Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre XIX. Comment doit agir le peuple pour garder le roi de ses ennemis

Texte intégral

1La protection que le peuple apporte au roi ne pourrait être parfaite si l’on ne faisait pas obstacle au tort que ses ennemis peuvent lui faire. Par conséquent, puisque dans le titre précédent nous avons dit comment le peuple doit garder le roi dans ses biens meubles et immeubles, quelle que soit leur nature, nous voulons dire ici comment il doit garder le roi et le royaume de ses ennemis. Et nous montrerons ce qu’est l’hostilité, combien il existe de sortes d’ennemis, comment le peuple doit garder le territoire et le roi de ces derniers, quel châtiment doivent recevoir les habitants du territoire qui agiraient en ennemis, comment le peuple doit rejoindre l’ost pour défendre le roi et le royaume et pour détruire ses ennemis, et quel châtiment méritent ceux du peuple qui n’agiraient pas ainsi.

Loi I. Ce qu’est l’hostilité et combien il existe de sortes d’ennemis

2L’hostilité est la haine et la volonté mauvaise qu’un homme a envers ses ennemis en raison d’un déshonneur ou d’un tort qu’ils lui ont causés à lui ou bien aux siens, ainsi que nous l’avons montré dans la septième partie de ce livre, dans les lois qui parlent de la signification des mots. Et il existe deux sortes d’ennemis, les uns proviennent du territoire même et les autres de l’extérieur. Ceux du territoire sont ceux qui y demeurent ou y vivent quotidiennement ; ils causent davantage de torts que ceux de l’extérieur car ils semblent appartenir à la maison, et personne ne peut aisément s’en protéger car ils arborent l’apparence du bien, mais causent souvent de grands maux et de grands torts à ceux qu’ils haïssent. C’est pourquoi le sage a dit qu’il n’y a pire pestilence pour nuire à l’homme que celle de l’ennemi dans sa propre maison, car ce dernier sait tout de ce qu’il fait et peut lui faire obstacle plus facilement. Quant aux autres ennemis qui viennent de l’extérieur, ce sont ceux qui font ouvertement la guerre au roi.

Loi II. Comment le peuple doit garder le roi et tous ses vassaux de leurs ennemis

3Nous avons dit plus haut que le peuple doit garder le roi et tous ceux qui sont ses vassaux et ses sujets naturels de trois manières. En premier, il doit le protéger de lui-même. En deuxième, il doit le protéger de ces derniers. Et concernant ces deux manières, nous avons montré comment cela doit être fait selon l’ancien for d’Espagne. Mais à présent, nous voulons parler de la troisième manière qui concerne la protection contre les ennemis. En effet, protéger le roi en lui-même de sorte qu’il ne fasse rien qui lui nuise ou qui lui cause du tort, ou bien le protéger de ses vassaux et de ses sujets naturels de sorte qu’ils ne fassent rien contre lui qui lui nuise, tout cela ne suffirait pas si on ne le protégeait pas de ses ennemis, car cette protection renferme toutes les autres. Et ce pour la bonne raison que s’il arrive parfois que le roi se trompe en faisant quelque chose d’inapproprié qui le couvre de honte ou lui cause du tort, il peut se corriger et s’amender aisément. Et si eux agissent envers lui d’une façon indue, il peut punir, endurer ou bien pardonner s’il le souhaite, car le seigneur et les vassaux sont, en quelque sorte, une seule et même chose. Mais le mal ou le tort qui serait infligé au roi par ses ennemis, faute de protection de la part des siens, celui-là serait pire que les autres et causerait davantage de tort et de honte. D’une part, parce que cela se saurait davantage et d’autre part, parce que cela serait fait avec une plus grande cruauté. Et en plus de tout cela, il lui adviendrait autre chose de particulièrement outrageux : ses sujets et la terre qu’ils occupent y gagneraient pour toujours une mauvaise réputation, ce qui serait un mal aussi grand que la mort, ou pire. D’abord, parce que leur seigneur en resterait déshonoré, et eux-mêmes insultés, infortunés et perdus pour avoir laissé leurs ennemis s’emparer et s’enrichir de ce qui leur appartient. C’est pourquoi, les Espagnols, considérant leur loyauté et voulant se préserver de cette honte, ont jugé bon et ont voulu que tous soient très diligents dans la protection de leur roi. Car, en le protégeant, ils se protégeraient eux-mêmes ainsi que la terre qu’ils occupent. Et cette protection doit être de quatre sortes. En premier, ils doivent protéger son corps quotidiennement. Quant aux trois autres, elles se font dans des situations déterminées, par exemple au sein des armées : la première, lorsque quelqu’un se soulève sur le territoire même du roi, la deuxième, lorsque les ennemis l’envahissent, et la troisième, lorsque le roi envahit le territoire des ennemis. Et les vassaux doivent protéger quotidiennement le roi, et ne laisser approcher personne qui serait un ennemi notoire et qui, selon eux, pourrait lui nuire de quelque façon que ce soit. Et bien qu’il y en ait certains qui sont chargés expressément de protéger le corps du roi, comme nous l’avons dit plus haut, malgré tout, cela ne dispense pas les autres de le protéger, chacun selon son état, autant qu’il est en leur pouvoir. Car, de même que le roi doit constamment protéger tous les hommes en justice et en droit, de même ils sont tenus également de le protéger toujours avec loyauté et vérité. C’est pourquoi, nul ne peut ni ne doit se dispenser, s’il voit que l’on blesse, tue ou déshonore son seigneur, de faire tout ce qui est son pouvoir pour empêcher cela et de punir un tel acte autant qu’il le peut, en disant qu’il n’est pas chargé de cette protection. Et le vassal ou le sujet naturel qui n’agirait pas ainsi commettrait une trahison avérée, pour laquelle il mérite le même châtiment que celui qui a la possibilité d’empêcher ou de venger la mort de son seigneur ou son déshonneur, mais ne le fait pas.

Loi III. Comment le peuple doit rejoindre l’ost et protéger la terre de ceux qui s’y soulèvent

4On appelle royaume la terre qui a un roi pour seigneur, et celui-ci est appelé roi en raison de ce qu’il doit y faire pour la maintenir en justice et en droit. C’est pourquoi les sages anciens ont dit que roi et royaume sont comme l’âme et le corps : bien qu’ils soient en eux-mêmes séparés, leur union en fait une seule et même chose. Par conséquent, même si le peuple protège le roi en toutes choses, comme nous l’avons dit plus haut, s’il ne protège pas le royaume des maux qui pourraient lui advenir, la protection ne sera pas parfaite. Et la première sorte de protection qu’il convient au peuple d’exercer est lorsque quelqu’un se soulève contre le royaume, pour y causer des troubles ou quelque autre tort. Face à une telle situation, tous doivent accourir le plus rapidement possible et ce pour de multiples raisons. Premièrement, pour protéger leur seigneur le roi du tort et de la honte qui résultent d’un tel soulèvement. En effet, nul ne s’étonne de la guerre provoquée par les ennemis de l’extérieur, parce que ceux-ci n’ont pas d’obligation de naturalité ou de seigneurie. En revanche, de la guerre qui naît au sein même des siens résulte un plus grand déshonneur, comme c’est le cas lorsque les vassaux veulent s’égaler au seigneur et lutter contre lui avec orgueil et superbe. Et c’est aussi un danger plus grand, car un tel soulèvement naît toujours d’une grande fausseté et dans le but exprès d’encourager la tromperie et le mal. Et pour cette raison, les sages anciens ont dit qu’il n’y avait au monde pire pestilence pour un homme que de se voir causer du tort par celui auquel il se fie, ou guerre plus dangereuse que celle qui est provoquée par les ennemis dont il ne se garde pas, qu’il ne connaît pas et qui se comportent en amis, comme nous l’avons dit plus haut. Et cela cause aussi un grand tort au royaume, car la guerre naît au sein même de ceux qu’il considère comme ses enfants et qu’il a élevés. Cela cause également la division du territoire de la part de ceux-là mêmes qui doivent le maintenir uni, et la dévastation de la part de ceux-là mêmes qui doivent le protéger, car ils savent davantage que ceux qui n’en sont pas les sujets naturels comment lui nuire. Ainsi, il en va de même pour le poison : si on ne vient pas aussitôt en aide à celui à qui il a été administré, il lui va droit au cœur et le tue. Et pour cette raison, les anciens ont comparé une guerre comme celle-là à une bataille qui se déroulerait au sein du corps. En outre, il en résulte un grand tort, parce que se voient blâmés non seulement ceux qui provoquent ce soulèvement, mais aussi tous ceux du territoire, qui, en ayant eu connaissance, ne montrent pas que cela les atteint en intervenant aussitôt et en s’y opposant cruellement afin qu’une telle ignominie ne se ravive pas et que le pouvoir et l’honneur du roi ne soient pas amoindris, que le royaume ne soit pas grandement affecté et dévasté et que les méchants, enhardis, ne prennent exemple pour en faire de même. Et c’est pourquoi un tel brasier doit être aussitôt étouffé, de façon qu’il n’en sorte pas la moindre fumée qui puisse noircir la bonne réputation du territoire. Aussi, pour toutes ces raisons, tous doivent rejoindre l’ost dès qu’ils ont connaissance d’un tel soulèvement, sans attendre l’ordre du roi. En effet, les anciens ont considéré que c’était une chose si grave qu’ils ont ordonné que nul ne puisse se dispenser, du fait de l’honneur de son lignage, de l’intimité qu’il aurait avec le roi, d’un privilège qu’il aurait reçu du roi, ou du fait de son appartenance à un ordre – excepté pour celui qui serait reclus dans un cloître ou ceux qui resteraient pour dire les heures –, d’accourir pour apporter soit l’aide de ses propres mains, soit celle de ses troupes, soit celle de ses biens. Et ils ont tellement travaillé à s’y opposer qu’ils ont ordonné que, si tout le reste venait à faire défaut, les femmes elles-mêmes accourent pour aider à détruire un tel soulèvement. Car, puisque le mal et le tort les concernent tous, les anciens n’ont pas jugé bon ni juste que quiconque puisse se dispenser d’aider et que tous ne viennent pas les déraciner. Par conséquent, ceux qui se révoltent ainsi sont des traîtres et doivent mourir pour cela et perdre tout ce qu’ils possèdent. De plus, ceux qui ne voudraient pas rejoindre cet ost ou le quitteraient sans autorisation doivent recevoir la peine que nous avons mentionnée plus haut, parce qu’il semblerait alors que cette révolte ne les atteint pas. Car, de façon notoire, le droit veut que les fauteurs de troubles et leurs conseillers reçoivent la même peine. Cependant, ceux qui ne pourraient pas rejoindre l’ost pour une raison valable, comme par exemple ceux qui ont moins de quatorze ans, ou plus de soixante, ou bien ceux qui sont malades ou blessés de telle sorte qu’ils ne peuvent venir, ou encore ceux qui en sont empêchés par d’importantes chutes de neige ou de grandes crues de telle sorte qu’ils ne peuvent passer en aucune façon, ceux-là n’encourraient pas la peine susdite. Mais nul ne peut se dispenser de rejoindre l’ost s’il n’est pas malade ou blessé au point de ne pouvoir prendre les armes. Et pour ce qui est dit plus haut au sujet des vieux qui doivent en être dispensés, cela ne s’applique pas à ceux dont la sagesse est si grande qu’ils peuvent aider par leur jugement ceux de l’ost, car le métier des armes est l’une des choses au monde où l’on a le plus besoin d’eux. Et pour cette raison, les anciens avaient recours à des engins et à des artifices pour emmener avec eux dans les armées les vieux qui ne pouvaient chevaucher afin de pouvoir bénéficier de leur jugement et de leur conseil.

Loi IV. Comment le peuple doit rejoindre l’ost quand les ennemis extérieurs envahissent le territoire pour le dévaster sur leur passage

5Les hommes guerroient de deux façons : pour défendre ce qui leur appartient, ou pour conquérir ce qui appartient à autrui. Et chacune de ces façons requiert des armées ainsi que la puissance des hommes et des armes. Car, puisque que l’on fait la guerre dans le but de vaincre les ennemis, plus on y met de puissance, plus vite elle se termine. Ainsi, dans la loi précédente, nous avons parlé d’une sorte d’ost qui se forme lorsqu’un soulèvement se produit sur le territoire. Mais nous ne voulons pas pour autant oublier que nous n’avons pas encore parlé des autres sortes que nous avons évoquées dans la première loi de ce titre. Et la première sorte d’ost se forme lorsque les ennemis du roi envahissent son royaume par la force, ce qui peut arriver de trois façons : la première, lorsque les ennemis envahissent le territoire pour le dévaster sur leur passage, la deuxième, lorsqu’ils s’enhardissent au point d’assiéger une ville ou un château, et la troisième, lorsqu’ils souhaitent livrer bataille au roi au sein de son royaume, à une date déterminée. Dans chacune de ces situations, le peuple est tenu de venir protéger son roi du tort que lui causeraient ses ennemis, et en le protégeant, il se protégera lui-même ainsi que le territoire qu’il occupe. Cependant, dans le premier cas, lorsque les ennemis envahissent le territoire pour causer du tort sur leur passage, tous ceux qui l’apprennent doivent accourir aussitôt pour défendre le territoire et les en bannir, parce que cette guerre-là est plus rapide que les autres. Et doivent particulièrement venir ceux qui sont les plus proches, car, puisque l’événement lui-même les appelle, ils n’ont nul besoin de lettre ou d’autres messagers. Et ceux qui n’agiraient pas ainsi montreraient que le déshonneur de leur seigneur ne les atteint pas, qu’ils ne désirent pas l’en protéger et qu’ils ne sont pas non plus touchés par le tort causé au royaume dont ils sont les sujets naturels. C’est pourquoi leur châtiment doit être le suivant : ils doivent perdre l’amour du roi qu’ils n’ont pas voulu secourir et ils doivent être bannis du royaume qu’ils n’ont pas désiré protéger. Et ceci a été anciennement établi en Espagne parce que, si ceux qui ne veulent pas aider le roi alors qu’il pénètre sur le territoire des ennemis pour y obtenir des richesses commettent une grande faute, ceux qui ne veulent protéger ce qui leur appartient alors que les ennemis envahissent leur territoire pour y causer du tort en commettent une bien plus grande. Cependant, si faute de secours le roi venait à mourir, à être blessé, pris ou privé de ses biens, tous ceux qui ne l’ont pas secouru doivent recevoir une peine identique à ceux par la faute desquels ces maux sont advenus à leur seigneur, alors qu’ils auraient pu l’en protéger mais n’ont pas voulu le faire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre XIX. Comment doit agir le peuple pour garder le roi de ses ennemis », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://e-spanialivres.revues.org/85

Haut de page