Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre XIII. Comment doit être le peuple dans sa façon de connaître, honorer et garder son roi

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Aristote et les autres sages ont conçu une similitude entre la deuxième âme, qu’ils ont appelée sensitive, et le roi, montrant par là comment le peuple doit se comporter à son endroit. Ils ont dit que de même qu’en cette âme il y a dix sens, de même le peuple doit observer dix choses dans sa façon d’être et d’agir envers son roi, afin de pleinement l’honorer, l’aimer et le garder. Aussi, puisque nous avons parlé dans le titre précédent de la manière dont le peuple doit connaître, aimer et craindre Dieu, nous voulons dire ici comment le peuple doit être envers son roi, quant aux choses susdites, selon ce que les sages ont exposé, par similitude.

Loi I. Comment le peuple doit toujours désirer voir le bien pour son roi et non le mal

2La vue est le premier des cinq sens externes à propos desquels Aristote et les autres sages ont conçu une similitude avec le peuple. En effet, de même que lorsque la vue est saine et claire, elle perçoit de loin les choses et en distingue les contours et les couleurs, de même le peuple doit voir et savoir que le nom du roi vient de Dieu, que le roi occupe ses lieu et place sur terre pour faire justice, droit et grâce ; qu’il est, en outre, leur seigneur temporel, et eux ses vassaux, et qu’il doit les éduquer et les commander, tandis qu’eux doivent le servir et lui obéir. C’est pourquoi le peuple doit voir de loin les choses qui contribuent au bien, à l’honneur et à la sauvegarde du roi, et faire diligence pour s’en saisir et les accroître ; quant à celles qui lui seraient nuisibles, il doit les repousser et les écarter autant qu’il le pourra. Et la chose qu’il doit désirer par-dessus tout et vouloir c’est la vie de son roi, car elle contient toutes les autres. Voilà pourquoi le peuple loyal ne doit pas désirer sa mort, ni souhaiter la voir en aucune façon, car ceux qui le feraient ouvertement montreraient qu’ils sont ses ennemis, chose dont le peuple doit bien se garder. En effet, selon le for ancien de l’Espagne, tout homme qui souhaiterait voir la mort du roi son seigneur et le dirait explicitement, et que la chose soit prouvée, doit mourir pour félon et perdre tous ses biens. Et si on voulait lui laisser la vie sauve, la plus grande grâce qu’on pourrait lui faire serait de lui arracher les yeux afin qu’ils ne puissent voir ce qu’il avait souhaité.

Loi II. Comment le peuple doit toujours vouloir entendre dire du bien du roi, et non du mal

3L’ouïe, dont nous avons parlé dans la troisième loi avant celle-ci, est le deuxième sens que possède l’âme sensitive. Et Dieu l’a placée très précisément à l’intérieur de l’oreille. En effet, de même que l’ouïe, lorsqu’elle est saine et non empêchée, perçoit de loin les sons et les voix, et prend plaisir à ceux qui sont agréables et délectables tandis qu’elle a horreur de ceux qui sont forts et épouvantables, de même, à l’image de cela, le peuple doit entendre volontiers et avec plaisir le bien que l’on dira du roi, et s’efforcer de l’accroître autant qu’il le pourra. Et il doit avoir horreur d’entendre dire du mal du roi, et de surcroît s’en affliger lorsqu’il l’entend, le déplorer vivement, l’interdire à ceux qui le profèrent et faire tout son possible pour montrer que cela ne lui plaît pas. Et il ne doit en aucune façon souhaiter entendre dire ce qui pourrait être pour le roi cause de préjudice, de mort ou de déshonneur ; car cela serait une des plus grandes félonies qui puissent être. Ceux qui auraient un tel souhait laisseraient supposer par là qu’ils seraient bien aises de voir ce mal se réaliser. Par conséquent, ils doivent recevoir une peine grevant corps et biens, à l’exemple de ce que nous avons déjà exposé dans la loi précédente.

Loi III. Comment le peuple doit sentir de loin ce qui est bien pour son roi afin de l’attirer, et ce qui est mauvais afin de le rejeter

4L’odorat est le troisième sens que possède l’âme sensitive, et Dieu a expressément choisi de le placer dans le nez de l’homme. Et, de même que par ce sens, lorsqu’il est tout à fait sain, l’homme sent de loin les odeurs et distingue les bonnes des mauvaises, de même le peuple qui est sain doit semblablement demeurer loyal et sentir de loin les choses qui pourraient apporter bien et honneur au roi et s’en réjouir grandement et les attirer autant qu’il le pourra et s’efforcer d’en faire lui-même. Et celles qui seraient pour le roi cause de tort et de déshonneur, le peuple doit les avoir en horreur, et donc les repousser et les écarter autant qu’il le pourra, et n’en point faire lui-même en aucune façon, car ceux qui auraient le souhait de sentir le dommage et le déshonneur du roi leur seigneur commettraient une félonie notoire, et doivent recevoir une peine à la mesure du dommage qu’ils ne voulurent pas empêcher alors qu’ils auraient pu le faire.

Loi IV. Comment le peuple doit se réjouir de la bonne renommée du roi, et être peiné quand elle est mauvaise

5Le goût est le quatrième sens de l’âme sensitive, et Dieu l’a placé dans la bouche et plus précisément dans la langue. Et, de même que le goût distingue ce qui est doux de ce qui est amer, et se délecte des choses savoureuses tandis qu’il déteste les autres, et que la langue goûte et transmet toutes choses, de même, le peuple doit savourer la bonne renommée de son seigneur et la dire et la rapporter avec sa langue. Quant aux paroles qui seraient infamantes pour lui, le peuple doit refuser de les dire ou de les rapporter en aucune façon, et encore plus de les susciter ou d’en chercher de nouvelles ; car le peuple qui diffame son roi en disant du mal de lui de sorte qu’il perde son haut prix et son grand renom, et de façon à ce que les hommes en viennent à le désaimer et à le haïr, commet une trahison notoire : c’est comme s’il le tuait. En effet, comme l’ont dit les sages qui ont fait les lois anciennes, il est deux fautes pour ainsi dire égales : tuer l’homme ou l’infamer pour quelque mal qu’il aurait fait, car l’homme, une fois infamé, fût-il innocent, est mort quant au bien et à l’honneur de ce monde. Et de plus, l’infamation pourrait être telle que la mort vaudrait mieux pour lui que la vie. Aussi, ceux qui feraient cela doivent recevoir la même peine que s’ils l’avaient tué, tant dans leur corps que dans leurs biens. Et si on voulait leur faire la très grande grâce de leur laisser la vie sauve, on doit leur couper la langue avec laquelle ils ont médit, de sorte que plus jamais ils n’en puissent user.

Loi V. Comment le peuple doit toujours dire la vérité au roi et se garder de lui mentir

6La langue, Dieu n’en a pas seulement doté l’homme pour qu’il goûte, mais aussi pour qu’il parle et puisse, grâce à elle, exposer son propos. Et de même qu’Il lui a donné avec le goût un sens pour distinguer les choses savoureuses de celles qui ne le sont pas, de même, Il lui en a donné un avec la parole pour qu’il fasse la distinction entre le mensonge, qui est amer et dont a horreur la nature — qui est saine et pleine de loyauté — et la vérité, à laquelle l’entendement de l’homme de bien prend plaisir et dont il se délecte. C’est pourquoi les sages ont dit que, semblablement, le peuple doit toujours adresser au roi des paroles véritables et se garder de lui mentir sciemment soit par un mensonge simple soit par la flatterie, qui est un mensonge composé [déguisé]. Et quiconque dirait sciemment un mensonge au roi pour qu’il fasse prendre quelqu’un ou qu’il sévisse sur son corps, en le tuant ou en le mutilant, celui-là doit recevoir sur son propre corps la même peine que celle causée par le mensonge qu’il aura dit. Nous disons de même s’il lui faisait perdre une partie de ses biens, meubles et immeubles. Et le roi ne doit pas garder à ses côtés celui qui lui dirait des paroles qu’il estimerait relever de la flatterie, et ce pour deux raisons. La première, afin que le flatteur ne trouve auprès du roi la tolérance qui ferait grandir son mal. La seconde, afin que le roi n’en vienne pas à croire, par malheur, la flatterie qu’il lui adresserait et ne montre son manque d’entendement en réglant son action sur elle.

Loi VI. Comment le peuple doit toucher les choses qui seront au service et en l’honneur du roi et non celles où il pourrait trouver mort, blessure ou déshonneur

7Le toucher est le cinquième sens de l’âme sensitive et bien qu’il soit présent dans tout le corps, il l’est principalement dans les pieds et les mains. Et de même que le toucher distingue les choses âpres des choses douces, les molles des dures, et les froides des chaudes, de même, le peuple doit semblablement, allant avec ses pieds et travaillant de ses mains, oeuvrer aux choses qui seront douces et profitables à son roi, et les rapprocher de celui-ci autant qu’il pourra. Quant aux choses âpres, dures et dommageables, il doit aller au-devant d’elles, et les briser, les détruire, de sorte que le roi n’en reçoive aucun mal. Et, plus que tout au monde, le peuple doit se garder de toucher le roi pour le tuer, le frapper, ou le prendre. En effet, ceux qui s’emploieraient à sa mort iraient contre le fait de Dieu, et contre son commandement, car ils tueraient celui qu’Il avait mis en ses lieu et place sur terre, car Lui-même a défendu que quiconque mette la main sur les rois pour leur faire du mal. Et ce serait aussi agir contre le royaume, car il le priverait de la tête que Dieu lui avait donnée, et de la vie par laquelle tous vivent ensemble ; en outre ils feraient pour toujours la mauvaise renommée du royaume. Enfin, ils agiraient contre eux-mêmes, en tuant leur seigneur, qu’ils doivent garder plus que tout au monde, et ils porteraient à jamais l’injure de trahison contre eux et tout leur lignage. Aussi, tous ceux qui feraient une telle chose, ou tenteraient de la faire, seraient des traîtres, coupables de la plus haute trahison qui puisse être, et ils doivent mourir pour cela, de la manière la plus cruelle et la plus avilissante que l’on puisse concevoir ; et ils doivent perdre tous leurs biens, meubles et immeubles, lesquels doivent revenir au roi. Quant aux maisons et aux terres cultivées, on doit les abattre et les gâter, de sorte qu’elles restent à jamais le signe d’un châtiment exemplaire. Item, nous disons que tous ceux qui conseilleront une telle chose, ou qui aideront, encourageront, ou protégeront les auteurs de ces actes, sont des traîtres, et doivent mourir pour cela et recevoir la peine susdite. Item, quiconque le saurait, de quelque manière que ce soit, et ne le dénoncerait pas, même si le forfait n’était pas consommé, est un traître, et doit mourir pour cela et perdre tous ses biens. Item, nous disons que quiconque frapperait le roi avec une arme, même sans que mort s’ensuive, doit mourir pour cela et perdre tous ses biens, qui reviendront au roi. Toutefois, on ne doit pas abattre ses maisons, ni gâter ses terres, comme nous l’avons dit plus haut. Et il doit recevoir cette peine parce qu’il apparaît clairement que, l’ayant frappé, il l’aurait tué s’il l’avait pu. Il en va de même s’il le frappait avec autre chose qu’une arme. Mais s’il venait à le prendre, il doit recevoir la même peine que s’il l’avait tué, parce que de même que par la mort il lui enlève le nom de son royaume, et l’en déshérite, de même, par l’emprisonnement, il le prive de son pouvoir de façon déshonorante. Nous disons que c’est cette même peine que doivent recevoir tous ceux qui conseilleront, aideront ou encourageront ceux qui feraient au roi l’une ou l’autre des choses susdites.

Loi VII. Comment le peuple doit bien servir le roi et se garder du contraire

8Nous avons montré, dans les lois précédentes, comment les sages ont assimilé le peuple aux cinq sens par lesquels l’âme sensitive agit au-dehors, pour ce qui est des choses qu’il est tenu d’observer afin de pleinement honorer, aimer et garder le roi. Mais nous voulons dire à présent quels sont les cinq autres sens, qui sont internes et ne sont pas apparents. Le premier est appelé sens commun, auquel tous les autres apportent ce qu’ils sentent : la vue ce qu’elle voit, et l’ouie ce qu’elle entend, et ainsi pour chacun des autres. Et le sens commun, en tant que sens principal, juge de ce dont il s’agit, de son aspect ou de sa couleur. De même [Item], le peuple doit agir semblablement avec le roi en le conseillant et en le servant en toutes choses dont il aura besoin, chacun selon ses facultés, et selon la place qu’il occupera, et chacun doit être reconnu et récompensé par le roi, selon sa valeur et son mérite. C’est pourquoi, ceux qui sciemment le conseilleraient mal en lui faisant prendre une chose pour une autre, soit en grossissant ce qui pourrait pourtant être accompli aisément – l’obligeant ainsi à y engager grands frais et grands débours – soit en lui présentant comme aisé quelque chose d’ardu, ceux-là commettraient une faute grave et doivent recevoir une très lourde peine. Et si celui qui commettait une telle faute était une personne de condition, il doit être banni du pays et perdre tous ses biens. Et s’il était de rang inférieur, il doit mourir pour cela. Item, nous 4 disons que ceux qui ne seraient pas reconnaissants au roi ou ne le serviraient pas, pour les faveurs qu’il leur aurait accordées, feraient manifestement un si grand tort que, à cause de ce manque de gratitude, ils doivent perdre son amour, et parce qu’ils ne l’ont point servi, ils doivent perdre ses bienfaits.

Loi VIII. Comment le peuple doit agir dans les afaires du roi avec calme et bon sens, et non point hâtivement, selon ses lubies

9La fantaisie est le deuxième des sens internes par lesquels l’âme sensitive agit, et elle se définit comme une lubie toute déraisonnable. En effet, cette vertu juge aussitôt les choses hâtivement, et indûment, sans tenir compte du passé, ni de ce qui peut advenir par la suite. Donc, semblablement, pour tout ce qui concerne le roi, le peuple ne doit pas agir de façon hâtive ni selon ses lubies mais avec calme, bon sens et selon la raison, à savoir qu’il ne croira personne qui dira du mal du roi en forme de malin propos susceptible de porter les volontés à ne pas l’aimer comme il le doit, et qu’il ne croira pas que les choses que le roi fera à son profit et pour son bien sont faites à son dommage ou avec l’intention de nuire. Et le peuple doit bien se garder de cela, car de même que ceux qui s’en remettent à la fantaisie en toute occasion sont voués à la folie, de même, ceux qui croient ces malins propos tenus contre leurs seigneurs perdent leur loyauté, et feront forcément des choses qui les voueront à la trahison et à la félonie. Aussi, ceux qui croiront de telles paroles sur le roi, et agiront selon elles, doivent recevoir une peine à la mesure des conséquences de l’acte qui s’ensuivrait. Et quand ils n’agiraient pas selon elles, par le seul fait d’y avoir prêté l’oreille et de les avoir crues, ils doivent être bannis du royaume aussi longtemps que le roi le jugera bon. Et en outre, les sages ont associé par similitude à la fantaisie, une autre chose dont le peuple doit bien se garder. Et ce serait le cas de quelqu’un qui, ne se connaissant pas lui-même, demanderait au roi une chose qu’il ne méritait point, ni pour un service qu’il aurait accompli, ni pour une autre bonne raison, parce qu’il aurait la lubie de croire que cela lui était dû ; ou de quelqu’un qui altérerait les faits de façon mensongère en faisant croire au roi que ce qui était grand était peu de chose, ou que ce qui revenait de droit à quelqu’un, il pourrait le lui donner à lui-même, ou à un autre [...]

Loi IX. Comment le peuple doit penser et connaître les choses qu’il faut faire pour le bien du roi et repousser et écarter celles qui lui sont dommageables

10On appelle imagination le troisième sens de l’âme sensitive et elle est plus puissante que la fantaisie, dont nous avons parlé dans la loi précédente, car elle s’emploie à produire des images sur les choses passées, sur celles du présent et sur celles qui sont à venir. De même, le peuple doit semblablement considérer les faits et les choses qui concernent le roi, en examinant ceux du passé et ceux du présent car, grâce à eux, il peut savoir comment s’y prendre avec ceux qui adviendront par la suite. Et ce qui, selon lui, sera bon pour le roi, il doit s’efforcer de le lui procurer et de faire en sorte que cela s’accomplisse. Et ce qui, selon lui, est ou pourra être mauvais ou dommageable pour lui, il doit le repousser, et faire en sorte que cela n’advienne point. Ceux, en effet, qui auraient connaissance d’un mal ou d’un dommage qui menacerait leur seigneur et ne l’écarteraient pas de lui, commettraient une trahison notoire, pour laquelle ils doivent recevoir une peine grevant corps et biens à la mesure du mal qu’ils n’ont pas voulu empêcher alors qu’ils auraient pu le faire. Et comme cette imagination porte quelquefois sur les choses qui ne sont ni ne pourraient être, semblablement, les sages ont disposé que le peuple doit se garder d’inciter le roi à entreprendre les choses impossibles, et ce, afin de ne pas lui faire dépenser en vain son avoir, ni lui faire perdre son temps. Ceux, en effet, qui le feraient sciemment, commettraient une félonie notoire puisqu’ils portent préjudice à leur seigneur et l’exposent à la moquerie. S’il s’agit d’un noble, il doit pour le préjudice payer le double du montant de celui-ci, et pour la moquerie être banni du pays en étant moqué lui­même. Et s’il n’a pas de quoi payer, il doit perdre tous ses biens. Et s’il s’agit d’un homme de moindre condition, il doit mourir pour cela.

Loi X. Comment le peuple doit estimer les choses qui seront propices à la vie et à la santé du roi, les faire, les lui procurer, ne pas être l’auteur de celles qui sont contraires à cela et prendre garde à ce que nul autre ne les fasse

11On appelle vertu estimative le quatrième sens, qui estime et permet de comprendre naturellement au vu de chaque chose laquelle est amicale et propice, et laquelle est hostile et dommageable. Et semblablement, les sages ont dit que le peuple doit estimer et connaître les choses qui sont comme amicales et propices à la vie et à la santé du roi, et les lui procurer et les accomplir de toutes les manières possibles. Quant à celles qui lui seraient contraires et qui pourraient causer sa mort ou sa maladie, nul ne doit les faire ni conseiller à un autre qu’il les fasse. Ceux, en effet, qui sciemment les feraient ou ne les empêcheraient pas autant qu’il est possible, commettraient une félonie notoire pour laquelle ils doivent mourir et perdre leurs biens.

Loi XI. Comment le peuple doit toujours avoir en mémoire la seigneurie du roi afin de garder ses commandements et d’y obéir

12La mémoire est la cinquième vertu que possède l’âme sensitive et on l’appelle ainsi car elle est comme le dépôt et la gardienne de tous les autres sens, internes comme externes ; elle œuvre et conserve pour chacun d’eux, durant tout le temps nécessaire, le souvenir des choses passées. C’est pourquoi, semblablement à cela, le peuple doit toujours garder en mémoire et dans son souvenir la seigneurie que le roi a sur lui, le lien de naturalité qui les unit et le bien qu’il a reçu de lui, et remercier et servir le roi pour cela. En outre, le peuple doit toujours avoir en mémoire les commandements et les ordonnances fixés par le roi afin de les respecter et de les garder de toutes les façons possibles. C’est pourquoi ceux qui ne voudront pas avoir en mémoire la seigneurie du roi afin de la reconnaître et de la garder loyalement, doivent recevoir la même peine que celle dont nous avons parlé plus haut au sujet de ceux qui auraient emprisonné le roi. En effet, ceux qui le tiennent à leur volonté emprisonnent et privent le roi de son pouvoir, refusant de reconnaître son droit et de le respecter. De même, ceux qui ne voudront pas obéir au roi en respectant ses ordonnances et ses commandements, doivent recevoir une peine à la mesure de la chose à laquelle ils auront désobéi.

Loi XII. Comment les saints se sont accordés avec les sages anciens sur les cinq choses que le peuple est tenu de faire envers le roi et qui sont exposées dans cette loi

13Les sages ont défini, ainsi que nous l’avons dit dans les autres lois, les raisons naturelles et les ont associées par similitude aux choses que le peuple est tenu de faire envers le roi. Mais à présent, nous voulons dire de quelle manière les saints de la foi de notre Seigneur Jésus-Christ se sont accordés avec eux sur ce point. Et ils ont montré selon le droit que le peuple doit précisément faire envers le roi cinq choses. Premièrement, le reconnaître. Deuxièmement, l’aimer. Troisièmement, le craindre. Quatrièmement, l’honorer. Cinquièmement, le garder. En effet, le peuple qui aura reconnu le roi, l’aimera, et quand il l’aimera, il le craindra, quand il le craindra, il l’honorera, et quand il l’honorera, il le gardera. C’est pourquoi nous dirons comment il convient de faire chacune de ces choses, ainsi que les sages et les saints l’ont montré, en commençant par la connaissance.

Loi XIII. De même que la connaissance des choses tient à ce qu’elles sont par essence et en acte, de même le peuple doit reconnaître son roi

14La connaissance des choses repose, selon Aristote et les autres sages, sur deux éléments : d’une part, sur la connaissance de ce qu’est la chose en elle-même et d’autre part, sur ses œuvres. Aussi ont-ils dit que le peuple doit reconnaître le roi premièrement pour ce qu’il est, en tant que seigneur temporel, et deuxièmement, en tant qu’élu de Dieu, qui en Son nom occupe Ses lieu et place sur terre. Il doit en outre le reconnaître à cause de la naturalité, quelque autre obligation de seigneurie qu’il ait à son endroit. Et il doit le reconnaître pour les œuvres qu’il accomplit, puisque le roi est placé là pour maintenir son peuple dans la justice et la vérité et donner à chacun, selon son mérite, ce qui lui revient de droit, et pour éviter à son peuple de subir dommages et violences. En le reconnaissant de la sorte, il reconnaîtra son roi droitement, selon ce qu’a dit l’apôtre saint Paul au peuple en le priant de reconnaître les rois, car ils étaient leurs seigneurs et souffraient pour lui en l’éduquant. Par conséquent, ceux qui ne voudraient pas reconnaître ainsi le roi commettraient une faute envers Dieu, qui leur a commandé de le faire, et envers le roi, à qui ils doivent reconnaissance. Et outre la peine qu’ils recevraient dans l’autre siècle, le roi doit les priver de toute reconnaissance et leur infliger en ce monde la même peine que celle dont nous avons parlé trois lois plus haut.

Loi XIV. Pour quelles raisons le peuple doit aimer le roi

15D’après ce qu’ont dit les sages anciens là où ils ont défini l’amour, on en distingue deux sortes : l’une porte sur ce qui est fragile et l’autre sur ce qui est ferme. L’amour fragile est celui qui s’empare de la volonté des hommes telle une lubie, comme lorsqu’ils aiment une chose qu’ils n’ont jamais vue et dont ils n’espèrent ni ne peuvent tirer aucun bien ni aucun profit. L’amour qui porte sur une chose ferme est celui qui naît soit de l’obligation due au lignage ou à la naturalité, soit des bienfaits que l’on a reçus ou que l’on espère recevoir de la chose aimée, et un tel amour est droit et bon car il porte sur une chose sensée. Et les sages anciens ont dit que le peuple doit aimer le roi de cet amour, et non selon ses lubies. Et pour s’en acquitter pleinement, il doit veiller à trois choses. Premièrement, il doit aimer son âme, deuxièmement son corps, troisièmement ses actes. En effet, le peuple doit aimer l’âme du roi en le conseillant et en l’aidant à toujours œuvrer de telle sorte qu’il ne perde pas son âme ni l’amour de Dieu et qu’il ne tombe pas au pouvoir du diable. Et il doit aimer le corps du roi en l’incitant à faire aussi ce qui accroîtra son honneur et lui vaudra grand prix et grande renommée. Quant à ses actes, il doit aussi vouloir qu’ils soient faits de telle sorte que le roi et les siens en tirent honneur et profit. À ce propos, le roi Salomon a dit aux peuples en manière d’enseignement : « Aimez Dieu de tout votre cœur et n’oubliez pas les rois qui tiennent Ses lieu et place sur terre ». Et il a dit ces mots en affirmant qu’ils devaient agir ainsi car aucun homme ne pourrait aimer pleinement Dieu s’il n’aimait pas son roi. C’est aussi ce qu’a prêché l’apôtre saint Paul en disant au peuple d’aimer leurs rois de tout leur cœur car ils étaient là pour les éduquer et les conseiller. C’est pourquoi ceux qui n’agiraient pas ainsi n’aimeraient pas droitement Dieu ni leur seigneur naturel. Et outre que Dieu exercerait sur eux sa vengeance dans l’autre siècle, le roi ne doit pas les aimer dans celui-ci mais leur infliger une peine à la mesure du délit qu’ils auront commis en lui témoignant leur désamour.

Loi XV. Comment le peuple doit craindre le roi et en quoi la crainte se distingue de la peur

  • 1 Voir Ancien Testament, livre de Samuel 1, 8-10.

16Les sages anciens ont montré par de droites raisons que la crainte naît avec l’amour véritable, car nul homme ne peut aimer s’il n’éprouve pas de crainte. Et bien que la crainte et la peur soient par nature comme une seule et même chose, il y a, selon la raison, une distinction entre l’une et l’autre, car la crainte vient de l’amour tandis que la peur naît de l’effroi face à l’oppression et laisse sans défense. Et la crainte née de l’amitié est semblable à celle qu’éprouve le fils envers son père, car même si ce dernier ne le frappe pas ni ne lui fait aucun mal, son fils le craint toujours naturellement, non seulement en vertu du lignage et de la seigneurie qui le lient à son père en droit car il est sa progéniture, mais aussi pour ne pas perdre les bienfaits qu’il reçoit ou espère recevoir de lui. D’une telle crainte naissent deux choses : la révérence et l’obéissance, qu’il convient grandement que le peuple témoigne au roi. En effet, le peuple doit toujours s’abstenir de faire ou de dire en présence du roi une chose qui serait insensée et que le roi jugerait mauvaise. Il doit aussi lui obéir en toute chose comme à un seigneur, car c’est Notre Seigneur Dieu qui l’a jadis ordonné dans l’ancienne loi, en faisant de Saül le roi du peuple d’Israël et en disant : « Il sera votre roi, soyez loyaux et obéissants et il vous aidera et sera votre protecteur »1. De même, lors de ses prêches, l’apôtre saint Pierre a dit au peuple d’être aux ordres du roi et de lui obéir en le craignant grandement. Il a d’ailleurs ajouté qu’il devait le faire non seulement envers les rois qui sont bons, mais aussi envers ceux que ne le seraient pas. C’est aussi ce qu’a dit l’apôtre saint Paul : tout homme doit se soumettre aux rois car c’est la main de Dieu qui les a placés là, et le pouvoir qu’ils ont, c’est de Lui qu’ils le reçoivent. Quiconque voudra résister aux rois agira donc contre le commandement de Dieu, ce qui lui vaudra de perdre son âme à tout jamais. D’autres saints ont été du même avis et ont dit qu’ils aiment et craignent Dieu ceux qui aiment et craignent les rois, qui occupent les lieu et place de Dieu sur terre. Quant à la peur qui vient de l’effroi face à l’oppression, elle est semblable à celle qu’éprouvent les esclaves envers leurs maîtres lorsqu’ils craignent que toute chose que les maîtres feraient contre eux puisse être faite de plein droit, en vertu de la servitude dans laquelle ils les tiennent. Aussi, pour ces deux raisons, le peuple doit craindre le roi, comme les enfants craignent leur père, non seulement en vertu du lien de naturalité qui les unit et de la seigneurie que le roi a sur lui, mais aussi pour ne pas perdre son amour ni les bienfaits qu’il reçoit ou espère recevoir de lui. De même, le peuple doit craindre le roi, comme le vassal craint son seigneur, redoutant de commettre une faute qui lui vaudrait de perdre son amour et d’être châtié, ce qui est une sorte de servitude. En effet, selon ce qu’ont dit les sages, rien ne distingue celui qui serait enchaîné et aux mains de ses ennemis de celui qui serait esclave de sa propre volonté de sorte qu’il en viendrait à faire une chose passible de peine, car, sans nul doute, celui qui commet une faute se jette lui-même dans la servitude de la peine qu’il mérite de recevoir pour ce qu’il a fait. Cela concorde avec ce qu’a dit l’apôtre saint Jean : celui qui commet le péché en est l’esclave. Par conséquent, ceux qui ne craindraient pas le roi des deux façons exposées dans cette loi montreraient clairement qu’ils ne le reconnaissent pas et qu’ils ne l’aiment pas. Et outre que la vengeance de Dieu s’abattrait sur eux dans l’autre monde, ils commettraient forcément ici-bas un acte pour lequel le roi leur infligerait une peine à la mesure de la faute qu’ils auraient osé commettre.

Loi XVI. Comment le peuple doit révérer le roi et lui obéir

17La révérence, comme les sages l’ont dit, est le signe de la crainte née de l’amour véritable et elle implique deux choses qu’il sied grandement au peuple de faire envers son roi. Premièrement, elle lui ôte toute hardiesse ; deuxièmement, elle le fait obéir aux choses auxquelles ils doit obéir, car la hardiesse n’est autre que faire ou dire ce qu’il ne faut pas là où il ne convient pas de le faire. De là naissent bien des maux, car après que les hommes ont perdu toute révérence et se sont enhardis, ils cherchent forcément toutes les occasions de désobéir à qui ils doivent obéissance et de ne pas révérer ce qu’ils doivent révérer. En revanche, l’obéissance est source de grand bien car elle incite les hommes à obéir à leurs seigneurs en toute chose, comme des vassaux loyaux et comme des fils à leur père quand ils l’aiment et le craignent véritablement. C’est pourquoi les gens du peuple ne doivent pas s’enhardir au point de perdre toute révérence envers leur roi, mais obéir à tous ses ordres : venir à sa cour et à son conseil, pour ceux qu’il aura fait appeler, rejoindre son ost, lui rendre des comptes ou encore rendre justice à ceux qui se seraient plaints d’eux. Ce sont là, en effet, les principales occasions au cours desquelles les vassaux doivent rejoindre leur seigneur, obéissant ainsi à ses ordres. C’est avec la même obéissance qu’ils doivent aller là où le roi les enverra, qu’il s’agisse d’aller porter un message, de rejoindre l’ost, d’aller à la guerre ou en tout autre endroit où il leur ordonnerait d’aller. Ils doivent en outre lui obéir en étant là où il les aura placés, que ce soit à la frontière ou à un siège, dans l’enceinte d’une ville ou d’un château, ou en tout autre lieu où le roi estimerait être le mieux servi. Par conséquent, le peuple qui révérerait son roi et lui obéirait, comme il est dit dans cette loi montrerait qu’il le reconnaît, l’aime et le craint véritablement, et mérite pour cela que le roi l’aime grandement et l’honore. Ceux qui, par hardiesse, iraient sciemment à l’encontre de cela doivent recevoir une peine à la mesure du méfait qu’ils auront commis. Et pour avoir désobéi, ils doivent, s’ils sont nobles, perdre ce qu’ils auront reçu du roi et être bannis du royaume ; et si le roi en vient à perdre une partie de ses biens pour une semblable raison, il doit en être dédommagé sur leurs biens à la hauteur du préjudice subi. Quant aux autres, qui n’ont rien reçu de lui mais qui doivent le servir en vertu de la seigneurie qu’il a sur eux, ils doivent perdre leurs biens et être bannis du royaume.

Loi XVII. Comment le peuple doit honorer le roi par la parole

18Honneur veut dire la dignité marquée par la considération que reçoit l’homme eu égard à la place qu’il occupe, aux actes notoires qu’il accomplit, ou à la vertu qu’il possède. Et ceux à qui Dieu accorde un honneur intact parviennent au meilleur état auquel ils puissent parvenir ici-bas, et s’y maintiennent en ce monde et dans l’autre. Il en est ainsi lorsqu’ils le gagnent conformément au droit et à la raison, en gravissant les échelons un à un et en obtenant des charges chaque fois plus hautes, où ils s’affermissent et s’enracinent, et que les hommes jugent qu’ils le méritent et sont en droit d’être honorés.

19Il appartient donc aux peuples de rendre un tel honneur tout particulièrement à leur roi, pour toutes les raisons dont nous avons parlé plus haut ; d’une part, en vertu de la reconnaissance qu’ils lui doivent, d’autre part, en vertu de l’amour, ou encore, parce qu’ils doivent le craindre. De même, parce qu’ils sont tenus de le révérer et de lui obéir, et qu’en agissant ainsi, ils l’honoreront pleinement. Et en honorant le roi, ils s’honorent eux-mêmes, ils honorent le pays où ils vivent, et commettent un acte de loyauté notoire pour lequel ils doivent recevoir biens et honneurs du roi, comme l’ont dit les sages : honorons ceux qui peuvent nous honorer, ce qui concorde aussi avec ce qu’a dit l’apôtre saint Pierre, « Craignez Dieu et honorez votre roi ». Mais cet honneur dont nous avons parlé doit être rendu de deux façons : premièrement, par la parole ; deuxièmement, par les actes et la parole. En effet, ils doivent veiller à ne dire en présence du roi que des paroles véritables, élégantes, bienfaisantes et humbles, et écarter celles qui seront mensongères, inélégantes, malfaisantes et arrogantes, car les bonnes paroles haussent l’honneur du roi et les mauvaises, que le peuple doit grandement se garder de dire, l’abaissent. Par conséquent, ceux qui diraient sciemment des paroles qui seraient pour le roi cause de déshonneur ou d’infamie [qui déshonoreraient ou aviliraient le roi] se rendraient coupables de trahison, car nul homme ne peut déshonorer son seigneur par la parole ou par les actes sans être accusé de traîtrise, et ceux qui le font doivent recevoir une peine à la mesure de leurs paroles.

Loi XVIII. Comment le peuple doit honorer le roi par ses actes

20Le peuple doit non seulement honorer le roi par la parole, comme nous l’avons dit dans la loi précédente, mais aussi par ses actes. Et bien que l’honneur issu de la parole soit grand, celui qui vient de l’acte l’est encore plus, et le premier [l’un] serait imparfait [incomplet] sans le second [l’autre]. Il faut donc que les paroles et les actes concordent, car dans le cas contraire, il adviendrait ce qu’a dit Notre-Seigneur à travers la voix du prophète Esaïe : « Ce peuple m’honore avec ses lèvres mais son coeur est loin de moi ». Le peuple doit donc honorer le roi par ses actes, comme l’a dit Aristote, quelle que soit la façon dont il s’adresse à lui, qu’il soit assis, debout, en train de marcher, allongé, en train de s’asseoir, et il ne doit pas avoir l’audace de se mettre à sa hauteur, ni s’asseoir de façon à lui tourner le dos, ni lui parler à l’oreille quand il est debout alors que le roi est assis. Il doit aussi honorer le roi quand celui-ci est debout et ne pas chercher à se mettre à sa hauteur ou plus haut pour s’adresser à lui, mais veiller plutôt à se trouver plus bas que lui ou s’agenouiller humblement devant lui. Il est même jugé bon que ceux qui seraient assis se lèvent à sa venue [quand il arrive], et quand il est en prière, que seuls s’interposent entre lui et le lieu en direction duquel il prie ceux qui auraient à dire les oraisons. De même, le roi doit être honoré lorsqu’il se déplace à pied ou à cheval, de sorte que personne, à l’exception de celui qu’il aura nommé, ne se trouve devant lui, ni trop près, ni à sa hauteur, ni ne mette sa jambe sur la tête de son cheval lorsqu’il chevauche à ses côtés. Et quand il met pied à terre, seuls doivent mettre pied à terre ceux qu’il nommera et dont il jugera bon qu’ils le fassent. Et seul peut chevaucher la monture du roi celui à qui il en a donné l’ordre ou à qui il l’a cédée. De même, lorsqu’il est allongé, les sages ont dit qu’il faut l’honorer, et que personne ne doit s’allonger à côté de lui ni prendre sa place quand il n’est pas dans son lit, ni se permettre de monter ou de passer sur lui quand il dort. Dans toutes ces situations et dans d’autres semblables, les sages ont dit que le peuple doit honorer le roi et le mettre en valeur. Ils l’ont dit en montrant que ce qui a de la valeur est plus estimable et que ce qui est grossier est vil et méprisable. C’est ce qu’a voulu dire l’apôtre saint Paul aux autres apôtres : ‘si nous sommes tenus de nous honorer les uns les autres, nous le devons d’autant plus aux rois qui sont nos seigneurs’. Aussi, pour toutes les raisons susdites, a-t-on ordonné aux peuples qu’ils honorent non seulement le roi en sa présence mais aussi toutes ses effigies (représentations), que ce soient les statues faites à son image ou ses portraits. C’est pourquoi on a établi jadis que ceux qui fuiraient ces effigies (représentations) pour une faute qu’ils auraient commise, ne devaient être emprisonnés ou torturés que sur l’ordre du roi. Et il en a été ainsi parce que toutes ces choses, aussi bien l’effigie du roi que son sceau où apparaît son portrait, l’emblème qu’il porte sur ses armes, sa monnaie, ou sa lettre où apparaît son nom, doivent être grandement honorées car elles le représentent là où il n’est pas. Par conséquent, quiconque n’honorerait pas son roi dans toutes les choses dont parle cette loi montrerait clairement qu’il ne le reconnaît pas, ne l’aime pas, et ne le craint pas, et qu’il ne le révère pas et n’a point le souhait de l’honorer. Et celui qui le ferait sciemment se rendrait coupable de félonie notoire et doit recevoir la peine qui lui correspond : si c’est un homme de haut rang et que le déshonneur atteint la personne du roi, il doit être banni pour toujours et perdre les biens que le roi lui a donnés ; et si c’est un homme de moindre condition, il doit mourir pour cela.

Loi XIX. Comment le peuple doit honorer le roi après sa mort

21Si une chose est bonne en son commencement et en son milieu mais qu’elle n’a pas une bonne fin, elle n’est pas pleinement accomplie. La raison en est que l’achèvement est le couronnement de tout ce qui s’est passé. C’est pourquoi les sages ont dit que toute louange, quand vient la fin, doit être chantée, car une chose n’est pas pleinement accomplie si elle n’a pas une belle fin. Par conséquent, il convient grandement aux peuples d’honorer le roi à sa mort, tout comme ils sont tenus de l’honorer de son vivant, car c’est là le couronnement de tout l’honneur qu’ils peuvent lui rendre et ils font ainsi preuve d’une plus grande loyauté que s’ils le faisaient de son vivant, car ils le font à un moment où désormais ils n’espèrent ni obtenir de faveur ou de guerdon du roi en paroles ou en actes, ni subir de contrainte ou de violence. En outre, ils laissent entendre qu’ils n’oublient pas la bonté qu’il avait en lui ni les bienfaits qu’il leur a accordés. C’est pourquoi, dès qu’ils apprendront que le roi est mort, les nobles, les prélats et les autres riches-hommes, les maîtres des ordres et les autres bons-hommes des cités et des grandes villes de sa seigneurie doivent se rendre à l’endroit où se trouve le corps du roi pour l’honorer lors de son enterrement. Et ils doivent impérativement venir sur-le-champ ou au plus tard dans les quarante jours suivant la mort du roi sauf si certains d’entre eux avaient un tel empêchement qu’ils ne pourraient le faire en aucune façon. Ces quarante jours ont été calculés par les anciens sur la base du chiffre quatre car quatre fois dix font quarante. Ils les ont déterminés en fonction des quatre âges et des quatre périodes de l’année par lesquelles passe l’homme au cours sa vie, et durant lesquelles il fait tout ce à quoi il est tenu aussi bien en vertu de son âme que de son corps. Et ils les ont établis en raison des quatre choses qui doivent être faites en l’honneur du roi défunt dans ce délai plus qu’à tout autre moment. Premièrement, pleurer le roi en tant que seigneur en se rappelant que c’est un adieu et qu’ils ne le reverront jamais plus en ce monde. Deuxièmement, conforter sa place en prenant sur-le-champ pour roi celui qui doit hériter du royaume selon le droit et qui vient de son lignage. Troisièmement, contribuer en tant que vassaux, amis et loyaux sujets, au salut de son âme en faisant aumônes et prières et en aidant ceux à qui il a confié la tâche de régler ses dettes, d’exécuter ses legs et de régler les préjudices qu’il aurait causés. En effet, de même qu’ils sont tenus de préserver le corps du roi de son vivant du mal que pourraient lui causer les ennemis de ce monde et le protéger d’eux, de même ils sont tenus de protéger son âme du mieux qu’ils peuvent contre ses ennemis des enfers à coups d’oraisons et d’aumônes pour qu’il gagne l’amour de Dieu et l’honneur du paradis. Quatrièmement, maintenir aux côtés du nouveau roi l’ordre et la paix dans les affaires du royaume de sorte qu’aucun bouleversement ni aucun obstacle ne puisse se présenter après la mort de l’ancien roi. C’est pour cette raison que l’on a défini ce délai, pour que ceux qui ne pourraient venir sur-le-champ aient ensuite tous le temps de venir pour accomplir les choses dont nous avons parlé. C’est de cette façon que le peuple doit honorer son roi après sa mort et ceux qui contreviendraient sciemment à cela commettraient une trahison notoire. Aussi, pour cette raison, le nouveau roi ne doit avoir aucun scrupule à leur reprendre ce qu’ils ont reçu du roi défunt et à les bannir du royaume pour toujours. Et ils doivent non seulement honorer le corps du roi défunt mais aussi l’endroit et la ville où il repose de sorte que quiconque les violerait, si ce n’est au nom de la justice, doit recevoir une peine à la mesure de son méfait. Et à cela s’ajoute ce que prévoient les privilèges que les rois auraient donnés en ce lieu.

Loi XX. De quelle façon le peuple doit honorer le nouveau roi qui régnera

22Une fois le roi défunt enterré, les nobles dont nous avons parlé dans la loi précédente doivent se présenter devant le nouveau roi pour reconnaître l’honneur de sa seigneurie de deux façons : d’une part en paroles et d’autre part en actes. En paroles en reconnaissant qu’il est leur seigneur, en confirmant qu’ils sont ses vassaux, et en lui promettant de lui témoigner obéissance, loyauté et sincérité en toute chose, d’accroître son honneur et ses biens et d’écarter de lui du mieux qu’ils peuvent le mal et les préjudices. En actes, en lui baisant le pied et la main en reconnaissance de sa seigneurie ou par un autre geste d’humilité, selon la coutume du pays, et en lui restituant sur-le-champ les offices et les terres, appelés honneurs, ainsi que tout ce qu’ils tiennent du roi défunt, tels que les celliers, les caves, le bétail et les autres choses et rentes de quelque nature qu’elles soient. Ceux qui ne le feraient commettraient une trahison notoire pour laquelle ils doivent, s’ils sont nobles, perdre les offices et les honneurs qu’ils ont et être bannis du royaume. Et s’ils ont emporté quelque chose après la mort du roi, ils doivent le payer au double. Si ce sont des hommes de moindre condition, ils doivent mourir pour cela et le nouveau roi doit se faire remettre le double de ce qu’ils auraient alors emporté. Cependant, s’ils ne peuvent pas s’en acquitter sur-le-champ, ils doivent perdre tout ce qu’ils ont mais ne doivent pas ensuite être exécutés puisqu’ils ont reçu comme peine la confiscation de leurs biens.

Loi XXI. Comment on doit remettre au nouveau roi les villes, les châteaux et les autres forteresses et de quelle façon ceux à qui il les donne doivent lui prêter serment de les tenir pour lui

23On doit restituer au nouveau roi les villes, les châteaux et les autres forteresses, aussi bien celles qui ont été reçues par l’intermédiaire d’un huissier que les autres. Et ceux à qui il voudrait les donner doivent alors lui prêter serment de les lui remettre, qu’il soit mécontent ou satisfait, chaque fois qu’il le leur demandera. Un tel serment doit être prêté dès que le nouveau roi commence à régner et il a une telle force, selon l’ancienne coutume d’Espagne, qu’il suffit qu’il soit prêté une fois pour qu’il vaille pour tous ceux qui auraient à tenir ces forteresses durant la vie du roi, même s’il les transmettait d’un gouverneur à un autre. Et ceux qui tiennent de telles forteresses doivent venir les remettre au nouveau roi sans tarder, dès qu’ils apprennent que l’autre est mort, à moins que certains d’entre eux soient empêchés au point de ne pouvoir le faire en aucune façon. Et cet empêchement doit être véritablement justifié et dès qu’il est passé, ils sont tenus de s’exécuter. Ceux qui ne le feraient pas et tarderaient sciemment et malicieusement commettraient une trahison notoire ; ils doivent mourir pour cela et être déshérités de tous leurs biens, de même qu’ils voulaient déshériter le roi.

Loi XXII. Comment on doit rendre hommage au nouveau roi pour les châteaux reçus des autres rois en héritage

24Dès que le nouveau roi commence à régner, ou au plus tard dans les trente jours qui suivent, tous ceux qui auraient sur sa seigneurie des châteaux qu’ils auraient reçus par donation royale doivent venir lui rendre hommage. Cependant, s’ils en étaient empêchés et qu'ils ne pouvaient pas venir dans le délai mentionné susdit, ils doivent en avoir un autre de neuf jours, puis encore un autre d’une journée, ce qui fait un total de quarante jours. Et l’hommage qu’ils doivent ainsi rendre au roi pour ces châteaux consiste à les utiliser sur son ordre pour faire la guerre et la paix, à l’y accueillir quand il voudrait y entrer, à y laisser sa monnaie avoir cours mais aussi à la lui restituer lorsqu’il l’abolirait dans le reste de son royaume. Par conséquent, le roi peut, s’il le souhaite, reprendre ces châteaux sur-le-champ et ne jamais les rendre par la suite à ceux qui, par malice, ne voudraient pas venir prêter hommage et satisfaire ainsi au droit du roi sur ces châteaux, comme il est dit ci-dessus. Ils doivent recevoir la même peine s’ils privent de leurs fors les habitants de ces lieux, sauf s’ils avaient l’agrément et l’assentiment du roi pour apporter quelque changement aux fors que ces habitants avaient auparavant. Nous disons de même s’ils ne veulent pas se présenter devant la justice du roi au mépris de sa seigneurie, ou s’ils viennent mais ne veulent pas comparaître devant le roi en raison du jugement que celui-ci rend sur leur affaire. De même s’ils ne lui fournissent pas l’ost quand ils doivent le faire, s’ils refusent d’adopter sa monnaie ou bien d’y renoncer lorsque le reste du royaume y renonce, ou s’ils font obstacle à sa justice en ces lieux en ne la rendant pas eux-mêmes ou en ne voulant pas que le roi la rende. De même, enfin, s’ils accueillent en ces châteaux les malfaiteurs du royaume ou s’ils ne respectent pas les conventions qu’ils ont conclues avec le roi. En effet, celui qui sciemment s’acquitterait mal de certaines de ces choses qui relèvent de la seigneurie du royaume et refuserait d’y remédier conformément à ce le roi aura déterminé, doit être dépossédé du lieu qu’il a reçu sans que jamais lui ni personne de son lignage ne puisse le récupérer. Et ce lieu devra à jamais rester dans le royaume auquel il a voulu le soustraire et dont il a ainsi nié le droit.

Loi XXIII. Comment on doit rendre hommage au nouveau roi pour les châteaux qui relèvent de sa seigneurie quand bien même ils auraient été hérités de quelqu’un d’autre

25Certains reçoivent en héritage des biens ne provenant pas d’une donation royale, comme il est dit dans la loi précédente ; ils doivent malgré tout venir rendre hommage au nouveau roi dès qu’il commence à régner pour la seule raison que ce bien relève de sa seigneurie, et s’acquitter ainsi de toutes les choses mentionnées dans la loi antérieure, sauf s’il existait entre eux une convention qui invaliderait l’une d’entre elles. Cet hommage doit être rendu dès que le nouveau roi commence à régner, mais ceux qui en seraient empêchés et ne pourraient le faire disposent d’un délai de quarante jours comme nous l’avons dit plus haut en ce qui concerne les autres. Et si, une fois ce délai échu, ils disaient qu'ils ont besoin de plus de temps pour s’accorder sur quelque chose relevant, ils doivent avoir deux délais supplémentaires, de deux fois trente jours, ce qui fait un total de cent jours. Et dans ce laps de temps, on ne doit pas leur reprendre ces châteaux, sauf s’ils s’en servaient pour commettre des méfaits dans le royaume ou qu’ils les approvisionnaient pour faire la guerre. En effet, on peut alors les leur reprendre comme s’ils refusaient de venir rendre hommage pour ces châteaux dans les délais susdits, ou comme s’ils niaient la seigneurie qu’ils devaient reconnaître pour ces châteaux. Et après qu’on les leur a repris pour l’une de ces raisons ni eux ni aucun membre de leur lignage ne doivent jamais les récupérer. Toutefois, le roi qui voudrait leur accorder une grâce peut leur donner en échange un autre lieu de même valeur, mais s’il voulait à tout prix leur rendre les lieux qu’on leur a pris, il ne le pourrait pas, à moins qu’ils ne paient tous les frais engagés lors de la saisie.

Loi XXIV. Comment on doit prêter serment au roi pour des châteaux reçus en vertu d’une convention ou par relation de vasselage2

  • 2 Feudo semble renvoyer ici à la relation vassalique et non au fief concédé au vassal en vertu de cet (...)
  • 3 Heredamiento pose problème. Il s’agit surtout de propriétés foncières (cf. dans les chartes de repa (...)

26Tous ceux qui tiennent des forteresses et des châteaux en vertu d’une convention ou par relation de vasselage doivent se présenter devant le nouveau roi et prêter serment d’accomplir tous les termes des accords et des conventions qui ont été établis et qui leur prescrivent de le faire. Et ils doivent disposer d’un délai pour prêter ce serment, tout comme nous l’avons dit plus haut de ceux qui ont reçu quelque héritage3 par donation royale, et s’ils n’accomplissent pas ce qu’ils sont tenus de faire en vertu de ces accords et conventions, ils doivent recevoir la même peine que celle dont nous avons parlé. Tous les serments susdits, non seulement ceux qui sont prêtés pour des héritages donnés par les rois ou par quelqu’un d’autre, mais aussi ceux qui sont prêtés pour des biens transmis par vasselage, doivent être renouvelés chaque fois que ces biens changent de détenteur, que ce soit à la mort de ce dernier ou de son vivant. En outre, les hommes qui n’ont reçu du roi ni terre, ni offices, ni châteaux, ni d’autres héritages d’aucune des façons dont nous avons parlé dans les lois précédentes, doivent venir honorer et reconnaître la seigneurie du nouveau roi. Et ceux qui, par malice, resteraient où ils sont et refuseraient de s’exécuter se rendraient coupables de félonie notoire. S’ils sont nobles, ils doivent, selon for ancien de l’Espagne, être chassés du royaume pour toujours et ne plus jamais être admis en cette seigneurie qu’ils ont niée. Et s’ils ne sont pas nobles, ils doivent mourir pour ce qu’ils ont fait.

Loi XXV. En quoi le peuple doit garder le roi

  • 4 Encerrar a ici à la fois le sens concret d’enfermer et celui, plus abstrait, de renfermer (contenir (...)
  • 5 Rob. indique « recel » dans le sens de secret dès 1180, même si ce sens a disparu aujourd’hui.

27Le peuple doit garder son roi plus que toute chose au monde, car la garde est comme la clef qui enferme4 et tient sous bonne garde tout ce dont nous avons parlé, aussi bien les égards que l’amour, la crainte et l’honneur. En effet, dès lors que l’homme reconnaît la chose et qu’il comprend qu’elle est bonne en elle-même et qu’elle est source de profit, le droit veut qu’il la garde. Et s’il ne la garde pas en mémoire en l’ayant constamment à l’esprit, il en viendra forcément, par l’oubli, à ne plus reconnaître ce qu’il a reconnu. De même, s’il ne garde pas ce qu’il aime, il laisse entendre qu’il ne l’aime pas véritablement, et il risque de le perdre par sa faute, de sorte que l’amour se changera en désamour. En outre, nous disons que si l’homme ne sait pas se garder de ce qu’il craint en faisant pas tout pour s’y soustraire, il est impossible qu’il échappe à la peine et au mal qu’il craignait d’en recevoir. Il en va de même de l’honneur, car celui qui ne le garde pas comme il le doit en viendra forcément à le perdre et à tomber dans le déshonneur. Par conséquent, puisque la garde est comme la clef et le verrou5 de toutes ces choses dont nous avons parlé, nous voulons montrer, conformément à ce qu’ont dit les sages anciens et les saints, comment le peuple doit en user envers son roi. En effet, comme ils l’ont dit, l’homme ne manifeste pas moins de bon sens en sachant garder la chose qu’il a gagnée qu’en sachant d’abord la gagner, car si l’on peut parfois gagner une chose par aventure, on ne peut la garder qu’en faisant preuve de bon sens et de maîtrise. C’est pourquoi le peuple doit tout faire pour garder son roi, d’une part parce qu’il l’a reçu spirituellement par un don de Dieu, et d’autre part parce qu’il l’a reçu naturellement, selon la raison et le droit. Et cette garde que les hommes lui doivent est de trois sortes. Premièrement, contre lui-même. Deuxièmement, contre eux-mêmes. Troisièmement, contre les étrangers. Le devoir de garder le roi contre lui-même consiste à ne pas le laisser sciemment faire une chose qui puisse causer la perte de son âme, avilir ou déshonorer son corps ou son lignage, ou porter grandement préjudice à son royaume. Et l’on doit accomplir cette garde de deux façons. Premièrement, par le conseil, en lui montrant et en lui expliquant pourquoi il ne doit pas agir ainsi ; deuxièmement, par les actes, en cherchant des moyens de l’amener à détester et à abandonner son dessein de sorte que celui-ci ne puisse s’accomplir, et en faisant obstacle à ceux qui lui conseilleraient de le mener à bien. En effet, puisque les hommes savent que la faute ou la vilenie que le roi commettrait en faisant cela l’avilirait davantage que tout autre homme, il leur incombe de garder qu’il ne le fasse. Et en le gardant contre lui-même de la façon que nous avons dite, ils sauront garder son âme et son corps et se montreront bons et loyaux en voulant que leur seigneur soit bon et fasse bien ce qu’il a à faire. Par conséquent, ceux qui pourraient le garder de telles choses mais ne voudraient pas le faire et le laisseraient sciemment commettre une faute et mal conduire ses affaires de sorte qu’il encourrait la honte aux yeux des hommes, se rendraient coupables de trahison notoire. Et si ceux qui infament leur roi, comme nous l’avons dit plus haut dans les autres lois, méritent de recevoir une lourde peine, ceux qui auraient pu lui éviter de tomber dans l’infamie et de subir quelque préjudice et n’ont pas voulu le faire ne doivent pas recevoir une peine moins lourde.

Loi XXVI. Que le peuple est tenu de garder son seigneur

28C’est fort opportunément que les sages ont appliqué au roi placé au-dessus de son peuple deux similitudes. D’une part, celle de la tête de l’homme où naissent les sens, d’autre part celle du cœur où réside l’âme de la vie. En effet, de même que tous les membres du corps sont commandés par les sens de la tête, de même tous les membres du royaume sont commandés et guidés par le bon sens du roi, c’est pourquoi il est appelé tête du peuple. Et de même que le cœur est au milieu du corps afin de donner la vie à tous ses membres à parts égales, de même Dieu a placé le roi au milieu du peuple pour qu’il donne à tous équité et justice afin qu’ils puissent vivre en paix. C’est pour cette raison que les anciens l’ont appelé âme et cœur du peuple. Et de même que tous les membres du corps gardent et défendent l’âme et le cœur, de même le peuple est tenu de garder et de défendre le roi, qui non seulement est associé à eux par similitude mais qui est aussi son seigneur naturel. En effet, bien qu’il existe plusieurs sortes de seigneurs, celui qui l’est en vertu de la naturalité est placé au-dessus de tous les autres pour que les hommes aient plus grande obligation de le garder. Par conséquent, les gens du peuple doivent non seulement garder le roi contre lui-même, comme nous l’avons dit dans la loi précédente, mais ils sont aussi tenus de le garder contre eux-mêmes et de ne le tuer en aucune façon car celui qui le ferait priverait Dieu de son vicaire, le royaume de sa tête et le peuple de sa vie et ferait de sa femme une veuve, de ses fils, des orphelins et laisserait ses vassaux sans seigneur. C’est pourquoi on a considéré que c’était là la plus grande trahison qui puisse exister. De même, ils doivent veiller à ce qu’aucun d’entre eux ne le blesse, car la blessure conduit à la mort et celui qui l’inflige ne sait pas jusqu’où elle peut mener. En effet, même si le roi n’en meurt pas, il se peut qu’il perde l’un de ses membres, et quand bien même cela n’arriverait pas, c’est l’un des plus grands déshonneurs qui puissent exister. Par conséquent, pour toutes ces raisons et pour celles dont nous avons parlé plus haut, ceux qui blesseraient le roi commettraient une très grande trahison. Ils doivent en outre le garder en ne l’emprisonnant pas car il y a en cela deux grands préjudices : le premier est la perte du pouvoir et le second, l’avilissement. C’est pourquoi ceux qui l’emprisonneraient commettraient une grande trahison. Et ils doivent aussi veiller à ne pas lui faire outrage ou à ne pas se retrouver sur un champ clos pour l’affronter car ce serait une trahison notoire et ceux qui le feraient n’agiraient que dans l’espoir de le tuer, de le blesser, de l’emprisonner ou de le mettre hors du champ à son grand déshonneur. Nous disons de même de ceux qui feraient des incursions à l’endroit où il se trouverait ou qui le feraient tomber dans une embuscade. En effet, la loyauté propre à l’Espagne a exclu cette possibilité au point qu’il a été établi par for que même si un sujet naturel du royaume était le vassal d’un autre, s’il advenait qu’il se trouvât en un lieu où il fût nécessaire de combattre, il devrait laisser ses chevaliers à celui qu’il accompagnerait et rejoindre celui dont il serait le sujet naturel afin d’être à ses côtés, au même titre que tous les autres sujets naturels. Et ils ne doivent lui faire obstacle en aucun lieu où ils verraient son étendard ou son pennon. De même, ils doivent grandement le garder de la mauvaise renommée car bien qu’elle se fasse par la parole et flotte dans l’air, elle porte un coup bien plus formidable que ne le font les armes parce qu’elle tue l’homme sans lui ôter la vie, ce que les armes ne peuvent pas faire, et frappe un coup bien pire encore. En effet, les armes ne blessent que celui qu’elles frappent alors que la mauvaise renommée blesse celui que l’on vise, son lignage, et même les oreilles des ceux qui voudraient y croire. Et elle a en elle une autre sorte de mal, dont les hommes guérissent plus difficilement que d’une plaie. C’est pourquoi les anciens ont établi que cette blessure était plus formidable que la blessure mortelle car la mort n’arrive qu’une fois alors que l’on souffre de la mauvaise renommée chaque jour. De même, les gens du peuple doivent grandement veiller à ce que le secret de leur roi ne soit pas dévoilé car il en découle deux maux : déshonneur, d’autre part, et préjudice, de l’autre. Et celui qui dévoile le secret du roi lui fait grand déshonneur car il montre par là qu’il n’estime en rien ce que le roi a dit ni ne pense que c’est une chose qu’il doit garder, et outre cela, il montre qu’il aime davantage celui à qui il dévoile le secret que son seigneur de qui il le tient et qui lui a fait confiance. C’est aussi cause de préjudice car il pourrait dévoiler une chose qui entraînerait la mort du roi ou lui ferait subir l’un des autres maux dont nous avons parlé, et il s’en trouverait amoindri dans son honneur ou ses actions. Par conséquent, ceux qui feraient sciemment toutes ces choses dont nous avons parlé dans cette loi et qui portent préjudice à la personne du roi, commettraient une trahison, même si certaines sont plus graves que d’autres. Et ils doivent recevoir pour chacune d’elles, la peine dont nous avons parlé dans les lois qui traitent de ces questions.

Haut de page

Notes

1 Voir Ancien Testament, livre de Samuel 1, 8-10.

2 Feudo semble renvoyer ici à la relation vassalique et non au fief concédé au vassal en vertu de cette relation.

3 Heredamiento pose problème. Il s’agit surtout de propriétés foncières (cf. dans les chartes de repartimiento). Les heredamientos semblent inclure aussi les oficios, si l’on en croit la phrase suivante (« nin oficios, nin castillos, nin otros heredamientos »), en tant que charges héréditaires.

4 Encerrar a ici à la fois le sens concret d’enfermer et celui, plus abstrait, de renfermer (contenir). Encerrar est souvent employé au XIIIe siècle dans le sens de « contenir ». D’ailleurs, la llave toute concrète apparaît aussi, dans ce passage, comme la clef conceptuelle (la clave) dont dépend le maintien des valeurs telles que conoscencias, amor, temor et honrra. Le verbe « recéler » peut avoir à peu près ce double sens (Rob. « 1. Litt. Tenir caché, secret. 2. Fig. Garder, contenir en soi. Renfermer »).

5 Rob. indique « recel » dans le sens de secret dès 1180, même si ce sens a disparu aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre XIII. Comment doit être le peuple dans sa façon de connaître, honorer et garder son roi », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/79

Haut de page