Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre II. Comment le roi doit être dans la connaissance, l’amour et la crainte de Dieu

Texte intégral

1La connaissance véritable de Dieu est la première chose que, de droit, toute créature douée d’entendement doit avoir et bien que cette connaissance soit propre aux hommes parce que tous sont doués de raison et d’entendement, parmi eux, les empereurs, les rois et les autres grands seigneurs qui ont à gouverner les terres et les gens avec un entendement fondé sur la raison et selon un droit inspiré par la justice, doivent l’avoir plus encore. Et comme ils ne pourraient pas avoir toutes ces choses sans Dieu, il convient qu’ils Le connaissent, et que Le connaissant, ils L’aiment et que L’aimant, ils Le craignent et sachent Le servir et Le louer. C’est pourquoi, comme dans le titre précédent nous avons traité des empereurs, des rois et des grands seigneurs et avons dit pourquoi ils sont ainsi appelés et pourquoi il convenait qu’ils fussent, nous voulons dire ici comment le roi doit connaître Dieu et pour quelles raisons. Et aussi comment il doit L’aimer, Le craindre, Le servir et Le louer ; dans chacune des lois de ce titre, nous dirons combien il est bénéfique que le roi agisse ainsi et combien il est préjudiciable qu’il ne le fasse pas.

Loi I. Comment le roi doit connaître Dieu et pour quelles raisons

2L’esprit de l’homme ne peut connaître parfaitement quelle chose est Dieu selon nature : la plus grande connaissance qu’il peut avoir de Lui, c’est en considérant les œuvres merveilleuses qu’Il a accomplies et qu’Il accomplit chaque jour. Ainsi, les hommes peuvent comprendre que Dieu est le commencement, le milieu et la fin de toute chose, qu’Il maintient chaque chose dans l’état dans lequel Il a ordonné qu’elle soit, que toutes sont contenues en Lui et ont besoin de Lui alors que Lui n’a pas besoin d’elles. Ils peuvent aussi comprendre qu’Il peut changer toutes les choses à chaque fois qu’Il le veut, selon Sa volonté, sans qu’Il subisse ni changement ni altération d’aucune sorte. Le roi doit aussi connaître Dieu par la croyance comme l’ordonne la foi catholique de la Sainte Église, ainsi que nous l’avons montré dans la première partie de ce livre. En effet s’il ne Le connaissait pas de cette façon, il ne pourrait pas non plus comprendre son propre nom, ni les lieu et place qu’il occupe comme roi pour faire justice et droit.

Loi II. Comment le roi doit servir et louer Dieu

3Le roi ne pourrait pas être aussi bon qu’il doit l’être s’il n’aimait pas Dieu par-dessus toutes les choses du monde, et en particulier pour Sa grande bonté. En effet la générosité, la mesure et la miséricorde de Dieu sont parfaites ; Sa grandeur est telle qu’Il donne à toute chose ce qui lui est nécessaire et à chacune d’elles ce qui lui convient. C’est pourquoi notre Seigneur Jésus-Christ a dit que la générosité de Dieu est si grande qu’Il fait lever le soleil sur les bons comme sur les méchants et tomber la pluie sur les justes comme sur les pécheurs. En outre, Il est mesuré, car Il fait toutes les choses de façon ordonnée et raisonnable, de sorte qu’il n’y a en elles ni excès ni manque. Le roi Salomon a dit à ce propos que la bonté de Dieu a donné à toutes les choses un certain nombre, un certain poids et une certaine mesure. Il est si miséricordieux que, dans sa bonté, Il a fait le monde avec toutes les choses qu’il contient et Il les maintient en donnant à chacune d’elles ce qui lui convient pour qu’aucune ne périsse ni se perde. De plus, il ne fait pas payer aux hommes les fautes qu’ils commettent comme Il pourrait le faire et comme ils le mériteraient, eux, mais Il leur pardonne, pourvu qu’ils reviennent à Lui en se repentant de tout leur cœur. En effet, leurs péchés ne pourront jamais être nombreux au point de surpasser Sa grâce et Sa miséricorde, comme Il l’a dit Lui-même à Moïse quand Il l’envoya auprès de Pharaon et lui fit dire de laisser le peuple d’Israël se rendre au désert pour offrir des sacrifices. Moïse lui demanda ce qu’il devait répondre si on lui demandait qui était le Dieu qui ordonnait cela et Il lui ordonna de dire que c’était le Dieu qui exigeait réparation des fautes commises par les hommes contre Lui jusqu’à la troisième génération, et qui pardonnait sans fin. Et même sans tout cela, les rois doivent L’aimer pour les biens immenses qu’ils reçoivent de Lui, ainsi qu’il en est du grand honneur qu’Il leur fait en voulant qu’ils soient appelés rois, car tel est leur nom, et pour le lieu où Il les établit pour faire justice, pouvoir qui est expressément le Sien et également pour le peuple qu’il leur donne de gouverner, ce qui est une œuvre bien connue de Sa miséricorde. Aussi le roi qui connaît véritablement Dieu, qui L’aime pour Sa grande bonté et Le craint à la mesure de Son grand pouvoir est-il un chrétien accompli, car c’est par la connaissance qu’il aura de Dieu qu’il croira en Lui et Lui fera confiance. En L’aimant, il s’efforcera de toujours Lui plaire et en Le craignant, il se gardera de Le contrister ou de faire quoi que ce soit qui lui fasse perdre Son amour. Le roi qui agira ainsi, notre Seigneur Dieu fera donc en sorte qu’il soit connu, aimé et craint à bon droit par les siens et que lui soit donné ensuite dans l’autre siècle le paradis, qui est un bien incomparable et un honneur immense qui surpasse tous les autres. Et celui qui en raison de ses péchés n’aura pas agi ainsi recevra de Dieu le contraire de tout cela ; sa peine sera plus lourde que celle de tout autre homme, conformément au grand amour que Dieu lui a montré en lui donnant honneur et pouvoir.

Loi III. Comment le roi doit être en lui-même et premièrement comment doivent être ses pensées

4Il est naturellement admis que l’homme ne peut aimer aucune chose parfaitement s’il ne la craint pas. Et la crainte qu’il en éprouve est de deux sortes ; l’une qui le conduit à agir de manière à ne pas perdre cette chose et l’autre de manière à n’en recevoir aucun préjudice. Et si les hommes ont cette crainte des choses temporelles, ils doivent avoir plus encore la crainte de Dieu et à plus forte raison les rois, car ils jouissent de la prédilection divine. Les rois doivent craindre de faire quoi que ce soit qui puisse les priver de l’amour et de la grâce de Dieu ou qui provoque Sa colère, au point qu’Il ait à prendre vengeance d’eux. Le roi qui craindra Dieu de cette façon Le connaîtra et L’aimera véritablement. Il ne suffit pas en effet au roi de se contenter de connaître et aimer Dieu : en plus de Le connaître et de L’aimer, il a besoin également de Le craindre ; d’abord, parce qu’Il est puissant, ensuite, parce qu’Il est justicier. Il a aussi besoin de Le craindre parce qu’il est tenu de Lui rendre des comptes en ce monde et en l’autre, vu qu’il occupe ses lieu et place sur terre. Outre cela, c’est chose fort droite que le roi, de la même façon qu’il veut être craint des siens, craigne lui-même Dieu. Le roi David, dans le psautier, a montré que les rois doivent agir ainsi quand il a dit que le commencement de la sagesse est la crainte de Dieu et il tenait cela pour une si bonne chose qu’il a dit ailleurs « Que les saints craignent Dieu, car rien ne manque à ceux qui Le craignent ». Cette parole convient bien aux rois en raison du saint lieu qu’ils occupent pour rendre justice, faire miséricorde et soutenir la vérité entre les hommes, car toutes ces choses sont très saintes et très aimées de Dieu. Quand les rois craindront Dieu ainsi, rien ne leur manquera pour accomplir tout le bien qu’ils voudront faire. De plus, évoquant le pouvoir de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ a dit que l’homme ne doit pas seulement craindre ceux qui ont le pouvoir de tuer les corps mais aussi Celui qui a le pouvoir de faire périr les corps et les âmes dans le feu de l’enfer. Et une autre raison pour laquelle les rois doivent craindre grandement Dieu est que leur volonté est au pouvoir de Dieu, plus encore que celle des autres hommes, du fait des grandes choses qu’ils doivent accomplir. Le roi Salomon a dit à ce propos que les cœurs des rois sont dans la main de Dieu et qu’Il en fait ce que bon lui semble. On montre donc ainsi que notre Seigneur a grand pouvoir sur les rois, puisqu’Il change leur volonté en ce monde et que dans l’autre, il les châtie comme bon lui semble. Par conséquent il convient, de toute façon, que les rois craignent Dieu, car s’ils ne Le craignent pas, ils ne Le connaîtront pas et ne L’aimeront pas d’un amour véritable, et en ne L’aimant pas, ils ne Le craindront pas et ne pourront pas se garder de Le contrister. Ils failliront ainsi de toutes les façons dont nous avons parlé plus haut aux obligations qu’ils ont envers Lui et le châtiment que Dieu leur infligera sera plus sévère que celui des autres hommes ; déjà en ce monde, Il leur fera payer leurs fautes et dans l’autre, il les punira comme des serviteurs qui méconnaissent le bien qu’ils ont reçu de leur maître et ne savent ni l’aimer pour la grâce qu’il leur fait ni le craindre pour sa grande justice et son grand pouvoir.

Loi IV. Comment le roi doit servir et louer Dieu

5Tous les hommes, et plus encore les rois, doivent servir et louer Dieu, comme la créature son créateur. Les rois doivent Le servir de deux manières : premièrement, en maintenant la foi et les commandements et en poursuivant les ennemis de la foi, en honorant et en protégeant les églises, leurs droits et leurs serviteurs ; deuxièmement, en gardant et en gouvernant les peuples et les nations dont Dieu les a faits seigneurs pour faire justice et droit en ses lieu et place. Ils doivent également louer Son saint nom pour le grand bien et le grand honneur qu’ils ont reçus de Lui, car selon les sages et les anciens, ceux qui reçoivent de notre seigneur des dignités plus élevées et des dons plus importants, sont plus que les autres tenus de Le louer et de Le servir. Ils doivent Le louer par leur volonté et par leurs paroles en tout temps, que les choses leur adviennent droitement, comme ils le veulent, ou d’une autre manière. En agissant de la sorte, ils montrent qu’ils ont connaissance du bien et de la grâce qu’ils reçoivent de Dieu ; ainsi, les gens de leur royaume prennent exemple sur eux. Dieu guide aussi la volonté des gens de leur seigneurie pour qu’ils les servent avec loyauté, les louent et leur soient agréables en faisant le bien. Et pour toutes ces raisons, Dieu donne aux rois, par-dessus tout, une bonne récompense dans l’autre siècle. S’ils ne se comportent pas ainsi, ils reçoivent le contraire de tout cela dans ce siècle comme dans l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre II. Comment le roi doit être dans la connaissance, l’amour et la crainte de Dieu », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/67

Haut de page