Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre IX. Comment doit être le roi envers ses officiers, les gens de sa maison et les gens de sa cour et eux envers lui

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Les empereurs, les rois et les autres grands seigneurs doivent avoir des officiers afin de disposer de leur service et de leur aide pour les choses qu’ils doivent faire. C’est pourquoi, puisque nous avons dit dans le titre précédent comment le roi doit être envers ses parents, nous voulons dire ici comment il convient qu’il soit envers ses officiers, qui doivent le servir et l’aimer, en vertu de leur office, pour la récompense qu’ils reçoivent de lui. Et premièrement nous parlerons de ceux qui servent quotidiennement en sa maison ou à la cour. Et nous montrerons ce que veut dire office royal, combien il y a de sortes d’officiers, de quelle manière ils doivent accomplir leur office, quelle récompense ils doivent recevoir quand ils le font bien et quelle peine quand ils le font mal. Et nous dirons surtout ce qu’est la cour, ce qu’est le palais et ce à quoi il faut veiller.

Loi I. Ce que veut dire office et combien il y a de sortes d’officiers

2Office désigne un service déterminé auquel un homme est assigné pour servir le roi ou la communauté de quelque cité ou ville. Et les officiers sont de deux sortes : les uns servent dans la maison du roi et les autres, de l’extérieur, comme le montrent ci-après les lois de ce titre. C’est pourquoi Aristote, dans le livre qu’il fit à Alexandre pour lui montrer comment il devait administrer sa maison et sa seigneurie, a posé une similitude entre l’homme et le monde : de même que le ciel, la terre et les choses qu’ils abritent forment un monde, appelé majeur, de même le corps de l’homme, avec tous ses membres, en forme un autre, qui est dit mineur. En effet, de même que le monde majeur est doté de mouvement, d’entendement, d’action, d’harmonie et de diversité, de même l’homme a tout cela par nature. Et à ce monde mineur qui, dans la similitude qu’il a établie, correspond à l’homme, il a appliqué une autre similitude, le rapportant cette fois au roi et au royaume, pour indiquer comment chacun d’eux doit se gouverner. Et par elle, il a montré que de même que Dieu a placé l’entendement dans la tête de l’homme, qui de tout le corps est la partie la plus noble, qu’il l’a mis là comme roi et qu’il a voulu que tous les sens et tous les membres, aussi bien ceux de l’intérieur, qui sont invisibles, que ceux de l’extérieur, qui sont visibles, lui obéissent et le servent comme leur seigneur et qu’ils alimentent le corps et le protègent comme un royaume, de même les officiers et les dignitaires doivent servir le roi comme leur seigneur et protéger et maintenir le royaume comme leur propre corps, car sans eux il ne peut être gouverné. Et, en un nouvel argument, il a montré que de même que les sens et les membres qui servent l’entendement de l’homme comme leur roi étaient de trois sortes, les deux premières ayant plutôt une action interne au corps et la troisième une action externe – les sens de la première sorte, internes, sont ceux qui œuvrent en secret, qui permettent notamment d’imaginer, de penser, de se rappeler en sa volonté ce que l’on veut faire ou dire ; ceux de la deuxième sorte œuvrent à l’alimentation et au soutien du corps, tels que les membres principaux qui sont à l’intérieur du corps et lui permettent de vivre ; ceux de la troisième sorte, qui œuvrent plutôt à l’extérieur du corps, sont voués à sa préservation et à sa protection, et s’appliquent aux choses que l’on voit, entend, goûte, sent et touche –, de même le roi devait avoir des officiers qui le servent de ces trois manières : les uns, pour les choses secrètes ; d’autres, pour protéger, maintenir et alimenter son corps ; d’autres, enfin, pour les choses qui relèvent de l’honneur, de la préservation et de la protection de son pays.

Loi II. Quels hommes le roi doit recevoir dans sa maison pour son service

3Le roi doit bien veiller à ce que les hommes qu’il prend en sa maison pour être servi par eux quotidiennement conviennent à cette tâche et qu’ils sachent l’accomplir, de sorte que ses gratifications envers eux soient bien employées. Car selon le conseil qu’Aristote a donné à Alexandre sur l’administration de sa maison, ces hommes ne doivent pas être très pauvres ou de très basse extraction, pas plus qu’ils ne doivent être très nobles ou très puissants. Et il a dit cela car la pauvreté pousse les hommes à une grande cupidité, qui est la racine de tout mal. Et leur basse extraction fait qu’ils ne connaissent ni apprécient les bonnes et grandes choses, ce qui ne sied pas aux hommes qui sont au service du roi. En effet, il serait impossible que le roi, s’il était servi par de tels hommes, n’en reçoive point un préjudice d’une de ces deux sortes : il pourrait être influencé par leur bassesse ou encore avoir à souffrir de leur cupidité. De même, le roi ne peut être bien servi, dans les offices de chaque jour, par des hommes nobles et puissants. Car, en raison de leur noblesse, ils dédaigneraient leur service quotidien et, à cause de leur puissance, ils s’enhardiraient à faire des choses qui seraient nuisibles et infamantes pour lui. C’est pourquoi il doit bien plutôt les prendre parmi les hommes moyens, en s’assurant tout d’abord qu’ils viennent d’un bon lieu, qu’ils sont loyaux, de bon jugement, et qu’ils ont de la fortune. Parce qu’ils viennent d’un bon lieu, ils auront toujours honte de faire des choses préjudiciables au roi. Leur loyauté les poussera à l’aimer et à être reconnaissants du bien qu’il pourra leur faire. Par leur bon jugement, ils se connaîtront eux-mêmes et sauront conserver la faveur dont ils jouissent. Parce qu’ils sont riches, ils n’auront pas l’occasion de mal agir par cupidité. Et les sages disent que bienheureux sont les hommes qui prennent la voie moyenne, qui ne pèche ni par excès ni par défaut, car elle est la plus sûre. Cependant, si le roi ne pouvait avoir à son service des hommes qui aient en eux ces quatre choses, qu’ils en aient au moins deux, le bon entendement et la loyauté, et qu’ils aient aussi la crainte de Dieu et agissent bien conformément à sa loi. Et quand il a de tels hommes, le roi doit leur accorder sa faveur et des gratifications à chacun, selon le mérite que lui valent ses bonnes actions ou son service. Ce qu’il donnera à de tels hommes sera bien employé et il sera bien servi par eux. Quant aux grands, il doit les placer dans de grands offices et faire en sorte qu’ils en usent pour le servir plus dignement et pour accroître l’honneur de sa cour.

Loi III. Comment doit être le chapelain du roi

4Il est bien connu que les hommes ont en eux deux natures : l’une est spirituelle, qui est l’âme, et l’autre, temporelle, qui est le corps. Et tout comme le corps de l’homme a besoin du soutien des choses temporelles pour se maintenir, l’âme a besoin du soutien des choses spirituelles car, sans elles, elle ne pourrait atteindre pleinement le bien pour lequel Dieu l’a créée. Par conséquent, outre que le grand chapelain du roi doit faire partie des plus honorables et des meilleurs prélats de son pays, qui doivent user de leur office en son honneur et en l’honneur de sa cour lors des grandes fêtes ou quand il l’ordonne lui-même, selon ce qui lui semble opportun, ce chapelain, qui l’accompagne quotidiennement et lui lit les heures, doit être un homme très lettré, de bon jugement, loyal, de bonne vie et bon connaisseur des usages de l’Église. Il faut qu’il soit lettré pour qu’il comprenne bien les heures et les Écritures, qu’il les fasse comprendre au roi et qu’il sache lui donner des conseils concernant son âme lorsqu’il doit le conseiller. De même, il doit être de bon jugement et loyal pour bien comprendre qu’il doit garder le secret de ce que le roi pourra lui dire en confession et pour savoir le prémunir contre les choses dont il doit se garder, car le roi est tenu plus que tout autre de se confesser et de recevoir les sacrements de la Sainte Église. Et c’est pour cette raison que le roi est son ouaille, car, de même que les autres hommes sont les ouailles de ceux qui leur délivrent les sacrements selon le lieu où ils résident, le roi l’est de son chapelain parce qu’il les lui délivre où qu’il aille. Il faut qu’il soit de bonne vie car il importe fort que celui qui doit accomplir une chose aussi sainte et noble que de consacrer le corps de Notre Seigneur Jésus Christ et que d’avoir en garde l’âme du roi soit de vie honnête et qu’il se comporte bien, de sorte que le roi et ceux de sa maison puissent prendre bon exemple sur lui et qu’il ne donne pas à voir en lui ce qu’il doit corriger chez les autres. Car, comme l’a dit Notre Seigneur Jésus Christ, il ne sied pas bien à celui qui veut retirer une petite paille de l’œil de son voisin d’en avoir lui-même une grande au travers du sien. Outre tout cela, il doit être bon connaisseur des usages de l’Église, comme nous l’avons dit plus haut, de sorte que lorsqu’il devra dire les heures au roi et aux hommes qui l’assistent, ils les dira bien et avec le ton qui convient, car, lorsqu’elles sont dites ainsi, les hommes les écoutent plus volontiers et avec une plus grande dévotion que si l’on fait des erreurs dans l’intonation ou dans les mots. De même, nous disons que le roi doit aimer son chapelain et lui faire honneur, en lui accordant des faveurs et des honneurs comme il convient à un homme qui est son confesseur et médiateur entre Dieu et lui. Son office est de protéger le roi, plus que tout autre de sa maison, dans les affaires secrètes qui requièrent le plus sa protection. Par conséquent, le chapelain qui agirait mal en cela, outre qu’il doit recevoir une peine relevant de son ordre, commet une trahison envers le roi et doit recevoir la peine que mérite un chapelain qui trahit.

Loi IV. Comment doit être le chancelier

  • 1  Faut-il lire « manera » au lieu de « memoria » ? cf. plus bas dans le texte.
  • 2  Plutôt que « de bonnes mœurs », cf. plus bas dans le texte : ce qui semble importer ici, c’est dav (...)
  • 3  Autres solutions, plus proches du terme concret « caloñar » : « faire payer », « faire rendre rais (...)

5Le chancelier est le deuxième officier de la maison du roi, parmi ceux qui ont un office lié au secret du roi. Car, tout comme le chapelain est médiateur entre Dieu et le roi, spirituellement, pour les affaires concernant son âme, le chancelier l’est entre le roi et les hommes, pour les choses temporelles. En effet, il doit contribuer par son savoir à toutes les choses, de quelque sorte que ce soit, que le roi décide par des chartes et doit les voir, avant qu’elles ne soient scellées, pour éviter qu’elles ne soient édictées à l’encontre du droit, ce qui serait dommageable et honteux pour le roi. Et s’il en trouvait une qui n’était pas faite comme il convient, il doit la déchirer ou l’annuler d’un trait de plume, ce qui se dit en latin cancellare, et c’est de ce mot que la chancellerie a reçu son nom. Aussi le roi doit-il choisir pour cela un homme qui soit de bon lignage, né avec un bon jugement, habile à discourir, doté d’une bonne mémoire1, qui se comporte bien2, qui sache lire et écrire aussi bien le latin que le roman, et, surtout, qui aime le roi en vertu d’un lien naturel, de sorte que le roi puisse le traduire en justice3 s’il a commis une faute qui mérite une peine. En effet, s’il est de bon lignage, il aura toujours honte de faire une chose qui lui sied mal. S’il est de bon jugement, il saura bien garder le secret du roi et ne pas être trop sûr des faveurs dont il jouit. Il faut qu’il soit habile à discourir car, comme il doit être médiateur entre le roi et ses sujets, il importe fort que, par sa parole, il fasse d’eux les amis du roi, leur montre comment ils doivent lui être reconnaissants du bien qu’il peut leur faire et leur fasse comprendre, lorsqu’il leur remet une charte ou leur signifie une décision de justice, qu’elles sont bien conformes au droit. Il faut qu’il soit doté d’une bonne mémoire pour se souvenir des chartes, des autres choses dont il a la garde et aussi de celles qu’il ordonne de faire, veillant à ce qu’elles ne se contredisent pas les unes les autres, et pour se souvenir des mots que le roi lui a ordonné de dire aux hommes et de ceux que ces derniers lui ont ordonné de dire au roi. Il doit bien se comporter et être avenant, de sorte qu’il sache recevoir les hommes qui viendront le trouver et honorer la place qui est la sienne. Et il convient qu’il sache lire et écrire en latin comme en roman de sorte que les chartes qu’il fera écrire soient composées et écrites de bonne et élégante manière. Par ailleurs, qu’il sache bien comprendre celles qui sont adressées au roi. Et son amour pour le roi doit être très sincère car, si tel n’était point le cas, il ne pourrait le servir et le protéger pour toutes les choses que nous avons dites. Et s’il est de ceux qui peuvent recevoir du roi une peine lorsqu’il l’a méritée, il se gardera toujours de faire quelque chose qui lui vaudrait cette peine. Et lorsque le roi aura un tel homme pour cet office, il doit l’aimer beaucoup, lui donner sa confiance et lui accorder honneurs et faveurs. Et si le roi n’a pas en lui un homme de cette sorte, il doit lui imposer une peine qui corresponde à la faute qu’il a faite contre lui.

Loi V. Comment doivent être les conseillers du roi

  • 4  Cf. l’acception très concrète de « seso » dans l’exemple 36 du Conde Lucanor.

6Un sage natif de Cordoue, qui eut pour nom Sénèque, a parlé de toute chose fort justement et a montré comment les hommes doivent être avisés dans les choses qu’ils vont faire, en les considérant avant de les faire, et il a dit ainsi que l’une des meilleures recommandations4 que l’homme doive suivre est de prendre conseil sur toutes les actions qu’il veut faire avant de les entreprendre. Et ce conseil, il doit le prendre auprès d’hommes qui aient en eux deux choses. Premièrement, qu’ils soient ses amis. Deuxièmement, qu’ils aient un bon entendement et un bon jugement. En effet, si ces hommes n’étaient pas ainsi, il pourrait se trouver exposé à un grand danger car jamais ceux qui détestent quelqu’un ne peuvent bien le conseiller, et en toute loyauté. C’est pourquoi le roi Salomon a dit qu’il n’est pas de pire infortune au monde pour l’homme que d’avoir son ennemi pour favori et conseiller. En outre, même dans le cas où le conseiller serait pour lui un grand ami, s’il n’était de bon entendement et de bon jugement, il ne saurait bien le conseiller comme il convient ni garder secrètes les choses qu’il lui dirait. Par conséquent, si tout homme doit s’efforcer d’avoir de tels conseillers, le roi le doit à plus forte raison, car, du conseil qu’on lui donne, s’il est bon, s’ensuivent un grand profit pour lui et un bon gouvernement pour son pays, alors que, s’il est mauvais, il en reçoit un grand détriment et ses gens, de grands dommages. C’est pourquoi Aristote a donné comme enseignement à Alexandre de prendre conseil auprès d’hommes soucieux de son avantage, de bon entendement et de bon jugement naturel. Et il a posé une similitude entre les conseillers et l’œil et ce, pour trois raisons. Premièrement, parce que les choses que l’œil voit de loin, il doit d’abord bien les scruter pour les reconnaître. Deuxièmement, parce qu’il pleure dans les malheurs et rit dans les plaisirs. Troisièmement, parce qu’il se ferme lorsqu’il sent que quelque chose veut s’approcher de lui pour l’atteindre à l’intérieur. Et tels doivent être les conseillers du roi. Qu’ils sachent scruter les choses de très loin et les reconnaître avant de donner leur conseil. Ils doivent aussi être de bons amis du roi, de sorte qu’ils soient bien aises de son avantage, et s’en réjouissent, et qu’ils se désolent au contraire de son malheur, et s’en attristent. Enfin, si certains les assaillent pour connaître les secrets du roi, qu’ils sachent bien les garder enfermés en eux-mêmes et qu’ils veillent à ne point les découvrir. En effet, qui découvre le secret d’autrui lorsqu’il ne lui appartient pas de le faire agit mal, et en deux manières : en premier lieu, ne serait-ce que parce qu’il manifeste en cela son manque de jugement et sa fausseté ; et en second lieu, à cause du préjudice qui peut advenir à celui dont il trahit le secret. Et s’il en va ainsi de tout mauvais conseiller, c’est d’autant plus vrai des conseillers du roi, qui doivent lui donner leur conseil à propos des choses graves dont il pourrait s’ensuivre un très grand dommage pour tout son pays s’ils le conseillaient mal ou s’ils découvraient son secret. Par conséquent, il est absolument nécessaire que le roi ait de bons conseillers, qu’ils soient ses amis, qu’ils aient un fort bon jugement et qu’ils sachent fort bien garder les secrets. Et, s’il en trouve de tels, le roi doit les aimer, leur accorder toute sa confiance et les gratifier de sorte qu’ils l’aiment beaucoup et qu’ils soient toujours mus par le désir de le conseiller au mieux. Et celui qui agirait autrement se rendrait coupable de trahison notoire, ce qui lui vaudrait une peine conforme au mal qui serait advenu par le conseil qu’il aurait donné.

Loi VI. Comment doivent être les « riches hommes » et ce qu’ils doivent faire

  • 5  Je n’ai rien trouvé de mieux pour rendre le jeu de mots.
  • 6  Cf. le TLF pour ce mot : « DR. Privilège, faveur accordée par une loi, un souverain ».

7Les sages ont appelé le roi « tête du royaume » pour les raisons susdites et ils ont posé que les nobles hommes du royaume en sont comme les membres car, de même que ce sont les membres de l’homme qui font son élégance et sa beauté et qui le servent, de même ce sont les hommes de haut rang qui font apparaître le roi noble et élégant et qui l’aident à défendre et à accroître le royaume. Nobles, ils en reçoivent le nom en vertu de deux choses : soit par le lignage, soit par la bonté. Et, bien que le lignage soit une noble chose, la bonté le surpasse et prévaut. Pourtant, c’est celui qui les possède toutes deux qui, en vérité, peut être appelé « riche homme », car il est riche par son lignage et homme accompli par sa bonté. Ils doivent conseiller le roi dans les affaires d’importance et leur raison d’être est d’embellir sa cour et son royaume, ce pourquoi ils sont appelés « membres ». Ainsi, Aristote, conseillant Alexandre, lui a dit que de même que les membres dignes de ce nom doivent posséder quatre qualités – premièrement, ils doivent être complets ; deuxièmement, sains ; troisièmement, élégants ; et quatrièmement, forts –, de même le roi doit faire en sorte que les « riches hommes » aient en eux ces quatre choses. Tout d’abord, que leur loyauté et leur vérité soient complètes car, alors, ils l’aimeront comme il se doit, voudront son bien et écarteront de lui ce qui peut lui nuire. Et, tout comme les membres doivent être bien sains, il importe fort que les « riches hommes » le soient dans leur jugement et leur entendement, car ils doivent conseiller le roi dans les affaires d’importance. En effet, s’ils n’étaient pas de bon jugement, ils en seraient incapables et ne sauraient pas non plus bien garder ses secrets. Et s’ils n’étaient pas de bon entendement, ils ne sauraient reconnaître le bien que le roi leur aurait fait, ne le serviraient pas comme ils le devraient et ne sauraient pas non plus préserver son avantage. Ensuite, il a dit que tout comme les membres doivent êtres dotés d’élégance, les « riches hommes » doivent l’être aussi et avoir en outre un bon comportement et de bonnes manières, car c’est par eux que la cour et le royaume pourront être plus beaux et plus nobles. En effet, s’ils sont ainsi, ils sauront mieux servir le roi, leur bon exemple sera suivi par tous les autres et ils pourront honorablement et dignement tenir leur rang. Et, tout comme les membres doivent être forts, les « riches hommes » doivent être fort5 courageux et tenaces afin de protéger leur seigneur et son pays, et afin d’accroître son royaume, pour leur honneur et pour le sien. Et s’ils n’étaient pas de cette sorte, ce serait là un grand mal, et en tout premier lieu pour eux-mêmes, puisqu’ils n’auraient pas fait les choses qu’ils auraient dû faire et qu’ils en auraient fait d’autres qu’il ne leur sied pas de faire, de sorte qu’ils seraient passibles d’une peine conforme à leurs actes. En outre, ce serait un grand préjudice pour le roi, sans compter les déplaisirs qu’ils lui infligeraient, de sorte qu’il les traduirait en justice selon le droit et qu’ils perdraient leur bénéfice6 et leur espérance.

Loi VII. Comment doivent être les notaires du roi et ce qu’ils doivent faire

8On appelle « notaires » ceux qui notent les privilèges et les chartes sur l’ordre du roi ou du chancelier. Parmi eux, il en est certains que le roi emploie pour leur confier ses secrets et d’autres qui sont employés par le chancelier, mais les uns et les autres doivent être de bon entendement, loyaux et capables de garder les secrets. Il convient qu’ils soient de bon entendement car, s’ils ne l’étaient pas, ils ne sauraient pas rédiger leurs notes en bonne et due forme, comme celles-ci doivent être faites. Et ils doivent être loyaux, afin de savoir bien préserver l’intérêt du roi et du royaume. De plus, ils doivent être bien capables de garder les secrets car, s’il leur arrivait de les trahir, il pourrait s’ensuivre un grand préjudice pour le roi et pour tout le pays. Ce sont eux aussi qui doivent faire sceller les chartes après que le roi ou le chancelier les aura vues et les aura déclarées valides. Les notaires doivent aussi veiller à ce que les chartes et les privilèges ne soient pas écrits par d’autres scribes que ceux que le roi aura nommés à cet office. C’est à eux qu’il appartient aussi de faire écrire les privilèges et les chartes dans le livre qui l’on appelle « registre », ce qui signifie « écrit qui recense ce qui a été fait chaque année ». Et, par-dessus tout, le roi doit s’assurer que ceux qu’il nommera à un tel office soient des hommes ayant de la fortune afin que, par besoin, ils n’aillent pas faire une chose qu’il ne leur sied pas de faire, et qu’ils soient aussi des hommes qu’il puisse traduire en justice s’ils commettaient une faute. En effet, s’ils sont de cette sorte, ils se garderont toujours de mal agir par crainte de perdre ce qu’ils possèdent ou de recevoir une peine. Et quand le roi aura de tels notaires, il doit les aimer beaucoup, leur accorder toute sa confiance et les gratifier de sorte qu’ils puissent bien le servir, et en toute loyauté. Et s’ils venaient à faillir en exécutant une tâche, il doit leur donner une peine conforme à l’importance de cette tâche.

Loi VIII. Comment doivent être les scribes des rois et ce qu’ils doivent faire

  • 7 Cf. General Estoria : « Éste venció las compañas non con fortaleza de su cuerpo nin con armadura de (...)

9L’écriture est une chose qui permet de faire état7 de tous les faits. Il est donc nécessaire que les scribes qui doivent s’en charger soient honnêtes et de bon entendement, d’autant plus s’ils sont de la maison du roi, car il convient que ceux-là aient un bon discernement et un bon entendement, qu’ils soient loyaux et qu’ils sachent garder les secrets. En effet, même si le roi, le chancelier et le notaire gardent le secret lorsqu’ils ordonnent que les chartes soient rédigées, ils ne pourront éviter le préjudice que leur causeront les scribes si ces derniers trahissent le secret, car ce sont eux qui écrivent toutes les chartes. Et il est nécessaire qu’ils soient avisés, de sorte qu’ils écoutent bien les paroles qu’on leur dit, qu’ils les comprennent et qu’ils sachent bien écrire et lire correctement. En outre, ils doivent être dépourvus de cupidité, afin de ne prendre rien d’autre que ce que le roi leur ordonne de prendre. Ils doivent être diligents, afin que la délivrance de la charte se fasse au plus vite. Ils doivent être des hommes que le roi puisse traduire en justice pour leur faute, s’ils en commettaient une. Et, par leur office, il leur revient d’écrire les privilèges et les chartes fidèlement à partir des notes qu’on leur donne, sans retrancher ou ajouter quoi que ce soit. Lorsqu’ils sont de cette sorte, le roi doit les aimer beaucoup et leur accorder toute sa confiance, mais s’ils allaient à l’encontre de ce qui a été dit et trahissaient les secrets qu’on leur avait ordonné de garder, s’ils les écrivaient sans que le roi en ait donné l’ordre et que, par là même, ces secrets étaient découverts, ou encore si, dans leur tâche, ils faisaient sciemment une falsification, de quelque manière que ce soit, ils se rendraient coupables de trahison notoire et, pour cette raison, devraient perdre leur corps et tous leurs biens. En effet, comme l’ont dit les sages, dire son secret à autrui, c’est comme lui remettre son cœur pour qu’il l’ait en son pouvoir et en sa garde ; et celui qui trahit le secret commet une faute aussi grave que s’il vendait ou aliénait ce cœur là où, plus jamais, il ne pourrait le reprendre. Par conséquent, celui qui agit ainsi envers son seigneur mérite la peine susdite.

Loi IX. Comment doivent être les gardes du roi et ce qu’ils doivent faire

  • 8  À mon avis, il faudra mentionner le terme castillan entre parenthèse. J’ai essayé de trouver un te (...)

10Nous avons montré dans les lois précédentes comment doivent être et ce que doivent faire les officiers à qui il revient de servir le roi dans les affaires touchant à ses secrets et qu’Aristote a comparés aux sens qui opèrent à l’intérieur du corps. À présent, nous voulons parler ici des autres officiers, qu’il a comparés aux sens qui opèrent à l’extérieur, c’est-à-dire ceux à qui il revient de servir le roi dans la garde et la conservation de son corps. Et bien que tous ceux du royaume soient tenus de le garder, il en est parmi eux qui doivent s’en charger particulièrement, aussi bien de jour que de nuit. Ce sont lesgardes (amesnadores)8 et, dans la langue ancienne de l’Espagne, ils sont appelés ainsi parce qu’ils ne doivent pas s’éloigner du roi tant qu’ils ne se sont pas assurés qu’ils le gardent (amesnar) en sûreté. Et cette garde qui leur incombe consiste à faire en sorte que le roi ne reçoive en son corps aucune atteinte de l’extérieur, telles des blessures, ou un coup mortel, ou toute autre chose qui serait pour lui source de maux ou de déshonneur. Et ils doivent assurer cette même garde lorsqu’il est au repos, car ils doivent le veiller et le garder quand il dort. Et parce qu’ils doivent être toujours prêts à risquer leur vie pour le roi, on les appelait jadis « compagnons » de son palais. Et les hommes de cette sorte doivent avoir en eux six choses. Il faut qu’ils soient de bon lignage, loyaux, de bon entendement, de bon jugement, avisés et courageux. En effet, s’ils n’étaient pas de bon lignage, il pourrait arriver d’aventure qu’ils n’aient pas honte de faire quelque chose qu’il ne leur sied pas de faire. S’ils n’étaient pas loyaux, ils ne sauraient pas aimer le roi et ne le protégeraient pas dans les circonstances où ils doivent le faire. S’ils n’étaient pas de bon entendement, ils pourraient commettre de graves manquements au service de garde qu’ils doivent faire. S’ils n’étaient pas de bon jugement, ils ne sauraient reconnaître ni apprécier le bien qu’on leur ferait. S’ils n’étaient pas avisés, ils ne sauraient écarter ni affronter les dangers qui d’aventure pourraient survenir. Et s’il leur manquait du courage, ils n’oseraient pas défendre ou attaquer lorsque le roi le leur ordonnerait. Et, outre tout ce que nous avons dit, il est nécessaire qu’ils aient un bon comportement, qu’ils soient pondérés, d’apparence convenable et mesurés dans leurs paroles. Il est juste, en effet, que ceux qui vont garder le corps du roi en permanence soient des hommes de cette sorte. S’ils le sont, le roi doit les aimer, leur accorder sa confiance, leur faire honneur et les récompenser ; mais s’ils ne l’étaient pas, au point de faillir dans la garde du roi qu’ils sont tenus de faire, de sorte que ce soit un préjudice et un déshonneur pour le roi dans son corps, ils se rendraient coupables de trahison notoire et devraient recevoir les peines réservées aux traîtres.

Loi X. Comment doivent être les médecins du roi et ce qu’ils doivent faire

11« Fisicus », comme l’ont montré les sages, signifie le savoir qui permet de connaître comment sont les choses en elles-mêmes selon la nature et quel effet chacune d’elle produit sur les autres. C’est pourquoi ceux qui en usent bien peuvent faire beaucoup de bien et supprimer de nombreux maux, notamment en préservant la vie et la santé des hommes et en écartant loin d’eux les maladies qui leur font endurer de grandes souffrances et les conduisent à la mort. Ceux qui font cela sont appelés médecins et ils doivent s’efforcer non seulement de supprimer les maladies des hommes mais aussi de maintenir ceux-ci en bonne santé de sorte qu’ils ne tombent pas malades. C’est pourquoi il importe que les médecins que le roi prendra auprès de lui soient très bons et, selon ce qu’Aristote a dit à Alexandre, qu’ils aient en eux quatre choses. Premièrement, qu’ils soient experts en leur art. Deuxièmement, qu’ils aient fait leurs preuves en ce même art. Troisièmement, qu’ils soient avisés face aux événements qui pourraient advenir. Quatrièmement, qu’ils soient très loyaux et véritables. En effet, s’ils ne sont pas experts en leur art, ils ne sauront pas reconnaître les maladies. S’ils n’ont pas pleinement fait leurs preuves en ce même art, ils ne pourront pas être d’un conseil aussi sûr, chose qui entraîne un grand préjudice. S’ils ne sont pas bien avisés, ils ne sauront pas bien faire face aux grands dangers lorsque ceux-ci surviennent. Et s’ils n’étaient pas loyaux, ils se rendraient coupables de trahisons plus graves que d’autres hommes, car ils le feraient en secret. Lorsque le roi dispose de médecins qui aient en eux les quatre choses susdites et qui en usent bien, il doit leur faire grand honneur et grand bien. Et si d’aventure ils agissaient en sens contraire de leur plein gré, ils se rendraient coupables de trahison notoire et méritent la peine des hommes qui tuent traîtreusement ceux qui leur accordent leur confiance.

Loi XI. Comment doivent être les officiers du roi qui doivent lui servir à manger et à boire

12Les aliments, à savoir ce que l’on mange et l’on boit, est une chose sans laquelle le corps ne peut se conserver. C’est pourquoi les officiers qui doivent servir le roi à ce sujet occupent une meilleure place que les autres dont nous avons parlé ci-dessus pour ce qui est de veiller sur sa vie et sur sa santé, car quand bien même les médecins consacreraient tous leurs efforts à veiller sur lui, ils ne pourraient pas le faire si celui qui lui prépare à manger ne voulait pas lui-même veiller sur lui. Nous disons de même de ceux qui lui donnent le pain, le vin, les fruits et toutes les autres choses qu’il doit manger et boire. En effet, selon ce qu’Aristote a dit à Alexandre, il importe que ces officiers aient en eux sept choses. Premièrement, qu’ils soient de bon lignage et, s’ils le sont, ils se garderont toujours de faire des choses qui lui nuisent. Deuxièmement, qu’ils soient loyaux, car, dans le cas contraire, le roi pourrait recevoir de grands maux à cause d’eux. Troisièmement, qu’ils soient de bon entendement, de sorte qu’ils sachent bien faire les choses qui relèvent de leur office. Quatrièmement, qu’ils soient de bon jugement, de sorte qu’ils sachent reconnaître le bien que le roi leur fera, sans perdre la tête ni s’enhardir dans les faveurs dont ils jouissent. Cinquièmement, qu’ils se soient pas trop cupides, car la cupidité excessive est racine de tout mal, comme il est dit plusieurs fois ailleurs. Sixièmement, qu’ils ne soient pas envieux, mus par une envie mauvaise, car, s’ils l’étaient, il se pourrait qu’ils fussent poussés par là même à commettre quelque forfait. Septièmement, qu’ils ne soient pas trop colériques, car c’est là une chose qui prive l’homme de son jugement, ce qui ne sied pas aux hommes qui ont de tels offices. Enfin, plus que toutes les autres choses que nous avons dites, il leur incombe fort d’être soignés et propres, afin que ce qu’ils prépareront pour le donner à manger ou à boire au roi soit bien préparé et qu’ils le lui servent proprement, car, si c’est propre, cela plaira au roi, et si c’est bien préparé, il en aimera mieux le goût et le digèrera mieux. Lorsque le roi dispose de tels hommes en ces offices, il doit les aimer et leur faire grand honneur et grand bien. Et si d’aventure il s’apercevait que l’un d’entre eux agit mal, n’exerçant pas son office loyalement comme il le doit et conformément à ce qui a été dit, il doit lui infliger, dans son corps, la peine qui revient à celui qui se rend coupable d’une des plus grandes trahisons qui soient.

Loi XII. Comment doivent être le maître d’hôtel9 et le chambellan10 du roi

  • 9  Prosper Mérimée écrit dans Histoire de don Pèdre Ier roi de Castille (Revue des deux mondes, 1847) (...)
  • 10  « Chambellan : Officier domestique chargé de diriger la Chambre du roi, de la reine ou d’un prince (...)

13Le maître d’hôtel (repostero) est un autre officier qui occupe une grande place dans la garde du corps du roi. Il porte ce nom parce qu’il doit tenir les choses que le roi ordonne de garder en son secret et il doit aussi tenir sous sa garde d’autres choses qui ont trait à la garde du roi, tels que les fruits, le sel et les couteaux avec lesquels on tranche devant lui, ainsi que quelques autres choses qui se mangent ou qui sont données en présent au roi et qu’il doit garder. C’est pourquoi les maîtres d’hôtel doivent avoir en eux toutes les choses que nous avons dites dans la loi précédente à propos des autres officiers. Et nous disons de même du chambellan, qui porte ce nom parce qu’il doit garder la chambre où le roi est logé, ainsi que son lit, les vêtements qu’il porte, les coffres et les écrits du roi que, même s’il sait lire, il ne doit pas lire ni laisser un autre lire. Et, par-dessus tout, il importe qu’il ne soit pas intrigant ni trop curieux de ce qu’il voit et entend, mais il doit être sensé, taciturne et capable de garder les secrets. Et lorsque le maître d’hôtel et le chambellan sont de cette sorte, le roi doit leur faire grande grâce et grand bien, tout comme nous l’avons dit à propos des autres. Et s’ils agissaient en sens contraire, ils doivent recevoir la même peine que les autres.

Loi XIII. Comment doivent être les dépensiers du roi et ce qu’ils doivent faire

14Les dépensiers sont d’autres officiers, qui doivent acheter les choses dont ils ont besoin pour approvisionner le roi et on les nomme ainsi parce qu’ils dépensent l’argent qui sert à les acheter. Il faut qu’ils aient en eux quatre choses. Premièrement, qu’ils soient entreprenants. Deuxièmement, qu’ils soient expérimentés. Troisièmement, loyaux. Quatrièmement, qu’ils aient des biens en propre. En effet, s’ils sont entreprenants, ils s’aviseront toujours de faire aller chercher les choses dont ils ont besoin. S’ils sont expérimentés, ils sauront les reconnaître et les acheter dans l’intérêt de leur seigneur, ainsi que lui en rendre compte et les lui fournir lorsque c’est nécessaire. S’ils sont loyaux, ils se garderont de commettre un vol, non seulement envers leur seigneur mais aussi envers ceux à qui ils achètent et, en outre, ils sauront donner ce qu’il faut, convenablement et quand il le faut. S’ils ont des biens, ils perdront tout désir de faire quelque chose qui desserve le roi, ou qui lui porte atteinte ou préjudice en lui faisant perdre ce qu’il possède. Et lorsqu’ils sont de cette sorte, le roi doit leur faire (grande) grâce et (grand) bien. Et, de même que pour les autres dont nous avons parlé ci-dessus, s’ils agissent mal dans ce qu’ils doivent faire, il doit leur infliger une peine correspondant à leur faute.

Loi XIV. Comment doivent être les huissiers du roi et ce qu’ils doivent faire

15La charge d’huissier, dans la maison du roi, est un très grand office. C’est pourquoi ceux qui occuperont cette place doivent être de bon lignage, être loyaux et avoir en eux toutes les choses dont nous avons parlé pour les autres officiers. Et ils doivent surtout être de fort bon entendement afin de savoir qui ils doivent accueillir et à quels moments. Il importe qu’ils aient la parole aisée et agréable de sorte que ceux qu’ils accueilleront se sentent bien reçus par eux et qu’ils sachent expliquer aux autres pourquoi ils ne les accueillent pas. Et après les avoir accueillis, ils doivent faire savoir au roi qui sont ces hommes et pourquoi ils viennent, afin qu’il sache par eux avec qui il doit d’abord traiter, car aussi bien les officiers que les autres ne peuvent se rendre auprès du roi que par leur entremise. C’est pourquoi Aritote les a comparés à la bouche, par laquelle entrent toutes le choses dont l’homme se nourrit. En outre, parce que tous les hommes qui entrent dans la maison du roi les (re)connaissent mieux que les autres officiers, il fut anciennement décidé que c’est par leur entremise que l’on donnerait et recevrait toujours les châteaux. […]

Loi XVIII. Des juges du roi et de ce qu’ils doivent faire

16On appelle « juges » ceux qui jugent les procès. C’est pourquoi, ceux qui doivent rendre la justice à la cour du roi occupent une très haute charge, car outre qu’ils jugent les affaires qu’on porte devant eux, ils ont le pouvoir de juger les autres juges du royaume. Et pour toutes ces raisons, ils doivent avoir de nombreuses qualités. En premier lieu, ils doivent être de bon lignage pour que la faute leur fasse honte. Et ils doivent aussi avoir bon entendement pour comprendre aisément ce qu’on exposera devant eux, et être avisés et judicieux pour être capables de discernement et pour juger droitement. Et s’ils savent lire et écrire, cela leur sera fort utile car ils liront eux-mêmes les lettres, les requêtes et les rapports confidentiels, lesquels ne tomberont pas entre les mains de qui en détournerait le sens. Il convient aussi qu’ils sachent bien parler, afin de pouvoir exposer clairement leurs arguments lorsqu’ils rendront leurs jugements. Ils doivent également être patients : ainsi ils ne se plaindront ni ne s’irriteront des cris des plaignants et ils ne seront pas portés à des paroles ou à des actes qui leur causeraient du tort. En outre, ils doivent être bons justiciers pour faire droit et rendre justice à tous ceux qui feront appel à leur juridiction. Et il faut absolument qu’il en soit ainsi pour que rien dans leurs jugements ne porte préjudice au roi ni au peuple, et pour que rien n’entache leur réputation ni ne mette leur corps en péril. De même, ils doivent être fermes afin de ne s’écarter ni du droit ni de la vérité et de ne pas leur faire obstacle, quel que soit ce qui pourrait leur advenir, de bien ou de mal. Et ils doivent surtout être très loyaux afin de pouvoir observer toutes les choses susdites. Ils doivent notamment aimer le roi, veiller sur sa seigneurie et sur tous ses biens. De tels juges, le roi doit les aimer, avoir grande confiance en eux et leur faire grand bien et grand honneur. Et lorsqu’ils n’agissent pas de la sorte, ils doivent recevoir une peine à la mesure de la faute qu’ils auront commise.

Loi XIX. De l’adelantado royal

17Bien souvent, des plaignants s’estimant lésés font appel des jugements rendus contre eux par les officiers de justice de la cour. Il arrive parfois que le roi, trop sollicité, ne puisse les entendre lui-même : il convient donc qu’il désigne quelqu’un pour statuer à sa place. Un officier de cette sorte est appelé « juge suprême » car sa fonction est d’amender les jugements rendus par les autres officiers de justice ; on l’appelle aussi adelantado de la cour – de adelante, « en avant » – car le roi le met en avant des autres pour entendre à sa place les causes en appel. Aussi, puisqu’il occupe cette place si éminente et si honorable, il doit être de haut lignage et très loyal, de bon entendement et savant ; il doit avoir en lui toutes les choses que nous avons dites des autres officiers de justice, comme nous l’avons dit dans la loi précédente. En effet, puisque c’est à lui de rendre meilleurs les jugements des autres juges et d’éviter au roi l’embarras des longs procès, il convient fort qu’il ait en lui toutes les qualités susdites. Un tel adelantado, le roi doit l’aimer, avoir confiance en lui et lui faire grand honneur et grand bien. Et si d’aventure un adelantado va contre cela, il doit être châtié comme nous l’avons dit.

Loi XX. De celui qui doit exécuter les sentences à la cour du roi

  • 11  Tous ceux qui parlent le roman.
  • 12  Les fonctions du justicia rappellent celles du grand justicier mais se limitent toutefois à l’exéc (...)
  • 13  Les fonctions de l’alférez s’apparentent à celles du connétable. Pour les fonctions de l’alférez, (...)
  • 14  Desde el siglo XI se consideraban injurias de acción (frente a las lesiones, con derramamiento de (...)

18En arabe, on appelle alguazil celui qui, à la cour du roi, est tenu d’arrêter et d’exécuter les coupables sur ordre du roi ou des juges en charge des procès. Les latins11 l’appellent « justicia »12, nom qui convient fort bien à un tel office, car celui qui a cette charge doit appliquer la justice en toute droiture. L’alférez13est certes un officier de rang plus élévé, en ce qu’il doit exécuter les nobles et faire tout ce dont nous avons parlé, mais l’aguazil n’en remplit pas moins un office tout aussi important qui consiste non seulement à exécuter les hommes de moindre condition, car telle est sa charge, mais aussi les nobles sur ordre du roi ou de l’alférez. L’alguazil est aussi tenu d’emprisonner ceux qui doivent être arrêtés et de mettre à la question ceux pour qui cela se justifie. Cependant, il ne doit rien faire de tout cela s’il n’en a reçu l’ordre du roi, de ses alcades ou du juge suprême de la cour. Et lorsqu’il doit torturer un condamné, il doit le faire en présence d’un juge qui écoute ce que dit le supplicié et consigne ses déclarations par écrit afin qu’il en reste une trace et que rien ne puisse en être changé. De même, il doit placer les prisonniers sous bonne garde jusqu’à ce qu’ils soient condamnés à la peine qu’ils méritent ou relaxés. Et bien que nous ayons dit plus haut qu’il ne doit procéder à aucune arrestation sans en avoir reçu l’ordre du roi, de ses alcades ou du juge suprême, il pourrait le faire s’il surprenait des hommes qui auraient blessé ou tué quelqu’un au cours d’une rixe, ou qui auraient commis un vol ou un larcin. En effet, il lui incombe de mettre fin aux rixes et de punir ceux qui se battent à l’endroit où se trouve le roi14. De même, il doit veiller à ce que les gens qui vivent en ces lieux ne subissent aucun dommage dans leurs champs, dans leurs vignes, dans leurs potagers ni dans aucun de leurs biens et que personne ne s’empare de force des choses qu’ils y auront amenées pour les vendre ou pour les remettre à quelqu’un en particulier. Et par-dessus tout, l’aguazil doit garder, la nuit, l’endroit où se trouve le roi, afin que nulle violence, nul larcin, nul méfait n’y soient commis. Pour toutes les tâches dont il doit s’acquitter, il faut qu’il soit de bon lignage, plein d’entendement, savant, loyal, discret et courageux, et qu’il sache lire, et ce pour les raisons que nous avons exposées dans la troisième loi avant celle-ci, sur les juges. Un tel alguazil, le roi doit l’aimer et lui accorder bienfaits et grâces. Et lorsqu’il commet une faute en s’acquittant de l’une des tâches qui relèvent de son office, il doit recevoir une peine à la mesure de la faute qu’il aura commise.

Loi XXI. Des messagers du roi

19On appelle « messagers » les officiers que le roi envoie auprès de ceux à qui il ne peut dire sa volonté de vive voix ou de ceux à qui il ne peut ni ne veut la faire connaître par écrit. Les messagers occupent une charge éminente et très honorable, comme ceux qui sont tenus d’exprimer la volonté du roi par leur parole. C’est pourquoi, en parlant d’eux, Aristote a eu recours à l’image de la langue du roi car ils doivent dire à la place du roi, là où il les envoie, ce qu’il ne peut pas dire de vive voix. De même, il les a associés par similitude à l’oeil et à l’oreille du roi, car ils doivent voir et entendre là où ils se rendent ce que le roi ne voit ni n’entend. Par conséquent, de tels officiers doivent être bien nés, loyaux, pleins d’entendement, très savants, éloquents, désintéressés et fort discrets. En effet, s’ils n’avaient pas ces qualités, ils n’éprouveraient pas de honte à faire des choses qui leur causeraient du tort ; ils ne sauraient ni aimer le roi, ni défendre son honneur et son bien, et ils n’auraient pas la sagesse nécessaire pour connaître et comprendre quel est celui qui les envoie, quel est celui qu’ils vont voir, à quelles fins ni ce sur quoi porte leur mission, trois (sic) choses que tous les messagers doivent savoir. Sans éloquence, ils seraient incapables d’exprimer ce qu’on les a envoyés dire. S’ils étaient cupides, cela les conduirait à percevoir quelque gratification qui serait source de honte pour qui les mandaterait : les messagers ne doivent en effet pas percevoir de gratification ni demander pour eux aucun bénéfice jusqu’à ce qu’ils aient obtenu ce pour quoi leur seigneur les a envoyés, car c’est de lui qu’ils doivent recevoir la récompense de leur mission et non de celui auprès de qui ils sont envoyés. De même, s’ils étaient trop indiscrets, cela pourrait faire échouer leur mission et prouverait qu’ils manquent de bon sens et qu’ils abusent leur seigneur. Par conséquent, il convient que les messagers possèdent toutes les qualités que nous avons énumérées au début de cette loi. De tels messagers, le roi doit les aimer, avoir confiance en eux et leur faire grand honneur et grand bien. Outre ces messagers, il en est qui sont chargés de porter des messages écrits ; ceux-là sont semblables aux pieds de l’homme qui souvent se meuvent en oeuvrant à son profit mais sans parler. Et bien qu’ils n’occupent pas une place aussi éminente que les premiers, ils doivent posséder trois qualités : être loyaux, pleins d’entendement et désintéressés, et ce, pour les raisons que nous avons exposées à propos des autres messagers. Si tels sont les uns et les autres, le roi doit les aimer et les récompenser. Dans le cas contraire, ils doivent recevoir une peine à la mesure des fautes qu’ils auront commises au cours de leur mission.

Loi XXII. Ce que doivent faire les adelantados nommés par le roi dans les provinces.

  • 15  Du latin « praeferri », se porter en avant ou devant.

20Adelantado signifie « homme placé en avant des autres, par ordre du roi, dans l’exercice d’une fonction déterminée ». Voilà pourquoi, jadis, celui qui était ainsi placé à la tête d’un vaste territoire était appelé, en latin, « prefes provincie »15. Il s’agit là d’une très haute charge car, sur ordre du roi, l’adelantado est placé au-dessus de tous les merinos des provinces et des districts, tout autant que des villes. Et cet officier-là, Aristote l’a associé par similitude aux mains du roi, qui s’étendent sur toutes les terres de sa seigneurie et se saisissent des malfaiteurs pour les châtier et pour punir les fautes et les méfaits, en l’absence du roi. L’adelantado doit être très diligent et veiller sur le territoire qui lui est confié, afin qu’il ne s’y produise ni séditions ni autres mauvais tumultes, qui portent toujours préjudice au roi et au royaume. C’est également à lui qu’il revient d’entendre ceux qui, s’estimant lésés, voudraient faire appel des jugements prononcés contre eux par les alcades des villes et que le roi entendrait s’il se trouvait là. De plus, l’adelantado doit parcourir le territoire qui lui est confié et ce, pour trois raisons : premièrement, pour corriger les malfaiteurs, deuxièmement, pour que chacun puisse faire valoir son droit et troisièmement, pour informer le roi de l’état dudit territoire. Lorsqu’il arrive, à cause de quelque pénible affaire, ou pour tout autre juste motif, que l’adelantado doive demeurer en un lieu, il doit veiller à choisir non pas l’endroit le plus agréable, mais celui qu’il aura estimé le plus conforme aux intérêts des habitants du lieu, afin de leur épargner souffrances et débours. En effet, pour lui, loisir et plaisir ne doivent avoir de plus haute visée que celle d’accomplir avec droiture les devoirs de la charge qui lui a été assignée. En outre, il ne doit pas toujours aller en grande compagnie pour ne pas faire de grandes dépenses ni grever le territoire de sa juridiction ; en effet, lui qui en a reçu la charge ne doit pas y causer de dommages. Et pour bien faire cela comme il convient, il doit s’entourer d’hommes experts en fors et en droit, afin qu’ils l’aident à juger les affaires et le conseillent en cas de doute. Ceux-là, le roi doit les choisir pour l’adelantado, afin qu’ils soient tels que doivent être, comme nous l’avons dit, ceux qui jugent en sa cour. Il doit aussi être accompagné d’un greffier choisi par le roi, conformément à ce que doivent être, comme nous l’avons dit, les greffiers de sa maison. Ce greffier doit consigner les minutes de tous les procès soumis à l’adelantado ou aux juges qu’il aura amenés avec lui, le cours des délibérations et les jugements qui auront été prononcés ; il doit consigner toutes ces choses pour qu’elles soient conservées et que l’on s’en souvienne, et que, si quelque doute survient au sujet d’un procès, la vérité puisse être connue. Cependant, bien que l’adelantado ait le pouvoir de faire toutes ces choses comme nous l’avons dit, si certains s’estimaient lésés par un jugement que lui ou ses alcades auraient rendu contre eux et en appelaient au roi, l’adelantado devrait accepter ce recours et adresser au roi les documents scellés de son sceau contenant l’ensemble des minutes des procès soumis en appel à l’adelantado ou à ses alcades, tels qu’ils se sont déroulés, et les plaignants, afin que le roi puisse savoir s’ils en ont appelé à lui à bon droit ou non. Par ailleurs, s’il arrivait à certains nobles d’échanger devant l’adelantado des paroles offensantes, matière à duel judiciaire, celui-ci ne devrait pas les entendre plus avant, mais les envoyer sans délai au roi et ce, en raison de la condition des parties en présence. Il doit agir de même pour l’offense que constitue la trahison et pour la félonie, elles aussi matière à duel judiciaire. En effet, ces deux cas, nul autre que le roi ne doit les entendre ni les trancher. Et cet officier-là doit avoir toutes les qualités énoncées plus haut au sujet de l’alférez. En outre, il ne doit pas être orgueilleux ni appartenir à une faction : un adelantado plein de superbe ferait peur aux gens qui n’oseraient jamais venir lui demander justice et un factieux montrerait par là qu’il veut le pouvoir pour lui et non pour le roi. Un adelantado doté de toutes les qualités susdites, le roi doit l’aimer, avoir grande confiance en lui et lui faire grand honneur et grand bien. Et s’il vient à faillir en l’une des choses que nous avons dites et auxquelles sa charge l’oblige, il doit recevoir une peine à la mesure de la faute qu’il aura commise.

Loi XXIII. Ce que doit faire le merino mayor

  • 16 Mayoría, en castillan, d’où le titre de merino mayor.

21Merino est un ancien mot d’Espagne désignant l’homme qui a la prééminence16 en matière d’exécution de la justice dans certaines limites comme celles d’une ville ou d’une contrée. Il y a deux sortes de merinos : en effet, certains sont nommés par le roi lui-même pour tenir lieu d’adelantado et ceux-là sont appelés merinos mayores et ont autant de pouvoir que l’adelantado, et d’autres sont nommés par l’adelantado ou les merinos mayores. Ces derniers ne peuvent toutefois faire justice que dans quelques cas précis que l’on appelle « voix du roi », à savoir pour les détrousseurs de grand chemin, les voleurs notoires, si une femme est violée, ou que le porteur d’un sauf-conduit est assassiné, ou en cas de vol, de violence manifeste, ou encore dans les cas où tous peuvent intervenir : lorsqu’ils ont vent d’une trahison qui se tramerait contre le roi lui-même ou contre tout ce qui touche au plus près à sa personne, comme nous l’avons dit plus haut, ou en cas de révolte d’un territoire. Cependant, ils ne doivent pas outrepasser cela et condamner à mort, à la prison, ou à l’amputation d’un membre, lorsqu’on leur donne la garantie que l’affaire relève du for du territoire ou du jugement du roi, sauf si ce dernier leur ordonne expressément de le faire. Et, puisque le merino mayor occupe une place très éminente et très honorable, il doit avoir toutes les qualités que nous avons énoncées dans une autre loi au sujet de l’adelantado, et il doit être récompensé et puni de la même manière. Les autres, les merinos menores, doivent être des hommes bien nés, de bon entendement et savants, inflexibles et possédant quelque bien ; et, avant tout, ils doivent être loyaux car, dans le cas contraire, ils ne sauraient bien accomplir les tâches qui leur incombent. Et s’ils ont en eux toutes ces choses, le roi doit en être reconnaissant et comblé. Et, si d’aventure les merinos vont contre cela, ils doivent être châtiés dans leur corps ou dans leurs biens selon la nature de la faute qu’ils auront commise.

Loi XXIV. De l’amiral et de ce qu’il doit faire

22Les affaires de la mer sont chose extraordinaire et notamment tout ce que les hommes font en la matière, lorsqu’ils cherchent comment s’y déplacer avec art et maîtrise, au moyen de nefs, de galères et de toute autre sorte de bateaux. C’est pourquoi jadis, les anciens empereurs et les rois qui avaient une terre maritime, lorsqu’ils armaient des navires pour combattre leurs ennemis, désignaient à leur tête un chef appelé en latin « dinioratus » qui, en roman, signifie « chef désigné ou adelantado pour les affaires extraordinaires » et que l’on appelle aujourd’hui amiral. Et la charge de celui-ci est très importante car c’est lui qui doit être le chef de tous les navires de guerre, qu’ils soient rassemblés en grand nombre – on parle alors de flotte –, ou qu’ils soient en petit nombre – on parle alors d’escadre. Son autorité s’exerce du moment où la flotte lève l’ancre jusqu’au moment où elle revient toucher au port. Et si des hommes font appels des jugements prononcés par les capitaines de navire, c’est lui qui doit les entendre. De même, c’est lui qui doit faire justice de tous ceux qui le méritent, comme ceux qui se mutinent, désertent, commettent des larcins ou participent à des rixes où il y aurait blessure ou mort d’homme et ce, à l’exception des capitaines désignés par le roi. En effet, bien que l’amiral puisse arrêter ces derniers, s’ils le méritent, pour ensuite les conduire devant le roi, il ne doit toutefois pas les condamner, à moins que le roi ne lui ordonne expressément de le faire. Il appartient aussi à la charge de l’amiral de mettre en lieu sûr toutes les choses gagnées par mer ou par terre, et de les consigner en présence de tous les capitaines, ou de la plupart d’entre eux, afin que personne ne puisse rien dérober ni cacher, et pour qu’il puisse en rendre compte au roi et les lui garder, de sorte que le roi reçoive ce qui lui revient de droit, et qu’il en soit de même pour tous les autres. Et lorsque la flotte rentre au port, il appartient encore à la charge de l’amiral de consigner, pour l’envoyé du roi, tout l’armement et le gréement des navires, à l’exception de ce qu’il aurait pu perdre en combattant l’ennemi ou dans une tempête. Il doit aussi ordonner à chaque capitaine de conduire au mouillage, sur la rade, la galère ou le navire qu’il commande, et d’en assurer la garde afin que ni perte ni dommage n’arrive par sa faute. L’amiral a aussi du pouvoir dans tous les ports : on se met à sa disposition et ses ordres sont obéis, pour tout ce qui appartient aux affaires de la mer, comme s’il s’agissait du roi lui-même. En outre, les capitaines et tous ceux qui ont embarqué avec lui dans la flotte ou l’escadre doivent obéir à ses ordres et se laisser commander par lui, comme s’il s’agissait du roi lui-même. Et puisque l’amiral, du fait de sa charge, a grand pouvoir et grand honneur, il faut qu’il ait en lui toutes les qualités mentionnées plus avant, lorsqu’il est question de l’amiral et des combats en mer. Un tel amiral, le roi doit l’aimer, avoir grande confiance en lui et lui faire grand honneur et grand bien. Et s’il va contre cela, il doit recevoir la même peine que l’adelantado.

Loi XXV. Des almojarifes, des fermiers royaux et des collecteurs d’impôts, et de ce qu’ils doivent faire

23Almojarife est un mot arabe qui signifie « officier chargé de percevoir au nom du roi les droits sur le sol qui sont dus au titre du péage, de la dîme et des taxes marchandes ». L’almojarife, ou tout homme qui tiendrait à ferme les rentes du roi, doit être riche-homme, loyal, et expert en l’art de percevoir, d’administrer et d’augmenter lesdites rentes. Cet officier doit aussi payer les chevaliers et les autres hommes selon ce que le roi aura ordonné, sans diminuer en rien ce qui leur est dû ni leur donner quoi que ce soit en échange sans leur agrément. En outre, nous disons que les collecteurs royaux doivent être tels que le roi puisse les poursuivre s’ils se livraient à des malversations. Ils doivent aussi être loyaux et dépourvus de toute cupidité et payer à chacun ce qui lui est dû, comme nous l’avons dit plus haut à propos des almojarifes. Tous ces officiers doivent, chaque année, rendre compte au roi ou à celui qu’il aura désigné, de tout ce qu’ils ont reçu et payé sur ordre du roi en justifiant les paiements par les lettres royales qui les ordonnaient et par les acquits de ceux qui en ont bénéficié. Et si ces officiers s’acquittent bien de leur charge, comme nous l’avons dit plus haut, le roi doit leur accorder bienfaits et grâces. Dans le cas contraire, le roi doit les châtier selon ce qui a été établi dans les lois de la septième partie de notre livre, qui traite de ces questions. Quant à tous les autres officiers des villes – les alcades, les greffiers, les enquêteurs et ceux qui oeuvrent pour le roi – nous avons dit comment ils doivent être et ce qu’ils doivent faire dans le titre de ce livre qui, aux lois correspondantes, traite de ces questions.

Loi XXVI. Comment les officiers royaux doivent prêter serment et ce qu’ils doivent jurer

24Les officiers royaux dont nous avons parlé dans les lois de ce titre doivent prêter serment en s’agenouillant devant le roi et en mettant leurs mains entre les siennes, et ils doivent jurer d’abord à Dieu, puis au roi, en tant qu’il est leur seigneur naturel, de veiller aux sept choses suivantes. Premièrement, ils doivent veiller à la vie et à la santé du roi ; deuxièmement, à défendre son honneur et son bien, et ce partout où ils pourront le faire ; troisièmement, à donner, selon leur jugement, de bons et loyaux conseils au roi pour toutes les choses pour lesquelles il les aura sollicités ; quatrièmement, à bien garder les secrets du roi en paroles et en actes, de sorte qu’ils ne l’exposent en aucune façon ; cinquièmement, à respecter les obligations qu’ils ont envers lui ou qui relèvent de sa seigneurie ; sixièmement, à obéir à tous ses ordres, qu’ils les leur donne de vive voix, par écrit, ou par l’intermédiaire d’un messager ; septièmement, à s’acquitter chacun de leur office convenablement et avec loyauté, et à ne pas violer leur serment quoi qu’il leur arrive en bien ou en mal, faute de quoi ils encourront la colère de Dieu et celle du seigneur à qui ils ont prêté serment. Après qu’ils ont ainsi prêté serment, on doit les investir de leur office en remettant à chacun l’un des insignes les plus représentatifs de la fonction qu’il doit remplir. Et si le roi estime que ses officiers sont pleinement fidèles à leur serment, il doit leur faire grand honneur et grand bien et avoir grande confiance en eux. Quant à ceux dont il estime qu’ils ont violé leur serment, il doit leur infliger une peine conforme à la nature, à la date et au lieu de leur méfait.

Loi XXVII. Ce qu’est la cour, pourquoi elle s’appelle ainsi et comment elle doit être

25On appelle « cour » le lieu où se trouvent le roi, les vassaux et les officiers qui sont à ses côtés pour le conseiller et le servir quotidiennement, ainsi que les hommes du royaume qui s’y rendent, soit pour honorer le roi, soit pour obtenir justice, soit pour faire respecter le droit, soit pour régler les autres affaires dont ils doivent l’entretenir. Ce nom provient du mot latin « cohors », pris dans le sens de rassemblement, car c’est à la cour que se réunissent tous ceux qui doivent honorer et garder le roi et le royaume. En latin, on l’appelle aussi « curia », qui signifie « lieu où l’on a soin de considérer toutes les affaires du royaume », car c’est là que doit être examiné ce que chacun doit obtenir selon ce qui lui revient de droit et selon son état. De même, dans la langue d’Espagne, on l’appelle corte, car c’est là que se trouve le glaive de la justice avec lequel doivent être tranchés tous les méfaits commis en paroles ou en actes, ainsi que les préjudices, les violences et les offenses que commettent les hommes en parlant et en agissant, et par quoi ils font montre d’effronterie et d’audace, et encore les railleries, les tromperies et les paroles excessives et vaines qui avilissent et rabaissent ceux qui les prononcent. Et ceux qui se sont gardés de tels excès et ont usé de paroles mesurées et élégantes ont été appelés hommes vertueux et bien éduqués ; ils ont aussi été qualifiés de courtois, car c’est dans les cours qu’ils ont trouvé et appris les vertus et les autres bons principes qu’on entend par courtoisie. C’est pourquoi en Espagne, les nobles ont toujours eu coutume d’envoyer leurs enfants à la cour du roi pour qu’ils y soient élevés, pour qu’ils y apprennent à être courtois, bien enseignés, dépourvus de bassesse et de défauts, et qu’ils acquièrent l’art et la manière de parler et d’agir, de sorte qu’ils soient vertueux et que leurs seigneurs aient de bonnes raisons de les bien traiter. Aussi, de tels hommes, le roi doit les appeler à lui et leur faire grand bien et grand honneur. Quant aux autres, il devra les éloigner de la cour et les punir des fautes qu’ils auront commises. Ainsi, les hommes vertueux apprendront par les hauts faits à oeuvrer selon le bien, et les méchants à se garder des choses inappropriées, de sorte que la cour sera débarrassée du mal sous toutes ses formes et riche et comblée de tout bien.

Loi XXVIII. De la similitude établie par les anciens quant à la cour du roi

26Les sages anciens ont établi une similitude entre la mer et la cour du roi, car, de même que la mer est vaste et étendue, qu’elle entoure toute la terre et contient des poissons de toute nature, ainsi la cour du roi doit-elle être assez ample pour contenir, supporter et traiter toutes les affaires qui y seraient portées, quelle que soit leur nature ; en effet, c’est là que doivent être réglés les litiges importants, que doivent être prises les grandes décisions et octroyées les grandes faveurs. C’est pourquoi il faut que la cour ait une vaste étendue et de l’espace, pour pouvoir supporter les querelles, les plaintes et les désaccords de nature très diverse de ceux qui y viennent ; et chacun souhaite que les choses soient réglées comme il le veut et le comprend. Par conséquent, il est nécessaire que la cour soit aussi vaste que la mer. En dehors de cela, il y a d’autres points de similitude : comme les hommes qui naviguent sur la mer par beau temps, avancent tout droit en sécurité, eux et leurs biens, et arrivent à bon port, de même, à la cour, quand les litiges y sont réglés selon le droit, les hommes s’en retournent en toute sécurité et heureux avec leurs biens, et à partir de là nul ne peut aller contre ces décisions ni faire appel devant une autre instance. La cour a encore une autre similitude avec la mer : comme les hommes qui naviguent sur la mer et essuient une tempête et ne savent ni s’orienter ni maintenir le cap, courent le risque de perdre la vie et les biens qu’ils transportent en se noyant et en buvant l’eau de la mer amère, de même, ceux qui viennent à la cour avec des mauvaises causes y perdent leur procès et ce qu’ils poursuivent s’y noie, et parfois ils y meurent selon le droit en buvant l’amertume de la justice pour les fautes qu’ils ont commises. Par conséquent, d’abord le roi, qui est la tête de la cour, et les autres qui s’y trouvent pour le conseiller et l’aider dans le maintien de la justice doivent être très mesurés, afin de pouvoir entendre les mauvaises causes, et très patients, pour ne pas s’emporter ni se laisser émouvoir par les paroles excessives que disent les hommes, ni par les désamours, ni par les jalousies qu’ils éprouvent les uns pour les autres et qui les portent à perdre l’amour qu’ils ont pour le roi et ceux qui le conseillent, si ceux-ci n’agissent pas selon leur volonté. C’est pourquoi, ceux qui sont à la cour doivent être d’un même accord et d’une même volonté que le roi, pour toujours le conseiller sur la meilleure façon d’agir, le gardant et se gardant ainsi de commettre des erreurs et d’agir contre le droit. De même que les marins se dirigent dans la nuit obscure grâce à l’aiguille qui leur sert de médiatrice entre la pierre et les étoiles et leur montre le chemin, par gros temps comme par temps serein, ainsi ceux qui sont tenus de conseiller le roi doivent toujours être guidés par la justice, qui est en tous temps la médiatrice entre Dieu et les hommes, afin de récompenser les bons et de châtier les méchants, selon le mérite de chacun.

Loi XXIX. Ce qu’est le palais et pourquoi on l’appelle ainsi

27« Palais » est dit tout lieu où le roi réunit publiquement les hommes pour les entretenir, et ce en trois circonstances : pour régler les litiges, pour manger ou pour deviser. On l’appelle « palais », qui signifie « lieu public », car c’est en ce lieu plus qu’en tout autre que se réunissent les hommes pour parler avec le roi. C’est pourquoi il convient que n’y soient tenus que des propos vrais, pertinents et élégants. En effet, lors d’un procès, ils doivent être vrais et très précis pour que le procès soit réglé selon le droit. Lors d’un repas, les propos doivent être mesurés, et non outrés, comme il convient en un tel lieu : on ne doit pas être trop silencieux ni se parler à l’oreille, ni, comme les religieux, exprimer par signes ce que l’on veut dire, ni pousser de grands cris. Le palais, à ce moment-là, ne doit être ni un lieu de secret, ce serait en-deçà de la mesure, ni un lieu de débat, ce serait alors au-delà, car, pendant que l’on mange, il ne faut ni débattre ni médire, ni parler d’autres sujets que ceux qui conviennent pour se conduire correctement et avec élégance. Enfin, lorsqu’il s’agit de parler pour converser agréablement, pour débattre, pour médire ou pour jouer avec les mots, en toutes ces manières on doit agir comme il convient. Il faut débattre de telle sorte que le jugement de l’homme ne s’amoindrisse pas lorsqu’il cède à la colère, car c’est chose qui le met très vite hors de lui. Au contraire, il convient que cela soit fait de telle façon que son entendement s’élève par la discussion raisonnée afin d’accéder à la vérité des choses.

Loi XXX. Tout ce à quoi il faut veiller quand on critique

28Critiquer les faits ou les choses, en ce qu’ils seraient, sont ou peuvent être, est un bien grand devoir pour ceux qui savent comment s’y conformer. Pour que cela soit fait comme il convient, il faut veiller à trois choses : au temps, au lieu et à la manière. Ceux qui critiquent doivent veiller à prendre le temps qui convient à la chose qu’ils veulent critiquer, en montrant par de bonnes paroles, de bons exemples et de hauts faits, une autre chose semblable pour louer ce qui est bon et blâmer ce qui est mauvais. De même doivent-ils veiller au lieu, de sorte qu’ils le fassent de telle façon que les hommes en tirent profit ; ainsi, s’ils veulent corriger un homme de basse condition, qu’ils donnent l’exemple d’un homme de haute naissance et, pour le couard, celui d’hommes courageux. Ils doivent enfin veiller à la manière de critiquer, de sorte qu’ils usent de paroles précises et élégantes pour qu’il apparaisse qu’ils savent bien ce qu’ils disent et que ceux auxquels ils le disent aient plaisir à l’entendre et à l’apprendre. Celui qui raille doit veiller à ce que ses paroles soient subtiles et ne portent pas sur l’objet de la raillerie mais tout au contraire : s’il s’agit d’un couard, lui dire qu’il est courageux, et le courageux, le taxer de couardise. Et cela doit être dit de manière que celui que l’on raille ne se sente pas outragé mais qu’il trouve la chose plaisante et qu’il en vienne à rire tout autant que ceux qui l’entendraient. De même, celui qui raillerait, qu’il sache bien le dire à l’endroit qui convient, car d’une autre manière ce ne serait pas un jeu. C’est pourquoi le proverbe ancien dit « là où l’homme ne rit pas, ce n’est pas un jeu ». En effet, le jeu doit absolument se faire dans la joie et non dans la colère et dans la tristesse. Aussi, quiconque sait se garder de paroles excessives et messéantes et use de celles dont nous avons parlé dans cette loi, est appelé « homme du palais », car ces paroles ont été employées par les sages anciens et par les hommes pleins d’entendement dans les palais des rois ; c’est là plus qu’en tout autre lieu qu’on a honoré ceux qui savaient cela, ce qui a été aussi estimé par les hommes de bon entendement car autrefois, ils appelaient, et à juste titre, « preux chevaliers » ceux qui agissaient ainsi. En effet, puisque l’entendement et la parole distinguent l’homme des autres animaux, il est d’autant plus homme que sa parole est élégante. Ceux qui auront l’audace d’user de telles paroles et sauront s’y conformer, le roi doit les aimer et leur faire grand bien et grand honneur. Quant à ceux qui oseront critiquer alors qu’ils les ignorent, non seulement ils feront montre d’effronterie et de sottise mais ils doivent en outre être châtiés et être écartés de la cour et du palais.

Haut de page

Notes

1  Faut-il lire « manera » au lieu de « memoria » ? cf. plus bas dans le texte.

2  Plutôt que « de bonnes mœurs », cf. plus bas dans le texte : ce qui semble importer ici, c’est davantage le comportement (la façon de se présenter au regard des autres) que les mœurs ou la façon de vivre. J’ai pris le même parti de traduction pour les occurrences suivantes.

3  Autres solutions, plus proches du terme concret « caloñar » : « faire payer », « faire rendre raison ». Je choisis « traduire en justice » car l’idée centrale est ici que le sujet en question doit relever de la juridiction royale et donc être passible d’une peine en vertu de cette juridiction. J’ai fait le même choix de traduction pour les occurrences suivantes.

4  Cf. l’acception très concrète de « seso » dans l’exemple 36 du Conde Lucanor.

5  Je n’ai rien trouvé de mieux pour rendre le jeu de mots.

6  Cf. le TLF pour ce mot : « DR. Privilège, faveur accordée par une loi, un souverain ».

7 Cf. General Estoria : « Éste venció las compañas non con fortaleza de su cuerpo nin con armadura de poder, e derribó por palabra al qui los trabajava, aduziendo él a remembrança los juramentos (e?) el testamento de los parientes. ». « Aduzir a remembrança » semble avoir dans ce cas un sens qui se situe entre « rapporter » et « faire valoir » : « faire état » me semble assez juste. Autre traduction, plus élégante mais moins exacte : « L’écriture est une chose qui permet de rappeler tous les faits à la souvenance des hommes », option dont l’avantage est de traduire « rremenbrança » par un substantif français.

8  À mon avis, il faudra mentionner le terme castillan entre parenthèse. J’ai essayé de trouver un terme moins courant que « garde » en français. J’ai pensé à « estafier » mais il renvoie à un autre service (aider le seigneur à monter à cheval) et il me semble plus moderne que médiéval (le terme apparaît au XVe siècle).

9  Prosper Mérimée écrit dans Histoire de don Pèdre Ier roi de Castille (Revue des deux mondes, 1847) : « Voici, d’après Arala, les noms de quelques-uns des grands-officiers de la couronne à l’avènement de don Pèdre : Don Juan Nuñez de Lara, alferez-major (grand-porte-bannière) et grand majordome ; - don Garci Laso de la Vega, grand-adelantade (lieutenant-général) de Castille, en remplacement de Fernand Perez Porto Carrero, nommé grand-maître d’hôtel à la place du précédent ; - Gutier Ferrandez de Tolède, guarda-mayor, ou capitaine des gardes, en remplacement de Lope Diaz de Almazan ; -Alonso Fernandez Coronel, grand-échanson ; - Pero Suarez de Tolède, grand-chambellan ; - Pero Suarez de Tolède, le jeune, repostero-mayor (maître d’hôtel) ; »

10  « Chambellan : Officier domestique chargé de diriger la Chambre du roi, de la reine ou d’un prince. Le ou les chambellans veillent aux approvisionnements, au cantonnement, mais aussi aux audiences » (Jean Favier, Dictionnaire de la France médiévale).

11  Tous ceux qui parlent le roman.

12  Les fonctions du justicia rappellent celles du grand justicier mais se limitent toutefois à l’exécution des sentences prononcées par les juges royaux.

13  Les fonctions de l’alférez s’apparentent à celles du connétable. Pour les fonctions de l’alférez, voir titre IX, loi 16.

14  Desde el siglo XI se consideraban injurias de acción (frente a las lesiones, con derramamiento de sangre) la alapa, ‘bofetada’ y la plaga, ‘golpe’. En el derecho castellano del siglo XII, pero no en el catalán ni en el navarro-aragonés, este tipo de ofensas podía dar lugar a un desafío. Por otra parte, el injuriar a alguien en presencia de un señor independiente o en su residencia era considerado como un delito contra el cautum o territorio protegido por la inmunidad que dimanaba del soberano (la paz del rey). Atentar contra este derecho se consideraba un acto muy grave y estaba fuertemente penado (multas o exilio) : A. Montaner, ed. Cantar de mio Cid, p. 486, n. 963, Barcelone : Crítica, 1993. Je crois que le « lugar do el rey fuere » est précisément ce « territorio protegido por la inmunidad que dimanaba del soberano ».

15  Du latin « praeferri », se porter en avant ou devant.

16 Mayoría, en castillan, d’où le titre de merino mayor.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre IX. Comment doit être le roi envers ses officiers, les gens de sa maison et les gens de sa cour et eux envers lui », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/75

Haut de page