Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Prologue à la Deuxième partie

Texte intégral

1Suit la deuxième partie de ce livre, qui traite des empereurs et des rois et des autres grands seigneurs qui doivent maintenir sur terre la justice et la vérité.

Prologue

2La foi catholique de notre Seigneur Jésus-Christ, nous avons montré dans la première partie de ce livre comment il faut y croire, l’honorer et la garder. Et c’est droite raison, car Dieu est premier et il est début, milieu et fin de toute chose. Nous avons également traité dans cette partie des prélats et de tout le clergé, qui sont placés là pour y croire et la garder en eux-mêmes et pour montrer aux autres comment y croire et comment la garder. Mais, si ces hommes sont tenus de faire ce que nous avons dit, la foi, cependant, ne doit pas être gardée seulement de ses ennemis manifestes, de ceux qui ne croient pas, mais aussi de mauvais chrétiens hardis qui ne s’y soumettent pas et ne veulent ni s’y tenir ni la respecter, et comme c’est là quelque chose qu’il faut interdire et châtier cruellement – ce que ces hommes ne peuvent pas faire, leur pouvoir étant spirituel, et donc plein de pitié et de merci – notre Seigneur Dieu a placé par conséquent sur terre un autre pouvoir, celui-là temporel, pour accomplir cette tâche de même qu’Il a voulu que la justice soit exercée sur terre par la main des empereurs et des rois. Et ce sont là les deux épées sur quoi repose le monde : la première spirituelle, et l’autre temporelle. L’épée spirituelle tranche les maux cachés et l’épée temporelle, les maux manifestes.

3Ces deux épées, notre Seigneur Jésus-Christ en a parlé le jeudi de la Cène lorsque, pour les mettre à l’épreuve, il demanda à ses disciples s’ils avaient des armes pour le protéger de ceux qui viendraient le chercher. Ceux-ci lui dirent qu’ils avaient deux glaives, et lui, qui savait tout, leur répondit que c’était assez. Et cela suffit, en effet, car tout le châtiment de l’homme s’y trouve renfermé, au spirituel comme au temporel. C’est pourquoi ces deux pouvoirs s’associent à la foi de notre Seigneur Jésus-Christ pour rendre complète justice : à l’âme et au corps. La droite raison veut donc que ces deux pouvoirs soient toujours accordés l’un avec l’autre de sorte que chacun aide l’autre de son pouvoir. Car celui qui entrerait en désaccord avec l’autre irait contre ce que Dieu commande et la foi et la justice s’en trouveraient forcément affaiblies et, si cela arrivait, la terre ne pourrait rester bien longtemps en bon ordre et en paix.

4Ainsi donc, puisque dans la première partie de ce livre nous avons traité de la justice spirituelle et des choses qui en relèvent ainsi que l’a ordonné notre sainte Eglise, il convient que nous traitions dans cette seconde partie de la justice temporelle et de ceux à qui il appartient de s’en charger. Nous parlerons d’abord des empereurs et des rois, qui sont les personnes les plus nobles et les plus honorables et à qui revient cette charge plus qu’aux autres hommes, et ensuite des autres grands seigneurs. Nous montrerons quels ils doivent être, comment ils doivent tenir en ordre leurs terres et leurs royaumes, comment ils doivent se servir et tirer profit des biens qu’ils procurent, quels ils doivent être envers leurs peuples et leurs peuples envers eux. Et nous traiterons par la suite de chacun de ces points en son lieu, selon que l’ont fait les sages pleins d’entendement et comme il convient qu’en droite raison cela soit fait et gardé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Prologue à la Deuxième partie », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/65

Haut de page