Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre VII. Comment doit être le roi envers ses enfants et eux envers lui

Texte intégral

1On appelle « enfants », selon la loi, ceux qui naissent d’un mariage légitime. C’est pourquoi, puisque dans le titre précédent nous avons dit comment doit être le roi envers sa femme, nous voulons dire ici comment il doit être envers les enfants qu’il a d’elle et montrer comment il doit les aimer et les garder et pour quelles raisons, comment il doit les élever et de quelle façon. De même, nous voulons montrer comment il doit les éduquer, en quoi et à quel moment, et comment il doit se servir d’eux et, dès lors, comment il doit leur accorder des bienfaits et les corriger s’ils commettent une faute.

Loi I. Que le roi doit aimer ses enfants et pour quelles raisons

  • 1  Proverbes, 23.24 : « Le père d’un juste sautera de joie, qui met au monde un sage se réjouira ».

2On appelle « infants » en Espagne les enfants de rois, et ils doivent être nobles, avoir de bonnes manières et être dépourvus de toute vilenie, en vertu de la noblesse qui leur vient de leur père et de leur mère. Le nom qui leur a été donné vient d’infans, mot latin qui signifie enfant de moins de sept ans sans péché et sans tache. C’est pourquoi les rois doivent s’employer à ce que leurs enfants soient ainsi et les aimer grandement. Et cet amour, le roi doit l’éprouver pour deux raisons. Premièrement, parce que ses enfants viennent de lui et qu’ils sont comme les membres de son corps. Deuxièmement, parce qu’à sa mort ils occupent sa place en sa mémoire pour accomplir les bienfaits qui lui incombaient. Il doit en outre éprouver cet amour précisément parce que cela sied au roi plus qu’à tout autre homme. Et il doit lui plaire que ses enfants soient meilleurs que lui, non pas parce qu’il aura commis pour eux un acte qui lui aura porté préjudice ou qui aura entamé son honneur, mais parce qu’ils auront su se montrer si bons par eux-mêmes qu’ils l’auront surpassé en bonté, ce qui doit lui plaire grandement et ce pour quoi il doit rendre grâce à Dieu. Et quand leur lignage s’élèvera ainsi, il n’aura de cesse de s’améliorer. À ce propos, le roi Salomon a dit qu’un père devait grandement se louer et s’honorer d’avoir un fils savant et bon1. Par conséquent, le roi qui aime ses enfants de la sorte leur voue un amour véritable, d’une part, en vertu de la nature, parce qu’ils viennent de lui, d’autre part, en vertu de la bonté, en voulant qu’ils soient bons.

Loi II. Que le roi doit veiller à l’éducation de ses enfants avec diligence

3Le roi doit faire toutes ses diligences pour éléver ses enfants avec grande bonté et grand soin, et cela pour deux raisons. Premièrement, en vertu de la nature, et deuxièmement, en vertu de l’entendement ; car, par nature, tout être qui engendre des enfants s’efforce autant qu’il le peut et selon sa nature de les élever et de leur fournir tout ce dont ils ont besoin. Si les animaux qui n’ont pas plein entendement agissent ainsi, à plus forte raison les hommes, dotés de savoir et de connaissance, doivent-ils s’y employer, et les rois plus que tout autre encore, car tous leurs actes doivent être plus accomplis et plus généreux que ceux des autres hommes. Et quand les enfants seront ainsi élevés, dans la plus grande générosité, ils grandiront plus aisément, seront plus sains et plus robustes, et auront une volonté plus ferme. En effet, à mesure qu’ils grandiront, puisqu’ils tireront profit des choses importantes, ils les retiendront davantage et oublieront celles qui le sont moins. Et en vertu l’entendement, ils doivent être élevés avec grand soin et avec élégance, car les enfants de rois sont tout à fait fondés à agir en toute chose avec soin et élégance, afin que d’une part, leurs actes les ennoblissent et que d’autre part, eux-mêmes donnent le bon exemple aux autres. Pour cela, il est nécessaire que ceux qui, dans leur entourage, seront chargés de leur éducation soient très élégants et très soignés, puisque les enfants de rois doivent les prendre en exemple. Aussi le roi qui ne veillera pas de la sorte à l’éducation de ses enfants recevra-t-il deux préjudices : d’une part, il aura de la peine si ses enfants manquent à l’une des choses susdites ; d’autre part, il sera tenu pour coupable et il lui arrivera ce que les sages anciens ont dit à propos de l’homme qui reçoit un préjudice par sa faute et ne peut s’en prendre qu’à lui-même.

Loi III. De quelle façon doivent être gardés les enfants de rois

4Le roi doit faire garder ses enfants de deux façons. Premièrement, il doit faire en sorte que nul ne fasse ni ne dise contre eux des choses insensées qui puissent entamer leur vertu et leur honneur. Secondement, il ne doit pas consentir que ses enfants fassent ou disent quoi que ce soit qui leur soit préjudiciable ou qui pourrait être cause de dommages. En effet, tout l’amour et toute l’éducation décrits dans les autres lois ne leur serviraient de rien s’ils n’étaient pas gardés de la sorte. Et les premiers à devoir exercer cette garde sont le roi et la reine et ils doivent le faire en leur donnant des nourrices saines, de bonnes mœurs et de bon lignage ; car de même que l’enfant est nourri et façonné dans le ventre de sa mère jusqu’à sa naissance, de même il est nourri et façonné par la nourrice, depuis l’instant où elle lui donne le sein jusqu’à celui où elle le sèvre. Et comme cette période est plus longue que celle qu’il passe dans le ventre de sa mère, il est impossible que l’enfant ne s’imprègne pas des manières et des mœurs de la nourrice. C’est pourquoi les sages anciens, qui ont parlé de ces choses naturellement, ont dit que les enfants de rois doivent avoir des nourrices qui aient suffisamment de lait et qui aient de bonnes manières, qui soient saines, belles, de bon lignage et de bonnes mœurs, et surtout qui ne soient pas trop colériques. En effet, si elles ont du lait en abondance et qu’elles sont parfaitement constituées et saines, les enfants qu’elles élèvent sont sains et robustes. Et si elles sont belles et élégantes, ceux qu’elles élèvent les aiment davantage, ont plus de plaisir à les voir, et acceptent d’autant mieux d’être élevés par elles ; et si elles ne sont pas colériques, elles les élèvent avec plus d’amour et de douceur, ce dont les enfants ont grand besoin pour bien grandir. En effet, les enfants pourraient être effrayés par les réprimandes ou les coups, ce qui les affaiblirait et les rendrait par conséquent malades ou les ferait mourir. C’est pourquoi le roi qui ne les ferait pas garder ainsi recevrait un grand préjudice, dans la mesure où ce qui devait lui procurer un grand plaisir lui procurerait une immense peine.

Loi IV. Que les fils de rois doivent avoir des précepteurs de bon lignage, de bonnes mœurs, avisés et pleins d’entendement

5Lorsque les fils de rois sont petits, leur père et leur mère doivent les faire garder de la façon dont nous avons parlé dans la loi précédente, mais lorsqu’ils sont plus grands, il convient qu’ils leur donnent des précepteurs qui les gardent, leur apprennent à manger, à boire, à se distraire et à se tenir de sorte qu’ils le fassent correctement et avec élégance, comme il sied aux fils de rois. Et « précepteur » signifie dans la langue d’Espagne « homme désigné pour élever un jeune garçon et qui doit avoir plein entendement pour lui apprendre à bien agir ». Et les sages ont dit qu’en matière d’apprentissage, les garçons, quand ils sont tout jeunes, sont comme la cire molle qui, une fois appliquée sur le sceau gravé, en garde l’empreinte. C’est pourquoi les précepteurs doivent inciter les garçons, quand ils sont jeunes, à apprendre les choses comme il convient. En effet, ceux-ci les apprennent plus aisément quand elles leur sont transmises au moment même de leur éducation : elles s’ancrent toujours mieux dans leur volonté pour qu’ils les gardent à l’esprit. Mais s’ils veulent leur enseigner ces choses quand ils sont plus grands et commencent à entrer dans l’adolescence, ils ne peuvent pas le faire aussi facilement à moins de les rendre dociles par la contrainte ; et même s’ils parviennent à apprendre ces choses, ils les oublient plus facilement pour celles qui leur sont plus habituelles. Par conséquent, pour toutes ces raisons les rois doivent avoir le désir de bien faire garder leurs fils et de choisir des précepteurs qui soient de bon lignage, de bonnes mœurs, peu enclins à la colère, sains et sensés, et surtout que ceux-ci montrent leur loyauté avec droiture en désirant ce qui est profitable au roi et au royaume. En effet, ceux qui doivent garder les fils de rois doivent avoir toutes ces qualités ou au moins être loyaux et de bonnes mœurs. Et le roi qui ne saura pas garder ses fils de la sorte recevra par conséquent un double préjudice : d’une part, la peine qu’il aura à cause du mal qu’ils font, d’autre part, celle qu’il aura à cause du mal qu’il aura à faire aux précepteurs par la faute de ses fils. Et ce que nous venons de dire concerne tous ceux qui doivent les servir, aussi bien les femmes que les hommes.

Loi V. À quoi doit-on habituer les fils de rois pour qu’ils soient élégants et soignés

6Certains sages ont parlé de la façon dont les précepteurs doivent élever les fils de rois et ont exposé les nombreuses raisons pour lesquelles ils doivent les habituer à manger et à boire correctement et avec élégance. Et parce qu’il nous a semblé qu’il s’agissait de choses qu’il fallait connaître, afin que les précepteurs puissent mieux éviter à ceux qu’ils éduquent de commettre une faute par manque de connaissance, nous avons ordonné de l’écrire ici. Et ils ont dit que la première chose que les précepteurs doivent apprendre aux jeunes garçons est de manger et de boire proprement et avec élégance. En effet, bien qu’aucune créature ne puisse se dispenser de manger et de boire, les hommes ne doivent pas le faire de façon bestiale et inélégante, et à plus forte raison les fils de rois, en vertu du lignage dont ils viennent, de la place qu’ils doivent occuper et parce que les autres doivent prendre exemple sur eux. Ils ont dit cela pour trois raisons. Premièrement, pour que le manger et le boire leur soient profitables. Deuxièmement, pour les préserver du mal qu’il pourrait leur advenir s’ils mangeaient ou buvaient trop. Troisièmement, pour les habituer à être propres et élégants, ce qui convient grandement aux fils de rois. En effet, tant que les enfants mangent ou boivent quand ils en ont besoin, ils sont plus sains et plus robustes. Et s’ils viennent à trop manger, ils sont plus faibles et plus souvent malades et il peut advenir que le manger et le boire, qui doivent être pour eux source de vie et de santé, soient cause de maladie et de mort. Et c’est avec élégance, ont dit les sages, qu’ils doivent faire manger les fils de rois, en les empêchant de mettre dans la bouche une autre bouchée avant qu’ils n’aient fini la première. En effet, outre le manque d’élégance dont ils feraient preuve, il y a là un un tel danger qu’ils s’étoufferaient aussitôt. Et ils doivent les empêcher de prendre la nourriture avec les cinq doigts de la main, pour que les bouchées ne soient pas trop grosses, et de manger de façon disgracieuse, non pas avec toute la bouche mais avec une partie seulement, car ils passeraient davantage pour des gloutons, ce qui est propre aux bêtes, que pour des hommes et celui qui le ferait aurait du mal à éviter que ce qu’il a mangé lui sorte de la bouche s’il voulait parler. De même, les sages ont dit qu’ils doivent les habituer à manger lentement et non rapidement, car celui qui fait autrement ne peut pas bien mâcher la nourriture, de sorte qu’elle n’est pas bien écrasée, se gâte forcément et se change en mauvaises humeurs, qui sont cause de maladies. Et ils doivent les obliger, parce qu’ils ont touché des choses avant de manger, à se laver les mains pour qu’elles soient plus propres, car plus la nourriture est propre quand on la mange, plus elle est salutaire. Et après manger, ils doivent les obliger à se les laver pour qu’elles soient propres lorsqu’ils les portent à leur visage ou à leurs yeux. Et ils doivent se les essuyer sur leurs serviettes et non ailleurs, afin d’être plus propres et plus élégants. En effet, ils ne doivent pas s’essuyer les mains sur leurs vêtements, comme le font ceux qui ne s’y connaissent pas en matière de propreté et d’élégance. Et ils ont dit aussi qu’ils ne doivent pas trop parler pendant qu’ils mangent, car s’ils le faisaient, ils ne pourraient éviter de gâter leur repas ou leurs propos. Et ils ne doivent pas chanter à table car ce n’est pas l’endroit approprié pour le faire et que l’on pourrait penser qu’ils le font plutôt parce qu’ils sont grisés par le vin que pour une autre raison. De même, les sages ont dit qu’il ne faut pas laisser les fils de rois trop se pencher sur l’écuelle pendant qu’ils mangent, d’une part, parce que c’est grande messéance, d’autre part, parce que l’on pourrait penser que celui qui le fait veut tout pour lui et ne veut partager avec personne.

Loi VI. Que les fils de rois doivent être mesurés quand ils boivent du vin

7On doit habituer les fils de rois à boire le vin avec mesure et coupé d’eau, car d’après ce qu’on dit les sages, s’ils le boivent pur ou en trop grande quantité, cela leur cause grand dommage. En effet, il se forme des apostèmes dans la tête des jeunes garçons qui en boivent trop. Ceux-ci contractent alors d’autres maladies graves si bien que les hommes pensent qu’il s’agit du diable. En outre, le vin leur fait perdre la tête et oublier les bonnes manières car il enflamme leur sang de sorte qu’ils deviennent forcément coléreux et indociles et qu’ils se montrent, quand ils sont grands, arrogants envers ceux avec qui ils vivent, ce qui est une mauvaise habitude, fort nuisible aux grands seigneurs. En plus de tout cela, il altère leur santé et raccourcit leur vie. Et les sages ont dit qu’il faut les habituer à ne pas trop boire d’une traite, car cela gâte le repas, excite la soif, donne mal à la tête et affaiblit la vue. De même, il ne faut pas les habituer à boire du vin trop souvent dans la journée, car cela, en empêchant la digestion de la nourriture, est très mauvais pour l’estomac et, pour cette même raison, donne mal à la tête. Ils ne doivent pas non plus boire après s’être couchés, car c’est une mauvaise habitude ; et il semble que ceux qui ont coutume de le faire ne peuvent pas s’en passer. De plus, cela fait de l’homme un grand dormeur, lui fait faire de mauvais rêves et le fait ronfler souvent. Les sages ont dit aussi que les fils de rois ne doivent pas boire dès le réveil car celui qui a coutume de le faire encourt de graves maladies telles que l’hydropisie et les affections du cerveau, qui sont des maladies qui inspirent aux hommes un profond dégoût envers ceux qui en sont pas atteints. De même, ils ont dit qu’ils ne doivent pas boire à jeun car cela leur ôte toute envie de manger, et celui qui le fait trop souvent a les membres qui tremblent et est empêché de dire ce qu’il a à dire. Ils ont dit aussi qu’il faut veiller à ce que les fils de rois ne boivent pas trop pendant le repas, car cela incite l’homme à la luxure à un moment inopportun, nuit grandement à celui qui agit ainsi à cette occasion et affaiblit son corps, et s’il engendre des enfants, ils naissent petits et chétifs. Par conséquent, pour toutes ces raisons, les précepteurs doivent être tout disposés à veiller grandement au manger et au boire des fils de rois. Et de même que l’on doit être reconnaissant envers ceux qui veillent sur eux en ce domaine et bien les récompenser, de même on doit infliger une peine à ceux qui contreviendraient à cela : s’ils sont nobles, ils doivent être bannis du royaume car ils ont mal servi leur seigneur, et si ce sont des hommes de moindre condition, ils doivent mourir pour cela, comme qui montre aux fils de son seigneur des choses qui ne font que les avilir.

Loi VII. Que les précepteurs doivent montrer aux fils de roi comment parler correctement et avec élégance

8La parole et le raisonnement sont des choses qui distinguent l’homme des autres animaux. Et bien qu’ils naissent de l’entendement, ils ne peuvent se manifester sans les mots. C’est pourquoi tous les hommes doivent s’employer à bien parler, et à plus forte raison ceux qui occupent une place éminente, car les hommes retiennent davantage leurs paroles que celles des autres hommes. Par conséquent, il convient grandement que les précepteurs, qui doivent garder les fils de rois, s’emploient à leur montrer comment parler correctement et avec élégance, car d’après ce qu’ont dit les sages qui ont traité de ce point, la parole est bonne et vient à propos quand elle est véritable et dite au moment et à l’endroit opportuns. Et elle est dite avec élégance quand elle n’est prononcée ni trop haut ni trop bas, ni trop vite ni trop lentement, et quand elle est énoncée avec la langue et non exprimée par des gestes, ce qui est basse contenance, comme lorsqu’on bouge ses membres trop souvent de sorte que les hommes pensent qu’on ose davantage exposer ses propos avec ses membres que par la parole, car c’est là grande messéance et manque de raison. Et il faut aussi que la parole soit précise car tout comme elle serait incorrecte si elle était excessive, elle ne serait pas correcte si elle était défaillante. Par conséquent, le roi doit veiller à donner à ses fils des précepteurs qui sachent bien leur enseigner toutes ces choses et qui puissent à raison être tenus pour responsables s’ils ne le font pas, de sorte que le blâme qu’ils s’attirent ne se retourne pas contre lui.

Loi VIII. Que les précepteurs doivent apprendre aux fils de rois à avoir bonne contenance

9La bonne contenance est ce qui fait la noblesse et l’élégance de l’homme. C’est pourquoi les précepteurs, qui doivent garder les fils de rois, doivent s’employer à leur montrer comment bien se tenir et les inciter à le faire. Et ils doivent leur apprendre à ne pas écouter la bouche ouverte quand quelqu’un leur dit quelque chose, et à ne pas se tenir dans une autre posture inélégante lorsqu’ils regardent celui qui s’adresse à eux. Ils doivent aussi leur apprendre à marcher avec élégance, sans être trop raides ni trop courbés, sans aller trop vite ni trop lentement et à ne pas trop lever les pieds ni les traîner quand ils marchent. Et quand ils veulent s’asseoir, ils ne doivent pas se laisser choir ni se lever précipitamment. Concernant leurs habits, ils doivent aussi leur apprendre à porter des vêtements nobles, élégants et à la mode. Et nous disons de même des mors et des selles ainsi que des bêtes qui les transportent, car toutes ces choses doivent être élégantes et très soignées, comme cela convient aux fils de rois. Et tout ce que nous avons dit, les précepteurs doivent le leur transmettre avec douceur et par des caresses, car ceux qui sont bien nés apprennent mieux avec des mots qu’avec des coups, aiment donc davantage ceux qui les traitent ainsi et leur en sont plus reconnaissants quand ils sont en mesure de comprendre.

Loi IX. Ce que les rois doivent enseigner à leurs fils

10Amour et crainte sont deux choses que doit ressentir celui qui reçoit enseignement et conseil d’autrui. C’est pourquoi, bien que le roi et la reine soient tenus de donner des précepteurs à leurs fils, il y a des choses qu’ils doivent eux-mêmes leur montrer afin que ces derniers les apprennent mieux en raison de l’amour et de la crainte qu’ils leur portent naturellement à eux plus qu’aux autres. C’est d’ailleurs en ces choses que sont contenues toutes les autres. La première est qu’ils sachent connaître, aimer et craindre Dieu. C’est ce qu’ils doivent leur montrer et leur enseigner en leur montrant le bien qui leur adviendra en ce monde et dans l’autre. Et lorsque les jeunes garçons auront appris cela de leurs parents, leur volonté en portera l’empreinte, ils s’en souviendront toujours et se garderont de faire quoi que ce soit qui aille à l’encontre de la Loi ou qui leur fasse encourir la colère de Dieu. Ils doivent aussi leur montrer comment aimer et craindre leur père, leur mère et leur frère aîné, qui sont leurs seigneurs naturellement en raison du lignage. De même, ils doivent leur montrer comment aimer leurs autres parents et leurs vassaux, comme il convient à chacun. Et ils doivent les conseiller de sorte que leurs paroles soient sûres et véritables, qu’ils ne jurent pas trop souvent, sauf sur des choses qui leur appartiendront de toute façon, et leur dire de ne pas se maudire ni de maudire les autres car c’est une chose qui cause du tort à tous, et à plus forte raison aux fils de rois ; il semble en effet que ceux qui agissent ainsi ont peu d’estime pour Dieu et pour eux-mêmes. Le roi et la reine doivent leur montrer tout cela et ordonner aussi aux précepteurs, quitte à les menacer, de le leur enseigner. En effet, jugeant qu’ils font en cela plaisir à leur père et à leur mère et redoutant d’encourir leur colère, les jeunes gens retiendront alors plus vite ces choses et elles s’ancreront davantage dans leur volonté. Et le roi et la reine qui ne voudront pas les conseiller ainsi commettront une lourde faute, d’abord envers Dieu, ensuite envers eux-mêmes et même envers leurs fils et envers tous ceux dont ils doivent être seigneurs.

Loi X. Ce que l’on doit apprendre aux fils de rois quand ils deviennent damoiseaux

11De même qu’il est raisonnable que les enfants changent de taille de vêtements à mesure qu’ils grandissent, de même il convient qu’ils apprennent les choses en fonction de leur âge. C’est pourquoi nous disons qu’outre les choses mentionnées dans les lois susdites, concernant ce que le roi et la reine doivent montrer à leurs fils lorsqu’ils sont jeunes, il y a d’autres choses qu’ils doivent leur apprendre, comme lire et écrire, ce qui est fort profitable à ceux qui savent le faire ; ils apprennent ainsi plus facilement les choses qu’ils veulent savoir et savent mieux garder leurs secrets. Le roi et la reine doivent également apprendre à leurs fils à ne pas convoiter les choses qu’ils ne peuvent ni ne doivent avoir. En effet, quand ces derniers n’ont de cesse de les désirer et qu’ils ne les ont pas, leur pensée et leur attention sont tout entières tournées vers ce qu’ils convoitent et leur bon sens et les autres choses qu’ils doivent faire s’en trouvent affaiblis. Ils doivent toutefois leur enseigner comment convoiter ce qui est bon et approprié et ne le leur donner en outre qu’avec mesure et quand il convient. Ils doivent aussi les habituer à être gais avec mesure et les préserver autant qu’ils peuvent de la tristesse, car elle empêche les jeunes gens de grandir et d’être sains. Et une fois qu’ils sont devenus damoiseaux, ils doivent leur donner quelqu’un qui les habitue à connaître chaque homme et à savoir qui il est, d’où il vient et comment ils doivent l’accueillir et lui parler selon ce qu’il est. Ils doivent aussi leur apprendre à monter à cheval, à chasser, à jouer à toutes sortes de jeux et à manier toutes sortes d’armes, comme il sied aux fils de rois. Nous disons de même qu’ils ne doivent pas les inciter à des choses que la nature requiert, comme le manger, le boire et le commerce des femmes mais les en écarter, de sorte qu’ils ne fassent pas ce qui est mauvais pour eux et qui peut leur porter préjudice. Et lorsque les fils de rois auront été gardés ainsi et qu’ils auront pris ces habitudes, ils seront bons et élégants et ne feront rien d’inconvenant contre les autres, et les précepteurs auront pleinement accompli la garde qui leur incombait. Et si ces derniers ne les gardaient pas de la sorte, outre le mal que leur feraient les parents et les enfants eux-mêmes quand ils seraient en mesure de comprendre, ils seraient en proie au mal que les autres hommes chercheraient à leur faire, pour se venger du tort que leur auraient causé les fils du roi en raison des mauvaises habitudes qui leur auraient été inculquées.

Loi XI. Des nourrices et des gouvernantes que les filles de rois doivent avoir et comment celles-ci doivent être gardées

12On doit donner aux filles de rois des nourrices et des gouvernantes qui les éduquent et les gardent avec grande diligence. En effet, si les fils de rois doivent être très bien gardés pour les raisons susdites, les filles de rois doivent l’être plus encore, car les garçons courent le monde et peuvent apprendre de tous, alors que les filles ne doivent recevoir d’autre enseignement que celui de leur père, de leur mère ou d’un membre de leur entourage que ces derniers auront désigné. Par conséquent, ils doivent donner à leurs filles des nourrices et des gouvernantes ayant les qualités que nous avons décrites pour ceux qui élèvent les garçons. Et ils doivent surtout veiller à ce qu’elles soient loyales et de bonnes mœurs car c’est la chose au monde qu’elles doivent le plus montrer à celles qu’elles élèvent. En effet, en vertu de la loyauté, les filles de rois se garderont elles-mêmes, garderont leur mari et tout ce qu’elles doivent garder, et en vertu des bonnes mœurs, elles seront vertueuses et donneront le bon exemple aux autres femmes. Et bien que cette garde incombe grandement au père, elle appartient surtout à la mère. Dès que les filles sont assez entendues pour le faire, leur mère doit leur apprendre à lire de sorte qu’elles lisent correctement les heures et qu’elles sachent lire dans le Psautier. Elle doit aussi s’employer à ce que ses filles soient mesurées et très élégantes lorsqu’elles mangent, boivent et parlent, ainsi que dans leur façon de se tenir et de se vêtir, et à ce qu’elles aient de bonnes habitudes en toute chose. Il convient surtout qu’elles ne soient pas colériques car outre la vilenie que cela suppose, c’est la chose au monde qui incite le plus les femmes à mal agir. Et leur mère doit leur apprendre à être adroites dans l’exécution des tâches réservées aux nobles dames, car c’est là une chose qui leur convient grandement ; elles en conçoivent de la joie et sont par conséquent plus apaisées. En outre, ces tâches chassent les mauvaises pensées, qu’il ne convient pas qu’elles aient.

Loi XII. Que le roi et la reine doivent s’employer à marier leurs filles et à les protéger

13Lorsque les filles de rois ont été éduquées et habituées comme il est dit dans la loi précédente et qu’elles ont atteint l’âge requis, le roi et la reine doivent s’efforcer de les marier convenablement et honorablement. Et ils doivent s’y employer avec grande diligence, en veillant particulièrement à quatre choses. Premièrement, à ce que ceux avec qui ils les marieront soient de haute condition afin que leur descendance soit encore plus noble. Deuxièmement, à ce qu’ils soient beaux et élégants afin qu’il y ait plus d’amour entre eux et qu’ils puissent avoir des enfants plus aisément. Troisièmement, à ce qu’ils soient de bonnes mœurs car ils sauront ainsi mieux les honorer et les protéger, leur vie à deux sera meilleure et leur amour plus durable. Quatrièmement, à ce qu’ils aient de grands biens ; ils vivront ainsi, eux et les enfants qu’ils auront, plus agréablement et plus honorablement. Et s’ils ne peuvent pas leur donner un mari qui réunisse ces quatre conditions, il doivent veiller par tous les moyens à les marier avec des hommes de bon lignage et de bonnes mœurs. Le roi qui fera ce qui est dit dans cette loi et dans la loi précédente agira comme il le doit envers ses filles en les éduquant correctement, en leur donnant de bonnes mœurs et un mariage qui leur convient. Il doit en outre se garder de leur donner l’occasion de mal agir ; elles lui causeraient alors de la peine ou du tort ou on lui en causerait par leur faute.

Loi XIII. Que le roi doit accorder des bienfaits à ses fils et les punir lorsqu’ils commettent une faute

14Le roi doit accorder faveurs et bienfaits à ses fils non seulement en les éduquant et en leur montrant les bonnes manières, mais aussi dans les choses temporelles, en leur donnant de grands biens, en cherchant à bien les marier et en leur donnant lui-même tout ce qu’il peut de son vivant de sorte qu’ils puissent vivre honorablement. En effet, comme l’ont dit les sages anciens qui ont fait les lois, c’est d’abord au père qu’il appartient d’aider ses fils, car ceux-ci s’estiment deux fois plus satisfaits et honorés par ce qu’ils reçoivent de lui que parce qu’ils reçoivent d’un autre. Si le roi n’agissait pas ainsi, ce serait chose fort insensée : tous ses autres vassaux seraient riches et bien dotés alors que ses fils seraient indigents de sorte qu’ils auraient à demander à autrui ce dont ils auraient besoin ou à aller chercher quelque aide dans un autre royaume. De même, le roi doit se servir de ses fils en temps de paix comme en temps de guerre et s’ils commettent une faute, il doit les corriger en tant que père et en tant que seigneur.

Haut de page

Notes

1  Proverbes, 23.24 : « Le père d’un juste sautera de joie, qui met au monde un sage se réjouira ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre VII. Comment doit être le roi envers ses enfants et eux envers lui », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/73

Haut de page