Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre III. Comment le roi doit être en lui-même et, tout d’abord, comment doivent être ses pensées

Texte intégral

1Selon nature, l’homme possède trois choses : la première est la pensée, par laquelle il examine les choses qu’il doit faire ; la deuxième, la parole, par quoi il manifeste ces choses ; la troisième, ce par quoi il peut agir pour accomplir ce qu’il a envisagé par la pensée. C’est pourquoi, comme dans le titre précédent nous avons traité de la manière dont le roi doit se comporter à l’égard de Dieu, nous voulons dire ici comment il doit être en lui-même et comment doivent être ses pensées. Nous montrerons ce qu’est la pensée, pourquoi elle porte ce nom, d’où elle procède, comment elle doit être formée et sur quoi elle doit porter pour engendrer le bien. Dans chacune des lois de ce titre nous démontrerons le tort que cause la pensée lorsqu’elle n’est pas formée comme il se doit.

Loi I. Ce qu’est la pensée et pourquoi elle porte ce nom

2La pensée est le soin avec lequel les hommes examinent les choses qui sont passées, immédiates et à venir. Et elle porte ce nom parce que c’est par elle que l’homme pèse toutes les choses qui troublent son cœur.

Loi II. D’où procède la pensée et comment elle doit être formée

3La pensée procède du cœur de l’homme ; elle doit être libre de toute colère, de toute tristesse exagérée ou de tout excès de convoitise ; elle ne doit pas davantage céder à l’emportement mais doit s’établir sur la raison et porter sur des choses qui sont profitables et qui préservent du mal. Et, pour que cela puisse se faire au mieux, les sages ont dit qu’il était nécessaire que le roi garde son cœur de trois manières : la première, en le détournant de la convoitise et en ne courant pas après des honneurs excessifs et vains ; la deuxième, en ne convoitant pas des richesses démesurées ; la troisième en ne cherchant pas à mener une vie de plaisirs. Nous montrons chacune d’entre elles de façon assez complète dans les lois de ce titre, suivant la manière dont les sages anciens en ont traité.

Loi III. Comment le roi ne doit pas convoiter en son cœur des honneurs exagérés et vains

4Le roi ne doit pas convoiter en son cœur des honneurs exagérés et vains, mais doit plutôt s’en garder, car ce qui est excessif ne peut durer et devient cause de déshonneur en disparaissant ou en s’affaiblissant. Et celui qui poursuit cette sorte d’honneur subit toujours quelque préjudice car il se trouve en proie à de grands tourments et entraîné dans de grandes dépenses, cependant qu’il méprise follement ce qu’il possède pour ce qu’il désire avoir. Les sages ont dit à ce propos que garder ce que l’on possède n’est pas moindre vertu que de gagner ce que l’on n’a pas, car c’est par la sagesse que l’on garde ce que l’on possède alors que le gain n’advient que par aventure. C’est pourquoi le roi qui garde son honneur pour qu’il ne cesse de s’accroître, qui ne l’affaiblit pas et qui sait garder ce qu’il possède sans le perdre pour ce qu’il désire gagner est tenu pour un roi sage, aimant ce qu’il a et sachant le faire fructifier. Le roi qui agit ainsi Dieu le gardera en ce monde, afin qu’il ne soit pas déshonoré par les hommes et fera en sorte que, dans l’autre, il ne soit pas déshonoré en enfer en compagnie des méchants.

Loi IV. Que le roi ne doit pas convoiter, en son cœur, des richesses démesurées

5Le roi ne doit pas convoiter des richesses démesurées pour les entasser sans les employer au service du bien, car, par nature, celui qui les convoite pour un tel usage commet inévitablement de graves fautes pour les obtenir, chose qui ne convient au roi en aucune façon. Même les saints et les sages s’accordent à dire que la cupidité est une très mauvaise chose, au point de la tenir pour la mère et la racine de tous les maux. Ils ont dit également que l’homme qui désire accumuler de grands trésors et ne cherche pas à les employer au service du bien, quoiqu’il les possède, n’est pas maître mais esclave, puisque la cupidité l’empêche d’en disposer d’une manière qui lui soit bénéfique. Celui qui se comporte de la sorte est dit avare et l’avarice est un péché mortel aux yeux de Dieu et une grande vilénie aux yeux du monde. Et si tout homme qui agit ainsi commet une faute, à plus forte raison les rois ; c’est pourquoi Dieu infligera un châtiment au roi qui aura fait un usage mauvais et mesquin des biens qu’Il lui a donnés.

Loi V. Que le roi ne doit pas désirer mener une vie de plaisirs

6Il ne convient pas au roi de désirer mener une vie de plaisirs, car le plaisir est de telle nature que plus l’homme s’y adonne, plus il le recherche, ce qui est source de grands maux ; son esprit et sa force d’âme s’affaiblissent et il néglige inévitablement les choses qu’il lui incombe de faire par goût de celles dans lesquelles il trouve du plaisir. En outre, celui qui s’est beaucoup adonné aux plaisirs ne peut ensuite s’en détourner et il s’y accoutume de sorte que cela devient comme une seconde nature. Toutes ces choses dont on a parlé plus haut et qui montrent comment garder son cœur, concordent avec les paroles du roi Salomon, lorsqu’il dit « qu’à tous égards l’homme doit s’acharner à garder son cœur comme une chose d’où procèdent la vie et la mort ». Et notre Seigneur Jésus-Christ a dit des paroles qui concordent avec cela, lorsque les Juifs lui demandèrent pourquoi ses disciples transgressaient les commandements de la loi en ne se lavant pas les mains pour manger et qu’il leur répliqua qu’eux-mêmes la transgressaient bien davantage, eux qui mangeaient avec les mains propres mais avec le cœur plein de méchanceté. Et il leur démontra avec de justes arguments que ce qui salissait l’homme n’était pas de manger sans s’être lavé les mains, mais bien les mauvaises pensées qui provenaient de son cœur et engendraient les mauvaises actions, comme les meurtres, les vols, les adultères et beaucoup d’autres crimes encore.

7Voilà pourquoi le roi doit s’imposer des souffrances pour devenir bon et pourquoi il lui est nécessaire de ne pas trop s’adonner aux plaisirs. Les sages ont en effet dit que nul ne peut gagner en bonté sans grands efforts, parce que le plaisir est une chose que les hommes recherchent naturellement alors que la bonté consiste à se garder de faire, en recherchant le plaisir, des choses qui soient mauvaises. Aussi le roi, qui doit endurer bien des tourments et des souffrances pour maintenir son peuple dans le droit et la justice, ne doit-il pas se livrer aux plaisirs au point d’en être empêché d’accomplir son devoir. Et le roi qui fera passer la satisfaction de ses sens avant la bonté, outre les actions mauvaises et mesquines qu’il aura commises ici-bas, Dieu le punira en lui donnant de connaître dans l’autre monde tous les désagréments possibles pour avoir préféré servir sa propre volonté plutôt que d’accomplir le service qu’il devait à Dieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre III. Comment le roi doit être en lui-même et, tout d’abord, comment doivent être ses pensées », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 24 août 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/68

Haut de page