’est sans doute cette circonstance qui explique que ce soit cette branche du lignage qui se soit portée en avant, alors même que la solidarité familiale des Castilla a été soulignée par maints historiens175. Que Cuenca ait joué un rôle central dans l’élaboration des faux produits à cette occasion ne fait guère de doute : l’un des responsables les plus vraisemblables de la manipulation du testament de Pierre Ier qui accompagne cette revendication est Luis de Castilla, archidiacre de Cuenca ; son arrière-grand-père Pedro, frère de Constanza, fut archidiacre d’Alarcón avant d’être évêque d’Osma puis de Palencia ; d’autre part, nous avons dit comment une autre branche de la famille de Castilla – les descendants de Diego, un autre bâtard de Pierre Ier – s’est unie à la famille Carrillo de Acuña176 : est-il exagéré de supposer que ces circonstances ont favorisé la connaissance et la manipulation de la somme du grand dépensier par les héritiers du roi Cruel ?

107Il n’en reste pas moins vrai que l’accusation de mensonge portée contre Ayala n’est pas due à l’intervention tardive des Castilla, mais qu’elle se trouve déjà dans la refonte du Despensero, ainsi d’ailleurs que dans celle de l’Efg, ce qui tend à prouver qu’elle figurait dans la source commune de ces deux textes. Nos deux refontes traitent différemment cette « information » : le Despensero l’utilise pour réhabiliter Pierre Ier, la rédaction de la « chronique mensongère » se trouvant explicitement liée à l’assassinat du roi (« por se desculpar de la muerte que le fue dada »), tandis que l’Efg met l’accent, malgré tout, sur la cruauté indiscutable du souverain (« por se desculpar de los yerros que contra el fueron fechos en Castilla, los cuales causaron e principiaron que este rey don Pedro se mostrase tan cruel como en su tiempo fue »). Il semble en l’occurrence que la refonte du Despensero soit plus fidèle à sa source que celle de l’Efg, qui comporte dans le chapitre qu’elle consacre à Pierre d’incontestables interpolations. La cause matérielle de cette croyance en l’existence de deux chroniques opposées du règne du roi Cruel semble être celle de deux versions de la chronique d’Ayala, la version « vulgaire » ou commune, qui est celle que l’on a éditée dès la fin du XVe siècle, et la version dite abrégée, plus favorable au souverain mais malheureusement mal connue faute d’avoir été éditée. Mais cette erreur n’est pas pour autant innocente. Elle s’inscrit en effet dans un passage marqué par un fort sentiment anti-aragonais, dans lequel le chroniqueur affirme que la rébellion du roi Vermeil de Grenade a empêché Pierre Ier de conquérir l’Aragon et de le rattacher de façon définitive à la Castille :

  • 177 Manuscrit V, f. 42r°.

[…] que sy non fuera por lo que fizo el rey Bermejo, en medio año este rey don Pedro tomara todo el dicho reyno de Aragon, segun el gran temor que le avia, e fuera causa que fincara para syenpre [en] la corona rreal de Castilla.177

108Ce passage constitue en fait la clé permettant de comprendre la véritable signification de la refonte du Despensero (ou de la source dont elle est issue).

109Nous avons souligné en d’autres occasions, en effet, que cette refonte est profondément légitimiste : la réhabilitation du roi Pierre Ier s’inscrit dans cette logique, qui n’accepte pas que des sujets remettent en cause l’autorité de leur souverain, quels que soient les défauts de celui-ci. Une telle affirmation du caractère sacré de la personne royale se situe dans la ligne des cortès d’Olmedo, qui ont suivi en 1445 la victoire de Jean II sur les infants d’Aragon Henri et Jean, qui à l’époque n’est encore que roi de Navarre. Si l’on considère à présent le règne d’Henri IV, il est évident que le caractère anti-aragonais de l’œuvre considérée relève aussi de ce légitimisme, alors même que le souverain est menacé par les menées de Jean, devenu Jean II d’Aragon, dernier survivant des infants, qui appuie la noblesse castillane dans sa rébellion. Cette double dimension de la refonte nous amène à reconsidérer le pétrisme que l’on prête d’ordinaire à ce texte : antitrastamarisme serait une dénomination plus exacte, ce qui peut paraître contradictoire avec le parti pris favorable à Henri IV souligné précédemment. Mais cette contradiction n’est qu’apparente : alors que Jean II d’Aragon est en effet un pur Trastamare, arrière-petit-fils d’Henri II par son père et petit-neveu de ce même souverain par sa mère, Henri IV est aussi, comme son père, un descendant direct de Pierre Ier par Catherine de Lancastre ; il est, en quelque sorte, un Castilla. C’est cette ascendance pétriste – soulignée par le chroniqueur lorsque celui-ci évoque l’inhumation du roi Cruel à Madrid sous le règne de Jean II – qui fait d’Henri IV un roi légitime et un défenseur de la Castille et de ses valeurs face à un souverain « étranger » héritier d’une famille qui a en somme perverti l’ordre de prééminence des royaumes hispaniques. Ni réellement pétriste ni trastamariste, notre refonte est en fait profondément nationaliste (castillaniste), légitimiste et « castilliste », si l’on nous permet d’utiliser ce néologisme qui met en évidence le lien indissoluble qui pour l’auteur unissait les descendants de Pierre le Cruel au royaume qui leur avait donné le jour.

110Que l’on nous entende bien : nous ne prétendons pas ici affirmer que le Despensero porte la trace d’une volonté d’exaltation d’un lignage unique, à travers ses différentes versions. C’est en vain que l’on chercherait les traces d’une telle stratégie familiale ou lignagère dans nos textes du XVe siècle. On peut d’ailleurs se demander si une telle stratégie a jamais existé dans le monde de la noblesse castillane : en dehors de périodes de crise grave, les lignages qui constituent cette noblesse sont rarement unis ; ainsi, lorsque l’archevêque Alonso Carrillo passe du camp d’Isabelle à celui de Jeanne la Beltraneja, suivi par ses deux frères Gómez Carrillo et Lope de Acuña, deux autres membres du lignage, le comte de Buendía et celui de Valencia de Don Juan, respectivement frère et cousin des précédents, les désavouent publiquement, de peur de se voir assimilés à leurs parents rebelles. La récupération de la refonte du Despensero par la famille Castilla, si elle a effectivement existé comme nous le croyons, n’intervient pas avant le XVIe siècle. Auparavant, les idées exposées dans ce texte sont celles de groupes sociaux dynamiques, attachés au développement politique et économique de la Castille parce que c’est de ce développement qu’ils tirent leur propre force. Les diverses versions de la somme sont le fruit des interventions ponctuelles de quelques personnes ou familles qui n’ont entre elles d’autre point commun que celui d’appartenir toutes à l’oligarchie urbaine, ou de lui être intimement liée. Plus que de la vitalité d’un lignage, le Despensero est le témoignage de la vitalité de certaines villes de Castille et d’un groupe social précis. Les villes sont Burgos, ville marchande par excellence, et Cuenca, ville frontière avec l’Aragon, dont la richesse et le dynamisme proviennent de la production et du commerce de la laine ; le groupe social, cette élite locale en pleine expansion, entre bourgeoisie et noblesse. La finalité première de l’œuvre dépasse largement la simple illustration d’un lignage, même si elle a pu servir ensuite – au XVIe siècle – à une entreprise de ce genre. Même si la rédaction de la somme originale s’inscrit dans le processus de renaissance de l’historiographie à l’époque trastamare, et même si cette version originale est indiscutablement et profondément trastamariste, elle n’a pas la valeur fondatrice d’une historiographie officielle que peut posséder l’œuvre du chancelier Ayala. Cela explique sans aucun doute les manipulations ultérieures auxquelles sera soumis le texte, simple élément du patrimoine historique castillan appartenant à tous et donc à personne, comme les chroniques générales néo-alphonsines dont il dérive.

Structure et signification du Despensero

  • 178 Benito Sánchez Alonso, Historia de la historiografía española, I. Hasta la publicación de la crónic (...)

111Le premier éditeur du Despensero, Llaguno Amírola, n’a pas manqué d’exprimer dans son prologue la profonde déception qui fut la sienne lorsqu’il s’attacha à la publication de cette somme, qui à ses yeux n’apportait rien de nouveau à la connaissance de l’histoire castillane. Benito Sánchez Alonso, dans son Historia de la historiografía española, reprend à son compte ce jugement négatif, du moins en ce qui concerne la partie de l’œuvre qui traite de l’histoire antérieure à Alphonse X, qui pour lui n’est qu’une démarcation sans originalité de l’Estoire d’Espagne. L’auteur espagnol met de plus l’accent sur la mauvaise qualité stylistique de la somme, qui lui paraît une raison supplémentaire de la mépriser178. On ne saurait nier que ces critiques ont quelque fondement : l’œuvre du grand dépensier s’inscrit dans la tradition historiographique née de l’Estoire alphonsine, et le style en est répétitif à l’excès, au point de lasser le lecteur non prévenu. Mais ces caractéristiques et ces défauts mineurs ne doivent pas occulter l’intérêt intrinsèque d’un ouvrage qui renoue avec l’écriture de l’histoire contemporaine après un silence de près de cinquante ans. L’étude systématique de la somme apporte son lot de révélations surprenantes.

112Celles-ci ne concernent pas, ou peu, la structure de l’unité de base de l’ouvrage qu’est le chapitre, généralement confondu avec le règne dont il rend compte. Encore convient-il de s’interroger sur l’affirmation du prologue selon laquelle l’auteur se propose de traiter des « quarante rois » qui séparent Pélage d’Henri III de Castille, alors même qu’aucun des manuscrits conservés ne garde de découpage correspondant à cette pétition de principe. Mieux encore : le souverain mérinide Yuçaf, dans le chapitre consacré à Sanche IV, justifie déjà sa retraite par le fait que le souverain castillan descend de « quarante rois » susceptibles de le soutenir lors des combats, alors que lui n’est que le premier monarque de sa maison – hommage rendu à l’importance de la notion de lignage, idée nobiliaire par excellence ; quarante est décidément un chiffre qu’affectionne l’auteur. Mais il est vrai aussi que les œuvres médiévales en prennent volontiers à leur aise avec ces nombres ronds, souvent cités dans les prologues, qui ne sont en fait que des approximations commodes : ainsi, les cinquante chapitres du Comte Lucanor sont en fait cinquante-deux, et le Livre des cent chapitres en compte cinquante. Nous nous montrons sur ce point en accord avec Michel Pastoureau lorsqu’il écrit :

  • 179 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004, p. 25.

Quant à quarante, si récurrent en tous domaines, il ne doit nullement se comprendre comme un nombre précis mais comme l’expression générique d’un grand nombre, un peu comme nous employons aujourd’hui cent ou mille. Sa valeur n’est pas quantitative, mais qualitative et suggestive. Elle s’adresse plus à l’imagination qu’à la raison.179

  • 180 Ces réflexions m’ont été suggérées par le professeur Francis Bezler le jour de la soutenance de mon (...)
  • 181 « Hic sapientia est / qui habet intellectum conputet numerum bestiae / numerus enim hominis est / e (...)
  • 182 Si l’on retranche 676 à 1390, on trouve effectivement 714 (date proposée pour le début du règne de (...)
  • 183 Pensons aux « quarante rois qui ont fait la France » si souvent revendiqués par le courant monarchi (...)

113On peut cependant s’interroger avec quelque raison sur le symbolisme de certains des chiffres et nombres en relation avec la structure de notre somme180 : le prologue de la version originale affirme que le début du règne de Pélage, daté de l’an 752 de l’ère hispanique – 714 de l’ère chrétienne – est séparé de celui d’Henri III par 666 ans. On sait que ce dernier nombre est lié à des perspectives eschatologiques depuis la rédaction du livre biblique dit de l’Apocalypse, où il est présenté comme « le nombre de la bête »181. Il n’est pas question d’affirmer ici qu’Henri III doit être vu comme une figure de l’Antéchrist, mais l’association de ce nombre (corrigé dans plusieurs manuscrits en 676, peut-être par souci de précision historique182, peut-être aussi par peur ou superstition, ou parce qu’il a semblé à certains copistes trop négativement connoté) à celui des quarante rois, soit quatre (symbole de perfection) fois dix (retour à l’unité) souverains183, peut suggérer que le règne du monarque en place est à la fois l’accomplissement des promesses liées à l’action restauratrice de Pélage et la promesse que la Castille se trouve au seuil d’un nouveau cycle de son histoire, Henri parachevant en somme l’œuvre entreprise par Pélage, notamment à travers la lutte contre les musulmans : en 1406, la mort surprendra le souverain en plein milieu de préparatifs de guerre. Il est difficile d’aller beaucoup plus loin dans cette analyse, dans la mesure où l’on n’a pas conservé le manuscrit original de l’œuvre, chaque copie possédant sa propre division en chapitres et une répartition variable des souverains au sein de celle-ci.

114Si les premiers chapitres ne possèdent pas de structure rigide ou stable, celle-ci se met progressivement en place dans la partie centrale de la somme. Les chapitres consacrés aux rois qui se succèdent d’Alphonse VII à Ferdinand III sont tous construits d’une manière identique : une phrase initiale consacrée aux précisions biographiques (date d’accès au trône, durée du règne, mariage éventuel) précède un renvoi systématique du lecteur désireux de connaître le détail des événements du règne, et notamment des guerres du souverain, à la chronique de ce dernier, dont le grand dépensier affirme ne conserver qu’un ou deux épisodes essentiels. Après le récit de ces épisodes, le chapitre se clôt sur une phrase consacrée aux circonstances du décès du roi.

115Le contenu des chapitres est essentiellement lié à l’art du gouvernement et à l’exercice du pouvoir par les souverains castillans : relations de ceux-ci avec leur noblesse, comme dans l’épisode opposant le roi Alphonse le Batailleur au comte Peransúrez sur le respect des relations de dépendance vassalique, ou dans les actes de justice rendus par Alphonse VII ou par Henri III au détriment de représentants de divers groupes nobiliaires – hidalgos, membres de la haute noblesse, etc. –, relations avec leurs voisins chrétiens, souvent marquées par une rivalité plus ou moins implicite (visite de Louis VII de France, mariage de Blanche de Castille) ou avec leurs ennemis ou vassaux musulmans (grandes batailles de la Reconquête, mais aussi relations d’estime réciproque liant Alphonse VI au roi Alimaymón de Tolède), relations enfin avec l’ensemble de leurs sujets (pardon d’Alphonse X accordé à tous ses sujets révoltés sur son lit de mort). Ces épisodes permettent de mettre en évidence les qualités indispensables aux monarques, et notamment le sens de la justice, et sont le plus souvent repris mot pour mot d’œuvres historiographiques antérieures, essentiellement de la tradition alphonsine (cfinfra l’étude des sources). D’une certaine façon, on peut donc considérer que notre somme se trouve au confluent de deux traditions complémentaires, la tradition historiographique née sous le règne d’Alphonse X, reprise sous celui d’Alphonse XI et dont le chancelier Pero López de Ayala, à l’époque du Despensero, est le nouvel héritier, et la tradition des « miroirs des princes » particulièrement développée au XIVe siècle, sous les règnes de Sanche IV et d’Alphonse XI, mais encore très vivace au XVe siècle, comme le montre par exemple cette recommandation du Doctrinal de princes de Diego de Valera sur l’utilisation qu’il convient de faire des chroniques :

  • 184 « Et c’est pourquoi il convient fort aux rois de faire lire devant eux, continûment, les chroniques (...)

E por eso conviene mucho a los reyes mandar ante sí continuamente leer las corónicas y estorias de los altos onbres pasados, así de los malos como de los buenos : porque la infamia e pena de los malos les faga retraer e apartar de semejantes fechos, e la gloria, fama e galardón de los buenos les traiga deseo de ser semejantes e parescientes a [a]quellos.184

116Cette confluence explique la réception de l’œuvre, parfois considérée comme relevant de l’histoire et parfois comme ouvrage didactique, ce dont témoignent, nous l’avons dit, les manuscrits qui l’ont conservée ; elle explique aussi la structure choisie par le grand dépensier pour des chapitres conçus aussi comme autant de minirecueils d’exempla.

  • 185 Nous n’utilisons pas ce concept avec le sens précis qu’il peut avoir pour les linguistes, mais par (...)

117Cette « microstructure »185 est loin d’être aussi innocente qu’il n’y paraît. La phrase par laquelle l’auteur de la somme renvoie ses lecteurs (trop) curieux à la chronique – réelle ou supposée – du souverain permet en fait de multiples manipulations, dans la mesure où elle libère le grand dépensier de toute sujétion à la tradition historiographique dont il prétend s’inspirer. Cette liberté est certes plus souvent mise à profit par l’auteur de la refonte, qui prend volontiers le contre-pied des chroniques auxquelles il feint de renvoyer ses lecteurs, que par l’auteur du texte original. Pourtant, celui-ci aussi sait jouer de cette liberté, comme en témoigne notamment le chapitre consacré à Ferdinand IV, où la sacro-sainte mention de la chronique du souverain précède un récit fondé uniquement sur les souvenirs supposés d’un contemporain de l’auteur – certainement décédé à l’époque où est rédigé le texte – qui fut page à la cour de ce roi. Ce chapitre, où la tradition écrite s’efface devant la tradition orale, annonce la partie finale du texte, où c’est le témoignage personnel du chroniqueur, qui engage clairement sa responsabilité et se porte garant, en sa qualité d’officier royal, de la véracité des faits qu’il rapporte, qui s’affirme définitivement, en marge de toute historiographie officielle.

  • 186 Voir Jean-Pierre Jardin, « Comment justifier l’injustifiable. La Suma de Reyes du grand dépensier » (...)

118La structure du texte est cependant beaucoup plus complexe encore, dans la mesure où ces chapitres s’inscrivent dans une œuvre dont l’auteur a su habilement jouer de la simple succession chronologique des règnes, qu’il feint de suivre, pour parvenir à son véritable but, la légitimation de la nouvelle dynastie, ou plus précisément à celle d’Henri III et de ses éventuels héritiers, y compris peut-être l’infant Ferdinand et ses enfants – le futur Jean II n’étant pas encore né à cette époque et l’infant envisageant de marier son fils Alphonse à Marie, la fille aînée d’Henri. La rédaction de notre somme de chroniques s’inscrit en effet dans un contexte historique que l’on ne peut ignorer, celui de la réconciliation de la branche « pétriste » de la famille royale avec sa branche fratricide et usurpatrice à travers l’union d’Henri et de Catherine de Lancastre, petite-fille de Pierre Ier, en 1388. L’heure des affrontements violents est passée, et cela n’en rend que plus ardue la tâche que s’est fixée le grand dépensier. Ce dernier, afin de « justifier l’injustifiable », tisse au long de son œuvre une toile faite de renvois et d’allusions dont la pièce essentielle est la relation étroite qu’il établit entre les conseils supposés d’un Ramire Ier mourant à son fils Ordoño et la conduite d’Henri II de Trastamare. Nous avons étudié ailleurs les détails de cette « reconstruction » et ses raisons profondes186.

119Cette signification première de l’œuvre nous rappelle que l’histoire, au Moyen Âge, n’est pas une science autonome, mais un savoir mis au service d’autres disciplines au statut mieux défini (théologie, droit, grammaire, etc.). En Castille comme dans le reste de l’Europe, et plus encore que dans le reste de l’Europe depuis la prise en main directe de l’historiographie par le pouvoir royal au XIIIe siècle, l’histoire est d’abord un discours politique. Le Despensero n’échappe pas à la règle : conçu comme un miroir du prince, il est d’abord destiné à légitimer le souverain en place, dont le règne apparaît comme l’aboutissement d’un long processus d’acquisition de la sagesse politique par les souverains que l’action de la Providence fait se succéder sur le trône castillan. Cette construction idéologique se substitue à l’histoire événementielle réelle dont l’évocation, en particulier pour la période la plus récente, n’aurait pas manqué de poser problème. S’il n’a rien d’un grand styliste, le grand dépensier est un fin politique.

Les sources du Despensero

Les sources de la version majoritaire

120Du point de vue de l’utilisation des sources, le texte du Despensero doit être divisé en trois grands ensembles : les chapitres consacrés aux rois asturiens puis astur-léonais de Pélage à Vermude III, les chapitres consacrés aux rois castillans antérieurs à Ferdinand III, et enfin les derniers chapitres de l’ouvrage, d’Alphonse X à Henri III.

121La source première de la somme, pour toute la période comprise entre l’élection de Pélage et la mort de Ferdinand III, est sans aucun doute une version de l’Estoire d’Espagne alphonsine. Si l’on excepte les passages où le grand dépensier reprend sous forme très résumée des informations présentes sous une forme beaucoup plus développée dans toutes les chroniques néo-alphonsines, rares sont en effet les épisodes relatés dans ces chapitres qui ne puissent être rattachés à l’une de ces versions. On relèvera ici :

  • le miroir des princes développé à la fin du chapitre consacré à Ramire Ier, que nous avons déjà évoqué, et qui est très certainement l’œuvre personnelle de l’auteur ; l’adéquation de ces critiques et de ces conseils à la situation de la Castille à l’époque de Pierre Ier et d’Henri II, protagonistes d’un changement de dynastie qui pose problème, confirme cette impression ;

  • les victoires d’Alphonse V contre les Maures et l’annonce anticipée de la vengeance exercée par Ferdinand Ier vis-à-vis de son assassin. Sans que cette information résolve totalement la question, on peut d’ores et déjà souligner que le Despensero tire ces informations d’un texte qui lui est de peu antérieur (cf. infra).

122Quelques autres épisodes, sans être totalement absents des textes de la tradition alphonsine, connaissent dans notre somme un traitement distinct de celui que leur avaient réservé ces derniers. C’est le cas de la vie de Bernaldo del Carpio, qui ne déborde pas le cadre du règne d’Alphonse II dans notre texte, alors que la version critique de l’EE, qui est la seule à s’être préoccupée de la cohérence chronologique de cette vie, maintenait malgré tout quelques épisodes sous le règne d’Alphonse III ; il est vrai qu’il suffisait d’une simple omission pour obtenir cette cohérence.

  • 187 Voir par exemple PCG, II, p. 520b.
  • 188 C’est ce qui apparaît dans le ms. BNF esp. 12, f. 28v°b.

123Certaines particularités du texte de notre somme, qui paraissent à première vue des leçons originales, sont à mettre au compte de simples erreurs de lecture : c’est le cas de la durée de règne d’Alphonse II (cinquante-deux ans chez Lucas de Túy, quarante et un chez Rada, cinquante et un dans notre somme) ou de celle de Ramire II (dix-neuf ans dans la version amplifiée ou dans la CVR, douze dans la Vulgate, treize dans notre somme). D’autres particularités, en revanche, ne peuvent accepter cette explication facile : le surnom de « chaste » donné à Alphonse V dans tous les manuscrits provient par exemple d’une source accessoire de notre texte dont il sera question infra, la somme salmantine que nous appelons S ; en revanche, l’affirmation selon laquelle Sancie, fille d’Urraque de Castille, n’est que la demi-sœur d’Alphonse VII dans la mesure où son père n’est pas Raymond de Bourgogne mais Alphonse d’Aragon, va contre ce qu’affirment toutes les versions de l’EE, pour qui ces deux enfants d’Urraque ont le même père, sans que l’on puisse déterminer la source de cette information inédite du Despensero. Parfois, ces lectures originales du Despensero peuvent s’expliquer par une déficience de la source utilisée : ainsi, Urraque est donnée par notre somme comme la fille d’Alphonse VI et d’Élisabeth de France, alors que l’EE lui donne pour mère Constance187 ; mais cette « correction » vient sans doute de ce que notre auteur avait alors sous les yeux la Chronique de Castille (cf. infra), où Constance se trouve dédoublée de façon illogique, une deuxième Constance morte sans enfant succédant à celle dont Alphonse aurait eu Urraque188.

124Déterminer quelle version de l’EE a été utilisée comme source par notre auteur pour telle ou telle section de son œuvre n’est pas chose aisée, même si certaines caractéristiques de ces versions peuvent parfois faciliter cette tâche. Ainsi, pour la section consacrée aux rois léonais, on peut évidemment écarter l’utilisation de la Chronique de Castille, qui ne traite que des rois de Castille postérieurs à Ferdinand Ier ; sur cette section, la Vulgate est quant à elle très lacunaire, et ignore totalement, par exemple, le règne de Fruela II tel qu’il apparaît dans la version critique à laquelle elle se rattache pourtant ; le Despensero ne partage pas cette lacune, ce qui exclut qu’il puisse dériver à cet endroit de cette chronique. Plus généralement, on peut écarter aussi les autres représentants de la version critique, dont les leçons diffèrent sensiblement de celles de notre texte : ainsi, dans le récit qu’il propose des aventures de Charles « Mainet », le Despensero fait allusion au « désamour » existant entre celui-ci et son père comme motif de sa venue à Tolède, mais n’en donne pas la raison, laissant implicitement supposer que ce désamour provient de la rivalité opposant Charles à son frère Carlón (Carloman) auquel le texte fait allusion :

  • 189 Manuscrit H.

E en tienpo deste rey don Fruela, era rey de Françia el rey Pepino, e auia dos fijos. E al vno dezian Carlos Maynete e al otro Carlon, e el Carlos, por desamor que-le ouo su padre, veno a-seruir a-Galafre, rey de Toledo.189

125Cette présentation des faits peut être rapprochée de celle que propose la version primitive de l’Estoire d’Espagne, même si celle-ci se montre plus précise sur les raisons du désamour opposant Charles à son père :

  • 190 PCG, II, chap. 597, p. 340a.

Pepino rey de Francia auie dos fijos : et dizien all uno Carlos et por sobrenombre Maynet, et al otro Carlon. Carlos auiendo desamor con su padre sobre razon que se le alçaua contra las iusticias, cuedando quel farie pesar, uinosse pora Toledo[…]190

  • 191 « El infante Carlos, el que llamaron Maynete, auiendo desamor con su padre el rey Pepino porque yua (...)

126En revanche, la version critique, qui ignore l’existence de Carlón dans sa présentation des faits et n’évoque que la mésentente opposant Charles et son père sur l’exercice de la justice191, ne peut avoir servi de source à notre somme.

127L’utilisation comme source de cette section de la version concise ou primitive de l’EE se trouve confirmée par l’abandon de cette source après le règne de Vermude III, dans la mesure où tous les manuscrits de cette version de l’œuvre alphonsine ont ce règne pour limite.

  • 192 « E non quiso el rey de Françia otra cosa si non vn tabernac[u]lo que lleuo a-Sant Leonis [sic : li (...)

128Dans la section suivante, celle qui concerne les rois de Castille de Ferdinand Ier à Ferdinand III, même si le récit des événements conservé dans les chapitres de l’ouvrage coïncide dans ses grandes lignes avec celui de la Version amplifiée de 1289, il ne semble pas que celle-ci en ait été la source directe. Elle ignore en effet un certain nombre d’épisodes présents dans notre somme, tels les exploits du Cid sous le règne de Ferdinand Ier ou le subterfuge utilisé par Alphonse VI pour réaffirmer sa loyauté envers le roi de Tolède qui l’avait accueilli en exil, alors même que le souverain castillan est devenu plus puissant que son ancien protecteur. Un certain nombre de détails du texte (v.g. le nom de la demi-sœur de Ferdinand III, doña Dulce dans notre texte, ou le récit du voyage du roi de France à la cour d’Alphonse VII, qui fait mention de la remise par l’Empereur à son gendre d’un « tabernacle » qui sera déposé à Saint-Denis dans la couronne d’épines du Christ [sic]192...) indique plutôt l’utilisation de la Chronique de Castille ou d’un texte apparenté – ce qui paraît conforme à l’esprit très « castillano-centriste » de l’époque et de notre auteur en particulier : c’est de la Chronique de Castille que sont issus les récits des exploits juvéniles du Cid et de l’entrevue Alphonse VI-Alimaymón.

  • 193 BNF esp. 12, f. 122v°.

129Il semble cependant que cette chronique ait cessé d’être utilisée comme source à hauteur du chapitre consacré à Alphonse VIII, voire après le récit du règne d’Alphonse VI : le chapitre consacré à Alphonse VII contient des épisodes que l’on trouve dans toutes les versions de l’EE, et même si leur forme paraît plus proche des récits de la version critique, à laquelle se rattache la Chronique de Castille, que des versions vulgaire et amplifiée, la fin du chapitre ne semble pas coïncider avec le texte de celle-ci, dans la mesure où l’allusion au testament du roi qui clôt ce chapitre dans notre somme, si elle se trouve bien dans la CC, n’y occupe pas la même place puisqu’elle y précède notamment le récit de la visite de Louis VII de France193. Il nous faut souligner que cet éloignement de la version critique n’implique nullement l’utilisation d’une autre version de l’Estoire : dans la version amplifiée aussi, par exemple, la rédaction de son testament par Alphonse VII et le partage de son empire entre ses deux fils précèdent la venue du roi de France ; le glissement de cet épisode vers la fin du chapitre paraît donc être une initiative originale du grand dépensier. De même, le chapitre consacré à Sanche III réduit de façon drastique le récit de sa source supposée, même s’il ne le trahit pas. Par ailleurs, le récit du règne d’Alphonse VI se clôt par une formule (« E deue aver la gloria del parayso. E Dios gela de, amen ») qui semble indiquer un changement de source. Mais la vérité nous oblige à dire que cette formule est en fait déjà présente dans la Chronique de Castille, sans impliquer de rupture dans le texte de cette dernière : si cette formule indique un changement de source, c’est donc en amont de la Chronique de Castille que celui-ci se produit. En revanche, il ne fait aucun doute que le chapitre consacré à Alphonse VIII dans le Despensero ne suit plus le texte de la CC.

  • 194 Luis Filipe Lindley Cintra, « Sobre o Sumário de Crónicas até ao ano de 1368 da Biblioteca Real de (...)
  • 195 Le manuscrit ainsi désigné par Pidal et Diego Catalán est le manuscrit 2628 de la Bibliothèque univ (...)

130Dans un article sur lequel il nous faudra revenir, Luis Filipe Lindley Cintra soulignait que l’un des épisodes rapportés par le Despensero dans le chapitre consacré au vainqueur de Las Navas de Tolosa est issu de la chronique néo-alphonsine publiée par Ocampo, que Diego Catalán divise aujourd’hui entre Vulgate (désignation correspondant aux trois premières parties de la chronique publiée) et Ocampiana (dernière partie du texte, consacrée aux rois de Castille), et que lui considérait, suivant en cela Pidal, comme une chronique unique désignée sous le nom de Troisième chronique générale : cet épisode évoque le choix d’une princesse castillane comme femme pour le roi Louis VIII de France, choix effectué par les envoyés de ce dernier et fondé sur la valeur euphonique des prénoms des filles d’Alphonse VIII, Urraque et Blanche, et on ne le trouve apparemment que dans cette seule chronique194. Cette constatation posait d’ailleurs problème au chercheur portugais, dans la mesure où il datait cette pseudo-Troisième chronique générale des années 1390, ce qui la rendait à ses yeux parfaitement contemporaine de la somme du grand dépensier. Mais on sait aujourd’hui que la chronique publiée par Ocampo est très antérieure à cette date, même si la quatrième partie du texte, celle à laquelle est réservé aujourd’hui le qualificatif d’ocampienne, consacrée aux rois castillans de Ferdinand Ier à Ferdinand III, est en fait une chronique mixte, dont l’auteur est soit Florián de Ocampo lui-même soit le compilateur du manuscrit qu’il a utilisé, réalisée à partir de la Chronique de Castille et d’un manuscrit lui aussi composite de l’œuvre alphonsine (ms. F195).

  • 196 L’évocation de la descendance de Blanche de Castille dans le Despensero, qui s’arrête à Philippe le (...)

131Les coïncidences entre le texte de l’édition d’Ocampo et celui du Despensero sont particulièrement sensibles dans les chapitres consacrés aux rois de Castille, surtout dans ceux consacrés à Alphonse VII et Alphonse VIII (relations Urraque-Alphonse Ier d’Aragon, punition d’un hidalgo galicien, prise d’Almería) ; cependant, ces épisodes, à l’exception du choix de celle que l’on appellera Blanche de Castille, se retrouvent sous une forme identique dans les autres versions de l’EE, en particulier dans la Chronique de Castille dont il reprennent le récit au mot près, et il est à noter que l’on ne trouve pas dans la Chronique ocampienne un récit de la rencontre entre Alphonse VII et Louis VII de France comparable à celui du Despensero, qui provient indéniablement de la Chronique de Castille, comme les autres épisodes cités. Il n’est donc pas certain que la chronique ocampienne ait fait partie des sources du Despensero, et c’est bien plutôt du côté du manuscrit F, encore très mal connu aujourd’hui, ou d’un manuscrit plus ancien qui lui serait apparenté, qu’il faut chercher196.

132Il est à noter d’autre part que l’EE, quelle que soit la version qui en a été utilisée, n’est peut-être pas toujours la source directe du grand dépensier, qui a pu reprendre ses informations d’une autre somme de chroniques antérieure, datable du règne d’Henri II : c’était là l’hypothèse retenue dans son article par le chercheur portugais pour certains des chapitres du Despensero. Il nous faut en effet étudier de plus près les relations qui peuvent unir cette somme à deux textes – sensiblement contemporains – conservés dans un même manuscrit de la Bibliothèque universitaire de Salamanque.

  • 197 Ramón Menéndez Pidal, Crónicas Generales de España descritas por […]. Tercera edición con notables (...)
  • 198 Aucun des deux chercheurs ne semble avoir repéré, en revanche, le résumé incomplet d’une chronique (...)

133Dans ce manuscrit du début du XVe siècle, qui porte la cote 2005, se trouvent en effet à quelques pages de distance deux sommes de chroniques repérées en son temps par Ramón Menéndez Pidal197 et dont seule la première a été étudiée par Luis Filipe Lindley Cintra dans l’article cité précédemment198. Nous appellerons ces deux sommes S et S’.

  • 199 L’erreur apparente sur la date de cet événement est surprenante dans un texte qui ne lui est que de (...)
  • 200 Si cette hypothèse est avérée, nous serions alors en face d’un nouvel exemple du rétrécissement pro (...)
  • 201 « Alguns dos reinados dos reis de Astúrias, Leão e Castela foram transcritos sem alteração do Sumár (...)

134La première de ces œuvres, S, est connue, depuis Pidal, comme Sommaire de chroniques jusqu’à l’an 1368, mais elle s’achève en réalité avec la mort de Pierre Ier à Montiel, en 1369199 ; quant à son point de départ, ce n’est autre que le règne de Nabuchodonosor ; sur ces bases, Lindley Cintra a montré que cette somme s’inscrivait dans la tradition née du Liber regum. Nous pouvons ajouter qu’elle utilise comme source, à égalité avec une chronique néo-alphonsine, une somme antérieure (1350-1357 ?) qui nous est conservée dans le ms. 1518 de la BNM, dont la version primitive doit remonter au début du règne d’Alphonse XI ; d’après Amador de los Ríos, il s’agit de la traduction en langue vulgaire de la chronique universelle de l’évêque de Burgos, Gonzalo de Hinojosa200. Toujours est-il que la dépendance du Despensero vis-à-vis de cette œuvre n’est pas aussi marquée que l’affirmait Cintra201. Si notre somme a indéniablement utilisé S comme texte-source, elle ne l’a pas fait de façon exclusive, mais en complément d’autres sources non identifiées. Pour en convaincre le lecteur, nous prendrons ici l’exemple des trois chapitres de la somme du grand dépensier dont l’historien portugais affirmait qu’ils ont été « transcrits sans altération » de S, réservant pour une autre occasion la transcription de la totalité de ce texte historiographique (la vibrante multiple, marquée dans le manuscrit par un « r » majuscule, est ici transcrite « rr ». Les phrases communes à ce texte et au Despensero sont mises en caractères gras) :

Tableau 3

  • 202 Variante la plus proche de la leçon de S.

S

Despensero

Aurelio

En-la era de dccciiii años despues de-la muerte de don Fruela, rregno en-Leon su hermano Aurelio .vi. años, e non ouo fijos. E en-tienpo deste rrey alçaronse los sieruos de-la tiera contra sus señores e tornolos en seruidubre commo ante era. (f.  82v°)

Et despues que morio este rey don Fruela, alçaron por rey a don Abrelio, su hermano, el qual reyno çinco [A, MP, E, O, V, J : seis] años.

Silo

En-la era de dcccx años rregno en Leon don Silon por rrazon que era casado con doña Vraca fija del rrey don Alfonso el-catolico e hermana de don Fruela, que eredaua ella el rreyno por rrazon que non ouo fijos don Fruela su hermano, e-rregno ocho años e non ouo fijos. En este [tienpo] Abdurauan començo a-labrar en-la mesquita de Cordoua e non-la acabo. [Ibid. ; suit, sans marque d’interruption, le récit du règne d’Alphonse II]

Et despues que murio este rey don Abrelio, alçaron los del reyno por rey a-don Silo por que era casado con doña  Vzenda [O : Vrenda 202], fija del rey don Alfonso el Catolico e hermana de-los dichos don F[r]uela e don Abrelio, otrosi por que venia de-linaje del rey don Pelayo. Et reyno ocho años. Et en tienpo deste rey don Silo, començo a-labrar Avdarramen, rey de Cordoua, la mesquita de Cordoua, mas non-la acabo el.

Alphonse V

En-la era de iUx años rregno en-Leon don Alfonso el Casto, fijo del rrey don Bermudo. E este rrey don Alfonso dio su hermana por muger a Abdalla rrey de-Toledo. E este çerco de-buenos mvros la çibdat de Leon e confirmo hi las leyes goticas. E rregno xxvii años. En tienpo deste rrey fue-en Castilla el-conde don Sancho, fijo del conde Garçi Ferandez. E este rrey don Alfonso fue amado e temido de-los suyos, e vençio muchas lides con moros e gano muchos lugares, e tuuo su rregno en gran sosiego. E fue a-correr a-Viseo e fue ferido de-vna saeta de-la qual murio. E despues fue vengado del rrey don Ferando el Magno su hierno, quando tomo por fuerça este lugar de Viseo e mato todos los moros della, e fizo gran justiçia del moro que llanco la-saeta. (f. 90v°-91r°)

Et despues que fino este rey don Vermudo, regno su fijo don Alfonso que dixieron el Casto ; et reyno veynte e seys años. E en tienpo deste rey don Alfonso, fue conde en Castilla el conde don Sancho, fijo del conde Garçi Ferrandez. E este rey don Alfonso fue muy amado e temido de-los suyos, e vençio muchas lides que ouo con moros, e gano muchos lugares dellos, et touo en grand sosiego su reyno. E el saco su hueste e fue correr a-Viseo. E andando vn dia catando por do la podria entrar, lançaron le del lugar vna saeta de-que el murio. Et despues-lo vengo el rey don Ferrando el Magno, su yerno, que caso con doña Sancha, su fija, quando el tomo por fuerça este lugar de Viseo e mato a todos los moros que en-el lugar estauan ; e en espeçial, fizo muy grand justiçia del moro que-le lanço la saeta.

135On peut constater sur ces trois exemples que le texte de S et celui du grand dépensier ne coïncident jamais totalement. Si le premier cité comporte des informations absentes du Despensero, il est à noter que la réciproque est vraie (circonstances de la mort d’Alphonse V, nom de sa fille), ou que certaines de ces informations ne concordent pas (nom de la femme de Silo). Mais il importe de souligner en outre que ces trois chapitres sont les seuls à posséder de telles similitudes. Dans les autres chapitres consacrés aux rois léonais dans les deux textes, les points communs existent indéniablement, mais il est parfois difficile de savoir si ces points communs ne proviennent pas tout simplement de l’utilisation par les deux auteurs d’une même tradition historiographique, la tradition alphonsine. Les conclusions de Lindley Cintra, si elles ne sont pas erronées, paraissent donc quelque peu exagérées, en particulier lorsque le chercheur portugais en arrive à affirmer que l’on retrouve dans le Despensero « des phrases entières de la somme salmantine ». Menéndez Pidal se montre plus prudent dans ses affirmations, lorsqu’il se contente d’affirmer :

  • 203 « De la parte de este sumario que comprende los reinados desde Pelayo hasta Alfonso V, copia mucho (...)

La partie de ce sommaire qui comprend les règnes de Pélage à Alphonse V a été abondamment copiée par le dépensier de la reine Aliénor […] dans son compendium ; à partir de Ferdinand Ier, l’œuvre dudit dépensier a une extension bien supérieure.203

  • 204 « Istum librum fecit sancius filius alfonsi martini cota. Quis furatus fuerit in patibulo suspendat(...)

136Beaucoup plus complexes semblent être à première vue les liens unissant le Despensero à la seconde des deux sommes du manuscrit, S’, qui commence au règne de Pélage et s’achève avec celui de Bermude II, mais dont le prologue est identique au mot près à celui du grand dépensier. Il y a de ce fait une contradiction entre cette pièce liminaire qui annonce une œuvre s’achevant avec le règne d’Henri III et la réalité du texte, qui ne prend en compte – incomplètement – que les rois astur-léonais, sans que l’on puisse supposer la perte de folios, du moins dans ce manuscrit, puisque le texte s’achève par un explicit donnant le nom de l’auteur ou du copiste, un Tolédan du nom de Sancho Cota, fils d’Alfonso Martínez204.

  • 205 Francesillo de Zúñiga, Crónica burlesca del emperador Carlos V, Diane Pamp de Avalle-Arce (éd.), Ba (...)
  • 206 Pedro Carrillo de Huete, Crónica del Halconero de Juan II, Juan de Mata Carriazo (éd.), Madrid, Esp (...)
  • 207 « Quemaron las casas de Alonso Cota e las robaron, e aforcaron a Juan de Cibdad, despues de muerto (...)
  • 208 E. Benito Ruano, Los orígenes…, op. cit., p. 90.

137Le manuscrit datant du XVe siècle, il semble impossible de voir dans ce Sancho Cota le secrétaire de l’infante Aliénor, sœur de Charles Quint et épouse de François Ier, mort en 1546, dont le père, Alonso Cota, jurisconsulte tolédan, fut brûlé par l’Inquisition en 1486, et qui est cité par le bouffon de l’empereur, Francesillo de Zúñiga, dans sa Crónica burlesca205. En revanche, il pourrait s’agir du fils d’un autre Alfonso Cota, celui dont la populace de Tolède brûla la maison en 1449 lors du soulèvement anti-convers de la ville206. La chronologie paraît plus vraisemblable, même s’il ne s’agit là que d’une hypothèse, dans la mesure où la liste des victimes des affrontements de Tolède, qui nous a été conservée par le seul Cronicón de Valladolid, n’inclut pas Cota, dont les pertes semblent n’avoir été que matérielles207 ; mais cette liste est suffisamment imprécise pour que le doute demeure. Dans le texte de la sentence-statut de Pero Sarmiento, il est vrai, aucune allusion n’est non plus faite à un quelconque Sancho Cota dans la liste des judéo-convers de Tolède, parmi lesquels on trouve en revanche Lope Fernández Cota, Gonzalo Rodríguez de San Pedro (son neveu) et Juan Fernández Cota208. On peut rappeler cependant que l’écrivain Rodrigo Cota le Vieux s’appelait en fait Ruy Sánchez, ce qui prouve que le prénom de Sancho n’était pas inconnu au XVe siècle dans la famille Cota.

138Les emprunts entre les deux sommes ne se limitent pas à leur prologue commun : certains des premiers chapitres des deux textes, consacrés à Pélage, Favila ou Alphonse II, ont eux aussi un air de parenté indéniable, bien que ceux de S’ soient toujours plus complets, notamment du point de vue de la précision chronologique, que ceux du Despensero. Menéndez Pidal en déduisait que ce dernier texte dépendait du précédent, ce qui nous paraît aujourd’hui discutable.

139Les deux hypothèses avancées par Pidal pour rendre compte de ce lien de dépendance étaient que S’ représentait soit une source du Despensero, soit une première version de celui-ci. La deuxième hypothèse n’est certes pas absurde : face à l’ampleur de sa tâche, le grand dépensier aurait abandonné l’idée d’un résumé détaillé d’une chronique-source de type alphonsin pour remanier son texte en profondeur et proposer une version beaucoup plus synthétique. Mais il existe aussi entre les deux sommes de profondes différences dans le traitement des chapitres, qui semblent contredire cette vision des faits : pour ne prendre qu’un exemple significatif, S’ relie l’histoire de Mainet à celle de la princesse Blancheflor et rattache l’ensemble de l’épisode au règne d’Aurelio ; en revanche, seule demeure la légende de Mainet dans le Despensero, et ce récit est cette fois situé sous le règne de Fruela Ier. Dès lors, comment supposer qu’un même homme en soit l’auteur, à quelques mois ou à quelques années d’intervalle ?

  • 209 Sur l’utilisation de la Crónica Fragmentaria par S’, cf. D. Catalán, La Estoria de España, op. cit (...)

140Il semble donc que, dans l’hypothèse retenue par Pidal d’une dépendance du Despensero vis-à-vis de S’, il faille ranger le texte salmantin parmi les sources directes de la somme du grand dépensier pour la période astur-léonaise, sans que l’on puisse expliquer dans ce cas l’inadéquation du prologue salmantin au texte qu’il est censé introduire. De plus, l’étude des chapitres en partie communs entre les deux sommes remet en cause cette filiation : ainsi, le récit des exploits de Mainet, beaucoup plus bref dans S’ que dans le Despensero, ne permet guère d’imaginer que le premier texte ait pu servir de source au second. Plus encore, la présence conjointe de l’histoire de Floire et Blancheflor et de celle de Mainet est caractéristique de la version critique de l’Estoire d’Espagne, alors que la version primitive ne présente que la seconde de ces histoires ; tout semble donc indiquer que les deux textes n’ont pas la même source, S’ ayant utilisé selon toute vraisemblance la Chronique fragmentaire, ignorée de l’auteur du Despensero, ce qui paraît illogique dans l’hypothèse envisagée209.

141Mais il est cependant possible de faire une autre hypothèse, qui inverse le rapport entre les deux œuvres : l’emprunt du prologue du Despensero et d’une partie de ses informations par le texte salmantin, qui les aurait ensuite complétés à partir d’une autre source plus détaillée – peut-être le manuscrit d’une chronique néo-alphonsine –, est tout à fait envisageable. On a gardé nombre d’exemples de manuscrits composites ainsi constitués. Le succès de la somme du grand dépensier, dont témoigne le nombre des manuscrits conservés, rend encore plus plausible cette hypothèse. Enfin, le chapitre consacré à Pélage, qui est l’un de ceux pour lesquels les liens entre les deux sommes sont particulièrement évidents, la confirme : la partie du chapitre correspondant au texte du Despensero est en effet dans S’ insérée entre deux ensembles d’informations, le premier touchant à des précisions chronologiques relatives à différents computs et le deuxième à des informations concernant le royaume franc et l’administration d’Al-Andalus par les califes de Damas, qui sont tous les deux issus de la tradition alphonsine :

  • 210 S’, f. 126v°-127r°.

Despues que todas las gentes que se-alçaran en-las montañas fueron aiuntados en vno veiendo el su-gran quebranto e el su-desconorte que auian reçebido de-los moros alçaron por rey a-don Pelayo e regno xiii años e ellos v que son pasados a-el son contados e ansi-son xviii e el primero año del-su regno fue en-la era de dcclvii años quando andaua el año de la encarnaçion en dccxix años e el de Carlos rey de Françia en-dos e el de Ulit rey de-los alarabes en onze e el de-los alarabes en xcix años […] e fino en-la çibdat de Cangas e ese año vino Carlos Marçel a-çercar la çibdat de Auiñon que-los moros tenian presa e esto fizo el por consejo del duc Maruçio que auia-de auer esa prouinçia e prendola por fuerca e mato quantos moros fallo e ese año murio otrosi Yay[a] el rey de Cordoua e enbio Isca Miramamolin por rey vno que dizien <e>-Adoayfa Alcaici e salio omne muy liuiano e de-seso muy sandio e duro poco en-el señorio e non fizo ninguna cosa de vien e por ende non cuenta la estoria mas del.210

142Soulignons enfin que dans la partie du texte qui coïncide avec celui du Despensero, S’ utilise pour désigner l’archevêque de Tolède mettant à l’abri les reliques de sa cathédrale un nom attesté dans la tradition manuscrite de l’EE (Urbera), et non la forme aberrante de Liben que l’on trouve dans notre somme. Il semble évident que S’ a complété et corrigé les informations trouvées dans cette dernière par l’utilisation d’une autre source, plus complète. L’antériorité du Despensero, dès lors préservée, nous dispense d’hypothèses pour le moins hasardeuses sur ses liens avec S’.

143Les sources des chapitres postérieurs à celui consacré à Ferdinand III sont plus diversifiées encore, et souvent plus difficiles à déterminer. Le chapitre consacré au règne d’Alphonse X est entièrement repris de la chronique particulière du souverain, selon une méthode qu’il est intéressant d’analyser ici. Le grand dépensier a en effet copié avec une grande fidélité les premières lignes du premier chapitre de cette chronique :

  • 211 Suit la datation de ce début de règne selon différents computs, que le Despensero ne reprend pas. O (...)
  • 212 Soysemela dans l’édition de la BAE. Dans tous les manuscrits du Despensero, ce nom a été laissé en (...)
  • 213 « Trezientas » dans le Despensero.
  • 214 Crónica de Alfonso X, op. cit., p. 4-7. Nous avons supprimé l’accentuation moderne introduite par l (...)

Cuenta la estoria que despues que fue finado el santo rrey don Ferrando, que alçaron rey de Castilla e de Leon, en la muy noble çibdat de Seuilla donde el fino, el infante don Alfonso, su fijo primero heredero. E començo a reynar a veynt e nueue dias del mes de mayo, en el anno de la era de mill e dozientos e nouenta annos […]211 Et este rey don Alfonso en el comienço de su reynado firmo por tiempo çierto las posturas e avenençias que el rey don Fernando su padre avia puesto con el rey de Granada e que le diesen las parias. Pero que gelas non dieron tan complidamente commo las daua al rey don Ferrando su padre, ca en el tienpo de aquel rey don Ferrando daua el rey de Granada la meytad de todas sus rentas, que eran apresçiadas en seysçientas vezes mill marauedis de la moneda de Castilla. Et esta moneda era atan gruesa e de tantos dineros, que alcançaua a valer el marauedi tanto como vn maravedi de oro. Porque en aquel tienpo del rey don Ferrando corria en Castilla la moneda de los pepiones et en el reynado de Leon la moneda de los leoneses. E de aquellos pepiones valian çiento e ochenta el marauedi. Et las conpras pequennas fazianlas a metales e a medios metales, que fazian diez e ocho pepiones el metal, e diez metales el marauedi. Et destos marauedis eran apresçiadas las rentas del reyno de Granada en seysçientas vezes mill marauedis, et daua al rey don Ferrando la meytad de aquellas rentas. E commo quier que el rey de Granada diese estas parias al rey don Ferrando por quel dexase beuir en paz, pero lo mas gelo daua por manera de reconosçimiento porque este rey don Ferrando dio ayuda de gentes a este rey de Granada e de los otros lugares del reyno contra vn linaje de moros que eran sus contrarios muy poderosos, e dezianles los dEscabuluela212. Et este rey de Granada fue el primero rey al que dixeron Aben Hamar, et ayudole syenpre en toda su vida, en manera que nunca se le pudieron alçar los moros de aquel reyno. E por estas razones avia el rey don Fernando de los moros tan gran quantia de aver e de parias.
Et el rey don Alfonso, su fijo, en el comienço de su reynado mando desfazer la moneda de los pipiones et fizo labrar la moneda de los burgaleses, que valia nouenta dineros el marauedi. E las conpras pequennas fazianse a sueldos, et seys dineros de aquellos valian vn sueldo e quinze sueldos valia vn marauedi. Et destos le ouo a dar cada anno el rey de Granada dozientas213 e çinquenta mill marauedis. Et en este tienpo, por el mudamiento destas monedas, encaresçieron todas las cosas en los reynos de Castilla e de Leon e pujaron a muy grandes quantias214,

et les dernières lignes du dernier chapitre :

  • 215 Comme dans le cas du Despensero, cette forme alterne dans les manuscrits avec la forme  « blasfamo  (...)
  • 216 « Don Juan » dans le Despensero.
  • 217 Crónica de Alfonso X, op. cit., p. 241-242. Mêmes remarques que pour la citation précédente.

Et en este tienpo adolesçio el rey don Alfonso en Seuilla, en guisa que llego a muerte. Et veyendo que non podia guarir, el infante don Juan [de]mandol quel mandase dar el regnado de Seuilla et el de Badajoz con todas las otras villas que tenia. Et commo quier quel dio buena respuesta, pero el non lo quiso fazer. Et quando fue afincado de la dolençia, dixo ante todos que perdonaua al infante don Sancho, su fijo heredero, et que lo fiziera con mançebia, et que perdonaua a todos los sus naturales de los regnos el yerro que fizieron contra el. E mando fazer luego cartas desto, selladas con sus sellos de oro, porque fuesen çiertos todos los de los regnos que auia perdido querella dellos et que los perdonaua, porque fincasen syn blasmo215 ninguno.
Et desque esto ovo acabado e librado, resçibio el Cuerpo de Dios muy deuotamente, e a poco de ora dio el alma a Dios. Et el infante don Sancho216 et todos los ricos omnes e la reyna de Portugal, su fija, e los otros infantes sus fijos fizieron muy grant llanto por el. Et despues enterraronlo en Santa Maria de Seuilla çerca del rey don Ferrando su padre e de la reyna donna Beatriz su madre.217

  • 218 « Et por que en-la coronica deste rey don Alfonso estan contados por menudo los grandes fechos e co (...)

144Entre ces deux ensembles, il a inséré la phrase de renvoi habituelle à ce qui s’avère ici être effectivement sa source218. Cet exemple illustre parfaitement la technique utilisée par notre auteur pour résumer les sources écrites qu’il a à sa portée, technique que l’on peut qualifier de « juxtaposition de morceaux choisis ». Loin de proposer à ses lecteurs une synthèse du texte qu’il prétend résumer, au point que la phrase de renvoi à la chronique originale pourrait bien être un aveu d’incapacité, le grand dépensier préfère privilégier un ou deux événements du règne qu’il traite, événements qu’il estime particulièrement significatifs, dont il copie alors le récit in extenso.

145Dans les chapitres suivants de la somme, les sources utilisées par l’auteur de la version primitive ne sont plus identifiables. Le chapitre consacré à Sanche IV semble être un développement original de la mention succincte de la crainte ressentie par Yuçaf à l’approche du souverain castillan lors du siège de Xérez présente dans la chronique de Sanche :

  • 219 Crónica de Sancho IV, in Crónicas de los reyes de Castilla, BAE 66, chap. II, p. 71.

E cuando vio el rey Aben Yuzaf la mandadería que le enviaba el rey don Sancho, aunque tenía y bien diez e ocho mill caballeros, e Aben Yacob e los mejores homes de su hueste magüer le aconsejaban que atendiese e lidiase con el rey don Sancho, nunca quiso, nin lo fallo por pro, pues que sopo que la caballeria escogida de todo su reino levaba consigo219,

  • 220 Il s’agit du passage où le même Aben Yuçaf, recevant Alphonse X, cède au souverain castillan le siè (...)

peut-être croisée avec une anecdote rapportée à propos d’Alphonse X par certaines œuvres, notamment l’Efg220.

146Les récits des règnes de Ferdinand IV, d’Alphonse XI et de Pierre Ier sont pris en charge par des « témoins » supposés dignes de foi : nous étudierons plus loin la signification politique qu’il convient d’accorder à ce procédé. Celui-ci n’exclut pas, évidemment, que ces récits ou certains de leurs éléments aient une toute autre source, non identifiée à ce jour. Cependant, certaines particularités du texte consacré à Ferdinand IV plaident en faveur de la bonne foi du grand dépensier, lorsque celui-ci affirme écrire à partir de ses souvenirs des anecdotes rapportées plus de quarante ans auparavant par Gutier Fernández de Toledo : c’est ainsi qu’il précise au détour d’une phrase que s’il ne cite pas le nom du protagoniste de cette anecdote, ce noble envoyé par le roi en Galice, c’est parce qu’il l’a oublié : « por oluido no-se pone aqui el nonbre deste cauallero ». La spontanéité et la naïveté de l’excuse semblent le gage de sa sincérité.

147L’éloge postmortem d’Alphonse XI, quant à lui, ressemble par sa brièveté à celui qui ouvre la chronique de Pierre Ier rédigée, quelques années plus tôt, par Pedro López de Ayala ; cependant, le résumé d’Ayala ne concerne que les dernières années de la vie du souverain et ne fait aucune allusion aux fêtes de son couronnement, alors que l’éloge de Sancho Sánchez de Rojas, porte-parole de notre auteur, inclut précisément ces fêtes parmi les événements essentiels du règne. La source du grand dépensier paraît donc bien plus probablement le récit de la chronique ou de la grande chronique d’Alphonse XI, résumé de façon personnelle par l’auteur. Les épisodes qui y sont évoqués – le couronnement du roi, la bataille du fleuve Salado, le siège d’Algesiras – sont en effet tous présents dans les chroniques, malgré le caractère inachevé de celles-ci. L’erreur (volontaire ?) commise sur les fêtes du couronnement, confondues avec l’adoubement du roi qui les a en fait précédées, et qui est dans notre texte « déplacé » de Saint-Jacques-de-Compostelle à Burgos, ne permet pas de choisir entre les deux hypothèses que nous proposons. On sait que la statue animée de saint Jacques utilisée par Alphonse XI pour son adoubement se trouvait déjà au monastère de Las Huelgas de Burgos – où l’on peut toujours la contempler – le jour du couronnement-adoubement de Jean Ier, le 25 juillet 1379 ; de là peut-être l’erreur de notre auteur. Il est incontestable que le grand dépensier tient à insister sur les vertus chevaleresques d’Alphonse XI, et la répétition du terme « caballería(s) » et de ses dérivés dans les lignes consacrées au couronnement du roi va évidemment dans ce sens. Le caractère synthétique du récit du grand dépensier ne permet guère d’aller plus loin dans la détermination de ses sources. Cependant, on trouve dans ce chapitre du Despensero une expression qualifiant l’émir des mérinides qui mérite un commentaire. Sancho Sánchez de Rojas, locuteur fictif dans la bouche de qui est placée la quasi-totalité du chapitre, déclare à propos de ce personnage :

E por todos estos vencimientos e poderios de gentes que este rey Albohazen tenia, le llamauan los sus moros el paçedor de-las yeruas e el beuedor de-las aguas. (ms. H, cf. infra)

  • 221 Poema de Alfonso Onceno, Juan Victorio (éd.), Madrid, Cátedra, 1991, p. 209-214, strophes 916-944.
  • 222 Gran Crónica de Alfonso XI, Diego Catalán (éd.), 2 vol., Madrid, Gredos, 1976, II, chap. cclXVI, p. (...)

148La fin de la phrase contient de toute évidence une citation dont il convient de déterminer la source. Or celle-ci est connue : il s’agit d’une lettre probablement apocryphe, attribuée au calife de Bagdad et adressée par celui-ci à l’émir mérinide après la mort au combat du fils de ce dernier. Cette lettre est résumée dans le Poème d’Alphonse XI (Poema de Alfonso Onceno, ca. 1348)221 et dans la Grande chronique d’Alphonse XI (ca. 1376)222, mais aucune de ces deux versions ne contient l’expression qui nous intéresse ici. En revanche, le chroniqueur navarrais frère García de Eugui, qui compose une Chronique d’Espagne (Crónica d’Espayña) vers 1389, reprend cette lettre in extenso à la fin de la partie de sa chronique consacrée à l’histoire de la Castille, et dans cette version de la lettre, on trouve la phrase suivante :

  • 223 García de Eugui (frère), Crónica d’Espayña, Aengus Ward (éd.), version castillane de Patricia Plaza (...)

& mando te rey noble honrrado & poderoso, paçedor delas yerbas & bevedor delas agoas dequent mar & dallent mar, et destruydor delos xristianos, que te lebantes et te muebas luego con todos estos poderes que yo te do.223

149Il est clair que la citation utilisée par le grand dépensier est inspirée d’un texte-source identique à celui que reprend la chronique d’Eugui. Faut-il en conclure que cette dernière a été la source effective de notre auteur ? L’hypothèse est plausible, les deux chroniqueurs se révélant géographiquement et chronologiquement proches. Mais on peut aussi envisager la possibilité de l’utilisation d’une même source, une copie de la lettre ayant pu, selon Catalán, circuler dans les différents royaumes hispaniques à cette époque. Cette hypothèse paraît d’autant plus probable qu’aucune autre influence de la chronique navarraise ne peut être relevée dans le texte du Despensero. En tout état de cause, il est clair que les connaissances du grand dépensier en matière d’historiographie n’étaient pas aussi limitées que son texte pourrait le laisser supposer, mais une fois de plus, on constate qu’il se contente d’une allusion discrète, presque énigmatique, à une source supposée connue de ses lecteurs.

  • 224 Par exemple Gutierre Díaz de Games, El Victorial, op. cit., p. 506-507 et p. 508, où cette associat (...)
  • 225 Cité par José María Monsalvo Antón, La baja edad media en los siglos XIV-XV. Política y cultura, Ma (...)

150Le règne de Pierre Ier est littéralement escamoté au profit d’une discussion entre le souverain et l’un de ses astrologues juifs, dont l’existence, nous le verrons, est historiquement attestée. Ce procédé n’est pas sans rappeler l’utilisation par López de Ayala des lettres du « sage grenadin ». Là encore, il est donc possible que le grand dépensier ait pu connaître, peut-être à partir de lectures collectives à voix haute, l’œuvre de son contemporain. Le chapitre consacré à Henri II, qui a une saveur idéologique marquée, n’entre pas dans les détails du règne, et aucune source n’en est identifiable. Enfin, les récits consacrés à Jean Ier et à Henri III sont essentiellement rédigés à partir des souvenirs personnels de l’auteur. En de très rares occasions, les sources d’inspiration de l’auteur, qui ne sont plus des textes historiographiques, peuvent se laisser partiellement deviner : c’est ainsi que la phrase qu’il attribue à Jean Ier sur le lien unissant le bien du royaume à son service personnel (« Aquello [que] es mi seruicio es prouecho de-los mis reynos, e lo que es prouecho de-las çibdades e villas e lugares de-los mi[s] reynos es mi seruiçio ») reprend une forme d’association courante dans les textes du XVe siècle224, mais déjà connue et employée dans des documents royaux à l’époque de Jean Ier, comme le prouve, par exemple, certaine phrase des ordonnances de réglementation du conseil royal en 1385, selon laquelle « […] entendemos que cunple así a nuestro serviçio e a provecho de los nuestros rregnos »225. Cet emprunt ponctuel du grand dépensier est donc une réminiscence de la lecture de documents officiels plus sûrement qu’un souvenir personnel de discussions privées.

Les sources de la refonte

  • 226 Mercedes Vaquero, Tradiciones orales en la historiografía de fines de la edad media, Madison, HSMS, (...)
  • 227 Aux particularités de ce récit relevées par M. Vaquero, il faut ajouter que Sancho y est enterré à (...)

151L’auteur de la refonte reprend une grande partie du récit de l’auteur précédent. En dehors du siège de Zamora, épisode étudié par Mercedes Vaquero226 qui n’a pas réussi à en retrouver les sources227, seuls les règnes des derniers souverains connus de lui, de Pierre Ier à Jean II – à l’exception notable d’Henri II –, font l’objet d’une réécriture. Nous avons vu que la source essentielle de cette dernière partie du texte est probablement une Histoire perdue dont l’auteur pourrait être Alonso Díaz de Montalvo. Une étude de ces chapitres montre que l’auteur de cette *Histoire a puisé la plupart de ses informations dans les chroniques existantes, celles de Froissart et de López de Ayala, réalisant ensuite un intense travail de manipulation sur celles-ci. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer le récit de la recherche du corps d’Henri de Trastamare par ses adversaires au soir de Nájera donné par notre texte avec celui de Froissart, ou avec certaines phrases d’une lettre personnelle de Pierre Ier écrite quelques jours après l’événement :

  • 228 Jean Froissart, Chroniques, publiées pour la Société de l’Histoire de France par Siméon Luce, tome  (...)
  • 229 Lettre de Pierre Ier du 15 avril 1367, citée dans P. López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, Mad (...)

E como esto asy fue fecho, el rey don Pedro e el prinçipe de Gales andudieron a buscar entre los muertos al dicho rrey don Enrrique, e non se pudo fallar, e como vido el bencimiento, con bien pocos de los suyos fuyo del reyno e non paro fasta Rroma. E el dicho prinçipe de Gales, como no lo conosçia nin lo avia visto, pregunto a los que asy lo avian buscado e buscauan, diziendo en su lengua : « El bor, ¿es mor o pres? » E dixeronle que non, e el respondio : « Non ay rres fet », dando a entender que, sy fuera muerto o preso, que todo fuera acabado (refonte, ms. V corrigé ; nous soulignons) ;
Et fu là tant li dis princes, que toutes leurs gens furent revenu de le cace, et qu’il eut ordonné quatre chevaliers et quatre hiraus à aller par les camps, pour aviser quel gent de pris et quel quantité y estoient mort et démoré, et ossi pour savoir le verité dou roy Henri, qu’ils appelloient entre yaus le bastart, se il estoit mors ou non ; car encores n’en savoient il noient […]. Apriès soupier, revinrent li chevalier et li hiraut, qui avoient cerchié les camps et viseté les mors. Si rapportèrent, par compte, que cinq mil et soissante hommes d’armes, Espagnolz et François, y estoient demoret, mais point n’i estoit trouvés li rois Henris : de quoi li rois dans Pietres n’estoit mies plus liés228 ;
El traydor non sabemos si es preso o muerto ; aunque entiendo que es preso o muerto, porque murieron allí muchos de los mayores omes de cuenta.229

152L’originalité de la refonte du Despensero, qui traduit les propos du prince de Galles « dans sa langue », c’est-à-dire en occitan, est indéniable ; mais cette originalité n’implique pas pour autant l’utilisation de sources inconnues. De la même façon, le récit de la mort de sept échevins burgalais doit incontestablement beaucoup à López de Ayala et à son récit de la mort de Garci Lasso et de ses supposés complices, comme le démontre la comparaison des deux textes :

  • 230 Ibid., deuxième année, chap. VI.

E estonce entro el ballestero, e diole con una porra en la cabeza, […] e mando el rey que le echasen en la calle e asi se fizo. E ese dia domingo, por quanto el rey era entrado nuevamente en la cibdad de Burgos, corrian toros en aquella plaza delante los palacios del obispo al Sarmental do Garci Laso yacia, e non le levantaron de alli. E el rey vio como el cuerpo de Garci Laso yacia en tierra, e pasaban los toros por en somo del, e mandole poner en un escaño, e asi estovo todo aquel dia alli.230
E fueron syete los mayores de-la çibdad que fallo culpantes, a-los quales mando cortar las cabeças e echarlas por vn-terrado ayuso a-vna plaça que estaua delante de-las puertas de-los dichos palaçios. E est[e] dia despues de-comer, <e> mando correr toros en-la dicha cibdad por-alegrias del vençimiento de-la dicha batalla, e mando-lançar los cuerpos de-los dichos muertos a-los toros, los quales los lançaron fazia [a]rriba. E dauan en-aquellos cuerpos los toros grandes golpes, en-tal manera que todos lo-sentian por gran crueldad. (ms. H, cf. infra)

153Les précisions géographiques apportées par Pero López de Ayala, que l’on ne retrouve pas dans la refonte du Despensero, prouvent que s’il y a emprunt, comme nous le supposons, c’est Ayala qui en est l’origine et le texte du grand dépensier le bénéficiaire. Mais la situation de ce passage dans la chronologie des événements de la somme en modifie la signification : la mort de Garci Lasso se situe en effet en 1351, alors que l’auteur de la refonte la déplace – en la noyant dans un anonymat généralisant – vers 1367, après la défaite de Nájera. La « justice » de Pierre Ier prend de ce fait les couleurs d’une vengeance malsaine, d’autant plus que l’auteur a insisté quelques pages auparavant sur le fait que Burgos n’a accueilli Henri que contrainte et forcée, avec l’accord du souverain incapable de voler à son secours ; aucun de ses échevins ou de ses habitants ne devrait donc être puni pour ce fait. Un tel passage suffit à démontrer que la refonte ne peut en aucun cas être qualifiée de pétriste au sens strict, puisque la cruauté du roi y est accentuée par rapport au récit d’Ayala. En revanche, l’affirmation selon laquelle la défaite de Nájera est due aux scrupules des Castillans contraints de se battre contre leur seigneur naturel alors même que nombre d’entre eux prennent conscience qu’il ne leur appartient pas de le juger, ce droit n’appartenant qu’à Dieu, relève d’une posture légitimiste, et nous avons vu que c’est ce légitimisme qui est la véritable marque de fabrique de la refonte.

  • 231 « L’écusson de neige, frappé d’aigle noire / Prise dans un lacs couleur de braise ardente, / Voilà (...)
  • 232 La Chanson, comme le récit de Froissart, exonère Du Guesclin de toute responsabilité dans l’arresta (...)

154Au moment où il rapporte les derniers jours de Pierre Ier, l’auteur n’hésite pas à exagérer la traîtrise de Bertrand Du Guesclin – « ignorée » de Froissart, qui ne met en scène dans l’arrestation du roi que le routier français Besgue de Villaines et le vicomte de Rocaberti mais déjà suggérée par Pero López de Ayala, qui s’interroge longuement sur le caractère antichevaleresque de l’attitude du Breton, dont il rejette la responsabilité sur ses parents et amis, et plus particulièrement sur son cousin Olivier de Mauny, et affirmée sans fard par Chaucer231 et même par Cuvelier232 – en affirmant que ce dernier était un proche conseiller du souverain, contrevérité historique manifeste qu’aucune source connue ne permet d’étayer. C’est sans doute parce que cette affirmation reste difficile à admettre que l’auteur de la refonte en arrive à rendre incompréhensible le passage où il nomme le chevalier breton (mosén Beltrán que Cliquín [sic]), tandis que deux de ses copies (J et C) se gardent bien de le nommer avec précision, se contentant d’évoquer « messire Bertrand, chevalier français », et que la troisième (P), qui nomme explicitement le chevalier, supprime prudemment le nom du roi dont il est dit le conseiller. L’épisode de l’archidiacre romain s’inspire également de la double excommunication portée contre Pierre Ier, en 1355 et en 1357, en dramatisant l’épisode à partir d’éléments provenant des chapitres d’Ayala consacrés aux efforts du légat papal pour imposer la paix ou pour le moins une trève lors de la guerre castillano-aragonaise. L’allusion au retrait d’obédience à la papauté de la Castille et de l’ensemble des royaumes péninsulaires renvoie à une réalité bien postérieure au règne de Pierre Ier, celle du grand schisme d’Occident (1378-1418), ce qui tend à prouver que ce récit, destiné à célébrer la force de caractère du souverain castillan, jusque dans ses excès, et son influence sur ses pairs, est tardif et sans fondement historique. Concentration, simplification, bouleversement chronologique, sont les principaux moyens utilisés par l’auteur pour infléchir l’histoire, toutes choses que nous retrouverons dans le traitement de la figure d’Henri III (cf. infra).

  • 233 Juan Carlos Conde, « Una lanza por la existencia de una historiografía petrista sojuzgada : ecos y (...)
  • 234 « La vergüença no es hermosa / sino digalo Auiñon » (BNM 3449, f. 8r°, strophe consacrée à Henri II (...)
  • 235 « No sé con qué fundamento el autor del compendio de las historias de Castilla escribe que el rey d (...)

155Il est donc, à notre sens, inutile de faire appel pour expliquer son œuvre à la chronique fantôme de Juan de Castromocho, bien que le doute subsiste encore concernant certaines informations originales dont la source reste inconnue. Dans un article récent233, Juan Carlos Conde a ainsi posé, de nouveau, la question de l’existence d’une « chronique véridique » de Pierre Ier, dont l’auteur peut ou non être l’évêque de Palencia, à propos de la rançon exigée des habitants d’Avignon par les troupes du futur Henri II lors de leur passage en cette ville, et du pillage systématique des changeurs de la ville. Le caractère légendaire de cette rançon, à laquelle fait peut-être aussi allusion Gratia Dei dans son poème déjà cité234, avait déjà été souligné par Zurita, qui y voyait un argument contre l’existence d’une telle chronique235. Pourtant, l’affirmation selon laquelle Henri II est « celui qui a volé les changeurs d’Avignon » se trouve déjà dans le texte des Sept âges du monde de Pablo de Santa María, qui est évidemment antérieur aux refontes du Despensero et de l’Efg et au texte qui les fonde, d’où la question posée par Conde.

  • 236 « On sait qu’en passant près d’Avignon, Du Guesclin, manquant d’argent pour payer ses troupes, ranç (...)
  • 237 Certains chapitres du Victorial consacrés à la guerre franco-anglaise, qui reprennent des informati (...)
  • 238 Ce récit se trouve entre les strophes ccxcv et cccv de l’ouvrage de Cuvelier ; cf. E. Gaucher, La b (...)
  • 239 La première traduction de la chanson a été publiée à Abbeville en 1487, sous le titre de Triompho d (...)
  • 240 N’oublions pas non plus l’existence de l’ouvrage de Jean Chandos, dit le héraut Chandos, La vie du (...)
  • 241 Sur ce sujet, cf. J.-P. Jardin, « Falsifications de l’histoire… » (art. cité).

156L’affaire est troublante, à moins de supposer que l’évêque de Burgos ait connu des textes historiographiques français ou anglais, ce qui est plausible chez un homme qui s’est rendu à Paris et à la cour papale d’Avignon entre 1390 et 1394, et qui a passé plusieurs mois comme otage en Angleterre à la suite du traité de Troncoso signé entre Jean Ier et le duc de Lancastre en 1387. Il est en effet frappant que les textes castillans ne soient pas les seuls à faire allusion au pillage d’Avignon : au XVIIIe siècle, Voltaire a repris à son compte cette affirmation dans sa critique de Bertrand Du Guesclin236 ; faut-il supposer que le philosophe français, dont l’œuvre d’historien est bien connue, connaissait assez l’historiographie espagnole pour avoir eu connaissance de cet épisode légendaire à travers l’une des œuvres prestigieuses des XVIe et XVIIe siècles ayant eu le Despensero pour source ? C’est bien peu probable, pour ne pas dire impossible. Ou bien cette légende est-elle issue d’une source historiographique française ou anglaise, éventuellement déformée par l’auteur de notre refonte ou par Díaz de Montalvo237 ? La biographie en vers de Du Guesclin, rédigée dans les années 1380 par Cuvelier, contient elle aussi le récit du paiement des compagnies par le pape, contraint par le connétable breton à puiser dans ses coffres alors qu’il envisageait de faire payer les bourgeois d’Avignon238. Cette biographie n’a été que tardivement traduite en espagnol239, mais il est probable que des récits s’en inspirant ont pu circuler dès le XVe siècle240. Que l’attitude du capitaine breton ait été attribuée au souverain castillan peut s’expliquer aisément : les thuriféraires espagnols d’Henri ont rapidement vu l’intérêt qu’il y avait à revendiquer pour leur héros une attitude qui pouvait le rapprocher – toutes proportions gardées – du Christ chassant les marchands hors du Temple de Jérusalem241.

157Le règne de Jean Ier fait quant à lui l’objet d’une amplification, essentiellement dans le but d’introduire dans le récit l’aventure portugaise de ce roi et la défaite d’Aljubarrota (1385), que le grand dépensier, fidèle à lui-même, avait soigneusement passées sous silence. Nous avons déjà souligné que cette partie nouvelle du chapitre est probablement issue de la même source que le chapitre consacré à Pierre Ier (telle est du moins l’opinion de D. Catalán) ; il est en revanche fort difficile de remonter dans la recherche des sources premières au-delà de cette *Histoire perdue. Le caractère le plus frappant de ce passage est la sympathie que l’auteur y exprime vis-à-vis des juifs : de fait, cet auteur attribue les mésaventures du roi pour une bonne part à ses persécutions antijudaïques, entreprises sur les conseils de mauvais conseillers et ayant conduit à la destruction de plusieurs juiveries castillanes (Séville, Huete, Cuenca), tandis que les juifs survivants et leurs congénères portugais avaient alors appelé sur le roi la malédiction de Dieu par un jeûne rituel. Nous avons déjà dit que cette sympathie pourrait être un indice des origines converses de l’auteur ; cependant, il n’est pas exclu qu’un vieux chrétien ait pu développer de telles idées, tout particulièrement un homme comme Montalvo, auteur en 1449 d’un traité favorable aux conversos, intitulé De l’unité des fidèles (De la unidad de los fieles).

158Il est évident en tout état de cause que l’auteur fait ici allusion aux « pogroms » de 1391, qu’il avance de quelques années dans le but probable de justifier par la justice divine la défaite des Castillans aux mains des Portugais, pour lesquels il ne semble pas avoir de sympathie particulière, n’hésitant pas à affirmer qu’ils sont « les gens les plus difformes et les plus haïssables à tout le monde qu’il y ait chez les chrétiens ». Cette haine peut en partie s’expliquer par le sentiment de honte et de déshonneur ressenti par tous les Castillans après la défaite, mais cette explication n’est pas entièrement satisfaisante : dans le cas où cette affirmation véhémente appartient à l’histoire perdue de Montalvo, datable des années 1454-1458, aucune explication complémentaire ne paraît pouvoir s’y ajouter ; il en va de même, dans le cas où l’on suppose que ce cri de haine appartient au compositeur de la refonte du Despensero, si l’on maintient l’hypothèse d’une rédaction dans les années 1465-1468 ; en revanche, si l’on considère que cette refonte a été rédigée dans les années 1475-1479, en pleine guerre luso-castillane, cette haine devient plus compréhensible, surtout dans un texte rédigé pour un partisan actif d’Isabelle combattant les alliés castillans d’Alphonse V qui se trouvent être aussi ses ennemis particuliers.

159Toujours est-il que la défaite des Castillans en 1385 paraît à ce point incompréhensible à l’auteur de ce passage qu’il se sent obligé de l’expliquer par un châtiment divin dû à la fois à la guerre civile des années 1366-1369 et à l’absence de légitimité des deux premiers Trastamare, qui se traduit d’après lui par une sentence d’excommunication du pape (dont il ne précise pas s’il s’agit de celui de Rome ou de celui d’Avignon), et à la malédiction des juifs castillans et portugais dont on vient de parler. En un mot, le souverain doit faire face à une colère divine provoquée par les plaintes et les protestations des représentants des deux principales religions présentes en Castille : on comprend dans de telles conditions que même les Portugais aient pu jouer le rôle de fléau de Dieu et vaincre « la noble chevalerie castillane ».

  • 242 « […] e puso su batalla a dos leguas dende en una plaza que de las dos partes era llana, e de las o (...)

160Le récit de la défaite d’Aljubarrota, dans ses détails stratégiques et tactiques, ne coïncide pas avec celui de Pero López de Ayala. Les deux auteurs se retrouvent sur le fait que la précipitation des chevaliers castillans a été l’une des causes de cette défaite ; mais alors que López de Ayala considère que c’est la seule présence de deux fossés naturels encadrant les positions portugaises qui a gêné les manœuvres des Castillans242, notre auteur anonyme y ajoute la construction d’une palissade autour de leur camp par les Portugais, et les fossés naturels deviennent des pièges camouflés destinés à briser les charges de cavalerie. Nous ignorons l’origine de ces précisions tactiques, même si notre texte renvoie à « la chronique de ce roi ».

161Le texte du chapitre consacré à Jean Ier est enfin nourri de traditions qui ont peu de chances d’avoir une origine historiographique : c’est le cas de l’évocation de la vie de João Lourenço Da Cunha dans les années de son exil en Castille, portant jusqu’à la fin « des cornes en or » sur la tête. Au XVIIe siècle, Cristóbal Lozano précisera que ces cornes étaient en fait l’ornement du chapeau du malheureux :

  • 243 « Comenzó el infeliz caballero a sentir ya en público su deshonra, sacándole como de juicio el much (...)

Le malheureux gentilhomme commença à se lamenter en public de son déshonneur, ce grand chagrin le rendant comme fou, car dans sa volonté d’être plaint, faisant étalage de l’offense, il put imaginer la folie de placer comme panache sur son chapeau des cornes en or, qui proclamaient l’affront dont il était victime.243

  • 244 Le dernier éditeur de Lozano précise que « [su] biblioteca […] era importantísima y muy popular y e (...)

162Hélas pour nous, cet auteur n’ayant pas pour habitude de citer ses sources, il est impossible de savoir s’il a consulté pour ce passage une source autre que la refonte du Despensero244.

  • 245 J.-P. Jardin, « Le roi anecdotique… », art cité.
  • 246 Voir Ron Barkai, introduction à Yolanda Moreno Koch, Dos crónicas hispanohebreas del siglo XV, Barc (...)

163En ce qui concerne le règne d’Henri III, le chapitre de la refonte qui lui est consacré le met en scène dans une série d’anecdotes que nous avons étudiées dans un article déjà cité245, et qui tendent toutes à mettre en valeur le sens de la justice et l’autorité du roi. Ces récits, nous l’avons montré à l’occasion de cet article, ont des sources diverses, historiographiques pour la plupart (récit de la « cloche de Huesca » dans la chronique de Saint-Jean-de-la-Penya, récit de la mort de l’oncle d’Édouard II d’Angleterre chez Froissart, « chroniques » légendaires de Vlad l’Empaleur largement diffusées en Europe à partir de 1463, etc.). Nous ajouterons aux exemples présentés dans notre article une version du banquet de Ferrant de Naples plus ancienne que celle que nous citions alors, et qui a en outre l’avantage à nos yeux de montrer que le monde juif – où pourrait bien s’ancrer l’auteur de la refonte ou celui de sa source – connaissait aussi cette légende : il s’agit en l’occurrence d’une brève évocation de cet épisode tirée d’une chronique d’Eliahou Capsali datée de 1523 (il faut rappeler que le genre de la chronique est ignoré du monde juif médiéval avant l’expulsion de 1492, qui semble avoir, chez les juifs sépharades, éveillé une conscience historique empreinte de nostalgie246) :

  • 247 Eliahou Capsali, Chronique de l’expulsion (Seder Eliahou Zouta), présentation, traduction et annota (...)

En ces temps-là, Ferdinand Ier organisa un grand banquet pour ses princes et serviteurs, et dit : « Nous donnons un banquet de famille dans la ville, venez, mangez à ma table, et soyez d’humeur joyeuse. » Ces derniers, ne se doutant pas qu’il y allait de leur vie, répondirent : « Qu’il soit fait selon tes vœux. » Il les reçut donc, dans son palais, ils burent et s’enivrèrent de concert. Recourant à la ruse pour éliminer ses ennemis, il posta hors du palais des hommes en armes à qui il enjoignit : « Que nul n’échappe de ceux que je livre entre vos mains. Sans quoi, votre vie sera la rançon de la sienne. » Lorsque les princes eurent fini de manger et de boire, le roi ordonna aux gardes et aux officiers : « Entrez, tuez-les et que personne ne sorte ! » Et ceux-ci les passèrent au fil de l’épée.247

  • 248 J.-P. Jardin, « Le roi anecdotique… », art. cité, p. 235-239.
  • 249 « Le roi, assis sur le trône de justice, disperse par ses regards tous les malfaiteurs » (Proverbes(...)

164De nouveau, le récit se caractérise par des procédés de concentration et de simplification accompagnés de bouleversements chronologiques, déjà à l’œuvre dans le récit du règne de Pierre Ier : deux visites du souverain à la ville de Séville sont réunies en une seule, les relations entre le roi et sa noblesse sont simplifiées, les conflits qui les opposent, confondus248. De ces divers récits (l’épisode du gaban d’Henri III et des « vingt rois de Castille », l’arrestation du duc de Benavente, la remise en ordre de la municipalité et de la ville de Séville) il se dégage une image du monarque qui renvoie directement à l’image biblique du « roi sur son trône de justice »249 et que l’on trouve déjà en France en relation avec le roi Louis IX, que la tradition a très tôt représenté rendant la justice sous un chêne :

  • 250 Manuscrit V, f. 57v°-58r°.

E porque asy mesmo este-rrey don Enrrique se asentaua publicamente en avditorio general tres dias cada semana, a-judgar los agrauios e synrrazones que se fazian en-sus rreynos, e el-por-su persona los proueya, e por estas cosas suso dichas e por otras muchas buena[s] cosas e-loadas quel fizo e[n]-su-tienpo, fue muy amado e temido este rrey [asi] de sus rreynos e de-los suyos como de-los reynos sus comarcanos.250

  • 251 Ms. Palacio II/3009 (ca. 1463), seul représentant de la traduction de Juan de Villafuerte reprenant (...)

165Cette image d’Henri III semble avoir été très répandue à l’époque, à en juger par le portrait à la plume qui le représente dans l’un des manuscrits de la traduction en langue vulgaire de l’Anacephaleosis d’Alonso de Cartagena251 et par le texte descriptif qui s’y réfère dans tous les manuscrits de cette version, même ceux – majoritaires – où ce portrait ne figure pas :

  • 252 « On peint ce prince assis sur une chaise avec un habit solennel pour donner à entendre l’autorité (...)

Pintase este prinçipe sentado en vna silla con abito graue para dar a entender la auctoridad que tuuo en la gouernaçion de sus reinos, y con vna espada en la mano, que significa la guerra que hizo en sus reinos.252

  • 253 C’est en théorie chaque semaine que le souverain rend justice, présidant sa propre audience, assis (...)

166Une telle représentation du roi peut sembler un véritable anachronisme, dans un siècle où l’exercice de la justice royale devient de plus en plus affaire de techniciens. Mais, outre le fait que cet exercice individuel de la justice par le souverain n’a pas disparu au XVe siècle, même si les cortès le souhaiteraient plus fréquent qu’il ne l’est253, la force de cette image réside en fait dans l’importance symbolique que revêt dans un contexte de propagande promonarchique l’idée que le souverain puisse s’occuper lui-même, ne serait-ce que quelques jours par semaine, de l’exercice de la justice :

  • 254 « Las sentencias de la Audiencia se emitían en nombre del rey, pero la institucionalización de la A (...)

Les sentences de l’Audiencia étaient émises au nom du roi ; mais l’institutionnalisation de l’Audiencia représente le triomphe de la dépersonnalisation du roi dans l’administration centrale de la justice. Il est vrai que les procurateurs des villes avaient demandé lors des cortès de Pierre Ier de 1351 que le monarque en personne célébrât deux audiences hebdomadaires pour entendre les plaintes de ses sujets et pour les juger sur le champ […]. On l’avait déjà demandé à Alphonse XI et l’on sait que parfois certains rois ont exercé cette forme de justice « salomonienne » directe ou plutôt, pourrait-on dire, de mise en scène propagandiste populiste. [...] de telles propositions appartenaient plutôt à une espèce d’imaginaire populaire qui évoquait la figure du « bon roi » rendant la justice à chacun avec une humeur toujours égale.254

  • 255 J. O’Callaghan, El Rey Sabio…, op. cit., p. 252.

167Les autres ajouts de la refonte au texte original n’appellent pas de longs commentaires : la modification de la fin du chapitre consacré à Ferdinand IV, qui concerne les opérations militaires contre les musulmans au cours desquelles les nobles galiciens rebelles ont trouvé une mort rédemptrice, comme les précisions apportées à l’évocation des actions menées par Sanche IV contre son père à la fin du chapitre consacré à ce dernier sont destinées à fournir aux lecteurs des informations plus détaillées sur ces événements que celles qu’avait jugé bon de donner le grand dépensier. La source des premières citées ne nous est pas connue ; quant aux secondes, elles n’apportent rien de plus que ce que l’on peut trouver dans les chroniques royales, si ce n’est l’évocation erronée d’un voyage d’Alphonse X à Rome, alors que c’est à Beaucaire que le souverain castillan a rencontré le pape en 1275, mais on est de nouveau là face à une imprécision simplificatrice : Alphonse X avait bien envisagé de se rendre à Rome dès 1257, mais devant les réticences papales, il avait finalement choisi d’y envoyer son frère Manuel et deux autres ambassadeurs en 1259255. Reste l’évocation du miracle de la Croix, à la veille de la bataille de Las Navas de Tolosa, et de ses conséquences dans la vie religieuse des Castillans :

E por que vn dia antes que acaesçiese la batalla – fue sabado – aparesçio vna grande cruz ençima de-la tienda do estaua el rey don Alfonso, por aquello el dicho rey don Alfonso fizo celebrar e guardar-en-toda Castilla <que> el dia que-se-dize « Santa Cruz de-las Naues de Tolosa », e-prometio por-sy e por sus reynos que non comiesen carne en-sabado para syenpre jamas avn que fasta ally se comia en-Castilla. (texte de V, cf. infra)

168Cette information ne trouve pas son origine dans les récits historiographiques, ni Rada ni l’EE qui le suit fidèlement à cet endroit ne faisant état d’un tel événement. Le seul passage du récit de l’EE qui puisse être rapproché de ce miracle est celui où est narré comment le porteur de la croix qui précédait l’archevêque de Tolède traversa les rangs des musulmans sans mal aucun :

  • 256 PCG, II, chap. 1019, p. 702a.

Et la cruç del Sennor que delant ell arçobispo de Toledo auie en costumbre de uenir, aduziendola aquella hora Domingo Pascual de Almoguera, canonigo de Toledo, entro con ella por ell az de los moros, et passo por todos marauillosamientre, et non tomando y ningun pesar esse don Domingo que la cruç traye, nin ninguna lision, sin los suyos, ca non uinien y con el ; et assi fue en su yda sin todo periglo, fasta que llego all otro cabo de la batalla ; et fue assi como plogo a Dios.256

169Doit-on réduire le texte de notre refonte à un simple souvenir déformé de cet épisode, mêlé à celui d’une autre intervention divine, indiscutable aux yeux de Rada et de ses continuateurs alphonsins, qui utilisent explicitement le terme de « miracle » pour en rendre compte :

  • 257 Ibid., chap. 1020, p. 703b.

Et esto assi paresçe que Dios lo fizo todo et lo acabo, por la grand marauilla et el miraglo que dixiemos que contesçiera en esta batalla : que en tod el campo, de tanta matança como se alli fizo, que nin fallaron y sennal de sangre nin paresçio en el campo una gota della ?257

170Peut-on imaginer que l’auteur de notre refonte aurait tiré de ce croisement entre deux miracles d’importance inégale, mais dont l’un faisait intervenir la croix dans un épisode très visuel, dont nombre de combattants avaient pu être témoins, et l’autre la volonté divine, invisible mais active, l’idée d’une apparition surnaturelle qui fait d’Alphonse VIII un nouveau Constantin (« In hoc signo vinces ») ? Rien n’est moins sûr, ou du moins faut-il alors supposer que ce « souvenir déformé » n’est pas propre à notre auteur, mais représente en fait une tradition tolédane largement diffusée aux XIVe et XVe siècles : on trouve en effet dans une autre somme dont nous avons déjà parlé, cette somme qui a servi de source partielle à la version originale du Despensero et que nous avons désignée par le sigle S, une autre version de ce miracle, explicitement liée à une fête religieuse de la région tolédane :

  • 258 S, f. 99v°-100r°.

E estando en-la batalla abrieron se los çielos e vieron los chrisptianos visible mente a-Nuestro Señor Ihesu Chrispto en-la Vera Cruz, e esta fiesta fazen oy en dia en-Toledo e llamanla Triunfun Sante Cruçis, e a esta batalla llaman la de-Las Nauas de Tolosa.258

  • 259 Voir par exemple le manuscrit esp. 141 de la BNF, f. 51v°.
  • 260 Sur ces différentes versions d’un même miracle, voir J.-P. Jardin, « Rodrigue Jiménez de Rada comme (...)

171Les deux récits sont évidemment indépendants l’un de l’autre, et diffèrent par de nombreux détails : l’un situe l’apparition la veille de la bataille, l’autre au cœur même de celle-ci ; le premier n’évoque que la croix, l’autre y associe son illustre victime ; les deux textes ne s’accordent pas sur le nom que l’on donne à la fête célébrant cette apparition, dont l’un fait une fête locale lorsque l’autre en fait une fête « nationale » ; le texte du Despensero, enfin, ajoute aux conséquences de cette apparition l’interdiction – ecclésiastique, mais devenue ici royale, ou du moins issue d’un vœu royal – de manger de la viande le samedi en Castille (rappelons-nous les fameux « duelos y quebrantos » de Don Quichotte, qui ont tant fait couler d’encre), dont ne parle pas l’autre somme. D’autre part, on trouve aussi mention de l’apparition miraculeuse d’une croix céleste dans la Généalogie des rois d’Alonso de Cartagena259. Cette légende ne pouvait évidemment pas être ignorée du prélat burgalais. Cependant, il nous semble que ce fait n’interdit pas de supposer que les deux textes que nous citons doivent la mention de ce miracle au fait qu’ils sont tous les deux liés à la ville de Tolède, hypothèse qui confirmerait ainsi le rôle que nous avons attribué à cette ville dans la rédaction et la diffusion des différentes versions du Despensero260.

172Le prologue et le premier chapitre de cette version refondue gardent aussi la trace d’une influence ponctuelle de la Chronique du roi Rodrigue ou chronique sarracina de Pedro de Corral (ca. 1430) à travers l’ajout au texte original du prénom supposé de la mère de Pélage, doña Luz. Il est en revanche curieux de constater que cette version donne au nom de l’archevêque de Tolède ayant mis les reliques de son église à l’abri dans les Asturies à l’époque de Pélage une forme (don Piben dans V, don Pedro dans J, C) très éloignée de celle donnée par Corral (don Liberio) alors que les autres manuscrits, qui correspondent à des versions antérieures d’une bonne trentaine d’années à la chronique sarracina, proposent des formes beaucoup plus proches de cette dernière (don Liben, don Liban). Ces noms ne proviennent directement ni des manuscrits de la version primitive de l’Estoire d’Espagne ni de ceux de sa version critique, qui proposent don Urbán ou – par erreur de lecture du signe d’abréviation – don Urbera. Liben est certainement issu d’une erreur de lecture, par confusion entre les graphies « Ur » et « Li » ; la forme adoptée par le nom de l’archevêque chez Corral semble indiquer une erreur du même type que dans le Despensero, mais à partir d’une forme distincte, Urbán dans un cas, Urbera (?) dans l’autre. Piben est évidemment une nouvelle lecture erronée de Liben, et Pedro une tentative de réinterprétation logique de cette dernière forme. Une étude systématique des manuscrits de la Sarracina pourrait sans doute apporter un éclairage supplémentaire sur ces variations formelles.

  • 261 Diego Catalán, Siete siglos de romancero, op. cit., p. 46-49.
  • 262 Une autre « prosification » possible à la fin de l’épisode est citée par M. Vaquero, Tradiciones…, (...)
  • 263 Le texte de cette chanson, reconstitué par Dutton, est donné en annexe.

173Concernant la refonte, il convient aussi de souligner l’utilisation par l’auteur, parmi ses sources non historiographiques, de chansons et de romances. Diego Catalán a ainsi étudié la reprise par le texte de cette refonte du romance du prieur de Saint Jean, situé à l’époque de Pierre Ier, même si les événements dont il est fait mention remontent en fait au règne d’Alphonse XI261. Cette version contient également, nous l’avons vu, un récit du siège de Zamora par Sanche II de Castille dans lequel sont cités quelques vers du romance « Rey don Sancho, rey don Sancho » – même s’ils le sont sous forme de prose, la version de l’édition de Llaguno Amírola étant une reconstitution de l’éditeur, clairement revendiquée par celui-ci dans une note de bas de page262. Enfin, le chapitre consacré au règne de Jean Ier fait allusion à la chanson « Ay, donas, por qué tristura... », que l’auteur relie au « rapt » d’Aliénor Telles par le roi Ferdinand Ier de Portugal263.

  • 264 Voir Romancero, Paloma Díaz-Mas (éd.), étude préliminaire de Samuel G. Armistead, Barcelone, Crític (...)
  • 265 Recueilli par Samuel G. Armistead, ce romance a été mis en musique et enregistré par les production (...)

174Dans les marginalia de la somme de Sancho de Segorbe, João Lourenço Da Cunha, le mari cocufié, est présenté comme l’auteur de cette chanson, à laquelle est par ailleurs associé dans ce manuscrit le romance « Yo estaba en mi Coimbra », qui évoque en fait les amours contrariées de la reine de Castille Blanche de Bourbon et du grand maître de Santiago don Fadrique, demi-frère de Pierre Ier, mais qui aurait été réutilisé à cette occasion. Le seul témoignage, indirect et tardif, de Sancho de Segorbe ne suffit pas à prouver que cette version du texte est bien celle de la source utilisée par l’auteur de la refonte ; cependant, il est à noter qu’une erreur sur le prénom de la reine du Portugal, que l’on trouve dans la quasi-totalité des manuscrits, à l’exception de P et de ses copies, et dans l’édition de 1781, paraît avoir pour origine l’histoire complexe de ce romance : les trois manuscrits complets de la refonte commettent en effet la même erreur en rebaptisant Isabelle celle qui s’appelait en fait Aliénor, et ce lapsus surprenant semble induit par le lien créé au XVe siècle entre le romance cité et la figure légendaire d’Isabel de Liar, née de la fusion des personnages historiques Inés de Castro et Isabel de Lara264. Si la refonte date bien des années 1474-1479, l’erreur n’est peut-être pas involontaire : à une première Isabelle – celle qui a échoué dans sa volonté de céder le Portugal à son gendre prénommé Jean – succède un siècle plus tard une autre Isabelle – la future Reine Catholique – qui pourra l’offrir à son fils du même nom, né en 1477. Compte tenu de l’origine peut-être judéo-converse de l’auteur de la source de cette partie de la refonte, il est intéressant de souligner que certaines communautés sépharades connaissent encore aujourd’hui un romance intitulé « La mujer de Juan Lorenzo » mettant en scène un mari cocufié par son souverain265.

Les sources probables de la version actualisée

  • 266 J.-P. Jardin, « Le roi anecdotique », art. cité.
  • 267 Rois, I, 1, notamment versets 35 et 46.

175La version actualisée après 1476, enfin, reprend le texte de la version primitive de la somme, auquel elle ajoute deux anecdotes concernant le roi Henri III, et le récit des règnes de Jean II et Henri IV, ainsi que le début de celui des Rois Catholiques (guerre de succession). La source de ces éléments ajoutés ne nous est pas connue. Nous avons étudié ailleurs les anecdotes exemplaires évoquant Henri III266 ; qu’il nous suffise ici de souligner, en complément de l’analyse menée alors, les réminiscences bibliques de l’épisode de la chaise royale : n’est-ce pas en faisant asseoir son fils Salomon sur son trône que David assura sa succession, au détriment de son fils aîné267 ? Le seul trait marquant des chapitres très brefs qui sont consacrés à Jean II et Henri IV paraît être la volonté systématique de minimiser le rôle de la branche aragonaise des Trastamare : Ferdinand de Antequera doit son trône à l’intervention généreuse de Catherine de Lancastre et de son fils, à qui revenait de droit le royaume d’Aragon – sans doute en sa qualité de descendant du fils aîné d’Aliénor d’Aragon :

[...]e la reyna doña Catelina, queriendo remunerar al infante don Ferrando la lealtad e fidelidat que tenia con el rey don Juan, su fijo, mando lo llamar e le dixo que, por quanto el rey don Martin de Aragon era muerto e a su fijo, el rey don Juan, e a-ella, pertenesçia el dicho reyno, quel rey e ella le fazian merçed del, e que ella le daria gente e dinero e lo que ouiesse menester para lo tomar. E el dicho infante don Ferrando resçibio la merçed que la señora reyna le fizo en nombre de su fijo, el rey don Juan, e suyo ; e poniendo lo luego por obra, fue rey de Aragon ;

  • 268 « Este bien auenturado rey vençio al rey de Nauarra e al infante don Enrrique açerca de Olmedo, e l (...)
  • 269 « Esto acabado, el rey de Françia enbio sobre treynta mill conbatientes en socorro del rey de Porto (...)
  • 270 « En-este tiempo, el rey don Ferrando se llamo rey de Castilla e de Portogal. »
  • 271 C’est le cas d’une somme de chroniques anonyme adressée au roi Ferrant Ier de Naples en 1493 : « Y (...)

l’action des infants d’Aragon sous le règne de Jean II est pratiquement passée sous silence, le chroniqueur se contentant d’évoquer leur défaite à Olmedo et le fait que leur cousin les « chassa [alors] hors du royaume »268 ; le roi Ferdinand n’accède au trône de Castille que dans la mesure où il a épousé Isabelle « du vivant de son frère ». Ce mépris de l’Aragon va de pair avec un fort sentiment pro-castillan qui se traduit aussi par la condamnation de l’intervention du roi de France au profit du Portugal en 1476, au mépris des relations d’amitié qu’entretenaient depuis plus d’un siècle France et Castille269, et par l’affirmation selon laquelle la bataille de Toro fut une victoire castillane à ce point éclatante que le roi de Castille prit aussi temporairement le titre de roi du Portugal270 : il est vrai que la chronique de Pulgar témoigne de cette titulature, qui fait écho à celle qu’utilise Alphonse V, « roi de Portugal et de Castille ». Cependant, d’autres textes moins engagés du côté castillan considèrent au contraire que cette bataille n’a pas été décisive et précisent que les Portugais la célèbraient à la fin du XVe siècle comme une victoire271.

  • 272 Philippe de Commynes, Mémoires, introduction, édition, notes et index de Joël Blanchard, Paris, Le (...)

176Que ce castillanisme passe par un sentiment de supériorité vis-à-vis de l’Aragon peut se justifier si le texte a bien été rédigé à l’époque où son commanditaire supposé, ancien partisan d’Isabelle, se détourne d’elle ; ce retournement de dernière minute pourrait justifier également la condamnation de la farce d’Ávila, dans laquelle le frère de ce commanditaire avait pourtant joué un rôle de premier plan, et du choix d’Alphonse « XII » comme nouveau souverain, au nom d’un légitimisme quelque peu tardif. Il est beaucoup plus difficile, en revanche, de justifier la position anti-portugaise du texte dans ce contexte ; cependant, la haine du Portugal et des Portugais a semble-t-il perduré chez les Castillans bien après la réconciliation officielle entre les deux royaumes, comme le prouve le témoignage de Philippe de Commynes soulignant en 1498 que « fault entendre qu’il n’est nulle nation que les Espaignolz hayent tant que les Portingalloys, et si les mesprisent et s’en mocquent »272. Rien d’étonnant à ce que vingt ans auparavant, une alliance occasionnelle n’ait pas suffi à masquer cette haine. Peut-être la famille Acuña n’avait-elle pas encore oublié, en outre, qu’elle avait été chassée de son royaume d’origine par les partisans de l’ancêtre fondateur de la dynastie d’Avis.

177On relève dans cette partie finale actualisée du texte le nom de personnages (Juan de Ulloa, Juan Ramírez de Arellano et son fils Alonso) qui n’ont pas été à proprement parler des protagonistes de l’Histoire et dont l’inclusion dans le récit pourrait par conséquent être significative. Cependant, l’étude des lignages concernés et de leur histoire semble montrer que le lien unissant ceux-ci entre eux est trop fragile pour que l’on puisse tirer de cette présence dans notre texte des conclusions définitives :

  • 273 « En su tiempo deste veno el conde de Fox de Françia e tomo a Calahorra e la destruyo. Despues vini (...)
  • 274 Hilario Casado, Señores, mercaderes y campesinos. La comarca de Burgos a fines de la Edad Media, Va (...)

178Le lignage des Arellano est d’origine navarraise – une partie de la famille continue d’ailleurs à habiter ce royaume – et la branche castillane descend d’un ancêtre venu aider Henri de Trastamare à prendre le pouvoir. En 1475, en raison des services qu’il a rendus à la Couronne, Alfonso de Arellano est fait comte de Aguilar ; très rapidement, les Arellano vont s’allier étroitement aux Stúñiga. Le siège de leur comté est à Aguilar de Inestrillas ou del Río Alhama, aux limites de la Rioja et de la Castille, et l’on notera que la ville qu’ils défendent à leurs frais dans notre somme, Calahorra273, est elle aussi située dans la Rioja, près de la frontière navarraise. Juan de Ulloa est quant à lui l’un des deux fils du docteur Juan Alfonso de Ulloa ou de Toro, du conseil du roi, que l’on voit œuvrer à Séville comme corregidor d’Henri III dans la refonte de cette même somme. Sa femme, qui poursuivra après sa mort la résistance aux Rois Catholiques, est une Sarmiento, fille du fameux Pedro Sarmiento qui se souleva à Tolède en 1449 et sœur du premier comte de Salinas. Les Ulloa, lignage d’origine galicienne, sont installés non seulement à Toro, où ils acquièrent le titre de comtes de La Mota, mais aussi dans la région de Burgos, où Per Yáñez, l’oncle de Juan de Ulloa, a acheté le château de Zumel au début du XVe siècle274.

  • 275 Par ailleurs, Acuña et Sarmiento semblent également apparentés (au XVIe siècle, les comtes de Gondo (...)

179Si l’on peut à la limite supposer une certaine intimité familiale entre Lope de Acuña, commanditaire supposé de cette version du Despensero, et Juan de Ulloa, dans la mesure où leurs frères respectifs, Rodrigo de Ulloa et Gómez Carrillo, ont épousé des descendantes de Pierre Ier275, un tel rapprochement est impossible en ce qui concerne Juan de Arellano et son fils Alonso. Tout au plus peut-on relever que Lope de Acuña, Carlos de Arellano et Pedro de Ulloa ont tous les trois fait partie de la maison du connétable dans les années 1430-1440, comme Lope de Alarcón et une bonne partie de la noblesse castillane. Cette « fraternité d’armes » ne paraît pas suffire à justifier une telle familiarité. Il est donc très probable que le récit détaillé de ces événements est dû à leur seule actualité, et on ne peut en tirer aucune conclusion sur la source utilisée par l’auteur de cette actualisation – s’il y en a une –, pas plus que l’on ne peut en tirer des ressemblances formelles existant entre cette chronique et celle, dite « incomplète », de Juan de Flores (cfsupra).

  • 276 « E el rey de Portogal entro en Castilla con todo su poder con ayuda de çiertos caualleros de Casti (...)
  • 277 « [...] e porque aquel Juan de Ulloa que había entregado la cibdad de Toro era muerto, el qual muri (...)
  • 278 « En este tienpo, Juan de Ulloa murió ; algunos dizen que de gordo, otros afirman que de yervas que (...)
  • 279 Pour un autre exemple de rumeurs propagées à la suite d’une mors repentina, cf. J.-P. Jardin, « El (...)

180D’ailleurs, si les précisions que l’auteur apporte quant à la mort de Juan de Ulloa276, à peine évoquée par Pulgar qui en parle simplement comme d’une mors repentina277, pourraient donner à penser que celui-ci entretenait des relations privilégiées avec la famille du « tyran de Toro », surnom infâmant par lequel le secrétaire des Rois Catholiques désigne dans sa chronique cet homme, responsable de l’entrée à Toro d’Alphonse V du Portugal, il s’avère que le Despensero n’est pas la seule chronique à faire allusion aux causes de cette mort, et que l’autre récit conservé, celui de Diego de Valera, s’écarte diamétralement du nôtre278. On ne peut donc tirer aucune conclusion de ce passage, si ce n’est que les deux auteurs rapportent peut-être les différentes rumeurs qui circulaient en Castille sur cette mort279.

  • 280 Luis Suárez Fernández, Enrique IV de Castilla. La difamación como arma política, Barcelone, Ariel, (...)
  • 281 Isabelle s’installe à Ségovie le 16 février 1474, et Henri meurt le 12 décembre de la même année.

181Le chapitre consacré à Henri IV est incontestablement le plus faible de l’actualisation, et semble indiquer que l’auteur de celle-ci n’a disposé que d’informations partielles sur ce règne : en témoignent l’erreur commise sur le prénom de la mère du souverain, première femme de Jean II, Marie d’Aragon, confondue avec sa sœur Aliénor, et l’ignorance de ceux des deux femmes successives du roi, Blanche de Navarre et Jeanne de Portugal. En outre, il convient de souligner l’erreur flagrante de l’auteur lorsqu’il affirme que le roi Henri IV « mourut à Ségovie et est enterré à Saint-Antoine de Ségovie », alors même qu’il est avéré que le roi est mort à Madrid et a été enterré, d’abord au monastère de Sainte-Marie-du-Pas, de façon provisoire, puis à Guadalupe280. Une telle erreur, dans un texte rédigé a priori peu de temps après la mort du souverain, semble indiquer que l’auteur en est un homme éloigné du monde courtisan de l’époque, comme pouvait l’être un habitant de Cuenca ou de Huete. Le fait qu’Isabelle, qui succède à son frère sur le trône, se trouve installée à Ségovie depuis près d’un an lors de cette mort281, peut dans ces circonstances expliquer ce quiproquo.

Le monde du Despensero

182Dans la première version de la somme, on note que certains chapitres (ceux consacrés à Ferdinand IV, à Alphonse XI et à Pierre Ier) sont placés sous l’autorité de témoins dont l’importance historique ne paraît pas évidente aux yeux du lecteur actuel. Pourquoi le premier auteur choisit-il donc comme témoins privilégiés de ces règnes Gutier Fernández de Toledo, Sancho Sánchez de Rojas ou Abraham Aben Zarzal ?

  • 282 Voir José Amador de los Ríos, Historia de los judíos de España y Portugal – Tomo II : desde el sigl (...)

183Les trois témoins mis en scène par le premier auteur dans les chapitres consacrés respectivement à Ferdinand IV, Alphonse XI et Pierre Ier sont des personnages historiquement attestés, que le grand dépensier a pu effectivement connaître ou dont des membres de la cour ont pu lui parler : Gutier Fernández de Toledo et Sancho Sánchez de Rojas, sur lesquels nous reviendrons, appartiennent tous les deux à des lignages illustres de la noblesse ; quant à Abraham Abenzarzal282, ce médecin et astronome (ou astrologue) juif ayant fui Grenade en 1359, après la déposition de Mohammed V, a fort bien été accueilli à la Cour de Castille, s’il faut en croire le témoignage d’Ibn Khaldûn, qui l’a rencontré à deux reprises, avant son départ de Grenade et après son installation en Castille, et qui nous en a laissé une brève évocation :

  • 283 Ibn Khaldûn, Le voyage d’Occident et d’Orient, traduit de l’arabe et présenté par Abdesselam Chedda (...)

Son [= de Pierre Ier] médecin juif, Ibrâhim Ibn Zarzâr, qui était également un habile astronome, me couvrit d’éloges devant lui. Il m’avait connu à la cour d’Abû Inân qu’il était venu soigner lorsqu’il était encore attaché à Ibn al-Ahmar ; il était ensuite passé au service du roi de Castille après la mort de Ridwân qui dirigeait les affaires de l’État à la cour de Grenade.283

  • 284 Béatrice Leroy, L’expulsion des juifs d’Espagne, Paris, Berg, 1990, p. 42.
  • 285 « Este dezir fizo don Mossé, çurgiano del rey don Enrique, quando nasçio el rey nuestro señor en la (...)
  • 286 « Su estatura era pequeña, su tez pálida y macilenta : brillaban sus ojos en su oscuro semblante co (...)
  • 287 « Con tu licencia, señor, mi padre Abrahem Abenzarsal era ya físico del rey don Pedro el Cruel » (i (...)

184Outre ses deux occupations essentielles de médecin et d’astronome, il s’est occupé du recouvrement des impôts et a semble-t-il joué à l’occasion les espions pour le compte du souverain castillan284. Son fils Moïse, dont le grand dépensier introduit le nom à la fin du chapitre, comme un garant supplémentaire de la vérité du récit qu’il vient de rapporter, est assez peu souvent cité parmi les médecins d’Henri III, mais le Cancionero de Baena nous a conservé un poème qu’il rédigea à l’occasion de la naissance du futur Jean II285 ; le premier vers de ce poème, una estrella es nasçida, donne à penser que Moïse, comme son père, exerçait non seulement la médecine mais aussi l’astronomie et l’astrologie. L’homme a connu une gloire posthume dont il se serait sans doute passé : Moïse apparaît en effet transformé en une figure particulièrement inquiétante dans le roman historique El doncel de Don Enrique el Doliente de Mariano José de Larra (1834). Le personnage de fiction, appelé « mosén Abrahem Abenzarsal », mais aussi « don Mosén de Abenzarsal », est au service du sinistre Enrique de Villena, qu’il assiste dans ses projets criminels, et représente le parfait archétype du juif malveillant, tel qu’on peut le retrouver dans les pages du modèle de Larra, Walter Scott286. Conformément à la vérité historique, il est le médecin d’Henri III, et rappelle en une occasion287 que son père a été celui de Pierre Ier.

  • 288 Luis Suárez Fernández, Judíos españoles en la Edad Media, Madrid, Rialp, 1988, p. 194. Pour l’auteu (...)

185La réduction du récit du règne de Pierre Ier à une simple conversation du roi avec l’un de ses astrologues juifs, qui s’efforce de lui expliquer les raisons de son échec, peut assez facilement se justifier chez un auteur qui écrit alors que la petite-fille de ce roi vient d’épouser le petit-fils de son assassin, par ailleurs roi de Castille, et plus encore si l’auteur en question se trouve au service du frère du souverain, pur représentant de la famille Trastamare, à un moment où les anciens pétristes sont de plus en plus influents à la cour. Il y a sans doute là de la part de cet auteur, qui a connu la guerre civile et reste en relation étroite avec la « nouvelle noblesse », la volonté de reléguer le souverain vaincu dans un monde coupé de la réalité historique, où la justice de Dieu s’exerce hors de toute intervention trop précisément humaine : il est parfois difficile et dangereux de réveiller un passé trop récent. D’autre part, cet échange rappelle aussi le philosémitisme que ses vainqueurs ont si souvent reproché au Roi Cruel. Selon Luis Suárez Fernández, Abraham Abenzarzal a été l’un des modèles à partir desquels Pero López de Ayala a construit la caricature des juifs de cour qu’il a incluse dans son Rimado de Palacio288. On notera cependant que l’astrologue lui-même a su tirer les conclusions qui s’imposaient de sa lecture de la volonté divine, puisque son fils est, à l’époque où le grand dépensier rédige son œuvre, au service d’Henri III. Le fait même que l’auteur puisse être lui aussi un juif de cour rend plus ambigu encore ce chapitre où la sagesse d’un représentant de ce groupe haï de nombre de chrétiens s’impose sans difficulté à la passion d’un roi pourtant connu pour ses emportements.

186Quant aux figures de Gutier Fernández et de Sancho Sánchez, elles sont emblématiques de cette « nouvelle noblesse » dont les racines plongent en fait dans le passé de la Castille, mais dont l’ascension s’est accélérée grâce à l’arrivée au pouvoir des Trastamare. Les deux hommes symbolisent en fait deux groupes distincts de cette noblesse.

  • 289 Voir J. B. Sitges, Las mujeres del rey don Pedro I de Castilla, op. cit., p. 54-55.

187Gutier Fernández, descendant d’un juge (alcalde) de Tolède, est issu de ce que l’on a coutume d’appeler « les élites urbaines ». C’est son père, Fernán Gómez, qui a été au départ de l’ascension sociale de la famille en devenant sous Ferdinand IV juge d’appel (chanciller) et grand notaire de la ville de Tolède ; le rôle joué par la femme de Fernán Gómez, protégée de Marie de Portugal, femme légitime d’Alphonse XI, dans l’éducation du futur Pierre Ier, a consolidé la position sociale nouvelle de la famille289. Au début du règne de Pierre, Gutier Fernández est chambellan du roi, Vasco, son frère, archevêque de Tolède et Suer Gómez, son neveu, archevêque de Saint-Jacques, tandis que nombre de membres de la famille occupent des charges à la cour, où ils sont protégés par la reine-mère et par Juan Alfonso de Alburquerque. La situation ne tarde pas à se gâter : Gutier Fernández lui-même est injustement exécuté en 1360 sur ordre du souverain, Vasco doit s’exiler au Portugal où il meurt en 1362 et Suer Gómez est assassiné dans sa cathédrale, en présence de Pierre Ier, en 1366. Le reste de la famille ne tarde pas à passer dans le camp d’Henri II. Les descendants de Gutier Fernández se retrouvent, à l’époque du grand dépensier, chez les Guzmán et les Manrique : pour ne citer que deux de ces descendants illustres, tant Fernán Pérez de Guzmán, l’auteur des Générations et portraits, que Juan García Manrique, archevêque de Saint-Jacques sous Jean Ier, sont des petits-neveux de notre homme.

  • 290 Luis Salazar y Castro, Historia genealógica de la casa de Lara, 4 t., Madrid, 1696, t. I, p. 422. S (...)
  • 291 L’identification de la femme de Diego de Rojas à la « riche-femme » Aliénor de Alburquerque repose (...)

188Sancho Sánchez de Rojas appartient quant à lui à un lignage de la vieille noblesse, déjà très présent dans la région burgalaise au XIIIe siècle : selon Salazar y Castro, la famille est une branche cadette du lignage prestigieux des Haro, détachée du tronc commun à la fin du XIIe siècle290. Bien que les cas d’homonymie soient légion chez les Rojas, et que l’on compte dans les générations contemporaines d’Alphonse XI et de Pierre Ier au moins trois Sancho, dont deux Sancho Sánchez, il semble que le grand dépensier ait mis en scène l’homme de ce nom qui fut fait chevalier à l’occasion des fêtes du couronnement d’Alphonse XI, qui s’illustra au siège d’Algesiras – deux des événements évoqués dans l’éloge funèbre prononcé par notre personnage – et qui, occupant des charges importantes au début du règne de Pierre Ier, passa ensuite au service d’Henri, sans doute après l’assassinat de son père Sancho Ruiz, en 1355, et mourut à la bataille de Nájera en 1367. Si cette identité est confirmée, ce « bon chevalier d’un bon lignage de Castille » n’est autre que le grand-père de Sancho de Rojas, protégé de l’infant Ferdinand (dont, précisément, la somme fait l’éloge) et futur archevêque de Tolède, et l’arrière-grand-père du comte de Castro, Diego Gómez de Sandoval ; un autre des petits-fils de Sancho Sánchez, Diego, assassiné en 1392 à Burgos dans le cadre des luttes entre « épigones » de la famille Trastamare qui marquent les premières années du règne d’Henri III, aurait été le premier mari de la « riche femme » (rica hembra) Aliénor d’Alburquerque, qui épouse l’année suivante l’infant Ferdinand291.

  • 292 Sur ce point, cf. J.-P. Jardin, « Comment justifier l’injustifiable », art. cité.

189Le choix de ces témoins n’est donc pas dû au hasard : il s’agit pour l’auteur d’affirmer que la société née de la « révolution trastamare » se situe dans la droite ligne de celle de l’époque de Ferdinand IV ou d’Alphonse XI, que la mort de Pierre Ier n’a institué de solution de continuité ni dans l’histoire de la Castille ni dans celle de sa monarchie. De cette façon aussi, les lignages de la noblesse trastamariste démontrent que leur accès aux plus hautes charges après 1369 s’inscrit également dans la continuité, et que les nobles qui à présent servent les souverains Trastamare sont les mêmes que ceux qui servaient avec fidélité les souverains antérieurs – les mêmes ou leurs dignes descendants292.

  • 293 Si l’on considère en général qu’Amusco (Palencia) est très tôt devenu le lieu de résidence principa (...)
  • 294 Rojas (berceau probable de la famille) et Poza (dont Juan Rodríguez devient seigneur dès 1298) sont (...)
  • 295 L. Salazar y Castro, Historia genealógica de la casa de Lara, op. cit., I, p. 422.
  • 296 José Antonio García Luján (éd.), Judíos de Castilla (siglos XIV-xv). Documentos del Archivo de los (...)

190On notera d’autre part que les deux hommes évoqués sont liés à la région burgalaise, indirectement dans le cas de Gutier Fernández puisque ce sont ses neveux et petits-neveux Manrique qui ont leur berceau dans la Bureba293, directement dans le cas des Rojas, seigneurs de Monzón et de Poza294, ce qui va dans le sens d’un texte rédigé dans cette région. Les deux familles sont d’ailleurs liées par diverses unions matrimoniales : à l’époque de Pierre Ier ou quelque temps plus tard, Sancho Sánchez de Rojas, troisième seigneur de Poza, qui ne semble pas être le personnage qui nous intéresse mais un lointain cousin, a épousé Juana de Toledo, fille de Diego García et de Constanza Fernández, petite-fille de Fernán Gómez295, et par conséquence nièce de Gutier Fernández ; la femme de « notre » Sancho Sánchez s’appelle quant à elle Inés de Biedma, or Ayala présente Juan Rodríguez de Biedma, grand échanson du roi Pierre Ier au début de son règne, comme un neveu de Gutier Fernández ; en 1372 enfin, on trouve mention d’un couple formé par un Gutier Fernández de Toledo non identifié et par une Sancha de Rojas, qui vend une propriété à don Çag de Monzón296.

191Il faut enfin souligner que tous ces personnages – y compris les juifs de cour Abraham et Moïse Abenzarzal, astronomes et médecins – sont des officiers royaux, comme l’auteur du texte lui-même. C’est ce statut privilégié qui justifie leur choix comme témoins des choses narrées, c’est lui aussi qui fonde leur légitimité en la matière, de la même façon que l’auteur, lorsqu’il voudra se porter garant de la véracité de ses souvenirs concernant la reine Aliénor d’Aragon, ne mettra pas en avant son nom, mais sa charge à la cour.

Le Despensero, entre histoire et politique

192À l’issue de cette étude, il nous paraît tout à fait impossible – et c’est heureux – de conclure comme le faisait il y a plus de deux siècles Llaguno Amírola sur le peu d’intérêt du texte que nous rééditons. Riche d’enseignements, il l’est, bien au contraire. Mais loin de porter sur l’histoire passée de la Castille que la somme nous propose, ces enseignements portent avant tout sur le XVe siècle, dont elle ne parle pourtant pas. L’histoire même de la diffusion de notre texte est un élément précieux pour une meilleure compréhension de l’époque et du savoir historique des élites castillanes, nobles et non nobles, de ce siècle lointain. Voilà un texte qui, pour mineur qu’il soit, est né à la cour de Castille, ou dans des cercles proches de celle-ci – la « maison » de l’un des membres les plus importants de la famille royale, le frère du roi, qui joue un rôle politique de premier plan au côté de son frère malade. Il porte en lui la trace des conflits d’intérêts qui divisent le monde politique et la famille royale elle-même ; dès le début de son histoire, notre somme est en effet l’un des témoignages de la fracture de 1369, si difficile à effacer ou à gommer trente ans plus tard encore.

193Paradoxalement, il terminera sa carrière un siècle plus tard comme texte fondateur d’une historiographie pétriste, dont le but est de légitimer dans leurs revendications les descendants des différents bâtards du roi Pierre Ier – voire de légitimer ce dernier en remettant en cause la véracité de la chronique officielle de son règne, à une époque de changement dynastique propice à une telle entreprise. Secondairement, la diffusion de cette somme aura aussi permis à une famille de la petite noblesse castillane – les Alarcón – de légitimer ses prétentions territoriales en faisant valoir son attachement sans faille au souverain à une époque où une telle fidélité est devenue exceptionnelle. Une telle histoire met en valeur, de façon contradictoire, l’efficacité de l’historiographie dans une entreprise de légitimation menée nécessairement sur le long terme, mais aussi ses insuffisances, puisque cette « propagande » peut être facilement retournée au profit de buts différents, voire opposés, à ceux qui avaient d’abord été envisagés.

194Les centres de production des différents manuscrits du Despensero sont, nous l’avons dit, au nombre de trois : Burgos ou sa région proche, Tolède et Cuenca. Ces trois villes sont aussi des centres de pouvoir économique et politique dans la Castille du XVe siècle : Burgos est un chaînon essentiel dans le commerce international de la laine, et l’oligarchie burgalaise, pour l’essentiel d’origine judéo-converse, doit sa fortune à ce commerce ; mais la région burgalaise est aussi l’un des foyers dont est issue la noblesse trastamariste (Velasco, Manrique, Rojas…) et l’une des régions où la famille royale elle-même est possessionnée, par le biais de Sancho et de sa fille, la « riche-femme » que l’infant Ferdinand épouse en 1393. Tolède est l’une des villes où séjourne la cour itinérante de Castille, et le siège de l’archevêché le plus important d’Espagne, tout en étant aussi l’un des centres du commerce de la laine. Cuenca, enfin, est un centre politique secondaire – dont l’importance, sous le règne d’Henri IV, est surtout due à la personnalité de son évêque, Lope Barrientos –, mais c’est l’un des centres les plus actifs de ce même commerce de la laine, et une ville qui pour cette raison attire les lignages de la nouvelle noblesse, désireux de s’enrichir par la possession de troupeaux, de pacages et de droits de passage.

195Entre ces trois centres, certaines individualités fortes et certains lignages font office de « passeurs » : le puissant lignage des Acuña, dont sont issus dans les années qui nous intéressent l’évêque de Burgos et l’archevêque de Tolède, et dont plusieurs membres sont installés dans la région de Cuenca, ou le juriste Alonso Díaz de Montalvo et son ami Fernán Díaz de Toledo, et de façon plus générale les familles judéo-converses dont certains membres se livrent au commerce de la laine tandis que d’autres trouvent leur place dans les groupes proches du pouvoir politique. Ces centres sont aussi des foyers de diffusion du savoir, et notamment du savoir historique, depuis le XIIIe siècle au moins : outre Alphonse X, on peut citer parmi les responsables de cette diffusion les archevêques de Tolède Rodrigo Jiménez de Rada et Alonso Carrillo, les évêques de Burgos Gonzalo de Hinojosa, Pablo García de Santa María et Alonso de Cartagena, l’évêque de Cuenca Lope Barrientos, mais aussi Pedro Fernández de Velasco, premier comte de Haro, Lope de Acuña et ses frères, Alonso Díaz de Montalvo, déjà nommé, et beaucoup d’autres encore. L’histoire du Despensero et de sa tradition manuscrite est donc aussi un témoignage essentiel de ces réseaux de diffusion du savoir historique à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes, parmi les membres les plus actifs des élites castillanes de l’époque. Une autre strate de pouvoir, économique et social autant que politique, se trouve ainsi mise à jour.

  • 297 B. Guenée, Histoire et culture historique…, op. cit., p. 248 et suiv.

196La connaissance que nous avons aujourd’hui de la tradition manuscrite de ce texte permet aussi de mesurer son succès. Bernard Guenée, dans une étude essentielle sur la diffusion du savoir historique, a proposé une échelle permettant de déterminer l’importance de la diffusion d’une œuvre, et donc de mesurer à partir de critères fiables la véritable influence de celle-ci sur une période de temps donnée297. Une telle méthode raisonnée évite de projeter sur le passé des critères d’évaluation anachroniques, voire subjectifs : quelle que soit la beauté littéraire d’une œuvre, l’existence d’un nombre très limité de manuscrits de celle-ci – un ou deux, par exemple – permet d’affirmer que son influence sur la société de son époque a été nulle ou presque nulle, alors qu’une œuvre plus médiocre à nos yeux, si elle a été largement diffusée (plusieurs dizaines de manuscrits), a pu jouer un rôle essentiel dans l’évolution des mentalités de cette société. Nous rappellerons ici l’échelle proposée par Bernard Guenée :

  • 298 Ibid., p. 255.

succès très grand pour

60 manuscrits ou plus

succès grand pour

30 manuscrits environ

succès limité pour

15 manuscrits environ

succès faible pour

6 manuscrits environ

succès nul pour

2 manuscrits ou moins298,

tout en rappelant également que l’historien français conseille la plus grande prudence dans l’utilisation de cette échelle, dans la mesure où elle ne prend pas en compte les manuscrits perdus, souvent nombreux, et où elle prétend à une universalité qui doit être nuancée selon le contexte de production et de diffusion des œuvres étudiées (lectures publiques, par exemple), mais aussi à partir de critères géographiques et temporels.

197Si l’on applique cette échelle au Despensero, on peut dans une première approximation prendre en compte les manuscrits copiés entre le début du XVe et le XVIIe siècle, dans la mesure où ils répondent tous à la même finalité, une utilisation pratique du texte, au contraire des manuscrits et édition postérieurs qui sont le fruit de la seule érudition, même si Guenée considère avec raison que les copies de la seconde moitié du XVIe siècle et celles du XVIIe ne relèvent plus de la culture médiévale. On arrive alors à un total de onze manuscrits complets et de trois copies fragmentaires, auxquels s’ajoutent probablement entre huit et dix manuscrits perdus et une édition incunable dont il ne reste aucune trace. Il convient de souligner que la production de manuscrits, au cours de cette période, est allée en diminuant (six manuscrits conservés datent du XVe siècle, cinq du XVIe siècle et trois du XVIIe siècle), ce qui semble parfaitement légitime concernant une œuvre médiévale. L’existence probable d’une édition incunable dès la fin du XVe siècle ou le début du XVIe devrait relativiser les conclusions que l’on peut tirer quant à cette diffusion manuscrite, mais la disparition de tout exemplaire de cette édition semble prouver le succès très discutable, pour ne pas dire négligeable ou nul, de celle-ci. Ces chiffres renvoient dans l’échelle de Guenée à un « succès limité », voire, si l’on prend en considération les manuscrits perdus, à un « grand succès » – mais cette dernière donnée n’est pas totalement fiable, dans la mesure où elle repose sur la reconstruction d’un stemma hypothétique.

198Il faut encore nuancer cette affirmation en prenant en considération le fait que ces copies concernent une œuvre rédigée au début du XVe siècle, c’est-à-dire très tardivement, ce qui renforce l’impression de succès rapide liée à sa diffusion ; à l’inverse, que cette œuvre n’ait jamais franchi les frontières de l’ancien royaume de Castille est un facteur de limitation de cette même impression. Enfin, il convient de prendre en compte les ouvrages qui, dans les trois siècles considérés, ont inclus dans leur propre texte tout ou partie de l’une ou l’autre des versions du Despensero, et dont nous avons parlé plus haut : la somme de Sancho de Segorbe, la traduction de l’Anacephaleosis, une famille de manuscrits de la chronique d’Henri III d’Ayala, etc. Toutes ces données nous conduisent à considérer la somme du grand dépensier comme une œuvre hispanique ayant connu un grand succès dans le royaume qui l’a vu naître, même si son contenu, sa langue et l’idéologie proto-nationaliste qui s’y exprime lui ont interdit toute projection internationale.

199Dans ce succès, toutes les versions du texte ne jouent pas un rôle équivalent : il est bien évident que la version originale et la version refondue pour Pedro Ruiz de Alarcón se taillent la part du lion, tandis que la version expurgée et la version actualisée vers 1476 sont restées confidentielles. On peut considérer, nous l’avons dit, que la version de 1476 n’est en fait qu’un texte tardivement dérivé de la version expurgée, qui avec ses trois manuscrits supposés, dont l’un a été perdu et l’autre modifié pour réaliser son actualisation, n’a de toute façon connu qu’un succès faible. Ce sont donc, paradoxalement, les versions les plus marquées idéologiquement qui ont eu le plus grand succès : à n’en pas douter, cette situation est due, au moins en partie, aux intérêts qui s’y expriment, parfois au prix d’une récupération tardive (ceux de la dynastie au pouvoir dans la première version, ceux d’une famille appartenant à la noblesse de sang et gardant vocation à régner dans la refonte), bien au-delà de l’importance sociale de ceux qui les ont effectivement lancées – un grand dépensier juif, un membre de la petite noblesse. Le caractère éminemment politique de l’historiographie castillane est donc une nouvelle fois mis en évidence.

200Sans doute faut-il aussi tenir compte, cependant, du goût du public visé pour une histoire romancée pour expliquer l’oubli dans lequel est tombée la version originale au profit de la refonte dès la publication de celle-ci, qui est d’ailleurs, dès 1497, considérée par Sancho de Segorbe comme la version rédigée par le grand dépensier lui-même. L’histoire postérieure du texte et de sa diffusion confirme cet état de fait : alors qu’au XVe siècle, la première version a connu de nombreuses copies et a servi de source annexe à Juan de Villafuerte, deux manuscrits seulement du XVIe siècle nous en ont été conservés, et les historiens de ce siècle et du siècle suivant ne connaissent plus que la version refondue. Cette dernière doit son succès à ses chapitres les plus fantaisistes, comme le prouvent le manuscrit F, de miscellanées, copié à cette époque, ou l’influence subie par un auteur comme Cristóbal Lozano. C’est la force de caractère de Pierre Ier quand il se trouve confronté à l’adversité, qui se traduit parfois par des actes de cruauté proprement inhumains, mais parfois aussi par une forme de cautèle qui fait également partie de l’art de gouverner, ou l’austère justice d’Henri III, qui contraste avec la faiblesse de ses successeurs, que les lecteurs du XVIIe siècle prennent plaisir à découvrir, mais aussi des détails aussi pittoresques que l’instauration du jeûne du samedi en Castille après la victoire de Las Navas de Tolosa ou la récompense octroyée à Pedro Carrillo de Huete par Jean II après les événements de Montalbán – partage du repas royal une fois l’an, remise d’une pièce de vêture usagée –, qui semblent sans doute de plus en plus « exotiques » aux yeux de ces lecteurs avides d’acquérir des connaissances sur une époque qui leur paraît de plus en plus éloignée de leur vie quotidienne.

  • 299 Ibid., p. 366.

201On peut être surpris, par conséquent, de l’oubli dans lequel cette refonte est tombée dès la fin du XVIIe siècle, au point que Llaguno Amírola, un siècle plus tard, en arrive à douter de son existence, comme nous l’avons déjà souligné. Cette constatation ne fait en réalité que confirmer ce que nous avons pu écrire sur le lien existant entre l’œuvre et le contexte politique de sa rédaction et de sa diffusion : les prétentions des Castilla n’intéressent plus l’Espagne des Bourbons, du moins jusqu’à ce que l’érudition des ilustrados exhume les manuscrits oubliés, d’ailleurs dans un but de régénération nationale dont le fondement est éminemment politique. D’une certaine façon, notre travail, qui s’inscrit dans une approche globale de l’univers politique de l’Espagne médiévale, ne trahit en rien la nature profonde du Despensero, quelle que soit la version que l’on considère d’ailleurs : c’est bien à sa qualité d’élément fondamental de la littérature politique des XVe et XVIe siècles que notre somme de chroniques doit aujourd’hui sa réédition. Il ne faut pas s’en étonner : on peut certes reprocher à ceux qui en ont été les auteurs successifs d’avoir trop bien illustré l’évolution d’une histoire qui « n’avait cessé de servir l’Église que pour entrer au service de l’État »299, et cela sans doute plus tôt en Castille qu’ailleurs ; mais, reprenant une dernière fois les analyses de celui qui est notre guide dans ces ultimes paragraphes, nous poserons pour finir à nos lecteurs ces questions qui nous semblent justifier à distance l’entreprise de ces auteurs… et aussi un peu la nôtre :

  • 300 Ibid., p. 354.

L’histoire a-t-elle fait mieux depuis ? A-t-elle trouvé des oreilles plus désintéressées ? En trouvera-t-elle jamais ? Si, par impossible, les historiens cessaient d’être un jour l’écho et le garant des courants qui portent leur temps, s’ils cessaient un jour d’alimenter et de justifier les passions de leur temps, ne deviendraient-ils pas par là même les prêtres d’une religion sans fidèles ?300

Critères de cette édition

Le choix d’un manuscrit de base

202En préparant cette édition, nous avons eu la volonté de proposer aux lecteurs un texte plus complet et plus exact que celui de l’édition de Llaguno Amírola, mais nous n’avons pas voulu pour autant en revenir à de vieilles lunes aujourd’hui oubliées et « reconstituer » ou plutôt inventer un texte supposé original dont les manuscrits existants seraient autant de versions dégradées. Nous avons eu au contraire la volonté de partir de la réalité manuscrite pour élaborer notre propre texte. S’est dès lors posé le problème du choix d’un manuscrit de base – plusieurs en fait, puisqu’il fallait en choisir un pour chaque version de la somme, du moins pour les passages par lesquels elles se différencient, c’est-à-dire essentiellement pour les derniers chapitres de l’œuvre. Nos difficultés viennent de la piètre qualité de la grande majorité des manuscrits conservés : tous possèdent d’abondantes erreurs de copie, et notamment des lacunes qui ne sont pas toutes ponctuelles.

  • 301 Cette remarque vaut tout particulièrement pour F. Mais P lui-même ne présente pas la totalité des p (...)

203En ce qui concerne la refonte commanditée par Pedro de Alarcón, le choix a été relativement aisé. Une fois écartés F et P, manuscrits fragmentaires301, ne restaient que trois manuscrits dont deux présentent un texte notoirement lacunaire et erroné. Quels que soient ses défauts, V est très largement supérieur aux autres représentants de la refonte, qui en dérivent probablement, et son choix comme manuscrit de base de cette version de la somme s’imposait. Seule l’ignorance dans laquelle il était de son existence explique que Llaguno Amírola n’ait pas fait ce choix. D’autre part, deux autres versions (la version expurgée et l’actualisation postérieure à 1476) ne sont conservées que dans un manuscrit unique (E et O, respectivement), et le problème du choix, dans ces conditions, ne se pose pas. Les différences séparant la version majoritaire de la version expurgée sont par ailleurs si minces, puisqu’elles se limitent à la suppression des phrases et passages du dernier chapitre consacrés à l’infant Ferdinand, qu’il nous a semblé suffisant de les indiquer dans l’appareil critique.

204Dans le cas de la version majoritaire, le problème est beaucoup plus difficile à résoudre. On peut éliminer sans trop de regrets B et Aa, qui sont des copies tardives de manuscrits qui nous ont été eux-mêmes conservés. Lo pouvait aussi être écarté, du fait des importantes lacunes dont il souffre. A présente souvent des leçons que ne partagent pas les autres manuscrits du groupe, ce qui ne justifierait nullement sa mise à l’écart, si ces leçons ne résultaient pas de corrections tardives et souvent malheureuses, qu’il s’agisse de l’utilisation du terme technique « personeros » dans le passage consacré au conflit opposant Ferdinand Ier au pape et à l’empereur, là où tous les autres manuscrits (à l’exclusion de N) proposent « personas », lectio difficilior en apparence, mais qui ne correspond pas à celle de la source suivie par la somme (la Crónica de Castilla) et qui est en fait appelée par l’utilisation, quelques lignes plus bas, de ce même technicisme dans le texte commun, ou plus nettement encore du titre d’« empereur » donné à Alphonse VII alors qu’il n’a pas encore été sacré, là où les autres manuscrits conservent logiquement une gradation menant d’abord du titre de roi de Castille et de Léon à celui de roi d’Espagne, puis de celui-ci au titre d’empereur, après une cérémonie de sacre rapidement évoquée.

205Restent H, MP et N. De ces trois derniers manuscrits, étroitement apparentés, H nous a paru offrir le texte le plus fiable, peut-être parce qu’il est aussi la copie la plus ancienne de la somme, si l’on en juge par l’écriture, plus sûrement encore parce qu’il est probablement issu d’un véritable atelier de copistes professionnels, celui du comte de Haro. N présente plusieurs cas de sauts du même au même qui le rendent lacunaire, et de nombreuses leçons erronées ; quant à MP, il est incomplet à la fin à la suite de la perte d’un ou plusieurs folios ; c’est, de ces trois manuscrits, le seul qui, de façon certaine, ne soit pas du XVe siècle. C’est pourquoi nous l’avons lui aussi écarté. Il est enfin à souligner que H est aussi l’un des seuls, avec A et Lo, à proposer des titres pour chacun des chapitres de l’ouvrage, même si ces titres sont en fait un ajout postérieur du copiste. Ceux de Lo sont souvent imprécis ; il n’en est pas de même dans les deux autres manuscrits.

206Bien entendu, le choix d’un manuscrit de base ne signifie pas que l’on ait renoncé à consulter et à utiliser les autres. Les lacunes de H ont été comblées – entre crochets droits, de façon à respecter, là encore, la réalité textuelle – à partir du texte des autres manuscrits (référencé en note), et les variantes significatives de ceux-ci sont indiquées dans l’appareil critique.

Normes d’édition

207Bien que nous nous soyons efforcé de respecter les manuscrits médiévaux que nous avons choisis pour base de cette édition, nous avons avant tout cherché à rendre le texte du grand dépensier accessible à un large public, qui ne se réduise pas aux seuls philologues – sans pour autant les exclure, bien entendu. Ainsi, l’usage actuel des majuscules a été rétabli, contre un usage médiéval beaucoup plus aléatoire ; la ponctuation des manuscrits, réduite au mieux à quelques pieds de mouche en début de chapitre, a été remplacée par une ponctuation moderne ; en revanche, nous n’avons pas jugé utile de plier le texte aux règles de l’accentuation contemporaine, qui ne correspondent pas toujours à l’usage médiéval, pour autant que l’on connaisse ce dernier, et qui pourraient donc fausser la lecture et la compréhension du texte, et nous nous sommes à plus forte raison refusé à utiliser les accents comme signes diacritiques destinés à distinguer des formes graphiquement semblables mais de nature différente (« al », article contracté, et « al », synonyme d’« otro » ; « del », autre article contracté, et « del » = « de él » ; « quel », forme unique pouvant aussi bien renvoyer à la contraction de « que el » qu’à celle de « que él », voire à celle de « que le ») : à chaque fois, le contexte nous a semblé suffire à éclairer la signification de ces formes, sans qu’il soit besoin de surcharger le texte de signes étrangers à la langue médiévale. Le signe tironien a été transcrit « e », ce qui permet de le distinguer de l’autre forme de la copulative (« et ») présente dans le manuscrit H. Nous n’avons pas jugé utile de garder les différentes graphies de certains phonèmes (/i/, /r/, /s/, /z/), dont l’usage n’est plus systématisé au XVe siècle. Le « r » initial, dans H, est toujours noté par une majuscule ; compte-tenu de ce que nous venons de dire, le lecteur comprendra que nous n’avons pas jugé utile de conserver cette particularité graphique. De même, nous n’avons pas maintenu le « y » lorsque cette lettre apparaît comme une variante graphique du « i » long (notamment après « l »), souvent en concurrence avec le « i » court. Les formes soudées dans le manuscrit et séparées dans la langue actuelle ont été liées par un tiret dans notre édition ; les formes séparées dans le manuscrit alors qu’elles sont soudées dans la langue actuelle n’ont pas été modifiées, dans la mesure où cela ne gêne pas la lecture. Les formes médiévales issues de l’élision de la voyelle finale e devant un autre e (del, dellos…) ont été respectées. Dans les chapitres les plus longs, nous avons établi une division en paragraphes qui n’existait pas dans le texte original. Les abréviations ont été développées, et les parties développées transcrites en italiques. Les mots ou lettres ajoutés au texte original sont entre crochets droits, les leçons fautives entre crochets obliques.

208Le choix des variantes à conserver dans l’appareil critique a été source de difficultés, et l’objet d’une véritable réflexion de notre part, dans la mesure où il était absolument impossible de maintenir la totalité de ces variantes, sous peine de gonfler l’appareil critique au point de rendre notre édition difficile à manier et à lire. Les linguistes n’y trouveront peut-être pas toujours leur compte, mais il est vrai que la plupart de ces spécialistes travaillent désormais de plus en plus souvent sur les manuscrits ; en outre, nous nous sommes efforcé de limiter le plus que nous avons pu le nombre de nos « abandons ». Nous avons volontairement écarté les variantes purement graphiques, innombrables dans une tradition manuscrite couvrant trois siècles, voire quatre, si l’on y ajoute l’édition de Llaguno Amírola, ainsi que celles dont l’alternance aléatoire au sein d’un même manuscrit démontre l’absence de signification (alternance « l » / « ll » dans des doublets de type levar / llevar ou Galizia / Gallizia) ou celles qui sont le résultat logique de l’histoire de la langue (passage de z à ç, conséquence de l’assourdissement du phonème /dz/). Certaines variantes qui, au départ, peuvent n’être que graphiques, ont cependant été conservées dans la mesure où elles ont des conséquences à long terme sur l’évolution sémantique du texte (cf. par exemple le passage de « natural de Bureba » à « Juan de Ureña », parallèle à celui qui mène de « de Bureba natural » à « de buen natural », tous les deux nés d’une erreur de lecture d’une forme abrégée).

209De façon générale cependant, seules les variantes morphologiques importantes (Alfonso / Alonso, Beringuela / Berenguela / Beronguela) ont été retenues dans le cas des noms propres ; pour le reste du texte, nous avons considéré les variantes à partir du niveau de la phrase (substitution d’un mot par un autre, même lorsque ces deux mots sont synonymes, comme finar et morir) et non à partir de celui du mot. C’est pourquoi aussi les variantes syntaxiques ne sont retenues que dans le cas où elles modifient le sens du texte : ainsi, l’absence ou la présence de la conjonction et, ou de la préposition a devant le complément d’objet, ne sont signalées que dans la mesure où la structure de la phrase s’en trouve modifiée en profondeur (le complément d’un verbe devenant son sujet, par exemple). Dans le cas où plusieurs manuscrits partagent une même variante, tous ces manuscrits sont indiqués dans l’appareil critique, mais la variante est proposée, sauf indication contraire, selon le texte du premier manuscrit cité. Dans le cas où ces manuscrits présentent entre eux, de façon ponctuelle, des leçons divergentes qui nous ont semblé devoir être prises en compte, ces leçons sont indiquées entre crochets droits, avec l’indication des manuscrits concernés. Si ces crochets sont accolés au mot qui les précède, la leçon qu’ils renferment remplace dans le(s) manuscrit(s) cité(s) celle du premier manuscrit ; dans le cas où il s’agit d’un ajout, la variante est isolée par deux espaces.

Haut de page

Notes

1 Selon l’usage, nous avons francisé les noms des rois, des reines et des infants. Pour les autres personnages, nous avons gardé la forme espagnole des noms et prénoms.

2 Cette partie de l’introduction reprend l’essentiel des conclusions de ma thèse de doctorat, La littérature chronistique en Castille aux XIVe et XVe siècles (2 vol.), soutenue le 30 mai 1995 à l’université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III sous la direction du professeur Michel Garcia, et restée inédite à ce jour. Le lecteur désireux d’avoir une vision d’ensemble du corpus des sommes de chroniques peut aussi se reporter à mon article, « El modelo alfonsí ante la revolución trastámara », in Georges Martin (dir.), La historia alfonsí : el modelo y sus destinos (siglos XIII-xv), Madrid, Casa de Velázquez (Collection de la Casa de Velázquez, 68), 2000, p. 141-156. J’ai moi-même utilisé dans ma thèse le concept de « résumé de chroniques », par crainte d’une ambiguïté de sens de l’expression « somme de chroniques » ; je le regrette aujourd’hui.

3 Pour connaître le détail de la liste de ces sommes, le lecteur peut se reporter aux ouvrages et articles cités dans la note précédente.

4 Copilación de las crónicas et estorias de España, tel est le titre utilisé par l’auteur dans sa correspondance alors même qu’il est en train de rédiger son ouvrage. Aujourd’hui, on connaît celui-ci sous le titre modifié par des copistes ultérieurs de Compendio historial.

5 Malgré l’emploi du terme « somme » dans son titre, le texte qui fait l’objet de cette édition relève de cette même catégorie, dans la mesure où il ne se définit pas comme « somme de chroniques » mais comme « somme de rois ».

6 Il n’apparaît pas dans le dictionnaire de Palencia (Alfonso de Palencia, Universal vocabulario en latín y en romance, fac-similé de l’édition de Séville, 1490, 2 vol., Madrid, Comisión permanente de la Asociación de Academias de la Lengua Española, 1967), et seul Nebrija le recense, à travers l’expression « sumario de sumas », comme traduction possible du latin summarium, -ii (Elío Antonio de Nebrija, Vocabulario español-latino, fac-similé de la première édition [Salamanque, 1495 ?], Madrid, Real Academia Española, 1989 [1951], non folioté).

7 Une telle définition est proche de celle que l’on peut appliquer au genre des annales ou à celui de la chronique ; il est donc logique que des auteurs se définissant comme chroniqueurs aient adopté ce terme.

8 « Et afin de connaître les actions dans la façon dont elles se produisaient [c’est-à-dire dans leur logique], il [Rodrigue] ordonna que deux honnêtes hommes de grande sagesse soient chargés de tout mettre par écrit comme cela avait eu lieu, de même que ce qui va suivre. Et parce que la coutume en Espagne était de mettre sous forme de somme tous les faits dans l’ordre où ils avaient lieu, il ordonna dorénavant de les écrire du moins important au plus important selon ce qu’on en jugerait, et de le faire dans toute l’Espagne ; et ainsi fut commencé de faire ce livre, qui est mémoire des biens et des maux qui dans la vie du roi don Rodrigue se commirent et eurent lieu, de quelle façon [ils se produisirent] et pour quelles raisons » (Pedro de Corral, Crónica del rey don Rodrigo, postrímero rey de los godos [crónica sarracina], James Donald Fogelquist [éd.], 2 vol., Madrid, Castalia, 2001, I, p. 168). Ce passage est à rapprocher de l’affirmation contraire suivante : « E por quanto esto era obra de juego, el rey don Rodrigo mando que se no posiese por escripto lo que en estas justas acaescio sino por sumas » (ibid., p. 286).

9 Bernard Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, p. 280.

10 Ibid., p. 282.

11 Sur ce point, voir par exemple Pedro Juan Galán Sánchez, El género historiográfico de la chronica. Las crónicas hispanas de época visigoda, Cáceres, Universidad de Extremadura, Anuario de estudios filológicos, annexe 12, 1994, p. 22-23.

12 Le genre du « miroir des princes » connaît en Castille un nouvel essor sous le règne d’Alphonse XI, c’est-à-dire précisément à l’époque où apparaissent les premières sommes de chroniques (cf. Ludwig Vones, « Historiographie et politique : l’historiographie castillane aux abords du XIVe siècle », in Jean-Philippe Genet (éd.), L’historiographie médiévale en Europe, Paris, CNRS Éditions, 1991, p. 177-188, p. 187).

13 Si l’on en croit Fernando Gómez Redondo (Historia de la prosa medieval castellana, II : el desarrollo de los géneros. La ficción caballeresca y el orden religioso, Madrid, Cátedra, 1999, p. 1633-1634), cette désignation est due à la structure « polyédrique » de l’ouvrage. Le terme « polyédrique » renvoie à l’image d’un solide limité par un nombre fini de faces, comme le cube ou la pyramide ; c’est donc la complexité d’une structure se développant sur plusieurs plans que le critique espagnol souhaite mettre en relief en utilisant cet adjectif.

14 Liber II Macchabeorum, 2, 24-32 (Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem adiuvantibus B. Fischer, I. Gribomont, H. F. D. Sparks, W. Thiele recensuit et breve apparatu critico instruxit Robertus Weber. Editionem quartam emendatam cum sociis B. Fischer, H. I. Frede, H. F. D. Sparks, W. Thiele, praeparavit Roger Gryson (« Sainte Bible selon la version vulgate établie et éclairée d’un bref appareil critique par Robert Weber avec l’aide de B. Fischer, I. Gribomont, H. F. D. Sparks, W. Thiele. Quatrième édition corrigée par, préparée par Roger Gryson avec ses compagnons B. Fischer, H. I. Frede, H. F. D. Sparks, W. Thiele »), Stuttgart, Deutsche Bibelgesellschaft, 1994, 4e éd., p. 1483). Dans les bibles contemporaines traduites à partir des textes originaux, la numérotation des versets varie en fonction de l’édition consultée.

15 Voir Versión crítica de la « Estoria de España », étude et édition de Pélage à Ordoño II par Inés Fernández Ordóñez, Madrid, Seminario Menéndez Pidal / Universidad Autónoma, 1993, à compléter par l’édition de Mariano De La Campa Gutiérrez (Málaga, Analecta Malacitana, 75, 2009) pour l’édition de la partie allant de Fruela II à la mort de Ferdinand II, et par la Crónica de Veinte Reyes, édition de César Hernández Alonso, Burgos, Excmo. Ayuntamiento, 1991. La distinction qu’il convient de faire entre version et chronique est exposée dans l’édition d’I. Fernández, p. 11-12, ainsi que dans divers articles de l’ouvrage collectif Alfonso X el Sabio y las crónicas de España, Inés Fernández-Ordóñez (éd.), Valladolid, Universidad, 2000.

16 Crónica de Castilla, édition et présentation de Patricia Rochwert-Zuili, Paris, Les Livres d’e-Spania (Sources, 1), 2010 (ISSN électronique 2109-8972).

17 Georges Duby, Le temps des cathédrales, Paris, France-Loisirs, 1991, p. 356.

18 Sur ce concept, cf. notamment Élisabeth Gaucher, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris, Honoré Champion, 1994.

19 « La dépression qui se creuse au XIVe siècle, redoublée par l’épidémie, la guerre, le malheur, brise les cadres traditionnels. Ce sont les plus forts, les plus habiles, les plus chanceux qui s’en sortent. La fortune, l’initiative, changent souvent de mains. Dans ce tissu social mis à mal, l’individu se révèle » (Laurent Theis, préface à G. Duby, Le temps des cathédrales, op. cit., p. 11).

20 Voir sur cette œuvre Georges Martin, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Paris, Klincksieck (Annexes des CLHM, 6), 1992, notamment p. 27-30 et 70-73.

21 L’auteur de ces lignes a longtemps rendu le prénom de la reine Leonor par la forme française actuelle « Éléonore ». Il lui a pourtant fallu se rendre à l’évidence : cette forme, d’origine anglaise, s’est répandue au XIXe siècle mais elle est inconnue en France à l’époque médiévale et il n’y a donc pas lieu de l’utiliser pour désigner des femmes de ce temps. Comme leur illustre ancêtre la duchesse d’Aquitaine, toutes les Leonor hispaniques sont donc des « Aliénor ».

22 Nous verrons que cette affirmation, pour exacte qu’elle soit, ne se retrouve pas dans tous les manuscrits, contrairement à ce que l’on a cru jusqu’à présent.

23 Suma de corónicas en prose (inédite) et Siete edades del mundo, en vers (deux éditions récentes, celle de Jean Sconza [Madison, HSMS, 1991] et celle de Juan Carlos Conde [Salamanque, Universidad, 1999]).

24 « Domini Alphonsi de Carthagena Regum hispanorum, Romanorum Imperatorum, summorum Pontificum, necnon Regum Francorum anaçephaleosis », in Reverendissimi ac illustrissimi Domini Roderici Toletanae Diocesis Archiespicopi rerum in Hispania gestarum Chronicon Libri nouem nuperrime excussi, et ab injuria oblinionis vindicati. Adiecta insuper Ostrogothorum, Hugnorum, Vandalorum, caeterumque historia. Necnon Genealogia regum hispanorum Reuerendi patris Domini Alphonsi de Cartagena Episcopi Burgensis. Apud inclytam Granatam. Anno MDXLV. Mense Octobri. Cvm imperiali privilegio (« Récapitulation des rois d’Espagne, des Empereurs de Rome, des Souverains Pontifes, sans oublier les rois de France, de don Alfonso de Cartagena », in Les neuf livres du chronicon des événements d’Espagne du très révérend et très illustre don Rodrigue, archevêque du diocèse de Tolède, nouvellement édités et sauvés de l’oubli. Avec en outre l’histoire des Ostrogoths, des Huns, des Vandales et autres [babares]. Sans oublier la Généalogie des rois d’Espagne du révérend père Don Alfonso de Cartagena, évêque de Burgos. En l’illustre Grenade, année 1545, au mois d’octobre, avec le privilège impérial), f. 92-124. L’édition est de Sancho de Nebrija, fils de l’humaniste Antonio de Nebrija ; l’œuvre latine a été rédigée en 1456 par Alfonso de Cartagena (achevée en février 1456 [l’auteur est mort en juillet] et restée manuscrite jusqu’en 1545) et traduite en castillan par Juan de Villafuerte en 1463 (aucune édition connue).

25 Atalaya de las corónicas, James B. Larkin (éd.), Madison, HSMS, 1983.

26 Crónica abreviada ou valeriana, nombreuses éditions après 1482.

27 Pedro Fernández de Velasco, Abreviacion de los reies de Leon i de Castilla (Londres, British Museum, Egerton 292) ou Epitome de los reies de Castilla (BNM 1233).

28 Sur cette œuvre, insuffisamment étudiée, cf. Georges Cirot, « La chronique de Pedro Fernández de Velasco », Bulletin Hispanique, XXXI, 1929, p. 331-339, et J.-P. Jardin, La littérature chronistique…, op. cit., I, p. 93 et note 147.

29 Le cas des ouvrages rédigés en latin, l’Anacephaleosis d’Alonso de Cartagena et la Compendiosa historia de Rodrigo Sánchez de Arévalo, relève d’une autre logique et doit être étudié en relation avec le développement d’un humanisme castillan sous les règnes de Jean II et d’Henri IV ; cependant, la diffusion qu’a connue la traduction castillane de la première de ces œuvres sous le titre de Genealogía de los reyes montre que les deux groupes sont perméables l’un à l’autre. Cf. mon article : « De la Regum Hispanorum Anacephaleosis (1456) à la Genealogía de los Reyes (1463) : deux projets pour une seule œuvre ? », à paraître dans les actes du colloque Le choix du vulgaire (Paris Ouest Nanterre La Défense, novembre 2011).

30 Jean-Pierre Jardin, « Le règne de Jean II vu depuis Murcie », Mélanges de la Casa de Velázquez, XXX, 1, 1994, p. 207-225. La précocité de ce transfert (1459) oblige à réviser la datation proposée pour les rares ouvrages qui en font mention (continuation de l’Atalaya de las crónicas d’Alfonso Martínez de Toledo, abréviation perdue de la refonte de la chronique du grand fauconnier de Jean II de Castille).

31 Le « s » est de charité.

32 Diego Rodríguez de Almela, Compendio historial, Concepción Armenteros Lizana (éd.), Murcie, Asamblea Regional / Real Academia Alfonso X El Sabio, 2000.

33 Ignorant que le texte a connu une refonte au XVIe siècle, ce qu’avait en son temps montré Pidal, elle n’hésite pas en outre à expliquer la présence d’une date de rédaction (1525) qui ne concerne en fait que l’un des manuscrits conservés par l’utilisation de l’ère hispanique en 1487, soit plus d’un siècle après son abandon par décision de Jean Ier aux cortès de Ségovie de 1383 !

34 Du moins doit-on le supposer, puisque cet auteur se garde de justifier l’aspect partiel de son édition.

35 « Llegados a este punto y teniendo en cuenta los datos, que sobre las Crónicas Generales se han expuesto con anterioridad, nos interesa destacar, de entre ellos, el reinado o hechos con los que finalizan sus relatos. Nos encontramos con que solamente traspasan la frontera del reinado de Fernando III el Santo aquellas que se atribuyen tanto a Gonzalo de la Hinojosa, obispo de Burgos, como las escritas por don Pablo de Santa María y por su hijo, don Alfonso, ambos obispos de Burgos, y por aquellos autores que pertenecieron al círculo cultural que formó este último en dicha ciudad » (D. Rodríguez de Almela, Compendio historial, op. cit., p. 30).

36 Il est vrai, cependant, que l’absence de solution de continuité entre les historiens médiévaux espagnols et leurs successeurs du XVIe siècle a été soulignée par José Antonio Maravall dans son article « Naturaleza e historia en el humanismo español » (1951), repris dans Estudios de historia del pensamiento español. Serie segunda – La época del Renacimiento, Madrid, Ediciones Cultura hispánica del Instituto de cooperación iberoamericana, 1984, p. 193-216 (notamment p. 202 et suiv.).

37 « La más larga relación que los españoles han tenido de sus hazañas » (María del Mar de Bustos Guadaño, « La crónica de Ocampo y la tradición alfonsí en el siglo XVI », in I. Fernández, Alfonso X el Sabio y las crónicas de España, op. cit., p. 198).

38 La Compendiosa historia en latin de Rodrigo Sánchez de Arévalo a été imprimée dès 1468, mais à Rome, par Petro de Maximo, puis en 1470 par Ulrich Hahn.

39 Juan de Valdés, Diálogo de la lengua, Cristina Barbolani (éd.), Madrid, Cátedra, 1990, 4e éd., p. 253-254.

40 Marcelino Menéndez Pelayo, Poetas de la corte de D. Juan II, Madrid, Espasa-Calpe, 1959, 3e éd., p. 283.

41 Il est vrai qu’un doute subsiste à cet égard, alimenté par certaines affirmations du marquis de Mondéjar (cf. infra).

42 « Alguno dirá : si este adicionador merece tanto desprecio ¿ por qué, y para qué publicarle ? Porque es el principal apoyo que tienen los defensores del rey don Pedro para notar de fingida la excelente crónica de Ayala ; porque un hombre como Zurita copió en sus enmiendas varios pasages de este escrito ; y en fin para que se vea quál es la fuente de donde tomaron el lance de Burgos, y aún el de Sevilla, Garibay, Mariana, Gil González, y don Eugenio de Narbona, historiadores de gran mérito » (Ll, p. viii).

43 [Alonso Fernández de Madrid] Arcediano del Alcor, Silva palentina, Jesús San Martín Payo (éd.), Palencia, Diputación provincial / Institución Tello Téllez de Meneses (Pallantia, 1), 1976, p. 246-247. Abraham Abenzarzal (cf. infra) y est appelé « Abraham Abengazul ».

44 Par exemple, la légende du gaban d’Henri III, ou les traditions légendaires tissées autour d’Aliénor Téllez de Meneses et de son mari João Lourenço Da Cunha ; cf. [Cristóbal] Lozano, Historias y leyendas, éd., prologue et notes de Joaquín de Entrambasaguas, 2 vol., Madrid, Espasa-Calpe, 1969, 3e éd.

45 Diego Sánchez Portocarrero, Historia de los señores de Molina, BNM 1556, 1557 et 1558. Cette histoire, postérieure à 1648, a appartenu au marquis de Mondéjar, selon une note de Pellicer. Le chapitre consacré au règne de Pierre Ier se trouve dans le tome III (ms. 1558). À plusieurs reprises (f. 45v°, 53r°, 71r°), l’auteur cite « le dépensier de la reine ». Julio Valdeón, qui utilise à son tour ce manuscrit dans sa récente biographie d’Henri II (Julio Valdeón Baruque, Enrique II – 1369-1379, Palencia, Diputación provincial / La Olmeda, 1996, p. 49) parle par erreur du « dépensier de Molina », alors même qu’il cite la refonte du grand dépensier à partir du f. 71r° de Sánchez Portocarrero (comparer Valdeón : « El despensero de Molina afirmó que […] » et Sánchez Portocarrero : « El despensero c. 28 de su compendio dize que […] »).

46 Une note liminaire signale notamment que l’ilustrado se prépare à comparer cette copie à un autre manuscrit de la chronique.

47 Voir María del Mar De Bustos, « La crónica de Ocampo… », op. cit., p. 207-209.

48 Évoquant les cortès de 1401, Fernando Suárez Bilbao précise : « No estamos suficientemente informados acerca de las disposiciones que entonces se adoptaron para regularizar los impuestos en la forma que los procuradores deseaban […]. Por una noticia posterior sabemos, sin embargo, que entre 1402 y 1405 no se cobraron monedas, ni siquiera la moneda forera a que el rey tenía derecho cada siete años » (Fernando Suárez Bilbao, Enrique III – 1390-1406, Palencia, Diputación provincial / La Olmeda, 1994, p. 222).

49 La rédaction de la somme s’explique mieux, cependant, si on la situe avant la naissance du prince héritier, c’est-à-dire à un moment où l’infant pouvait encore espérer voir l’un de ses fils monter sur le trône de Castille en qualité de « prince consort » après avoir épousé l’une des filles d’Henri.

50 « Quando ofrecimos publicar varios compendios de la historia de Castilla que se hallan manuscritos, aún no habíamos reparado lo poquísimo que conducen al conocimiento de los hechos y costumbres antiguas […]. El más antiguo, más conocido y más citado parece ser el del Despensero de la reyna doña Leonor, cuyas circunstancias, y la de caracterizar muy bien a los reyes que conoció, singularmente a la reyna su ama y a don Enrique III, nos han movido a publicarle, sin embargo de ser tan inútil como todos los demás en lo que refiere anterior a don Alonso el XI » (Ll, p. iii-iv).

51 Manuel Sánchez Mariana, Bibliófilos españoles, Madrid, Ollero & Ramos, 1993, p. 2-73. Ce Sévillan, grand bibliophile et érudit, s’est attiré les éloges de tous les intellectuels et ilustrados de son époque, notamment Mayáns, Sarmiento, Ponz, Campomanes, Jovellanos, Flórez, Cerdá y Rico…

52 « Ninguna de ellas pasa del tiempo de don Phelipe II, bien que en una nota al fin de la del conde del Águila se advierte haberse sacado de otra que se hizo el año 1580, copiándola de un libro en 4° de letra antigua que fue de Luis de Faria » (Ll, p. v).

53 « Zurita dice que este compendio se ordenó en tiempo de don Juan el segundo, y habla de él de manera que parece vio alguna copia que tenía aquella antigüedad. La consideración de que Zurita se equivocó pocas veces hace que suspendamos el juicio […] pero es seguro que en la obra que comúnmente se le atribuye [al despensero] no hay los pasages que copian Zurita y el adicionador de Gracia Dei » (Eugenio Llaguno Amírola, « Adiciones a las notas », in Pero López de Ayala, Crónica del rey don Pedro I, Madrid, Sancha, 1779, p. 580).

54 Que le compendio cité par Zurita ne soit pas la refonte du Despensero mais celle de l’Efg apparaît clairement dans les notes aux règnes d’Henri II, Jean Ier et Henri III, où les informations citées, de type annalistique, sont conformes au texte de l’Efg, et en aucun cas à celui de la refonte qui nous intéresse.

55 « Deseando reconocer en toda su extensión este Compendio, hemos visto diferentes abreviaciones de las crónicas de Castilla ». (E. Llaguno Amírola, « Adiciones… », op. cit., p. 580-581).

56 Lors de sa vente, la majeure partie de la bibliothèque du comte a été acquise par le chapitre de la cathédrale de Séville, tandis que les archives municipales de cette même ville ont conservé bon nombre des documents ; mais une partie de ceux-ci, pour une raison inconnue, a été par exemple acquise par le British Museum (cf. Francisco Aguilar Piñal, Catálogo de documentos sevillanos que se conservan en el Museo Británico, Séville, Excmo. Ayuntamiento, 1965).

57 L’inventaire général des manuscrits de la BNM présente le ms. 3860 comme l’un des codex contenant le Despensero. Mais ce manuscrit, occupé par le Libro de la fábrica de la iglesia de S. Martín, n’a rien à voir avec notre texte. Nous n’avons pu déterminer la cause de cette erreur.

58 Cet inventaire fut réalisé à l’occasion de la création de l’Hôpital de la Vraie Croix par le comte. Dans cet inventaire partiel – puisque seuls sont mentionnés les livres dignes de figurer dans la bibliothèque de l’Hôpital (soit 79) – le manuscrit qui nous intéresse est décrit ainsi : « una chronica abreviada de los emperadores, reyes y cónsules de Roma, en que hay 237 títulos escritos de mano. El primero libro trata de la chronica y historia de España y cómo se dividieron los lenguajes, y al fin está la chronica de todos los reyes de Castilla hasta el señor rey don Enrique, padre del señor rey don Juan, que fueron quarenta reyes en 666 años. Y al fin están las ordenanzas que hizo el señor rey don Enrique en Segovia, año de 1406 » (cf. Jeremy N. H.  , « Nueva luz sobre la biblioteca del conde de Haro : inventario de 1455 », El Crotalón. Anuario de filología española, I, 1984, p. 1073-1111).

59 La chronique se termine par ces mots : « E<t>l conde don Ylan guioles para la prouinçia vetica e por la prouinçia de » (f. 106v°). Il est à noter que de la colonne a à la colonne b, le texte est brutalement passé du règne d’Akhila (549-554) à celui de Rodrigue (710-711).

60 Ces deux chansons ont été étudiées par José Gómez Pérez, « Dos canciones castellanas del siglo XV », Anuario de Filología (Universidad de Zulia, Venezuela), 7-9, 1969-1970, p. 19-30 ; et par Ángel Gómez Moreno, « Dos decires de recuesta y algunas notas sobre poemas sueltos del siglo XV », Revista de Filología Española, 65, 1985, p. 109-114. Elles ont été publiées dans Brian Dutton et Joaquín González Cuenca (éd.), Cancionero de Juan Alfonso de Baena, Madrid, Visor Libros, 1993, p. 833-834.

61 « En-la çibdat de Segouia quinze dias de setienbre año del nasçimiento del nuestro señor Ihesu Chrispto de mill e quatroçientos e seys años el muy alto e muy exçelente e muy poderoso nuestro señor el rey don Enrrique fizo ordenamiento e lo mando publicar » (f. 154r°).

62 « Lo quel rey nuestro señor ordeno. Es mi merçed e mando que sea guardada en-todo e por todo segund que en-ella se contiene la ordenança fecha por el rey don Enrrique mi padre e mi señor que Dios de santo parayso en-el año de mill e quatro çientos e seys en-la çibdad de Segouia en razon del consejo e de-la orden que en-el se deue tener […]. » (f. 156r°).

63 Voir infra, édition du texte.

64 Voir aussi sur ce texte Jesús D. Rodríguez Velasco, El debate sobre la caballería en el siglo XV. La tratadística caballera castellana en su marco europeo, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1996, p. 238 et note 135, et p. 258-259.

65 C’est pourquoi cette chronique porte à présent le titre de Corónica de los reyes de España desde don Pelayo hasta don Enrique 3°, alors qu’elle ne dépasse pas le règne du roi Ferdinand IV. Après un bref prologue, elle est constituée de quatre parties, consacrées à l’histoire des monarques castillans, navarrais, aragonais et portugais. Dans cette structure, l’influence du Liber regum est évidente. Ce texte fait partie de ceux que j’ai édités dans le n°6 d’e-Spania (décembre 2008 ; voir les références complètes dans la bibliographie).

66 On lit sur le premier folio : « Atalaya de coronjcas de mano, es libro muy autentyco y berdadero [...] Atalaya chronica de los reyes de España desde Don Pelayo hasta Don Enrrique III », affirmations contredites dans une note postérieure : « No es la Atalaya de crónicas, sino el Sumario de los reyes de España, impreso por Llaguno con la Crónica de Pero Niño y el Viage de Clavijo. Tiene algunas variantes notables, sobre todo al principio » (la note fait ici allusion à la chronique liminaire).

67 F. 40r° : « Estos son los dichos del propheta Sed e sus castigos. E el fue el primero por quien fue rescebida la ley e la sabençia » ; f. 116r° : « Este es el libro de los cien capitulos en que fabla de-los dichos de-los sabios. »

68 Ces armes représentent notamment un oiseau à la tête baissée, le bec dirigé vers sa poitrine, face à un autre volatile sensiblement plus petit, peut-être son oisillon.

69 On peut aussi lire celui d’Andrés Rodriguez mercader. Au f. 147v°, on a copié cette strophe :

« Como te vine en tanto menosprecio. como te fui tan presto aborreçible

como te falto en mi el conocimiento. Si-no tuuieras condicion terrible

Siempre fuera tenido de ti em-precio y no Ubiera de ti este Apartamiento ».

(six hendécasyllabes, rimes consonantiques ABCBAC).

70 « Et todas estas cosas sobre dichas conquirio e gano e subjugo e tributo e por todas paso segunt vos lo ha contado la estoria mas conplida mente en-el otro libro quarto que es ante deste » (f. 2v°).

71 « No parece contenerse este quaderno en el expurgamiento nouisimo del año de 1640. »

72 Sur les fragments restés en place du dernier folio arraché, on peut encore lire ces mots : (recto) « Aglos en las lides quel con los m[ ]ros fizo de gujsa que syenpre fue [ ]çedor con pocos quel tenja [ ]des huestes de moros q[ ] vinjeron por [ ] lo quel vençio q[ ]ad de leon e [ ] acaes[ ] pela[ ] » ; (verso) « llos gano adolesçio de que murio e [ ]ey don faujlla z. [ ] años andan[ ]llaron vn oso [ ]gunono[ ]y don [ ]. » L’actuel folio 1r° commence ainsi : « Mjentos de la fe catolica. E este rrey fue muy brauo contra los moros [...]. »

73 F. 1r° : « Cronica breve de Castilla desde don Alfonso el Catholico hasta Dn. Enrique III°. ESCRITA por el Despensero de la señora reina doña Leonor copiada de un tomo MS Acephalo en papel, y letra del siglo XV. de la libreria del Arzobispo Don Garcia de Loaysa, hoy de la Real de Madrid. POR El Pe. Andrés Burriel de la Compa. de Jesus. Año de M.DCC.LIV. »

74 « Que esta sea la Chronica del Despensero de la Reyna Doña Leonor no solamente se prueba por lo que en ella se dice con motivo de la muerte de dicha señora Reyna ; sino tambien por que entre los apuntamientos MS del Pe Juan de Mariana hay un extracto breve de algunas cosas sacadas de la Historia del Despensero Mayor de la Reyna Da Leonor. Muger del Rey Don Juan el I°. y las mismas se hallan en esta chronica con las mismas palabras. Es de creer que Don Garcia de Loaysa comunicaria al Pe Mariana este mismo MS. »

75 F. 128v° : « Traslado de vna proposiçion fecha al muy reuerendo magnjfico señor don Lope de Barrientos por la diujnal proujdençia obispo de Cuenca. confessor e chanceller mayor del rey nuestro señor e del su consejo e su oydor de-la su audiençia / por vn su deuoto famjliar el bachiller Alfonso Gonçalez de Toledo. e de-la respuesta dada por el dicho señor a la dicha proposicion. tornado todo de latin en romançe. »

76 Une première note : « Es su Author el Dispensero mayor de la Reyna Doña Leonor muger del Rey D. Enrique el segundo [corrigé en terçero] » est complétée dans la marge de gauche par ces quelques lignes, d’une autre écriture : « Su autor / Ju° Perez de Cuenca / Marqués Mondejarensu9 [?] »

77 « Don Sancho de Rojas mourut à Alcalá et le roi D. Juan s’éloigna avec le corps d’une demi-lieue, et le roi prit immédiatement conseil sur celui qui allait remplacer le [prélat ?] et neuf membres de son conseil lui donnèrent en privé le nom de Juan Martínez de Contreras, doyen de Tolède, sans s’être concertés entre eux [… d’effroi?] avec Juan de Cerezuela frère de D. Álvaro de Luna […?]. »

78 Le deuxième folio n’est pas pris en compte dans le foliotage. Le texte couvre donc en réalité quarante-deux folios et demi.

79 « Chronica de quarenta reyes de Castilla y Leon dende el rey don Pelayo hasta el rey don Henrrique el tercero que llaman el doliente ».

80 « Este primero que se sigue es el conpendio historico de quarenta reyes que hizo el anónimo conocido con el nombre del Despensero de-la reyna DaLeonor muger de D. Juan el primero. »

81 Le manuscrit a connu deux foliotages en chiffres arabes, l’un dans la marge supérieure droite et l’autre dans la marge inférieure des folios. Le premier (à l’encre), paraît le plus ancien, mais il est erroné du fait de la présence d’un folio non numéroté entre le f. 55 et le f. 56. Selon ce foliotage, le manuscrit ne compterait donc que soixante-huit folios, alors qu’il en compte en fait soixante-neuf.

82 « De-la bibliotheca del [colegio] mayor de-Cuenca. »

83 Le changement d’écriture s’effectue au sixième mot de la septième ligne, au milieu d’une phrase.

84 En dehors du cas cité ci-dessus, la modification des caractères de l’écriture n’est jamais telle qu’il faille absolument supposer un changement de copiste pour l’expliquer.

85 C’est ce qu’affirme une note du f. Ar° : « En-esta coronica al principio esta la de-el Despensero y de otros reyes y luego se-sigue la de-Enrique quarto de Alonso de Palencia [.] Hico la trasladar para si fray Bartolome de-Las Casas obispo de Chiapa para si. » L’explicit revient sur cette appartenance : « Esta cronica es del Reverendísimo y muy Illustre Señor Don fray Bartolome de-Las Casas : obispo de la real çiudad de Chiapa en-las Yndias : -ordinis predicatorum- » (f. 122v°). Bartolomé de Las Casas est devenu évêque de Chiapas en 1543, et est décédé en 1566, après avoir abandonné son diocèse pour assister à un concile à Mexico en 1546 et être revenu en Espagne dès 1550.

86 Quelques lacunes très ponctuelles de V – absence d’un mot, le plus souvent une conjonction de coordination ou de subordination – ont été éliminées par le copiste de P, mais il s’agit là de simples corrections de bon sens.

87 « Le roi Pierre fut le père de doña Constance, femme du duc de Lancastre d’Angleterre. Cette doña Constance fut la mère légitime de doña Catherine, femme du roi Henri III qu’on appelle le dolent. À la suite de la mort du roi Pierre le royaume passa au roi Henri son frère. De ce D. Henri naquit Jean Ier, qui fut roi. Ce Jean Ier eut pour fils le roi Henri III, qui épousa ladite doña Catherine, et ils eurent pour fils le roi Jean II ; et le roi Jean II eut pour fils le roi Henri IV, à qui succéda dans le royaume, à sa mort, la sérénissime reine catholique doña Isabelle » (P, f. 7v°).

88 « Esta coronica es del reverendissimo y muy illustre señor don fray Bartholome de-las Casas, obispo de-la real çiudad de Chiapa en-las Yndias ordinis Predicatorum » (BNM 1905, f. 330r°) ; « Esta coronica es del Illustrissimo y reuerendissimo señor don fray Vartolome de las Cassas, obispo de-la real ciudad de Chiapa en-las Indias ordinis predicatorum Deo gracias » (BNM 7082, f. 221v°).

89 « […] aquellos códices que petenecieron al franciscano Fray Bartolomé de las Casas siendo obispo de Chiapa, N, NA, NB » (Diego Enríquez del Castillo, Crónica de Enrique IV, Aureliano Sánchez Martín [éd.], Valladolid, Universidad, 1994, p. 100. Il est à noter que N, qui correspond à notre ms. P, est désigné dix pages auparavant par le sigle M).

90 « Para ello, Rosell agrupó a una serie de eruditos y estudiosos de la época, Zurita, Llaguno, entre otros, quienes se encargaron de la preparación de las diferentes obras » (ibid., p. 126).

91 Pa : [Henri III] f. 1r°-4v°, Don Juan el 2° f. 4v°-13r°, <Don Pedro> [Alphonse XI] f 13r°-15v°, Don Pedro f. 15v°-31v°, Don Henrrique el segundo f. 1v°-32v°, Don Juan el primero f. 32v°-35r° ; Pb : Enrrique el III el Doliente f. 1r°-6r°, Don Juan f. 6r°-16v°, <Don Pedro> f. 16v°-19v°, Don Pedro f. 19v°-36v°, Don Enrique el segundo f. 36v°-37r°, Don Jvan el primero f. 37r°-39v°.

92 Pb, f. 36v° : « mill e-trecientos e setenta e-nuebe » contre Pa, f. 31v° : « mill y-trezientos e-sesenta e-nueue años ».

93 Dans cette même phrase, une autre erreur de Pa (lauanto pour leuanto) semble avoir été corrigée « après coup » par Pb.

94 C’est ce que semblent indiquer l’ordre différent des groupes de mots dans l’explicit, ou des lectures différentes telles que « y pudo la llamar […] yo que primera mente escriui esto » (Pa, f. 33r° ; erreur manifeste que l’on retrouve dans d’autres manuscrits de la refonte) / « y puedola llamar […]. » (Pb, f. 37v°).

95 Il paraît difficile d’imaginer que l’éditeur ait pu reconstituer la phrase occitane « Lo bort, es mort o pres ? » à partir de la version conservée dans ce manuscrit : « Lo señor, es morto ? »

96 « Para ejecutarlo ha sido preciso adivinar en muchas partes lo que quiere decir el manuscrito » (Ll, p. vi).

97 E. Llaguno Amírola, « Adiciones... », op. cit., p. 579-580.

98 Diego Josef Dormer, Enmiendas y advertencias de Gerónimo Zvrita a las corónicas de los reyes de Castilla D. Pedro, D. Enrrique el Segundo, D. Iuan el Primero, y D. Enrrique el Tercero, que escrivió Don Pedro López de Ayala, Chanciller y Alférez mayor de Castilla, Camarero mayor del Rey Don Iuan el Primero, y Merino mayor de Guipúzcoa, Saragosse, 1683.

99 « Historia de varios reyes de España, en especial del rey Dn Pedro, escrita por el Despensero mayor de la reyna Da Leonor muger del rey Dn Juan el 1°. »

100 Quelques – rares – leçons de Llr contredisent cependant cette affirmation : ainsi, en une occasion (interrogatoire de Samuel Levi), l’édition de Llaguno évite une lacune déjà présente dans J, mais absente de C.

101 F, f. 117r°-117v°.

102 J’ai publié cette somme dans le n°6 d’e-Spania (références complètes dans la bibliographie).

103 En 2001-2002, Audrey Chanard a préparé sous ma direction un mémoire consacré à la transcription et à l’étude de cette traduction inédite des deux livres bibliques (maîtrise soutenue à l’Uuniversité Paris 13 le 4 juillet 2002, mention « Très bien ».).

104 Ce chapitre a été copié de Lo, comme le montre une comparaison minutieuse des deux manuscrits. Ainsi partagent-ils par exemple la même omission par saut du même au même entre deux mentions du nom d’Abenzarzal dans la dernière phrase du chapitre.

105 Ces conclusions sont hypothéquées par l’absence d’examen du manuscrit BNE 9317.

106 Le marquis évoque dans ses œuvres « la Historia de España que compuso en el reynado de Enrique III Juan Rodríguez de Cuenca, Despensero de la Reyna Doña Leonor su madre, la qual es tan rara, que solo he visto impreso el exemplar que yo poseo… » (Memorias históricas de la vida y acciones del rey d. Alonso el noble, octavo del nombre, recogidas por el Marqués de Mondexar, e ilustradas con notas y apéndices por D. Francisco Cerdá y Rico [...], Madrid, Sancha, 1783, p. clxXIV ; nous soulignons).

107 « La cita de Mo[n]dexar, relacionada con Alfonso X, parece alusiva a hechos que no figuran en los textos conocidos » (Diego Catálan, La Estoria de España de Alfonso X – Creación y evolución, Madrid, Universidad Autónoma / Universidad Complutense, 1992, p. 268, note 158).

108 Villafuerte a achevé sa traduction le 21 novembre 1463. Le manuscrit BNM 9436, dans lequel nous avons consulté les gloses marginales auxquelles nous nous référons, est postérieur à la mort d’Henri IV (1474), puisque le texte de ces gloses évoque « el rrey don Ferrnando el Quinto e la rreyna doña Ysabel nuestros señores » [f 191r°]). La version du Despensero utilisée est la version majoritaire, dans un texte actualisé (f. 178v° : « deste señor don Fernando que a la sazon era infante […] »).

109 D. Catalán, La Estoria de España, op. cit., p. 273 : « En cuanto al manuscrito consultado por Don Diego de Castilla para anotar y glosar la Relación de Gratia Dei, […] creo indudable, en vista de la foliación que cita, que es el propio ms. V copiado para el señor de Valverde. »

110 « E digo que lo se mas que otra persona alguna de su casa, por quanto yo era su despensero mayor, e por su merced me avia encomendado todos los mas fechos de su casa, e era uno de los del su consejo. »

111 « Les dépensiers sont d’autres officiers, qui doivent acheter les choses qui sont nécessaires pour le gouvernement du roi, et c’est pourquoi on les appelle ainsi, parce qu’ils dépensent les deniers avec lesquels ils les achètent. Et ces officiers doivent avoir quatre qualités en eux. En premier lieu, qu’ils soient diligents. En deuxième lieu, sages. En troisième lieu, loyaux. En quatrième lieu, qu’ils aient des biens propres » (Alfonso X, Las Siete Partidas, glosadas por Gregorio López, En Salamanca, por Andrea de Portonariis, 1555 [fac-similé, 3 vol., Madrid, Boletín Oficial del Estado, 1985], Segunda Partida, titre IX, loi XIII, f. 25r°. Dans une de ses notes marginales, Gregorio López précise : « Istud etiam est officium nobile »).

112 « Es probable que el cargo de mayordomo sea similar al de despensero y podemos pensar que ambos se ocupaban de la administración de los bienes señoriales » (Ignacio Álvarez Borge, Poder y relaciones sociales en Castilla en la Edad Media. Los territorios entre el Arlanzón y el Duero en los siglos x al XIV, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1996, p. 157). Sur la charge de dépensier royal, voir aussi El ordenamiento de leyes que D. Alfonso XI hizo en las Cortes de Alcalá de Henares en el año de mil trescientos y quarenta y ocho, Ignacio Jordán de Assó y del Río et Miguel de Manuel y Rodríguez (éd.), Madrid, Ibarra, 1774 (fac-similé : Valence, Paris, 1992), p. 38, note 1.

113 Memorias históricas de la vida y acciones del rey d. Alonso elNoble, octavo del nombre, recogidas por el Marqués de Mondexar, p. clxxiv (où notre auteur est appelé Juan Pérez de Cuenca) et p. clxxxii, et Memorias de don Alonso el Sabio, p. xc (seul passage où il est dit grand dépensier de Catherine de Lancastre). Si la mention de la reine Catherine n’est pas un lapsus du marquis, cela oblige à supposer que ce grand dépensier a conservé sa charge sous trois reines successives (Aliénor, Béatrice et Catherine). Il est vrai que notre auteur vivait encore à la cour sous le règne d’Henri III, mais les liens l’unissant à l’infant Ferdinand rendent très improbable quelque relation que ce fût avec la reine Catherine.

114 Voir ce qu’en disait déjà, au XVIIIe siècle, Llaguno Amírola : « Don Nicolás Antonio dice que Pellicer le aseguró haberle visto impreso en poder de Colmenares, y que le poseía el marqués de Mondéjar ; mas no ha sido posible hallarle » (Ll, p. v).

115 BNM 10652, f. 8r° : « Creo que-se llamava gomez dillanes. »

116 « Le dépensier de la reine Aliénor de Castille, belle-fille de ce même don Henri (dont l’arbitrage dit qu’il s’appelait Gutierre de Guemes, et qu’il prétend être autre que l’auteur [?] de la glose, que certains attribuent à don Diego de Castilla, faite sur la défense de don Pierre que mena Gracia Dei) dit en parlant du roi Pierre dans un épilogue qu’il composa sur les rois de Castille, chap. 28 “qu’il y a deux chroniques, dont l’une mensongère, destinée à se disculper de la mort qui fut donnée au roi Pierre” » (D. Sánchez Portocarrero, Historia de los señores de Molina, III, f. 45v°. L’« arbitrage » dont il est question est sans doute cet « arbitro num. 215 por autoridad de don Alonso de Castilla » cité f. 47r°. Sur ces questions liées à la diffusion de la refonte, cf. infra).

117 Cette confiance excessive nous semble particulièrement marquée chez Llaguno Amírola, qui écrit dans son introduction : « [...] pero el Marqués de Mondéjar, Memorias de Don Alonso el Sabio, pag. 90, dice que se llamó Juan Rodríguez de Cuenca ; y no hay razón para dudarlo, porque aquel eruditísimo caballero averiguaba las cosas antes de asegurarlas » (Ll, p. iv ; nous soulignons).

118 Les renseignements transmis par le grand dépensier sont conformes à ce qu’affirment Santiago Sobreques Vidal et Guillermo Cespedes del Castillo dans le volume II de la Historia de España y América social y económica dirigée par Vicens Vives (Barcelone, Vicens bolsillo, 1988 [1971], p. 82 et suiv.). Mais il semble bien que l’auteur se soit contenté en l’occurrence de recopier les informations – en partie erronées – consignées dans la chronique du règne du souverain, que reprennent à leur tour les chercheurs contemporains (cf. Crónica de Alfonso X, Manuel González Jiménez [éd.], Murcie, Real Academia Alfonso X el Sabio, 1998, note 3, p. 5-6). Pour une vision plus exacte de ces réformes monétaires, cf. Joseph F. O’Callaghan, El rey Sabio. El reinado de Alfonso X de Castilla, Séville, Universidad, 1996, p. 162-165.

119 Diego Catalán, Siete siglos de romancero, Madrid, Gredos, 1969, p. 46, note 69 ; idem, La Estoria de España..., op. cit., p. 268, note 157.

120 Gilbert Dahan, Les intellectuels chrétiens et les juifs au Moyen Âge, Paris, Éditions du Cerf, 1999, notamment p. 53-57.

121 Sur la légende des juges, la consultation de G. Martin, Les juges de Castille…, op. cit., est indispensable.

122 Déjà, le copiste de la source commune à J et C n’avait pas compris cette précision géographique et l’avait interprétée comme le nom d’un troisième juge (alors même qu’il n’en annonçait que deux), Juan de Ureña (cf. infra).

123 Francisco de Berganza, Antigüedades de España, 2 vol., Madrid, Francisco del Hierro, 1719-1721 (fac-similé : Burgos, La Olmeda, 1992), I, lib. 3°, cap. 3°, p. 185. Selon l’auteur, le tombeau portait l’inscription suivante : « Hic iacet Nunnius Rasura judex Castellanorum ».

124 Voir Jean-Pierre Jardin, « Le roi anecdotique : Henri III de Castille et le Sumario del Despensero », Mélanges de la Casa de Velázquez, XXXI, 1, 1995, p. 223-248.

125 « Los judios que quedaron, e los de Portugal, maldecian a este rey en sus oraciones, e ayunaban sobre el porque Dios le diese tentacion. »

126 Esther, 4, 15-16. La traduction proposée est celle de la Bible judaïque réalisée par le rabbinat français en 1899 (rééd. : La Bible traduite du texte original par les membres du rabbinat français sous la direction de Zadoc Kahn, grand rabbin, 8e éd., Paris, Colbo, 1994 [1989], p. 1058).

127 Sagrada Biblia, traduction directe des langues originales hébreue et grecque en castillan par Eloíno Nácar Fuster et Alberto Colunga (37e éd.), Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1985, p. 586. La Bible de Jérusalem (nouvelle édition revue, corrigée, augmentée [1998], Paris, Desclée de Brouwer, réimpression 2004, p. 768) présente elle aussi une leçon identique à celle de la bible judaïque.

128 Biblia Sacra iuxta vulgatam versionem, p. 717-718.

129 Biblia romanceada (BNM Ms. 10288), Francisco Javier Pueyo Mena (éd.), Madison, HSMS, 1996 ; Escorial Bible I.I.7, Mark G. Littlefield (éd.), Madison, HSMS, 1996.

130 Par exemple Escorial I.I.3, du XIIIe siècle.

131 « Atendiendo a las agrupaciones no parece haber tomado carta de naturaleza institucional los dos bloques geográficos “aquende los puertos” – Burgos, León, Zamora, Toro, Salamanca, Ávila, Segovia, Soria, Valladolid – y “allende los puertos” – Toledo, Madrid, Cuenca, Murcia, Sevilla, Córdoba y Jaén –, más que como división interna establecida a la hora del pago de mantenimientos y mercedes, esto es, desde una perspectiva de administración financiera de la propia institución pero no para cuestiones de fondo o de funcionamiento, y ni siquiera desde un punto de vista tan formal como el orden de los asientos » (Rogelio Pérez-Bustamante, « estudio preliminar », in César Olivera Serrano, Las Cortes de Castilla y León y la crisis del reino (1445-1474). El registro de Cortes, Burgos, Congreso internacional sobre la « Historia de las Cortes de Castilla y León », 1986, p. xxi).

132 Cette nouvelle erreur provient d’une lecture précipitée du titre sous lequel l’œuvre a été publiée en 1893 (CODOIN, vol. 105 et 106) : ce titre la présente en fait comme une traduction de Rada continuée, « jusqu’à son époque », par l’évêque de Burgos Gonzalo de Hinojosa, puis par un continuateur anonyme. Faire d’Hinojosa l’auteur de la totalité du texte revient à prêter à cet homme des dons prophétiques étonnants, puisque, mort en 1327, il aurait été capable d’écrire un récit du règne de Jean II (1407-1454) ! Pourtant, nous avons eu la surprise de retrouver cette identification erronée jusque dans les pages du dernier ouvrage de Julio Valdeón Baruque, Los Trastámaras. El triunfo de una dinastía bastarda, Madrid, Temas de Hoy, 2001, p. 127 et 164.

133 « La personalidad de este historiador pro-enriqueño se deduce del relato mismo [...] el énfasis especial con que [...] se habla de la fiel actuación del licenciado Alonso Díaz de Montalvo, nos indic[a] claramente el nombre del autor de esta historia de Juan II. El licenciado de Montalvo, vecino de Huete, oidor de la Audiencia, corregidor de Murcia y de Madrid, no fue personaje de suficiente relieve político durante el reinado de Juan II como para que las crónicas contemporáneas le dediquen su atención ; pero sus servicios a la corona fueron notables y su nombre es famoso en la historia del Derecho español » (D. Catalán, La Estoria de España..., op. cit., p. 263-264).

134 Ces interpolations se trouvent à la page 111 de l’édition de la CODOIN (t. 106), et sont ici reproduites dans l’appareil critique.

135 « [...] e por su mandado fueron tornados christianos la mayor parte dellos, y fueron robadas y puesta[s] a sacomano la mayor parte de las juderias, en especial las de Sevilla, e Cuenca, e Huete ».

136 C’est Fermín Caballero qui, le premier, a avancé l’idée d’un Alonso Díaz de Montalvo converso, parent de Fernán Díaz de Toledo, el Relator. Benzion Netanyahu rejette cette hypothèse dans Los orígenes de la Inquisición en la España del siglo XV, Barcelone, Crítica, 1999, p. 560-561.

137 Une longue interpolation au récit du règne de Jean II tel que l’a copié de son côté l’auteur de l’Efg, destinée à mettre l’accent sur le rôle joué auprès du souverain par le père et le grand-père de Pedro Ruiz de Alarcón, ne figure pas seulement dans le manuscrit dont il fut le commanditaire, mais aussi dans les autres copies de la refonte, qui, toutes, dérivent de ce premier manuscrit.

138 Les Alarcón sont seigneurs de Valverde depuis 1325. Cf. Miguel Lasso de la Vega, marqués del Saltillo, El señorío de Valverde, Madrid-Cuenca, CSIC / Excmo. Ayuntamiento, 1945.

139 « Según M.D. Cabañas, los Alarcón, junto con los Cañizares y el obispo de Cuenca, se prefiguran como una de las familias que proveen habitualmente de cereal a Cuenca » (Yolanda Guerrero Navarette et José María Sánchez Benito, Cuenca en la Baja Edad Media : un sistema de poder, Cuenca, Excma. Diputación, 1994, p. 140).

140 Fernando del Pulgar, Crónica de los reyes católicos, Juan de Mata Carriazo (éd.), 2 vol., Madrid, Espasa-Calpe, 1943, II, p. 159. Il faut noter, cependant, que ce « bon chevalier » est mort pour avoir désobéi aux ordres du roi, lequel « ovo grande enojo, porque [a]vían prinçipiado el conbate sin su mandado » (ibid.).

141 L’un des premiers conflits opposant la ville de Cuenca au roi Jean II est la conséquence, en 1441, de la volonté acharnée mise par le monarque castillan à nommer Alonso Díaz avocat et alguazil de la « communauté de la terre [i.e. de la région de Cuenca] » pour récompenser les services que lui a rendus le bachelier (Y. Guerrero Navarette et J. M. Sánchez Benito, Cuenca en la Baja Edad Media..., op. cit., p. 52).

142 Alfonso Franco Silva, « Notas sobre la villa de Alarcón y su tierra en la Baja Edad Media », En la Baja Edad Media (Estudios sobre señoríos y otros aspectos de la sociedad castellana entre los siglos XIV al XVI), Jaén, Universidad, 2000, p. 430-432.

143 Ces lignes ont été écrites avant que Fernando Gómez Redondo ne remette en cause, avec de solides arguments, l’autorité de Lope Barrientos et n’attribue ce texte à Fernán Pérez de Guzmán (F. Gómez Redondo, Historia de la prosa medieval castellana, III. Los orígenes del humanismo. El marco cultural de Enrique III y Juan II, Madrid, Cátedra, 2002, p. 2306-2322).

144 Ms. O (BNM 1518), f. 1r°. L’identité du commanditaire est réaffirmée f. 14v°.

145 Sur ce point, mon opinion diffère de celle du professeur Rafael Beltrán Llavador, qui considère que les trois textes du manuscrit ont eu le même copiste.

146 Voir Charles-Moïse Briquet, Les filigranes, 4 vol., Leipzig, Verlag von Karl W. Hiersemann, 1923, figures 3548 (char, Catane 1475, Perpignan 1478) et 691 (anneau, Syracuse 1479).

147 Ibid., figures 6644 (1443-1447) et 6652 (1465). Ces figures peuvent être considérées comme des tulipes, des campanules ou des fleurs de grenade.

148 Gutierre Díaz de Games, El Victorial, Rafael Beltrán Llavador (éd.), Madrid, Taurus, 1994, p. 482-483, note 461.

149 De là le nom patronymique choisi par deux fils de Lope Vázquez, Gómez Carrillo et Alonso Carrillo, le célèbre archevêque de Tolède dont la brillante carrière est en partie due à sa parenté avec un autre Alonso Carrillo, son oncle maternel, cardinal de Saint-Eustache mort au concile de Bâle en 1434.

150 « Desde Tordesillas, el 10 de octubre [1446], Juan II escribía a la ciudad ordenando que Lope Vázquez de Acuña saliese “elegido” por procurador » (C. Olivera Serrano, Las Cortes de Castilla y León y la crisis del reino [1445-1474], op. cit., p. 36).

151 Mosén Diego de Valera, Crónica de los Reyes Católicos, Juan de M. Carriazo (éd.), Madrid, RFE, anejo VIII, 1927, p. xlvii. Il est difficile de croire que le Lope de Acuña qui s’opposait dès 1417 à Diego Hurtado de Mendoza pour le contrôle de Cuenca soit le même que celui qui occupait encore la charge d’échevin dans les années 1460.

152 « Dans la ville de Cuenca étaient avec lui en sa demeure et recevaient de lui leur subside […] Lope Vázquez de Acuña, seigneur de Buendía et d’Azeñón, père de D. Alonso Carrillo, qui fut archevêque de Tolède, et de Pedro de Acuña, qui fut seigneur de la ville de Dueñas, et de Lope de Acuña, gouverneur de la cité de Huete ; lesdits fils de ce chevalier Lope Vázquez furent élevés dans la maison de ce noble et magnifique grand maître et c’est à ce dernier qu’ils doivent la magnificence de leur état » (Crónica de don Álvaro de Luna, condestable de Castilla, maestre de Santiago, Juan de Mata Carriazo [éd.], Madrid, Espasa-Calpe, 1940, p. 446).

153 « Il fut en outre décidé que Lope Vázquez de Acuña, frère de l’archevêque, remettrait à la reine la cité de Huete avec son château, dont le roi D. Henri lui avait fait don avec sa terre, en fief héréditaire, à tout jamais. Et par la vertu de cette grâce royale, il l’avait possédée pendant tout le temps de la guerre, et avait bénéficié grâce à cette seigneurie d’une position éminente. Il l’abandonna immédiatement, car la reine refusa de pardonner à l’archevêque, si ce n’est contre la restitution de cette ville de Huete à la couronne royale » (F. del Pulgar, Crónica..., op. cit., I, p. 275).

154 Crónica incompleta de los Reyes Católicos (1469-1476) selon un manuscrit anonyme de l’époque. Prologue et notes de Julio Puyol, Madrid, Academia de la Historia, 1934, e.g. título XVIII, p. 154 et suiv. La seule fois où apparaît le prénom de l’archevêque dans le texte de l’édition (p. 130 : « el arçobispo de Toledo [don Alfonso Carrillo], [el obispo de Burgos] don [Luis] de Acuña [...] »), les crochets droits indiquent qu’il s’agit d’une reconstruction de l’éditeur ; le texte original portait donc « el arçobispo de Toledo don [...] de Acuña », par suite d’une confusion entre ces deux personnages dont l’un était le grand-oncle de l’autre.

155 Voir Marcelino Menéndez Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, 3 vol., Mexico, Porrúa, 1983, I, p. 363 et suiv. Le texte est celui de l’édition de 1910.

156 Il est à noter que Tamayo Vargas, contrairement à ce qu’affirme l’inventaire des manuscrits de la BNM, ne propose pas dans une note liminaire de lire Muñoz le patronyme de l’auteur de la traduction des livres bibliques, mais bien Núñez.

157 Renseignement communiqué par Audrey Chanard, qui y a eu accès sur internet.

158 Y. Guerrero Navarrete et J. M. Sánchez Benito, Cuenca en la Baja Edad Media..., op. cit., p. 163-164.

159 Voir les portraits de Ferran[do] et d’Alfón García de Cuenca présents dans le Libro de la cofradía de Santiago de Burgos, Faustino Menéndez Pidal de Navascues (éd.), Bilbao, La Gran Enciclopedia Vasca, 1977, f. 33r° et 37v°.

160 Eloy Benito Ruano, « “Avisos” y negocios mediterráneos del mercader Pero de Monsalve », in idem, Gente del siglo XV, Madrid, Real Academia de la Historia (Clave Historial, 5), 1998, p. 23-59.

161 Jean II confirma ces ordonnances en 1423. Elles ont été publiées et étudiées par Ma. D. Cabañas, « La reforma municipal de Fernando de Antequera en Cuenca », in I° simposio internacional de Historia de Cuenca. Cuenca y su territorio en la Edad Media, Madrid-Barcelone, AEM, 1982, p. 381-397.

162 Y. Guerrero Navarrete et J. M. Sánchez Benito, Cuenca en la Baja Edad Media..., op. cit., p. 71-72. On est surpris de l’affirmation des auteurs, alors qu’ils rapportent des actions communes de Lope de Acuña et de Pedro et Alfonso Carrillo en 1470, selon laquelle « no sabemos la relación entre los Carrillo y los Acuña » (ibid., p. 72, note 206).

163 « Uno de los más importantes arrendadores de las dehesas de la ciudad » (ibid., p. 142). « Este personaje, fuertemente afincado en Cuenca y perteneciente a los cuadros directores de la ciudad, desarrolla en los años centrales del siglo XV todo un conjunto de movimientos, legales e ilegales, destinados a la consolidación y engrandecimiento de su propio linaje en detrimento de la jurisdicción urbana » (ibid., p. 73).

164 « [...] rufianes, hombres de otros alguaciles, u hombres de Lope Vázquez, Diego Hurtado o del obispo » (ibid., p. 142, note 114). Nous soulignons.

165 Instrucción de el Relator para el obispo de Cuenca, contra Pedro Sarmiento y el Bachiller Marcos García de Mazarambros, llamado el Bachiller Marquillos, sobre la Zizaña que vertieron en Toledo contra los descendientes de la Nación Hebrea. C’est, semble-t-il, à la demande de Lope Barrientos que cette instruction condamnant les émeutes et mesures anti-conversos de Tolède a été rédigée immédiatement après les événements.

166 Nicolás López Martínez, « La biblioteca de D. Luis de Acuña en 1496 », Hispania, XX, 1960, p. 81-110.

167 Lope de Alarcón a rédigé son testament en 1472.

168 « Resulta de su examen que en tiempo de Don Enrique IV hubo persona habitante acia el medio dia de los montes Carpetanos que, hallando un exemplar del Sumario del Despensero, y persuadiendose que seria unico, se apropio esta obra […]. » (Ll., p. vi).

169 Mon analyse de la refonte, qui tendait jusqu’alors à opposer son légitimisme aux accusations de pétrisme dont elle a fait l’objet, a été sensiblement corrigée à la suite d’une suggestion du professeur Georges Martin le jour de la soutenance de mon habilitation à diriger des recherches. Cf. aussi sur ce point J.-P. Jardin, « Falsification de l’histoire et quête de légitimité dans l’historiographie trastamare », Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales, 29, 2006, p. 225-239.

170 Cette affirmation est prise pour argent comptant par Alonso Fernández de Madrid dans sa Silva palentina, op. cit., p. 26 (« escrivió la crónica del rey don Pedro, no la que paresce de molde ») et surtout p. 268-269.

171 Francisco de Castilla, Práctica de las virtudes de los buenos reyes de España en coplas de arte mayor, Murcie, 1518. L’allusion à Juan de Castro et à sa chronique se trouve au folio 14.

172 « Et c’est de cette façon que je rapporte que disparut d’Espagne cette histoire véridique, dont mon père a tiré tout ce qu’il dit ici du roi D. Pierre, car il l’a lue avant que le Dr. Carabajal [Carvajal] ne la fasse sortir de Guadalupe » (cité par Joaquín Guichot, Don Pedro Primero de Castilla. Ensayo de vindicación crítico-histórica de su reinado, Séville, Impr. Gironés y Orduña, 1878, p. 23).

173 BNM 3449, f. 8r°. Cette strophe est également citée par Juan-Bautista Sitges, Las mujeres del rey don Pedro I de Castilla, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1910, p. 31. L’auteur confond le titre de cette œuvre de Gracia Dei avec celui de la Summa de todos los reyes que han sido de España, qui est un autre de ses poèmes, également conservé dans ce manuscrit ; en revanche, le numéro erroné donné à cette strophe par Sitges (39) provient bien de BNM 3449.

174 Voir ce testament dans les appendices à l’édition de la chronique d’Ayala préparée par Zurita et reprise par Llaguno Amírola (éd. Sancha, p. 558-570, avec les commentaires de Zurita p. 570-573).

175 Voir sur toute cette affaire Nancy F. Marino, « Two spurious chronicles of Pedro el Cruel and the ambitions of his illegitimate successors », La Corónica, vol. 21, n°°2 (printemps 1993), p. 1-22.

176 Très curieusement, ce bâtard de Pierre Ier, né tardivement d’une Sévillane appelée Isabel, est cité dans le texte original de la refonte (V) comme l’un des fils de María de Padilla.

177 Manuscrit V, f. 42r°.

178 Benito Sánchez Alonso, Historia de la historiografía española, I. Hasta la publicación de la crónica de Ocampo (…-1543), Madrid, CSIC, 1947, 2e éd., p. 309-310 et note 30.

179 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004, p. 25.

180 Ces réflexions m’ont été suggérées par le professeur Francis Bezler le jour de la soutenance de mon habilitation à diriger des recherches.

181 « Hic sapientia est / qui habet intellectum conputet numerum bestiae / numerus enim hominis est / et numerus eius est sescenti sexaginta sex » (Biblia sacra […] vulgata, Apocalypsis Iohannis, 13, 18, p. 1895).

182 Si l’on retranche 676 à 1390, on trouve effectivement 714 (date proposée pour le début du règne de Pélage dans notre somme), et 724 si l’on retranche 666.

183 Pensons aux « quarante rois qui ont fait la France » si souvent revendiqués par le courant monarchiste de notre pays.

184 « Et c’est pourquoi il convient fort aux rois de faire lire devant eux, continûment, les chroniques et les histoires des grands hommes passés, aussi bien des méchants que des bons, pour que l’infamie et le châtiment des méchants les conduisent à rejeter de semblables faits et à s’en écarter, et que la gloire, la renommée et la récompense des bons leur apportent le désir d’être semblables et pareils à ceux-ci » (Diego de Valera, Doctrinal de Príncipes, in Prosistas castellanos del siglo XV, Mario Penna [éd.], Madrid, Atlas [BAE 116], 1959, I, p. 186).

185 Nous n’utilisons pas ce concept avec le sens précis qu’il peut avoir pour les linguistes, mais par commodité, pour l’opposer à la « macrostructure » ou structure globale de l’œuvre.

186 Voir Jean-Pierre Jardin, « Comment justifier l’injustifiable. La Suma de Reyes du grand dépensier », CLHM, 23, 2000, p. 363-381.

187 Voir par exemple PCG, II, p. 520b.

188 C’est ce qui apparaît dans le ms. BNF esp. 12, f. 28v°b.

189 Manuscrit H.

190 PCG, II, chap. 597, p. 340a.

191 « El infante Carlos, el que llamaron Maynete, auiendo desamor con su padre el rey Pepino porque yua e se alçaua contra las justiçias e otras cosas quel padre fazie en-el reyno, el se vino para Toledo […] » (Vulgata, F. de Ocampo [éd.], f. ccixxr°). Sur l’élimination de toute référence à Carloman, frère de Charlemagne, dans la version critique, voir aussi Inés Fernández-Ordóñez, « El tema épico-legendario de Carlos Mainete : ejemplo de la transformación de la historiografía medieval hispánica entre los siglos XIII y XIV », in Jean-Philippe Genet (éd.), L’histoire et les nouveaux publics dans l’Europe médiévale (XIIIe-XVe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 89-112.

192 « E non quiso el rey de Françia otra cosa si non vn tabernac[u]lo que lleuo a-Sant Leonis [sic : lire Dionis], e pusolo en-la corona de Jhesu Chrispto de-las espinas » (texte de H, cf. infra). L’édition de Llaguno Amírola rétablit la logique de la phrase, en indiquant que c’est la couronne qui sera posée sur le tabernacle ; mais cette logique n’est pas celle du texte original de la somme, ni celle de sa source. Sur l’ensemble de cet épisode, cf. Georges Martin, « L’escarboucle de Saint-Denis, le roi de France et l’empereur des Espagnes », in Françoise Autrand, Claude Gauvard et Jean-Marie Moeglin (éd.), Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 439-462.

193 BNF esp. 12, f. 122v°.

194 Luis Filipe Lindley Cintra, « Sobre o Sumário de Crónicas até ao ano de 1368 da Biblioteca Real de Madrid », Boletim de Filologia, IX, 1948, p. 319. Dans l’édition d’Ocampo de 1541, cet épisode se trouve f. cccxcr°.

195 Le manuscrit ainsi désigné par Pidal et Diego Catalán est le manuscrit 2628 de la Bibliothèque universitaire de Salamanque, manuscrit mixte réalisé à partir de la version amplifiée et d’un autre texte non identifié, rédigé au XVe siècle et couvrant l’histoire de la Castille du règne de Ferdinand Ier à la fin de la Historia gothica du Tolédan (à l’origine, car il a depuis perdu son dernier folio).

196 L’évocation de la descendance de Blanche de Castille dans le Despensero, qui s’arrête à Philippe le Bel, laisse augurer une source première du début du XIVe siècle, non actualisée.

197 Ramón Menéndez Pidal, Crónicas Generales de España descritas por […]. Tercera edición con notables enmiendas, adiciones y mejoras, Madrid, s.e. (Blass y Cía), 1918, p. 197-199.

198 Aucun des deux chercheurs ne semble avoir repéré, en revanche, le résumé incomplet d’une chronique d’Alphonse XI qui sépare les deux sommes, résumé couvrant les années 1325-1339, mais rédigé de façon certaine après 1369 (Henri de Trastamare y est qualifié de « roi Henri »). Sur ce résumé, voir J.-P. Jardin, « Un résumé inédit de la chronique d’Alphonse XI », in Carlos Heusch (éd.), De la lettre à l’esprit. Hommage à Michel Garcia, Paris : éditions Manuscrit, 2009, p. 287-324. La somme S a été publiée par mes soins en 2008 dans le n°6 d’e-Spania (voir bibliographie).

199 L’erreur apparente sur la date de cet événement est surprenante dans un texte qui ne lui est que de quelques années postérieur. Peut-être l’auteur utilisait-il le calendrier français « ancien style » ?

200 Si cette hypothèse est avérée, nous serions alors en face d’un nouvel exemple du rétrécissement progressif de l’horizon politique des historiographes au cours du XIVe siècle : dans la partie qu’elle consacre aux royaumes contemporains, la chronique latine de Hinojosa (Escurial P.I.4) s’intéresse aussi bien aux royaumes extrapéninsulaires qu’à ceux qui coexistent sur le territoire hispanique ; la version de 1350-1357 se limite à ceux-ci ; la somme salmantine, enfin, ne s’intéresse plus au Portugal ni à la couronne d’Aragon. Aujourd’hui (2012), nous disposons de l’édition des deux textes castillans (J.-P. Jardin, « Sommes et chroniques castillanes du XIVe siècle », e-Spania, 6, décembre 2008, art. cité) et d’une partie de la chronique latine d’Hinojosa (Stéphanie Aubert, Les cronice ab origine mundi de Gonzalo de Hinojosa, op. cit.).

201 « Alguns dos reinados dos reis de Astúrias, Leão e Castela foram transcritos sem alteração do Sumário anterior. Citemos, como exemplo, os de Aurélio, Silo e mais adiante o de Afonso V » (L. F. Lindley Cintra, « Sobre o Sumário... », art. cité, p. 319).

202 Variante la plus proche de la leçon de S.

203 « De la parte de este sumario que comprende los reinados desde Pelayo hasta Alfonso V, copia mucho el Despensero de la reina Da Leonor […] en su compendio ; a partir de Fernando I, es ya mucho más extensa la obra de dicho Despensero » (R. Menéndez Pidal, Crónicas Generales..., op. cit., p. 198).

204 « Istum librum fecit sancius filius alfonsi martini cota. Quis furatus fuerit in patibulo suspendatur », « Ce livre a été fait par Sancho, fils d’Alfonso Martínez Cota. Celui qui le volera, qu’il soit pendu à l’échafaud » (Bibliothèque universitaire, Salamanque, ms. 2005, f. 152r°).

205 Francesillo de Zúñiga, Crónica burlesca del emperador Carlos V, Diane Pamp de Avalle-Arce (éd.), Barcelone, Crítica, 1981, p. 105 et p. 212, note 295. C’est l’éditeur qui dans cette note signale le lien de parenté existant entre ce Sancho Cota et le jurisconsulte tolédan dont le sort a été évoqué par Ángel J. Battistessa, « La biblioteca de un jurisconsulto toledano del siglo XV », Revista de la Biblioteca, Archivo y Museo [del] Ayuntamiento de Madrid, 7, 1925, p. 342-351.

206 Pedro Carrillo de Huete, Crónica del Halconero de Juan II, Juan de Mata Carriazo (éd.), Madrid, Espasa-Calpe, 1946, p. 511-512. Cf. aussi Eloy Benito Ruano, Los orígenes del problema converso, Madrid, Real Academia de la Historia (Clave historial, 31), 2001, 2e éd. revue et augmentée, p. 42-43.

207 « Quemaron las casas de Alonso Cota e las robaron, e aforcaron a Juan de Cibdad, despues de muerto de una saeta e a Fernando Alonso Salinero e a Alvaro de San Pedro e a otro » (Doctor de Toledo, Cronicón de Valladolid (1333-1539), fac-similé de l’éd. de Pedro Sáinz de Baranda, Valladolid, Grupo Pinciano, 1984, p. 19).

208 E. Benito Ruano, Los orígenes…, op. cit., p. 90.

209 Sur l’utilisation de la Crónica Fragmentaria par S’, cf. D. Catalán, La Estoria de España, op. cit., p. 171-172 et notes 71-72.

210 S’, f. 126v°-127r°.

211 Suit la datation de ce début de règne selon différents computs, que le Despensero ne reprend pas. On ne retrouve pas non plus dans notre texte l’erreur de la Crónica de Alfonso X sur le jour où le roi est arrivé au pouvoir, même si la date donnée est également erronée (29 mai dans la Crónica de Alfonso X, 30 mai dans le Despensero, au lieu de 1er juin).

212 Soysemela dans l’édition de la BAE. Dans tous les manuscrits du Despensero, ce nom a été laissé en blanc.

213 « Trezientas » dans le Despensero.

214 Crónica de Alfonso X, op. cit., p. 4-7. Nous avons supprimé l’accentuation moderne introduite par l’éditeur. En caractères romains, les informations non retenues par le grand dépensier – notamment la dernière phrase, très critique envers Alphonse X.

215 Comme dans le cas du Despensero, cette forme alterne dans les manuscrits avec la forme  « blasfamo ».

216 « Don Juan » dans le Despensero.

217 Crónica de Alfonso X, op. cit., p. 241-242. Mêmes remarques que pour la citation précédente.

218 « Et por que en-la coronica deste rey don Alfonso estan contados por menudo los grandes fechos e cosas muy grandes que el fizo en-el su tienpo e reyno, e las villas et los lugares que el de-los moros gano, et otrosi esta escripto las grandes discordias que el ouo con el [in]fante don Sancho, su fijo primero heredero, et con algunos de los otros ynfantes sus fijos ynfantes sus hermanos, e con-los otros señores de-Lara et de Vizcaya e de Alaua, e con algunos otros ricos omnes e caualleros de-los sus reynos, e ellos con-el, e para se poner todo ello segund paso, e en-la dicha su coronica se contiene por menudo, la escriptura seria grande para se poner todo ello por menudo en-este libro, <et> por ende se dexa de poner aqui » (ms. H).

219 Crónica de Sancho IV, in Crónicas de los reyes de Castilla, BAE 66, chap. II, p. 71.

220 Il s’agit du passage où le même Aben Yuçaf, recevant Alphonse X, cède au souverain castillan le siège le plus élevé parce qu’il est roi ab initio mundi alors que l’Arabe est un monarque « nouveau venu » (D-ed, chap. ccxliii ; CODOIN 106, p. 27).

221 Poema de Alfonso Onceno, Juan Victorio (éd.), Madrid, Cátedra, 1991, p. 209-214, strophes 916-944.

222 Gran Crónica de Alfonso XI, Diego Catalán (éd.), 2 vol., Madrid, Gredos, 1976, II, chap. cclXVI, p. 289-290.

223 García de Eugui (frère), Crónica d’Espayña, Aengus Ward (éd.), version castillane de Patricia Plaza Arregui, Pampelune, Gobierno de Navarra, 1999, p. 379. Cette version de la lettre, intitulée « Copia dela carta que imbio Galifa de Baldac al rey de Bella marin », s’étend de la p. 378 à la p. 380.

224 Par exemple Gutierre Díaz de Games, El Victorial, op. cit., p. 506-507 et p. 508, où cette association sert à justifier le coup d’état de Tordesillas.

225 Cité par José María Monsalvo Antón, La baja edad media en los siglos XIV-XV. Política y cultura, Madrid, Síntesis, 2000, p. 43.

226 Mercedes Vaquero, Tradiciones orales en la historiografía de fines de la edad media, Madison, HSMS, 1990, p. 76-80 et passim.

227 Aux particularités de ce récit relevées par M. Vaquero, il faut ajouter que Sancho y est enterré à Saint-Isidore de León alors que toutes les chroniques antérieures s’accordent pour le faire enterrer à Oña. Cette erreur est peut-être induite par les inhumations de Ferdinand Ier et d’Alphonse VI dans ce même monastère de Saint-Isidore.

228 Jean Froissart, Chroniques, publiées pour la Société de l’Histoire de France par Siméon Luce, tome septième (1367-1370), Paris, veuve J. Renouard, 1878, p. 47-48 ; nous soulignons.

229 Lettre de Pierre Ier du 15 avril 1367, citée dans P. López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, Madrid, Atlas, 1953 (BAE 66), p. 559, note 2 ; même remarque que dans la note précédente.

230 Ibid., deuxième année, chap. VI.

231 « L’écusson de neige, frappé d’aigle noire / Prise dans un lacs couleur de braise ardente, / Voilà l’inventeur de ce sacrilège. / Le mauvais Nid en fut l’exécuteur » (Geoffrey Chaucer, Les contes de Canterbury, présentation et traduction nouvelle d’André Crépin, Paris, Gallimard, 2000, p. 502). Les armes de Du Guesclin étaient « d’argent à l’aigle éployée de sable becquée et membrée de gueules au baston de mesme brochant à dextre sur le tout » ; quant au « mauvais nid », cet « Olivier-Ganelon d’Armorique » dont parle l’auteur quelques vers plus loin, c’est évidemment Olivier de Mauny.

232 La Chanson, comme le récit de Froissart, exonère Du Guesclin de toute responsabilité dans l’arrestation du roi, mais elle attribue au Breton la décision de fausser le combat au corps à corps qui s’ensuit : c’est lui qui aurait demandé au Bastart d’Amiens de tirer Henri par la jambe pour le dégager.

233 Juan Carlos Conde, « Una lanza por la existencia de una historiografía petrista sojuzgada : ecos y rastros en la historiografía del cuatrocientos castellano », in Actas del VI Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval (Alcalá de Henares, 12-16 de septiembre de 1995), Alcalá, Universidad, 1997, p. 511-522 ; du même auteur, voir aussi La creación de un discurso historiográfico en el cuatrocientos castellano : Las Siete edades del mundo de Pablo García de Santa María (estudio y edición crítica), Salamanque, Ediciones Universidad (Textos recuperados, XVIII), 2000, p. 102-105.

234 « La vergüença no es hermosa / sino digalo Auiñon » (BNM 3449, f. 8r°, strophe consacrée à Henri II).

235 « No sé con qué fundamento el autor del compendio de las historias de Castilla escribe que el rey don Enrique tomó quanto oro en moneda se halló en los cambios de Aviñón, en una suma tan excesiva que hace tenerlo por mayor ficción » (J. Zurita / E. Llaguno Amírola, in P. López de Ayala, Crónica del rey don Pedro, op. cit., p. 579).

236 « On sait qu’en passant près d’Avignon, Du Guesclin, manquant d’argent pour payer ses troupes, rançonna le pape et sa cour. Cette extorsion était nécessaire ; mais je n’ose prononcer le nom qu’on lui donnerait si elle n’eût pas été faite à la tête d’une troupe qui pouvait passer pour une armée » (Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, Paris, Garnier, 1878, II, p. 31).

237 Certains chapitres du Victorial consacrés à la guerre franco-anglaise, qui reprennent des informations également présentes dans les chroniques d’Ayala, sans pour autant en dériver directement, donnent à penser qu’un récit de cette guerre, très « libre » dans sa présentation des faits, a pu circuler en Castille à cette époque (Gutierre Díaz de Games, El Victorial, op. cit., p. 349-355 et 398-411). Il n’y a aucune raison pour que ce récit fût une chronique de Castille.

238 Ce récit se trouve entre les strophes ccxcv et cccv de l’ouvrage de Cuvelier ; cf. E. Gaucher, La biographie chevaleresque…, op. cit., p. 622.

239 La première traduction de la chanson a été publiée à Abbeville en 1487, sous le titre de Triompho de los nueve de la fama y vida del Beltran de Claquin, condestable de Francia, traducida del frances por Antonio Rodriguez, en Lisbona, Gallarde (ibid., p. 609, note 4).

240 N’oublions pas non plus l’existence de l’ouvrage de Jean Chandos, dit le héraut Chandos, La vie du prince noir, Diana B. Tyson (éd.), Tübingen, Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, 147, 1975, dont la rédaction remonte à 1385.

241 Sur ce sujet, cf. J.-P. Jardin, « Falsifications de l’histoire… » (art. cité).

242 « […] e puso su batalla a dos leguas dende en una plaza que de las dos partes era llana, e de las otras dos partes avia dos valles » (Pero López de Ayala, Crónica de Juan I, septième année, chap. XIII, in idem, Crónicas, J.-L. Martín (éd.), Barcelone, Planeta, 1991, p. 595-596) ; « E asi fue, segund que algunos avian rescelo, que las dos alas de la batalla del rey non pudieron pelear, que cada una dellas fallo un valle que non pudo pasar » (ibid., chap. xiv, p. 601).

243 « Comenzó el infeliz caballero a sentir ya en público su deshonra, sacándole como de juicio el mucho sentimiento, porque al paso que quiso ser sufrido, haciendo gala el agravio, pudo imaginarse locura poner por plumaje en el sombrero unos cuernos de oro, pregoneros de su afrenta » (C. Lozano, Historias y leyendas, op. cit., I, p. 204).

244 Le dernier éditeur de Lozano précise que « [su] biblioteca […] era importantísima y muy popular y estimada por sus contemporáneos. Actualmente se ignora su paradero » (ibid., p. xXIII).

245 J.-P. Jardin, « Le roi anecdotique… », art cité.

246 Voir Ron Barkai, introduction à Yolanda Moreno Koch, Dos crónicas hispanohebreas del siglo XV, Barcelone, Riopiedras Ediciones, s.d. [1992 ?], p. 9-16.

247 Eliahou Capsali, Chronique de l’expulsion (Seder Eliahou Zouta), présentation, traduction et annotation par Simone Sultan-Bohbot, Paris, Les Éditions du Cerf, 1994, p. 119-120. L’éditrice relève en notes les nombreuses réminiscences bibliques de ce récit.

248 J.-P. Jardin, « Le roi anecdotique… », art. cité, p. 235-239.

249 « Le roi, assis sur le trône de justice, disperse par ses regards tous les malfaiteurs » (Proverbes, 20-8).

250 Manuscrit V, f. 57v°-58r°.

251 Ms. Palacio II/3009 (ca. 1463), seul représentant de la traduction de Juan de Villafuerte reprenant du projet initial de Cartagena l’idée de portraits accompagnant le texte, même si l’idée d’arbre généalogique est en revanche abandonnée. Ce portrait est ainsi décrit par Joaquín Yarza Luaces, « La imagen del rey y la imagen del noble en el siglo XV castellano », in Adeline Rucquoi (coord.), Realidad e imágenes del poder. España a fines de la edad media, Valladolid, Ámbito, 1988, p. 277 : « Enrique III se sienta en un trono con baldiquino, tocado con un sombrero-corona, mientras porta una gran espada. Pese al frontalismo aparentemente solemne en que se le coloca, su mano agarra una columnilla del baldaquino. »

252 « On peint ce prince assis sur une chaise avec un habit solennel pour donner à entendre l’autorité dont il fit preuve dans le gouvernement de ses royaumes, et une épée à la main, qui signifie la guerre qu’il mena dans ses royaumes. » Ce texte est repris en l’occurrence du manuscrit esp. 141 de la BNF.

253 C’est en théorie chaque semaine que le souverain rend justice, présidant sa propre audience, assis sur son trône à l’extérieur de son palais. Cette pratique, approuvée à l’époque de Jean Ier, est réclamée périodiquement par les cortès ultérieures, qui constatent son application occasionnelle mais insuffisante.

254 « Las sentencias de la Audiencia se emitían en nombre del rey, pero la institucionalización de la Audiencia representa el triunfo de la despersonalización del rey en la administración central de justicia. Es verdad que los procuradores de las ciudades habían pedido en las Cortes de Pedro I de 1351 que el monarca en persona celebrase dos audiencias semanales para oír las quejas de la gente y juzgar allí mismo […]. Ya se le había pedido a Alfonso XI y se sabe que a veces algunos reyes ejercitaron esta forma de justicia salomónica directa, o más bien, podríamos decir, de propagandística escenografía populista. […] tales propuestas pertenecían más bien a una especie de imaginario popular que evocaba la figura del “buen rey” impartiendo justicia a cada cual y con ecuánime talante » (J. M. Monsalvo Antón, La baja edad media…, op. cit., p. 41).

255 J. O’Callaghan, El Rey Sabio…, op. cit., p. 252.

256 PCG, II, chap. 1019, p. 702a.

257 Ibid., chap. 1020, p. 703b.

258 S, f. 99v°-100r°.

259 Voir par exemple le manuscrit esp. 141 de la BNF, f. 51v°.

260 Sur ces différentes versions d’un même miracle, voir J.-P. Jardin, « Rodrigue Jiménez de Rada comme auctoritas : les sommes de chroniques générales du XVe siècle », CLCHM, 26, 2003, p. 295-307 et particulièrement p. 297-298.

261 Diego Catalán, Siete siglos de romancero, op. cit., p. 46-49.

262 Une autre « prosification » possible à la fin de l’épisode est citée par M. Vaquero, Tradiciones…, op. cit., p. 90.

263 Le texte de cette chanson, reconstitué par Dutton, est donné en annexe.

264 Voir Romancero, Paloma Díaz-Mas (éd.), étude préliminaire de Samuel G. Armistead, Barcelone, Crítica, 1994, p. 163-167.

265 Recueilli par Samuel G. Armistead, ce romance a été mis en musique et enregistré par les productions Saga (Raíces. Cantos tradicionales judeo-españoles, vol. 2, Madrid, 1987).

266 J.-P. Jardin, « Le roi anecdotique », art. cité.

267 Rois, I, 1, notamment versets 35 et 46.

268 « Este bien auenturado rey vençio al rey de Nauarra e al infante don Enrrique açerca de Olmedo, e los echo fuera del reyno. »

269 « Esto acabado, el rey de Françia enbio sobre treynta mill conbatientes en socorro del rey de Portogal, non curando de-la hermandad que tenia con los reys de Castilla. »

270 « En-este tiempo, el rey don Ferrando se llamo rey de Castilla e de Portogal. »

271 C’est le cas d’une somme de chroniques anonyme adressée au roi Ferrant Ier de Naples en 1493 : « Y la vitoria desta batalla yo non sabria determinar quien la ovo segund la relaçion que de vna parte e de otra se faze, porque los portogueses dizen que syn enbargo que su rey y la haz en que estava fuesse desbaratada, su prinçipe, hijo del dicho rey, quedo en el canpo e fue vençedor de la batalla […] por lo qual en Portogal cada año en el dia que fue la batalla fazen fiesta e proçesyon solene como vitoriosos » (BNF esp 110, f. 30r°).

272 Philippe de Commynes, Mémoires, introduction, édition, notes et index de Joël Blanchard, Paris, Le Livre de Poche (Lettres gothiques), 2001, p. 667.

273 « En su tiempo deste veno el conde de Fox de Françia e tomo a Calahorra e la destruyo. Despues vinieron los vezinos della e asoldadaron a gentes e vinieron sobre la çibdad e ganaronla con ayuda del noble cauallero Juan Remirez de Arellano, el qual dio al señor Alfonsso de Arellano su fijo con toda su casa, e assy a sus dispenssas tornaron los vezinos de la dicha çibdad a-la corona real de Castilla e a-sus casas. »

274 Hilario Casado, Señores, mercaderes y campesinos. La comarca de Burgos a fines de la Edad Media, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1987, p. 449-450.

275 Par ailleurs, Acuña et Sarmiento semblent également apparentés (au XVIe siècle, les comtes de Gondomar sont des Acuña de Sarmiento).

276 « E el rey de Portogal entro en Castilla con todo su poder con ayuda de çiertos caualleros de Castilla e vino a-la çibdat de Toro la qual le dio vn cauallero que se dizia Juan de Vlloa que la tenia en guarda / el qual degollo despues este rey de Portogal » (nous soulignons).

277 « [...] e porque aquel Juan de Ulloa que había entregado la cibdad de Toro era muerto, el qual murió sópitamente... » (F. del Pulgar, Crónica..., op. cit., I, p. 258).

278 « En este tienpo, Juan de Ulloa murió ; algunos dizen que de gordo, otros afirman que de yervas que le fueron dadas : como quiera que aya seido, la muerte suya fue muy conforme a su vida » (D. de Valera, Crónica de los Reyes Católicos, op. cit., p. 53).

279 Pour un autre exemple de rumeurs propagées à la suite d’une mors repentina, cf. J.-P. Jardin, « El rey, la muerte y el diablo. Un relato de aparición diabólica relacionada con la muerte de Juan I de Castilla (1390) », in Typologie des formes narratives brèves au Moyen Âge (domaine roman) II. Colloque international, Madrid, Casa de Velázquez, 20-21 mars 2000, Crisol nouvelle série, n° 4, 2000, p. 231-241.

280 Luis Suárez Fernández, Enrique IV de Castilla. La difamación como arma política, Barcelone, Ariel, 2001, p. 528.

281 Isabelle s’installe à Ségovie le 16 février 1474, et Henri meurt le 12 décembre de la même année.

282 Voir José Amador de los Ríos, Historia de los judíos de España y Portugal – Tomo II : desde el siglo XIII hasta principios del siglo XV, Madrid, Turner, 1984, p. 232-234. L’auteur y étudie brièvement la vie et la carrière de celui qu’il appelle « Abraham Aben-Zercer ou Zarzal ». Haïm Beinart, Los judíos en España, Madrid, MAPFRE, 1992, p. 168, fait lui aussi allusion à l’arrivée en Castille de cet homme, qu’il appelle quant à lui « el astrónomo y médico granadino Aben Zarhel ».

283 Ibn Khaldûn, Le voyage d’Occident et d’Orient, traduit de l’arabe et présenté par Abdesselam Cheddadi, Paris, Sindbad, 1980 [rééd. : Actes Sud, 1995], p. 91. L’auteur évoque plus loin Ibn Zarzâr comme l’un des astrologues ayant prédit « dans une de ses lettres » pour l’an de l’Hégire 784 [1382] l’avènement « d’un grand rebelle dans la région du nord-est » qui « possédera la plus grande partie du monde », identifié à Tamerlan (1336-1405) (ibid., p. 233).

284 Béatrice Leroy, L’expulsion des juifs d’Espagne, Paris, Berg, 1990, p. 42.

285 « Este dezir fizo don Mossé, çurgiano del rey don Enrique, quando nasçio el rey nuestro señor en la çibdat de Toro » (Cancionero de Juan Alfonso de Baena, p. 278-279).

286 « Su estatura era pequeña, su tez pálida y macilenta : brillaban sus ojos en su oscuro semblante con dos carbunclos en medio de las tinieblas de la noche, y era la expresión de toda su persona malignidad y avaricia ; su mano descarnada y su barba larga le daban cierto aire de adusta gravedad » (Mariano José de Larra, El doncel de Don Enrique el Doliente, José Luis Varela [éd.], Madrid, Cátedra, 1984, p. 179).

287 « Con tu licencia, señor, mi padre Abrahem Abenzarsal era ya físico del rey don Pedro el Cruel » (ibid., p. 181).

288 Luis Suárez Fernández, Judíos españoles en la Edad Media, Madrid, Rialp, 1988, p. 194. Pour l’auteur, les deux modèles utilisés par Ayala dans son Rimado ont été Samuel Ha-Lévy et celui qu’il appelle « el médico Abraham ibn Çarça ». Cette affirmation va à l’encontre de l’opinion exprimée par José Amador au siècle dernier.

289 Voir J. B. Sitges, Las mujeres del rey don Pedro I de Castilla, op. cit., p. 54-55.

290 Luis Salazar y Castro, Historia genealógica de la casa de Lara, 4 t., Madrid, 1696, t. I, p. 422. Sur les Rojas, voir aussi Jean-Pierre Jardin, « Heurs et malheurs d’un lignage castillan : les Rojas, du xive au xviie siècle », in : Michel Bertrand (éd.), Pouvoirs des familles, familles de pouvoir. Actes du colloque des 5-7 octobre 2000, Toulouse : CNRS – Université de Toulouse-Le Mirail (collection Méridiennes), 2005, p. 377-388.

291 L’identification de la femme de Diego de Rojas à la « riche-femme » Aliénor de Alburquerque repose sur la chronique d’Ayala, mais elle est critiquée par F. Suárez Bilbao, Enrique III – 1390-1406, op. cit., p. 72 et p. 276, note 13. Voir une autre version de l’assassinat de Diego ou Día Sánchez, très romancée, dans Lope García de Salazar, Las bienandanzas e fortunas, éd. du texte complet par Ángel Rodríguez Herrero, 4 vol., Bilbao, Diputación de Vizcaya, 1967, III, lib. XVIII, p. 318-319 ; dans cette version, Diego de Rojas est marié à une sœur bâtarde (anonyme) d’Aliénor.

292 Sur ce point, cf. J.-P. Jardin, « Comment justifier l’injustifiable », art. cité.

293 Si l’on considère en général qu’Amusco (Palencia) est très tôt devenu le lieu de résidence principal de la famille et son véritable solar, Isar (Burgos) n’en est pas moins qualifié dans le Libro Becerro de las Behetrías de « cámara de los Manrique » (cf. Rosa María Montero Tejada, Nobleza y sociedad en Castilla. El linaje Manrique (siglos XIV-XVI), Madrid, Caja de Madrid, [Marqués de Pontejos, 12], 1996, p. 33).

294 Rojas (berceau probable de la famille) et Poza (dont Juan Rodríguez devient seigneur dès 1298) sont deux villes de la Bureba ; seule Monzón de Campos, au nord de Palencia, se trouve loin de cette zone, mais les Rojas n’en deviennent seigneurs que sous Henri II. Une branche du lignage est installée à Santa Cruz de Campezo, à la frontière de l’Álava et de la Rioja, mais Sancho Sánchez n’en fait pas partie.

295 L. Salazar y Castro, Historia genealógica de la casa de Lara, op. cit., I, p. 422.

296 José Antonio García Luján (éd.), Judíos de Castilla (siglos XIV-xv). Documentos del Archivo de los Duques de Frías, Cordoue, Universidad, 1994.

297 B. Guenée, Histoire et culture historique…, op. cit., p. 248 et suiv.

298 Ibid., p. 255.

299 Ibid., p. 366.

300 Ibid., p. 354.

301 Cette remarque vaut tout particulièrement pour F. Mais P lui-même ne présente pas la totalité des passages propres à la refonte (prologue, règnes de Ramire Ier et de Sanche II).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2. STEMMA CODICUM
URL http://e-spanialivres.revues.org/docannexe/image/487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », in Suma de Reyes du Despensero, Paris, CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 4), 2013, [En ligne], Mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/487

Haut de page