Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre XII. Comment doit être le peuple dans sa connaissance, son amour, sa crainte de Dieu et de son roi

Texte intégral

1Les âmes, Aristote et les autres sages ont dit qu’elles sont naturellement de trois sortes dans les choses qui vivent. La première d’entre elles, ils l’ont appelée végétative ; c’est celle que possèdent les arbres, les plantes et toutes les herbes de la terre. La deuxième, ils l’ont qualifiée de sensitive ; c’est celle que possèdent toutes les choses qui vivent et se meuvent naturellement par elles-mêmes. La troisième, ils l’ont appelée âme raisonnable, qui possède l’entendement lui permettant de connaître les choses et de les distinguer par la raison. Or seuls les hommes, à l’exclusion de tout autre animal, possèdent cette dernière âme ainsi que les deux autres mentionnées précédemment. C’est pourquoi les sages ont dit que de même que Dieu a réuni dans l’homme ces trois sortes d’âmes, de même celui-ci doit aimer trois choses desquelles doit lui venir tout le bien qu’il espère avoir dans ce monde et dans l’autre. La première, c’est Dieu, la deuxième son seigneur naturel, la troisième son pays. Aussi, puisque dans les titres précédents nous avons exposé d’après ce qu’en ont dit les sages comment doit être le roi envers Dieu, envers lui-même et envers son peuple, nous voulons dire ici, conformément à ce qu’ils ont expliqué, comment doit être le peuple envers Dieu, envers son roi et envers son pays. Et bien que les sages aient traité d’abord de l’âme végétative qu’ils ont associée par similitude à la façon dont le peuple doit aimer son pays et qu’ils aient traité ensuite de l’âme sensitive qu’ils ont associée par similitude à l’amour que le peuple doit avoir pour son roi qui est comme son sens et qu’ils aient traité en dernier lieu de l’âme raisonnable qu’ils ont associée par similitude à l’amour que le peuple doit avoir pour Dieu, considérant quant à nous, que les propos qui se rapportent à Lui doivent être énoncés d’abord, nous avons estimé qu’il était bon et approprié de traiter d’abord de l’âme raisonnable. Et nous exposerons, d’après ce qu’en ont dit les sages, comment le peuple doit être envers Dieu d’où lui viennent entendement et raison pour faire le bien en tout. Et nous disons que le peuple doit connaître, aimer et craindre Dieu pour les raisons exposées plus avant dans les lois de ce titre.

Loi I. Comment le roi et le peuple doivent connaître Dieu naturellement

2Les sages ont dit que l’âme raisonnable possède deux entendements : l’un pour connaître Dieu et les choses célestes, l’autre pour comprendre les choses temporelles et agir sur elles. Avec le premier entendement, elle doit connaître Dieu, ce qu’il est, comment il est et comment toutes les choses sont en lui. Avec le second, elle doit connaître les autres choses qu’Il a faites, de quelle façon Il les a créées, comment Il les a ordonnées et le bien qui en vient aux hommes. Et, le connaissant, l’homme saura comment lui-même il doit vivre et ordonner ses affaires. De même, sachant que toutes les choses sont au pouvoir de Dieu, il comprendra plus sûrement le bien qui lui vient de ce qu’Il lui a fait. Il saura en user de manière à en tirer profit et à ne point contrister Dieu puisque toutes les choses sont entre Ses mains et que c’est à Lui et à Son pouvoir qu’elles doivent retourner. Et donc, en faisant valoir ces raisons, les sages ont montré et prouvé que le peuple doit faire à l’endroit de Dieu trois choses : la première est de croire en Lui fermement et sans doute aucun ; la deuxième, de L’aimer ardemment pour le grand bien qui est en Lui et qu’Il fait toujours ; la troisième, de Le craindre en raison du grand pouvoir qu’Il a, Lui qui a créé toutes les choses à partir de rien et peut les ramener au même état quand il le voudra et donner en outre à chacun : aux bons une immense et éternelle récompense, plus grande que le cœur de l’homme ne saurait la concevoir, et aux méchants une peine sans fin.

Loi II. Comment le peuple doit connaître Dieu par sa croyance en la loi divine

3C’est un peuple bienheureux et tourné vers le bien que celui qui, de toutes ses forces, s’emploie à connaître Dieu. Et bien qu’il doive Le connaître naturellement, d’après ce que dit la loi précédente, il convient en outre qu’il Le connaisse par sa croyance en la loi divine, qui est au-dessus de la nature. Et pour cette connaissance, il est nécessaire qu’il ait en lui trois choses : foi, espérance et amour. La foi, il convient qu’il l’ait de toute façon, car l’entendement de l’homme n’est pas si puissant qu’il lui permette de connaître pleinement Dieu sinon par elle. Il est également nécessaire qu’il mette en Lui une ferme espérance, car comme l’a dit saint Augustin celle-ci est l’entrée qui conduit l’homme à voir ce qu’il croit. De même il doit avoir l’amour de Dieu, que l’on appelle charité, parce que c’est dans cet amour que se réjouit l’âme humaine : comme l’a dit saint Augustin, celle-ci ne peut se réjouir qu’avec ce qu’elle aime. Et parce que la foi est racine et fondement d’une connaissance complète de Dieu, nous voulons, par conséquent, parler d’elle d’abord et montrer pour quelles raisons le peuple doit l’avoir, comme l’ont dit les Pères et les sages anciens.

Loi III. Pour quelles raisons le peuple doit avoir foi en Dieu

4Saint Isidore qui fut un grand philosophe a établi maintes choses dans la sainte Église et a expliqué le nom de chacune comme il convient. Il a dit que la foi est la chose par laquelle l’homme croit vraiment ce qu’il ne peut voir. Saint Augustin, quant à lui, a dit que la foi, c’est penser aux choses auxquelles on doit croire et s’affermir en elles. Et saint Paul a dit que la foi est une ferme assurance des choses que l’on espère, une démonstration de celles que l’on ne voit pas. Et il y a une si grande force en elle que d’après les saints et les sages anciens, elle est la lumière qui éclaire l’entendement des hommes et leur fait connaître Dieu, sa puissance, sa justice et sa miséricorde et leur montre comment Le louer et lui savoir gré du bien qu’Il leur fait. Elle leur fait aussi connaître les choses spirituelles, qui ne peuvent être connues selon nature. Et par-dessus tout elle leur ouvre encore la voie du salut, car, comme l’a dit saint Augustin, la force de la foi est telle qu’elle fait que la mort, dont chacun sait qu’elle ôte la vie en ce monde, ne soit pas redoutée par les hommes, dans la croyance que grâce à elle ils gagneront l’amour de Dieu et dans l’autre monde une vie qui durera toujours. Et c’est pourquoi notre Seigneur Jésus Christ a dit : « Celui qui croit en moi, même mort vivra. » Aussi convient-il grandement que le peuple ait en Lui une foi véritable. Et le philosophe Sénèque, bien qu’il ne fût pas chrétien, a jugé que c’était une si bonne chose qu’il a dit à son propos qu’il ne restait aucun bien à celui qui la perdait. C’est pourquoi ceux qui ne l’ont pas, sans compter la peine qu’ils méritent dans l’autre monde, doivent être châtiés dans celui-ci comme des mécréants.

Loi IV. Pour quelles raisons le peuple doit mettre son espérance en Dieu

5L’espérance est ce qui conduit l’homme à croire qu’adviendra ce en quoi il a foi ; ainsi l’a dit saint Augustin dans le livre appelé La cité de Dieu. Il a également dit que l’espérance est le désir qu’a l’homme de jouir du bien de la vie perdurable dans la grande confiance où il est de le gagner. Il est dit en outre dans le Livre des sentences des saintes écritures que l’espérance est l’espoir certain en la béatitude qui doit advenir par la grâce de Dieu et par le mérite de celui qui espère l’obtenir. Ainsi, tout chrétien doit avoir l’espérance pour deux raisons. La première est naturelle car, selon nature, tout homme qui a peur de choir s’agrippe à quelque chose et s’appuie sur elle pour se soutenir et éviter la chute. Et c’est ce que doit faire l’âme de tout fidèle chrétien qui comprend et connaît sa faiblesse : elle doit s’agripper à l’espérance en Dieu et s’appuyer sur elle, qui ne le laissera pas tomber. Comme le prophète Isaïe l’a dit : « Celui qui marche dans les ténèbres et ne voit pas la lumière, de même que celui dont la vie est pleine de grandes souffrances et d’afflictions et qui ne trouve pas le chemin de la prospérité, qu’il espère en Dieu Notre Seigneur et s’appuie sur Lui, car une telle espérance est chose ferme et qui s’agrippe à elle ne craindra pas de tomber. » La seconde raison pour laquelle les hommes doivent mettre leur espérance en Dieu correspond à l’admonestation des prophètes qui nous incitent à le faire parce que cette espérance nous sera très profitable. Et ce qu’a dit David, le roi prophète, le prouve : « Que ceux-là espèrent en toi, Seigneur, qui ont connu ton nom et n’abandonne pas ceux qui te cherchent. » De même, le prophète Jérémie a dit : « Dieu, notre Seigneur, est bon envers ceux qui espèrent en Lui, car l’espérance est toujours certaine de la source de la miséricorde de Dieu ; c’est pourquoi Sa miséricorde ne cesse jamais de couler comme une source de tous biens sur ceux qui mettent leur espérance en Lui. » Le prophète Jérémie a également dit : « Bienheureux celui qui met son espérance en Dieu, car c’est Lui qui sera son espérance et il en sera de lui comme de l’arbre planté près des eaux, lequel à cause de leur humidité s’enracine de telle sorte que la sécheresse ne peut l’endommager lorsqu’elle vient. » Cela concorde avec ce qu’a dit le roi Salomon, à savoir que l’espérance est comme l’arbre planté en un bon endroit, elle est toujours proche de la bonté de Dieu dont elle reçoit toute sa vigueur.

Loi V. Quels biens viennent au peuple qui met en Dieu une ferme espérance

6Nombreux sont les biens qui naissent de l’espérance que les hommes mettent en Dieu, car grâce à elle ils vivent en sûreté, c’est pourquoi le prophète David a dit : « J’ai mis mon espérance en Dieu et je ne craindrai donc pas ce que me fera l’homme. » Et les hommes sont tout à fait fondés à mettre leur espérance en Dieu, car comme l’a dit ce même prophète, il est le gardien de ceux qui espèrent en Lui. Le même a encore dit : « Le Seigneur est gardien de la vie ; de qui aurai-je peur, puisque Dieu, véritablement, est partout rempart et espérance pour ceux qui espèrent en Lui et Il est le gardien de son peuple. » L’espérance, également, donne à l’homme un bon entendement, aussi le roi Salomon a-t-il dit : « Celui qui met son espérance en Dieu, notre Seigneur, comprendra la vérité. » En outre, l’espérance aide beaucoup l’homme et le roi David a dit à ce sujet : « Mon cœur a espéré en Dieu et il a reçu Son aide. » Le prophète David le démontre aussi lorsqu’il dit : « Nos pères ont espéré en toi, Seigneur, et tu les a délivrés. » Cela concorde avec ce qu’a dit le prophète Daniel de Suzanne lorsqu’elle fut accusée, à savoir qu’elle regardait le ciel en pleurant et avait dans son cœur une grande espérance en Dieu et qu’il la délivra. De plus, l’espérance rend l’homme fort. C’est ce que montre le prophète Isaïe lorsqu’il dit : « Celui qui espère en Dieu, il renouvelle en lui sa force. » De même, l’espérance soutient l’homme, c’est pourquoi le prophète David a dit : « Dieu n’abandonne pas ceux qui espèrent en Lui, car l’espérance est pour l’homme repos dans la fatigue, soulagement dans les épreuves et réconfort dans l’affliction. » Cela concorde avec ce qu’a dit l’apôtre saint Paul : « Nous trouvons grand réconfort en recourant à notre espérance, car celle-ci nous soutient de sorte que les souffrances qui nous assaillent n’ont pas prise sur nous. » En outre, grâce à l’espérance l’homme est bienheureux. C’est pourquoi le prophète David a dit : « Bienheureux l’homme qui espère en Dieu. » Et le roi Salomon a dit de même : « Qui espère en Dieu est bienheureux. » Et le prophète Isaïe a dit que bienheureux sont tous ceux qui espèrent en Dieu, car leurs vœux seront exaucés. C’est pourquoi tout chrétien doit avoir l’espérance. En effet, de même que la foi serait morte sans les bonnes œuvres, de même la foi ne saurait suffire à l’homme sans l’espérance, car celle-ci donne à la foi sa vigueur et guide l’homme pour qu’il parvienne à ce qu’il désire. Aussi, pour toutes ces raisons convient-il que le peuple la possède. Car de même qu’il doit vivre en s’efforçant de faire le bien, de même il doit avoir la ferme espérance qu’il en sera bien récompensé et qu’il accomplira ce qu’il désire. Et ceux qui n’en feraient pas ainsi, outre le mal qui leur adviendrait en ce monde, puisqu’ils n’auraient jamais le cœur en paix faute d’espérance, Dieu leur infligerait dans l’autre la peine que méritent les désespérés.

Loi VI. Pour quelles raisons le peuple doit aimer Dieu

7Charité, veut dire en latin l’amour qu’éprouve l’homme pour quelque chose. Mais par ce mot, on entend davantage l’amour pour Dieu que l’amour pour autre chose. En effet, comme l’a dit saint Augustin : « L’amour est une vertu par laquelle les hommes désirent voir Dieu et user de ses biens. » D’autres saints ont dit que l’amour est ce par quoi l’homme aime Dieu pour le bien qu’il attend de Lui. Et c’est aussi par l’amour de Dieu qu’il aime son prochain. Le peuple doit donc aimer Dieu plus que toutes les choses du monde, car en L’aimant les hommes s’aimeront les uns les autres. L’ancienne loi le prouve, où il est dit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme et ton prochain comme toi-même. » De même saint Bernard a dit que l’homme n’aime rien s’il n’aime pas Dieu de toute son âme, puisqu’Il en est l’origine et que c’est à Dieu qu’elle doit retourner si l’homme est aimé de Lui. Et si dans ce monde les enfants aiment naturellement leurs parents parce qu’ils leur doivent leur naissance, qu’ils attendent leurs bienfaits et, à leur mort, leur héritage, à plus forte raison l’homme doit aimer Dieu qui l’a créé à partir de rien, lui a donné une âme pour connaître et comprendre et entre les mains de Qui se trouvent sa vie, son salut, tous les biens qu’il a en ce monde et ceux qu’il espère avoir dans l’autre. C’est pourquoi saint Augustin a dit : « L’homme doit aimer son père, mais il doit mettre d’abord son amour en Dieu qui l’a créé. » Et le roi Salomon a dit : « Tu aimeras de toute ton âme Dieu qui t’a fait. » Quant à saint Bernard il a dit que si l’homme considérait sérieusement combien Dieu lui a fait grande merci, il L’aimerait beaucoup plus qu’il ne L’aime. En effet, Il a fait de lui une très belle créature et de plus Il lui a donné l’âme, qui est à sa ressemblance. Il lui a donné aussi l’entendement pour qu’il sache connaître le bien et le mal, et lui a permis d’avoir part avec Lui à la vie perdurable. Saint Augustin a dit que Dieu a fait en sorte que tous les animaux créés par Lui inclinent leur face vers la terre et qu’ils cherchent en elle leur nourriture, mais qu’Il a fait l’homme debout, la face tournée vers le ciel pour lui faire comprendre que son cœur et son âme doivent être tournés vers les choses célestes vers lesquelles sa face est tournée et d’où il reçoit l’entendement et la raison qui le distinguent des autres créatures du monde.

Loi VII. Pour quelles raisons le peuple a grande obligation d’aimer Dieu

8C’est bien grande merci et très merveilleuse qu’a faite Dieu notre Seigneur à tous les peuples en leur donnant une nouvelle preuve de son amour en plus de celles dont nous avons parlé dans la loi précédente. En effet, non content d’avoir fait ce monde à partir de rien, et d’avoir fait de l’homme la plus belle créature du monde, doté de plus d’entendement que toutes les autres créatures, et de l’avoir fait seigneur de celles-ci, non content de ne pas lui avoir infligé le châtiment qu’il méritait pour lui avoir désobéi et de ne pas avoir exigé réparation pour les fautes qu’il fit ensuite, comme Il aurait pu et dû le faire, Il fit preuve envers lui d’une pitié si grande qu’Il voulut en outre lui faire savoir par un signe que jamais sa merci ne lui ferait défaut lorsqu’il en aurait besoin. Et ce signe fut notre Seigneur Jésus Christ, son fils, qu’Il envoya en ce monde pour qu’Il fût médiateur entre Lui et les hommes et dont Il voulut qu’Il prît chair et figure d’homme, qu’Il endurât plus de souffrances qu’un autre et qu’Il connût en outre une mort très cruelle. Et Il fit cela pour délivrer les hommes du pouvoir du diable. Aussi l’apôtre saint Paul a-t-il dit : « Connaissez la grâce de Jésus Christ notre Seigneur qui pour nous s’est fait pauvre afin que par sa pauvreté nous fussions enrichis. » De même, saint Bernard a dit : « Il est bien ingrat l’homme qui ne pense pas que tout vient de Dieu, Qui l’a racheté. » Il a également dit que si l’homme doit se donner entièrement à Dieu parce qu’Il l’a créé, à plus forte raison il doit le faire parce qu’Il l’a racheté, et cela parce qu’Il l’a créé plus facilement qu’Il ne l’a racheté, puisque pour le créer Il n’a employé qu’une parole alors que pour le racheter, Il lui a adressé maintes paroles et a accompli maints prodiges. Là dessus, le même saint Bernard a dit : « Ils sont bien endurcis les fils d’Adam qui ne montrent ni obéissance ni respect envers Celui qui les aime tant et qui, pour de viles choses, a dépensé de si nobles et précieuses richesses. » Le peuple doit encore aimer Dieu pour les nombreuses et grandes choses qu’Il lui promet et qu’Il tient prêtes. Comme le dit l’apôtre saint Paul, suivi en cela par les autres saints : « Nul œil n’a vu, nulle oreille n’a entendu, nul cœur ne peut concevoir ce que Dieu a préparé pour ceux qui L’aiment. » De même, l’apôtre saint Jacques a dit que Dieu Notre Seigneur garde en réserve la couronne de son Royaume pour ceux qui L’aiment et en plus de tout ce qu’Il a préparé pour eux dans l’autre monde, Il les comble de bienfaits dans ce monde-ci, comme en les soustrayant à bien des malheurs et à bien des périls lorsqu’ils se tournent vers Lui. Ainsi qu’Il l’a dit Lui-même : « Je suis le salut de mon peuple ; d’où qu’il M’appelle et en quelque tribulation qu’il se trouve, Je l’entendrai, Je recevrai sa demande et Je serai son Dieu pour toujours. » Et donc, pour toutes les raisons que nous avons exposées dans cette loi où il apparaît que Dieu notre Seigneur a témoigné au peuple un amour si merveilleux que le cœur de l’homme ne pouvait d’aucune façon le concevoir, le peuple est tenu de L’aimer à son tour plus que toutes les choses du monde. Et ceux qui ne le feraient pas, outre qu’ils seraient comblés de sa colère dans l’autre siècle, devront recevoir dans celui-ci, la peine réservée aux hommes ingrats qui ne savent pas se montrer reconnaissants du bien que le Seigneur leur fait ni de l’amour qu’Il leur témoigne.

Loi VIII. Comment le peuple doit craindre Dieu et pour quelle raison

9Les Pères et les philosophes anciens ont dit que la crainte est comme le garde et l’huissier de l’amour, car sans elle aucune chose n’est parfaitement achevée. C’est pourquoi, si les hommes craignent les choses de ce monde qu’ils aiment, ils doivent craindre d’autant plus Dieu qui est notre Seigneur, au-dessus des choses spirituelles et temporelles, car quand bien même le peuple aurait foi, espérance et amour, si la crainte n’était là pour monter la garde, tout cela ne vaudrait rien. Là-dessus, saint Augustin a dit que la crainte de Dieu est l’effroi qui s’abat spirituellement sur le cœur de l’homme dans la peur qu’il a de perdre son âme et Son amour. Il ajoute même que la crainte est l’amour qui repousse loin de lui les choses qui lui sont contraires. Et Jean Damascène, qui fut un sage, a dit que la crainte est attente du mal, parce que l’homme appréhende la perte de ce qu’il aime ou le mal qu’en ce qu’il aime il pourrait subir. Aussi convient-il fort que le peuple craigne Dieu afin de ne pas perdre Son amour ni d’encourir Sa fureur. Et que cela soit vrai est prouvé par le fait que, dans l’Ancienne loi, Dieu a ordonné à Moïse de dire au peuple de Le craindre pour ne pas perdre Son amour, car il était Seigneur parfaitement, par quoi l’on doit entendre qu’Il l’est pour toujours dans ce monde et dans l’autre. Et de même, Josué qui était chef des Juifs après Moïse dit au peuple d’Israël de craindre Dieu et de Le servir de tout cœur. Le roi David a dit : « Servez Dieu dans la crainte et réjouissez-vous tout en le craignant. » Il a même ajouté que non seulement le peuple, mais encore les saints doivent Le craindre. Et le roi Salomon, son fils, a dit que quiconque veut marcher dans la droiture au service de Dieu doit avoir en lui justice et crainte. Et n’étaient ces paroles dites par ces rois chefs et prophètes cités, naturellement d’après les paroles des saints et des philosophes, le peuple doit beaucoup Le craindre parce qu’Il a créé toutes les choses à partir de rien, qu’Il les ramènera au rien quand Il le voudra, que c’est par Son savoir que toutes ont été créées et que c’est à Son pouvoir qu’elles doivent retourner. Le peuple doit encore craindre Dieu parce qu’Il est rigoureux justicier. Car, comme l’a dit saint Grégoire : « Les hommes qui sont justes font dans la crainte ce qu’ils doivent faire en se demandant d’abord devant quel juge ils devront comparaître ». Saint Jérôme a dit en outre que sage est l’homme qui redoute ce qui peut arriver. Et Jésus Christ notre Seigneur a dit lui-même : « Ne craignez pas ceux qui ne peuvent tuer que les corps et ne peuvent rien sur les âmes, craignez plutôt Celui qui peut faire périr le corps et l’âme dans le feu de la géhenne ». C’est pourquoi le peuple qui ne craindrait pas Dieu de la sorte, sans compter le grand châtiment qu’il recevrait de Lui dans l’autre siècle, ne tirerait aucun bénéfice de ses faits. Ces hommes

10doivent même recevoir en ce monde le châtiment qui convient à ceux qui ne craignent pas la chose qu’ils sont, en droit, le plus tenus de craindre.

Loi IX. Quels biens viennent au peuple lorsqu’il craint Dieu

11Au peuple qui craint Dieu, de nombreux biens lui viennent. Tout d’abord parce que cela lui fait perdre aussitôt la peur du diable et lui donne la force d’affronter les dangers et les souffrances de ce monde. Tobie a dit à ce propos que ceux qui craindraient Dieu seraient comblés de biens car notamment ils s’écarteraient grâce à Lui du péché. Et le roi Salomon a dit : « Qui craint Dieu, il lui viendra du bien et il sera béni à sa mort. » Le même a dit aussi : « Bienheureux est l’homme qui craint Dieu, mais celui qui a le cœur endurci tombera dans le mal. » Et il a dit ailleurs que les bienheureux ont reçu en don la crainte de Dieu, car celle-ci ôte de l’homme les péchés et le rend juste. C’est pourquoi saint Grégoire a dit que si le cœur de l’homme pécheur n’est pas d’abord lavé de ses péchés, il ne pourra se garder de revenir au mal qu’il a eu coutume de faire. Aussi le roi Salomon a-t-il dit : « Ceux qui craindront Dieu prépareront leur cœur et saintes seront leurs âmes devant Lui. » Et saint Augustin a dit que la crainte de Dieu est comme la médecine de l’âme, et le prophète Malachie a dit : « Le soleil de la justice se lèvera sur ceux qui craignent Dieu. » En outre, la crainte de Dieu rend l’homme riche. C’est pourquoi le prophète a dit : « Ceux qui craignent Dieu ne souffrent ni mal ni pauvreté et aucun bien ne leur manque. » De plus, la crainte rend l’homme fort. C’est pourquoi le même prophète a dit ailleurs : « La crainte de Dieu est l’assurance de trouver la force lorsque le besoin s’en fait sentir », car celui qui craint Dieu doit forcément lui obéir. C’est pourquoi le roi Salomon a dit : « Celui qui craint Dieu cherchera la manière de lui faire plaisir. » Et il a dit ailleurs : « Celui qui craint Dieu observe Ses commandements. » Cela concorde avec ce qu’a dit l’Ange à Abraham lorsque celui-ci s’apprêtait à égorger son fils : « Il est désormais manifeste que tu crains Dieu puisque tu Lui as obéi. » Saint Grégoire a dit aussi : « Plus le cœur de l’homme est pur et bon, plus il craint Dieu. » Et le plus haut bénéfice que tirent ceux qui craignent Dieu est qu’Il les guide dans ce monde sur le droit chemin de la vertu, couronne de succès leurs entreprises, les garde de tout mal et, après la mort, leur donne son paradis et les préserve du châtiment éternel. C’est pourquoi le peuple qui croira en Dieu, aura foi en Lui, mettra en Lui son espérance, L’aimera et Le craindra, ainsi qu’il est dit dans les lois qui précédent, jouira pleinement des biens de ce monde-ci et de l’autre. Dieu sera son Seigneur et il sera son peuple. Comme l’a dit le prophète David : « Bienheureuse est la nation dont Dieu est le Seigneur, car c’est là le peuple qu’Il a choisi pour son héritage ». Et ceux qui ne feront pas ainsi, il leur adviendra tout le contraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre XII. Comment doit être le peuple dans sa connaissance, son amour, sa crainte de Dieu et de son roi », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/78

Haut de page