Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre V. Le roi dans ses œuvres

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Œuvrer est ce qui accomplit et achève ce que l’homme pense, et ce qu’il dit. C’est pourquoi, puisque dans le titre précédent nous avons traité de la façon dont le roi doit être dans ses paroles, nous voulons ici dire comment il convient qu’il soit dans ses œuvres. Et nous exposerons ce que veut dire « œuvre », et pourquoi ce nom, et combien de sortes d’œuvres il existe, et quel profit vient d’une œuvre quand elle est bien faite, et quel dommage quand elle n’est pas faite comme il se doit. Et cela est pleinement démontré par les lois de ce titre.

Loi I. Ce que c’est qu’une œuvre et combien de sortes il en existe

2Une œuvre est ce qui se commence, se fait et s’achève en action, et c’est un mot qui vient du latin « opus », qui signifie la même chose qu’œuvre. Et il y en a de trois sortes. La première se fait à l’intérieur de l’homme, aussi bien pour assurer la subsistance du corps que pour avoir une descendance. La deuxième est à l’extérieur, comme le manger et le boire, et dans le maintien. La troisième est dans les manières et les mœurs et dans les autres qualités que l’on appelle vertus, ou dans ce qui est à l’opposé de celles-ci.

Loi II. Que le roi doit être modéré dans le manger et le boire

  • 1  Ecclésiaste, 10, 17.
  • 2  Ibid., 10, 16.

3Chaque fois qu’il le pourra, le roi doit manger et boire au moment opportun, ni trop tôt ni trop tard. Il ne doit également manger que quand il en ressent le besoin, et uniquement des choses propres à le maintenir robuste et en bonne santé et n’affaiblissant pas l’entendement, et cela, bien préparé et servi comme il convient, car comme l’ont dit les sages, on doit manger pour vivre, et non vivre pour manger. Et ils ont dit aussi que l’une des noblesses que le roi doit avoir en luiest de se bien nourrir, de façon correcte et qui lui soit profitable. Et le roi Salomon a dit « bienheureuse la terre qui a un noble roi pour seigneur, et dont les princes mangent au moment où ils le doivent, plus pour le maintien de leurs corps que pour quelque autre raison superflue »1. Et de ceux qui vont contre ce précepte, il a dit « malheur à la terre dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent de bon matin »2. Et il a utilisé l’image d’un enfant car les enfants aiment mieux manger que toute autre chose. Quant au boire, nous disons que c’est une des choses au monde dont le roi doit soigneusement se garder, car cela ne doit se faire qu’au moment où le corps en a besoin, et même alors, avec une extrême modération. En effet, ce serait une chose fort insensée que celui à qui Dieu a donné pouvoir sur tous les hommes qui sont en sa seigneurie laisse le vin s’emparer de lui ; car boire à l’excès détourne l’homme des choses qu’il lui convient de faire et lui en fait faire d’inappropriées. Et c’est pourquoi les anciens avaient coutume de ne pas donner de vin aux rois jusqu’à ce qu’ils aient l’âge d’en boire, et même alors avec grande modération et coupé d’eau. Et ils agissaient ainsi parce que le vin a un grand pouvoir et que c’est une chose qui œuvre contre toute vertu, car il conduit les hommes à méconnaître Dieu et à se méconnaître eux-mêmes, à dévoiler les secrets, à modifier les jugements et à fausser les procès et à les détourner de la justice et du droit. En outre, il affaiblit le corps de l’homme et amoindrit son esprit, lui fait contracter nombre de maladies et mourir plus vite qu’il ne le devait. C’est pourquoi les rois qui ne respecteraient pas ces préceptes, Dieu leur donnerait en ce monde, pour punition, de nombreuses maladies et peines, et dans l’autre, il les traiterait comme ceux qui adoptent la vie des bêtes et abandonnent celle des hommes.

Loi III. Que le roi doit bien choisir en qui il engendre une descendance

  • 3  Ecclésiastique, 19, 9.
  • 4  Psaumes, 128 (127), 3 : « Tes fils : des plants d’olivier à l’entour de la table ».

4Le roi ne doit pas vouloir de femmes viles et inconvenantes pour y engendrer une descendance, même s’il doit naturellement désirer d’avoir des enfants qui lui succèderont, comme tous les autres hommes. Il doit s’en garder pour deux raisons : premièrement, pour ne pas avilir la noblesse de son lignage ; secondement, pour ne pas les engendrer là où il ne convient pas de le faire. Alors, en effet, le roi avilit son lignage quand il use de femmes viles ou nombreuses car s’il avait des enfants de celles-ci, son honneur et celui de sa seigneurie en seraient amoindris ; de plus, il ne les aurait pas droitement, comme la loi le commande. Et quand on fréquente beaucoup les femmes de cette façon, il advient de ce fait grand dommage au corps, et l’âme se perd pour ce motif, deux choses qui sont mauvaises pour tout homme, et à plus forte raison pour le roi. Et c’est pourquoi Salomon a dit « le vin et les femmes, quand on en use inconsidérément, conduisent les sages à renier Dieu »3. De même le roi doit-il grandement se garder d’engendrer une descendance dans des endroits inconvenants tels que dansla personne de ses parentes directes ou par alliance ou avec des religieuses ou des femmes mariées, car outre le très grand péché qui s’y trouve au regard de Dieu et la très laide vilenie au regard du monde, les enfants qui naissent de telles femmes ne peuvent se montrer publiquement devant les hommes sans avoir grand honte d’eux-mêmes et de celui qui les a faits. E cela irait contre ce qu’a dit le roi David : « celui que Dieu bénit, ses enfants doivent demeurer autour de sa table, comme les rameaux porteurs d’olives nouvelles »4. C’est pourquoi le roi qui ne voudrait pas se garder de cela, Dieu amoindrirait en ce monde sa vertu et son jugement, et ce roi ne recevrait pas la bénédiction que Dieu a promise à ceux qui le craindraient, et dans l’autre monde il recevrait sa part des châtiments de ceux qui ont enfreint les commandements de Dieu, préjudiciant à leur lignage et l’avilissant, alors que Dieu l’avait honoré et choisi pour son service.

Loi IV. Que le roi doit accomplir ses actions en gardant bonne contenance

5Le roi doit non seulement faire preuve de retenue dans les deux sortes d’œuvres qui concernent l’intérieur du corps, comme nous l’avons exposé dans les lois précédentes, mais il doit aussi prendre garde à deux autres sortes qui sont extérieures et que les hommes voient quotidiennement. Et la première dont nous voulons à présent traiter est la contenance, car en cela le roi doit être très élégant, aussi bien dans sa façon de marcher que lorsqu’il reste debout, et également lorsqu’il s’assoit et lorsqu’il chevauche, et de la même façon quand il mange ou boit et aussi quand il est couché, et encore quand il prend la parole. En effet, il convient qu’il ne marche pas trop vite ni avec une lenteur excessive ; et il ne doit pas non plus rester longtemps debout si ce n’est à l’église lorsqu’il récite ses heures ou pour une autre raison qu’il ne peut éviter. Et il ne lui siérait pas non plus de rester assis longtemps en un lieu, ou de changer trop souvent de siège, passant d’un lieu à un autre. Et quand il se lève, il ne doit pas demeurer trop droit ni être courbé. Il en est de même lorsqu’il chevauche, et plus encore il ne doit dans ce cas ni aller vite en ville, ni très lentement sur les chemins. Et quand il mange ou qu’il boit, il doit bien penser à le faire correctement, car c’est une chose à laquelle les hommes ne peuvent bien prendre garde à cause du grand appétit qu’il y a en eux. Et c’est pourquoi le roi doit être toujours sur ses gardes, de façon à ne pas le faire trop précipitamment, ni non plus trop lentement. Et il doit aussi se garder de reposer dans une position négligée : même lorsqu’il repose sur son lit, il ne doit pas reposer recroquevillé à l’excès ni en travers de sa couche comme le font certains qui ne savent pas où ils doivent mettre la tête et où les pieds. Mais il doit surtout veiller à garder contenance quand il parle, en particulier avec la bouche, avec la tête et avec les mains, qui sont des membres que les hommes agitent beaucoup quand ils parlent, et il doit par conséquent prendre garde à exposer ce qu’il veut dire par des mots plus que par des gestes. En effet, les sages anciens qui ont considéré toutes choses ont exposé que les rois devaient prendre garde à tout ce que nous avons dit de façon à le faire correctement, et cela afin d’avoir de meilleures mœurs et plus de noblesse, ce qui est une chose qui leur incombe car les hommes prennent exemple sur eux et sur ce qu’ils les voient faire. Et sur ce point les sages ont dit d’eux qu’ils sont comme un miroir dans lequel les hommes voient le reflet de leur élégance ou de leur désinvolture. Et il y a encore une raison pour laquelle ils doivent se garder d’être négligés dans les choses dont nous avons traité, et c’est parce que cela semblerait pis chez eux que chez les autres hommes et qu’on les en blâmerait d’autant plus. En outre, il serait impossible que Dieu ne les punisse pas pour cela dans l’autre monde comme des hommes qui doivent être élégants et nobles en vertu de la grande prestance et noblesse du Seigneur dont ils occupent les lieu et place, et qui s’abaissent eux-mêmes, donnant aux autres un exemple les encourageant às’abaisser aussi.

Loi V. Que le roi doit se vêtir avec grande élégance

6Les vêtements aident beaucoup à connaître les hommes, leur vilenie ou leur noblesse. Et les sages anciens ont établi que les rois doivent se vêtir de draps de soie, avec de l’or et des pierres précieuses, afin que les hommes puissent les reconnaître dès qu’ils les verront, sans avoir à demander après eux. Et ils ont aussi établi que les freins et les selles qui leur servent à chevaucher soient ornés d’or et d’argent, avec des pierres précieuses, et encore que lors des grandes fêtes, quand ils tiennent leur cour, ils portent des couronnes d’or, avec des pierres très nobles, et richement ouvragées. Et cela pour deux raisons. Premièrement, pour signifier la splendeur de notre seigneur Dieu, dont ils occupent les lieu et place sur terre. Deuxièmement, pour que les hommes les reconnaissent, comme nous l’avons dit plus haut, afin de venir vers eux pour les servir, les honorer et leur demander quelque grâce lorsqu’ils en ont besoin. Et c’est pourquoi tous ces nobles ornements dont nous avons parlé, ils doivent les porter en temps opportun et en user comme il sied, et aucun autre homme ne doit se risquer à en faire ou à en porter de semblables. Et celui qui le ferait, dans le but de s’égaler au roi et de prendre en partie sa place, doit perdre la vie et tout ce qu’il possède, tel celui qui ose s’approprier l’honneur et la place de son seigneur sans en avoir le droit. Et le roi qui y consentirait, outre la grande vilenie dont il se rendrait coupable, qui lui porterait préjudice en ce monde, Dieu lui en demanderait compte dans l’autre, comme à un vassal qui n’estime pas l’honneur que son seigneur lui fait et n’use pas de celui-ci comme il le devrait. Mais si c’est par présomption ou par manque d’entendement que quelqu’un va contre ce que cette loi expose, le roi doit lui infliger la peine qu’il juge méritée.

Loi VI. Que le roi doit être doux, et de la distinction entre mœurs et manières

7Le roi doit avoir de très bonnes mœurs et manières, car si ses mœurs et ses manières n’étaient pas bonnes, même s’il était élégant dans son maintien et dans ses vêtements, cela entrerait en grande contradiction avec ses actions, ce pour quoi il perdrait beaucoup de sa noblesse et de son élégance. Aussi, les hommes tenant que mœurs et manières sont une seule et même chose parce qu’elles naissent d’un même lieu, nous voulons démontrer quant à nous qu’il y a une distinction dans la façon dont les hommes les mettent en œuvre, comme l’ont dit les sages anciens. En effet, les mœurs sont les qualités que l’homme a en lui et qu’il acquiert par un long usage, les manières sont celles que l’homme fait de ses mains par sagesse naturelle. Et ces deux vertus conviennent fort au roi, plus qu’à tout autre homme, afin qu’il sache vivre comme il sied et honorablement et aussi pour qu’il gouverne bien son peuple, donnant par lui-même le bon exemple, montrant la voie à suivre pour bien agir, car le roi ne pourrait pas connaître Dieu et ne saurait le craindre ni l’aimer, ni non plus être bon gardien de son cœur ni de ses paroles ni de ses œuvres, comme nous l’avons dit plus haut dans les autres lois, ni bien gouverner son peuple s’il n’avait pas lui-même de bonnes mœurs et manières. Et c’est pourquoi aussi bien les saints que les sages anciens ont dit que le roi doit avoir en lui sept qualités, qu’ils ont appelées vertus principales, ce qui signifie « accomplies ». Les trois premières servent à gagner l’amour de Dieu et les quatre autres, à vivre dans ce monde bien et droitement.

Loi VII. Des vertus que doit avoir le roi pour gagner l’amour de Dieu

8L’une des sept vertus que nous avons évoquées dans la loi précédente est la foi. C’est très précisément la première des trois par lesquelles l’homme gagne l’amour de Dieu, en croyant fermement en la chose qu’il ne voit pas et en fondant sur elle sa volonté de la même façon que s’il la voyait. Et cette vertu conduit les hommes à connaître Dieu, qu’ils ne voient pas, et le connaissant ils croient en lui. La deuxième est l’espérance : celle-ci amène en effet l’homme à mener à son terme avec confiance ce en quoi il a foi. Et grâce à cette vertu les hommes sont certains qu’ils recevront pour le bien qu’ils font une bonne récompense en ce monde et dans l’autre, aussi bien de la part de Dieu que de celle des seigneurs terrestres. La troisième est la charité, qui se définit comme l’amour bon et accompli avec lequel l’homme doit aimer Dieu et tous ceux à qui il doit rendre le bien. Aussi celui qui a foi, espérance et charité est-il aimé de Dieu et des hommes. Et celui qui ne les a pas, il lui advient tout le contraire.

Loi VIII. Des vertus que le roi doit avoir pour vivre droitement dans ce monde et pour avoir de bonnes mœurs

9La prudence est la première des quatre autres vertus dont nous avons dit dans la loi VI que le roi en avait grand besoin pour vivre dans ce monde bien droitement. En effet, cette vertu lui fait voir les choses et en juger de façon certaine, telles qu’elles sont et telles qu’elles doivent être, et œuvrer en elles comme il le doit, et non de façon hâtive. La deuxième vertu est la tempérance, ce qui signifie mesure. En effet, cette vertu conduit l’homme à vivre droitement, sans prendre ni changer ni utiliser des choses plus que ce qui convient à sa nature et correspond à son état. La troisième vertu est la force d’âme : elle conduit l’homme à aimer le bien et à le poursuivre et à toujours s’efforcer de le faire croître, et à abhorrer le mal et à s’employer sans relâche à le détruire. La quatrième vertu est la justice, qui est mère de tous les biens : elle contient en effet toutes les autres vertus et par conséquent, en unissant les cœurs des hommes, elle les conduit à être pour ainsi dire une seule et même chose afin qu’ils vivent droitement selon la loi de Dieu et du seigneur, assignant et donnant à chacun ce qu’il mérite et ce qui lui revient de droit. Aussi le roi qui a en lui les quatre vertus citées dans cette loi porte ce nom de roi avec raison car il œuvre en tout comme doit le faire un roi respectueux du droit. Et celui qui ne le fait pas, outre le grand châtiment que notre seigneur Dieu jugera bon de lui infliger dans l’autre monde, devra souffrir dans ce monde qu’on ne le tienne ni pour prudent, ni pour ferme, ni non plus pour mesuré, ni pour justicier.

Loi IX. De ce que le roi doit pratiquer quotidiennement pour avoir de bonnes mœurs

10Il est deux choses que le roi doit pratiquer quotidiennement pour que l’on juge qu’il a de bonnes mœurs. La première est la patience. La seconde est la modération et la mesure dans ses désirs. Et bien que dans les lois précédentes nous en ayons traité certains aspects, nous voulons à présent exposer ces choses plus complètement pour déterminer ce qu’est chacune d’entre elles et de quelle façon le roi doit en user. Aussi disons-nous que bien que colère, fureur et haine soient trois choses qui, aux yeux des hommes, semblent n’en faire qu’une seule, il n’en est rien et qu’il y a au contraire entre elles de grandes distinctions. La colère, en effet, comme l’ont montré Aristote et les autres sages, se définit comme un échauffement du sang qui afflue à un moment près du cœur de l’homme pour des choses que celui-ci voit ou entend, qu’il déteste ou qui le peinent ; mais elle passe vite. Et la fureur est une volonté mauvaise qui naît le plus souvent de la colère et que l’homme ressent quand il ne peut pas immédiatement mettre en œuvre cette dernière. Elle s’enracine donc dans son cœur, et il se remémore les souffrances qu’on lui a infligées, en actes ou en paroles, en les ressentant toujours comme nouvelles. Quant à la haine, qui ne meurt jamais, elle naît principalement de la fureur lorsque celle-ci est ancienne et se transforme en une espèce d’inimitié, et on l’appelle en latin odium. Et parce que de ces trois choses naissent de très grands maux dans ce monde quand les hommes prennent l’habitude d’en user de façon indue, les rois doivent par conséquent bien se garder de toute faute lorsqu’ils en usent quotidiennement en lieu et place de bonnes mœurs. Et là-dessus, un chevalier du nom de Valère, qui était très sage, a dit que la colère, la fureur et la haine sont trois choses qui tourmentent grandement le cœur des hommes dont elles s’emparent de telle sorte que, par la faute du grand désir qu’ils ont d’accomplir leur volonté contre ceux qu’ils haïssent, ils vivent toujours dans la souffrance et dans la peine, à l’affût du moment où ils pourront leur faire du mal, et en ne pensant qu’à cela, ils se font du mal à eux-mêmes plutôt qu’aux autres. Et les rois doivent par conséquent se garder de cela plus que les autres hommes, car ils occupent les lieu et place de Dieu pour accomplir la justice. Et ils ne pourraient pas le faire pleinement s’ils ne se gardaient de ces trois choses, et ils ne pourraient éviter alors de pécher en cela contre Dieu, ni de s’exposer aux maux qui naissent de ces trois choses.

Loi X. Que le roi doit plus que d’autres résister à la colère

  • 5  C’est la traduction proposée par la Bible de Jérusalem pour Psaumes, 4, 5, tel que le cite saint P (...)
  • 6  Je m’inspire de la Bible de Jérusalem pour cette traduction de Ps. 6, 2 (Vulgate : « Domine, ne in (...)

11Les rois doivent grandement se garder de la colère, de la fureur et de la haine, car celles-ci vont à l’encontre des bonnes mœurs. Et la façon dont ils doivent se garder de la colère consiste à lui résister, de telle sorte qu’elle ne puisse les vaincre, ni les inciter à faire une chose qui leur porte préjudice ou qui aille contre le droit, car ce qu’ils feraient ainsi, guidés par elle, ressemblerait plus à de la vengeance qu’à de la justice. Et c’est pourquoi les sages ont dit que la colère affaiblit le cœur de l’homme de telle manière qu’il ne peut choisir la vérité. Et en outre, elle fait trembler le corps de l’homme et s’égarer son esprit, et modifie la couleur de son teint et change sa contenance, et le fait vieillir avant l’heure et mourir avant terme. Et c’est pourquoi le roi David a dit « Emportez-vous, mais ne commettez pas le péché »5. Et il a dit cela parce que l’homme, par nature, ne peut s’empêcher de se mettre en colère, mais qu’il doit malgré tout se garder de ce que la colère le fasse fauter. Et ce roi considérait à ce point la colère comme une chose terrible qu’il a dit à Dieu lui-même dans le secret de son cœur : « Seigneur, ne me reprends point dans ta colère, ne me châtie point dans ta fureur »6. Et c’est pourquoi le roi doit résister à la colère jusqu’à ce qu’elle lui soit passée, et chaque fois qu’il agira ainsi, cela lui sera grandement profitable, car il pourra choisir la vérité et faire ce qu’il fera droitement, et s’il ne veut pas le faire de cette façon, il encourra la colère de Dieu et celle des hommes, qui sont les deux plus grandes peines qui puissent exister, car c’est d’elles que naissent toutes les autres, tant pour l’âme que pour le corps.

Loi XI. Que le roi doit veiller à ce que la fureur ne le fasse pas fauter

  • 7  Proverbes, 17, 22 : « Cœur joyeux améliore la santé, / esprit déprimé dessèche les os » (traductio (...)
  • 8  « Comme le rugissement du lion, la fureur [ira] du roi, / mais comme la rosée sur l’herbe, sa fave (...)
  • 9  « La fureur [indignatio] du roi est messagère de mort, / mais l’homme sage l’apaise » (ibid., 16, (...)
  • 10  Pv, 14, 17 (« L’homme prompt à la colère fait des sottises, / l’homme malintentionné est odieux ») (...)
  • 11  Saint Jacques, Épître, 1, 20 : « car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu ».
  • 12  Saint Paul, Épître aux Éphésiens, 4, 26-32.

12Le roi ne doit pas céder à de fureur durable, dans la mesure où il a le pouvoir de s’opposer immédiatement aux choses mal faites, et cela pour deux raisons. Premièrement, pour ne pas causer de dommage à son corps, car la fureur est l’une des choses au monde qui lui font le plus grand mal, car elle est source de tristesse et de sombres pensées, qui sont deux choses qui nuisent grandement à la santé et à l’entendement de l’homme et qui abrègent sa vie ; et c’est pourquoi le roi Salomon a dit que l’esprit de l’homme, quand il se réjouit, rend sa vie fleurie de beauté, et quand il est triste, non seulement consume sa chair mais ronge ses os7. Deuxièmement, pour ne pas avilir sa personne, car dans la mesure où il a le pouvoir de s’opposer aux choses mal faites, comme il a été dit plus haut, s’il ne veut pas le faire et cède de nouveau à la fureur face à celui qui a mal agi envers lui, il avilit donc sa personne et donne à l’autre l’audace de mal agir, car par cette fureur durable qui le saisit, il en fait son égal. Et parce que la fureur du roi est plus forte et plus dommageable que celle des autres hommes parce qu’il peut plus rapidement la mettre en œuvre, il doit être mieux préparé à savoir lui résister s’il la ressent. En effet, comme l’a dit le roi Salomon, la fureur du roi est comparable à la férocité du lion, dont le rugissement fait trembler toutes les autres bêtes, qui ne savent où se cacher8 ; et de la même façon, devant la fureur du roi, les hommes ne savent pas quoi faire, car ils se sentent toujours sous la menace de la mort. C’est pourquoi le même a dit que la fureur du roi est messagère de mort9, et il a dit encore en un autre passage que celui qui sait bien réfréner sa colère et sa fureur, celui-là est maître de sa volonté10 : quiconque se conduit ainsi est plus fort que celui qui remporte les batailles et prend de force les châteaux. Et l’apôtre saint Jacques a dit encore que la fureur de l’homme ne laisse pas œuvrer la justice, qui appartient à Dieu11. Et l’apôtre saint Paul a dit aussi pour l’enseignement des hommes qu’ils doivent se garder de la fureur, qui est une chose fort dommageable et qui en outre déplaît fort à Dieu12. Par conséquent, le roi ne doit pas y céder face à ceux qui sont en son pouvoir, car il doit immédiatement venger selon le droit le mal qu’ils lui ont fait, ou bien il doit leur pardonner s’il veut leur faire une grâce. Et s’il agissait autrement, il irriterait Dieu et serait haï des hommes.

Loi XII. Que le roi doit se garder de la haine

13La haine est ce que l’on appelle en latin odium, qui se définit en langue romane comme la volonté mauvaise, toujours enracinée dans le cœur de l’homme. Et c’est la troisième chose dont le roi doit grandement se garder. Il ne doit en effet en avoir en aucune manière à l’encontre de qui ne la mériterait pas, car s’il agissait ainsi, il serait tenu pour ingrat et pour orgueilleux. Il ne doit pas non plus en avoir à l’encontre de ceux qui agiraient bien, car il serait en cela tenu pour envieux et pour homme qui ne se satisfait pas de la bonté. De même, il ne doit pas en avoir pour qui que ce soit à cause des paroles d’autrui, à moins que la chose soit prouvée auparavant, car s’il agissait ainsi, il serait tenu pour un homme au jugement léger, prompt à croire les malins propos. Mais il doit sans aucun doute en avoir à l’encontre des ennemis de la foi, ou à l’encontre de ceux qui trament contre le roi ou contre le royaume une trahison, ou à l’encontre des félons et des faussaires, ou à l’encontre de ceux qui commettent les autres grandes fautes et qui doivent être châtiés dans tous les cas sans aucune pitié. En effet le roi à l’encontre des malfaisants, tant qu’ils sont dans leur malfaisance, doit toujours manifester sa volonté mauvaise, car s’il n’agissait pas de cette façon, il ne pourrait pas rendre pleinement la justice ni maintenir sa terre en paix ni être tenu pour bon, mais il doit réserver aux bons sa bonne volonté et vouloir qu’ils vivent en paix. Et en agissant ainsi il sera en accord avec les paroles que les anges, sur l’ordre de Dieu, adressèrent aux bergers quand naquit Notre Seigneur Jésus Christ : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ». Aussi le roi qui aurait de la haine d’une autre manière que celle qui est décrite dans cette loi, par droite raison serait haï de Dieu et des hommes.

Loi XIII. Que le roi ne doit désirer rien faire qui aille contre le droit

14Le désir est une chose que les hommes ont en eux naturellement, et quiconque en use comme il le doit, et pour les choses qui conviennent, n’agit pas mal ; mais quand il est hors de place,il est excessif, devient la pire chose au monde et va à l’encontre de toutes les bonnes mœurs car ainsi qu’il est dit plus haut, il est la racine de tous les maux et c’est pourquoi tous les hommes du monde doivent se garder de lui, et à plus forte raison les rois, qui ont en leur pouvoir toutes les choses de leur seigneurie afin de les gouverner selon la justice et le droit. Et ils doivent s’en garder de trois façons. Premièrement, en ne désirant rien d’impossible ; deuxièmement, rien de ce qui ne doit pas être ; troisièmement, rien hors du temps qui convient. Ainsi, le roi désirerait une chose impossible s’il désirait faire par artifice ce qu’il ne pourrait accomplir par nature, comme on le fait par l’alchimie. Et de cette façon il montrerait qu’il manque d’entendement et il perdrait son temps et son avoir.

Loi XIV. Que le roi ne doit pas désirer faire ce qui va contre le droit et ne doit même pas l’envisager

  • 13  « Par l’équité, un roi fait prospérer le pays, / mais l’exacteur le mène à la ruine » (Pv, 29, 4). (...)
  • 14  « Biens abondants dans la maison du juste, / mais les revenus du méchant sont source d’inquiétude  (...)
  • 15  Peut-être Ecclésiastique, 31, 3 ou 31, 5 (« Celui qui aime l’or n’échappe guère au péché, / celui (...)

15Le roi ne doit pas désirer ce qui va contre le droit, car d’après ce qu’ont dit les sages qui ont fait les lois anciennes, le roi ne doit pas plus désirer cela que ce qui ne peut pas être selon nature. Et avec cette opinion s’accorde la sentence du noble empereur Justinien, qui, à propos de lui-même et des autres empereurs et rois, a défini leur pouvoir comme ce qu’ils pourraient faire dans le respect du droit. Et pour que le roi puisse respecter cela, il est nécessaire qu’il agisse en bon justicier et qu’il soit mesuré dans ses dépenses et dans ses faveurs, et qu’il n’en fasse pas d’importantes là où il ne convient pas d’en faire. En effet, s’il agit en bon justicier, il n’aura pas le désir de faire une chose où se trouve tort ou vilénie, et s’il est mesuré, il n’aura pas de raison de désirer ce qui est superflu et sans profit, et il fera ce qu’a dit le roi Salomon, selon qui le roi juste et épris de justice gouverne bien sa terre, et celui qui est cupide à l’excès, celui-là la détruit13. Et bien que le roi soit seigneur de son peuple pour le maintenirdans la justice et être servi par lui, il doit malgré tout veiller sur lui afin qu’il ne lui fasse pas défaut lorsqu’il aura besoin de lui, car selon ce qu’a dit Aristote à Alexandre, le meilleur trésor que possède le roi, et le dernier qu’il puisse perdre, c’est le peuple, quand on veille bien sur lui. Et avec cela concorde ce qu’a dit l’empereur Justinien, selon qui le royaume et le trésor de l’empereur ou du roi sont riches et considérables lorsque ses vassaux sont riches et sa terre considérable. Et pour toutes les raisons susdites, le roi n’a pas à avoir le désir de grandes richesses, car d’après ce que [Salomon] a également dit, l’homme qui est très cupide plonge sa maison dans la tristesse et la discorde14. Et le même a encore dit en un autre endroit15 que la cupidité, quand elle est excessive, détruit et gâte la pensée de l’homme, de telle sorte que dans son désir de richesses, il ne connaît pas la mesure et ne sait ni où commencer ni où s’arrêter, car bien qu’il s’en soit procuré beaucoup, ces richessses ne lui suffisent pas et il désire sans cesse en avoir plus, si bien qu’il vit toujours comme un mendiant et dans la pauvreté. Et là-dessus Valère le sage a dit que l’homme doit grandement se garder d’être cupide, car être trop cupide pousse à chercher des gains et des biens en cachette, ce qui est dommageable et source de péché, et d’autres ouvertement, ce qui est source de tort et de vilénie. Et parce que la cupidité engendre tous les maux susdits, et beaucoup d’autres, quand elle est excessive, les hommes doivent s’en garder grandement, et particulièrement les rois, en raison de la place honorable et éminente qu’ils occupent. En effet, si les rois ne se gardaient pas de désirer les choses qu’ils ne doivent pas désirer, outre la peine que Dieu leur infligerait pour cela, les hommes seraient nécessairement amenés à leur souhaiter maux et malheurs.

Loi XV. Que le roi ne doit pas avoir le désir de faire les choses au moment où elles ne doivent pas être faites, comme les choses du plaisir dans les moments de peine et inversement

16Si le temps n’est pas approprié pour faire les choses, le roi ne doit pas désirer qu’elles soient faites à ce moment-là. Il agirait donc de cette façon lorsqu’il laisserait la chose qu’il devait faire pour celle qu’il ne convenait pas de faire en cet instant-là, par exemple en voulant travailler au moment où il devrait se reposer, ou en voulant se reposer à l’heure du travail. En effet, de même que celui qui entreprend un grand travail au moment où il doit se reposer ne peut éviter d’attraper pour cette raison une maladie ou la mort, de même s’il voulait se précipiter dans le repos à l’heure du travail, il ne pourrait manquer de recevoir en conséquence grand dommage ou déshonneur. Et c’est pourquoi le roi Salomon a dit qu’il y a un temps pour toute chose, pour la faire et pour l’achever. Mais toutes les choses ne peuvent pas avoir un temps bien déterminé. C’est pourquoi le roi qui agirait contre cela ne pourrait manquer de tomber dans les dangers susdits, ce qui serait pire pour lui que pour un autre homme, et en outre irait contre les bonnes mœurs.

Loi XVI. Que le roi doit être diligent dans l’apprentissage de la lecture et des savoirs autant qu’il le pourra.

  • 16  Pv, 25, 2-3 : « C’est la gloire de Dieu de celer une chose, c’est la gloire des rois de la scruter (...)
  • 17  Ps. 2, 10 : « Et maintenant, rois, comprenez, / corrigez-vous, juges de la terre ! ».
  • 18  Sagesse de Salomon, ch. 6 tout entier, notamment verset 9 (« C’est donc à vous, souverains, que s’ (...)
  • 19  « L’homme dans son luxe ne comprend pas, / il ressemble au bétail muet » (Ps. 49 [48], v. 13, répé (...)

17Le roi doit être diligent dans l’apprentissage des savoirs, car il comprendra grâce à eux les choses propres aux rois et il saura mieux s’y employer. Et en sachant lire il saura également mieux garder ses secrets et en rester maître, ce qu’autrement il ne pourrait bien faire. En effet, faute de savoir ces choses, il devrait forcément se confier à un autre qui les connaîtrait. Et il pourrait lui advenir ce qu’a dit le roi Salomon, à savoir que celui qui confie son secret à un autre devient son esclave, alors que quiconque sait le garder est maître de son cœur, ce qui convient grandement au roi16. Et en outre, par l’écriture il entendra mieux la foi et il saura plus parfaitement prier Dieu. Et il peut encore par la lecture connaître lui-même les hauts faits qui ont eu lieu, et en tirer de nombreux exemples et modèles de bonne conduite. Et les sages anciens ont jugé bon non seulement que les rois sachent lire mais encore qu’ils soient versés dans tous les savoirs pour pouvoir en tirer profit. C’est ce que le roi David a dit lorsqu’il a conseillé aux rois d’être entendus et savants puisqu’il leur appartient de juger la terre17, et le roi Salomon, son fils, a dit de même que les rois doivent apprendre les savoirs et ne pas les oublier, car c’est grâce à eux qu’ils seront capables de juger et de gouverner leurs peuples18. Et Boèce, qui fut un très sage chevalier, a dit qu’il convient au roi plus qu’à tout autre homme de connaître les bons savoirs, car son savoir est très profitable à son peuple, puisque grâce à lui celui-ci sera gouverné droitement. Sans aucun doute en effet, une si grande tâche, nul ne pourrait l’accomplir sans bon entendement et grand savoir. Aussi le roi qui mépriserait l’apprentissage des savoirs mépriserait-il Dieu, dont ils proviennent tous, selon le roi Salomon qui a dit que tous les savoirs proviennent de Dieu, avec qui ils sont à jamais. Et il se mépriserait encore lui-même puisque Dieu a voulu que ce soit par le savoir que l’entendement de l’homme s’écarte de celui de la bête, et moins l’homme possèderait de ces savoirs, moins il y aurait de distinction entre lui et les animaux. Et le roi qui agirait ainsi, il lui adviendrait ce qu’a dit le roi David : l’homme, quand il est traité avec honneur et qu’il ne le comprend pas, agit comme les animaux, et se rend semblable à eux19.

Loi XVII. Que le roi doit s’employer à connaître les hommes

18Savoir connaître les hommes est l’une des choses auxquelles le roi doit le plus s’employer : car puisque c’est avec eux qu’il doit mener toutes ses affaires, il est nécessaire qu’il les connaisse bien. Et cette connaissance doit porter sur trois choses. Premièrement, le lignage dont ils viennent ; deuxièmement, leurs mœurs et leurs manières ; troisièmement, les actions qu’ils ont accomplies. S’il ne sait pas cela, il ne saura pas avec certitude de quelle façon il doit mener sa vie parmi eux, ni quels sont ceux qu’il doit honorer et bien traiter, ni ceux dont il doit se garder. Et les sages anciens s’accordent sur ce point, car cette connaissance sied davantage au roi qu’à tout autre homme et lui permet d’honorer chacun et de le tenir en l’état qu’il mérite. Aussi le roi qui n’agirait pas ainsi, les autres hommes devraient forcément se détourner de lui et être contre lui, puisqu’il ne favoriserait pas les bons et qu’il élèverait les méchants.

Loi XVIII. Que le roi doit être reconnaissant et généreux

19Grande est la vertu de générosité, qui sied à tout homme puissant et notamment au roi, quand il en use en temps voulu et comme il se doit. C’est pourquoi Aristote a dit à Alexandre que celui qui userait de générosité et s’efforcerait d’avoir en lui cette vertu, n’en gagnerait que plus facilement l’amour et le cœur des gens. Et pour qu’il puisse mieux la mettre en œuvre, il lui a expliqué en détail en quoi elle consiste. Et il a dit que la générosité consiste à donner à celui qui en a besoin et à celui qui le mérite, selon le pouvoir de celui qui donne, qui doit donner ce qui lui appartient et non prendre ce qui n’est pas à lui pour le donner à autrui. En effet, celui qui donne plus qu’il ne peut n’est pas généreux mais prodigue, et il sera en outre forcé de prendre ce qui n’est pas à lui quand ce qui lui appartient ne lui suffira plus, et si d’un côté il peut gagner des amis grâce à ce qu’il leur donnera, de l’autre ceux à qui il le prendra deviendront ses ennemis. Et Aristote a ajouté que celui qui donne à qui n’en a pas besoin et ne lui en sait pas gré est comparable à celui qui verse de l’eau dans la mer, et que celui qui donne à qui ne le mérite pas est comme celui qui arme son ennemi contre lui.

Loi XIX. Que le roi doit être adroit

20Le roi doit apprendre d’autres manières, outre celles dont nous avons parlé dans les lois précédentes, car cela lui sied grandement. Elles sont de deux sortes, les unes touchant à l’exercice des armes afin qu’il puisse en user le moment venu, et les autres destinées à avoir joie et plaisir, pour qu’il puisse mieux supporter les souffrances et les peines, s’il vient à en avoir. En matière de chevalerie, il convient qu’il soit un expert, pour mieux protéger ce qui lui appartient et conquérir les biens de ses ennemis ; c’est pourquoi il doit savoir chevaucher bien et avec élégance et user de toutes sortes d’armes, aussi bien de celles qu’il doit revêtir pour protéger son corps que de celles qu’il doit manier. Celles qui sont défensives, il doit les porter et les utiliser souvent pour pouvoir mieux les supporter le moment venu, de sorte que, gêné par elles, il ne s’expose à quelque danger ou à quelque honte ; quant à celles qui sont offensives, telles que la lance, l’épée, la masse d’armes et toutes celles que les hommes manient dans la lutte, il doit être très adroit pour bien frapper avec elles. Et toutes ces armes dont nous venons de parler, aussi bien celles qu’il doit revêtir que les autres, il est nécessaire qu’il les porte de telle sorte que ce soit lui qui les ait en son pouvoir, et non l’inverse. Et anciennement, on même apprenait aux rois à tirer à l’arc et à l’arbalète, à monter prestement à cheval, à nager, et toutes les autres choses qui pouvaient relever de l’adresse et de la vaillance. Et on le faisait pour deux raisons : d’abord, pour qu’ils sachent bien se servir de ces connaissances le moment venu ; ensuite, pour que les hommes, prenant exemple sur eux, désirent les mettre en pratique. Par conséquent, si le roi, comme nous l’avons dit, n’usait pas des armes, outre le dommage qui s’ensuivrait pour lui parce que ses gens cesseraient de s’en servir à cause de lui, lui-même pourrait s’exposer à un tel danger qu’il en perdrait la vie et encourrait grande honte.

Loi XX. Que le roi doit être adroit à la chasse

  • 20  « Il suit de là que l’art de la guerre est, en un sens, un mode naturel d’acquisition (l’art de la (...)

21Le roi doit être adroit et expert en d’autres choses, qui provoquent joie et allégresse, pour mieux supporter les grandes souffrances et les peines si elles lui adviennent, comme nous l’avons dit dans la loi antérieure. Et pour cela, l’une des choses que les sages ont trouvées de la plus grande utilité est la chasse, de quelque façon qu’elle se pratique, car elle sert grandement à alléger les soucis et la colère, ce qui est plus nécessaire au roi qu’à tout autre homme. Et outre tout cela, elle est salutaire car la peine que le roi y prend, si elle reste mesurée, fait bien manger et bien dormir, ce qui est le plus important dans la vie d’un homme. Et le plaisir qu’il en reçoit est aussi une grande allégresse, qui est par exemple de dresser les oiseaux et les bêtes féroces et de les obliger à lui obéir et à le servir, afin d’amener les autres bêtes à sa main. C’est pourquoi les anciens ont estimé que cela convient grandement aux rois, plus qu’aux autres hommes, et cela pour trois raisons : premièrement, en allongeant sa vie, en préservant sa santé, en augmentant son entendement, et en éloignant de lui les tracas et les peines, qui sont des choses qui affaiblissent grandement le jugement, et tous les hommes de bon sens doivent faire cela pour pouvoir parfaire leurs actions. Et sur ce point, Caton le sage a dit que tout homme doit de temps en temps glisser parmi ses tracas allégresse et plaisir, car ce qui ne prend jamais de repos ne peut durer longtemps. Deuxièmement, parce que la chasse relève de l’art et de la sagesse de guerroyer et de vaincre20, dont les rois doivent être de grands experts. Troisièmement, parce que les rois peuvent la pratiquer pleinement, mieux que les autres hommes. Mais malgré tout cela, ils ne doivent pas y engager de si grands frais qu’ils négligent ce qu’ils doivent accomplir, ni ne doivent non plus en user au point de nuire aux autres actions qu’ils doivent mener à bien. Et les rois qui useraient d’une autre façon de la chasse, et non comme nous l’avons dit, s’y consacreraient tout entiers, faute d’entendement, en abandonnant pour elle les autres hauts faits qu’ils devraient accomplir. Et outre tout cela, l’allégresse qu’ils en recevraient se transformerait forcément pour eux en peine, d’où leur viendrait de grandes maladies au lieu de la santé. Et en outre Dieu devrait en tirer vengeance, à bon droit, parce qu’ils ont usé de façon indue des choses qu’Il a créées en ce monde.

Loi XXI. Du genre d’allégresse dont le roi doit user parfois pour trouver réconfort au milieu des peines et des soucis

  • 21  Ou : des romans (au sens médiéval) ?

22Il existe d’autres sortes d’allégresses que celles dont nous avons parlé dans les lois précédentes, qui ont été inventées pour que l’homme trouve du réconfort au milieu des soucis et des peines quand ceux-ci lui adviennent. Ces joies consistent à écouter des chansons et des airs d’instruments, à jouer aux échecs ou au trictrac ou à d’autres jeux semblables. Et nous disons la même chose des histoires, des poèmes en roman21 et des autres livres, qui parlent de ces choses dont les hommes reçoivent joie et plaisir. Et bien que chacune d’entre elles ait été inventée pour le bien, malgré cela, on ne doit pas en user si ce n’est au moment qui convient et de manière à en tirer profit et non dommage. Et cela sied davantage aux rois qu’aux autres hommes, car ils doivent faire les choses avec grand ordre et raison. Et sur ce point le roi Salomon a dit qu’il y a un temps déterminé pour chaque chose, qui convient à celle-ci et pas à celle-là, comme chanter aux noces et pleurer aux enterrements. En effet, les chansons n’ont pas été faites pour autre chose que pour la joie, de façon que les hommes en doivent recevoir du plaisir et oublier leurs tracas. Par conséquent, qui userait d’elles de façon superflue sortirait la joie de son lieu et la transformerait en une manière de folie. Et nous disons la même chose des airs et des instruments de musique ainsi que des autres jeux dont nous avons traité plus haut : les hommes ne doivent en user que pour pouvoir oublier leurs soucis et en recevoir de la joie, et non mus par le désir d’amasser des gains grâce à eux. De fait, le gain qui en résulte ne peut pas être grand ni très profitable. Et celui qui en userait d’une autre façon en recevrait de grandes peines au lieu de plaisirs et les transformerait en une manière de tricherie, qui est une chose dont proviennent de nombreux dommages et de nombreux maux et qui déplaît à Dieu et aux hommes car elle est opposée à toute vertu. C’est pourquoi le roi qui ne saurait pas bien user de ces choses, comme nous l’avons dit plus haut, outre le péché et le méfait qui en résulteraient, en recevrait grand dommage, car il avilirait sa personne en laissant les choses les plus importantes et les meilleures au profit des plus viles.

Haut de page

Notes

1  Ecclésiaste, 10, 17.

2  Ibid., 10, 16.

3  Ecclésiastique, 19, 9.

4  Psaumes, 128 (127), 3 : « Tes fils : des plants d’olivier à l’entour de la table ».

5  C’est la traduction proposée par la Bible de Jérusalem pour Psaumes, 4, 5, tel que le cite saint Paul dans son épître aux Éphésiens (4, 26). Elle correspond à la leçon de la Septuaginta et à celle de la Vulgate (« Irascimini et nolite peccare »), qui est la version que l’on cite ici, et qui diffère du texte massorétique, repris par les bibles contemporaines (y compris la Bible de Jérusalem) : « Frémissez et ne péchez plus » (BJ) ou « Mais vous, tremblez, ne péchez pas » (traduction officielle pour la liturgie de l’Église catholique, Paris, éd. de l’Emmanuel, 1993). Pour la citation du texte paulinien, la traduction liturgique propose : « Si vous êtes en colère, ne tombez pas dans le péché ».

6  Je m’inspire de la Bible de Jérusalem pour cette traduction de Ps. 6, 2 (Vulgate : « Domine, ne in furore tuo arguas me neque in ira tua corripias me »), texte repris à l’identique dans Ps. 37 (38), 2. Mais je prends en compte le fait que le texte d’Alphonse X paraît plutôt correspondre au texte « selon les Hébreux » de cette dernière occurrence (inversion des deux membres de phrase).

7  Proverbes, 17, 22 : « Cœur joyeux améliore la santé, / esprit déprimé dessèche les os » (traduction BJ de « animus gaudens aetatem floridam facit[,] spiritus tristis exsiccat ossa »).

8  « Comme le rugissement du lion, la fureur [ira] du roi, / mais comme la rosée sur l’herbe, sa faveur » (Pv, 19, 12) et « Tel le rugissement du lion, la colère [terror] du roi ! / Qui l’excite pèche contre lui-même » (ibid., 20, 2).

9  « La fureur [indignatio] du roi est messagère de mort, / mais l’homme sage l’apaise » (ibid., 16, 14).

10  Pv, 14, 17 (« L’homme prompt à la colère fait des sottises, / l’homme malintentionné est odieux »), ou plus probablement 14, 29 (« L’homme lent à la colère est plein d’intelligence, / qui a l’humeur prompte exalte la folie »), et 25, 28 (« Ville ouverte, sans remparts : / tel est l’homme dont l’esprit est sans frein »).

11  Saint Jacques, Épître, 1, 20 : « car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu ».

12  Saint Paul, Épître aux Éphésiens, 4, 26-32.

13  « Par l’équité, un roi fait prospérer le pays, / mais l’exacteur le mène à la ruine » (Pv, 29, 4). La traduction d’Alphonse X est fidèle à la Vulgate : « rex iustus erigit terram vir avarus destruet eam ».

14  « Biens abondants dans la maison du juste, / mais les revenus du méchant sont source d’inquiétude » (ibid., 15, 6).

15  Peut-être Ecclésiastique, 31, 3 ou 31, 5 (« Celui qui aime l’or n’échappe guère au péché, / celui qui poursuit le gain en sera la dupe »).

16  Pv, 25, 2-3 : « C’est la gloire de Dieu de celer une chose, c’est la gloire des rois de la scruter. / Les cieux, par leur hauteur, la terre, par sa profondeur, et le cœur des rois sont insondables » et Eccl., 37, 10 : « Ne consulte pas quelqu’un qui te regarde en dessous / et à ceux qui t’envient cache tes desseins » (?).

17  Ps. 2, 10 : « Et maintenant, rois, comprenez, / corrigez-vous, juges de la terre ! ».

18  Sagesse de Salomon, ch. 6 tout entier, notamment verset 9 (« C’est donc à vous, souverains, que s’adressent mes paroles, pour que vous appreniez la sagesse et évitiez les fautes ») et v. 21 (« Si donc trônes et sceptres vous plaisent, souverains des peuples, honorez la Sagesse, afin de régner à jamais »).

19  « L’homme dans son luxe ne comprend pas, / il ressemble au bétail muet » (Ps. 49 [48], v. 13, répété en v. 21). (Trad. liturgique : « l’homme comblé ne dure pas : il ressemble au bétail qu’on abat »). Cf. Vulgate, Psalmi iuxta LXX : « et homo cum in honore esset non intellexit / conparatus est iumentis insipientibus et similis factus est illis ».

20  « Il suit de là que l’art de la guerre est, en un sens, un mode naturel d’acquisition (l’art de la chasse en est une partie) et doit se pratiquer à la fois contre les bêtes sauvages et contre les hommes » (Aristote, Politiques).

21  Ou : des romans (au sens médiéval) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre V. Le roi dans ses œuvres », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 08 mars 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/70

Haut de page